Navigation – Plan du site
Gouverner en Castille au Moyen Âge : la part des femmes (1)

Didon dans l’historiographie alphonsine

Reine exemplaire ou exemple de reine ?
Ghislaine Fournès

Résumés

L’insertion de l’histoire de Didon dans la Estoria de España et dans la General Estoria n’est pas de l’ordre de la simple transcription mais s’apparente à une ré-écriture orientée selon des axes prédéfinis, en grande partie par Alphonso X, en fonction d’impératifs littéraires et politiques. Didon apparaît après analyse comme une figure royale archétypale. Reine exemplaire, elle conforte ce qui est un des objectifs de l’historiographie alphonsine : la défense de l’autorité royale. Mais les textes, en rendant compte également des limites du gouvernement de Didon, posent la question de la viabilité du pouvoir au féminin. Didon ne serait plus alors qu’un exemple de reine, renvoyant à d’autres figures comme Urraque et Bérengère.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Pour les chapitres 51-59 de la version alphonsine de la Estoria de España, voir Ramón MENÉNDEZ PID (...)
  • 2  ALFONSO X, General estoria, (édition de Antonio SOLALINDE, Lloyd A. KASTEN y Víctor R. B.OELSCHLÄG (...)
  • 3  La Bible , traduction de Louis-Isaac Lemaître de Sacy, Paris : Robert Laffont (Bouquins), 1990, p. (...)

1L’historiographie alphonsine accorde une place non négligeable à la figure de Didon, reine de Carthage. La Estoria de España1, dans la version rédigée dans les ateliers royaux sans doute aux alentours de 1270, lui consacre plusieurs chapitres (chap. 51-59) en une sorte de préliminaire indispensable au récit des guerres puniques dont la péninsule ibérique fut le théâtre. Quelques années plus tard, la General estoria2, reprend une partie du récit (chap. CCCLXIX-CCCLXXIV), l’insérant dans le Livre des juges3, récit biblique qui présente les douze chefs charismatiques suscités par Dieu pour remédier à l’anarchie des tribus d’Israël, les plus célèbres de ces juges étant Jephté, Samson, Gédéon et une femme, Déborah. Nulle contradiction donc entre la trame biblique et la portée de l’histoire de Didon telle qu’elle est rapportée par la chronique castillane. Car l’histoire de Didon est avant tout le récit d’une double fondation avec ses aléas, et de l’établissement d’un ordre politique assurant paix et prospérité. Le propos est bien de nature politique, et l’on peut penser, dans une démarche heuristique, qu’il s’agit, étant donné le rôle prééminent accordé à Didon, d’un discours, voulu et orchestré par un roi, sur la royauté. Une royauté au féminin.

  • 4 GE, p. 435.
  • 5  Voir à ce propos I. RODRÍGUEZ, «Cántico de San Isidoro a España» et J. JÍMENEZ DELGADO, «El laus h (...)
  • 6 EE, chap. 558 , p. 310-312
  • 7  Voir à ce propos, F. RICO, Alfonso el Sabio…, p. 111-112.
  • 8  SAN ISIDORO de SEVILLA, Etimologías, ed. bilingüe, Madrid : Editorial Católica (Biblioteca de auto (...)

2Le message délivré acquiert d’autant plus de force que le texte, les textes, se plaisent à tisser des liens entre l’histoire de la reine phénicienne et la Péninsule ibérique. Les deux chroniques s’ouvrent sur l’évocation de sa ville natale, Tyr, à travers la mention d’un temple dédié à Hercules dont on connaît le rôle essentiel dans la construction mythique de l’histoire hispanique. Puis, en une sorte de leitmotiv, les chroniques célèbrent cette terre d’Afrique qui accueille les réfugiés, terre qui est dite « abondada de todas cosas4», en une sorte d’écho de la louange de l’Espagne, présente déjà chez Isidore de Séville5 et développée par Alphonso X dans la Estoria de España6. Enfin, dernier lien évident, le règne de Didon s’achève par le récit de la fondation de la nouvelle Carthage dans la région murcienne, ville reconquise sur les musulmans en 1243 par le Roi Sage. L’histoire de la reine de Carthage, royaume que la Estoria de Españacite dès les premières pages parmi les quatre empires – Babylone, Macédoine, Carthage puis Rome – ayant dominé le monde7, apparaît alors comme recentrée sur des préoccupations que l’on peut qualifier de nationales, d’autant plus que, dans un souci évident de rapprocher la narration des faits de l’histoire castillane, la Estoria de España, qui ne s’appuie pas sur le comput biblique, fait fi de la datation donnée par saint Isidore. En effet, selon l’auteur des Étymologies, quelque neuf cents ans sépareraient la fondation de Carthage de l’époque des guerres puniques8. Par contre, le General estoria respecte la chronologie isidorienne. Cet écart de datation n’est pas la seule variante existant entre les deux versions alphonsines de l’histoire de Didon. La General estoria, en ne reprenant que cinq chapitres de la Estoria de España, ce qu’elle fait d’ailleurs très fidèlement, en donne une version quelque peu tronquée puisque le récit passe sous silence les circonstances de la mort de Didon. Il s’agit là d’une différence majeure affectant le sens même du récit. Les raisons en sont sans doute plurielles et tiennent tout d’abord au maniement même des sources.

