Navigation – Plan du site
L’argument de l’affect dans l’historiographie médiévale

La peur au monastère : l’angoisse et la compassion comme instruments de la domination sociale dans la Castille médiévale (XIIe-XVe siècles)

Charles Garcia

Résumés

Les nombreux rebondissements de ce véritable roman à suspense qu’est la Primera crónica anónima de Sahagún font que cette narration se prête particulièrement aux affects qu’offre l’écriture des chroniques castillanes rédigées à partir du XIIIe siècle. L’abbé du monastère de Sahagún, véritable héros christique du récit, traverse et surmonte des épreuves plus insupportables les unes que les autres, lesquelles éveillent les émotions du lecteur-auditeur et renforcent son identification et son adhésion avec le malheureux clerc. La domination réelle et symbolique du monastère sur ses dépendants semble bien être le véritable enjeu de ce récit de Sahagún. Le chroniqueur réussit-il à imposer à ses lecteurs son point de vue fondé sur le pathos ? C’est à cette question que nous tenterons de répondre dans la présente communication.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Crónicas anónimas de Sahagún (désormais PCA), Antonio Ubieto Arteta (éd.), Saragosse : Anubar, 1987 (...)

1Au début du XIIe siècle, la cité léonaise de Sahagún et son abbatiale étaient convenablement pourvues de remparts faits d’épaisses murailles et de solides portes. Pourtant, la bourgade avait manifestement peu de choses à craindre pour sa sécurité à une époque où la violence liée à la guerre civile n’avait pas encore fait son apparition. La situation changea pourtant en peu de temps. Au début du long conflit des années 1110-1117, la soldatesque aragonaise, aidée par les « bourgeois » – les habitants de la ville –, détruisit et incendia le village de Bercianos tout proche. À cet endroit, ils mirent le feu aux parcelles ensemencées de céréales et volèrent le bétail des paysans. Certains soudards tuèrent et brûlèrent même des populatores pour s’emparer des femmes et des enfants qui, dorénavant esseulés, furent réduits en esclavage. Cet acte criminel se déroula durant le Carême de 1112. Les malheureuses victimes des exactions, chargées de lourdes chaînes et affaiblies par la famine, enduraient comme elles pouvaient leurs peines en poussant des cris, désespérées qu’elles étaient de voir leurs compagnes et leurs enfants souffrir de la sorte. Après Bercianos, les reîtres aragonais et les « bourgeois » désolèrent tous les autres hameaux du cautum. Pendant que la violence et la peur se propageaient, les moines, rassemblés à l’abri des murs protecteurs de l’abbaye bénédictine de Domnos Sanctos, priaient nuit et jour pour que le Seigneur fût miséricordieux avec le roi Alphonse Ier d’Aragon, le mari de la faible Urraque, la reine légitime du royaume de León-Castille1.

2L’érection des murailles autour de Sahagún était alors un événement récent. Sur les bords du Cea, les moines, seigneurs légaux de la ville et de son arrière-pays – le cautum – avaient consenti à l’édification de remparts, à la demande pressante des burgenses, lorsque la situation s’était faite menaçante. En effet, du jour au lendemain, la région s’était trouvée en proie au danger, transformant les vassaux en suspects, au premier rang desquels les « bourgeois » toujours désireux d’alléger la tutelle seigneuriale qu’ils trouvaient trop pesante, mais aussi les rustici des environs. Les clercs se défiaient au plus haut point de la populace –le común – toujours encline aux émotions (arrebatos dans le texte) aussi imprévisibles que dangereuses. Dans ce contexte trouble, la peur rôdait hors les murs mais également, et surtout, à l’intérieur car l’enceinte qui était censée protéger la ville contre les intrus, était devenue une sorte de traquenard pour les clercs bénédictins qui redoutaient autant les « citadins » que les Aragonais. Le piège de la muraille s’étant retourné contre les religieux, ils durent alors apprendre à vivre avec un sentiment de peur permanente et insaisissable.

  • 2 L’ouvrage de Jean DELUMEAU est toujours une référence obligée pour l’étude de cette émotion-affect, (...)

3Comment expliquer que l’affect de la peur, que l’on cache généralement car il est a priori honteux, ait été assumé à un si haut degré par l’auteur « anonyme » de la chronique monastique ? Avant de tenter d’y répondre, il faut d’abord convenir que cette émotion structure en grande partie un récit fondé sur les mésaventures des abbés sahaguninos et, dans une moindre mesure sur celles des vassaux – les mezquinos – qui leur étaient restés fidèles. L’explication la plus plausible, même si elle n’est jamais exprimée directement par l’auteur, repose sur le statut particulier des clercs car les oratores médiévaux ne pouvaient faire usage de la violence puisque leur vocation était de prier et de servir un Dieu d’amour et de paix. À l’inverse, Alphonse et ses soldats étaient, eux, autorisés à faire parler les armes sans états d’âme car telle était la raison d’être des bellatores, des combattants qui, par principe, étaient étrangers au sentiment de la peur2. Mais qu’en est-il du dernier état médiéval de la société, celui des laboratores ? Quelle est leur attitude dans la chronique ? À l’époque médiévale, la caractéristique que l’on prêtait communément aux humbles était celle de la frayeur. Les érudits médiévaux qualifiaient ces hommes de la sorte car ils étaient, pour les gens de plume, des individus lâches, cruels et sans réputation (la fama) à devoir défendre.

4Pourtant, si l’on admet que les masses manquent parfois de courage collectif, et les paysans davantage que les autres roturiers (pecheros), la situation que l’on observe à Sahagún contredit cette assertion. Les moines, comme élite auto-proclamée, pensaient que les vilains leur étaient soumis par la crainte et la peur que les dépendants avaient à l’égard des seigneurs, une crainte généralement accrue lorsque les manants avaient affaire à des seigneurs religieux (c’est le cas de l’abadengo). Curieusement, c’est par un effet de style fonctionnant à front-renversé que la peur panique se manifeste dans le récit, tant elle est l’apanage des moines noirs, et de leur abbé au premier chef. Certes grâce à une mise en scène parfaitement agencée destinée à redorer l’image du supérieur de la communauté, ce qui enlève, parmi d’autres raisons, la qualité de témoignage historique à la PCA, son auteur « anonyme » s’évertue à présenter l’abbé Domingo comme un homme certes craintif, mais également courageux et rusé puisque le moine parvient systématiquement à se tirer d’affaire, même quand la situation semble désespérée pour lui, ce qui lui arriva à plusieurs reprises comme le montre l’exemple survenu dans la filiale monastique féminine de San Pedro de las Dueñas toute proche :

  • 3 PCA, p. 107 : « Por çierto, çinco beçes fuimos presos, e tantas por la protección divinal, escapamo (...)

La puerta de la iglesia estremecían [los aragoneses] a coçes por la quebrantar; mas como ellos non podiesen quebrantar la puerta, bien que mucho era flaca, queriéndolo el Señor, partiéronse de allí e çercaron todo el monesterio. E dende sobieron armados e escudados sobre el techo, e a salto entraron dentro en el claustro, de los quales, un ballestero de arco, por medio rompiendo el coro de las monjas, como pudo beer al abbad estando ante el santo altar, extendió el arco con la saeta, queriéndole con ella traspasar por las espaldas. E como ya la muerte bolase en la saeta mui presurosa, una de las vírgines, con la manga de la piel estendida, resçivió e detovo la saeta volante, la qual luego sin llaga alguna cayó en tierra3.

  • 4 Charles GARCIA, « Une histoire (presque) sans mort. Le dépassement de la mort dans les Chroniques a (...)
  • 5 Damien BOQUET et Piroska NAGY, Sensible Moyen Âge. Une histoire des émotions dans l’Occident médiév (...)

