Navigation – Plan du site
Varia

Écritures de clergie. De la charte à la littérature (Castille, XIIe-XIIIe siècles).

Position de soutenance de HDR, en Sorbonne, le 2 décembre 2006. Jury composé de Mmes et MM. Les Professeurs : Marie-France Delport (rapporteur), Monique de Lope (présidente), Georges Martin (directeur), Fernando Gómez Redondo, Patrick Henriet, Michel Moner et Michel Zimmermann
Amaia Arizaleta

Texte intégral

1Mesdames et Messieurs les membres du jury, je voudrais commencer mon exposé en vous remerciant très sincèrement d’avoir accepté de lire mon dossier et de le juger en conséquence. Depuis le moment où j’ai connu la composition définitive du Jury de mon Habilitation, j’ai souvent anticipé ce que notre conversation de cet après-midi pourrait être ; tout en la redoutant, car mon travail contient assurément des erreurs et des affirmations discutables, je l’attends depuis longtemps : très rares seront à l’avenir les occasions où je pourrai discuter avec des spécialistes de renom, comme vous l’êtes, sur des questions qui me tiennent à cœur.

2Dans les minutes qui m’ont été imparties, je vais devoir présenter ma recherche depuis quinze ans, telle que je l’ai résumée et commentée dans le document de Synthèse que j’ai intitulée Écritures de clergie : de la charte à la littérature (Castille, XIIe-XIIIe siècle), et telle qu’elle apparaît dans mon Ouvrage Original (ou Inédit), intitulé quant à lui Les clercs au palais. Chancellerie et écriture du pouvoir royal (Castille, 1157-1230). Permettez que je commence par expliquer les deux précisions, d’ordre chronologique et spatial, qui figurent dans ces deux titres afin de mieux revenir au processus d’élaboration de mon dossier.

3Écritures de clergie nous installe dans le domaine du littéraire, au travers de l’analyse de certains textes qui sont le fruit du travail de ces clercs dont la condition est désignée, en français, par le substantif ‘clergie’, et plus familièrement pour moi, en espagnol, par ‘clerezía’. J’ai effectivement étudié les unités d’un corpus temporellement circonscrit : jusqu’à la rédaction de mon ouvrage original, je m’étais surtout intéressée aux textes en langue vernaculaire du XIIIe siècle, écrits dans l’espace hispanique et notamment castillan. J’avais effectué quelques tentatives pour glisser vers le XIIe siècle, lorsque je commençais à travailler sur ce que j’ai appelé la ‘fiction de Cuenca’. Mais c’est surtout Les clercs au palais qui m’a conduite vers l’avant 1200. Dans ce XIIIe siècle castillan, je n’étais pas allée très loin, me spécialisant dans les œuvres de la première moitié du siècle ; ce n’est que depuis quatre ans que j’ai regardé vers la fin du XIIIe, en prenant comme objet d’étude les Miraculos romançados, que j’ai analysés dans une série de travaux qui reste encore à ce jour malheureusement sous presse. Ma recherche pourrait donc apparaître comme étant très limitée, chronologiquement parlant. J’espère cependant ne pas être totalement ignorante des productions des XIVe et XVe siècles, périodes sur lesquelles j’ai travaillé dans mon enseignement, ainsi que dans la direction de recherche de mémoires de Master I.

