Navigation – Plan du site
Gouverner en Castille au Moyen Âge : la part des femmes (1)

Le rôle politique des femmes dans la dynastie Trastamare

Jean-Pierre Jardin

Résumés

Nombreuses sont les femmes, dans la famille Trastamare, qui ont joué un rôle dans l’histoire de la dynastie et que l’on trouve évoquées, de façon plus ou moins rapide, dans les chroniques des xive et xve siècles. Cet article évoque à son tour ces grandes figures féminines, à partir d’une typologie qui vise à distinguer parmi elles les fondatrices, les victimes, les conciliatrices et les semeuses de désordre. Au bout du compte, une figure se détache de toutes les autres, celle d’Aliénor de Castille, reine de Navarre par son mariage avec Charles III, dont la conduite de chef de lignage se heurte au monde masculin qui l’entoure.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Henri II de Castille se définit avant tout comme « fils du bon roi Alphonse », et ses descendants (...)

1La branche bâtarde de la dynastie castillane que nous avons pris l’habitude d’appeler, du titre porté par le premier de ses représentants, Trastamare1, n’avait pas vocation à parvenir au pouvoir, et seule la volonté de ses fondateurs lui a permis d’accéder au trône de Castille : « ses fondateurs », en effet, puisque la volonté implacable d’Henri, le bâtard fratricide, n’aurait pas suffi à elle seule à assurer cet avenir à ses descendants : il a fallu qu’avant lui, autour de lui, d’autres membres de la famille s’attèlent à cette tâche. Parmi ces autres membres, nous allons le voir, on compte un certain nombre de femmes. Un peu plus d’un siècle plus tard, la dynastie s’éteint en se fondant dans une famille, les Habsbourg autrichiens, dont la projection internationale dépasse de très loin celle des Trastamare ; là encore, le rôle des femmes est indéniable : après l’affrontement opposant Jeanne « la Beltraneja » à Isabelle, sa tante, la victoire de cette dernière assure à la dynastie un glorieux apogée qui sera aussi un chant du cygne. Jeanne « la Folle », héritière de sa mère mais aussi, hélas, de sa grand-mère à l’esprit dérangé, clôt l’histoire ouverte par Aliénor de Guzmán. Aliénor, Isabelle, telles seront les bornes de notre enquête historiographique, au cours de laquelle nous aurons l’occasion de rencontrer quelques femmes remarquables, aux indiscutables qualités politiques. Doit-on considérer le nombre élevé de femmes ayant joué un rôle politique actif dans l’histoire de la dynastie (une douzaine en un siècle) comme une particularité Trastamare ? Cela semble douteux : tout au long du moyen âge (et au-delà), on trouve sous tous les climats et dans tous les royaumes, des femmes dont on devine qu’elles furent de vraies « femmes d’état » avant la lettre, et le silence ou la misogynie des chroniqueurs n’y peuvent rien changer. L’amplitude géographique des territoires sur lesquels la dynastie exerce son pouvoir, et dont peut surgir à tout moment une femme – ou un homme – exceptionnel(le), si elle est une nouveauté en Espagne, ne détonne pas dans l’Europe du XVe siècle. Cette extension progressive de l’influence des Trastamare, qui s’accompagne de l’apparition de « branches » souvent plus concurrentes qu’alliées, a été acquise au prix d’une politique matrimoniale active, dans laquelle les femmes ont eu leur mot à dire – parfois à leur corps défendant –, mais on est, là encore, face à un élément de continuité et non de rupture avec la situation précédente.

2Une douzaine de femmes, avons-nous dit, jouent un rôle suffisamment important dans la vie politique du royaume de Castille et dans celle des royaumes voisins pour que les chroniqueurs s’intéressent à elles dans leurs ouvrages – dont il convient peut-être de rappeler d’entrée la grande hétérogénéité, soumise à des interprétations nécessairement diverses. Dans le cours de cette communication, nous ne nous intéresserons qu’à celles dont le rôle a été actif, même si le sacrifice involontaire de certaines femmes a aussi eu son importance dans cette histoire du moyen âge tardif. Nous ne traiterons pas d’Isabelle ni de sa fille, qui auront demain pour les défendre des paladins plus aptes que nous à cette tâche. Ainsi limité, notre « corpus », si l’on peut dire, comprend les reines et infantes suivantes (peut-être n’est-il pas inutile, pour certaines d’entre elles, de les présenter brièvement) : outre Aliénor de Guzmán, qui est au fondement de la dynastie mais qui n’en fait pas vraiment partie, nous pouvons citer parmi les femmes nées au sein de la dynastie Trastamare ou l’ayant rejointe par le biais d’une alliance matrimoniale :

  • Jeanne, la fille de don Juan Manuel, épouse d’Henri II ;

  • Aliénor d’Aragon et Béatrice de Portugal, les deux épouses successives de Jean Ier ;

  • sa sœur Aliénor, épouse du roi Charles III de Navarre, peut-être la figure la plus remarquable de toutes celles dont nous allons parler ici ;

  • Aliénor d’Alburquerque, la « riche-femme », nièce d’Henri II par son frère Sanche et épouse de Ferdinand de Antequera, frère d’Henri III et premier roi Trastamare d’Aragon ;

  • Marie d’Aragon et Isabelle de Portugal, les deux femmes de Jean II de Castille ;

  • Marie de Castille, reine d’Aragon par son mariage avec Alphonse V ;

  • Blanche de Navarre et Jeanne de Portugal, femmes d’Henri IV, et Jeanne « la Beltraneja », sa fille ;

  • enfin, même s’il est difficile de la considérer comme une femme de la dynastie Trastamare, on ne saurait oublier Catherine de Lancastre, petite-fille de Pierre Ier et épouse d’Henri III.

3Si l’on veut maintenant dépasser la simple énumération des souveraines et infantes pour établir une véritable typologie de ces « personnages » – car leur inclusion dans la littérature historiographique en fait de véritables personnages – on pourra distinguer quatre grands groupes : les fondatrices (Aliénor de Guzmán, Jeanne Manuel, Catherine de Lancastre et – dans une moindre mesure – Aliénor d’Alburquerque), qui se caractérisent essentiellement par le surcroît de légitimité qu’elles apportent à la dynastie naissante ; les victimes (Béatrice de Portugal, Blanche de Navarre, Jeanne « la Beltraneja »), dont le rôle est souvent passif et dont, de ce fait, nous ne parlerons guère ici ; les conciliatrices (Marie de Castille, Aliénor d’Aragon – qui dans un texte au moins touche à la sainteté et préfigure Isabelle la Catholique – et peut-être, en certaines occasions, Aliénor de Navarre), qui s’efforcent d’apporter une solution aux innombrables conflits familiaux qui émaillent l’histoire des Trastamare ; les semeuses de zizanie enfin (Aliénor de Navarre – en d’autres occasions –, Marie d’Aragon, Isabelle de Portugal, Jeanne de Portugal), pour lesquelles les chroniqueurs se montrent rarement tendres. Bien entendu, il ne s’agit là que d’une simplification commode, et rares sont les souveraines qui n’apparaissent pas, selon la période de leur vie considérée ou selon le chroniqueur qui se charge d’en faire le portrait, dans deux ou trois de ces catégories, comme nous aurons l’occasion de le voir.

4Il nous faut ajouter qu’il existe évidemment une inégalité de traitement de ces reines ou infantes selon qu’elles aient vécu à une époque où les sources d’informations dont nous pouvons disposer sont peu nombreuses (règnes des trois premiers Trastamare, pour lesquels le grand chancelier Pero López de Ayala constitue pratiquement la seule source historiographique dont nous disposions et nous impose de ce fait sa vision de l’histoire) ou à une époque où les sources se multiplient et même, souvent, se contredisent, offrant un plus vaste panorama au chercheur désireux de se faire une idée de ce que furent réellement la personnalité, la vie et l’action politique de ces femmes à travers ce qui ne peut être qu’une recréation idéologiquement orientée (règnes d’Henri IV et surtout de Jean II). Il nous faut aussi tenir compte, dans certains cas, des relations qui se sont établies, bonnes ou mauvaises, entre le personnage qui nous intéresse et l’homme qui en dresse le portrait : le seul chroniqueur, à notre connaissance, à faire d’Aliénor d’Aragon une reine « noble et sainte » est aussi celui que l’on connaît comme « le grand dépensier de la reine », précisément parce qu’il tire gloire, dans son texte, des services qu’il a rendus à cette reine, dont il continue probablement à servir le fils cadet, situation qu’il est impossible d’ignorer à l’heure de tirer les conclusions de l’évocation élogieuse qu’il propose de son ancienne souveraine.

Les femmes comme sources de légitimité : la politique matrimoniale des Trastamare

5Si les femmes ont droit de cité dans nos chroniques, c’est d’abord parce qu’elles ont leur place dans la politique d’alliances matrimoniales que les souverains de la dynastie Trastamare mettent très vite en place – dès l’arrivée au pouvoir d’Henri II, et même avant celle-ci. Cette politique, nous l’avons dit, n’est pas à proprement parler une nouveauté, pas plus en Castille que dans les autres royaumes européens, et le nombre élevé de reines et d’infantes portant, au XVe siècle encore, le prénom d’Aliénor, est là pour nous rappeler que dès le XIIe siècle les souverains castillans avaient pratiqué une telle politique, à travers, notamment, le mariage d’Alphonse VIII avec Aliénor d’Angleterre, fille d’Aliénor d’Aquitaine. Cela dit, les historiens s’accordent pour souligner l’ampleur de cette politique matrimoniale, qui prend toute sa place dans la politique d’expansion de la dynastie et lui assure, à terme, les trônes d’Aragon et de Navarre – le Portugal résistant mieux à cette pression, au moins au XIVe siècle. Cette réalité trouve son écho dans nos chroniques, qu’il s’agisse pour leurs auteurs de célébrer l’apport de légitimité assuré par les reines que l’on peut qualifier de « fondatrices », de souligner les perspectives offertes par les mariages des princesses castillanes avec les héritiers des autres trônes péninsulaires, ou de déplorer les rares échecs de cette politique. Nous citerons ici trois exemples représentatifs de cette conception du rôle des femmes.