5Une fois encore, l’intervention providentielle d’une tierce personne, la nonne dans cet épisode, évita le trépas de l’impassible clerc toujours disposé à mourir en martyr. Dans ce passage, comme dans le reste de la narration, la peur qu’aurait dû éprouver le héros-victime se trouve transférée par la magie de l’écriture au lecteur qui, lui, se trouve réellement paralysé par la peur de la mort qui ne quitte jamais le clerc4. Par le biais de cette aventure, on touche à l’intentionnalité d’une œuvre à tous égards didactique et édifiante – narrativisée –, uniquement historique, ou plus exactement historicisée, par la mise en place chronologique des situations nécessaires à la crédibilité du récit. Il est un fait que le but recherché par l’auteur consiste à émouvoir le réceptionnaire de son discours pour que celui-ci – lecteur ou auditeur – adhère au point de vue des moines, lesquels nous sont présentés comme les véritables victimes qu’il fallait toujours aider contre les nuisibles « bourgeois » et contre les Aragonais, ces deux catégories représentant leurs ennemis éternels, d’un point de vue symbolique s’entend5. Certes, les adversaires de l’abbaye avaient bel et bien existé au début du XIIe siècle, mais ils sont extensibles à toutes les époques, surtout à celles qui sont postérieures par rapport à l’action qui est racontée. En ce sens, il ne faut pas perdre de vue que les récits médiévaux, surtout ceux qui évoquent les émotions, sont amplement codifiés. Ainsi, derrière une apparence très réaliste, la PCA témoigne davantage des représentations médiévales de l’affect que du ressenti réel des acteurs, et encore moins de celui du prétendu « témoin oculaire » qui affirme les décrire. Comme pour d’autres registres, les émotions classent les identités des hommes au sein des groupes, elles servent aussi bien à rejeter qu’à exclure, à intégrer qu’à fournir des sentiments d’appartenance. En tant que révélatrices d’une époque donnée, les émotions intéressent au plus haut point le chercheur en sciences sociales. En effet, une lecture attentive du texte montre que le chroniqueur, qui se pique de rapporter des événements qu’il aurait lui-même vécus, élabore en fait une histoire vraisemblable pour ses contemporains à l’aide des normes sociales de son temps et, partant, du lectorat attendu.

  • 6 Johan HUIZINGA, L’Automne du Moyen Âge, Paris : Payot, 1975 [rééd.], p. 187 : « Aucune autre époque (...)
  • 7 PCA, p. 82-83 : « E ellos començaron a tratar con manos suçias los cáliçes, las reliquias de los sa (...)
  • 8 PCA, p. 46 : « Un monje mançevo e presto a toda obediençia, afeitado por humildad, enoblesçido por (...)

6La peur de la mort qui rôde dans la chronique ne saurait être dissociée de la période à laquelle l’histoire fut sans doute rédigée, le bas Moyen Âge, celle d’un contexte historique durant lequel se déployèrent en Castille les danses macabres et les sermons apocalyptiques. Dans ce qui est à tous égards un véritable conte littéraire où le parti pris est manifeste, les craintes de Domingo correspondent à celles de l’individu tardo-médiéval qui avait une grande peur de l’enfer, la peur de se damner, qui ne doit pas être confondue avec la peur de la mort physique, très secondaire par rapport à la première6. Pour conjurer cette crainte, le narrateur dépeint le supérieur de la communauté comme étant un homme pieux qui honore les saints et leurs reliques7, dont bien évidemment celles des patrons Facond et Primitif, et qui se montre généreux avec les églises8. Toutefois, il est pour le moins curieux d’observer que l’abbé ait été aussi téméraire, si inconscient, pour oser aller d’aventure en aventure au-devant du danger, alors que, par sa grande lucidité, inhérente à ses responsabilités hiérarchiques, il aurait dû pouvoir l’éviter. Pour dépasser cette contradiction par trop apparente et préjudiciable à la crédibilité du récit, le narrateur présente le portrait d’un moine empli de sainteté et disposé à se sacrifier au nom de son ordre, de l’Église et du Seigneur, une attitude à laquelle nul ne saurait rester insensible.

  • 9 Alain Corbin, Jacques Courtine et Georges Vigarello (dir.), Histoire des émotions, 1. De l’Antiquit (...)
  • 10 Charles GARCIA, « El narrador, los juglares y los santos en la Primera crónica anónima de Sahagún » (...)
  • 11 PCA, p. 114 : « Pues agora tú, savio leedor, considera que los burg[u]eses cometieron crimen de per (...)

7Puisque toute Histoire est contemporaine, il est naturel que les émotions, que l’on peut appeler affects, soient au cœur des actuelles sciences sociales9, et par conséquent de la médiévistique. Cela n’est guère surprenant quand on connaît l’importance de ces sujets dans les chroniques scatologiques du bas Moyen Âge, parmi lesquelles figurent bien entendu les histoires castillanes. Les multiples rebondissements de ce véritable roman à suspense qu’est la Primera crónica anónima de Sahagún font que cette narration se prête particulièrement à la thématique de l’argument de l’affect. On peut en effet affirmer que, dans ce document qui se prétend être du XIIe siècle10, rares sont les références discursives qui échappent aux émotions. L’abbé du monastère de Sahagún, le véritable héros, archétype de l’imitatio Christi, traverse dans le récit des épreuves plus insoutenables les unes et les autres, des situations pleines de périls qui éveillent les émotions du lecteur-récepteur et renforcent l’identification et l’adhésion de celui-ci avec le malheureux moine11. En réalité, dans la PCA, ce qui est vraiment en jeu, c’est moins l’émotion générée par la lecture que la question sous-jacente de la domination, réelle et symbolique, du monastère sur ses dépendants. Dans ces conditions, la question centrale consiste à savoir si le narrateur réussit à imposer aux vassaux des bénédictins son point de vue fondé sur le pathos (πάθος) et sur le pari d’une écriture performative, celle dont la finalité est de transformer le lien social. Or, c’est à cette question que nous allons tenter de répondre dans les lignes qui suivent.

  • 12 PCA, p. 98 « El abbad, ya como començé a decir, fuyó desnudo e a pie […] E yba de acá acullá buscan (...)
  • 13 Barbara H. ROSENWEIN, Emotional Communities in the Early Middle Ages, Londres : Ithaca, 2008, p. 2  (...)
  • 14 Sur ces questions, consulter Charles GARCIA, « Serments solennels et parole sociale dans les docume (...)

8L’affectivité humaine est liée au besoin naturel de sécurité, en particulier contre la mort. Mais ce besoin, que l’on pourrait qualifier de conservation reptilienne comme chez les animaux, est plus complexe chez l’homme qui est le seul être à être hanté toute sa vie par le terme final, d’où son angoisse existentielle permanente. La mort humaine étant en partie liée à l’imagination débordante de l’individu, l’auteur « anonyme » joue à loisir avec ce sentiment en multipliant les occurrences. Ainsi, en certaines occasions, la peur qu’éprouve l’abbé Domingo agit comme un réflexe qui le met à l’abri du danger, il protège son organisme contre la mort12, alors qu’il passe le plus clair de son temps à la braver, comme s’il cherchait plutôt le martyre. En fait d’angoisse, la régression vers la peur opère une sorte de transfert qui passe du clerc – celui qui devrait la ressentir – vers l’émotion religieuse du lecteur incité à la compassion, donc à la compréhension et à la solidarité avec la communauté monastique, une authentique « communauté émotionnelle »13, puisque tel est le but non avoué recherché par le narrateur. En fonction de cette interprétation, la rédaction de la chronique serait un moyen de transposer la peur et la compassion depuis le lecteur individuel vers le collectif social dans le but de protéger l’abbaye contre les attaques de toutes sortes, qu’elles fussent guerrières ou institutionnelles. Et c’est dans ce même cadre que l’expression émotionnelle intéresse l’historien, dans la capacité politique de celle-ci à transformer le réel. Davantage que des adversaires isolés, les bénédictins avaient tout à craindre des émeutes incontrôlées menées par des populations révoltées, et plus encore des coniurationes organisées par les habitants les plus proches du monastère : les « bourgeois » comploteurs14.

  • 15 PCA, p. 92 : « Giraldo, pero, beyendo su constançia del abbad e firmeça, partióse de allí e vínose (...)
  • 16 PCA, p. 77-78 : « los burg[u]eses, con esfuerço d’ellos, dieron gran salto, ansí como leones muy fi (...)

9Au XIIe siècle, à Sahagún, les rassemblements humains furent très sensibles à l’action des meneurs, le plus souvent « Français » ou Aragonais15. Il est un fait que les émeutes de la populace furent perçues par les clercs comme étant plus dangereuses que s’ils avaient eu affaire à des soulèvements dirigés par des personnes isolées. Grandes ou petites mutineries, toujours est-il que le collectif ecclésiastique, placé à l’autre bout de l’échelle, vécut les révoltes comme un temps de terreur, paniquée au sens propre – c’est-à-dire sous l’action du dieu Pan – par les menaces et la peur. Pourtant, tandis que les moines noirs ressortissent de la peur à travers de dangers identifiés qui provoquent la frayeur, l’épouvante, la crainte ou la terreur, les lecteurs-spectateurs des événements subissent une angoisse aux contours plus flous caractérisée par l’inquiétude et l’anxiété. Autant les personnages concrètement persécutés dans le récit ont la possibilité d’agir, autant le destinataire est pétrifié par l’impuissance, il subit la narration sans pouvoir en modifier le cours, ce qui rend son angoisse plus insoutenable encore. Il est vrai que l’imagination joue un rôle décisif dans l’angoisse, davantage que les faits réels eux-mêmes, car l’angoisse est à la fois crainte et désir. Crainte coupable de voir se produire le pire, et désir impuissant de l’arrêter16.

