Navigation – Plan du site
Le Roussillon et les Baléares, une relation ancienne tri-millénaire
Des contacts politiques

Le testament de Nunó Sanç, seigneur de Roussillon et de Cerdagne (17 décembre 1241)

El testamento de Nunó Sanç (17 deciembre 1241)
The will of Nunó Sanç (December 17, 1241)
Rodrigue Treton et Robert Vinas

Résumés

Le personnage de Nunó Sanç ne pouvait être absent d’une revue d’histoire consacrée aux liens qui ont uni le Roussillon et Majorque. Les auteurs de cet article ont choisi de publier intégralement, en latin et dans une traduction française abondamment annotée, le testament du seigneur du Roussillon, dont ils ont également reconstitué la généalogie. Ce texte dans lequel Nunó se met en règle, à la veille de sa mort, avec Dieu et avec les hommes, confirmera l’importance d’un personnage qui s’inscrit délibérément dans une perspective méditérranéenne.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous adoptons ici l’orthographe catalane plutôt que son équivalent castillan : Nuño Sanchez.
  • 2 Même s’il usurpe à titre revendicatif le titre de comte de Roussillon et de Cerdagne dans quelques (...)

1Prince issu d’une branche cadette de la maison des rois d’Aragon et comtes de Barcelone, Nunó Sanç1, seigneur2 des comtés catalans de Roussillon, Vallespir, Conflent et Cerdagne, de février 1212 à sa mort, survenue entre le 17 décembre 1241 et le 20 janvier 1242, demeure une figure relativement méconnue de l’historiographie méridionale.

  • 3 L’archiviste roussillonnais Bernard Alart en avait donné une analyse substantielle dans la seconde (...)
  • 4 Archives départementales des Pyrénées-Orientales (désormais indiquées ADPO), 1B9.

2Afin de pallier en partie cette lacune, nous avons souhaité publier ici son testament, document d’un grand intérêt pour l’histoire des pays méditerranéens dans la première moitié du XIIIe siècle, qui, à notre connaissance, est resté inédit jusqu’à ce jour3. Si l’acte original semble avoir disparu, les Archives départementales des Pyrénées-Orientales en conservent heureusement une copie vidimée, établie le 7 août 1242, à la demande de l’abbé de Saint-Michel de Cuxà, par le notaire de Codalet en Conflent, à partir d’une autre copie vidimée, en date du 13 juillet 1242, elle-même instrumentée d’après l’original, sous l’autorité du notaire de l’évêque d’Elne Bernat des Valls4.

3Bien conservé, l’acte se présente sous la forme d’une grande pièce de parchemin d’une largeur comprise entre 355 et 365 mm, et d’une hauteur comprise entre 550 et 570 mm. Il est soigneusement écrit, pour ne pas dire calligraphié, à l’encre noire et en caractères gothiques minuscules, comme la plupart des chartes de cette période.

4Nous avons pris le parti de présenter ici une traduction libre du testament, appareillée de notes bibliographiques et prosopographiques, destinées à faciliter la compréhension de ses différentes clauses. Nous proposons à sa suite un commentaire succinct, où sont formulées quelques remarques, relatives à son contenu. Enfin, la transcription intégrale du testament est donnée comme pièce justificative, au terme de cet article.

5Mais il convient, pour commencer, d’évoquer le parcours de ce prince hispanique au destin résolument méditerranéen.

Doc 1. L’écu de NUNÓ

Doc 1. L’écu de NUNÓ

D’or à deux pals de gueules ; la bordure cousue d’argent chargée de huit chaudrons de sable. Peinture sur bois. Musée de Majorque (©Agnès Vinas)

Biographie de Nunó Sanç

  • 5 Sanç avait été investi par le roi Alphonse II, son frère aîné, du comté de Provence et de la vicomt (...)
  • 6 LOSCERTALES DE GARCIA DE VALDEAVELLANO, Pilar (éd.), Tumbo del monasterio de Sobrado de los Monjes, (...)

6Nunó Sanç est né vers 1190-1195, de l’union du comte Sanç5, troisième fils du comte de Barcelone Ramon Berenguer IV et de Petronilla d’Aragon, d’une part, et de Sancha Núñez de Lara, fille du comte Nuño Pérez de Lara et de Teresa Fernandez de Trava, d’autre part. Il est possible qu’il ait passé une partie de son enfance aux côtés de sa mère, dans les royaumes de Castille et de León, patrie des Lara, ou en Galice, patrie des Trava. C’est toutefois au sud de la Catalogne, à Fulleda, aux côtés de sa mère, qu’il apparaît pour la première fois, le 11 novembre 1204, donnant au monastère cistercien de Sobrado de los Monjes, le cinquième de la ville de Sarantes, dans la terre de Trasancos en Galice6. Il n’est peut-être pas fortuit de remarquer que cette donation intervient le jour même du couronnement, à Rome, du roi d’Aragon Pierre II, cousin germain de Nunó.

  • 7 ACA, Reial Cancilleria, Pedro I, perg. n° 347 et 348.
  • 8 Laura SCIASCIA (a cura di), Pergamene siciliane dell’archivio della Corona d’Aragona (1188-1347), P (...)
  • 9 ACA, Reial Cancilleria, pergaminos de Pedro II, n° 416 ; Jordi BRUGUERA (éd.), Llibre dels Feits de (...)
  • 10 Jerónimo ZURITA, Anales de la corona de Aragón, Saragosse, 1610-1621, 2, LXI.

7Nunó Sanç fait son entrée dans la vie publique en 1209, aux côtés de son père. Au cours du mois de décembre de cette année, le roi d’Aragon Pierre II leur donne les ports de Monaco, Agay et Port de Bouc en Provence, puis leur engage le comté de Provence, qu’ils administreront jusqu’en 12167. En octobre 1210, père et fils reçoivent respectivement les comtés d’Agrigente et de Raguse du roi de Sicile, Frédéric II, mais les circonstances et les enjeux de cette donation nous échappent, et on ne sait si elle fut véritablement suivie d’effets8. Bien plus déterminante pour la suite de sa carrière est la donation en viager des comtés de Roussillon et de Cerdagne-Conflent, que lui fait le 22 février 1212, son cousin germain Pierre II9. L’année 1212 paraît du reste avoir été particulièrement faste, pour le jeune seigneur des comtés de Roussillon et de Cerdagne, puisque selon le célèbre historien aragonais Jeronimo Zurita, il aurait été armé chevalier le 16 juillet, jour de la fameuse bataille de Las Navas de Tolosa10.

  • 11 Ferran SOLDEVILA, Els primers temps de Jaume I, Barcelone : IEC, 1968, p. 92 et 110.
  • 12 Michel-Jean-Joseph BRIAL, Epistolarum Honorii papae III, lib. III, ep. 123, Recueil des historiens (...)
  • 13 ACA, Reial Cancilleria, Perg. Jaume I n° 182.
  • 14 ACA, Reial Cancilleria, perg. Jaime I, n° 285.

8Après la mort tragique de Pierre II à Muret, le comte Sanç prend la tête de la confédération catalano-aragonaise et poursuit la lutte contre Simon de Montfort. C’est dans ce contexte belliqueux que Nunó Sanç épouse en 1215 Petronille, héritière du comté de Bigorre ; mais ce mariage est annulé l’année suivante, sous la pression du chef de la croisade contre les Albigeois, qui marie Petronille à son fils Gui, en novembre 121611. En réaction, Nunó et son allié, Ramon de Montcada, occupent le château de Lourdes, ce qui leur attire les foudres du pape Honorius III : en novembre 1218, il ordonne à son légat d’excommunier ces deux ennemis de l’Eglise, s’ils ne se plient pas à son autorité12. Mais la mort opportune de Simon de Montfort, survenue sept mois plus tard, met un terme à cette guerre et épargne aux seigneurs catalans la pire des sanctions religieuses. En décembre 1221, quelques mois après le mariage du roi Jacques Ier avec Eléonore de Castille, Nunó se fiance à Gérone, avec la belle castillane Elo Álvarez, probablement parente et dame de compagnie de la reine. A cette occasion, il lui fait donation de plusieurs seigneuries, héritées de sa mère en Castille et León13. Mais l’on reste à vrai dire intrigué par la nature de cette relation. En effet, si l’on constate que Nunó prit soin de son « affectionnée Elo » pendant trois ans, prenant à charge certaines de ses dépenses faites à Saragosse, il n’apparaît nullement qu’ils se soient mariés. Au mois de mars 1225, le roi Jacques Ier, en présence de Nunó, concède à la dame la faculté d’affermer les revenus de la ville d’Aljafarin, employant à son égard la même formule d’affection14. Certains en ont déduit qu’Elo était alors devenue la maîtresse officielle de Jacques Ier, mais cela demeure une pure conjecture. Quoi qu’il en soit, la dame disparaît ensuite définitivement de l’entourage du seigneur du comté de Roussillon.

  • 15 B. ALART, op. cit., p. 112 et suiv. ; ADPO, 12J24, n° 45.

9Mais la guerre et les histoires d’amour n’empêchent pas Nunó d’administrer ses terres. Plusieurs importantes mesures de politique intérieure sont à mettre à son crédit. On citera la proclamation des Paix et Trève dans ses comtés le 2 octobre 1217, les franchises accordées aux communautés de Vinça en 1218, à Bellver et Llivia en Cerdagne en 1225 et 1229, Corneilla de Conflent en 1230, Claira en 1233 et Villefranche-de-Conflent en 1236, ainsi que diverses libéralités accordées aux monastères de Saint-Martin du Canigou, de Saint-Michel de Cuxà et de Saint-André de Sorède et à l’église Saint-Jean de Perpignan15. Il s’efforçe également de récupérer les seigneuries aliénées par Pierre II, comme Saint-Laurent-de-la-Salanque et surtout Collioure, dont l’importance économique et stratégique ne peut échapper à ce jeune seigneur dont les principales ambitions sont sans doute déjà méditerranéennes.

  • 16 F. SOLDEVILA, op. cit., p. 150 et suiv.
  • 17 ACA, perg. Jaume I, n° 154.
  • 18 Ambrosio HUICI MIRANDA, Maria Desemparados CABANES PECOURT, Documentos de Jaime I de Aragón (1216-1 (...)
  • 19 F. SOLDEVILA, op. cit., p. 199-200.
  • 20 Llibre dels feits, chap. 20.
  • 21 J. BRUGUERA (éd.), Llibre dels Feits…, op. cit., Barcelone, 1991, chap. 21; F. SOLDEVILA, op. cit. (...)
  • 22 Charles de TOURTOULON, Études sur la maison de Barcelone, Jacques Ier le Conquérant, roi d'Aragon, (...)

10Sous la pression de Rome, le comte Sanç avait été contraint d’abandonner la régence en juillet 121816. La couronne d’Aragon traverse alors une grave crise politique. Profitant de la minorité du roi Jacques Ier, les grands barons catalans et aragonais en quête de pouvoir s’opposent au cours d’innombrables guerres fratricides qui causent des désordres en tous genres. En juillet 1220, Nunó Sanç s’allie au comte d’Empúries pour faire la guerre à un chevalier rebelle, Gausbert de Palol, qui tient le château d’Ultrera en indivis pour les deux magnats. La même année, il réussit à soumettre le puissant seigneur faidit Raimond de Niort, auteur de razzias et de vols de bétail en Capcir et Conflent17. En 1221, Nunó Sanç et son principal allié, le vicomte de Béarn, Guillem de Montcada, sont nommés procureurs du jeune Jacques Ier et prennent en charge le gouvernement du royaume18. Durant l’été 1222, ils assistent tous deux le roi d’Aragon, en conflit avec Guerau de Cabrera prétendant à la succession du comté d’Urgell19. Mais le pouvoir met les amitiés à rude épreuve, et peu de temps après, sous un prétexte futile, un grave conflit éclate entre les deux potentats : cela met en péril la vie de Nunó, qui est sauvé par l’intervention du monarque20. Mais l’un des épisodes les plus tragiques est sans doute l’incursion dévastatrice menée au début de 1223 par le vicomte de Béarn dans le sud du comté de Roussillon, au cours de laquelle il s’empare du château d’Avalrí tenu par Ramon de Castellrosselló, non loin de la cité épiscopale d’Elne, puis marche sur Perpignan et défait la milice de cette ville sortie à sa rencontre sous les ordres du faidit occitan Chabert de Barbaira, qui est capturé21. Le roi dirige les représailles en Catalogne, s’empare pendant l’été de nombreuses fortifications appartenant aux insurgés, mais échoue devant l’imprenable citadelle de Montcada. Après diverses péripéties et quelques retournements d’alliances, Nunó et Guillem de Montcada concluent la paix en mai 122622.

  • 23 Dom Claude VIC, Joseph VAISSETTE, Histoire générale de Languedoc…, t. 3, p. 166.
  • 24 Pierre de MARCA, Marca Hispanica sive limes hispanicus..., Paris, 1688, app. DIV.
  • 25 Charles BAUDON DE MONY, Relations politiques des comtes de Foix avec la Catalogne, Paris : Alphonse (...)

11La croisade contre les Albigeois avait transformé la vicomté de Fenouillèdes en base arrière des chevaliers faidits, dont les activités ne pouvaient que troubler l’ordre que Nunó s’efforçait de maintenir dans les seigneuries soumises à sa domination. C’est vraisemblablement afin de mettre un terme à cette situation que Nunó, dont l’orthodoxie ne semble pas devoir être remise en cause, décide en avril 1226 de répondre favorablement à la demande d’assistance que lui avait adressée le roi de France, sur le point de mener une nouvelle croisade contre les hérétiques du Languedoc23. Sa diplomatie est récompensée, puisqu’au mois d’octobre suivant, Louis VIII, victorieux, lui inféode la vicomté de Fenouillèdes24. Le mois précédent, le seigneur de Cerdagne avait fait la paix avec Roger Bernat II, le comte de Foix et vicomte de Castellbó, en lui inféodant le château de Sant Martí près de Bellver25.

  • 26 ADPO, 1B9.

12Les menaces extérieures étant momentanément écartées, Nunó se consacre à renforcer son autorité à l’intérieur de ses territoires en usant de l’outil de gouvernement féodal par excellence : l’hommage. On le voit ainsi établir son autorité sur la seigneurie de Torreilles, en s’y constituant une clientèle de fidèles parmi les paysans et en imposant, par la reprise de fief, sa suzeraineté à l’un des co-seigneurs de cet opulent village de la Salanque26. Il étend également son influence sur les seigneuries ecclésiastiques. En août 1228, il accorde ainsi sa protection et sauvegarde à tous les habitants des castra de Terrats et de Fourques, respectivement possessions de la maison templière du Masdéu et de l’abbaye d’Arles.

  • 27 A. MUT CALAFELL, Gabriel ROSSELLÓ, G., La Remembrança de Nunyo Sanç. Una relació de les seves propi (...)
  • 28 Lorenzo PÉREZ MARTINEZ, « Corpus documental balear. Reinado de Jaime I (1228-1235) », Fontes rerum (...)
  • 29 A. CAMPANER, Cronicón Mayoricense (1229-1800), Palma de Mallorca, 1967, p. 3-4 ; Diplomatari del Mo (...)
  • 30 Joan MARI CARDONA, Illes Pitiuses. I. La Conquista catalana de 1235. Eivissa, 1976, p. 23.