4Pour ce qui est des œuvres qui ont attiré mon attention depuis le moment où je commençais à préparer ma Thèse de Doctorat, je pourrai citer, sans désir d’exhaustivité, le Libro de Alexandre, le Libro de Apolonio, l’Historia de rebus de Rodrigo Jiménez de Rada, le Poème de Benevivere, le Calila e Dimna, ou la Chronica regum Castellae. Les langues dans lesquelles ces textes ont été écrits sont le latin et le romance. Ils reçoivent des étiquettes génériques différentes, telles que ‘histoire’ ou ‘chronique’, ‘poème’, ‘collection de contes’ ; ce sont bien des écritures de clercs lettrés. Je ne saurais nier que l’objet récurrent de mon intérêt reste le Libro de Alexandre et que je me suis souvent attachée à l’étude des savoirs de la clergie. Les travaux sur ces questions sont connus du public spécialisé. Les spécialistes ne connaissent pas encore, comme je l’évoquais il y un instant, ma recherche sur les Miraculos romançados, recherche à laquelle je reviens non pas parce j’estime que ses résultats sont remarquables, bien au contraire, mais parce que cette collection monastique m’a permis de formuler un projet qui m’habitait depuis de nombreuses années. Je voulais étudier les textes écrits pour le roi avant le Libro de Alexandre, je voulais comprendre comment et pourquoi le Libro de Alexandre avait été composé dans le premier tiers du XIIIe siècle. Les Miraculos romançados m’ont ouvert la porte vers les documents notariés. De là, il était plus simple d’aller vers la chancellerie royale castillane, où l’on produisait des textes qui représentaient le monarque. J’avais donc un corpus possible ; j’étais attirée vers la matière monarchique, vers l’écriture qui met en signes le pouvoir. Dans les chartes du roi, je décelais la présence de thèmes épiques et romanesques que je connaissais assez pour penser qu’une plongée dans un monde alors inconnu pour moi n’était pas tout à fait insensée. Je trouvais dans les diplômes de la chancellerie royale des principes concrets d’organisation, de constitution et de déploiement d’un monde. Je me suis donc lancée ; le premier corpus que j’ai soumis à Georges Martin, lorsque je réfléchissais à mon ouvrage original, était composé par tous les textes qu’on a habitude de classer sous le terme ‘mester de clerecía’, plus des textes comme la Razón de Amor ou la Vida de Santa María Egipciaca, ou encore par les specula principum du XIIIe siècle. C’était énorme, il fallait restreindre. Les diplômes de la chancellerie, qui paraissaient préfigurer des représentations plus complexes, comme celle contenue dans le Libro de Alexandre, devaient finalement constituer mon corpus privilégié pour l’Inédit, venant compléter, confirmer ou infirmer les hypothèses que j’avais cru possible d’établir à partir de l’étude des textes ‘littéraires’ du XIIIe siècle.

5De la charte à la littérature, donc. Je m’enrichissais d’un passage vers un Moyen Âge encore plus lointain, marqué de ce qui apparaissait comme une difficulté supplémentaire : les textes que je voulais étudier étaient en latin. Curieusement, ce fait, qui aurait dû m’effrayer (et qui m’a effrayée, je vous l’assure), m’a aussi passionnée : j’ai consacré bon nombre de pages dans mon Inédit à la question de la langue et de la réception des diplômes (et, partant, des chroniques et des poèmes latins). Enfin, il était nécessaire de choisir une chronologie. Je me suis restreinte à la période comprise entre 1157 et 1230. Georges Martin m’a bien fait comprendre que c’était là un choix sujet à controverse ; il aurait voulu que j’avance jusqu’en 1252. Je vous explique par conséquent ce qui l’a motivé.

6Les années 1157-1230 me permettaient la comparaison ; je devais étudier la production de quatre chancelleries, celles de Sanche III, fils de l’Empereur Alphonse VII, d’Alphonse VIII, d’Henri Ier et de Ferdinand III avant que ce dernier ne devienne roi de Castille et León. Cette période se justifiait également par l’unité spatiale : j’examinerais uniquement les diplômes émis par les chancelleries castillanes – il va de soi, par ailleurs, qu’il est impossible de tracer des frontières nettes entre la production écrite dans le royaume léonais et la production du royaume de Castille. C’était par conséquent un repère acceptable, me disais-je. Qui plus est, mon travail démontrait que le point d’inflexion de l’activité des clercs de la chancellerie castillane se situait pendant les vingt dernières années du XIIe siècle et les quinze premières du XIIIe, et que les pratiques discursives changèrent vers 1220, c’est-à-dire au temps de la montée sur le trône de Castille de Ferdinand III en 1217. J’ai en effet proposé une périodisation de la production cléricale proche du palais dans mon ouvrage original. Et c’est là que le Libro de Alexandre trouvait sa place : les manuels de littérature affirment que ce poème fut composé entre 1220-1230. Pourquoi donc faire le chemin à rebours ? Je suis sans doute têtue, il me fallait regarder en amont, tenter de savoir à quel moment les conditions d’écriture de cette œuvre brillante furent réunies, essayer de préciser les raisons de la présence d’une idéologie de conquête et de victoire dans ce texte. J’aurais dû m’arrêter en 1214, peut-être : la cohérence du tableau aurait été plus grande. Mais je voulais connaître l’évolution des pratiques des clercs palatins, je devais poursuivre. Et 1230 apparaissait comme la date à ne pas dépasser, pour des raisons historiques. Pour des raisons pratiques, aussi : étudier les textes écrits jusqu’en 1252 m’aurait obligée à prendre en compte l’Historia de rebus, alors que l’une de mes étudiantes travaille sur cette œuvre, ainsi que les specula principum ou le Libro de Apolonio. Je ne pouvais pas trop embrasser. 1230 apparaît donc comme la date butoir pour moi, et comme le point de départ pour de recherches futures.

