Navegación – Mapa del sitio
L’argument de l’affect dans l’historiographie médiévale

L’amour comme lien politique dans la Estoria de España d’Alphonse X le Sage

Soizic Escurignan

Resúmenes

Esta comunicación pretende estudiar el papel del amor político en el argumentario historiográfico y sobre todo político de la Estoria de España de Alfonso X el Sabio, en particular en la parte consagrada a la época romana. De hecho, el afecto que vincula el que manda y su “vasallo” parece ser un tema recurrente en el relato de la conquista de la península ibérica por Roma. El análisis de dicho tema debería permitirnos poner de realce en qué medida el amor político pudo ser usado como argumento del discurso historiográfico por el Rey Sabio, discurso dirigido a nobles, muchas veces rebeldes ante su autoridad.

Inicio de página

Texto completo

  • 1 Damien BOQUET, L’ordre de l’affect au Moyen Âge. Autour de l’anthropologie affective d’Aelred de Ri (...)
  • 2 Ibid, p. 38.
  • 3 Alphonse X, Primera crónica general. Estoria de España que mandó componer Alfonso el Sabio y se con (...)
  • 4 Carlos HEUSCH, « Polysémie de l’amour dans le Moyen Âge ibérique », Cahiers d’études hispaniques mé (...)
  • 5 Georges MARTIN, « Amour (Une notion politique) », Annexes des Cahiers de linguistique hispanique mé (...)
  • 6 C. HEUSCH, art. cit., p. 18.

1Les affects, en tant que « mouvements particuliers qui participent de la sensibilité de l’âme »1 sont nombreux : la colère, la crainte, la haine, l’espoir, la pitié…2 Dans le cadre de cette journée d’étude, j’ai choisi de m’intéresser à la notion d’amour et plus particulièrement à l’amour politique, et à sa place dans l’argumentaire de la Estoria de España d’Alphonse X le Sage3. On peut définir l’amour politique comme une relation verticale4 c’est-à-dire une relation de hiérarchie ou de subordination qui unit le seigneur et son vassal, « sur la base d'un contrat fixant les termes d'un échange de services »5. C’est un « élément clé de la dépendance féodo-vassalique »6 au Moyen Âge, ce qui correspond au contexte historique et politique de la production de la chronique dont la versión primitiva que j’utilise ici a été rédigée entre 1270 et 1274, et qui s’intègre dans un projet politique et sociétal plus large.

  • 7 Alphonse X, Las Siete Partidas del muy noble rey don Alfonso el Sabio, glosadas por el licenciado G (...)
  • 8 C. HEUSCH, art. cit., p. 13.
  • 9 Ibid., p. 13.
  • 10 Ibid., p. 13 et 15.
  • 11 Ibid., p. 15.
  • 12 Ibid., p. 13-14.

2Dans le cadre juridique que constituent les Siete Partidas7, l’amour apparaît défini à travers certaines lois qui codifient l’amour vertical et l’amour horizontal. L’amour horizontal8 est « fondé sur une idée d’égalité, au moins discursive, entre les êtres »9, c’est-à-dire l’amitié et le couple. L’amour vertical10, non moins réciproque, implique une distance, une hiérarchie entre ceux qui s’aiment, c’est le cas de Dieu et des hommes, des parents et de leurs enfants, et du seigneur et de ses vassaux. Cette sorte d’amour sert à décrire, régler un certain nombre de relations au sein de la société, dans le domaine familial, religieux et politique. Le terme « amor », particulièrement polysémique, est donc très présent dans les Siete Partidas. Ceci me semblant cohérent puisque « le christianisme se présente comme une religion fondée sur l’amour – face à la religion de la Loi »11, ce qui en fait « l’une des notions les plus importantes du Moyen Âge et aussi, logiquement, l’une de celles qui a fait l’objet de plus de théorisations »12.

  • 13 Aux dépens du verbe « amar » ou des termes renvoyant à l’amitié (« amigo », « amiztad ») que l’on r (...)

3Il s’agit d’étudier cet amour politique dans la Estoria de España qui par sa nature historiographique semble moins propice à une théorisation politique explicite. J’ai donc focalisé mon attention sur le terme « amor »13 et le privatif « desamor » dans un contexte de relations vassaliques, mais il y a peu d’occurrences dans le récit centré sur les relations du Roi et de ses sujets (contrairement aux Siete Partidas en raison sans doute de la nature des textes). En revanche, ce qui apparaît, c’est le rôle que peut jouer l’amour dans la création des liens de fidélité entre le (nouveau) seigneur et ses hommes ou ses alliés. C’est pourquoi j’ai choisi le récit du début de la conquête romaine de la péninsule, qui semble accorder une importance particulière à ces notions à travers le récit mettant en scène la famille des Scipion. Ceci afin de mettre en évidence leurs manifestations et leurs implications où enjeux, et d’établir dans quelle mesure cet affect peut être utilisé comme un argument du récit.