13A l’automne 1229, Nunó, à la tête d’un important contingent composé de chevaliers roussillonnais, occitans, aragonais et même castillans, prend une part active à la conquête de l’île de Majorque aux côtés de Jacques Ier. Après la prise de la cité de Majorque le jour de Noël 1229, les vainqueurs se répartissent l’île, au prorata de leurs contributions respectives. Nunó, très largement récompensé, procède alors au lotissement de sa portion, comprenant des biens dans la cité de Majorque et dans la campagne, à Bunyola, Esporles, Felanitx, Porreres, Valldemossa27. Cette activité l’occupe jusqu’en 1234 : les archives majorquines conservent plus de trois cents actes, inféodations et concessions de tenures, effectuées par lui pendant cette période28. Il fonde également l’hôpital de Sant Andreu dans la cité de Majorque, et le monastère cistercien de la Real29. En avril 1235, il s’associe à Guillem de Montgrí, sacriste de Gérone, et à l’infant Pierre de Portugal pour faire la conquête d’Ibiza, grande productrice de sel, et de Formentera ; le partage lui attribue le quart des ces îles30. Les Baléares deviennent alors un important centre de trafic d’esclaves, et une base idéale pour la guerre de course (en particulier contre les Pisans) à laquelle Nunó Sanç s’adonne à plusieurs reprises, ainsi que nous l’apprend son testament. 

  • 31 ACA, Reial Cancilleria, perg. Jaume n° 641.
  • 32 Cette question patrimoniale fait l’objet d’une étude en cours, qui devrait aboutir à une prochaine (...)
  • 33 ACA, Reial Cancilleria, registre 22, fol. 105.
  • 34 Bibliothèque nationale de France, coll. Doat, vol.192, fol. 205.

14En 1234, il épouse Teresa, fille de Lope Díaz de Haro, seigneur de Biscaye, ce qui démontre qu’il entretenait des liens étroits avec sa parentèle du côté maternel. Ce mariage, avec la necéssité de prévoir de quoi doter d’éventuels héritiers, est sans doute la cause du litige qui l’oppose alors au comte-roi à propos de son héritage. L’arbitrage en est confié à Guillem de Cervera et à Lope Díaz au mois de mai 123531. Nunó, en vertu du testament de son grand-père, le comte de Barcelone Ramon Berenguer IV, et d’une concession faite par son oncle Alphonse II à ses parents, revendique les droits de souveraineté sur la Cerdagne et le Conflent, le Carcassès, le Berguedà, l’honneur de Trencavel et Narbonne32. Il réclame en outre une somme d’argent qui lui était due pour les comtés de Provence et de Millau. On ignore malheureusement la teneur de l’arbitrage. Quoi qu’il en soit, celui-ci fut sans doute satisfaisant pour les deux parties, puisque Nunó continue à administrer ses comtés et assiste en octobre 1236 à l’assemblée de Monzón où est décidée la conquête du royaume de Valence, à laquelle il participe à la fin de l’été 123833. Entre temps, il a réglé le litige qui l’opposait au comte de Foix, Roger Bernat, à propos des justices du comté de Cerdagne et de la seigneurie des châteaux d’Usson et de Querigut en Donezan34.

  • 35 ADPO, 12J24, n° 49.
  • 36 D. C. VIC, J. VAISSETTE, op.cit., 6, col. 714.
  • 37 Frederico MIQUEL ROSSELL, Liber Feudorum Major…, t. 2, n° 805.

15La fin de son administration dans les comtés semble avoir été particulièrement compliquée : des documents font état de guerres privées et de violences en Roussillon. Après une révolte des habitants d’Arles-sur-Tech contre l’abbé de ce lieu et le meurtre de l’un de ses hommes en 1235, Nunó achète à l’abbé la villa des Bains et le puig attenant35. Après l’échec du soulèvement des seigneurs faidits dirigés par Trencavel devant Carcassonne en juillet 1240, il est contraint de vendre ses droits sur le château de Peyrepertuse et le Perapertusès au roi de France36. Sa vie s’achève toutefois sur un important succès de politique intérieure puisque, en avril 1241, le vicomte de Castelnou lui concède la souveraineté de la viguerie de Vallespir et lui fait hommage pour ses principaux châteaux37.

  • 38 Le 31 janvier 1258, Jaume 1er, roi d’Aragon, confirme à doña Maria Nuñez, fille de Nunó Sanç, la po (...)

16Nunó Sanç fait son testament le 17 décembre 1241 et décède avant le 20 janvier 1242. Il laisse une fille, Sancha Nuñez, à laquelle il lègue dans son testament tout ce qu’il possédait dans les royaumes de Castille et de Léon. Une source postérieure nous apprend cependant qu’il eut une autre fille, nommée Maria Nuñez38. Née posthume ou illégitime, cette dernière n’est pas mentionnée dans son testament. 

17Consécutivement à la mort de Nunó, et conformément aux stipulations de la concession de février 1212, Jacques Ier recouvre la seigneurie des comtés de Roussillon et de Cerdagne, et il hérite également des possessions que son parent avait acquises dans les îles Baléares.

Traduction du testament

  • 39 Ce préambule d’inspiration cistercienne (saint Anselme, Alcher de Clairvaux) apparaît avec quelques (...)
  • 40 Bernat de Berga, évêque d’Elne : 1230- † 15 mars 1259.
  • 41 Ponç Hug III, comte d’Empúries : 1230- † janvier 1270. Il avait épousé en secondes noces une cousin (...)
  • 42 Guillem de sa Portella, issu d’un lignage de la comarca de Berguedà ; il figure régulièrement dans (...)
  • 43 Hug de Forcalquier, châtelain d’Amposta : 1221-1244. Le titre de châtelain d’Amposta désignait le m (...)
  • 44 Pere de Centelles, élu en 1241, évêque de Barcelone : 1243-1252.
  • 45 Lope Jiménez de Luesia, baron aragonais, fut un fidèle vassal de Nunó Sanç. En 1223, c’est lui que (...)
  • 46 La commanderie de Bajoles de l’Hôpital de Saint-Jean de Jérusalem, fondée vers le milieu du XIIe si (...)
  • 47 Il s’agit vraisemblablement de vassaux de Nunó Sanç, qui tenaient en fief des biens que celui-ci av (...)
  • 48 Ramon Ramon, riche créancier, était batlle de Lleida quand en décembre 1222 Jacques Ier, en présenc (...)
  • 49 Monnaie d’or almoravide de 3.85 grammes.
  • 50 Girbert Aragonès figure parmi les personnes auxquelles Nunó Sanç concéda des terres de sa portion d (...)
  • 51 Robert de Tarragona reçut également des terres dans l’île de Majorque en 1232, cf. A. MUT CALAFELL, (...)
  • 52 Pere Martell, marchand Barceloneis. Selon la chronique de Jacques Ier, c’est à son domicile de Tarr (...)
  • 53 Bernat Guillem de Vilafranca, opulent seigneur dont le lignage était établi à Villefranche-de-Confl (...)
  • 54 Galceran d’Urtx, baron catalan dont le lignage tire son nom de la localité d’Urtx en Cerdagne. Il e (...)
  • 55 Guillem de Niort, seigneur dont le lignage tire son nom de la localité de Niort dans le pays de Sau (...)
  • 56 Ferrer de Salzet, bourgeois de Barcelone. Il fait partie des proches de Nunó Sanç qui l’assistent p (...)
  • 57 Gombau de Perpignan, Guillem Adalbert, Ponç d’Alenya, Pere Galard, Pere Comte de Salses et Pere de (...)
  • 58 Nadal de Saint-Cyprien est vraisemblablement un juif de Perpignan. L’allusion aux questes, impositi (...)
  • 59 Monnaie aragonaise initialement frappée dans la ville de Jaca.
  • 60 Nous n’avons malheureusement pas trouvé trace de ce testament qui semble avoir disparu.
  • 61 Ville située dans la province de Saragosse.
  • 62 Arnau de Girona apparaît dans l’entourage de Nunó Sanç en 1231. Le 20 janvier 1233, il renonça à la (...)
  • 63 Berenguer Sagristà, chevalier de Malloles près de Perpignan, décédé vers 1220. Son épouse Maria éta (...)
  • 64 Masmudine : demi double d’or almohade. Cette monnaie fut également frappée dans les ateliers des ro (...)
  • 65 Pascual Muñoz, bourgeois de Teruel. Il est l’un des deux représentants de la ville de Teruel qui as (...)
  • 66 Pere de Sant Martí appartient à un lignage qui tire son nom du château de Sant Marti, situé dans le (...)
  • 67 Nous n’avons retrouvé aucune trace du procès en Inquisition de ce modeste seigneur roussillonnais. (...)
  • 68 L’absence de documentation complémentaire rend malaisée l’interprétation de cette clause très impor (...)
  • 69 Doménec Provençal possédait une maison dans la cité de Majorque en septembre 1232. La bastide évoqu (...)
  • 70 Maître Joan était chapelain de l’église de Saint-Jean de Perpignan. Le 10 décembre 1225, Nunó Sanç (...)
  • 71 Garcia Reboster figure parmi les proches de Nunó Sanç à partir de la conquête de Majorque. En 1232, (...)
  • 72 Lors de la répartition de 1232-1233, Nunó Sanç avait concédé à Berenguer de Mont-ral des moulins su (...)
  • 73 La tolte désignait un prélèvement direct effectué par les agents seigneuriaux sur les réserves de n (...)
  • 74 Nunó Sanç fait ici allusion à la guerre qui l’opposa à Guillem de Montcada au cours des années 1222 (...)
  • 75 La célébration des noces du roi d’Aragon Jaume Ier avec Yolande de Hongrie à Perpignan n’est pas da (...)
  • 76 Ponç de Fossa, tanneur de Perpignan, avait fait son testament le 30 novembre 1240, cf. ADPO, Hp188.
  • 77 Ramon Gavela, bourgeois de Perpignan actif dès 1222, administra l’Aumône commune de cette ville de (...)
  • 78 Pere Antolí souscrit plusieurs concessions effectuées par Nunó Sanç dans la cité de Majorque de sep (...)
  • 79 Localité située dans l’île de Majorque.
  • 80 Pere Groin fut l’un des plus riches et influents bourgeois de Barcelone de son temps. Berenguer de (...)
  • 81 Le château de Somet se situe en Aragon, dans la commune (municipio) de Carenas.
  • 82 Álvaro Pérez de Azagra (en Navarre), seigneur d’Albarracín (1246-1260), épousa, en premières noces, (...)
  • 83 Fernando Pérez de Pina, grand baron aragonais dont le lignage tire son nom de la localité de Pina d (...)
  • 84 Ramon Carles, scribe public (1226) puis notaire de Perpignan (1242-1244).
  • 85 Rotlan Layn, seigneur aragonais. Il souscrit de nombreux actes du roi Jacques Ier de 1222 à 1235. I (...)
  • 86 Le château d’Alcañiz appartenait à l’ordre militaire castillan de Calatrava, qui participa à la con (...)
  • 87 Mesure d’origine arabe utilisée dans les royaumes d’Aragon et de Valence et contenant 179.36 litres
  • 88 Château situé dans l’île de Majorque, dans la commune (municip) de Felanitx.
  • 89 L’hôpital des pauvres de Sant Andreu de Majorque aurait été fondé par Nunó Sanç en 1230, cf. A. CAM (...)
  • 90 Alamán de Sádaba, baron aragonais de la province de Saragosse. Il figure dans l’entourage de Nunó à (...)
  • 91 Martín Pérez de Si, chevalier aragonais de Nunó Sanç. Selon la chronique de Desclot, il fut le prem (...)
  • 92 Pelayo Nuñez, chevalier vraisemblablement d’origine castillane, souscrit à Majorque des actes de Nu (...)
  • 93 García González a reçu de Nunó Sanç un fief de chevalier constitué d’un rafal de trois jovades (soi (...)
  • 94 Pere de la Roca, chevalier dont le lignage était peut-être lié à la Roca de Nyer en Conflent. Il so (...)
  • 95 Bernat de Pau, seigneur originaire de l’Alt Empordà. Il souscrit des actes de Nunó Sanç à Majorque (...)
  • 96 En raison de sa portion de l’île de Majorque, soit 875 cavallerias, qui lui avait été attribuée par (...)
  • 97 L’église de Collioure aurait été donnée à l’Hôpital de Saint-Jean de Jérusalem par l’évêque d’Elne (...)
  • 98 Nous n’avons pas réussi à identifier ce monastère.
  • 99 Localité située dans la commune (municip) de Puigcerdà en Cerdagne.
  • 100 Le seigneur Ramon Guillem d’Enveitg, en Cerdagne, souscrit le Ier septembre 1226 l’acte, par lequel (...)
  • 101 Ramon Cadell, jurisconsulte de Puigcerdà, fut un proche conseiller de Nunó Sanç. Le 11 avril 1222, (...)
  • 102 Commune de la plaine de la Salanque en Roussillon.
  • 103 Commune du petit pays pyrénéen de Capcir, dont le château fondé à la fin du XIIe siècle par le roi (...)
  • 104 Guillem de Montesquieu, surnommé « Guerrejat », appartenait à un important lignage roussillonnais i (...)
  • 105 Commune de Villelongue-de-la-Salanque.
  • 106 Commune de Claira.
  • 107 Communes de Torreilles et Claira.
  • 108 Teresa López de Haro, seconde épouse de Nunó Sanç. Née vers 1220, elle était la fille de Lope Díaz, (...)
  • 109 Teresa Fernandez de Lara, épouse de Ponç Hug comte d’Empúries, était la cousine germaine de Nunó Sa (...)
  • 110 Guillem de Pau, chevalier de l’Alt Empordà. Il souscrit des actes de Nunó Sanç en 1217 et 1239. Le (...)
  • 111 Pere Calvet, scribe public de Perpignan attesté de 1228 à 1265.

