Navigation – Plan du site
Écriture de l’histoire et itinérance dans l’Amérique coloniale ibérique (XVIe –XIXe siècle)

Écriture franciscaine des origines entre Ancien et Nouveau Monde : la mémoire de l’ordre à travers ses Annales (XVIe-XVIIIe siècles)

Pierre Ragon

Résumés

Les provinces religieuses conservent la trace de leur histoire particulière en tenant leurs Annales tandis que les chapitres généraux de l’ordre veillent à préserver la mémoire collective. Avant tout destinées à la défense des intérêts de la province ou de l’ordre ainsi qu’à l’édification de leurs membres, les Histoires des provinces et celles de l’ordre laissent peu de place à l’originalité.
Pourtant le genre est moins figé qu’il n’y paraît. Et il ressort de la comparaison des Annales des provinces des Indes occidentales, de celles de la Péninsule et des Chroniques générales que l’expérience américaine transforme les modes d’écriture. L’événement majeur de la découverte et de la conquête brise les formes traditionnelles du récit et favorise l’irruption de l’histoire séculière au sein même des textes de la religion. En Europe, ces évolutions sont partiellement reprises.

Haut de page

Texte intégral

1Fort nombreux et très divers de par leur origine, leur organisation, leur mission, leurs exigences et leur spiritualité, les ordres religieux n’en mobilisent pas moins les mêmes ressorts lorsqu’il s’agit pour eux d’affirmer leur identité particulière. Parmi ceux-ci l’exaltation de la règle qui les singularise est un temps fort de célébration collective et son observation est pour chacun une nécessité absolue. C’est elle qui fait l’appartenance à l’ordre, et de sa discussion ou de son rejet naissent l’exclusion des individus et la séparation des couvents. Toutefois si les prescriptions de la règle encadrent strictement la vie quotidienne de chacun, la règle écrite n’est qu’un aspect particulier d’un dispositif plus général : au-delà, tout ce qui se fait au nom de l’ordre est réglé par des modèles reçus et partagés en son sein. Les chroniqueurs des familles religieuses n’échappent pas à cette contrainte. Écrire l’histoire de l’ordre implique que l’on accepte des règles d’écriture sévères et que l’on se conforme à des modèles établis. Du coup, ces auteurs ne brillent jamais par leur originalité et les chroniques des ordres religieux forment un corpus relativement homogène où sans cesse reviennent passages obligés et topoï.

2Un recensement non exhaustif de ces figures imposées permet de montrer la place particulièrement importante de certaines d’entre elles, à commencer par l’exaltation du fondateur, ouverture obligée de la plupart de ces textes. Dans les chroniques générales de l’ordre des frères mineurs, on s’arrête bien sûr longuement sur la geste de saint François, une variante parfois développée consistant à s’attarder sur le groupe qu’il forme avec ses premiers compagnons. Mais les couvents franciscains sont réunis en provinces qui jouent un rôle important dans la vie de l’ordre et constituent le premier horizon des frères des couvents : les chroniques provinciales sont nombreuses. Le plus souvent, selon un modèle analogue, elles s’ouvrent sur le portrait du fondateur du premier couvent de la province, leurs auteurs tentant généralement d’établir la généalogie réelle ou imaginaire qui le relie à saint François. Que la chronique soit générale ou provinciale, dans un second temps, ces textes présentent ensuite l’histoire de l’expansion de la famille spirituelle, toujours donnée sous le jour d’un mouvement dynamique et irrésistible. On y détaille la succession des fondations de couvents, les progrès de l’institution, sa reconnaissance et son attraction grandissante, l’affermissement de son assise et de son organisation matérielle.

3Puis les chroniqueurs ont le choix entre deux options, une solution intermédiaire consistant à ne pas choisir entre elles. En effet, une partie d’entre eux se lancent alors dans le fastidieux inventaire des titres, des droits, des grâces et des privilèges pontificaux accumulés par l’ordre, ses provinces et ses différentes maisons. Sous leurs plumes, la liste des indulgences attachées aux autels de leurs églises apparaît également comme un morceau de choix. Il s’agit alors d’affirmer la place éminente de la famille vis-à-vis de ses rivales ou le rang de telle ou telle de ses provinces face à ses concurrentes. Ces pièces font la publicité des archives qui tiennent à distance les revendications des éventuels compétiteurs. Par-là, l’ordre et ses provinces affirment leurs droits et leur capacité à les défendre. Mais il s’agit aussi de contribuer à son expansion. Les listes d’indulgences conservent une mémoire précieuse et font la publicité d’autels vers lesquels on espère attirer un nombre toujours croissant de fidèles. L’autre option, parfois utilisée comme une alternative à la précédente mais parfois développée conjointement, consiste à offrir aux lecteurs une compilation des vies édifiantes des frères les plus éminents (dans le cas des chroniques générales) ou de celles des religieux des différentes maisons de la province qui se sont distingués par leur vie exemplaire. Toutes ces biographies sont organisées selon un modèle fortement stéréotypé qui ne laisse de place ni aux surprises ni même, bien souvent, aux détails concrets de vies particulières. Selon des grilles convenues, on se lance dans l’exposé des vertus des frères, on dresse la liste des exercices pieux qu’ils ont pratiqués, on décline les signes de leur élection. D’un récit de vie à l’autre, la répétition des mêmes propos convenus induit une certaine monotonie qui n’apparaît pas comme ennuyeuse aux auteurs du temps. À leurs yeux, la répétition confirme seulement l’abondance des grâces dont les membres de l’ordre se trouvent comblés et l’enchaînement des lectures de vie est destiné à pousser toujours plus loin le ravissement du lecteur.

  • 1 Voir une présentation de ce dossier dans Les ordres religieux. Guide historique, Paris : Flammarion (...)

4Toutefois, l’uniformité de ces textes est moins grande qu’il n’y paraît et au-delà des recettes communément mobilisées, les variations sont significatives. Dès sa naissance au début du XIIIe siècle, – et du vivant même de saint François –, l’ordre des frères mineurs est partagé entre deux sensibilités très différentes qui engendrent deux mémoires et deux traditions d’écriture bien distinctes. En effet, immédiatement les frères se divisent sur la lecture de la règle et ils en déduisent deux manières de la vivre, l’une rigoriste, l’autre plus indulgente à travers laquelle on s’efforce de modérer ses aspects les plus rudes et ses exigences les plus sévères, notamment celle de la pauvreté absolue. Ces divergences qui voient s’opposer les spirituels et les conventuels, ne tardent pas à déchaîner de violents conflits qui débouchent sur le regroupement des couvents en deux branches tardivement séparées en 1517, celle des observants, qui forment la « stricte (puis régulière) observance », et celle, longtemps majoritaire, de la « juste observance »1.

  • 2 Fort utile afin de se repérer dans le foisonnement de l’écriture franciscaine : Ermenegildo Frascad (...)

5Ainsi, au moment de rendre compte de leur expérience, les missionnaires franciscains passés au Nouveau Monde s’inscrivent-ils toujours dans une tradition bien précise. Inversement, en Europe, les nouvelles des missions des Indes occidentales sont reçues par ces deux mêmes courants et leurs annalistes les relient à leur propre conception de l’histoire de l’ordre. Dans tous les cas, les lectures faites de l’expérience missionnaire aux Indes occidentales sont fortement conditionnées par des choix souvent polémiques et les regards portés sur la nature de l’engagement missionnaire ne sont pas comparables. Par conséquent, on ne peut comprendre l’effet de l’éloignement sans prendre en compte cette réalité. Encore faut-il savoir de quelle tradition historiographique les annalistes des provinces américaines sont les héritiers et quelles sont, en Espagne et en Europe, les écritures historiennes qui sont, à la même époque, cultivées au sein de l’ordre2.