4Trois membres de la famille romaine des Scipion occupent une place particulière au sein du récit de l’occupation romaine de la péninsule Ibérique dans la chronique : Cnaeus Cornelius Scipion († 211 av. J.-C.), son frère Publius Cornelius Scipion († 211 av. J.-C.), et le fils de ce dernier, Scipion l’Africain († 183 av. J.-C.). Cette importance particulière est due à plusieurs facteurs : ce sont les premiers Romains qui apparaissent dans la partie que le récit consacre à Rome (après un premier chapitre d’introduction générale) ; ils sont les protagonistes de dix-sept chapitres (chapitres 24 à 40) ce qui est bien plus que pour les autres consuls ou généraux (si l’on excepte Pompée et César), et enfin, c’est ce qui va nous intéresser ici, les Scipion se distinguent par leur méthode de conquête.

  • 14 PCG, 24, p. 19, 35a.
  • 15 Ibid., 24, p. 19, 35a-36a.
  • 16 Ibid., 24, p. 19, 36a.
  • 17 Ibid., 24, p. 19, 36a.
  • 18 Ibid.,, 24, p. 19, 38a-39a.
  • 19 Ibid., 24, p. 19, 36a.
  • 20 Ibid., 24, p. 19, 37a et 26, p. 19, 34b.
  • 21 Ibid., 23, p. 18, 23b ; 26, p.19, 32b ; 32, p.23, 25a-30a.
  • 22 Ibid., 26, p. 19, 31b-43b.

5Les deux premiers Scipion sont deux frères, les proconsuls Cnaeus et Publius. Lorsqu’ils entrent en Espagne, ils appliquent selon le récit une politique novatrice. La chronique utilise le verbe « falagar »14, c’est-à-dire « apaiser, pacifier, montrer de l’affection, faire preuve si ce n’est de soumission au moins d’humilité, se rendre agréable, plaire, être source de satisfaction », ce que l’on pourrait résumer par s’attirer les faveurs d’autrui en incluant une notion de respect et d’affection de la part de celui qui cherche à séduire. Ce rapprochement passe par la promesse « prometelles »15 de leur rendre des services ou de leur apporter ce qu’ils demandent : « fazelles bien »16, « faziendoles mucho de bien »17, et surtout la fidélité à ceux dont ils ont conquis le cœur : « […] los que pudieron auer por amor no les quisieron fazer mal »18. La chronique utilise alors le terme « amor » à deux reprises pour décrire leurs rapports avec les guerriers locaux. Plus que gagner le cœur des hommes (« ganar los »19 et répétition de « tornaron »20), cette méthode permet de « ganar la tierra »21, c’est-à-dire de reconquérir les territoires perdus et d’en conquérir de nouveaux22. Les deux frères sont ensuite tous les deux tués dans le contexte des guerres puniques, ce qui laisse le champ libre au général carthaginois Hasdrubal Barca : 

  • 23 Ibid., 27, p. 20, l.30a-35a.

[…] començaron a tenderse por espanna e a destroyr toda la tierra, assi cuemo la lagosta destruye todos los frutos, de guisa que metieron toda la tierra en so sennorio mas por premia que por amor23

  • 24 Exode 10 : 1-20. La Bible, trad. de Pierre de Beaumont, Barcelone : Fayard-Mame, Société d’histoire (...)
  • 25 PCG, 28, p. 20, 42a-14b.
  • 26 Ibid., 28, p. 20, 43b-49b.
  • 27 Ibid., 28, p. 20, 20b-40b.
  • 28 Ibid., 28, p. 21, 32a.
  • 29 Ibid., 29, p. 21, 1b-6b : « […] entendio que non podrie tomar aquellos nauios sino por algun arte; (...)

