Navigation – Plan du site
Varia

La rhétorique au service de l’idéologie du lignage dans le Centiloquio du Marquis de Santillane

Gilles DEL VECCHIO

Résumés

La composition du Centiloquio révèle la rigueur de son auteur en matière d’élaboration littéraire et d’organisation didactique. La structure, les manifestations intertextuelles ainsi que l’intégration des gloses en prose soulignent la volonté de doter l’œuvre de toute l’efficacité nécessaire à la mission de formation confiée par le monarque. Toutefois, le Marquis n’agit pas uniquement en tant qu’auteur ou que formateur. Il est avant tout membre de la noblesse. Les coplas destinées à la formation du prince exposent les préoccupations d’une noblesse particulièrement attachée à la notion de lignage. Le rapport entre famille lexicale et famille généalogique nous incite à considérer que l’auteur exploite la rhétorique afin de défendre l’idéologie du lignage.

Haut de page

Texte intégral

1Afin d’assurer la formation du jeune Prince à la demande de Jean II de Castille, le Marquis de Santillane met tout en œuvre pour que son recueil Proverbios également connu sous le nom de Centiloquio soit à la hauteur de la mission confiée. La cohérence de la structure, l’accumulation de références historiques, bibliques et littéraires, la mise en relation systématique de la théorie et de la pratique, les explications intégrées dans les gloses sont autant de procédés qui affirment la valeur didactique de l’œuvre composée par le Marquis en 1437. L’auteur oriente ainsi son lecteur vers un comportement vertueux empreint de valeurs chrétiennes. Or, le Marquis considère que la façon la plus efficace d’orienter le Prince vers ce modèle de comportement est de convaincre celui-ci de l’utilité d’adopter le comportement préconisé. Ce besoin de convaincre amène Íñigo López de Mendoza à faire largement appel à la rhétorique dans l’élaboration des proverbes. Ces procédés sont multiples (parallélisme syntaxique, antithèse, ellipse, comparaison, métaphore, anaphore, paronomase et allitération) mais nous centrerons notre travail sur la dérivation et le polyptote afin de dégager les préoccupations idéologiques qui guident le poète.

  • 1  Henri MORIER, Dictionnaire de poétique et de rhétorique, Paris : Presses Universitaires de France, (...)

Ce qui fait le polyptote, c’est l’emploi de différentes formes d’un même mot ; ce qui fait la dérivation, c’est l’emploi de mots différents qui ont une origine commune1.

2Ces procédés voisins de la répétition sont très largement employés dans les proverbes de notre auteur. La dérivation consiste à employer dans le même énoncé plusieurs mots de la même racine :

II
¿ Quién reservará al temido
de temer
si discreçión e saber
non ha perdido ?
Si querrás, serás querido,
ca temor
es una mortal dolor
al sentido.

3Quant au polyptote, il se caractérise par l’emploi du même mot sous des formes différentes. Les langues romanes ayant renoncé au système des déclinaisons des noms et des adjectifs, le polyptote n’est plus concevable qu’à partir des verbes :

LXIII
Usa liberalidad
e da presto,
que del dar
lo más honesto
es brevedad ;
mesura la calidad
de quien darás
e, vista, non errarás
en cantidad.

4Nous choisissons de regrouper ces deux procédés qui présentent la particularité commune d’offrir des formes variées à partir d’un élément de base défini comme la racine dans le cas de la dérivation ou l’infinitif dans le cas du polyptote. Dans les deux procédés, une forme originaire constitue le point de départ ou l’élément fondateur de la « famille » de mots engendrés. Howard Bloch suggère par ailleurs l’existence d’un lien particulièrement étroit entre famille généalogique et famille lexicale :

  • 2  Howard BLOCH, Étymologie et généalogie. Une anthropologie littéraire du Moyen Age français, Paris  (...)

[] le langage […] semble fonctionner sur le mode de la famille. Pour être plus précis, le cadre conceptuel fondamental qui sert à penser l’évolution du langage est celui de la reproduction biologique. Et si les linguistes du Moyen Age restent hautement conscients de la dégénérescence des signes verbaux, de la dégradation perpétuelle du propre, ils conçoivent aussi ce processus à la manière d’un accroissement familial2.

