Navigation – Plan du site
Gouverner en Castille au Moyen Âge : la part des femmes (1)

Le pouvoir d’une reine

L’image d’Urraque Ire (1109-1126) dans les Crónicas anónimas de Sahagún
Charles Garcia

Résumés

Les Chroniques anonymes de Sahagún rapportent les événements survenus dans cette ville au début du règne d’Urraque Ire de León-Castille. Or, curieusement, cette souveraine occupe une place relativement effacée dans la narration, bien qu’elle soit souvent dépeinte sous un jour favorable. Il faut dire que la reine, qui suivit la politique que son père avait engagée, fut d’un soutien constant pour les moines. Dans la Crónica, la vision positive d’Urraque, en tant que femme au pouvoir, contraste avec l’image que donnent d’elle les chroniques post-alphonsines. C’est donc à partir du croisement de ces sources, mais aussi d’autres documents, que nous tenterons de recomposer la place de cette femme à la tête du royaume et que nous essaierons de percer l’intention de l’image que donne l’auteur anonyme d’un récit bâti dans un but d’édification.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Ces Crónicas anónimas de Sahagún [= CAS], au nombre de deux, ont fait l’objet de plusieurs édition (...)

1Urraque Ire monta sur le trône du León et de la Castille, on le sait, par défaut d’héritier mâle. Alphonse VI, son père, pensant que la future reine ne serait pas capable de défendre le royaume face aux Almoravides, décida de la marier à Alphonse Ier d’Aragon, dit le Batailleur. Le vieux roi était cependant loin de se douter que ce mariage échouerait à cause de l’incompatibilité d’humeur qui séparait les deux époux. Mais avait-il d’autre choix ? Toujours est-il que la mésentente conjugale ne tarda pas à se transformer en hostilité, puis en conflit plus ou moins larvé entre les deux royaumes. De ponctuels affrontements militaires engendrèrent à leur tour de nombreux soulèvements populaires en León-Castille, dont ceux de Sahagún, ces derniers étant parmi les mieux connus grâce aux chroniques éponymes qui rapportent les événements dans les moindres détails1. L’intronisation d’Urraque sanctionna, pour la première fois, l’accès d’une femme aux plus hautes responsabilités politiques dans une monarchie de l’Espagne médiévale. Cette accession par défaut, ou plutôt par dépit, nous place au cœur de la question du rôle des femmes dans l’exercice direct du pouvoir, et non pas à la périphérie d’une souveraineté qui officiellement leur échappe. Existe-t-il un pouvoir au féminin au Moyen Âge ? Peut-on parler d’une manière de gouverner propre aux femmes ? Les interrogations d’ordre juridique concernant l’élévation d’une femme jusqu’à la plus haute marche du pouvoir semblent ne pas avoir posé de problème particulier aux élites du royaume léono-castillan du début du XIIe siècle. Ceci étant, on ne doit pas oublier que si Alphonse VI imposa le mariage de sa fille, c’est qu’il lui semblait peu viable qu’une femme pût diriger seule le royaume qu’il lui léguait, en réalité la potestas militaris, et qu’elle puisse maintenir en l’état le pouvoir, regalis potestas, qu’il lui transmettait.

  • 2  Ibid. p. 6 : « se manejan por los historiadores, indiscriminadamente, ya que constituyen una fuent (...)

2Les Crónicas anónimas de Sahagún sont des sources de premier plan pour connaître l’histoire politique de León et de la Castille des XIIe et XIIIe siècles. Aussi ont-elles souvent retenu l’attention des médiévistes qui se sont fondés sur ces textes pour asseoir leur argumentation, faute de pouvoir puiser un si grand nombre d’informations, et d’un aussi vaste registre, en d’autres endroits2. Le règne d’Urraque Ire ne déroge pas à cette règle. Il est pourtant curieux d’observer, dans cette narration, que la figure de la reine, en tant que légitime détentrice du pouvoir, est curieusement en retrait par rapport à celle de son deuxième mari : Alphonse Ier. Alors qu’on aurait pu s’attendre dans le récit à une présence plus affirmée de cette femme, dépositaire officielle de la potestas regia à León et en Castille, il n’en est rien en définitive. Comment expliquer une telle discrétion ? Quelles peuvent être les raisons d’un tel effacement ?

Le pouvoir d’Urraque

  • 3  Jean FROISSART, Chroniques. Livres I et II, Peter F. Ainsworth et George t. Diller (éd.), Paris : (...)
  • 4  José María RAMOS y LOSCERTALES, « La sucesión del rey Alfonso VI », Anuario de historia del derech (...)
  • 5  Gregoria CAVERO DOMÍNGUEZ, « El perfil político de Urraca y Teresa, hijas de Alfonso VI », Actas d (...)
  • 6  Cristina MONTERDE ALBIAC, Diplomatario de la reina Urraca de Castilla y León (1109-1126), Saragoss (...)
  • 7  Il est un fait qu’au Moyen Âge, et dans la Péninsule peut-être plus qu’ailleurs, le monarque devai (...)
  • 8  Pour les questions relatives à la chronologie de cette période nous renvoyons aux ouvrages classiq (...)
  • 9  C’est ce précédent, devenu consuetudinem avec le temps, qui fut intégré plus d’un siècle plus tard (...)
  • 10  Manuel RECUERO ASTRAY, « El reino de León durante la primera mitad del siglo XII », El reino de Le (...)
  • 11  Franck COLLARD, « Venenosa mulier coronata. Variations sur la figure de la reine empoisonneuse dan (...)

3Li royaumes de France est bien si nobles que il ne doit mies aler ne descendre à fumelle3. Une telle opinion, exprimée par Froissart au XIVe siècle, n’était pas envisageable en Castille et à León deux siècles auparavant4. Aussitôt la disparition d’Alphonse VI, Urraque s’employa à utiliser de façon toute normale et légitime les titres hérités de son père5 : regina, et parfois imperatrix6. On a beaucoup glosé sur les difficultés7, voire l’impossiblité, d’Urraque8 à gouverner le royaume9, et plus encore sur les aspects, souvent négatifs, de sa personnalité pendant ces temps politiquement troubles que l’on peut qualifier de période de transition entre deux moments forts pour le pouvoir à León et en Castille : les règnes d’Alphonse VI et d’Alphonse VII10. Pourtant, par opposition à cette thématique si souvent réitérée par l’historiographie traditionnelle, la Crónica anónima présente Urraque sous un jour relativement favorable, et laisse une impression qui oscille en quelque sorte entre la bienveillance et la compassion. Dans ce texte, la reine est souvent montrée comme une malheureuse victime contrainte de vivre au milieu d’un déchaînement de violence politico-sociale et de toutes sortes d’intrigues. Alors que le Batailleur et doña Urraque tentaient, une nouvelle fois, de renouer leurs relations si dégradées, dans la ville d’Astorga, Thérèse de Portugal, la sœur mais néanmoins rivale de la reine, fit savoir à son beau-frère Alphonse que son épouse cherchait à l’empoisonner. Cette manœuvre, véritable mise en scène médiévale du célèbre “crime de poison”, nous renseigne efficacement sur la teneur délétère du climat qui régnait à la cour à ce moment là. Ne s’agit-il pas d’un penchant auquel la femme est souvent associée tant il est sournois et abject ? N’est-il pas assimilé au sexe faible à cause de la psychologie retorse et perfide qui le sous-tend ?11. Urraque, à l’instar d’Éve, selon cette figure imposée de la culture médiévale, aurait cherché à éliminer son mari pour des raisons politiques. La femme, ou plutôt l’imbecillitas sexus, avait recours au poison faute de pouvoir employer la force physique et le maniement des armes lourdes, un privilège dévolu à l’homme par la nature. Estimant que son conjoint n’était pas suffisamment sous son emprise, et qu’il menait une politique contraire à sa volonté, la reine, selon les dires de sa demi-sœur, aurait voulu se débarrasser de lui pour exercer seule le pouvoir. Lorsqu’il fut informé de cette ténébreuse machination, l’Aragonais fut pris d’un grand courroux. Mais quel ne fut pas son étonnement lorsque Urraque se présenta devant lui pour dévoiler les détails de l’affaire et mettre un terme au complot qui avait été ourdi à son encontre par ses ennemis dans le but de l’abattre et de l’écarter du trône. Confondu, le Batailleur :

  • 12  CAS, p. 62.

setençiando que luego prestamente se partiese d’él e se fuese a do quisiese, no entrando en çiudad nin en castillo, la cuya locura los nobles de Aragón e los condes de Castilla presentes quisieron amansar e remediar, porque contra fija de tanto rei e tan alto, non debiese palabras tan locas fablar. Pero él, ençendido en muy gran sobervia, respondía cosas muy duras, diçiendo : « E si la mula de la reina es presta e ligera ; mucho más presto e ligero será el mi cavallo desde este día »12.

  • 13  C. MONTERDE, Diplomatario…, doc. n° 7 (1110), p. 24-26.
  • 14  Hilda GRASSOTTI, « Los reinos cristianos en los siglos XI y XII. Economías. Sociedades. Institucio (...)
  • 15  Ce portrait de la reine renvoie au schéma défini au milieu du XIIe siècle par Jean de Salisbury da (...)
  • 16  CAS, p. 97.

4Urraque savait faire usage de l’ira reginae à bon escient, c’est-à-dire lorsque les circonstances l’exigeaient, n’hésitant pas à l’employer contre son propre époux qui était pourtant : « gratia Dei imperator de Leone et rex tocius Hispaniae »13. Blessée dans son amour propre par de si dures paroles, Urraque ne se découragea pas. Elle réagit en véritable souveraine détentrice de l’iussio regis, un pouvoir qui lui permettait de prononcer un interdit et de punir qui bon lui semblait sur ses terres14. La fonction de la reine comme juge suprême en son royaume apparaît clairement dans la guerre qu’elle mena contre ses ennemis, qu’il s’agisse des successifs lieutenants de son époux ou des alliés des burgenses de Sahagún. Alors qu’elle guerroyait telle la Judith biblique près de la forteresse de Cea contre Giraldo « le Diable », le principal bras droit de son mari, en fait sa véritable âme damnée en territoire léonais, elle fit prisonnier l’un des combattants, dont le nom ne nous est pas révélé par le texte, mais à propos duquel nous savons qu’il avait été placé à la tête d’un château par la reine. Cet alcaide, qualifié de félon par le chroniqueur pour s’être allié à Giraldo contre la souveraine, mais aussi pour d’autres raisons comme celles d’avoir été parjure à l’abbé de Sahagún, d’avoir voulu assassiner le prélat ou bien d’avoir infligé les pires tourments aux paysans et tenté de fracturer la porte de l’église Notre-Dame, fut pour toutes ces forfaitures sévèrement puni par la reine. Urraque ordonna qu’on lui arrachât les yeux. Ce faisant, elle agissait comme seigneur – princeps – du royaume en affichant son auctoritas15, mais aussi comme bras armé de la divinité en vengeant l’outrage causé par le militaire à la Vierge : « reina del çielo e de la tierra »16. À travers ces différents exemples, nous voyons une reine placée au centre du champ politique : elle maintient l’ordre dans le territoire qu’elle dirige, elle aspire à la paix et rend justice. Mais c’est aussi une femme toute parée des vertus qui étaient habituellement attribuées aux hommes. Dans ce passage, Urraque n’est pas gracieuse mais courageuse, forte et constante ; il s’agit-là de qualités qui la rehaussent de son abaissement inhérent à sa nature de femme dont elle est en fait dépouillée.

  • 17  CAS, p. 33 : « E entonçes la reina, avido su consejo con los suyos, deliberó façer diborçio e sepa (...)
  • 18  Sylvie BARNAY, « Une apparition pour protéger. Le manteau de la Vierge au XIIIe siècle », Cahiers (...)
  • 19  CAS, p. 32 : « metiéndose so el su manto ; al qual la reina, mobida con piedad, cubriólo con su ma (...)

