Navigation – Plan du site
Le Roussillon et les Baléares, une relation ancienne tri-millénaire
Des contacts politiques

Majorque et Trinacrie, deux branches de la dynastie d’Aragon, royautés composites et mondes des contacts

Mallorca y Trinacria, dos ramos de la dinastía de Aragón, reinos compuestos y mundos de contactos
Majorca and Trinacria, two branches of the Aragon dynasty, composite royalities and worlds of contacts
Mallorca und Trinacria, zwei Zweige der Dynastie Aragon, zusammengesetze Königtümer und Kontaktwelten
Henri Bresc

Résumés

Les royaumes de Majorque et de Trinacrie (nom artificiel donné en 1302 à la Sicile insulaire pour la distinguer du royaume angevin) présentent des caractéristiques similaires : ces États artificiels, découpés dans un espace plus vaste, où ils occupent des périphéries, gouvernés par des branches de la dynastie des rois d’Aragon, et qui continuent de vivre en symbiose avec la lignée aragonaise, ont en commun d’être gouvernés par des équipes artificielles unies par la fidélité personnelle au prince. Leur commune faiblesse démographique et les dangers qui les menacent (respectivement pour Majorque l’Aragon, mais aussi la France capétienne, et Naples, mais aussi le grand frère aragonais pour la Sicile), a conduit les deux États à privilégier l’initiative économique et l’inventivité, leur permettant d’augmenter leurs revenus fiscaux et de se doter ainsi de forces militaires qui ont permis une survie précaire.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Yûsuf RAGHIB, Henri BRESC, « Le sultan mérinide Abû l-Hasan ‘Alî et Jacques III de Majorque : du tr (...)
  • 2 Abréviations : BSAL : Bolletin de la Sociedad Arqueologica Luliana

1Une recherche récente sur le traité passé entre le Mérinide Abû’l-Hasan ‘Alî et le roi de Majorque Jacques III a révélé d’étranges similitudes entre les politiques du royaume de Majorque et de celui de la Sicile insulaire1. Au point de départ de ces remarques, se trouve la double et semblable recherche d’une alliance scandaleuse avec le pouvoir mérinide : en 1339, Jacques III tente de conclure une alliance de revers avec le roi du Maroc contre Pierre IV d’Aragon, son cousin, beau-frère et suzerain ; en 1357, c’est la Cour de Sicile qui demande le soutien militaire d’Abû ‘Inân, fils et successeur d’Abû’l-Hasan ‘Alî. Une commune faiblesse a imposé aux deux États cette requête2.

2Depuis 1296 jusqu’à 1343, le royaume de Majorque et celui de Trinacrie (nom imposé en 1302 à la Sicile par le traité de Caltabellotta, qui ne fut jamais accepté, mais qui permet de décrire de manière adéquate le caractère artificiel de cette formation politique, destinée à durer jusqu’au début du XVIe siècle) présentent des caractéristiques similaires, à l’intérieur d’une histoire évidemment contrastée et complexe. Deux États faibles, hétérogènes, tous deux menacés dans le long terme par le grand frère aragonais, et tous deux contraints à des politiques hardies et novatrices et, en particulier, à l’invention d’une politique économique.

3Les héritages sur lesquels sont fondées ces deux formations politiques sont originaux et leur divergence explique leur destin différent, mais les deux États ont en commun d’être issus d’une séparation d’avec la Couronne d’Aragon, d’être gouvernés par des branches de la dynastie barcelonaise des rois d’Aragon et qui continuent de vivre en symbiose avec la lignée aragonaise comme avec la famille angevine qui règne à Naples sur un royaume de Sicile diminué de l’île même de Sicile. Cette séparation n’est admise que du bout des lèvres par l’état-major aragonais, qui programme des réunifications ; elle impose donc des politiques attentives de différenciation et de légitimation, à des degrés différents, car la « Trinacrie » dépend par moments pour sa survie de l’aide de Barcelone.

4Les deux États ont aussi en commun d’être gouvernés par des équipes artificielles unies par une commune fidélité personnelle de leurs membres à la dynastie ou au prince plus que par le concept de fidélité « naturelle » ; la légitimité a été bousculée, en particulier par la révolution des Vêpres siciliennes. La faiblesse démographique et fiscale des deux entités politiques a imposé à des classes dirigeantes avisées une inventivité économique comparable, tandis que leur position marginale dans le monde méditerranéen et la menace de l’Aragon et de la puissance angevine ont suggéré de développer leurs relations avec Gênes et avec le Maghreb. Les mesures nécessaires pour la résistance et la survie commandent l’histoire de ces cinq décennies.

La constitution de deux entités nouvelles

5Majorque et Trinacrie présentent un caractère commun, la nouveauté. Mais Majorque est une partie séparée de l’ensemble aragonais, lui-même composite, mais fortement réuni par la centralité monarchique ; et j’éviterai d’utiliser la formule « fédérale » ou « confédérale », qui me paraît surestimer les forces locales, avec lesquelles la monarchie sait négocier, ou rompre, s’il est nécessaire, et il n’existe aucune instance fédérale, sinon le monarque lui-même.

  • 3 Des partages avaient été prévus et préparés en 1232, en 1242 et en 1243, en 1248, en 1251 et en 126 (...)
  • 4 Estanislao de Kostka AGUILÓ, « Cartes autógrafes de Jaume III al arxiu de la Corona de Aragó », BSA (...)
  • 5 Ce dernier est lié aux Vilaragut et à Bérenger de So, qu’il fait libérer en 1344.

6Constitué en 1276, le royaume de Majorque attire l’attention par le pluralisme et l’on en a volontiers déduit la faiblesse et le caractère éphémère d’un État composite : le roi est en effet soumis à deux vassalités, au roi d’Aragon pour le royaume proprement dit, au roi de France pour Montpellier et l’Aumeladès. Conçue comme un partage dans l’amour fraternel et dans la collaboration perpétuelle, la division des royaumes d’Aragon et de Majorque s’inscrit dans une tradition ibérique de pouvoir familial, de solidarité entre frères, le cadet devant participer aux acquêts dans le respect de l’autorité de l’aîné3. L’hommage prolonge le parage fraternel, mais le partage et la séparation porte à la consolidation d’identités, pourtant composites. L’ancrage de la dynastie n’est cependant que partiellement réussi : si la maison de Majorque est solidement établie dans les comtés pyrénéens, elle n’est pas parfaitement acceptée aux Baléares. En 1344, dans une lettre à Joan de So, vicomte d’Evol, Jacques III, évincé de ses domaines et rejeté sur Montpellier par Pierre IV, dit qu’il espère recouvrer « cette terre » (le Roussillon) et Serdenya per Malorca4. Il rêvait sans doute d’un échange entre Majorque et la Sardaigne que la Cour aragonaise lui avait fait miroiter. La formule révèle la faible territorialité de la Couronne de Majorque, fait dynastique à géométrie variable. L’ancrage territorial peut se révéler d’ailleurs un piège : le royaume est englué dans les conflits locaux des comtés pyrénéens et dans les guerres privées, Jacques II contre Foix, Roquefeuil contre Jacques III, Pallars contre Comminges, et la monarchie est compromise par les ambitions de la maison de Foix, du comte d’Urgel ou des infants aragonais, Pierre et Raimond Bérenger5.

  • 6 Jesús LALINDE ABADIA, « El desarollo político e institucional del reino privativo de Mallorca-islas (...)
  • 7 Jocelyn N. HILLGARTH, The Spanish Kingdoms, 1250-1516, I, 1250-1410. Precarious Balance, Oxford : O (...)

7Le pluralisme de la couronne de Majorque est celui même de la Couronne d’Aragon et le système de la lieutenance royale, analysé par Jesus Lalinde Abadia6, pare aux risques de conflits graves entre les sous-ensembles que constituent les comtés pyrénéens, les Baléares et Montpellier : le lieutenant est un véritable vice-roi, à Majorque comme à Montpellier. Et, en dépit du double hommage, toujours très mal vécu, retardé, mais exigé avec rigueur, le prestige royal est extrêmement fort : il est consolidé encore par l’adoption, sous Jacques III, en 1330 ou en 1337, des « Lois palatines » qui établissent une étiquette rigoureuse et qui seront imitées par Pierre IV pour l’Aragon le 18 octobre 1344. Elles manifestent la modernité de la monarchie majorquine, qui institue aussi des institutions centrales d’abord absentes (le conseil en 1320, le chancelier en 1321). La monarchie majorquine était également porteuse d’une sacralité qui s’exprime dans le culte rendu dans l’île au roi martyr, Jacques III, après Lluchmajor. Pierre IV sera alors contraint d’éloigner le corps de son beau-frère en le faisant porter à Valence7. Un vrai handicap résulte en revanche de la faiblesse de l’épiscopat, qui assume généralement une part des tâches de gouvernement des monarchies médiévales, la chancellerie, les ambassades. Le royaume ne compte que deux évêchés, Elne et Majorque et la monarchie ne peut compter sur les évêques de Maguelonne, liés à la politique française ; le roi fait donc appel à des chanoines de Narbonne (Bérenger Maynardi, chancelier en 1323) et d’Urgel (l’archidiacre Galceran ça Costa, d’origine majorquine, conseiller royal en 1323).

  • 8 Heinrich FINKE, Acta Aragonensia, Quellen zur deutschen, italienischen,spanis. zur Kirchen und Kult (...)

8La vassalité de Majorque impose une limite à sa souveraineté. C’est le modèle invoqué en 1316 par l’Angevin Robert, roi de Sicile, pour fixer ses relations avec Frédéric III de Trinacrie, comme l’atteste la lettre du gardien des franciscains de Barcelone à Jacques II d’Aragon, le 25 février 1316 : « le roi Frédéric ne veut pas consentir que ses fils tiennent l’île au nom du roi Robert ou de ses descendants, comme le royaume de Majorque est tenu au nom du roi d’Aragon, ni à travers aucune autre forme de supériorité »8.

