Navigation – Plan du site
L’argument de l’affect dans l’historiographie médiévale

De l’usage des affects dans la Crónica de Álvaro de Luna (Castille, XVe siècle)

Ghislaine Fournès

Résumés

La seconde partie de la Crónica de Álvaro de Luna, entièrement consacrée à narrer les derniers jours du Connétable, entend notamment grâce à l’amplicatio démontrer la causalité des actions qui conduisirent à sa fin tragique et, délaissant l’énumération des faits, se focalise sur la peinture des passions à l’origine du drame. Les personnages ne sont plus alors des stéréotypes mais bien des hommes de chair et de sang, avec leurs émotions et affects qui, au sens premier, les meuvent, les transforment et les font agir. La présence réitérée des affects et des émotions répond à une stratégie d’écriture, elle-même fonction de la finalité de l’œuvre. Il y a bien exposée dans la chronique toute une casuistique des affects mise au service d’un discours épidictique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Álvaro de Luna, de noblesse aragonaise, fut le privado de Jean II (1407-1454) et, durant plus de tr (...)
  • 2 Crónicas de los Reyes de Castilla, éd. don Cayetano Rosell, Madrid, B.A.E., 1953, tome 2, Crónica d (...)
  • 3 Crónica del Halconero de Juan II, Pedro Carillo de Huete, éd. Juan de Mata Carriazo, Madrid : Espas (...)
  • 4 Sur cet auteur consulter Julio RODRÍGUEZ PUERTOLAS, Poesía de protesta en la Edad Media castellana, (...)
  • 5 Fernán PÉREZ de GUZMÁN, Generaciones y semblanzas, éd. Robert Tate, Londres : Tamesis Books Limited (...)
  • 6 Alfonso de PALENCIA, Gesta Hispaniensia ex annalibus suorum dierum collecta, éd. bilingue et trad. (...)
  • 7 Crónica de don Álvaro de Luna, Condestable de Castilla, Maestre de Santiago, éd. Juan Mata de Carri (...)
  • 8 Lire à ce propos Ghislaine FOURNÈS « De la mort infamante à la glorification : le cas d’Álvaro de L (...)

1Álvaro de Luna1, personnage clé de cette première moitié du XVe siècle castillan, acteur dans les chroniques de son temps, la Crónica de Juan II2 et la Crónica del Halconero de Juan II3, objet de critiques – souvent virulentes – sous la plume des auteurs les plus renommés, le Marquis de Santillana4, Fernán Pérez de Guzmán5, ou encore Alfonso de Palencia6, est également le sujet ou héros d’un récit chronistique7 à la fois hautement élogieux et tragique puisqu’il débouche nécessairement sur le récit de la mort sur l’échafaud8 de l’ancien favori de Jean II.

  • 9 Lire à ce propos l’étude préliminaire de Juan de Mata Carriazo, CAL, p. XXIV-XXV.

2Cette chronique particulière passe pour avoir été écrite écrit par l’un de ses plus fidèles criados, Gonzalo Chacón, qui fut nommé après la mort de Jean II – c’est-à-dire juste un an après celle d’Álvaro de Luna – gouverneur des deux infants, Isabelle et Alphonse, et devint un des plus fidèles serviteurs de la princesse ; il participa notamment à l’entrevue de Los Toros de Guisando en 1468. Plus tard, commandeur de l’ordre de Saint-Jacques, il reçut d’Isabelle devenue reine le titre de seigneur de Casarrubios del Monte et resta Contador Mayor du royaume – il fut l’un des plus proches conseillers de la souveraine – jusqu’à sa mort en 1507. Chacón aurait commencé la rédaction durant l’emprisonnement du Connétable – il en parle au présent – et terminé sa rédaction au début des années 1470, soit vingt ans après l’exécution d’Álvaro de Luna. La mention de la translation du corps du Connétable à Tolède aurait été rajoutée plus tardivement et l’on sait de façon plus sure que le manuscrit fut remis aux descendants du Connétable en 1507, c’est-à-dire après la mort d’Isabelle la Catholique ; ceux-ci se chargèrent quelques décennies plus tard de la publication du manuscrit à Milan9.

  • 10 Cruz MONTERO GARRIDO, La Historia, creación literaria. El ejemplo del cuatrocientos, Fuentes Cronís (...)
  • 11 Ernst Robert CURTIUS, La littérature européenne et le Moyen Âge latin, trad. J. Brejoux, Paris : PU (...)

3Cependant des études plus récentes, notamment celle de Cruz Montero Garrido consacrée à l’Histoire comme création littéraire10, apporte un éclairage nouveau au sujet de la rédaction de la Crónica de Álvaro de Luna. Cette chercheuse, s’appuyant sur les omissions et les déséquilibres patents dans le récit de la vie d’Álvaro de Luna – les années 1432 à 1440 sont par exemple passées sous silence – propose un découpage de la chronique en deux époques, deux parties donc et évoque la possibilité d’une double rédaction. La première partie reprend la structure ternaire de tout panégyrique qui prescrivait d’abord la louange des ancêtres, puis des actes de jeunesse et, enfin, des actes de l’âge mûr selon un programme fixé dès le prologue11.

  • 12 La Crónica de don Álvaro de Luna s’inscrit dans un genre bien particulier, la chronique chevaleresq (...)