  • 2  Suma de reyes du grand dépensier de la reine Aliénor d’Aragon [1402-1405], BNM 9268, f. 147, trans (...)

6Le premier a trait au mariage fondateur d’Henri de Trastamare, qui n’est pas encore Henri II, avec Jeanne Manuel, fille de don Juan Manuel, et par conséquent arrière petite-fille du roi Ferdinand III, mais aussi héritière des droits sur le trône de Castille de la famille de Lara et de ceux des La Cerda. L’importance de cette union est soulignée d’une façon un peu maladroite par le grand dépensier, qui considère que la reine, dont il évoque très brièvement l’origine lignagère au début du chapitre consacré au règne d’Henri II (« Et este rey don Enrrique era casado con-la reyna doña Juana, fija de don Juan, fijo del ynfante don Manuel »2), est une source essentielle de légitimité parmi celles dont peuvent se réclamer le roi Henri III et son frère Ferdinand, descendants par trois voies de Ferdinand III :

  • 3 Ibid. f. 151.

El terçero debdo es de doña Blanca, muger de don Juan, fijo <de don Juan, fijo> del ynfante don Manuel, que viene deçendiente deste noble rey don Ferrando e del rey sant Luys de Françia, e de parte desta doña Blanca, madre de-la dicha doña Juana, su abuela de nuestro señor el rey e del señor ynfante, viene otrosi de padres a fijos deçendientes deste rey don Ferrando fasta los dichos señores e hermanos rey e ynfante3.

  • 4  Pero LÓPEZ DE AYALA, Crónica del rey don Enrique, segundo de Castilla, in : id., Crónicas, édition (...)

7Mais Carlos Estepa, dans sa communication, nous a montré l’importance de ce mariage dans la chronique du chancelier Ayala, au moment où sont rapportés les arguments développés par la comtesse d’Alençon pour justifier des droits de ses fils, sinon sur le trône de Castille, du moins sur les seigneuries de Biscaye et de Lara4 : tout repose en effet sur les droits réels de Jeanne Manuel, cousine des derniers des Lara à avoir possédé des droits directs sur ces seigneuries (les enfants de Juan Núñez, morts sans descendance) alors que la comtesse d’Alençon en était la tante. À cette occasion, tant la comtesse que les conseillers du roi développent des arguments reposant sur l’histoire du lignage. Il est à noter qu’Henri, en la circonstance, ne raisonne qu’à partir de ses propres intérêts de souverain castillan – nécessité pour le royaume de garder la main sur des seigneuries aussi importantes –, sans se préoccuper de ceux de sa femme ni lui demander son avis (peut-être parce qu’elle est en position de faiblesse ?). On mesure à cette occasion l’importance qu’a eue l’union d’Henri et Jeanne, et l’on comprend mieux l’entêtement avec lequel Aliénor de Guzmán a mené à bien ce mariage – nous allons y revenir.

  • 5  Sur cette figure, il convient de lire la remarquable monographie d’Ana ECHEVARRÍA, Catalina de Lan (...)

8Parmi les figures fondatrices de la dynastie, ou du moins parmi les reines qui ont apporté un surcroît de légitimité aux Trastamare, il en est une qui conserve un statut particulier, dans la mesure où elle représente l’autre branche de la famille royale, celle que précisément le premier des Trastamare a écartée du trône en assassinant Pierre Ier : nous voulons parler, bien sûr, de Catherine de Lancastre : singulier destin que celui de cette femme qui a épousé le petit-fils de l’assassin de son grand-père5 ! La chronique d’Ayala ne laisse aucun doute sur les motivations politiques de cette union, destinée à renforcer la position des Trastamare face aux possibles revendications de monarques concurrents (après la victoire d’Henri, le roi du Portugal Ferdinand avait été le premier à se manifester, mais les droits du duc de Lancastre étaient autrement plus solides, et c’est pour mettre fin à un conflit de plusieurs années que le mariage de Catherine et d’Henri avait été décidé). D’autres chroniqueurs reprennent cette justification en introduisant un élément religieux et/ou moral dans leur argumentation : l’union en question calmait les inquiétudes du saint Siège, et assurait à la dynastie la protection divine qui lui avait été retirée au moment de la guerre civile, ce qui justifiait aux yeux de certains la victoire portugaise d’Aljubarrota :

  • 6  Refonte de la Suma de reyes du grand dépensier [1465-1468?], transcription personnelle du ms. BU S (...)

Ya oystes dezir de suso como caso vna fija del rrey-don-Pedro con-el duque de Alencastre, el-qual dicho-duque, porque dizia pertenesçerle a-la dicha su-muger estos rreynos de Castilla e-Leon, fazia g[u]erra-h[a]-estos rreynos en-tienpo del rrey don Juan, su-padre. E porque asy fue dada sentençia por-el Santo Padre que por-estonçes-era, que-los dichos rreynos de Castilla e Leon fuesen-dados a-la dicha fija del dicho rrey don Pedro e al-duque de-Alencastre, su marido, asy como eredera del dicho rrey-don-Pedro, el qual dicho rrey don-Juan non queria pasar por-la dicha-sente[ncia] ; e por-el e por-los grandes del rreyno fue acordado que, por quitar esta g[u]erra e-la sentençia desco munion [qu]el Santo Padre ponia al dicho rrey don-Juan sobre-la dicha rrazon, e porque esperavan grandes males e g[u]erras, e por-las escusar, e porque-tornase la corona rreal de-Castilla ha estado deuido e a-la linea derecha de-los rreyes antiguos, fue-acordado que este noble rrey don Enrrique casase, como caso, con-la rreyna-doña Catalina, fija del dicho duque de-Alencastre e de-la dicha doña Maria, su-fija del dicho rrey don Pedro. E por esto, çeso la-g[u]erra e discordia sobre esta rrazon. E esta-rreyna doña Catalina fue muy noble rreyna, e mucho virtuosa e justiçiera6.

9L’apport réel de Catherine à sa famille d’adoption est indéniable : paix avec l’Angleterre, satisfaction des anciens pétristes, dont certains profitent de l’occasion pour revenir en Castille, légitimation de sa descendance aux yeux de tous ceux qui tenaient les Trastamare pour des usurpateurs – il devait bien en rester quelques-uns. Grâce à Jeanne Manuel et à Catherine de Lancastre, le futur Jean II est le premier souverain depuis Ferdinand III à bénéficier d’une légitimité indiscutable, on ne peut l’ignorer. Si les chroniqueurs (Ayala et quelques auteurs d’œuvres mineures) se montrent souvent discrets dans leur éloge de la reine, celui-ci est dressé par exemple par le poète Ruy Páez de Ribera dans un poème postérieur à la naissance de Jean II et conservé dans le Cancionero de Baena :

  • 7  Brian DUTTON et Joaquín GONZÁLEZ CUENCA (éd.), Cancionero de Baena, Madrid : Visor Libros, 1993, p (...)

La dueña que vees estar sentada,/ vestida de negro en alta silla,/ aquella es la qual por quien fue Castilla/ de todos males e daños librada,/ que por ella fue la paz otorgada/ en este regnado [regno] con el de Inglatierra,/ e della nasçió la lumbre en la tierra/ por la qual será Castilla ensalçada.// Por ésta fue fecho el igualmiento/ entre los reyes que estavan partidos/ en los omezillos antigos avidos :/ ovieron por ella buen consejamiento./ E agora en ella está el regimiento/ de aquel noble rey e de todo su algo/ e por ella serán los sus fijosdalgo/ tornados en breve a su estamiento.// El muy alto Dios la quiso dotar/ en dos complimientos de grant perfeçión :/ muy alta e real en generaçión, qual ya en España non fallan su par ;/ en seso e nobleza non es de dudar/ que entre las mugeres tal non es fallada,/ nin en todos los bienes atán acabada/ en parte del mundo se pueda fallar7.

  • 8  Fernán PÉREZ DE GUZMÁN, Generaciones y semblanzas, éd. Domínguez Bordona, Madrid: Espasa-Calpe, 19 (...)
  • 9  Jean-Pierre JARDIN, « Voix et échos du monde nobiliaire dans l’historiographie trastamare », Cahie (...)