9La « Trinacrie », quant à elle, est née en deux temps : un premier acte est le partage effectué à l’intérieur de la famille aragonaise en 1285 par le testament de Pierre III. Il divise les biens de la Couronne : le cadet, Jacques, reçoit les acquêts, c’est-à-dire la Sicile (alors que son nom personnel le prédisposait plutôt dans le cas d’un partage à obtenir Valence), tandis que le puîné, Frédéric (que son nom rapprochait de la Sicile), demeure sans bien. À la mort de l’aîné, Alphonse III, Jacques lui succède, mais il n’entend pas renoncer à la Sicile, confiée à Frédéric comme son lieutenant-général. Il faut une rupture entre les Siciliens et leur roi, qui se rapproche de la papauté et négocie avec Naples, pour que se constitue en 1296 un parti jusqu’auboutiste, « mi-gibelin » mi-ibérique, comprenant des magnats siciliens, peu nombreux, des aristocrates issus de la partie continentale du royaume et des marquis de Lombardie (Incisa, Lancia) comme des aventuriers aragonais qui ont choisi Frédéric contre leur fidélité à leur roi légitime. Décidée à continuer coûte que coûte la guerre de conquête de l’Italie méridionale, cette faction exaltée prend le jeune Frédéric comme son porte-étendard.

  • 9 Que lui contestent les historiens siciliens, qui l’appellent « Frédéric II Aragonais », et pour qui (...)
  • 10 H. BRESC, « Un comté pour les pauvres (Modica, 1337) », in : Jean-Claude HOCQUET, Charles de LA RON (...)

10Un souffle messianique remarquable a porté Frédéric sur le trône : ses partisans ont spéculé sur sa place dans la succession dynastique. C’était le troisième fils de Pierre IV, mais aussi le troisième Frédéric (après Barberousse et Frédéric II, son arrière-grand-père), destiné donc à l’Empire. Il prend en conséquence le nom de Frédéric III9, inscrit sur les diplômes et frappé sur des monnaies à l’immense diffusion. Ce souffle religieux n’est pas sans lien avec le mouvement franciscain et avec ses relents joachimites. Il est évidemment en relations avec des aspirations semblables et coordonnées dans l’ensemble des dynasties rivales, parentes et alliées, à Barcelone, sous Jacques II, à Naples, sous Charles II et Robert, et à Majorque. Rappelons que la reine Sancia de Majorque anime le radicalisme franciscain à Naples et que son frère, l’infant Philippe de Majorque, tente de rassembler les béguins napolitains. Mais, à la cour sicilienne comme dans les autres capitales, ce souffle se fait discret : Frédéric III, après avoir rêvé d’une réforme générale de l’État et de la société inspirée d’Arnaud de Villeneuve, se contente de protéger les Spirituels et de les exfiltrer vers la Tunisie. Et ce n’est que sur son lit de mort qu’il décide de frapper un grand coup en attribuant aux pauvres les revenus du comté de Modica confisqué aux Chiaramonte10.

11Un héritage est au contraire omniprésent dans l’expérience « trinacrienne », celui de la monarchie normande et souabe, alors que le royaume de Majorque n’a aucun passé légitimant, sauf l’acte même de la conquête, exprimé à travers la cérémonie de l’Étendard. Pierre III avait déjà restauré le cérémonial aulique et avait rétabli le siège de la monarchie à Palerme : parlement tenu à la cathédrale ou à la Salle verte du palais royal, couronnement à la cathédrale. Frédéric III reprend à son tour, mais provisoirement, la titulature normande, « roi de Sicile, du duché de Pouille et de la principauté de Capoue ». Il réaffirme également le lien avec l’Empire, mais en position subordonnée, en assumant la charge d’amiral de la flotte d’Henri VII.

  • 11 David ABULAFIA, A Mediterranean Emporium : the Catalan Kingdom of Majorca, Cambridge : Cambridge Un (...)
  • 12 Dom Claude DEVIC et Dom Joseph VAISSETTE, Histoire générale du Languedoc, Toulouse : éditions Priva (...)
  • 13 Ramon MUNTANER, Crònica (a cura de Marina Gustà, pròleg de Joan Fuster), Barcelone : Edicions 62 (c (...)

12Audaces et aventurisme réunissent les politiques de ces deux États incertains de leur légitimité et de leur avenir. Faute d’un ancrage suffisant dans l’espace, la cour de Majorque s’est lancée à plusieurs reprises dans une politique aventureuse, son principal souci était d’assurer une projection territoriale à un fait monarchique. L’espace était secondaire et pouvait se présenter comme un archipel de dominations unies par la mer et enserrant le Maghreb. En 1342 encore, Jacques III concède en « fief honorable » au capitaine Francesc Desvallers les Canaries, qu’il va explorer et éventuellement conquérir, espérant ainsi accroître son Empire maritime sur l’Atlantique11. Plus grave, un véritable aventurisme conduit à des prises de risques notables : en 1305, les consuls de Carcassonne et de Limoux conspirent avec Bernard Délicieux pour livrer la ville à l’infant Fernand (père de Jacques III)12. Le même infant, dans sa carrière tumultueuse, multiplie les initiatives qui le rapprochent de la « Trinacrie » : il tente de prendre en 1307 le commandement de la Compagnie catalane des Almugavares, au nom de Frédéric III de Sicile. L’autorité de Frédéric étant rejetée, il repart à la croisade d’Algésiras. En 1315, il offre son concours pour commander les forces siciliennes contre l’armée de son beau-frère le roi Robert ; il reçoit Catane à vie et 2 000 onces d’or de rente13. Mais il ne s’installe pas en Sicile : il repart pour conquérir l’héritage de son épouse en Morée et il est tué. Le frère de Jacques III, l’infant Fernand, se lance à son tour dans une aventure orientale en 1341, une querelle avec son beau-père le roi de Chypre Hugues de Lusignan, aussitôt étouffée.

  • 14 Gabriel ENSENYAT PUJOL, La reintegració de la Corona de Mallorca a la Corona d’Aragó (1343-1349), P (...)

13Cette audace correspond en particulier au caractère juvénile et chevaleresque de Jacques III, mais c’est aussi une solution risquée et réaliste pour se dégager de sa double vassalité. Il ne veut pas seulement secouer la dépendance féodale qui le rattache à son beau-frère Pierre IV d’Aragon, il entend d’abord profiter de la guerre franco-anglaise pour ébranler la supériorité féodale de Philippe VI de Valois sur Montpellier, qu’il dit acquise indûment. Il négocie en 1340 le mariage de son fils avec la fille d’Édouard III d’Angleterre et lance un projet de coalition antifrançaise qui engloberait l’Aragon, contraint par le lien féodal de venir à son secours. Une campagne de provocations contre Louis de Poitiers, gouverneur de Montpellier, conduit à la rupture de vassalité le 22 février 1341. Pierre IV se refuse à suivre, invoquant la guerre du Détroit et dénonçant la politique aventureuse des conseillers du roi de Majorque. Son refus prudent conduit à l’humiliation de Jacques III, qui prête l’hommage à Paris en mai 134214.

  • 15 Luis TUDELA VILALONGA, Cataluña, reino de Mallorca y Genova (1336-1349) : relaciones economicas y p (...)
  • 16 Ibid., p. 496.
  • 17 Ibid., p. 841.

14On note une commune méfiance de Majorque et du gouvernement de la Sicile envers l’Aragon : en février 1339, le Conseil de Majorque achète 20 000 lances dans la grande île avec l’accord du roi Pierre II15. Cette méfiance est partagée par Naples qui envoie effectivement une aide navale de 30 galères à Majorque en 1342. Quand, en 1342-1343, le blé sarde ne parvient plus dans l’archipel baléare, et que les marchands viennent le chercher en Sicile, Pierre II refuse au roi d’Aragon d’exclure les Majorquins du commerce de l’île16. Pierre IV craint, de plus, que l’île devienne une base de course majorquine contre le commerce catalan. De fait, en 1349, après Lluchmajor, l’amiral de Jacques III, Luciano Grimaldi continue sa guerre privée contre les Catalans depuis la Sicile17.

  • 18 En 1304, le Mérinide Abû Ya‘qûb demandait l’aide de l’Aragon pour conquérir Ceuta ; Charles-Emmanue (...)
  • 19 Analyse de Richard-Albert LECOY DE LA MARCHE, Les relations politiques de la France avec le royaume (...)

15L’étude d’un projet d’alliance militaire entre Jacques III de Majorque et le prince mérinide Abû’l-Hasan ‘Alî montre l’acharnement des rois de Majorque à défendre par tous les moyens leur indépendance contre les Aragonais. Cette collaboration, à plusieurs reprises proposée, abandonnée et relancée entre 1339 et 1349, porte une odeur de scandale. Ce n’est certes pas la première ligue conclue entre États ibériques et États maghrébins, mais elle marque un renversement de la demande et des capacités militaires18. Le procès intenté par Pierre IV d’Aragon contre Jacques de Majorque l’accuse d’avoir élaboré une coalition avec la France, Naples, les communes de Pise et de Gênes contre son suzerain, et, en particulier, des alliances de revers avec la Castille et avec le roi mérinide19. C’est l’accusation la plus grave de l’ensemble des témoignages reçus à Barcelone en février 1344, puis en novembre 1344. Les fidèles cherchent à atténuer la responsabilité de leur roi dans la recherche de cette alliance. Joan de So, vicomte d’Evol, précise ainsi que Jacques III lui a confié sa volonté de se lier au roi du Maroc ou à un autre prince infidèle « à condition de ne rien faire contre sa conscience ou contre la foi catholique » ; l’intermédiaire était d’ailleurs l’évêque dominicain du Maroc.

  • 20 C. WILLEMSEN, « El procès … », art. cit., p. 230 ; probablement l’occupation durable de forteresses (...)
  • 21 G. ENSENYAT PUJOL, La reintegració…, 1, p. 105.
  • 22 Pere Bossa, d’origine génoise, marchand et banquier, avait géré la banque publique (taula reial de (...)