4Les premiers chapitres qui ne seraient pas de la plume de Chacón, sont bien consacrés à exalter le lignage des Luna, dont furent issus un pape, un archevêque, plusieurs commandeurs de l’ordre de Saint-Jacques ainsi que de valeureux capitaines…, par contre la bâtardise d’Álvaro de Luna est à peine évoquée. La chronique prend ensuite en charge la narration des faits tout en opérant un choix dans les évènements marquants de la vie publique du Connétable : ne sont ainsi narrés en détail que les victoires militaires du Connétable, le siège d’Atienza, la bataille décisive d’Olmedo et enfin le siège de Palenzuela. Les exploits militaires scandent l’ascension du personnage, méritée de par ses vertus et sa noblesse et donnent lieu à la représentation de tableaux hauts en couleurs, statiques, entendus, voire topiques. L’écriture se caractérise par le recours à l’énumération et l’accumulation, le narrateur n’intervient que pour louer de manière redondante et emphatique la loyauté du personnage envers son roi. Tous ces procédés induisent un rythme relativement monotone et une permanence des caractères dépeints qui les transforment en stéréotypes : le chevalier valeureux et fidèle, le roi versatile…12

  • 13 CAL, prologue, p. 4.

Pues si en el nuestro magnánimo e muy virtuoso e bienaventurado don Álvaro de Luna, maestre de Santiago, condestable de Castilla, tan notoriamente tantas partes de virtud resplandescen, e tanta grandeza de claros fechos pregona su nombre magnífico, que todas estas cosas junta e perfectamente las unas acompañadas de las otras en él relumbran e permanescen, ¿por qII por contemporal e de nuestra tierra le negaremos aquella gloria que a los pasados y de fuera della tan de buena mente otorgamos ?13

  • 14 Lire à ce propos Dolores PELÁEZ BENÍTEZ, « Funciones del narrador en la Crónica de don Álvaro de Lu (...)
  • 15 C. MONTERO GARRIDO, op. cit., p. 86.

5La seconde partie – quelque deux cents pages sur les quatre cent cinquante que comprend la Crónica, du chapitre 71 au 128 – est entièrement consacrée à non narrer mais bien mettre en scène les derniers mois de la vie du protagoniste frappé par la disgrâce royale jusqu’à sa mort sur l‘échafaud, la finalité étant de dénoncer l’iniquité de la sentence qui frappa le Connétable. Le narrateur, sans doute Chacón, entend notamment grâce à l’amplicatio démontrer la causalité des actions qui conduisirent à sa fin tragique, et, délaissant l’énumération des actions, va se focaliser sur la peinture des passions à l’origine du drame14. Les personnages ne sont plus alors des stéréotypes mais bien des hommes de chair et de sang, avec leurs émotions et affects qui, au sens premier, les meuvent, les transforment et les font agir15. Les différences relevées entre les deux parties de la chronique, sur un même sujet, un même personnage, prouvent que la présence réitérée des affects et des émotions dans les chapitres 71 à 128 répond à une stratégie d’écriture, elle-même fonction de la finalité de l’œuvre.

6Cette seconde partie se caractérise de plus par une écriture plus soignée qui donne la part belle aux dialogues, à des métaphores et des digressions dans lesquelles le narrateur commente non seulement les faits mais également la réaction des personnages, leurs sentiments également – la vergogne ou la tristesse par exemple. Il y a bien exposée toute une casuistique des affects mise au service d’un discours épidictique, comme dans le chapitre narrant le soulèvement de Tolède en 1451 :

  • 16 CAL, chap. 86, p. 255.

Ya de suso se fizo mención del sentimiento e grave enojo que el buen Maestre en su corazón tenía por cabsa de los fechos de Toledo, e por la rebellión de aquella çibdad, tan atrevida e tan deslealmente contra el Rey su señor cometida. La qual cosa él tenía plantada e tanto arraygada en el ánimo suyo, a que ninguna otra era, segúnd lo que dél se conosçía, la que en aquel tienpo mayor afliçión del espíritu suyo, nin mayor congoxa le diesse16.

  • 17 Lire à ce sujet Piroska NAGY, « Les émotions et l’historien. De nouveaux paradigmes », in : Émotion (...)

7On retrouve là tout un lexique de l’affectus17 : d’une part, « corazón », « ánimo », « espíritu » termes qui renvoient au siège des émotions et, d’autre part, « sentimiento », « enojo », « aflición », « congoxa » qui construisent tout un registre de sentiments douloureux.

8Cette insistance sur le pathos est d’autant plus patente qu’elle est renforcée par le rôle d’acteur que se donne le narrateur dans la diégèse : fidèle entre les fidèles, Chacón suit, surtout durant les derniers mois – il est alors un jeune écuyer lettré – son maître, le conseille, assiste aux entrevues se déroulant entre le monarque et le Connétable emprisonné, prend les armes pour le défendre et exprime par une gestuelle et des paroles sa douleur lorsqu’il assiste à l’arrestation de son maître :

  • 18 CAL, chap. 123, p. 404.

¿ Quién fuera aquel que pudiera contener e refrenar las lágrimas, veyendo el llorar, y el solloçar, e el doloroso clamor que todos aquellos criados suyos, así el Gonzalo Chacón como los otros, puestas las rodillas en tierra, fazian ? Diziéndole:
- Señor, ¿ cómo nos dexáys assi ? ¿ A donde vos ys ? Con vos, Señor, quermos yr, e si vos preso, nosotros presos, e si vos muerto, nosotros muertos ; e la muerte nos será vida, más que vivir sin vuestra merced
18.