Comment, en Espagne, les Franciscains écrivent-ils leur propre histoire ?

  • 3 Antolín ABAD PÉREZ, « Prólogo », in : Pedro de SALAZAR DE MENDOZA, Corónica y historia de la fundac (...)
  • 4 Ibidem.

6Au XVIe siècle, les Franciscains d’Espagne sont très dynamiques : les vocations sont nombreuses, les donations affluent et les couvents se multiplient. Ces progrès, ce sont avant tout ceux de la stricte observance qui l’a emporté dans la péninsule au tournant des XVe et XVIe siècles. De ce fait, les cinq provinces ibériques existant en 1499 (Santiago, Castille, Aragon, Portugal et Andalousie) sont divisées à plusieurs reprises afin de tenir compte de cette croissance et on en compte quinze à la fin du XVIe siècle, signe certain d’un essor soutenu3. Au fur et à mesure qu’ils multiplient les réformes et les fondations, les Franciscains d’Espagne, dans le cadre de leurs provinces respectives, cherchent à se doter d’une identité, notamment en fixant le souvenir de leur histoire. Souvent demeurées manuscrites, plus rarement éditées, les chroniques et les annales des provinces franciscaines d’Espagne se multiplient : entre la fin du XVIe et celle du XVIIIe siècle, neuf d’entre elles au moins sont publiées. D’abord lent, ce mouvement s’amplifie : une première parution en 1592 est suivie de deux autres au XVIIe siècle et de six au siècle suivant4.

  • 5 Hermenegildo Zamora Jambrina, « Introducción », in Juan Bautista MOLES, Memorial de la provincia de (...)
  • 6 « Luke Wadding », The Catholic Encyclopedia, 15, New York : Robert Appleton Company, 1912. Consulté (...)

7Cette éclosion prolonge et fait la publicité d’un mouvement d’écriture général plus ancien, souvent commencé au cours des années qui suivent la fondation des provinces. Ce mouvement n’a au demeurant rien de spontané et répond souvent à une impulsion donnée par les autorités centrales de l’ordre : les ministres généraux ou les chroniqueurs qui travaillent sous leur conduite. Ainsi, Francisco Gonzaga, général et chroniqueur suscite-t-il l’éclosion d’une première génération de textes au cours des années 1580 en lançant auprès des ministres provinciaux la collecte de l’information nécessaire à son propre projet5. Un phénomène analogue se reproduit dans les années 1620, dans le cadre de l’entreprise confiée au chroniqueur Luc Wadding6.

  • 7 P. de SALAZAR DE MENDOZA, op. cit., p. XXI.
  • 8 Ibid, p. 1-21. On retrouve le même esprit dans Domingo HERNÁEZ DE LA TORRE et Joseph SÁENZ DE ARQUÍ (...)

8Mais si, au début du XVIe siècle, toutes les provinces d’Espagne sont progressivement réformées, toutes n’adhèrent pas durablement à l’idéal rigoriste initialement épousé et, en conséquence, leurs chroniques ne sont pas rédigées selon le même modèle. De ce fait, on discerne dans les choix des historiens des provinces une hésitation entre deux projets : celui qui consiste à célébrer la réussite institutionnelle de la province et celui qui vise avant tout à illustrer un idéal de vie dévote conforme aux prescriptions de saint François. La chronique de la province de Castille que Pedro de Salazar publie en 1612 s’inscrit dans la première lignée et son auteur délivre une lecture apaisée de la geste des Franciscains de sa province. Dès le prologue, il donne le ton en déclarant que « En los libros se aprende a vivir segun razón »7. La raison fait ici une irruption inattendue mais significative : vivre selon la raison, c’est vivre raisonnablement en évitant notamment les excès de l’austérité et de la mortification. Dans les premières pages de son ouvrage, adoptant une perspective peu commune et assurément choquante pour un certain nombre de ses coreligionnaires, Pedro de Salazar va jusqu’à minimiser la singularité de la vie de saint François. En effet, d’emblée il replace l’histoire de la naissance de sa propre famille dans l’histoire longue d’une vie conventuelle qui la précède largement. L’important pour lui n’est pas le caractère original de la réforme de saint François mais l’inscription de sa propre famille dans la généalogie d’un monachisme auquel il trouve une origine biblique dans la vie d’Enoch, le neveu d’Adam. L’essentiel de son propos vise à prouver l’ancienneté de sa province et son dynamisme, un thème qu’il aborde avant même d’évoquer la figure tutélaire du saint d’Assise8. Puis il poursuit son exposé en le nourrissant d’histoire institutionnelle, la multiplication des fondations conventuelles qui se succèdent lui fournissant toute sa matière.

  • 9 « Epistola del autor a don Lorenço Xuarez de Figueroa y Cordova, Duque de Feria… » in : J.-B. MOLES (...)

9L’histoire que donne Juan Bautista Moles de la province de San Gabriel est toute différente. Ce texte, qu’il intitule Memorial et non Crónica ou Historia est avant tout formé de la longue suite des récits de la vie édifiante des frères les plus éminents que la province a comptés. L’auteur y déploie tout le dispositif de la fausse modestie afin de renforcer l’impact de ces biographies révélatrices d’une sainteté pétrie d’humilité qu’on devrait tenir cachées « remitiendo todo siempre al mesmo señor remunerador de todo lo que por su amor se haze »9 et il justifie cette publication audacieuse par la demande pressante d’un grand dévot, par ailleurs protecteur de la province, le duc de Feria, à qui il dédie son ouvrage. Le procédé rhétorique est habituel mais il ne doit pas faire oublier que ce type de publication est avant tout destiné aux membres de l’ordre et conçu pour leur propre usage :

  • 10 Ibidem.

fue visto este dicho libro por los padres desta provincia y hallando que era razon que todos los religiosos desta provincia le pudiessen tener entre manos de letra legible, decretaron que se imprimiesse.10

  • 11 Un autre exemple avec Alonso de TORRES, Crónica de la provincia franciscana de Granada (1683), 2 vo (...)

10Il s’agit pour les promoteurs de l’entreprise de fournir aux futurs membres de la province des exemples de vies édifiantes afin de maintenir vivant l’idéal des pères fondateurs11.

  • 12 Ou Ksar El Kébir, du nom de la ville la plus proche.
  • 13 J.-B. MOLES, op. cit., fol. 228r°-230v°. Citation au fol. 228r°.

11Il y a même davantage : l’exaltation millénariste qui, au fil des siècles, caractérisa bon nombre de Franciscains spirituels avant de présider à la fondation de la province de Saint-Gabriel se trouve ici réactivée. Juan Bautista Moles justifie l’exigence de sainteté présentée à ses coreligionnaires par l’imminence d’un moment exceptionnel, celui du triomphe de la foi, et la place que la providence a réservée à l’Espagne dans son plan divin. Et Moles de délivrer une lecture mystique de l’histoire des royaumes d’Espagne : la péninsule, politiquement divisée depuis le châtiment des Wisigoths, a retrouvé son unité après « la bataille des trois rois » et la mort de Sébastien à la bataille de l’Oued al-Makhazin12, Philippe II, héritier de la couronne de Lisbonne, se trouvant dès lors à la tête de tous les royaumes de la péninsule. Or, inscrit dans la lignée longtemps interrompue des rois de toutes les Espagne, Philippe II en est le douzième en même temps qu’il est, de par l’expansion planétaire de la Castille, « cabeza y monarca del orbe », plus puissant que le Turc, figure de l’Islam et de l’Antéchrist13.

