Navegación – Mapa del sitio
L’argument de l’affect dans l’historiographie médiévale

Convaincre par l’émotion dans la Grant Conquista de Ultramar

Julia Roumier

Resúmenes

La Gran conquista de Ultramar delata el impulso nuevo del espíritu de la cruzada en el siglo XIII. Sus héroes, variante crística del modelo épico, destacan por sus emociones que ensalzan el valor de sus hazañas y suscitan la empatía del lector. Pero ¿ puede uno guiar su acción con sus emociones y cómo conciliarlas con la razón ? Son esenciales en la convocatoria de la primera cruzada predicada por Pedro el Ermitaño, abismación del propio arte de convencer y conmover demostrado por la GCU. El cuerpo, instrumento de la voluntad divina, está omnipresente, en particular a través de las lágrimas, contagiosas y heroicas. La fundación de los estados cruzados, la afirmación de legitimidad del nuevo linaje real, más especialmente la sucesión conflictiva de Balduino II y la regencia de Melisenda, ofrecen una lectura edificante en el siglo XIII castellano.

Inicio de página

Texto completo

Introduction

  • 1 Pascual de GAYANGOS, La Gran Conquista de Ultramar que mandó escribir el rey don Alfonso el Sabio, (...)
  • 2 Fernando GÓMEZ REDONDO, Historia de la prosa medieval castellana, I. La creación del discurso prosí (...)
  • 3 On conserve quatre manuscrits : le ms. 1187 recopié entre 1295 et les débuts du XIVe siècle, Madrid (...)
  • 4 L’émotion semble avoir conquis sa place dans le discours scientifique récemment, en désignant ce qu (...)

1La Grant estoria ou Gran conquista de Ultramar1 fut achevée sous le règne de Sanche IV (1258-1295)2, alors que la seconde moitié du XIIIe siècle est marquée par un nouveau souffle donné au projet de croisade suite à la perte de Jérusalem en 1244, la chute de Constantinople en 1261 et de Saint Jean d’Acre en 1291. Ce récit des croisades entreprises aux XIe et XIIe siècles se fonde principalement sur un ensemble de textes produits à partir du XIIe siècle, en premier lieu la chronique latine de croisades rédigée par Guillaume de Tyr (c. 1130-1184) qui raconte la première croisade afin de prêcher la troisième3. Sur une base historique, son style romancé, sa richesse et sa vivacité narrative se démarquent de la sécheresse habituelle aux chroniques. L’idéologie à l’œuvre dans cette narration, ses liens avec le genre épique et la littérature chevaleresque en font un précieux champ d’étude des arguments de l’affect et de leurs usages multiples4.

  • 5 Christian PLANTIN, Marianne DOURY et Véronique TRAVERSO, Les émotions dans les interactions, Lyon : (...)
  • 6 Jean FLORI, « Pour une redéfinition de la croisade », Cahiers de civilisation médiévale, 47e année, (...)

2Le récit de la croisade déroule un cadre spécifique à la peinture des émotions – l’on peut même parler d’une rhétorique de la persuasion fondée sur le Pathos – ainsi qu’à leur utilisation interne au récit ou tournée vers le lecteur5. Les héros de cette chronique offrent en effet une variante christique du modèle épique : ce sont des héros souffrants, incarnés, donc imparfaits. Leurs émotions sont au cœur du récit pour convaincre de cette humanité, témoigner de la valeur de l’effort accompli, pour éveiller l’empathie du lecteur et son admiration pour l’action croisée. Cette narration marquée par l’esprit partisan du narrateur est ainsi un outil de propagande propre à rassembler et inciter à l’effort sous la bannière chrétienne. Il s’agit d’entreprendre une guerre non seulement juste mais sainte6. Comment alors justifier les violences des croisés, la trahison ou même l’anthropophagie, acte dont la barbarie assumée permet de provoquer l’effroi chez l’ennemi musulman ? L’efficacité de la parole émotive et conative est en particulier mise en abîme dans les discours de Pierre l’Ermite, moteur de la croisade. Le texte offre ainsi aux lecteurs, bien au delà de l’époque des faits narrés, un modèle d’action politique et civique répondant aux interrogations toujours vives au XIIIe siècle: face aux obstacles et aux divisions, comment réunir et aiguillonner les forces chrétiennes pour mener la bataille contre l’Islam ?

3Autre face de la même monnaie, le portrait de l’altérité est indissociable de ce plaidoyer pour la croisade, dans un sens élargi de défense des intérêts de la chrétienté. Nous verrons ainsi comment les portraits de sarrasins et les émotions induite par leur lecture contribuent à modeler une vision du monde et sa correspondante incitation à l’action. Toutefois il semble qu’une simple polarisation manichéenne entre Chrétienté et Islam ne rende pas vraiment justice à la complexité des identités représentées par la GCU.

Cinq sens et raison. Ethos, pathos et logos

  • 7 Robert Francis COOK, Chanson d’Antioche, chanson de geste : Le cycle de la croisade est-il épique ? (...)
  • 8 Paul ROUSSET, « Recherches sur l'émotivité à l'époque romane », Cahiers de civilisation médiévale, (...)

4L’argument de l’affect interroge la place donnée au physique et à l’irrationnel, ce qui ne peut manquer dans une chronique militaire épique située dans un contexte d’émotivité et de crédulité superstitieuse, mais pose problème quant à l’idéalisation d’une Geste au service de Dieu et inspirée par Dieu7, ou plutôt quant à l’alibi qu’elle offre à la soif de possessions territoriales d’une partie de l’élite nobiliaire. Ici, à travers l’argument de l’affect nous analyserons le poids de l’émotion dans la représentation de l’entreprise de croisade, dans les décisions ou délibérations des guerriers épiques8, et par conséquent l’humanité des croisés, leur imperfection, leur corps et pulsions, ce qui remet en question leur dimension héroïque et leur qualité de modèle. De plus, le traitement de l’affect et son usage comme argument conduisent à de plus amples questionnements sur le sujet pensant et sa part d’irrationnel, les clefs de sa volonté et, dans un texte où la religiosité revêt une importance capitale dans l’action humaine, la part de l’âme.

  • 9 GCU, prologue, p. 1.

5Le prologue de l’édition de 1502 débute ainsi, dans une ouverture inspirée des Bocados de Oro, par le rappel de l’importance des sens. Ceux-ci offrent à l’homme la possibilité de construire la connaissance par l’usage de la raison : « Señor Dios, cuando formó el hombre á su imagen é semejanza puso en él entendimiento para saber é conoscer todas las cosas » Fait à l’image de Dieu l’homme reçut la raison, mais aussi cinq sens qui ne peuvent être utilisés profitablement que conjointement et sous l’égide de cette même raison : « […] todos se tienen é ayudan unos á otros, é ayudan al hombre á ver é á entender con la raçon que puso Dios en él porque supiese discernir las cosas »9. L’ouïe est établie comme supérieure aux autres sens et l’homme doit utiliser pour s’instruire par la connaissance des actions passées :

  • 10 Idem.

E pues que tan gran bien puso Dios en este sentido, mucho deben los hombres obrar bien con él, é trabajar siempre de oir buenas cosas é de buenos hombres, é de aquellos que las sepan decir é oir los libros antiguos é las historias de buenos fechos que ficieron los hombres buenos antepasados10.

  • 11  L’ethos est l’élaboration par le locuteur d’une image favorable de sa personne destinée à lui conf (...)