5Bien que dans la Crónica la reine soit le plus souvent la cible des manœuvres tramées par ses adversaires, dont celles des burgenses ne furent pas les moindres, elle fait aussi parfois l’objet d’une admiration presque hagiographique. Désapprouvant le mariage royal, car considéré comme étant trop défavorable à la noblesse galaïco-léonaise, le comte Pedro de Galice, protecteur du jeune Alfonso Raimúndez, se souleva dans ses terres. Alphonse et Urraque se dirigèrent vers cette région pour mater la révolte et mirent le siège devant le château de Monterroso. Là, leurs troupes capturèrent un chevalier nommé Prado que la reine connaissait et à laquelle il implora qu’elle le prît sous sa protection. Craignant d’être tué, le noble guerrier courut se cacher sous les plis de la cape de la reine pensant trouver un refuge sûr à cet endroit. C’était mal connaître la férocité du Batailleur, qualifié dans la narration de “bárvaro cruel”, il transperça le malheureux chevalier avec un javelot au mépris du secours que lui prêtait la reine. Cette dernière, humiliée et outragée par le comportement de son mari, exigea le divorce sur le champ17. Comment ne pas penser, en lisant cet épisode, à l’abondante iconographie du bas Moyen Âge qui représente la figure de la Vierge en train de protéger le peuple chrétien sous son vaste manteau18 ? Affirmer que nous sommes en présence d’une parfaite similitudo entre Marie et Urraque serait sans doute excessif, il est pourtant évident que ce topos de l’image mariale, appliqué à la reine19, s’impose de façon naturelle dans l’esprit du lecteur de la chronique.

  • 20  CAS, p. 59.

6Toute légitime qu’elle fût, il n’en demeure pas moins que l’autorité d’Urraque fut contestée pendant toute la durée de son règne, et le fait qu’elle ait été une femme n’est sans doute pas étranger aux multiples attaques qu’elle dut sans cesse affronter. La fragilité de cette situation n’est pas sans rappeler, en quelque sorte par anticipation, l’attitude hostile des factions nobiliaires pendant les minorités dynastiques des XIIIe et XIVe siècles, qui se manifesta chez certains par la tentation de détourner à leur profit une partie du pouvoir royal. Malgré ce handicap physique, la reine, nous dit la chronique, s’impliqua personnellement dans la conduite des affaires militaires en intervenant directement que ce fût à Cea, ou à Burgos. Les Aragonais qui, avec l’aide des habitants de la cité, s’étaient emparés du château qui dominait la caput Castellae refusèrent d’accueillir en son sein Urraque, celle qui pourtant était la souveraine légitime. Faisant face à un nouvel affront, la reine attaqua les intrus et les délogea de la forteresse. Cependant, plutôt que de mettre à profit ce prestigieux triomphe, Urraque se laissa une nouvelle fois guider par ses bons penchants naturels. Elle remit la citadelle aux burgenses castillans des bords de l’Arlanzón qui ne tardèrent pas, comme il fallait s’y attendre, à la trahir20.

  • 21  CAS, p. 25-26 : « Muerto ya el rei, tal e tan grande cresçió el planto e lloro en la çibdad, qual (...)
  • 22  CAS, p. 11 : « Es agora a saver que después que el mui exçelente rey don Alfonso [III], llamado Ma (...)
  • 23  CAS, p. 46 : « Porque por aquella misma prerrogativa de libertad sea ennoblesçido aqueste monaster (...)
  • 24  José María FERNÁNDEZ CATÓN, Colección documental del archivo de la catedral de León (775-1230). V (...)
  • 25  En revanche, il n’en alla pas de même pour la cathédrale d’Oviedo, laquelle fut largement récompen (...)
  • 26  José Antonio FERNÁNDEZ FLÓREZ, Colección diplomática del monasterio de Sahagún (857-1300). IV (111 (...)

7La mort d’Alphonse VI ne provoqua pas seulement des bouleversements dynastiques et successoraux quant à la destinée du trône du royaume de León-Castille. La disparition du monarque représenta aussi un tournant politico-symbolique, véritable annonce du chant du cygne, pour le vieux monastère de Sahagún, lieu de rédaction de la chronique qui constitue l’objet de notre étude. Ce fut en effet dans l’église de Domnos Sanctos que l’on enterra Alphonse en grande pompe21. Le monastère, choisi par le roi comme dernière demeure, affichait alors des prétentions visant à être reconnu, en sa qualité de panthéon royal, comme l’un des principaux centres politiques du royaume de León et de Castille. À cette occasion, la communauté des moines n’oublia pas de rappeler – dans une claire intention d’élaboration et d’affirmation de sa « mémoire » – le lustre qui était le sien depuis que les bâtiments cultuels avaient été agrandis, trois siècles plus tôt, par les bonnes grâces d’Alphonse III22. Dans ces circonstances, il n’est guère surprenant que l’abbaye de Sahagún, espace politique et spirituel de premier plan concurrent de León, l’urbs regia délaissée par Alphonse VI, en même temps que lieu de rédaction de la Crónica, soit présentée dans le récit comme un pôle autour duquel devait s’articuler l’organisation du royaume23. Pourtant, malgré tous les efforts du chroniqueur pour vanter les louanges du monastère bénédictin des saints Facond et Primitif, Urraque se fit couronner reine à León, deux semaines environ après la mort de son père. Et c’est là, à la fin du rituel de la cérémonie, qu’elle récompensa généreusement la cathédrale de León et son évêque au moyen d’une charte, datée du 22 juillet 1109, qui la désigne pour la première fois du titre très officiel de : “reine de toutes les Espagnes”24 ; un événement de portée exceptionnelle, quoique la Crónica se soit bien gardée de le consigner. En revanche, lors de cet instant particulièrement solennel, Urraque ne manifesta aucun empressement envers l’abbaye des bords du Cea, qu’elle ne favorisa d’aucune largesse25. Par ailleurs, nous savons que l’unique intervention de la reine en faveur de Domnos Sanctos pendant les longues années de son règne se limita à la convention qu’elle passa, imposée par les contraintes d’ordre politique, avec l’abbé du monastère, en octobre de l’année 1116. Il s’agit du célèbre pacte autorisant l’institution monacale à frapper monnaie ; un accord que la reine fut obligée de conclure sous la pression de circonstances qui lui étaient alors très défavorables, à cause des conflits incessants qui l’opposaient à son époux26.

  • 27  Historia Compostellana, Emma FALQUE REY (éd.), Turnhout : Brepols (Corpus Christianorum. Continuat (...)

8Il ne nous appartient pas de disserter sur la tournure politique qu’auraient pu prendre les événements si Urraque ne s’était pas remariée, puisque tel ne fut pas le cas. Il nous importe cependant de signaler qu’entre le moment du couronnement de la reine et celui de ses épousailles avec le roi d’Aragon, rien, dans sa façon d’agir, ne distingue Urraque des autres monarques contemporains. À l’instar de ses prédécesseurs masculins, Urraque effectua un certain nombre de déplacements dans les principaux territoires de son royaume pour affirmer physiquement son autorité, en même temps qu’elle procéda aux habituelles confirmations de privilèges et autres immunités au profit de telle ou telle institution ecclésiastique. En réalité, le véritable tournant de ce qui aurait pu être une simple continuité dynastique fut, on le sait, le mariage de la reine avec Alphonse le Batailleur. Erreur politique ou non, il est indéniable que cette alliance conditionna la trajectoire politique d’Urraque jusqu’à sa mort, survenue en 1126. Ce mariage fut célébré à l’automne 1109. Il respectait davantage la volonté du défunt Alphonse VI que les conseils, forcément malveillants, d’une partie de la noblesse, comme les auteurs des chroniques contemporaines s’attachent à le rappeler27.

  • 28  Marta HERRERO de la FUENTE, Colección diplomática del monasterio de Sahagún (857-1230). III (1073- (...)
  • 29  Il s’agit, bien sûr, de l’un des plus célèbres paragraphes de la Chronique, et pour cette raison m (...)
  • 30  Jacques LE GOFF et Pierre TOUBERT, « Une histoire totale du Moyen Âge est-elle possible ? », Actes (...)

9Pourtant, à la fin de l’année nuptiale, nul ne semblait vouloir contester ouvertement les épousailles, raison pour laquelle Alphonse le Batailleur se mit à parapher, à partir de ce moment, les documents officiels en sa qualité de véritable souverain de León28, et non pas comme simple prince consort, au terme du pacte “de arras” qui avait été conclu entre les deux conjoints. Le chroniqueur anonyme, connaisseur de la fin de l’histoire au moment où il écrit, s’emploie à souligner que l’union royale devait fatalement mal se terminer puisqu’elle avait été placée, depuis le début, sous de funestes auspices29. Ce faisant, le rédacteur se garde bien d’imputer la responsabilité de cette affaire à Alphonse VI – son véritable héros –, et s’ingénie au contraire à accabler les nobles de l’entourage d’Urraque d’avoir été de mauvais conseillers comme tout un chacun le savait dans le royaume. Une fois le maudit ayuntamiento rendu responsable par l’auteur de la Crónica de toutes les catastrophes présentes et à venir, on observe un glissement intéressant. La figure d’Urraque s’estompe au profit de celle de l’abbaye de Sahagún, un monastère plus que tout autre saccagé et, partant, victime singulière de la malignité de l’Aragonais. Comment aurait-il pu en être autrement sachant que c’est le processus de création d’une memoria destinée à sauvegarder les intérêts de l’institution religieuse qui anime la structure narrative du récit ? Dès lors que l’on accepte que la chronique anonyme est, à l’instar du Becerro Gótico et du Becerro Segundo, un document-monument qui ne cache pas ses intentions30, en ce sens qu’il nécessita un travail préalable de construction fondé sur la présentation de quelques événements spectaculaires et sur la transcription choisie de certains documents, on comprend mieux que la reine n’ait pas occupé une place centrale dans cette narratio où l’apparente historicité est sous-tendue par un projet historiographique qui nous permet de comprendre l’articulation d’un véritable édifice doté d’une forte charge symbolique.

  • 31  Il convient de garder à l’esprit que les règles concernant l’union matrimoniale étaient encore par (...)
  • 32  Roger COLLINS, “Queens-Dowager and Queens-Regent in 10th-Century León and Navarre”, in : Medieval (...)
  • 33  Simon BARTON, The Aristocracy in Twelfth-Century León and Castile, Cambridge : University Press, 1 (...)

10Que nous apprennent ces différentes attitudes ? L’historiographie traditionnelle, par trop focalisée sur le mariage royal, dans son classique aspect institutionnel, aurait négligé les véritables enjeux qui sont d’une tout autre nature. Dans cette union, les relations personnelles du couple sont pour le moins secondaires. Ainsi, plutôt que de laisser voir une banale incompatibilité de caractère entre un homme et une femme, cet épisode est révélateur d’un jeu à trois bandes beaucoup plus subtil et mettant en scène : le roi, l’aristocratie et l’Église. Alphonse VI devait nécessairement s’imposer, en sa qualité de roi et de père, comme garant de sa fille, réputée faible ; mais aussi comme arbitre des stratégies patrimoniales de la haute aristocratie dans lesquelles les femmes étaient l’une des principales variables. Le résultat de la décision du souverain mécontenta, on le sait, une partie des plus importants lignages du royaume et ceux-ci ne se privèrent pas d’exprimer leur désaveu en refusant de reconnaître l’alliance nuptiale. L’Église, enfin, qui, par l’intermédiaire de la figure du tout-puissant archevêque de Tolède, Bernard de Sédirac, un ancien moine clunisien, manifesta son désaccord31 à propos d’une union qui contrariait ses desseins clairement pro-bourguignons, ainsi que les règles du droit canon. L’arrivée soudaine d’une femme dans les hautes affaires politiques du royaume n’était en rien nouveau. Au Xe siècle cela avait même été monnaie courante32. Comment expliquer une telle sur-représentation des femmes dans ces sphères ? Un tel phénomène trouve une première justification dans la particularité de la Péninsule au Moyen Âge, sachant que ce territoire fut celui d’une société de frontière, et donc très souvent en guerre. À l’instar de ses devancières, Urraque fut obligée de prendre une part active dans le gouvernement consécutivement à la surmortalité des hommes, en grande partie causée par les décès que provoquaient les conflits armés, comme ce fut le cas pour son demi-frère Sancho mort à Uclés. L’autre raison tient à la structure dominante de la parenté de l’Occident latin jusqu’au XIIe siècle, qui était une structure bilatérale ou cognatique, même si l’avènement d’Urraque devance, par défaut d’héritiers mâles, le modèle lignager qui s’imposerait par la suite33.

  • 34  CAS, p. 51 : « E por tanto que la reina se fuese a Aragón a reçevir e disponer el reino del marido (...)
  • 35  CAS, p. 28-30, note 1. C. MONTERDE, Diplomatario…, op. cit. doc. n° 4 (1109), p. 21-23, p. 22 : «  (...)