  • 19 Lucien FEBVRE, « La sensibilité et l’histoire. Comment reconstituer la vie affective d’autrefois ?  (...)

9L’on sait depuis Lucien Febvre19 combien Histoire et émotions sont liées, et elles le sont d’autant plus lorsque celui qui narre l’Histoire intervient dans les faits narrés, s’implique émotionnellement et prend partie pour ou contre son héros. Dans le cas de ce que j’appellerai, pour la distinguer de la première partie louangeuse, la chronique de Chacón, les affects sont le plus souvent exprimés de façon explicite, et non pas de façon détournée ; de plus, ils sont souvent sont mis en scène, mais sont-ils pour autant, de quelle manière et dans quelle mesure, des arguments prouvant l’innocence du Connétable et donc l’injustice qui lui est faite ?

10L’exposition des émotions s’effectue dans la chronique selon trois niveaux ; il y a tout d’abord le personnage qui tient le premier rôle, Álvaro de Luna, dont les actes et les sentiments sont rapportés ; ensuite nous avons la personne de Chacón, à la fois narrateur et acteur, qui décrit ses propres émotions, au moment des évènements mais également au moment où il rédige sa chronique, faisant de son ressenti un sentiment permanent ; il endosse alors le rôle de témoin et, par l’empathie qu’il éprouve envers son maître, se donne à voir comme une sorte de double qui amplifie et répercute les affects éprouvés par le Connétable. Mais Chacón est également à considérer comme un pont entre l’Histoire qui se déroule discursivement et le lecteur à qui il s’adresse de façon réitérée, par des apostrophes assorties souvent d’exclamations ou de questions rhétoriques, comme dans le chapitre 82 où il compare le Connétable bataillant aux héros de l’Antiquité :

  • 20 CAL, chap. 82, p. 242.

¡ Oh, pues, si vieras tú, quien quier que seas, el que aquesto lees, por qué manera él esforçaba a los uno a ira, animaba a los otros, reprendía e retaba a algunos en aquel combate, non dubdo que por çierto dixeras que aquel famoso troyano Héctor, o más verdaderamente aquel mismo Mares, que los poetas dizen ser dios de las batallas e de los fechos de armas, no pudiera averse mostrado nin aver seydo más diestro nin más esforçado que el nuestro maestre se mostró en aquella hora en aquel fecho !20

11Le lecteur est alors sommé de participer à travers la lecture au drame qui se joue et d’éprouver ce qu’éprouve le narrateur, lui-même écho amplifié de ce que ressent le personnage principal. On retrouve bien dans ces trois niveaux ce qu’expose Aristote dans la Rhétorique au sujet des preuves inhérentes à tout discours :

Les preuves inhérentes au discours sont de trois sortes : les unes résident dans le caractère moral de l'orateur ; d'autres dans la disposition de l'auditoire ; d'autres enfin dans le discours lui-même, lorsqu'il est démonstratif, ou qu'il parait l'être21.

12Mais la disposition de l’auditoire dépend également, au-delà même de sa forme démonstrative, du contenu, c’est-à-dire des motifs développés et des valeurs sous-jacentes, motifs que je dois à présent analyser.

13La majorité des épisodes se déroulent à la cour de Jean II, une cour itinérante qui se caractérise, en accord avec l’atmosphère culturelle de cette première moitié du XVe siècle européen, par le luxe, l’ostentation et les fêtes courtoises. C’est ainsi qu’Álvaro de Luna reçoit en 1448 le roi dans son fief, le château d’Escalona, et organise durant son séjour joutes et tournois afin de lui complaire ou plutôt précise le texte, pour qu’il en ait « plaisir » :

  • 22 CAL, chap. 74, p. 216-217.

Grand plazer ovo el Maestre como supo que el Rey e la Reyna se venían a la su villa de Escalona ; e luego pensó de les ordenar grandes fiestas, con que oviessen plazer. E aqueste mandó el Maestre ordenar lo más alta e magníficamente que pudo ; por que el Rey entre tantos afanes e trabajos como cada día rescebía, oviesse allí algúnd alegría e plazer22.

  • 23 Ibid., chap. 74, p. 217.

14Cette réciprocité des sentiments, signifiée à travers l’emploi répété de « plazer » fonde selon le chroniqueur le lien unissant le roi à son favori et doit se voir comme la meilleure preuve de la noblesse de son héros ; cette correspondance entre les deux personnages est par ailleurs exprimée en des termes plus explicites puisque le narrateur emploie le mot « amor », ce terme étant à comprendre comme « amistad » dans la société médiévale. On lit en effet « […] antes (Álvaro de Luna) ponía atrás todo amor e deseo por lo que conplía a su servicio del Rey, e honrra de la su real corona23 », déclaration à laquelle le monarque ne manque de répondre sur le même registre :

  • 24 Ibid.

- Como quiera que yo, Maestre, non vos querría partir de mí un solo día, ansí porque estando vos en mi corte es ella más ennoblescida e yo más temido, como porque vos amo mucho…24

  • 25 Lire par exemple les chapitres 78 (p. 227-229) et 82 (p. 237-243).

