Navigation – Plan du site
Varia

Les destructions matérielles des complexes monastiques en Castille et le contexte européen au bas Moyen Âge

Juan Antonio Prieto Sayagués

Résumés

Au cours du Moyen Âge, les destructions de monastères furent nombreuses dans la Couronne de Castille. Certaines d’entre elles obéirent à des facteurs naturels produits par l’eau, le feu, les tremblements de terre ou l’usure du temps. Dans d’autres cas, les destructions des complexes monastiques furent le fait des nombreux conflits armés, extérieurs ou intérieurs, qui eurent lieu au cours des deux derniers siècles du Moyen Âge. Enfin, la dernière cause des destructions des infrastructures monastiques fut celle des processus violents liés aux réformes tardo-médiévales effectuées au sein des différents ordres face à la résistance des communautés elles-mêmes.

Haut de page

Notes de l’auteur

Le présent travail est effectué dans le cadre du Projet de recherche : « Poderes, espacios y escrituras en los reinos occidentales hispánicos (ss. XI-XIV) », réf. HAR2013-42925-P, financé par le MINECO.

Texte intégral

  • 1 DON JUAN MANUEL, El libro de los Estados, Ian R. Macpherson et Robert Brian Tate (éd.), Madrid : Cl (...)

« Otrosi, debe fazer grant escarmiento en los que tomaren o robaren o fizieren algun mal, yendo en su compaña en la tierra con qui non oviere guerra. Et aun quando guerra oviere, debe guardar las eglesias et los monesterios et fazer grant escarmiento en qualquier que lo quebrantasse o non lo guardase commo debe »1.

Introduction

1Nombreuses sont les études menées sur le patronage monastique du bas Moyen Âge castillan qui ont concentré leur attention sur les processus de fondation et sur les bienfaiteurs des différents centres religieux. Cependant, en même temps que ces personnes protégeaient ces Institutions, elles agissaient aussi en sens contraire. Dans la plupart des cas, les dommages et les destructions subis par les maisons religieuses ne furent pas fortuites car les propres bienfaiteurs furent également des malfaiteurs.

2En effet, derrière la plupart des destructions de monastères castillans survenues au cours des deux derniers siècles du Moyen Âge, on trouve divers pouvoirs laïcs, principalement des rois et des nobles. Dans les multiples disputes qui les opposèrent entre eux, mais aussi contre des ennemis externes, les puissants n’hésitèrent pas à employer les solides Infrastructures des monastères pour faire la guerre, ou pour les démolir lorsqu’elles étaient un obstacle contraire à leurs Intérêts guerriers.

3Nous analyserons dans le présent travail les destructions matérielles des monastères en portant une attention particulière à leurs causes. En dehors des destructions pratiquées dans les conflits Internes ou pendant les guerres extérieures de la Castille —insérées dans le contexte européen d’une violence généralisée—, nous évoquerons également d’autres motifs tels les violents processus de réforme que connurent les ordres religieux pendant cette période, et les causes naturelles —feu, eau et tremblements de terre— qui contribuèrent à la ruine et à l’effondrement de nombreux bâtiments monastiques.

I. Les désastres naturels: eau, feu et tremblements de terre

4Les dommages subis par les monastères ne furent pas toujours le fait des conflits et des guerres. Les désastres de la nature furent aussi une autre cause des destructions matérielles des monastères castillans durant le bas Moyen Âge, comme nous l’avons annoncé dans l’introduction. Au nombre ceux-ci les Incendies se distinguent comme la principale cause de l’effondrement des bâtisses, mais on trouve également des cas dans lesquels l’eau, les tremblements de terre ou les conséquences naturelles de l’usure du temps furent les agents de la destruction. Dans beaucoup de ces Incendies, Il est difficile d’affirmer s’ils furent le fait du hasard ou de la fatalité, ou si, au contraire, Ils furent Intentionnels, c’est-à-dire provoqués par une Institution ou un personnage précis dans le contexte de violence permanente qui désola l’Europe en général et la Castille en particulier.

  • 2 Francisco LAYNA SERRANO, Historia de Guadalajara y sus Mendozas en los siglos XV y XVI, Madrid : CS (...)
  • 3 Francisco GARÍN Y JUANEDA, La Real Cartuja de Miraflores (Burgos). Su historia y descripción, Burgo (...)
  • 4 Fernando CHUECA GOITIA Casas reales en monasterios y conventos españoles, Bilbao : Xarait, 1982, p. (...)
  • 5 La “conrería” était l’endroit où habitaient les frères convers, dans GARÍN Y JUANEDA, op. cit., p.  (...)

5Les agents chargés de réparer les dommages subis par les monastères furent variés. Certaines maisons religieuses ruinées par le feu furent reconstruites par le monarque ou par des membres de la famille royale. L’infante Isabelle, seigneur de Guadalajara, rebâtit le monastère de Saint-Bernard de cette même ville qui avait été détruit par un Incendie en 12952. Dans la récente fondation de la chartreuse de Miraflores, un Incendie se produisit en 1452. Après le sinistre, la communauté s’installa dans la partie qui n’avait pas brûlé et l’on reconstruisit les parties endommagées3. Lorsque son fondateur, Jean II, décéda, le chantier n’avait guère avancé, et Il en alla de même durant le règne de son successeur4. Le projet de reconstruction fut confié à Jean de Cologne, qui s’en tint aux Instructions données par les chartreux. Nous connaissons le plan du chantier qui signalait qu’il fallait commencer par « le plus digne », à savoir l’église, laquelle devrait suivre le modèle de la chartreuse de Las Cuevas de Séville. Dans un deuxième temps, Il faudrait procéder à la reconstruction de la sacristie, de la salle capitulaire, du réfectoire et du cloître ; postérieurement, on achèverait les vingt-quatre cellules et la « conrería » avec ses huit pièces et son cloître5.

  • 6 José GARCÍA ORO, Francisco de Asís en la España Medieval, Santiago de Compostela : CSIC-Liceo Franc (...)
  • 7 Le couple leur offrit également plusieurs terres à Agejas, Aldea del Rey, Escobar de Polendos, La M (...)
  • 8 Ángel URIBE, « Primer ensayo de reforma franciscana en España. La Congregación de Santa María la Re (...)
  • 9 Manuel de CASTRO y CASTRO, « Monasterios hispánicos de clarisas desde el siglo XIII al XVI », Archi (...)
  • 10 Concepción ABAD CASTRO y María Luisa MARTÍN ANSÓN, « Los Herrera y su capilla funeraria de San Ilde (...)
  • 11 Les endroits où il interdisait de faire du feu étaient concrètement : Fuentablada, Onedo, Valdeenci (...)

6Dans d’autres cas, les reconstructions des monastères furent à la charge des membres de la noblesse. À partir de 1291, nous connaissons l’existence à Ségovie d’une communauté de Clarisses appelée Sainte-Claire l’Ancienne6. Un siècle plus tard, en 1399, la communauté reçut la donation de plusieurs maisons dans la paroisse centrale de Saint-Michel faite par le majordome majeur du roi, Juan Hurtado de Mendoza, et par son épouse María de Luna7. Cependant, en 1430, un Incendie ravagea le monastère8 : une partie de la communauté demeura dans les zones épargnées par le feu tandis que l’autre déménagea vers un lieu plus sûr, dans des maisons données une nouvelle fois par le couple, qui reçut alors le nom de Sainte-Claire la Nouvelle9. Un autre membre de ce même lignage, Diego Hurtado de Mendoza, finança la reconstruction de l’église conventuelle de Saint-François de Guadalajara consécutivement à l’incendie qu’elle avait subi, en 1393 ou 1394, en contrepartie d’une sépulture dans la grande chapelle avec droit de patronage10. Parfois, les bienfaiteurs prirent des mesures préventives, comme le fit par exemple Pedro Fernández de Velasco, comte de Haro, en 1454, lorsqu’il Interdit aux concejos de Belorado, de San Clemente et de tous les lieux-dits de la vallée de San Vicente de faire du feu dans les vallées et les forêts qui entouraient le couvent franciscain de Sainte-Marie de Linares sous peine d’une amende de 600 maravédis en cas d’infraction. Le noble avait pris cette mesure car le feu avait affecté le couvent à plusieurs reprises11.

  • 12 Carlos AYLLÓN GUTIÉRREZ, La Orden de los Predicadores en el sureste de Castilla (las fundaciones me (...)

7Le troisième pouvoir qui Intervint dans la reconstruction de monastères fut celui des concejos, aussi bien à titre collectif qu’à titre particulier à travers l’un de ses membres. Durant la nuit du 30 décembre 1462, un Incendie détruisit entièrement l’église de Saint-Dominique le Royal de Murcie et une partie des dépendances monastiques. Le concejo de la ville contribua à la récupération du bâtiment en accordant 10.000 maravédis à rembourser en deux annuités. La reconstruction fut très lente et, en 1466, les « régisseurs » décidèrent de verser leurs traitements pour aider le chantier, un geste qu’ils renouvelèrent les années suivantes12.

  • 13 José Ignacio MORENO NÚÑEZ, « Semblanza y patrimonio de don Sancho Blázquez, obispo de Ávila (1312-1 (...)
  • 14 Ángel RIESCO TERRERO, Datos para la historia del real convento de clarisas de Salamanca. Catálogo d (...)

8Dans le même ordre d’idées, nous trouvons le cas de quelques évêques en train de financer les travaux de reconstruction de divers monastères anéantis par les flammes.Sancho Blázquez Dávila, évêque d’Ávila, dans son testament du 5 octobre 1355, envoya 800 maravédis à un « hombre bueno » pour qu’il ordonnât « adobar la claustra que se les quemo este otro año » au monastère cistercien féminin de Sainte-Marie de Gómez Román13. Le 20 juillet 1413, frère Alonso de Cusanza, évêque de Salamanque, constatant l’incendie du monastère de Sainte-Claire de cette ville, lui donna une demie fanègue annuelle de blé correspondant aux dîmes des fabriques des églises situées dans les finages de Salamanque, Valdevilloria, La Armuña, La Valdobla et Monleón14.

  • 15 Elida GARCÍA GARCÍA, S. Juan y S. Pablo de Peñafiel. Economía y Sociedad (1318-1512), Valladolid : (...)
  • 16 Rafael FLORANES Y ENCINAS, Memorias para la historia de la ciudad y tierra de Toro, Zamora : Semure (...)
  • 17 José GARCÍA ORO, Francisco de Asís en la España Medieval, Santiago de Compostela : CSIC-Liceo Franc (...)
  • 18 Archivo General de Simancas (= AGS), Escribanía Mayor de Cuentas, Mercedes y Privilegios, Legajo nº (...)

9Le feu ne dévora pas seulement les bâtiments et les dépendances monastiques car, dans certains cas, Il anéantit aussi les documents se trouvant dans leurs murs. Dans une confirmation datée de 1398, l’infant Ferdinand précise que les privilèges concédés aux dominicains de Saint-Jean et de Saint-Paul de Peñafiel par leur fondateur, « l’infant » don Juan Manuel, furent consumés par l’incendie dont souffrit le couvent après la mort de ce dernier, motif pour lequel Ferdinand Indique la nature des rentes revenant à la communauté15. Vers 1400, le couvent de Saint-François de Toro fut la proie des flammes qui le réduisirent en cendres, tout comme les documents qu’il abritait16. Il fut rebâti par l’exilé portugais Juan Rodríguez de Portocarrero, lequel, comme bon nombre de nobles lusitaniens, s’était établi à Toro, une ville dont le seigneur était alors la reine Béatrice de Portugal17. Nous avons également la trace de l’incendie qui s’abattit sur le couvent franciscain de Sainte-Marie de l’Oliva, près d’Illescas, grâce à la « provision » royale du 2 mai 1454 dans laquelle le roi confirmait au monastère un « albalá » dans lequel Il lui accordait deux « excusados » —dépendants exempts— car les frères se plaignaient que antes que les fuese asentado en los mis libros se les quemo a la vuelta de otras escrituras e cosas que se quemaron al tiempo que se encendio fuego en el dicho monesterio que lo quemo con quanto en el avia18.