10Tous les auteurs ne dressent pas, comme Ruy Páez, un parallèle rigide entre les origines de Catherine, sa haute naissance, et ses qualités morales ou politiques. Dans un portrait plus célèbre que ce poème – plus tardif aussi –, Fernán Pérez de Guzmán se montre infiniment plus critique vis-à-vis de cette reine hommasse, intempérante, à demi paralysée et – du point de vue politique, c’est essentiel – dominée par ses favoris : « Fue […] liberal e manifica, pero muy sometida a priuados e muy regida dellos, lo cual, por la mayor parte, es biçio comun de los reyes »8. Le commentaire final de Pérez de Guzmán est important dans la perspective qui est la nôtre aujourd’hui : on a souvent glosé le passage où Hernando de Pulgar finit par qualifier la reine Isabelle la Catholique de « roi », dans son désir de lui rendre justice. On voit ici que Pérez de Guzmán, déjà, n’avait pas hésité à traiter une reine de Castille comme n’importe quel roi, faisant ici passer la fonction avant la personne. Cependant, il faut introduire un bémol en soulignant – nous l’avons démontré en une autre occasion9 – que pour cet auteur la confusion des sexes est un grand vice : si la Castille va vers sa fin, c’est notamment parce que les nobles chevaliers acceptent le gouvernement des femmes, et Catherine, qui ressemble plus à un homme qu’à une femme (« En el talle e meneo del cuerpo tanto pareçia onbre como muger »), est l’illustration de cette perversion de valeurs qui annonce la fin du monde. La traiter comme s’il s’agissait d’un roi comme les autres n’est donc pas, pour notre auteur, un procédé innocent.

11Catherine a décidément eu un destin étonnant : après la mort de son mari, il lui a appartenu de défendre son fils et son héritage et d’assumer la régence en collaboration forcée avec son beau-frère Ferdinand, pour qui elle n’avait sans doute guère de sympathie. Sur cette période de coexistence forcée nous reviendrons plus loin.

12Auparavant, qu’il nous soit permis de citer le troisième de nos exemples, l’union malheureuse – du point de vue politique – de Jean Ier et de Béatrice de Portugal, qui avait pour but avoué de faire tomber dans l’escarcelle castillane le royaume voisin, et qui échoue à cause de l’appétit excessif du roi, des origines illégitimes supposées de la reine, et surtout à cause de la résistance de la société portugaise. L’évocation la plus originale de cet échec, et celle qui fait la plus large place à la figure de la reine, se trouve dans la refonte de la chronique du grand dépensier, texte rédigé probablement dans les années 1465-1468 à partir d’une source perdue :

  • 10  Refonte de la Suma de reyes, BU Salamanque 2309, f. 55v°, transcription personnelle. L’erreur sur (...)

E este noble-rrey don Juan, su marido, despues de-su finamiento, caso segunda vez <que> con-la rreyna doña Beatriz, fija del rrey-don Fernando de Portogal, e-fija de-la muger de don Lorençio de Cuña, que este Rey don Fernando le tomo al-dicho don Lorençio de-Cuña por amores que della vuo. E por esta se-leuanto la cançion-que dize<n> : « ¡ Ay !, donas, ¿ por-que tristura… ? » E por esta causa, el-dicho don Lorençio traya vnos cuernos de oro en-la-cabeça por estos rreynos de-Castilla. E el dicho rrey-don-Fernando de Portogal caso con ella, e fue llamada la-rreyna doña Ysabel, que-le dizian « la flor de altura ». El-qual casamiento fizo con-la dicha rreyna doña Beatriz <e> este-noble e catolico rrey don Juan con-tal que, despues de-la fin deste rrey don Fernando de Portogal a-cabo de doze años, [non] aviendo fijo legitimo en-esta rreyna que-se nonbrase rrey de-Portogal, este rrey don-Juan se-nonbro rrey de Castilla y de Leon e Portogal, non-curando de-las condiçiones susodichas ; [e] el e la dicha rreyna, su muger, se-quisyeron entrar en-el dicho rreyno de Portogal por-lo tomar para sy. E-los portug[u]ese[s] acordaron de je-lo rresistir, diziendo que-la-dicha rreyna doña-Beatriz non-era, nin podie ser, fija legitima eredera del-dicho-rreyno de Portogal e-del dicho rrey don-Fernando, porque la ovo en-la dicha doña Ysabel viviente el-dicho don Lorençio de-Cuña, su marido, aviendojela-tomado por-fuerça10.

13Ce texte n’est pas le seul, au XVe siècle, à privilégier, au détriment des causes proprement politiques, l’aspect « sentimental » et anecdotique de l’événement, nous le verrons. Soulignons simplement pour en finir sur ce point que ni Jeanne Manuel ni Béatrice de Portugal n’apparaissent ici comme les sujets de leur propre histoire, mais qu’elles se trouvent au contraire instrumentalisées par la volonté d’autrui – souvent des hommes. Dans le cas du mariage de Jeanne, cependant, un élément mérite qu’on s’y arrête : ce n’est pas un homme, en effet, qui se fait maître du destin de la future reine, ni Henri, ni son frère qui est encore à cette époque le souverain de la Castille, ni même Fernán Manuel, le chef de la famille à laquelle appartient Jeanne, qui avait pour elle d’autres projets, mais c’est une femme, depuis la prison où elle a été confinée et dans laquelle elle vit aux côtés de Jeanne. Cette femme, on l’a deviné, c’est Aliénor de Guzmán, qui précipite les choses en organisant le mariage secret, et surtout la consommation de ce mariage, dans une scène restée célèbre :

  • 11  P. LÓPEZ DE AYALA, Crónica del rey don Pedro, in : id., Crónicas, édition citée, Ire année, ch. 12 (...)

Después que el conde don Enrique, fijo el dicho rey don Alfonso e de doña Leonor de Guzmán, e los otros señores fueron en la merced del rey, segund dicho avemos, el conde iva cada dia a ver a doña Leonor su madre do estaba presa en la cárcel del rey en Sevilla. E estaba allí con ella doña Juana, fija de don Juan Manuel, que era esposa del dicho conde don Enrique : e por quanto doña Leonor sopo, ca le fue dicho estonce, que don Ferrando, señor de Villena, hermano de la dicha doña Juana, trataba por partir este casamiento e que casase su hermana con el rey don Pedro, o con el infante don Ferrando de Aragón, primo del rey, que allí estaba, fabló doña Leonor de Guzmán con el conde su fijo, diciéndole que ficiese sus bodas con la dicha doña Juana su esposa. E así lo fizo el conde, e consumió con ella el matrimonio ascondidamente en el palacio do la dicha doña Juana estaba con doña Leonor su madre. E desto pesó mucho al rey, e a la reyna doña María su madre…11.

14C’est en cela aussi qu’Aliénor peut sans peine être qualifiée de fondatrice de la dynastie. Il est très rare en effet que les femmes de la famille royale, dans la vision qu’en donnent les chroniques, prennent en main leur destin… ou celui des autres, et Aliénor mérite pleinement d’être tenue pour une reine, même si ce n’est qu’une reine de l’ombre. En règle générale, en effet, les tentatives faites en ce sens par les reines ou les infantes ont une fin malheureuse, pour elles ou pour certains de leurs proches : telle est du moins la leçon que l’on semble pouvoir tirer de l’histoire d’Aliénor d’Alburquerque, fille de Sanche et petite-fille d’Aliénor et d’Alphonse XI connue comme « la riche-femme », ou de celle de sa cousine Aliénor de Castille, fille d’Henri II et femme de Charles III de Navarre.

Les deux mariages d’Aliénor d’Alburquerque

15Peut-on qualifier de malheureuses les amours de la « riche-femme » dont les possessions couvraient un immense territoire, la femme du premier souverain Trastamare d’Aragon – Ferdinand d’Antequera – et la mère des célèbres infants d’Aragon, dont deux fils seront rois (de Navarre et d’Aragon pour l’un, d’Aragon et de Naples pour l’autre) et deux filles, reines (de Castille et du Portugal) ? C’est pour le moins une entreprise hasardeuse. Il existe cependant un épisode assez mystérieux, situé au tout début du règne d’Henri III et peu de temps avant le mariage d’Aliénor avec son cousin Ferdinand, qui laisse supposer que la « riche-femme » s’est trouvée placée, à un moment de la lutte des « épigones Trastamare » (fils et filles, neveux et nièces d’Henri II) contre le pouvoir royal, parmi les « victimes » de la politique matrimoniale des souverains de sa famille. Cet épisode, qui se déroule à Burgos en 1392, est constitué par l’assassinat – probablement sur l’ordre du duc de Benavente – d’un vassal d’Alfonso de Norueña, Día Sánchez de Rojas (frère du futur archevêque de Tolède) :

  • 12  Idem, Crónica del rey don Enrique, tercero de Castilla e de León, in édition citée, IIe année, ch. (...)

Así acaesció que un sábado en la tarde, andando a caza un caballero vasallo del rey que decían Día Sánchez de Rojas, que estaba en la partida del conde don Alfonso e del arzobispo de Santiago, viniendo a hora de visperas cerca de un quarto de legua de la cibdad de Burgos, salieron a él dos omes de caballo las lanzas en las manos, e matáronle ; e los que le mataron decían al uno Pero Lobete, e al otro Juan de Castrillo. E desque estas nuevas llegaron a la cibdad de Burgos, ovo grand revuelta, en manera que todos estaban armados en sus barrios. E sospechaban los parientes del dicho Día Sánchez de Rojas, e aquellos de cuya partida era el dicho caballero, que fuera muerto por consejo de algunos de los grandes que eran de la otra partida, especialmente del duque de Benavente, por quantos los que le mataron andaban en su casa del dicho duque, e fueron luego conoscido. E desque estas nuevas llegaron a Burgos, fueron a donde estaba muerto el dicho Día Sánchez de Rojas, e trojéronle a la cibdad, e otro dia le enterraron en el monesterio de Sant Francisco. E ovo este día grand revuelta en la cibdad, e todos los señores e caballeros andaban armados ; e quiso Dios que non ovo más. E Pero Lobete e Juan de Castrillo, fecha la muerte, fuéronse dende como iban armados en sus caballos12.