  • 9  Voir pour l’étude ds sources l’ouvrage de María Rosa LIDA de MALKIEL, Dido en la literatura españo (...)
  • 10  SAINT AUGUSTIN, Les confessions, I, 3 et I, 134, p. 16-17.
  • 11  SAN ISIDORO de SEVILLA, Etimologías, 1, p. 761.

3Les sources dont pouvaient disposer les historiographes alphonsins sont connues9. L’Histoire de la Sicile – aujourd’hui perdue – de l’historien grec Timée (340-256 a. J. C.), puis les Histoires philippiques de Troge Pompée ont servi à l’élaboration d’un riche corpus qui nourrit l’inspiration des auteurs et poètes de l’Antiquité. Virgile puis Ovide chantent les entreprises des phéniciens fuyant Tyr et les vertus de leur reine ; plus tard, de nombreux auteurs chrétiens – les premiers furent sans doute Justin et Lactance – reprennent, pour l’adapter à leur propos doctrinal, l’histoire édifiante de Didon. À la suite, saint Augustin pleure les malheurs de la reine carthaginoise dans les Confessions10 et saint Isidore mentionne les principaux faits concernant Carthage dans les Étymologies (IX, « Acerca de las lenguas, pueblos, reinos, milicia, ciudades y parentescos », 2, 11611). Cet auteur inclut également l’histoire de Didon dans son Historia Gothorum, texte que suit Rodrigo Jímenez de Rada pour sa Gesta Romanorum – geste qui constitue sans doute la principale source des rédacteurs alphonsins. Au XIIIe siècle, l’histoire de Carthage, tout comme celle du héros troyen, est répandue dans l’occident médiéval sous forme de « romans » et Didon apparaît dans le Roman de la Rose.

  • 12  VIRGILE, L’Énéide, trad., int. et notes par M. RAT, Paris : Garnier-Fllammarion, 1965.
  • 13 EE, p. 37.
  • 14 EE, p. 38.

4Le thème des amours entre Didon et Énée est, on le sait, une invention de Virgile, qui, s’il donne de Didon, dans le chant I de l’Énéide12, le portrait d’une reine discrète et chaste, la décrit, dans le chant IV, comme une femme amoureuse et perdant la raison. Ce thème poétique, même s’il est repris dans la plupart des textes postérieurs, n’en est pas moins considéré par certaines autorités médiévales comme pure affabulation. Accorder foi à cet épisode qui, de plus, malmène fort la chronologie, revenait à s’éloigner du récit sérieux, c’est-à-dire de la narration historiographique. L’insertion de l’histoire de Didon dans la Estoria de España qui, chronologiquement, est la première version alphonsine, tient bien compte de cette distinction entre poésie et historiographie. L’on trouve en effet un premier bloc narratif regroupant les cinq premiers chapitres consacrés aux deux fondations et au gouvernement de Didon et présentant toutes les marques d’historicité propres à en faire un témoignage digne de foi ; la suite du récit s’écarte de ce schéma en racontant la mort de la reine selon deux versions. Le chapitre 56 intitulé « De cuemo murio la reyna Dido que algunas estorias cuentan »13 rapporte la décision que prend la reine farouchement opposée à l’idée d’un remariage. C’est donc, en accord avec les sources historiographiques, l’image de la reine chaste qui prévaut. Les dernières lignes servent d’articulation et prépare le changement radical de point de vue ; on lit en effet : « Pero otros cuentan que esta reyna Dido se mato con grand pesar que ouo de Eneas, so marido, por que la desamparo assi cuemo adelant oyredes »14. L’on trouve à la suite, amplement développé et circonstancié, le récit des amours tragiques de la reine et d’Énée.