7Avec mon Inédit, avec quelques-uns de mes travaux, se posait une question centrale : comment analyser des textes ‘non littéraires’ avec les armes du chercheur en littérature ? Je commençais ma recherche en 1990 par l’étude d’une œuvre ‘totalement’ littéraire, le sempiternel Libro de Alexandre. Je l’attaquais avec les techniques du positivisme hispanique et j’étudiais ses sources, ses formes, ses thèmes. Je m’intéressais à l’usage esthétique du langage et abordais des points relatifs au domaine de l’oralité. La question de la réception de l’œuvre pointait déjà son nez dans ma thèse. Je n’ai pas abandonné mon obsession initiale, dégager la littérarité des œuvres ; j’ai continué d’étudier les constructions narratives des textes des clercs, leurs faits de style, leurs structures rythmiques, métriques et thématiques. Toutefois, partant de cette littérarité constitutive, j’ai avancé vers d’autres types de littérarité. Je me retrouvais face à des textes appartenant à des genres ‘sans visée esthétique institutionalisée’, tels que le discours historique ou diplomatique. Je me glissais dans le domaine de l’historien. Comble d’insouciance, je me promenais allègrement dans les champs de la linguistique et la diplomatique, de la même façon que je m’étais aventurée sur les domaines de la médecine médiévale juste après ma thèse. Je suis bien consciente d’avoir agi de manière désinvolte lorsque j’ai ignoré les frontières génériques et épistémologiques. Pour ma décharge, je voudrais suggérer que ce qui change est la perspective, en fin de comptes ; c’est l’œil du chercheur qui regarde le texte, et qui fait que les documents historiques se chargent de littérarité, même si celle-ci est infime.

8Ces diplômes, chroniques, préfaces à des textes de loi, dont la littérarité est conditionnée, sont des textes de propagande : ils servent bien « l’émission d’un message politique à partir de la cour royale ». Les constructeurs de ces messages ne furent autres que mes clercs, les clercs proches du souverain, que les messages en question eussent été destinés à la conversion du prince, à la communication des idéologies forgées par les élites, ou bien au divertissement du monarque et de sa famille. Revenons encore à ce Libro de Alexandre qui irrigue toute ma recherche et qui m’a permis de travailler sur la culture politique de la monarchie castillane avant Alphonse X, sur l’évolution et la superposition linguistiques du latin et du roman, sur la cohabitation de la prose et du vers, de l’oral et de l’écrit. Ce poème, qui constitue à lui seul un concentré du pouvoir monarchique et du pouvoir clérical, est l’un des premiers espaces textuels où la langue romane a gagné l’accès à la culture écrite. Ce seul fait mériterait qu’on lui accorde un peu plus d’attention qu’il n’en reçoit souvent, d’autant plus que, comme Jean Batany ou Serge Lusignan l’ont rappelé il y a peu, ce sont les notaires qui ont fait les langues vernaculaires : le romance s’est imposé à l’écrit en terre hispanique bien plus tôt qu’en France, par exemple.

9Aussi, le Libro de Alexandre m’a aidée à imaginer un contexte de réception pour les textes des clercs palatins. Sans prétendre accéder à la réalité quotidienne de la communication au temps passé, il me semble évident que la diffusion et la réception des histoires monarchiques sont en étroit rapport avec le passage du latin écrit à l’écriture de la langue vernaculaire et au rôle de la scripta, et que cette question, complexe s’il en est, doit être reliée à des problèmes plus ‘littéraires’, comme la construction d’une forme métrique, la cuaderna vía, dont la substance est latine, et qui ne peut se réaliser que dans un contexte roman et lettré. Tout cela pourrait bien relever, en partie au moins, des conflits et querelles de pouvoir autour de la langue qui eurent lieu chez les clercs de la chancellerie au tournant du XIIe et XIIIe siècle. C’est que j’ai défendu dans mon Inédit : les sílabas contadas pourraient découler des pratiques de la chancellerie castillane à une certaine période. Enfin, toujours en rapport avec la question de la forme de langue, on trouve le problème de l’accès des clercs à la réfléxivité, au discours métatextuel, qui n’est peut-être pas trop éloigné de la matérialisation du divin, comme le suggèrent les pages très séduisantes que Dominique Iogna-Prat a consacrées aux fondements d’une sacralité chrétienne.

