Skip to navigation – Site map
L’argument de l’affect dans l’historiographie médiévale

Au cœur de la dissemblance : argument de l’affect et traduction dans la dynamique scripturale des chroniques. Le cas de l’Histoire d’Espagne d’Alphonse X

Corinne Mencé-Caster

Abstracts

L’écriture des chroniques historiques médiévales, telle celle de l’Histoire d’Espagne d’Alphonse X, constitue un espace original où la traduction vise avant tout à offrir aux récepteurs un miroir ressemblant, dans la dissemblance même des textes-sources. La traduction-recréation peut, en effet, s’analyser comme désir de soi qui s’abime dans la quête de l’Autre, sans renoncer pour autant à l’inscription d’une différence. Elle implique, de fait, un certain nombre de stratégies identificatoires, qui vont dans le sens de la construction de l’image textuelle d’un « ego affectus » séduisant et vraisemblable. Je me propose donc d’analyser cet argument de l’affect comme un medium, qui travaille l’écriture traductive, de manière à y inscrire un ethos du désir, adoucissant l’austérité du logos.

Top of page

Full text

1Il serait sans doute temps pour prendre en compte, dans sa radicalité, l’épistémè médiévale, de tenir la traduction, non pour une activité autonome, mais bien pour une modalité à part entière de l’écriture narrative au Moyen Âge. Le texte-source fournit, en effet, la matière à transposer dans une nouvelle forme, mais aussi dans une nouvelle langue. Pour recourir à une expression imagée, on pourrait dire, en nous fondant sur l’exemple de la Castille du XIIIe siècle qui nous intéresse plus spécifiquement ici que, par la mise en roman, les scripteurs inventent une écriture qui s’épanouit essentiellement au creux de l’acte de traduire.

2Ces données ne sont pas nouvelles, même si elles méritent d’être incessamment rappelées, ne serait-ce que pour se garder de commettre des anachronismes, tels ceux visant à analyser les traductions médiévales à l’aune de la notion de « fidélité », surtout lorsque celles-ci prennent place dans un processus plus large, incluant la compilation, et de fait, la recréation.

3Je m’attacherai à montrer comment l’écriture de l’Histoire d’Espagne qui met en jeu compilation et traduction ne peut véritablement se comprendre que si on la rapporte aux nouveaux espaces de sociabilité courtoise qui prennent forme entre les XIIe et XIIIe siècles, aux nouveaux cadres de pensée qui permettent de revisiter les rapports entre « chair » et « esprit », entre « affect » et « raison », entre « plaisir » et « vertu ». Le développement du culte marial qui inspire une sensibilité nouvelle, est loin d’y être étranger : si au XIIe siècle, on redécouvrait surtout le Dieu fait homme, et donc l’humanité du Christ, au XIIIe siècle, la Vierge prend de plus en plus d’importance comme mère du Christ et des hommes, tandis que s’affirme encore plus vigoureusement sa figure de médiatrice. C’est Marie qui réintroduit l’humanité pécheresse dans la grâce ; sa maternité spirituelle va engendrer de nombreux ordres mais aussi patronner confréries, cités, universités : les cisterciens deviennent ainsi « fils de Marie ».

4Or, précisément ces mêmes cisterciens vont développer une réflexion originale sur l’ordre de l’affect, en considérant la possibilité d’utiliser l’affect dans la recherche du salut. Il en découle que les puissances sensibles ne sont plus associées uniquement au péché, la puissance concupiscible (distincte de la puissance irascible) pouvant dès lors se concevoir comme la faculté désirante par laquelle l’âme convoite ce qu’elle estime bon pour elle.

5Comment, dans ce cas, ne pas mettre en relation cette quête du salut qui peut emprunter la voie de l’affect avec les attentes nouvelles qui voient le jour en matière de production et de réception de textes et qui confèrent une place de choix au « delectare » ?

6Je me propose donc d’analyser cet argument de l’affect comme medium qui travaille, dans l’Histoire d’Espagne, le cœur même de l’écriture traductive, de manière à y inscrire un ethos de sujet désirant et affecté, prompt à adhérer au programme politique qui y est déployé.

Vers une réhabilitation de l’affect

  • 1 PLATON, République, Paris : Garnier-Flammarion, 1966, 438d-445e, p. 191-199.
  • 2 David N. BELL, « The Tripartite Soul and the Image of God in the Latin Tradition », Recherche de Th (...)
  • 3 Bernard de CLAIRVAUX, Sermon sur le Cantique des Cantiques, « Sermo 6 : In ascensione Domini », Pie (...)