11Peu de temps après le mariage royal, véritable anticipation de l’union dynastique qui se produisit à la fin du XVe siècle, et malgré les engagements réciproquement pris34, dont ceux d’Urraque35, l’atmosphère déjà tendue entre les conjoints se dégrada très rapidement pour se transformer, le temps passant, en affrontement généralisé. On sait que la mésentente entre les époux, conjuguée au fait que le couple n’ait pas eu d’héritier, mais aussi à l’indifférence de la souveraine pour les intérêts du jeune Alphonse Raimúndez et à la non prise en compte des souhaits d’une partie de la noblesse, constituèrent un faisceau de facteurs aggravants qui aboutit à un mécontentement unanime et porta un coup de grâce à l’union, tant conjugale que dynastique, telle qu’elle avait été imaginée par les hauts dignitaires. L’inconstance d’Urraque – encore une des caractéristiques de la femme que répertorient les sources médiévales –, d’une part, et la brutalité d’Alphonse, de l’autre, rendirent plus aisée la condamnation du mariage par le pape Pascal II. S’il est vrai qu’Alphonse Ier se retira définitivement du royaume de León-Castille en 1114, d’aucuns estiment que la première rupture entre les époux date du printemps 1110, quelques mois à peine après leur serment sacré. C’est après cette séparation que l’acharnement du chroniqueur anonyme contre Alphonse devient plus féroce et constant. Pendant tout le reste du récit, l’Aragonais se voit en effet imputer les pires cruautés, et plus particulièrement lorsque le rédacteur rapporte les atrocités commises par ses troupes dans la ville et sur le territoire de Sahagún. Quant à Urraque, et bien qu’elle ne soit pas considérée comme étant responsable des désastres, il est manifeste que l’auteur de la narration s’emploie à la reléguer à un plan secondaire. Ainsi, celle qui aurait dû normalement jouer un rôle important dans le récit, cessa de le faire. Comment expliquer une telle disgrâce ?

L’image de la reine

  • 36  Historia Compostellana, op. cit. p. 284 et : « Quid non aggreditur sceleratissima uipera ? Quid au (...)
  • 37  Romualdo ESCALONA, Historia del Real Monasterio de Sahagún, sacada de la que dexó escrita el Padre (...)
  • 38  Charles GARCIA, « L’anonymat individuel au service d’une identité collective : l’exemple des Chron (...)

12“Quid non audet muliebris uecordia ? Quid non presumit serpentis uersutia”36. On sait que Géraud, le principal rédacteur de la chronique compostellane n’aimait pas les femmes, et la reine Urraque moins que tout autre. Aussi ne faudra-t-il pas oublier le parti pris de ce clerc, d’autant plus qu’il écrivait sur commande et pour le compte de son tout puissant seigneur : l’évêque de Saint-Jacques de Compostelle, Diego Gelmírez. Lorsque l’on évoque les Crónicas anónimas de Sahagún, leur schéma binaire s’impose à nous : il y a un premier et un second récit, et autant de plumes, comme l’attestent les éditions contemporaines. Ce faisant, on délaisse souvent un troisième texte publié par Escalona, mais tout aussi important pour comprendre la portée de la chronique. Ce témoignage est l’œuvre du père José Pérez de Rozas et fut élaboré dans la deuxième moitié du XVIIe siècle sous le titre : Defensa del honor de la Reyna Doña Urraca, indignamente mancillado por varios rumores esparcidos en su tiempo, y ligeramente creidos, y propagados por Autores poco noticiosos á la posteridad37. Cette brève apologie, éditée par Escalona sous le titre “Apéndice II”, prend place entre les chroniques anonymes et la sélection du cartulaire du monastère de Sahagún, respectivement annexes I et III de la Historia de Sahagún. Le fait qu’Escalona ait publié ce texte, et que José Pérez ait songé à l’écrire plus de cinq siècles après la mort de la reine, est moins anodin qu’il n’y paraît au premier abord. L’intention de ces moines de l’époque Moderne nous est bien connue : elle consistait à sauvegarder les intérêts de Domnos Sanctos à une période, le Siècle des Lumières, où la conservation d’une institution de cette nature semblait de plus en plus anachronique aux yeux des contemporains. Mais telle devait être aussi, pour des raisons de protection comparables, l’intention des auteurs des Crónicas anónimas lorsqu’ils rédigèrent ces textes38, et c’est pourquoi il sembla naturel à José Pérez d’écrire sa défense de la reine Urraque, et à Escalona d’insérer cette apologie dans le corpus, au milieu des autres annexes.

  • 39  R. JIMÉNEZ de RADA, Historia de rebus…, op. cit. VII- 2, p. 221-222 : « Interea comes Gomicius ad (...)
  • 40  Enrique FLÓREZ, Memorias de las Reynas Catholicas de España, Madrid, 1761, F. Javier Campos, rééd. (...)
  • 41  On connaît en effet la misogynie des principaux humanistes castillans, tels Alfonso de Palencia ou (...)
  • 42  HS, p. 369 : « Sea el primero el que este Monge, cuya relacion vamos comentando, que fué testigo d (...)

13Le propos de Pérez de Rozas a le mérite de la clarté. Il prétend rétablir, dans son opuscule, la mémoire outragée d’Urraque, jusqu’alors particulièrement maltraitée par l’historiographie “nationale”39. Son travail ne fut pas vain car d’autres auteurs40 s’employèrent, après lui, à réhabiliter la figure de cette reine, mais avec un succès tout relatif puisqu’ils ne parvinrent pas, malgré leurs efforts, à effacer la profondeur des traces laissées par leurs prédécesseurs41. Rozas avait lu les Crónicas anónimas qui, comme nous l’avons signalé, sont particulièrement bienveillantes à l’égard de la souveraine. Dans ces conditions, comment ne pas accorder crédit aux moines qui avaient écrit dans la même maison que lui et qui avaient servi des intérêts identiques quelques siècles auparavant ? Pourquoi se priver de montrer le véritable visage d’une femme qui, de surcroît, avait été favorable au monastère du Cea ? Il paraît évident que Pérez de Rozas n’a jamais songé à mettre en cause ni la date de rédaction des Crónicas ni leur authenticité42, si tant est qu’il ait connu ces paramètres. Mais lui était-il loisible de le faire ?

  • 43  HS, p. 374.

Doña Urraca fué casta, honesta, y varonil Princesa, y que todo su crimen se reduce á haber querido mantener, y gobernar el Reyno, que su gran padre, como á heredera legítima la habia dexado ; y á haberse opuesto varonilmente á los que pretendian quitársele43.

  • 44  Historia Compostellana, op. cit. p. 172 : « Interea regina V. in Gallitiam repedauit et Compostell (...)
  • 45  Georges DUBY, Dames du XIIe siècle.1. Héloïse, Aliénor, Iseut et quelques autres, Paris : Gallimar (...)
  • 46  Il est vrai que les grandes qualités de gouvernement chez cette antique reine sont inséparables de (...)
  • 47  HS, p. 366. CAS, p. 82 : « Los burg[u]eses llamavan a la reina « meretrize pública » e aún « engañ (...)

14En une seule phrase, le révérend père facundino anéantit le principal et récurrent reproche que l’on avait fait à Urraque depuis des siècles : la faiblesse due à sa condition de femme44. Ainsi, Urraque n’aurait pas été faible, changeante, dépourvue de jugement et intrigante, comme la dépeint le misogyne chanoine Géraud, car loin d’être une nouvelle Ève par qui le péché s’introduit dans le monde45, elle possédait simultanément des qualités masculines et royales puisqu’elle était bien : “varonil Princesa”, à l’image de la légendaire impératrice Sémiramis46. En réalité, c’est parce que la femme cessait de l’être qu’elle pouvait devenir reine, et par conséquent varonil. Ainsi, lorsque la femme accédait au pouvoir, ou plutôt pour pouvoir y accéder, elle était obligée de se déprendre de son marqueur sexuel, c’était là une condition indispensable pour atteindre les plus hautes marches du pouvoir. Comment une femme comme Urraque aurait-elle pu être : “meretriz pública y engañadora47, ce dont les burgenses l’avaient accusée ? À vrai dire, la défense d’Urraque chez Pérez de Rozas a toutes les apparences d’une métaphore. Puisque les chroniqueurs avaient défiguré la personnalité de la reine, ils n’avaient sans doute pas agi différemment avec San Benito de Sahagún, une vieille abbaye qu’il importait de réhabiliter au plus vite. Et puisque les historiens des pays étrangers avaient fait amende honorable en reconnaissant les erreurs et les falsifications de leur passé national, le frère bénédictin demandait une réparation de même nature à ses compatriotes en se fondant sur les Crónicas anónimas, des textes qui à ses yeux contredisaient fondamentalement les traditionnelles interprétations de l’histoire, qu’il s’agisse de celle d’Urraque ou bien de l’abbaye de Domnos Sanctos, si injustement malmenées jusque-là.

  • 48  Ludwig VONES, Die « Historia Compostellana » und die Kirchenpolitik des Nordwestspanischen Raumes, (...)
  • 49  Emma FALQUE REY, « Chronicum Compostellanum », Habis, 14, 1983, p. 73-83, p. 82 : « Regnauit autem (...)
  • 50  Crónica de veinte reyes, Gonzalo Martínez Díez et alii, Burgos : Ayuntamiento de Burgos, 1991, XII (...)
  • 51  Le Tudense exonère la reina de ce méfait. En bon Léonais, il attribue la responsabilité de la sacr (...)
  • 52  José Manuel RUIZ ASENCIO, Beato de Valcavado. Estudio, Madrid : Testimonio Compañía Editorial, 199 (...)

15On sait que le point de départ de l’image négative d’Urraque fut imprimé, pour les raisons que l’on connaît, dans l’environnement de la Historia Compostelana48. Cependant, comment expliquer qu’une telle image ait été amplifiée par l’historiographie postérieure, notamment celle des XIIIe et XIVe siècles ? Le Chronicum Compostellanum attribue une mort particulièrement indigne à Urraque. C’est par ce texte que nous savons que la reine mourut en 1126 dans le château de Saldaña alors qu’elle était en train de mettre au monde un enfant adultérin, fruit de ses amours illicites49. Ici se trouve condensé le portrait médiéval de la femme lascive ; une description qui fut cependant considérée par les chroniqueurs postérieurs comme étant pauvre en détails et, partant, jugée trop peu avilissante pour la souveraine léonaise. Aussi, fut-il complété par d’autres narrations, de loin plus infâmes, dont la source remonte à l’historiographie “alphonsine”. C’est ainsi que la Crónica de veinte reyes nous apprend qu’Urraque était morte le corps brisé en deux alors qu’elle sortait du monastère de Saint-Isidore de León, un temple auquel elle s’était rendue pour dérober le trésor sacré50, et cette mort indigne et foudroyante devait être interprétée par tous comme la juste punition de la vengeance divine51. Il se peut que cette légende trouve son origine dans les documents du monastère de Valcavado52.

  • 53  I. RUIZ, La reina doña Urraca…, op. cit. doc. n° 62, p. 454 : « III basos et uno salare pesante VI (...)
  • 54  Ibid. doc. n° 81, p. 483 : « mandauit regina domna Urraca desfacere illa crucem de Ualle Kauato, q (...)
  • 55 Historia compostellana, p. 287.
  • 56  Isabelle de BARROS DIAS, “«Senhoras endiabradas » (Reines endiablées) dans quelques chroniques ibé (...)

16En 1115 et 1116, alors que la guerre contre l’Aragon faisait rage et que manquaient les ressources pour faire face aux considérables dépenses, la reine “emprunta” un certain nombre d’objets sacrés en argent massif au monastère de Valcavado. En 1115 ce cenobio reçut en effet l’ordre royal de remettre à Pedro González trois vases, une salière et une cithare, des objets pour lesquels il reçut une importante somme d’argent53. L’année suivante, la reine donna l’ordre de faire fondre une croix que sa tante, l’infante doña Elvira, avait donnée à cette même communauté ; le bénéfice de la vente s’élevant à neuf marcos d’argent54. Voleuse, menteuse, ambitieuse, concupiscente, sexuellement insatisfaite… Urraque, une authentique deuxième Jézabel55, concentrait sur sa personne toutes les caractéristiques contraires à l’idéal féminin du Moyen Âge, c’est pourquoi elle fut souvent dépeinte comme un véritable repoussoir. Isabel de Barros pense que cette description d’Urraque, mais aussi de sa demi-sœur Thérèse, obéissait à des stratégies politiques concrètes, propres des XIIIe et XIVe siècles, qui visaient à interdire l’accès des femmes au pouvoir royal56.