16Jacques III n’a donc pas attendu la rupture définitive de 1342 avec Pierre IV pour demander un secours au roi maghrébin. Une première ambassade, en 1339, menée par le vicomte Amaury de Narbonne et par Dalmace de Castellnou, comprenait aussi Hugues de Totzó et Amaury de Narbonne, seigneur de Talairan. Abû’l-Hasan ‘Alî acceptait d’offrir une aide militaire, mais exigeait des garanties que Jacques III se refusait à donner20. L’atmosphère était en effet très tendue aux premiers mois de 1339 : les Majorquins craignent une opération contre les Baléares21, mais la tension devait retomber après la décision de Jacques III de se rendre à Barcelone pour prêter l’hommage. Un autre ambassadeur, Pere Borsa22, est envoyé au retour de l’équipée de Jacques III à Barcelone, à l’été 1343.

  • 23 Juan VICH Y SALOM et Juan MUNTANER Y BUJOSA, Documenta regni Majoricarum (Miscelanea), Palma, 1945, (...)

17Une troisième tentative de Jacques III, maintenant exilé à Montpellier, est attestée en juin 1345 ; l’écrivain de bord d’une galère majorquine de retour de Hunayn, port de Tlemcen, rapporte aux autorités aragonaises le récit que lui a fait un renégat valencien établi et marié dans cette petite ville au service du grand drogman, mais toujours fidèle au catholicisme et à la dynastie aragonaise. Ce renégat a invité l’écrivain à le rejoindre en un lieu secret, l’église Sainte-Marie de Hunayn, et lui a confié un message pour Pierre IV : un envoyé du roi de Majorque a été déposé par une galère génoise à Mostaganem. Ce chevalier, d’une remarquable beauté, a eu trois jours d’entrevue avec le Mérinide. Le grand drogman a lu les lettres de Jacques III ; l’ambassadeur a demandé une aide de six galères et a promis au Mérinide d’accueillir ses forces23. Le roi du Gharb apparaît alors comme la dernière carte du roi de Majorque. Le roi mérinide a bien alors accepté de fournir son aide, mais trop tard, et l’on comprend mieux la rage et la haine de Pierre IV contre son beau-frère, réfugié à Montpellier et acharné à préparer la reconquête de son royaume et à organiser ses partisans.

  • 24 G. ENSENYAT PUJOL, La reintegració ..., 2, p. 259-261, documents n° 285, 286, 287.
  • 25 Gabriel LLOMPART, « Nuevas cartas de los gobernadors Arnau d’Erill y Felip de Boyl a Pedro IV el Ce (...)
  • 26 G. ENSENYAT PUJOL, La reintegració…, 2, p. 323, document n° 358.

18En juillet 1345, les autorités de Majorque craignent l’arrivée de la flotte du roi de Gharb et mettent les îles en défense. Un espion installé à Marseille annonce un débarquement clandestin d’émissaires de Jacques III déguisés en franciscains24 ; une expédition navale se serait combinée avec un soulèvement de l’île. Mais la coordination a fait défaut. Les autorités majorquines capturent encore en avril 1347 un espion mérinide qui avoue avoir été envoyé par le « seigneur de Ceuta (Muhammad al-‘Azafî), qui tient Ceuta pour le roi du Gharb, et parle bien le langage castillan »25. Cette initiative coïncide avec les préparatifs de Jacques III, mais la coordination reste insuffisante. Jacques III lance en effet en mai et juin une opération sur la Cerdagne et en Conflent. Ce n’est qu’en août qu’il préparera à Monaco et sur la « rivière de Provence » une flotte d’invasion de quatorze galères26,

  • 27 Giuseppe COSENTINO (a cura de), Codice diplomatico di Federico III [sic, pour IV] Aragonese, re di (...)
  • 28 Ainsi Bobaire, « seigneur de Mahdiyya » et neveu du roi de Tunis, qui propose sa conversion au chri (...)

19En 1357, à son tour, la reine d’Aragon Éléonore, femme de Pierre IV et sœur du jeune roi de Sicile Frédéric le Simple, prendra l’initiative de demander au nom de la Cour sicilienne la paix et le secours d’Abû ‘Inân, fils et successeur d’Abû’l-Hasan ‘Alî et « maître de toute la Berbérie », contre les Angevins de Naples. Le jeune roi consulte ses conseillers et les grands de son royaume et leur adresse, le 24 novembre 1357, copie des chapitres du traité : elle contenait les informations, perdues depuis, sur l’aide en galères et en cavaliers promise par Abû ‘Inân27. On voit comment l’aventurisme des jeunes dynasties combinait des alliances désespérées et des ambitions échevelées en Romanie, en Morée, au Maghreb aussi, où les vassaux de Frédéric III, des Catalans, parmi lesquels Muntaner, ont tenu longtemps Djerba et exprimé des ambitions liées aux offres tentantes des princes hafsides28.

Le personnel composite des deux monarchies

  • 29 Il fait partie de l’ambassade de Pierre IV à Avignon en 1345, ce qui est la preuve de la confiance (...)

20Le caractère composite du personnel d’exécution est certes une constante de la société politique européenne au XIVe siècle. Partout, à Paris, à Lisbonne comme à Séville, les Génois et les Toscans exercent ainsi des fonctions d’experts, amiraux, maîtres des monnaies, trésoriers… D’autres grands nobles changent de fidélité au hasard des disgrâces : ainsi de Nicolas de Janvilla, comte de Terranova, Napolitain d’origine française, et qu’un mariage opportun installe au Puig de Santa Maria, près de Valence29, ou Emmanuele Ventimiglia, comte de Geraci, exilé de Sicile en 1344 et qui rejoint aussi la Cour de Barcelone. Mais, dans les deux États envisagés, c’est proprement le personnel de gouvernement qui est d’origine mêlée : les rois de Majorque font ainsi circuler une élite composite entre les diverses lieutenances.

  • 30 Je signale un très bon Master 2 de Roger FIGUERES, Les rois de Majorque. Résidence et déplacements, (...)

21La lieutenance de Majorque voit alterner Roussillonnais (Huguet de Totzo, Dalmau de Banyuls, Francesc de Canet, Hot de Parestortes, Pere de Bellcastell, par ailleurs majordome de Sanche et peut-être d’origine méridionale), Français du Midi (Arnaud de Cardaillac, ou plutôt de Cardeilhac en Comminges, fait baron de Bunyola, Roger de Rouvenac), et Majorquins (Berenguer de Santa Cilia, Berenguer de Sent Joan, Guerau Aderró, Guillem de Buadella …), les derniers effectuant principalement des intérim. La lieutenance de Montpellier fait alterner des représentants de l’élite de la capitale économique du Midi français et des Roussillonnais (Berenger de Peyrepertuse en 1320, Hugues de Totzo en 1329) plus nombreux après 1308. À Perpignan, au contraire, les lieutenants sont tous d’origine locale30. Des juristes d’origine méridionale sont conseillers : Arnaud de Lordat, originaire d’une maison féodale du Comté de Foix (les seigneurs de Belloc, Queille, Saint-Quentin-la-Tour et Sarraute), licencié en lois, est conseiller royal en 1336 et ainsi vice-chancelier.

  • 31 Cl. DEVIC et J. VAISSETTE, Histoire générale…, 9, p. 489.
  • 32 Ibid., p. 437.
  • 33 Dans la Cronica del rey Pedro IV, in : Amédée PAGÈS (éd.), Chronique catalane de Pierre IV d'Aragon (...)

22Une grande porosité existe en fait entre les comtés pyrénéens et les régions voisines du royaume de France, avec des régions-tampon comme Estagel, Millas, Rabouillet : Evol est constitué en vicomté pour Bernard de So, originaire du pays d’Aillon. Certains grands ont des fiefs dans le royaume de Majorque ou en acquièrent à l’occasion d’alliances, comme Gaston de Foix et son frère le vicomte de Castelbon, qui rendent hommage en 1337 pour Son, Quérigut et Donazan et reçoivent de Jacques III une pension de 500 et de 300 livres, respectivement31. En 1325, le comte de Foix, le comte de Comminges et Bernard Jourdain de l’Isle avaient participé, avec le vicomte de Narbonne, à la conspiration des bourgeois de Perpignan destinée à exclure l’infant Philippe de la tutelle du jeune roi32. Et c’est à ces grands que Pierre IV attribue d’avoir tourné la tête de Sanche et de lui avoir fait entendre que la donation de Majorque était à l’origine en franc alleu33.

  • 34 Carme PONS LLABRES, « En torno a los privilegios de los caballeros de Mallorca (1230-1349) », XIIIe(...)

23Les charges auliques ne semblent pas avoir joué un grand rôle dans le royaume de Majorque : on rencontre à peine le titre de sénéchal qui accompagne la souscription de Guillem, vicomte de Canet en 132234. Outre les vicomtes pyrénéens, les témoins des diplômes sont les trésoriers et les rationaux, les juristes, les secrétaires, à l’occasion un majordome et un chambellan. C’est à ce niveau, plus modeste, chambellan, majordome, hommes de confiance et peut-être hommes de main, que se greffent les fidélités : Garin de Châteauneuf, sire d’Apchier, est chambellan de Jacques III, tandis que, comme en Sicile, les rôles de gouvernement se cristallisent sur un modèle de noblesse urbaine, juriste, expert, que représente bien Arnau de Codalet.

  • 35 G. LLOMPART, « Nuevas cartas … », art. cit., p. 94.
  • 36 Jaime VILLANUEVA, Viage litterario a las iglesias de España, Madrid : Imprenta de la Real Academia (...)

24L’atmosphère des fidélités choisies a une forte coloration chevaleresque. En 1343, le châtelain de Pollensa, le guascó Guillem de So, fait inscrire un court poème sur les carreaux d’arbalète que ses hommes envoient sur les assiégeants aragonais, « Guillem de So / qui us tramet assó / qui non ha paor »35. La plupart des compagnons étrangers de Jacques III présentent cette figure militaire : Gaston de Lévis, en 1339, frère du maréchal de Mirepoix, et qui accompagne le roi à Avignon, le Provençal Mossen Perri de La Balma (La Baume de Sisteron) en 1343, le Languedocien Bérenger de Rocacorba et le Français de Naples Geoffroy l’Estendard, qui combattent en Roussillon. Un élément important apparaît aussi l’emploi des bâtards royaux dans les commandements politiques et militaires : dans la guerre de reconquête de Jacques III, en 1349, une place de choix est réservée à son frère illégitime Païen, son porte-étendard qui serait fait vicomte de Bunyola en cas de victoire, et qui est tué à Lluchmajor36. On trouve ici une passerelle avec la pratique sicilienne : depuis Manfred et ses demi-frères, les Antiochia jusqu’aux fils de Frédéric III, les bâtards royaux jouent un rôle continu à la Cour.