5L’on ne peut que remarquer à la fois la porosité et la malléabilité de la prose historiographique qui peut abriter en son sein, à partir de multiples sources, des versions divergentes et des écritures différentes. Cette structuration du récit révèle une volonté d’influer sur la portée de l’histoire narrée, volonté qui est également patente dans l’insertion de l’histoire de Didon dans la General estoria. Pour sa chronique universelle ou plus exactement pour sa première partie, Alphonso X n’a retenu que les cinq premiers chapitres que l’on peut qualifier de pleinement historiographiques sans doute parce qu’il ne pouvait se résoudre à intercaler dans le Livre des juges l’histoire d’un suicide par amour imaginé par Virgile et non attesté par des historiens dignes de ce nom. La rencontre avec Énée, leur union ainsi que la mort de Didon seraient rapportées dans une autre partie, non encore publiéecelle-ci ; c’est du moins ce que laissent supposer quelques lignes des Castigos del rey don Sancho, où l’on peut lire en effet :

  • 15 Castigos del rey don Sancho IV, éd. de Hugo Oscar BIZZARI, Vervuet : Iberamericana (Medievalia hisp (...)

E este Eneas casó con esta reyna Dido e moró con ella grand tienpo, segund cuenta la Grand Estoria. E la reyna e él por ella eran sennores de aquel logar. E a cabo de grand tienpo acaesció un día que…15

  • 16  ALFONSO X, Siete Partidas, Madrid : Real Academia de la Historia, 3 vol., (1ère éd. 1807), 1972. D (...)

6Les choix opérés révèlent que l’insertion de l’histoire de Didon dans les deux chroniques alphonsines n’est pas de l’ordre de la simple transcription ; il s’agit d’une ré-écriture orientée selon des axes prédéfinis, en grande partie par le monarque, en fonction d’impératifs politiques. Dans ce contexte, Didon apparaît alors comme une figure royale archétypale. Je me propose donc d’analyser le traitement accordé à la figure de Didon, femme et reine, afin de savoir si cet exemple de gouvernance au féminin suit ou diverge du modèle du gouvernant masculin tel que le fixent les textes alphonsins ; je pense notamment à certains titres de la Deuxième Partie16. Pour cela j’étudierai, dans un premier temps, les cinq premiers chapitres, puis, dans un second temps, je me pencherai sur le chapitre 56 de la Estoria de Españaqui selon moi, complète et parachève la version historiographique de la vie de Didon, version « imaginée » par le Roi Sage.

7L’histoire de Didon débute par le rappel du lignage illustre auquel elle appartient. Fille aînée du roi de Tyr, elle est néanmoins écartée du pouvoir du fait de l’existence de son frère Pygmalion. La primogéniture masculine l’emporte – l’on pense à des exemples fameux comme Bérengère et, quelques siècles plus tard, Isabelle – et Didon n’est, à ce stade du récit, nullement destinée à gouverner. Son destin n’en sera que plus exceptionnel.

  • 17  EE, p. 33.

Et luego que el padre murio, tomaron los de la tierra el fijo, maguer era mas pequeño, e fizieron le sennor, e dieron le el regno17.

  • 18  IIP, vol. 2, p. 8. L’on trouve également les expresiions «mantener en justicia y verdad» et «mante (...)

8Le récit historiographique pratique un va-et-vient constant entre l’histoire antique et les réalités castillanes du XIIIe siècle. Ce procédé est fréquent dans l’historiographie alphonsine et l’on retiendra la part décisive dévolue à ceux que le texte nomme « los de la tierra » et qui renvoie, sans conteste, aux nobles et ricoomnes de la cour alphonsine. L’ensemble des chapitres abonde en termes tels que « omnes onrrados », « privados », « concejo » et l’expression « mantener en paz e justicia el regno » qui, dans la Deuxième partie (II, I, 6), résume la finalité du gouvernement royal, est reprise18, renforçant ainsi la leçon qu’il convient de tirer du récit.

9Mais être fille de roi suppose des devoirs, Didon est mariée – ici encore apparaît une troisième personne du pluriel renvoyant sans nul doute aux représentants de la haute noblesse – à son oncle, évêque du temple d’Hercules, entendons grand prêtre, afin que le lignage royal ne soit point entaché. On lit en effet :

  • 19  EE, p. 33.

Y esto fizieron […]…la una porque el mas onrrado officio que entrellos auie de rey a ayuso era ell obispo, la otra porque era omne bueno e de grand seso ; e sin tod esto era so tio, por que no menoscabaua nada el linage, e aun demas era omne que auie muy grand riqueza…19

  • 20  IIP, vol. 2, p. 27.