6La chronique compare donc les Carthaginois à des sauterelles, ce qui rappelle l’épisode biblique de la huitième plaie d’Égypte24 et renforce l’idée de dévastation de l’Espagne. Cette brève mais frappante description qui prend le contrepied du récit des conquêtes menées par les Scipion, permet de souligner leur valeur. Cependant la finesse tactique des Scipion ne serait rien dans le récit sans Scipion l’Africain, qui, à seulement 24 ans, est décrit comme un homme très courageux et comme un grand stratège. En effet, en 216 av. J.-C., après la défaite de Cannes qui ouvre la route de Rome à Hannibal Barca, il est le seul à vouloir se battre et défendre la cité, quand les autres sont prêts à fuir et à reconstruire ailleurs25. Un peu plus loin, il est à nouveau le seul qui veut bien se dévouer pour aller en Espagne26 alors que tous ont peur. Dès le premier chapitre qui lui est consacré, il apparaît donc comme une figure exceptionnelle au milieu des Romains. La chronique le présente aussi comme un fin stratège puisqu’il réorganise à lui tout seul l’armée romaine, d’abord en la séparant en cinq branches égales car Rome se bat alors sur cinq fronts27, ensuite, en résolvant les trois manques dont souffrait l’armée : le manque d’hommes, le manque d’armes et le manque d’argent. Pour ce faire, il recrute les esclaves et gracie les voleurs et il réquisitionne les armes et les biens des temples et des hommes. Ces conseils, suivis par la République, lui valent d’être rapidement nommé proconsul28. Il fait preuve de la même intelligence au combat puisque face à la flotte d’Hannibal qu’il ne peut combattre frontalement, il échafaude un plan consistant à creuser des tunnels jusqu’aux bateaux de l’ennemi. Les soldats romains peuvent alors s’en emparer directement avant que d’autres navires carthaginois ne viennent à la rescousse29.

  • 30 Ibid., 29, p. 21, 19b-22b : « […] e partio los catiuos e las ganancias que fiziera, de guisa porque (...)
  • 31 Ibid., 29, p. 21, 19b-22b.
  • 32 Ibid., 30, p. 22, 23a-27a.

7Cependant, sa plus grande réussite et ce qui occupe une grande extension dans la narration de sa vie, c’est sa capacité à s’attirer la fidélité de ses hommes et aussi à conquérir celle des Espagnols. Il sait ainsi conserver la fidélité de ses alliés en distribuant équitablement les butins et en augmentant sensiblement la part de chacun lorsque les butins sont particulièrement importants30. De cette façon, ses hommes ont « grand sabor de yr con el e daguardalle »31, ce qui est finalement une sorte de définition de la fidélité que les soldats doivent à leur chef : le suivre sans devoir y être forcé, et le protéger. De plus, ceux que la chronique nomme déjà les Espagnols n’ont pas oublié le père et l’oncle de Scipion, et Scipion n’a pas oublié non plus comment son père les avait respectés et aimés et il les traite à son tour de la même façon lorsqu’ils viennent à lui : « […] uinieron a el los caualleros de Celthiberia, aquellos que ouieran dantes amor con sos tios, y el recibiolos muy bien e pusoles a todos grandes soldadas e fizoles mucho dalgo »32. Il me semble que l’on peut voir dans ce rapprochement mutuel décrit par la chronique l’idée/nécessité de fidélité au lignage : fidélité du suzerain aux vassaux du père et de l’oncle, et fidélité des vassaux au descendant du suzerain. Scipion montre son respect et sa bienveillance envers les Espagnols en libérant les captifs, au contraire des prisonniers africains (carthaginois) qui résistent jusqu’au bout et qui sont envoyés à Rome ou vendus :

  • 33 Ibid., 30, p. 22, 27a-31a.

[…] por mostrar mayor amor a los espannoles tomo todos los presos que dellos tenie, e diolos a sos parientes en don; e los otros que tenie dAffrica, que no enuiara a Roma, mandolos todos uender33.

8La Estoria de España raconte alors l’histoire d’une jeune fille prisonnière qui n’est pas sans rappeler l’épisode du viol de la fille (ou épouse) du comte Julien par le roi Rodrigue, mais avec une attitude et des conséquences complètement opposées. En effet, là où Rodrigue viole la jeune noble qu’il avait en garde, Scipion libère la jeune fille, la rend à sa famille et s’assure qu’elle épouse bien celui à qui elle avait été promise. Grâce à sa magnanimité et son comportement exemplaire, il gagne encore une fois le respect, la reconnaissance et l’amour des parents des jeunes mariés qui s’empressent de répandre la nouvelle :

  • 34 Ibid.,, 30, p. 22, 47a-53a.

[…] de guisa que por este fecho que fizo, todos los parientes del nouio e de la nouia guisaron que todos los mas e los meiores omnes dEspanna se uinieron pora el, e partieronse de Asdrubal, e fezieron ques le tornaron muchas uillas e castiellos e todo lo demas de la tierra34.

Contrairement à Rodrigue que l’historiographie rend responsable de la perte de l’Espagne, Scipion lui, la conquiert.

