Navigation – Plan du site
Le Roussillon et les Baléares, une relation ancienne tri-millénaire

La relation du Roussillon et des Baléares, un si long passé à revisiter. Introduction

La relación del Rosellón y las Islas Baleares, un pasado tan largo que merece se considere de nuevo. Introducción
The Relationship of Roussillon and the Balearic Islands, a Long Past to Visit Again. Introduction
Claire Ponsich

Texte intégral

1Les Études Roussillonnaises, revue d’Histoire et d’Archéologie méditerranéennes remercient l’équipe d’e-Spania et, en particulier, sa directrice Hélène Thieulin-Pardo de l’université Paris-Sorbonne, d’accueillir dans leur revue numérique ce dossier trans-périodes consacré au Roussillon et aux Baléares.

  • 1 Guillem ROSSELLO BORDOY, « La prehistoria de Mallorca: rectificaciones y nuevos enfoques al problem (...)
  • 2 Jean ABELANET, Cyril DESCAMPS, « Les premières recherches à la Cauna de l’Arago (Tautavel) », Préhi (...)
  • 3 Pierre PONSICH, Annie de POUS, « Le champ d’urnes de Millas (Pyr.-Or.) » 1. Introduction à l’archéo (...)
  • 4 Pierre CAMPMAJO, « Les roches gravées d’époque Ibère sont-elles des marqueurs de territoire ? Le ca (...)

2Si l’archéologie date de 5000 ans avant Jésus-Christ les plus anciennes traces d’occupation humaine de l’archipel méditerranéen des Baléares1, elle fait remonter plus haut celles du Roussillon actuel : l’homme préhistorique de Tautavel est présent dans les Corbières 450 000 ans avant Jésus-Christ et, pour ne citer que quelques exemples, on note une première occupation, en bordure des Aspres, de la grotte de Montou au paléolithique moyen et supérieur ; au néolithique toujours Montou, mais aussi la grotte de Bélesta dès le VIe millénaire avant Jésus-Christ, ou en Vallespir le site de Montbolo, attesté par ses haches2. À l’Âge du Bronze, on retrouve encore Montou ; au Bronze final ou premier Âge du Fer, les champs d’urnes en Conflent à Millas3, et d’autres dans les Albères ; enfin 300 tombes protohistoriques dans la nécropole de Negabous ; sans compter, l’hypothèse onomastique qui suppute une installation probable des Ligures. On sait par ailleurs que les autochtones du Roussillon, progressivement ibérisés entre les VIIe et Ve siècles avant Jésus-Christ, commercent avec les Phéniciens. Et on a découvert en 2012, au site de la Fajouse, un lieu de culte apparu à l'Âge du Fer, en plein cœur du massif des Albères à près de 900 mètres d'altitude. « Sanctuaire des eaux » de type gréco-romain, très actif aux IVe et IIIe siècles avant Jésus-Christ, il témoigne d'échanges culturels et commerciaux avec la Grèce : en dehors de ce dernier pays et de l'Italie, il serait unique en France et Espagne et resté en activité presque 800 ans, jusqu'au IVe siècle de notre ère. De leur côté, les îles Baléares sont successivement contrôlées par les Carthaginois, les Romains, les Vandales, puis par l'empereur Justinien dans la première moitié du VIe siècle4.

  • 5 Raymond LANTIER, « Le cimetière wisigothique d'Estagel », Gallia, 1 (1), 1943, p. 153-188 ; Patrice (...)
  • 6 P. PONSICH, « Le problème de la partition du comté de Roussillon entre les maisons de Cerdagne et d (...)
  • 7 G. ROSSELLO, « Corpus balear de epigrafía árabe », Mayurqa, 13, 1975, p. 5-68 ; id., « La cerámica (...)
  • 8 G. ROSSELLO, « Notes sobre la conquesta de Mallorca (1229-1232) : El testimoni dels vençuts », Mayu (...)

3On se souviendra par ailleurs que le Roussillon, érigé postérieurement en comté wisigothique et détruit par l’invasion arabe de 721, est reconstruit par la reconquête carolingienne avant de s’intégrer à la Marche d’Espagne, puis au marquisat de Gothie5, tandis que les musulmans attaquent une première fois l’archipel des Baléares début VIIIe siècle. La mort en 817 du comte Ermenguer d’Empúries, gouverneur de Majorque depuis sa nomination à cette fonction par le roi Bernard d’Italie, un des petits-fils de Charlemagne, provoque la passation de ce comté à Gaucelm, comte de Roussillon. Les comtes suivants de Roussillon, parvenus progressivement, au IXe siècle, à s’émanciper de la tutelle carolingienne, leur comté, rétréci6, passe début Xsiècle à la dynastie d’Empúries, pendant que les arabes conquièrent les Baléares en 903. Ces îles orientales d’Al-Andalus aux mains des berbéro-musulmans subissent, après 1107, la croisade norvégienne à Formentera, Ibiza et Minorque, mais sont gouvernées par la dynastie des Almoravides au XIIe siècle7. De son côté, le comté de Roussillon est légué en 1172, par le dernier comte d’Empúries sans héritier, à Alphonse II le Chaste, comte de Barcelone-roi d’Aragon. Au XIIIe siècle, le roi Jacques I s’empare de Majorque, Pierre III de Minorque, et la Reconquista peut rattacher l’archipel des Baléares à la couronne d'Aragon8. Mais en 1276, la branche cadette des rois d’Aragon fonde un royaume de Majorque indépendant, avec Perpignan pour capitale, toutefois annexé en 1344 par le beau-frère de Jacques II de Majorque, le roi Pierre IV d’Aragon.

  • 9 Richard-Albert LECOY DE LA MARCHE, Les relations politiques de la France avec les rois de Majorque (...)

4Toutes ces anciennes relations baléaro-roussillonnaises ont été, on le sait, longuement soulignées, par moult historiens pionniers en leurs temps et connus encore de tous les médiévistes : ainsi ce livre fin XIXe siècle de Richard-Albert Lecoy de la Marche sur les relations politiques de la France avec les rois de Majorque, comtes de Roussillon ; ou la thèse des années soixante de l’historien de l’art Marcel Durliat sur l’art dans le royaume de Majorque et les débuts de l’art gothique en Roussillon, Cerdagne et Baléares ; ou encore cet article onze ans plus tard de Charles-Emmanuel Dufourcq sur les « aspects internationaux de Majorque à la fin du Moyen Âge, parue dans Mayurqa, dynamique revue entre 1968 et 2010 du Departament de Ciències Històriques i Teoria de les Arts de l’université baléarienne9. Aussi, pourquoi les Études Roussillonnaises, revue d’Histoire et d’Archéologie méditerranéennes reviennent-elles sur les relations, anciennes, tri-millénaires, de ces deux espaces, le Roussillon et les Baléares, ce dernier territoire légèrement plus grand que le précédent et éloigné de lui de plus de 340 kms, mais reliés entre eux par la Méditerranée ?

5Qu’a révélé l’archéologie pour les périodes préhistoriques, protohistoriques et antiques et que dit l’Histoire ensuite ? Par ailleurs, si le concept de « Baléares » est assez récent – ses composantes actuelles furent longtemps des entités différentes –, la très vieille dénomination de « Roussillon » vient au contraire de disparaître de l’appellation régionale française antérieure – « Languedoc-Roussillon » – qui s’englobe désormais, depuis la réforme territoriale de 2015 et, sans distinction aucune, dans celle « d’Occitanie » : un changement qui signe pour le Roussillon sa sortie de l’Histoire, ce qui ne manque pas d’interloquer les historiens, comme de faire bouillir ses habitants, puisque le Roussillon historique n’a jamais été, comme chacun sait, occitan, mais un territoire strictement de culture et de langue catalane, d’où la notion de « pays » catalan. Le XXIe siècle est pourtant déjà riche en publications sur le Roussillon et ou sur Majorque, notamment pour la période médiévale.

  • 10 Michel ZIMMERMAN (dir.), Le Moyen Âge dans les Pyrénées catalanes. Art, culture et société, Colloqu (...)
  • 11 Maria-Teresa FERRER I MALLOL, « Mercaders, mariners i corsaris », L’època de Colom. Catalunya a la (...)
  • 12 Alvaro SANTAMARIA ARÁNDEZ, « Sobre la condición de los conversos y chuetas de Mallorca, Espacio, ti (...)