10Cette préoccupation apparaît également dans la Deuxième partie (II, V, 3)20. Ceci renvoie à une pratique matrimoniale endogamique qu’adoptèrent, peu ou prou, toutes les dynasties européennes. Il n’est que de penser à Bérengère de Castille mariée à Alphonse IX de Léon et dont l’union fut annulée pour cause de consanguinité et pour raisons politiques. Il y a bien, dans le texte comme dans la réalité castillane, la volonté de concentrer à la fois le pouvoir, l’honneur, les richesses et donc le sang. Une équivalence stricte semble, de plus, être posée entre sang royal et pouvoir.

  • 21  EE, p. 33.

11Le premier chapitre se termine de façon abrupte par la mort de l’époux de Didon, mort tramée par Pygmalion. Il est dit que « Elisa Dido fico bibda21» et, sans transition aucune, disparaît cette troisième personne du pluriel qui prenait en charge toutes les actions précédentes : Didon devient alors le sujet de sa propre histoire, et cela uniquement lorsqu’elle se retrouve seule, c’est-à-dire, sans père, sans époux et sans frère – ce dernier étant devenu un assassin et l’ennemi. Et s’il y a bien à partir de ce moment une gouvernance au féminin, il s’agit d’un pouvoir exercé par une femme seule et isolée par son veuvage. Le chapitre suivant débute en effet ainsi :

  • 22 EE, p. 33.

Tan grand era la malquerencia que Dido auie a so hermano Pigmalion, rey de Tiro…, quel semeio que por ninguna guisa non podrie fazer buena vida con el, e por end busco carrera e cuidando en esto fallo que… Estonce fablolo con los ombres onrados…22

  • 23 EE, p. 33.
  • 24 EE, p. 34.

12La suite du récit s‘apparente à un exemplum dont le héros, ou plutôt l’héroïne est confrontée à une série d’obstacleset d’épreuves. Didon parvient, malgré les ordres de son frère mû par la cupidité, à fuir Tyr en emportant le trésor de son époux, ce qui représente un premier gage de réussite pour une fondation future. Elle use d’un stratagème qui n’est pas sans rappeler l’épisode des malles remplies de sable que le Cid laisse en dépôt chez les prêteurs juifs, et elle fait montre, comme Rodrigue, d’esprit de décision et de ruse. Mais sa véritable réussite est de se concilier une fraction importante de la noblesse phénicienne – ceux que le texte appelle « una pieça de los ombres honrados23» – qui, opposée au gouvernement tyrannique de Pygmalion, préfère suivre Didon. Le texte qui accorde à la future reine le qualificatif de « sesuda » peut alors déclarer que : « Dido sopo art e maestria por que salio de poder de su hermano »24.

13La deuxième phase de la narration s’ouvre alors sur les circonstances de la fondation de la ville qui, plus tard, portera le nom de Carthage. L’épisode de la peau de bœuf est relaté ; la première enceinte est construite et Didon parvient à attirer puis à fixer les nouveaux habitants, ceux de la côte africaine tout d’abord ; il est dit que :

  • 25 EE, p. 35.

Mas ella non lo quiso tomar daquella guisa que gelo dauan, e por mostrarlles mayor amor, mando a todos los que y venien poblar que les conprassen los solares de las casas25.

  • 26 EE, p. 35.

14Puis ceux d’Utica, ville de Phénicie et sous la domination de Tyr, qui se déclarent sujets de Didon ; celle-ci ne reçoit pas encore le titre de reine mais celui, très proche, de « sennora natural »26. Elle exerce donc un pouvoir de plein droit et que nul ne peut contester puisque il se fonde sur le lien naturel, tel qu’il est donné dans la Deuxième partie II, I, 9 :

  • 27 IIP, vol. 2, p.  10-11.

Los reyes deben siempre mas guardar la pro communal de su pueblo que la suya misma, porque el bien et la riqueza dellos es como suyo, et otrosi deben amar et honrar a los mayores, et a los medianos et a los menores, a cada uno segunt su estado, et placerles con los sabios, et alegrarse con los entendidos et meter amor et acuerdo entre su gente, et ser justicieros dando a cada uno su derecho, porque ellos son sus señores naturales27.

15Didon peut ainsi exercer son autorité et assurer le développement et la prospérité de la cité. Elle écoute les augures et décide seule du changement d’emplacement de la fondation dans le seul but d’assurer son indépendance politique :

  • 28 EE, p. 36.