  • 37 G. LLOMPART, « Rei de Mallorches, mal regnats ... Una enquesta segreta feta pel governador Arnau d' (...)

25Mais l’adhésion à la monarchie majorquine des étrangers venus la servir ou vivre dans le royaume est profonde : dans l’enquête menée en 1344 par le gouverneur aragonais Arnau d’Erill à Majorque sur dix-neuf partisans de Jacques III soupçonnés de conspiration, six sont des Italiens37. Et, parmi les suppliciés de 1345, on compte un Lombard, le médecin de Jacques III, maître Giovanni di Cremona.

  • 38 H. BRESC, « Le gouvernement de l'étranger : aristocrates et marchands “experts” à la cour de Palerm (...)

26Le royaume de Trinacrie, né en 1296 par le coup de force d’une faction hétérogène, maintient durablement cette composition originale de sa classe politique ; on retrouve les traits d’un « royaume errant », fixé par conquête, que l’on a pu analyser pour le royaume angevin de Sicile construit en 1266, mais aussi ceux du pouvoir catalan établi dans l’île en 1392. Il s’agit toujours d’une aristocratie composite mêlant les conquérants et les ralliés autour d’une base idéologique et politique forte et d’une personnalité royale charismatique. De 1296 à 1350 environ, la Cour sicilienne a réuni tout un monde de marquis immigrés d’Italie lombarde et piémontaise, hommes à poigne, hommes d’autorité et à la vocation ancienne de commandement38. Ce sont des parents de Manfred, les Lanza, et des membres de groupes familiaux plus modestes, Camerana, Incisa, del Carretto, et enfin un membre de la maison de Saluces qui relève le nom de sa mère, une Catalane, Raymond de Peralta et dont la fidélité est ambiguë. Gendre de Frédéric III, il passe en 1338 au service de Pierre IV d’Aragon comme son amiral. S’ajoutent à cette nébuleuse informelle des lignées de bâtards royaux et impériaux, Antiochia, Aragona, et des rejetons de grands lignages aragonais et catalans.

27Ici, la Cour utilise à fond les charges auliques (chancellerie, protonotariat, sénéchalat, charge de comte camérier), comme le titre comtal pour renforcer la noblesse des parents royaux, Maletta, Lancia, Ventimiglia, donner du lustre à une noblesse d’implantation récente, Chiaramonte, Peralta, Doria, et, enfin, pour décorer de nouveaux magnats issus de la pratique de l’administration ou de la justice, comme les Palizzi. Vers 1300, il n'y a en effet en Sicile guère de noblesse ancienne et solidement installée que les Lancia et les Ventimiglia, rappelés d’exil après les Vêpres ; comme le titre comtal, le recrutement des hauts officiers exprime donc la promotion que Frédéric III veut faire des familles dont il a besoin, dans sa lutte contre Naples et le grand arrière français. Jusque vers 1320, il est significatif de la politique royale : implanter des blocs de granit.

28Par prudence peut-être, pour éviter le conflit entre noblesse « latine » et immigrée, les hautes charges se concentrent entre les mains des Latins : ce n'est qu'en 1301 qu'un « Catalan », Blasco Alagona, accède à la charge de maître justicier. La chancellerie et le protonotariat, les fonctions honorifiques de sénéchal et de camérier sont accordées aux Maletta, aux Lancia, puis aux comtes Ventimiglia, d'antique noblesse déjà bien implantée, puis aux Chiaramonte et aux Peralta, familles anciennes et prestigieuses, mais d'insertion récente, et aussi aux Palizzi, d'origine plus modeste, issue du service, mais décorée du titre comtal.

29Seuls les titres d'amiral et de maréchal correspondent à une certaine réalité technique : depuis la trahison de Roger de Lauria, passé au service de Jacques II en 1296, l'amiralat, chargé de l’organisation de la flotte, a été confié aux Doria de Castronovo, branche sicilienne du grand albergo ligure, qui conserve des liens avec Gênes encore efficaces vers 1350. Les commandements militaires sont toujours tenus par des « Catalans » : en 1300, l’Aragonais Blasco Alagona, vicaire général au-delà du Phare de Messine, vice-roi de Calabre, exerce le maréchalat, puis le vice-maréchal Raymond de Vilaragut, en 1337, qui commande la cavalerie. La fonction honorifique de porte-étendard, vexillarius, purement, est confiée en 1344 au comte d'Augusta Guglielmo Raimondo Moncada, lui aussi Catalan et de maison princière.

30Les charges de maître justicier, de protonotaire et de chancelier sont des honneurs, qui impliquent une certaine influence, puisque leurs titulaires disposent du choix de leurs lieutenants, qui sont entourés de bureaux et de fonctionnaires stables, et président des cours judiciaires ad hoc. La Cour a veillé quelquefois à placer des juristes aux fonctions honorifiques de maître justicier (maître Matteo Termini, formé aux Universités) et de chancelier (Vinchiguerra Palizzi, notaire, puis protonotaire) et, plus régulièrement, à celle de protonotaire (Damiano Palizzi, docteur en droit, Perrono Gioeni). Dans l'ensemble, cependant, chefs des offices et notaires sont des juristes messinois, dont la présence manifeste l'avance de la ville du Détroit dans le domaine des études et la forte présence dans les appareils de l'État. Les autres hautes charges ne présentent pas de bureaux : le sénéchalat, tenu d'abord par Corrado Lancia, puis par le juriste Matteo Termini (1293), avant de passer aux Chiaramonte, n'est qu'honorifique ; la charge de grand camérier, liée au titre comtal depuis Manfredi Maletta, est héréditaire dans la maison des Vintimille, comtes de Geraci. Celle de comte palatin, assumée aussi par Manfredi Maletta jusqu'à son passage aux Angevins, est restaurée fugitivement pour Scaloro degli Uberti, d'origine florentine.

31À côté du gouvernement du Palais, des bureaux et des cours de justice, les étrangers dessinent un véritable gouvernement de l’Hôtel : majordomes, portiers, maître des comptes, maréchal, puis vice-maréchal, porte-étendard, médecins, hommes à poigne et serviteurs indispensables, la moitié des vingt-quatre familiers du monarque, Frédéric III et Pierre II, qui nous sont connus sont des « Catalans », au sens large, au sens du parti, de la faction, comprenant les Aragonais. Ils ont établi des liens avec les membres de la famille royale, sur le modèle du criado ibérique, mais ici inversé : Simone Valguarnera (Vallgornera), chef militaire, commandant le corps de cavalerie d’intervention, est le maître d’armes qui a élevé les Infants.

32Le fisc hérite de la tradition normande et frédéricienne la fonction de secreto et maître procurateur. Jusqu'en 1290, elle était donnée à ferme à des groupes de chevaliers urbains, qui avançaient les recettes prévues de l'office du magistratus ; après 1290, la fonction voit l'alternance d'un membre du cercle restreint des gouvernants (Corrado Lancia), d’experts fonctionnaires (notaires et juges messinois), et de véritables techniciens d'origine marchande et immigrée (Azzolino Cazzoli de Messine, l'abbé laïque Manfredi de Pando, Simone Denti, secreto de Palerme en 1349). Les immigrés se taillent ici une place limitée : le Toscan Puccio Jacobi en 1317, le Pisan Manfredi Boccadorzo, secreto, maître procurateur et « caissier » de la cassia de Palerme en 1329. Mais, parmi les agents locaux de l'administration fiscale, on ne rencontre guère de noms étrangers et, probablement aucun immigrant récent.

33Le mouvement populaire, enfin, exerce sur ces monarchies faibles une pression continue, qu’elles savent plus ou moins bien utiliser pour renforcer leur assise. L’existence d’un Popolo dans le Sud italien est une constante politique depuis les mouvements communaux de 1232 et de 1250. De 1250 à 1255, puis en 1282, des forces, mal connues (artisans, juristes, entrepreneurs de céréaliculture) et cristallisées en un « Peuple », ont opéré dans le champ politique à Palerme et à Messine, entraînant bien d’autres villes secondaires. En 1282, la révolution palermitaine des Vêpres se déclare « Commune et Popolo ». La longue guerre issue des Vêpres étouffe d’abord l’expression communaliste, pour la réveiller ensuite quand la collaboration des municipalités se fait plus nécessaire à une monarchie épuisée. Les Aragonais permettent l’émergence d’une commune de syndicat, semblable à celle que met en place la royauté angevine à Naples et en Provence. C’est l’occasion pour le Popolo, dont on ressent la haine viscérale à l’égard de la chevalerie, d’obtenir l'expulsion des chevaliers du gouvernement municipal. En 1321, vingt-six chevaliers, appartenant à dix-huit maisons, sont exclus des conseils de Palerme. Et la commune s’établit sur une base sociale étendue : les 140 élus (au terme de procédures complexes de choix), entre 1311 et 1350, ne sortent pas de moins de 110 familles.

  • 39 E. K. AGUILO, « Ultims rastres de les commocions populars de l'any 1325 », BSAL, 11, 1905-1907, p.  (...)
  • 40 J. VICH SALOM et J. MUNTANER Y BUJOSA, Documenta…, p. 121, n° 110.