  • 19 Fernán PÉREZ DE GUZMÁN y Lorenzo GALÍNDEZ DE CARVAJAL, Crónica del señor rey don Juan Segundo, Vale (...)
  • 20 Guillermo NIEVA OCAMPO, « Los dominicos en Castilla. La génesis de una corporación privilegiada en (...)
  • 21 Archivo del convento de San Esteban de Salamanca (= ACSES), Ms. 76/2, f. 174-176.
  • 22 María Teresa GONZÁLEZ ALARCÓN, « Real Monasterio de Santa Clara de Tordesillas », Real Monasterio d (...)
  • 23 ACSES, Ms. 76/2, ff. 174-176.
  • 24 José María MIURA ANDRADES, Frailes, monjas y conventos. Las órdenes mendicantes y la sociedad sevil (...)

10Nous comptons avec des exemples qui montrent que des facteurs naturels autres que le feu furent la cause de la ruine de monastères. Le 24 avril 1431, alors que le roi se trouvait à Ciudad Real, eut lieu un tremblement de terre qui fit chuter plusieurs créneaux du château lesquels provoquèrent, sans doute, à cause de la proximité de la forteresse avec le couvent, l’ouverture de una pared en el monesteiro de San Francisco desa cibdad e cayeron dos piedras de la bóveda de la capilla de la Iglesia de San Pedro19. Le couvent dominicain de Saint-Thomas d’Aquin de Tordesillas fut fondé entre 1432 et 1434 par Jean II20. Cependant, comme l’année 1435 fut très pluvieuse en Castille, cela provoqua l’effondrement de muchas casas y en Medina, Zamora, y en otros pueblos menores se arruinaron muchos edificios. Après deux mois d’intenses pluies, le jour de l’Immaculée Conception, une crue du fleuve Douro arruynó todo fuera de la hermita antigua por tener mas altos los cimientos; bien que tan llena de agua que manó por tres meses21. On éleva alors un nouveau bâtiment qui compta avec le patronage royal et avec l’aide de frère Luis de Valladolid22. Toutefois, soixante-dix ans plus tard, en 1527, une nouvelle crue de la rivière Inonda encore une fois le couvent23. L’eau fut également la cause de l’anéantissement du monastère de la Mère-de-Dieu de Séville, situé hors les murs de la ville, à cause des Inondations de 1485. La reine Isabelle se chargea ensuite de leur céder les maisons appartenant à Fernando García, condamné pour hérésie, qui se trouvaient dans la paroisse de Saint-Nicolas24.

  • 25 Archivo Histórico Nacional (= AHN), Clero secular-regular, Pergaminos, Carp. 186, Nº 7.
  • 26 Real Academia de la Historia (= RAH), Salazar y Castro, M-10, f. 24 v. a 27 v.
  • 27 Santiago PERAL VILLAFRUELA, « San Francisco de Carrión de los Condes (siglos XIII-XIX). Aproximació (...)
  • 28 Santiago PERAL VILLAFRUELA, « San Francisco de Carrión de los Condes (siglos XIII-XIX). Aproximació (...)

11Dans le cas du monastère de Saint-François de Carrión, la chute de plusieurs de ses pans dans la deuxième moitié du XVe siècle semble avoir été la détérioration naturelle produite par le cours du temps, ainsi que les réparations Inefficaces Initiées par plusieurs nobles dans le deuxième tiers du XIVe siècle. Le 6 juin 1383, Leonor Enríquez, épouse du grand « repostero » —officier de la maison du roi— de Jean Ier, Diego Gómez de Sarmiento, légua dans son testament la somme de 2.000 maravédis afin de reparamiento e para faser…el dormitorio que se quiere caer25. En 1437, Gonzalo Ruiz de la Vega, fils de l’amiral Diego Hurtado de Mendoza, laissa, dans ses dernières volontés, 15.000 maravédis pour sa sépulture et pour la fábrica y reparo du couvent26. Mencía de Toledo l’imita le 8 juin 1449 lorsqu’elle ordonna la rénovation de la grande chapelle27. Cependant, les antérieures donations destinées à reconstruire les évidents dommages du couvent semblent ne pas avoir porté leurs fruits puisque, vers 1461, la nef de l’église et le dortoir des frères s’effondrèrent. Les comtes d’Osorno, Gabriel Manrique et son épouse, Aldonza de Vivero, achetèrent alors au couvent la propriété de la Cigoñera afin de couvrir les dépenses de la réparation28.

II. les conséquences matérielles des conflits Internes et des guerres extérieures sur les édifices monastiques

1. Le contexte européen

12Les nombreux affrontements belliqueux qui secouèrent l’Europe durant les deux derniers siècles du Moyen Âge eurent des conséquences négatives sur les monastères. La guerre affecta l’ensemble des ordres religieux sans exception ; de sorte que les vieux ordres de la branche bénédictine, qui tiraient la majeure partie de leurs revenus de leurs nombreuses possessions foncières —tenures, granges…— dispersées tout au long de plusieurs territoires furent touchés par ces désordres qui outre les bâtiments touchèrent aussi leurs possessions.

  • 29 James G. CLARK, The Benedictines in the Middle Ages, Woodbridge : The Boydell Press, 2011, p. 273- (...)
  • 30 Dianne HALL, Women and the Church in medieval Ireland (c. 1140-1540), Dublin : Four Courts Press, 2 (...)

13En Angleterre, l’offensive des Plantagenêt sous Édouard Ier affecta les monastères bénédictins : en août 1295, une Incursion du parti français saccagea le prieuré de Douvres. L’échec de la paix de Brétigny de 1360 et la reprise de la guerre entraîna la présence constante de la piraterie dans la Manche et des attaques contre les monastères de la côte. Les Incursions des Écossais désolèrent les terres et les édifices des monastères de la frontière. Le prieur de Tybnemouth (Northumbrie) se plaignit à ses supérieurs de Saint-Albans pour leur dire que son église était en ruine après l’invasion de 1385. La rébellion galloise toucha également les bénédictins de Worcester, tandis que l’invasion des Lancastre de 1417 eut des conséquences négatives pour les monastères de Normandie, de Gascogne et de Touraine, le Mont Saint-Michel étant assiégé durant l’hiver 1423 par les troupes anglaises. Quant à la guerre franco-anglaise, elle causa des assauts violents contre de nombreux monastères29. Dans le cas de l’Irlande, les violences et les guerres dans l’île ont mis en évidence les conséquences contre les monastères féminins30.

  • 31 Denyse RICHE, L’Ordre de Cluny à la fin du Moyen Âge. « Le vieux Pays Clunisiens » XIIe-XVe siècles(...)
  • 32 Sophie HASQUENOPH, Histoire des ordres et congrégations religieuses en France du Moyen Âge à nos jo (...)

14En raison de leur situation géographique, les prieurés clunisiens de France se trouvèrent en dehors des grandes zones d’affrontement de la guerre de Cent Ans, ce qui ne veut pas dire qu’ils aient échappé aux dégâts puisque durant les périodes de trêve, les Grandes Compagnies saccagèrent et pillèrent toutes les régions. D’autres conflits surgirent également à cette période : les prieurés de la Savoie et du Dauphiné furent atteints par les querelles entre les deux territoires, ce qui provoqua la ruine d’une partie des bâtiments d’Innimond, Le Bourget, Conzieu, Artas, Oyeu et Saint-Victor de Genève. En Provence, qui faisait partie du royaume de Naples aux mains de la maison d’Anjou, le XIVe siècle fut synonyme d’agitations : en 1357 Arnaud de Cervole Incendia Aix, Saint-Maximin, Brignoles et Draguignan ; tandis que les prieurés de Valbonnais et de Domène connurent des Incendies et une partie de leurs bâtiments fut détruite. En 1365, les troupes qui se dirigeaient en Castille sous le commandement de Du Guesclin causèrent également des dégâts : Tarascon fut prise en 1368 et Arles se trouva assiégée ; après une période de calme, les « routiers » revinrent dans le secteur entre 1374-1376. La Bourgogne subit les ravages des Grandes Compagnies qui avaient été licenciées par le traité de Brétigny. En 1360, 4.000 « routiers » commandaient la région tandis que les monastères du Nivernais, de Vézelay, Dijon, Beaune, Vergy, Gevrey, Marcigny et Sémelay furent dévastés. À partir de 1360, les diocèses de Lyon et de Besançon endurèrent le passage des Grandes Compagnies31. D’autres ordres furent également victimes de la guerre en France comme les chanoines antonins, qui eurent à déplorer la destruction des monastères de Boutiers (1435), Albi (1436) ou Pont-à-Mousson (1436) 32.

  • 33 Michael ROBSON, The Franciscans in the Middle Ages, Woodbridge : Boydel Press, 2006, p. 143-144.
  • 34 Jean Dominique LEVESQUE, Les frères Prêcheurs de Lyon. Notre Dame de Confort (1218-1789), Lyon : J. (...)
  • 35 Après enquête, le prieur frère Nicolas de Belleville reconnut qu’ils n’avaient pas été commis par l (...)
  • 36 Ce même texte montre comment un juriste d’Arles, Guido de Filhano, donna aux dominicains un hospiti (...)

15S’agissant des nouveaux ordres mendiants, les franciscains subirent de nombreuses attaques de leurs couvents et de nombreux frères furent assassinés, des livres volés et l’on détruisit des autels, des calices et des ornements33. Concernant les dominicains, une décrétale d’Urbain V, de 1367 ou de 1368, révèle avec maints détails les dégâts causés à l’église des Prêcheurs de Lyon par les Grandes Compagnies : pillages, vols, Incendie du monastère et assassinat de religieux34. Les luttes entre Charles de Valois et son frère, d’une part, et les habitants de Lyon, de l’autre, se déroulèrent dans les rues proches du couvent où les adversaires forcèrent les portes et Insultèrent les clercs35. Une mésaventure similaire survint aux dominicains d’Arles dont le couvent fut détruit par les « routiers » castillans comme le confirme un acte établi en septembre 136136.

  • 37 Maisons de l’ordre des Chartreux. Vues et notices. Tome Quatrième, Parkminster : Notre-Dame des Pré (...)
  • 38 García M. COLOMBÁS, La Tradición benedictina. Ensayo histórico. Tomo sexto : los siglos XV y XVI, Z (...)