L’expérience des Franciscains du Nouveau Monde

12Confrontés à ces traditions d’écriture diverses, les Franciscains du Nouveau Monde doivent choisir entre elles en s’inscrivant dans leur continuité ou au contraire en s’ouvrant à de nouveaux modes d’écriture qui leur permettent de rendre compte des singularités d’une expérience particulière marquée par l’importance de l’engagement missionnaire. Disons d’emblée que pour eux, l’exaltation de la construction institutionnelle d’un ordre en pleine expansion compte infiniment moins que le récit de leur expérience spirituelle. Mais tous ne le font pas de la même manière : certains demeurent fidèles à la tradition développée par les historiens des provinces acquises à la stricte observance tandis que d’autres hésitent entre ce type de mise en récit et l’invention d’une écriture nouvelle mieux à même de rendre compte de leur propre expérience du monde.

  • 14 « Vida de fray Martín de Valencia escrita por su compañero fray Francisco Jiménez », Anastasio Lópe (...)

13Le premier texte produit le fut au sein de la mission franciscaine du Mexique. Il s’agit de manière attendue d’une vie exemplaire, celle du fondateur, Martin de Valencia, le chef de la mission « des douze », ces religieux évangélisateurs qui posèrent les bases de ce qui devint la province franciscaine du Saint-Évangile, la première du continent américain. Ce texte peu connu dans sa version originale mais souvent repris par la suite fut rédigé en 1537, trois ans après la mort de Martin de Valencia, par Francisco Jiménez, l’un de ses compagnons14. On y retrouve tous les poncifs du genre et rien ne distingue cette vie édifiante de celles que l’historiographie franciscaine avait antérieurement produites. Sans doute, seule particularité notable, l’auteur ne se prononce-t-il ni sur la qualité de la naissance de Martin de Valencia ni sur la précocité de ses qualités chrétiennes mais ce n’est que par honnêteté intellectuelle du fait de sa propre ignorance. Pour le reste, rien ne manque. La pratique des vertus chrétiennes, la fréquence des exercices de dévotion, l’importance des mortifications caractérisent sa vie et font de lui un modèle de perfection. Tout au long de son existence, les signes de son élection manifestent sa destinée particulière : Martin de Valencia bénéficie de visions et de révélations, il prophétise en maintes occasions, ses extases et ses rapts témoignent de son élévation spirituelle et par lui enfin le Seigneur accomplit de nombreux miracles. Il apparaît même comme l’instrument d’un dessein providentiel puisqu’en différentes occasions, Dieu intervient dans sa vie pour changer le cours de son destin, le réservant, peut-on penser, pour la conversion des derniers Gentils.

  • 15 Ibid., p. 51.

14Pourtant, même dans ce texte très conventionnel, un glissement important intervient, qui modifie la nature du propos et fait de la biographie de Martin de Valencia plus qu’une vie exemplaire offerte en modèle aux religieux de sa province. En effet, abandonnant toute fausse modestie, Francisco Jiménez s’adresse aux laïcs comme aux clercs, témoigne pour toutes les nations du nouveau monde, proclame même l’exemplarité de la vie de son compagnon à la face de la terre entière : « así a los religiosos y seglares españoles y naturales de esta tierra como a los demás de la nuestra vieja España »15.

  • 16 Il s’agit du célèbre épisode où, un jour de l’Avent, à matines, Martin de Valencia a un rapt et la (...)

15L’histoire ecclésiastique sort donc du champ où jusqu’alors elle se trouvait enfermée. Elle ne concerne plus les seuls religieux de l’ordre mais l’humanité toute entière. C’est que la première génération des missionnaires franciscains pense vivre un temps de refondation du christianisme, au demeurant annonciateur des derniers temps de l’humanité. En effet, Francisco Jiménez relie la geste missionnaire des Franciscains du Mexique au millénarisme de Martin de Valencia qu’il est le premier à mentionner16. Il n’est rien d’étonnant dans ces conditions à ce que l’histoire religieuse devienne celle de l’ensemble des hommes.

  • 17 Voir les textes de Agustín DÁVILA PADILLA, Historia de la fundación y discurso de la provincia de S (...)
  • 18 Agustín de VETANCURT, Teatro mexicano. Descripción breve de los sucesos ejemplares, históricos y re (...)

16Cette idée parcourt les écrits des Franciscains de la province du Saint-Évangile au cours des décennies qui suivent. De fait, les chroniqueurs franciscains du Mexique central ne font jamais, à proprement parler, l’histoire de leur province, à la différence des historiens des provinces dominicaines ou augustines17 et lorsqu’ils consignent une information de cette nature, c’est toujours à l’intérieur d’un ensemble relevant d’un projet plus vaste. C’est ainsi, par exemple, qu’Agustín de Vetancurt, à la fin du XVIIe siècle, ne fait de l’histoire de la province du Saint-Évangile proprement dite que la quatrième partie de son Teatro mexicano, un ouvrage beaucoup plus ambitieux qui commence par une description et une histoire du pays (traités 1 à 3), et s’achève sur un ménologe de la province et une description des villes de Mexico et de Puebla18. Sous sa plume toutes les histoires particulières, celle des clercs et celle des laïcs, celle des Indiens et celle des Espagnols, se trouvent rassemblées en une fresque unique qui forme la matière d’une histoire providentielle où tous les enfants de Dieu se retrouvent dans une chrétienté rassemblée en marche vers la perfection.

  • 19 Toribio MOTOLINA, Memoriales e historia de los Indios de la Nueva España, estudio preliminar por Fi (...)
  • 20 Gerónimo de MENDIETA, Historia eclesiástica indiana, Mexico : Porrúa, 1980.

17Cette amplification du propos et cette transformation de l’écriture se trouve mutatis mutandis chez tous les historiens de la province franciscaine du Mexique central. Le premier d’entre eux, Motolinia, fait la meilleure part à l’évocation des cultures préhispaniques et à l’évangélisation des Indiens : à ses yeux, leur conversion, dont il est l’un des acteurs, est l’événement majeur de son temps19. À la fin du XVIe siècle son successeur, Gerónimo de Mendieta, qui a comme Vetancurt le projet de rédiger une histoire de la société issue de la conquête, minimise le rôle des conquistadors et des colons européens réduisant au strict nécessaire l’histoire des laïcs espagnols et celle de la conquête militaire. Au demeurant pour lui, la geste des hommes compte moins que sa signification profonde : une manifestation providentielle de la volonté divine. Ainsi son récit débute-t-il par le long récit du « maravilloso descubrimiento » des Indes occidentales, un prélude qui occupe les quatre premiers chapitres de son œuvre en dépit de ses liens assez lâches avec l’histoire du Mexique central. Cette ouverture est pour lui l’occasion de relier l’histoire qu’il écrit à celle des royaumes d’Espagne dans leur ensemble et de replacer son propos au sein de la tradition historique qui leur attribue un rôle providentiel dans l’histoire du Salut. Dans cette histoire qui se répète de l’Ancien au Nouveau Monde tout en rapprochant l’humanité du moment de la délivrance, Cortés se voit tout naturellement attribuer la qualité de nouveau Moïse20. Au tout début du XVIIe siècle, Juan de Torquemada fut le premier à prendre le parti inverse et à donner à ses Veinte ivn libros rituales i Monarchia Indiana (1615) les allures d’une historia patria. En effet, tout en consacrant de très nombreux chapitres à la géographie du pays, à l’histoire et à la civilisation des populations amérindiennes, il poursuit sa grande fresque en s’arrêtant longuement sur la geste militaire des conquistadors, prélude à son exposé sur la conversion des autochtones.