  • 35 Ibid., 34, p. 24, 21a.

9La chronique insiste sur le fait que le père et l’oncle de Scipion étaient fidèles à leur parole, et Scipion l’Africain va plus loin en faisant pour la première fois confiance à la parole donnée par l’ennemi. En effet, un roi (dont la chronique ne donne pas le nom) refuse de lui obéir et lui résiste. Une grande bataille s’ensuit, remportée par Scipion qui offre un pacte (« adobo »35) au roi rebelle. Cependant, au lieu de prendre des otages pour s’assurer que le roi tiendrait sa parole, Scipion refuse :

  • 36 Ibid., 34, p. 24, 27a-36a.

[…] tanto fue grand ell amor que mostro Cipion a aquel rey, que non gelas quiso tomar, maguer gelas el querie dar […]. E segund cuentan las estorias, este Cipion fue el primero princep que se fio en palaura de sos enemigos sin tomar arrahenes dellos36.

  • 37 Ibid., 34, p. 24, 40a-41a : « toda la tierra sessegada ».
  • 38 Ibid., 39, p. 26, 41b-43b.

10Au contraire le général romain choisit de faire confiance à son nouvel allié. Pour la chronique, c’est grâce à cette tactique que Scipion réussit ce qu’aucun homme n’avait fait jusque-là et que les Romains après lui auront beaucoup de mal à pérenniser : la conquête totale de la péninsule Ibérique37. Cependant, cela ne dure pas. De la même façon qu’Hasdrubal servait dans le récit de contre-exemple aux premiers Scipion, l’exemplarité de l’Africain est à son tour mise en valeur par les consuls et généraux romains qui prennent sa suite en Espagne. En effet, ceux-ci n’ont pas du tout la même politique de réciprocité que lui, ils ne témoignant ni honneur ni amour à leurs alliés : « […] los otros romanos que y ficaran no les sabien fazer onra ni amor, assi com el, despagaron se dellos e alçaron se luego »38, ou un peu plus loin on lit :

  • 39 Ibid., 41, p. 27, 7b-12b.

[…] tan grand era el desamor que auien con los otros que les enuiaran por mucho mal que les fizieran, que estauan assi cuemo desesperados, teniendo que numqua de Roma les uernie sino mal39.

  • 40 Ibid., 39, p. 26, l.53b - p. 27, 2a.
  • 41 Ibid., 41, p. 27, 17b-20b.
  • 42 Ibid., 42, p. 28, 30a-36a : « llamolos todos cuemo pora corte, assegurandolos que uiniessen a saluo (...)
  • 43 Ibid. L’expression se trouve dans le titre du chapitre 42, p. 28.

11Les révoltes sont nombreuses et les Romains ne savent plus qu’utiliser la force pour conserver le pouvoir : « […] mataron tantos dellos que por fuerça fizieron fincar Espanna en sennorio de los Romanos »40, ou encore « […] tomo por fuerça cient e cinquaenta castiellos, e apodero de guisa la tierra, que la torno toda al sennorio de Roma »41. Une trentaine d’années après la mort de Scipion l’Africain (150 av. J.-C.), Sergio Galba (Servius Sulpicius Galba) attire même les Lusitaniens en leur promettant de négocier la paix dans le seul but de les massacrer tout à son aise42. La chronique parle alors de la « traycion que fizo »43 qui justifie la révolte de toute la société : 

  • 44 Ibid., 43, p. 28, 45a-49a.

[…] tan grand era ell omezillo que auien los dEspanna con los romanos, que non tan solamientre los grandes omnes se leuantauan contra ellos, mas aun los otros caualleros menores, e los omnes de pie44.

  • 45 Ibid., 26, p. 19, 33b-35b.
  • 46 Ibid., 30, p. 22, 33a-34a et 40a.
  • 47 Ibid., 31, p. 22, l.36b-39b.
  • 48 Ibid., 34, p. 24, 30a-33a.
  • 49 Ibid., 34, p. 24, 12a-13a.
  • 50 Le terme « amor » est déjà utilisé pour opposer Hispan et Hercule, mais sans préciser en quoi consi (...)