Comme il n’y a rien de plus certain que la mort, encore que son heure soit douteuse et incertaine, il est vrai que moment après moment, en glissant, nous nous hâtons vers la fin. C’est d’un homme sage et plein de discernement que de prendre garde à ce qu’après sa mort aucune nouvelle plainte ne puisse s’élever par sa faute39. C’est pourquoi, au nom de Dieu, moi Nunó Sanç, fils de feu le vénérable comte Sanç, pris par la maladie, craignant les peines de l’enfer et souhaitant parvenir aux joies du paradis, je fais donc, en pleine possession de mon jugement et de ma mémoire, ce testament dans lequel on retrouvera inscrits et mis en ordre tous mes biens meubles et immeubles.
En fonction de quoi je choisis comme exécuteurs testamentaires, à savoir en ce qui concerne le Roussillon, le Vallespir, le Conflent et la Cerdagne et les régions en deçà de Gérone, monseigneur l’évêque d’Elne40, le comte d’Empúries41 et Guillem de sa Portella42 ; et pour tout ce que j’ai ou dois avoir, qui me concerne ou doit me concerner au delà de Gérone, que ce soit en Catalogne, dans le royaume de Valence ou en Castille je choisis comme exécuteurs le châtelain d’Amposta43, monseigneur l’évêque de Barcelone44 et Lope Jimenez de Luesia45. Pour tout ce que je possède sur la terre de Majorque et dans l’île d’Eivissa, je choisis comme exécuteurs l'évêque de Majorque et les susdits châtelain d’Amposta et Lope Jimenez de Luesia. Et si par hasard ma mort survenait avant qu’il me soit permis de faire un autre testament, que ceux-là aient la liberté et le pouvoir de mettre en ordre et de distribuer tous mes biens comme ils le trouveront écrit dans ce présent testament, sans dommage ni dépense pour eux.
En premier, j’abandonne mon corps à Dieu et à l’Hôpital de Jérusalem de Bajoles, dans le cimetière duquel mon corps doit recevoir sépulture46. J’abandonne aussi à ce même Hôpital de Bajoles mon cheval, mes armes, mon équipement et celui de mon cheval. Je lègue 300 sous de monnaie melgorienne à l’église de Saint-Jean de Perpignan, et 5 sous à chacun de ses prêtres. De même, je lègue 5 sous à chacun des prêtres de l’église de Saint-Vincent de Bajoles. Je laisse 1000 sous de monnaie melgorienne à l’œuvre des Frères Mineurs de Perpignan.
Je laisse 1000 sous de monnaie melgorienne à Rodrigo Iñiguez pour son fief de chevalier, et 1000 autres sous à Alfonso Díaz pour son fief de chevalier, 1000 autres à Guillermo Trocilo, 1000 autres à García López, 1000 autres à Bernardo Núñez47, et 300 sous au juif Aaron.
Ensuite, je confesse et reconnais que j’ai les dettes écrites ci-dessous et que je dois réparer les dommages écrits ci-dessous.
D’abord, Giraud Bonet de Narbonne me réclame 20.000 sous de monnaie melgorienne. Cependant, je ne crois ni ne pense lui devoir autant, parce que je me suis acquitté de la majeure partie de cette somme, et que lui-même veut arriver à une entente avec moi et en terminer pour 10.000 sous de monnaie melgorienne : je lui rembourserai ces 10.000 sous en lui payant 2000 sous par an. J’ordonne donc que l’on rembourse Giraud Bonet comme il est dit.
Je dois 3.000 sous de monnaie barcelonaise aux fils de Bartomeu Meló de Barcelone.
De même, je dois à Ramon Ramon de Lleida48 une somme en morabatins49 dont je ne me rappelle plus le montant ; qu’on voie le contrat qu’il possède et qu’on lui rembourse la somme indiquée dans cette charte.
De même, je dois par contrat à Crespà de Lleida des morabatins, mais je lui en ai remboursé la majeure partie.
De même, je dois près de 3.000 sous de monnaie barcelonaise au fils de Girbert Aragonès50.
De même, je dois 500 sous de monnaie barcelonaise à Robert de Tarragona51.
De même, je dois 400 sous de monnaie barcelonaise à Pere Martell52.
De même je dois 1000 morabatins à Andreu de Lina par contrat.
De même, je dois à Bernat Guillem de Vilafranca53 ce qui est contenu dans les contrats faits à ce propos ; et qu’on le croie sur parole pour les autres dettes que j’ai contractées envers lui sans contrat.
De même, je dois à Galceran d’Urtx54 et Guillem de Niort55 ce qui est contenu dans les contrats passés entre eux et moi. Cependant ceux-ci doivent faire les comptes de leurs vigueries et des revenus qu’ils en ont tirés.
De même je dois 200 morabatins à Diego Rotz, qui est mort à Collioure quand nous sommes revenus de l’expédition de Majorque.
De même, je dois à Ferrer de Salzet56 une somme dont je ne me souviens plus, et à ce sujet je veux qu’on le croie simplement sur parole.
De même, je suis débiteur de Gombau de Perpignan, pour son père, d'une somme dont j'ignore le montant, mais celui-ci a le contrat.
De même, je suis également débiteur de Guillem Adalbert, pour son père, par contrat.
De même, je dois à Ponç d’Alenya entre 1000 et 1500 sous de monnaie melgorienne, comme il est dit dans son contrat ; et par ailleurs 300 sous de monnaie melgorienne pour un mulet.
De même, je dois du blé à Pere Galard et à Comte de Salses : que l’on voie les actes qu’ils ont.
De même, je dois aussi du blé à certains hommes de Perpignan ; certains sont remboursés, d’autres non. Que l’on fasse des comptes avec eux et qu’on leur donne ce qui est juste.
De même, je dois par contrat à Pere de Palma57 800 sous de monnaie melgorienne, dont il a déjà eu 500 sous.
De même, je dois à Pere Guiraudó 400 sous de monnaie melgorienne.
De même, je dois à Nadal de Saint-Cyprien et à son frère de l’argent qu’ils m’ont prêté quand la Cour fut à Perpignan : je crois que ce sont 700 sous, cependant ils sont payés (avec les revenus) de deux ou trois questes58.
De même, je dois de l’argent à certaines personnes qui m’ont servi de caution, dont je ne fais aucune autre mention, mais je veux que l’on en fasse le compte avec eux et qu’ils reçoivent en paiement tout ce qu'ils auraient dû recevoir.
De même, je dois 100 sous de monnaie jaquèse59 à Ferrer Calderer de Tortosa.
De même, je dois 1000 morabatins à l’Hôpital de Jérusalem en raison du testament de mon père60.
De même, je dois 1000 autres morabatins que mon père m’avait demandé de payer, mais je ne sais plus à qui. Il me semble que celui à qui ils sont dus est des environs de Montpellier ; que l’on consulte à ce sujet le testament de mon père qui est à l’Hôpital ou à Ripoll, et que l’on trouve le nom de celui à qui ils sont dus.
De même, Arnau de Merola de Barcelone disait que je lui devais des morabatins qu’il m’avait prêtés quand il tenait la monnaie, ce dont je n’ai aucun souvenir. Cependant, s’il peut le démontrer, qu’on les lui paie.
De même, je dois 100 morabatins à Pere Ferrer de Saragosse.
De même, je dois à Pere Cosedor de Calatayud61 une quantité de morabatins, dont j'ai oublié le montant, qu'il m'avait prêtée.
De même, j’ai une dette envers Bartomeu Tarer de Saragosse pour laquelle le roi s’est porté caution entre ses mains et est tenu pour cela à son égard. Cependant, comme il ne les lui a pas remboursés, que ceci soit porté à la connaissance de l’Eglise pour savoir si oui ou non je suis tenu de le faire.
Je dois à Lope Jiménez de Luesia 100 besants d’argent et par ailleurs 300 sous de monnaie melgorienne qu’il m’avait prêtés.
De même, je dois à Guillem de sa Portella 100 besants et le prix de deux mules pour lequel il devra être cru sur parole.
De même, je dois à Guillem de sa Portella 2000 sous de monnaie melgorienne qu’il m’a prêtés récemment.
De même, j’ai acheté des commerces à Barcelone sur le conseil d’Arnau de Girona62 et j’ai fait un accord avec lui et Ramon Xaupí. Mais je crois que je dois encore à Ramon Xaupí 500 sous de monnaie barcelonaise et, bien que j’aie passé un accord avec Arnau de Girona, je souhaite qu’on lui fasse un complément de justice à la connaissance de l’Eglise.
De même, concernant la dîme de Collioure que j’ai enlevée à la femme de Berenguer Sagristà de Malloles63, bien que j'aie cru l’avoir fait à bon droit, je veux et ordonne qu’on la lui rende avec ce qui a été perçu après que je la lui ai enlevée.
De même, j’ai pris à un Pisan dont je ne connais pas le nom, à l’embouchure du Tibre, près de Rome, 200 masmudines d’or64. Qu’on le cherche à Pise, et qu’on les lui restitue.
De même, j’ai pris un navire à des Pisans dont je ne sais pas le nom, au large de la Corse. Celui-ci était chargé de butin et j’en ai obtenu à Marseille 13.000 sous de réaux. Pareillement, qu’on les cherche à Pise et qu’on les rembourse.
De même, je me suis emparé par la force de la nef d’un Pisan, qui fut prise près de Barcelone et fut estimée à 6.000 sous de monnaie génoise : qu’on les lui rende.
De même, je dois à Joan Gil 300 sous de monnaie jaquèse.
De même, j’ordonne que l’on rende 200 morabatins à dame Teresa de Casal pour la caution que son mari avait faite pour moi à Pascual Muñoz65. Et pour le dommage que cette caution lui a procuré, j’ordonne qu’on lui rembourse ces 200 morabatins, et je la prie de me notifier si je lui dois quelque chose en plus, car j’ignore ce que je lui dois et le montant de ma dette.
De même, je dois 200 ou 300 morabatins à dame Berenguera, mère de Pere Sasen de Saragosse et veuve de Pere Sasen, comme cela est consigné dans ses chartes.
De même, que la question des étals que j’ai saisis aux hommes de Puigcerdà, ce que je fis pensant être dans mon droit, soit portée à la connaissance de l’Eglise ; et s’il s’avère que je m’en suis emparé injustement, qu’on les rembourse et qu’on les leur rende.
De même, j’ordonne que si le chevalier Pere de Sant Martí66 veut récupérer l'honneur que je lui ai acheté en Cerdagne et rend et remet le prix que je lui ai donné pour ce bien, qu’on le lui restitue. Et qu’on lui remette sur ce prix 2.000 sous de monnaie melgorienne en compensation des dommages et pertes qu’il a supportés à cause de moi. Et si au bout d’une demi-année il n’a pas acquitté ledit prix, j’ordonne que l’on vende ce bien, et qu'avec le prix qu’on en tirera on restitue 2000 sous à Pere de Sant Martí pour les raisons susdites, et que le reste serve à dédommager mes méfaits.
De même, j’ordonne que tout ce que j’ai et ai confisqué à la femme de Bernat Guillem de Claira, qui fut condamné pour hérésie67, soit soumis au jugement de l’Eglise. Et si je m’en suis emparé injustement, qu’on le lui rende avec les revenus que j’en ai perçus.
De même, j’ordonne que la moitié (des revenus) de la leude du port de Collioure soit donnée pour faire un port, ainsi que 1000 sous de monnaie melgorienne de ce qui m’en reste pour réparer et restituer ce que j’avais eu en raison de ce port, jusqu’à ce que celui-ci soit complètement achevé. Et dès que le port sera achevé, j’ordonne que la leude que j’ai attribuée à sa réfection, qui est perçue tant sur terre que sur mer, soit perpétuellement libérée de cette charge. Et s'il advient que je meure avant d’avoir vu monseigneur le pape au sujet de la leude que j’ai eue et reçue en raison de ce port, j’ordonne que l’on restitue 3500 sous de monnaie melgorienne pour chacune des 25 années pendant lesquelles j’ai perçu cette leude, qui seront consacrés aux travaux de ce port, à moins que le pape ne veuille m’en faire grâce ou m’en dispenser68. J’engage pour ce faire tous les revenus et rentes que j’ai ou dois avoir dans le castrum de Collioure.
De même, au sujet de la bastide de Domènec Provençal69, qui se trouve à Majorque, qu’on voie la cession qu’il m’en a faite et que l’affaire soit confiée à l’Eglise. Et s’il doit l’avoir, qu’on la lui rende.
De même, maître Joan70 et Garcia Reboster71 se plaignent de moi au sujet d’une vigne que je leur ai prise à Majorque, dans la vallée de Bunyola, ce que je croyais être en droit de faire ; que ceci soit porté à la connaissance l’Eglise.
De même à propos des bains que je tiens à Majorque, qui appartinrent à la reine sarrasine ; il me semble que je les tiens injustement ; que ce soit laissé au jugement de l’Eglise.
De même Berenguer de Mont-ral72 dit que je lui dois de l’argent par contrat et le prix de deux chevaux, ce dont je ne me souviens pas ; que cela soit laissé au jugement de l’Eglise.
De même, le dit Berenguer de Mont-ral me réclame deux Sarrasins que je lui ai pris ; je veux qu’on les lui restitue.
De même, le chevalier Belvis se plaint de moi en raison de la tolte73 que mes hommes lui ont imposée à Collioure. J'ai eu cette tolte que je croyais avoir en raison de la guerre qu’il y eut entre moi et Guillem de Montcada74 ; que cela soit porté à la connaissance de l’Eglise.
De même, je dois 800 sous de monnaie melgorienne aux bouchers de Perpignan pour les frais et dépenses que j’ai faits pendant les noces du seigneur roi75.
De même, pour du vin et du blé achetés à l’occasion de ces noces, je dois 726 sous de monnaie melgorienne à certains hommes de Perpignan, c’est à dire à Perpinyà de Rossa et Ponç de Fossa76, Ramon Palol, Mascaros, Guillem Mestre, Fabrezan, Ramon d’Arles, B. d’Ille et d’autres.
De même, pour ces noces, je dois 250 sous de monnaie melgorienne à Ramon Gavela77 et 100 sous à Bernat Homdedeu, mercier.
De même, je dois à quelques hommes de Perpignan, c’est à dire Bernat Homdedeu et certains autres, 130 sous de monnaie melgorienne pour la caution que Pere Antolí78 a reçue pour moi.
De même, j’ordonne que de cette terre de Felanitx79 que je tiens, tous les nobles et ayants droit aient leur part selon ce qui leur revient, sauf s'ils veulent y renoncer de leur propre volonté, à l’exception de ceux qui m'en ont fait donation dont je conserve la part avec le reste de la mienne.
De même, je libère et affranchis Ferrer, qui fut sarrasin et est désormais chrétien.
De même, j’ordonne que l’on donne aux frères de l’ordre des Captifs de Majorque 50 sous de monnaie melgorienne pour une pierre que j’ai obtenue de la “communauté”.
De même, j’ordonne que l’on donne 200 sous de monnaie melgorienne à Bergo de Porsan, à qui appartenaient les boutiques de change à Majorque, dont je me suis emparé en vertu d’une sentence judiciaire.
De même, je crois que je dois des morabatins à Pere de Ramon Pere, et s’il peut en montrer le contrat, j’ordonne qu’on les lui rembourse.
De même, j’ai saisi un navire pour des hommes de Montpellier, et il y avait là de nombreux autres hommes étrangers.
De même, les fils de Pere Groin80 de Barcelone me réclament une dette que j’avais contractée auprès de leur père. Mais je ne crois pas leur devoir quelque chose, parce que ledit Pere Groin me faisait beaucoup de prêts, et j’ai récupéré les actes d’un grand nombre d’entre eux et de beaucoup d’autres non.
De même, à propos de Guillem Ermengau de Barcelone, que l’on voie tout cela sous l’autorité de l’Eglise.
De même, je reconnais que Berenguer Cauderer est garant pour moi auprès de Bernat de Llacera pour 400 sous de monnaie jaquèse.
De même, j’ordonne que le château de Somet81 soit rendu à don Álvaro Pérez82, à condition cependant que l’on fasse ce que j’ai ordonné à Fernando Pérez de Pina83 par une charte partie, c’est-à-dire que le seigneur roi d’Aragon y ait d’abord son droit de prélation.
De même, en ce qui concerne les maisons qu’Arnau de Girona, mon batlle, a acensées pour moi à Majorque, acensement que j’ai en partie modifié, j’ordonne que cela soit vu et examiné sous l’autorité de l’Eglise et qu’il en soit fait selon son jugement.
De même, je dois à Garcia Reboster 550 sous de monnaie melgorienne, et d’autre part 240 sous.
De même, je dois à Ramon Carles84 78 sous de monnaie melgorienne qu’il a donnés pour moi à Rotlan Layn85.
De même, je dois au commandeur d’Alcañiz86 160 cafis87 d’orge.
De même, je dois environ 1.200 sous de monnaie melgorienne à Bartomeu de Lastela de Lleida.
De même, j’ai reçu 20.000 sous de monnaie melgorienne de Ser Montanar Guers, que j’ai obtenus en raison d’un navire de la manière suivante : un Pisan est venu me voir et m'a dit qu’il possédait une part dans ce navire; il m’a vendu ses droits et la part qu’il avait dans cette nef, et c’est ainsi que j’ai obtenu ces 20000 sous. J’ordonne que cette affaire soit soumise au jugement de l’Eglise pour savoir si je dois les restituer ou non.
De même, je veux que l’on croie à la loyauté de Lope Jiménez de Luesia à propos de ce qu’il dit que je lui dois, tant pour le château de Santueri88, qu’il tient pour moi, que pour les dettes qu’il a engagées pour moi dans la terre du Roussillon.
De même, je déclare et reconnais que Bernat Guillem de Vilafranca m’a rendu un compte exact de tout ce qu’il a tenu et eu pour moi, et je m’en considère satisfait.
De même, je lègue 50 masmudines à mon hôpital de Sant Andreu89, qui est à Majorque, à percevoir sur les censives que je possède et reçois dans cette ville, pour que cet hôpital y accueille des pauvres et ait un chapelain, comme cela est convenu par écrit entre moi et ledit hôpital.
Et je laisse et abandonne complètement à Lope Jiménez de Luesia, Alamán de Sádaba90, Martín Pérez de Si91, Pelayo Nuñez92, Garcia González93, Pere de la Roca94 et Bernat de Pau95 les chevaux et équipements que par contrat ils sont tenus de fournir en raison des possessions qu’ils tiennent pour moi à Majorque, à condition qu’ils les tiennent pour moi en fief selon la coutume de Barcelone96.
De même, je veux et ordonne que la dîme que je tiens à Collioure, qui est à l’Hôpital de Jérusalem97, dont j’avais seulement l'usufruit, revienne sans empêchement audit Hôpital aussitôt après ma mort.
De même, je veux et prescris fermement que le châtelain d’Amposta et Lope Jiménez de Luesia paient sur mes biens tout l’argent que j’ai légué plus haut à Rodrigo Iñiguez, Alfonso Díaz, Guillermo Trocilo, García López et Bernardo Nuñez, c’est à dire 1000 sous à chacun.
Je lègue 10.000 sous de monnaie melgorienne au monastère de Nuce98, qui lui seront payés avec mes biens à la connaissance de l’évêque d’Elne et de frère Deusde de l’ordre des Mineurs.
Je lègue au monastère de Saint-Michel de Cuxà la dîme de la paroisse de Sant Jaume de Rigolisa99, que je tenais en fief de l’abbé de ce lieu et que j’ai achetée avec son autorisation à Ramon Guillem d’Enveitg100, à l’exception de la dîme de la réserve que Ramon Cadell101 possède dans ladite paroisse de Sant Jaume ; et j'affranchis Ramon Cadell et les siens du paiement de cette dîme à titre perpétuel.
En outre, je laisse tous mes biens meubles et immeubles, quels qu'ils soient et où qu'ils soient, pour le paiement de mes dettes et le dédommagement de mes méfaits.
Je veux qu’aussitôt après ma mort les seigneurs Bernat, évêque d’Elne, et Guillem de sa Portella saisissent tous mes vases en argent, anneaux, pierres précieuses et tous les autres biens meubles et immeubles que je possède en Roussillon, à Collioure, en Vallespir, en Conflent et en Cerdagne, et qu’ils les vendent, et qu'avec le produit de cette vente ils règlent l’exécution de mon testament. Et qu'ils utilisent ensuite sans délai ce qui restera pour le paiement de mes dettes et la réparation de mes injustices, sans attendre la présence du seigneur comte d’Empúries que j’ai également désigné avec eux comme exécuteur testamentaire.
Je veux aussi et j’ordonne que le castrum de Claira102, celui de Puyvalador103 et l'honneur qui fut à Pere de Sant Martí, et tous les droits que j’ai achetés à Guillem de Montesquieu104 et à dame Blanca, sa femme, en honneurs, biens et possessions, dans les territoires de Saint-Estève del Pi105, de Sainte-Eugénie de Labejà106, Saint-Julien de Torreilles, Saint-Vincent de Claira et Saint-Sébastien de Mudagons107 soient saisis aussitôt après ma mort par les exécuteurs testamentaires que j’ai désignés dans cette terre du Roussillon, et qu'ils soient vendus, et que tout le produit de cette vente soit dépensé et consacré par eux au paiement de mes dettes et à la réparation de mes injustices. Et j’ordonne que, dans la mesure du possible, les dettes que j’ai sur cette terre ou les injustices que je commets soient restituées et rétablies avec le produit de la vente de ces possessions et des autres biens ; et que le reste soit payé et remboursé par mes autres exécuteurs avec mes autres biens.
De plus, je veux et ordonne que les exécuteurs que j’ai désignés pour tous mes autres biens s'emparent aussitôt après ma mort de tous mes châteaux, biens, immeubles et possessions, et tous les autres biens meubles et immeubles que j’ai ou dois avoir en Catalogne, Aragon et dans les royaumes de Valence ou de Majorque, et vendent tout au meilleur prix qu’ils pourront en tirer, et qu'ils consacrent le produit au remboursement de mes dettes et à la réparation de mes injustices.
Je laisse à dona Teresa López108 tous les biens que j’ai ou dois avoir dans les royaumes de Castille et de Léon, de sorte que tant qu’elle voudra rester sans mari elle conserve ces biens ; et si elle se mariait ou décédait, qu’elle ait 6.000 morabatins que j’ai eus pour elle. Une fois remboursés ces morabatins, je laisse tous les biens et tout ce que j’ai ou dois avoir dans les royaumes de Castille et de Léon à ma fille dona Sancha Nuñez. Et si celle-ci mourait sans enfant légitime, que cet héritage revienne à mes proches.
De même, je lègue les 5000 morabatins que j’ai sur mes biens de Castille à dona Teresa, comtesse d’Empúries109, pour rembourser mes dettes et réparer mes injustices. Et je veux que ladite comtesse d’Empúries et Guillem de Pau110, que j’ai envoyé avec elle en Castille pour recevoir lesdits morabatins, les apportent à mes exécuteurs testamentaires, c’est-à-dire le châtelain d’Amposta, l’évêque de Barcelone et Lope Jiménez de Luesia.
De même, je veux et ordonne que les exécuteurs testamentaires que j’ai désignés pour la terre du Roussillon perçoivent après ma mort toutes les rentes et revenus de la terre du Roussillon, de Conflent et de Cerdagne, tels que le roi Pere, mon cousin, me les avait concédés par un acte, et que le seigneur Jaume, actuel roi d’Aragon, m’avait confirmé, et qu’ils les gardent jusqu’à ce que mes dettes soient remboursées et mes injustices réparées,
En outre, je veux et ordonne que tout ce que mes exécuteurs testamentaires seraient menés à améliorer ou à faire à propos de ce qui précède pour le salut de mon âme, soit aussi ferme et immuable que si je le faisais.
De plus, je demande à mon seigneur Jacques, par la grâce de Dieu roi d’Aragon, de respecter et de faire respecter mon testament ; qu’il ne s’y oppose pas ni ne permette que l’on s’y oppose ; et que par amitié pour moi il laisse à mon cher Guillem de sa Portella ce que je lui ai donné en usufruit dans la Vall de Ribes par un acte écrit.
De plus, je place mon testament et mes dernières volontés sous la protection et la défense de Dieu et du seigneur pape, et sous la défense des archevêques de Narbonne et de Tarragone, en leur demandant et les suppliant, par bonté, pour la rémission de mes péchés et pour le salut de mon âme, de faire observer mon testament.
Ceci est ma dernière volonté que je prescris de toujours faire observer de manière inviolable. Et si elle n’a pas valeur juridique de testament qu’elle ait au moins celle de codicille ou de dernière volonté.
Fait le seizième jour des calendes de janvier de l’année du Seigneur 1241.
Seing du seigneur Nunó Sanç, qui confirme et signe ce testament et demande aux témoins de signer.
Seings du seigneur Bernat, par la grâce de Dieu évêque d’Elne, et de frère Deusde, de l’ordre des Mineurs, et de frère Guilabert, du même ordre, et de Lope Jiménez de Luesia, et de Guillem de sa Portella, et de Ramon Cadell, et de frère G. de Samuga, de l’Hôpital de Jérusalem, et de García Reboster, et de Ramon Carles, et de maître Gil, et de Pere de Bula, témoins requis.
Pere Calvet111, scribe public a écrit sur ordre du seigneur Nunó Sanç et a fait ce seing.