10En définitive, j’aimerais croire que le Libro de Alexandre m’a ouvert les yeux. En l’adoptant pour compagnon de voyage, il était naturel que la littéraire ‘pure’ (pour autant que cette catégorie existe réellement) que j’étais en quittant l’Espagne ait acquis une autre nature, difficile à définir - au moins, j’aurais du mal à trouver une définition satisfaisante de mon travail. Les termes d’‘hispaniste’ et ‘médiéviste’ conviennent très bien, finalement.

11Je voudrais encore prendre cinq minutes pour revenir aux volumes qui constituent ce dossier. Le volumes des ‘Travaux’ fait état des moments forts de ma recherche : les articles sur les sources du Libro de Alexandre, qui ont dessiné les contours de la figure de son auteur ainsi que de celles des récepteurs de l’œuvre ; le travail sur la Babel et la Babylone alexandrines, qui m’ont permis d’entr’apercevoir la Cuenca d’Alphonse VIII ; l’analyse des fictions historiographiques et des récits sur le lignage royal ; la comparaison avec le Libro de Apolonio ; enfin, les Miraculos romançados, pour les raisons déjà dites. Si je les considère comme étant les moments forts de ma réflexion, c’est parce que grâce à eux j’ai pu concrétiser mon désir de travailler sur la chancellerie et sur l’espace culturel du palais royal castillan. Ils m’ont amenée vers l’Ouvrage Original et le document de Synthèse, ils m’ont conduite jusqu’ici.

12La Synthèse et l’Inédit ont été conçus comme un tout, échafaudé sur l’inévitable Alexandre. Très probablement, ce lien implicite n’a pas été suffisamment développé. J’ai peut-être eu peur de proposer des conclusions globales au sujet de la date de composition de ce poème dans l’ouvrage original, ce qui fait qu’il faut lire la synthèse pour comprendre entièrement mes hypothèses. Cette démarche par tâtonnements caractérise toute ma production, je m’en suis rendu compte en préparant le dossier. Dans la Synthèse, je n’ai pas procédé par blocs thématiques mais par chapitres transversaux, qui portent sur les savoirs des clercs, sur la matière monarchique et sur la cour comme espace de réception. L’écriture de ce document a été exaltante, mais pas toujours facile, après la longue rédaction de l’ouvrage original.

13Dans Les clercs au palais, j’ai matérialisé des intuitions. Cette monographie se divise en trois parties, après un premier chapitre destiné à poser les bases et les critères de ma recherche. J’ai ainsi écrit des pages, d’abord, sur les hommes et les pratiques, sur les clercs dont le métier est d’écrire et qui sont allés vers le palais. J’ai suivi les pas de quelques-uns de ces individus. Les plus connus sont Juan Díaz (ou d’Osma), Diego García, Rodrigo Jiménez de Rada. Les moins connus, Pedro de Santa Cruz, Pascasio, Mica surtout. Mica, qui m’a beaucoup réjouie et qui reste pour moi un défi, un indice pour des projets futurs. J’ai voulu proposer des hypothèses sur la collaboration, ou pas, de ces clercs avec le roi dans l’élaboration de la propagande royale.

14J’ai ensuite examiné les récits contenus dans les chartes. Les motifs présents ne sont pas nouveaux : ce sont ceux de la filiation, le vasselage, la conquête des villes, le conseil, la résolution d’obstacles. L’objectif de ces diplômes, à partir de 1180 et jusqu’en 1214, fut de proposer un personnage central, le roi héroïque. Les parties finales des chartes ajoutent du sens à la représentation ‘normale’ de la monarchie ; les diplômes optent explicitement pour la narrativisation, Alphonse VIII y est dépeint comme figure de victoire et d’éloquence. Le récit diplomatique se densifie dans les deux dernières décennies du XIIe siècle, la machine de propagande se met en branle, l’esthétique accompagne le politique.

15La partie finale du volume parle du plaisir d’écrire des clercs du roi ; je l’ai rédigée aussi pour mon plaisir. Je pouvais ainsi retrouver mes automatismes de ‘littéraire’, alors que j’analysais le paratexte du For de Cuenca, composé par un poème et un prologue en prose. Les textes examinés, en fin de compte, ne sont pas si nombreux ni ne peuvent être comparés aux productions françaises ou anglaises contemporaines. Ma tendance au pésimisme me dit qu’il n’y a pas de quoi fouetter un chat. Mais ces pièces, même minimes et peu nombreuses, sont tellement significatives ! Elles m’ont permis de découvrir tout un réseau de confluences, des idéologies et des techniques en vogue à la cour anglaise des Plantagenêt, qui ont vraisemblablement influencé le métier des clercs de la cathédrale et du palais, à Tolède. Il n’y a aucun doute que les clercs de la clergie composaient une nation internationale. Je suis par conséquent revenue à mes premières amours : la culture cléricale des XIIe et XIIIe siècles, l’éducation des gouvernants, la circulation d’idées à Tolède, souvent via la figure d’Alexandre le Grand.