12La chronique présente donc Scipion l’Africain, ainsi que son père et son oncle comme de fins stratèges qui sont capables de gagner l’amour des Espagnols dans le but de conquérir la péninsule, et qui ne se trompent pas dans le choix de leurs alliances. En effet, les deux frères choisissent notamment les guerriers de la vallée de l’Èbre45, et Scipion des hommes de (muy) grand linage46 et un roi, de façon à s’attirer l’amour des guerriers, des familles puissantes et de ceux sur qui ils ont de l’influence : « Cipion, que era muy sabidor de guerra e dauer las gentes de so part, sopolo fazer de guisa que amauan a el y desamauan a Asdrubal »47 ; « […] e tod esto fazie por sabor dauelle de la su part mas enteramient; ca entendio que era omne con que podrie la tierra apoderar e auella mas asso mandado »48 ; « e puso otrossi amiztades con aquellos que touo por que podrie meior acabar so fecho »49. Il y a donc bien une finalité politique et militaire derrière cet amour. Ces généraux ne sont pas les premiers à réaliser des alliances dans le texte, mais ce sont les premiers qui tiennent parole et méritent la confiance et l’affection des Celtibères. Et c’est là que réside à mon sens l’originalité50 des Scipion dans le récit : il s’agit de relations de réciprocité. Les Romains gagnent l’amour des Espagnols et conservent leur fidélité, mais à condition de faire preuve de la même considération envers eux.

  • 51 Scipion l’Africain doit son surnom à sa grande victoire contre Hannibal en 202 av. J.-C. qui marque (...)
  • 52 PCG, 23, p. 18, l.22b-25b.
  • 53 Ibid., 24, p. 19, 38a-41a.
  • 54 Ibid., 26, p. 19, l.31b-43b.
  • 55 Ibid., 30, p. 22, 23a-54a.
  • 56 Ibid., 32, p. 23, 25a-30a.
  • 57 Ibid., 27, p. 20, l.30a-35a.

13Tous les Scipion n’en apparaissent pas moins comme de redoutables guerriers51, ils sont fidèles à ceux dont ils ont conquis les cœurs mais utilisent la force pour contraindre ceux qui leur résistent. Les termes « amor » ou « amistad » sont opposés à cinq reprises à la brutalité dans des structures de phrases semblables : « Espanna no la ganaron de comienço por fuerça darmas, mas por amiztad que pusieron con algunos dellos »52 ; « […] los que pudieron auer por amor no les quisieron fazer mal, et a los otros matauan los et astragauan los quanto mas podien »53 ; « […] los romanos començaron a ganar la tierra lo uno por amor, lo al por fuerça »54 ; « […] fezieron ques le tornaron muchas uillas e castiellos e todo lo demas de la tierra, e algunas dellas por lit, pero la mayor partida por amor »55 ; « Cipion uencie siempre e ganaua la tierra lo uno por amor, e lo al por fuerça »56. On voit que « amor » et « fuerza » semblent s’opposer, mais pas complètement en réalité. En effet, ces notions seraient plutôt complémentaires, un bon conquérant ou un bon seigneur doit faire appel à la seconde lorsque la première n’a pas fonctionné. En revanche, la force apparaît bien comme élément destructeur et contraire à l’amour si elle est utilisée seule. C’est le cas d’Hasdrubal qui conquiert des territoires « mas por premia que por amor57 », semant la destruction et perdant finalement tous ses alliés en Espagne. C’est aussi le cas des Romains, en particulier de Sergio Galba qui trahit ses promesses et les hommes qui avaient placé leur confiance en lui. On perçoit donc une rupture entre les mandats des Scipion et de leurs successeurs, rupture que la chronique marque formellement à la fin des dix-sept chapitres qui leur sont consacrés et qui apparaissent comme une véritable sous-partie de l’histoire romaine. En effet, la Estoria de España conclut ainsi après la mort de Scipion l’Africain :

  • 58 Ibid., 40, p. 27, 47a-51a.

[…] mas agora dexa ell estoria de fablar dellos, e torna a contar como los espannoles se alçaron contra Roma, e de las muy porfiosas contiendas que ouieron con ellos fasta que uinieron los godos58.

  • 59 Ibid., 18, p. 16.
  • 60 Ibid., 417, p. 238.
  • 61 Ibid., 41, p. 27, 8b.
  • 62 Ibid., 78, p. 57 ; 90, p. 65 ; 91, p. 66 et 67.
  • 63 Ibid., 182, p. 132.
  • 64 Ibid., 420, p. 239.
  • 65 Ibid., 78, p. 57, 29b-31b.