6Le post incunable de 1502 offre l’unique accès au texte dans son entier, révélant sa postérité dans le cadre du règne des Rois Catholiques et ce prologue nous invite à lire la chronique au regard de ce qu’elle apportait aux hommes de ce temps où prenaient une acuité particulière les questions d’unité de la Chrétienté et de lutte contre infidèles et hérétiques, comme celle de l’art de gouverner et les hommes et leur cœur. La GCU semble offrir par son récit des croisades un miroir, une source d’enseignement pour le juste usage de l’éthos en vertu du logos11. Mais propose-t-elle des clefs permettant de concilier émotions et raison ?

L’appel à la croisade : justifier, convaincre et émouvoir

  • 12 J. FLORI, Les croisades. Origines, réalisations, institutions, déviations, Paris : Éditions Jean-Pa (...)

7La GCU utilise l’argument de l’affect dans sa narration des épisodes initiaux de l’appel à la première croisade, dans sa rhétorique propre à impulser et unifier l’enthousiasme guerrier. Démontrant son « génie médiatique », le pape Urbain II appela en effet à libérer le Sépulcre et la Terre du Christ, posant les fondements mêmes de la notion de Terre Sainte12, et affirmant qu’il ne faisait que relayer un appel du Christ lui-même. Les arguments développés furent repris et diffusés par le biais de différents orateurs dont Pierre l’Ermite qui, avec une intelligente démagogie, sut répondre à la nécessité de thèmes mobilisateurs. En effet, les violences envers les chrétiens de Terre Sainte et ceux de Constantinople ne suffisaient plus à motiver la prise des armes avec suffisamment d’ampleur ; il fallut donc faire que ces déprédations lointaines concernent les Chrétiens d’Occident eux-mêmes : cela explique l’importance dans ces discours du motif de la violence envers les pèlerins, sorte de clef de la volonté active de libérer les lieux saints.

8L’affect est ainsi, selon le récit qu’offre la GCU des sources de la première croisade, le moteur qui a permis et motivé cette entreprise. C’est parce qu’il a été touché par un récit pathétique lors de son pèlerinage à Jérusalem que Pierre l’Ermite entreprend de convaincre à son tour les puissants de la Chrétienté de mener une croisade ; il puiserait son éloquence dans sa propre émotion et c’est la force d’empathie de ce discours qui aurait joué le rôle premier dans l’élan collectif vers la Terre Sainte. Lors de son pèlerinage à Jérusalem, en effet, Pierre l’Ermite demande à son hôte chrétien de lui décrire le quotidien des chrétiens sous le pouvoir des musulmans. L’hôte pleure et raconte les souffrances endurées. La scène, mise en abîme de l’expérience du lecteur lui-même, est redoublée lors d’une rencontre avec le patriarche dont l’autorité vient valider plus encore la véracité du propos. Dans ces deux scènes, Pierre l’Ermite pleure aussi dans une communion physique avec le témoin qui scelle la mission qui lui est ainsi confiée du sceau de l’empathie. Ces larmes sont à plusieurs reprises liées à la vertu de l’auditeur capable de partager l’émotion, la langue espagnole conjuguant en un unique mot les concepts de piété et pitié :

  • 13 GCU, chap. 21, p. 41.

Díjole así llorando, mas todavia muy piadosamente. El Patriarca […] comenzó á contar todas las cuitas é los males que los crisitanos sofrieran é sofrían en aquella tierra por la fe de Jesucristo […] llorando muy de corazón e él como era hombre bueno é de gran piedad no se pudo detener que no llorase é que no sospirase13.

9L’émotion déclenchée par le récit est violente, irrépressible ; elle secoue le corps de soupirs et oblige à agir. Suite au débordement de l’émotion, Pierre demande au patriarche quelle solution pratique pourrait être envisagée, les larmes ne suffisent pas :

  • 14 Idem.

[…] sospiros e lagrimas e oraciones asaz ha habido nuestro Señor de nosotros, si lo quisiere oir […] si el Santo Padre que es cabeza de nuestra fe é el rey de Francia é los otros reyes é los hombres honrados que son allende la mar é hacen vida como hombres que aman e temen a Dios porque los él sostiene en altos estados é honras, quisiesen haber piedad de nosotros14.

10On voit comme l’émotion entraîne l’action. Pierre lui demande alors de rédiger des lettres exposant les souffrances et préjudices subis afin de convaincre le Pape et les rois chrétiens d’entreprendre une action commune. Le récit provoquant l’émotion doit être diffusé plus largement et on passe alors de l’oralité à l’écrit. Mais ces lettres sont accompagnées, secondées par la parole de Pierre l’Ermite qui ne se contente pas de remettre simplement ce témoignage écrit mais en redouble la force évocatrice par la mise en scène de sa propre émotion lors d’un entretien assez largement imaginé dans la GCU :

  • 15 Ibid., chap. 24, p. 12. 

[…] coménzole a contar muy de corazon é sospirando de los grandes males e aviltamientos e crueldades que el pueblo de los cristianos de Ultramar sufrian de los moros en cuya servidumbre eran, é entre todos los otros, los de la cibdad de Hierusalem15.

11L’insistance sur ces épisodes légendaires souligne l’attachement et l’estime de l’auteur pour l’art de la narration. Cette mise en abîme d’un récit pathétique et propre à gagner la confiance et l’adhésion de l’auditoire papal offre le modèle du récit lui-même convaincant son lecteur du bien fondé de l’entreprise croisée. Le pape Urbain II lui oppose alors la difficulté posée par son conflit avec le Saint Empire, dans le contexte de la querelle des investitures contre Henri IV et l’antipape Clément III, et qui l’empêche de partir prêcher la croisade. C’est donc Pierre lui même qui entreprend de diffuser l’appel à la croisade à la demande du Pape et le texte lui confère ainsi une légitimité qui le distingue clairement des prophetae ayant de façon indue prêché la croisade au peuple :

  • 16 Ibid., chap. 25, p. 13

[…] buscando los altos hombres honrados […] e esto mesmo fazia al pueblo menudo ; asi que muchas veces los fazia llorar tan bien á los hombres honrados como a los otros. E ninguna vez no fablaba con ellos que les no moviese los corazones á cobdiciar ir á la Santa Tierra16.

  • 17 Consulter Ghislaine FOURNÈS, « La geste sacrée de Pierre l’Ermite, pèlerin et croisé dans la Gran C (...)

12Pierre l’Ermite dispose du pouvoir de transmettre l’émotion, poussant aux larmes aussi bien les nobles que le peuple le plus humble, il diffuse l’appel à la croisade dans tous les cercles de la société. Ici, Urbain II ne serait que le tiède soutien de l’élan lancé par Pierre l’Ermite. Cela ne correspond pas à ce que l’on sait du concile de Clermont réuni par Urbain II et au cours duquel il lance l’appel à la croisade, et prêche pour secourir l'empereur byzantin et la libération de la Terre Sainte. En échange de leur participation à la croisade, il promet le pardon de leurs péchés aux chevaliers qui iraient porter secours aux chrétiens d'Orient. Cette narration offerte par la GCU déprécie et minimise le rôle joué par le Pape et l’institution ecclésiale, au profit de Pierre l’Ermite devenu le héros glorifié par le récit. Le rôle du personnage historique de Pierre l’Ermite paraît ici amplifié, mythifié17, ce qui correspond à un ligne plus générale de critique du clergé et de glorification de l’action laïque : les croisés sont directement au service de Dieu et le récit de la croisade démontre l’efficacité de cette action laïque en prise avec le monde, là où les hauts membres du clergé ne parviennent pas à faire advenir le pouvoir de la chrétienté...