10Occupé qu’il est à plaider à charge contre les mutins, l’auteur évacue leurs griefs d’un revers de la main car il est dans l’incapacité de les comprendre, ou dans la volonté de ne pas le faire. Or pour un groupe dominant, il est toujours dangereux d’ignorer les demandes des dominés, au cas particulier les vassaux du « ban sacré » – le cautum – de Sahagún. C’est parce que les rustici de Grajal s’étaient sentis méprisés, qu’ils s’étaient révoltés emplis de haine contre l’abbaye en 1152 :

  • 17 PCA, p. 37.

Acaesçió un día qu’el abbad fuese a un llano de la villa llamada Grajal, adonde estava ayuntada la dicha hermandad ; e como a ellos mucho se quexase de los moradores de la villa de Sant Andrés, los quales le negavan la labrança a él devida, aquellos rústicos allí ayuntados, con gran ynpetu e roido quisiéronlo matar, lo qual como lo sintiese el abbad, apartóse de su ayuntamiento17.

  • 18 Villa Salit est situé à proximité de Galleguillos de Campos.

11La tentative d’assassinat menée par la « classe dangereuse » n’est pas exactement celle que raconte le chroniqueur. Reprenons ce dossier qui met en scène de nombreuses émotions, une sorte de véritable typologie du genre. En 1152, l’infante Sancha, la sœur d’Alphonse VII, commanda une enquête pour connaître les causes du désordre local. La plainte qui avait été adressée aux monarques émanait de l’abbé Domingo de Sahagún. Dans sa lettre, le supérieur dénonçait que les populatores de Grajal détruisaient régulièrement le barrage qui alimentait en eau les moulins monastiques de Villa Salit18, un acte que le propriétaire des engins ne pouvait bien entendu tolérer :

  • 19 José Antonio Fernández Flórez (éd.), Colección diplomática del monasterio de Sahagún. IV (1110-1199 (...)

Quapropter, abbas et monachi fratri meo, imperatori, maximas querimonias dederunt et plures lacrimas, flexis genibus, coram eo fuderunt, dicendo quod homines de Graliare ui et iniuste destruebant bona martirum que donata a regibus et ab imperatoribus eis fuerunt19.

  • 20 Ibid., p. 235 : « Ipsi responderunt dicentes quod habebant ex antiquitate et consuetudine longa par (...)
  • 21 CDMS, doc., n° 1266, p. 165-166 : « quando ego aut rex ueniebat ad Graliare, ibant saiones fisci Gr (...)
  • 22 CDMS, doc., n° 1313, p. 239 : « stupuerunt ey ualle gemuerunt et in lacrimas resoluti dixerunt : ″ (...)

12La version qui fut présentée par les habitants de Grajal diverge sur de nombreux points par rapport aux assertions énoncées par les moines. D’après les habitants, les prétendus actes de destruction dont on les accusait provenaient d’une vieille tradition. C’était, selon eux, leur manière singulière d’offrir du poisson, comme une espèce de yantar, aux membres de la famille royale lorsque les monarques visitaient la bourgade20. C’était là une manière de faire que les souverains connaissaient depuis au moins 113921. Ainsi, contre les rumeurs que certains médisants avaient propagées dans la contrée, l’acte de sabotage n’était pas une atteinte au barrage érigé sur la rivière Cea, mais bien un hommage rendu aux rois. Ironie du menu peuple ou argument cynique du scribe monastique pour ridiculiser les vassaux ? En vue de la tenue du plaid, les moines obtinrent que l’infante Sancha convoquât de multiples témoins, tous favorables à l’abbaye, laquelle sortit naturellement victorieuse du conflit. Dans ce qui ressemble à une mise en scène destinée à introduire une relation de soumission au moyen de l’humiliation, les délégués de la bourgade, gémissant et larmoyant, avouèrent que les faits qui avaient été exposés par les témoins du monastère durant le plaid et devant l’infante étaient conformes à la réalité22.

  • 23 CDMS, doc., n° 911, p. 229-231.

13L’enquête de 1152 permit de révéler cependant deux faits importants : la motivation réelle des hommes de Grajal et la préméditation de leur complot. Comme de nombreux témoins l’affirmèrent, les populatores de Grajal s’étaient rebellés car ils étaient mécontents de payer le tonlieu (le portazgo) lorsque les habitants du village se rendaient au marché de Sahagún, alors qu’ils savaient qu’Alphonse VI les avait exonérés de cette taxe consécutivement au transfert de la foire hebdomadaire de leur bourgade vers Sahagún en 109323 :

  • 24 CDMS, doc., n° 1313, p. 238.

Et, tamen, dixit quos a pluribus audierat et ipse ita credebat quod homines de Graliare iniuste et malitiose frangebant presam de Uillasalit ; et non alia causa, nisi ut abbas et monachi eos redderent immunes a portatico, quod dederat eis rex Alfonsus in uilla Sancti Facundi24.

  • 25 Laure VERDON, La Voix des dominés. Communautés et seigneurie en Provence au bas Moyen Âge, Rennes : (...)
  • 26 D. BOQUET et P. NAGY, op. cit., p. 312 ; Serge MOSCOVICI, L’Âge des foules. Un traité historique de (...)

14Ainsi, c’est bien parce qu’ils s’étaient sentis méprisés, ignorés dans leurs droits, placés dans une situation d’inconfort matériel et psychique que les vassaux s’étaient révoltés et qu’ils avaient attenté contre les moines et contre leurs biens ; dans ces conditions, le refus de la considération du menu peuple ne pouvait qu’engendrer automatiquement de la peur et de la haine25. Dans ce cadre local très fermé, les violences étaient inscrites dans la chaîne des frustrations cumulées et les vassaux avaient simplement donné libre cours à leurs rancunes qui explosaient en détruisant régulièrement le barrage. Pourtant, dès que l’on dépasse le premier niveau de lecture, on se rend compte que les actions violentes des tenanciers de Grajal, comme celles des ciompi de Florence ou des artisans flamands, révèlent une authentique « chorégraphie des masses », on perçoit mieux que les déchaînements passionnels sont des émotions et des gestes performatifs qui visaient à produire un effet politique dont le sens était connu de tous26. Dans ces conditions, davantage que d’émeutes et de saccages réels, nous aurions affaire à une scénographie rodée dont le but final était la négociation, ce qui n’enlève rien au sentiment de colère sincère que purent éprouver les dépendants médiévaux à l’égard de leurs seigneurs, l’usage immodéré des passions émotionnelles pouvant être assimilé dans ces conditions à de la littérature.

15Peu d’émotions sont aussi fortes que celles que l’on ressent face à la torture, l’acte barbare par excellence. Or le texte de la PCA n’en manque pas, bien au contraire. Sachant que les affects occupent une place centrale dans la narration, il serait difficile de ne pas voir dans cette surabondance une démarche de l’auteur visant à toucher la fibre sensible du public, ce qui n’exclut pas son penchant naturel qui le pousse à afficher sa verve stylistique. Dans une démarche où le narrateur met en œuvre son ethos moral, cela équivaut à une prise en charge par lui-même de l’indignation émotionnelle. Les symboles qui expriment le sentiment de la peur dans les extraits qui suivent sont empruntés à l’arsenal maléfique : raffinement des instruments de supplice, perfidie des tortionnaires ou exhibition macabre de têtes de morts enfouies :

  • 27 PCA, p. 78-81.

Algunos en berdad façían arcas brebes en longura e cortas en altura, e dentro d’ellas metían e ponían pedaços de tejas muy menudas e mucho agudas, en tal manera, que la parte d’ellas que estava aguda ponían de cara arriva. E ansí allí ponían ençima los desaventurados mienbros desnudos de los mezquinos captivos. Después çerravan las dichas arcas. E ençima d’ellas ponían grandes piedras de muy gran peso. E ansí los mezquinos yaçían sin se poder mover, nin así se poder encoger los pies, nin aún se poder volver a una parte nin a otra, por quanto sus pechos mucho eran apremiados de tablas y de piedras mui pesadas. E ansí yacían de noche y de día, negándoles el ayuda del pan e del agua, ca aduro [apenas] en la semana les daban un poco de pan, e a gostar bien poco agua27.