14En plus d’introduire un pont vers les Goths, cette conclusion établit nettement la dichotomie entre d’un côté l’amour politique des Scipion et les vertus qui en découlent, et d’un autre côté les manifestations du « desamor » que le récit place à l’origine des difficultés que les Romains rencontrent en Espagne par la suite. En effet, là où les Scipion sont associés à l’amour et à la paix, les Romains traitres à leur parole et les Carthaginois sont associés au « desamor ». Ce privatif apparaît à onze reprises dans la chronique. En quatre occasions, il s’agit de décrire les relations « normales » entre deux chefs ou royaumes en guerre, notamment les Carthaginois et Rome59 ou le roi wisigoth Théodoric II et le roi suève Rechiaire60. À sept autres reprises, le terme « desamor » sert à décrire les relations, cette fois anormales, entre alliés. C’est ce qui sépare les Espagnols et les Romains qui succèdent à Scipion61, ce qui sépare Pompée et César qui se livrent une guerre fratricide62 motivée par la jalousie et l’orgueil, ce qui sépare encore Vespasien et Néron63, le comportement exemplaire de l’un ne pouvant s’accorder avec le comportement violent de l’autre, et enfin ce qui pousse un comte romain à trahir Rome au profit des Goths64 : « […] por que non deuiera seer este mal ni este desamor, sino por enuidia et soberuia que uencen todas cosas, o ellas an poder »65. On peut alors dégager le sens que la chronique donne au terme « desamor » qui est associé au mal. Il surgit là où il y a jalousie, orgueil et finalement trahison entre alliés et même entre généraux d’une même cité, ce qui mène à la destruction morale des liens que l’amour et la fidélité ont établis, puis à la destruction physique causée par la guerre.

15Dans le récit de la conquête de l’Espagne, l’usage politique de l’amour sert donc d’échelle pour mesurer la valeur d’un seigneur. Il est ce qui permet la conquête figurée des cœurs, ce qui entraîne alors la conquête bien réelle des territoires et la paix. En revanche, la chronique jette l’opprobre sur la trahison qui détruit les liens et mène à l’envie et l’orgueil (qui sont à la fois causes et manifestations) et à la discorde. La chronique définit donc l’amour par association (justice et surtout paix) et opposition (contrainte, envie, orgueil, discorde). Il est non seulement vecteur d’alliances mais aussi ce qui les rend pérennes puisqu’il implique la fidélité. La Segunda Partida, qui est consacrée au rôle du roi, affirme ainsi dès le premier titre que son pouvoir est fondé sur l’amour réciproque, associé à la justice, à l’honneur et à la fidélité :

  • 66 ALPHONSE X, Las Siete Partidas…, Partida 2, Titre 1, Loi 3, p. 373.

[…] el mayor poderio, e mas complido, que el Emperador puede auer de fecho en su Señorio, es quando el ama a su gente, e es amado della. E mostraron que se podria ganar e ayuntar este amor, faziendo el Emperador justicia derecha a los que la ouieren menester, e auiendo a las vegadas merced en las cosas que con alguna razon guisada la puede fazer, e honrrando su gente de palabra66.

  • 67 Loc. cit.
  • 68 Loc. cit.
  • 69 Loc. cit.

16La même loi précise aussitôt que le roi peut perdre cet amour dans trois cas : l’injuste (« torticero »67), le mépris (« despreciase, e abiltasse los omes de su Señorio »68) et la cruauté (« fuesse tan crudo contra ellos, que ouiessen a aver del gran miedo »69).

  • 70 Damien BOQUET et Piroska NAGY, Sensible Moyen Âge, une histoire des émotions dans l’Occident médiév (...)
  • 71 Julio VALDEÓN BARUQUE, Alfonso X el Sabio, la forja de la España moderna, Madrid : Temas de hoy, 20 (...)
  • 72 Lire à ce propos H. Salvador MARTÍNEZ, Alfonso X, el Sabio : una biografía, Madrid : Polifemo, 2003 (...)
  • 73 M. González Jiménez, op. cit., p. 133.

17L’amour contribue à décrire et régler/ordonner les liens au sein de la société médiévale : amour spirituel, amour politique, amour familial. Comme le rappelle l’historien Damien Boquet, « dans ce monde où la hiérarchie compte autant que les liens du sang et l’alliance, l’émotion devient la matière même de la relation sociale, voire son moyen d’expression »70. Dans cette partie de la chronique, on peut donc parler du recours à l’affect comme d’un argument dans la construction du projet historiographique et surtout politique d’Alphonse X. Cet argument est placé sur un double plan d’énonciation : les Scipion s’adressent aux Celtibères, et le Roi Sage à ses lecteurs/auditeurs. Dans les deux cas, il s’agit de les convaincre d’être fidèles à leur suzerain, de lui obéir et de le protéger. L’argument étant renforcé par la démonstration des conséquences de la fidélité et de la trahison qui trouvent leur écho dans la propre histoire du règne d’Alphonse X, en particulier dans les rapports de force engagés avec la noblesse et le clergé. On pourrait citer en exemple la réticence de la noblesse castillane à participer au financement du fecho del Imperio71, alors que les Romains du récit ont accepté avec reconnaissance les recommandations de Scipion l’Africain de réquisitionner les trésors des temples et des hommes. Pour conclure, l’on peut peut-être aussi voir dans ce recours à l’argument de l’affect, une illustration de l’idéal politique d’Alphonse X qui préfère recourir à l’amour politique plutôt qu’à la force pour tenter de se concilier la noblesse notamment dans un contexte de réformes politiques et juridiques qui excèdent cette dernière. En effet, selon de nombreux historiens, parmi lesquels figurent Salvador Martínez et Manuel González Jiménez, le Roi Sage a souvent fait preuve de souplesse face aux nombreuses révoltes ou demandes des nobles en se montrant conciliant72, en cédant et en renonçant à certaines de ses réformes politiques73.