16Si les tenants et les aboutissants de ce crime ne paraissent pas poser de problèmes d’interprétation, il est une affirmation de Pero López de Ayala qui surprend les historiens et qu’ils considèrent aujourd’hui comme erronée : ce Día Sánchez, nous dit et nous répète le chroniqueur, était le premier mari d’Aliénor d’Alburquerque – ce qui lui donne une importance qui peut expliquer son assassinat :

  • 13 Ibid., II, 12, p. 791.
  • 14 Ibid., p. 793.

E esta doña Leonor fuera casada con Día Sánchez de Rojas, el que avemos contado que mataron cerca de Burgos viniendo de cazar13;
E como quier quel duque por su voluntad quisiese casar con la dicha doña Leonor, segund que lo enviara decir a la reyna de Navarra, e ella lo dixo al rey así, empero los suyos desbaratárongelo, por quanto era su prima, e otrosí por quanto fuera mujer de Día Sánchez de Rojas, el que mataron cerca de Burgos, e ternía la gente sospecha quel duque fuera en la dicha muerte
14.

17La documentation de l’époque ne garde aucune trace de ce premier mariage d’Aliénor, qui a d’ailleurs très rapidement ensuite (1393) célébré ses épousailles avec son cousin Ferdinand. On voit mal, d’ailleurs, pourquoi la famille Trastamare aurait choisi de s’allier avec une famille dont le statut était encore, à cette époque, relativement modeste ; notons tout de même que le père de Día Sánchez, Juan Martínez, était alcalde de los fijosdalgo et membre du conseil royal et que la famille, comme Sanche, le père d’Aliénor, avait de puissants intérêts dans la région de Burgos. Mais alors pourquoi cette affirmation répétée du chroniqueur, qui paraît très sûr de son fait ? Sans que cela puisse apporter une réponse assurée à ce problème, il convient de prendre en compte une autre version de l’épisode, rapportée par Lope García de Salazar dans ses Bienandanzas e Fortunas rédigées dans les années 1460-1470 :

  • 15  Ne faudrait-il pas plutôt lire pero ?
  • 16  Lope GARCÍA DE SALAZAR, Las bienandanzas e fortunas, éd. du texte complet par Ángel Rodríguez Herr (...)

E por quel duque de Venavente su tio fizo matar a Diego de Rojas estando en Burgos a dos escuderos suyos andando a caça, ovo escandalo en la cibdad e saliose el duque de la corte, e la cavsa desta muerte deste Diego de Rojas fue por quel era casado con vna fija bastarda del conde don Sancho su tio deste duque, porque este duque tratava por ella de casar con la condesa de Alborquerque que era fija eredera del dicho conde don Sancho, que era desposada con el ynfante don Ferrando fijo del rey don Juan, que era de siete años y ella condesa avia siete XX años e queria dexar el menor por el mayor, e touieronlo concertado por15 aquella su hermana bastarda descobriolo ella aquel su marido Diego de Rojas que biuja con el duque, e el dixolo al rey don EnRique. E porque guardaron a la dicha condesa, fizolo matar este duque e tomo aquella su muger por mançeua, ca era mucho fermosa, e trayala consigo…16.

18Cette version, au premier abord, paraît trop romanesque pour être digne de foi, et peut être rapprochée des allusions au cocufiage de João Lourenço da Cunha dont il a été question plus haut, ou de l’étrange récit supposé donner les raisons de la guerre de Cent Ans dans le Victorial de Gutierre Díaz de Games, qui est en réalité une version « historicisée » du conte traditionnel de la mannekine. Pourtant, ce récit évite de faire d’Aliénor la femme trop vite consolée de Día Sánchez, même si la sœur bâtarde qui est supposée la trahir ne semble pas avoir eu d’existence réelle. Reste en tout cas la trace d’une probable tragédie familiale liée à l’appétit politique des membres du lignage Trastamare et à leur manque total de scrupules ou de sens moral. L’épisode relève de l’anecdotique, mais il est tout de même significatif du peu de cas que l’on fait des femmes et de leurs éventuels sentiments dès lors que les ambitions politiques sont en cause. Une autre « épigone » Trastamare illustre par son attitude – exceptionnelle, il convient de le souligner – les risques encourus par les femmes dans ce jeu politique riche en retournements d’alliances : nous voulons parler d’une autre Aliénor, la reine de Navarre fille d’Henri II.

Un ménage désuni : Charles de Navarre et Aliénor de Castille

19Dans le cadre de sa politique de légitimation, Henri avait marié sa fille légitime Aliénor à Charles, héritier du trône de Navarre, devenu Charles III après la mort de son père, le célèbre Charles le Mauvais. Charles III a semble-t-il été un souverain moins retors que son géniteur. Pourtant, est-ce la réputation du père qui déteint sur le fils ? Toujours est-il que sous le règne de Jean Ier, ce dernier a la surprise de voir sa sœur se réfugier en Castille avec ses enfants en affirmant qu’elle craint pour sa vie dans son royaume d’adoption. Charles proteste officiellement et le souverain castillan demande des explications à sa sœur. Il est intéressant de voir les accusations portées par celle-ci contre son mari et contre l’entourage de ce dernier, car elles illustrent tout autant la situation qui est faite aux souveraines étrangères dans les royaumes où elles se voient obligées de vivre après leur mariage que les illusions qu’elles ont pu se faire avant ce mariage, ainsi que les peurs irraisonnées et de l’ordre du phantasme qui peuvent les saisir (même si, dans le cas de la reine de Navarre, il semble bien qu’il y ait une large part de mauvaise foi dans la formulation de ces craintes) :

  • 17  P. LÓPEZ DE AYALA, Crónica del rey don Juan, primero de Castilla e de León, in éd. citée, XIIe ann (...)

[…] E después que su padre el rey de Navarra finó, e regnó el rey mi marido e mi señor, mandastes a mí que me fuese luego con él a su regno de Navarra ; e yo, señor, fícelo así, e partí de vuestro regno, e levé conmigo todo lo que aquí tenía por ir más honradamente a su casa, e otrosí levé mis fijas, e dueñas e doncellas de grand linaje, mis criadas. E, señor, como quier que a mí sea grand vergüenza de lo decir, después que yo fui en el regno de Navarra, non fui acogida nin tratada como debía, nin los mismos que conmigo fueron fallaron y aquel acogimiento que debieran ; e él ordenó cierta quantía que yo debía aver cada mes para mi estado e mantenimiento mío e de mis fijas e de mi casa, lo que nunca me fue pagado ; por lo qual avía de empeñar mis joyas, e los míos pasaban muy mal. E después, señor, fui en el su regno, e en la su casa muy enferma, e segund creo, e me dicen, fuéronme dadas yerbas por un judío su físico, que curaba de mí en aquella dolencia, en guisa que ove de morir. […] E agora, señor, yo estó aquí en el vuestro regno, e en la vuestra casa, e en la vuestra merced […] por lo qual vos pido por merced que vos querades aver vuestro consejo sobre esto, e por el debdo que yo he en la vuestra merced veades cómo debo yo de facer…17.

20Dans cette affaire, il faut le dire, la reine n’a pas le beau rôle et apparaît comme une femme égoïste, incapable de vivre loin du luxe auquel elle a été habituée dans sa jeunesse et dans la première partie de sa vie maritale, qui s’est déroulée en Castille ; quant aux accusations d’empoisonnement par un médecin juif, elles relèvent d’une forme d’antisémitisme qui est largement répandue dans les royaumes hispaniques et extra-hispaniques de l’époque. Elles correspondent peut-être à une forme de paranoïa de la part d’Aliénor, mais aussi à une volonté de dramatiser sa situation que l’on retrouve quelques années plus tard lorsqu’elle revêt des vêtements de deuil pour accueillir à Roa les messagers de son neveu Henri III qu’elle accuse – lui aussi – de vouloir sa mort :

  • 18 Id., Crónica del rey don Enrique tercero, éd. citée, p. 871.

la reyna llorando, e sus fijas las infantas, e todas sus dueñas e doncellas vestidas de prieto, fabló con [ellos] e díxoles que quál era la razón por quel rey su sobrino la quería matar, e desheredar de lo quel rey su padre e el rey su hermano le dejaran. E en fin de las razones díxoles que si el rey le diese cartas de seguro, que iría a él […] ca se rescelaba mucho18.

  • 19  De fait, la peur de l’empoisonnement est une peur typiquement aristocratique, utilisée par nombre (...)
  • 20  “[…] otrosí, si non la enviase o embargase la su ida, era muy mal, ca él non debía nin pondría est (...)

21Nous verrons cependant qu’au-delà de l’apparente frivolité de la reine, cette décision surprenante cache une volonté affirmée d’échapper à une tutelle masculine pesante chez une femme à la très forte personnalité19. Il est à noter, cependant, qu’Aliénor est contrainte de se mettre sous la protection de son frère, plaçant ce dernier dans l’embarras, partagé qu’il se trouve entre son affection pour sa sœur, ses obligations envers un beau-frère qui est aussi un voisin dangereux et les commandements de l’Église qui interdisent de délier ce qui a été lié par elle20. Aussi les deux souverains vont-ils parvenir à un accord consensuel : dans un premier temps, si Charles accepte l’idée de voir sa femme vivre loin de lui, il obtient en revanche de voir lui revenir sa fille aînée, qui est aussi son héritière, et dont le mariage pourrait lui causer souci, ainsi que l’expliquent ses ambassadeurs :

  • 21  Ibid., XII, 10, p. 680-681.