  • 28 Ángel FÁBREGA GRAU, Pasionario hispánico (siglos VII-XI), Madrid : CSIC, 1953 ; José María FERNÁNDE (...)
  • 29 Leticia AGÚNDEZ SAN MIGUEL, Memoria, escritura y control social : la construcción de la memoria his (...)
  • 30 PCA, p. 9-10 : « los nobles cavalleros e bienabenturados mártires de Jesuchristo, Facundo conviene (...)

16Malgré tant de détails, ces descriptions ne correspondent que très marginalement à l’imaginaire du Moyen Âge central, une période qui ne s’attarde guère sur les suppliciés chrétiens, si ce n’est pour montrer leur aspect triomphal. Certes les martyrs mozarabes, tels ceux de Cordoue, étaient exaltés, mais moins en raison des épreuves qu’ils avaient subies que parce que leurs dépouilles avaient été transférées dans le nord où elles avaient été utilisées comme reliques fondatrices pour maintes églises urbaines et monastères28. C’est de cette manière que les frères Facond et Primitif, les enfants aînés du centurion legionensis Marcel, avaient été martyrisés par les Romains en amont de Sahagún, sur les bords de la rivière Cea, à l’époque de l’empereur Marc Antoine Gordien (238-244). Pourtant, et alors que leur geste héroïque se trouve placée au début du récit de la PCA, l’auteur ne fournit aucun indice sur leur mort29, pas même celui de leur décapitation ou des huit épreuves qu’ils eurent à endurer, alors qu’il n’ignorait pas qu’ils étaient les Saints Patrons – Domnos Sanctos – de l’abbaye30.

  • 31 D. BOQUET et P. NAGY, « L’historien et les émotions en politique : entre science et citoyenneté », (...)
  • 32 André VAUCHEZ, La spiritualité au Moyen Âge occidental. VIIIe-XIIIe siècle, Paris : Le Seuil, 1994, (...)

17Dans le registre des émotions exacerbées, le bas Moyen Âge est en effet bien plus prolixe en thèmes morbides, que ce soit dans la littérature, la peinture ou la sculpture. Comme le signalent Johan Huizinga et Jean Delumeau, le climat mental changea au XIVe siècle et les artistes de l’Occident chrétien prirent alors un grand plaisir à montrer les représentations dépravées des suppliciés pour la foi. Cela est à la fois vrai pour les mystères religieux (les autos sacramentales) représentés en public dans la péninsule Ibérique, que pour le retable de la crucifixion d’Issenheim peint par Matthias Grünewald vers 1480, un tableau qui montre un Christ agonisant couvert de sang et de plaies et éprouvant une souffrance insoutenable destinée à susciter l’émotion compassionnelle des malades du couvent où il était exposé, ou pour les danses macabres et les artes moriendi. Ce goût du sang et de la mort apparu à l’automne du Moyen Âge allait perdurer et prospérer dans les représentations iconographiques des siècles postérieurs. Il n’est guère surprenant que durant cette période tardive, les textes et les images aient insisté sur la décomposition des corps car, comme le dit Jacques Le Goff : « le Moyen Âge finissant butte contre le cadavre ». Nous savons que la peste avait produit ses effets à cette époque et qu’elle avait provoqué la chute démographique, les jacqueries, les révoltes urbaines et les guerres civiles qui dévastèrent l’Espagne et l’Occident chrétien, ainsi que le sentiment d’insécurité spirituelle lié au Grand Schisme (1378-1417). Émotion contre raison, il semblerait que dans cette lutte la première ait généralement eu gain de cause contre la seconde31. Ainsi, à partir du XIIIe siècle, et au moyen de l’emploi d’affects exagérés, les franciscains réussirent à installer dans la société le culte de l’Immaculée Conception de Marie, contre les raisonnements argumentés des dominicains et plus encore contre les textes qui définissaient le dogme. Or à terme, la spiritualité franciscaine imposa aux foules passionnées cette dévotion très empreinte de mysticisme32.

  • 33 Alain BOUREAU, La Légende dorée. Le système narratif de Jacques de Voragine, Paris : Le Cerf, 1984.
  • 34 Gabrielle M. SPIEGEL, « History, Historicism and the Social Logic of the Text », in: Gabrielle M. S (...)
  • 35 S. de la VORÁGINE, op. cit., t. 2, p. 889 : « que preparan una olla de veinte urnas, es decir, de 4 (...)

18Quoiqu’elle soit antérieure au déploiement des motifs malsains, la Légende dorée (1290-1298) du dominicain Jacques de la Voragine participe, voire initie, du processus de mise en scène des raffinements propres à la torture33. L’empreinte de cet ouvrage dans la PCA, ôte assurément à celle-ci sa prétention à se revendiquer du XIIe siècle. Pour s’en convaincre, il suffit de comparer la chronique facundina avec l’Historia dite silensis, dont elle se déclare contemporaine, pour mesurer l’écart narratif et stylistique entre les deux récits, cas par exemple de l’usage régulier de la metalepsis (μετάληψις), c’est-à-dire lorsque le narrateur fait irruption dans l’univers du lecteur. Dans la PCA, l’obsession pour les détails des corps martyrisés, et la théâtralisation des tourments qui correspondent à « l’émotionologie » du XVe siècle, ne sont autre chose qu’une transposition fidèle du discours narratif de Jacques de la Voragine, puisque la narration de Sahagún, comme tout texte en général, possède une logique sociale qui lui est propre34. Dans sa flos sanctorum, l’archevêque de Gênes offre à ses lecteurs une galerie très large de personnages. Pour notre démonstration, nous ne retiendrons, dans le but de ne pas alourdir le propos, que les cas de quelques chrétiens martyrisés à l’époque romaine. Le texte hagiographique de l’évêque rapporte que le saint hispanique Vincent fut successivement écartelé sur un chevalet, fouetté, déchiré par des griffes acérées, brûlé sur un gril sur lequel les bourreaux avaient répandu ses viscères puis jeté dans un sombre cachot parsemé de tessons de tuiles et enfin ligoté à une bûche sur laquelle il mourut. Agathe avait eu les seins coupés, Julienne fut suspendue par les cheveux et reçut du plomb fondu sur la tête avant d’être placée sur la roue du supplice. Quant à Boniface, il fut accroché à un arbre, ses chairs furent déchirées par des crochets de fer et on lui enfonça des éclats de bois sous les ongles des doigts et des orteils. Julie fut battue avec des nerfs de bœuf, Jacques fut amputé de tous ses doigts, sous la délectation de ses tortionnaires, enfin, Érasme fut tour à tour fouetté, bastonné, écorché, ébouillanté, chargé de lourds poids, revêtu d’une tunique de bronze chauffée à blanc et finit par être plongé dans de la résine ardente35.

19Décrites comme ayant été accomplies en public, il est probable que les mutilations de la PCA aient été perçues par les lecteurs de deux façons contradictoires : celle de la jouissance des destinataires du récit fascinés par la souffrance des suppliciés, et celle des foules tremblant de crainte en s’imaginant à quoi pouvait ressembler la douleur des victimes, réprobation et fascination étant les deux versants ambigus des émotions humaines. Dans la Légende dorée, comme dans la PCA, les modèles discursifs et thématiques étaient anciens, les martyrs médiévaux se bornant à reprendre à leur compte la geste de leurs illustres devanciers qui avaient prouvé leur amour ardent pour Dieu et qui avaient su garder une chair impassible face aux tourments.

  • 36 Jean DELUMEAU, Le Péché et la peur. La culpabilisation en Occident (XIIIe–XVIIe siècles), Paris : F (...)
  • 37 Barbara H. ROSENWEIN, « Eros and Clio : Emotional Paradigms in Medieval Historiography », in: Hans- (...)
  • 38 Émile MÂLE, L’art religieux de la fin du Moyen Âge en France : étude sur l’iconographie du Moyen Âg (...)
  • 39 Béatrice DELAURENTI, La contagion des émotions. Compassio, une énigme médiévale, Paris : Garnier, 2 (...)

20Comme pour l’Église des derniers siècles du Moyen Âge, le chroniqueur anonyme structure son récit autour d’une pastorale de la peur censée provoquer la compassion des lecteurs, si ce n’est la culpabilité36, et sans doute l’adhésion des laïcs au point de vue des moines. Pour parvenir à son but politico-social, l’auteur « anonyme » joue sur les effets performatifs qu’il prête aux émotions37. En règle générale, les représentations peintes ou écrites antérieures au XIVe siècle affichent une image de sérénité en lien avec un dogme solide et revendiqué comme tel qui faisait appel à l’intelligence (le logos) et à la foi, tandis que celles postérieures insistent davantage sur le dramatisme censé émouvoir la sensibilité religieuse de l’individu (le pathos). Cela explique que les scènes émotionnelles de la Passion et du Jugement dernier qui illustrent, à titre d’exemple, les cantigas d’Alphonse X soient des occurrences isolées pour l’époque38, car de la même façon que le chrétien qui regardait les images pieuses ou lisait les ouvrages dévotionnels se devait d’imaginer les souffrances du Christ sur la croix pour s’en émouvoir, il est probable qu’il ait ressenti des sensations de même nature en parcourant le récit des supplices de la PCA, du moins selon le pari du narrateur, un excellent connaisseur des images et des textes sacrés. En dehors de ces considérations, s’il est vrai que l’homme médiéval avait peur de l’enfer, cette crainte n’était pas si absolue que nous l’imaginons aujourd’hui tant elle était équilibrée par l’espérance d’atteindre le paradis et de se sauver grâce à la médiation de l’Église, or c’est précisément autour de cette question que prend place la thématique de la compassion39.