15Cette amicitia renvoie au lien de vasselage, ici idéalisé, et à la proximité physique, et donc affective, qui en découle, et s’inscrit dans le contexte feudal nourri des valeurs chevaleresques. Le courage guerrier est bien sûr exalté et les récits de combats et affrontements25 abondent certes mais leur narration sert surtout à exalter un sentiment chevaleresque essentiel, en lien direct avec l’amitié : la loyauté. Ainsi, comme une sorte de leitmotiv parcourant ces quelque deux cents pages, on retrouve sous la plume de Chacón l’affirmation de la totale abnégation du Connétable envers son roi. Par exemple, dans le chapitre 96, délaissant la narration, le locuteur s’adresse directement au Connétable afin de donner plus de force et d’actualité à ses propos :

  • 26 CAL, chap. 86, p. 255.

- […] ca por el grande e sin comparaçión amor e afiçión que siempre oviste, e en estos días continuamente has a tu Rey e tu señor, no miras a ti mesmo, no miras a tu vida ni a tu salud : salvo sólo e prinçipalmente a lo que conosçes que es la vida e salud de tu rey, e ensalçamiento de su Real estado y persona26.

  • 27 Voir à ce propos Damien BOQUET et Piroska NAGY, Sensible Moyen Âge. Une histoire des émotions dans (...)

16L’emphatisation du discours concourt à la dramatisation, discours qui, se fondant uniquement sur l’affect, court-circuite en quelque sorte la réflexion et l’examen des raisons qui pourraient expliquer l’éloignement du roi, car si la vie courtoise est bien la toile de fond de ce récit son objet véritable est bien le récit d’une passion. À ce titre ce sont les sentiments et affects négatifs, la colère, la tristesse, la peur, la vergogne ou plutôt le manque de vergogne…, qui vont occuper le devant de la scène. On assiste bien à ce que l’on pourrait nommer une scénarisation de la puissance émotive qui va de pair avec une ritualisation de l’émotion27.

17La colère du Connétable est par exemple toujours suscitée par la trahison ou la rébellion au Roi ou à lui-même (ce qui pour lui semble revenir au même), on retrouve là le motif topique des dangers de la cour, lieu de l’envie, de la jalousie et des intrigues. Cette colère d’ailleurs ne débouche pas sur un quelconque acte du Connétable mais bien sur une grande tristesse signe de la passivité (dans tous les sens du terme) même du sujet :

  • 28 CAL, chap. 91, p. 288.

[…] ca por el grande e sin comparaçión amor e afiçión que siempre oviste, e en estos días continuamente has a tu Rey e tu señor, no miras a ti mesmo, no miras a tu vida ni a tu salud : salvo sólo e prinçipalmente a lo que conosçes que es la vida e salud de tu rey, e ensalçamiento de su Real estado y persona28.

  • 29 Ibid., chap. 123, p. 341

18Attitude émotive qui contraste avec celle de celui qui est, selon Chacón, le responsable de la disgrâce du Connétable, Alfonso Pérez del Vivero, comparé au « traydor Judas Escariote », caractérisé par une série de qualificatifs (« malino, iniqua persona, perverso… ») et dont les paroles vont précisément influencer non le jugement du roi mais bien ses sentiments : « Este malvado honbre, no solamente con su viperina e ponçoñossa lengua e iniquo tratar sope infiçionar el coraçón del Rey »29.

  • 30 CAL, chap. 121, p. 384.

19L’image du traître, outre de fournir une explication plausible à la chute du Connétable, sert aussi de contre-modèle, les vertus d’Álvaro de Luna n’en étant que plus éclatantes surtout lorsqu’il décide, comme l’hermine qui refuse toute tache, de perdre la vie plutôt que l’honneur (« pospuso la vida por el honor30 »). Et l’on voit bien que le recours à l’argument de l’affect va de pair avec une vision tranchée des choses et des êtres ; cette dichotomie entre le Bien et le Mal, la loyauté et la félonie, Vivero et le Connétable est du ressort du sensible et non du jugement.

  • 31 Sur cette notion consulter Ruth AMOSSY, L’argumentation dans le discours (1e éd. 2000), Paris : Arm (...)

20Cette relégation au second plan de l’histoire événementielle et donc de l’exposition de la causalité des faits permet de plus le recours à l’indignation, argument majeur de l’affect surtout lorsqu’il est en charge par un narrateur ou ethos moral31 :

  • 32 CAL, chap. 96, p. 287-88.

Mas ¡ oh trabajado e martirizado Maestre, que los fechos e los altos negoçios del reyno reposa, e han descanso en tí, e tú por cabsa de aquéllos te consumes, e ningun reposso e ningúnd descanso rescibes ! Por çierto non sin cabsa los altos poetizantes dixieron e fingieron que el amor es çiego, lo cual sin duda alguna se conosce, e se conosçió bien en tí…32.

21Les exclamations, apostrophes, images, la réitération d’un même vocabulaire ainsi que le recours à une Auctoritas (même si elle vague), accroissent l’impression de présence du locuteur tout en rendant plus vivantes, plus convaincantes donc, la situation et les émotions mises en scène.

