Navigation – Plan du site

Avant-propos

Georges Martin

Texte intégral

À Marie-Madeleine Martinet

1Ce premier numéro de la revue e-Spania recueille pour l’essentiel les actes du colloque « Gobernar en Castilla durante la Edad Media : el papel de las mujeres (I) » (« Gouverner en Castille au Moyen Âge : la part des femmes »), co-organisé par la Casa de Velázquez, l’Instituto de Historia du CSIC-Madrid et le SIREM (GDR 2378, CNRS) et qui s’est tenu à la Casa de Velázquez (Madrid) les 17, 18 et 19 janvier 2005.

2Dans le cadre du programme fédérateur du SIREM « Exercer, concevoir, représenter et formuler le pouvoir dans l’Espagne médiévale », cette rencontre était la première d’une série consacrée par l’équipe « Philologie et histoire culturelle » (responsable : Georges Martin) aux femmes de gouvernement, qu’elles aient exercé directement le pouvoir royal ou que, d’une façon ou d’une autre, elles aient été associées à son exercice.

3Le royaume castillano-léonais a toléré l’accession des femmes à la royauté en l’absence d’héritier mâle. Avant Isabelle la Catholique, Urraque a régné à León et en Castille entre 1109 et 1126. Après elle, Bérengère héritera du trône de Castille en 1217. Abdiquant en faveur de son fils aîné Ferdinand (1217-1252), elle n’en exercera pas moins, tout au long de sa vie, une influence, à l’occasion capitale, sur le gouvernement du royaume. Marie de Molina, quant à elle, marquera puissamment l’idéologie et les pratiques politiques aussi bien en tant que reine, sous le règne de son mari Sanche IV (1284-1295), qu’en tant que régente, sous la minorité de son fils Ferdinand IV (1295-1312) et sous celle de son petit-fils Alphonse XI (1312-1350).

4Mais en marge de ces grandes figures, une population considérable de femmes, mères, tantes, sœurs et épouses de roi, reines ou infantes, parfois infantes portant le titre de reine, dotées d’immenses qualités intellectuelles et très certainement formées à une culture de gouvernement, entourent les monarques. Cette présence féminine dans l’exercice du pouvoir séculier descend par paliers du trône royal aux seigneuries où les femmes, là aussi, héritent et gouvernent.

5L’histoire castillano-léonaise a beaucoup à nous apprendre de la « condition féminine » dans l’Occident médiéval. Au-delà des simplifications de l’histoire anthropologique, les sources, sur ce point beaucoup plus riches en Espagne qu’en France, font apparaître une réalité complexe et nuancée où, en dépit de l’hégémonie indéniable d’un imaginaire favorable aux hommes, l’image de la femme est infiniment plus estimable et son rôle effectif plus grand et mieux perçu qu’on ne le dit couramment.

6Derrière le discours des clercs, ou bien dans la conflagration de leurs propos antagoniques, le chercheur voit émerger une femme puissante et qui fascine par sa connaissance et son maniement des mécanismes du pouvoir. L’histoire de la femme de gouvernement au Moyen Âge nous renseigne ainsi triplement : sur l’imaginaire « générique » des élites, sur les modalités d’une gouvernance féminine, sur les enjeux et les stratégies de la consolidation du pouvoir royal.

7L’exception française est une Espagnole, Blanche de Castille. Il fut en Castille bien d’autres femmes de cette trempe-là. C’est, entre autres objectifs, ce que les actes de ce premier colloque, publiés dans ce premier numéro d’e-Spania,entendent illustrer. Le panorama était immense, c’est pourquoi, au croisement de ce premier thème d’étude et d’un autre portant sur les chroniques, nous avons limité notre intérêt – la matière est déjà foisonnante – aux sources historiographiques.

8Mes remerciements vont à Isabel Alfonso, directrice de recherches au CSIC, et à Pierre Moret, directeur d’études à la Casa de Velázquez, qui m’ont prêté main forte dans l’organisation du colloque, ainsi qu’à Gérard Chastagnaret, directeur de la Casa de Velázquez, qui nous a très aimablement accueillis dans son bel établissement. J’ai aussi une bien amicale pensée pour José Manuel Nieto Soria qui a préparé une matinée « isabelline » particulièrement remarquable.

9Sabrina Menasri, si vive, créative et compétente, si généreusement dévouée, qui m’a accompagné, palier par palier, dans la réalisation de cette revue, sait la très haute estime dans laquelle je la tiens.

10Enfin, j’ai le grand honneur d’offrir, par ce n° 1 d’e-Spania, l’hommage de ma reconnaissance et de mon affectueux respect à Marie-Madeleine Martinet, directrice de l’École doctorale IV, grâce à qui la première revue électronique de l’Université Paris-Sorbonne a pu voir le jour.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Georges Martin, « Avant-propos », e-Spania [En ligne], 1 | juin 2006, mis en ligne le 06 décembre 2009, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://e-spania.revues.org/404

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org