  • 21 Alonso de LA REA, Crónica de la orden de N. seráfico P.S. Francisco, provincia de S. Pedro y S. Pab (...)
  • 22 Antonio TELLO, Crónica Miscelánea de la Sancta Provincia de Xalisco, 3 vol., Guadalajara : Universi (...)

18Cet élargissement (et parfois ce décentrement) du propos qui caractérise les chroniques de la province franciscaine du Mexique central ne lui est pas propre et on le retrouve sous la plume de la plupart des premiers chroniqueurs franciscains du Nouveau Monde. C’est le cas de celle d’Alonso de la Rea, historien de la province de Saint-Pierre et Saint-Paul du Michoacán qui livre en 1637 le premier récit abouti de la fondation de cette province21. C’est aussi celui d’Antonio Tello, pour celle du Jalisco voisin. Sans doute retrouve-t-on dans sa Chronica miscellanea de la conquista espiritual y temporal de la sancta provincia de Xalisco l’histoire des fondations conventuelles, celle des missions et une belle collection de vies exemplaires de facture assez classique. Mais ces développements, regroupés dans les trois derniers livres de l’œuvre, sont précédés de longs exposés portant, autant que l’on puisse en juger, sur les Indiens de la Nouvelle Espagne (Livre I, perdu) et sur l’histoire de la colonisation espagnole22.

  • 23 Francisco VÁzquez, Crónica de la provincia del Santísimo Nombre de Jesús de Guatemala de la orden d (...)
  • 24 Francisco de SANTA INÉS, Crónica de la provincia de San Gregorio Magno de religiosos descalzos de l (...)
  • 25 D. de CÓRDOVA SALINAS, op. cit., p. LXXXIX.
  • 26 Ibid., p. XC-XCI.

19Sans doute trouverait-on, à l’instar de Francisco Vázquez, des chroniqueurs franciscains qui ne s’engagent pas dans cette voie23. Elle est pourtant la plus commune et on la retrouve jusque dans les Andes ou aux Philippines comme en témoignent l’entreprise de Francisco de Santa Inés, chroniqueur de la province de Saint-Grégoire des îles Philippines (1676), celle de Diego de Mendoza, l’historien de la province de Charcas (1664) qui ouvre son récit par un rappel de l’exploit de Christophe Colomb, ou encore celle de Diego de Córdova Salinas, l’auteur d’une importante chronique franciscaine des provinces du Pérou publiée en 165124. Fait significatif, ce dernier outrepasse délibérément les consignes de ses supérieurs qui lui avaient commandé une œuvre de facture très traditionnelle, lui enjoignant seulement « pasado un siglo […] que escribiese las vidas y maravillas de tantos religiosos ilustres que ciñen y coronan las provincias del Perú »25. Mais d’emblée, Diego de Córdova Salinas annonce qu’il s’accordera le droit de faire des digressions afin, avoue-t-il dans une déclaration qui frise la provocation, de rendre la lecture moins fastidieuse26. De fait, le chroniqueur consacre les premiers chapitres de son œuvre à une présentation géographique du Pérou et au récit de sa conquête par les Espagnols, un événement qu’il présente comme le résultat d’une intervention divine. Dans son entier, cette œuvre monumentale et essentielle se trouve emplie de développements sur la région des Andes et la société coloniale qui en font un sommet de la culture créole.

Une écriture franciscaine de l’histoire transformée ?

20Les ruptures que provoque l’expérience de la mission franciscaine du Nouveau Monde dans la conscience que ses acteurs ont de leur propre histoire influencent-elles les manières d’écrire des chroniqueurs européens de l’ordre ? Les histoires provinciales d’outre Atlantique et les chroniques franciscaines de l’Ancien Monde ne se développent pas sans se rencontrer. Entre ces textes et leurs auteurs, il existe des échanges, des lieux de rencontre qui prennent une importance particulière en des moments privilégiés. Occasionnellement, aux premières heures de la mission, des échanges se produisent entre les historiens des provinces du Nouveau Monde et ceux de leurs provinces d’origine, avides d’informations concernant les missionnaires qui les ont quittés. Mais c’est surtout le cas lorsque l’ordre ou l’une de ses branches entreprend de rédiger, de remodeler ou de mettre à jour sa chronique générale : ses responsables demandent alors à ceux des différentes provinces de l’Ancien et du Nouveau Monde de réunir l’information nécessaire au travail du chroniqueur général. Un certain nombre des textes produits au Nouveau Monde furent donc rédigés afin de répondre à une commande venue d’Europe.

  • 27 On trouvera une édition critique de ce dernier texte dans Analecta Franciscana sive chronica aliaqu (...)
  • 28 Erasmus ALBERUS,  Der Barfuser Münche Eulenspiegel und Alcoran. Mit einer Vorrede D. Martini Luth., (...)
  • 29 Frédéric MEYER, « L’unité de la stricte observance franciscaine, mythes et réalités (XVIe-XIXe sièc (...)
  • 30 L’année 1517 est celle de la publication de la bulle Ite et vos qui consacre la victoire, au sein d (...)

21Du XVIe au XVIIIe siècle, on compte trois grandes entreprises de ce type, celle de Marcos de Lisboa et de son continuateur, l’éditeur Barezzo Barezzi, ainsi que celle de Francisco Gonzaga au milieu et à la fin du XVIe siècle puis celle de Damian Cornejo et de ses successeurs qui s’étale sur plusieurs décennies de la fin du XVIIe au milieu du XVIIIe siècle. Tantôt complémentaires, tantôt concurrents, ces chantiers et leurs réouvertures traduisent tout autant la nécessité de rassembler une information dispersée ou d’actualiser une synthèse dépassée que de faire prévaloir un point de vue particulier au sein d’un ordre que parcourent différentes sensibilités affrontées. La publication de la chronique de Marcos de Lisboa est un événement : ce texte, initialement édité en portugais et rapidement traduit en espagnol avant de l’être en français et en italien, est le résultat de la première synthèse de l’histoire franciscaine qui a été tentée depuis la rédaction du Liber conformitatum vitae beati Francisci ad vitam Domini Jesu de Barthélémy de Pise au XIVe siècle27. Rédigé et publié en trois livres entre 1557 et 1568 dans l’entourage du roi Jean III le Pieux de Portugal, cette somme paraît alors que fait rage une virulente polémique qui oppose les frères mineurs aux Églises réformées puisque depuis 1542 circule une violente critique du texte de Barthélemy de Pise que les protestants accusent de blasphèmes pour avoir comparé la figure de saint François à celle du Christ28. Pourtant Marcos de Lisboa est bien moins soucieux de la controverse que des luttes internes à l’ordre et c’est au service de la défense du point de vue rigoriste et mystique des observants contre l’opinion des conventuels qu’il met sa plume29. Il renonce à traiter par lui-même l’histoire des frères mineurs au-delà de l’année 1517 et, de ce fait, ignore l’existence des provinces américaines de l’ordre30. Plusieurs décennies après, il revint à ses continuateurs anonymes que Barezzo Barezzi publia en 1608 de franchir cette étape et ils le firent, comme on le verra, dans la fidélité à l’œuvre initiée par leur prédécesseur.