22Et s’il y a bien récit il y a surtout une exposition et une instrumentalisation de l’affect suivant deux paradigmes, le premier est celui des valeurs chevaleresques, qui, n’en doutons pas, étaient celles du lecteur aristocratique visé par Chacón et également celles du public réel du XVIe siècle, le second étant le paradigme christique. Comment ne pas remarquer en effet les allusions à la Passion du Christ, les comparaisons implicites entre le Connétable et le Christ : la présence du traître, les termes de « leal, buen Maestre, animoso » et surtout « martirizado » ; comme pour le récit des Évangiles la narration est marquée par la fatalité, et la mort sur l’échafaud semble un accomplissement pour un Connétable martyr abandonné par son roi. Le récit du supplice sur l’échafaud est soumis à une reconstruction allant dans ce sens. En effet, tous les signes de la mort infamante sont donnés : le trajet jusqu’à la place à dos de mule, l’humilité du condamné et aussi son humiliation, les mains liées, la populace venue au spectacle – mais qui fera silence au moment fatidique –, ce martyre d’un chrétien exemplaire devant qui nul ne peut rester insensible devenant l’ultime argument du plaidoyer.

  • 33 Ibid., chap. 128, p. 432.

E como de los mártyres se cuenta que iban con el alegre cara a rescibir martyrio e muerte por la Fe de Jesu-Christo, semejantemente iba el bienaventurado Maestre, sin turbaçión alguna que en su gesto paresciesse, a gustar e tragar el gusto e trago de la muerte, conosçiendo de sí mismo que siendo inocente, e sin cargo nin culpa alguna contra el rey su señor, e por aver usado todos tienpos de bondas e de virtud e de lealtad acerca dél, le daban la muerte que yba a rescibir. Esforçándose en Dios, e tenyéndose por creydo que Dios lo quería bien en aquel passo, e lo quería para sí, e que por los otros pecados suyos le plazía que él resçibiesse aquella muerte por fierro, e assí pública e pregonada33.

23L’argument de l’affect peut être, au-delà (ou en plus) de l’expression de sentiments éprouvés ou déclarés, une gestuelle, des expressions, c’est-à-dire des manifestations physiques. Ainsi Chacón devant la mort éminente de son maître se laisse aller au désespoir :

  • 34 CAL, chap. 120, p. 384.

Chacón se echa tan brava e cruelmente las manos, e se comiença de messar sus cabellos tan sin piedad a que esto era una gran compasión e un gran dolor de lo ver, deziendo él algunas bien lastimosas e dolorosas palabras34.

24Tout comme les mots les gestes sont performatifs. Ils sont un langage, peut-être pas universel, mais bien partagé par une société donnée, et sont une traduction immédiate, hautement significative, symbolique, pourrait-on dire, des émotions et des passions. Chacón, comme les pleureuses de l’Antiquité, par sa gestuelle – il s’arrache les cheveux –, fait ou incarne le désespoir ; le lecteur est alors doublement touché car à l’image du Connétable marchant vers l’échafaud se superpose celle d’un serviteur loyal plongé dans l’affliction et surtout le manifestant.

  • 35 Lire à ce sujet D. BOQUET et P. NAGY, op. cit., p. 22-45.
  • 36 Thomas d’Aquin consacre 26 questions (questions 22 à 48) aux affects dans la Prima secundae, http:/ (...)

25Cette dernière remarque pose la question de la place des émotions dans l’anthropologie chrétienne médiévale35. Nombreux sont les théologiens qui considèrent les affects humains comme une entrave à l’élévation spirituelle, néanmoins tous reconnaissent que le Christ en se faisant homme et en souffrant la Passion dispose de la capacité à pâtir, qui, pour certains, est le fondement même de son humanité. Pour Augustin, tout homme a une responsabilité morale vis-à-vis de ses émotions qu’il se doit de contrôler – on retrouve là l’une des quatre vertus cardinales prônées dès l’Antiquité, la mesure – et l’évêque d’Hippone établit une distinction entre les élans du cœur qui, ajoute-t-il, peuvent contenir une aptitude cognitive et les élans trouvant leur source dans la chair. L’émotion serait donc à double tranchant, par exemple la honte serait positive car elle rend possible le rachat tandis que la passion amoureuse serait négative car elle éloigne l’homme de Dieu. Cependant, au XIIIe siècle, on assiste à une évolution de la réflexion sur les mouvements de l’âme et les émotions : même celles qui trouvent leur origine dans la chair ne sont plus, ou pas uniquement des perturbations néfastes ; naturelles, elles apparaissent comme le lien entre le corps et l’âme, et, selon saint Thomas36 sont l’expression à la fois de la fragilité et de la liberté de l’existence humaine. Cette réhabilitation des émotions, sous certaines conditions, marque un tournant dans les mentalités de cette fin du Moyen Âge, et trouve son expression dans des traités proposant une taxinomie des affects, et aussi dans la littérature et dans l’art de l’époque gothique.

  • 37 Lire à ce sujet P. NAGY, Le don des larmes au Moyen Âge, Paris : Albin Michel (Bibliothèque Histoir (...)
  • 38 Évangile selon Mathieu, 5-5. La Bible, trad. de Lemaître de Sacy, Paris : Robert Laffont (Bouquins) (...)

