Navigation – Plan du site
Le Roussillon et les Baléares, une relation ancienne tri-millénaire
Des contacts politiques

Le projet d’union matrimoniale entre le royaume de Majorque et le Foix-Béarn (1340)

El proyecto de unión matrimonial entre el reino de Mallorca y el condado-vizconde de Foix-Bearn (1340)
The Project of Matrimonial union between the Kingdom of Majorca and the County-viscounty of Foix-Béarn (1340)
Dominique Bidot-Germa

Résumés

Les relations entre les terres catalanes et, d'une part la vicomté de Béarn, sur laquelle régnaient depuis le XIIe siècle les Moncade, d'autre part le comté de Foix, étaient anciennes. L'union des deux maisons occitanes en 1290 établit au nord des Pyrénées une puissante seigneurie. On comprend l'intérêt géopolitique que le roi Jacques II de Majorque trouva en 1340 à l'union matrimoniale entre sa fille Isabelle et Gaston, héritier du Foix-Béarn, union négociée avec Gaston II. À la mort de ce dernier, en 1343, le projet de mariage fut abandonné sous la pression du roi d'Aragon; le royaume de Majorque disparut l'année suivante et, en 1349, le jeune Gaston III épousait Agnès de Navarre.

Haut de page

Texte intégral

1La péninsule ibérique et la France méridionale ont connu au cours du XIVe siècle de profonds bouleversements ; c’est tout particulièrement vrai en ce qui concerne les rapports entre les terres occitanes, aragonaises et catalanes. Loin de nous l’idée de retracer cette histoire, par ailleurs bien étudiée. Notre propos se porte sur un élément anecdotique et plutôt méconnu, un non évènement en réalité : un projet d’union matrimoniale entre l’héritier du Foix-Béarn, Gaston, le futur Gaston III Fébus, et l’infante Isabelle, fille du roi Jacques II de Majorque, fut scellé par un accord officiel, en 1340, mais abandonné trois ans après.

2Cette étude s’attache à rappeler la nature des rapports séculaires entre le Foix-Béarn et la Couronne d’Aragon, à retracer la chronologie de l’union manquée et à entrer dans les arcanes des négociations internationales du milieu du XIVe siècle, qui expliquent son abandon.

Foix, Béarn et terres catalanes (XIIIe-début XIVe siècle)

  • 1 ADPA (Archives dép. des Pyrénées-Atlantiques), E 397.
  • 2 ADPA, E 391.

3L’union du comté de Foix et de la vicomté de Béarn remonte au milieu du XIIIe siècle. Le vicomte Gaston VII Moncade (1229-1290) avait en 1257 donné en mariage1 sa fille, Marguerite, à l’héritier du comte Roger IV de Foix, Roger Bernard. Esclarmonde, la propre sœur de Roger Bernard, épousa elle-même Jacques 1er de Majorque en 12752. La constitution d’un clan familial pyrénéen était d’évidence l’objectif, tant du bouillant vicomte béarnais, en perpétuelle révolte contre son suzerain anglo-aquitain et alors en guerre en Bigorre, que du rusé comte de Foix, auquel son fils, Roger Bernard III (1265-1302) succéda en 1265.

  • 3 ADPA, E 389.
  • 4 Un accord fut trouvé entre Marguerite Moncade et Jacques II, roi d’Aragon, Valence et Murcie, en 13 (...)

4En Béarn par contre, la dévolution n’alla pas de soi. D’une union avec Mathe de Matha, Gaston VII n’avait eu que quatre filles. Il semble que le vicomte n’ait jamais songé à l’aînée, Constance, pour lui succéder. D’ailleurs il avait émancipé sa seconde fille Marguerite, dès 12863, et l’associa, elle et son mari, aux dernières années de son règne. Cependant l’équilibre ainsi pensé se heurtait aux ambitions du comte Bernard VI d’Armagnac, époux de la troisième fille de Béarn, Mathe, et dans une moindre mesure à celles de Jacques II d’Aragon, à qui la cadette de Gaston VII, Guillema, avait fait don de ses domaines personnels, Moncade et Castelviel4.

  • 5 ADPA, E 594.
  • 6 ADPA, E 292.
  • 7 Divers actes le montrent : ADPA, E 289, E 295, E 296, E 401, E 417, E 508, E 594.
  • 8 Gaston 1er contesta, vers 1312, la curatelle de sa mère : ADPA, E 295 ; il mourut en 1315. Margueri (...)
  • 9 Il fallut un premier arbitrage, du roi Philippe le Bel, en 1303, pour éteindre, provisoirement, les (...)