Observations

18Ce testament, partiellement publié et étudié par Bernard Alart dans ses Privilèges et titres de Roussillon et de Cerdagne en 1878, puis souvent oublié par les historiens, est un document de première importance : il permet de lever une partie du voile qui recouvre les activités et la personnalité de celui qui fut, de février 1212 à sa mort en décembre 1241, le seigneur des comtés pyrénéens de Roussillon et de Cerdagne.

19Document privé, il n’aborde pas la dévolution à la couronne des territoires, qui lui avaient été concédés en viager, par le roi Pierre II. La nature même de l’acte réglait le problème, ces domaines revenant au roi Jacques Ier. Mais le fait que Nunó meure sans héritier mâle légitime a évité toute nouvelle concession de ce type. La seule “irrégularité” apparente réside dans le fait qu’il dispose pour les vendre des castra de Clairà et de Puyvalador, qui appartenaient indubitablement au domaine comtal. Il apparaît du reste que cette disposition ne fut pas appliquée.

20Les biens et possessions personnels dont il demande la vente “pour la rémission de ses péchés, le salut de son âme, réparer ses mauvaises actions et payer ses dettes” se répartissent sur cinq espaces géographiques : la Castille maternelle, l’Aragon, les comtés de Roussillon et Cerdagne, et les terres récemment conquises : Baléares et Valence. Rien ne vient rappeler l’action de Nunó et de son père en Provence, ni surtout les pouvoirs qu’il a eus dans les pays de Fenouillèdes et Perapertusès. En fait, le texte montre que ce sont les comtés pyrénéens et les Baléares qui concentrent la plupart de ses activités. Il confirme ainsi des aspects bien documentés dans nos archives et particulièrement bien étudiés par les historiens majorquins, comme la localisation de ses biens sur l’île de Majorque et leur gestion. Sur le continent, il n’ajoute rien à notre connaissance de l’administration du Roussillon et de la Cerdagne, bien ébauchée par Bernard Alart. En revanche, il ouvre un espace : celui de la vocation méditerranéenne de Nunó, pour l’étude duquel les historiens sont fort démunis. Nous n’avions jusqu’alors que des bribes : un acte de Pere II de 1209 donnant Port de Bouc, Agay et Monaco au comte Sanç et à Nunó, un acte de l’empereur Frédéric II daté de 1210 leur donnant les comtés de Raguse et d’Agrigente, l’attribution du territoire de Montuiri à Majorque, avant même la conquête, et la citation du Livre des Faits mentionnant le départ de Nunó pour faire la course au large des côtes berbères en avril 1230.

21Le testament donne un autre relief à cette vocation maritime : la course y apparaît comme une activité habituelle et lucrative. Elle s’assimile même à la piraterie pure et simple quand elle est pratiquée contre les Pisans, alliés des Catalans depuis 1115, et qui ont renouvelé en 1233 leur vieille alliance avec le roi Jacques. A côté de la course, le commerce n’est toutefois pas absent, et le seigneur du Roussillon sait aussi investir en achetant des parts sur un navire. Enfin, l’intérêt porté à Collioure et à l’entretien de son port montre que Nunó a eu le souci de développer un outil aussi utile que lucratif.

22Mais un autre intérêt du texte est qu’il nous permet aussi d’appréhender la multitude d’activités exercées par un prince hispanique au XIIIe siècle. Nous y découvrons un homme occupé à toutes sortes d’affaires, grandes et petites. Elles couvrent tous les secteurs d’activités : terres, maisons, navires, droits, impôts, et jusqu’à des boutiques de change et des bains publics à Majorque. Pour se procurer de l’argent frais, il fait flèche de tout bois. Car, comme nombre de grands seigneurs de l’époque, il dépense, emprunte à tout le monde et rembourse quand il peut. Toujours à court d’argent, il se montre peu regardant sur les moyens de s’en procurer. Son testament est un vrai florilège d’exactions en tout genre : à l’exercice de la piraterie viennent s’ajouter les abus de pouvoir : détournement de leudes et de dîmes, confiscations infondées du bien d’autrui, ventes plus ou moins forcées et, c’est le moindre de ses péchés, emprunts non remboursés ou dont le paiement est renvoyé après sa mort et confié à la discrétion et au jugement de l’Eglise éternelle. Cependant, si Nunó est un grand dépensier, c’est qu’il sait aussi recevoir avec faste à Perpignan, aux frais des habitants de la ville, la future reine d’Aragon, Yolande de Hongrie.

23Nunó est aussi un homme de fidélités ; les mêmes noms l’accompagnent tout au long de sa vie, à la bataille ou pour gérer ses biens. En premier lieu viennent ses fidèles aragonais : Rotlan Layn et Fernando Perez de Pina, Alaman de Sadava, et Lope Jimenez de Luesia notamment. Ils l’ont accompagné à Majorque, où il les a bien dotés. Lope Jimenez de Luesia est même l’un de ses exécuteurs testamentaires. En Catalogne et Roussillon, Guillem de sa Portella le suit depuis 1217, tandis qu’en Cerdagne nous trouvons dans son entourage Guillem de Niort et Galceran d’Urtx depuis 1217 et Guillem Cadell, le notaire et jurisconsulte de Puigcerdà depuis 1222.

  • 112 Sur Olivier de Termes, voir Gauthier LANGLOIS, Olivier de Termes. Le cathare et le croisé (vers 120 (...)

24Doit-on attribuer à cette fidélité aux hommes la part d’ombre qui subsiste concernant les rapports de Nunó avec les hérétiques ? Son testament nous livre presque incidemment le nom de Bernat Guillem de Clairà, condamné pour hérésie. Deux autres noms figurant dans le texte auraient pu faire l’objet d’une telle remarque, ceux de Galceran d’Urtx et, à condition qu’il ne s’agisse pas d’un homonyme, celui de Guillem de Niort. Si nous ajoutons à ceux-là la liste des chevaliers que le prince aragonais a amenés à Majorque, nous trouvons plusieurs faidits occitans, dont Chabert de Barbaira, condamné pour crime d’hérésie en 1235 à Perpignan en présence de Nunó, son frère Arnaud de Barbaira, Ramon de Castellrosselló, Olivier de Termes et Ponç de Vernet, tous membres de familles aristocratiques intimement liées à l’hérésie112. Mais les raisons de Nunó, en dehors de la fidélité à ses hommes, nous sont inconnues. Lui-même constate la présence d’hérétiques dans son entourage, mais semble traiter le problème par l’indifférence. Il a certes été excommunié, mais pour des raisons politiques et non pas religieuses. Ses nombreuses donations à l’Eglise, surtout à Majorque (Hôpital de Sant Andreu, terrain du monastère cistercien de Santa Maria de la Real) l’ont mis à l’abri de tout soupçon.