26La chronique de Chacón participe-t-elle de cette restauration de l’affect comme inhérent à la nature humaine, affect à la fois moteur et conséquence des actions humaines ? Il semblerait que oui, toutefois cette mise au premier plan des émotions dans le récit n’exclut pas le contrôle ni même la manipulation des émotions décrites et exposées. Je prendrai comme exemple le cas des larmes, qui, entre les gestes, sont les signes affectifs les plus polysémiques et les plus efficaces dans une entreprise de persuasion37. De la parole du Christ : « Bienheureux ceux qui pleurent, parce qu’ils seront consolés »38 naît le don des larmes, qui permet de purifier son âme et aussi d’obtenir la grâce, celle des hommes comme celle de Dieu. Les pleurs sont traditionnellement attachés à l'expression de la tristesse et de la douleur, c’est ainsi que l’on doit comprendre les larmes des fidèles du Connétable, dont la mention acquiert une force supplémentaire du fait du recours à une question rhétorique :

  • 39 CAL, chap. 115, p. 404.

¿ Quién fuera aquel que pudiera contener e refrenar las lágrimas, veyendo el llorar, y el solloçar, e el doloroso clamor que todos aquellos criados suyos, así el Gonzalo Chacón como los otros, puestas las rodillas en tierra fazían ?39

27Mais les larmes sont également un instrument pour signifier et parfois pour tromper autrui comme lors de l’épisode de la mort de Vivero, en fait un assassinat perpétré par les hommes du Connétable : ce dernier simule la plus grande tristesse, se répand en lamentations feintes et pleure :

  • 40 Ibid., chap. 123, p. 354-355.

- Ved señores, qué descanso me estaba guardado para en la edad en que so ; ca en este criado mío descansaban todos mis fechos ; en él avían reposo todos mis negocios, e yo por consiguiente con ellos.
Deziendo por semejante otras muchas palabras de grand lástima e sentimineto, mezcladas con asaz lágrimas e sospiros
40.

28Plus significatif encore est le commentaire de Chacón qu’il ne peut s’éviter de donner, afin de justifier la tromperie du Connétable qui est contraire au code chevaleresque, commentaire qui révèle du pragmatisme voire un certain cynisme :

  • 41 Ibid., chap. 123, p. 355.

Non se puede negar por çierto que en este passo e en este fecho el egregio Maestre mostró e dió a conosçer el grand saber e entender suyo ; ca segúnd dize el Sabio « aquel es digno de ser señor que entre cosas de virtud, e de prez, e de valor que en él aya, sabe algunas bezes, quando el caso lo requiere, mostrar de sí plazer, aunque non lo aya, o tristeza, aunque no la sienta, ca así lo requiere la condiçión del mundo e sus mudanças »41.

  • 42 Gilles de ROME, De regimine principum, Édition moderne de Samuel Pau Molenaerl : Li livres du gouve (...)

29La maîtrise des émotions et de leur paraître est donc, selon le narrateur, essentielle : l’affect, sorte de code social, révèle alors sa dimension politique. Les émotions affichées, qu’elles soient vraies ou simulées, participeraient directement de l’acte d’influencer, de dominer et donc de gouverner. Ce rôle de l’affect est d’ailleurs explicitement reconnu dans les Miroirs du Prince : Gilles de Rome, par exemple, dans le De regimine principum42, s’inspirant d’Aristote, développe dans une première partie ce qu’il nomme le gouvernement de soi et prône l’équilibre et la mesure tout en reconnaissant la dimension politique des manifestations émotives à travers le caractère modélique de la personne du Prince et la nécessité de celui-ci de se montrer, et donc de s’exposer. Manifester ses émotions revient pour le Prince à ordonner, à exclure, notamment lors des sentences publiques, et, surtout, à transmettre des valeurs qui, si elles sont partagées, fondent la communauté politique et garantissent l’ordre existant. L’émotion est donc politique.

  • 43 Lire à ce sujet Marianne G. BRISCOE, Artes praedicandi, Turnhout : Brepols, 1992 ; et Thomas M. CHA (...)
  • 44 Voir à ce propos Antonio Giménez, « El problema del género en la "Crónica de don Álvaro de Luna" », (...)

30De plus, l’insistance sur l’usage raisonné des émotions dans les pratiques de pouvoir dans de nombreux traités prouve le lien, ou plus exactement, la complémentarité existant entre le cognitif et l’affectif. Ceci est d’autant plus vrai dans le domaine religieux. On sait, qu’à partir du XIIIe siècle, une nouvelle religiosité voit le jour, influencée par les ordres mendiants dont les membres insistent sur le rôle de l’émotion sincère et l’empathie avec le Christ. Les Artes praedicandi développent d’ailleurs tous la théorie de l’éducation émotive : les sermons sont bien des discours destinés à provoquer des émotions afin d’enseigner et d’éduquer le peuple chrétien43. Et il n’est pas étonnant que la chronique de Chacón fasse ce que j’appellerai un usage immodéré des affects et des passions dans un récit s’inspirant de l’hagiographie et des sources scripturaires et oscillant entre l’écriture chronistique et la fiction chevaleresque44. L’émotion est également littérature.

  • 45 D. BOQUET et P. NAGY, op. cit., p. 12.