  • 31 Francisco GONZAGA, De origine Seraphicae Religionis Franciscanae eius progressus. De regularis obse (...)
  • 32 « Prólogo en que se declara el intento del Espíritu Santo en la institución de la Sagrada religión (...)
  • 33 Damian CORNEJO, « Prólogo al lector », in : Chronica seraphica. Vida del glorioso patriarca San Fra (...)

22La stricte observance ayant privilégié la chronique de la lutte pour sa propre reconnaissance à toute autre préoccupation, Francisco Gonzaga, une génération plus tard, se trouve être le premier auteur franciscain qui intègre l’histoire des provinces américaines à son récit. Or, à bien des égards, l’histoire des Franciscains que rédige Gonzaga prend le contre-pied de celle de son prédécesseur. Il s’agit pour lui de proposer une lecture plus consensuelle, alternative à celle de Marcos de Lisboa, à un moment où la tendance modérée de la famille prend le dessus au sein de l’ordre et le porte au généralat. Gonzaga, une fois élu à la tête de sa famille se fait lui-même son chroniqueur et mène avec une rare énergie une entreprise colossale de réécriture de son histoire qui ne lui prend que huit années, un délai exceptionnellement bref pour ce genre d’exercice31. Son intention ressort clairement de ses choix : il abandonne la vision inspirée de l’histoire qu’avait adoptée Marcos de Lisboa et on ne retrouve pas chez lui la lecture millénariste des sept âges du monde où le renouvellement de la vie évangélique par saint François (6e âge) prépare le Millenium à venir (7e et dernier âge de la chrétienté)32. À la différence de Marcos de Lisboa, il ne construit pas son discours dans un ordre chronologique en multipliant les récits de vies exemplaires mais choisit de faire un exposé de l’institutionnalisation de l’ordre et de la présence franciscaine dans le monde. Dans une première section de son ouvrage, il propose un récit de la vie de saint François et de ses compagnons, étape incontournable, immédiatement suivie d’une présentation de l’établissement matériel de l’ordre. Le titre donné à ce premier ensemble, « De initiis et progressibus ordinis (des débuts et des progrès de l’ordre) » dilue volontairement la singularité des expériences personnelles et noie les expériences mystiques des uns parmi les réussites sociales des autres, dirigeants de l’ordre ou Franciscains élevés à la prélature. Vient ensuite une série de descriptions des différentes provinces de l’ordre rassemblées en grands ensembles géographiques, les provinces cismontaines, les provinces transmontaines et enfin, regroupées dans une quatrième et dernière partie, celles des Indes orientales et des Indes occidentales. À travers ses choix, l’auteur entend clairement illustrer et proposer à ses coreligionnaires un modèle d’existence moins centré sur l’austérité et la richesse de la vie intérieure que ne l’avait fait Marcos de Lisboa. Il ne connaît cependant qu’un succès des plus limité. À la différence de l’œuvre de Marcos de Lisboa, traduite dans les principales langues vernaculaires du monde catholique et rééditée des dizaines de fois, celle de Francisco Gonzaga ne fait l’objet que d’une seule réédition, en 1603. Elle souffre, selon ses détracteurs de deux handicaps. Rédigée en latin (un latin soigné et élégant) et jamais traduite, elle n’est pas d’accès aisé pour les membres d’un ordre qui ne cultive pas particulièrement le travail intellectuel. En outre, on lui reproche rapidement son caractère excessivement synthétique, 1363 pages, ce qui est peu en regard des lourdes sommes de Marcos de Lisboa et de Damian Cornejo. Francisco Gonzaga, qui a réuni une information considérable auprès des chroniqueurs des provinces s’oblige à la synthèse et ses correspondants sont parfois déçus de ne pas retrouver dans son œuvre toute la finesse de leurs contributions33.

  • 34 Joseph TORRUBIA, « Prólogo al lector », in : Chrónica de la seraphica religión del glorioso patriar (...)
  • 35 D. CORNEJO, « Prólogo al lector », in: op. cit., s. n.

23Ces faiblesses justifient qu’à la fin du XVIIe siècle un troisième chroniqueur remette l’ouvrage sur le métier : il s’agit cette fois de Damian Cornejo, auteur des 4 premiers tomes in folio (1682-1698) d’une chronique foisonnante qui en compte 9, Eusebio Gonzalez de Torres entre 1719 et 1737 puis Joseph Torrubia (tome 9, 1756) prenant le relais. Les provinces américaines et leur histoire ne sont évoquées que dans ce dernier volume mais pour la première fois elles le sont par un homme qui a l’expérience du terrain puisque Joseph Torrubia, ancien missionnaire des Philippines appartient alors à la province du Saint-Évangile. L’œuvre, conforme à l’orientation antérieurement retenue par Francisco Gonzaga, n’en diffère que par son adhésion à l’esprit du temps. Elle est marquée par une volonté alors nouvelle de rigueur, de clarté et de précision qui implique la condamnation symétrique de la pompe, de l’affectation et des digressions34. Diego Cornejo reprochait à ses prédécesseurs la négligence qui les poussait trop souvent à omettre les dates et les lieux des événements qu’ils consignaient, à prendre des libertés avec l’ordre de la chronologie et à passer sans précaution d’un lieu à l’autre, rendant « confusas las noticias […] y tan deslocados los sucessos que hacen la narración monstruosa como lo fuera una imagen que tuviesse en la frente la boca y los ojos en el pecho35. »

  • 36 À trois années de différence deux suites (le même texte ?) apparaissent sous ces deux noms différen (...)
  • 37 Marianus ORSCELAR, Gloriosus Franciscus redivivus, sive Chronica observantiae strictioris, reparata (...)

24Mais les porte-parole de la sensibilité modérée ne sont pas les seuls en Europe qui se trouvent confrontés à la tâche d’intégrer les informations en provenance des provinces franciscaines du Nouveau Monde. Sans tenir les clefs de l’institution, les courants rigoristes, Capucins, Récollets, Riformati en Italie, Alcantarins en Espagne, sans cesse renaissants et toujours en rupture de ban, construisent aussi leur propre identité et produisent leur version de l’histoire des fils de saint François. C’est dans ce contexte qu’en 1608 Barezzo Barezzi (ou Antonio Daza selon certaines éditions) donnent une suite à la chronique de Marcos de Lisboa36. C’est ce qui amène aussi Marianus Orscelar à compiler une lourde somme qu’il publie sous le titre de Glorius Franciscus Redivivus en 162537.

  • 38 Ces textes ont été publiés avec la « Relación de la descripción de la Provincia del Santo Evangelio (...)
  • 39 « Relación de la descripción de la Provincia del Santo Evangelio… », op. cit. et Diego MUÑOZ, « Mem (...)