13Un second épisode fort éclairant semble reprendre les codes de cet appel à la croisade : voyant les lourdes menaces qui pèsent sur le royaume de Jérusalem, suite à la chute du comté d’Edesse en 1144 (c’est-à-dire Roax, l’ancienne Callirrhoe en Mésopotamie), le pape Eugène III promulgue la bulle Quantum praedecessores et envoie prêcher pour encourager les volontaires pour cette deuxième croisade (1146). Il envoie pour cela des hommes « bons », mais surtout lettrés et fins rhéteurs, leur talent d’orateur étant primordial pour cette tâche :

  • 18 La Gran Conquista de Ultramar : Biblioteca Nacional…, p. 21a. J’utilise quand nécessaire, l’édition (...)

[…] e aquellos omnes buenos mostraron les a todos la grant cuycta e el grant tormento en que los turcos tenien a los cristianos dallent mar que eran sus hermanos en la fe de Ihesu Cristo, e commo non avien piedat de sus hermanos, los que eran aca, el a tierra Segura, e non paravan mientes a el, si non a vicio de sus cuerpos. E en aquello fazien grant peccado, por que se non membravan daquellos que estavan en tan grant peligro18.

  • 19 Idem.

14On observe ici l’instrumentalisation d’un discours pathétique, apte à susciter l’empathie, mais le texte souligne avec vigueur le moteur motivant ceux qui accepteront de se croiser : la culpabilisation de l’indifférence envers les frères chrétiens, l’appel à une solidarité communautaire étant cimenté par une communion dans l’émotion. La parole efficace doit alors montrer, rendre présentes à ceux qui vivent dans la paix et la sécurité, la détresse, l’inquiétude, au sens premier du terme, de ceux qui souffrent au delà de la mer, en Terre Sainte. C’est Bernard de Clairvaux lui même qui entreprend cette tâche en France, soutenu par la grâce divine qui lui a donné le don de la parole efficace, la parole d’émotion : « […] e assi como nuestro señor avie metido su gracia de dezir bien de su boca, assi enblandeçie los coraçones de las yentes por lo que dezie, de guisa que prometien todos de yr en aquella romeria19 ». Bernard parvient ainsi à attendrir les cœurs, émouvoir pour entraîner l’adhésion au projet croisé.

  • 20 Susanna THROOP, Crusading as an act of Vengeance, 1095-1216, Farnham : Ashgate, 2011.

15Quel est l’écho rencontré par cet appel à l’amour fraternel et au devoir d’assistance ? S’agit-il vraiment de compassion ? En réalité il faudrait plutôt, dans le contexte de la société féodale, interpréter la relation des croisés au Seigneur comme une fidélité vassalique et le devoir de venger l’honneur bafoué du Christ, ce qui déboucha de façon logique sur les excès de violence que l’on sait20.

Le pouvoir des larmes : langage du corps et vecteur d’émotion

  • 21 Sandra McENTIRE, « The doctrine of Compunction from Bede to Margery Kempe », in : The Medieal Mysti (...)
  • 22 Les cisterciens en particulier, Bernard de Clairvaux, Guillaume de Saint Thierry et Aelred de Rieva (...)
  • 23 Les larmes seraient une intéressante convergence de l’âme et du corps, fonctionnant en synergie pou (...)

16Si les récits de l’oppression des Chrétiens en Terre Sainte sont accompagnés et accueillis par tant de larmes, c’est que leur force de conviction n’est pas alors entachée d’un soupçon de faiblesse sentimentale ou de mièvrerie. Le pouvoir des larmes au Moyen Âge apparaît comme une pratique ascétique, un don spirituel, et aussi la marque de l’héroïsme et d’une forme de virilité. Le don des larmes s’inscrit aussi dans l’annonce des Béatitudes par le Christ à la suite du sermon sur la montagne : « bienheureux vous qui pleurez maintenant car plus tard vous serez consolés » (Mathieu, 5, 12). Les larmes21 sont bien une perspective de Salut, une imitation du Christ et elles offrent ici en particulier à Pierre l’Ermite la preuve de l’intervention divine en sa faveur, et le légitimant face à l’institution cléricale22. C’est en premier lieu leur caractère contagieux, collectif, l’émotion qu’elles communiquent qui est utilisée par les personnages comme par l’auteur. On ne peut qu’être frappé par la forte expression de l’affectivité, la présence du corporel et la dimension collective de l’émotion dans la GCU. L’implication physique dans la rhétorique et la corporéité même de l’orateur apparaissent comme des instruments de conviction. Le spectacle de l’orateur en larmes fait de son corps l’instrument de Dieu, les larmes constituant une manifestation de l’élection divine23.

17Lorsque les troupes croisées entrent à Jérusalem, la chronique souligne que les chrétiens qui y étaient expriment en particulier leur reconnaissance envers Pierre l’Ermite par une virulente effusion de joie. En effet, en dépit des années écoulées, ils auraient conservé un vif souvenir de son premier pèlerinage au cours duquel ils lui avaient confié des lettres, et ils considèrent que la pitié engendrée par ces lettres est le ressort de la motivation des Croisés qui viennent les libérer. Pierre a su « mettre la pitié dans leur cœur », cet organe du courage et du sentiment étant omniprésent dans la description des croisés :

  • 24 GCU, chap. 51, p. 348b.

[…] diéronles cartas que él levó al Papa é a los ricos hombres de francia, en que les enviaban á pedir por Merced aue se doliesen dellos é diesen remedio a su cativerio ; mas, como quier que había bien cuatro años ó cinco que venieran é que no lo vieran, conosciéronlo entre los otros luego que lo vieron, é echáronse todos á sus pies é lloraron con él de la gran alegría que habian é agradescieronle mucho porque tan bien habia recabdado aquello que le enviaran é loaron mucho á nuestro Señor porque tal vertud infundiera en los corazones de los ricos hombres é del pueblo porque habian acabado tan alto negocio que era Esperanza de los cristianos24.

18Afin de renforcer l’idée que la croisade fut effectivement impulsée par une demande des chrétiens d’Orient et que l’action de Pierre l’Ermite fut bien décisive, tendant ainsi à réduire la part de responsabilité du Pape et de l’Église même, le texte multiplie des passages similaires à cette description de la reconnaissance éperdue envers Pierre l’Ermite d’une foule se jetant immédiatement à ses pieds en larmes. Ici la mise en scène de cette reconnaissance, de cette affection pour celui qui aurait orchestré la croisade, révèle l’effacement des acteurs religieux au profit d’un personnage marginal et autonome.

19Finalement, la description d’un événement plus tardif offre en contrepoint une intéressante interaction entre chrétiens et musulmans. Lors de la septième croisade (1248-54), en février 1250, Louis IX est fait prisonnier avec toutes ses troupes sur un gué sur un bras du Nil (à proximité de Mansura en Egypte). Il doit céder Damiette au nouveau sultan, Tûrân Châh, échangeant la vie sauve et la liberté de l’armée croisée contre la vile et une rançon de 500 000 livres tournois. Les larmes de saint Louis qui semblent à son adversaire musulman indignes d’un roi, se révèlent pourtant contagieuses et efficaces :

  • 25 Ibid., chap. 333, p. 628.

[…] estonces el Rey, que estaba con el Soldán, comenzó de llorar ; el Soldán paró mientes é violo, é díjol : « Sennor, ¿ porqué llorades vos ? Ca rey non debe llorar ». Respondiól el Rey : « Yo lloro por los cristianos é por el pueblo que Dios me había dado pora guardar ». El Soldán hobo gran pesar porque lloraba el Rey, é lloró él otrosí, é rogó al Rey que non llorase mas, ca él les daría de comer25.