Como vos, señor, sabedes, él non tiene fijo varón que sea heredero del su regno, e su fija la infanta doña Juana e de la reyna, su mujer, vuestra hermana, es primogénita e heredera segund costumbre de España ; e dubda nuestro señor el rey que por esta manera que es entre él e la señora reyna, su mujer, que podrá acaescer que la reyna casase esta fija primogénita heredera en algund logar que non sería a voluntad del rey su marido, de lo qual vernía grand escándalo, ca si esta señora infanta casase en logar que fuese contra la voluntad del rey de Navarra, su padre, luego el rey e su regno farían que el infante don Pedro, hermano del rey, fuese heredero, e non le oviese la fija, puesto que fuese contra costumbre de España, que aviendo fija legítima e non varón, debe ella heredar. E el rey nuestro señor, en la manera que agora es entre él e su mujer, non puede aver fijo varón della, non se veyendo más de lo que agora se ven. E pues las cosas son en este estado, fasta que Dios quiera por su merced que vengan a mejor, querría el rey nuestro señor que la reyna le enviase esta su fija primogénita, e cesaría el temor que el rey tiene en este caso21.

22On ne peut dire plus clairement que le problème qui se pose ici est avant tout, est uniquement, d’ordre politique. Dans un royaume où la loi salique est inconnue, on notera que la régularité de la succession au trône peut être remise en cause si cette succession contrevient aux intérêts supérieurs du royaume et de la dynastie : on ne peut dire plus clairement que la situation des femmes, même dans des royaumes comme la Castille et la Navarre où elles peuvent accéder au trône, reste fragile.

  • 22  La reine continue de résister aux pressions de son neveu et de son mari qui souhaitent son départ (...)
  • 23 Ibid., V, 1, p. 877.

23Cette solution va se révéler provisoire, et Charles reviendra à la charge sous le règne d’Henri III, fils et successeur de Jean Ier, qui est loin d’entretenir avec sa tante – pour des raisons sur lesquelles nous reviendrons – les relations qu’entretenait son père22. Cette fois, la reine de Navarre est contrainte de céder à la force (le roi l’a placée sous bonne garde en attendant son départ pour la Navarre). En apparence au moins, la victoire est du côté du pouvoir, et du pouvoir masculin ; pourtant, la reine ne se déclare vaincue qu’après une dernière concession de son neveu, de qui elle exige « que mandase algunos perlados letrados que viesen si ella debía ir a Navarra sin aver otros aseguramientos más de los quel rey su marido facía de presente »23, puis de son mari, qui accepte de s’humilier devant les deux légats envoyés par Benoît XIII (l’évêque de Zamora et celui d’Albi) et devant l’archevêque de Tolède envoyé par le roi de Castille en jurant solennellement, sur les Évangiles, qu’il n’a aucunement l’intention d’attenter à la vie de sa femme,

  • 24 Ibid., V, 2, p.878.

que todas las informaciones e miedos e temores que a la reyna su mujer avían puesto de él, que eran mintrosos, e que siempre fuera su voluntad de la mirar e amar e honrar así como era razón de amar e honrar a su mujer24.

  • 25  Une participation active à la défense de sa ville de Roa, par exemple, dont elle détient personnel (...)

24Nous sommes alors en 1395, et l’affaire aura duré cinq ans. Dans ce combat, Aliénor est allée aussi loin qu’elle le pouvait en tant que femme, et mérite bien le titre de reine qu’elle porte et qu’emploie systématiquement Ayala pour parler d’elle par son caractère bien trempé – dont on aimerait qu’il s’accompagnât d’un sens politique plus fin –, que l’on devine dans maints épisodes de la lutte qui l’oppose à son neveu après la majorité de celui-ci25.

Des reines imparfaites à la reine idéale

25Il faut dire, en effet, qu’Aliénor avait pris une part active aux luttes de pouvoir opposant les différents membres de la famille Trastamare encore vivants lors de la minorité d’Henri III, et que l’attitude qu’elle avait alors adoptée, telle que la rapporte le chancelier Ayala, est pour le moins ambiguë : dans un premier temps en effet, elle apparaît comme un facteur de stabilité s’interposant entre les rebelles et les partisans du souverain avec la volonté affichée de pacifier la situation et de « servir le roi » (but avoué qui n’est souvent, on le sait, qu’un alibi) :

  • 26 Ibid., I, 25, p. 746-747.
  • 27 Ibid., I, 26, p. 747.

[…] la reyna de Navarra […] fue para ellos, e comenzó luego a les decir que aquel ayuntamiento de gentes que avían fecho ellos, e el que farían los otros que estaban con el rey, que pudiera escusar, porque todo era deservicio del rey e daño del regno, e que tal fecho como éste era de librar por el regno e por cortes ; e que en tanto estragaban el regno, e facían en ello muy grand deservicio del rey. […] e la reyna de Navarra, desque vio que non podía librar con el duque [de Benavente] e con el arzobispo de Toledo […] rogóles […] que ella iría al rey para ver lo que se podía facer en esto, porque los fechos viniesen a bien e a concordia. […] E la reyna de Navarra, […] rescelando que avría algund escándalo entre ellos e los que estaban con el rey […] fablaba con ellos en la manera que se le entendía, por poner los fechos en buenos términos…26.
La reyna de Navarra, porque entendía que así complía al servicio del rey, trató con los unos e con los otros, tanto que los trajo e acuerdo que se viesen en uno, e fincó así asosegado27.

  • 28  "E magüer que mucho trabajó en ello, non les pudo estorvar que fuesen su camino […] E non pudo est (...)

26Ses interventions, il est vrai, ne sont guère suivies d’effet, comme le reconnaît le chroniqueur28, mais elles ont le mérite d’exister.

27Au fil du temps, l’attitude de la reine se modifie, passant de l’appui au roi à l’hostilité envers celui-ci et envers ses partisans. Un tel renversement de situation peut s’expliquer par la volonté de la souveraine de défendre ses intérêts propres, qui ne coïncident pas avec ceux du titulaire du trône de Castille ni surtout avec ceux de ses collaborateurs, qui appartiennent à un autre camp. Mais dans le cas d’Aliénor, il semble bien qu’il faille aller plus loin et que la volonté de la reine a surtout été de préserver les intérêts de l’ensemble de la famille Trastamare, qui adopte à cette époque, il faut bien le reconnaître, une attitude suicidaire alors même que l’union du nouveau souverain avec la petite-fille de Pierre Ier peut faire craindre un retour en force des anciens pétristes ou de leurs descendants. L’intelligence politique dont fait preuve la reine de Navarre, qui se montre en l’occurrence la digne fille de son père, et l’aveuglement des autres membres de la famille, uniquement préoccupés de leurs intérêts personnels et sans aucune vision politique d’ensemble à long terme, apparaissent tout particulièrement dans l’attitude qu’elle adopte face à l’ostracisme de l’ensemble des épigones Trastamare vis-à-vis du comte Alfonso de Norueña – dont l’attitude égoïste et stupide n’a rien, il est vrai, pour lui attirer la sympathie de ses proches parents :

  • 29 Ibid., II, 2, p. 756.

Díxoles que le parescía que este fecho se desbaratase, e que non se desbarataba por otra cosa salvo por non querer consentir ellos quel conde don Alfonso entrase en el regimiento ; e que le parescía que non era bien fecho : ca el conde don Alfonso era su hermano e fijo del rey don Enrique, e que magüer de presente estaba de la partida e vando de los otros, que bien podía ser que a luengo tiempo se llegase a sus parientes…29

  • 30  Ainsi en est-il lorsqu’elle intervient pour faire libérer son beau-frère l’infant Henri : “E a-cab (...)
  • 31  Par exemple dans cet épisode rapporté par le continuateur de la Estoria del fecho de los godos : “(...)
  • 32  “E estando asi los fechos en este estado, este rey don Juan sopo esto, e fablo de secreto con la a (...)

28L’attachement au groupe familial est une caractéristique que l’on retrouve chez d’autres reines de la dynastie, notamment chez les deux cousines Marie d’Aragon, reine de Castille et femme de Jean II, et Marie de Castille, reine d’Aragon et femme d’Alphonse V. Malheureusement pour la Castille, cette solidarité familiale n’a pas la même façon de s’exprimer chez les deux femmes : alors que la femme d’Alphonse V défend les intérêts de son mari et de ses beaux-frères chaque fois qu’ils sont mis en danger (souvent à cause de la politique brouillonne et agressive de la famille d’Aragon, d’ailleurs), la femme de Jean II reste fidèle à sa famille d’origine30 et ne prend jamais le parti de son mari, bien au contraire : son opposition au connétable de Castille et à sa politique est à ce point évidente31 que l’on a pu avancer que sa mort était due à un empoisonnement commandité par Álvaro de Luna, désireux de se débarrasser une fois pour toutes de ses ennemis à la cour ; l’accusation ne repose sur rien, mais nous renvoie à ce qui a été dit précédemment de la reine de Navarre et de ses craintes. Les chroniqueurs ont de ce fait peu de sympathie pour cette reine dont on retrouve le nom maintes fois mêlé à ceux de tous les rebelles à l’autorité royale, au point de se convertir en geôlière de son royal mari32, alors même que les interventions de la sœur de Jean II, même si elles se font à l’avantage des ennemis de ce dernier, sont saluées par les mêmes chroniqueurs : nous ne citerons ici, pour le prouver, que l’épisode fameux lors duquel la reine se précipite pour s’interposer entre les armées castillane et aragonaise sur le point d’en découdre en 1429, épisode que rapportent tous les chroniqueurs, avec parfois (Gonzalo Chacón) un zeste d’ironie :

  • 33  Refonte de la Suma de reyes, BUSal. 2309, f. 67r°, transcription personnelle.
  • 34  Pedro CARRILLO DE HUETE, Crónica del halconero mayor, éd. Juan de Mata Carriazo, Madrid: Espasa-Ca (...)
  • 35  [Gonzalo CHACÓN], Crónica de don Álvaro de Luna, éd. Juan de Mata Carriazo, Madrid : Espasa-Calpe, (...)