16On retrouve cette même situation dans l’Europe centrale et orientale où la violence des Vögte dans les comtés austro-suisses de l’Empire causa la destruction des abbayes de Beinwil (Bâle) et de Muri (Argovie). En 1384, la chartreuse de Trèves fut attaquée par des bandes armées et saccagée entièrement. En Bohème, les bandes de hussites furent le principal agent de destruction de monastères au bas Moyen Âge. Dans le cas des chartreux, Pierre-de-Refuge à Lethenkow fut Incendiée autour de 1433 ; cette même année les hussites s’installèrent dans la chartreuse de Lechnitz qui avait été auparavant envahie, après quoi Ils l’incendièrent et l’abandonnèrent ; la chartreuse de Prague, attaquée par ces mêmes bandes, fut prise d’assaut la nuit du 17 août 1419, mise à sac, ses Images profanées et plusieurs religieux emmenés comme prisonniers ; une chose similaire arriva aux chartreux de Koeningsfeld, d’Olmutz et de Mariensbuch37. Quant à l’ordre cistercien, entre 1419 et 1436, durée du conflit hussite, Il pâtit de la destruction d’une trentaine de ses abbayes38.

17Ces exemples tirés de diverses contrées d’Europe nous montrent comment les violences généralisées au Moyen âge finissant eurent pour conséquence la destruction de nombreux centres religieux. La Castille ne fut pas une exception car, au cours du bas Moyen Âge, plusieurs monastères souffrirent les désastres des conflits armés.

2. L’emploi des bâtiments monastiques dans les conflits belliqueux

18Dans quelques cas, bien que la guerre ou les conflits Internes aient été la cause de la destruction des monastères, les dommages ne furent pas forcément commis durant les affrontements mais auparavant, soit comme mesure préventive pour qu’ils ne fussent pas utilisés stratégiquement par les adversaires, soit au titre des nécessités défensives de la Couronne. Dans d’autres cas, l’emploi des bâtiments monastiques pour une cause guerrière se produisit durant les combats, soit comme lieu de gîte ou, plus directement, pour utiliser la qualité des murs et des Infrastructures pouvant servir en tant que bastides.

  • 39 Luis SALAZAR Y CASTRO, Historia genealógica de la Casa de Lara, Tomo III, Madrid : Imprenta Real, 1 (...)
  • 40 Nous connaissons cette donnée grâce à la réponse de l’évêque de Burgos en date du 26 juin 1371 à la (...)
  • 41 Le 29 septembre 1387, dans Francisco Javier PEÑA PÉREZ, Documentación del monasterio de San Juan de (...)
  • 42 Julio Antonio PÉREZ CELADA, Documentación del monasterio de San Zoilo de Carrión (1301-1400), Palen (...)
  • 43 Ernesto GARCÍA FERNÁNDEZ, « Dominicos y franciscanos en el País Vasco (siglos XIII-XV) », VI Semana (...)

19Concernant le premier cas, nous disposons d’exemples où de nombreux monastères furent rasés avant les conflits et non durant leur déroulement. Le 16 février 1328, Alphonse XI accorda aux augustins de Cordoue un terrain pour qu’ils y bâtissent un nouveau monastère car le roi avait retenu auparavant l’ancien dans le but d’y construire une forteresse39. Hormis l’intervention de ce monarque, Il semblerait que le roi le plus précautionneux pour ce genre de problèmes ait été Jean Ier, car c’est lui qui en effet entreprit les autres destructions préventives de couvents qui nous sont connues. L’église du monastère de la Trinité de Burgos fut rasée par ordre du souverain à cause des facilités qu’elle fournissait pour franchir la muraille, et fut finalement reconstruite par Aldonza de Castañeda et son époux Garci Fernández Manrique40. En 1387, le concejo de Burgos rasa, sur ordre de Jean Ier, l’église de Saint-Aléome —qui appartenait au monastère de Saint-Jean d’Ortega— pour éviter qu’elle fût utilisée par le roi de Navarre en guise d’échelle d’accès à la cité en passant par-dessus la muraille à cause de sa proximité avec celle-ci, laissant entendre que cumple asi al serviçio del dicho sennor rey e al defendimiento de la çibdat ; devant cette situation, le 17 avril 1387, Pedro Fernández de Villegas, grand comptable du roi, donna au prieur du monastère quelques maisons et des terrains pour y construire sur leur emplacement l’église de Saint-Aléaume ; quelques mois plus tard et pour compenser les dommages de l’arasement de l’église, le monarque en personne donna au monastère les « tercias reales » de l’église, jusqu’à un plafond de 500 maravédis annuels41. Le 25 avril 1388, sur ordre de Jean Ier, on rasa plusieurs maisons du quartier de Saint-Zoïle de Carrión appartenant au monastère du même nom, et le monarque récupéra une partie de la charpente et des tuiles des maisons42. En 1390, le couvent dominicain de Vitoria fut obligé de raser plusieurs de ses cellules pour participer à la défense de la cité, ce pourquoi le concejo s’engagea à lui donner 4.000 maravédis43.

  • 44 Rafael FLORANES Y ENCINAS, Memorias para la historia de la ciudad y tierra de Toro, Zamora: Semuret (...)

20Parfois, les besoins défensifs n’impliquèrent pas la destruction de dépendances monastiques, mais empêchèrent directement leur construction. Hernando de Fonseca, neveu et héritier de l’archevêque Alonso de Fonseca, réunit les matériaux pour la construction de la chapelle funéraire que son oncle avait commandée dans son testament. Juan d’Ulloa s’opposa à cela et s’empara des matériaux, faisant usage de la force pour fortifier la forteresse, les murs et les remparts de la ville. À cause de ces agissements, la chapelle de l’archevêque ne fut jamais construite et Il fut finalement enseveli dans l’église de Coca44.

21En deuxième lieu, les édifices monastiques furent également employés durant les conflits belliqueux pour construiré des Infrastructures de défense. Lors de la prise de Calatayud par Pierre Ier en 1362, le monarque utilisa trois monastères pour construire des bastides. Le roi était arrivé dans la ville avec des gens armés :

  • 45 Pedro LÓPEZ DE AYALA, Crónicas, José Luis Martín (ed.), Barcelone : Planeta, 1991, p. 284 ; Luis Vi (...)

ca les avian derribado los engeños del monesterio de Sant Francisco, e allí les avia fecho una bastida muy fuerte: otrosí les avia fecho otra bastida de partes del monesterio de San Pedro Mártir, fasta el monesterio de Sancta Clara, e tenían los muros de aquella parte unas quarenta brazas en cuentos, en manera que los del Real de fuera veían por de yuso de los cuentos e del muro a los que andaban por la villa e que no podían defenderse45.

22En 1368, Henri II s’empara de la ville de León, partisane de son demi-frère, en utilisant pour son action les bâtiments du couvent dominicain :

  • 46 Pedro LÓPEZ DE AYALA, Crónicas, José Luis Martín (ed.), Barcelona: Planeta, 1991, p. 405.

E llegó allá e cercó la cibdad e fízola una bastida en el monesterio de los Predicadores, que dicen Santo Domingo, que estaba muy allegado a una torre de la cibdad, en guisa que los de la torre non podían defenderla (tan apoderados estaban los de la bastida que ficieron en el monesterio), ovieron de pleitear con el rey don Enrique, en guisa que le dieron la cibdad de León, e fincaron en la su merced los que estaban dentro en ella46.

  • 47 Fernán PÉREZ DE GUZMÁN y Lorenzo GALÍNDEZ DE CARVAJAL, Crónica del señor rey don Juan Segundo, Vale (...)
  • 48 Crónica de don Álvaro de Luna condestable de Castilla maestre de Santiago, edición y estudio por Ju (...)

23En 1413, Jean II assiégea Balaguer pour aider son oncle, le roi Ferdinand Ier d’Aragon. Près de la forteresse se trouvait un monesterio de dueñas muy notable dans lequel la ville rassembla environ six-cents hommes armés. Le 25 août, le duc de Gandía avec ses troupes entra en armes dans le monastère pour l’enlever aux habitants de Balaguer, un assaut au cours duquel certains d’entre eux furent blessés et d’autres assassinés. La chronique raconte aussi comment le roi aragonais n’hésita pas à construire des bastides dans le couvent et après s’être emparé de la ville dexó todas las cosas de su real a los frayles de San Francisco de Balaguer, para ayudar a rehacer su monesterio que estaba derribado47. Quelques années après, en novembre 1451, Jean II se déplaça à Palenzuela où les vassaux de l’amiral et de son beau-frère, Juan de Tovar, s’opposaient au monarque. Le connétable Installa ses hommes dans le couvent de Saint-François —situé hors de la ville, de l’autre côté de la rivière— Imité en cela par le monarque pour entamer depuis cet endroit l’offensive contre les rebelles ; Álvaro de Luna ordonna de construire, depuis le couvent, un pont de bois pour accéder à la ville. Après quelques escarmouches avec les rebelles à l’intérieur du couvent, le connétable et son chambellan, Gonzalo Chacón, franchirent la rivière et, après avoir négocié avec Juan de Tovar, la ville de Palenzuela se rendit le 15 janvier 145248.

3. Destructions de monastères dans les révoltes Internes castillanes (c. 1284-1350)

  • 49 Francisco de BERGANZA, Antigüedades de España propugnadas en las noticias de sus reyes, en la Cróni (...)

24Les guerres civiles et les conflits qui se déroulèrent en Castille au bas Moyen Âge anéantirent de nombreux monastères. Le concile de Valladolid atteste de plusieurs plaintes liées aux destructions de monastères par les violences soldatesques et par les puissants du royaume49. Les conflits de cette période furent surtout ceux des révoltes de l’infant Sanche contre son père, le roi Alphonse X, les minorités royales de ses deux successeurs —Ferdinand IV et Alphonse XI—, enfin les affrontements entre le roi et la noblesse durant la majorité d’Alphonse XI.

25Le monastère de Sainte-Claire de Toro fut détruit par Alfonso, évêque de Coria, durant les luttes qui se déroulèrent dans la ville à la fin du règne d’Alphonse X. Cet évêque, partisan de l’infant Sanche, fut l’un des quatre prélats qui participa au couronnement du premier à Tolède. Quant aux moniales, privées de demeure, ce fut Marie de Molina, l’épouse du nouveau monarque, qui les abrita en leur donnant des maisons à Toro dans la rúa de Santa María de Arbás, qu’elle tenait de son chancelier et évêque de Coria qui semble les avoir octroyées pour compenser celles qu’il avait préalablement rasées :

  • 50 José NAVARRO TALEGÓN, « La fundación del real monasterio de Santa Clara de Toro », Archivo Ibero-Am (...)

como nos, don Pedro […] obispo de Coria […] por esta nuestra carta nos quitamos de la demanda que nos faciamos de las casas de Toro en que agora esta el monesterio de Santa Sofia, las quales cassas fueron del obispo don Alfonso, nuestro antecesor, que el ovo dado a vos e vos diestes despues al monesterio de Santa Clara e despues confirmo el dicho obispo por rraçon del su monesterio que les derribo en tiempo de la guerra50

  • 51 Raimundo RODRÍGUEZ, Catálogo de documentos de Santa María de Otero de las Dueñas, León : Centro de (...)
  • 52 RAH, Salazar y Castro, 9/291, ff. 71 y 72.
  • 53 Ses habitants, vassaux du monastère, s’en allèrent habiter à d’autres endroits et le prieur dut leu (...)