Los sabios dixieronle que el pueblo daquella çibdat, mientras durasse, que serien muy poderosos e guerreros. Et quando esto oyo Dido, maguer era mugier, plogol mas con aquel logar que non con ell otro, queriendo ante que los daquella villa ouiessen menos de abondo e fuessen sennorio dessi mismos, que non seer mucho abondados em poder dotri28.

16L’expression « maguer era mugier » est, à ce stade du récit, le seul indice révélant que le narrateur établit une différence entre la gouvernance exercée par Didon et le pouvoir détenu par un roi. Mais si différence il y a, elle ne semble nullement se constituer au détriment de la figure de la reine puisque, dans le chapitre suivant, le récit abonde en qualificatifs valorisants et en descriptions hyperboliques de la beauté et richesse de Carthage. Cette expansion, que rien n’arrête, signale, plus que tout autre chose, les qualités de gouvernant de Didon. Surtout lorsqu’une seconde fondation, celle de la nouvelle Carthage, corrobore le sens politique et l’aptitude à gouverner de cette femme.

  • 29 EE, p. 36.

17En effet, pour parachever le portait de Didon, le texte s’attarde sur les conflits inhérents à tout pouvoir et narre le refus de certains de ses sujets à payer tribut et à se plier à son autorité. Face à cette situation qui rappelle certains épisodes de l’histoire castillane, Didon, qui sait trouver les bons conseillers – en cela elle est également un gouvernant exemplaire – apporte la réponse idoine et, tout en trouvant un compromis, suscite l’expédition qui mènera Carthon, que le texte appelle « omne bueno y sesudo y en que ella fiaua mucho29», jusqu’en terre hispanique. Didon maîtrise donc au plus haut point l’art de gouverner et quelle meilleure preuve le texte peut-il apporter que les quelques lignes qui ferment à la fois le chapitre et le bloc narratif, et rapportent le refus des nobles de voir Didon partir pour la nouvelle Carthage :

  • 30 EE, p. 37.

Et uinieron todos a ella con grant llanto e uestidos de duelo, e pidieron le merçet que non se fuesse nin los desamparasse ; ca si non, ellos hermarien la tierra e yrsien con ella, ca non querien fincar con mal prez30.

  • 31  María Rosa LIDA de MALKIEL, Dido en…, p. 105.

18On le voit, Didon assure pleinement l’administration, le gouvernement de sa cité, distribuant honneurs et richesses, délégant, quand il le faut, certaines des charges inhérentes à sa fonction, à des vassaux fidèles tout en sachant se concilier nobles et ricoomnes. Ces cinq chapitres de la Estoria de España, repris tel quels dans la General estoria, dépeignent ce qu’il faut bien considérer comme un gouvernement idéal. Ce qui n’est possible qu’avec un gouvernant exemplaire paré de toutes les vertus, entendement, sens de la justice, courage et mesure, ce que le texte narre avec force détails. Didon se détache alors comme une figure royale exemplaire, sorte de « dux femina facti »31, ceci d’autant plus que ses entreprises semblent favorisées par les dieux à travers l’accumulation des signes et prodiges. Il s’agit d’une gouvernance au féminin voulue par les dieux, ce qui est, après le lignage, une légitimation supplémentaire.

  • 32 Ibid., p. 76 et 91.

19Cependant, si elle est bien une figure royale exemplaire, Didon est tout d’abord une reine veuve. En cela, elle possède une autre vertu, la chasteté, qui n’est évoquée dans le texte qu’en creuxen quelque sorte, à travers la réitération des regrets qu’éveille en elle le souvenir de son époux32. L’on peut se demander si les différents aspects de la figure de Didon sont liés ou non ; ou, dit d’une autre manière, est-elle une reine exemplaire parce que veuve ? De fait, l’historiographie alphonsine donne au personnage de Didon une singulière épaisseur en une accumulation de qualités et de fonctions qui, selon moi, renvoie à l’énoncé que fait saint Isidore des vertus de l’époux et de l’épouse. L’évêque de Séville précise dans les Étymologies (IX, 7, 28 et 29) ce qui préside au choix du conjoint :

  • 33  SAN ISIDORO de SEVILLA, Etimologías…, 1, p. 801.

En la elección del marido suelen tenerse en cuanta cuatro condiciones : el valor, el linaje, la belleza y la sapiencia. [   ] Cuatro son, igualmente, las razones que, en la elección de esposa empujan al hombre al amor : la hermosura, el linaje, las riquezas y las costumbres33.

  • 34 EE, p. 39.