7Comme on sait, la question de la structure tripartite de l’âme raisonnante, concupiscible et irascible a été longuement abordée par Platon dans l’un des passages les plus célèbres de la République1. Mais cette approche tripartite n’est pas exclusive, puisque bien avant Platon, s’était développé un modèle dichotomique qui distinguait entre une âme supérieure et rationnelle et une âme inférieure et irrationnelle. Les écrits pauliniens témoignent de cette vision bipartite, à travers la distinction entre la chair et l’esprit. Ce sont les théologiens latins, traducteurs des Pères grecs, qui, répugnant à parler de « partie » pour l’âme, vont préférer recourir à des termes tels que « vis » (force), « motus » (mouvement) ou encore affectus ou affectio2. Il en est ainsi de Tertullien, dont saint Augustin ne se privera pas de reprendre longuement les arguments, dans sa réflexion sur les conséquences du péché originel : ces arguments évoquent l’humanité du Christ qui, en tant qu’homme, a nécessairement éprouvé le désir (concupiscencia) ou la colère (ira), mais en les maintenant en permanence sous l’égide de sa raison. Cette réflexion ne laissera nullement indifférents les cisterciens pour qui la question des rapports entre l’âme et le corps constitue un enjeu majeur. Si la dignité de l’homme réside dans l’âme seule, le corps est néanmoins reconnu comme jouant un rôle dans la quête de la béatitude. Encore faut-il lever l’obstacle du péché originel qui unit, dans la vie terrestre, la chair et le corps. L’homme est ainsi le siège de conflits qui se jouent à tous les niveaux de son être et qui font de lui un être enraciné dans un mouvement permanent qui est à la fois sa malédiction et la condition de son salut. C’est pourquoi Bernard de Clairvaux3 ne sépare nullement les puissances raisonnante, concupiscible et irascible, les considérant plutôt comme les trois forces par lesquelles l’âme subsiste. La faculté raisonnante se présente d’abord comme la faculté de discerner le bien du mal, et donc, d’acquérir une connaissance de soi et de Dieu. La puissance irascible est un appétit négatif. À l’inverse, la puissance concupiscible est, je l’ai souligné dès l’introduction, la faculté désirante par laquelle l’âme convoite ce qu’elle estime bon pour elle. Dans des développements ultérieurs, Bernard de Clairvaux va articuler les facultés appétitives à la faculté raisonnante, en considérant que le mouvement affectif ne peut exister en dehors de l’activité intellectuelle de l’âme. Il est donc possible de relier les affects à la partie noble de l’âme. Ainsi, comme appétit négatif ou positif, l’affect est bien une projection de l’âme hors d’elle-même. Ce désir mobilise l’âme tout entière, et cet élan vise nécessairement la satisfaction d’un certain désir qui est en lien avec l’appropriation de l’objet convoité. La notion de plaisir, comme on le voit, n’est guère éloignée. Les affects sont donc les moteurs de l’âme, désignés depuis le IVe siècle comme « affectus cordis », ou encore comme « affectus animi », sachant que l’anima accueille les manifestations les plus primitives de la vie émotionnelle, et le cor est le siège des activités rationnelles, et même, spirituelles.

8Il en découle que l’affect est reconnu à la fois comme puissance appétitive et comme désir spirituel, selon un rapport mutuel entre l’affectus cordis et l’affectus anima qui est moins d’opposition que de complémentarité. De fait, le concept d’affect comme élan sensible désigne, en général, sous la plume des cisterciens, l’appétit positif, désir ou amour, ce qui permet précisément une transposition significative, au plan esthétique, à partir notamment de la notion de plaisir. Tournons-nous vers les textes médiévaux pour voir ce qu’ils nous disent de la vision esthétique. Umberto Eco qui a examiné la question nous fournit une analyse féconde :

  • 4 Umberto ECO, « Le problème esthétique chez Thomas d’Aquin », Écrits sur la pensée au Moyen Age, Par (...)

[Pour Saint Bonaventure], [t]oute délectation présuppose la rencontre du sujet avec un objet délectable […]. Au sein de cette relation s’établit un circuit d’amour ; en effet le plaisir le plus grand trouve son accomplissement, non point dans la contemplation des formes sensibles, mais dans l’amour dans lequel le sujet aussi bien que l’objet se révèlent consciemment et activement aimants […]. Cette conception de la contemplation, on la retrouve sous des traits plus spécifiques chez Guillaume d’Auvergne, et dans ce qui a été appelé son « émotionalisme » […]. Dans toutes les définitions de Guillaume d’Auvergne s’introduisent des termes qui renvoient à une disposition cognitive (spectare, intueri, aspicere), et en même temps à un élément affectif (placere, delectare) ; conformément à sa théorie de l’âme (l’âme œuvrerait de façon indivise, pour ainsi dire, en chacune de ses deux opérations, la cognitive et l’affective), il suffit à Guillaume qu’un objet s’offre à un sujet, en manifestant certaines qualités requises pour susciter un sentiment de plaisir empreint d’amour (affectio), qui est à la fois connaissance et aspiration4.

  • 5 Ibid.