5Cette démarche présente un intérêt pour l’analyse des procédés de la dérivation, car elle révèle probablement de la part du Marquis le souci de préserver les intérêts de la noblesse en demeurant très attaché à la notion de lignage, fondement même du groupe nobiliaire. Cet attachement au lignage est perceptible dans la Comedieta de Ponça, œuvre à propos de laquelle Rafel Lapesa précise :

  • 3  Rafael LAPESA, Los decires narrativos del Marqués de Santillana, Madrid : Real Academia Española, (...)

Santillana presenta, asociada en una empresa común, a toda la España que contaba para él, la nobiliaria y guerrera, orgullosa de apellidos y blasones3.

6L’importance d’un tel concept est également soulignée par Faustino Menéndez Pidal :

  • 4  Faustino MENÉNDEZ PIDAL, « El linaje del Marqués » in Marqués de Santillana 1398-1458, Los albores (...)

Ese algo que precede y sobrevive al individuo es el linaje, concepto en parte sutil, pues en su acepción de mayor calado comprende bastante más que la simple filiación o sucesión meramente genealógica. En una sociedad estructurada, que no recibe al hombre como un simple componente más de la masa […], la historia de uno mismo empezaba mucho antes del nacimiento. A esa historia « anterior » […], se agregarán luego las aportaciones propias, las peripecias de la propia vida : todo ese cúmulo va formando el patrimonio del linaje en el transcurso del tiempo4.

7Le degré de noblesse d’une famille sera d’autant plus largement reconnu que le groupe familial sera en mesure de revendiquer une généalogie lointaine. L’ancienneté du membre fondateur garantit la noblesse de ses descendants :

  • 5  Annie FRÉMAUX-CROUZET, La chevalerie dans la couronne de Castille du XIe au XVe siècle, Paris : El (...)

Les positions les plus extrémistes furent celles des auteurs de généalogies nobiliaires qui accentuèrent l’identification de la noblesse avec la génétique, introduisirent le culte des origines gothiques pour asseoir l’ancienneté des lignages nobles []5.

8Or, cette attitude face au lignage se manifeste dans le Centiloquio par une présence fortement marquée des liens de parenté que l’auteur s’applique à relever avec un soin extrême. Le prologue que le Marquis adresse au futur Henri IV situe le Prince par rapport à la lignée royale dont il est issu : « […]magnífico e muy virtuoso señor Rey don Johan segundo, padre vuestro […] » (1er paragraphe, du prologue) ; « […] de la vuestra clara progenie, el rey don Alfonso el Magno e el rey don Ferrando […] ; nin cale que olvidemos al rey de gloriosa memoria don Enrique, vuestro quarto avuelo » (3e paragraphe du prologue) ; « el señor Rey progenitor vuestro […] el señor Rey padre vuestroe la señora Reina vuestra madre » (dernier paragraphe, du prologue).

9Le prologue permet également à l’auteur de justifier l’un de ses choix didactiques. C’est en effet dès le début du texte liminaire que le Marquis annonce la mise en place de la relation père/fils qui lui semble absolument incontournable.

[…] los buenos consejos se deven comunicar a los próximos, más e más a los fijos; e assimesmo porque el fijo antes deve resçebir el consejo del padre que de ningund otro.(1er paragraphe, du prologue).

10Ce choix se répercutera sur l’élaboration des proverbes et sera particulièrement perceptible dans les coplas intégrant la formule de « Fijo » ou « Fijo mío » (I ; V ; VI ; XX ; XXIII ; XLV ; LVII).