25D’ailleurs sa dernière fidélité, et non la moindre, est celle qui le lie depuis son jeune âge à l’Hôpital de Saint-Jean de Jérusalem, auquel il s’est donné, comme son père le comte Sanç et son cousin le roi Pierre II. Ce sont les frères de cet ordre à la double vocation de charité et de combat qui reçoivent son corps, son cheval et ses armes.

Haut de page

Annexe

Annexes : Pièces justificatives

1241, 17 décembre.
Nunó Sanç, fils du comte Sanç, fait son testament
A. Original perdu.

B. Vidimus du 13 juillet 1242 par Pere del Volo, prêtre et notaire public, perdu, pris sur A1.

C. Vidimus du 7 août 1242 par Bertran, notaire de Codalet à la demande de l’abbé de Saint-Michel de Cuxà, parchemin, larg. 355/365, haut. 550/ 570 mm. ADPO, 1B9, pris sur B2.

D. Copie de la seconde moitié du XVIIIe siècle par François de Fossa, ADPO, 12J27, n° 23, prise sur C.

E. Copie de la seconde moitié du XIXe siècle par Bernard Alart, Cartulaire manuscrit, t. III, p.62, prise sur C.

Analyse : ALART, Bernard, Privilèges et titres ..., p. 159-162.

Cum nil morte sit certius quamvis hora ejus dubia sit et incerta per tempora enim et momenta labendo properamus ad finem. Sapientis enim et discreti est sua considerare novissima ne post transitum illius culpa sua questio aliqua oriatur. Idcirco, in Dei nomine, nos Nuno Sancii, filius condam venerabilis comitis Sancii, egritudine detentus, timens penas inferni et cupiens pervenire ad gaudia paradisi, ideoque facio hoc meum testamentum in meo bono sensu et in mea bona et plena memoria, in quo omnia bona mea mobilia et inmobilia scripta et ordinata reperiantur. Unde eligo meos manumissores, videlicet in partibus Rossilionis, Vallispirii, Confluentis et Cerritanie, et in partibus citra Gerundam, dominum Elnensis episcopum, et comitem Ympuriarum, et Guilelmum de Portella; et in omnibus aliis que habeo et habere debeo et ad me spectant et spectare debent ultra Gerundam, sive in Catalonia, vel in regno Valencie, vel in Castella, eligo meos manumissores castellanum Emposte et dominum episcopum Barchinone et Lupum Examenes de Lusia. In his vero que habeo in tota terra Majoricarum et in insula de Evissa, eligo manumissores meos episcopum Majoricarum et predictos castellanum Emposte et Lupum Examenes de Lusia. Quod si forte mors michi evenerit antequam aliud testamentum michi 0liceret facere, isti habeant licenciam et potestatem ordinandi ac distribuendi omnia bona mea sicut inferius in hoc meo testamento scriptum reperietur absque omni dampno et missione eorum.

In primis dimito corpus meum Deo et Hospitali Jherusalem de Bajolis, in cimiterio cujus corpus meum sepeliatur. Et dimito eidem Hospitali de Bajolis equum meum et arma et garnimentum corporis et equi; et ecclesie Sancti Johannis Perpiniani CCC solidos malguriensium, et unicuique inde presbitero V solidos. Item dimito unicuique sacerdoti ecclesie Sancti Vincencii de Bajolis V solidos. Et relinquo operi Fratrum Minorum Perpiniani mille solidos malguriensium. Et dimito Rodrigo Eneguis mille solidos malguriensium pro cavalairia; et Alfonso Dies alios mille solidos malguriensium pro cavalairia; et Guilelmo Trocilo alios mille solidis malguriensium; et Garssie Lopis alios mille solidos malguriensium; et Bernardo Nunis alios mille solidos malguriensium; et Aaron judeo CCC solidos malguriensium.

Preterea confiteor et recognosco me debere debita infra scripta et me teneri ad restituendas injurias infra scriptas. In primis Giraldus Boneti de Narbona petit michi XX millia solidos malguriensium. Tamen non est fides mea neque consiencia me sibi tantum debere quia persolutus est de majori parte, et ipse vult inde mecum composicionem et finem facere pro X milibus solidis malguriensium. Et quod ego solverem ex illis XM solidis sibi quolibet anno II millia solidos malguriensium. Et mando quod solvantur dicto Guiraldo Boneto predicti X millia solidi malguriensium. ut dictum est. Et debeo filiis Bartolomei Melon de Barchinona III millia solidos barchinonensium. Item debeo Raimundoa Raimundi de Lerida morabetinos sumam quorum nescio, et videantur carte sue, et secundum earum tenorem solvantur ei. Item debeo Crespano de Ylerda morabetinos et habet inde cartam, sed de majori parte est persolutus. Item debeo filii Girberti Aragonesii circa III millia solidos barchinonensium. Item debeo Roberto de Tarragona D solidos barchinonensium. Item debeo Petro Martello CCCC solidos barchinonensium. Item debeo Andree de Linano mille morabatinos cum carta. Item debeo Bernardo Guilelmo de Villafrancha cum cartas, sicut in eisdem cartis continetur que sunt inde facte; de aliis vero debitis que sibi sine cartis debeo credatur ei plano suo verbo. Item debeo Gaucerando de Urgio et Guilemo de Aniorto sicut in instrumentis que sunt inter me et ipsos facta continetur. Tamen ipsi debent viccarias computare et quod inde habuerunt. Item debeo Dieguo Rots qui decessit apud Cauchum liberum quando venimus de exercitu Majoricarum CC morabatinos. Item debeo Ferrario de Saitzeto summam cujus debiti nescio, et volo quod credatur inde simplici et plano suo verbo. Item debeo Gombaldo de Perpiniano pro patre suo, et nescio quantum, sed ipse habet inde cartam. Item debeo similiter Guilelmo Adalberto pro patre suo cum carta. Item debeo Poncio de Alaniano de mille solidos malguriensium usque ad MD solidos malguriensium, sicut est in carta sua; et ex alia parte CCC solidos malguriensium pro quodam mulo. Item debeo Petro Galardo et Comiti de Salsis bladum cum cartis, et videantur carte quas inde habent. Item debeo similiter bladum quibusdam aliis hominibus de Perpiniano, quorum quidam sunt persoluti, et alii non, et fiat inde cum eis computum, et detur eis quod justum fuerit. Item debeo Petro de Palma cum carta DCCC solidos malguriensium, quorum habuit D solidos malguriensium. Item debeo Petro Guiraldono CCCC solidos malguriensium. Item debeo Natali de Sancto Cipriano et fratri suo denarios quos michi accomodarunt quando fuit curia ad Perpinianum, et credo quod sunt DCC solidi, tamen sunt persoluti de duabus questis vel de tribus. Item debeo denarios quibusdam pro quibus habent pignora mea obligata, quorum nullam aliam mentionemb facio, sed volo quod fiat inde cum eis computum, et recipiant in paccam quicquid inde recipere debuerint. Item debeo Ferrario Caudererio de Tortosa C solidos jachensium. Item debeo Hospitali Jherosolimitani M morabatinos pro testamento patris mei. Item debeo alios mille morabatinos pro patre meo, quos ipse mandavit quod ego solverem, tamen nescio cui, et videtur mihi quod ille cui debentur est de partibus Montispessulani, et videatur testamentum dicti patris mei quod est in Hospitali vel apud Riupullum, et ibi invenietur nomine illius cui debentur. Item Arnaldus de Merola de Barchinona dicebat quod ego debebam ei morabatinos quos michi accomodavit quando tenebat monetam, de quibus nullam memoriam habeo, tamen si potest hostendere, solvantur ei. Item debo Petro Ferrario de Seragossa C morabetinos. Item debeo Petro Cosedor de Calatau morabatinos quos michi accomodavit, summam quorum nescio. Et debeo Bartolomeo Tareri de Seragossa debitum pro quo dominus rex intravit sibi inter manus, et tenetur ei de illis, tamen eos sibi non solvit, et hoc sit in cognicione Ecclesie si teneor ei vel non. Et debeo Lupo Examenes de Lusia C bisanciosc in argento, et ex alia parte CCC solidos malguriensium, quos mihi accomodavit. Item debeo Guilelmo de Portella C bisanciosc, et precium duarum mularum, et credatur inde plano suo verbo. Item debeo eidem Guilelmo de Portela ex alia parte II millia solidosmalguriensium, quos michi de novo accomodavit. Item emi alfondas Barchinone cum consilio Arnaldi de Gerunda, et inde feci composicionem cum ipso et cum Raimundo Jaupin, et credo adhuc inde debere dicto Raimundo Jaupin D solidos barchinonensium, et quamvis ego feci composicionem cum dicto Arnaldo de Gerunda, tamen adhuc volo quod fiat ei inde justicie complementum ad cognicionem Ecclesie. Item decimam de Caucolibero, quam abstuli uxori Berengarii Sacriste de Malleolis, quamvis dictam decimam ei de jure crederem abstulisse, volo et mando quod dicta decima reddatur ei, et expleta que inde percepta sunt postquam sibi dictam decimam abstuli. Item, abstuli cuidam Pisano in fosse sive in introitu de Tibred apud Romam mille CC maimonidas in auro, nomen cujus Pisani nescio, et queratur ad Pisam, et reddantur sibi. Item cepi unum lignum de Pisanis in exitu de Corsegua, et nescio nomen eorum, et erat oneratume de raubis, habui inde apud Marssiliamf XIII millia solidos de reials, et similiter querantur apud Pisam, et reddantur eis. Item, abstuli et accepi per forciam quandam navem cujusdam Pisani, que fuit capta apud Barchinonam, et fuit extimata ad VI millia solidos jenoensium, et reddantur ei. Item, debeo Johanni Gil CCC solidos jachensium. Item, mando quod reddantur CC morabatinos domine Terese de Casal pro fidejussione quam maritus suus fecit pro me Pascazio Moinos. Et pro illa fidejussione et gravamine quod inde sustinuit, mando quod solvantur ei dicti CC morabatini, et deprecor eam quod remitat michi siquid plus sibi debeo, quia nescio illud quod sibi debeo nec summam debiti. Item, debeo CC vel CCC morabatinos domine Berengarie, matri Petri Sasen de Seragossa, uxori quondam Petri Sasen, sicut in cartis suis continetur. Item, de tabulis quas emparavi hominibus de Podio Cerdano, quod feci de jure prout crederem, sit in cognicione Ecclesie; et si eas injuste emparavi, solvantur et reddantur eis. Item, mando quod si Petrus de Sancto Martino, miles, voluerit recuperare honorem quem ab ipso emi in Ceritania et reddiderit et tradiderit precium quod ei pro ipso honore dedi, dictus honor reddatur ei; et remitantur ei de illo precio IIM solidorum malguriensium pro dampno et gravamine quod pro me sustinuit; et si infra dimidium annum non persolverit dictum precium, mando quod ille honor vendatur, et de precio ejusdem honoris restituantur eidem Petro de Sancto Martino racionibus predictis II millibus solidis malguriensium, et residuum detur pro meis injuriis emendandis. Item, mando quod totum illud quod teneo et emparavi uxori Bernardi Guilelmi de Clairano, qui fuit condemnatusg pro heretico, sit in arbitrio Ecclesie; et si injuste emparavi, reddatur sibi cum fructibus quos inde percepi. Item, mando quod medietas leude porti de Cauquolibero detur ad faciendum portum, et amplius mille solidi malguriensium de hoc quod michi ibi remanet pro emenda et restitucione de illo quod inde habui racione illius porti, quousque dictus portus sit plenarie factus; et statim facto et completo dicto portu, mando quod dicta leuda quam ibi mando dari pro refectione dicti porti sit soluta inperpetuum tam de mari quam de terra. Et si forte contingeret me mori antequam ego videam dominum papam super facto illius leude quam habui et recepi racione dicti porti, mando quod reddatur de XXV annis quibus dictam leudam accepi pro quolibet anno III mille et D solidos malguriensium, et mitantur et ponantur in opere dicti porti, nisi dominus papa voluerit michi aliquam graciam facere, vel dispensacionem; et ad hoc faciendum obligo omnes redditus et proventus quos habeo et habere debeo in castro de Cauquolibero. Item, de bastida Dominici Provincialis, que est apud Majoricas, videatur diffinicio quam inde michi fecit, et videatur in posse Ecclesie; et si debet eam habere, reddatur sibi. Item, magister Johannes et Garssia Repositarius conquerentur de me de quadam vinea, quam eis abstuli apud Majoricas, in vallis de Biniola, et hoc de jure facere credebam, et sit in cognicione Ecclesie. Item, de balneis que teneo apud Majoricas, que fuerunt regine sarracene, videtur michi quod ea injuste teneo, et sit in arbitrio Ecclesie. Item, Berengarius de Monte Regali dicit quod debeo ei denarios cum carta et precium duorum equorum, de quibus memoriam non habeo, et sit in arbitrio Ecclesie. Item, dictus Berengarius de Monte Regali petit michi II sarracenos suos quos sibi abstuli, et volo quod reddantur ei. Item, Belvis, miles, conqueritur de me de tolta quam mei homines ei fecerunt apud Caucum Liberum, quam toltam ego habui, et credebam eam habere racione illius guerre que fuit inter nos et Guilelmum de Monte Catano, et sit in cognicione Ecclesie. Item, debeo macellariis de Perpiniano, pro missionibus et expensish quas feci in nupciis domini regis, DCCC solidos malguriensium. Item, debeo pro dictis nupciis quibusdam aliis hominibus de Perpiniano de vino et de blado, videlicet Perpiniano de Rossa et Poncio de Fossa et Raimundo Palaciolo et Mascarosie et Guilelmo Magistro et Fabrezanis et R(aimundo) de Arulis et B. de Insula et aliis, DCCXXVI solidos malguriensium. Item, debeo pro predictis nupciis Raimundo Gavele CCL solidos malguriensium; et Bernardo Homini Dei, mercerio, C solidos malguriensium. Item, debeo aliquibus hominibus de Perpiniano, pro manleute quod pro me accepit Petrus Antolin, videlicet Bernardo Homini Dei et quibusdam aliis, CXXX solidos malguriensium. Item, mando quod de illa terra de Felenig, quam ego teneo, omnes proceres et participes habeant inde suam partem secundum quod eis pertinet, nisi ex sua propria voluntate eam dimitere voluerit, exceptis illis de quibus habeo donacionem, quorum partem mihi cum alia mea parte retineo. Item, absolvo et franchum et alforum facio Ferrarium, qui fuit sarracenus et modo est christianus. Item, mando dari fratribus ordinis Captivorum apud Majoricas L solidos malguriensium pro quadam petra, quam habui de comuni. Item, mando quod dentur CC solidi malguriensium Bergo de Porsan, illi scilicet cujus fuerunt operatoria de cambis apud Majoricas, que ei per sentenciam abstuli. Item credo quod debeo Petro de Raimundo Petri morabatinos, et si ostenderit inde cartam, mando quod solvantur ei. Item, pignoravi quoddam lignum pro hominibus Montispessulani, et erant ibi multi alii homines extranei. Item, filii Petri Groin de Barchinona petunt michi quoddam debitum racione patris sui, et ego non credo eis aliquid debere, quia dictus Petrus Groin faciebat michi multas baratas, et de multis recuperavi cartas et de multis non. Item, dico de Guilelmo Ermengaldo de Barchinona, et videatur totum in posse Ecclesie. Item, recognosco quod Berengarius Cauderer est fidejussor pro me Bernardo de Lacera de CCCC solidis jachensium. Item, mando quod castrum de Somet reddatur dompno Alvaro Petri, ita tamen quod fiat inde sicut mandavi Ferrando Petri de Pina cum carta per alphabetum divisa, scilicet quod habeatur inde primo fatica in domino rege Aragonum. Item, mando quod domos quas Arnaldus de Gerunda, bajulus meus, stabilivit pro me apud Majoricas, quod stabilimentum ego in parte mutavi, videatur et cognoscatur illud in posse Ecclesie et fiat secundum cognicionem Ecclesi. Et debeo Garssie Reboster ex I parte DL solidos malguriensium, et ex alia parte CCXL solidos. Item, debeo Raimundo Carles LXXVIII solidos malguriensium, quos pro me dedit Rotlando Layn. Item, debeo comendatori de Alcanis CLX caficis ordei. Item debeo Bartolomeo de Lastela de Lerida circa mille CC solidos malguriensium. Item, habui de Ser Montanar Guers XX millia solidos malguriensium, quos habui racione cujusdam navis in hunc modum, videlicet quod venit ad me quidam pisanus qui dixit se partem habere in dicta nave, et vendidit michi jus suum et partem quam ibi habebat, et propter hoc habui dictos XX millia solidos, et hoc sit in cognicione Ecclesie, si debeo illos restituere vel non. Item, volo quod Lupus Examenes de Luzia credatur de his que dicet in sua legalitate quod sibi debeam tam pro castro Sentueri, quod pro me tenuit, quam pro debitis que pro me debet in terra Rossilionis. Item, profiteor et recognosco quod Bernardus Guilelmi de Villafrancha reddidit michi legale computum de omnibus que pro me tenuit et habuit, et de ipso inde bene perpaccatum me teneo. Item, dimito hospitali nostro Sancti Andree, quod est in villa Majoricarum, L maimodinadas in censuali nostro, quod habeo et accipio intus villam Majoricarum, et quod dictum hospitale teneat pauperes et capellanum sicut scriptum est inter me et dictum hospitale. Et dimito penitus et absolvo et diffinio Lupo Examenes de Lusia et Alamain de Sadava, et Martino Petri de Si, et Pelagio Nuniz, et Garssie Gonsalvez, et Petro de Rupe, et Bernardo de Pavo, illos equos et garnimenta, quos et que michi debent tenere cum cartis pro suis hereditatibus quas pro me tenent in terra Majoricarum, excepto hoc quod teneant ipsas hereditates et possessiones pro me in feudum ad consuetudinem Barchinone. Item, volo et mando quod decimam quam teneo apud Caucumliberum, que est Hospitalis Jherusalem, quam habebam tantum in vita mea, libere revertantur dicto Hospitali statim post finem meum. Item, volo et firmiter precipio quod omnes illos denarios quos superius dimisi Rodrigo Eneguis et Alfonso Dies et Guilelmo Trocilo et Garssie Lopis et Bernardo Nunis, scilicet cuilibet eorum mille solidos, solvant castellanus Emposte et Lupus Examenes de Lusia de bonis meis. Et dimito monasterio de Nuce X millia solidos malguriensium, qui eidem monasterio solvantur de bonis meis ad cognicionem domini episcopi Elnensis et fratris Deusde ordinis Minorum. Et dimito monasterio Sancti Michaelis de Cuxano decimam parrochie Sancti Jacobi de Ergolisa, quam ab abbate ejusdem loci tenebam in feudum, quam emi cum ejus laudimio a Raimundo Guilelmo de Enveg, excepta decima laboracionis Raimundi Catelli, quam habet in dicta parrochia Sancti Jacobi, a cujus decime prestacione dictum Raimundum Catellum et suos inperpetuum affranquisco et liberos et inmunes facio. Preterea dimito omnia mea bona mobilia et inmobilia et se moventia, quecumque sint et ubicumque, ad persolvenda mea debita et meas injurias restituendas. Et volo quod statim post obitum meum omnia mea vasa argentea, anuli, lapides preciosi et omnia alia bona mea mobilia et inmobilia et se movencia, que habeo in Rossilione vel apud Caucumliberum et in Vallispirio, Confluentis et Cerritania emparentur et vendantur per dominum Bernardum Elnensis episcopum et Guilelmum de Portella, ex quibus solvant meam manumissionem. Residuum vero detur per ipsos incontinenti ad solucionem meorum debitorum et restituendas injurias meas noticia ipsorum duorum, non spectata presentia domini comitis Ympuriarum, quem cum eis constitui manumissorem. Volo etiam et mando quod castrum de Clairano et castrum de Pug Baledos et honor qui fuit Petri de Sancto Martino et totum jus quod emi a Guilelmo de Montesquivo et a domina Blancha, uxore sua, in honoribus et bonis et possessionibus in terminis Sancti Stephani de Pinu, et Sancte Eugenie de Lebejano et Sancti Juliani de Turriliis et Sancti Vincencii de Clairano et Sancti Sebastiani de Mutacionibus emparentur statim post finem meum a dictis manumissoribus meis in terra ista Rossilionis constitutis, et vendantur, et precium totum detur et solvatur per ipsos manumissores ad solucionem debitorum et restitucionem injuriarum, que quidem debita que in terra ista debeo, vel injurie quas in terra ista facio, restituantur de precio istarum possessionum et aliarum rerum et quantum sufficere poterit precium quod inde habitum fuit. Residuum vero solvatur et emendetur ab aliis meis manumissoribus de aliis bonis meis. Preterea volo et mando quod dicti mei manumissores, quos constitui in omnibus aliis bonis meis, emparent statim post obitum meum omnia mea castra, honores et possessiones et omnia alia bona mea mobilia et inmobilia et se movencia que habeo et habere debeo in Catalonia et in Aragonia et in regno Valencie et in regno Majoricarum, et vendant omnia illa prout melius poterint, et precium quod inde habuerint, donent in solucionem debitorum meorum et restituendas injurias meas. Et dimito domine Terasie Lopis totum honorem quem habeo et habere debeo in regno Castelle et in regno Leonis, ita scilicet quod dum voluerit stare sine marito teneat dictum honorem; et si nupserit vel decesserit, habeat ibi VI millia morabatinos quos ego habui pro ipsa; et solutis illis morabatinis, dimito totum illum honorem et omnia predicta que habeo in regno Castelle et in regno Legionensi filie mee domine Sancie Nuniz; et si forte ipsa decesserit sine prole legitima, dicta hereditas revertatur proximis meis. Item, dimito illos V millia morabatinos quos habeo super honoribus Castelle domine Teresie, comitisse Ympuriarum, ad persolvenda mea debita et ad meas injurias restituendas; et volo quod dicta comitissa Ympuriarum et Guilelmus de Pavo, quem ego misi cum ipsa ad partes Castelle pro recipiendis dictis morabetinis, tradant ipsos dictis manumissoribus meis, videlicet castellano Emposte et episcopo Barchinone et Lupo Examenis. Item, volo et mando quod dicti mei manumissores constituti in terra Rossilionis post obitum meum percipiant omnes redditus et proventus terre Rossilionis, Confluentis et Cerritanie, et teneant tamdiu donec debita mea fuerint persoluta et injurie restitute, sicut dominus Petrus rex Aragonum consanguineus meus michi concessit cum instrumento, et dominus Jacobus rex Aragonum, qui nunc est, michi laudavit. Preterea volo et mando quod quicquid dicti manumissores mei duxerint meliorandum vel faciendum super premissis ad salute anime mee sit firmum et stabilis ac si ego facerem. Preter hec autem omnia rogo dominum meum Jacobum, Dei gracia regem Aragonum, quod istud meum testamentum observet et faciat observari, et quode contra non veniat nec venire permitat; et amore mei dimitat dilecto meo Guilelmo de Portella hoc quod ei dedi in vallis de Ripis cum carta in tota vita sua. Insuper pono istud meum testamentum et istam meam ultimam voluntatem in protectione et deffensione Dei et domini Pape, et sub defensione archiepiscoporum Narbone et Terragone, rogans et suplicans eisdem, ut intuitu pietatis et ob remissionem peccatorum meorum, istud meum testamentum faciant observari ad salutem anime mee. Hec est mea extrema voluntas, quam semper inviolabiliter servari precipio que si non valet jure testamenti, valeat saltem jure codicillorum sive alie ultimef voluntatis. Actum est hoc XVI kalendas januarii, anno Domini MCCXL primo . Sig+num domini Nunonis Sancii predicti, qui hoc testamentum meum laudo et firmo testesque firmari rogo. Sig+++++++++++na domini Bernardi, Dei gracia Elnensis episcopi predicti, et fratris Deusde ordinis minorum, et fratris Guilaberti ejusdem ordinis, et Lupi Examenes de Lusia et Guilelmi de Portella et R(aimundi) Catelli, et fratris G. de Samuga hospitalis Jherusalem, et Garssie Rebosterg, et Raimundi Carles, et magistri Egidii, et Petri de Bula, testium rogatorum. Petrus Calvetus, scriptor publicus, mandato domini Nunonis Sancii scripsit, et hoc sig-(SM)-num fecit.