20Ici saint Louis, même dans la défaite, reste le croisé idéal, le héros royal exprimant dans sa chair la douleur de ses sujets. Si les larmes chrétiennes sont glorieuses et efficaces, la GCU, par opposition et contraste, souligne dans plusieurs épisodes que les larmes des musulmans les entrainent à perdre la raison et renier leur foi. La mise en scène péjorative de l’émotion contribue ainsi à dévaluer le camp musulman, dépréciant ces hommes pour leur excès, leur versatilité. Ces larmes sont déraisonnables en cas de deuil ; c’est le cas de Corbaran qui, après sa défaite à Antioche et la mort du fils du sultan, pleure comme un homme ayant perdu la raison :

  • 26 Ibid., chap. 208, p. 291.

Corvalan otrosi lloraba y daba voces como hombre que estaba fuera de su sentido, […] torcia las manos e mesaba los cabellos de su barba con muy gran piedead e con gran amor que habia del26.

21La douleur et la déception face à la défaite amènent alors les musulmans à renier leur religion, avec cette interpellation directe à Mahomet qui prouve la faiblesse de leur attachement à leur foi et sa dimension circonstancielle :

  • 27 Ibid., chap. 208, p. 292.

Mahoma poco vale todo tu poder e bien es cativo e de mala ventura quien te ruega ni quien te adora e bien es avillado e deshonrado el dios que a los suyos desempara e non los acorre en tal hecho como este […] mas el dios de los reyes cristianos es de gran poder ca el los guarda e los ampara muy bien […] nuestra ley es perdida, ca todos nuestros dioses no valen nada, ni son ellos nada si no vanidad de nuestra gente27.

22La scène joue sur de multiples registres et produit plusieurs effets utiles à l’entreprise idéologique menée par le texte. L’épreuve dans laquelle la foi devrait justement montrer sa constance conduit à une apostasie servant d’exemple par contraste : il ne faut donc pas céder face à l’adversité. La violente diatribe de Corbaran contre Mahomet adresse au lecteur chrétien un plaidoyer pour la foi chrétienne, confortée par ses victoires qui démontrent le soutien de Dieu. Si dépeindre l’émotion revêt une fonction laudative pour les chrétiens, les mêmes démonstrations dévalorisent ainsi les musulmans, ceci afin de renforcer un portrait à charge qui entraine par ricochet l’adhésion du lecteur aux actions croisées. Les chrétiens seuls semblent en effet capables de joindre la raison, l’action et le sentiment en accord avec la Justice divine et l’efficacité politique.

L’appel à l’affect : quand l’émotion prime sur la raison

  • 28 Ibid., chap. 32, p. 338b.

23De prime abord, la foi et la religion semblent plus affaires de sentiment que de raison. Par exemple, lors de la troisième bataille des troupes de la première croisade contre Jérusalem, des prisonniers sont faits dans les deux camps. L’appel à la conversion des deux rois maures faits prisonniers s’appuie de façon conventionnelle sur la promesse d’amitié, de transfiguration de l’inimitié par la vertu de la foi partagée mais aussi d’une commune noblesse. Face à l’assemblée des nobles chrétiens réunis, le duc Godefroy interpelle ses deux prestigieux prisonniers en ces termes : « Amigos, creed en Jesucristo que fué puesto en cruz é séré siempre vuestro amigo en cuanto yo sea vivo »28. C’est la promesse de l’affection qui joue comme argument central pour provoquer la conversion. Évidemment comme le veut le topos, Isauras et Malcolon lui répondent par la négative mais font la promesse de payer une riche rançon, ce qui suffit à satisfaire les troupes croisées, peu acharnées dans leur entreprise de conversion.

24La chronique fournit également un portrait en finesse des errements humains, un récit complet et ne passant pas sous silence les disputes, les peurs, les erreurs des croisés : ces derniers apparaissent en effet humains avant tout et le texte met en scène cette humanité, cette chair imparfaite et d’autant plus méritante à travers les émotions qui, loin de les décrédibiliser, sont l’outil de l’adhésion du lecteur. L’émotion apparaît dans ce cadre comme un moteur d’action révélant la part prépondérante du cœur dans les actions de ces guerriers. Ainsi voit-on comment, peu avant la prise de Nicée, Pierre l’Ermite est recueilli par l’host des barons sous l’impulsion de la pitié, de la compassion éprouvée à la vue de la déréliction de lui-même et de ses troupes :

  • 29 Ibid., chap. 225, p. 125.

Mucho plugo al duque Gudufre é a los otros altos hombres, cuando vieron á Pedro el Ermitaño é á los que con él venian, pero hobieron muy gran lástima dellos cuando les oyeron contar las fatigas é trabajos que pasaran, todo por su poco seso, mayormente que los vieron muy pobres é muy lacerados ; é por ende, aquellos hombres honrados diéronles de lo suyo é aderezáronles muy bien de todo lo que hobieron menester, é leváronlos consigo hasta la cibdad de Niquea29.

Pierre l’Ermite apparaît ainsi comme une figure christique, les peines endurées constituant des souffrances salvifiques, le rendant digne de mener la quête spirituelle de la Terre Sainte.

Le siège d’Antioche : un panel des manipulations psychologiques

  • 30 Cet épisode auquel la Chanson d’Antioche consacre trois laisses seulement (II, 3-9), subit un dével (...)

25La mise en scène de la persuasion et de la manipulation psychologique est primordiale dans le récit des tractations et interactions guerrières. La croisade ne se fait pas uniquement les armes à la main et l’éloge des croisés s’appuie également sur leur intelligence tactique, quoique parfois on ne sache décider si la cruauté est décrite comme excessive. Ainsi Bohémond expose-t-il la tête de Corbaran aux assiégés pour récupérer la citadelle d’Antioche. Les chroniques oublient généralement ce détail choquant et visuel propre au témoignage direct et que la GCU développe sans qu’une critique ne semble percer. On pourrait également penser aux pratiques cannibales des Tafurs sous les remparts d’Antioche30 qui visent à horrifier les musulmans. À l’opposé, l’usage de l’émotion permet de consolider le parti chrétien comme lors de la découverte de la Sainte Lance qui remonte efficacement le moral des croisés pourtant bien affaiblis.

  • 31 GCU, chap. 60, p. 213.

26Lors du siège d’Antioche (1098), le roi d’Antioche est fragilisé par son affection pour son neveu, tombé aux mains des chrétiens : « […] hobo tan grand pesar que hobiera a caer del caballo entierra […] tenia que los christianos gelo mostraran d’aquella forma como estaba para hacerle pesar é por levar algo dél »31. Sa peine est telle qu’elle manque de le faire tomber à terre, mais un chef de guerre peut difficilement se laisser submergé par l’émotion. Le texte souligne comment les croisés en jouent contre lui pour faire tourner le rapport des forces en leur faveur, en particulier dans le cadre des négociations pour la récupération d’otages, ce qui démontre tout l’intérêt didactique de cette chronique où abondent les exemples d’utilisation stratégique des émotions de l’adversaire.

27L’assaut contre Antioche (juin 1098) est un moment décisif d’une grande tension dramatique : lors de l’épisode des échelles, les croisés refusent d’abord de monter. De plus, Robert de Flandres est écarté car jugé trop important pour être le premier. En dépit des riches récompenses promises par Bohémond, personne ne se lance et, de désespoir, l’évêque du Puy, Adhémar de Monteil, pleure et les harangue, leur intimant de fixer leurs pensées sur les souffrances du Christ :

  • 32 GCU, chap. 73, p. 234.