11Les références onomastiques introduites dans les proverbes ainsi que les gloses qui les accompagnent tissent à leur tour un réseau à l’intérieur duquel le personnage qui motive la rédaction de la glose est souvent présenté par rapport à un système généalogique comme le confirme le relevé suivant :

Assuerus : « Lo qual visto por el rey, ansimismo a suplicación de la reina Ester […] » (Glose du proverbe IX).
Roboam : « Fue fijo de Salomón e rey de Israel » (Glose du proverbe XIX).
Zaleucus : « Onde avino que hun fijo suyo el mesmo pecado cometió ; e como el padre, observando las leyes, […] » (Glose du proverbe XXVI).
David : « este pecó con la muger de Urías que fue madre de Salomón » (Glose du proverbe XL).
Tarquin : « Este Tarquino fue rey de Roma, fijo del rey Tarquino » (Glose du proverbe XL).
Scipion : « mandó que […] fuese traída ant’él, e asimesmo el esposo della e los parientes » (Glose du proverbe XLI).
Esther : « Ester, reina, muger fue de Asuero » (Glose du proverbe LI).
Evadné : « muger fue de Tideo […] e fija de Adrasto » (Glose du proverbe LIV).
Daphné : « Esta Danes fija fue de Peno » (Glose du proverbe LIV).
Anna : « Madre fue de la Virgen María, muger de Joachin […] Otra ana ovo, hermana de la reina Dido » (Glose du proverbe LIV).
Didon : « fija fue del rey Belo e hermana de Pigmaleón, e muger de Aserva Sicheo » (Glose du proverbe LIV).
Régulus : « algunos parientes e amigos suyos […] quisieron retenerlo » (Glose du proverbe LXX)
Abel/Caïn : « Abel e Caín hermanos fueron » (Glose du proverbe LXXXIII).
Ptolémée : « Rey fue de Egipto […]. Pompeo fuyó de los felipos campos a la parte de Lesbo, donde estava la emperatriz Cornelia por mandado suyo, su muger »
(Glose du proverbe LXXXV).
Ezechias : « los reyes de su linaje […] » (Glose du proverbe LXXXV).
Véturia : « madre de Curiliano » (Glose du proverbe XCII).
Absalon : « fijo fue del rey David […] el qual tovo saña que a manos de çiertos servidores suyos Amón su hermano […] » (Glose du proverbe XCIII).

12La généalogie légitime la valeur exemplaire des situations offertes à la méditation du Prince par le biais des références onomastiques. Les figures de dérivation et de polyptote peuvent être considérées comme la transposition, au niveau littéraire, du lien généalogique dont nous venons de constater la récurrence. Ces deux procédés rhétoriques contribuent à la multiplication de formes dont le lecteur identifie facilement la racine. Cette racine est assimilable au fondateur du lignage à l’origine d’une descendance familiale nombreuse (les mots ainsi formés représentent une véritable famille) dont tous les membres sont différents tout en conservant un trait familial commun qui garantit leur identification et renseigne quant à la famille dans laquelle ils doivent être replacés.

13Nous pouvons dès lors relever les « familles » ainsi constituées dans la plupart des unités thématiques du recueil d’instruction élaboré par le Marquis de Santillane. Nous les regroupons dans les pages suivantes en indiquant le numéro de la copla et en citant les termes utilisés :

De amor e temor
I
amado (vers 1), ama/amado (vers 5), desamado (vers 8).
IItemido (vers 1), temer (vers 2), temor (vers 6).
IV
Amor (vers 2), temor (vers 3).
X
justo (vers 2), injusto (vers 3).
X
delibres (vers 7).
XIdelibrado (vers 1).

De prudençia e sabiduría
XIV
ha fecho e faze (vers 3).
XVprudençia (vers 7).
XVIII
prudente (vers 4, 5).
XXII
faze (vers 1), desfaze (vers 2).

De justiçia
XXIV
justiçia (vers 2).
XXVjusta (vers 3).

De paçiençia e honesta correcçión
XXIXafflicto (vers 3), affligir (vers 4).
XXXperdonar (vers 2).
XXXII
perdona (vers 2).
XXXIIIperdonar (vers 1).
XXXIV
perdón (vers 2).

De sobriedad
XXXV
bueno (vers 1).
XXXVIbondad (vers 3).
XXXVII
bien (vers 3).
XXXVIII
bien (vers 8).

De castidad
XLVI
fermosura (vers 1).
XLIX
fermosas (vers 2).
LI
fermosa (vers 6).
LI
fermosas (vers 1).
XLV
virtudes (vers 3).
XLIX
virtuosas (vers 3).
LI
virtuosa (vers 7).