34On retrouve ce mouvement populaire dans le royaume de Majorque. Il est cependant plus complexe : la vie politique comprend en effet un milieu absent des villes siciliennes, celui des generosi, les damoiseaux, qui refusent les taxes au nom d’une noblesse dormante. Ce groupe ne se cristallisera qu’au XVe siècle. C’est que la structure sociale est simple dans la Sicile qui sort des Vêpres : d’un côté les possesseurs de la terre, rentiers du sol, presque entièrement découpé en vastes tenures féodales de 350 à 1 250 et 2 500 hectares ; de l’autre, un monde d’entrepreneurs qui prennent en location la terre arable pour de courtes rotations de trois ans et pour des entreprises massives, qui mettent en œuvre quelque quinze ou vingt bœufs de labour. Rien qui ressemble à la complexité majorquine où les forains s’opposent à la Cité et où le jeu politique est toujours à trois bandes. En 1327, une agitation, un Peuple à l’italienne, a soulevé Majorque et Perpignan39. Mais il ne semble pas, à la différence de l’expérience sicilienne, que la monarchie ait favorisé l’institutionnalisation du mouvement : elle devait compter sur des macro-municipes puissants (Majorque, Montpellier et Perpignan, Collioure aussi et Villefranche-de-Conflent en 1318), déjà intégrés à un ordre constitutionnel bien établi et avec lequel elle passait des pactes de stabilité, comme le traité de 1316 entre Majorque et Sanche qui constitue la flotte de surveillance de l’archipel sur une base paritaire40.

L’invention d’une politique économique

  • 41 Alvaro SANTAMARIA, « Demografia de Mallorca. Análisis del morabatín de 1329 », Mayurqa, 20, 1981-19 (...)
  • 42 Majorque adopte ainsi la galère pour les voyages de Flandre, à l’imitation des républiques maritime (...)

35Le contexte géographique et économique explique largement les efforts similaires des monarchies. Les deux ensembles sont peu peuplés : l’archipel des Baléares ne compte que 13 249 feux en 1329, quelque 66 000 habitants41, mais Montpellier est alors, selon les déductions de Josiah Russell, la deuxième ville du royaume de France, avec quelque 40 à 50 000 habitants ; la Sicile insulaire ne compte sans doute guère plus de 400 000 habitants avant 1348, avec une population égale à celle de Montpellier pour la capitale, Palerme. Les revenus fiscaux sont relativement pauvres, 20 000 livres pour les revenus royaux de l’archipel des Baléares (dont à peine 11,3% pour les leudes). On perçoit la commune nécessité de financer un État coûteux et une résistance militaire surdimensionnée, non par les revenus fiscaux ordinaires, mais par l’invention de nouvelles ressources, leuda de Majorque, cassia de 3% en Sicile, et surtout par le développement d’une royalty, la « traite » sur l’exportation des blés. Ces nouvelles ressources permettent d’utiliser à fond la nouveauté technique que représente le fief-rente et de compenser, par l’immigration de combattants soldés ou fieffés en argent, la faiblesse militaire : si la Sicile insulaire dispose en 1336 de 690 fiefs de chevaliers, l’île de Majorque ne peut mobiliser, sur la base du service féodal, que 139 cavaliers en 1332. L’appel à l’ingéniosité42, différent selon les potentialités géographiques, est surtout sensible à Majorque, que l’on peut mettre en parallèle avec Messine, emporium et plate-forme.

36La situation géographique permet une relation commode avec le Maghreb. La doxa économiste décrit le royaume de Majorque comme un assortiment composite de pays différents par la culture et la tradition politique, mais centrés sur la collaboration des deux grandes cités, Montpellier et Majorque, « macromunicipe » qui représente et gouverne l’île entière, comme Barcelone pour la Catalogne. Cette doxa veut que l’objectif, plus ou conscient, de Jacques Ier, lors de l’acte de division entre l’aîné et le cadet, ait été économique et particulièrement de constituer un axe commercial centré sur l’emporium majorquin. Cette vision me paraît anachronique, mais le commerce, et particulièrement avec le Maghreb, a été pour Majorque une nécessité, et l’établissement de liens commerciaux étroits avec le littoral maghrébin est précocement attesté. À l’hiver 1284, sur 37 voyages de navires enregistrés par les Llicencies per a barques, on compte 29 départs pour le littoral africain, dont un peu moins de la moitié, vers le Maghreb ‘abd-al-wâdide et 41% vers le Maghreb hafside ; la place du domaine ‘abd al-wâdide ira ensuite croissant, manifestant une vraie spécialité de Majorque. Les Majorquins ouvrent ainsi des consulats particuliers à Bougie en 1302, à Tunis en 1312 et à Alger en 1313, contre la teneur des pactes passés entre les royaumes à Perpignan en 1279 et à Argelès en 1298.

  • 43 Manuel SÁNCHEZ MARTÍNEZ, « Mallorquines y Genovesos en Almeria durante el primer tercio del siglo X (...)
  • 44 Maria DOLORES LÓPEZ PÉREZ, La Corona de Aragón y el Magreb en el siglo XIV (1331-1410), Barcelone : (...)
  • 45 Ibid., p. 468-471.

37Les marchands majorquins ont été intéressés par deux types de commerce : l’exportation des laines maghrébines, nécessaires à la jeune industrie textile de Majorque, et le « trafic d’Espagne », trafech de Espanya43, prestation de service rendue à l’Andalousie musulmane. Ils achètent les blés maghrébins dans les ports de Tlemcen (plutôt que sur les « plages d’Espagne » marocaines), les transportent et les revendent sur les marchés d’Alméria et de Malaga. Ce négoce intra-musulman traduit la faiblesse de la flotte marchande des pays du Détroit et s’apparente au commerce intra-byzantin des Vénitiens et des Génois en Orient, comme au transport bien connu des pèlerins de la Mecque sur les navires italiens. Quand la conjoncture belliqueuse se termine, après l’interdiction renouvelée en 1339 par Abû’l-Hasan ‘Alî, les Mérinides accorderont de nouveau à Majorque, en 1350, la licence d’exportation des blés44. Et, dès 1341, le commerce des sujets de Jacques III a repris dans le Maghreb central : une « ligue » de marchands majorquins s’est constituée à Hunayn, Mazagran et Mostaganem, pour organiser l’exportation et le transport des laines45.

  • 46 En 1308, l’ambassadeur Bernat de Sarrià empoche 30 000 doubles et 8 000 doublons, mais Frédéric III (...)

38La Sicile a fait alors le choix de l’exportation des grains, dont l’Ifrîqiyya a un besoin presque constant, mais, à la différence des Majorquins, les marchands siciliens n’ont pas su conserver la position économique que leur valait le grain et qui expliquait l’existence à Tunis d’un fondouk des Siciliens. La Sicile y envoyait en 1298-1299 quelques 19 000 hectolitres (6 800 salmes) et 20 000 (7 700 salmes) en 1307-1309. Peut-être la conjoncture climatique a-t-elle gêné l’exportation sicilienne, en maintenant durablement à un niveau suffisant la production de froment et d’orge de l’Ifrîqiyya. Peut-être aussi le long conflit qui oppose la Sicile au régime hafside pour la possession de Djerba, occupée en 1284 au nom de vieux droits hérités des Normands et tenue jusqu’en 1337, a-t-il tétanisé les rapports avec l’Ifrîqiyya46. Les registres de notaires de la première moitié du XIVe siècle ignorent presque les relations directes avec Tunis et Tripoli, à l’exception de quelques marchands juifs djerbiens.

  • 47 Pedro A. SANCHO VICENS, « Cuatro documentos sobre pirateria », BSAL, 31, 1953-1960, p. 310-313, p.  (...)
  • 48 G. ENSENYAT PUJOL, « La guerra de cors entre Jaume III i Pere IV : un episod desconegut de la reint (...)

39La course est une solution facile aux difficultés économiques, intimement mêlée à la grande guerre navale dont elle entraîne et fournit les équipages et les capitaines, et elle n’a pas de sens économique en l’ensemble d’un arrière-fond de relations commerciales sur laquelle elle se greffe. La situation belliqueuse constante et complexe permet, de Sicile comme des Baléares, des actions irrégulières dans une atmosphère de clandestinité47. Cette « petite guerre », Kleinkrieg, compense les effets négatifs de l’embargo et du blocus et permet le ravitaillement des cités en saisissant les cargaisons de blé ; c’est le cas en particulier en 1342 quand les corsaires majorquins pillent les navires catalans entre Sardaigne et Catalogne48.

  • 49 Ramón ROSSELLÓ VAQUER, Aportació a la història medieval de Menorca. Segle XIV (reis de Mallorques i (...)

40Dans l’espace maritime des Baléares, entre Afrique du nord et Sardaigne, la course majorquine joue un rôle secondaire par rapport à celui des Génois, mais constant. Des navires de course, galères, lignes ou barques rapides (de huit, de quatorze, de seize rames), sont armés dans les îles, principalement à Minorque, loin de la surveillance du lieutenant royal et bien placée au centre du bassin occidental de la Méditerranée. Même le lieutenant royal de Minorque, Dalmau de Totzó, opère en 1330 à grande échelle. Des pirates de Collioure viennent s’équiper à Port-Mahon, à l’abri des mandements royaux49. D’autres corsaires partent du port de Majorque, comme Pere de Tornamira en 1337. Le pillage tout azimut, qui ne respecte plus la distinction entre ennemis et amis royaux, entraîne des représailles de Pise et de la France et le roi de Majorque doit éteindre les « marques » dangereuses des Pisans et des Français par l’institution de fonds de remboursement (lous), prélèvements sur les douanes majorquines reversés aux victimes.

  • 50 Juan Manuel DEL ESTAL, « Los reyes Jaime II y Sancho de Mallorca en el itinerario de Jaime II de Ar (...)
  • 51 Aussitôt publié par le crieur public de Majorque ; J. VICH et J. MUNTANER, Documenta…, p. 143-144, (...)
  • 52 M. SANCHEZ MARTINEZ, « El control del corso valenciano (1334) en el marco de la paz entre la Corona (...)