[…] non bobo ninguno que se atreviese á subir; ante callaban todos é paraban mientes encima del muro. El obispo de Puy, cuando esto vio, comenzó de llorar, é díjoles : a Varones, ¿ por qué dubdais? Que si teméis la muerte, parad mientes cómo murió nuestro Señor por vos, que menos receló él de subir en la cruz que vosotros de subir por esta escala; si trabajo ó afán receláis, mas sufrió él por vosotros que vos nunca podréis por él sufrir; é á todos aquellos que subieren, del poder que he de Dios é de San Pedro, yo los absuelvo de todos los pecados que hicieron hasta hoy dia32.

  • 33 La GCU (chap. 73, p. 234), amplifiant toujours les données de la chanson provençale, fait réaliser (...)

28Après ce discours les chevaliers se battent pour être le premier à donner l’assaut C’est donc l’appel à la compassion et le rappel des souffrances dont ils sont débiteurs qui déterminent le changement de comportements des guerriers ; leur foi s’appuie sur l’émotion et le courage sur l’émulation du modèle christique : l’échelle permettant de franchir les remparts devient alors un succédané de Croix servant au sacrifice rédempteur ainsi qu’une sorte d’échelle de Jacob, ce qui justifie l’indulgence plénière accordée à ceux qui monteront33.

La Gran Conquista de Ultramar : un manuel d’édification à usage politique

  • 34 GCU, chap. 54, p. 349b.
  • 35 Idem.

29L’édification du lecteur s’incarne dans différents portraits de personnages gouvernés par des émotions extrêmes qui nuisent à leur prise de décisions. C’est parfois le Diable lui même qui profite des émotions pour s’emparer des volontés. Ainsi, des clercs, gouvernés par les vices et les sentiments égoïstes, souhaitent-ils dissuader les barons d’élire un roi de Jérusalem. Ils leur demandent de retarder l’élection jusqu’à ce qu’ils aient eux mêmes élus un nouveau patriarche : « […] eran hombres que pensaban en mal é en orgullo é en cobdicias […] e en esta razon parescia que habia alguna virtud é que procedia de devoción, pero non habia en ella sino engaño é falsedad »34. Rien de plus néfaste que le mal qui se déguise en bonne parole : il s’agit ici d’une machination ayant pour but d’évincer le patriarche absent mais toujours vivant et légitime, afin d’accaparer le pouvoir, machination mise en œuvre par un évêque de Calabre et un clerc nommé Arnol, dont le texte vante l’habilité à tromper (« […] que amos eran muy sabidos en engaños é traición é eran falsos »35). La fausseté de ces clercs et de leur discours trompeur qui met en péril la fragile possession des croisés de Jérusalem en tentant de retarder l’élection d’un roi apte à gouverner et par conséquent à protéger, correspond, de la part du narrateur, à une volonté manifeste de critiquer les clercs corrompus et, de façon opposée et complémentaire, de valoriser les vertueux laïcs.

  • 36 GCU, chap. 54, p. 350b.

30La mise en scène de la valeur de ces derniers est renforcée par la suite de cette élection, chacun tour à tour refusant l’honneur de la couronne en assauts répétés d’humilité (ou plus simplement en laissant entendre leur immense fatigue après toutes ces batailles et leur désir de retrouver leur patrie et famille, selon la promesse qu’ils leur ont faite), tant et si bien que l’évêque de Maltran, éploré, se lamente voulant par la pitié convaincre Godefroy d’accepter la couronne. Son discours est si pathétique que le peuple entier verse d’abondantes larmes (« […] e po resto que dijo el Obispo lloró tanto el pueblo que era muy gran mancilla de ver é de oir »36). Si on en détaille le fil, cette tirade adressée à Jérusalem oppose aux arguments raisonnables des différents barons pressentis comme roi, un lyrisme pathétique et le rappel des souffrances passées :

  • 37 GCU, chap. 54, p. 351a et b.

[…] dijo á grandes voces : « ¡ Ay Hierusalem, cómo abaja hoy la vuestra nombradía ! En vos fue enterrado el cuerpo de Jesucristo, nuestro redentor, é han por vos sofrido este pueblo gran hambre e sed é ante que os pudiésemos haber fuimos trabajados con muchas lacerias ; é agora, que vos tienen, non vos quieren recebir ni amparar franceses nin alemanes nin flanqueses; agora puede bien decir cada uno que ha trabajado en balde; que ninguno de nuestros principes non quiere por suya la sancta ciudad ¡ Ay Dios, Padre poderoso, cómo abaja hoy en este dia la nuestra santa ley por nuestra culpa !37

  • 38 Si ce discours est à rattacher aux Lamentations de Jérémie de l’Ancien Testament, un texte fréquemm (...)

31Le ton élégiaque, renforcé par l’allégorie de la ville, s’enracine dans une tradition topique38. Le pathétisme s’appuie en outre sur une déclamation visant à persuader par l’émotion. Ce discours s’appuie sur la culpabilisation et joue sur le rappel des souffrances passées pour faire de ce qui est un éléments en faveur du retour dans les protestations des barons, un éléments en faveur de la poursuite de la protection de la ville si chèrement gagnée.

  • 39 Reine de Jérusalem (1131-1143) puis régente (1143 à 1152), Mélisende est la fille aînée de Baudouin (...)

32Le récit de la guerre civile de 1152 dans l’État latin de Jérusalem (chapitre 23) montre l’intérêt du traducteur castillan pour les querelles autour de la difficile succession de Baudouin II, mort sans héritier mâle, et nous y trouvons une utilisation plus retorse de l’argument d’affect. Les barons souhaitent en effet reprendre une certaine autorité sur le jeune roi Baudouin III qui n’a que 13 ans à la mort de son père, Foulques V d’Anjou, en novembre 1143. Pour cela, ils cherchent à lui faire honte de l’influence que sa mère Mélisende39 (1101-1161) exerce sur lui et tentent, afin de mieux le contrôler, de briser l’entente entre la mère et le fils. Mélisende est en effet un rempart pour le tout jeune roi dans l’exercice de cette fonction et dans l’affirmation d’une autorité royale sur les barons. La succession héréditaire faisait de Mélisende la détentrice légitime du pouvoir selon le souhait testamentaire de Baudouin II, même si en réalité Baudouin partageait avec elle l’autorité depuis 1131, un fait que Guillaume de Tyr rend presque imperceptible afin de mieux défendre le parti de la reine dans son texte, source de la GCU qui en tire cette narration. Le traducteur castillan souligne également avec insistance que Mélisende avait démontré une juste maîtrise de l’exercice du pouvoir :

  • 40 La Gran Conquista de Ultramar : Biblioteca Nacional…, p. 11b.

[…] aquella reyna Melissen era muy sabia e muy entendida e de muy buena vida e de grant coraçon e muy esforçada. Entre que su fijo era niño, ella mantovo el reyno tan bien e tan esforçadamientre que nunqua se perdio ende ninguna cosa, nin ovo y mingua de derecho nin de justicia […] mas los ricos omnes por que non podien fazer con el a su guisa, por razon de la madré, feuron a el muy en poridat, e dixieron le commo quel consseiavan, que era grant desondra e grant aviltamiento de Rey que non avie poder de vedar e mandar a toda su voluntad e que estava con la madré como ninno de téta…40

  • 41 Ibid. p. 36b.
  • 42 Ibid., p. 37b.