De fortaleza
LV
morir (vers 7).
LVI
murió (vers 1).
LVIII
bien morir (vers 4).
LIX
buen morir (vers 7).
LVIII
bevir (vers 1), vida (vers 6).
LIX
non bevir (vers 2).
LX loado
(vers 1).
LXI
loor (vers 1), desonor (vers 5), honrado (vers 6).

De liberalidad e franqueza
LXIII
da (vers 2), dar (vers 3), darás (vers 6).
LXVIplaze (vers 1), desplaze (vers 5).

De continençia çerca de cobdiçia
LXXVaçensión (vers 2).
LXXVII
açenso (vers 1), deçenso (vers 8).
LXXX desçendidos (vers 4).
LXXVI
pudieres (vers 1), poderes (vers 5).
LXXIX
seguridad (vers 5), te segura (vers 6), pobredad (vers 8).
LXXX
pobreza (vers 2).

De envidia
LXXXII
inbidioso (vers 1).
LXXXIIIinbidia (vers 1).

De gratitud
LXXXV
gratitud (titre), ingrato (vers 5).

De amiçiçia
LXXXVI
amistad (vers 6).
LXXXVII
amigo (vers 1), amigo (vers 3).
LXXXIX
amigo (vers 4), enemigo (vers 8).
LXXXVIhonestad (vers 7).
LXXXIX
desonesto (vers 6).
XC sin offensa
(vers 4), que te offensa (vers 8).

De paternal reverençia
XCI
obediençia (vers 3), obediente (vers 7), filial (vers 3), fijo (vers 7), paternal (titre), padres (vers 1).
XCIIIvimos (vers 5), veremos (vers 5), ingrato (vers 6), grato (vers 7).

De senectud o vejez
XCIVvejez (titre), vejedad (vers 5).

De la muerte
XCVIII
esperada (vers 3), espera (vers 4).
XCVIIvida (vers 7).
C
vida (vers 6), bevirás (vers 7).

14Nous ne pouvons pas attribuer la même valeur significative à l’ensemble des combinaisons relevées ci-dessus. Le procédé de la dérivation s’impose parfois dans la copla lorsque l’intention de l’auteur est de souligner la structure antithétique d’un proverbe. La copla XXII est de ce point de vue particulièrement représentative :

XXII
Ca tienpo fazelas cosas
e desfaze,
e quando a Fortuna plaze
las dañosas
se nos tornan provechosas
e plazientes,
e las útiles nuzientes
contrallosas
.

15La dérivation exprimée dans les deux premiers vers annonce le système antithétique sur lequel est élaboré l’ensemble de la composition. Les caprices de la Fortune sont susceptibles d’entraîner les bouleversements les plus surprenants :

dañosas <provechosas/plazientes
útiles> nuzientes/contrallosas
 

16En répétant à deux reprises un jeu antithétique opposant un terme à deux contraires, le proverbe souligne le déséquilibre chaotique sur lequel peut faire déboucher le bon vouloir (« quando a Fortuna plaze ») de la Fortune. Le lien direct entre les bouleversements profonds et cette notion de bon vouloir est d’ailleurs suggéré par la paronymie permettant un rapprochement notionnel entre « faze », « desfaze » et « plaze ».

17Dans le proverbe LXVI, la dérivation exprime l’attitude de rejet catégorique de la part de l’auteur par rapport à deux situations antagoniques : la prodigalité et l’avarice :

LXVI
El pródigo non me plaze
que se alabe
nin punto se menoscabe
quien bien faze :
verdad es que me desplaze
la pobreza
e mucho más escaseza
donde yaze
.

18Les deux notions critiquées étant elles-mêmes antagoniques, elles justifient l’emploi de la dérivation dont l’objectif est de préciser le point de vue de l’auteur tout en suggérant l’opposition prodigalité/avarice présente dans le proverbe.