41Les îles sont aussi un centre efficace de recel et d’écoulement du butin, élément essentiel pour assurer la rentabilité de la course. En 1312, Frédéric III de Sicile proteste avec vigueur : des sujets musulmans de son royaume (originaires de Pantelleria) ont été vendus comme esclaves à Majorque par des corsaires valenciens50. On voit ici se dessiner le binôme port d’armement-port de recel qui seul permet le succès. En 1329, dans le texte de la paix signée avec le souverain de Tunis, un paragraphe crucial prévoit l’absence de recel à Majorque pour les captifs ou les marchandises51. Mais, en 1333-1334, on note que les corsaires valenciens ne ramènent à Valence aucun butin de leurs expéditions sur le littoral de Grenade et l’hypothèse vient d’un écoulement discret à Majorque52.

  • 53 R. ROSSELLO VAQUER, Aportació…, p. 60 et 32 ; la première notice est intitulée causa per pressumpta (...)

42La Sicile joue aussi le rôle de base de course et ses ports accueillent également pirates et butin. Ainsi de Llorens Bertran, qui arme à Majorque un lleny contre les « ennemis du roi et de la Sainte Croix », enlève les marchandises d’un marchand de Collioure au large de la Sardaigne et va écouler ses prises à Pantelleria, puis à Marsala. Pour l’essentiel, les opérations sont menées par des Catalans, comme Bernat de Sarrià en 1320, lui aussi hommes de fidélités multiples, vassal de Frédéric III et conseiller du roi d’Aragon53.

43Le volontarisme économique est enfin un élément original et largement commun. La relative pauvreté fiscale des deux pays une commune aspiration volontariste à développer une manufacture sur les modèles septentrionaux, flamands, lombards et maintenant toscans et à réveiller un vieux dessein démiurgique explique, lié à la reconquête : la volonté de remodeler le royaume par une politique de construction de nouveaux habitats et d’immigration. Les comtés pyrénéens peuvent servir de modèle au moins pour le développement industriel.

  • 54 Antoni RIERA MELIS, La Corona de Aragón y el reino de Mallorca en el primer cuarto del siglo XIV, 1 (...)

44Majorque a parfaitement réussi son projet industriel et commercial : pour le pouvoir royal, le commerce représentait un secteur fiscal encore peu imposé et élastique. Développer le trafic, en particulier avec l’Afrique, était indispensable pour l’ensemble de la ville de Majorque, noblesse urbaine, milieux de marchands et d’armateurs, marins et artisans liés à la mer et offrait à la monarchie une chance de développer des recettes fiscales nouvelles, les leudes, instituées en 1302 et qui suscitent de vives oppositions, à Barcelone comme à Montpellier54. Alors que l’archipel n’est guère équipé en matières premières, même pour l’indispensable construction navale, et qu’il lui faut acheter le bois, la poix, l’étoupe, le chanvre pour les cordes et même le suif pour espalmer en Catalogne et à Valence, les îles disposent d’une flotte commerciale nombreuse et efficace.

  • 55 A. RIERA MELIS, « Mallorca, 1298-1311, un ejemplo de planificación en la epoca de plena expansión » (...)
  • 56 Enrique FAJARNES, « Sobre invenciones industriales antiguas en Mallorca », BSAL, 6, 1895, p. 46, 81 (...)
  • 57 Machine à carder d’un artisan florentin installé à Majorque en 1362 ; F. SEVILLANO COLOM, « Artesan (...)
  • 58 José MIR, « Industrias armeras mallorquinas (siglo XIV) », BSAL, 3, 1889-1890, p. 92-94.

45La monarchie a su prendre la direction de la mutation économique, en favorisant l’introduction de l’industrie lainière et en organisant la mise en valeur agricole des îles : un plan d’urbanisme rural a été lancé en 1300 aux larges mailles. Onze habitats ruraux ont été fondés à Majorque, trois à Minorque. Parallèlement, une manufacture lainière de qualité a été lancée par un maître perpignanais, Bindó, en 1302 ; une monnaie d’or a été frappée dès 1310, trente-six ans avant l’Aragon. Le développement du textile se fonde enfin sur les privilèges ou « chapitres » accordés par Sanche en 1320 à Bernat Bertrandi55. Cette réussite laissera des traces durables : dès le XIVe siècle, Majorque est au premier rang, de concert avec Venise, dans la mise au point et l’application de brevets industriels56, mais, s’il les finance, le Conseil tient aussi à l’enseignement le plus large des techniques nouvelles, « per ço que. l dit obratge puscha crexer et multiplicar, per lo qual creximent se.n seguirà a tota la cosa publicha gran profit »57. Cet appel à l’ingéniosité débouche sur une industrie des armes, arbalètes et épées58.

  • 59 Synthèse de la conjoncture dans P. CATEURA BENNASSER, El regne esvaït…, de 1327 à octobre 1328, le (...)
  • 60 Ibid., p. 93, 99.
  • 61 P. CATEURA BENNÀSSER, La trentena esgarrifadora : Guerra i fiscalitat (el regne de Mallorca, 1330-1 (...)
  • 62 Ibid., p. 112-114.

46Mais la conjoncture commerciale et fiscale, après de premiers succès, semble se faire maussade. Le roi Sanche a dû établir de nouvelles impositions, la participation à la conquête de la Sardaigne n’a pas coûté moins de 500 000 sous et la monnaie majorquine, le real, a subi une formidable dévaluation en 1327-1328, par rapport au croat, le gros barcelonais59. Une mauvaise récolte, universelle, a fait de 1333 la « première mauvaise année », el mal any primer, à Majorque aussi, où la population a pillé et brûlé l’hôtel de la maison florentine des Bardi60. Le mécontentement est accru par la guerre contre les Génois. En 1331, la ville de Majorque est endettée d’1,2 millions de sous ; elle a perdu 4 millions dans la guerre contre Gênes, 2 millions dans le trafic des Flandres et un million dans la faillite des banques61. La guerre a sans doute réduit massivement les commerces vers l’Afrique du Nord. Pierre IV dira en 1344 que de 180 nefs à l’époque de Sanche, les exactions fiscales ont fait tomber la flotte marchande majorquine à trente unités. En 1342, en dépit de la paix, et à quelques mois de la fin du royaume, la tension fiscale est à son maximum. En août une ambassade majorquine (deux dominicains et deux franciscains) vient à Perpignan rappeler au roi sa promesse de supprimer la collecte exigée pour la construction des galères de 1337-1338 ; en septembre, c’est une ambassade de Montpellier qui vient protester contre les fouages et, en décembre, une révolte antifiscale secoue Perpignan et contraint Jacques III à retirer de nouvelles taxes62.

47En Sicile, en continuité avec l’époque frédéricienne et avec la politique angevine, le choix politique et économique a été celui de la massaria et de l’exportation des grains : l’île exportait 55 000 hectolitres en 1277 ; elle passe à 137 500 hectolitres enregistrés en 1307-1309, plus de 10% de la production, pour atteindre 352 000 hectolitres en 1407-1408, environ 30% de la production. Ce choix s’accompagne d’une nouvelle assiette de la population et du travail agricole, abandon des casaux, regroupement spontané de la population dans les « terres » fortifiées, équivalent des castra provençaux ou languedociens. Ce choix fondamental n’implique pas l’abandon complet de toute politique volontariste dans le champ de la manufacture : la dynastie aragonaise de Sicile partage avec les Angevins de Naples la conscience de la faiblesse industrielle et du coût élevé des achats de « draps colorés ». En 1278 déjà, Charles Ier avait décidé l’importation de béliers mérinos, pour développer un élevage adapté aux besoins d’une manufacture encore virtuelle. En 1320, les Humiliés de Lombardie ont négocié l’implantation de leur draperie avec la municipalité de Palerme, et, de nouveau, en 1322, le Génois Alafranchino Gallo reçoit en prêt de grosses sommes pour établir à Palerme, avec l’appui royal, un atelier intégré de draps de qualité, sans plus de succès.

  • 63 I Libri jurium della Repubblica di Genova, ed. Maria Bibolini, 1/6, Rome, 2000, p. 26-27.
  • 64 M. SANCHEZ MARTINEZ, « Mallorquines y Genovesos … », art. cit., p. 103-162, p. 110. Gregorio sera d (...)
  • 65 Charles-Emmanuel DUFOURCQ, « Aspects internationaux de Majorque durant les derniers siècles du Moye (...)
  • 66 P. CATEURA BENNASSER, El regne esvaï…, p. 53.
  • 67 R. ROSSELLO VAQUER, Aportació…, p. 26.
  • 68 Miguel BONET, « Defensa de Mallorca contra Pedro IV de Aragón (1343) », BSAL, 6, 1895-1896, p. 116- (...)
  • 69 J. VILLANUEVA, Viage litterari…, 21-22, p. 273.
  • 70 L. TUDELA VILLALONGA, Cataluña…, p. 806.

48Les relations avec Gênes offrent enfin des éléments suggestifs. Le royaume de Majorque a une relation ancienne avec la république maritime : dès 1233, Jacques Ier a accordé des privilèges étendus aux Génois, pour les attirer dans l’archipel63, et un certain nombre de familles marchandes de l’île sont d’origine génoise. Ainsi les Sallembe (Salimbene), qui animent le commerce maghrébin : Nicola, marchand à Grenade depuis 1321, son frère à Malaga, et Gregorio, ambassadeur à Tunis, en 1310 et en 131364. Pour les Génois, Majorque est une étape sur les routes du Maghreb, de Ceuta et de l’Atlantique65. Mais le conflit qui oppose depuis octobre 1330 Génois et Catalans dans les mers de Sicile, de Sardaigne et dans le Détroit, entraîne les Majorquins, liés à l’Aragon par les accords de Perpignan. Un sentiment anti-génois voit même le jour dans l’île, combattu par l’administration monarchique : en 1333, Bertran Socarrats est exilé, pour avoir dit que « cette cité ne pouvait être bien gouvernée tant que seraient jurats des fils de Génois, ennemis de la nation et de la cité »66. Quand, en 1336, une trêve est conclue entre Barcelone et Gênes, puis la paix, que suit une convention entre Majorque et la ville ligure, seuls les Génois gibelins, liés au roi de Sicile, respectent l’accord, tandis que les Guelfes, basés à Monaco, continuent les opérations de course et se mettent au service du Mérinide Abû’l-Hasan ‘Alî67. Le rapprochement avec le souverain mérinide a l’avantage, pour Jacques III, de faciliter une ouverture aux Guelfes et de permettre de les recruter à son service, dans une perspective de renversement complet des alliances, contre l’Aragon, leur ennemi commun. Les Génois guelfes de Monaco et de Provence arment alors des flottes et fournissent des mercenaires pour le roi de Majorque, non sans exprimer quelques ambitions excessives, qui auraient fait de lui un « roi des Génois » en cas de victoire68. En effet, selon l’espion de Pierre IV à Avignon, Jacques III, peu avant de partir pour l’expédition qui se conclut à Lluchmajor, a promis aux Génois Port-Mahon à Minorque et le val de Sóller à Majorque69. Il avait l’intention de repeupler Majorque de Ligures70.