21L’initiateur du thème compassionnel dans l’Occident latin fut Bernard de Clairvaux (1090-1153). L’élan émotionnel de Bernard fut d’abord dirigé vers le Christ, puis en direction de la Vierge, à l’occasion de la promotion de Marie au XIIIe siècle. Co-souveraine du royaume des cieux, Marie n’accéda cependant pas au statut divin. Au cours des siècles du Moyen Âge finissant, les Pietà témoignent de la sensibilité très forte pour la Mère douloureuse, dont la fête fut instituée en 1423 ; c’est aussi l’époque des premiers Stabat, Mater dolorosa et de la dévotion accrue pour les saintes plaies. Les malheurs qui frappaient l’abbaye de Sahagún, comme ceux qui s’abattaient sur la société, faisaient que les populations étaient de plus en plus sensibles aux souffrances, que ce fût celles du Christ comme celles des moines de la PCA. Parallèlement à ce mouvement idéologique profond, les masses recherchèrent une protection, d’où la promotion de Domingo comme père des vassaux dans la PCA, ou celle de la Vierge représentée avec un manteau déployé pour abriter ses enfants, et les plus faibles d’entre eux en premier lieu :

  • 40 PCA, p. 100.

Verías agora los viejos e los mançevos, las viejas e las vírgines, salir por las puertas, ronpiendo sus cavellos con las manos; e, por la pérdida de sus façiendas, mui amargamente llorando; acatarías aún las madres, que llevavan a sus infantes sobre sus cervices, salir fuera de la villa, bañando con sus caras con lágrimas, dexadas todas las cosas que poseían. El qual fecho mucho desplugo a la reina e a sus nobles, porque por su causa se façían estas cosas40.

22Après maintes péripéties, les « bourgeois » de Sahagún furent définitivement mis en déroute et ridiculisés par la fuite nocturne de leur champion qui se déroba à l’épreuve de l’ordalie. La phase finale pouvait enfin commencer, celle du châtiment d’abord et du pardon ensuite :

  • 41 PCA, p. 120.

Todos [los burgueses] se partieron ayuntadamente. Ninguno fue ferido, ninguno batido, ninguno llagado e ninguno fue muerto; ninguna fenbra allí fue corrunpida, nin sofrió deshonrra, ninguna fue torpemente tratada, mas sabiamente e sin ruido, como quienquiera decir, aquel suçio alvañar [dépotoir] quedó vaçío e alinpiado41.

  • 42 Fidel FITA, « Concilio nacional de Burgos (18 de febrero de 1117) », Boletín de la real academia de (...)
  • 43 PCA, p. 126 : « A aquestas cosas el honrrado arçobispo ansí respondió : “Pues que estos burg[u]eses (...)
  • 44 Claude GAUVARD, « Émotion, honneur et politique à la fin du Moyen Âge », in : Pierre Hansart et Cla (...)
  • 45 PCA, p. 129 : « Pues los sobredichos barones con el abbad, seguiéndolo nos ant’el altar de la biena (...)
  • 46 Gerd ALTHOFF, « Empörung, Tränen, Zerknirschung. “Emotionen in der öffentlichen Kommunikation des M (...)
  • 47 Mary C. MANSFIELD, The Humiliation of Sinners. Public Penance in Thirteenth-Century France, Ithaca (...)

23Une fois achevée l’expulsion des fauteurs de peur, Urraque réintégra l’abbé dans sa ville et dans ses domaines. Pendant le Carême de 1117, le concile célébré à Burgos scella, aux dires de la PCA, la déroute des mutins car le texte du synode, tel qu’il nous est parvenu, n’en fait pas mention. Aucun terme, aucun indice ne signale la violence des émeutiers et les pillages par eux accomplis à Sahagún et dans ses environs42. Selon les principes moraux, l’abbé rétabli dans ses droits était obligé, en tant qu’homme d’Église, d’accorder le pardon chrétien. Mais avant de procéder à cet acte encore fallait-il respecter le rituel normatif social, à savoir celui d’une demande en bonne et due forme adressée au supérieur de la communauté, suivie de l’humiliation publique que l’archevêque de Tolède imposa aux séditieux43. La soumission et la pénitence savamment mises en scène par l’auteur44, est un véritable spectacle, précédent le pardon final. Ces deux actes étaient censés émouvoir à la fois les membres du synode et les fidèles qui s’étaient déplacés pour entendre le verdict et assister au baiser de paix devant l’autel de la vierge Marie45. Dans la société médiévale, caractérisée par une culture livresque (literacy) restreinte, les rituels, très efficaces46, jouaient un rôle majeur comme modes de contrat ou comme modalités des tractations sociales, ce qui est le cas du pardon de Sahagún qui répond à toutes ces exigences. Contre les actes barbares des « bourgeois », les clercs dominants optèrent pour infliger aux mutins une pénitence publique qui exhibait la honte des insoumis, et qui prenait de ce fait le contrepied du châtiment physique47 qui renvoyait aux basses passions des plus humbles.

  • 48 PCA, p. 100 : « El qual fecho mucho desplugo a la reina e a sus nobles, porque por su causa se façí (...)

24Véritable homme d’Église, l’anonyme espère convaincre le fidèle – à moins que ce ne n’ait été le monarque du XVe siècle –, à travers le pardon, une des vertus cardinales du christianisme et de la puissance divine. Comme dans tout bon roman, la fin est heureuse et l’auditeur est captivé et content d’une si belle issue. Mais au XIIe siècle, qui pouvait comprendre un message aussi sophistiqué ? Assurément pas les vassaux du cautum – le ban sacré – trop éloignés qu’ils étaient des subtilités de la littérature. En revanche, les vertus morales de l’abbé et des moines pouvaient être parfaitement comprises par les courtisans de l’automne du Moyen Âge, au premier rang desquels les monarques48. Pour que la voix fût performative, ou auto-réalisatrice, encore fallait-il qu’elle fût comprise, ce qui n’était pas donné au plus grand nombre, même aux personnes des classes sociales dominantes de l’époque d’Urraque. Le récit de Sahagún est indéniablement l’œuvre d’un professionnel féru de culture savante, antique et biblique, grand connaisseur par ailleurs des stéréotypes artistiques qui alimentent son projet scatologique structuré par un large éventail d’affects. Peut-on penser que les aventures extraordinaires de Domingo réussirent à soulever l’émotion du plus grand nombre ? Qu’on nous permette de douter d’une telle assertion et de rester prudent à un stade de la recherche où l’on ignore toujours qui étaient les véritables destinataires de l’œuvre. Émouvoir, certes, mais qui ?

  • 49 Il existerait une copie de la première PCA datée du XIIIe siècle. Toutefois, à défaut d’une critiqu (...)

25Au terme de ce commentaire, nous voudrions reprendre la question de l’authenticité de la PCA sous un angle épistémologique. Histoire ou fiction, récit véridique ou transposé ? Il nous semble qu’avant de répondre à ces questions épineuses, qui ressortissent de la conclusion – et donc de la thèse –, il est nécessaire de lever préalablement les ambiguïtés méthodologiques qui se présentent au chercheur. Au stade actuel de la recherche, nul ne nie les trois indices intangibles que l’on pourrait poser comme postulats : 1) la chronique, telle qu’elle nous est parvenue à travers deux manuscrits, est écrite dans un style littéraire et dans une graphie caractéristiques de la fin du XVe siècle ; 2) en accord avec ce qui précède le texte est « naturellement » écrit en castillan ; 3) il n’a connu aucune diffusion avant le XVIIIsiècle, moment où il fut publié par le père Romualdo Escalona après deux autres tentatives infructueuses au siècle précédent, celles de José Pérez et de Benito Guardiola. Dans ces conditions, les interrogations induites par ces trois évidences doivent être démontrées par une approche critique qui se fonde sur des normes académiques reconnues par tous49.