19Le polyptote, quant à lui, constitue un procédé précieux pour l’élaboration d’une forme proverbiale puisqu’il renforce l’aspect sentencieux de la formule en soulignant sa valeur atemporelle. Tel est le cas, par exemple, des proverbes suivants :

XIV
Ca por ella fallarás
quanto Dios
ha fecho e faze por nos,
e demás
por qué modo lo amarás,
olvidado
el sueño que açelerado
dexarás
.

XCIII
Non conviene que olvidemos
a Absalón,
mas su loca perdiçión
recordemos ;
nunca vimos
nin veremos
qu’el ingrate
a Dios sea punto grato,
pues notemos
.

20Indépendamment de ces effets de sens étroitement liés aux procédés que nous analysons, il est intéressant de constater – surtout dans le cas de la dérivation – que certains regroupements sont particulièrement significatifs et permettent de répartir sur l’ensemble des proverbes d’une même rubrique les termes clés impliqués par la notion abordée.

De amor e temor : amado, ama, desamado, amor, temido, temer, temor.
De prudençia e sabiduría : prudençia, prudente.
De justiçia : justiçia, justa.
De paçiençia e honesta correcçión : perdonar, perdona, perdón.
De sobriedad : bueno, bondad, bien.
De castidad : fermosura, fermosas, fermosa, virtudes, virtuosas, virtuosa.
De fortaleza : morir, murió, bien morir, buen morir, mal bevir, vida, non bevir, loado, loor, desonor, honrado.
De liberalidad e franqueza : da, dar, darás.
De continençia çerca de cobdiçia : açensión, açenso, deçenso, desçendidos.
De envidia : inbidioso, inbidia.
De gratitud : gratitud (titre), ingrato.
De amiçiçia : amistad, amigo, enemigo.
De paternal reverençia : obediençia, obediente,
filial, fijo, padres, paternal (titre).
De senectud o vejez : vejez (titre), vejedad.
De la muerte : vida, bevirás
.

21Comme nous pouvons l’observer, il arrive que l’auteur fasse se côtoyer dans certaines unités thématiques deux ou plusieurs familles lexicales issues de la dérivation. Ceci peut se produire lorsque le titre lui-même annonce une dualité comme dans le cas du tout premier regroupement intitulé De amor e temor.

22Toutefois, cette façon de procéder constitue également pour l’auteur un moyen supplémentaire susceptible d’ajouter à la clarté de sa démonstration. C’est ce qu’il nous est possible de constater à trois reprises sur l’ensemble du Centiloquio dans les unités thématiques suivantes : De castidad, De fortaleza et De paternal reverençia.

23Selon le Marquis, la chasteté est d’autant plus remarquable chez la femme que cette dernière sera en mesure d’allier harmonieusement beauté et vertu.

24La leçon de courage transmise par l’auteur consiste à affronter la mortet à écarter tout mode de vie non conforme à l’enseignement énoncé. C’est du respect des recommandations formulées que dépendra l’honneurdu futur monarque.

25Quant à la relation que doit établir le fils vis-à-vis de son père, elle demeure avant tout basée sur la notion d’obéissance.

26Une remarque s’impose concernant l’unité consacrée à la mort. En effet, il peut paraître surprenant de voir se côtoyer le substantif muerte (XCVII et XCIX) et le regroupement vida/bevirás. Ceci peut s’expliquer par la conception chrétienne de la mort que le Marquis souhaite transmettre. La mort est perçue comme une étape de la vie et ne constitue nullement un terme mais plutôt un nouveau commencement comme le suggère le futur du vers 5 dans le proverbe XCIX :

Pues di ¿por qué temeremos
esta muerte,
como sea buena suerte,
si creemos
que, passándola, seremos
en reposo
en el templo glorioso
que atendemos?

27Les regroupements lexicaux obtenus par dérivation suggèrent la mise en place d’un système basé sur les principes de la structure généalogique. Le titre de chaque rubrique est assimilable à l’identité du fondateur du lignage garant de l’identité familiale :

  • 6  Gérard GENETTE, Seuils, Paris : Éditions du Seuil, Collection Poétique, 1987, p. 76.