20Didon possède à la fois les qualités réputées féminines – les chapitres analysés ne délivrent aucun portrait physique de la reine mais quelques pages plus loin, il est dit, dans le récit de ses amours avec Énée, que « Dido era muy fermosa e sesuda34» – et les vertus masculines, notamment le courage et la sagesse. La répartition proposée par saint Isidore ne s’applique pas, peut-être comme conséquence du veuvage de Didon – l’on sait combien toutes les lois et toutes les époques ont concédé à la femme veuve une autonomie plus grande qu’à la femme célibataire – mais plus sans doute du fait de l’origine royale de Didon : être de sang royal suppose, dans les chroniques alphonsines comme dans les mentalités, une accumulation de vertus légitimant les prérogatives et l’exercice du regimine regnum.

  • 35 EE, p. 37.

21Les premières lignes du chapitre 56 de la Estoria de España intitulé « De cuemo murio la reyna Dido segund que algunas estorias cuentan35», impliquent une rupture dans cette trajectoire ascendante qui, jusqu’à présent, caractérisait la reine phénicienne ; on lit en effet :

  • 36 EE, p. 37.

Despues que la reyna Dido fico en Carthago abenida con sos omnes y ellos otorgaron de fazer quant ella querie, fue creciendo mucho en riquezas y en poderio, de guisa que los que no la amauan, auien ende muy grand enuidia36.

22L’harmonie qui régnait à Carthage laisse alors la place aux intrigues palatines, notamment à travers l’entrée en scène du roi des Masilatanes qui, connaissant la réputation de richesse et de pouvoir de Didon, désire l’épouser. A partir de ce moment, Didon n’est plus la reine veuve exemplaire par ses vertus et sa sagesse mais une femme qui devient un enjeu, une femme qui ne trouvera de porte de sortie que dans le suicide. L’on peut se demander la raison d’un tel renversement de situation qui s’apparente à une chute. Cette raison est exprimée de la manière la plus explicite qui soit par les messagers du roi, censés la convaincre :

  • 37 EE, p. 37.

E començaron le de dezir ques marauillauan della, que era tan sesuda e tan apuesta, cuemo non buscaua carrera por que fuessen sos gentes mas apuestas en sos comeres y en sos uestires y en sos costumbres ; e por que ella era duenna e non podie apremiar las gentes, que deuie catar algun rey qui casasse que lo fiziesse…37.

23Selon le texte, le fait d’être une femme empêcherait Didon d’exercer ce qui est une des charges essentielles d’un monarque, après le gouvernement et la justice, la fonction guerrière qui comprend à la fois la défense du territoire et l’expansion du royaume. Ce propos est, certes, pris en charge par les messagers du roi des Masilatanes, personnages négatifs s’il en est, mais il acquiert une force singulière du fait même de l’adhésion de Didon qui, trompée par les messagers, croit que ce conseil ne peut s’appliquer qu’à ses sujets.

  • 38 IIP, vol. 2, p. 8.

24Il semble bien que la gouvernance au féminin comporte certaines limites, cela dans le texte comme dans la réalité, ce qui conduit le plus souvent à une translation du pouvoir sur la tête de l’époux, du frère ou du fils. L’on peut en effet se remémorer l’obstination des nobles à vouloir le remariage de l’infante Urraque ou bien le renoncement de Berengère qui fait son fils roi à sa place, lui transmettant ainsi cette fonction guerrière qu’elle ne peut assurer et que Ferdinand III remplira, comme on le sait, au mieux, tout ceci en se réservant une part importante du gouvernement royal. Il y a par ailleurs une totale conformité entre la chronique et la Deuxième partiequi prend bien soin de distinguer les trois fonctions royales : gouvernement, justice et fonction guerrière. Ainsi, la loi 6 du premier titre spécifie que le roi est « guiador et cabdiello de las huestes38» ; plus loin la loi 19 du titre V précise que :

  • 39 IIP, vol. 2, p. 38-39.

Aprender debe el rey otras maneras sin las que deximos en las leyes ante desta que le convienen mucho : et estas son en dos maneras, las unas que tañen en fecho de armas para ayudarse dellas quando menester fuere, et las otras para haber sabor et placer con que pueda mejor sofrir los trabajos et los pesares quando los hobiere. Ca en fecho de armas et de caballeria conviene que sea sabidor para poder mejor amparar lo suyo, et conquerir lo de sus enemigos…39.

25L’impossibilité qu’aurait la femme à exercer la fonction guerrière peut être considérée comme une faiblesse physique certes mais également morale puisque Didon, fondatrice et reine de Carthage, confrontée à ce qui est une sorte d’ultimatum, avoue son impuissance à ses nobles :

  • 40 EE, p. 38.