9La mise en évidence de ces diverses réflexions sur l’affect comme instance sensible, siège du désir, et ce faisant, de l’amour et du plaisir est de nature à nous aider à mieux cerner la dynamique d’inventivité scripturale qui est en jeu dans la seconde moitié du XIIIsiècle en Castille et ses liens avec le « delectare » qui acquiert une importance de plus en grande aux côtés du « docere ». Les travaux de Fernando Gómez Redondo l’ont bien montré : le développement d’une clergie de cour, en quête de modèles pour mieux s’approprier la nouvelle dynamique des relations sociales et politiques qui s’affirme, est propice à la production et à la diffusion de textes qui inscrivent de tels modèles et projettent un nouvel imaginaire où la vie de cour, par-delà le didactisme inhérent à ces textes, est dépeinte de manière plaisante. La sociabilité courtoise qui se forge, invite à l’élaboration d’une production textuelle capable de fournir des univers reconnaissables, où les « grands sujets » prendront plaisir à se contempler, dans une dynamique  d’identification qui, si elle est bien orchestrée, pourrait être favorable à la « réformation mentale » souhaitée par Alphonse X. Le choix du castillan participe donc de la construction de ce nouvel univers référentiel, en induisant une rupture avec les modèles latins qui ne sont plus en mesure de susciter avec autant de force, ce sentiment d’adhésion, ou pour reprendre les termes d’Umberto Eco, « ce sentiment de plaisir empreint d’amour (affectio) »5.

  • 6 Fernando GÓMEZ REDONDO, Historia de la prosa castellana, Madrid : Cátedra, 1998, 1, p. 51 : « Sean (...)

10Ce n’est donc pas un hasard, si le terme « prosa » survient au même moment dans le scriptorium alphonsin et désigne un espace textuel différent de celui identifié par les poètes de clergie avec le même vocable6. Cette mutation implique, de toute évidence, le déploiement d’un imaginaire autre, en rupture avec celui qui avait été jusqu’alors dominant.

11Comme le souligne Michel Zimmermann, il s’agit non seulement d’écrire une nouvelle langue (écrire en roman/en romance), mais d’inventer, dans cette langue, une écriture qui corresponde aux attentes des nouveaux publics et à l’évolution des mœurs et des mentalités, en plein cœur de cette sociabilité courtoise qui s’affirme. Toutefois, et nous le rappelons brièvement, cette opération d’écriture obéit à un déterminant majeur qui n’est autre que l’imaginaire de l’auctoritas qui lui impose de se rattacher à des textes autorisés, à une matière authentique, et de reproduire en quelque sorte le dit antérieur.

12Comment dès lors lever l’antinomie qui se crée entre cet impératif catégorique de soumission aux sources autorisées et le besoin de renouveau que nous avons mis en exergue précédemment, si ce n’est par une série de « manipulations » textuelles permettant précisément de « faire du neuf », à partir de l’ancien ?

13Ces manipulations sont désormais bien connues, grâce aux divers travaux qui les ont identifiées et explicitées : elles consistent, d’une part, en une refonte de textes par l’opération dite de compilation et, d’autre part, en leur réécriture, par l’opération, sans doute abusivement appelée « traduction », les deux étant fort étroitement liées. Autant dire d’emblée que ladite traduction, dans un tel contexte, intègre inévitablement une dimension de recréation, puisque partant de textes-sources déjà refondus ou en voie de l’être, elle s’attache à recréer dans le texte-cible dont elle est l’aboutissement, un monde qui, sans être méconnaissable en regard de celui du ou des textes(s)-source(s) qu’elle a utilisé(s) comme modèle(s), ressemble à s’y tromper à celui qui fonde l’horizon de ses contemporains.

14Ainsi le traducteur (ou le compilateur-traducteur) n’a d’autre choix que d’explorer consciemment les potentialités enfouies dans les divers textes-sources, pour les rendre aptes à exprimer d’autres mondes possibles que ceux projetés par eux, et singulièrement dans notre cas, l’univers en gestation de la sociabilité courtoise du XIIIe siècle, modélisé certes par Alphonse X, mais intégrant aussi les modèles en circulation imaginés par ses « grands sujets ». Il en résulte que le texte, à l’issue de ces divers processus opératoires, comporte une dimension fictionnelle évidente, comme produit de multiples négociations. Nous en retiendrons deux : la négociation avec « la matière » fournie par les sources autorisées, matière qui doit rester reconnaissable en quelque sorte ; la négociation avec le « lecteur modèle », pour reprendre une expression d’Umberto Eco, dont les attentes ne doivent pas être déçues, ce qui suppose de « redonner une nouvelle vie » aux textes-sources, de les transposer dans une écriture narrative évocatrice qui soit, dans un rapport de ressemblance, avec les « romans » ou « poèmes épiques » qui circulent et rencontrent un vif succès.

Donner une nouvelle vie aux textes-sources ou comment inscrire l’argument de l’affect au cœur même de l’écriture traductive comme réécriture

15Pour mener à bien notre analyse, nous nous proposons de travailler sur un extrait de l’Histoire : le chapitre 57 relatif à la rencontre de Didon et d’Énée. Le récit de la rencontre d’Énée et de Didon est très connu. Depuis l’Antiquité, l’Énéide de Virgile a été abondamment glosée, réécrite, réinterprétée. On sait à quel point ce récit constitue un élément fondateur de la tradition de la Didon non chaste qui, par concupiscence, se laisse aller librement dans la grotte à une passion coupable. Il constitue, en effet, un préambule aux amours tragiques d’Énée et de Didon et donc, un filtre explicatif au motif du suicide de Didon, dans sa version virgilienne. L’autre version, rappelons-le, mettait en scène une Didon prise au piège d’une promesse qui, la contraignant à épouser Iarbas, roi des Gétules, lui ôtait sa liberté de femme et sa souveraineté politique.