17S’appuyant sur une ancienne tradition littéraire, mais aussi sur des sources populaires, ces chroniques cherchent à démontrer le caractère néfaste, pour le royaume et, partant, pour la société tout entière, du rôle que pouvaient jouer les femmes lorsqu’elles accédaient aux plus hautes responsabilités de gouvernement. Faisant volontairement fi des sources diplomatiques, ces crónicas du bas Moyen Âge s’attachent à dépeindre, à travers Urraque, digne héritière de doña Lambra, l’archétype féminin négatif de la reine en politique. Si le règne d’Urraque fut effectivement un désastre, la cause en fut la reine, ou plutôt son caractère excessif – sa sexualité irrépressible et inassouvie –, sa grande cruauté et son goût immodéré pour le pouvoir, qu’elle considérait comme un privilège qu’elle ne voulait partager avec qui que ce fût d’autre, son mari ou son fils. Femme guerrière et meurtrière qui n’hésita pas à mutiler ses ennemis, Urraque apparaît, dans ces narrations, encore plus féroce que son époux qui n’était pas parvenu à l’apprivoiser. Adversaire déclarée de la paix, trahissant ses alliés, de Compostelle à Burgos en passant par Sahagún, Urraque fut, enfin, une mauvaise mère qui n’hésita pas à combattre contre Alphonse, son propre fils. Pourquoi un portrait si noir ?

  • 57  Ibid. p. 815-816.
  • 58  R. JIMÉNEZ de RADA, Historia de rebus…, op. cit. IX-1, p. 281 : « Cuius [Bérengère]diligencia sic (...)
  • 59  Ibid. p. 818. Segunda Partida, XV, 1-3 : « E porende establescieron que si fijo varon y non ouiess (...)

18En contrepoint de la perverse, tentatrice et incestueuse Urraque – n’avait-elle pas épousé son propre cousin Alphonse d’Aragon ? –, les chroniques des derniers siècles du Moyen Âge présentent des modèles féminins positifs également pris, comme celui d’Urraque, dans le passé57. Qu’il s’agisse de Sancha, l’épouse de Ferdinand Ier, ou de Bérengère, la mère de Ferdinand III, louée en son temps par le prestigieux archevêque Rodrigue Jiménez de Rada58, toutes étaient des femmes qui avaient laissé le pouvoir à leur mari, alors que la légitimité leur revenait de droit, ou qui s’étaient occupées des intérêts de leurs fils pour le bien-être du royaume. À l’époque de la rédaction de ces chroniques, beaucoup de choses avaient changé en Castille depuis le règne d’Urraque. Alors que cette dernière avait pu s’élever jusqu’au trône sans la moindre entrave juridique, il n’en était plus de même deux siècles plus tard. S’il est vrai qu’en Castille une femme pouvait toujours devenir reine, tant le poids du passé était fort, comme l’exemple d’Isabelle la Catholique le prouve, il n’était pas moins vrai que les conditions pour y parvenir s’étaient aggravées consécutivement à l’évolution du corpus législatif conçu par Alphonse X59. Écarter les femmes du pouvoir, ou les empêcher d’exercer une quelconque influence sur leurs enfants, ou leurs petits-enfants, comme on tenta de l’imposer à María de Molina était devenu, pour certains, un objectif prioritaire. María de Molina, reine douairière reste considérée comme une femme prudente et de “grand entendimiento”, selon l’expression de son propre époux, si opposée en somme à Urraque.

19Les intérêts qui avaient présidé à la redaction de ces chroniques n’étaient pourtant pas ceux des auteurs anonymes des Crónicas de Sahagún. S’il est vrai, comme nous le croyons, que ces textes, ont été fortement manipulés dès l’origine – ou élaborés selon une perspective d’édification “littéraire” si l’on préfère –, puis mis au jour en romance, à la fin du XVe siècle, sous le règne des Rois Catholiques, dans le but de préserver l’indépendance du monastère des saints Facond et Primitif vis-à-vis de la Congrégation de Valladolid qui cherchait à l’absorber, l’interprétation de ce lointain passé devait être différente de celle des chroniques post-alphonsines. Mentalement, l’alliance entre Isabelle de Castille et Ferdinand d’Aragon reproduisait, aux yeux des contemporains, le précédent mariage entre deux autres monarques issus des mêmes royaumes : Urraque et Alphonse le Batailleur. Or, le début du XIIe siècle avait été la période la plus faste de l’histoire de l’abbaye de Domnos Sanctos. Aussi, comment ne pas chercher à rappeler, de façon relativement habile puisqu’en ressortant un vieux texte que l’on avait pris soin de traduire, le glorieux passé de l’institution la plus favorisée par Alphonse VI, le père d’Urraque ? De plus, on sait que Ferdinand le Catholique s’impliqua personnellement dans la réforme monastique qu’il voulait mettre en place en Castille. Le roi était devenu un obstacle de premier ordre pour tous ceux, les moines de Sahagún, qui s’opposaient aux règles de la nouvelle Observance. Dès lors, comment ne pas imaginer que à la suite de l’auteur de la première Crónica, celui qui révéla le document n’ait pas tout fait pour l’utiliser contre lui, l’étranger, en le comparant à son ancêtre Alphonse Ier d’Aragon et en faisant retomber sur Ferdinand l’origine de tous les maux dont souffrait la communauté ? Le prix de cette stigmatisation consistait donc, par effet d’opposition, à réhabiliter la figure d’Urraque, ou du moins à présenter son action de manière très effacée et ce contre l’opinion très négative que se faisait de cette souveraine, par le biais des chroniques post-alphonsines, la majorité de la population. C’est ce contraste manifeste, autant que la lecture des Crónicas anónimas, qui sans doute poussa le père Pérez de Rozas à rédiger l’apologie qu’il dédia à la fille d’Alphonse VI. D’un travestissement à l’autre, il importait d’inverser les jugements de valeur. Il fallait réhabiliter Urraque pour que sa nouvelle réputation, enfin lavée des ignominies qui avaient tant plu sur elle, rejaillisse sur le monastère préféré de son père.

Histoire ou littérature ?

  • 60  Alain BOUREAU, La papesse Jeanne, Paris : Flammarion - Champs, 1993, rééd. p. 48 : « Le XIIe siècl (...)
  • 61  Dans la description que l’auteur anónimo fait de Giraldo el Diablo, le pervers lieutenant d’Alphon (...)
  • 62  Ce thème, aussi spectaculaire soit-il, relève sans doute d’un réemprunt puisé dans des chroniques (...)

20La figure de la reine Urraque se révèle fort différente, comme on aura pu le constater, selon que l’on se fonde sur les chartes ou sur les chroniques, qu’il s’agisse de celles qui lui sont défavorables, comme la Crónica de veinte reyes, ou de celles qui la ménagent, comme la Crónica anónima. Quels enseignements peut-on tirer de ces deux perceptions par trop contrastées ? À vrai dire ce choix n’en est pas un, car privilégier l’une de ces sources par rapport à l’autre conduit invariablement à une vision distorsionnée de l’image de la reine, la seconde n’étant pas forcément la moins déformée des deux. Existe-t-il un pouvoir au féminin au Moyen Âge ? C’est la question que nous nous posions en commençant ce travail. Y répondre est loin d’être aisé. Lorsque l’on étudie les manuscrits du cartulaire qui a été consacré à Urraque, rien, dans leur structure, ne permet de distinguer la reine des souverains mâles, qu’il s’agisse de son père, de son époux ou de son fils. En revanche, on ne saurait en dire autant des chroniques qui, elles, poursuivent plus ou moins ouvertement d’autres buts, qu’ils soient littéraires ou idéologiques. Si nous devions nous en tenir à ces considérations, il faudrait conclure que la “véritable” Urraque est celle des chartes, et que les chroniques nous apprennent bien peu de choses sur cette femme. Or c’est loin d’être le cas ; car bien que n’étant pas un fidèle reflet du “réel” – mais existe-t-il vraiment au Moyen Âge ? –, ces récits nous permettent d’approcher, à travers les représentations qu’ils offrent, positives ou non, et aussi figées soient-elles, l’image de la femme idéale au Moyen Âge60 et, par delà, de la reine. C’est par bribes que les chroniques “anonymes” nous livrent quelques images de la vie, et bien que relevant par moments de la littérature – cas des pittoresques descriptions de certains personnages61, ou volonté de susciter l’effroi chez le lecteur en rendant minutieusement compte des morbides tortures infligées par les burgenses aux mezquinos62 –, elles gardent d’étroits rapports avec ce qui fut effectivement vécu : elles sont porteuses, pour ainsi dire, de véritables traces du réel. Le fait que les Crónicas anónimas soient majoritairement une construction discursive n’enlève rien à leur valeur comme document historique valable pour une période donnée, bien au contraire, encore qu’il faille être en mesure d’assimiler cette donnée. Que ce discours soit un miroir déformé du sujet qu’il prétend traiter, la vérité historique sur les premières du règne d’Urraque, est un élément que nous avons fini par intégrer à notre propre interprétation au fur et à mesure des progrès de notre démarche. Ainsi, plutôt que d’analyser cette source de premier plan à partir des indices directs qu’elle offre, avons-nous préféré tenir compte de la date d’apparition du premier manuscrit aujourd’hui connu – fin du XVe siècle –, de son lieu d’énonciation, sans doute la ville de Sahagún, et de son appartenance culturelle ou idéologique, la communauté bénédictine en voie d’intégration par l’Observance de Valladolid.

  • 63  Mary C. ERLER et Maryanne KOWALESKI, Gendering the Master Narrative. Women and Power in the Middle (...)
  • 64  Judith M. BENNETT, “Medievalism and Feminism”, Speculum, 68, 1993, p. 309-331, p. 330 : “What bett (...)
  • 65  Luis SÁNCHEZ-BELDA, « La cancillería castellana durante el reinado de Doña Urraca (1109-1126) », E (...)
  • 66  Jérôme BASCHET, La civilisation féodale. De l’an mil à la colonisation de l’Amérique, Paris : Aubi (...)
  • 67  Castigos del rey don Sancho IV, Hugo O. BIZZARRI (éd.), Madrid : Iberoamericana, 2001, p. 71-72 : (...)
  • 68 ) Après une séparation conjugale, la femme se voyait imposer une discipline, en matière de relation (...)

21Étudier la femme en tant que femme, c’est-à-dire en fonction de son sexe – genre – est une méthode historique relativement récente63 et souvent non dénuée de perspectives téléologiques. Loin de ce propos, notre intention est d’étudier le rôle d’Urraque en tant que femme de pouvoir. Or, reconnaissons d’emblée que, dans le cas qui nous intéresse, et en dépit de la relecture des sources que cette nouvelle approche a permis, le sexe – ou plutôt la Gender History – n’est pas une catégorie déterminante pour comprendre l’action d’Urraque en tant que reine-femme et, partant, de l’histoire des femmes au XIIe siècle64. Le « tournant linguistique » dont ce courant est issu a abouti à la prolifération des histoires spécifiques opposées à une histoire générale de plus en plus délaissée. S’il est vrai que ce type d’approche peut s’avérer nécessaire pour faire évoluer une discipline à un moment donné, il n’en demeure pas moins que toute réduction d’un champ d’investigation affecte les conditions de validité et de vérification des hypothèses qui sont émises, puisque l’on perd de vue le cadre général. L’étude des chartes, la plupart du temps rédigées par des membres de sa chancellerie65, nous montre en effet l’image d’une reine qui agit comme un souverain ordinaire, c’est-à-dire comme une princesse qui ne se distingue en rien d’un monarque masculin. Ce stéreotype est d’autant plus frappant dans les chroniques où le reflet de la reine est encore plus proche de l’archétype de la femme médiévale telle que les clercs aimaient à la décrire. Dans les deux cas, chartes ou chroniques, l’analyse du personnage d’Urraque, femme ou reine, renvoie davantage à l’histoire de la société médiévale, et de ses représentations, qu’à celle d’une personne, aussi éminente soit-elle. L’utilisation du gender comme outil d’analyse pertinent pour la recherche historique trouve ici ses limites. Bien qu’étant d’abord femme, Urraque fut aussi reine. Cela veut dire qu’en dehors de l’aspect physiologique, Urraque avait peu de choses en commun avec la majorité des femmes de son royaume qui, elles aussi, loin de constituer un groupe social homogène, vivaient leur propre réalité en fonction de multiples paramètres : familiaux, économiques, géographiques, culturels… qui étaient ceux de la société de l’Occident médiéval dans laquelle, du moins du point de vue de la doctrine, la femme était l’égale de l’homme66, même si la réalité67 était fort éloignée de cet idéal68.