E duro esta-guerra-bien por espaçio de-tres-a[ñ]os, fasta tanto que, por rruego de-la noble e vertuosa rreyna-doña Maria, muger-deste-rrey don Alfonso de-Aragon, hermana deste rrey don-Juan, e de-la rreyna madre del dicho rrey don Alfonso e rrey don Juan de-Nauarra e infantes don Enrrique e don Pedro, fue-fecha-paz e-concordia entre ellos33 ;
E el miércoles que fueron treinta días del dicho mes, estando todos aparejados para vatalla, ynteruino la señora rreyna de Aragón e su muger, fija del noble rrey don Enrrique, hermana del dicho señor rrey don Johan, e púsose enmedio de los rreales e tratando entre ellos. […] E traxo tales maneras porque los rreyes saliesen seguros […] E venieron a tal pacto, por rruego de la señora rreyna de Aragón, que ellos fuesen seguros34 ;
Estando en aquel punto, vino al condestable la reyna doña María de Aragón, hermana del rey e muger del rey de Aragón, a la qual pesaba mucho de la entrada de los reyes en Castilla, tanto por la una parte como por la otra. E como aquella que doblado debdo tenía, traía doblado cuidado, viniendo no a jornadas de reyna mas de trotero. […] E después de avidas muchas fablas con el condestable e aquellos caballeros que con él eran, su conclusión, por la qual encargadamente e con grand afincamiento, rogó al condestable e a aquellos caballeros que con él eran, fue ésta : que le otorgasen tres cosas […] La reyna tornó a le rogar muy afincado e encargar mucho que lo fiziesse…35.

  • 36  En témoignent ces extraits de la chronique d’Álvaro de Luna, où le connétable et la reine se trouv (...)

29La modalité d’intervention de la reine, il est vrai, est très éloignée de l’attitude politique volontariste de sa cousine : c’est en femme et non en reine qu’elle agit, sur le mode de l’affectif (elle demande ou supplie, elle négocie, elle discute, elle n’exige pas)36. Aussi est-elle une reine vertueuse, pour reprendre le terme utilisé par Valera dans le récit qu’il fait de cet épisode dans sa Chronique abrégée (« por virtud de la dicha señora reyna… »), très éloignée de sa cousine ou de celle qui sera, quelques années plus tard, reine de Castille au temps d’Henri IV, Jeanne de Portugal, la mère de la Beltraneja, sur laquelle les chroniqueurs portent un jugement sévère lié à sa conduite scandaleuse, indigne d’une reine de Castille, même s’ils savent parfois faire preuve d’un peu de pitié :

  • 37 Crónica anónima de Enrique IV de Castilla – 1454-1474 (crónica castellana), éd. María Pilar Sánchez (...)

Sin la desafiar larga dolençia, en el termino de tres dias la reina doña Juana, madre de doña Juana, por quien tantos males en estos reinos vinieron, fue muerta de abscondida enfermedad ; muchos piensan que fueron yervas las que tan de subito la llevaron, otros afirman que de esquinençia haver muerto, mas como quiera que sea ella, fue poco sentida su muerte ni llorada, salvo de muy pocas damas que le avian quedado. Esta fue una de las hermosas mugeres que en su tiempo huvo, fue revista, e de ricas joyas fue muy rica y mui tenida mientras la fortuna quisso, mas despues nunca se lee de reina que mas aviltadamente fuesse tratada tanto que la muerte le fue descanso37.

30À l’opposé de cette reine exécrable, un auteur au moins a rencontré dans sa vie une reine idéale : c’est du moins ce qu’il affirme, sans que l’on sache bien s’il est sincère, s’il a été effectivement ébloui par les vertus de la souveraine dont il a été le serviteur, ou si sa démarche est à replacer dans une volonté de plaire à celui qu’il sert au moment où il rédige sa chronique, et qui n’est autre que l’un des fils de la reine en question. Cet auteur, c’est l’anonyme « grand dépensier » et la reine, Aliénor d’Aragon, première femme de Jean Ier disparue en 1382. C’est dans le chapitre qu’il consacre à son époux que le chroniqueur dresse un éloge appuyé de la souveraine en se fondant sur ses souvenirs personnels – c’est même ainsi que l’on apprend incidemment la fonction qui fut la sienne à la cour de Castille –, avant de reprendre dans le dernier chapitre de son ouvrage l’essentiel de son jugement pour en tirer des conclusions favorables au roi Henri III et à son frère Ferdinand, tous les deux fils d’Aliénor :

  • 38  Suma de reyes, BNM 9268, f. 151-152, transcription personnelle.

E fue casado con-la santa e noble reyna doña Leonor, fija del rey don Pedro de Aragon. E puedo la llamar santa yo que esto escreui, segund las santas obras que yo a-esta noble reyna bi fazer en todas las siete obras de misericordia, dello en publico, e todo lo mas en ascondido e espeçial mente en dar limosnas. E digo que-lo se y lo-vi mas que otra persona ninguna de-las de su casa, por quanto-yo era su-despensero mayor, e por su merçed me avia encomendado todos los mas fechos de la su-casa, e era vno del su consejo. […] Segund que en-esto, tal era la su conçiençia santa en todas las otras cosas : por lo qual tengo sin ninguna dubda que, quando ella fino, que se fue derecha mente al parayso. […] Et yo que esto escreui, non he [a] marauilla de fazer estos justos e nobles señores e leales hermanos estas bondades que dichas son, pues ellos son fijos de justo e noble rey, e de-la santa e noble reyna que yo conosçi38.

  • 39  “Por quanto esta señora reyna estaua en muy grand menester de dineros por conplir estas obras de c (...)
  • 40  “E el confesor fuese luego a-la reyna con esta mensajeria, e quando ge-lo dixo todo segund que es (...)

31Une fois de plus, l’éloge de la reine repose sur des qualités qui ne sont pas politiques mais morales ou religieuses. Cependant, l’anecdote choisie par l’auteur pour illustrer son propos, conformément à la structure de son ouvrage (« E de todas las sus obras santas que yo a esta noble reyna bi fazer e ella fizo, yo non porne aqui mas de vna dellas, que fue en-esta guisa »), déborde largement de la sphère privée pour dresser de la reine un portrait « politique » de femme consciente de ses devoirs de reine et de seigneur : alors qu’elle manque cruellement d’argent pour doter les jeunes filles de bonne famille dont elle s’occupe pour ainsi dire maternellement (c’est un devoir que prennent à leur charge nombre de souverains – et de souveraines – que de « caser » les enfants de leurs vassaux), la reine reçoit une ambassade des juifs de ses aljamas qui, en remerciement de la bienveillance avec laquelle elle les a traités, notamment du point de vue financier, lui proposent un prêt39. Malgré leur insistance et l’appui que leur apportent dans cette démarche le confesseur de la souveraine – un Aragonais – et l’auteur lui-même, Aliénor reste intraitable, de peur que des juifs en désaccord avec ceux qui sont venus la trouver lui reprochent un jour, à elle ou à sa famille, d’avoir accepté ce prêt40. Cette sur cette posture morale que repose, selon notre auteur, la « sainteté » de la reine.

32Cette conception de la sainteté est aux antipodes de l’action politique véritable. Pourtant, le témoignage du grand dépensier a l’avantage de rappeler l’existence d’une « maison » de la reine distincte de celle du roi : non seulement la reine a ses propres serviteurs – cela va de soi –, mais aussi, semble-t-il, ses propres conseillers. C’est une réalité qui n’apparaît guère ailleurs, les reines agissant toujours seules, mues par leurs sentiments personnels. Il y a des exceptions, cependant : outre Aliénor d’Aragon, on peut citer ici Jeanne Manuel, qui apparaît, à l’époque de la guerre civile, non pas entourée d’un conseil qui lui serait propre, mais capable de réunir autour d’elle des hommes fidèles susceptibles d’assurer ponctuellement cette fonction de conseillers :

  • 41  P. LÓPEZ DE AYALA, Crónica de don Pedro primero, éd. citée, XVIII, 29, p. 39 ; c’est nous qui soul (...)

Agora tornaremos a contar cómo fizo la reyna doña Juana, mujer del rey don Enrique. Así fue que estando en Zaragoza, non sabía cómo avía de facer, ca en Aragón non osaba estar, porque avía muchos grandes en el regno que non querían bien al rey don Enrique su marido, así como eran la reyna de Aragón, e el conde de Urgel, e el conde de Cardona e otros. Otrosí non sabía do se ir, ca el rey don Enrique estaba muy desbaratado en Francia, e non fallaba las ayudas así como le cumplían por quanto era paz entre el rey de Francia e el rey de Inglaterra. E la reyna ovo su consejo con algunos grandes señores e caballeros que querían bien e servicio del rey don Enrique, los cuales eran el infante don Pedro, tío del rey de Aragón e el conde de Ampurias, e el arzobispo de Zaragoza, e don Pedro de Luna, e otros señores e caballeros, e díxoles la queja en que estaba, e demandóles consejo. E el infante don Pedro, tío del rey de Aragón e padre del marqués de Villena, que era conde de Denia, dixo así : “Señora, yo fui criado en las cunas de los reyes, e conozco e sé bien las maneras de las sus cortes, e non puedo más declarar ; mas mi consejo es que luego partades de aquí, e vos vayades a Françia, do está el rey don Enrique vuestro marido, e non vos detengades en este regno de Aragón.” E todos los otros que querían bien al rey don Enrique fueron en este consejo ; e fue bueno, ca segund las maneras e tratos que estonce andaban entre el rey de Aragón e el príncipe de Gales, pudiera aver peligro en la estada de la reyna. E así partió luego la reyna de Zaragoza, e fuese para Francia, do estaba el rey don Enrique su marido, e fallóle en una villa que dicen Servian, que es en Lenguadoc41.