33Le portrait de la reine est franchement élogieux : son rôle de régente pour le bien du royaume est loué et contraste avec la volonté de manipulation des nobles. L’argumentation des barons repose sur le sentiment de honte (desondra, aviltamiento) du fait de la position infantile de Baudoin III, la comparaison du roi à un enfant allaité revenant à plusieurs reprises (« […] non era bien de estar suiecto e apremia de una mugier, assi commo si fuesse ninno »41). Les propos des nobles de l’entourage royal créent un conflit qui se traduit par la colère du roi : « […] el rey andva sannudo contra su madre ». Mais, face à son fils Baudouin qui affirme son souhait qu’elle n’exerce plus d’autorité royale, la reine cède également à la colère (« […] fue ende muy sannuda »), et la discorde met en péril ce fragile Royaume. Le conflit tourne en effet à l’affrontement direct et militaire, la reine se retrouvant assiégée. C’est le patriarche Fluchel qui tente de raisonner le roi Baudouin dans un discours prononcé à genoux avec humilité et accompagné d’un groupe d’hommes d’Église parmi les plus sages et honorables afin d’appuyer sa demande. Mais dit la chronique « […] el rey commo era sannudo contra la madré, non quiso ninguna cosa fazer de quantol rogaron » : le texte souligne par les contrastes et la valorisation de l’action du patriarche, la déraison qui s’est emparée du cœur du jeune roi, guidé par un affect qui lui a fait perdre tout jugement et le change en ennemi de son propre royaume : « […] e estavan en grant peligro mas que si fuesse guerra de cristianos e de moros »42. Le parti pris dont est empreint ce passage provient bien de la Historia rerum in partibus transmarinis gestarum de Guillaume de Tyr et correspond à la loyauté de ce dernier pour cette famille et surtout pour Amaury Ier, le fils cadet et favori de Mélisende. Guillaume lui est redevable car c’est Amaury qui le nomme archidiacre de Tyr, l’institue comme chroniqueur des croisades puis lui confie l’éducation de son fils, le futur Baudouin IV. La narration exprime cette loyauté, justifiée par le fait qu’Amaury a pris parti pour Mélisende lors de ce conflit.

34Toutefois, la version castillane de cet épisode reprend totalement cette valorisation de la régente et, dans le contexte du règne de Sanche IV, cette description ne pouvait manquer d’évoquer María de Molina, figure de régente vertueuse luttant contre l’influence néfaste des mauvais conseillers et plus précisément contre celle des grands nobles qui souhaitent fragiliser à leur profit l’autorité royale. La fondation des États latins en particulier, par leur situation si originale, fournit ainsi de nombreux éléments pour une réflexion sur la solidité du pouvoir royal, les conflits de succession et la pureté lignagère.

Quand l’affect pousse à l’erreur : portraits politiques

  • 43 Claude CAHEN, La Syrie du nord à l’époque des croisades et la principauté franque d’Antioche, chap. (...)

35Tel un miroir des princes, le récit offre en effet un enseignement politique et humain à partir des croisades et de l’expérience unique des États latins de Terre Sainte à ses lecteurs, libres de l’interpréter à la lumière de leur époque. Cette dimension didactique a certainement joué dans la postérité de la chronique qui, loin de la pâle sobriété dont on l’accuse, propose en réalité une grande finesse psychologique dans le traitement des personnages et dans les diverses interprétations de leurs décisions. La force des émotions et leur emprise sur la volonté de ceux qui exercent le pouvoir parcourent ainsi le texte comme une basse continue. Revient avec fréquence l’importance de la capacité à pardonner et donc à ne pas se laisser emporter par le sentiment de rancune ou de vengeance. Ainsi le portrait détaillé du patriarche d’Antioche, Raoul de Domfront (1135-1139)43, fonctionne contre un contre-modèle : le texte insiste sur des traits essentiels de sa personnalité comme son emportement et son incapacité à écouter les conseils,  à pardonner à ceux qui le lui demandaient :

  • 44 La Gran Conquista de Ultramar : Biblioteca Nacional…, p. 5b.

[…] era muy arrebatado en palabra e non tenie bien lo que prometie. Omne era muy sabidor e de bien e de mal. Mas non fizo como sabio, assi como acaescçio después. Esto es por que quando sus contrarios se querien abenir con el, e el non los quiso perdonar. E aquello le acaesçio por su loçania, lo que avie enel asaz. Ningun seso nin conseiio non preciava ninguna cosa, si non lo suyo. E desto se repentio el despues muchas vezes44.

  • 45 GCU, chap. 271, p. 441.

36Ces erreurs sont de lourdes erreurs politiques et la description révèle le rôle clef de l’orgueil qui privilégie le sentiment (intérieur) aux conseils (extérieurs). L’impulsivité et l’impact de l’émotion dans la prise de décision sont abondamment critiqués et aucun des acteurs ne semble échapper à l’emprise des affects. Dans des lettres envoyées de Sicile, Arnol met en garde le prince d’Antioche, Raymond de Poitiers, contre Raoul de Domfront et son ambition, ainsi que contre son alliance avec le duc Roger de Pouille. Raymond de Poitiers se laisse convaincre au seul nom de l’amitié : « El princeps crovolo ca Arnol era mucho amigo del Prinçeps »45. Il agit par croyance et non guidé par la réflexion. Les décisions politiques néfastes qui en découlent sont marquées du sceau de la « saña », terme qui dénote la condamnation de la personne qui se laisse diriger par l’affect au détriment d’un gouvernement de soi fondé sur la raison.

37C’est le cas de Renaud de Chatillon, prince d’Antioche, marié avec la veuve du prince Raymont, qui, influencé par les médisances des nobles et emporté par la colère, commet en 1153 un acte insensé et particulièrement condamnable sur un prélat : le patriarche d’Antioche, Aimery de Limoges, pour l’avoir traité avec mépris, est torturé puis enduit de miel et exposé au soleil et aux insectes. L’auteur cherche à comprendre cet acte excessif et cruel : Renaud est jeune et nouveau sur cette terre, il est susceptible et vulnérable aux médisances, et commet une faute en s’attaquant à un représentant majeur de l’Église, en outre âgé et faible, personnage pour lequel Guillaume de Tyr ne devait pas manquer de ressentir une certaine empathie, ce qu’a repris à son compte le traducteur castillan:

  • 46 GCU, chap. 346, p. 480. On connaît surtout Aimery de Limoges comme auteur de la Fazienda de Ultrama (...)

[…] el Príncep, como era nuevo en la tierra, habia grand pesar de lo que dician los homes buenos, quel facian entender que maldecía del el Patriarca , é fué muy sannudo, de guisa que sanna é pesar le adujo á tanto, que hobíera á salir de su seso, é fizo tomar al Patriarca é levarle al alcázar de Antioca, é después fizo aun mayor cosa; ca el Patriarca, que era de misa home viejo é doliente, é que tenía el logar de Sant Pedro, fízole atar é ponerle encima de la mas alta torre del alcázar, é untáronle lacabeza con miel, é estido asi en somo de la torre un día todo en verano, é todo aquel día sufrió la calentura é las moscas con muy grand lacerio46.

38La narration condamne cet emportement qualifié de folie et qui entraîne la juste colère du roi Baudouin III. Sa réaction allie surprise (« maravillado ») et action, avec l’envoi de lettres pour la libération d’Aimery :

  • 47 Ibid.