  • 69  CAS, p. 38 : « La qual sentençia de escomunión la sobredicha reina paçientemente sufrió, por quant (...)
  • 70  Elena LOBATO YUANES, « La religiosidad de una reina : doña Urraca », Las mujeres en el cristianism (...)
  • 71  C. MONTERDE, Diplomatario…, doc. n° 81 (1112), p. 81-82, p. 81 : « Nunc autem domina et regina Ihe (...)
  • 72  CAS, p. 64 : “«Bea el Señor de la silla çelestial e juzgue si mi padre el rei don Alfonso [VI] a v (...)
  • 73  CAS, p. 63 : « encontró a los burg[u]eses que se yban para el rei, los quales como ella biese, alç (...)
  • 74  Piroska NAGY, Le don des larmes au Moyen Âge. Un instrument spirituel en quête d’institution (Ve - (...)
  • 75  CAS, p. 70 : « Pero el acatamiento de la misericordia supernal no nos desanparó del todo, por quan (...)
  • 76  P. NAGY, Le don…, op. cit. p. 416.
  • 77  Primera crónica general de España, Ramón Menéndez Pidal (éd.), 2 t. Madrid : Gredos, 1977, t. 2, p (...)

22Dans cette société, l’importance accordée à la parenté spirituelle serait l’apanage des chartes officielles qui nous montrent régulièrement – est-ce vraiment une surprise ? – une image pieuse d’Urraque. Dans ces documents, nous voyons toujours une reine très chrétienne69 qui obéit scrupuleusement à Dieu. Elle profite des cérémonies les plus solennelles, comme son deuxième mariage avec Alphonse d’Aragon, célébré à León, pour donner des biens matériels à l’Église : monastères, abbayes et cathédrales70, ou encore prodiguer des bienfaits lors d’une visite particulièrement remarquée qu’elle fit à la cathédrale de Lugo71. Par opposition, cette image de femme dévote contraste avec celle que donnent les chroniques. Dans ces dernières narrations, la reine nous est dépeinte en train de voler, elle-même, le trésor de l’abbatiale de Saint-Isidore, raison pour laquelle la dalle de son tombeau était, comme chacun pouvait le constater, cassée en deux morceaux. Il s’agit bien entendu d’une métaphore destinée à rappeler au plus grand nombre la punition de la mort que Dieu avait infligée au corps de la souveraine. Que nous disent les Crónicas anónimas des pratiques intimes d’Urraque, femme de pouvoir ? Après la mort de son père, un malheur constamment déploré et rappelé par l’auteur anonyme, Urraque s’était retrouvée esseulée, dépourvue de l’appui d’un mari qui aurait dû être son protecteur72. En dépit de la prévention d’un petit nombre de fidèles nobles de son entourage, de la majorité des évêques et surtout de Bernard, l’archevêque de Tolède, doña Urraque est souvent décrite comme une femme vulnérable. D’abord veuve, puis orpheline et enfin divorcée, la reine est surtout montrée comme une femme qui pleurait73 et qui implorait, comme à Lugo, pour se défendre et pour se sortir des mauvais pas dans lesquels elle se trouvait sans cesse. La sensibilité que la reine exprime dans la Crónica, en laissant couler ses larmes, relève d’une démarche de nature fort différente ; son désir ardent du ciel et la protection toute religieuse qu’elle appelle de ses vœux à Lugo en sont de parfaits exemples. Cependant, loin d’être une faveur spirituelle ou don des larmes74, comme les affligés en recevaient en témoignage de leur élection, les larmes d’Urraque dans la Crónica sont banalement matérielles. Dans le texte des anónimos, celles-ci ne sont pas le signe de son humanité ou de sa vertu, mais bien de la faiblesse féminine qui cherchait la compassion, un topos cher aux clercs du Moyen Âge qui cadrait avec la norme sociale en vigueur75. Bien que reine, et par conséquent détentrice du pouvoir et des ses apparences externes, Urraque était avant tout, pour l’auteur du récit, une femme malheureuse qui s’efforçait de tenir le royaume face à des ennemis puissants et malfaisants. Son règne n’aurait donc pas été aussi négatif que ce que certains avaient toujours dit puisque la reine avait su transmettre à son fils, en dépit des circonstances politiques contraires et des insuffisances inhérentes à sa personne, le royaume qu’elle avait hérité de son père. Une femme qui pleure, et Urraque le fait abondamment, est une femme moins encline au péché de chair par l’évacuation des liquides qui sont présents dans le corps76, aussi ne faudrait-il pas, comme le pense l’auteur de la chronique anonyme, porter crédit aux calomnies qui couraient sur la souveraine. Contrairement à ce qu’en règle générale disent les sources chronologiquement postérieures au Tolédan77, la chronique de Sahagún ne révèle rien de la luxure et des amours illégales de la reine, son comportement de femme fatale. Pourtant, ce n’est pas faute d’avoir été sollicitée par de prestigieux prétendants, comme les Lara, des nobles convaincus du bon parti qu’elle représentait et parfaitement conscients du pouvoir qu’elle exerçait.

  • 78  CAS, p. 111 : « como era de alta nobleça e de sangre real e de gran fermosura, ansí aún era de gra (...)
  • 79  Isidore de SÉVILLE, Etymologiarum, IX, 7, 29, José Oroz Reta et Manuel-A. Marcos Casquero (éd.), M (...)
  • 80  Ce passage n’est pas sans rappeler celui que l’Historia silense consacre à l’éducation de son homo (...)
  • 81  María Jesús LACARRA, « El arquetipo de la mujer sabia en la literatura medieval », La mujer en la (...)
  • 82  CAS, p. 112 : « Por quanto después de la muerte de mi padre muchas beçes me resçivistes e echastes (...)
  • 83  Suivant ce qu’il est convenu d’appeler la conception cicéronienne de : l’historia magistra vitae.
  • 84  L’influence de l’Historia Compostelana transpire de nouveau à travers le traitement que l’anonyme (...)
  • 85  Ibid. p. 718-720.
  • 86  J. BASCHET, La civilisation féodale…, op. cit. p. 308.

23Les stéréotypes positifs où se croisent les vertus caractéristiques de la femme et de la personne détentrice du pouvoir – justice, administration du royaume et fonction guerrière – ne sont pas absents de la Crónica. Comme on pouvait s’y attendre, et faisant pendant à toute la littérature si décriée par le père de Rozas, l’Urraque du récit facundino, une femme du plus haut rang de la noblesse, est, selon les modèles les plus conventionnels : prudente, belle et éloquente78. Dans cette longue narration, le vieux modèle isidorien ne semble pas avoir perdu de sa force puisque fidèle au principe selon lequel la femme recherchée devait toujours être : belle, noble, riche et sage79. En tant que reine, la princesse léonaise avait reçu en préparation une parfaite éducation, elle était donc parée des qualités inhérentes à la fonction royale80. Urraque était belle et courageuse car elle était noble, au sein d’un ensemble parfaitement cohérent et dans le droit fil du système de représentation de la société médiévale. Urraque accorde magnanimement le pardon, c’était en effet l’une des vertus cardinales du prince, elle fait également preuve d’une grande sagesse81 et éprouve enfin pour ses sujets un amour tout maternel, en même temps qu’une tendresse fraternelle82. La beauté physique d’Urraque reflète sa bonté sublimée dans la caritas vis-à-vis du prochain, mais aussi de son mari pour lequel elle éprouve une sincère, bien que trahie, affectio. Pieuse, car bonne chrétienne et soumise à l’autorité de l’Église, à travers l’humilité face à Bernard de Sédirac ; non tyrannique car juste et aimante de ses sujets, Urraque, reine et femme en même temps, ne pouvait pas être considérée comme une mauvaise gouvernante, une évidence que le fervent rédacteur de la Crónica anónima s’emploie à transmettre au lecteur. L’intention didactique et édifiante83 de la chronique est manifeste à travers ces passages, car bien qu’Urraque ne soit pas la figure centrale de l’intrigue, et que ses traits les plus négatifs aient été gommés, le récit s’attache, dans l’évidente foulée de l’Historia Compostelana, à démontrer la tyrannie du Batailleur84, un roi peu respectueux de l’Église à rebours de ce qu’avait toujours été son défunt beau-père Alphonse VI85. Peut-on envisager les Crónicas anónimas comme étant une superposition des événements du passé sur un horizon d’attente immédiat ? Pourquoi pas, tant ce régime d’historicité s’ajuste particulièrement bien à la perception médiévale du temps selon laquelle des solutions qui avaient démontré leur efficacité par le passé pouvaient resservir dans le présent pour régler des cas relativement similaires86.

  • 87  Benard GUENÉE, Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval, Paris : Aubier, 1980, p. 8 (...)
  • 88  Roger DRAGONETTI, Le mirage des sources. L’art du faux dans le roman médiéval, Paris : Le Seuil, 1 (...)
  • 89  Cécile DAUPHIN, Arlette FARGE et alii, « Culture et pouvoirs des femmes. Essai d’historiographie » (...)
  • 90  Stéphane LEBECQ, « Sur les femmes et leurs éventuels pouvoirs au premier Moyen Âge. Conclusions du (...)

24L’idée de mimesis est, on le sait, étrangère à la littérature du Moyen Âge, tout comme elle l’est au genre des chroniques, sachant que celles-ci contiennent souvent des récits purement littéraires87 – épiques ou autres – et qu’elles sont construites sur des intentions idéologiques plus ou moins avouées. Faudrait-il alors renoncer à étudier la Crónica anónima en cela qu’elle nous empêcherait d’accéder à la véritable Urraque ? Tel n’est pas notre avis car, confrontée et croisée avec les autres chroniques, la narration de Sahagún produit non pas une recréation du réel mais bien un « effet de réel » qui s’avère profondément fécond88. Ni véritable meretrix, ni tout à fait regina exemplaire, il faut bien convenir que la figure d’Urraque se trouve dispersée et enfouie au milieu de ces élaborations, entre chronique et littérature, aussi contradictoires soient-elles en apparence. Qu’elle ait été faible ou énergique, le fait est qu’Urraque ne renonça à aucun des ses pouvoirs et assuma la potestas de sa fonction, avant de la partager avec son fils à la fin de sa vie, survenue à Saldaña en 1126, alors que celui-ci, le futur Alphonse VII l’Empereur, était majeur depuis plusieurs années déjà. En tant que femme de pouvoir, Urraque fut une exception durant ce mâle Moyen Âge hispanique, long de plus de dix siècles, en apportant la preuve que l’histoire des femmes n’obéit pas forcément à une idée de progrès continu89, dans un monde où la vie politique fut, pour l’essentiel, une affaire d’hommes90.

Haut de page

Notes

1  Ces Crónicas anónimas de Sahagún [= CAS], au nombre de deux, ont fait l’objet de plusieurs éditions. Seule la première d’entre elles nous intéresse ici, en cela qu’elle se rapporte directement au règne d’Urraque. Quant à la deuxième, elle traite pour l’essentiel de la période postérieure à celle d’Urraque et s’étend jusqu’au règne d’Alphonse X. La plus ancienne édition de ces Crónicas se trouve dans les annexes de l’ouvrage du père Romualdo ESCALONA, Historia del real monasterio de Sahagún, Madrid, 1782, p. 297-349. Quant aux deux autres textes édités à ce jour ce sont ceux de Julio PUYOL ALONSO, « Las crónicas anónimas de Sahagún », Boletín de la Real Academia de la Historia, 76, 1920, p. 7-26, p. 111-122, p. 242-257, p. 339-356, p. 395-419, p. 512-519 ; BRAH, 77, 1920, p. 51-59, p. 151-192 ; et de Antonio UBIETO ARTETA, Crónicas anónimas de Sahagún, Saragosse : Anubar, 1987, p. 9-129 ; c’est cette édition que nous suivrons ici.

2  Ibid. p. 6 : « se manejan por los historiadores, indiscriminadamente, ya que constituyen una fuente interesantísima de temas sociales y aún políticos. Pero nadie se ha vuelto a fijar en el tema de su autenticidad ».

3  Jean FROISSART, Chroniques. Livres I et II, Peter F. Ainsworth et George t. Diller (éd.), Paris : Le Livre de Poche - Lettres gothiques, 2001, p. 79.