26Les violences nobiliaires apparues à la suite des minorités royales de Ferdinand IV (1295-1301) et d’Alphonse XI (1312-1325) eurent également des répercussions négatives sur les bâtiments et dépendances de quelques monastères. Durant le règne de Ferdinand IV, concrètement le 4 février 1302, le monastère d’Otero de las Dueñas vendit à Alfonso Núñez de León sa maison de Cepediella avec l’ensemble de ses fors et droits, por los dias de su vida car Il était mal en point et ses maisons détruites à cause de la guerra que agora paso51. Le document fait clairement référence aux conflits survenus durant la minorité du monarque, qui s’acheva justement la même année que la date du document. Pour ce qui est des violences nobiliaires survenues durant la minorité d’Alphonse XI, notons qu’en 1319 l’infant Juan, seigneur de Biscaye, remettait dans son testament la somme de 1.000 maravédis au couvent de Saint-Dominique de León afin de tailler la pierre de l’église durant quinze ans et pour que ellos que me perdonen porque fue derribada en la mi voz como quier que sabe Dios que la non mande Io derribar e queme pero quando sope que era derrivada52. Plusieurs sites qui Intégraient le patrimoine des monastères furent également victimes des violences de l’époque : Ribafrecha, propriété du monastère de Nájera fut brûlé lorsque Juan Alfonso de Haro, seigneur de Cameros et la hermandad de la merindad de Logroño assiégèrent la place forte de Juan Fernández de Baztán, allié de Juan, fils de Juan Alfonso et ses partisans53.

  • 54 Francisco de Paula CAÑAS GÁLVEZ, Itinerario de Alfonso XI de Castilla. Espacio, poder y corte (1325 (...)

27Une fois Alphonse XI déclaré majeur en 1325, et alors qu’il était âgé de quinze ans, les conflits entre le monarque et quelques membres de la haute noblesse se poursuivirent, avec des répercussions sur plusieurs monastères de Castille. L’incendie qui se déclara à Las Huelgas de Valladolid en 1328, qui détruisit la palais monastique, fut causé par les troupes royales commandées par Alvar Núñez de Castro54. Le roi participait alors au siège d’Escalona et lorsqu’il arriva à Valladolid Il trouva les portes fermées ce pourquoi Il demanda de l’aide à tous les concejos de Castille. En attendant, Alvar Núñez ordonna d’engager le combat :

  • 55 Francisco CERCA y RICO, Cronica de D. Alfonso el Onceno de este nombre, de los reyes que reynaron e (...)

Et así, como el monesterio de Las Huelgas que fizo la reyna, esta muy cerca de la villa, la gente del conde venia por cima del monesterio para entrar la villa: e por esto Pero Rodríguez de Zamora, puso fuego al monesterio, et comenzó de arder primeramiente en el palacio do la reyna yacía enterrada. Et el rey desque vio aquello, mando sacar dende el cuerpo de la reyna, ca el fuego era a tan grande que todo el monesterio quemó, sinon fue tan solamiente el cabildo et un palacio cerca del55.

  • 56 José SÁNCHEZ-ARCILLA BERNAL, Alfonso XI (1312-1350), Gijón : Trea, 1995, p. 171 ; Francisco CERCA y (...)
  • 57 Ghislain BAURY, Les religieuses de Castille. Patronage aristocratique et ordre cistercien XIIe-XIII(...)
  • 58 REGLERO DE LA FUENTE, op. cit., p. 77-78.

28Entre 1333 et 1338, des coalitions nobiliaires se reproduisirent contre le monarque. Elles furent menées par don Juan Manuel et par Juan Núñez de Lara III avec des effets pour les monastères à un moment d’une grave crise de l’autorité royale en Castille. Ces circonstances éveillèrent les appétits territoriaux de la Navarre, qui occupa le monastère cistercien de Fitero. Alphonse XI demanda au monarque aragonais de ne pas aider les Navarrais dans leur entreprise et, dans le cas où Il ne pourrait éluder son aide, d’abandonner le monastère. En 1335, les Castillans obtinrent un Important triomphe sur la coalition navarro-aragonaise à Tudela, récupérant par la suite le monastère sans résistance de la part des occupants, lesquels s’étaient enfuis après l’annonce du désastre de Tudela56. Dans certains cas Il n’y eut pas de destructions dans les monastères, mais dans des lieux de leur juridiction, cas des prieurés clunisiens de Leza et Ribafrecha, vassaux de Sainte-Marie de Nájera, qui furent pris par l’un des rebelles, Juan Alfonso de Haro II, seigneur des Cameros. Ce même personnage, dans une phase de rébellion active contre le pouvoir royal en 1327, reconnut avoir effectué régulièrement avec ses frères des « entrées » dans la ville de Herce qui aboutit à son dépeuplement avec des préjudices pour les moniales cisterciennes qui l’occupaient57. Dans la Tierra de Campos, les rebelles brûlèrent l’église d’Arconada, seigneurie de Saint-Romain d’Entrepeñas et de Saint-Zoïle de Carrión. De même, le prieuré de Sainte-Agathe, situé hors les murs de Ciudad Rodrigo, près de la frontière avec le Portugal, fut détruit par Alphonse XI allié avec Juan Núñez de Lara III58.

4. Les premières années de la dynastie Trastamare : guerre civile et guerres extérieures

  • 59 Ibid., p. 79-80.
  • 60 VV. AA., Diccionario de Historia Eclesiástica de España, 1, Madrid : CSIC, 1972, p. 426.

29Durant la guerre civile entre Pierre Ier et Henri de Trastamare les destructions matérielles de monastères et de lieux de leur juridiction se poursuivirent. À la fin de 1367, le Trastamare amorça une offensive contre les partisans de Pierre Ier dans la vallée du Duero. L’adelantado mayor de Castille, Rodrigo Rodríguez de Torquemada, s’était réfugié dans la ville et château de Dueñas d’où Henri tenta de le déloger. Durant le siège, les troupes henriciennes bivouaquèrent à Saint-Isidore de Dueñas, moment où l’on Incendia le cloître et une partie de l’église. En avril 1368, Guido, prieur de Nájera, fut obligé par le concejo de Logroño de détruire les palais du prieuré de Sainte-Marie de Valduerna car la ville de Logroño avait été assiégée et les assiégeants s’étaient Installés dans les palais. Le concejo menaça de les détruire en faisant savoir que la ville avait failli être perdue à cause desdits palais59. Consécutivement à la bataille de Nájera, le monastère clunisien de cette ville fut mis à sac. Les hameaux proches de la frontière avec la Navarre souffrirent de nouvelles destructions et déprédations : Saint-Pierre d’Oriermo, un village où avaient trouvé refuge les habitants de Ribafrecha en 1316 fut détruit. En août 1369, son concejo s’adressa au prieur de Nájera pour demander le droit d’installer de nouveau les habitants à Ribafrecha60.

  • 61 Manuel de CASTRO y CASTRO, El Real Monasterio de Santa Clara de Palencia y los Enríquez, Almirantes (...)
  • 62 Pablo MARTÍN PRIETO, « Sobre la promoción regia de la orden franciscana en la Corona de Castilla du (...)
  • 63 Francisco Javier VILLALBA RUIZ DE TOLEDO, « El monasterio de Santa Clara de Alcocer y su conexión c (...)

30Concernant les ordres mendiants, le couvent franciscain de Ciudad Rodrigo fut détruit par Henri II durant le siège de cette ville lors de la guerre contre le Portugal, en 1371, motif pour lequel on édifia un nouveau bâtiment. Le monastère des clarisses de Reinoso de Cerrato sortit en mauvais état de la guerre civile ce pourquoi les religieuses charchèrent l’aide du Saint pontife et des rois61. Henri II et Juana Manuel furent les promoteurs du nouveau monastère, dont la construction fut déplacée à Palencia, malgré l’opposition de l’évêque et du chapitre de la cathédrale62. Un fait similaire survint au monastère de Sainte-Claire d’Alcocer, dont la décadence matérielle s’aggrava dans la deuxième moitié du XIVe siècle, principalement à cause des violences engendrées par la guerre civile63. Le 7 juillet 1373, Henri II donna l’autorisation pour le changement de lieu :

  • 64 AHN, Clero, Pergaminos, Carp. 568, Nº 4.

por razon que el monesterio […] esta en un monte que es en logar yermo y no esta en logar seguro ni honesto para dueñas por quanto cada que acaescen algunos bollicios en la tierra se an de yr las dichas dueñas del dicho monesterio64.

  • 65 AHN, Clero, Pergaminos, Carp.1.362, Nº 2 ; AHN, Clero, Legajo 3.908.
  • 66 AGS, Patronato Real, leg. 29, doc. 32.
  • 67 García M. COLOMBÁS, El libro de los bienhechores de San Benito de Valladolid, abadía de Montserrat: (...)

31Les dommages causés aux monastères par les participants à la guerre civile apparaissent aussi dans quelques-unes des mesures prises par le monarque à la fin de sa vie. Le 16 mai 1370, Henri II prit sous sa garde et protection le monastère de Saint-Dominique le Royal de Madrid en soulignant que les moniales non sean malheridas por ballesteros nin por lanceros nin por carreteros65. Dans l’une des clauses de son testament, daté du 29 mai 1374, le monarque destinait 10.000 maravédis pour chacune des obras de todas las Iglesias que estan en nuestros reynnos por que rueguen a Dios por nuestra anima66. Il se peut que derrière cette donation monarchique générale, mais aussi à cause de son caractère exceptionnel, Inhabituel dans les testaments de ses prédécesseurs et de ses successeurs, se soient cachés les souhaits d’Henri II d’expier les péchés par lui causés —concrètement ceux ayant trait à la destruction d’églises et de monastères— dans le but de sauver son âme et d’obtenir l’appui du clergé pour la cause dynastique. D’autres agissements du monarque réaffirment cette question car, d’après la tradition, Henri II avait détruit deux monastères lors de ses campagnes française : un bénédictin et un chartreux. Le roi sollicita le pardon, et on lui ordonna comme pénitence de fonder deux autres semblables à ceux par lui dévastés. Le monarque accepta mais, à cause des guerres continuelles Il ne fut pas en mesure de tenir sa promesse laissant à son fils Jean Ier la charge de le faire67. Nous connaissons ces faits par deux voies, celle des chroniques, et celle d’un privilège que Jean II accorda à El Paular le 15 mai 1452 où Il affirme que :

  • 68 Fernando CHUECA GOITIA, Casas reales en monasterios y conventos españoles, Bilbao: Xarait, 1982, p. (...)

el rey don Enrique, mi bisabuelo, que Dios de Santo paraiso, por cargo que tenia de un monasterio de la dicha Orden de Cartuxa, que ovo quemado andando en las campañas de Francia, e por descargo de su conciencia mando que el rey don Juan, mi abuelo que Dios de santo paraiso, que ficiese un monasterio cumplido en sus reynos de Castilla, segun Orden de Cartuxa68.

  • 69 Luis SUÁREZ FERNÁNDEZ, Historia del reinado de Juan I. Tomo II, registro documental (1371-1383, Mad (...)

32Les néfastes conséquences de la guerre civile sur les monastères sont par ailleurs visibles sous le règne de Jean Ier. Le 15 août 1379, le monarque accorda un privilège de 540 maravédis annuels au monastère de Saint-Émilien de la Cogolla en compensation des dommages subis durant la guerre civile à propos de la martiniega de Badarán et Cárdenas69. Quinze jours plus tard, le 30 août 1379, le roi exonéra le monastère de Sainte-Marie de Bujedo du droit de gîte (yantar) qu’il devait payer aux adelantados de Castille, outre le fait de s’être appauvri, car :

  • 70 Luis SUÁREZ FERNÁNDEZ, Historia del reinado de Juan I. Tomo II, registro documental (1371-1383, Mad (...)

esta desolado e disipado por las entradas de las gentes estrangeras que entraron en los nuestros regnos con el rey don Enrique, nuestro padre, que de Dios santo paraiso, las quales gentes enpobrecieron e robaron e disiparon e destruyeron el dicho monesterio de Santa Maria de Buxedo por tal vi aquel abbat e convento del dicho monesterio no tienen de que se mantener nin proveer, nin pueden nin tienen de que reparar el dicho monesterio70.