6Faute de place ici, nous ne pourrons citer que peu d’études, articles, livres, actes de colloques transfrontaliers, internationaux, et renvoyer par exemple et pour mémoire, dans un choix restreint par force aux hispaniques et français, à quelques travaux de médiévistes sur le comté de Roussillon et les royaumes d’Aragon, mais aussi de Majorque. Ces historiens ont balayé successivement les pouvoirs et la ville de Perpignan, capitale alors dynamique de ce royaume et du comté de Roussillon10, les ordres religieux, les Templiers du Roussillon, la conquête de Majorque par Jacques I, monarque célébré en rencontres internationales au 8e centenaire de sa naissance en 2008, dirigées et publiées en 2011-2013 à Barcelone par la spécialiste du commerce, de la navigation, des conquêtes et de la piraterie méditerranéenne, dont les Baléares : Teresa Ferrer i Mallol, ancienne directrice du CSIC (Consejo Superior de Investigaciones Científicas), de la section historique et archéologique de l’IEC (Institut d’Estudis Catalans) de Barcelone et de la revue Anuario de Estudios Medievales11. D’autres chercheurs présentent aussi l’infanterie de Pierre IV en Roussillon en 1344 ou les réseaux économiques juifs et les stratégies marchandes au XIVe et XVe siècles, analysent la pression fiscale de 1375 en temps de guerre, pénurie de céréales et ravages du Principat par les compagnies de mercenaires de l’Infant de Majorque ; mais, pour la Cerdagne, ce territoire excentré mais périphérie convoitée du royaume de Majorque, la médiéviste Claude Denjean, professeur à l’université de Perpignan, a su montrer que l’acte ultime, joué sur cette frontière au milieu du XIVsiècle, s’explique par la culture politique catalano-aragonaise des cerdans : respectueux de pratiques, lois et usages en cours depuis Alphonse le Chaste et Jacques le Conquérant, les consuls de Puigcerdà n’ont jamais rompu avec le roi d’Aragon, malgré son conflit avec leur seigneur, le roi de Majorque12.

  • 13 Anthony PINTO, « Activités maritimes, commerce et essor industriel : les échanges empordano-majorqu (...)

7Un auteur de ce dossier, Henri Bresc, qui a précédemment co-édité, traduit et commenté avec Yūsuf Rāġib un manuscrit occidental, en arabe et catalan, de la Bibliothèque nationale (un accord de 1399 entre le roi de Majorque Jacques III et le sultan Abū l-Ḥasan ‘Alī), a pu livrer le nom de Dalmau III de Castelnou. Ce membre du lignage des Aspres, possessionné entre la plaine du Roussillon et la vallée du Tech (le Vallespir) fut un des quatre négociateurs du roi de Majorque qui obtinrent du sultan mérinide la paix commerciale, mais pas la signature du pacte d’alliance imaginé par Jacques III pour faire face à Pierre IV d’Aragon. Un autre article sur les échanges ampourdano-majorquins de 1280 à 1350 d’Anthony Pinto (Université de Chambéry-Savoie), publié en varia dans les Études Roussillonnaises, revue d’Histoire et d’Archéologie méditerranéennes de 2013, s’est fondé sur des actes notariés inédits pour réévaluer l’essor industriel, les activités maritimes et le commerce entre le Roussillon et Majorque. Il montre bien le rôle, avant l’épidémie de peste, d’entrepôt et de redistribution joué par l’île de Majorque et la position clé du comté d’Empúries dans l’ensemble des flux d’hommes ou marchandises : le vin roussillonnais de Banyuls et les draps de Perpignan s’exportaient fin XIIIe vers Majorque, le pastel chargé à Majorque se déchargeait début du XIVe siècle dans le port de Collioure, la via francigena passait dans la seigneurie d’Empúries, dont le littoral longeait une voie maritime majeure entre le Levant ibérique et les Baléares, ces îles dont le comte et ses sujets avaient participé en leur temps à sa conquête13.

  • 14 Stéphane PÉQUIGNOT, « Interponere partes suas: les bons offices de Jacques II d’Aragon entre les co (...)
  • 15 Flocel SABATÉ I CURULL (coord.), Anàlisi històrica de la identitat catalana, Barcelone: Institut d' (...)

8On bénéficie enfin d’études de Stéphane Péquignot de l’École Pratique des Hautes Études : cet historien des « relations internationales » de la couronne d’Aragon, de la diplomatique, des ambassades et négociations en Europe et autour de la Méditerranée, à l’époque de Jacques II d’Aragon, a confronté ses recherches à l’anthropologie politique, à l’historiographie de la résolution des conflits, et élargi depuis son champ d’étude au prince Philippe de Majorque, ce fraticelle ou dissident radical de la faction des Spirituels de l’ordre des franciscains, mais régent du royaume au temps de la désobéissance des notables de l’île baléarienne et du comté de Roussillon14. On pourra s’appuyer aussi avec profit sur des articles de Flocel Sabaté, professeur d’histoire médiévale à l’université de Lérida, dont un dans le prochain tome des Études Roussillonnaises, revue d’Histoire et d’Archéologie méditerranéennes, consacré sous la direction de Michel et de Marie-Claire Zimmermann à La Catalogne dans la péninsule ibérique, mille ans d’interfaces, influences et dissensions, suite au colloque transfrontalier d’Osséja et Musée de Puigcerdà du 14 et 15 septembre 201615.

9Si l’objectif des Études Roussillonnaises, revue d’Histoire et d’Archéologie méditerranéennes, n’a donc pas recherché l’exhaustivité sur cette relation tri-millénaire – une mission impossible dans tous les sens du terme –, dix-sept auteurs ont accepté de bonnes grâces de collaborer au dossier, qui privilégie, certes, le Moyen Âge, mais a cherché à le dépasser pour s’inscrire, un peu, dans une histoire de plus longue durée. Aussi, le travail de ces historiens, respectivement issus des universités des Baléares, plus largement du reste de la Catalogne et d’autres universités françaises, méridionales ou parisiennes, nous permet de présenter quelques pans de la question, resserrée ici à certains aspects des échanges économiques, contacts politiques et liens culturels, mais qui sont établis de longue date entre le Roussillon et les Baléares.

  • 16 Victor Guerrero Ayuso, spécialiste de l’étude de la navigation préhistorique, fut longtemps le cher (...)

10Le dossier s’ouvre sur le thème économique, par une synthèse des recherches de Victor Guerrero Ayuso, Manuel Calvo Trias, Jaume Garcia Rosselló (archéologues de l’université des Iles Baléares) sur les échanges maritimes de ces deux régions méditerranéennes, à l’Âge du fer et à l’époque phénicienne16. Après un tel voyage dans cet espace-temps proto-historique et de la navigation antique, le choix a été fait de sauter les siècles pour se centrer, au tournant des XIIIe et XIVe siècles, sur le fonctionnement du royaume de Majorque, interface político-économique entre ses deux états limitrophes, la couronne catalano-aragonaise et la France.

  • 17 Antoni RIERA I MELIS, « La Lezda de Colliure bajo la administración mallorquina. I: La reforma de a (...)
  • 18 Pau CATEURA BENNÀSSER, « Comprar, vendre i pagar al rei ; els impostor indirectes al Regne de Mallo (...)

11Cette réexploration, menée par Antoni Riera (Université de Barcelone et Institut d’Estudis Catalans), spécialiste des années 1298-1313, lors de la liquidation des séquelles de la guerre des Vêpres Siciliennes et d’instauration d’une nouvelle relation de forces dans le bassin occidental méditerranéen, souligne que l’unité territoriale de 1298 du royaume de Majorque a dynamisé l’exportation des draperies roussillonnaises, la coopération économique et politique, insufflé des réformes (leudes de Collioure, Majorque et premiers consulats majorquins outremer), renforcé la concurrence commerciale des majorquins et catalans au Maghreb et permis la résolution de conflits avec la France)17. Il était donc particulièrement indiqué que Pau Cateura Bennasser (Université des Iles Baléares), spécialiste des relations du roi Pierre le Cérémonieux avec Majorque, puisse expliquer le projet inabouti de l’organisation fiscale de ce même royaume et que, sur la question du travail à la fin du Moyen Âge, Jorge Maiz Chacon, spécialiste des minorités baléariennes et directeur de la revue Medievalismo, puisse à son tour revenir sur le rôle sous-estimé des femmes juives majorquines18.