[…] el rey de Hierusalen, como sopo esto, fué ende muy maravillado é tóvolo por la cosa mas sin guisa del mundo, é cuedó mucho en ello cómo pudiera facer tan grand locura; é envió luego allá á don Fredríc, obispo de Acre,é á Raol, su chanceller, con sus cartas, en quel dicia quel tenia por muy culpado é por muy errado d'aquel fecho que ficiera á aquel Patriarca, que era home bueno é honrado, é quel mandaba que luego soltase al Patriarca sin todo detenimiento é quel tomase todas sos cosas quel tomara47.

Le roi, face à l’excès de l’émotion de son vassal, s’affirme dans cet épisode comme le garant de la justice et de l’ordre, celui qui sait raison garder.

Conclusion

39Le récit de croisade revêt au XIIIe siècle une dimension polémique, incantatoire, comme appel à l’union et à la défense de la Chrétienté sur des fronts multiples, et la Gran Conquista de Ultramar prouve l’intérêt castillan pour fonder, justifier et illustrer sur cet antécédent historique les combats péninsulaires de la Reconquête. La reprise de ce texte en 1502, dans un incunable sous l’égide des Rois Catholiques, montre la continuité de la lecture faite des croisades de Terre Sainte comme un appel renouvelé à la lutte pour l’hégémonie et la cohésion chrétiennes. Cela passe par une forme épique spécifique, une épopée chrétienne qui revendique la force des émotions sous un double registre : vecteur d’action, moteur de l’histoire, l’émotion qui pousse vers le Bien est partagée par les héros et les lecteurs du récit. En effet, l’émotion, discours du corps, apparaît au fil du récit comme la manifestation du divin chez les personnes les plus justes, celles guidées par un cœur pur et qui savent l’écouter. La glorification des croisés s’appuie alors sur la peinture de leurs émotions et de leur maîtrise de celles-ci : la volonté de justifier l’action prépondérante des laïcs dans la lutte religieuse exploite cette représentation de l’homme juste, à l’écoute de ses émotions, qui sont d’inspiration divine pour des hommes exceptionnels, tel le chevalier au Cygne dit « ami de Dieu » ou son descendant Godefroy de Bouillon. La pureté initiale de ce lignage permet la conquête mais s’affaiblit progressivement, en une déréliction entraînant la perte de la Terre Sainte et manifestée par une part croissante laissée à des émotions déraisonnables, souvent sous l’impulsion de mauvais conseillers comme dans le cas de Baudouin III.

  • 48 F. GÓMEZ REDONDO, op.cit., p.1026.

40La Gran Conquista de Ultramar frappe par la diversité et la richesse des enseignements politiques, ce qui explique sans doute son succès à la fin du XIIIe siècle et son impression à l’aube du XVIsiècle. La chronique, achevée dans les ateliers de Sanche IV, permettait, à travers une réflexion sur la fondation des États latins, sur les conflits des successions et la nécessité de légitimité, d’élaborer et affirmer une nouvelle image royale48. Le portrait de la reine régente Mélisende est en cela particulièrement intéressant par sa dimension hautement laudative, certes issue de la plume de Guillaume de Tyr en raison des allégeances qui étaient les siennes, mais reprise, amplifiée et diffusée par le traducteur castillan. Une comparaison plus détaillée de ces passages dans leurs différentes versions sera nécessaire dans un prochain travail, mais on peut déjà s’interroger sur l’éventuelle influence du rôle de María de Molina dans l’intérêt castillan pour ces questions. De même l’attention portée sur la pureté lignagère semble offrir une lecture enrichie par les conflits de la succession d’Alphonse X et les troubles nés de la remise en cause de la légitimité du mariage de Sanche IV. La chronique des croisades remplit bien ici la fonction d’un discours de légitimation du pouvoir royal en même temps qu’une collection d’exemples, inspirant le lecteur par les émotions qu’elle suscite.

Inicio de página

Notas

1 Pascual de GAYANGOS, La Gran Conquista de Ultramar que mandó escribir el rey don Alfonso el Sabio, Biblioteca de Autores Españoles, t. 44, Madrid : Ediciones Atlas, 1951. Désormais GCU.

2 Fernando GÓMEZ REDONDO, Historia de la prosa medieval castellana, I. La creación del discurso prosístico : el entramado cortesano, Madrid : Cátedra, 1998, p. 1034-1038. Consulter également Cristina GONZÁLEZ, La tercera crónica de Alfonso X : La Gran Conquista de Ultramar, Londres : Tamesis Books, 1992, p. 25-37.

3 On conserve quatre manuscrits : le ms. 1187 recopié entre 1295 et les débuts du XIVe siècle, Madrid, Biblioteca Nacional ; les ms. 1920 et 2454, Salamanque, Biblioteca Universitaria ; le ms. 1968. Il est possible que les manuscrits de Madrid, ms. 2454 et Salamanca, ms. 1698 proviennent d’un même texte source. La Gran Conquista de Ultramar fut imprimée par Hans Giesser à Salamanque en 1503. La tradition du texte serait divisée en deux branches : dans la première on place les ms. 1187 et 1920 de la Biblioteca Nacional de Madrid ; dans la seconde, les autres témoignages conservés, le ms. 2454 étant la source directe de l’imprimé. Pour l’édition du manuscrit le plus ancien : La Gran Conquista de Ultramar : Biblioteca Nacional MS 1187, Louis Cooper et Franklin M. Waltman (éd.), Madison : Hispanic Seminary of Medieval Studies, 1989.

4 L’émotion semble avoir conquis sa place dans le discours scientifique récemment, en désignant ce qui n’entrait pas dans la Raison universelle victorieuse de la modernité ; lire à ce propos Damien BOQUET et Piroska NAGY, « Une histoire des émotions incarnées », 61 | automne 2011 : La chair des émotions, p. 5-24 ; [en ligne] depuis le 17 janvier 2012, consulté 3 octobre 2016. URL : https://medievales.revues.org/6249?lang=en ; DOI : 10.4000/medievales.6249. Barbara ROSENWEIN, Marie-Hélène DEBIES et Catalina DEJOIS, « Histoire de l'émotion : méthodes et approches », Cahiers de civilisation médiévale, 49e année (n°193), janvier-mars 2006. La médiévistique au XXe siècle. Bilan et perspectives, sous la direction de Martin Aurell. p. 33-48.

5 Christian PLANTIN, Marianne DOURY et Véronique TRAVERSO, Les émotions dans les interactions, Lyon : Arci/Presses universitaires de Lyon ; Ruth AMOSSY, « Argumentation et Analyse du discours : perspectives théoriques et découpages disciplinaires », in : Argumentation et Analyse du Discours 2000. [En ligne], 1 | 2008, mis en ligne le 06 septembre 2008, Consulté le 17 novembre 2016. URL : http://aad.revues.org/200.

6 Jean FLORI, « Pour une redéfinition de la croisade », Cahiers de civilisation médiévale, 47e année, n°188, Octobre-décembre 2004. p. 329-349. [En ligne], consulté le 10 janvier 2017. URL : www.persee.fr/doc/ccmed_0007-9731_2004_num_47_188_2891 ; DOI : 10.3406/ccmed.2004.2891.

7 Robert Francis COOK, Chanson d’Antioche, chanson de geste : Le cycle de la croisade est-il épique ?, John Benjamins (éd.), Purdue University Monographs, 2, 1980.

8 Paul ROUSSET, « Recherches sur l'émotivité à l'époque romane », Cahiers de civilisation médiévale, vol. 2, nº 5, 1959, p. 53-67.