  • 50 Jeroen DEPLOIGE, « Meurtre politique, guerre civile et catharsis littéraire au XIIe siècle. Les émo (...)

26Quelles sont les principales interrogations ? L’auteur prétend que sa narration est contemporaine des faits qu’elle décrit, le début du XIIe siècle, or elle n’est pas écrite en latin. Pour quel motif ? Pourquoi l’avoir traduite à la fin du XVe siècle ? S’agit-il d’une épreuve destinée à l’imprimerie mais qui n’a pas abouti ? Les anachronismes et les influences littéraires postérieures au XIIe siècle, cas des Miráculos romançados de Pedro Marín, sont très abondants. Comment expliquer les remaniements, les insertions auxquelles nous ajoutons maintenant la transposition à peine modifiée de chapitres entiers de la Légende dorée ? Comment justifier l’omniscience et l’omniprésence de l’auteur, un homme qui revendique avoir tout vu et tout entendu en tous lieux et à tout moment ? À quel public destine-t-il son œuvre ? Que penser de la rhétorique littéraire employée, inconnue au XIIe siècle, et des dialogues – de véritables clins d’œil – que l’anonyme maintient régulièrement avec le lecteur ? Comment se fait-il qu’il parle de lui-même et qu’il se mette en scène à la première personne, comme dans une sorte de « catharsis autobiographique »50, une pratique inconnue dans ces excès au Moyen Âge central ?

  • 51 Fernán PÉREZ de GUZMÁN, Generaciones y semblanzas, Madrid : Espasa Calpe, 1954, p. 5-6 : « para las (...)

27Une ébauche de réponse à ces interrogations pourrait nous être fournie par un texte écrit vers 1453. Dans le prologue de l’une de ses œuvres, Fernán Pérez de Guzmán nous livre en effet les conditions que devait posséder une chronique digne de ce nom, ou plus exactement la manière d’écrire correctement l’histoire, qui devait invariablement suivre trois préceptes. L’auteur, forcément sage et intelligent, devait exceller dans le style, sa rhétorique devant être impeccable. Qui plus est, le narrateur se devait d’être le témoin présentiel des principaux événements qu’il rapportait ou, à défaut, tenir les informations de personnes dignes de foi. Enfin, le chroniqueur, pour se sentir véritablement libre, devait publier son récit après la mort des princes évoqués dans son histoire. À la lecture de ces injonctions, il est aisé de constater que «l’anonyme » de Sahagún suit à la lettre les recommandations d’un auteur de la seconde moitié du XVe siècle51… 

  • 52 B. H. ROSENWEIN, Emotional Communities…, op. cit., p. 27.

28La mise sous le boisseau de ces interrogations peut aboutir à ce que l’on passe à côté de l’évidente intention de l’auteur de se rapprocher de l’horizon d’attente des destinataires, et de constater que le chroniqueur se conforme aux conventions littéraires, génériques et discursives de son temps. Ces questions étant déterminantes pour démêler les fils du dossier, il serait maladroit de passer outre au risque d’ajouter du commentaire à un texte de fiction qui se donne pour de l’histoire alors que la source est clairement orientée émotionnellement52. Que le chroniqueur ait eu accès aux archives du monastère et aux grands récits historique est une donnée qui ne fait pas de doute. Cependant, toujours est-il que l’on peut écrire une œuvre de fantaisie en s’appuyant sur des données authentiques et incontestables comme le prouvent des œuvres de fiction récentes, cas du roman Les Bienveillantes. Tant qu’on n’aura pas dépassé le stade actuel de la critique, il sera difficile de prétendre reconstituer le passé d’une société à un moment précis au risque de provoquer une distorsion du réel, dans tous les cas c’est un pas que nous ne donnerons pas, du moins pour l’instant…

Haut de page

Annexe

Les tortures dans la PCA

Otros aún, en el tiempo del ynbierno, quando por las noches está el çielo mucho sereno e las eladas son mui fuertes, apretando mucho las tierras, entonces los mezquinos, las manos atadas tras las espaldas e con fierros a los pies, eran puestos desnudos sobre la tierra desnuda e sin cobertura. E echávanles sobre la cabeça del agua poco a poco, así como suele caer de las texas quando mucho llueve; e sobrebeniente el yelo, los mienbros de los mezquinos con el gran frío se enrregeçían, e a manera de madero mui seco se enduresçían. E como la lengua d’ellos se enduresçieçe, e ya perdido el bigor e esfuerço natural non podiesen fablar, entonces llevavan a los mezquinos acerca del fuego. E, frotándolos entre las manos, e regalándose la elada como se escallentasen, ya començavan a fablar. E luego otra bez con decavo los tornaban a las quemaçones del yelo en quanto durava la noche.

Eran aún otros que usavan nuebo modo de tormento, ca adolaban [dolaban] un madero e de la una parte façían mucho agudo como navaja; e porque se enduresçiese tostávanlo al fuego. E a los mezquinos façían asentar desnudos sobre el dicho madero agudo; e de los pies d’ellos colgaban lorigas e piedras molares. E con tanto peso el honbre mal aventurado, apremiado e apretado en el madero agudo por meitad de las nalgas e secreta parte del cuerpo, dava grandes boçes que se fendía e dividía, el qual beyéndose así atormentado, daba por ser libre quanto tenía, e aún prometía lo que non tenía nin esperaba aver.

Avía otros que mesclavan cuerdas mui sotiles de cáñamo e de lino, e a los mezquinos captivos colgaban, atándolos fuertemente por los dedos polgares de las manos; e a otros por los miembros viriles e genitales; e a otros por alguno de los pies, sometiéndoles fumo por las nariçes. E ansí los aquexavan los carniçeros, feriéndoles fuertemente e açotando con açotes de toro e clamando: “do, da”.

Otros avía que, tomando algunos llagados, façían astillas ásperas e mal cortadas de madera e metíanlas dentro de las llagas, fregando espesamente, diçiendo: “da”. Acatarías de las llagas reçientes salir abundancia de sangre con el podre e ensuciar las astillas e las manos de los que tormentavan. A todas estas maneras de tormentos añadían cruel fanbre e sed, ca alos que sometían a las penas siempre era negado el pan e el agua. Muchos, en verdad, de los que ansí atormentaban fueran nobles e cavalleros, algunos aún de los atormentados davan arrehenes, para cierto tiempo dar la redención, e así se yban. E como obiesen pagado lo qua avían prometido, tomaban a los fiadores e penávanlos con decavo e atormentaban. […]

Quántas angustias, quántas penas, quan grandes tormentos a los ombres dieron e feçieron, que nin por la lengua yo puedo manifestar, nin por voca fablar, nin por escriptura aseñalar, ca a muchos mezquinos captivos, con tenaças de fierro arrancavan los dientes por fuera de la quixada, non todos en una bez; mas oi, uno; cras, otro; e otro día, el terçero, porque la pena prolongada fuese más alargada.

Otros, después de luenga fanbre, como sus tripas e estentinos, por causa de la gran fanbre, ya fuesen çerrados e quisiesen comer el pan, los dichos estentinos ya mucho enflaquesçidos, morían de hinchaçón53.

¡O[h], cómo es espanto lo que se sigue! Ca como las casas d’ellos [burgueses] se alinpiasen de aquellos que avían de morir en ellas, dentro de la casa de un burg[u]és e eunuco, devajo de un pesebre, fueron falladas siete cabeças de honbres enterradas; de las quales una fue vista reçiente e aún no pelada, mas quasi medio corrupta. Era por cierto, aquel eunuco del cuento e número de aquellos que acostunbraban conprar los captivos: e dándoles grandes tormentos de diversas maneras, demandávanles siete tanto de aquello que avían dado54.

Haut de page

Notes

1 Crónicas anónimas de Sahagún (désormais PCA), Antonio Ubieto Arteta (éd.), Saragosse : Anubar, 1987, p. 48-49.

2 L’ouvrage de Jean DELUMEAU est toujours une référence obligée pour l’étude de cette émotion-affect, La peur en Occident (XIVe-XVIIe siècles). Une cité assiégée, Paris : Arthème Fayard, 1978.

3 PCA, p. 107 : « Por çierto, çinco beçes fuimos presos, e tantas por la protección divinal, escapamos de las manos de aquellos que nos tenían presos, e sin daño alguno ».

4 Charles GARCIA, « Une histoire (presque) sans mort. Le dépassement de la mort dans les Chroniques anonymes », in : Daniel Lecler et Patricia Rochwert-Zuili (coord.), Entre ciel et terre. La mort et son dépassement dans le monde hispanique, Paris : Indigo, 2008, p. 21-32.