4  José María RAMOS y LOSCERTALES, « La sucesión del rey Alfonso VI », Anuario de historia del derecho español, 13, 1936-1941, p. 36-99, p. 45-56. CAS, p. 25, « todos los nobles e condes de Espanna, los quales todos oyéndolo, dexó el señorío de su reino a la dicha donna Hurraca su fixa ».

5  Gregoria CAVERO DOMÍNGUEZ, « El perfil político de Urraca y Teresa, hijas de Alfonso VI », Actas do 2° Congresso histórico de Guimarães, t. 2, Guimarães : Universidade do Minho, 1996, p. 7-23, p. 13.

6  Cristina MONTERDE ALBIAC, Diplomatario de la reina Urraca de Castilla y León (1109-1126), Saragosse : Anubar. Textos Medievales, 91, 1996, doc. n° 13 (1110), p. 37 : « Ego Vrracha, Dei gratia regina et imperatrix Yspanie, filia regis Ildefonsi beate memorie imperatoris ». Irene RUIZ ALBI, La reina doña Urraca (1109-1126). Cancillería y colección diplomática, León : Centro de estudios e investigación « San Isidoro », 2003, p. 291-293, p. 291 : « salvo cuatro casos en que aparece la reina como « imperatrix », en todos los documentos se menciona el nombre de Urraca – que puede adoptar variadas grafías – acompañada de su condición de ‘regina’ ».

7  Il est un fait qu’au Moyen Âge, et dans la Péninsule peut-être plus qu’ailleurs, le monarque devait se montrer comme un chef militaire, comme un véritable guerrier se trouvant à la tête des armées pour agrandir le royaume par l’épée. On comprend que cette exigence physique ait pu paraître redhibitoire à certains, raison pour laquelle il fallait trouver un mari à la reine pour l’aider dans ces fonctions, cf. María Valentina GÓMEZ MAMPASO, « La mujer y la sucesión al trono », Nuevas perspectivas sobre la mujer. Actas de las primeras jornadas de investigación interdisciplinaria, Madrid : Universidad Autónoma, 1982, p. 127-135, p. 129 ; María Isabel PÉREZ de TUDELA y VELASCO, « La mujer castellano-leonesa del pleno medievo. Perfiles literarios, estatuto jurídico y situación económica », Las mujeres medievales y su ámbito jurídico. Actas de las II jornadas de investigación interdisciplinaria, Madrid : Universidad Autónoma, 1983, p. 59-77, p. 60 ; J. M. RAMOS, « La sucesión… », op. cit. p. 76-81. José Antonio MARAVALL, El concepto de España en la Edad Media, Madrid : Centro de estudios constitucionales, 1997 [1954 1re éd.], p. 443-447.

8  Pour les questions relatives à la chronologie de cette période nous renvoyons aux ouvrages classiques de Bernard F. REILLY, The Kigndom of León-Castilla under Queen Urraca, 1109-1126, Princeton : Princeton University Press, 1982, p. 51-52 ; et du même auteur El reino de León y Castilla bajo el rey Alfonso VI (1065-1109), Tolède : Instituto provincial de investigaciones y estudios toledanos, 1989. Signalons à ce propos qu’Urraque, peu avant de devenir reine, avait été placée par son père à la tête de la tenencia du « royaume » de Galice afin qu’elle la conservât dans l’attente de la majorité d’Alfonso Raimúndez, son fils. Urraque gouvernait seule cette partie du territoire depuis le décès de son premier époux, le comte Raymond de Bourgogne, survenu à la fin de l’année 1107.

9  C’est ce précédent, devenu consuetudinem avec le temps, qui fut intégré plus d’un siècle plus tard par Alphonse X dans les Partidas, II, 15, 2 : « que el señorío del reyno, non lo ouiesse sinon el fijo mayor, después de la muerte de su padre ».

10  Manuel RECUERO ASTRAY, « El reino de León durante la primera mitad del siglo XII », El reino de León en la alta Edad Media. IV. La monarquía (1109-1230), León : Centro de estudios e investigación « San Isidoro », 1993, p. 7-75.

11  Franck COLLARD, « Venenosa mulier coronata. Variations sur la figure de la reine empoisonneuse dans l’Occident médiéval », Reines et princesses au Moyen Âge, Cahiers du CRISIMA, 5, t. 1, 2001, p. 303-322, p. 313 : « La reine empoisonneuse n’est le plus souvent qu’une forme de la mauvaise mère ou de la mauvaise épouse ; la deceptrix ou insidiatrix uxor des pénitentiels… » ; et du même auteur, Le crime de poison au Moyen Âge, Paris : PUF (Le nœud gordien), 2003, p. 111-117, p. 112 : « Tout un héritage culturel incite les esprits du mâle Moyen Âge à attribuer à la femme une propension à empoisonne ».

12  CAS, p. 62.

13  C. MONTERDE, Diplomatario…, doc. n° 7 (1110), p. 24-26.

14  Hilda GRASSOTTI, « Los reinos cristianos en los siglos XI y XII. Economías. Sociedades. Instituciones », Historia de España, t. 10, II, Ramón Menéndez Pidal (éd.), Madrid : Espasa-Calpe, 1992, p. 201.

15  Ce portrait de la reine renvoie au schéma défini au milieu du XIIe siècle par Jean de Salisbury dans son Policraticus (1159). Dans cet ouvrage fondé sur une vision organique de la société, le monarque était la tête du corps politique ; il détenait la potestas et l’auctoritas qui garantissaient le bien commun du corps social. Cary J. NEDERMAN, “The physiological significance of the organic metaphor in John of Salisbury’s Policraticus”, History of political thought, 8, Cambridge : University Press, 1987, p. 211-223.

16  CAS, p. 97.

17  CAS, p. 33 : « E entonçes la reina, avido su consejo con los suyos, deliberó façer diborçio e separaçión del marido ».

18  Sylvie BARNAY, « Une apparition pour protéger. Le manteau de la Vierge au XIIIe siècle », Cahiers de recherches médiévales, 8, 2001, p. 13-22.

19  CAS, p. 32 : « metiéndose so el su manto ; al qual la reina, mobida con piedad, cubriólo con su manto y estendiendo los braços sobre él por lo librar más ».

20  CAS, p. 59.

21  CAS, p. 25-26 : « Muerto ya el rei, tal e tan grande cresçió el planto e lloro en la çibdad, qual yo por escriptura no podría declarar, ni por boca fablar, ca los cristianos, con sus mugeres ; los judíos e moros, con las suyas ; las biejas, con los biejos ; los moços, con las vírgenes ; las moças, con los ynfantes, confundiendo las boçes e alaridos en uno con los llantos, façían gran estruendo e ruido, en tal manera que se podría deçir que toda la çibdad no era otra cosa sino un sonido de llorantes […] Llebóse el su cuerpo de la çibdad, séptimo ydus de julio, e con mui gran honra fue traído a la villa de Sant Fagum, e en el doçeno día de agosto açerca de la reina doña Costança, como él avía mandado, fue metido en sepultura, labrada de un preçioso mármol ».

22  CAS, p. 11 : « Es agora a saver que después que el mui exçelente rey don Alfonso [III], llamado Magno, aviendo ya e poseyendo el alteça e estado real, deliveró e con todo coraçón quiso engrandesçer e magnificar el dicho lugar e capilla susodicha ». Cet extrait illustre particulièrement le processus de fixation d’une memoria qui avait cours à ce moment là au sein du monastère bénédictin du Cea. N’oublions pas que les moines s’étaient empressés d’achever en 1110, peu de temps après la disparition d’Alphonse VI, la confection d’un codex écrit en minuscule wisigothique et intitulé : Liber testamentorum Sancti Facundi, mieux connu sous son autre nom : Becerro Gótico de Sahagún.

23  CAS, p. 46 : « Porque por aquella misma prerrogativa de libertad sea ennoblesçido aqueste monasterio en Espanna, según que resplandesçe en Françia el monesterio de Cluni ». Rodrigue Jiménez de Rada, qui ne mentionne jamais la CAS, aurait-il pu s’inspirer de ce passage ? À moins que ce ne soit l’inverse, cf. Rodrigo JIMÉNEZ de RADA, Historia de rebus Hispanie siue historia gothica, Juan Fernández Valverde (éd.), Corpus Christianorum. Continuatio Mediaevalis, 72, Turnhout : Brepols, 1987, p. 206 : « in predicto monasterio sanctorum Facundi et Primitiui abbatis officio fungeretur, et sicut in Galliis illud monasterium precellebat, istud omnibus monasteriis eiusdem ordinis in Hispaniis presideret ». Signalons cependant le remplacement du toponyme Gaule par celui de France dans la CAS.

24  José María FERNÁNDEZ CATÓN, Colección documental del archivo de la catedral de León (775-1230). V (1109-1187), León : Centro de estudios e investigación « San Isidoro », 1990, doc. n° 1327, p. 5-7, p. 5 : « ego Urraka, Dei nutu totius Yspanie regina ». Certains auteurs soulignent l’attachement d’Urraque à la ville de León, non pas à travers la cathédrale, mais au moyen de la basilique de Saint-Isidore. Ainsi, selon ces théories, c’est la reine qui aurait commandé le programme sculptural de la célèbre porte dite de l’Agneau pour mieux asseoir sa légitimité en tant que digne héritière de son père. Sur ce sujet, cf. Therèse MARTIN, « Un nuevo contexto para el tímpano de la portada del Cordero en San Isidoro de León », El tímpano románico. Imágenes, estructuras y audiencias. Rocío Sánchez Ameijeiras et José Luis Senra Gabriel y Galán (coord.), Saint-Jacques de Compostelle : Xunta de Galicia, 2003, p. 181-205.

25  En revanche, il n’en alla pas de même pour la cathédrale d’Oviedo, laquelle fut largement récompensée par la suite, même si le document qui l’atteste est un faux connu. En effet, le célèbre évêque et faussaire Pélage, auteur lui aussi d’une Crónica, fut d’un soutien inconditionnel pour Urraque. Il aida économiquement la souveraine dans la lutte qui opposa celle-ci à son époux, cf. Francisco Javier FERNÁNDEZ CONDE, El Libro de los Testamentos de la Catedral de Oviedo, Rome : Publicaciones del Instituto Español de Estudios Eclesiásticos - Iglesia Nacional Española, 17, 1971, p. 47-50. L’admiration que cet ecclésiastique éprouva pour Alphonse VI nous font penser que ses écrits ont pu largement inspirer les CAS.

26  José Antonio FERNÁNDEZ FLÓREZ, Colección diplomática del monasterio de Sahagún (857-1300). IV (1110-1199), León : Centro de estudios e investigación « San Isidoro », 1991, doc. n° 1195, p. 47-49, p. 47 : « Sed quia ex guerra que est inter me et regem Aragonensem nonnulla nobis oritur necessitas, statuimus, ego Urraca regina et abbas Sancti Facundi, dominus Dominicus, ut fiat moneta in uilla Sancti Facundi ».

27  Historia Compostellana, Emma FALQUE REY (éd.), Turnhout : Brepols (Corpus Christianorum. Continuatio Mediaualis), 70, 1988, p. 87 : « Interea spreto rege Aragonensi, cui incesta coniugii copula Vrracha regina inheserat […] regi Aragonensi uiro uidelicet suo (si cum esset ei proxima consanguinitatis linea iunctus, uir eius est nominandus) ». CAS, p. 28 : « Mas como el poderoso Dios dispusiese de querer açotar a Espanna con el bastón de su sanna, consintió e pirmitió que los yniquos e malos consejos prebaleçiesen, ca venidos los condes e nobles al castillo que diçen Munnón, allí casaron e ayuntaron a la dicha doña Urraca con el rei de Aragón ». Ce même thème sera inlassablement repris par les chroniqueurs du XIIIe siècle, lesquels donneront des appréciations fort différentes selon leurs sensibilités respectives, cf. Ana RODRÍGUEZ LÓPEZ, « Sucesión regia y legitimidad política en Castilla en los siglos XII y XIII. Algunas consideraciones sobre el relato de las crónicas latinas castellano-leonesas », Lucha política. Condena y legitimación en la España medieval, Isabel Alfonso, Julio Escalona et Georges Martin (coord.), Annexes des Cahiers de Linguistique et de Civilisation Hispaniques Médiévales, 16, Lyon : ENS Éditions, 2004, p. 21-41, p. 36-38.

28  Marta HERRERO de la FUENTE, Colección diplomática del monasterio de Sahagún (857-1230). III (1073-1109), León : Centro de estudios e investigación « San Isidoro », 1988, doc. n° 1169, p. 549 : « Regnante Adefonso rege Aragonensi in Legione ».