  • 71 Adeline RUCQUOI, Valladolid en la Edad Media. El mundo abreviado (13367-1474), Valladolid : Junta d (...)
  • 72 César OLIVERA SERRANO, « Devociones regias y proyectos políticos: los comienzos del monasterio de S (...)
  • 73 Alicia ÁLVAREZ RODRÍGUEZ, Conventos y sociedad urbana durante la Baja Edad Media. La Orden de los P (...)

33Le monastère de La Merci de Valladolid fut transféré en 1384. La légende dit qu’il fut déplacé consécutivement aux destructions de Pierre Ier, même si les documents n’en disent rien71. Il avait été fondé dans les maisons de la reine Éléonore Téllez, mère de la reine Béatrice de Portugal72. Si les raisons transmises par la tradition étaient avérées, nous serions devant le cas d’un transfert tardif de monastère lié au conflit civil castillan. Quelques années plus tard, le monastère de Sainte-Claire de Benavente fut détruit par les troupes anglo-lusitaniennes durant les guerres avec le Portugal, lors du siège de la ville en 1387. Il fut transféré par le roi à l’intérieur de la cité un an plus tard73.

5. Les affrontements entre le roi et la noblesse sous les règnes de Jean II et Henri IV (1406-1474)

34En dehors des destructions survenues au XVe siècle dans le contexte des luttes entre les monarques Jean II et Henri IV, d’une part, et la noblesse rebelle, de l’autre, nous apprenons que les clarisses de Murcie furent victimes d’un épisode violent sous le règne d’Henri III. L’initiative pour éclaircir les faits partit du custode de Murcie, frère Alfonso de Alcoy, qui parvint à retrouver les délinquants, qu’il dénonça auprès des tribunaux royaux. Les auteurs avaient été Alfonso Sánchez Dandilla et le Génois Micer Loys qui, une fois découverts, tentèrent de convaincre les régisseurs que les accusations du custode étaient exagérées. Nous connaissons l’événement grâce à une charte du roi datée du 28 mai 1401 dans laquelle Il affirmait que :

  • 74 GARCÍA ORO, Francisco de Asís en la España Medieval, op. cit., p. 448-449.

ellas estando en el dicho monasterio so la mi segurança e amparo, que de noche que algunas personas, todo temor de Dios pospuesto e de la mi justica, movidos con mal entencion, por robar, desonrar e forzar las dichas monjas del dicho monesterio, quebrantaran e comrrompieran el dicho monesterio, rompiendo e quebrantando las paredes del, e entraron en el dicho monesterio por cumplir su mal proposito e voluntad74.

  • 75 Phillip Jeffrey GUILBEAU, El Paular. Anatomy of a charterhouse, Volume 1: Text, Analecta Cartusiana (...)
  • 76 ÁLVAREZ RODRÍGUEZ, op. cit., p. 230.

35Concernant le règne de Jean II, et d’après ce qu’indique le Libro Becerro de la chrartreuse du Paular, les religieux tentèrent d’abandonner le monastère en 1421 ou 14222 porque en estos años fueron las guerras civiles con el Infante don Enrique de Aragón qui provoquèrent divers dégâts primeramente en la prosecución de sus domésticos hedificios les ocurrían grandes dificultades, diversos estorvos, muchos desmanes75. Un document de 1481 fait référence à la donation de 15.000 maravédis par Isabelle la Catholique aux dominicains de Benavente pour qu’ils acceptassent la réforme. Cependant, dans le même texte, nous apprenons que la reine faisait cette aumône pour compenser les dommages subis par le couvent lors du siège effectué contre la ville par son père Jean II en 1449, dans le contexte des affrontements qui s’étaient produits entre le comte local et le monarque76.

  • 77 Santiago RODRÍGUEZ GUILLÉN, El monasterio de Santa María la Real de Tordesillas (1363-1509), (thèse (...)

36Les fréquents conflits du règne d’Henri II eurent également des répercussions sur les monastères castillans. Dans un albalá du roi, daté du 9 août 1465, Il offrait à Sainte-Claire de Tordesillas 10.000 maravédis annuels à prendre sur les Impôts (alcabalas) de Medina del Campo, Torrecilla et San Miguel del Pino pour réparer les dégâts causés par quelques-uns de ses chevaliers77. Le monarque précisait ces mêmes dommages dans un autre privilège portant la même date, lequel consistait dans l’exonération de dix personnes pour un montant de 300 maravédis pour chacune d’elles dans les différents pedidos :

  • 78 AGS, Escribanía Mayor de Cuentas, Mercedes y Privilegios, Legajo 4, nº 1 ; CASTRO TOLEDO, Colección (...)

en hemienda e satisfaccion de algunos daños e gastos que por su serviçio el dicho monesterio avia reçibido por algunos cavalleros que estavan en su serviçio, asy en sus aceñas como en sus ganados e otras cosas del dicho monesterio78.

  • 79 Carlos AYLLÓN GUTIÉRREZ, Iglesia rural y sociedad en la Edad Media (Alcaraz y señorío de Villena), (...)

37Durant le même règne, Juan Pacheco fut excommunié pour avoir rasé des ermitages et des chapelles pour dresser des forteresses, un châtiment provenant sans doute d’un évêque de la partie contraire. Calixte III accéda à la demande du marquis et autorisa l’évêque Carrillo, en 1458, à lever les peines, ce que ce dernier fit un an après79.

6. Les destructions effectuées par les musulmans

  • 80 GARCÍA ORO Francisco de Asís en la España Medieval, op. cit., p. 430.
  • 81 MIURA ANDRADES, Frailes, monjas y conventos, op. cit., p. 143.
  • 82 CASTRO y CASTRO, « Monasterios hispánicos de clarisas desde el siglo XIII al XVI », art. cit., p. 9 (...)
  • 83 GARCÍA ORO, José, Francisco de Asís en la España Medieval, op. cit., p. 432.

38Comme Il est logique de le penser, les monastères situés dans les secteurs frontaliers ou proches du royaume nasride de Grenade furent victimes des fréquentes Incursions que les musulmans effectuaient en territoire chrétien. Le couvent de Saint-Antoine de Baeza, outre le fait d’être continuellement attaqué par les musulmans et détruit à plusieurs reprises, servait aussi d’escalier d’accès à la ville80. Le couvent franciscain d’« Insula Viridis », à Algésiras, fondé par Alphonse XI en 1345 après la conquête de la ville, disparut lorsque celle-ci fut récupérée par les Mérinides en 136981. Un cas similaire eut lieu avec le monastère des clarisses d’ Úbeda, détruit par les musulmans en 1373, dont les moniales obtinrent l’autorisation de déménager à l’intérieur de la ville82. Pendant la guerre entre Pierre Ier et Henri II, le monastère de Sainte-Claire de Jaén connut la ruine, non pas à cause des combattants mais en raison d’une Incursion des Grenadins, comme le signale un privilège d’Henri II du 26 mai 137183.

  • 84 José de SIGÜENZA, Historia de la Orden de San Jerónimo, I, Valladolid : Junta de Castilla y León, 2 (...)

39Dans le cas du monastère hyéronimite de Cotalba, ce ne fut pas sa proximité avec le territoire musulman, mais son ancienne situation sur la côte qui Incita les Maures à l’attaquer. Le couvent avait été fondé avec l’aide du duc de Gandía, Alfonso d’Aragon, qui avait donné les terrains aux religieux vers 1375. Toutefois, en 1386, une galiote armée par les musulmans de Bougie emmena les religieux en captivité après avoir volé ce qui se trouvait dans le monastère. Si nous nous en tenons aux Informations que fournit la chronique, Il semblerait que le bâtiment n’ait pas subi de dégâts, puisque les musulmans étaient entrés avec l’aide d’un oblat du monastère, qui leur ouvrit les portes. Une fois les religieux rachetés grâce à l’aide économique d’Alfonso d’Aragon, Ils supplièrent ce dernier de leur concéder un nouvel endroit plus éloigné de la rivière pour ne pas être exposés aux attaques musulmanes. Alfonso d’Aragon leur accorda le site de Cobalta, proche de Gandía, et la nouvelle construction débuta en 138884.

III. La violence dans les processus de réforme religieuse au bas Moyen âge

40Les processus de réforme qui furent Imposés aux divers ordres religieux durant le bas Moyen âge ne furent en rien pacifiques. Dans beaucoup de cas, Ils durent faire face à l’opposition ouverte de la communauté objet de la réforme, ce pourquoi les pouvoirs laïcs et religieux n’hésitèrent pas à faire usage de la force et des armes pour parvenir à leurs fins.

41Depuis une date précoce les Manrique exprimèrent leurs volontés de réformer le monastère de Valvanera. Dans les constitutions octroyées au monastère de Calabazanos par le monastère de Saint-Benoît de Valladolid le 3 février 1431 Il est dit que :

  • 85 AHN, Clero, Pergaminos, Carpeta 3.454, Nº 10.

por quanto el adelantado Pedro Manrique y su mujer doña Leonor trabajaron por reformar el monesterio de Santa Maria de Valvanera […] et quisieron que enbiaramos alla monges desta casa para ello salvo que fasta agora non se pudo acabar por algunos Impedimentos que en ello recrescieron85.

  • 86 RAH, Salazar y Castro, M-1, f. 25 v.
  • 87 Francisco Javier GARCÍA TURZA, El monasterio de Valvanera en la Edad Media (siglos XI-XV), Madrid : (...)

42Le texte Indique clairement l’opposition à la réforme, qui n’arriverait que bien plus tard, le 23 juillet 1441, comme résultat de l’autorisation qu’Eugène IV accorda à Pedro Manrique86. Cependant, la réforme ne fut pas pacifique car Diego Manrique, sa mère Leonor et plusieurs membres de la famille exercèrent de fortes pressions sur la communauté. Se fondant sur l’autorisation papale, Diego Manrique obligea Valvanera à entrer dans la réforme bénédictine et à abandonner la juridiction de l’évêque de Calahorra, se présentant même dans le monastère avec des « palabras de espanto, amenazas y temor  » pour dire que l’abbé bénédictin de Valladolid se déplacerait jusqu’à celui-ci pour exécuter ce qui avait été prévu. Quelques jours plus tard, sa mère Leonor se présenta à Valvanera où elle menaça l’abbé d’accepter la réforme, faute de quoi elle emporterait avec elle le corps de son mari qui s’y trouvait enseveli et qu’elle détruirait auparavant l’église monastique. Face à ces fortes pressions, les moines acceptèrent87.

  • 88 Luis RODRÍGUEZ MARTÍNEZ, Historia del monasterio de San Benito el Real de Valladolid, Valladolid : (...)