a. Raimdo C. - b. mensionem C. – c. le scribe a écrit bisanc avec un tilde sur les deux dernières lettres. – d. Tribe C. – e. honeratum C. – f. Sic C. – g. condempnatus C. – h. expensit C. – i. et fiat secundum cognicionem ecclesie ajouté en interligne C. – j. quod ajouté en interligne C. – k. ultime ajouté en interligne C. – l. Roboster C.

Généalogie de Nunó

Haut de page

Notes

1 Nous adoptons ici l’orthographe catalane plutôt que son équivalent castillan : Nuño Sanchez.

2 Même s’il usurpe à titre revendicatif le titre de comte de Roussillon et de Cerdagne dans quelques actes spécifiques, c’est bien le prédicat de seigneur qu’il convient de lui attribuer, et que l’on retrouve ainsi formulé en latin dans les chartes : « Nunius Sanctii, per Dei graciam dominus Rossilioni, Confluentis ac Ceritanie ». C’est également l’épithète dominus qui lui est le plus souvent attribué quand il souscrit comme témoin à la cour de Jacques Ier. Le titre comtal relevait exclusivement du roi d’Aragon, qui conservait les droits éminents de suzeraineté sur ces terres, comme cela est très clairement exprimé dans l’acte de février 1212 (Archives de la Couronne d’Aragon (désormais indiquées ACA), Reial Cancilleria, perg. Jaume I, n° 154). On constate que dans le testament que nous publions ici, Nunó ne revet aucune titulature, mais s’identifie par le biais de sa filiation paternelle « Nuno Sancii, filius condam venerabilis comitis Sancii », ce qui souligne bien le caractère privé de cet acte.

3 L’archiviste roussillonnais Bernard Alart en avait donné une analyse substantielle dans la seconde moitié du XIXe siècle : Bernard, ALART, Privilèges et titres relatifs aux franchises, institutions et propriétés communales de Roussillon et de Cerdagne depuis le XIe siècle jusqu’à l’an 1660... Première partie, 1000-1276, Perpignan : C. Latrobe, 1874, p. 159-161.

4 Archives départementales des Pyrénées-Orientales (désormais indiquées ADPO), 1B9.

5 Sanç avait été investi par le roi Alphonse II, son frère aîné, du comté de Provence et de la vicomté de Millau en 1181, mais il fut subitement destitué de son héritage en 1185, et connut ensuite une longue période de disgrâce qui ne s’acheva qu’avec la mort du roi troubadour en 1196.

6 LOSCERTALES DE GARCIA DE VALDEAVELLANO, Pilar (éd.), Tumbo del monasterio de Sobrado de los Monjes, Madrid : Dirección General de Patrimonio Artístico y Cultural, vol. 2, 1976, doc. n° 366 et 453.

7 ACA, Reial Cancilleria, Pedro I, perg. n° 347 et 348.

8 Laura SCIASCIA (a cura di), Pergamene siciliane dell’archivio della Corona d’Aragona (1188-1347), Palerme, 1994, doc. n° 3. Nous remercions ici M. Henri BRESC qui nous a aimablement communiqué les références de ce document cité dans son article « La Provence médiévale. L’horizon d’un Orient romanesque », La pensée du midi, 1, 2000-2001, p. 17.

9 ACA, Reial Cancilleria, pergaminos de Pedro II, n° 416 ; Jordi BRUGUERA (éd.), Llibre dels Feits del rei en Jaume , Barcelone : Editorial Barcino, 1991, chap. 20.

10 Jerónimo ZURITA, Anales de la corona de Aragón, Saragosse, 1610-1621, 2, LXI.

11 Ferran SOLDEVILA, Els primers temps de Jaume I, Barcelone : IEC, 1968, p. 92 et 110.

12 Michel-Jean-Joseph BRIAL, Epistolarum Honorii papae III, lib. III, ep. 123, Recueil des historiens des Gaules et de la France, t. 19, Paris : Palmé (Nouvelle édition), 1880, p. 673.

13 ACA, Reial Cancilleria, Perg. Jaume I n° 182.

14 ACA, Reial Cancilleria, perg. Jaime I, n° 285.

15 B. ALART, op. cit., p. 112 et suiv. ; ADPO, 12J24, n° 45.

16 F. SOLDEVILA, op. cit., p. 150 et suiv.

17 ACA, perg. Jaume I, n° 154.

18 Ambrosio HUICI MIRANDA, Maria Desemparados CABANES PECOURT, Documentos de Jaime I de Aragón (1216-1236), Valence : Anubar, 1976, doc. n° 32 et 33.

19 F. SOLDEVILA, op. cit., p. 199-200.

20 Llibre dels feits, chap. 20.

21 J. BRUGUERA (éd.), Llibre dels Feits…, op. cit., Barcelone, 1991, chap. 21; F. SOLDEVILA, op. cit. p. 203 et suiv.

22 Charles de TOURTOULON, Études sur la maison de Barcelone, Jacques Ier le Conquérant, roi d'Aragon, comte de Barcelone, seigneur de Montpellier, Montpellier : Gras, 1863, t. 1, p. 178 et 204.

23 Dom Claude VIC, Joseph VAISSETTE, Histoire générale de Languedoc…, t. 3, p. 166.

24 Pierre de MARCA, Marca Hispanica sive limes hispanicus..., Paris, 1688, app. DIV.

25 Charles BAUDON DE MONY, Relations politiques des comtes de Foix avec la Catalogne, Paris : Alphonse Picard et fils, 1896, tome 2, doc. n° 37.

26 ADPO, 1B9.

27 A. MUT CALAFELL, Gabriel ROSSELLÓ, G., La Remembrança de Nunyo Sanç. Una relació de les seves propietats a la ruralia de Mallorca, Palma de Mallorca : Govern Balear, 1993, p. 79.