16Pourquoi parmi les multiples exemples possibles d’écriture transtextuelle dans l’Histoire, avons-nous choisi de nous attacher au bref récit de la rencontre d’Énée et de Didon ?

17Deux raisons majeures peuvent être évoquées. La première tient à l’intérêt de manifester les liens que le récit historique tisse avec la fiction littéraire dans l’écriture de l’histoire au XIIIe siècle, pour mettre en évidence l’impérative nécessité pour les compilateurs-traducteurs de forger des récits plaisants, palpitants, qui empruntent leurs traits à des modèles narratifs ayant déjà fait leurs preuves. De fait, si le traducteur suit des textes-sources identifiables, notamment pour la « matière », il n’est pas moins certain qu’il emprunte à de nombreux autres, les modèles qui sont les leurs, pour forger un texte qui ressemble à ceux qu’affectionne son « lecteur modèle ».

18On peut, sans trop de difficulté, considérer le chapitre 2 « De adventv Enee in Ytaliam et de regno eivs et de Didone » (l. 1-19) de l’Historia Romanorum de Rodrigue de Tolède, comme l’hypotexte premier du chapitre 57 de l’Histoire d’Espagne, en raison des liens très étroits que l’Histoire, comme macro-texte entretient avec le De rebus Hispaniae. Nous dénommerons cet hypotexte premier, « hypotexte cadre ». Toutefois, il s’avère restrictif de se contenter de cette seule détermination, surtout valable si l’on s’en tient à la trame des faits, c’est-à-dire au canevas narratif.

19En revanche, si l’on s’interroge sur les modèles qui ont pu inspirer Alphonse X dans l’écriture traductive de ce récit, autrement dit, dans sa réécriture, il faut prendre en compte ce que j’ai naguère appelé un « hypotexte esthétique ». Que faut-il entendre par là exactement ?

20Je crois opportun de définir cet « hypotexte esthétique », moins en se référant à un texte ou à plusieurs textes précis, qu’à un modèle de compétence scripturale et stylistique (que l’on pourrait aussi appeler « narratif romanesque »), auquel a recours Alphonse X, pour mettre en narration fictionnalisée, le texte du De Rebus, et l’adapter ainsi au goût de son public du XIIIe siècle, friand de telles narrations.

21Cet hypotexte esthétique couvre un champ circonscrit par ce que Fernando Gómez Redondo définit comme étant les « narraciones cortesanas » :

  • 7 Loc. cit

Se trataría de obras de fondo histórico, capaces de transmitir ejemplos moralizantes que interesaran a todos los grupos sociales cortesanos: de ahí esa fascinante mezcla entre episodios mitológicos, peripecias militares, sucesos históricos y análisis de conductas amorosas7.

22Il importe de distinguer au sein de ces narrations, la « matière troyenne » comme matière d’une richesse et d’une densité extrêmes dont le traitement illustre, en réalité, tout le savoir et le savoir-faire que les Latins (et en particulier Ovide), et, à leur suite des historiens comme Benoît de Sainte-Maure par exemple, ont pu déployer, dans leur exploitation de la « matière grecque ». Alphonse X, lui-même, entreprit vers 1270, de composer sur la base de ces romances à « thématique grecque », une Historia troyana polimétrica.

  • 8 Olga Tudorica IMPEY, « Ovid, Alfonso X, and Juan Rodríguez del Padrón : two Castilian translations (...)
  • 9 Le texte des Métamorphoses fut traduit et adapté par Alphonse X sous le titre de El libro mayor.
  • 10 Le texte des Héroïdes fut traduit et adapté par Alphonse X sous le titre de El libro de las dueñas.
  • 11 María Rosa LIDA DE MALKIEL, « La General estoria: notas literarias y filológicas », Romance Philolo (...)
  • 12 Voir O. Tudorica IMPEY, art. cit.
  • 13 Reprenant une phrase de Philippe SOLERS, Gérard GENETTE, Figures II, Paris : Seuil, 1969, p. 18, éc (...)