Le titre, c’est bien connu, est le « nom » du livre, et comme tel il sert à le nommer, c’est-à-dire à le désigner aussi précisément que possible et sans trop de risques de confusion. Mais nommer une personne (entre autres) […]recouvre deux actes fort différents qu’il importerait ici de distinguer plus soigneusement que ne le fait la langue naturelle. L’un consiste à choisir un nom pour cette personne ; c’est disons l’acte du baptême […] Mais une fois ce nom choisi, imposé et dûment enregistré, il sera employé par tous dans un esprit et à des fins qui n’auront plus aucun rapport avec les raisons qui ont présidé à son choix. Ces fins sont de pure identification […]6.

  • 7  Les armoiries des Mendoza sont actuellement conservées à la Bibliothèque Centrale d’Aragon selon F (...)
  • 8  Pedro M. BARREDA-TOMÁS, « Un análisis de la Comedieta de Ponça », Boletín de Filología de la Unive (...)

28Les manuscrits consultés confirment la présentation typographique du texte. Chaque groupe thématique est annoncé par un titre mis en évidence grâce à sa position centrale ainsi qu’à l’espace libre qui le précède et le suit. Le titre est donc ce que l’on montre, ce que l’on affiche ostensiblement et ce qui facilite l’identification tout comme les devises ou les armoiries familiales exhibées avec fierté7 : « El blasón funciona como abreviada historia de las genealogías »8.

29Le lignage est par ailleurs associé à un espace bien déterminé constituant un domaine familial propice à l’enracinement des membres de la lignée. Ce domaine fortement associé à la famille reste difficilement pénétrable pour qui n’est pas directement issu du groupe familial. Les frontières domaniales ainsi déterminées trouvent leur équivalent dans les limites spatiales imposées par le nombre de proverbes regroupés dans une même unité thématique. Ainsi, les familles lexicales dérivées par exemple du groupe De paçiençia e honesta correcçión ne sont jamais présentes de façon significative ailleurs que sur leur propre fief.

30À l’intérieur de ces domaines familiaux circule librement la descendance du lignage basée sur un rapport de filiation et de consanguinité. Ce rapport est reproduit au niveau du texte grâce au procédé de la dérivation qui laisse percevoir pour chaque « membre de la famille » une charge « génétique » souvent capable d’identifier le groupe familial d’origine :

ama, amado, desmado, amor
perdonar, perdona, perdón
.

31Enfin, la survie du lignage dépend bien entendu de la descendance mais également de la transmission du patrimoine familial sous des formes très variées telles que le titre, le domaine, les propriétés, les rentesDe ce point de vue, la famille se montrait particulièrement soucieuse d’éviter la fragmentation du patrimoine à transmettre :

  • 9  Rogelio PÉREZ BUSTAMANTE, « Inventario de los bienes raíces de Leonor de la Vega. 1432 », Revista (...)

La historia del señorío de la Vega, desde su inicio hasta el siglo XV, permite contemplar la preeminencia de un linaje que, hundiendo sus raíces en el siglo XII, como consecuencia de la concentración de propiedades rústicas y más exactamente por la multiplicación de sus pro­piedades en un territorio donde teóricamente abundaría el pequeño propietario libre, consigue fortalecer su posición a lo largo del XIII ; situar a varios de sus miembros […] al frente de la administración territorial de la región (Merindad Mayor y Adelantamiento Mayor de Castilla) en el XIV y finalmente, en el siglo XV, culminar el proceso de expansión9.

32La transmission du patrimoine lié au lignage est une préoccupation constante de la noblesse. Ce souci de transmission reste étroitement en rapport avec le besoin de garantir la non-fragmentation du patrimoine. Le testament du Marquis de Santillane insiste tout particulièrement sur cet aspect :

  • 10  FOULCHÉ-DELBOSC, « Testament du Marquis de Santillane », Revue Hispanique, XXV, 1911, p. 127-128.