25Sans doute, en Europe l’écriture de l’histoire que développent les Franciscains du Nouveau Monde ne fait-elle pas l’objet d’autant de réceptions qu’il y a d’auteurs. En revanche, à travers des cheminements qui réservent quelques surprises, il est possible d’en identifier deux usages principaux : celui qu’en font les modérés et celui propre aux rigoristes. Par chance, le mécanisme de ces transferts de connaissances est assez aisé à reconstituer, notamment pour ce qui est du premier de ces usages, celui que suscita l’entreprise de Francisco Gonzaga, tant Gonzaga procéda avec méthode. En effet, il commença par élaborer un questionnaire qu’il fit diffuser dans toutes les provinces de l’ordre. Le document était si soigneusement préparé qu’on peut le considérer comme un véritable formulaire destiné à lui procurer des informations homogènes et comparables, ce qui donna à son œuvre une grande unité, sa position à la tête de l’ordre obligeant ses correspondants à l’obéissance38. Le projet de Gonzaga déboucha donc sur un vaste chantier collectif qui, dans toutes les provinces ou dans la quasi totalité d’entre elles, amena des chroniqueurs locaux à coucher sur le papier l’histoire de leurs couvents. Un certain nombre de ces travaux ont été conservés et peuvent être mis en regard avec la synthèse qu’en fit Gonzaga. Tel est le cas de deux des contributions des provinces de la Nouvelle Espagne, celle de la province du Saint-Évangile et celle de la province de Saint-Pierre et Saint-Paul du Michoacán, toutes deux retrouvées et publiées39. On reconnaît aisément l’apport de ces textes dans la quatrième partie de la somme de Gonzaga, celle qu’il consacra aux provinces des deux Indes. Que montrent ces échanges ?

26D’un côté, les correspondants mexicains du général de l’ordre peinent à suivre le programme que leur supérieur leur fixe et en sens inverse Gonzaga n’accorde pas la même attention à toutes les informations qui lui sont transmises. Son questionnaire, relativement simple et rigoureusement organisé, vise à réunir un certain nombre d’informations institutionnelles sur l’organisation des différentes provinces de l’ordre ainsi qu’à identifier les marques particulières de leur histoire spirituelle. Un premier groupe de questions porte sur l’origine des provinces et celle de chacun de leurs couvents. Il s’agit aussi d’obtenir des copies des textes attestant les privilèges juridiques et spirituels qu’ils ont pu recevoir au fil des années. La seconde section du questionnaire, quant à elle, est destinée à évaluer, en quelque sorte, la sacralité des différentes fondations. Les questions posées portent alors sur les reliques anciennes qui s’y trouvent conservées, sur l’emplacement des tombes des religieux les plus distingués et, finalement, sur tout événement remarquable qui a pu s’y produire au cours de l’histoire. Le but avoué est alors de rassembler tous les matériaux utiles à l’édification des fidèles mais on peut également penser, péché d’orgueil inavoué, qu’il s’agit aussi d’illustrer la richesse spirituelle de l’ordre et de justifier ses futures revendications.

  • 40 Un exemple dans Jayme COLL, Chrónica serafica de la santa provincia de Cathaluña de la regular obse (...)
  • 41 Deux couvents seulement en disposent dans la province du Saint-Évangile. « Relación de la descripci (...)

27À l’évidence les Mexicains se trouvent en porte-à-faux au moment de remplir la première partie de ce programme : leurs couvents et leurs provinces sont de fondations récentes et connues et ils ont peu à en dire alors qu’en Europe, en la matière, les enjeux sont souvent importants du fait des contestations où l’on voit s’affronter des provinces ou des couvents, soucieux de faire prévaloir une ancienneté ou une antériorité, source de prestige, que d’autres leur contestent40. Pareillement, les trésors de reliques du Nouveau Monde font fort pâle figure au regard de ceux des couvents de l’Ancien : la plupart des établissements des deux provinces du Mexique central n’ont même aucune relique qu’ils puissent signaler41 ! Dans leurs rapports, de petites listes des manifestations de la providence ou des miracles opérés par tel ou tel de leur coreligionnaire mort en odeur de sainteté se substituent à ce chapitre. Très rapides sur les premiers points du questionnaire de Gonzaga, les informateurs mexicains sont en revanche excessivement diserts lorsqu’il s’agit d’évoquer les tombeaux et surtout les vies édifiantes des plus distingués d’entre eux, à tel point que ce chapitre constitue souvent l’essentiel de leur propos : en dignes héritiers de la province espagnole réformée de Saint-Gabriel, ils sont en quelque sorte leurs propres temples.

28Pour sa part, Francisco Gonzaga se montre généralement fidèle aux informations qui lui sont transmises. Son embarras n’en est pas moins visible car il n’appartient pas à la même sensibilité que ses correspondants de Nouvelle Espagne et son projet diffère du leur. Face au flot des merveilles qui lui sont rapportées, il fait des choix, taillant à grands coups parmi les vies édifiantes dont les récits lui sont transmis et ne conservant que quelques-uns des miracles qui lui sont relatés. Il établit un compromis entre les apports de la sensibilité exaltée des missionnaires du Nouveau Monde et sa propre volonté qui consiste à préserver un équilibre au sein d’un ordre franciscain parcouru par différentes interprétations de l’héritage de saint François. Mais, comme les historiens des provinces du Nouveau Monde, il éprouve aussi le besoin d’intégrer l’histoire des provinces franciscaines des Indes au récit de l’histoire de son propre siècle. À lui aussi, s’impose la nouveauté des fabuleuses découvertes géographiques et des bouleversements politiques de son temps même s’il n’en fait pas la même lecture inspirée que les chroniqueurs du Nouveau Monde. Aussi les différentes sections géographiques de la quatrième partie de son De origine seraphicae religionis sont-elles précédées de courtes notices introductives où il évoque les navigations lointaines et les conquêtes des Espagnols ou des Portugais. La grande histoire s’impose sous sa plume, comme sous celles de ses correspondants.

  • 42 J. TORRUBIA, op. cit., p. 1-61. Cette même vision anime notamment les Franciscains du Mexique au XV (...)

29D’une certaine manière, ces options et l’effet de ces contraintes se retrouvent dans l’œuvre de Joseph Torrubia qui ajoute à la Chronica Seraphica le volume consacré aux Indes. Les quatorze premiers chapitres de son travail (près du tiers de la première section de son ouvrage) sont consacrés à l’événement que constitue la découverte de l’Amérique. Mais, plus proche des chroniqueurs du Nouveau Monde que ne l’est Gonzaga, il voit dans cet épisode l’œuvre providentielle de Dieu : comme nombre d’entre eux, il met en balance un Ancien Monde dévasté par les guerres et les divisions religieuses et un Nouveau Monde plein de promesses, comme si un plan divin était à l’œuvre qui visait tout à la fois à châtier les pécheurs et à rénover la chrétienté42. Le plan chronologique qu’il adopte lui permet ensuite d’illustrer la naissance et, sous la conduite des missionnaires franciscains, le développement de cette nouvelle chrétienté américaine. Le merveilleux providentiel, à défaut des miracles de la sainteté des vies exemplaires, trouve ici toute sa place.

  • 43 Dans son adresse au lecteur. Voir B. BAREZZI, op. cit., s. n.
  • 44 « Au dévot lecteur », in : B. BAREZZI, Quatriesme partie des Chroniques des Frères Mineurs divisée (...)
  • 45 Voir le premier livre de son ouvrage. La page de garde de son volume est composée de 10 vignettes d (...)