5Aucun accord familial ne fut trouvé : pourtant en 1289, Constance, sans enfant malgré trois mariages successifs, céda tous ses droits, notamment le Marsan et le Nébouzan, mais non la Bigorre mise sous séquestre par le roi Philippe le Bel, à sa puînée, Marguerite5. Celle-ci fut déclarée seule héritière par le testament de Gaston VII6, qui proclama en outre indissoluble l’union entre Béarn et Foix. Marguerite Moncade succéda à son père en 1290, et dirigea la vicomté, du vivant de son mari et après sa mort7, exerçant la tutelle de son fils Gaston 1er jusqu’en 13128. Entre temps, le conflit avec l’Armagnac avait dégénéré en guerre ouverte9.

6La maison béarno-fuxéenne possédait de nombreux fiefs dans les terres de la couronne d’Aragon, venant à la fois de la famille de Béarn et de celle de Foix.

  • 10 La dynastie vit se succéder les fils de Marie et de Guilhem Montcada, Gaston VI (1187-1214) et Guil (...)

7D’une part en effet, la dynastie Moncade était d’origine catalane. Elle s’était installée en Béarn en 1172, par le mariage de la vicomtesse Marie (1170-1172) avec Guilhem Montcada, fils du sénéchal de Catalogne10. Les Moncade de Béarn tenaient les baronnies de Moncade et de Castelvieil ; les terres qui en relevaient étaient disséminées dans les diocèses de Tarragone, Barcelone, Vich et Gérone et avaient pour centres principaux les châteaux de Moncade, de Castelviel de Rosdanès et de Castelvieil de Panadès, ainsi que les forteresses de Sobreporta et de Requesens, dans la ville de Gérone, et la Partida de Moncade à Vich.

8D’autre part, venaient de la famille de Foix la vicomté de Castelbon et ses annexes, composées du territoire de Ciutat, des vallées de Castelbon et d’Aguilar, ainsi que des domaines de l’ancienne vicomté de Cerdagne. La vicomté de Castelbon s’était en outre augmentée en 1186 des possessions de la maison de Caboet.

  • 11 Gaston 1er et Gaston II rendirent hommage au roi de Majorque pour les terres de Donezan, Quieragut (...)
  • 12 On consultera : Charles BAUDON DE MONY, Relations politiques des comtes de Foix avec la Catalogne j (...)

9Si les Moncade de Béarn furent toujours de fidèles soutiens des rois d’Aragon, il n’en fut pas de même des comtes de Foix. Leurs attaques contre les évêques d’Urgel furent incessantes, tout au long du XIIIe siècle, jusqu’au paréage d’Andorre de 1288. Se posait en outre le problème du Donezan et de divers fiefs dans l’ouest du Roussillon, qui relevait du royaume de Majorque11. Enfin, Roger Bernard III ne cessa de mener de nombreuses et dérisoires intrigues, pour se soustraire à ses obligations envers le roi d’Aragon, ce qui lui valut une humiliante captivité en 128012.

Le projet d’union matrimoniale de 1340

10On l’a compris, les liens entre Foix-Béarn et terres de la couronne d’Aragon étaient multiples et anciens. C’est dire que le projet d’union matrimoniale de 1340 s’inscrit dans une longue tradition. Il prend cependant corps dans un contexte politique tout à fait particulier, contexte que les historiens n’ont peut-être pas assez relevé.

  • 13 La documentation est citée par Don VAISSETE et Don DEVIC (éd. Molinier), Histoire générale du Langu (...)

11Le 10 février 1340, Gaston II de Foix-Béarn (1315-1343) signait une promesse de mariage entre son fils et héritier, Gaston, et Isabelle, fille du roi de Majorque Jacques II (1324-1349)13. Gaston II s’était entouré du conseil des membres éminents de sa famille : les cardinaux de Comminges et de Périgord, son oncle Hélie, comte de Périgord, son beau-frère, le comte Gui de Comminges, son épouse, Aliénor de Comminges, l’un de ses frères Robert, évêque de Lavaur, mais non le puîné, Roger Bernard de Castelbon. Les conventions matrimoniales furent renouvelées le 25 mai 1340, malgré le jeune âge des promis : Gaston était né en 1331, l’infante Isabelle un peu avant. À la fin de 1342, la date du mariage semblait imminente, car le 6 décembre 1342, le roi de Majorque donna procuration à son vice-chancelier, Arnaud de Lordat, pour ratifier le contrat.

12L’affaire était capitale et pouvait bouleverser le rapport des forces sur les deux versants des Pyrénées.

13Pour le roi Jacques II de Majorque, l’alliance avec le Foix-Béarn devait apparaître comme le garant le plus solide de l’indépendance très menacée de son royaume ; en effet, le simple examen d’une carte géopolitique fait ressortir tout l’avantage pour le Roussillon, cœur du royaume majorquin qui avait déjà perdu Montpellier, à s’appuyer sur le comté voisin. Certes, le roi avait dû informer du projet matrimonial le puissant voisin aragonais : son cousin, Pierre IV le Cérémonieux, la reine de Sicile et le comte d’Urgel. Mais l’union matrimoniale dut apparaître comme un défi à la maison d’Aragon.

