Navigation – Plan du site

Bruno DUMÉZIL et Laurent VISSIÈRE (dir.),  Épistolaire politique II. Authentiques et autographes

Paris : PUPS, 2016, 254 p.
ISBN: 978-2-84050-990-5

La question de l’authenticité et de l’autographie se pose aux historiens dans leur travail d’établissement des sources. Or, il s’agit d’une tâche délicate, notamment pour les périodes les plus anciennes, où la préservation de pièces originales résulte du seul hasard. La plupart des lettres connues avant la  fin du XIIIe siècle ne nous sont parvenues que sous forme de copies, contemporaines ou tardives, souvent lacunaires ou erronées. La critique de leur authenticité se pose alors de façon traditionnelle, peu différente a priori de n’importe quel autre type de sources. Ce n’est que pour les derniers siècles de la période médiévale que l’existence d’importants fonds d’archives et de correspondances originales rend possible une exploitation plus systématique.

Les documents originaux permettent de réfléchir, dans une optique élargie, à une éventuelle mise en valeur des mentions manuscrites venues du détenteur de l’autorité. Toutes ces questions demandent réflexion, et c’est dans la continuité d’un premier volume consacré au Gouvernement par les lettres que le deuxième volet du cycle d’études Épistolaire politique propose d’étudier cette question cruciale des lettres authentiques et autographes.

Recevoir du courrier n’est pas un acte anodin, car cela prouve d’emblée une position sociale. Lire soi-même une lettre, dit quelque chose de plus : on affiche avec fierté sa maîtrise de l’écriture, son insertion personnelle dans un réseau, et la lettre ouvre en fin de compte des horizons autrement plus fascinants que le paysage qu’on découvre par la fenêtre. Que la lettre reçue soit authentique ou falsifiée apparaît finalement secondaire.

  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org