30De manière a priori surprenante, ce trait n’apparaît guère dans les chroniques que les auteurs des différents courants rigoristes consacrent à l’histoire des provinces de l’ordre au Nouveau Monde. On trouve en revanche sous leurs plumes d’amples collections de vies édifiantes parmi lesquelles les biographies missionnaires des Indes occidentales occupent une place de choix. Ainsi Barezzo Barezzi évoque-t-il la nécessité de compléter l’œuvre de Marcos de Lisboa dans la mesure où selon lui cet auteur en n’abordant pas l’histoire de l’ordre au-delà de l’année 1517 a laissé de côté trop de vies exemplaires et de morts en réputation de sainteté43. C’est ce qui fait le succès de son œuvre auprès de tous ceux qui se reconnaissent dans cette sensibilité franciscaine. Comme Jean Blancone son traducteur en langue française le souligne, son entreprise vise à donner de « très clairs et très luysans flambeaux lesquels avec l’esplendeur de leur saincteté de vie et bons exemples nous frayent le chemin de la perfection. » S’ensuit une vaste collection de plus de huit cents vies, « vies admirables, cruels martyres, morts affreuses et espouvantables, merveilleux miracles, saincts exercices et exemplaires actions »44. À la même époque, Marianus Orscelar n’agit pas autrement mais il accorde une place encore plus significative aux religieux missionnaires du Nouveau Monde, présents dès les premières lignes de son Gloriosus Franciscus Redivivus45.

***

31Il est connu que l’entreprise missionnaire des Franciscains du Nouveau Monde s’appuie au XVIe siècle sur un puissant élan millénariste. C’est cette particularité qui ouvre à l’histoire du monde les chroniques que les missionnaires de l’ordre y rédigent. Pour eux, les événements qu’ils vivent et dont ils sont les témoins sur ces nouvelles terres sont indissociables des destinées merveilleuses et parfois exemplaires des meilleurs d’entre eux. Incapables de séparer l’histoire du siècle de celle de leur propre famille spirituelle, ils inventent alors une nouvelle manière d’écrire leurs chroniques.

32Cette transformation de l’écriture franciscaine remet en cause les conceptions anciennes des historiens de l’ordre tout entier mais aucun d’entre eux ne la reçoit sans faire des choix. Les plus modérés sont méfiants à l’égard de récits de vie trop proches de l’idéal rigoriste et ils ne leur réservent pas toujours le meilleur accueil. En revanche, la puissance de l’événement que constituent la révélation et l’ouverture du continent américain s’impose à eux comme une évidence et ils ne peuvent, à l’instar de Francisco Gonzaga, ou plus encore de Joseph Torrubia, faire l’économie de sa mise en récit.

33De leur côté, fidèles à l’esprit de leurs prédécesseurs, les religieux des tendances les plus rigoristes sont avant tout en quête d’exemples à suivre : l’histoire des Indes les intéresse infiniment moins que celle des frères qui les ont parcourus en tant que missionnaires aux prix de privations et de souffrances extrêmes y trouvant parfois la plus grande récompense, le martyr. En revanche, ils ne sont guère sensibles à la réécriture du récit millénariste que leur proposent leurs coreligionnaires du Nouveau Monde. À l’évidence à leurs yeux le devenir de la création importe moins que la perfection de leurs propres vies.

Haut de page

Notes

1 Voir une présentation de ce dossier dans Les ordres religieux. Guide historique, Paris : Flammarion, 1993, p. 149-155 et Jacques LE GOFF, Saint François d’Assise, Paris : Gallimard, 1999, p. 33-99 et 173-177.

2 Fort utile afin de se repérer dans le foisonnement de l’écriture franciscaine : Ermenegildo Frascadora et Herwig Ooms, Bibliografia delle bibliografie fransescane, Florence : Typ. Collegii S. Bonaventurae, 1964-1965. On a également utilisé Manuel de CASTRO, Bibliografía de las bibliografías franciscanas españolas e hispanoamericanas, Madrid : Editorial Cisneros, 1982.

3 Antolín ABAD PÉREZ, « Prólogo », in : Pedro de SALAZAR DE MENDOZA, Corónica y historia de la fundación y progresso de la provincia de Castilla (1re éd. 1612), Madrid : Cisneros, 1977, p. XI-XIV et carte insérée.

4 Ibidem.

5 Hermenegildo Zamora Jambrina, « Introducción », in Juan Bautista MOLES, Memorial de la provincia de San Gabriel (1re éd. 1592), Madrid : Cisneros, 1984, p. LXII-LXIII.

6 « Luke Wadding », The Catholic Encyclopedia, 15, New York : Robert Appleton Company, 1912. Consulté en ligne le 29 août 2016
http://www.newadvent.org/cathen/15521d.htm

7 P. de SALAZAR DE MENDOZA, op. cit., p. XXI.

8 Ibid, p. 1-21. On retrouve le même esprit dans Domingo HERNÁEZ DE LA TORRE et Joseph SÁENZ DE ARQUÍÑIGO, Primera parte de la crónica de la provincia de Burgos de la regular observancia de nuestro padre san Francisco, (1re éd. 1722), Madrid : Cisneros, 1990. La Crónica de la provincia franciscana de Santiago (1214-1614) por un franciscano anónimo del siglo XVII, Introducción, rectificaciones y notas por Manuel de Castro O.F.M., Madrid : Archivo Ibero Americano, 1971, inédite avant le XXe siècle, est un autre exemple de cette sensibilité.

9 « Epistola del autor a don Lorenço Xuarez de Figueroa y Cordova, Duque de Feria… » in : J.-B. MOLES, op. cit., fol. 1v°.

10 Ibidem.

11 Un autre exemple avec Alonso de TORRES, Crónica de la provincia franciscana de Granada (1683), 2 vol., Madrid : Cisneros, 1984.

12 Ou Ksar El Kébir, du nom de la ville la plus proche.

13 J.-B. MOLES, op. cit., fol. 228r°-230v°. Citation au fol. 228r°.

14 « Vida de fray Martín de Valencia escrita por su compañero fray Francisco Jiménez », Anastasio López (éd.), in: Archivo Ibero-Americano, Primera Época, 12 (4), juillet-août 1926, p. 48-83. Le manuscrit original, un important fragment, est conservé à la bibliothèque provinciale de Tolède.

15 Ibid., p. 51.

16 Il s’agit du célèbre épisode où, un jour de l’Avent, à matines, Martin de Valencia a un rapt et la vision de la conversion de la foule des Gentils aux derniers temps de l’humanité. Cet événement est à l’origine de sa vocation missionnaire et de son engagement pour la mission au Nouveau Monde. Ibid., p. 58.

17 Voir les textes de Agustín DÁVILA PADILLA, Historia de la fundación y discurso de la provincia de Santiago de México de la orden de Predicadores, Mexico : Academia Literaria, 1955 et de Juan de GRIJALVA, Crónica de la orden de N. P. S. Agustín en las provincias de la Nueva España, Mexico : Porrúa, 1985.

18 Agustín de VETANCURT, Teatro mexicano. Descripción breve de los sucesos ejemplares, históricos y religiosos del Nuevo Mundo de las Indias. Crónica de la provincia del Santo Evangelio de México. Menologio franciscano de los varones más señalados… (1698), Mexico : Porrúa, 1960.

19 Toribio MOTOLINA, Memoriales e historia de los Indios de la Nueva España, estudio preliminar por Fidel de Lejarza, Madrid : Atlas, 1970.

20 Gerónimo de MENDIETA, Historia eclesiástica indiana, Mexico : Porrúa, 1980.

21 Alonso de LA REA, Crónica de la orden de N. seráfico P.S. Francisco, provincia de S. Pedro y S. Pablo de Mechoacán en la Nueva España, édition et étude introductrice de Patricia Escandón, Zamora : El Colegio de Michoacán, 1996. Diego Muñoz, actif à la fin du XVIe siècle, en avait laissé une première ébauche vers 1583.

22 Antonio TELLO, Crónica Miscelánea de la Sancta Provincia de Xalisco, 3 vol., Guadalajara : Universidad de Guadalajara, 1968-1985.