En este comedio fablo con aquellos que eran de so consejo, e contoles lo que dixiera a aquellos mandaderos ; e temie, que si lo cumpliese, que farie muy mal fecho en casar con omne que serie mal casada, uiniendo del linage dond ella uinie e auiendo el marido que ouiera, e demas por que serien ellos desaforados e apremiados ; e dotra parte si no lo fiziesse, que falleçrie en aquello que pusiera con ellos, e amenguarie mucho de su prez e de su onrra, assi que non serie tan preciada ni tan amada por el mundo com ante era40.

26Le chapitre 56 pose, de fait, une question essentielle : peut-on être pleinement reine sans un homme, donc un roi, à ses côtés ? La réponse se devrait d’être nuancée ; il semble bien, en ce qui concerne la royauté, mais pas uniquement, que la prééminence masculine soit déclarée ou posée comme implicite dans les textes, qu’il s’agisse de chroniques ou de recueils juridiques, sans toutefois que soit écartée la possibilité d’une gouvernance au féminin, possibilité par défaut, bien entendu. Les mêmes lignes délivrent également un enseignement non sur la gouvernance au féminin mais bien sur le pouvoir en général : au Moyen Age, en Péninsule ibérique comme dans tout l’Occident chrétien, la fonction guerrière dévolue au monarque est la première des fonctions royales, son accomplissement conditionnant la mise en œuvre du gouvernement et l’application de la justice.

27L’histoire de Didon insérée dans la Estoria de España, puis, selon un découpage différent, dans la General estoria, renferme bien une leçon politique. Mais il s’agit d’une leçon à plusieurs volets. Deux images de la reine carthaginoise se superposent. Tout d’abord, à travers le récit des entreprises menées à bien, se dessine l’image d’une reine parée de toutes les vertus royales et qui est bien, conformément à l’idéologie organiciste qui prévaut dans la Deuxième partie, « cabeza del reino ». Reine exemplaire, elle conforte par cela ce qui est un des objectifs de l’historiographie alphonsine : la défense ou le renforcement de l’autorité royale. Didon renvoie, sans nul doute, à la série de rois asturiens, léonais, et au XIIIe siècle castillans, qui, se donnant comme successeurs naturels des rois wisigothiques, ont reconquis par leur vaillance, puis gouverné, grâce à leur sagesse, une partie toujours plus vaste de la péninsule. La General estoria pratique un renforcement de sens en arrêtant là la narration ; Didon est une reine exemplaire qui peut trouver sa place parmi les juges d’Israël.

28Cependant, le chapitre 56 de la Estoria de España, en mettant à jour les difficultés et limites que suppose une gouvernance au féminin, reconnaît la nécessité politique de restaurer le couple roi/reine dans le but d’une meilleure préservation du royaume, royaume dont il s’agit, selon la chronique, d’assurer la paix et la prospérité et cela au besoin par les armes. En renvoyant à d’autres figures féminines de l’histoire castillane – Urraque, Bérengère et l’on peut également citer Marie de Molina – Didon n’est alors qu’un exemple de reine parmi d’autres femmes, reines ou infantes, qui apparaissent dans les chroniques castillanes, ou autres, également confrontées aux mêmes obstacles dans l’exercice du pouvoir.

29L’on peut donc conclure que Didon est à la fois une reine exemplaire, dont les vertus sont celles-là même données comme inhérentes à la figure royale par la Deuxième partie, et un exemple de reine, dont la fin pose avec pertinence la question de la viabilité du pouvoir au féminin, en une sorte d’écho de ce racontent tous les textes historiographiques. Plusieurs lectures sont possibles, ceci étant renforcé par l’existence au sein de la Estoria de Españade deux versions divergentes de la mort de Didon et par le choix qui a présidé à la rédaction de la General estoria.

30Il reste à se demander si le suicide de Didon doit être considéré comme une apothéose ou comme un échec. Le texte tranche en octroyant à Didon après sa mort un statut supérieur ; le chapitre termine en effet ainsi :

  • 41 EE, p. 38.

Los omnes onrrados de la uilla y ell obispo que uiniera con ella tomaron de los sus huesos los que pudieron auer, e de la ceniza, e leuaronlo por reliquias al templo dEcolapio que ella fiziera pora aquel obispo que troxiera consigo de Tiro ; e fizieronle muy noble sepulcro en que la enterraron, e fue tenuda por deesa mientre duro la uilla de Carthago41.