31L’analyse de la seconde partie de la chronique du Connétable démontre de plus que les émotions sont ou doivent être contagieuses45 afin d’être significatives : dans le texte analysé le narrateur, les personnages (Álvaro de Luna, et aussi le personnage Chacón) ainsi que lecteur visé sont censés partager les mêmes croyances et les mêmes valeurs, chevaleresques et chrétiennes, et forment ce que Damien Boquet et Piroska Nagy appellent une communauté émotionnelle. Les affects ne deviennent en effet des arguments que lorsqu’ils sont partagés par autrui et respectent des prescriptions, des normes et des représentations topiques ; les affects, vécus, racontés ou mis en scène dans la chronique ont bien un double objectif : influencer le jugement (ce terme renvoyant à la raison), et aussi le parti-pris (ce qui est de l’ordre du ressenti) du lecteur.

  • 46 J. HUIZINGA, L'Automne du Moyen Âge (1ère éd. 1919), Paris : Payot, coll. « Petite Bibliothèque Pay (...)
  • 47 Norbert Elias, La civilisation des mœurs, trad. de Pierre Kamnitzer, Paris : Calmann-Lévy, 1973 ; s (...)

32Enfin, dernier point, la mise en scène planifiée, orchestrée et efficiente des affects et émotions, leur mise en écriture théâtrale et quelque peu ampoulée dans un but de propagande déclaré dès le prologue, réhabiliter la mémoire du Connétable, permet, si besoin était, de revenir une fois de plus, afin de mieux la débouter, sur la vision de Johan Huizuinga qui, dans son œuvre majeure, par ailleurs admirable, L’automne du Moyen Âge46, décrit les émotions médiévales comme violentes, incontrôlées et donc dénuées de sens, thèse reprise et amplifiée par les travaux de Norbert Elias47 qui voit dans l’époque médiévale, notamment à travers des témoignages d’émotions collectives, l’enfance de l’Occident. N’en doutons pas, au Moyen Âge, comme aujourd’hui, les affects et émotions sont un langage codifié, raisonné, qui fait sens, d’autant plus persuasif qu’il concerne la totalité de la personne, sa raison, son cœur et son corps.

Haut de page

Notes

1 Álvaro de Luna, de noblesse aragonaise, fut le privado de Jean II (1407-1454) et, durant plus de trente ans, gouverna en ses lieu et place suscitant le mécontentement d’une grande partie de la haute noblesse menée par les infants d’Aragon, cousins du roi. Connétable de Castille et comte de San Esteban de Gormaz, Álvaro de Luna devint, après la bataille d’Olmedo qui, en 1445, consacra son pouvoir, Maître de l’Ordre de Saint-Jacques. Mais l’opposition au Connétable se renforça par la suite, sans doute sous l’influence de la seconde épouse de Jean II, Isabelle de Portugal. Accusé de trahison, d’abus de pouvoir, de meurtre, Álvaro de Luna fut arrêté à Portillo, emprisonné et jugé de façon expéditive ; il mourut décapité à Valladolid le 2 juin 1453. Consulter à ce sujet José SERRANO BELINCHÓN, De la vida, prisión y muerte de don Álvaro de Luna, Guadalajara : Aache, 2000 ; José Manuel CALDERÓN ORTEGA, Álvaro de Luna : riqueza y poder en la Castilla del siglo XV, Madrid : Dy Kinson, Centro Universitario Ramón Carande, 1998 ; du même auteur, Álvaro de Luna (1419-1453) : colección diplomática, Madrid : Dy Kinson, 1999 ; et Béatrice LEROY, « Autour d’Álvaro de Luna, une suite d’usurpations ou un exemple de chevalerie ? », in : L’univers de la chevalerie en Castille. Fin du Moyen Âge-début des Temps Modernes, Jean-Pierre Sánchez (dir.), Paris : Éditions du Temps, 2000, p. 104-118.

2 Crónicas de los Reyes de Castilla, éd. don Cayetano Rosell, Madrid, B.A.E., 1953, tome 2, Crónica de Juan II, p. 551-695.

3 Crónica del Halconero de Juan II, Pedro Carillo de Huete, éd. Juan de Mata Carriazo, Madrid : Espasa-Calpe, 1946.

4 Sur cet auteur consulter Julio RODRÍGUEZ PUERTOLAS, Poesía de protesta en la Edad Media castellana, Madrid : Gredos, 1968.

5 Fernán PÉREZ de GUZMÁN, Generaciones y semblanzas, éd. Robert Tate, Londres : Tamesis Books Limited, 1980.

6 Alfonso de PALENCIA, Gesta Hispaniensia ex annalibus suorum dierum collecta, éd. bilingue et trad. espagnole Brian Tate et Jeremy Lawrance, Madrid : Real Academia de la Historia, 1998.

7 Crónica de don Álvaro de Luna, Condestable de Castilla, Maestre de Santiago, éd. Juan Mata de Carriazo, Madrid : Espasa-Calpe, 1940, p. 4-5. Désormais CAL.

8 Lire à ce propos Ghislaine FOURNÈS « De la mort infamante à la glorification : le cas d’Álvaro de Luna », in : Entre ciel et terre. La mort et son dépassement dans le monde hispanique, éd. Daniel Lecler et Patricia Rochwert-Zuili, Paris : Indigo, p. 143-155.

9 Lire à ce propos l’étude préliminaire de Juan de Mata Carriazo, CAL, p. XXIV-XXV.

10 Cruz MONTERO GARRIDO, La Historia, creación literaria. El ejemplo del cuatrocientos, Fuentes Cronísticas de la Historia de España, 8, Madrid : Fundación Ramón Menéndez Pidal, Universidad autónoma de Madrid, 1994.