5 Damien BOQUET et Piroska NAGY, Sensible Moyen Âge. Une histoire des émotions dans l’Occident médiéval, Paris : Le Seuil, 2015, p. 310 : « L’émotion peut servir le langage politique pour discréditer les mouvements des populares ».

6 Johan HUIZINGA, L’Automne du Moyen Âge, Paris : Payot, 1975 [rééd.], p. 187 : « Aucune autre époque que le Moyen Âge à son déclin n’a donné autant d’accent et de pathos à l’idée de la mort. Sans cesse résonne à travers la vie l’appel du memento mori. […] Du grand complexe d’idées relatives à la mort, cette image ne retenait qu’un seul élément : la notion du périssable, de l’éphémère. Il semble que le Moyen Âge à son déclin n’ait vu la mort que sous ce seul aspect ».

7 PCA, p. 82-83 : « E ellos començaron a tratar con manos suçias los cáliçes, las reliquias de los santos y el madero de la cruz del Señor, e sin reberençia e deboçión revolvían de acá e de allá, así como eran acostunbrados a tratar las pieles de los corderos, la qual cosa beyendo el abbad, grávemente gimiendo deçía : “A los obispos sólos pertenecía tratar estas cosas e a las manos untadas de olio santo, e non a bosotros cuyas manos son suçias e ensangrentadas”… ».

8 PCA, p. 46 : « Un monje mançevo e presto a toda obediençia, afeitado por humildad, enoblesçido por castidad, esguarneçido por letras, prudente e noble en las cosas eclesiásticas, e en los negocios seglares savio e discreto, el qual benía de noble generación, manso por natura e benigno » ; p. 99 : « E eso mesmo [el abbad] absolvió a los burg[u]eses de la sentençia de excomunión si satisfasçiesen; e aún restituyó a la villa el ofiçio divinal… ».

9 Alain Corbin, Jacques Courtine et Georges Vigarello (dir.), Histoire des émotions, 1. De l’Antiquité aux Lumières, Paris : Le Seuil, 2016.

10 Charles GARCIA, « El narrador, los juglares y los santos en la Primera crónica anónima de Sahagún », e-Spania [En ligne], 19 | octobre 2014, mis en ligne le 15 octobre 2014, consulté le 02 juillet 2016. URL : http://e-spania.revues.org/23860 ; DOI : 10.4000/e-spania.23860.

11 PCA, p. 114 : « Pues agora tú, savio leedor, considera que los burg[u]eses cometieron crimen de perjurio » ; sur le paradigme christique de l’abbé, consulter C. GARCIA, « Une histoire (presque) sans mort… », p. 27 : « car celui qui porte atteinte aux biens et aux domaines des moines, c’est comme s’il attentait contre le Christ ».

12 PCA, p. 98 « El abbad, ya como començé a decir, fuyó desnudo e a pie […] E yba de acá acullá buscando el mantenimiento; e adonde una bez dava refeçión al cuerpo, allí non osava dormir ni reposar. Enpero, después de espacio de dos meses, andando a la ventura, agora a man derecha, agora a man ysquierda, prolongávase ca en un lugar el temor de los burgueses non le dexava seguro estar ». On retrouve dans ce passage les mésaventures de saint Félix narrées dans la Légende dorée, un texte qui est à la base de nombreux paragraphes de la chronique sur lequel nous reviendrons plus loin, Santiago de la VORÁGINE, La Leyenda dorada, 2 vol., José Manuel Macías, (éd.), Madrid : Alianza editorial, 1996, 1, p. 105-106 : « También él fue perseguido por predicar la religión cristiana. En cierta ocasión, huyendo de sus perseguidores, se refugió en una especie de gruta formada por los cascotes de un edificio en ruinas […] Posteriormente, Félix, se ocultó en casa de una viuda. Tres meses permaneció en el domicilio de su protectora […] Terminada la persecución contra la Iglesia, el santo obispo regresó a su sede ».

13 Barbara H. ROSENWEIN, Emotional Communities in the Early Middle Ages, Londres : Ithaca, 2008, p. 2 : « des groupes dans lesquels les gens adhèrent aux mêmes normes d’expression émotionnelle et valorisent ou dévalorisent les mêmes émotions ou constellations d’émotions ». Dans le cas de Sahagún, la communauté monastique a effectivement un même but, des intérêts et des valeurs communs. À titre d’exemple, et sur le même sujet, on pourrait établir des comparaisons entre les communautés de Cluny et de Domnos Sanctos, cf. B. H. ROSENWEIN, « The political uses of an emotional community : Cluny and its neighbors, 833-965 », in : Damien Boquet et Piroska Nagy (dir.), Politiques des émotions au Moyen Âge, Florence : Sismel-Galluzzo, 2010, p. 205-224.

14 Sur ces questions, consulter Charles GARCIA, « Serments solennels et parole sociale dans les documents de Sahagún (XIe-XIIe siècles) », in : Montserrat Herrero et Jaume Aurell (dir.), Le sacré et la parole : le serment au Moyen Âge, Poitiers : Université de Poitiers : CESCM, 2016 (sous presse) : « Cette année-là [1110], les burgenses, alliés pour l’occasion aux soldats d’Alphonse Ier d’Aragon, attaquèrent le monastère et détruisirent le palais attenant. Le soulèvement armé des citadins contre le pouvoir seigneurial s’étendit à la partie rurale du cautum, ce qui incita les paysans à les imiter. Les “rustiques laboureurs et le menu peuple se rassemblèrent”, ils formèrent une conjuration qu’ils nommèrent germanitas (hermandad) et se mirent à parcourir le territoire alentour, à visiter les villes et les marchés pour proclamer devant les foules : “que tel jour, en tel et tel lieu, se réunirait l’hermandad ; et que celui qui ferait défaut et ne viendrait pas verrait sa maison rasée” ».

15 PCA, p. 92 : « Giraldo, pero, beyendo su constançia del abbad e firmeça, partióse de allí e vínose para casa de un burg[u]és que se llamaba Juan Turonés. E allí ayuntó más de treçientos mancebos e començó a tratar cómo daría la muerte al abbad ». Charles GARCIA, « La minorité "franque" de Sahagún dans les Chroniques anonymes (XIIe siècle) », in : Stéphane Boissellier, François Clément et John Tolan (dir.), Minorités et régulations sociales en Méditerranée médiévale, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2010, p. 283-298. http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00606044.

16 PCA, p. 77-78 : « los burg[u]eses, con esfuerço d’ellos, dieron gran salto, ansí como leones muy fieros e crueles salientes de la cueva, o çiertamente, como los canes muy raviosos, e todas las villas poco a poco disiparon con fierro, hanbre e fuego, rovando toda la substabçia e aún las bigas, bigones, texas e texados de las casas, puertas, mesas e lagares, lechos escannos e todas las cosas que son a uso de casa e alhajas rovaron e consigo llebaron. E lo que non podían llevar, echávanlo en el fuego; el pan, otrosí, e vino, e todos los animales e ganados que son a uso e sustentaçión de los onbres, rovaron e llevaron o quemaron en el fuego. E a los onbres, o llevavan captivos, o, trespasándoles con lanças e cochillos, matavan; o abscondidos en los desbanes de las casas, puesto el fuego, quemavan. E aquesto todo façían e acavavan de noche ».

17 PCA, p. 37.

18 Villa Salit est situé à proximité de Galleguillos de Campos.

19 José Antonio Fernández Flórez (éd.), Colección diplomática del monasterio de Sahagún. IV (1110-1199), (=CDMS), León : Centro de estudios e investigación “San Isidoro”, 1991, doc., n° 1313, p. 234-242, p. 234.

20 Ibid., p. 235 : « Ipsi responderunt dicentes quod habebant ex antiquitate et consuetudine longa parentum suorum frangere presam illam ».

21 CDMS, doc., n° 1266, p. 165-166 : « quando ego aut rex ueniebat ad Graliare, ibant saiones fisci Graliarensis, quasi ex antiqua consuetudine, et frangebant uiolenter presam de Uillasalit ad espiscandum ; unde grauem monachis molestiam inferebant ».

22 CDMS, doc., n° 1313, p. 239 : « stupuerunt ey ualle gemuerunt et in lacrimas resoluti dixerunt : ″ maledictus sit diabolus qui decepit nos, quia uera sunt omnia que testes dixerunt″ ». 

23 CDMS, doc., n° 911, p. 229-231.

24 CDMS, doc., n° 1313, p. 238.

25 Laure VERDON, La Voix des dominés. Communautés et seigneurie en Provence au bas Moyen Âge, Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2012.