  • 19 Rodrigue TRÉTON, Diplomatari del Masdéu, Barcelone : Pagès Editors (Fundació Noguera), 2010, 5 vol. (...)
  • 20 Henri BRESC, « Îles et tissu « connectif » de la Méditerranée, Médiévales, 47 (2), 2004, p. 123-138 (...)
  • 21 Dominique BIDOT-GERMA, Un notariat médiéval. Droit, pouvoir et société en Béarn, Toulouse : Presses (...)

12La seconde partie plus politique du dossier commence autour de l’analyse du testament de Nunó Sanç de 1241, seigneur de Roussillon et de Cerdagne, par deux spécialistes de l’ordre du Temple en Roussillon, les médiévistes Rodrigue Treton et Robert Vinas19. L’étude se prolonge par celle d’Henri Bresc (université de Nanterre-Paris X), spécialiste de la Sicile bas médiévale, sur les contacts entre la couronne de Majorque et la Trinacrie et celle de Lluis Tudela Villalonga (université des Iles Baléares) sur les conflits à l’époque de Jaume II d’Aragon et du royaume de Majorque, démontrant que l’hétérogénéité des territoires du royaume de Majorque ne permet pas la construction d’une identité nationale20. Le choix a été fait de poursuivre avec Dominique Bidot-Germa (université de Pau et des pays de l’Adour) sur le projet avorté au milieu du XIVe siècle d’union matrimoniale entre le royaume de Majorque et le comté-vicomté de Foix-Béarn que l’auteur connaît bien en spécialiste du notariat béarnais de la fin de la période médiévale21.

  • 22 Roger FIGUÈRES, « La fin de l’ordre du Temple dans le royaume de Majorque », in : Maria Anna Cheval (...)

13Ce volet a voulu aussi réinterroger avec Roger Figuères, auteur d’un travail de recherches à l’Université de Montpellier III (sous la direction de Daniel le Blévec), la multiplicité des résidences des rois de Majorque, puis demander à Pierre-Vincent Claverie (Université de Rouen), spécialiste de l’Ordre du Temple en Méditerranée, notamment des templiers catalans, d’expliquer comment la fin de la vicomté de Castelnou est un moment clé de l’histoire du royaume de Majorque au milieu du XIVe siècle, avant de revisiter avec Josep Mas (Université des Iles Baléares) le siège en 1374 à Villefranche de l’Infant « Jacques IV » de Majorque22. Cet historien majorquin travaille en effet depuis plus d’une décennie à reconstruire l’histoire de celui qui fut le dernier Infant de la dynastie royale majorquine, le dit « Jacques IV », né à Perpignan, en 1338, et mort à Soria en 1375, mais jamais roi de Majorque, le trône de son père ayant été usurpé par Pierre IV le Cérémonieux.

14Âgé de 11 ans à la mort de Jacques III, ce dernier lui avait légué son trône par un testament, dicté avant de mourir. Mais blessé à la bataille de Llucmajor, l’Infant et sa sœur Isabelle sont enfermés par Pierre IV leur oncle, au château de Bellver à Majorque, puis transférés à Xàtiva (Valence), où le roi confine neuf ans le jeune garçon, avant d’ordonner qu’on le ramène dans une cage, à Barcelone à Castell Nou. L’Infant ne renonce toutefois jamais, en treize ans de captivité, aux droits à son trône, une signature dont le Cérémonieux rêvait, et réussit son évasion en 1362, avec l’aide de nobles. Puis, il tente les treize années suivantes de récupérer ses terres des Baléares, Montpellier, Perpignan, le Roussillon et son trône. Josep Mas a donc rassemblé sur lui une importante documentation d’Allemagne, de Perpignan, des Baléares, de Soria, Montpellier, Barcelone aux archives de la Couronne d’Aragon, du Vatican, de Castille, et compilé, entre 2005 et 2009, tout document certifiant l’enterrement de Jacques IV dans un couvent franciscain, le 16 février 1375. Il s’intéresse aussi à Isabel, Regina Majoricarum après la mort de son frère.

15La copie du parchemin testamentaire en latin, conservé aux archives nationales de Paris, l’a conduit, après traduction en catalan, à rechercher avec une équipe d’archéologues convaincus et dirigés par Helena Inglada, le lieu de sépulture du prince spolié : un séjour en effet de l’Infant à la cour d’Innocent VI, pape d’Avignon qui reconnaissait son titre de roi, lui permit de s’allier aux ennemis d'Aragon et de Catalogne pour rassembler, en 1374 et avec l’aide financière de Louis d'Anjou, une armée de mercenaires qu’il mena ensuite à Sarrià, Sant Boi et Sant Cugat, aux portes de Barcelone  ; le roi Pierre convoqua alors tous ses hommes pour vaincre son neveu et Jacques IV s’enfuit à Soria, avant d’y mourir, le 16 février 1375. Les fouilles de 2008 subventionnées par le Conseil Insulaire de Majorque révélèrent ainsi une crypte, en 2009, sous les ruines de l’ancien couvent franciscain dans lequel Jacques IV voulait être enterré. L’équipe de recherche à laquelle appartient Joseph Mas développe donc sous la direction de deux professeurs de l’université des Îles Baléares (UiB), le médiéviste Gabriel Ensenyat et Climent Picornell, la mémoire oubliée de Jacques IV et de sa sœur aîné Isabel, celle qui signait, jusqu’en 1407, Regina Majoricarum.

  • 23 José Simón GORNÉS HACHERO, « Arqueologia de la muerte y cambio social: Análisis e interpretación de (...)
  • 24 Gabriel ENSENYAT I PUJOL, « Algunos préstamos otorgados a Pedro el Ceremonioso tras la invasión de (...)
  • 25 Claire SOUSSEN, « La question de la violence rituelle et de ses enjeux dans l’espace aragonais », M (...)

16La dernière partie du dossier présenté ici, plus culturelle, remonte à l’Âge du Bronze final et premier Âge du Fer pour analyser avec le préhistorien, archéologue et ethnologue José Simón Gornés Hachero (université des Iles Baléares) les continuités et changements dans les pratiques sociales funéraires, si difficiles à interpréter à Minorque, depuis la civilisation talayotique baléarienne et ses édifices mégalithiques, ces tours construites selon la technique « cyclopéenne » et les « tombes de géants » que cet expert qualifie de « navettes », pour leur forme en coque de navires renversées23. Pour la période médiévale, le même volet jouit ensuite d’une solide synthèse sur les relations culturelles entre le Roussillon et Majorque au temps de ce royaume, du professeur d’histoire médiévale Gabriel Ensenyat i Pujol (Université des Iles Baléares), spécialiste de la réintégration de la couronne de Majorque à la couronne d’Aragon mais très familier aussi de l’humanisme à Majorque24. Le dossier se clôt enfin sur un article très documenté de Claire Soussen, qui vient de soutenir, fin 2016, à l’École Pratique des Hautes Études, son Habilitation à diriger des recherches (La loi et la foi. Juifs et chrétiens en péninsule Ibérique, discours et représentations au bas Moyen Âge). Elle revient ici sur l’évolution du statut des juifs de Majorque jusqu’à leur conversion, pour cerner les fondements de leur identité et spécificité en péninsule Ibérique, à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne25.

17Ainsi, les Études Roussillonnaises, revue d’Histoire et d’Archéologie méditerranéennes sont heureuses de livrer leur sélection d’articles à la revue e-Spania : une première collaboration, qui doit contribuer à mieux diffuser, avec elle ou autrement, les résultats de la recherche française et étrangère, ici catalane et espagnole.

Haut de page

Notes

1 Guillem ROSSELLO BORDOY, « La prehistoria de Mallorca: rectificaciones y nuevos enfoques al problema », Mayurqa, 7, 1972, p. 115-155 ; Víctor M. GUERRERO AYUSO, « Bases historiográficas (sin disimulo) sobre los primeros pobladores baleáricos y otras cuestiones de enfoque, fondo y forma », Mayurqa, 28, 2002, p. 127-170; Manuel CALVO TRIAS, V. M. GUERRERO, Bartomeu SALVA SIMONET, « La cultura talayótica una sociedad de la edad del hierro en la periferia de la colonización fenicia », Complutum, 13, 2002, p. 221-258 ; William WALDREN « La qüestió del primer poblament de les Illes Balears: realitat, ficció o follia », Mayurqa, 29, 2003, p. 237-268 ; V. M. GUERREO, Manuel CALVO, Jaume GARCIA ROSSELLÓ, Simón GORNES HACHERO, in : V. M. GUERRERO (coord. y ed.), Prehistoria de la Islas Baleares, Registro Arqueológico y Evolución Social antes de la Edad del Hierro, Bar Int Series 1690, 2007 ; V. M. GUERRERO, M. CALVO, « Resolviendo incertidumbres. Nuevos datos sobre las primeras ocupaciones humanas de las Baleares, in : Mauro S. HERNÁNDEZ PÉREZ, Jorge A. SOLER DÍAZ, Juan Antonio LÓPEZ PADILLA (coords), IV Congreso del Neolítico Peninsular 27-30 de noviembre de 2006, vol. 2, 2008, p. 331-339 ; V. M. GUERRERO, « Las islas Baleares », in : Martín ALMAGRO GORBEA (coord.), Prehistoria y Antigüedad), in : Hugo O'DONNELL y Duque de ESTRADA, Enrique García HERNAN, José María BLANCO NUÑEZ (coord.), Historia militar de España, 2009, p. 131-142.