11 Ernst Robert CURTIUS, La littérature européenne et le Moyen Âge latin, trad. J. Brejoux, Paris : PUF, 1956, p. 193.

12 La Crónica de don Álvaro de Luna s’inscrit dans un genre bien particulier, la chronique chevaleresque, qui connaît un succès considérable en Castille comme dans tout l’Occident chrétien en cette fin du Moyen Âge. Lire à ce propos Élisabeth GAUCHER, La biographie chevaleresque. Typologie d’un genre (XIIIe-XVe siècle), Paris : Honoré Champion, 1994.

13 CAL, prologue, p. 4.

14 Lire à ce propos Dolores PELÁEZ BENÍTEZ, « Funciones del narrador en la Crónica de don Álvaro de Luna », Actas del II Congreso Internacional de la Asociación Hispánica de Literatura Medieval (Segovia, del 5 al 19 de octubre de 1987), t. 2, José ManuelLUCÍA MEGÍAS, Paloma GARCÍA ALONSO et Carmen MARTÍN DAZA (éd.), Alcalá de Henares : Universidad de Alcalá, 1992, p. 631-641.

15 C. MONTERO GARRIDO, op. cit., p. 86.

16 CAL, chap. 86, p. 255.

17 Lire à ce sujet Piroska NAGY, « Les émotions et l’historien. De nouveaux paradigmes », in : Émotions médiévales, Critique, Revue Générale des publications françaises et étrangères, janvier-février 2007, tome 62, n° 716-717, p. 10-22, voir plus particulièrement p. 17.

18 CAL, chap. 123, p. 404.

19 Lucien FEBVRE, « La sensibilité et l’histoire. Comment reconstituer la vie affective d’autrefois ? », Annales ESC, 1941, p. 221-238.

20 CAL, chap. 82, p. 242.

21 ARISTOTE, La Rhétorique, Livre I, Chapitre 2, 2. http://www.ecolederhetorique.com/download/pdf/Aristote-Rhetorique.pdf. Consulté le 11 mai 2016.

22 CAL, chap. 74, p. 216-217.

23 Ibid., chap. 74, p. 217.

24 Ibid.

25 Lire par exemple les chapitres 78 (p. 227-229) et 82 (p. 237-243).

26 CAL, chap. 86, p. 255.

27 Voir à ce propos Damien BOQUET et Piroska NAGY, Sensible Moyen Âge. Une histoire des émotions dans l’Occident médiéval, Paris : Seuil, 2015, p. 342.

28 CAL, chap. 91, p. 288.

29 Ibid., chap. 123, p. 341

30 CAL, chap. 121, p. 384.

31 Sur cette notion consulter Ruth AMOSSY, L’argumentation dans le discours (1e éd. 2000), Paris : Armand Colin, 2010, plus particulièrement p. 52-70.

32 CAL, chap. 96, p. 287-88.

33 Ibid., chap. 128, p. 432.

34 CAL, chap. 120, p. 384.

35 Lire à ce sujet D. BOQUET et P. NAGY, op. cit., p. 22-45.

36 Thomas d’Aquin consacre 26 questions (questions 22 à 48) aux affects dans la Prima secundae, http://catholiquedu.free.fr/somme/3sommetheologiqueIa-IIae.htm. Consulté le 11 octobre 2016.

37 Lire à ce sujet P. NAGY, Le don des larmes au Moyen Âge, Paris : Albin Michel (Bibliothèque Histoire), 2000.

38 Évangile selon Mathieu, 5-5. La Bible, trad. de Lemaître de Sacy, Paris : Robert Laffont (Bouquins), p. 1271.

39 CAL, chap. 115, p. 404.

40 Ibid., chap. 123, p. 354-355.

41 Ibid., chap. 123, p. 355.

42 Gilles de ROME, De regimine principum, Édition moderne de Samuel Pau Molenaerl : Li livres du gouvernement des rois, New York : Columbia University Press, 1899 ; rééd. New York : AMS Press, 1966.

43 Lire à ce sujet Marianne G. BRISCOE, Artes praedicandi, Turnhout : Brepols, 1992 ; et Thomas M. CHARLAND, Artes praedicandi. Contribution à l’histoire de la rhétorique au Moyen Age, Paris : Vrin, 1936.

44 Voir à ce propos Antonio Giménez, « El problema del género en la "Crónica de don Álvaro de Luna" », Boletín de La Real Academia Española, tomo 4-cuaderno 206, 1975, p. 531-550.

45 D. BOQUET et P. NAGY, op. cit., p. 12.

46 J. HUIZINGA, L'Automne du Moyen Âge (1ère éd. 1919), Paris : Payot, coll. « Petite Bibliothèque Payot », 2015.

47 Norbert Elias, La civilisation des mœurs, trad. de Pierre Kamnitzer, Paris : Calmann-Lévy, 1973 ; suivi de La dynamique de l’Occident, trad. de Pierre Kamnitzer, Paris : Calmann-Lévy, 1975.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ghislaine Fournès, « De l’usage des affects dans la Crónica de Álvaro de Luna (Castille, XVe siècle) », e-Spania [En ligne], 27 | juin 2017, mis en ligne le 12 juin 2017, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://e-spania.revues.org/26631 ; DOI : 10.4000/e-spania.26631

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org