16La thèse la plus visible de cette monographie est l’impression de contraction du volume de l’écriture historique, ailleurs que dans les diplômes, au tournant du XIIe et du XIIIe siècle. Autrement dit, la conviction que ce sont les chartes royales qui portent le récit des exploits du monarque pendant une longue période, et non pas les chroniques, sauf peut-être la Chronica Naiarensis (que je daterais pour ma part d’un peu avant 1180), sans m’appesantir maintenant sur le cas du Liber regum. C’est après 1214, après la mort d’Alphonse VIII, quelques années après l’avènement de Ferdinand III, que le volume de l’écriture historique se dilate à nouveau, et que l’on compose, dans le cadre palatin ou proche du palais, des textes comme les Annales tolédanes premières, le Liber regum Toletanus et la première partie de la Chronica regum Castellae. L’écriture historique abandonne alors le moule diplomatique pour se développer dans des formes autonomes – chronique, généalogie, annales. Cette histoire-là semble toujours marquée par les pratiques scripturaires des documents de la chancellerie – du moins, elle s’empare des thèmes que j’ai énumérés plus haut ; elle s’ouvre à des formes fictionnelles. Elle partage, enfin, l’espace de la représentation écrite du monarque avec un poème, le Libro de Alexandre, composé vraisemblablement aussi vers 1220, pièce monumentale de l’apologie monarchique et de la narration des faits mémorables des souverains.

17S’il fallait résumer en une seule phrase, en revanche, la portée que j’ai voulu donner à cet essai, je dirais que j’ai voulu étudier la part qu’a prise la cour de Castille au développement des lettres, avant 1230. Le but n’est pas original — Fernando Gómez Redondo a étudié la question dans sa somme sur l’histoire de la prose castillane. J’ai sans doute enfoncé des portes ouvertes. Je n’ai pas su réprimer ma tendance au bavardage, j’ai eu du mal à trouver la nécessaire concision dans le pages que vous avez lues. Georges Martin me rappelait, fort à propos, le mot de Pascal : « Je n’ai pas eu le temps de faire plus court ». Malgré les longueurs, les répétitions, les inexactitudes, j’aurais aimé aller encore plus loin, analyser de près le Planeta de Diego García, le Breviarium historia catholice de Rodrigo Jiménez de Rada, la Fazienda de ultramar et la Semeiança del mundo.

18C’est votre rôle, pas le mien, de commenter toutes les fautes contenues dans mon dossier. Je prendrai la liberté cependant d’en signaler les plus évidentes : les coquilles, les erreurs de langue, les inexactitudes dans ma traduction des textes latins au français… Pour ce qui est du contenu, j’ai le sentiment que les pages que j’ai consacrées à la réception des chroniques dans l’Inédit constitue un ‘hors sujet’. Mais tout en ressentant leur inutilité, je n’ai pas pu me résoudre à les effacer. J’ai été gênée de devoir travailler souvent à partir d’hypothèses non vérifiables ; je me suis sûrement trompée dans ma façon d’appréhender le Libro de Alexandre.

19Enfin, j’ai des projets, à court et à long terme, qui porteront encore et toujours sur les savoirs du palais, sur la réception, sur la circulation des idées, sur les clercs et les monarques, des projets que je voudrais mener à bien avec d’autres collègues et, surtout, avec les étudiants.

20Pendant la rédaction de ma thèse, j’avais lu l’œuvre complète d’Alexandre Dumas père ; c’est Fred Vargas qui a accompagné la rédaction finale de mon dossier pour l’Habilitation à diriger des recherches. Á l’évidence, j’aime l’intrigue, le feuilleton et le suspense. Je me risquerai à dire que c’est cela, pour moi, d’être médiéviste : lancer une enquête, progresser, trouver des preuves ou des indices, avec du plaisir comme viatique ; un plaisir que, une fois cette soutenance finie, j’éprouverai à nouveau, lorsque je me rappellerai la conversation passionnante que je me dispose à avoir avec vous.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amaia Arizaleta, « Écritures de clergie. De la charte à la littérature (Castille, XIIe-XIIIe siècles). », e-Spania [En ligne], 2 | décembre 2006, mis en ligne le 04 février 2008, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://e-spania.revues.org/4253 ; DOI : 10.4000/e-spania.4253

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org