28 Lorenzo PÉREZ MARTINEZ, « Corpus documental balear. Reinado de Jaime I (1228-1235) », Fontes rerum Balearium, 2, n° 1 à 3, Palma de Mallorca, 1978, passim.

29 A. CAMPANER, Cronicón Mayoricense (1229-1800), Palma de Mallorca, 1967, p. 3-4 ; Diplomatari del Monestir de Santa Maria de la Real de Mallorca, 1, Palma de Mallorca, 1982, doc. n° 3 à 6.

30 Joan MARI CARDONA, Illes Pitiuses. I. La Conquista catalana de 1235. Eivissa, 1976, p. 23.

31 ACA, Reial Cancilleria, perg. Jaume n° 641.

32 Cette question patrimoniale fait l’objet d’une étude en cours, qui devrait aboutir à une prochaine communication.

33 ACA, Reial Cancilleria, registre 22, fol. 105.

34 Bibliothèque nationale de France, coll. Doat, vol.192, fol. 205.

35 ADPO, 12J24, n° 49.

36 D. C. VIC, J. VAISSETTE, op.cit., 6, col. 714.

37 Frederico MIQUEL ROSSELL, Liber Feudorum Major…, t. 2, n° 805.

38 Le 31 janvier 1258, Jaume 1er, roi d’Aragon, confirme à doña Maria Nuñez, fille de Nunó Sanç, la possession de maisons et de terres situées dans la villa et le territoire de Bocairente, dans le royaume de Valence, Huici, Cabanes, n° 948.

39 Ce préambule d’inspiration cistercienne (saint Anselme, Alcher de Clairvaux) apparaît avec quelques variantes dans les testaments roussillonnais du début du XIIIe siècle.

40 Bernat de Berga, évêque d’Elne : 1230- † 15 mars 1259.

41 Ponç Hug III, comte d’Empúries : 1230- † janvier 1270. Il avait épousé en secondes noces une cousine germaine de Nunó Sanç, Teresa Fernández de Lara.

42 Guillem de sa Portella, issu d’un lignage de la comarca de Berguedà ; il figure régulièrement dans l’entourage de Nunó Sanç à partir de 1217.

43 Hug de Forcalquier, châtelain d’Amposta : 1221-1244. Le titre de châtelain d’Amposta désignait le maître provincial de l’ordre de l’Hôpital de Saint-Jean de Jérusalem en Catalogne. Amposta est une ville située dans la comarca de Montsià.

44 Pere de Centelles, élu en 1241, évêque de Barcelone : 1243-1252.

45 Lope Jiménez de Luesia, baron aragonais, fut un fidèle vassal de Nunó Sanç. En 1223, c’est lui que Nunó Sanç et Pedro Fernandez de Azagra chargèrent de contracter en leur nom une paix séparée avec Guillem de Montcada et l’infant Ferran. Lope Jiménez participa à la conquête de Majorque en 1229 et reçut en récompense des terres sur le territoire de Valldemosa. Par la suite il accompagna régulièrement Nunó Sanç à Majorque, puis en Roussillon où il officia comme lieutenant de son seigneur en 1240, cf. J. ZURITA, lib. II, cap. LXXIX ; Pau CATEURA BENNÀSSER, « La repoblacio nobiliaria de Mallorca per Nunó Sans », Montpellier, la couronne d’Aragon et les pays de Langue d’Oc (1204-1349), Actes du XIIe Congrès d’Histoire de la Couronne d’Aragon, vol. 2, Montpellier, 1988, p. 99-114.

46 La commanderie de Bajoles de l’Hôpital de Saint-Jean de Jérusalem, fondée vers le milieu du XIIe siècle à l’emplacement de l’ancienne église de Saint-Vincent de Bajoles, a aujourd’hui disparu. Elle se situait dans la partie orientale de l’actuelle commune de Perpignan, dans le quartier du Clos Banet, et non au Mas Anglada comme cela est encore indiqué par erreur sur la carte IGN (2548 OT Perpignan). La dernière campagne de fouille de sauvetage, dirigée sur ce site par Rémy Marichal au cours de l’été 1997, a permis la mise au jour dans la partie occidentale de la nef de l’église Saint-Vincent des restes d’un sarcophage gothique de belle facture, malheureusement très endommagé par l’effondrement du clocher à l’époque moderne. Rien ne permet toutefois d’identifier cet enfeu comme étant celui de Nunó. En élisant sépulture dans une maison de l’ordre de l’Hôpital de Saint-Jean de Jérusalem, Nunó perpétuait une tradition bien ancrée dans la maison comtale de Barcelone. Ainsi, Sancha de Castille († 1208), épouse du roi Alphonse II, oncle paternel de Nunó, fonda l’Hôpital de Sigena en Aragon en 1184 pour y établir des moniales hospitalières. Elle s’y retira après la mort de son mari. C’est à Sigena que fut inhumé en 1217 le corps de leur fils, le roi Pere II, tué à la bataille de Muret en septembre 1213, car il s’était fait donat de cette maison. Pour sa part, le comte Sanç, père de Nunó, s’était fait donat de l’Hôpital de Cavaillon en Provence en juillet 1196 et avait élu sépulture dans cette maison, cf. Martin AURELL, « Nécropoles et donats : les comtes de la maison de Barcelone et l’Hôpital (XIIe-XIIIe siècles) », Provence Historique, 1995, p. 10-19; Paul AMARGUIER, Cartulaire de Trinquetaille, Aix-en-Provence, 1972, doc. n° 185.

47 Il s’agit vraisemblablement de vassaux de Nunó Sanç, qui tenaient en fief des biens que celui-ci avait hérité de sa mère et de sa tante maternelle, la comtesse d’Urgell Elvira de Subirats, dans les royaumes de Castille et de León.

48 Ramon Ramon, riche créancier, était batlle de Lleida quand en décembre 1222 Jacques Ier, en présence de Nunó Sanç, reconnut lui devoir la somme de 2173 morabatins, A. HUICI MIRANDA, op. cit., doc. n° 38.

49 Monnaie d’or almoravide de 3.85 grammes.

50 Girbert Aragonès figure parmi les personnes auxquelles Nunó Sanç concéda des terres de sa portion de l’île de Majorque en 1232, cf. A. MUT CALAFELL et G. ROSSELLÓ, op. cit., p. 166.

51 Robert de Tarragona reçut également des terres dans l’île de Majorque en 1232, cf. A. MUT CALAFELL, ibid.

52 Pere Martell, marchand Barceloneis. Selon la chronique de Jacques Ier, c’est à son domicile de Tarragone que s’est tenu le célèbre dîner de novembre 1228 au cours duquel le roi d’Aragon aurait conçu avec ses invités, dont Nunó Sanç, le projet de conquête de l’île de Majorque, cf. Llibre dels Feits, chap. 47.

53 Bernat Guillem de Vilafranca, opulent seigneur dont le lignage était établi à Villefranche-de-Conflent. Il figure parmi les proches de Nunó Sanç à partir de 1217.

54 Galceran d’Urtx, baron catalan dont le lignage tire son nom de la localité d’Urtx en Cerdagne. Il est présent dans l’entourage de Nunó Sanç dès 1217. Galceran d’Urtx avait marié sa fille Beatriu à Hug de Saissac, fils et héritier de Peire, vicomte de Fenouillèdes. Après que Nunó Sanç eut obtenu du roi de France Louis VIII l’inféodation de la vicomté de Fenouillèdes en octobre 1226 aux dépens de Peire de Fenouillet dont les domaines avaient été confisqués, Galceran d’Urtx occupa le château de Puilaurens. Il fut excommunié par le concile de Toulouse en 1228 en même temps que Guilhem de Peyrepertuse et Raimond de Niort, autres seigneurs restés fidèles à Peire de Fenouillet et au comte de Foix Roger Bernard, cf. Marca Hispanica, app. DIV, et Luc D’ACHERY, Spicilegium sive Collectio veterum aliquot scriptorum qui in Galliae bibliothecis delituerant..., 2e éd., vol. I., Paris, 1723, p. 713.

55 Guillem de Niort, seigneur dont le lignage tire son nom de la localité de Niort dans le pays de Sault, aujourd’hui dans le département de l’Aude. Il exerça la fonction de viguier de Cerdagne-Conflent en 1217-1219. Il apparaît constamment dans l’entourage de Nunó Sanç jusqu’en 1236. Rien ne permet toutefois d’identifier ce personnage au fils homonyme de Guilhem de Niort et d’Esclarmonde de Laurac, poursuivi par l’Inquisition qui, après avoir obtenu ses aveux, le condamna pour crime d’hérésie à la prison perpétuelle en février 1237 ; ce dernier participa aux côtés de son frère Guiraud de Niort à l’expédition de Raimond Trencavel et au siège de Carcassonne en septembre 1240, cf. Bibliothèque nationale de France, coll. Doat, vol. 21, fol. 163-166, et Archives Nationales, J 1030, n° 73.

56 Ferrer de Salzet, bourgeois de Barcelone. Il fait partie des proches de Nunó Sanç qui l’assistent pendant la répartition de sa portion de l’île de Majorque dans les années 1232-1234. Il apparaît ensuite régulièrement dans l’entourage du seigneur du Roussillon cf. L. PÉREZ MARTINEZ, op. cit. ; Pau MORA et Lorenzo ANDRINAL (éd.), Diplomatari del monestir de Santa Maria de la Real de Mallorca, Palma de Mallorca, 1982.

57 Gombau de Perpignan, Guillem Adalbert, Ponç d’Alenya, Pere Galard, Pere Comte de Salses et Pere de Palma sont des bourgeois de Perpignan.

58 Nadal de Saint-Cyprien est vraisemblablement un juif de Perpignan. L’allusion aux questes, impositions royales, est ici implicite, ce qui rend son interprétation malaisée.

59 Monnaie aragonaise initialement frappée dans la ville de Jaca.

60 Nous n’avons malheureusement pas trouvé trace de ce testament qui semble avoir disparu.

61 Ville située dans la province de Saragosse.

62 Arnau de Girona apparaît dans l’entourage de Nunó Sanç en 1231. Le 20 janvier 1233, il renonça à la charge de batlle des possessions de ce seigneur dans l’île de Majorque, cf. L. PÉREZ MARTINEZ, art. cit., doc. 245.

63 Berenguer Sagristà, chevalier de Malloles près de Perpignan, décédé vers 1220. Son épouse Maria était encore en vie en 1257, cf. ADPO, Hp186.

64 Masmudine : demi double d’or almohade. Cette monnaie fut également frappée dans les ateliers des rois de Castille et d’Aragon.

65 Pascual Muñoz, bourgeois de Teruel. Il est l’un des deux représentants de la ville de Teruel qui assistèrent aux corts réunies à Lleida par le légat pontifical Pierre de Douai en 1214, quelques mois après que Simon de Montfort eut été contraint par le pape de remettre le jeune roi Jacques Ier à son légat et aux représentants de la couronne d’Aragon. Il souscrit le 15 septembre 1216 l’acte par lequel les magnats et les villes de la Confédération prennent le jeune roi sous leur sauvegarde. Il souscrit le 18 mars 1223 l’acte de confirmation de la monnaie jaquèse par Jacques Ier. Pascual Muñoz fut l’un des créanciers du roi d’Aragon à l’époque de la conquête de Valence, cf. Ferran SOLDEVILA, op. cit., p. 83, 105 et 109; Llibre dels Feits, chap. 25; ACA, Reial Cancilleria, perg. de Jaume I, n° 66.

66 Pere de Sant Martí appartient à un lignage qui tire son nom du château de Sant Marti, situé dans le municipe de Bellver de Cerdanya.

67 Nous n’avons retrouvé aucune trace du procès en Inquisition de ce modeste seigneur roussillonnais. Tout ce que l’on sait de Bernat Guillem de Claira, c’est qu’au mois de mai 1208, avec sa mère, dame Fina, et son frère, Pere de Claira, ils prirent sous leur protection tous les biens de l’abbaye cistercienne de Sainte-Marie de Fontfroide, et plus particulièrement ceux de sa grange de Sant Salvador de Canomals située dans les limites de l’actuelle commune de Bompas, non loin de Claira, cf. ADPO, H277.

68 L’absence de documentation complémentaire rend malaisée l’interprétation de cette clause très importante pour l’histoire du port de Collioure et du commerce maritime dans le comté de Roussillon, d’autant que sa formulation s’avère pour le moins elliptique. L’origine de la leude de Collioure n’est pas précisément connue. Un mémoire des délégués de Barcelone, adressé en 1317 au roi de Majorque Sanç, fait état de son ancienneté : il y est dit qu’il y avait alors plus de 150 ans que celle-ci était levée, ce qui ferait remonter sa création au milieu du XIIe siècle. Cette information, bien que plausible, doit cependant être prise avec circonspection, en l’absence de source contemporaine la corroborant. De fait, la présente clause constitue la plus ancienne mention répertoriée de la leude de Collioure. Nunó Sanç y précise qu’il en avait perçu les revenus depuis 25 ans, ce qui fait remonter au moins à l’année 1216 le terminus ante quem de sa création. Nunó Sanç aurait donc “détourné” une partie des revenus de la leude initialement destinée à financer la construction du port de Collioure. Est-ce pour cette raison qu’il souhaitait rencontrer le pape ? Là encore l’explication nous échappe. On peut toutefois avancer l’hypothèse d’un manquement aux statuts du Concile tenu à Montpellier en 1214, dont l’article 43 interdit sous peine d’anathème l’imposition de nouveaux péages, l’augmentation des anciens où leur déplacement, cf. Bernard ALART, Documents sur la langue catalane des anciens comtés de Roussillon et de Cerdagne…, Paris, 1881, p. 48; Giovanni -Domenico MANSI, Sacrorum conciliorum nova, et amplissima collectio..., t. 22, Venise, 1778, col. 949.

69 Doménec Provençal possédait une maison dans la cité de Majorque en septembre 1232. La bastide évoquée ici se trouverait sur le territoire de Porreres, cf. A. MUT CALAFELL, A., op. cit., p. 151; L. PÉREZ MARTINEZ, art. cit. doc. 181, p. 32.

70 Maître Joan était chapelain de l’église de Saint-Jean de Perpignan. Le 10 décembre 1225, Nunó Sanç donna à l’église Saint-Jean de Perpignan, en main et pouvoir de son affectionné et familier maître Joan, chapelain de cette église, tous les droits qu’il avait sur un casal de moulins dits de la Canorgue, situé dans la paroisse Saint-Jean de Perpignan, cf. ADPO, 12J25, n° 261. Il fut ensuite, de 1232 à 1240, le notaire particulier de Nunó Sanç qui le gratifia de possessions dans la cité de Majorque, cf. L. PÉREZ MARTINEZ, art. cit., doc. 121, 128, 149.

71 Garcia Reboster figure parmi les proches de Nunó Sanç à partir de la conquête de Majorque. En 1232, celui-ci lui concéda des maisons et autres biens dans la cité de Majorque, et plus tard dans la ville de Perpignan. Garcia Reboster et son épouse Ramona sont mentionnés dans plusieurs actes du chartrier des Templiers du Masdéu relatifs à Perpignan dans les années 1244-1246, cf. L. PÉREZ MARTINEZ, art. cit., doc. 138, p. 20-21; Rodrigue TRÉTON, Diplomatari del Masdéu, 5 vols, Barcelone : Fundació Noguera, 2010, docs. 330, 351, 355, 431, 434, 435, 449, 450, 453, 454, 456, 461, 464, 467 et 469.