2 Jean ABELANET, Cyril DESCAMPS, « Les premières recherches à la Cauna de l’Arago (Tautavel) », Préhistoire Ariégeoise, 54, 2000, p. 5-14 ; J. ABELANET, « Bilan des recherches archéologiques menées dans les Pyrénées-Orientales entre 1980 et 2003. La Préhistoire et la Protohistoire. Regards sur 20 ans d’archéologie en Roussillon », Bulletin de l’Association archéologique des Pyrénées-Orientales, 18, décembre 2003, p. 65-67; C. DESCAMPS, « Le véritable découvreur de la Cauna de l’Arago (Tautavel) », in : M. Martzluff (éd.), Roches ornées, roches dressées. Aux sources des arts et des mythes. Les hommes et leur terre en Pyrénées de l’est, Actes du colloque en hommage à Jean Abélanet (24-25-26 Mai 2001), Presses Universitaires de Perpignan : Collection Études, 2005, p. 323-341; Henri de LUMLEY, La Grande Histoire des premiers hommes européens, Paris : Odile Jacob, 2007, 267 p. ; Frédéric LEBEGUE, Luc WENGLER, « L’industrie moustérienne de la grotte de Montou (Corbère-les-Cabanes, Pyrénées-Orientales) : premiers résultats et perspectives concernant l’étude du peuplement néandertalien de la frange nord-est du contrefort pyrénéen », Bulletin de la Société préhistorique française, 110 (4), 2013, p. 747-750 ; Michel MARTZLUFF, J. ABELANET, « Le Paléolithique supérieur du Roussillon : bilan des recherches dans la vallée du Robol (Pyrénées-Orientales) », Études Roussillonnaises, revue d’Histoire et d’Archéologie méditerranéennes, vol. 16, 1998, p. 11-20 ; M. MARTZLUFF, Olivier PASSARIUS, A. VIGNAUD, C. DONES, « Nouvelles données sur le Néolithique ancien du Roussillon », Études Roussillonnaises…, vol. 13, p. 7-l6 ; Jean GUILAINE, M. PY, « Le Sud de la Gaule et les relations méditerranéennes et occidentales (-1000/-500) », in : T. Janin (éd.), Mailhac et le Premier Âge du Fer en Europe occidentale, Hommages à Odette et Jean Taffanel : actes du Colloque International de Carcassonne (17-20 septembre 1997), Lattes : ARALO (Monographies d’Archéologie Méditerranéenne, 7, 2000, p. 415-432 ; Pierre PONSICH, Françoise TREINEN-CLAUSTRE, « Le gisement néolithique de la galerie close de la grotte de Montou en Roussillon », in : Jean GUILAINE et Xavier GUTHERZ (dir.), Autour de Jean Arnal, Laboratoire de paléobotanique, Montpellier : Université des sciences et techniques du Languedoc, 1990, p. 101-121 ; F. CLAUSTRE, P. PONSICH, « Eléments pour la connaissance de la céramique du Néolithique moyen de la grotte de Montou (Corbère-les-Cabanes, Pyrénées-Orientales), Études Roussillonnaises…, vol. 18, 2000-2001, p. 79-96; Dominique SACCHI, « L’art paléolithique de plein air dans le sud de la France et la péninsule Ibérique : un nouveau domaine de recherche », École antique de Nîmes, 25, 1999-2002, p. 29-37 ; Valérie PORRA-KUTENI, R. IUND, « Nouvelles recherches sur le mégalithisme du nord des Aspres (Pyrénées-Orientales) », Pirineus i veïns al 3r mil.lenni AC, 12e col.loqui internacional d’arqueologia de Puigcerdà (10-12 nov. 2000), Puigcerdà: Institut d’Estudis Ceretans, 2003, p. 507-526 ; V. PORRA, « Du Mésolithique aux âges des métaux. 100 ans de Préhistoire dans les Pyrénées » (Exposition au château-musée de Bélesta), Bulletin de l’AAPO, 19, déc. 2004, p. 69-73 ; J. ABELANET, Itinéraires mégalithiques : dolmens et rites funéraires en Roussillon et Pyrénées nord-catalanes, Canet : Éditions Trabucaire, 2011.

3 Pierre PONSICH, Annie de POUS, « Le champ d’urnes de Millas (Pyr.-Or.) » 1. Introduction à l’archéologie roussillonnaise du premier Âge du Fer, 2. La nécropole de Millas, 3. Le mobilier, Études Roussillonnaises, revue d’Histoire et d’Archéologie méditerranéennes, 1 (1), 1951, p. 1-94 ; Jérôme KOTARBA, Annie PEZIN, « Les vestiges d’habitat du premier Âge du Fer du Camp de Las Basses, Saint-André (Pyrénées-Orientales) », in : S. MAUNÉ (dir.), Recherches récentes sur les établissements ruraux protohistoriques en Gaule méridionale (IXe-IIIe siècle av. J.-C.), actes de la table-ronde de Lattes (mai 1997), Montagnac : M. Mergoil, 1998, p. 159-173 ; Rémi MARICHAL, Isabelle REBÉ, Les origines de Ruscino (Château-Roussillon, Perpignan, Pyrénées-Orientales) du Néolithique au premier Âge du Fer, Lattes : ADAL (Monographies d’Archéologie Méditerranéenne, 16), 2003.

4 Pierre CAMPMAJO, « Les roches gravées d’époque Ibère sont-elles des marqueurs de territoire ? Le cas de la Cerdagne », 10e Coloquio internacional sobre Lenguas y Culturas Paléohispánicas (20-24 octubre 2004, Barcelona), Departament de Filologia Llatina-Universitat de Barcelona : Barcelona, 2005, p. 195-233 ; id., Ces pierres qui nous parlent. Les gravures rupestres de Cerdagne des Ibères à l'époque contemporaine, Editions Trabucaire, 2012. ; P. PONSICH, « Le masque punique de Collioure », Études Roussillonnaises…, vol. 14, 1995-96, p. 5-6 ; V. M. GUERRERO, « ¿Foceos en el comercio tardoarcaico al norte de Baleares? », Mayurqa, 33, 2009-2010, p. 131-160 ; Jordi AMENGUAL QUETGLES, Luis MORANTA, Jaume CARDELL PERELLO, « La conquesta romana i la planificació del territori a Mallorca, Mayurqa, 29, 2003, p. 11-26 ; Marc MAYER I OLIVE « Noves observacions sobre la societat romana de les Balears », Mayurqa, 29, 2003, p. 145-154 ; Josep AMENGUAL I BATLE, « El segle V: de la romanitat política a la cultural a les Balears », Mayurqa, 29, 2003, p. 155-172 ; F. MAZIÈRE, « Approches quantitative et chronologique des amphores en Roussillon (VIe- IIIe siècles av. J.-C.), in : J. Sanmartì, D. Ugolini, J. Ramon, D. Asensio (co-dir.), La circulaciò d’amfores al Mediterrani occidental durant la Protohistoria (segles VIII-III a.C.) : aspectes quantitatius i analisi de contiguts, actes de la IIa Reuniò International de Calafell, 21-23 mars 2002, Barcelone, 2004, p. 105-126 ; D. UGOLINI, « Le Roussillon : passage obligé des échanges commerciaux en Méditerranée nord-occidentale (VIIe - IVe siècle av. J.-C), Comerç i vies de comunicacie : XI col.loqui internacional d’arqueologia de Puigcerdà (1997), Puigcerdà, 1998, p. 73-92 ; id., « Entre Gaule et Ibérie : le Roussillon de la Protohistoire (de 550 à 300 av. J.-C.) », Elne, ville et territoire (Actes des 2e Rencontres Internationales d'Histoire et Archéologie d’Elne (1999), Hommages à Roger Grau), Elne : Éd. Les Amis d'Illibéris, 2003, p. 21-26 ; id., « Productions, échanges et communications dans les Pyrénées-Orientales de la Protohistoire », in : J. KOTARBA, G. CASTELLVI, F. MAZIÈRE (dir.), Les Pyrénées-Orientales, Carte Archéologique de la Gaule 66, Paris, Ac. Inscr. et Belles Lettres, 2007, p. 107-118 ; Annie PEZIN, « Illiberis, Elne (Pyrénées-Orientales) », in : J.-L. FICHES (dir.), Les agglomérations gallo-romaines en Languedoc-Roussillon, Lattes (Monographies d’Archéologie Méditerranéenne, 13), 2002, p. 113-119 ; Georges CASTELLVI, « Regards sur vingt ans d’archéologie en Roussillon. L’Antiquité », Bulletin de l’AAPO, 18, 2003, p. ; Ingrid DUNYACH, « La collection P. Ponsich : étude du mobilier céramique des fouilles de Collioure réalisées entre 1963-1965 (VIe-IIsiècle av. J-C), Bulletin de l’AAPO, 27, 2012, Perpignan, 2013, p. 63-68 ; I. DUNYACH, Étienne ROUDIER, « La Fajouse (Argelès-sur-Mer, Pyrénées-Orientales) : activités rituelles autour d’une source entre la France et l’Espagne (VIe siècle av. J-C - VIe siècle ap. J-C) », Gallia, 73 (2), 2016, p. 1-25.