49La Sicile offre, on l’a vu, un panorama plus classique. Après le changement de camp de Roger de Lauria, la « Trinacrie » reprend la tradition frédéricienne de confier l’amirauté à un Génois reprise par Frédéric III, mais les Génois ne représentent qu’une faible part du milieu marchand. Et ce n’est qu’après 1348 que les Gibelins de Gênes entrent dans un gouvernement sicilien, mais c’est celui d’un parti, celui des Chiaramonte à Palerme. Doria et Spinola tiennent alors le riche archevêché de Monreale et les principaux offices administratifs.

  • 71 L’usage par les immigrants d’un mélange de dialecte italien et de catalan est attesté par G. LLOMPA (...)
  • 72 G. LLOMPART, « La presunta conspiración mallorquina de Miquel Rul.lán contra Pedro IV de Aragón (13 (...)
  • 73 Jean-Marie VIDAL, « Un ascète de sang royal, l’infant Philippe de Majorque », Revue des questions h (...)

50La place manque pour étudier d’autres points de convergence et d’autres contrastes. Je les citerai rapidement trois des premiers : le problème linguistique se pose alors tant pour le sicilien, placé sous forte influence toscane, que dans l’archipel baléare, où l’usage de langues multiples, provençal, génois, toscan, lombard71, permet des choix politiques, ainsi le provençal parlé en 1343 par Miquel Rul.lan par défi, contre le catalan des envahisseurs72. La Cour sicilienne est aussi un lieu où les Catalans, et Frédéric III en particulier, cultivent la poésie provençale. La vie religieuse unit fortement les Cours de Perpignan, de Naples et de Palerme (et plus souvent alors de Catane) sur une commune dévotion franciscaine, teintée de millénarisme, protectrice des béguins et dévouée aux vrais pauvres, comme l’avait analysé, de façon prophétique, J.-M. Vidal73. L’étude comparée des féodalités et de leur rapport avec la Couronne, en particulier pour le fief-rente et la féodalité « bâtarde », devrait s’imposer, mais il impose de se débarrasser du vocabulaire illusoire d’un « féodalisme » aux contours incertains.

51La recherche sur ces points compléterait le présent essai : comme j’ai tâché de la faire, elle montrerait le rôle de laboratoire de ces royaumes faibles, insulaires et souvent isolés, ateliers de techniques fiscales et de remodelage des terroirs et des habitats, creusets d’aristocraties transnationales et de noblesses de service à la recherche de patronages, mais aussi d’une fidélité émouvante.

Haut de page

Notes

1 Yûsuf RAGHIB, Henri BRESC, « Le sultan mérinide Abû l-Hasan ‘Alî et Jacques III de Majorque : du traité de paix au pacte secret », Cahiers des annales islamologiques, 32, Le Caire : Institut français d’archéologie orientale, 2011.

2 Abréviations : BSAL : Bolletin de la Sociedad Arqueologica Luliana

3 Des partages avaient été prévus et préparés en 1232, en 1242 et en 1243, en 1248, en 1251 et en 1262.

4 Estanislao de Kostka AGUILÓ, « Cartes autógrafes de Jaume III al arxiu de la Corona de Aragó », BSAL, 11, 1905-1907, p. 45-49, p. 47.

5 Ce dernier est lié aux Vilaragut et à Bérenger de So, qu’il fait libérer en 1344.

6 Jesús LALINDE ABADIA, « El desarollo político e institucional del reino privativo de Mallorca-islas adyacientes (1230-1349) », XIIIe Congrés de Història de la Corona d’Aragó (Palma de Mallorca, septembre 1997), Ponències, 1990, p. 63-88, p. 73.

7 Jocelyn N. HILLGARTH, The Spanish Kingdoms, 1250-1516, I, 1250-1410. Precarious Balance, Oxford : Oxford University Press, 1976, p. 365.

8 Heinrich FINKE, Acta Aragonensia, Quellen zur deutschen, italienischen,spanis. zur Kirchen und Kulturgeschichte aus der diplomatischen Korrespondenz Jaymes II (1291-1327), Berlin-Leipzig : 1922, vol. 3, p. 715-717, n° 448.

9 Que lui contestent les historiens siciliens, qui l’appellent « Frédéric II Aragonais », et pour qui, Barberousse n’ayant jamais été roi de Sicile, l’empereur Frédéric II ne peut être en Italie du Sud que Frédéric Ier.

10 H. BRESC, « Un comté pour les pauvres (Modica, 1337) », in : Jean-Claude HOCQUET, Charles de LA RONCIÈRE, André VAUCHEZ (études réunies par), Horizons marins, Itinéraires spirituels, Ve-VIIIe siècles (Mélanges Michel Mollat du Jourdin), Paris : Publications de la Sorbonne, 1987, vol. 1 (Mentalités et sociétés), p. 267-276.

11 David ABULAFIA, A Mediterranean Emporium : the Catalan Kingdom of Majorca, Cambridge : Cambridge University Press, 1994, p. 210.

12 Dom Claude DEVIC et Dom Joseph VAISSETTE, Histoire générale du Languedoc, Toulouse : éditions Privat, 9, 1885, p. 277.

13 Ramon MUNTANER, Crònica (a cura de Marina Gustà, pròleg de Joan Fuster), Barcelone : Edicions 62 (col.lecció Les millors obres de la literatura catalana), 1979, vol. 2, p. 105, § 230 ; p. 146-149, § 257-260.

14 Gabriel ENSENYAT PUJOL, La reintegració de la Corona de Mallorca a la Corona d’Aragó (1343-1349), Palma : Editorial Moll, 1997, 1, p. 106-111.

15 Luis TUDELA VILALONGA, Cataluña, reino de Mallorca y Genova (1336-1349) : relaciones economicas y politicas, doctorat préparé sous la direction d’Antoni Riera Melis (Barcelone, 1998), p. 153.

16 Ibid., p. 496.

17 Ibid., p. 841.

18 En 1304, le Mérinide Abû Ya‘qûb demandait l’aide de l’Aragon pour conquérir Ceuta ; Charles-Emmanuel DUFOURCQ, L'Espagne catalane et le Maghrib aux XIIIe et XIVe siècles, de la bataille de Las Navas de Tolosa (1212) à l'avènement du sultan mérinide Abou-l-Hasan (1331), Paris : Presses universitaires de France, 1966, p. 380. Et, en 1332, les Génois fournissaient une aide navale aux Nasrides de Grenade, pour prendre Gibraltar contre 20 000 doubles ; Manuel SANCHEZ MARTINEZ, « Mallorquines y Genovesos en Almeria durante el primer tercio del siglo XIV : el proceso contra Jaume Manfre (1334) », Miscel.lània de Textos Medievales, vol. 4 (La frontera terrestre i marítima amb l'Islam), Barcelone : CSIC, 1988, p. 103-162, p. 114.

19 Analyse de Richard-Albert LECOY DE LA MARCHE, Les relations politiques de la France avec le royaume de Majorque (îles Baléares, Roussillon, Montpellier, etc.), Paris : E. Leroux, 1892, p. 94-108 et publication de Manuel de BOFARULL Y DE SANTORIO, Processo contra el rey de Mallorca D. Jaime III, Barcelone : Imprenta del Archivo, 1866 (CODOIN, vol. 29) ; complétée par Carl WILLEMSEN, « El procès de Pere IV d’Aragó contra Jaume II de Mallorca », BSAL, 23, 1930, p. 225-232, 303-306, 317-323.

20 C. WILLEMSEN, « El procès … », art. cit., p. 230 ; probablement l’occupation durable de forteresses dans les îles Baléares.

21 G. ENSENYAT PUJOL, La reintegració…, 1, p. 105.

22 Pere Bossa, d’origine génoise, marchand et banquier, avait géré la banque publique (taula reial de canvis) de Majorque en 1329. Consul de mer avant 1333, il était jurat de Majorque en 1333 ; Pau CATEURA BENNÀSSER, El regne esvaït : desenvolupament econòmic, subordinació politica, expansió fiscal (Mallorca, 1300-1335), Palma : El Tall Editorial (colección El Tall del Temps, n° 30), 1998, p. 53.

23 Juan VICH Y SALOM et Juan MUNTANER Y BUJOSA, Documenta regni Majoricarum (Miscelanea), Palma, 1945, p. 201, n° 212.

24 G. ENSENYAT PUJOL, La reintegració ..., 2, p. 259-261, documents n° 285, 286, 287.

25 Gabriel LLOMPART, « Nuevas cartas de los gobernadors Arnau d’Erill y Felip de Boyl a Pedro IV el Cerimonioso », BSAL, 47, 1991, p. 89-109, p. 108-109.

26 G. ENSENYAT PUJOL, La reintegració…, 2, p. 323, document n° 358.

27 Giuseppe COSENTINO (a cura de), Codice diplomatico di Federico III [sic, pour IV] Aragonese, re di Sicilia (1355-1377), Palerme, 1885, p. 414, n° 589 ; Frédéric le Simple est alors sous le contrôle du comte Francesco Ventimiglia, à Cefalù.

28 Ainsi Bobaire, « seigneur de Mahdiyya » et neveu du roi de Tunis, qui propose sa conversion au christianisme en mai 1325 ; H. FINKE, Acta Aragonensia…, 2, p. 757, n° 471.