72 Lors de la répartition de 1232-1233, Nunó Sanç avait concédé à Berenguer de Mont-ral des moulins sur le territoire de la cité de Majorque, cf. A. MUT CALAFELL, A., op. cit., p. 184-185 et 188-189.

73 La tolte désignait un prélèvement direct effectué par les agents seigneuriaux sur les réserves de nourriture des habitants d’une châtellenie.

74 Nunó Sanç fait ici allusion à la guerre qui l’opposa à Guillem de Montcada au cours des années 1222-1224, cf. Llibre dels Feits, chap. 21 et suivants.

75 La célébration des noces du roi d’Aragon Jaume Ier avec Yolande de Hongrie à Perpignan n’est pas datée, on suppose qu’elle eut lieu un peu avant le mariage officiel qui fut célébré à Barcelone au mois de décembre 1235, cf. Joaquim MIRET I SANS, Itinerario de Jaume I “el Conqueridor”, Barcelone, 1918, p. 119.

76 Ponç de Fossa, tanneur de Perpignan, avait fait son testament le 30 novembre 1240, cf. ADPO, Hp188.

77 Ramon Gavela, bourgeois de Perpignan actif dès 1222, administra l’Aumône commune de cette ville de 1244 à 1250.

78 Pere Antolí souscrit plusieurs concessions effectuées par Nunó Sanç dans la cité de Majorque de septembre 1232 à juillet 1233, cf. L. PÉREZ MARTINEZ, art. cit., doc.171 et passim.

79 Localité située dans l’île de Majorque.

80 Pere Groin fut l’un des plus riches et influents bourgeois de Barcelone de son temps. Berenguer de Palou, évêque de Barcelone, aurait institué le couvent des Frères Prêcheurs de cette ville sous l’égide de Pere Groin. Il fut le représentant des villes royales aux corts réunies à Barcelone en décembre 1228 pour décider de l’expédition de Majorque, cf. Marca Hispanica, col. 523; Agnès et Robert VINAS, La conquête de Majorque, Perpignan : SASL, 2004, p. 218-219.

81 Le château de Somet se situe en Aragon, dans la commune (municipio) de Carenas.

82 Álvaro Pérez de Azagra (en Navarre), seigneur d’Albarracín (1246-1260), épousa, en premières noces, Aurembiaix, comtesse d’Urgell et cousine germaine de Nunó Sanç, mais ce mariage fut annulé en 1228, et Aurembiaix épousa le 11 juillet 1229 l’infant Pedro de Portugal. Pedro Fernández, seigneur d’Albarracín (1196-1246) et père d’Álvaro Pérez, joua un rôle politique important au cours de la minorité de Jaume Ier en tant que membre du conseil de régence. Mais il s’opposa une première fois à son souverain en 1220 afin de défendre l’un de ses vassaux, Rodrigo de Lizana, venu se réfugier dans son château d’Albarracín, et soutint victorieusement le siège dirigé par le jeune roi. Au début de l’année 1223, il s’allia à Guillem de Montcada, en guerre contre Nunó Sanç, lequel trouva refuge auprès du roi à Monzón ; celui-ci réussit à sauver son cousin de la grave menace qui pesait sur lui. Au cours de l’hiver 1224-1225, réconcilié avec Nunó, ils trahirent Jacques Ier en faisant pénétrer Guillem de Montcada et l’infant Ferran dans la ville d’Alagó. Les magnats retinrent ensuite le roi et la reine d’Aragon captifs pendant trois semaines à Saragosse, afin de les contraindre à se soumettre à leurs conditions, cf. Llibre dels Feits, chap. 20 et 34; J. ZURITA, op. cit., lib. II, cap. LXXIX ; F. SOLDEVILA, op. cit., p. 178-179 et 193 ; Antonio SANCHEZ DE MORA, La nobleza castellana en la plena Edad Media : el linatje de Lara (ss. XI-XIII), thèse de doctorat, Universidad de Sevilla, 2003, vol. 1, p. 297 et 307.

83 Fernando Pérez de Pina, grand baron aragonais dont le lignage tire son nom de la localité de Pina de Ebro, dans la province de Saragosse. Conseiller très proche du roi Jacques Ier, il participa d’abord aux conflits féodaux qui agitèrent la couronne d’Aragon durant la minorité de celui-ci, puis aux conquêtes de Majorque et de Valence, cf. Llibre dels Feits, chap. 33 et passim.

84 Ramon Carles, scribe public (1226) puis notaire de Perpignan (1242-1244).

85 Rotlan Layn, seigneur aragonais. Il souscrit de nombreux actes du roi Jacques Ier de 1222 à 1235. Il fut le porte-étendard de Nunó à la bataille de la Serra de Portopí, lors de la conquête de Majorque en 1229, cf. Llibre dels Feits, chap. 64.

86 Le château d’Alcañiz appartenait à l’ordre militaire castillan de Calatrava, qui participa à la conquête du royaume de Valence.

87 Mesure d’origine arabe utilisée dans les royaumes d’Aragon et de Valence et contenant 179.36 litres.

88 Château situé dans l’île de Majorque, dans la commune (municip) de Felanitx.

89 L’hôpital des pauvres de Sant Andreu de Majorque aurait été fondé par Nunó Sanç en 1230, cf. A. CAMPANER, Cronicón Mayoricense (1229-1800), Palma de Mallorca, 1967, p. 3-4; P. CATEURA BENNASSER, Sobre la fundación y dotación del hospital de san Andrés, en la Cuidad de Mallorca, por Nuño Sans, Palma de Mallorca, 1980. Le 18 décembre 1232, Nunó Sanç donna à Pere Martell une maison à étage située près de l’Almudaina de Majorque et un jardin attenant au jardin de l’hôpital de Sant Andreu, cf. L. PÉREZ MARTINEZ, art. cit., doc. n° 227.

90 Alamán de Sádaba, baron aragonais de la province de Saragosse. Il figure dans l’entourage de Nunó à partir de 1226. Le 28 février 1233, Nunó Sanç lui inféoda la Vall d’Esporles, exceptée la part qu’il avait donnée aux cisterciens, ainsi que la mosquée de Felanitx et d’autres possessions dans l’île de Majorque, cf. Diplomatari del Monestir de Santa Maria de la Real de Mallorca, 1, Palma de Mallorca, 1982, doc. n° 4. P. CATEURA BENNASSER, Mallorca en el segle XIII, 1, Palma de Mallorca : El Tall Editorial, Conèixer Mallorca, 1997, p. 40.

91 Martín Pérez de Si, chevalier aragonais de Nunó Sanç. Selon la chronique de Desclot, il fut le premier à pénétrer dans la cité de Majorque lors de l’assaut du 31 décembre 1229, cf. DESCLOT, Bernat, Crònica, éditée par Miquel Coll i Alentorn, Barcelone, 1982, 2e éd., 1990, chap. 47. En juin 1233, Nunó Sanç lui inféoda une caballeria (fief de chevalier) constituée de deux alquerías (vocable d’origine arabe désignant un domaine rural associé à un habitat) situées à Manacor et de maisons dans la cité de Majorque. En contrepartie, Martín Pérez devait servir avec un cheval armé selon la coutume de Barcelone. Il souscrit en 1254 la confirmation des privilèges du royaume de Majorque par l’infant Pedro de Portugal, cf. PÉREZ MARTINEZ, op. cit., passim; P. CATEURA BENNASSER, « La repoblacio nobiliaria de Mallorca per Nunó Sans », ibid.

92 Pelayo Nuñez, chevalier vraisemblablement d’origine castillane, souscrit à Majorque des actes de Nunó Sanç d’août 1232 à juillet 1233. Nunó Sanç lui concéda une maison et d’autres biens dans la cité de Majorque. Il souscrit en 1254 la confirmation des privilèges du royaume de Majorque par l’infant Pedro de Portugal, cf. L. PÉREZ MARTINEZ, art. cit., doc. n° 157 et 159, p. 25; P. CATEURA BENNASSER, ibid.

93 García González a reçu de Nunó Sanç un fief de chevalier constitué d’un rafal de trois jovades (soit la superficie correspondant à trois journées de labour avec un attelage de bœufs), cf. P. CATEURA BENNASSER, op. cit.

94 Pere de la Roca, chevalier dont le lignage était peut-être lié à la Roca de Nyer en Conflent. Il souscrit le 16 juillet 1230, à Villefranche de Conflent, l’acte par lequel Nunó Sanç affranchit les habitants de Corneilla-de-Conflent de la prestation d’exorquia prélevée sur les héritages des personnes décédées sans enfant.

95 Bernat de Pau, seigneur originaire de l’Alt Empordà. Il souscrit des actes de Nunó Sanç à Majorque en 1233, cf. L. PÉREZ MARTINEZ, op. cit., passim.

96 En raison de sa portion de l’île de Majorque, soit 875 cavallerias, qui lui avait été attribuée par le roi Jaume Ier, Nunó Sanç devait entretenir en permanence quatorze “chevaux armés” pour la défense de l’île. Le roi et les magnats ont transféré cette obligation à leurs chevaliers, en les dotant de biens suffisants pour accomplir leur mission. Les sept chevaliers mentionnés dans cette clause sont vraisemblablement ceux auxquels Nunó Sanç avait confié cette charge, Alaman de Sadava devant en fournir trois. cf. José Maria QUADRADO, Historia de la conquista de Mallorca, Biblioteca Balear tomo II, p 128. P. CATEURA BENNASSER, Mallorca en el segle XIII …, p. 34 et 39.

97 L’église de Collioure aurait été donnée à l’Hôpital de Saint-Jean de Jérusalem par l’évêque d’Elne en 1208, donation confirmée par le pape Innocent III le 24 novembre 1209, cf. abbé Joseph FALGUÈRE, Collioure. Notice historique, 1898 (rééd. Paris, 1996), p. 115.

98 Nous n’avons pas réussi à identifier ce monastère.

99 Localité située dans la commune (municip) de Puigcerdà en Cerdagne.

100 Le seigneur Ramon Guillem d’Enveitg, en Cerdagne, souscrit le Ier septembre 1226 l’acte, par lequel Nunó Sanç donne en fief le château de Sant Martí à Roger Bernard II, comte de Foix et vicomte de Castellbó, cf. Archives Nationales, J879, n° 44.

101 Ramon Cadell, jurisconsulte de Puigcerdà, fut un proche conseiller de Nunó Sanç. Le 11 avril 1222, Nunó Sanç, en récompense des nombreux services qu’il lui avait rendus, affranchit Ramon Cadell, jurisconsulte de Puigcerdà, et le père de celui-ci, Ramon Cadell, et tous leurs successeurs, de toutes quêtes, toltes, forces, emprunts, bovages, monetages, poids et autres exactions royales et vicinales, et de tout joug de servitude; et il les reçut avec tous leurs biens meubles et immeubles, sous sa protection spéciale et sauvegarde, dans tous les lieux soumis à sa juridiction et à celle de ses alliés, cf. ALART, op. cit., p.117-118.

102 Commune de la plaine de la Salanque en Roussillon.

103 Commune du petit pays pyrénéen de Capcir, dont le château fondé à la fin du XIIe siècle par le roi Alphonse II d’Aragon constituait le siège de l’autorité militaire et administrative.

104 Guillem de Montesquieu, surnommé « Guerrejat », appartenait à un important lignage roussillonnais issu de Montesquieu dans l’Albera. Il était notamment seigneur de Saint-Estève del Monestir, près de Perpignan.

105 Commune de Villelongue-de-la-Salanque.

106 Commune de Claira.

107 Communes de Torreilles et Claira.

108 Teresa López de Haro, seconde épouse de Nunó Sanç. Née vers 1220, elle était la fille de Lope Díaz, comte de Haro et seigneur de Biscaye (1214- † 18 octobre 1236) et de Urraca Alfonso de León. Teresa se remaria le 31 mars 1243 avec Rodrigo González Girón, grand de Castille et seigneur de la Tierra de Campos.

109 Teresa Fernandez de Lara, épouse de Ponç Hug comte d’Empúries, était la cousine germaine de Nunó Sanç.

110 Guillem de Pau, chevalier de l’Alt Empordà. Il souscrit des actes de Nunó Sanç en 1217 et 1239. Le 21 octobre 1232, Ponç Hug, comte d’Empúries, lui donna six jovades (superficie de terre arable correspondant journées de labour avec une attelage de bœufs) de terre dans la vallée de Soller, et trois autres dans le territoire de Muro dans l’île de Majorque, cf. L. PÉREZ MARTINEZ, art. cit., doc. 1.

111 Pere Calvet, scribe public de Perpignan attesté de 1228 à 1265.

112 Sur Olivier de Termes, voir Gauthier LANGLOIS, Olivier de Termes. Le cathare et le croisé (vers 1200-1274), Toulouse : Privat, 2001.

Haut de page

Note de fin

1 Petrus de Volono, presbiter, publicus notarius, mandato B. de Vallibus hoc testamentum translatavit ab originali testamento puncto ad punctum verbo ad verbum nichil addens vel minuens coram tribus testibus sacerdotibus, videlicet Bertrando de Sevenacho, R. de Argileriis, 0ebdomedario Perpiniani, et G. de Serra, canonici ejusdem, qui hoc translatum et originale testamentum viderunt et legerunt, et ita bene convenire invenerunt III° idus julii, et hoc sig-(SM)-num fecit.”

2 Bertrandus, notarius de Cotaleto, mandato domini abbatis Sancti Michaelis de Coxano hoc testamentum translatavit ab alio translato tracto ab originali testamento pu(n)cto ad pu(n)ctum verbo ad verbum, nichil addens vel minuens, coram tribus testibus, videlicet Aimerico, decano Confluentis et capellano de Villafrancha, et R. Rittorti, ebdomaderio Sancti Germani de Coxano, et Jacobo, presbitero confratrie ejusdem loci, qui hoc translatum et aliud translati tractum ab originali testamento viderunt et legerunt et ita bene convenire invenerunt anno Incarnacionis Christi MCCXL secundo , VII idus augusti, et hoc signum fe-(SM)-cit, cum literis in XLVIII linea suprascriptis”

Haut de page

Table des illustrations

Titre Doc 1. L’écu de NUNÓ
Légende D’or à deux pals de gueules ; la bordure cousue d’argent chargée de huit chaudrons de sable. Peinture sur bois. Musée de Majorque (©Agnès Vinas)
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/27026/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/27026/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rodrigue Treton et Robert Vinas, « Le testament de Nunó Sanç, seigneur de Roussillon et de Cerdagne (17 décembre 1241) », e-Spania [En ligne], 28 | octobre 2017, mis en ligne le 01 octobre 2017, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://e-spania.revues.org/27026 ; DOI : 10.4000/e-spania.27026

Haut de page

Auteurs

Rodrigue Treton

Docteur en Histoire, Chercheur associé FRAMESPA - CNRS UMR 5136.

Robert Vinas

Médiéviste, spécialiste de l’histoire de la Couronne d’Aragon

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org