26 D. BOQUET et P. NAGY, op. cit., p. 312 ; Serge MOSCOVICI, L’Âge des foules. Un traité historique de psychologie des masses, Paris : Fayard, 1981.

27 PCA, p. 78-81.

28 Ángel FÁBREGA GRAU, Pasionario hispánico (siglos VII-XI), Madrid : CSIC, 1953 ; José María FERNÁNDEZ CATÓN, « Datos para la historia del martirio y culto de las reliquias de los mártires leoneses Facundo y Primitivo », Bivium. Homenaje a Manuel Cecilio Díaz y Díaz, Madrid : Gredos, 1983, p. 67-79 ; Pilar RIESCO CHUECA, Pasionario hispánico (Introducción, edición crítica y traducción), Séville : Université de Séville, 1995.

29 Leticia AGÚNDEZ SAN MIGUEL, Memoria, escritura y control social : la construcción de la memoria histórica en el monasterio de Sahagún (siglos X a XIII), thèse inédite, Santander : Université de Cantabrie, 2011, p. 467-476

30 PCA, p. 9-10 : « los nobles cavalleros e bienabenturados mártires de Jesuchristo, Facundo conviene a saber e Primitivo, nasçidos e criados en España […] ellos fenesçieron su postrimera e mui religiosa e acavada vida con mui glorioso e mucho açepto e agradable al señor, pues que, finalmente, derramada la su preçiosa sangre de sus sagrados cuerpos, sus ánimas meresçieron, mediante la graçia divinal, subir al muy alto trono de la gloria celestial ».

31 D. BOQUET et P. NAGY, « L’historien et les émotions en politique : entre science et citoyenneté », Politiques des émotions…, op. cit., p. 5-30, p. 7 : « avec l’emprise toujours plus forte du langage médiatique exigeant une communication brève, rétive à la complexité et immédiatement efficace ; ou encore, lorsque tel personnage politique s’érige en juge spontané lorsqu’il réagit à chaud à l’événement au nom de la compassion pour les victimes ; enfin avec la segmentation communautaire croissante qu’accompagne, au gré des récits identitaires, son lot de compassion mémorielle ».

32 André VAUCHEZ, La spiritualité au Moyen Âge occidental. VIIIe-XIIIe siècle, Paris : Le Seuil, 1994, p. 140 : « le message franciscain est cependant loin d’être demeuré sans influence au XIIIe siècle. De fait, même affadi ou trahi, il conserva assez de relief pour marquer durablement la spiritualité des derniers siècles du Moyen Âge dans le sens d’un christocentrisme radical, manifesté principalement par une dévotion à la Passion rédemptrice du Christ, contemplé et vénéré dans son humanité souffrante ».

33 Alain BOUREAU, La Légende dorée. Le système narratif de Jacques de Voragine, Paris : Le Cerf, 1984.

34 Gabrielle M. SPIEGEL, « History, Historicism and the Social Logic of the Text », in: Gabrielle M. Spiegel (éd.), The Past as Text. The Theory and Practice of Medieval Historiography, Baltimore : Johns Hopkins University Press, 1997, p. 3-28, p. 213-220.

35 S. de la VORÁGINE, op. cit., t. 2, p. 889 : « que preparan una olla de veinte urnas, es decir, de 480 sextarios de capacidad, que la llenaran de resina, pez, cera y aceite y que la pusieran al fuego. Cuando estos materiales estaban ya derretidos y el líquido que formaron comenzaba a hervir a borbotones y a agitarse en el interior de la olla […] el emperador dijo al santo: – Ahora veremos si eres capaz de librarte con tus artes mágicas de este tormento ».

36 Jean DELUMEAU, Le Péché et la peur. La culpabilisation en Occident (XIIIe–XVIIe siècles), Paris : Fayard, 1983.

37 Barbara H. ROSENWEIN, « Eros and Clio : Emotional Paradigms in Medieval Historiography », in: Hans-Werner Goetz et Jörg Jarnut (dir.), Mediävistik im 21. Jahrhundert. Stand und Perspektiven der internationalen und interdisziplinären Mittelalterforschung, Munich : Wihelm Fink Verlag, 2004, p. 427-441.

38 Émile MÂLE, L’art religieux de la fin du Moyen Âge en France : étude sur l’iconographie du Moyen Âge et sur ses sources d’inspiration, Paris : Armand Colin, 1949. Les vignettes des cantigas 50 et 140 du Códice Rico contredisent certes cette affirmation, en même temps qu’elles annoncent une mutation des perceptions sociales.

39 Béatrice DELAURENTI, La contagion des émotions. Compassio, une énigme médiévale, Paris : Garnier, 2016.

40 PCA, p. 100.

41 PCA, p. 120.

42 Fidel FITA, « Concilio nacional de Burgos (18 de febrero de 1117) », Boletín de la real academia de la historia, 48, 1906, p. 391-399.

43 PCA, p. 126 : « A aquestas cosas el honrrado arçobispo ansí respondió : “Pues que estos burg[u]eses confiesan e manifiestamente dan testimonio aber seído criminosos de perjurio; e por fechos, primeramente, e después por dichos malamente aver fecho e cometido, cosa mui digna e raçonable es que agora, en presençia de todo el sínodo e ayuntamiento, descalços los pies; e ellos medio desnudos, llevando las minbres en sus manos, se derriben e echen a vuestros pies e de la maldad cometida e de la mentirosa e falsa fabla con gran humildad bos supliquen e demanden perdón” ».

44 Claude GAUVARD, « Émotion, honneur et politique à la fin du Moyen Âge », in : Pierre Hansart et Claudine Haroche (dir.), Les Sentiments et le politique, Paris : L’Harmattan, 2007, p. 39-53.

45 PCA, p. 129 : « Pues los sobredichos barones con el abbad, seguiéndolo nos ant’el altar de la bienabenturada madre de Dios e sienpre virgen María, e según la orden establesçida, satisfiçieron, e ansí alcançaron perdón del abbad e fueron resçividos al beso de paz, e ansí luego fueron reformados en sus casas ».

46 Gerd ALTHOFF, « Empörung, Tränen, Zerknirschung. “Emotionen in der öffentlichen Kommunikation des Mittelalter” », Frühmittelalter Studien, 30, 1996, p. 60-79 ; Philippe BUC, Dangereux rituel. De l’histoire médiévale aux sciences sociales, Paris : PUF, 2003, p. 158-194.

47 Mary C. MANSFIELD, The Humiliation of Sinners. Public Penance in Thirteenth-Century France, Ithaca : Cornell University Press, 1995.

48 PCA, p. 100 : « El qual fecho mucho desplugo a la reina e a sus nobles, porque por su causa se façían estas cosas ».

49 Il existerait une copie de la première PCA datée du XIIIe siècle. Toutefois, à défaut d’une critique textuelle fondée, nous sommes réduits, en attendant, à ne pas la prendre en compte.

50 Jeroen DEPLOIGE, « Meurtre politique, guerre civile et catharsis littéraire au XIIe siècle. Les émotions dans l’œuvre de Guibert de Nogent et de Galbert de Bruges », Politiques des émotions au Moyen Âge…, op. cit., p. 225-254, p. 233-237.

51 Fernán PÉREZ de GUZMÁN, Generaciones y semblanzas, Madrid : Espasa Calpe, 1954, p. 5-6 : « para las estorias se fazer bien e derechamente son necesarias tres cosas : la primera, que el estoriador sea discreto e sabio, e aya buena retorica para poner la estoria en fermoso e alto estilo ; porque la buena forma onra e guarnece la materia. La segunda, que el sea presente a los principales e notables abtos de guerra e de paz ; e porque serie inposible ser en todos los fechos, a lo menos que el fuese asi discreto, que non reçibiese informaçion sinon de presonas dignas de fe e que ouiesen seydo presentes a los fechos. E esto guardado, sin error de vergüeña puede el coronista usar de informaçion ajena […]. La tercera es que la estoria non sea publicada viviendo el rey o prinçipe en cuyo tiempo e señorio se hordena, porque el estoriador sea libre para escriuir la verdad sin temor ».

52 B. H. ROSENWEIN, Emotional Communities…, op. cit., p. 27.

53 PCA, p. 78-81.

54 PCA, p. 121.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles Garcia, « La peur au monastère : l’angoisse et la compassion comme instruments de la domination sociale dans la Castille médiévale (XIIe-XVe siècles) », e-Spania [En ligne], 27 | juin 2017, mis en ligne le 12 juin 2017, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://e-spania.revues.org/26574 ; DOI : 10.4000/e-spania.26574

Haut de page

Auteur

Charles Garcia

Université de Poitiers et CNRS, Centre d’études supérieures de civilisation médiévale – UMR 7302

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org