5 Raymond LANTIER, « Le cimetière wisigothique d'Estagel », Gallia, 1 (1), 1943, p. 153-188 ; Patrice ALESSANDRI, Marina HUE, « Nécropoles et population de la période wisigothique dans les Pyrénées-Orientales : les apports récents de l'archéologie et de l'anthropologie », Actes du colloque en hommage à Jean Abelanet, Roches ornées, roches dressées, Perpignan 24-25 mai 2001, Association Archéologique des Pyrénées-Orinetales-Presses Universitaires de Perpignan : Perpignan, 2005, p. 441-452 ; J. KOTARBA, « Les sites d’époque wisigothique de la ligne LGV. Apports et limites pour les études d’occupation du sol de la plaine du Roussillon », in : A. Catafau (dir.), Activités, échanges et peuplement entre Antiquité et Moyen Âge en Pyrénées-Orientales et Aude, revue Domitia (8-9), 2007, p. 43-70 ; P. ALESSANDRI, « Ruscino, des Wisigoths aux Francs », Histoire et archéologie des terres catalanes au Moyen Âge, Perpignan : Presses Universitaires de Perpignan (Coll. Études), 1995, p. 9-47 ; P. PONSICH, « La société et l’art en Roussillon, à l’époque carolingienne », L’art et la Société à l’époque carolingienne, Les Cahiers de Saint-Michel de Cuxa, 23, 1992, p. 11-29 ; Pere PONSICH (a cura de), Ramon Ordeig i Mata (revisat i completat per), Anscari Manuel MUNDÓ (prefaci per), Els comtats del Rosselló, Conflent, Vallespir i Fenollet, in : Josep M. FONT I RIUS i Anscari Manuel MUNDÓ (co-dir.), Catalunya Carolíngia (obra fundada per Ramon d'Abadal i de Vinyals), Barcelona : Institut d'Estudis Catalans, 2006, vol. 6, tomes 1 et 2 ; P. ALESSANDRI, « Bilan des recherches archéologiques menées dans les Pyrénées-Orientales entre 1980 et 2003. Le Moyen Âge et la période moderne. Regards sur 20 ans d’archéologie en Roussillon », Bulletin de l’AAPO, 18, 2003, p. 75-83 ; J. ABELANET, « Bilan des recherches archéologiques […] en Roussillon », ibid., 18, 2003, p. 185-187.

6 P. PONSICH, « Le problème de la partition du comté de Roussillon entre les maisons de Cerdagne et d’Empories, à la mort du comte Miron le Vieux (896) » Études Roussillonnaises…, vol. 13, 1994-95, p. 91-103 [l’auteur a aussi publié cet article en catalan, in : Estudis d’historia oferts a Ramon d’Abadal i de Vinyals en el centenari del seu naixement, in : Estudis Universitaris catalans, 30, 1994].

7 G. ROSSELLO, « Corpus balear de epigrafía árabe », Mayurqa, 13, 1975, p. 5-68 ; id., « La cerámica árabe en Mallorca : avances sobre su tipología y cronología », Mayurqa, 14, 1975, p. 215-230 ; Miquel BARCELÓ, « Comentaris a un text sobre Mallorca del geògraf al-Zuhri (siglo VI-XII) », Mayurqa, 13, 1975, p. 155-164.

8 G. ROSSELLO, « Notes sobre la conquesta de Mallorca (1229-1232) : El testimoni dels vençuts », Mayurqa, 22 (2), 1989, p. 541-550.

9 Richard-Albert LECOY DE LA MARCHE, Les relations politiques de la France avec les rois de Majorque (Îles Baléares, Roussillon, Montpellier…), Paris : E. Leroux, 1892 ; Marcel DURLIAT, L’art dans le royaume de Majorque. Les débuts de l’art gothique en Roussillon, en Cerdagne et aux Baléares, Toulouse : éd. Privat (Collection Art et Histoire), 1962 ; Charles-Emmanuel DUFOURCQ, « Aspects Internationaux de Majorque durant les derniers siècles du Moyen Âge », Mayurqa, 11, 1974, p. 5-52 ; Alvaro SANTAMARIA ARANDEZ, « Creación de la Corona de Mallorca : las disposiciones testamentarias de Jaime I, Mayurqa, 19, 1979-1980, p. 125-138 ; Antonio ORTEGA VILLOSLADA, « Documentos referentes al Reino de Mallorca en los archivos de París », Mayurqa, 29, 2003, p. 341-356.

10 Michel ZIMMERMAN (dir.), Le Moyen Âge dans les Pyrénées catalanes. Art, culture et société, Colloque de Prades et de Palau-de-Cerdagne (mai 2003), Études Roussillonnaises…, vol. 21, 2005 (3e série), 250 p. ; Catherine VERNA, « Forge catalane : la question des origines », Le Moyen Âge dans les Pyrénées catalanes, op. cit., p. 125-142 ; C. VERNA, Pere BENITO I MONCLÚS, Savoirs des campagnes: Catalogne, Languedoc, Provence (XIIe-XVIIIe siècles), Études Roussillonnaises…, vol. 26, 2013-2014 ; ead., « Élites rurales, industries et fortune (Catalogne, Vallespir, XIVe -XVe siècle) », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 124-2 | 2012, mis en ligne le 07 avril 2014, http://mefrm.revues.org/913 ; Olivier PASSARRIUS, Aymat CATAFAU, Un palais dans la ville, Colloque de Perpignan (20-22 mai 2011), Collection Archéologie Départementale, vol. 1 (Le Palais des rois de Majorque à Perpignan), vol. 2 (Perpignan des rois de Majorque), Editions Trabucaire, 2014 ; A. CATAFAU, « Aperçus des échanges culturels entre France, Occitanie et Catalogne à travers les inventaires des bibliothèques roussillonnaises des XIVe-XVe siècles », La Catalogne dans la péninsule ibérique, mille ans d’interfaces …, à paraître aux Études Roussillonnaises…, vol. 27, en 2018.