23Parmi tous les textes constitutifs de cette tradition, il convient aussi, outre le rôle joué par le Roman de Troie de Benoît de Sainte-Maure et les sources de l’Historia troyana, de prendre la pleine mesure de l’hypotexte esthétique de référence qu’a pu représenter l’œuvre d’Ovide8 (en particulier les Métamorphoses9 les Héroïdes10). Cette œuvre, ou plutôt l’écriture qui la sous-tend, est à considérer comme un paradigme de l’écriture narrative de l’Histoire, dans sa dimension proprement « littéraire ». María Rosa Lida de Malkiel a souligné, en effet, le puissant attrait qu’exerça sur Alphonse, cet auteur de l’Antiquité latine11. Olga Impey n’a pas manqué non plus d’en faire ressortir l’influence directe ou indirecte12. Tout se passe donc comme si Alphonse X, en lisant le récit de Rodrigue de Tolède, le lisait à partir des Métamorphoses, des Héroïdes ou de tout autre texte de « littérature sentimentale » (pour autant que cette expression ait un sens). De fait, sa compréhension du récit, et ensuite, la restitution qu’il en propose, sont tributaires de tout ce réseau de textes et de commentaires qu’il s’est appropriés par la lecture. Si, comme on l’a prétendu, la lecture est l’esquisse d’une écriture, alors Alphonse X lecteur, peut s’engouffrer dans la structure du texte lu pour l’ouvrir aux divers « possibles » qu’il y aura découverts. Ainsi lecture et réécriture s’interpénètrent, l’écriture se lisant, et la lecture se réécrivant13.

  • 14 Gérard GENETTE, Palimpsestes (La littérature au second degré), Paris : Seuil, 1982.

24On pourrait donc, à titre de résumé, soutenir que le chapitre 57 de l’Histoire, présente en fait trois « strates » textuelles et constitue donc un cas un peu plus complexe que ceux qu’a analysés Genette dans Palimpsestes14.

25Ces trois strates sont donc :

  • Le chapitre 2 de l’Historia Romanorum de Rodrigue de Tolède, auquel nous avons conféré le statut d’hypotexte-cadre.

    • 15 María Rosa LIDA DE MALKIEL, « La General estoria : notas… », p. 115 : « Frente al conocimiento de O (...)
    • 16 Ramón MENÉNDEZ PIDAL, Poesía juglaresca y juglares, Madrid : Espasa-Calpe, 1969, p. 92.

    L’hypotexte esthétique, constitué par tout un ensemble de textes « poétiques » aimantés par le récit de la rencontre amoureuse qui interagissent pour composer un ensemble diffus, sur lequel se greffe le langage impersonnel des mythes, attiré par les personnages de Didon et d’Énée, eux-mêmes si riches en mythes. Dans ce grand ensemble qui intervient surtout comme modèle de compétence esthétique, il faut inclure aussi les textes fondateurs de la poésie courtoise et lyrique péninsulaire (et surtout galaïco-portugaise) telle qu’elle se donne à lire, par exemple, dans les jarchas, les cantigas de amigo du XIIIe siècle, et probablement, dans l’ombre de l’Énéide de Virgile telle qu’Alphonse X a pu l’approcher au travers de divers commentaires15. N’oublions pas que les amours de Didon et d’Énée faisaient partie du répertoire commun des trouvères du XIIIe siècle. Menéndez Pidal16 rapporte que Giraut de Calanson recommanda ce répertoire au trouvère Fadet, avant de le diriger vers la cour de Pierre II d’Aragon.

    • 17 Ce discours critique peut être lui-même possiblement nourri des réflexions critiques des textes rel (...)
    • 18 OVIDE, « Héroïde VII », in : Héroïdes, Henri BORNECQUE (éd.), Marcel PREVOST (trad.), Paris : Belle (...)
    • 19 VIRGILE, L’Énéide, Jacques Perret (éd. et trad.), Paris : Belles Lettres, 1981, p. 116 : « Ille die (...)
    • 20 Juan FERNÁNDEZ VALVERDE (éd.), Rodericus Ximenius de Rada. Historia romanorum, Habis, 10-11, 1979-1 (...)

    Le métatexte que constitue le discours critique17 qu’Alphonse X profère, au sein de sa propre réécriture du texte, sur les allusions ovidiennes18 à la faute de Didon, déjà présentes dans l’hypotexte virgilien19 et qui sont reprises par Rodrigue de Tolède au travers du terme « concupiscenciam »20. Il faut préciser que ces évocations sont silencieuses puisqu’aucun de ces textes n’est nommé explicitement, quoiqu’Alphonse réfère implicitement à leur présence enfouie, lorsqu’il annonce que le récit de la rencontre est établi à partir des textes qui l’ont consigné : «otros cuentan que… ». La version alphonsine de l’épisode de la rencontre qui résulte de l’interpénétration des deux strates textuelles mentionnées antérieurement se doit également d’être prise en compte.

26Les trois strates pourraient se ramener à deux. Ce n’est pas tout le récit de la rencontre, tel qu’il est exposé dans l’Historia romanorum qui est repris, mais uniquement ce qui se prête à un certain regard critique, en vertu du code de l’honneur féminin et des interdits en vigueur au sein de la société castillane du XIIIe siècle, aspects que n’aborde absolument pas Rodrigue de Tolède dans son texte. La version alphonsine s’élabore donc, tout à la fois, sur la base des récurrences de certains motifs propres à la tradition anti-Énée (construite elle-même en réaction aux récits virgilien et ovidien) et sur celle des lacunes ou manques du récit de Rodrigue de Tolède. De même que le récit virgilien avait permis de relire rétrospectivement toute la tradition de la Didon africaine, chaste et vertueuse, le discours critique qu’Alphonse X insère dans son traitement de l’épisode permet de relire les récits virgilien et ovidien tout autant que celui de Rodrigue de Tolède, à la lumière des normes sociales et morales de la Castille du XIIe siècle. L’actualisation de l’écriture et des motifs qui a été mise en exergue montre que, plus qu’une traduction, il s’agit bien d’une réécriture « hispanisée » du récit d’un personnage légendaire de l’Antiquité.