29  Il s’agit, bien sûr, de l’un des plus célèbres paragraphes de la Chronique, et pour cette raison maintes fois reproduit. CAS, p. 29-30 : « Era entonçes el tienpo de las bendimias, e como fuese en las viñas gran abastança de ubas e fuesen ya maduras para bendimiar, en aquella noche de aquel maldito e escomulgado ayuntamiento, tan gran helada cayó, que la gran abastança del vino que ya paresçía, bolvióse en mui gran mengua. E aún aquello poco que quedó del vino, tornóse en no sé qué tal açedo sabor, el qual bevido retorçía las entrañas e purgávalas, no sin gran daño de la salud, así como si más claramente nuestro Señor por gran señal quisiese demostrar aquel ayuntamiento ser fecho para danno e destruiçión de Espanna, non para conserbaçión d’ella. Aquesta maldita cópula e ayuntamiento fue ocasión de todos los males que nasçieron en Espanna, ca de aquí naçieron grandes muertes, seguiéronse robos, adulterios, e casi todas las leyes e fuerças eclesiásticas fueron menguadas e apocadas ».

30  Jacques LE GOFF et Pierre TOUBERT, « Une histoire totale du Moyen Âge est-elle possible ? », Actes du 100e Congrès national des sociétés savantes. Paris, 1975, section de philologie et d’histoire jusqu’à 1610, tendances, perspectives et méthodes de l’histoire médiévale, Paris : Bibliothèque Nationale, 1977, p. 31-44.

31  Il convient de garder à l’esprit que les règles concernant l’union matrimoniale étaient encore particulièrement rigides, María Isabel LORING GARCÍA, « Sistemas de parentesco y estructuras familiares en la Edad Media », La familia en la Edad Media. XI Semana de estudios medievales. Nájera, José Ignacio de la Iglesia (coord.), Logroño : Instituto de Estudios Riojanos, 2001, p. 13-38, p. 20.

32  Roger COLLINS, “Queens-Dowager and Queens-Regent in 10th-Century León and Navarre”, in : Medieval Queenship, John C. Parsons (dir.), New-York : Saint Martin’s press, 1993, p. 79-92.

33  Simon BARTON, The Aristocracy in Twelfth-Century León and Castile, Cambridge : University Press, 1997, p. 39-40, p. 47-48.

34  CAS, p. 51 : « E por tanto que la reina se fuese a Aragón a reçevir e disponer el reino del marido, e el rei quedase semejantemente a andar e disponer el reino de su muger, e cada uno donde quiera que fuese podiese tomar juramento de fee por el otro quasi por sí mesmo ».

35  CAS, p. 28-30, note 1. C. MONTERDE, Diplomatario…, op. cit. doc. n° 4 (1109), p. 21-23, p. 22 : « ut vos [Urraque] mihi teneatis ad honorem quomodo bonam feminam debet facere ad suum bonum seniorem », p. 23 : « ego quod vobis [Alphonse Ier] adiuvem contra illud cum toto meo potere per bonam fidem sine enganno ».

36  Historia Compostellana, op. cit. p. 284 et : « Quid non aggreditur sceleratissima uipera ? Quid audeant, quid presumant, quid aggrediantur muliebra figmenta, Eue prothoparentis nostre satis indicant exempla. Ruit in uetitum audacissima mens mulieris : sacrosancta uiolat fasque nefasque confundit ». Texte dont la traduction pourrait être : « Que n’ose pas la déraison de la femme ? Que ne tente pas la ruse du serpent ? La très criminelle vipère, que n’attaque-t-elle pas ? L’exemple d’Ève, notre ancêtre, montre clairement ce qu’osent, ce que tentent, ce qu’attaquent les inventions de la femme. La très audacieuse imagination de la femme se rue sur ce qui est interdit, viole ce qu’il y a de plus sacré, confond ce qui est licite et ce qui ne l’est pas ».

37  Romualdo ESCALONA, Historia del Real Monasterio de Sahagún, sacada de la que dexó escrita el Padre Maestro Fr. Joseph Pérez, Madrid, 1782, p. 366-375, (= HS).

38  Charles GARCIA, « L’anonymat individuel au service d’une identité collective : l’exemple des Chroniques anonymes de Sahagún XIIe siècle », Université de Poitiers (à paraître).

39  R. JIMÉNEZ de RADA, Historia de rebus…, op. cit. VII- 2, p. 221-222 : « Interea comes Gomicius ad regine connubium anelabat, sicut patris tempore, ut prediximus, a magnatibus fuerat pertractatum. Set regina Vrracha clamculo, non legitime, comiti Gomicio satisfecit ; unde et comes, quasi de matrimonio iam securus, cepit agere bella regni et pro uiribus Aragones propulsare, et genuit ex regina furtiue filium, qui dictus fuit Fernandus Furatus. Interim autem quidam comes Petrus de Lara regine graciam clandestine procabatur, et quod uoluit, impetrauit, ut exitus comprobauit ». Crónica latina de los reyes de Castilla, María de los Desamparados Cabanes Pecourt (éd.), Valence : Anubar, 1964, p. 18 : « Alfonsus rex Aragonum, cui sicut tetigi supradicta regina Urraca nupsit. Sed ipso despecto et derelicto divertit ad alia indigna relatu », p. 19 : « Ipsa vero regina recepit comitem Petrum de Lara, patrem comitis Malrici et comitis Nunii et comitis Alvari, in nimiam familiaritatem suam ; et ex ea dicitur suscepisse filium nomine Ferrando Furtado ».

40  Enrique FLÓREZ, Memorias de las Reynas Catholicas de España, Madrid, 1761, F. Javier Campos, rééd. Valladolid : Junta de Castilla y León, 2002, p. 224-266.

41  On connaît en effet la misogynie des principaux humanistes castillans, tels Alfonso de Palencia ou Pedro Mártir de Anglería, il s’agit d’hommes qui participèrent d’un courant d’idées visant à dénigrer la femme. Dans ce contexte, la réhabilitation d’Urraque ne pouvait être qu’une entreprise particulièrement ardue.

42  HS, p. 369 : « Sea el primero el que este Monge, cuya relacion vamos comentando, que fué testigo de vista, y por consiguiente mas abonado que quantos se han producido hasta aquí, no hace mencion de las liviandades que nuestros Historiadores á manos llenas la achacan ».

43  HS, p. 374.

44  Historia Compostellana, op. cit. p. 172 : « Interea regina V. in Gallitiam repedauit et Compostellam peruenit. Porro predictus sancti Iacobi episcopus, quoniam eam susurronibus atque detractoribus facile acquiescere, et quoniam eius animum ad regendum in pace et iustitia Hyspanie regnum femineum et eneruem nouerat ».

45  Georges DUBY, Dames du XIIe siècle.1. Héloïse, Aliénor, Iseut et quelques autres, Paris : Gallimard, 1995, 2 t. t. 1,p. 20.

46  Il est vrai que les grandes qualités de gouvernement chez cette antique reine sont inséparables de son appétit sexuel, particulièrement débordant, comme le montre Giovanni BOCCACE dans son De mulieribiis claris, in : Tutte le opere di Giovanni Boccacio, V. Branca (éd.), t. X, V. Zaccaria (éd.), Milan : Mondadori, 1970, texte cité par Antonio GARCÍA VELASCO, La mujer en la literatura medieval española, Málaga : Aljaima, 2000, p. 109-114 : « Semiramis : reina de los asirios […] se vistió como hombre e hizo y ejerció muy ásperamente el arte militar y del campo […] que para el imperio no se debía haber tanto respecto del sexo, como del ánimo […] Porque, encendida entre otras, de una continua comezón de lujuria, la desaventurada (según se cree) se dio a muchos y entre sus enamorados se cuenta su mismo hijo, mancebo de muy hermosa disposición, el cual, después de haberse echado con su madre y habido parte con ella por lugar no debido, cosa por cierto más abominable y bestial que humana », c’est un constat pour le moins saisissant avec la réputation que l’on fit à Urraque pendant les derniers siècles du Moyen Âge.

47  HS, p. 366. CAS, p. 82 : « Los burg[u]eses llamavan a la reina « meretrize pública » e aún « engañadora ».

48  Ludwig VONES, Die « Historia Compostellana » und die Kirchenpolitik des Nordwestspanischen Raumes, 1070-1130. Ein Beitrag zur Geschichte der Beziehungen zwischen Spanien und dem Papsttum zu Beginn des 12. Jahrhunderts, Cologne-Vienne : Böhlau, 1980. Richard A. FLETCHER, Saint James’s catapult. The life and times of Diego Gelmirez of Santiago de Compostela, Oxford : University Press, 1984. Fernando LÓPEZ ALSINA, La ciudad de Santiago de Compostela en la Alta Edad Media, Santiago : Ayuntamiento de Santiago, 1988.

49  Emma FALQUE REY, « Chronicum Compostellanum », Habis, 14, 1983, p. 73-83, p. 82 : « Regnauit autem tirannice et muliebriter X et septem annos et apud castrum Saldanii VI idus martii in era MCLXIIII in partu adulterini filii uitam infelicem finiuit ».

50  Crónica de veinte reyes, Gonzalo Martínez Díez et alii, Burgos : Ayuntamiento de Burgos, 1991, XII - 2, p. 259.

51  Le Tudense exonère la reina de ce méfait. En bon Léonais, il attribue la responsabilité de la sacrilège expoliation au Batailleur et au comte Henri de Portugal, Luc de TUY, Chronicon mundi, Emma Falque (éd.), Corpus Christianorum. Continuatio Mediaevalis, 74, Turnhout : Brepols, 2003, IV, p. 310 : « Vnde factum est ut de consilio comitis Enrici et regine Vrrace quasdam nobiles ecclesias, quas rex magnus Fernandus et filius eius rex Adefonsus thesauris ditauerant, spoliaret et etiam ad aurum sepulcri beati Ysidori mitteret manum, quod sibi et principibus suis a Deo et ab hominibus in magnum scandalum cessit. Omnes enim nobiles et innobiles ipsum et suos infideles et sacrilegos conclamabant ».

52  José Manuel RUIZ ASENCIO, Beato de Valcavado. Estudio, Madrid : Testimonio Compañía Editorial, 1999 ; et du même auteur : « El códice del Beato de la Universidad de Valladolid », El Beato de la Universidad de Valladolid, Madrid : Testimonio Compañía Editorial, 2002, p. 63-91.

53  I. RUIZ, La reina doña Urraca…, op. cit. doc. n° 62, p. 454 : « III basos et uno salare pesante VI marchis et III solidos et medio et una cithara apreciata in CCC solidos ».

54  Ibid. doc. n° 81, p. 483 : « mandauit regina domna Urraca desfacere illa crucem de Ualle Kauato, quam fecerat sua tia infante domna Geluira. Leuauit illa regina inde VIIII marcos de plata ».

55 Historia compostellana, p. 287.

56  Isabelle de BARROS DIAS, “«Senhoras endiabradas » (Reines endiablées) dans quelques chroniques ibériques des XIIIe et XIVe siècles”, Reines et princesses au Moyen Âge, Les Cahiers du CRISIMA, 5, t. 2, 2001, p. 809-819.

57  Ibid. p. 815-816.

58  R. JIMÉNEZ de RADA, Historia de rebus…, op. cit. IX-1, p. 281 : « Cuius [Bérengère]diligencia sic apparauit toto tempore sui regiminis, ut pauperes, diuites, ecclesiastici, seculares, sicut tempore nobilis regis fuerant, in suis statibus seruarentur ».

59  Ibid. p. 818. Segunda Partida, XV, 1-3 : « E porende establescieron que si fijo varon y non ouiesse, la fija mayor heredasse el reyno. E aun mandaron que si el fijo mayor muriesse, ante que heredasse, si dexasse fijo o fija, que ouiesse de su muger legitima, que aquel, o aquella, lo ouiesse e non otro ninguno. Pero si todos estos fallesciessen, deue heredar el reyno el mas propinco pariente que ouiesse, seyendo ome para ello ».

60  Alain BOUREAU, La papesse Jeanne, Paris : Flammarion - Champs, 1993, rééd. p. 48 : « Le XIIe siècle, moment d’apogée du féodalisme et de la réforme de l’Église, produit une situation de double contrainte : pour survivre, le laïc doit se marier au plus près (pour assurer la solidité du fief) et au plus loin (pour éviter l’inceste défini très largement au temps de Grégoire VII). La femme apparaît alors comme le nœud de cette double contrainte ; elle en sort idéalisée et méprisée, chérie et redoutée ».