  • 42  Voir en ce qui concerne la nécessité de baser l’autorité royale sur la légende et le mythe José Ma (...)

31Le récit pris en charge par la chronique alphonsine n’est plus alors de l’ordre de la simple histoire mais s’apparente à une légende ou à un mythe42, ce qui, au-delà du personnage de Didon, confère à la royauté castillane, n’en doutons pas, un supplément d’aura et donc de légitimité.

Haut de page

Notes

1  Pour les chapitres 51-59 de la version alphonsine de la Estoria de España, voir Ramón MENÉNDEZ PIDAL, Primera crónica generalque mandó componer Alfonso el Sabio y se continuaba bajo Sancho IV en 1289,Madrid, 1906, p. 33-44. Désormais EE.

2  ALFONSO X, General estoria, (édition de Antonio SOLALINDE, Lloyd A. KASTEN y Víctor R. B.OELSCHLÄGER), 2 vol., Madrid : CSIC (Instituto «Miguel de Cervantes»), 1957. Les chapitres étudiés se trouvent p. 431-437. Désormais GE.

3  La Bible , traduction de Louis-Isaac Lemaître de Sacy, Paris : Robert Laffont (Bouquins), 1990, p. 280-310.

4 GE, p. 435.

5  Voir à ce propos I. RODRÍGUEZ, «Cántico de San Isidoro a España» et J. JÍMENEZ DELGADO, «El laus hispaniae en dos importantes códices españoles», Helmántica, XII (1961), p. 177-259. Consulter également Francisco RICO, Alfonso el Sabio y la General estoria, Barcelona : Ariel, 1972, p. 25-27.

6 EE, chap. 558 , p. 310-312

7  Voir à ce propos, F. RICO, Alfonso el Sabio…, p. 111-112.

8  SAN ISIDORO de SEVILLA, Etimologías, ed. bilingüe, Madrid : Editorial Católica (Biblioteca de autores cristianos), 2 vol., 1982. Voir vol. I, Et. V, 39 «Sobre la división de los tiempos»,  p. 553-565.

9  Voir pour l’étude ds sources l’ouvrage de María Rosa LIDA de MALKIEL, Dido en la literatura española. Su retrato y defensa, London : Tamesis Books, 1972.

10  SAINT AUGUSTIN, Les confessions, I, 3 et I, 134, p. 16-17.

11  SAN ISIDORO de SEVILLA, Etimologías, 1, p. 761.

12  VIRGILE, L’Énéide, trad., int. et notes par M. RAT, Paris : Garnier-Fllammarion, 1965.

13 EE, p. 37.

14 EE, p. 38.

15 Castigos del rey don Sancho IV, éd. de Hugo Oscar BIZZARI, Vervuet : Iberamericana (Medievalia hispánica), 2001, p. 285.

16  ALFONSO X, Siete Partidas, Madrid : Real Academia de la Historia, 3 vol., (1ère éd. 1807), 1972. Deuxième partie, vol. 2, p. 1-41. Désormais IIP.

17  EE, p. 33.

18  IIP, vol. 2, p. 8. L’on trouve également les expresiions «mantener en justicia y verdad» et «mantener en justicia y derecho».

19  EE, p. 33.

20  IIP, vol. 2, p. 27.

21  EE, p. 33.

22 EE, p. 33.

23 EE, p. 33.

24 EE, p. 34.

25 EE, p. 35.

26 EE, p. 35.

27 IIP, vol. 2, p.  10-11.

28 EE, p. 36.

29 EE, p. 36.

30 EE, p. 37.

31  María Rosa LIDA de MALKIEL, Dido en…, p. 105.

32 Ibid., p. 76 et 91.

33  SAN ISIDORO de SEVILLA, Etimologías…, 1, p. 801.

34 EE, p. 39.

35 EE, p. 37.

36 EE, p. 37.

37 EE, p. 37.

38 IIP, vol. 2, p. 8.

39 IIP, vol. 2, p. 38-39.

40 EE, p. 38.

41 EE, p. 38.

42  Voir en ce qui concerne la nécessité de baser l’autorité royale sur la légende et le mythe José Manuel NIETO SORIA, Fundamentos ideológicos del poder real en Castilla (siglos XIII-XVI), Madrid : Eudema, 1988, p. 38-40.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ghislaine Fournès, « Didon dans l’historiographie alphonsine », e-Spania [En ligne], 1 | juin 2006, mis en ligne le 16 août 2010, consulté le 23 août 2017. URL : http://e-spania.revues.org/317 ; DOI : 10.4000/e-spania.317

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org