9 GCU, prologue, p. 1.

10 Idem.

11  L’ethos est l’élaboration par le locuteur d’une image favorable de sa personne destinée à lui conférer pouvoir et influence et le pathos est un discours s’adressant aux sentiments de l’auditoire aux dépens de la réflexion. Lire à ce propos R. AMOSSY, « Argumentation et Analyse du discours : perspectives théoriques et découpages disciplinaires », Argumentation et Analyse du Discours [En ligne], 1 | 2008, mis en ligne le 06 septembre 2008, Consulté le 17 novembre 2016. URL : http://aad.revues.org/200.

12 J. FLORI, Les croisades. Origines, réalisations, institutions, déviations, Paris : Éditions Jean-Paul Gisserot (Histoire), 2001, p. 27-28. Lire également du même auteur : Guerre sainte, jihad, croisade. Violence et religion dans le christianisme et l’islam, Paris : Seuil, 2002, p. 324-327.

13 GCU, chap. 21, p. 41.

14 Idem.

15 Ibid., chap. 24, p. 12. 

16 Ibid., chap. 25, p. 13

17 Consulter Ghislaine FOURNÈS, « La geste sacrée de Pierre l’Ermite, pèlerin et croisé dans la Gran Conquista de Ultramar », Cahiers d’études hispaniques médiévales, 2007/1, 30, p. 55-66 ; ainsi que J. FLORI, Les croisades. Origines…, p. 27-28.

18 La Gran Conquista de Ultramar : Biblioteca Nacional…, p. 21a. J’utilise quand nécessaire, l’édition de Louis Cooper, plus complète.

19 Idem.

20 Susanna THROOP, Crusading as an act of Vengeance, 1095-1216, Farnham : Ashgate, 2011.

21 Sandra McENTIRE, « The doctrine of Compunction from Bede to Margery Kempe », in : The Medieal Mystical Tradition in England, Cambridge : D. S. Brewer, 1987. Lucien BESZARD, Les larmes dans l’épopée, Halle sur Saale : E. Karras, 1903.

22 Les cisterciens en particulier, Bernard de Clairvaux, Guillaume de Saint Thierry et Aelred de Rievaulx élaborent une mystique favorable aux larmes. Consulter à ce propos P. NAGY, Le don des larmes au Moyen Âge. Un instrument en quête d'institution (Ve-XIIIe siècle), Paris : Albin Michel, 2000.

23 Les larmes seraient une intéressante convergence de l’âme et du corps, fonctionnant en synergie pour réaliser un plan divin. Lire à ce propos Jérôme BASCHET, « Âme et corps dans l’Occident médiéval : une dualité dynamique, entre pluralité et dualisme », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 112 | octobre-décembre 2000, mis en ligne le 19 août 2009, consulté le 26 mars 2017. URL : http://assr.revues.org/20243 ; DOI : 10.4000/assr.20243, p. 5-30

24 GCU, chap. 51, p. 348b.

25 Ibid., chap. 333, p. 628.

26 Ibid., chap. 208, p. 291.

27 Ibid., chap. 208, p. 292.

28 Ibid., chap. 32, p. 338b.

29 Ibid., chap. 225, p. 125.

30 Cet épisode auquel la Chanson d’Antioche consacre trois laisses seulement (II, 3-9), subit un développement considérable dans la GCU (chap. 60, p. 211-212) qui renchérit comme d’habitude sur les détails donnés par son modèle et suit ici un manuscrit très tardif de la Chanson française. Lire à ce propos Suzanne DUPARC-QUIOC, « La composition de la Chanson d’Antioche », Romania, 83, 1, 28, 1962, p. 1-29 ; et Lewis A. M. SUMBERG, La Chanson d'Antioche. Étude historique et littéraire. Une chanson en vers français de la première croisade par le pèlerin Richard, Préface de P. le Gentil, Paris : Édition A. et J. Picard, 1968, p. 254. Pierre refuse de donner son âne aux affamés et l’évêque du Puy dit le bénédicité sur les cadavres des Turcs. C’est la première fois que la poésie épique chante les exploits de la gens minuta. L. A. M. SUMBERG, op. cit., p. 369.

31 GCU, chap. 60, p. 213.

32 GCU, chap. 73, p. 234.

33 La GCU (chap. 73, p. 234), amplifiant toujours les données de la chanson provençale, fait réaliser quatre échelles de cuir par le renégat et son fils, tandis que la Chanson d’Antioche narre que les croisés apportent leur propre échelle, ce qui parait moins vraisemblable. L. A. M. SUMBERG, op. cit., p. 272.

34 GCU, chap. 54, p. 349b.

35 Idem.

36 GCU, chap. 54, p. 350b.

37 GCU, chap. 54, p. 351a et b.

38 Si ce discours est à rattacher aux Lamentations de Jérémie de l’Ancien Testament, un texte fréquemment utilisé lors des offices liturgiques de la Semaine Sainte au Moyen âge, il rappelle surtout l’élégie « ¡ Ay Jerusalén ! », poème du milieu du XIIIe siècle pleurant la chute de la ville sainte en 1244 aux mains des Turcs. Le poème dit s’appuyer en particulier sur deux lettres témoignant de la situation des chrétiens de Terre Sainte. Alan DEYERMOND, « ¡Ay, Iherusalem!, estrofa 22: traductio y tipología », in : Estudios ofrecidos a Emilio Alarcos Llorach, 1, Oviedo : Universidad de Oviedo, 1977, p. 283-290. Enzo FRANCINI, « Ay, Ihérusalem : nuevas fuentes y fecha de composición », in : Revista de poética medieval, 15, 2005, p. 11-38. Juan Manuel CACHO BLECUA et María Jesús LACARRA DUCAY, Historia de la literatura española, 1, Barcelone : Crítica, 2012, p. 90.

39 Reine de Jérusalem (1131-1143) puis régente (1143 à 1152), Mélisende est la fille aînée de Baudouin II du Bourg, roi de Jérusalem et de Morfia de Malatya. Baudouin II pour se faire mieux accepter de la population arménienne, majoritaire à Édesse, avait épousé Morfia, fille d’un seigneur arménien. Consulter à ce propos René GROUSSET, Histoire des croisades et du royaume franc de Jérusalem, 2, 1131-1187 L'équilibre (1ère édition 1935), Paris : Perrin, 2006, p. 320-22 ; et Hans EBERHARD MAYER, « Studies in the History of Queen Melisende of Jerusalem », in : Dumbarton Oaks Papers, Dumbarton Oak:, Harvard University, vol. 26, 1972, p. 95-182.

40 La Gran Conquista de Ultramar : Biblioteca Nacional…, p. 11b.

41 Ibid. p. 36b.

42 Ibid., p. 37b.

43 Claude CAHEN, La Syrie du nord à l’époque des croisades et la principauté franque d’Antioche, chap. 3 : « L’évolution de l’Église d’Antioche », [en ligne], Damas : Presses de l’Ifpo, 1940 (généré le 16 novembre 2016). Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/ifpo/6193>. ISBN : 9782351594186. DOI : 10.4000/books.ifpo.6193.

44 La Gran Conquista de Ultramar : Biblioteca Nacional…, p. 5b.

45 GCU, chap. 271, p. 441.

46 GCU, chap. 346, p. 480. On connaît surtout Aimery de Limoges comme auteur de la Fazienda de Ultramar.

47 Ibid.

48 F. GÓMEZ REDONDO, op.cit., p.1026.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Julia Roumier, « Convaincre par l’émotion dans la Grant Conquista de Ultramar », e-Spania [En línea], 27 | juin 2017, Publicado el 12 junio 2017, consultado el 25 septiembre 2017. URL : http://e-spania.revues.org/26596 ; DOI : 10.4000/e-spania.26596

Inicio de página

Derechos de autor

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Inicio de página
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org