11 Maria-Teresa FERRER I MALLOL, « Mercaders, mariners i corsaris », L’època de Colom. Catalunya a la segona meitat del segle XV, Nadala de la Fundació Jaume I, Barcelone, 1991, p. 50-61 ; M.-T. FERRER, D. COULON (éd.), L'expansió catalana a la Mediterrània a la Baixa Edat Mitjana, Actes del Seminari organitzat per la Casa de Velázquez (Madrid) i la Institució Milà i Fontanals (CSIC, Barcelona), Barcelona, CSIC-Institució Milà i Fontanals, 1999 ; M.-T. FERRER, « Fruita seca i fruita assecada, una especialitat de l’àrea econòmica catalana-valenciana-balear », Anuario de Estudios Medievales, 31 (2), 2001, p. 883-943 ; ead., « Arnau Aymar, capità i corsari de Mallorca (segles XIV-XV) », Homenatge a Miquel Batllori, Randa, 51 (4), 2003, p. 51-75 ; M.-T. FERRER, Josefina MUTGÉ, Manuel SANCHEZ (eds. a cura de), La Corona catalano-aragonesa i el seu entorn mediterrani, Barcelone : CSIC-Institució Milà i Fontanals, 2005 ; M.-T. FERRER, « Navegació, ports i comerç a la Mediterrània de la baixa edat mitjana », in : José PEREZ BALLESTER i Guillermo PASCUAL (eds. a cura de), Comercio, redistribución y fondeaderos. La navegación a vela en el Mediterráneo, Actas 5e Jornadas internacionales de Arqueología subacuática (Gandia, 8-10 novembre 2006), Valence : Universitat de València, 2008, p. 113-166 ; ead., « Els mallorquins a la Mediterrània oriental a l'Edat mitjana », El regne de Mallorca, cruïlla de gents i de cultures (segles XIII-XV), 26e Jornades d'Estudis Històrics Locals, Institut d'Estudis Baleàrics, 2008, p. 43-72 ; M. T. FERRER, Manuel RIU I RIU (eds a cura de), Tractats i negociacions diplomàtiques de Catalunya i de la Corona catalano-aragonesa a l’edat mitjana, vol. 1 (1), Barcelone: Institut d’Estudis Catalans, 2009 ; Ead. « El comerç català a la baixa edat mitjana », Catalan Historical Review, 5, 2012, p. 159-193 ; ead. (ed.), Jaume I. Commemoració del VIII centenari del naixement de Jaume I, 2 vols, Barcelona: Institut d’Estudis Catalans, 2011 et 2013 ; Stéphane PÉQUIGNOT, « L’Any Jaume I. Une mobilisation commémorative et ses premiers effets historiographiques », Mélanges de la Casa de Velázquez, 42 (1), 2012, p. 275-295 ; S. PÉQUIGNOT, « L’Any Jaume I… », art. cit., [En ligne] depuis le 15 avril 2014, http://mcv.revues.org/4464.

12 Alvaro SANTAMARIA ARÁNDEZ, « Sobre la condición de los conversos y chuetas de Mallorca, Espacio, tiempo y forma, in : Historia medieval (Serie 3), 10, 1997, p. 219-262 ; id., La participación del reino de Mallorca en el interregno de la Corona de Aragón, Memòries de la Reial Acadèmia Mallorquina d'Estudis Genealògics, Heràldics i Històrics, 11, 2001, p. 7-30 ; Carole PUIG, « Les ordres religieux à Perpignan sous le Royaume de Majorque », Royaume de Majorque. De l'histoire au mythe-Reialme de Mallorca. De l'historia al mite, Perpignan : Publication du CeDAC (Aspects du Moyen Âge en Catalunya Nord-Aspectes de l'Edat Mitjana a Catalunya Nord, 4), 1997, p. 59-64 ; ead., « À l'origine des premières taxes douanières : les leudaires en Roussillon et en Cerdagne (XIIIe-milieu du XIVe siècle », Douanes, États et Frontières dans l’est des Pyrénées de l’Antiquité à nos jours, Saint-Estève : PUP-AHAD, 2005, p. 23-40 ; P. PONSICH, « Perpignan haut médiévale. Naissance d’une cité comtale (Xe-XIIe siècles »), in : Louis Assier-Andrieu, Raymond Sala (dir.), La Ciutat i els poders, La Ville et les Pouvoirs, Université de Perpignan-ICRESS, 2000, p. 69-78 ; Robert VINAS, L'Ordre du Temple en Roussillon, Perpignan : Éditions Trabucaire, 2001 ; Agnès et Robert VINAS, La conquête de Majorque, Perpignan : SASL, 2004 ; id., Le livre des faits de Jaume le Conquérant, Perpignan : SASL, 2007 ; Laure VERDON, La terre et les hommes en Roussillon aux XIIe et XIIIe siècles, structures seigneuriales, rente et société d’après les sources templières, Publication de l’Université de Provence : Aix-en-Provence, 2001 ; Françoise LAINÉ, « L’infanterie de Pierre IV en Roussillon (1344) », in : J.-C. Cassard, Y. Coativy, A. GallicÉ et D. Le Page (dir.), Le Prince, l’argent, les hommes au Moyen Âge, Mélanges offerts à Jean Kerhervé, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2008, p. 513-527 ; Manuel SANCHEZ MARTINEZ, « La presión fiscal en una año difícil: Cataluña a mediados de 1374-mediados de 1375 », Mayurqa, 27, 2001, p. 25-45 ; Ingrid HOUSSAYE MICHIENZI, Datini, Majorque et le Maghreb (14e-15e siècles). Réseaux, espaces méditerranéens et stratégies marchandes, Leyde : Brill, collection « The Medieval Mediterranean » (96), 2013 ; Claude DENJEAN, « La Cerdagne autour de 1350 : pratiques politiques d’une périphérie convoitée », in : Philippe CONTAMINE (dir.), Hommes et terres du Sud. Structures politiques et évolutions des sociétés. XIIe-XVIIIe siècles, Colloque de Toulouse de 2000, Paris : CTHS, 2009, p. 217-242 ; ead., « Le réseau marchand, une garantie contre l’incertitude sur les marchés : Catalogne et péninsule Ibérique, XIIe-XVe siècles », in : Michel et Marie-Claire ZIMMERMANN (dir.), La Catalogne dans la péninsule ibérique, mille ans d’interfaces, influences et dissensions, Colloque transfrontalier d’Osséja et du Musée de Puigcerdà, 14-15 septembre 2016, Études Roussillonnaises, vol. 28, à paraître en 2018. 

13 Anthony PINTO, « Activités maritimes, commerce et essor industriel : les échanges empordano-majorquins de 1280 à 1350 », in : Catherine Verna et Pere Benito (dir.), Savoir des Campagnes, Catalogne, Languedoc, Provence, XIIe-XVIIIe siècles, Études Roussillonnaises…, vol. 26, Perpignan : Éditions Trabucaire, 2013, p. 193-2017 ; sur les draps de Perpignan et l’industrie textile en général, voir aussi Gilbert LARGUIER, « Draperie et économie au temps des rois de Majorque, Royaume de Majorque », De l'histoire au mythe. Reialme de Mallorca. De la historia al mite (Aspects du Moyen Âge en Catalogne Nord-Aspectes de l'Edat Mitjana a Catalunya Nord, 4), Perpignan : Publication du CeDACC, 1997, p. 33-41 ; « Le commerce des draps et du pastel (XIIIe-XVIe siècles) », Annales du Midi, 236, 2001 ; A. PINTO, « Perpignan un grand centre drapant méditerranéen, état de l’historiographie », La fibre catalane : industrie et textile en Roussillon au fil du temps, Canet : Éditions Trabucaire, 2005, p. 12–37 ; Gilbert BUTI, Jean-Paul PASCUAL, Olivier RAVEAUX, Les textiles en Méditerranée (XVe-XIXe siècles) : fabrication, commercialisation et consommation, Rives nord-méditerrannéennes, 29, 2008 ; Damien COULON, « L’identité marchande de Perpignan. Expressions et symboles à contre-courant de "l’Automne du Moyen Âge" », Les identités urbaines au Moyen Âge. Regards sur les villes du Midi français (Actes du colloque de Montpellier 8-9 décembre 2011), Turnhout : Brepols Publishers, 2014, p. 251-260 ; id., « Perpiñan, centro económico, en las relaciones de gran comercio con el Levante mediterráneo », in : Lluis Cifuentes, Roser Salicru, Maria MercÈ Viladrich (co-dir.), Els catalans a la Mediterrània medieval. Noves fonts, recerques i perspectives, Rome : Viella, 2015, p. 195-216.