27S’il est incontestable que le récit alphonsin emprunte au récit de Rodrigue son architecture et qu’il la respecte, il n’est pas moins certain qu’il l’utilise comme un canevas, à partir duquel il tisse sa propre « toile ». En effet, si Alphonse prend le parti de respecter la trame des faits, il choisit d’ajouter au récit purement factuel, une dimension interprétative, pour mettre au jour ce qui lui paraît être les véritables raisons des actions décrites ou leur véritable sens. De sorte qu’il remplit une fonction corrective et artistique qui consiste à redresser le sens du récit premier, en introduisant des éléments de dramatisation, de motivation psychologique qui ne figurent pas dans le récit de Rodrigue, ce qui le conduit, à mettre en œuvre une écriture traductive qui, parce qu’elle cherche à susciter de l’émotion, ne se prive pas d’emprunter les voies du pathos et exploite donc résolument l’argument de l’affect.

28On a déjà indiqué comment l’hypotexte esthétique venait se superposer à l’hypotexte-cadre pour infléchir ce dernier vers une écriture « romanesque », en rupture avec l’écriture du Tolédan qui tient, elle, à conserver son marquage « historique ».

29La manière dont sont combinées ces diverses sortes d’éléments éclaire les modalités de construction du récit. On peut ainsi remarquer qu’il existe un relatif équilibre entre eux, ce qui montre qu’est privilégiée une écriture narrative complexe qui intègre des éléments :

  • du récit d’aventures : association étroite des actes et des événements
    Le début du récit est ainsi caractérisé par l’inscription d’un certain souffle épique : série d’événements (mort du père, naufrage, échouage) qui contrarient les plans du héros et l’engagent dans des actions qu’il n’avait pas prévues, mais qu’il doit néanmoins affronter pour sa survie.

  • du récit amoureux, dans sa dimension « psychologique » : prédominance des états et des situations. Avant l’arrivée d’Énée à Carthage, Didon est dans un état de bonheur et de sérénité, état qui va être en quelque sorte altéré par l’irruption du sentiment amoureux dont la violence est nettement suggérée. Malgré tout, ce bouleversement se voit régulé par l’opérateur « mariage » qui entraîne le passage à une nouvelle situation de stabilité, puisque Didon ignore ce que le lecteur sait déjà : le caractère inexorable du départ d’Énée.

  • du récit tragique : insistance sur les événements et les états.
    Il faut surtout noter ici le rôle du songe prémonitoire qui annonce un futur marqué par la contradiction, et donc, un état prochain de déséquilibre et de frustration : le mariage de Didon et d’Énée qui inscrit comme un paradoxe le retour de celui-ci en Italie. L’impression de fatalité repose ainsi sur la conjonction du naufrage et du songe comme préalables à la rencontre de Didon et d’Énée, c’est-à-dire sur le thème de la rencontre, moins fortuite que prédestinée.

  • 21 Dorrit COHN, La transparence intérieure : modes de représentation de la vie psychique dans le roman (...)
  • 22 G. GENETTE, Nouveau discours du récit, Paris : Seuil, 1983.
  • 23 Vincent JOUVE, L’effet-personnage dans le roman, Paris : P.U.F, 1998.

30À la différence du texte-source constituant l’hypotexte-cadre, soit le De Rebus de Rodrigue de Tolède dont l’écriture, je l’ai dit, est marquée par une forme de neutralité, Alphonse X choisit de se « poster » au-dessus des personnages qu’il met en scène (focalisation zéro), en narrateur qui sait tout, sur tous les faits rapportés, qui connaît les pensées et les sentiments des personnages, qui peut en toute liberté parler de faits survenus en divers lieux et temps, comme s’il y avait assisté, puisqu’il ne fait aucune confidence sur l’origine de son savoir. Ce récit de pensées correspond au traditionnel récit d’analyse par un narrateur omniscient (le « psycho-récit » pour Dorrit Cohn21, ou « discours du narrateur sur la vie intérieure du personnage »). Il a été aussi analysé par Genette comme « discours narrativisé »22 qui consiste à traiter le récit de paroles ou de pensées en les notant comme des faits. Ce procédé permet à Alphonse de créer ce que Vincent Jouve dénomme un « effet-personne »23, c’est-à-dire un « effet de vie » des personnages. Soit l’exemple suivant qui, par l’accumulation de détails concrets, imprime une dimension de vraisemblable, une sorte d’illusion référentielle :

  • 24 Ramón MENÉNDEZ PIDAL (éd.), Primera crónica general de España, vol. 1, Madrid : Gredos, 1955, p. 38

E quando fue en la noche, echos a dormir, e ante ques adormeciesse, començo a cuydar en su fazienda e de cuemo podrie yr a ytalia24.