43Jusqu’en 1450, le monastère d’Oña avait maintenu l’observance mais, lorsque son abbé Pedro de Briviesca renonça en faveur de Juan Marín, obligé par la force des armes, la communauté se divisa en deux parties. Les partisans de la première en appelèrent au comte d’Haro, qui délégua l’affaire au dominicain frère Martín de Santa María, lequel trancha contre Juan Marín. Peu après, le frère conseilla à l’abbé Pedro de Briviesca de déposèrent un recours auprès du prieur de Saint-Benoît de Valladolid pour qu’il reformât l’institution et qu’il mît un terme aux Intrigues. Pedro suivit le conseil et frère García de Frías arriva avec vingt-six moines de sa communauté, aidé par le comte de Haro et l’évêque de Burgos, lesquels pénétrèrent dans Oña avec des gens armés. Frère García emprisonna les treize moines qui n’avaient pas voulu se soumettre à la réforme et leur concéda le prieuré de Saint-Pierre de Tejeda où Ils s’installèrent pour vivre. Cette forme violente d’agir leur apporta l’inimitié de ceux qui les avaient appelés, laquelle engendra un conflit qui tarderait à se résoudre88. Un document en date du 18 octobre 1455, qui rapporte tous ces détails par le menu, nous signale que l’abbé frère Martín de Salazar avait effectué plusieurs travaux dans le chœur et dans le transept du monastère pour lesquels Il avait Investi plus de 2.000 florins car Ils avaient été exécutés par de mauvais artisans :

  • 89 AHN, Clero, Libro 16.757.

reventó la obra por el gran arco que nuevamente avian reparado sobre el pilar delgado que primero avia seydo apoyado cabe la puerta de los reys y derribo consigo los dos pilares de cada su parte ca sacado de allí el dicho pilar pequeño falleció el dicho gran arco nuevamente mal reparado89.

  • 90 Luis RODRÍGUEZ MARTÍNEZ, Historia del monasterio de San Benito el Real de Valladolid, Valladolid : (...)

44L’état suivant de la réforme d’Oña ne fut pas davantage pacifique, les moines ayant appelé auprès de Nicolas V pour accuser frère Juan de Gumiel d’être entré dans le monastère avec des hommes armés, de leur avoir enlevé l’abbé, emprisonné quelques moines et expulsé d’autres. Ils l’accusèrent aussi d’avoir emporté l’or, l’argent, des livres et des calices parmi les biens d’Oña et de plusieurs de ses prieurés90.

  • 91 Alonso de PALENCIA, Gesta Hispaniensia ex annalibvs svorvm diervm collecta, Tomo 1. Libri I-V, TATE (...)

45En 1458 eut lieu un conflit dans le monastère bénédictin féminin de Saint-Pierre de las Dueñas, situé hors les murs de Tolède. Alors qu’Henri IV essayait de faire front à la juridiction ecclésiastique de l’archevêque Pedro de Carrillo, Il découvrit que ce dernier avait promu comme abbesse la marquise de Guzmán dans l’intention de réformer le monastère. Le roi envoya plusieurs hommes armés au monastère, lesquels expulsèrent l’abbesse et mirent à sa place Catalina de Sandoval opposée à l’observance. Devant le fait accompli, la ville fut frappée d’interdit et le monarque ordonna aux clercs de ne pas respecter la décision de l’évêque91.

  • 92 Adeline RUCQUOI., Valladolid en la Edad Media. El mundo abreviado (1367-1474), Valladolid : Junta d (...)
  • 93 RODRÍGUEZ MARTÍNEZ, Historia del monasterio de San Benito el Real de Valladolid, op. cit., p. 119-1 (...)

46Le 23 mai 1461, le prieur de Saint-Benoît de Valladolid, frère Juan de Gumiel, reçut le mandat de Pie II de réformer les moniales cisterciennes de Saint-Cyr de Valladolid92. Aussitôt après Il se présenta dans le monastère et Il entreprit sa réforme, acceptée Initialement par les religieuses. Cependant, lorsque se présenta le charpentier que le prieur avait envoyé pour Installer les grilles et le tourniquet destinés à la clôture, les nonnes s’y opposèrent et rasèrent les murs pour l’en empêcher en même temps qu’elles faisaient appel contre le prieur bénédictin. Il fut nécessaire de faire Intervenir les abbés cisterciens de la Espina et de Palazuelos, qui eurent recours auprès du pape, tandis que frère Juan de Gumiel en faisait de même avec Henri IV, lequel fit valoir son autorité. Après une série d’autres faits, Pie II confirma à Juan de Gumiel, le 10 septembre 1462, la charge de poursuivre la réforme et, au moyen d’un bref du 28 mai 1463, Il soumit le monastère de Saint-Cyr à l’autorité de Saint-Benoît de Valladolid rétablissant de la sorte la paix et l’observance93.

  • 94 RUCQUOI, « Los franciscanos en el reino de Castilla », VI Semana de Estudios Medievales de Nájera, (...)

47La réforme des ordres mendiants ne fut pas davantage exempte de tensions et de violences comme le prouve la tentative de réforme de Saint-François de Palencia94, en 1444, ou la première tentative d’introduction de l’Observance à Tolède. Très vite, la communauté observante de la Bastida effectua des démarches pour être transférée à l’intérieur de la ville, ce qui porta ses fruits en 1472 quand le premier duc d’Albe, Garci Álvarez de Tolède, céda à frère Juan de Toledo quelques maisons à proximité du monastère cistercien de Saint-Clément. Le projet échoua à cause de l’opposition de plusieurs curés de paroisse, de clercs de clôture et de leur provincial Luis de Olivera, tout comme de celle des autres communautés religieuses, particulièrement celle du prieur augustin Diego de Torres. Ce dernier agit violemment contre le franciscain frère Gonzalo de Zamora en soumettant à la clôture le nouveau couvent et en menaçant d’excommunier ceux qui aideraient celui-ci. Il fut même acteur de la sanction car les conventuels avec leur gardien et le ministre provincial à leur tête :

  • 95 GARCÍA ORO, Francisco de Asís en la España Medieval, op. cit., p. 373.

fueron a la dicha casa armados e la entraron e tomaron por fuerça y sacaron della a un religioso que llaman fray Gonzalo de Çamora que el dicho custodio (Pedro de Marchena) avía puesto en ella par que dijese misa […] e que lo llevaron al monesterio de los dichos claustrales, y […] le dieron muchos açotes fasta que le abrieron las espaldas y que non lo quisieron soltar fasta que el duque de Cifuentes lo sacó de su poder y lo restituyó a la dicha casa donde lo sacaron95.

  • 96 Ibid., p. 373-375.

48La querelle finit par être portée devant la Saint-Siège et Sixte IV Interdit la nouvelle fondation des franciscains de Tolède96.

  • 97 MIURA ANDRADES, « La provincia Bética de la Orden de Predicadores durante la Baja Edad Media. Los f (...)

49Vers 1400, Egidio Bocanegra, seigneur de Palma del Río, fonda un couvent dominicain dans cette ville, lequel fut soumis à la clôture en 1420 par Martin V à cause des querelles avec le clergé séculier. Quelques années plus tard, en 1452, María de Velasco, épouse de Martín Fernández de Portocarrero, seigneur de Palma, demanda à être enterré à Saint-Dominique d’ Écija pour racheter les fautes du lignage des seigneurs de Palma en reconnaissant qu’après : « la destruycion (de Santo Domingo de Palma) muchos daños se siguen a los dichos mis señores predecesores ». En 1478, nous trouvons un pas supplémentaire dans l’expiation des péchés du lignage lorsque son fils Luis Fernández Portocarrero tenta de mener à son terme la fondation malheureuse d’un monastère de moniales au-dessus de l’ancien couvent masculin97.

Conclusions

50Tout au long du présent travail nous avons observé comment en marge, ou plus exactement, parallèlement au processus de fondation de monastères et de couvents en Castille au bas Moyen Âge par les pouvoirs laïcs, les membres de ceux-ci —royauté et noblesse, pour l’essentiel— furent également les auteurs des dégâts et des dommages subis par les Institutions régulières.

51Plusieurs maisons religieuses de la Castille connurent une ruine totale —à l’image de ce qui se passait dans le reste de l’Europe—, principalement à cause des continuelles et longues guerres qui eurent lieu au cours des deux derniers siècles du Moyen Âge. Les couvents connurent des destructions du fait des ennemis musulmans, une attitude attendue, mais également à cause des combattants d’autres royaumes chrétiens opposés parfois à la Castille. Il en alla de même avec les propres Castillans qui, en raison des conflits Internes qui opposèrent différentes factions de la noblesse à la monarchie, ou dans les guerres civiles entre deux monarques qui se disputaient le trône, firent que les monastères furent les victimes des violences sans pitié menées par leurs propres bienfaiteurs.

52Même si nous avons analysé d’autres causes dans les destructions des complexes monastiques, comme les causes naturelles, dues principalement à l’eau, à des tremblements de terre ou au feu —avec une particulière attention pour ce dernier facteur—, Il nous est Impossible d’assurer avec fermeté, surtout pour les cas où les dommages et les ruines semblent avoir été fortuits, que les dégâts pourraient aussi obéir à des agissements collectifs, de lignages ou d'individus ayant pris part aux conflits.

53Au vu de quoi, Il nous est possible de conclure en disant que les patrons et les bienfaiteurs des monastères, outre le fait de leur donner des privilèges et de les aider, n’hésitèrent pas à les détruire lorsque la situation l’exigeait. Il est un fait qu’en lien avec d’autres abus fréquents émanant des pouvoirs laïcs contre les monastères du bas Moyen Âge, comme par exemple la mise sous commende, les faux affermages et les usurpations, les destructions matérielles que nous avons analysées aboutirent au fait que ces protecteurs se convertirent parfois dans les pires ennemis du clergé régulier.

Haut de page

Notes

1 DON JUAN MANUEL, El libro de los Estados, Ian R. Macpherson et Robert Brian Tate (éd.), Madrid : Clásicos Castalia, 1991, p. 242.

2 Francisco LAYNA SERRANO, Historia de Guadalajara y sus Mendozas en los siglos XV y XVI, Madrid : CSIC, 1942, p. 33 et 103-104.

3 Francisco GARÍN Y JUANEDA, La Real Cartuja de Miraflores (Burgos). Su historia y descripción, Burgos : Hijos de Santiago Rodríguez, 1897, pp. 97-98.

4 Fernando CHUECA GOITIA Casas reales en monasterios y conventos españoles, Bilbao : Xarait, 1982, p. 100.

5 La “conrería” était l’endroit où habitaient les frères convers, dans GARÍN Y JUANEDA, op. cit., p. 562-564.

6 José GARCÍA ORO, Francisco de Asís en la España Medieval, Santiago de Compostela : CSIC-Liceo Franciscano, 1988, p. 320.

7 Le couple leur offrit également plusieurs terres à Agejas, Aldea del Rey, Escobar de Polendos, La Mata, Palacio de Riomilanos et dans la propre ville de Ségovie, dans Bonifacio BARTOLOMÉ HERRERO, « Religiosidad y sociedad en la ciudad de Segovia durante la Edad Media », in : Isabel Beceiro Pita (dir.), Poder, piedad y devoción. Castilla y su entorno. Siglos XII-XV, Madrid : Sílex, 2014, p. 132.

8 Ángel URIBE, « Primer ensayo de reforma franciscana en España. La Congregación de Santa María la Real de Tordesillas », Archivo Ibero-Americano, año 45, 179-180, julio-diciembre de 1985, p. 260-261.

9 Manuel de CASTRO y CASTRO, « Monasterios hispánicos de clarisas desde el siglo XIII al XVI », Archivo Ibero-Americano, 193-194, 1989, p. 92.