Inicio de página

Notas

1 Damien BOQUET, L’ordre de l’affect au Moyen Âge. Autour de l’anthropologie affective d’Aelred de Rievaulx, Caen : CRAHM, 2005.

2 Ibid, p. 38.

3 Alphonse X, Primera crónica general. Estoria de España que mandó componer Alfonso el Sabio y se continuaba bajo Sancho IV en 1289, Ramón Menéndez Pidal (éd.), Madrid : Bailly Bailliere, 1906. Désormais PCG. Diego Catalán a montré que la PCG correspond jusqu’au chapitre 616, c’est-à-dire jusqu’à la dix-septième année du règne d’Alphonse II, à la versión primitiva, produite par les ateliers alphonsins. Il s’agit donc bien de la Estoria de España telle qu’elle a été pensée et rédigée sous l’égide d’Alphonse X. Au-delà de ce chapitre, la chronique a été remaniée sans doute durant le règne de Sanche IV. Lire à ce propos Diego CATALÁN, De Alfonso X al conde de Barcelos. Cuatro estudios sobre el nacimiento de la historiografía romance en Castilla y Portugal, Madrid : Gredos, 1962, p. 19-203.

4 Carlos HEUSCH, « Polysémie de l’amour dans le Moyen Âge ibérique », Cahiers d’études hispaniques médiévales, ENS, n°18, 2015/1, p. 11-27, p. 18.

5 Georges MARTIN, « Amour (Une notion politique) », Annexes des Cahiers de linguistique hispanique médiévale, 11, 1997, p. 169-206, p. 199.

6 C. HEUSCH, art. cit., p. 18.

7 Alphonse X, Las Siete Partidas del muy noble rey don Alfonso el Sabio, glosadas por el licenciado Gregorio López, del Consejo Real de las Indias de Indias de S. M., Gregorio López (éd.), Madrid : Compañía general de impresores y libreros del reino, 1843.

8 C. HEUSCH, art. cit., p. 13.

9 Ibid., p. 13.

10 Ibid., p. 13 et 15.

11 Ibid., p. 15.

12 Ibid., p. 13-14.

13 Aux dépens du verbe « amar » ou des termes renvoyant à l’amitié (« amigo », « amiztad ») que l’on rencontre cependant à plusieurs reprises aux côtés de « amor ».

14 PCG, 24, p. 19, 35a.

15 Ibid., 24, p. 19, 35a-36a.

16 Ibid., 24, p. 19, 36a.

17 Ibid., 24, p. 19, 36a.

18 Ibid.,, 24, p. 19, 38a-39a.

19 Ibid., 24, p. 19, 36a.

20 Ibid., 24, p. 19, 37a et 26, p. 19, 34b.

21 Ibid., 23, p. 18, 23b ; 26, p.19, 32b ; 32, p.23, 25a-30a.

22 Ibid., 26, p. 19, 31b-43b.

23 Ibid., 27, p. 20, l.30a-35a.

24 Exode 10 : 1-20. La Bible, trad. de Pierre de Beaumont, Barcelone : Fayard-Mame, Société d’histoire chrétienne, 1975, p. 261.

25 PCG, 28, p. 20, 42a-14b.

26 Ibid., 28, p. 20, 43b-49b.

27 Ibid., 28, p. 20, 20b-40b.

28 Ibid., 28, p. 21, 32a.

29 Ibid., 29, p. 21, 1b-6b : « […] entendio que non podrie tomar aquellos nauios sino por algun arte; e fizo fazer cauas so tierra que saliessen acerca del nauio, de guisa que assoora firiessen en ellos et los desbaratassen antes que a la flota se uuiassen a coier. E assi cuemo lo mando, fue fecho ».