14 Stéphane PÉQUIGNOT, « Interponere partes suas: les bons offices de Jacques II d’Aragon entre les cours de Naples et de Majorque (1301-1304) », in : Jean-Marie Moeglin (études réunies par), L’intercession au Moyen Âge et au début de l’époque moderne. Autour d’une pratique sociale, Genève : Droz (Bibliothèque de l’École Pratique des Hautes Études), 2004, p. 215-261 ; S. PÉQUIGNOT, M. T. FERRER, J.-M. MOEGLIN, Manuel SÁNCHEZ MARTÍNEZ (eds.), Negociar en la Edad Media/Négocier au Moyen Âge, Barcelone : CSIC (Anejos del Anuario de Estudios Medievales, 61), 2005, 594 p. ; S. PÉQUIGNOT, « Enantar a tractar. L’entrée en négociations comme objet d’histoire. L’exemple de la diplomatie de Jacques II d’Aragon (1291-1327) », Negociar en la Edad Media/Négocier au Moyen Âge …, p. 265-301 ; id., « Las vistas reales en la historiografía de la Corona de Aragón (siglos XIII-XIV) », 18e Congrés Internacional d’Història de la Corona de Aragó (Valence, 9-14 septembre 2004), Valence: Université de Valence, 2005, vol. 2, p. 1657-1674 ; id., Au nom du roi. Pratique diplomatique et pouvoir durant le règne de Jacques II d’Aragon (1291-1327), Madrid : Bibliothèque de la Casa de Velázquez, n°42, 2009 ; id., « Les écrits du ‘temps de la désobéissance’ (Roussillon, 1324-1326) », L’autorité de l’écrit au Moyen Âge (Orient-Occident). Actes du 39e Congrès de la SHMESP (Le Caire, 30 avril-5 mai 2008), Paris : Publications de la Sorbonne (Histoire ancienne et médiévale, 102), 2009, p. 211-224 ; id., « Les diplomaties occidentales, XIIIe-XVe siècles », Les relations diplomatiques au Moyen Âge. Formes et enjeux. Actes du 41e Congrès de la SHMESP (Lyon, 3-6 juin 2010), Paris : Publications de la Sorbonne (Histoire ancienne et médiévale), 2011, p. 47-66 ; S. PÉQUIGNOT, Denise AIGLE (dir.), La correspondance entre souverains, princes et cités-Etats. Approches croisées entre l’Orient musulman, l’Occident latin et Byzance (XIIIe-début XVIe siècle), Brepols (Miroirs de l’Orient musulman, 2), 2013, 240 p. ; S. PÉQUIGNOT «Conclusion », La correspondance entre souverains, princes et cités-Etats…, p. 231-240 ; id., « Les marchands dans la diplomatie des rois d’Aragon », in : Lorenzo TANZINI et Sergio TOGNETTI (dir.), Il governo dell’economia. Italia e penisola iberica nel basso medioevo, Rome : Viella, 2014, p. 179-204 ; S. PÉQUIGNOT, Stefano ANDRETTA, Jean-Claude WAQUET (études réunies par), De l’ambassadeur. Les écrits relatifs à l’ambassadeur et à l’art de négocier du Moyen Âge au début du XIXe siècle, Rome : École française de Rome (Coll. de l’École française de Rome, 504), 2015, 650 p. ; S. PÉQUIGNOT, « Les ambassadeurs dans les miroirs des princes en Occident au Moyen Âge », De l’ambassadeur…, p. 33-55 ; S. PÉQUIGNOT et Pierre SAVY (dir.), Annexer ? Les déplacements de frontières à la fin du Moyen Âge, Rennes : PUR, coll. « Histoire », 2016, 227 p. et p. 7-19 (Introduction) ; S. PÉQUIGNOT, J.-M. MOEGLIN (dir.), Diplomatie et « relations internationales » au Moyen Âge en Occident (IXe -XVe siècles), Paris : PUF (Nouvelle Clio), 2017.

15 Flocel SABATÉ I CURULL (coord.), Anàlisi històrica de la identitat catalana, Barcelone: Institut d'Estudis Catalans, 2015 ; id., « Une histoire médiévale pour l’identité catalane », in : Sergiu MISCOIU, Nicolae PÃUN (dir.), Intégration et désintégration en Europe centrale et orientale (Actes du colloque d’octobre 2014), Cahiers de Fare, 9, Paris : L’Harmattan, 2016, p. 33-60 ; Flocel SABATÉ CURULL, Pablo TERRADO, Javier FRANCISCO [Publ.]. « Prólogo : El nacimiento de la conciencia lingüística en la Edad Media », El naixement de la consciència lingüística a l'edat mitjana, Lleida, 2016, p. 7-14 ; id., « ¿Quina Catalunya naix al segle XII? », La Catalogne dans la péninsule ibérique, mille ans d’interfaces …, à paraître en 2018.

16 Victor Guerrero Ayuso, spécialiste de l’étude de la navigation préhistorique, fut longtemps le chercheur principal du Groupe de recherche archéologique baléarienne de l’université des Îles Baléres (Grupo de Investigación Arqueobalear de la UIB) ; V. M. GUERRERO, « El patrimonio arqueológico submarino mallorquín: antecedentes y perspectivas futuras », Mayurqa, 20, 1981-1984, p. 77-92 ; M. CALVO, V. M. GUERRERO, « El megalitismo mallorquín en el contexto del Mediterráneo Occidental », Mayurqa, 27, 2001, p. 161-193. Ces auteurs estiment que le phénomène du dolmen et les pratiques funéraires s’étendent de Minorque à la plus grande île de Majorque, étant donné la similitude formelle entre l'architecture dolménienne majorquine et minorquine, les contextes funéraires des deux îles et les relations fortes de toutes sortes établies tout au long du deuxième millénaire av. J.-C.

17 Antoni RIERA I MELIS, « La Lezda de Colliure bajo la administración mallorquina. I: La reforma de aranceles de finales del siglo XIII (1299 ?) », Acta historica et archaeologica mediaevalia, vol. 1, 1980, p. 91-126 ; id. « L'aparició de la draperia urbana als Pirineus Orientals », Annals de la 1era Universitat d'Estiu Andorra (1982), El segle XIII, 1983, p. 152-178 ; id., « La lezda Balear de 1302, un punto de fricción entre el reino de Mallorca y las ciudades mercantiles de Cataluña y Valencia a principios del siglo XIV », Estudis castellonencs, vol. 1, 1983, p. 11-72 ; id., La corona de Aragón y el reino de Mallorca en el primer cuarto del siglo XIV. Las repercusiones arancelarias de la autonomía balear 1298-1311, Anuario de Estudios Medievales, 14, Madrid : CSIC, 1986; id., « El regne de Mallorca en el context internacional de la primera meitat del segle XIV », Homenatge Emilio Saez, 1989, p. 45-68 ; id., « Perpiñán, 1025-1285. Crecimiento económico, diversificación social y expansión urbana », in : David Abulafia i Blanca Garí (eds a cura de), En las costas del Mediterráneo occidental. Las ciudades de la Península ibérica y del reino de Mallorca y el comercio mediterráneo en la Edad Media, Barcelone : Omega, 1996, p. 1-61 ; id., « El Mediterrani Occidental al darrer quart del segle XIII: Concurrència comercial i conflictivitat política », Anuario de Estudios Medievales, vol. 26, 1996, p. 729-782 ; id., « El context mediterrani de la primera fase del regnat de Jaume II (1291-1311): conflictivitat i canvis », Anales de la Universidad de Alicante. Historia medieval, vol. 12, 1999, p. 183-205 ; id., « Monedas y mercados en la Edad Media : el Mediterráneo noroccidental (c. 1190-1350) », Moneda y monedas en la Europa medieval, siglos XII-XV, 2000 p. 193-256 ; id., « Del tractat d'Argelers al de Poissy. El Regne de Mallorca entre la Corona Catalanoaragonesa i França (1298-1313) », Acta historica et archaeologica mediaevalia, vol. 29, 2008 p. 299-325 ; id., « La draperia a la Corona catalanoaragonesa durant el segon terç del segle XIII », in : Maria Teresa FERRER i MALLOL (dir.), Jaume I. Commemoraciò de VIII centenari del naixement de Jaume I, Barcelone : Memòries de la Secció Històrico-Arqueològica, vol. 2, 2013, p. 763-834 ; Antoni RIERA, P. BENITO (coords.), Guerra y carestía en la Europa medieval, Lleida : éd. Milenio (Col. Crisis en la Edad Media), 2014, 219 p.