14Le nombre de conseils dont s’était entouré Gaston II souligne l’importance que le comte de son côté attachait à cette union. Foix et le Roussillon étaient contigus, et l’indissolubilité avec le Béarn et les terres gasconnes jetait les prémices, sinon d’un état, à tout le moins d’une solidarité pyrénéenne bien esquissée ; c’est toute la politique traditionnelle des Béarnais, celle des premiers vicomtes Centulle et des Moncade, dont Gaston VII, qui pouvait connaître un développement inespéré. Ce rêve pyrénéen constitua d’ailleurs l’un des axes de la politique du futur Gaston III, le promis de 1340.

15En outre, le projet d’union matrimoniale révèle certains arcanes des relations internationales, notamment entre Castille, France et Aragon.

  • 14 ADPA, E 399 et E 401.
  • 15 Félix PASQUIER et Henri COURTEAULT, Chroniques romanes des comtes de Foix composées au XVe siècle, (...)

16En effet, les deux premiers Foix-Béarn furent de fidèles vassaux des rois de France, malgré le séquestre mis sur la Bigorre et l’absence de soutien royal dans le conflit avec l’Armagnac. Gaston 1er, marié à une capétienne, Jeanne, fille du comte Robert II d’Artois14, participa très activement aux campagnes en Flandres de Philippe le Bel et de Louis X le Hutin, en 1314 et 1315 ; c’est d’ailleurs au retour d’expédition qu’il tomba gravement malade et mourut près de Pontoise, le 13 décembre 131515. Gaston II fit ses premières armes aux cotés de Charles de Valois, en Aquitaine, en 1324. À la demande de Philippe VI, il engagea dès 1338 les hostilités contre le vicomte de Tartas, l’un des féodaux gascons du roi d’Angleterre. Puis il rejoignit l’ost royal la même année, et prit part aux premières escarmouches contre Édouard III : en 1340 ainsi, le comte de Foix-Béarn défendit avec succès la place de Tournai.

  • 16 Ibid., p. 45.

17Surtout, en 1343, Gaston II, surnommé « le Preux » par les chroniqueurs fuxéens16, répondit à l’appel à l’aide qu’avait lancé le roi Alphonse XI de Castille, engagé dans le siège d’Algésiras. Le rapprochement avec l’autre grand royaume ibérique esquissait pour le Foix-Béarn un renversement de la politique ancestrale, pro-aragonaise jusque là. On devine donc quel parti le royaume de Majorque, dans la lutte pour sa survie, aurait pu – et cherchait peut-être à – tirer d’une alliance matrimoniale avec Foix et d’un soutien plus ou moins actif de la France et de la Castille.

L’abandon du projet de mariage et la réorientation de la politique du Foix-Béarn

  • 17 ADPA, E 299.

18Gaston II dicta son testament à Orthez, le 17 avril 134317, avant de partir à la tête de ses vassaux béarnais et fuxéens et un corps de chevaliers français. Le comte arriva devant Algésiras au courant du printemps, mais, malade, décéda à Séville, le 26 septembre 1343.

  • 18 Pierre TUCOO-CHALA, Gaston Fébus, prince des Pyrénées (1331-1391), Biarritz : J&D éd., 1991, p. 38.

19C’est cette mort inopinée qui vint rompre le projet d’union. On sait que le roi Pierre IV écrivit à l’épouse du comte défunt, Aliénor de Comminges, tutrice du jeune Gaston III, lui demandant de ne pas s’immiscer dans des affaires que le roi d’Aragon jugeait internes, c’est-à-dire en fait l’occupation préparée du Roussillon et de Perpignan ; Jacques II de Majorque, vaincu, trouva brièvement refuge à Foix, en novembre 1344, avant de rallier Montpellier18.

  • 19 ADPA, E 300.
  • 20 ADPA, III E 805 (fol. 12v-13) ; P. TUCOO-CHALA, Gaston Fébus…, p. 41-50.
  • 21 ADPA, P. TUCOO-CHALA, Gaston Fébus…, p. 50-52.

20Aliénor de Comminges et Gaston III rencontrèrent le roi déchu. En effet, après une tournée d’échanges de serments fin 1343-début 134419 à travers le Béarn et le Marsan, ils résidèrent en comté de Foix entre juin et décembre 1344… L’occasion probablement de signifier à Jacques II de Majorque que le projet d’union était caduc ! D’un point de vue diplomatique et militaire, le Béarn s’engageait dans une voie nouvelle, celle de la neutralité et de la proclamation de la souveraineté, dès 134620. C’est dans le cadre de cette politique inédite pour le Béarn et scabreuse qu’il faut inscrire le mariage projeté entre le jeune Gaston III et Agnès, sœur du roi de Navarre Charles II le Mauvais, mariage célébré en 134921.