30 Ibid., 29, p. 21, 19b-22b : « […] e partio los catiuos e las ganancias que fiziera, de guisa porque fueron todos sos pagados ». 30, p. 21-22, 55b-5a : « […] ganaron hy muy grand tesoro que tenien y ayuntado todos los emperadores de Affrica, oro e plata e piedras, e otras cosas que eran buenas pora ganar e deffender tierra. E desque tod esto ouo ganado, acrecio luego en las soldadas y en las raciones a todos los que eran y con el ».

31 Ibid., 29, p. 21, 19b-22b.

32 Ibid., 30, p. 22, 23a-27a.

33 Ibid., 30, p. 22, 27a-31a.

34 Ibid.,, 30, p. 22, 47a-53a.

35 Ibid., 34, p. 24, 21a.

36 Ibid., 34, p. 24, 27a-36a.

37 Ibid., 34, p. 24, 40a-41a : « toda la tierra sessegada ».

38 Ibid., 39, p. 26, 41b-43b.

39 Ibid., 41, p. 27, 7b-12b.

40 Ibid., 39, p. 26, l.53b - p. 27, 2a.

41 Ibid., 41, p. 27, 17b-20b.

42 Ibid., 42, p. 28, 30a-36a : « llamolos todos cuemo pora corte, assegurandolos que uiniessen a saluo, e quando los touo en so poder, matolos todos que non dexo uno a uida. Esta deslealtad fue muy sonada por toda Espanna, e dalli adelante se alboroçaron todos los espannoles contra Roma mas que numqua fiziera  ».

43 Ibid. L’expression se trouve dans le titre du chapitre 42, p. 28.

44 Ibid., 43, p. 28, 45a-49a.

45 Ibid., 26, p. 19, 33b-35b.

46 Ibid., 30, p. 22, 33a-34a et 40a.

47 Ibid., 31, p. 22, l.36b-39b.

48 Ibid., 34, p. 24, 30a-33a.

49 Ibid., 34, p. 24, 12a-13a.

50 Le terme « amor » est déjà utilisé pour opposer Hispan et Hercule, mais sans préciser en quoi consistait l’amour opposé à la force. Ibid., 8, p. 10, 39b et 9, p. 11, 37a-39a.

51 Scipion l’Africain doit son surnom à sa grande victoire contre Hannibal en 202 av. J.-C. qui marque la fin de la puissance de Carthage.

52 PCG, 23, p. 18, l.22b-25b.

53 Ibid., 24, p. 19, 38a-41a.

54 Ibid., 26, p. 19, l.31b-43b.

55 Ibid., 30, p. 22, 23a-54a.

56 Ibid., 32, p. 23, 25a-30a.

57 Ibid., 27, p. 20, l.30a-35a.

58 Ibid., 40, p. 27, 47a-51a.

59 Ibid., 18, p. 16.

60 Ibid., 417, p. 238.

61 Ibid., 41, p. 27, 8b.

62 Ibid., 78, p. 57 ; 90, p. 65 ; 91, p. 66 et 67.

63 Ibid., 182, p. 132.

64 Ibid., 420, p. 239.

65 Ibid., 78, p. 57, 29b-31b.

66 ALPHONSE X, Las Siete Partidas…, Partida 2, Titre 1, Loi 3, p. 373.

67 Loc. cit.

68 Loc. cit.

69 Loc. cit.

70 Damien BOQUET et Piroska NAGY, Sensible Moyen Âge, une histoire des émotions dans l’Occident médiéval, Paris : Seuil, 2015, p. 77.

71 Julio VALDEÓN BARUQUE, Alfonso X el Sabio, la forja de la España moderna, Madrid : Temas de hoy, 2003, p. 96.

72 Lire à ce propos H. Salvador MARTÍNEZ, Alfonso X, el Sabio : una biografía, Madrid : Polifemo, 2003, p. 336-352; ainsi que Manuel González Jiménez, Alfonso X el sabio : historia de un reinado, 1252-1284, Palencia : La Olmeda, 1999, p. 138-139.

73 M. González Jiménez, op. cit., p. 133.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Soizic Escurignan, « L’amour comme lien politique dans la Estoria de España d’Alphonse X le Sage », e-Spania [En línea], 27 | juin 2017, Publicado el 12 junio 2017, consultado el 23 noviembre 2017. URL : http://e-spania.revues.org/26578 ; DOI : 10.4000/e-spania.26578

Inicio de página

Autor

Soizic Escurignan

Université Bordeaux Montaigne, AMERIBER (EREMM)

Inicio de página

Derechos de autor

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Inicio de página
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org