61  Dans la description que l’auteur anónimo fait de Giraldo el Diablo, le pervers lieutenant d’Alphonse le Batailleur en Castille, comment ne pas penser aux portraits si caractéristiques de la littérature castillane du XVe siècle, c’est-à-dire aux récits à travers lesquels les artistes cherchaient à fixer le portrait physique des personnages, véritable matérialisation de leur portrait moral. Nous songeons ici bien sûr, parmi d’autres œuvres, aux Generaciones y semblanzas de Fernán Pérez de Guzmán. Giraldo tient dans la Crónica l’un des rôles les plus vils. Il est facile de suivre, à travers ce prénom, les personnages négativement connotés dans la littérature médiévale hispanique. C’est en effet le nom que porte le pèlerin de Saint Jacques qui, trompé par le Diable dans le Livre de Saint Jacques, se donna la mort. Et ce n’est pas un hasard s’il pratiquait un métier tout aussi vil puisqu’il était : « pelletier de son état », cf. Bernard GICQUEL, La Légende de Saint Jacques. Le Livre de Saint Jacques, Paris : Tallandier, 2003, p. 493, un épisode que le propre Berceo contribua, lui aussi, à populariser.

62  Ce thème, aussi spectaculaire soit-il, relève sans doute d’un réemprunt puisé dans des chroniques largement diffusées dans l’Occident médiéval, cf. Guibert de NOGENT, Autobiographie, Edmond-René Labande (éd.), Paris : Les Belles Lettres, 1981, p. 362-367, ou encore Orderic VITAL, The Ecclesiastical History of Orderic Vitalis, Marjorie Chibnall (éd.), Oxford : Clarendon Press, 1969-1980, 6 vol. t. 5.

63  Mary C. ERLER et Maryanne KOWALESKI, Gendering the Master Narrative. Women and Power in the Middle Ages, Londres : Cornell University Press, 2003. Reyna PASTOR offre une récente synthèse de cette problématique dans, “Sombras y luces en la historia de las mujeres medievales”, in : Tópicos y realidades de la Edad Media, II, Eloy Benito Ruano (coord.), Madrid : Real Academia de la Historia, 2002, p. 179-229. Josep-Ignasi SARANYANA, La discusión medieval sobre la condición femenina (siglos VIII al XIII), Salamanque : Université Pontificale, 1997, p. 29-34.

64  Judith M. BENNETT, “Medievalism and Feminism”, Speculum, 68, 1993, p. 309-331, p. 330 : “What better context to develop fuller theories about such differences than in a medieval society that did not replicate such modern categories as race and class but was nevertheless rife with divisions between Christian and Jew and Muslim, between peasants and townspeople and warriors, between women and men ?”.

65  Luis SÁNCHEZ-BELDA, « La cancillería castellana durante el reinado de Doña Urraca (1109-1126) », Estudios dedicados a Menéndez Pidal, Madrid : CSIC, 1953, t. 4, p. 587-599.

66  Jérôme BASCHET, La civilisation féodale. De l’an mil à la colonisation de l’Amérique, Paris : Aubier - Collection historique, 2004, p. 442 : « étant fils de Dieu et de l’Église, les chrétiens sont frères entre eux ». Marie-Thérèse d’ALVERNY, « Comment les théologiens et les philosophes voient la femme », Cahiers de civilisation médiévale, 20, 1977, p. 105-129.

67  Castigos del rey don Sancho IV, Hugo O. BIZZARRI (éd.), Madrid : Iberoamericana, 2001, p. 71-72 : « E primera mente de bienes de natura, ca era sabia, non tanto commo Adam. Ca dize Sant Pablo que Adam jamás non fue engannado nin creyó lo que la syerpe dixo a Eua. E aquesto por tal commo auía menos seso ».

68 ) Après une séparation conjugale, la femme se voyait imposer une discipline, en matière de relations sentimentales, plus contraignante que celle que subissait l’homme, comme en témoigne par exemple le Décret de Gratien : 10, C. 32, q. 1.

69  CAS, p. 38 : « La qual sentençia de escomunión la sobredicha reina paçientemente sufrió, por quanto avía ocasión de se partir de el marido, lo qual ella deseava ; e benida al arçobispo, metió sus manos entre las suyas d’él, prometiendo que dende en adelante, no tornaría a su ayuntamiento ».

70  Elena LOBATO YUANES, « La religiosidad de una reina : doña Urraca », Las mujeres en el cristianismo medieval. Imágenes teóricas y cauces de actuación religiosa, Ángela Muñoz Fernández (éd.), Madrid : Al-Mudayna, - Laya, 5, 1989, p. 385-396.

71  C. MONTERDE, Diplomatario…, doc. n° 81 (1112), p. 81-82, p. 81 : « Nunc autem domina et regina Ihesu Christi mater Maria rogo ut acceptabilem abeas hanc licet paruam oblationem ac deferas mea suspiria et lacrimas et gemitus ante conspectum diuine maiestatis quatinus pia tua intercessio auxilietur mihi ad inquirendum regnum et pacifice possidendum patris mei et sis mihi clipeus et protectio in hoc seculo et in die tremendi iudicii ».

72  CAS, p. 64 : “«Bea el Señor de la silla çelestial e juzgue si mi padre el rei don Alfonso [VI] a vosotros todos de estrañas gentes e de dibersas tierras e regiones, benientes a su tierra, honoríficamente bos trató ; e como fuésedes mui pobres, de oro e de plata bos enrriqueçió, e vos fiço resplandeçer en todas las riqueças, e vos trajistes e metistes en el reino de mi padre al honbre que me echa desnuda e desconsolada, e con gran mi despreçio, de casa de mi padre, para que baya ansí como mendigante de puerta en puerta, buscando el pan. Si esto vos pareçe justo, riéndavos el Señor e dé, así como façedes comigo, justo o ynjusto ». Certaines reminiscences de l’Historia Compostelana apparaissent très clairement dans ce passage, notamment celle de la nudité de la souveraine.

73  CAS, p. 63 : « encontró a los burg[u]eses que se yban para el rei, los quales como ella biese, alçadas las palmas e rogando su coraçón con lágrimas les diçe […] Aquesto diçiendo, e alçando amas las palmas al çielo, a grandes boçes llorando, deçía », p. 64 : « E diçiendo aquestas cosas, muy amargamente llorava. Lo qual como los burg[u]eses oyesen e la biesen llorar, algunos d’ellos se mobieron fasta lagrimar ».

74  Piroska NAGY, Le don des larmes au Moyen Âge. Un instrument spirituel en quête d’institution (Ve - XIIIe siècle), Paris : Albin Michel, 2000.

75  CAS, p. 70 : « Pero el acatamiento de la misericordia supernal no nos desanparó del todo, por quanto la reina el día siguiente a gran prisa benía a la villa de Sant Fagum ; la qual, oído el despreçio e alançamiento del abbad, obo mucho enojo e turbaçión, e traspasando a sí el despreçio e denuesto d’él, derramó las lágrimas, aviéndole gran conpasión ».

76  P. NAGY, Le don…, op. cit. p. 416.

77  Primera crónica general de España, Ramón Menéndez Pidal (éd.), 2 t. Madrid : Gredos, 1977, t. 2, p. 646 : “et porque era ella muy atreuuda en esto et en otras cosas”, p. 647 : « Et entretanto, en andando en ello, la reyna consintiosse al conde en poridad, mas non por casamiento […] Et ouo en la reyna donna Vrraca un fijo a furto, a que pusieron nombre por ende Fernan Furtado. Et el conde don Pero de Lara otrossi gano entonces en poridad ell amor de la reyna, et fizo con ella lo que quiso ».

78  CAS, p. 111 : « como era de alta nobleça e de sangre real e de gran fermosura, ansí aún era de gran prudençia e de graçiosa fabla e eloquençia ».

79  Isidore de SÉVILLE, Etymologiarum, IX, 7, 29, José Oroz Reta et Manuel-A. Marcos Casquero (éd.), Madrid : BAC, 2000, p. 800 : « Item in eligenda uxore quattuor res inpellunt hominem ad amorem : pulchritudo, genus, divitiae, mores ».

80  Ce passage n’est pas sans rappeler celui que l’Historia silense consacre à l’éducation de son homonyme Urraque, la fille de Ferdinand Ier, Historia silense, Justo Pérez de Urbel et Atilano González Ruiz-Zorrilla (éd.), Madrid : CSIC, 1959, § 81 : « Rex vero Fernandus filios suos et filias ita censuit instruere, ut primo liberalibus disciplinis, quibus et ipse studium dederat, erudirentur ; dein, ubi etas patiebatur, more Ispanorum equos cursare, armis et venationibus filios exercere fecit, sed et filias, ne per otium torperent, ad omnem muliebrem honestatem erudiri iusit ».

81  María Jesús LACARRA, « El arquetipo de la mujer sabia en la literatura medieval », La mujer en la literatura hispánica de la Edad Media y el Siglo de Oro, Rina Walthaus (dir.), Foro Hispánico, Amsterdam : Rodopi, 1993, p. 11-21, p. 13.

82  CAS, p. 112 : « Por quanto después de la muerte de mi padre muchas beçes me resçivistes e echastes, querría que agora feçiésemos, so juramento entre nos, una estable concordia porque quedásemos seguros los unos de los otros », p. 113 : « Pero la reina, usando de savio consejo, les dixo : », p. 120 : « Pues agora a vosotros, los quales mientra que mi padre bibió, trató onestamente e amó a vos ; e aún yo deseo encorporarvos e allegarvos a mi con amor filial e acatamiento de hermana, e aún deseo que muraes e bibaes co[n]migo ».

83  Suivant ce qu’il est convenu d’appeler la conception cicéronienne de : l’historia magistra vitae.

84  L’influence de l’Historia Compostelana transpire de nouveau à travers le traitement que l’anonyme inflige au souverain Aragonais. Sur la nature de ce mépris pour Alphonse d’Aragon dans la Historia Compostelana, cf. Manuel Alejandro RODRÍGUEZ de la PEÑA, « Ideología política y crónicas monásticas : la concepción cluniacense de la realeza en la España del siglo XII », Anuario de estudios medievales, 30, t. 2, 2000, p. 681-734, p. 715-716, un article duquel l’auteur exclut, pour des raisons non précisées, les Crónicas anónimas de Sahagún qui auraient pourtant dû se trouver au cœur de son sujet. Il est également intéressant d’observer les omissions que certains auteurs font de ces chroniques, dans des manuels récents, alors qu’elles auraient dû tout naturellement y trouver leur place, ne serait-ce qu’à l’égard de l’influence qu’elles continuent d’exercer dans l’historiographie actuelle, cf. Juan GIL, “La Historiografía. Cap. 2. « La historia particular »” Historia de España R. Menéndez Pidal. La cultura del románico siglos XI al XIII. Letras. Religiosidad. Artes. Ciencia y vida, t. XI, Madrid : Espasa Calpe, 1995, p. 25-42, et José MANUEL NIETO SORIA, Historia de España X. La época medieval : Iglesia y cultura, Madrid : Istmo, 2002, p. 326-327.

85  Ibid. p. 718-720.

86  J. BASCHET, La civilisation féodale…, op. cit. p. 308.

87  Benard GUENÉE, Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval, Paris : Aubier, 1980, p. 83.

88  Roger DRAGONETTI, Le mirage des sources. L’art du faux dans le roman médiéval, Paris : Le Seuil, 1987, p. 17-48.

89  Cécile DAUPHIN, Arlette FARGE et alii, « Culture et pouvoirs des femmes. Essai d’historiographie », Annales. ESC, 41, 1986, p. 271-293, p. 290-291.

90  Stéphane LEBECQ, « Sur les femmes et leurs éventuels pouvoirs au premier Moyen Âge. Conclusions du colloque », Femmes et pouvoirs des femmes à Byzance et en Occident (VIe - XIe siècles), Colloque international organisé les 28, 29 et 30 mars 1996 à Bruxelles et Villeneuve d’Ascq, Lille : Université, 1999, p. 251-256, p. 255-256.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles Garcia, « Le pouvoir d’une reine », e-Spania [En ligne], 1 | juin 2006, mis en ligne le 16 août 2010, consulté le 29 mars 2017. URL : http://e-spania.revues.org/319 ; DOI : 10.4000/e-spania.319

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org