10 Concepción ABAD CASTRO y María Luisa MARTÍN ANSÓN, « Los Herrera y su capilla funeraria de San Ildefonso en la cartuja de El Paular », Anuario del Departamento de Historia y Teoría del Arte, Universidad Autónoma de Madrid, XVIII, 2006, p. 35 ; Francisco LAYNA SERRANO, Historia de Guadalajara y sus Mendozas en los siglos XV y XVI, Madrid : CSIC, 1942, p. 62 ; J. GARCÍA ORO, op. cit., p. 391.

11 Les endroits où il interdisait de faire du feu étaient concrètement : Fuentablada, Onedo, Valdeencinas et Val de Linares, dans Antonio MORENO OLLERO, Los dominios señoriales de la Casa de Velasco en la Baja Edad Media, Valence : Servicio de Publicaciones de la Universidad de Valencia, 2015, p. 266.

12 Carlos AYLLÓN GUTIÉRREZ, La Orden de los Predicadores en el sureste de Castilla (las fundaciones medievales de Murcia, Chinchilla y Alcaraz hasta el Concilio de Trento, Albacete : Instituto de Estudios Albacetenses “don Juan Manuel” de la Excma. Diputación de Albacete, 2003, p. 72.

13 José Ignacio MORENO NÚÑEZ, « Semblanza y patrimonio de don Sancho Blázquez, obispo de Ávila (1312-1355) », Hispania Sacra, XXXVII, 75, 1985, p. 175-187.

14 Ángel RIESCO TERRERO, Datos para la historia del real convento de clarisas de Salamanca. Catálogo documental de su archivo, León: Centro de Estudios e Investigación San Isidoro, 1977, 160.

15 Elida GARCÍA GARCÍA, S. Juan y S. Pablo de Peñafiel. Economía y Sociedad (1318-1512), Valladolid : Junta de Catilla y León-Consejería de Educación y Cultura, 1986, p. 18.

16 Rafael FLORANES Y ENCINAS, Memorias para la historia de la ciudad y tierra de Toro, Zamora : Semuret, 1994, p. 101.

17 José GARCÍA ORO, Francisco de Asís en la España Medieval, Santiago de Compostela : CSIC-Liceo Franciscano, 1988, p. 245 ; M. de CASTRO Y CASTRO, Crónica de la Provincia franciscana de Santiago (1214-1614), Madrid : Archivo Ibero Americano, 1971, p. 63.

18 Archivo General de Simancas (= AGS), Escribanía Mayor de Cuentas, Mercedes y Privilegios, Legajo nº 4.

19 Fernán PÉREZ DE GUZMÁN y Lorenzo GALÍNDEZ DE CARVAJAL, Crónica del señor rey don Juan Segundo, Valence : Imprenta de Benito Monfort, 1779, p. 314.

20 Guillermo NIEVA OCAMPO, « Los dominicos en Castilla. La génesis de una corporación privilegiada en la Baja Edad Media », Servir a Dios y servir al Rey: el mundo de los privilegiados en el ámbito hispánico (ss. XIII-XVIII), Salta : Mundo Editorial, 2011, p. 36 ; Juan LÓPEZ, Tercera parte de la historia general de Sancto Domingo y de su Orden de Predicadores, Libro Segundo, Valladolid : Francisco Fernández de Córdova, 1613, p. 109-110 ; Jonás CASTRO TOLEDO, Colección diplomática de Tordesillas, Valladolid : Institución Cultural Simancas, 1981, 502.

21 Archivo del convento de San Esteban de Salamanca (= ACSES), Ms. 76/2, f. 174-176.

22 María Teresa GONZÁLEZ ALARCÓN, « Real Monasterio de Santa Clara de Tordesillas », Real Monasterio de Santa Clara de Tordesillas, Madrid : Ministerio de Educación y Ciencia, 2005, p. 92.

23 ACSES, Ms. 76/2, ff. 174-176.

24 José María MIURA ANDRADES, Frailes, monjas y conventos. Las órdenes mendicantes y la sociedad sevillana bajomedieval, Séville : Diputación de Sevilla, 1998, p. 104.

25 Archivo Histórico Nacional (= AHN), Clero secular-regular, Pergaminos, Carp. 186, Nº 7.

26 Real Academia de la Historia (= RAH), Salazar y Castro, M-10, f. 24 v. a 27 v.

27 Santiago PERAL VILLAFRUELA, « San Francisco de Carrión de los Condes (siglos XIII-XIX). Aproximación al conocimiento de un convento de Menores en la diócesis de Palencia », Archivo Ibero-Americano, año nº 69, 262-263, 2009, p. 262-263 ; Luis SALAZAR Y CASTRO, Pruebas de la historia de la Casa de Lara, Madrid : Imprenta Real, 1694, p. 252-255.

28 Santiago PERAL VILLAFRUELA, « San Francisco de Carrión de los Condes (siglos XIII-XIX). Aproximación al conocimiento de un convento de Menores en la diócesis de Palencia », Archivo Ibero-Americano, año nº 69, 262-263, 2009, p. 264.

29 James G. CLARK, The Benedictines in the Middle Ages, Woodbridge : The Boydell Press, 2011, p. 273- 275.

30 Dianne HALL, Women and the Church in medieval Ireland (c. 1140-1540), Dublin : Four Courts Press, 2003, p. 151-156.

31 Denyse RICHE, L’Ordre de Cluny à la fin du Moyen Âge. « Le vieux Pays Clunisiens » XIIe-XVe siècles, Saint-Étienne : Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2000, p. 457-460.

32 Sophie HASQUENOPH, Histoire des ordres et congrégations religieuses en France du Moyen Âge à nos jours, Ceyzérieu : Champ Vallon, 2009, p. 504.

33 Michael ROBSON, The Franciscans in the Middle Ages, Woodbridge : Boydel Press, 2006, p. 143-144.

34 Jean Dominique LEVESQUE, Les frères Prêcheurs de Lyon. Notre Dame de Confort (1218-1789), Lyon : J. D. Levesque, 1978, p. 126-127.

35 Après enquête, le prieur frère Nicolas de Belleville reconnut qu’ils n’avaient pas été commis par les bourgeois et les marchands de la ville, mais par des gens de basse extraction. Le prieur rédigea un acte de satisfaction le 23 avril 1320 dans lequel il renonçait à toute demande d’indemnisation, dans ibid., p. 117.

36 Ce même texte montre comment un juriste d’Arles, Guido de Filhano, donna aux dominicains un hospitium de la paroisse de Saint Vincent entre el théâtre y les arènes, dans Louis STOUFF, « Le couvent des Prêcheurs d’Arles XIIIe-XVe siècle », in : L’ordre des Prêcheurs et son histoire en France méridionale, VV. AA., Cahiers de Fanjeaux 36, Fanjeaux : éditions Privat, 2001, p. 62-64.

37 Maisons de l’ordre des Chartreux. Vues et notices. Tome Quatrième, Parkminster : Notre-Dame des Prés, Chartreuse de Saint-Hugues, 1919, p. 65 et p. 140-164.

38 García M. COLOMBÁS, La Tradición benedictina. Ensayo histórico. Tomo sexto : los siglos XV y XVI, Zamora : éd. Monte Cassino, 1996, p. 282.

39 Luis SALAZAR Y CASTRO, Historia genealógica de la Casa de Lara, Tomo III, Madrid : Imprenta Real, 1697, p. 443.

40 Nous connaissons cette donnée grâce à la réponse de l’évêque de Burgos en date du 26 juin 1371 à la demande du monastère afin de lui octroyer un nouvel emplacement pour la reconstruction, dans Lucía GARCÍA ARAGÓN, Documentación del monasterio de la Trinidad de Burgos (1198-1400), Burgos : Fuentes medievales castellano-leonesas 28, 1985, Nº 116 ; Luis SALAZAR Y CASTRO, Historia genealógica de la Casa de Lara, Tomo I, Madrid : Imprenta Real, 1696, p. 22 ; AHN, Clero, Libro 16.797.

41 Le 29 septembre 1387, dans Francisco Javier PEÑA PÉREZ, Documentación del monasterio de San Juan de Burgos (1091-1400), Burgos : Fuentes medievales castellano-leonesas, nº 1, 1983, nº 165, 167 y 170.

42 Julio Antonio PÉREZ CELADA, Documentación del monasterio de San Zoilo de Carrión (1301-1400), Palencia : Fuentes medievales castellano-leonesas, nº 35, 1987, nº 305 y 306.

43 Ernesto GARCÍA FERNÁNDEZ, « Dominicos y franciscanos en el País Vasco (siglos XIII-XV) », VI Semana de Estudios Medievales de Nájera. Del 31 de julio al 4 de agosto de 1995, Logroño : Instituto de Estudios Riojanos, 1996, p. 216.

44 Rafael FLORANES Y ENCINAS, Memorias para la historia de la ciudad y tierra de Toro, Zamora: Semuret, 1994, p. 83-84.

45 Pedro LÓPEZ DE AYALA, Crónicas, José Luis Martín (ed.), Barcelone : Planeta, 1991, p. 284 ; Luis Vicente DÍAZ MARTÍN, Pedro I el Cruel (1350-1369), Gijón : Trea, 1995, p. 200-201.

46 Pedro LÓPEZ DE AYALA, Crónicas, José Luis Martín (ed.), Barcelona: Planeta, 1991, p. 405.

47 Fernán PÉREZ DE GUZMÁN y Lorenzo GALÍNDEZ DE CARVAJAL, Crónica del señor rey don Juan Segundo, Valence : Imprenta de Benito Monfort, 1779, p. 124-131.

48 Crónica de don Álvaro de Luna condestable de Castilla maestre de Santiago, edición y estudio por Juan de Mata CARRIAZO, Madrid : Espasa-Calpe, 1940, p. 271-276 ; Pedro Andrés PORRAS ARBOLEDAS, Juan II (1406-1454), Palencia : La Olmeda, 1995, p. 284-285.

49 Francisco de BERGANZA, Antigüedades de España propugnadas en las noticias de sus reyes, en la Crónica del Real Monasterio de San Pedro de Cardeña, en Historias, cronicones, y otros instrumentos manuscritos, que hasta aora no han visto la luz pública, Madrid : Francisco del Hierro, 1721, p. 192.

50 José NAVARRO TALEGÓN, « La fundación del real monasterio de Santa Clara de Toro », Archivo Ibero-Americano, nº 213-214, 1994, p. 306-308.

51 Raimundo RODRÍGUEZ, Catálogo de documentos de Santa María de Otero de las Dueñas, León : Centro de Estudios e Investigación de San Isidoro, León, 1949, nº 596.

52 RAH, Salazar y Castro, 9/291, ff. 71 y 72.

53 Ses habitants, vassaux du monastère, s’en allèrent habiter à d’autres endroits et le prieur dut leur accorder en 1316 le site proche d’Orierno pour qu’ils le peuplent, les exonérant d’impôts pendant dix ans, dans Carlos Manuel REGLERO DE LA FUENTE, Amigos exigentes, servidores infieles. La crisis de la orden de Cluny en España (1270-1379), Madrid : CSIC, 2014, p. 76-77.

54 Francisco de Paula CAÑAS GÁLVEZ, Itinerario de Alfonso XI de Castilla. Espacio, poder y corte (1325-1350), Madrid : La Ergástula, 2014, p. 54.

55 Francisco CERCA y RICO, Cronica de D. Alfonso el Onceno de este nombre, de los reyes que reynaron en Castilla y en Leon, Madrid : Imprenta de d. Antonio de Sancha, 1787, p. 132-133.