23 Francisco VÁzquez, Crónica de la provincia del Santísimo Nombre de Jesús de Guatemala de la orden de N. Seráfico Padre San Francisco en el Reino de la Nueva España, 4 vol., Guatemala : Biblioteca « Goathemala » de la Sociedad de Geografía e Historia, 1937-1944.

24 Francisco de SANTA INÉS, Crónica de la provincia de San Gregorio Magno de religiosos descalzos de la orden de N. S. P. San Francisco en las islas Filipinas, China, Japón etc., 2 vol., Manille : Tipo-Litografía de Chofre, 1892 ; Diego de MENDOZA, Chronica de la provincia de San Antonio de Los Charca del Orden de Nuestro Seraphico P.S Francisco en las Indias Occidentales, Reyno del Perú, La Paz : Casa Municipal de la Cultura Franz Tamayo, 1976 ; Diego de CÓRDOVA SALINAS, « Proemio al lector », in Crónica franciscana de las provincias del Perú (1ère éd. 1651), Nouvelle édition avec notes et introduction par Lino Gómez Canedo, Washington : Academy of American Franciscan history, 1957.

25 D. de CÓRDOVA SALINAS, op. cit., p. LXXXIX.

26 Ibid., p. XC-XCI.

27 On trouvera une édition critique de ce dernier texte dans Analecta Franciscana sive chronica aliaque varia documenta ad historiam fratrum minorum spectantia, Quaracchi : ex Typographia Collegii San Bonaventurae, 1906-1912, vol. IV-V. Nous avons consulté différentes éditions de l’œuvre de Marcos de Lisboa. Voir notamment, Marcos de LISBOA, Primera parte de las Crónicas de la orden de los frayles menores. – Parte segunda de las chrónicas de los frayles menores... por el R. P. fray Marcos de Lixboa, [...] traduzida de lengua portuguesa en nuestro vulgar castellano por el R. P. fray Philippe de Sosa, 2 vol., Alcalá : A. de Angulo, 1562-1577 et Marcos de LISBOA, Primera-Tercera parte [...] Novamente empressa et emendada por o padre frey Luis dos Anjos, Lisbonne : P. Crasbeeck, 1615.

28 Erasmus ALBERUS,  Der Barfuser Münche Eulenspiegel und Alcoran. Mit einer Vorrede D. Martini Luth., Wittenberg : Hans Luft, 1542. Rapidement traduit en latin puis en différentes langues vernaculaires cet ouvrage connut un immense succès.

29 Frédéric MEYER, « L’unité de la stricte observance franciscaine, mythes et réalités (XVIe-XIXe siècle) », in : Écrire son histoire : les communautés régulières face à leur passé, Saint-Étienne : Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2005, p. 275-297, p. 279-283.

30 L’année 1517 est celle de la publication de la bulle Ite et vos qui consacre la victoire, au sein de l’ordre, des anciens observants sur les réguliers. À partir de cette date les seconds sont placés sous l’autorité du ministre général des premiers. Voir Les ordres religieux. Guide historique, op. cit., p. 152.

31 Francisco GONZAGA, De origine Seraphicae Religionis Franciscanae eius progressus. De regularis observanciae institutione, forma administrationis ac legibus admirabilique eius propagatione, Rome : ex Typographia Dominici Basae, 1587.

32 « Prólogo en que se declara el intento del Espíritu Santo en la institución de la Sagrada religión de los Menores » dans Marcos de Lisboa, op. cit., s. n.

33 Damian CORNEJO, « Prólogo al lector », in : Chronica seraphica. Vida del glorioso patriarca San Francisco y de sus primeros discipulos. Parte primera, Madrid : Juan García Infançon, 1682, s. n. et J.-B. MOLES, op. cit., fol. 284r°.

34 Joseph TORRUBIA, « Prólogo al lector », in : Chrónica de la seraphica religión del glorioso patriarcha San francisco de Assis […] Novena parte, Rome : Generoso Salomoni, 1756, s. n.

35 D. CORNEJO, « Prólogo al lector », in: op. cit., s. n.

36 À trois années de différence deux suites (le même texte ?) apparaissent sous ces deux noms différents. Voir Barezzo Barezzi, Delle croniche de’ fratri minori instituito dal serafico P. S. Francesco, parte quarta…, Venise : Barezzo Barezzi, 1608 et Antonio Daza, Quarta parte de la Chrónica General de Nuestro Padre San Francisco y su Apostólica Orden…, Valladolid : Juan Godines de Millis et Diego de Córdova, 1611. L’œuvre publiée par Barezzi eut une fortune européenne marquée par de nombreuses traductions et rééditions, celle de Daza demeura confidentielle (nous n’avons pu la consulter dans le cadre de ce travail).

37 Marianus ORSCELAR, Gloriosus Franciscus redivivus, sive Chronica observantiae strictioris, reparatae, reductae ac reformatae […] distincta VI. libris..., Ingolstadt : ex officina W. Ederi, 1625.

38 Ces textes ont été publiés avec la « Relación de la descripción de la Provincia del Santo Evangelio que es en las Indias Occidentales que llaman la Nueva España hecha en el año de 1585 por Fr. Pedro Oroz, Fr. Jerónimo de Mendieta y Fr. Francisco Suárez, publicada con introducción y notas por Fr. Fidel de J. Chauvet », Anales de la provincia del Santo Evangelio de México, 4 (2), avril-juin 1947 (numéro spécial), p. 19-20.

39 « Relación de la descripción de la Provincia del Santo Evangelio… », op. cit. et Diego MUÑOZ, « Memorial de la provincia de San-Pedro y San-Pablo de Michoacán », Archivo Ibero-Americano, 9 (52), 1922, p. 341-425.

40 Un exemple dans Jayme COLL, Chrónica serafica de la santa provincia de Cathaluña de la regular observancia de Nuestro Padre San Francisco (1ère éd. 1738), Madrid : Cisneros, 1981, p. 1-17.

41 Deux couvents seulement en disposent dans la province du Saint-Évangile. « Relación de la descripción de la Provincia del Santo Evangelio… », op. cit., passim et F. Gonzaga, op. cit., p. 949-965.

42 J. TORRUBIA, op. cit., p. 1-61. Cette même vision anime notamment les Franciscains du Mexique au XVIe siècle. Voir Bernardino de Sahagún, Historia general de las cosas de Nueva España, édition de Ángel María Garibay K., Mexico : Porrúa, 1982, p. 706-707 et 719-721 ; G. de MENDIETA, op. cit., p. 173-177.

43 Dans son adresse au lecteur. Voir B. BAREZZI, op. cit., s. n.

44 « Au dévot lecteur », in : B. BAREZZI, Quatriesme partie des Chroniques des Frères Mineurs divisée en dix livres…, Paris : Robert Fouet : 1627, s. n.

45 Voir le premier livre de son ouvrage. La page de garde de son volume est composée de 10 vignettes dont 4 évoquent les missions du Nouveau Monde. Plus soucieux d’édification que de précision historique, le graveur a représenté Martin de Valencia en martyr crucifié, à la manière des martyrs du Japon. M. ORSCELLAR, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Ragon, « Écriture franciscaine des origines entre Ancien et Nouveau Monde : la mémoire de l’ordre à travers ses Annales (XVIe-XVIIIe siècles) », e-Spania [En ligne], 26 | février 2017, mis en ligne le 01 février 2017, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://e-spania.revues.org/26355 ; DOI : 10.4000/e-spania.26355

Haut de page

Auteur

Pierre Ragon

Université de Paris Nanterre, UMR 8168

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org