29 Il fait partie de l’ambassade de Pierre IV à Avignon en 1345, ce qui est la preuve de la confiance royale.

30 Je signale un très bon Master 2 de Roger FIGUERES, Les rois de Majorque. Résidence et déplacements, sous la direction de Daniel LE BLÉVEC, Université Paul Valéry-Montpellier III, 2006.

31 Cl. DEVIC et J. VAISSETTE, Histoire générale…, 9, p. 489.

32 Ibid., p. 437.

33 Dans la Cronica del rey Pedro IV, in : Amédée PAGÈS (éd.), Chronique catalane de Pierre IV d'Aragon III de Catalogne dit le Cérémonieux ou del Punyalet, Toulouse : Edouard Privat (Bibliothèque méridionale, 2e série, tome 31)-Paris : Henri Didier, 1941-1942, p. 110.

34 Carme PONS LLABRES, « En torno a los privilegios de los caballeros de Mallorca (1230-1349) », XIIIe Congrés d’història de la Corona d’Aragó (La Corona d’Aragó i l’Atlàntic), Comunicacions (1987), vol. 2, Palma, 1990, p. 47-59, p. 57.

35 G. LLOMPART, « Nuevas cartas … », art. cit., p. 94.

36 Jaime VILLANUEVA, Viage litterario a las iglesias de España, Madrid : Imprenta de la Real Academia de la Historia, 1851-1852, t. 21-22, p. 273.

37 G. LLOMPART, « Rei de Mallorches, mal regnats ... Una enquesta segreta feta pel governador Arnau d'Erill en 1344 », Randa, 29 (Estudis sobre la Mallorca medieval, segles XIII-XVI), 1991, p. 51-62.

38 H. BRESC, « Le gouvernement de l'étranger : aristocrates et marchands “experts” à la cour de Palerme au XIVsiècle », in : H. BRESC, Fabien d'ALMEIDA, Jean-Michel SALLMANN (dir.), La Circulation des élites européennes. Entre histoire des idées et histoire sociale, colloque international (Paris X-Nanterre, 20-22 mai 1999), Paris : Seli Arslan, 2002, p. 80-98.

39 E. K. AGUILO, « Ultims rastres de les commocions populars de l'any 1325 », BSAL, 11, 1905-1907, p. 62-72, p. 62-64.

40 J. VICH SALOM et J. MUNTANER Y BUJOSA, Documenta…, p. 121, n° 110.

41 Alvaro SANTAMARIA, « Demografia de Mallorca. Análisis del morabatín de 1329 », Mayurqa, 20, 1981-1984, p. 155-222.

42 Majorque adopte ainsi la galère pour les voyages de Flandre, à l’imitation des républiques maritimes italiennes et à l’invitation de Dalmau de Banyuls ; Francisco SEVILLANO COLOM, « De Venecia à Flandes », BSAL, 23, 1974, p. 1-33, p. 19.

43 Manuel SÁNCHEZ MARTÍNEZ, « Mallorquines y Genovesos en Almeria durante el primer tercio del siglo XIV : el proceso contra Jaume Manfre (1334) », Miscel.lània de Textos Medievales, vol. 4, La frontera terrestre i marítima amb l’Islam, Barcelone : CSIC, 1988, p. 103-162, p. 129.

44 Maria DOLORES LÓPEZ PÉREZ, La Corona de Aragón y el Magreb en el siglo XIV (1331-1410), Barcelone : CSIC- Institución Milá y Fontanals, 1995, p. 547.

45 Ibid., p. 468-471.

46 En 1308, l’ambassadeur Bernat de Sarrià empoche 30 000 doubles et 8 000 doublons, mais Frédéric III ne ratifie pas la paix.

47 Pedro A. SANCHO VICENS, « Cuatro documentos sobre pirateria », BSAL, 31, 1953-1960, p. 310-313, p. 311 : la barque de Thoma a été armée en 1337 à Majorque, de façon occulte et opère sans licence royale.

48 G. ENSENYAT PUJOL, « La guerra de cors entre Jaume III i Pere IV : un episod desconegut de la reintegració de Mallorca a la Corona d’Aragó (1342-1349) », Estudis balearics, 36, 1990, p. 41-50.

49 Ramón ROSSELLÓ VAQUER, Aportació a la història medieval de Menorca. Segle XIV (reis de Mallorques i Pere el Cerimonios), Mahon : Consell Insular de Menorca, 1985, en particulier p. 22, 24, 25, 60.

50 Juan Manuel DEL ESTAL, « Los reyes Jaime II y Sancho de Mallorca en el itinerario de Jaime II de Aragón (1309-1312) », XIIIe Congrés d’història de la Corona d’Aragó…, op. cit., 1990, p. 187-199, p. 198.

51 Aussitôt publié par le crieur public de Majorque ; J. VICH et J. MUNTANER, Documenta…, p. 143-144, n° 129.

52 M. SANCHEZ MARTINEZ, « El control del corso valenciano (1334) en el marco de la paz entre la Corona de Aragón y los sultanatos de Granada y Fez », Homenaje al Prof. J. Bosch Vilá, Grenade : Universidad de Granada-Departamento de Estudios Semíticos, 1991, p. 349-365.

53 R. ROSSELLO VAQUER, Aportació…, p. 60 et 32 ; la première notice est intitulée causa per pressumpta pirateria, mais la chose ne fait pas de doute.

54 Antoni RIERA MELIS, La Corona de Aragón y el reino de Mallorca en el primer cuarto del siglo XIV, 1, Las repercussiones arancelarias de la autonomía balear (1298-1311), Madrid-Barcelone : CSIC-Anuario de Estudios Medievales, 14, 1986, p. 181 ; Gui ROMESTAN, « Les marchands de Montpellier et la leude de Majorque pendant la première moitié du XIVe siècle », Majorque, Languedoc et Roussillon de l’Antiquité à nos jours, Actes du 53e Congrès de la Fédération historique du Languedoc et du Roussillon de Palma de Majorque (16-17 mai 1980), Montpellier, 1982, p. 53-60.

55 A. RIERA MELIS, « Mallorca, 1298-1311, un ejemplo de planificación en la epoca de plena expansión », Estudios históricos y documentos de los archivos de protocolos, Barcelone : Colegi Notarial de Catalunya, 5, 1977, p. 199-243.

56 Enrique FAJARNES, « Sobre invenciones industriales antiguas en Mallorca », BSAL, 6, 1895, p. 46, 81, 100, 114-116, 133-135, 173-174, 191-192, 221-223, 257-259, 326-328.

57 Machine à carder d’un artisan florentin installé à Majorque en 1362 ; F. SEVILLANO COLOM, « Artesanía textil », BSAL, 33, 1962, p. 157-178, p. 160.

58 José MIR, « Industrias armeras mallorquinas (siglo XIV) », BSAL, 3, 1889-1890, p. 92-94.

59 Synthèse de la conjoncture dans P. CATEURA BENNASSER, El regne esvaït…, de 1327 à octobre 1328, le sou majorquin a perdu près de 60% de sa valeur ; il fallait 25 sous pour acheter un croat, on passe à 60 sous.

60 Ibid., p. 93, 99.

61 P. CATEURA BENNÀSSER, La trentena esgarrifadora : Guerra i fiscalitat (el regne de Mallorca, 1330-1357), Palma : El Tall, 2000, p. 20.

62 Ibid., p. 112-114.

63 I Libri jurium della Repubblica di Genova, ed. Maria Bibolini, 1/6, Rome, 2000, p. 26-27.

64 M. SANCHEZ MARTINEZ, « Mallorquines y Genovesos … », art. cit., p. 103-162, p. 110. Gregorio sera décapité en 1345, pour sa fidélité active à Jacques III.

65 Charles-Emmanuel DUFOURCQ, « Aspects internationaux de Majorque durant les derniers siècles du Moyen Âge », Mayurqa, 11, 1974, p. 5-52.

66 P. CATEURA BENNASSER, El regne esvaï…, p. 53.

67 R. ROSSELLO VAQUER, Aportació…, p. 26.

68 Miguel BONET, « Defensa de Mallorca contra Pedro IV de Aragón (1343) », BSAL, 6, 1895-1896, p. 116-117, 121-122, 143-145, 168-171, 182-184, 197-198, 216-217, 235-236, 262-264, p. 122 ; en 1343, les Génois qui capturent une coque majorquine déclarent aux marins prisonniers : « Vous traîtres de Majorque, il serait raisonnable que tous tant que vous êtes, on vous noie, comme traîtres que vous êtes, qui avez retiré la terre au roi de Majorque et donnée au roi d’Aragon. Et encore ce sera nous qui aiderons le roi de Majorque et qui la retirerons au roi d’Aragon et puis nous jetterons dehors tous les Catalans que vous êtes et nous peuplerons la terre de nous autres Génois… ».

69 J. VILLANUEVA, Viage litterari…, 21-22, p. 273.

70 L. TUDELA VILLALONGA, Cataluña…, p. 806.

71 L’usage par les immigrants d’un mélange de dialecte italien et de catalan est attesté par G. LLOMPART, « Rei de Mallorches, mal regnats ... Una enquesta segreta en 1344 …», art. cit., 1991, p. 51-62, p. 59.

72 G. LLOMPART, « La presunta conspiración mallorquina de Miquel Rul.lán contra Pedro IV de Aragón (1343) », BSAL, 42, 1986, p. 79-110.

73 Jean-Marie VIDAL, « Un ascète de sang royal, l’infant Philippe de Majorque », Revue des questions historiques, 88, n. s., XLIV, 1910, p. 361-403.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Henri Bresc, « Majorque et Trinacrie, deux branches de la dynastie d’Aragon, royautés composites et mondes des contacts », e-Spania [En ligne], 28 | octobre 2017, mis en ligne le 01 octobre 2017, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://e-spania.revues.org/27035 ; DOI : 10.4000/e-spania.27035

Haut de page

Auteur

Henri Bresc

Professeur émérite d’histoire médiévale de l’université de Nanterre-Paris X.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org