18 Pau CATEURA BENNÀSSER, « Comprar, vendre i pagar al rei ; els impostor indirectes al Regne de Mallorca, siglo XIV-XV. Palma de Mallorca : Edit. El Tall, 2006 ; id., ”Las instalaciones portuarias de la Ciudad de Mallorca (1300-1350), in : David ABULAFIA, « Un emporio mediterráneo, el reino catalán de Mallorca », Barcelone : Editorial Omega, 1996 ; id., Sociedad y sistema fiscal del reino de Mallorca (1360-1400), Palma de Mallorca: Edit. El Tall, 2003 ; id., Mallorca en el segle XIV, Palma de Mallorca: Edit. El Tall, 2005 ; id., « Sobre el tráfico costero de mercancías entre las villas foráneas y la ciudad de Mallorca en la Edad Media », Mayurqa, 17, 1977-1978, p. 29-33 ; id., “Sobre el “infant en Jacme” y Mallorca (1256-1276)”, Mayurqa, 20, 1981-1984, p. 123-140 ; id., « Consolats estrengers a las Illes Balears (1347-1500) », Mayurqa, 22 (1), 1989, p. 167-180 ; id., « Sobre l'encreuament de fidelitats en el regne de Mallorca medieval », Mayurqa, 25, 1999, p. 177-186 ; id., « El sistema fiscal del reino de Mallorca en los inicios de la crisis », Mayurqa, 27, 2001, p. 47-61 ; id., “La contribución confesional: musulmanes y judíos en el Reino de Mallorca”, Acta Histórica et Archaelogica Medieval: Homenaje a Manuel Riu Riu (1999-2.000), 2000 ; id., « Mallorca a la segona meitat del segle XIII (Aspectes polítics i financers fins a 1276) », Estudis Baleàrics, 17, 1981 ; Jorge MAIZ CHACON (coord.), Jaume III de Mallorca i el seu temps, Palma de Mallorca: Éd. Documenta Balear, 2016 ; id., « Jaume III de Mallorca. Histografía i bibliografía », in : J. MAIZ CHACON (coord.), Jaume  III …, p. 143-181.

19 Rodrigue TRÉTON, Diplomatari del Masdéu, Barcelone : Pagès Editors (Fundació Noguera), 2010, 5 vol. ; id., « L’organisation topographique de la commanderie du Masdéu en Roussillon », Archéologie du Midi médiéval, 28, 2010, p. 271-295 ; id., « Prélude à l'histoire du notariat public à Perpignan et dans le comté de Roussillon (1184-1340) », Le Gnomon, Revue internationale d’histoire du notariat, 167, 2011, p. 6-28; R. TRÉTON (éd.), avec la collaboration d’A. Catafau et L. Verdon, Les capbreus du roi Jacques II de Majorque (1292-1294). Collection de documents inédits sur l’histoire de France, vol. 56, Paris : Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2011, 2 vol. (257) ; R. VINAS, L'Ordre du Temple en Roussillon, Perpignan : Éditions Trabucaire, 2001 ; A. et R. VINAS, La conquête de Majorque, Perpignan : SASL, 2004 ; id., Le livre des faits de Jaume le Conquérant, Perpignan : SASL, 2007 ; id., La croisade de 1285 en Roussillon et Catalogne, Pollestres : TDO Editions, 2015.

20 Henri BRESC, « Îles et tissu « connectif » de la Méditerranée, Médiévales, 47 (2), 2004, p. 123-138 ; H. BRESC, Yūsuf RAGIB, Le sultan mérinide Abū l-Ḥasan ʻAlī et Jacques III de Majorque : du traité de paix au pacte secret, Le Caire : Institut français d’archéologie orientale (Cahiers des annales islamologiques, 32), 2011 ; Lluis TUDELA VILLALONGA, Catalunya, Mallorca y Gènova (1336-1349). Economia i Política, Palma de Mallorca : El Tall, 2005 ; id., « El modelo de identidad del reino de Mallorca en la Baja Edad Media », Espacios de identidad política en la Península Ibéríca (coord. Juan Antonio Barrio), Anales de la Universidad de Alicante. Historia Medieval, 16, 2009-2010, p. 223-243.

21 Dominique BIDOT-GERMA, Un notariat médiéval. Droit, pouvoir et société en Béarn, Toulouse : Presses universitaires du Mirail, « Histoire notariale », 2008.

22 Roger FIGUÈRES, « La fin de l’ordre du Temple dans le royaume de Majorque », in : Maria Anna Chevalier (dir.), La fin de l’ordre du Temple, Paris : Geuthner, 2012, p. 153-170 ; Pierre-Vincent CLAVERIE, La conquête du Roussillon par Pierre le Cérémonieux, 1341-1345, Perpignan : Éditions Trabucaire, 2014 ; id., « Un interface médiéval entre la France et l’Espagne : le royaume de Majorque », La Catalogne dans la péninsule ibérique, mille ans d’interfaces…, à paraître en 2018.

23 José Simón GORNÉS HACHERO, « Arqueologia de la muerte y cambio social: Análisis e interpretación de la necrópolis de Calascoves, Menorca », Rev. Complutum, 7, 1996, p. 91-103 ; id., « El poblamiento prehistórico de las islas Baleares. Desde los inicios al fin de la Edad del Bronce », Historia de las Baleares, 1, Palma de Mallorca : Éd. Rey Sol SA, 2006.

24 Gabriel ENSENYAT I PUJOL, « Algunos préstamos otorgados a Pedro el Ceremonioso tras la invasión de Mallorca », Mayurqa, 21, 1985-1987, p. 121-132 ; id., « La donació de dues cavalleries propietat dels legitimistes feta per Pere IV després de la reintegració de Mallorca », Mayurqa, 22 (1), 1989, p. 229-238 ; La reintegració de la Corona de Mallorca a la Corona d' Aragó (1343-1349), 2 vol, Palma de Mallorca: Editorial Moll, 1997 ; id., « Humanisme i Renaixement a Mallorca: noves dades, nova periodització », L’Humanisme a la Corona d’Aragó (A la memòria de Rafael de la Cruz Corcoll), eHumanista-IVITRA, 1, 2012, p. 99-127 ; id., Història de la literatura catalana a Mallorca a l’edat mitjana, Palma: El Tall Editorial, 2001 ; id., “Entorn a la recepció de la cultura humanística a Mallorca”, eHumanista, 13, 2009, p. 1-13 ; id., “L’activitat lul·liana a la Mallorca del segle XIV : un lul·lisme amagat? », in : Maria Isabel Ripoll i Margalida Tortella (éd.), Ramon Llull i el lul·lisme: pensament i llenguatge (Jornades d’homenatge a J. N. Hillgarth i A. Bonner), Barcelone : Universitat de Barcelona, 2012 ; id., « Otoño medieval y humanismo eclesiástico en Mallorca », in : V. J. Escartí (coord.), Escribir y persistir. Estudios sobre la literatura en catalán de la Edad Media a la Renaixença, Buenos Aires 24-Los Angeles : Argus-a, vol. 1, 2013, p. 16-39.

25 Claire SOUSSEN, « La question de la violence rituelle et de ses enjeux dans l’espace aragonais », Medieval Encounters, 13, 2007, p. 524-545 ; ead., « Lendemains de Reconquête, recomposition politique, sociale et religieuse à Majorque et Valence au XIIIe siècle », in : François Pernot et Valérie Toureille (dir), Lendemains de guerre… De l’Antiquité au monde contemporain : les hommes, l’espace et le récit, l’économie et le politique, Berne : Peter Lang, 2010, p. 387-395 ; ead., « Violence rituelle ou émotion populaire ? Les explosions de violence anti-juive à l’occasion des fêtes de Pâques dans l’espace aragonais », in : Damien Bocquet et P. Nagy, (dir.), Politiques des émotions au Moyen Âge, Florence : Micrologus Library, 2010, p. 149-168 ; ead., « Victimes, auteurs, témoins : la production de violence antijuive dans l'espace aragonais à la fin du Moyen-Âge, entre dit et non-dit », in : Marie-Claude MARANDET (dir.), Violence(s) de la Préhistoire à nos jours. Les sources et leur interprétation, Perpignan : PU coll. « Études », 2011, p. 109-123 ; ead., Judei Nostri. Juifs et chrétiens dans la Couronne d’Aragon à la fin du Moyen Âge, Toulouse : Méridiennes, 2011 ; ead., « Entre solidarité, exemplarité et défiance. Formes et enjeux de la relation entre juifs catalans et juifs de la péninsule ibérique », La Catalogne dans la péninsule ibérique, mille ans d’interfaces…, à paraître en 2018.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Ponsich, « La relation du Roussillon et des Baléares, un si long passé à revisiter. Introduction », e-Spania [En ligne], 28 | octobre 2017, mis en ligne le 01 octobre 2017, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://e-spania.revues.org/26931 ; DOI : 10.4000/e-spania.26931

Haut de page

Auteur

Claire Ponsich

Université Paris 8, EA 1571, directrice des Études Roussillonnaises, revue d’Histoire et d’Archéologie méditerranéennes

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org