33C’est aussi le cas, d’une certaine façon, de la reine Catherine de Lancastre, même si ses conseillers sont qualifiés plus volontiers de « privados » ou favoris. Car ce qui différencie le favori du conseiller est ici, essentiellement, l’aspect intéressé des conseils du premier, qui n’a pas le sens de l’État. Mais qui peut juger de ce dernier point ? Les chroniqueurs, qui sont en général des hommes engagés, ne sont pas les mieux placés pour cela, et la différence d’appréciation sur la régence de Catherine entre, d’une part, l’auteur de la chronique de Jean II (Álvar García de Santa María) et celui de la refonte du Despensero, et d’autre part celui de la version actualisée après 1476 de ce même texte, en témoigne :

  • 42  [Álvar GARCÍA DE SANTA MARÍA], Crónica de Juan II de Castilla, éd. Juan de Mata Carriazo y Arroqui (...)
  • 43  Refonte de la Suma de reyes, BUSal. , f. 61r°, transcription personnelle.
  • 44  Suma de reyes, version actualisée ca. 1476, BNM 1518, f. 143r°, transcription personnelle.

Paresçe que algunos que buscaban sus provechos e sus atijaras, buscando la honrra e el provecho para sí, dando a entender que seruía cada vno a su parte, boluieron las voluntades los vnos a la reina e los otros al ynfante, por les ser más priuados ; poniendo sospecha la vna parte a la otra, dándoles a entender que cada vno quería llevar la honrra al otro42;
E por[que] este noble e catolico rrey don Juan rreyno en-tan-tierna edad, entre la dicha rreyna doña Catalina su madre e el dicho infante don Fernando ovo muy grandes diuisyones sobre el rregimiento e gouernaçion-del rreyno en-tanto quel dicho rrey-don Juan estaua en-tutela ; e fue acordado por-ellos e por-todos los del rreyno que Castilla Vieja con Viscaya e el rreyno de-Leon con-todas las villas e logares que-son allende-los puertos [tuviese en-gouernaçion la dicha reyna doña Catalina] ; el-dicho infante don-Fernando, todo el rreyno de Toledo con-el Andaluzia, e-el rreyno de [Murcia] con-todas las villas e logares de aquende-los puertos, [e] asy mesmo el rreyno de Galizia43.
Despues que murio este noble rey don Enrrique, alçaron los altos omnes del reyno por rey a su fijo, el infante don Juan, del qual beso las manos el infante don Ferrando, su tio, en nombre suyo e de todo el reyno. E como el infante don Juan era niño de fasta año e medio, quedo por tutora e curadora del rey e del regno la reyna doña Cathelina, su madre, la qual gouerno los reynos de Castilla en mucha paz e concordia. En este tienpo, seyendo el rey don Juan niño, murio el rey don Martin, rey de Aragon ; e la reyna doña Catelina, queriendo remunerar al infante don Ferrando la lealtad e fidelidat que tenia con el rey don Juan, su fijo, mando lo llamar e le dixo que, por quanto el rey don Martin de Aragon era muerto e a su fijo, el rey don Juan, e a-ella, pertenesçia el dicho reyno, quel rey e ella le fazian merçed del, e que ella le daria gente e dinero e lo que ouiesse menester para lo tomar. E el dicho infante don Ferrando resçibio la merçed que la señora reyna le fizo en nombre de su fijo, el rey don Juan, e suyo ; e poniendo lo luego por obra, fue rey de Aragon44.

34On constate par cet exemple qu’il existe des degrés dans les jugements portés sur cette régence : si la chronique de Jean II est de loin le texte le plus critique, non seulement vis-à-vis de la reine mais aussi vis-à-vis de l’infant Ferdinand, puisque tous les deux sont dits victimes de mauvais conseils, la version actualisée du Despensero, qui passe sous silence l’existence d’une co-régence en n’évoquant que la reine et en taisant les dissensions dont font état les autres textes est le plus consensuel : faut-il rappeler qu’il a été rédigé sous le règne des Rois Catholiques, héritiers des deux protagonistes ? Entre ces deux versions extrêmes, la refonte représente un moyen terme.

35En conclusion, les chroniqueurs de l’époque Trastamare nous fournissent une vision assez objective du rôle politique des reines et infantes de leur époque, que ce rôle ait été – c’est le cas le plus fréquent – secondaire, en relation avec la solidarité dynastique (renforcement des liens, légitimation) ou qu’il soit au contraire entré en conflit avec cette même solidarité, ou plus exactement avec la solidarité unissant les membres d’une même branche de la dynastie face aux représentants des autres branches, ressenties comme concurrentes. Les personnalités d’exception – en particulier, dans la période qui nous intéresse, la reine Aliénor de Navarre – apparaissent dans leur complexité dès lors que l’on se donne la peine de lire attentivement le texte des chroniques qui en traitent. Ce fait n’exclut pas pour autant les jugements de valeur négatifs sur ces mêmes personnalités et de façon générale sur toutes celles dont l’activité ou l’attitude va à l’encontre des intérêts supérieurs du royaume et de ceux de la dynastie qui l’incarne. La reine idéale reste, aux yeux de ces hommes, la femme « sainte et noble » qui sait demeurer à sa place de gardienne de la cohésion familiale. On est encore très loin de l’image que donnera d’elle-même Isabelle de Castille, même si certains indices laissent préfigurer ce qui sera la réalité de l’époque isabelline.

Haut de page

Notes

1  Henri II de Castille se définit avant tout comme « fils du bon roi Alphonse », et ses descendants se réfèrent volontiers à lui comme fondateur du lignage, sans référence aucune au comté de Trastamare.

2  Suma de reyes du grand dépensier de la reine Aliénor d’Aragon [1402-1405], BNM 9268, f. 147, transcription personnelle.

3 Ibid. f. 151.

4  Pero LÓPEZ DE AYALA, Crónica del rey don Enrique, segundo de Castilla, in : id., Crónicas, édition, prologue et notes de José-Luis Martín, Barcelone : Planeta, 1991, VIIIe année, ch. 10-11, p. 467-474.

5  Sur cette figure, il convient de lire la remarquable monographie d’Ana ECHEVARRÍA, Catalina de Lancaster, reina regente de Castilla (1372-1418), Hondarribia [Fontarrabie] : Nerea, 2002.

6  Refonte de la Suma de reyes du grand dépensier [1465-1468?], transcription personnelle du ms. BU Salamanque 2309, f. 56v°-57r°.

7  Brian DUTTON et Joaquín GONZÁLEZ CUENCA (éd.), Cancionero de Baena, Madrid : Visor Libros, 1993, p. 503-504.

8  Fernán PÉREZ DE GUZMÁN, Generaciones y semblanzas, éd. Domínguez Bordona, Madrid: Espasa-Calpe, 1954, p. 19.

9  Jean-Pierre JARDIN, « Voix et échos du monde nobiliaire dans l’historiographie trastamare », Cahiers de linguistique et de civilisation hispaniques médiévales, 25 (2002), p. 195-209, notamment p. 207.

10  Refonte de la Suma de reyes, BU Salamanque 2309, f. 55v°, transcription personnelle. L’erreur sur le prénom de la mère de Béatrice, Leonor Téllez de Meneses, se retrouve dans d’autres manuscrits de cette version.

11  P. LÓPEZ DE AYALA, Crónica del rey don Pedro, in : id., Crónicas, édition citée, Ire année, ch. 12, p. 21-22.

12  Idem, Crónica del rey don Enrique, tercero de Castilla e de León, in édition citée, IIe année, ch. 3, p. 758. Douze ans plus tard, on retrouvera Pero Lobete corsaire au service de Benoît XIII (cf. Gutierre DÍAZ DE GAMES, El Victorial, éd. Rafael Beltrán Llavador, Madrid : Taurus, 1994, p. 279).

13 Ibid., II, 12, p. 791.

14 Ibid., p. 793.

15  Ne faudrait-il pas plutôt lire pero ?

16  Lope GARCÍA DE SALAZAR, Las bienandanzas e fortunas, éd. du texte complet par Ángel Rodríguez Herrero (4 vol.), Bilbao : Diputación de Vizcaya, 1967, III, lib. XVIII, p. 318-319.

17  P. LÓPEZ DE AYALA, Crónica del rey don Juan, primero de Castilla e de León, in éd. citée, XIIe année, ch. 8, p. 675-676.

18 Id., Crónica del rey don Enrique tercero, éd. citée, p. 871.

19  De fait, la peur de l’empoisonnement est une peur typiquement aristocratique, utilisée par nombre de chefs de lignages pour justifier trahisons et renversements d’alliance. Sur ce thème, on peut lire en particulier l’étude de Franck COLLARD, Le crime de poison au moyen âge, Paris : Puf, 2003, notamment p. 106-108, 124-130, 133-136, 164-172, 241-252 et 257-271.