56 José SÁNCHEZ-ARCILLA BERNAL, Alfonso XI (1312-1350), Gijón : Trea, 1995, p. 171 ; Francisco CERCA y RICO, Crónica de D. Alfonso el Onceno de este nombre, de los reyes que reynaron en Castilla y en León, Madrid : Imprenta de d. Antonio de Sancha, 1787, p. 283-286.

57 Ghislain BAURY, Les religieuses de Castille. Patronage aristocratique et ordre cistercien XIIe-XIIIe siècles, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2012, p. 95.

58 REGLERO DE LA FUENTE, op. cit., p. 77-78.

59 Ibid., p. 79-80.

60 VV. AA., Diccionario de Historia Eclesiástica de España, 1, Madrid : CSIC, 1972, p. 426.

61 Manuel de CASTRO y CASTRO, El Real Monasterio de Santa Clara de Palencia y los Enríquez, Almirantes de Castilla, Palencia : Diputación Provincial de Palencia, Palencia, 1982, p. 17-21.

62 Pablo MARTÍN PRIETO, « Sobre la promoción regia de la orden franciscana en la Corona de Castilla durante el primer reinado Trastámara », Hispania Sacra, LIX 119, enero-junio de 2007, p. 65-66 ; Manuel de CASTRO y CASTRO, El Real Monasterio de Santa Clara de Palencia. II Apéndice documental, Palencia : Diputación Provincial de Palencia, 1983, nº 1 et 2 ; Isabel BECEIRO PITA, « La nobleza y las órdenes mendicantes en Castilla (1350-1530) », Poder, piedad y devoción. Castilla y su entorno. Siglos XII-XV, Madrid : Sílex, 2014, p. 321 ; J. GARCÍA ORO, op. cit., p. 306.

63 Francisco Javier VILLALBA RUIZ DE TOLEDO, « El monasterio de Santa Clara de Alcocer y su conexión con la monarquía (siglos XIII-XV) », Wad-al-Hayara, 17, p. 320-321 ; Pablo MARTÍN PRIETO, « Formación y evolución del patrimonio del monasterio de Santa Clara de Alcocer en la Edad Media », Hispania Sacra, LXV, 132, juillet-décembre 2013, p. 585 ; id., « Sobre la promoción regia de la orden franciscana en la Corona de Castilla durante el primer reinado Trastámara », Hispania Sacra, LIX 119, janvier-juin 2007, p. 66-70.

64 AHN, Clero, Pergaminos, Carp. 568, Nº 4.

65 AHN, Clero, Pergaminos, Carp.1.362, Nº 2 ; AHN, Clero, Legajo 3.908.

66 AGS, Patronato Real, leg. 29, doc. 32.

67 García M. COLOMBÁS, El libro de los bienhechores de San Benito de Valladolid, abadía de Montserrat: Studia Monastica, Vol. 5 fasc. 2, 1963, p. 326 ; Luis RODRÍGUEZ MARTÍNEZ, Historia del monasterio de San Benito el Real de Valladolid, Valladolid : Caja de Ahorros Popular de Valladolid-Ateneo de Valladolid, 1981, p. 43.

68 Fernando CHUECA GOITIA, Casas reales en monasterios y conventos españoles, Bilbao: Xarait, 1982, p. 102. Ildefonso M. GÓMEZ GÓMEZ, « La Casa Trastámara y la cartuja de El Paular. Una lectura crítica desde el Libro Becerro del monasterio », Prínceps i reis. Promotors de l’orde Cartoixà, Palma : Universitat de les Illes Balears, 2003, p. 300-303.

69 Luis SUÁREZ FERNÁNDEZ, Historia del reinado de Juan I. Tomo II, registro documental (1371-1383, Madrid : Universidad Autónoma de Madrid, 1982, nº 53.

70 Luis SUÁREZ FERNÁNDEZ, Historia del reinado de Juan I. Tomo II, registro documental (1371-1383, Madrid : Universidad Autónoma de Madrid, 1982, nº 69.

71 Adeline RUCQUOI, Valladolid en la Edad Media. El mundo abreviado (13367-1474), Valladolid : Junta de Castilla y León, 1997, p. 257-258.

72 César OLIVERA SERRANO, « Devociones regias y proyectos políticos: los comienzos del monasterio de San Benito el Real de Valladolid (1390-1430) », Anuario de Estudios Medievales, julio-diciembre de 2013, p. 824 ; César OLIVERA SERRANO, « Las secuelas religiosas de un conflicto dinástico : portugueses en Castilla en el siglo XV », en Poder, piedad y devoción, op. cit., p. 172-173.

73 Alicia ÁLVAREZ RODRÍGUEZ, Conventos y sociedad urbana durante la Baja Edad Media. La Orden de los Predicadores en Zamora, Toro y Benavente (thèse doctorale inédite), Salamanque : Universidad de Salamanca, 2015, p. 199 ; CASTRO y CASTRO, Crónica de la Provincia franciscana de Santiago (1214-1614), Madrid : Archivo Ibero Americano, 1971, p. 81 ; Gregoria CAVERO DOMÍNGUEZ, « Monarquía y nobleza: su contribución a las fundaciones de clarisas en Castilla y León (siglos XIII-XV) », Archivo Ibero-Americano, nº 213-214, 1994, p. 266 ; José GARCÍA ORO, Francisco de Asís en la España Medieval, Saint-Jacques de Compostelle : CSIC-Liceo Franciscano, 1988, p. 245-246 ; CASTRO y CASTRO, « Monasterios hispánicos de clarisas desde el siglo XIII al XVI », Archivo Ibero-Americano, 193-194, 1989, p. 91. Les comtes de Benavente procédèrent également à la reconstruction du couvent dominicain de la ville qui était en mauvais état : « parte por la antigüedad y tiempo que lo consume todo, parte por otros varios sucesos estaban arruinados ». Nous ignorons à quoi fait allusion le chroniqueur dominicain à propos de ces événements, mais il se peut qu’ils fassent allusion aux continuels conflits et guerres tardo-médiévaux, dans Juan LÓPEZ, Tercera parte de la historia general de Sancto Domingo y de su Orden de Predicadores, Valladolid : Francisco Fernández de Córdova, 1613, p. 322.

74 GARCÍA ORO, Francisco de Asís en la España Medieval, op. cit., p. 448-449.

75 Phillip Jeffrey GUILBEAU, El Paular. Anatomy of a charterhouse, Volume 1: Text, Analecta Cartusiana, FB Anglistik und Amerikanistik Universität Salzsburg, 2015, p. 112-113.

76 ÁLVAREZ RODRÍGUEZ, op. cit., p. 230.

77 Santiago RODRÍGUEZ GUILLÉN, El monasterio de Santa María la Real de Tordesillas (1363-1509), (thèse doctorale inédite), Alcalá de Henares : Universidad de Alcalá de Henares, 2010, p. 126 et 130. CASTRO TOLEDO, Colección diplomática de Tordesillas, op. cit., nº 760 y 762.

78 AGS, Escribanía Mayor de Cuentas, Mercedes y Privilegios, Legajo 4, nº 1 ; CASTRO TOLEDO, Colección diplomática de Tordesillas, op. cit., nº 759  ; RODRÍGUEZ GUILLÉN, El monasterio de Santa María la Real de Tordesillas (1363-1509), op. cit., p. 73.

79 Carlos AYLLÓN GUTIÉRREZ, Iglesia rural y sociedad en la Edad Media (Alcaraz y señorío de Villena), Madrid : Sílex, 2015, p. 301-302.

80 GARCÍA ORO Francisco de Asís en la España Medieval, op. cit., p. 430.

81 MIURA ANDRADES, Frailes, monjas y conventos, op. cit., p. 143.

82 CASTRO y CASTRO, « Monasterios hispánicos de clarisas desde el siglo XIII al XVI », art. cit., p. 93.

83 GARCÍA ORO, José, Francisco de Asís en la España Medieval, op. cit., p. 432.

84 José de SIGÜENZA, Historia de la Orden de San Jerónimo, I, Valladolid : Junta de Castilla y León, 2000, pp. 128-131.

85 AHN, Clero, Pergaminos, Carpeta 3.454, Nº 10.

86 RAH, Salazar y Castro, M-1, f. 25 v.

87 Francisco Javier GARCÍA TURZA, El monasterio de Valvanera en la Edad Media (siglos XI-XV), Madrid : Unión Editorial, 1990, p. 204 ; Máximo DIAGO HERNANDO, « El papel de la alta nobleza en el proceso de reforma de los monasterios benedictinos de la Corona de Castilla a fines del Medievo », in : Poder, piedad y devoción. Castilla y su entorno, op. cit., p. 364 ; Isabel BECEIRO PITA, « La nobleza y las órdenes mendicantes en Castilla (1350-1530) », in : ibid.., p. 357-358.

88 Luis RODRÍGUEZ MARTÍNEZ, Historia del monasterio de San Benito el Real de Valladolid, Valladolid : Caja de Ahorros Popular de Valladolid-Ateneo de Valladolid, 1981, p. 116-117 ; Máximo DIAGO HERNANDO, « La tutela nobiliaria sobre los monasterios benedictinos castellanos en la Baja Edad Media : relaciones entre los Velasco y el monasterio de San Salvador de Oña », Hispania Sacra, nº 56, 2004, p. 98 ; García M. COLOMBÁS, G., y Mateo GOST, Escritos sobre el primer siglo de San Benito de Valladolid, Montserrat, 1954, p. 58-59.

89 AHN, Clero, Libro 16.757.

90 Luis RODRÍGUEZ MARTÍNEZ, Historia del monasterio de San Benito el Real de Valladolid, Valladolid : Caja de Ahorros Popular de Valladolid-Ateneo de Valladolid, 1981, p. 120-121.

91 Alonso de PALENCIA, Gesta Hispaniensia ex annalibvs svorvm diervm collecta, Tomo 1. Libri I-V, TATE, Brian et LAWRANCE, Jeremy (éd.), Madrid: Real Academia de la Historia, 1998, p. 190-193.

92 Adeline RUCQUOI., Valladolid en la Edad Media. El mundo abreviado (1367-1474), Valladolid : Junta de Castilla y León, 1997, p. 283 ; id., « Valladolid a finales del siglo XV. La ermita de Prado. El monasterio Jerónimo en los siglos XV y XVI », El monasterio de Nuestra Señora de Prado, Valladolid : Junta de Castilla y León, 1995, p. 31 ; Francisco Javier ROJO ALIQUE, « El convento de San Francisco de Valladolid en la Edad Media (h. 1220-1518) (I) Fundación y reforma », nº 250-251, 2005, p. 263.

93 RODRÍGUEZ MARTÍNEZ, Historia del monasterio de San Benito el Real de Valladolid, op. cit., p. 119-120.

94 RUCQUOI, « Los franciscanos en el reino de Castilla », VI Semana de Estudios Medievales de Nájera, Nájera, 1996, p. 81.

95 GARCÍA ORO, Francisco de Asís en la España Medieval, op. cit., p. 373.

96 Ibid., p. 373-375.

97 MIURA ANDRADES, « La provincia Bética de la Orden de Predicadores durante la Baja Edad Media. Los frailes », Revista de Humanidades, 27, 2016, p. 27-28.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Juan Antonio Prieto Sayagués, « Les destructions matérielles des complexes monastiques en Castille et le contexte européen au bas Moyen Âge », e-Spania [En ligne], 27 | juin 2017, mis en ligne le 12 juin 2017, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://e-spania.revues.org/26894 ; DOI : 10.4000/e-spania.26894

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org