31Comparons maintenant ces deux segments textuels : l’un tiré du De Rebus et l’autre, représentant sa « traduction » en castillan, dans le texte de l’Histoire d’Espagne :

  • 25 J. FERNÁNDEZ VALVERDE (éd.), Rodericus Ximenius de Rada. Historia de rebus Hispaniae, Corpus Christ (...)
  • 26 R. MENÉNDEZ PIDAL (éd.), Primera Cróniuca General, p. 38.

[…] et mirata Ascanii pulchritudinem in concupiscenciam Enne exarsit, quem uiderat in armorum decore preclarum25.
Ella quando uio a Ascanio so fijo, touo en so coraçon que padre que tal fijo fiziera, muy fermoso deuie seer ; ca Eneas uinie armado e nol podie ella assi ueer la cara, pero quel ueye dotra guisa muy bien faycionado de cuerpo e de miembros, assi que luego fue enamorada26.

32On note chez Rodrigue un effort d’explication logique qui ne s’appuie pas sur l’évocation d’une vie intérieure, mais sur des verbes d’extériorité tels que « regarder » et « voir », qui renvoient plutôt à un point de vue externe. En revanche, Alphonse X étire le récit et choisit un type de focalisation lui permettant d’offrir au lecteur une vision plus « de l’intérieur », plus « vraisemblable » (de par l’effet de réel qu’elle produit). Il cherche ainsi à impliquer son lecteur, dans l’événement de la rencontre, lequel se voit ainsi transformé en récit de l’attente, du désir différé. Il n’est pas inopportun de rappeler, à la suite de Vincent Jouve, que l’évocation d’une vie intérieure est un des procédés techniques à l’origine de « l’illusion de personne ». La référence aux pensées, sentiments, désirs d’un personnage crée une impression de richesse psychique, de densité intérieure, à laquelle s’ajoute un effet de proximisation, puisque le personnage, ainsi humanisé, paraît nettement plus accessible, quelle que soit la distance qui sépare son univers diégétique de celui du lecteur. Il est clair qu’Alphonse se complaît à exprimer le « pourquoi », c’est-à-dire la motivation psychologique, laquelle permet au lecteur d’« accompagner » les protagonistes dans leur intimité, leur cheminement mental, et non pas seulement dans leurs actions. Il emprunte ainsi à l’argument de l’affect l’un de ses principaux éléments d’identification, de projection de soi : la reconnaissance de sa propre image, de son propre monde, et donc de ses propres émotions dans le texte lu.

33Cette analyse succincte a permis de mettre en évidence la manière dont la « traduction » du De Rebus est bien plus une réécriture sur le mode romanesque, qu’une « traduction » au sens où nous l’entendrions aujourd’hui. Il est évident que ce qui tient à cœur à Alphonse X, c’est de transcender la froide dissemblance du texte-source, son écriture neutre et objective, pour forger une écriture qui vise à pousser son lecteur à s’abîmer dans la quête de soi, et à le transformer ainsi en sujet désirant, aspirant à cet autre monde qui lui est offert et dont la découverte, ponctuée d’émotion et de plaisir, contribue à l’installer dans cet Autre lui-même qu’il est ainsi appelé à explorer, à travers les expériences d’autrui. La traduction apparaît ainsi comme un puissant medium : loin de toute dimension de servitude, et s’affranchissant précisément de l’horizon du texte-source, elle joue le rôle de catalyseur des potentialités ce dernier, potentialités qui se trouvent dès lors actualisées et projetées dans un texte-cible qui offre au lecteur, une image séduisante et vraisemblable d’un ego affectus qu’il reconnaît comme sien. De fait, la traduction participe de la mise en œuvre d’une écriture comme réécriture, comme réélaboration et refonte de modèles qui portent la trace d’autres désirs, d’autres affects et qui se voient « rénovés », « revivifiés » par des désirs nés d’autres époques et se projetant vers d’autres horizons d’attente.

Top of page

Notes

1 PLATON, République, Paris : Garnier-Flammarion, 1966, 438d-445e, p. 191-199.

2 David N. BELL, « The Tripartite Soul and the Image of God in the Latin Tradition », Recherche de Théologie ancienne et médiévale, 47, 1980, p. 16-52.

3 Bernard de CLAIRVAUX, Sermon sur le Cantique des Cantiques, « Sermo 6 : In ascensione Domini », Pierre-Yves ÉMERY (trad.), Paris : Desclée, 1979, p. 153.

4 Umberto ECO, « Le problème esthétique chez Thomas d’Aquin », Écrits sur la pensée au Moyen Age, Paris : Grasset, 2016, p. 76.

5 Ibid.

6 Fernando GÓMEZ REDONDO, Historia de la prosa castellana, Madrid : Cátedra, 1998, 1, p. 51 : « Sean o no conscientes de ello, lo importante es que el término ‘prosa’ aparece en el scriptorium alfonsí designando un espacio textual diferente del que nombran los poetas clericales con el mismo vocablo ».