  • 22 Béatrice LEROY, La Navarre au Moyen Âge, Paris : Albin Michel, 1983.

21L’alliance avec le royaume de Majorque ne fut ainsi qu’un rêve de trois années, brisé sur l’autel du réalisme politique et des rapports de force. Il fallut un siècle aux Foix-Béarn, dont l’ambition souveraine proclamée par Gaston III Fébus ne se démentit jamais, pour acquérir enfin une couronne, celle de Navarre : c’est Gaston IV (1436-1472) qui, par son mariage avec la reine Éléonor, fille de Blanche et petite-fille de Charles III, permit à la vieille maison occitane de monter sur un trône royal22 !

Haut de page

Annexe

Généalogie

Les Foix-Béarn, des Moncade aux Albret

Les Foix-Béarn, des Moncade aux Albret
Haut de page

Notes

1 ADPA (Archives dép. des Pyrénées-Atlantiques), E 397.

2 ADPA, E 391.

3 ADPA, E 389.

4 Un accord fut trouvé entre Marguerite Moncade et Jacques II, roi d’Aragon, Valence et Murcie, en 1305, à propos de la donation de Guillema ; Moncade et Castelviel restèrent au Foix-Béarn : ADPA, E 401. Mais le décès en 1309 de Guillema, qui avait cédé ses droits à son neveu d’Armagnac réouvrit les hostilités : Gaston 1er réussit en 1310 à obtenir l’essentiel des possessions de sa tante contre compensations financières : ADPA, E 402.

5 ADPA, E 594.

6 ADPA, E 292.

7 Divers actes le montrent : ADPA, E 289, E 295, E 296, E 401, E 417, E 508, E 594.

8 Gaston 1er contesta, vers 1312, la curatelle de sa mère : ADPA, E 295 ; il mourut en 1315. Marguerite décéda en 1319 : ADPA, E 296.

9 Il fallut un premier arbitrage, du roi Philippe le Bel, en 1303, pour éteindre, provisoirement, les hostilités : ADPA, E 419. Celles-ci furent réouvertes, on l’a vu, à la mort de Guillema, en 1309-1310. Elles ne cessèrent pas tout au long du XIVe siècle.

10 La dynastie vit se succéder les fils de Marie et de Guilhem Montcada, Gaston VI (1187-1214) et Guilhem Ramond 1er (1214-1224), puis le fils et le petit-fils de ce dernier, Guilhem Ramond II (1224-1229) et Gaston VII (1229-1290), et enfin Marguerite Moncade.

11 Gaston 1er et Gaston II rendirent hommage au roi de Majorque pour les terres de Donezan, Quieragut et Escavar : ADPA, E 392.

12 On consultera : Charles BAUDON DE MONY, Relations politiques des comtes de Foix avec la Catalogne jusqu’au commencement du XIVe siècle, Paris : Picard, 1896.

13 La documentation est citée par Don VAISSETE et Don DEVIC (éd. Molinier), Histoire générale du Languedoc, Toulouse : Privat, 1872-1904, tome 9, p. 548 ; elle figurait encore au XVIIIe siècle dans les archives de Foix (caisse 14) et se perdit au siècle suivant à Pau, lors des tribulations des archives des Basses-Pyrénées.

14 ADPA, E 399 et E 401.

15 Félix PASQUIER et Henri COURTEAULT, Chroniques romanes des comtes de Foix composées au XVe siècle, Toulouse : Privat, 1895, p. 42-44.

16 Ibid., p. 45.

17 ADPA, E 299.

18 Pierre TUCOO-CHALA, Gaston Fébus, prince des Pyrénées (1331-1391), Biarritz : J&D éd., 1991, p. 38.

19 ADPA, E 300.

20 ADPA, III E 805 (fol. 12v-13) ; P. TUCOO-CHALA, Gaston Fébus…, p. 41-50.

21 ADPA, P. TUCOO-CHALA, Gaston Fébus…, p. 50-52.

22 Béatrice LEROY, La Navarre au Moyen Âge, Paris : Albin Michel, 1983.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/27077/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Les Foix-Béarn, des Moncade aux Albret
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/27077/img-2.png
Fichier image/png, 219k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Bidot-Germa, « Le projet d’union matrimoniale entre le royaume de Majorque et le Foix-Béarn (1340) », e-Spania [En ligne], 28 | octobre 2017, mis en ligne le 01 octobre 2017, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://e-spania.revues.org/27077 ; DOI : 10.4000/e-spania.27077

Haut de page

Auteur

Dominique Bidot-Germa

Maître de conférences en histoire médiévale à l’université de Pau et des Pays de l’Adour, ITEM (EA 3002)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org