Otrosy quiero e mando e hordeno quel dicho don diego hurtado mi hijo no pueda vender ni enpeñar nin dar nin trocar nin donar nin enagenar, por dote ni por arras ni por casamiento ni por otra ninguna ni alguna manera de alienaçion en ningund tienpo, los bienes e logares sobre dichos que yo le do e mando que aya por este mi testamento […] por quanto mi voluntad es que asy los dichos lugares e villas e heredamientos que yo mando asy al dicho don diego hurtado mi hijo como a cada uno delos otros mis hijos, que non sean partidos ni salgan en ningund tienpo de mi linaje[…]10.

33Les proverbes du Marquis prennent également cet aspect en considération même si, dans le cas du Centiloquio, il ne s’agit pas de transmettre un bien matériel mais un savoir.

34L’objectif didactique que se fixe le Marquis de Santillane consiste à transmettre à son lecteur des recommandations qui, grâce à leur contenu moralisateur, devraient selon l’auteur faire du Prince en formation un futur monarque chrétien absolument exemplaire. La structure du recueil ainsi que l’agencement des proverbes en rubriques facilitent la transmission de cet enseignement. Tout est mis en œuvre afin de garantir la compréhension parfaite des coplas. C’est le but essentiel recherché par le Marquis lorsque celui-ci illustre ses conseils par de nombreux exemples empruntés à des productions littéraires antérieures. L’intertexte doit par conséquent être considéré comme un instrument didactique supplémentaire permettant une meilleure assimilation de la formation dispensée. Cette formation sera d’autant plus efficace que le Prince sera convaincu de l’utilité des conseils formulés. Ce souci de convaincre transparaît dans la variété des procédés rhétoriques auxquels le Marquis a recours pour la composition de ses proverbes. Par certains procédés utilisés, la rhétorique est également le moyen de transposer sur le plan littéraire les aspirations de la noblesse à laquelle appartient le Marquis.

Haut de page

Notes

1  Henri MORIER, Dictionnaire de poétique et de rhétorique, Paris : Presses Universitaires de France, 1961, p. 927.

2  Howard BLOCH, Étymologie et généalogie. Une anthropologie littéraire du Moyen Age français, Paris : Editions du Seuil, 1989, p. 54.

3  Rafael LAPESA, Los decires narrativos del Marqués de Santillana, Madrid : Real Academia Española, 1954, p. 59.

4  Faustino MENÉNDEZ PIDAL, « El linaje del Marqués » in Marqués de Santillana 1398-1458, Los albores de la España Moderna, Hondarribia : Editorial Nerea, vol. 1, 2001, p. 49-50.

5  Annie FRÉMAUX-CROUZET, La chevalerie dans la couronne de Castille du XIe au XVe siècle, Paris : Ellipses, Les essentiels de civilisation espagnole, 2001, p. 146.

6  Gérard GENETTE, Seuils, Paris : Éditions du Seuil, Collection Poétique, 1987, p. 76.

7  Les armoiries des Mendoza sont actuellement conservées à la Bibliothèque Centrale d’Aragon selon Francisco LAYNA SERRANO, Historia de Guadalajara y sus Mendozas durante los siglos XV y XVI, Madrid : Aache ediciones, tomo 1, 1942, p. 248.

8  Pedro M. BARREDA-TOMÁS, « Un análisis de la Comedieta de Ponça », Boletín de Filología de la Universidad de Chile, 21, 1970, p. 182.

9  Rogelio PÉREZ BUSTAMANTE, « Inventario de los bienes raíces de Leonor de la Vega. 1432 », Revista de Archivos, Bibliotecas y Museos, LXXXI, 1978, p. 74.

10  FOULCHÉ-DELBOSC, « Testament du Marquis de Santillane », Revue Hispanique, XXV, 1911, p. 127-128.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles DEL VECCHIO, « La rhétorique au service de l’idéologie du lignage dans le Centiloquio du Marquis de Santillane », e-Spania [En ligne], 2 | décembre 2006, mis en ligne le 26 mai 2010, consulté le 30 mars 2017. URL : http://e-spania.revues.org/270 ; DOI : 10.4000/e-spania.270

Haut de page

Auteur

Gilles DEL VECCHIO

Université de Bourgogne, SEMH-Sorbonne (CLEA, EA 4083), SIREM (GDR 2378, CNRS)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org