20  “[…] otrosí, si non la enviase o embargase la su ida, era muy mal, ca él non debía nin pondría estorbar que la mujer non fuese do su marido…” (P. LÓPEZ DE AYALA, Crónica de Juan primero, XII, 8, p. 676). “E el rey don Juan, desque oyó todas estas razones, estaba en muy grand cuidado, ca él amaba e quería muy bien a la reyna, su hermana, así como era razón; otrosí el rey era de buen entendimiento e de buena consciencia, e placíale que la reyna fuese facer su vida con el rey de Navarra, su marido” (Ibid., XII, 9, p. 679).

21  Ibid., XII, 10, p. 680-681.

22  La reine continue de résister aux pressions de son neveu et de son mari qui souhaitent son départ pour la Navarre (P. LÓPEZ DE AYALA, Crónica del rey don Enrique tercero, IV, 19, p. 864-865) ; “non se tenía por contenta” (Ibid., IV, 23, p. 867), nous dit le chroniqueur, et elle exige une sûreté –qui lui est refusée- pour venir s’expliquer à la cour, soutenue par son cousin Pierre. “E el rey yendo para Roa, llegó a él el confesor de la reyna de Navarra, que le enviaba a él, e díxole cómo la reyna, su tía, se encomendaba en su gracia, e le enviaba decir que era mucho maravillada de los sus privados que en tales fachos le ponían contra ella, aviendo ella los debdos que avía en la su merced […] E el rey dixo al confesor quél non se pagaba de tantas palabras como la reyna le enviaba decir cada día, e después facer obras en contrario” (Ibid., IV, 26, p. 870).

23 Ibid., V, 1, p. 877.

24 Ibid., V, 2, p.878.

25  Une participation active à la défense de sa ville de Roa, par exemple, dont elle détient personnellement les clefs : “E tomaron los de la villa el pendón del rey, e pusiéronle encima del muro, e descerrajaron la puerta, ca la reyna tenía las llaves…” (Ibid., IV, 24, p. 871).

26 Ibid., I, 25, p. 746-747.

27 Ibid., I, 26, p. 747.

28  "E magüer que mucho trabajó en ello, non les pudo estorvar que fuesen su camino […] E non pudo esto con ellos" (Ibid., I, 25, p. 746).

29 Ibid., II, 2, p. 756.

30  Ainsi en est-il lorsqu’elle intervient pour faire libérer son beau-frère l’infant Henri : “E a-cabo-de-los dichos tres años, asy por rruego de-la dicha rreyna doña Maria, su muger deste rrey don Juan, como del rrey don Alfonso de-Aragon, su hermano, e de[l] -Santo Padre, e de otros muchos rreyes e-grandes honbres que por-el rrogaron, el dicho-rrey lo mando soltar al dicho infante, pensando que-se escarmentaria de-los fechos pasados” (Refonte de la Suma de reyes, BUSal. 2309, f. 66r°, transcription personnelle).

31  Par exemple dans cet épisode rapporté par le continuateur de la Estoria del fecho de los godos : “Fue asi que asi por enducimiento de la reyna doña Maria, mujer deste rey don Juan, madre deste principe don Enrique, e de los dichos sus tios, rey de Navarra e infante don Enrique, este principe don Enrique se fue del rey don Juan, su padre, que no quiso mas andar en su compañia, porque no queria el rey echar de si al dicho su condestable” ( CODOIN, CVI).

32  “E estando asi los fechos en este estado, este rey don Juan sopo esto, e fablo de secreto con la abadesa de Tordesillas, rogandole que embiase ciertas cartas que tenia a Peralvarez de Osorio, conde de Trastamara, e a Gutier Quijada, que en cualquier manera lo sacasen de aquella opresion en que estaua en aquella villa de Tordesillas en poder de la reyna doña Maria, su mujer, e del rey don Juan de Navarra, e del almirante, sus primos. […] Los dichos reyna de Castilla, e rey de Navarra, e almirante, e los otros grandes que con ellos estauan, acordaron de dar por guarda al rey a don Diego Gomez de Sandoval” (ibid.).

33  Refonte de la Suma de reyes, BUSal. 2309, f. 67r°, transcription personnelle.

34  Pedro CARRILLO DE HUETE, Crónica del halconero mayor, éd. Juan de Mata Carriazo, Madrid: Espasa-Calpe, 1946, XIX, p. 38.

35  [Gonzalo CHACÓN], Crónica de don Álvaro de Luna, éd. Juan de Mata Carriazo, Madrid : Espasa-Calpe, 1940, XXI, p. 82-83.

36  En témoignent ces extraits de la chronique d’Álvaro de Luna, où le connétable et la reine se trouvent bizarrement unis dans cette dimension affective : “E como quiera que el rigor e saña del rey en alguna manera fue tenplado por los ruegos de la reyna de Aragón, su hermana, e a afectuosas suplicaçiones del su condestable; mas el propósito pincipal no fue mudado […] Pues volvió la reyna para el su reyno de Aragón asaz desconsolada, porque non avía podido acabar con el rey lo que pensaba, e muy espantada de ver el grand poder que el rey llevaba…” (Crónica de don Álvaro de Luna, éd. citée, p. 87-88).

37 Crónica anónima de Enrique IV de Castilla – 1454-1474 (crónica castellana), éd. María Pilar Sánchez-Parra, 2 vol., Madrid: Ediciones de la Torre, 1991, II, XCIX, p. 492.

38  Suma de reyes, BNM 9268, f. 151-152, transcription personnelle.

39  “Por quanto esta señora reyna estaua en muy grand menester de dineros por conplir estas obras de caridad, e espeçial mente por casar en buenos lugares donzellas de alta sangre e pobres e menesterosas que se venian para ella con grand menester de pobreza que tenian, et estando ella en-este tan grand menester por conplir estas cosas, venieron a ella judios çiertos de cada aljama de-sus villas desta señora reyna a-librar con-ella negoçios de-sus aljamas por quien ellos venian. E ellos sabiendo del su menester de-la reyna, fablaron con vn confesor desta señora reyna, que dizian fray Mig[u]el, que veniera con-la reyna a ser su confesor desde Aragon, el qual confesor era persona muy debota e de muy buena vida. E dixieron a-[e]ste su confesor, estando yo que esto escreui presente, como auian sabido del grand menester de-la señora reyna, e que-le dixiese de su parte dellos que, pues ella en tanto menester estaua, que demandase lo que-la su merçed fuese a-las aljamas de-las sus villas, que de muy <buena> buena mente ge-lo darian todos los judios de-sus aljamas por-les auer fecho a todos ellos tanta merçed de-les non aver enbiado pedir seruiçio ninguno de mucho nin de poco desque-las villas eran suyas, segund que-lo demandauan los otros señores e señoras del reyno [a-las aljamas] de sus lugares. E el confesor dixo les que dezian como-buenos seruidores, e a muy buen tienpo segund el menester que-la reyna tenia, e que-la reyna ge-lo ternia en grand seruiçio para fazer merçed por ello asi a-las sus aljamas como a ellos” (Ibid.).

40  “E el confesor fuese luego a-la reyna con esta mensajeria, e quando ge-lo dixo todo segund que es dicho, dixo le la reyna : « Por çierto, yo nunca tales dineros tomare, avn que estos judios esto digan, nin pedire yo a-las aljamas lo que nunca les pedi fasta agora, ca non querra Dios que-les yo pida cosa por que ellos ayan de maldezir a-mi señor el rey e a-los ynfantes, mis fijos, e a-mi. E por esto, antes quiero pasar mi menester e sufrirlo que-les enbiar dezir que me den lo que dizen. » E a esto le dixo el confesor : « Señora, vos non auedes en-esto pecado ninguno, pues dellos mesmos se leuanta para vos lo querer dar. » E entonçes, dixole la reyna : « Avnque estos judios digan esto por se engraçiar, a otros judios mis vasallos pesara por me-lo ellos dar, e nos maldiran a todos por ello. » E por mucho que el confesor dixo en-esto, mostrando le muchas razones de como-lo podria fazer sin ningund pecado, nunca desta razon se quiso partir, fasta le dezir el confesor que-las sus aljamas ge-lo enbiarian sin ge-lo ella enbiar pedir. E ella toda via deziendo que, avn que-los judios ge-lo traxiesen delante sin pedir, que ge-lo tornaria ; e por todo quanto le fue dicho desto e del su me[ne]ster grande en-que estaua por que-lo auia de fazer, sienpre estido firme en-la su primera respuesta” (Ibid.).

41  P. LÓPEZ DE AYALA, Crónica de don Pedro primero, éd. citée, XVIII, 29, p. 39 ; c’est nous qui soulignons.

42  [Álvar GARCÍA DE SANTA MARÍA], Crónica de Juan II de Castilla, éd. Juan de Mata Carriazo y Arroquia, Madrid : Real Academia de la Historia, 1982, ch. 12, p. 57.

43  Refonte de la Suma de reyes, BUSal. , f. 61r°, transcription personnelle.

44  Suma de reyes, version actualisée ca. 1476, BNM 1518, f. 143r°, transcription personnelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Jardin, « Le rôle politique des femmes dans la dynastie Trastamare », e-Spania [En ligne], 1 | juin 2006, mis en ligne le 17 juillet 2010, consulté le 23 août 2017. URL : http://e-spania.revues.org/322 ; DOI : 10.4000/e-spania.322

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org