7 Loc. cit

8 Olga Tudorica IMPEY, « Ovid, Alfonso X, and Juan Rodríguez del Padrón : two Castilian translations of the Heroides and the beginning of Spanish sentimental prose », Bulletin of Hispanic Studies, 52, 1980, p. 283-297, p. 284 : « For Alfonso, Ovide was the admirable ‘auctor’ who wrote in accordance with the precept of ‘prodesse et delectare’, who spread knowledge and beauty by ‘his palabras de verdad’ and ‘rezones de solaz’. […] The Heroides was not only a literary model worthy of translation but also an invitation towards re-elaboration, towards creative recasting ».

9 Le texte des Métamorphoses fut traduit et adapté par Alphonse X sous le titre de El libro mayor.

10 Le texte des Héroïdes fut traduit et adapté par Alphonse X sous le titre de El libro de las dueñas.

11 María Rosa LIDA DE MALKIEL, « La General estoria: notas literarias y filológicas », Romance Philology, 12 (2), nov. 1958, p. 111-142, p. 113 : « De los autores profanos […] Ovidio es, según queda dicho, el más importante. […] Es sintomático que en la Primera crónica general, I, 38a y sigs, la biografía poética de Dido arranque de las Heroidas, VII, y no de la Eneida, y que en la General estoria, II, 320a y sigs, el mito de Orfeo arranque de las Metamorfosis, X, 1 y sigs, y no de las Geórgicas, IV, 454 y sigs. En este fervor ovidiano entran por igual razones estéticas […] y razones intelectuales ».

12 Voir O. Tudorica IMPEY, art. cit.

13 Reprenant une phrase de Philippe SOLERS, Gérard GENETTE, Figures II, Paris : Seuil, 1969, p. 18, écrit : « Le texte, c’est cet anneau de Möbius où la face interne et la face externe, face signifiante et face signifiée, face d’écriture et face de lecture, tournent et s’échangent sans trêve, où l’écriture ne cesse de se lire et où la lecture ne cesse de s’écrire et de s’inscrire ».

14 Gérard GENETTE, Palimpsestes (La littérature au second degré), Paris : Seuil, 1982.

15 María Rosa LIDA DE MALKIEL, « La General estoria : notas… », p. 115 : « Frente al conocimiento de Ovidio [cf.n.202], el de los demás poetas antiguos, salvo Lucano, es muy exiguo. Las menciones de Virgilio […], si algo prueban es que Alfonso no le conocía, pues todas se remontan al comentario de Servio, salvo la penúltima que pertenece al trozo de Plinio […] ».

16 Ramón MENÉNDEZ PIDAL, Poesía juglaresca y juglares, Madrid : Espasa-Calpe, 1969, p. 92.

17 Ce discours critique peut être lui-même possiblement nourri des réflexions critiques des textes relevant de la tradition anti-Énée.

18 OVIDE, « Héroïde VII », in : Héroïdes, Henri BORNECQUE (éd.), Marcel PREVOST (trad.), Paris : Belles Lettres, 1991, p. 43 : « Nulla mora est, uenio, uenio tibi dedita coniunx ; / Sum tamen admissi tarda pudore mei./ Da ueniam culpae ; decepit idoneus auctor ; /Inuidiam noxae detrahit ille meae ».

19 VIRGILE, L’Énéide, Jacques Perret (éd. et trad.), Paris : Belles Lettres, 1981, p. 116 : « Ille dies primus leti primusque malorum/causa fuit ; neque enim specie famaue mouetur / nec iam furtiuom Dido meditatur amorem: / coniugium uocat, hoc praetexit nomine culpam ».

20 Juan FERNÁNDEZ VALVERDE (éd.), Rodericus Ximenius de Rada. Historia romanorum, Habis, 10-11, 1979-1980, p. 40 : « et mirata Ascaniii pulcritudinem in concupiscenciam Enne exarsit, quem uiderat in armorum decore preclarum ».

21 Dorrit COHN, La transparence intérieure : modes de représentation de la vie psychique dans le roman, Paris : Seuil, 1981.

22 G. GENETTE, Nouveau discours du récit, Paris : Seuil, 1983.

23 Vincent JOUVE, L’effet-personnage dans le roman, Paris : P.U.F, 1998.

24 Ramón MENÉNDEZ PIDAL (éd.), Primera crónica general de España, vol. 1, Madrid : Gredos, 1955, p. 38.

25 J. FERNÁNDEZ VALVERDE (éd.), Rodericus Ximenius de Rada. Historia de rebus Hispaniae, Corpus Christianorum, C.M, 72, Turnhout : Brepols, 1987.

26 R. MENÉNDEZ PIDAL (éd.), Primera Cróniuca General, p. 38.

Top of page

References

Electronic reference

Corinne Mencé-Caster, « Au cœur de la dissemblance : argument de l’affect et traduction dans la dynamique scripturale des chroniques. Le cas de l’Histoire d’Espagne d’Alphonse X », e-Spania [Online], 27 | juin 2017, Online since 12 June 2017, connection on 26 September 2017. URL : http://e-spania.revues.org/26611 ; DOI : 10.4000/e-spania.26611

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org