Skip to navigation – Site map
Écriture de l’histoire et itinérance dans l’Amérique coloniale ibérique (XVIe –XIXe siècle)

Introduction

Full text

1Les textes que nous présentons sont issus du colloque international « Ecriture de l’histoire et itinérance dans l’Amérique coloniale ibérique » qui s’est tenu à l’Université de Pau les 23 et 24 novembre 2015. Cette rencontre a été organisée grâce à la collaboration entre le laboratoire LLCAA (Laboratoire Langues, Littérature et Civilisations de l’Arc Atlantique), La Fédération Espaces, Frontières, Métissages de l’Université de Pau (UNIV PAU & PAYS ADOUR, LANGUES, LITTERATURES ET CIVILISATIONS DE L’ARC ATLANTIQUE-EFM, EA1925, 64000, PAU, France) et le laboratoire CLEA–CHAC (Cultures et histoire de l’Amérique coloniale) de l’Université Paris-Sorbonne (EA 4083).

2Il est d’usage de distinguer le travail de l’historien du récit du voyageur. L’historien dans son cabinet, élabore une œuvre élégante, concise ou fleurie selon les règles d’un « arte de historiar » où, garant de ses sources, il affirme rechercher la vérité selon les préceptes cicéroniens. Le voyageur, lui, raconte des péripéties dont il est le témoin, fruit de ses pérégrinations en terres aussi étrangères qu’étranges. Pour les premiers, c’est Tite-Live, Salluste ou Polybe dont on réclame la paternité, pour les seconds, Hérodote.

3Les terres américaines et les immensités océanes qui les bordent ont bouleversé cette disjonction. Les premiers textes « américains » sont des textes de mouvement, de navigations, de découvertes et le premier texte d’histoire (classé ainsi par López de Gómara) est le récit guerrier (los hechos) d’Hernán Cortés, las Cartas de relación, avancée d’une poignée d’Espagnols à travers un territoire improbable et rédigé in medias res, par l’acteur lui-même. L’historiographie américaine, depuis le XVIe siècle, brouille les pistes, elle mêle l’anthropologie et la geste militaire, la chronique des hauts faits et la géographie, la navigation et la botanique, la cosmographie et les curiosités. Mais surtout c’est une histoire moderne car elle rend compte de la mobilité des hommes à la surface du globe : non seulement parce qu’elle naît d’un ensemble de conquêtes, mais aussi parce que l’Amérique et au-delà l’Océan Pacifique offrent de gigantesques, d’inépuisables étendues à parcourir, et que le traité de Tordesillas ne peut résister aux assauts toujours plus nombreux des autres puissances européennes.

4Comment définir la valeur, la fonction et le sens de cette mobilité, de cette itinérance (sorte d’oxymore qui réunit l’itinéraire et l’errance) individuelle ou collective, officielle ou privée, religieuse ou curieuse ? A-t-elle fait naître un nuevo arte de historiar et avec quels effets sur l’historiographie européenne ? Telles furent en partie les réflexions qui animèrent les débats du colloque et qui se retrouvent dans les articles publiés ici.

5L’ensemble des interventions laisse apparaître clairement les nervures de cette thématique. D’une part l’importance accrue de la mobilité des Ibériques, une sorte de hâte à découvrir le monde sont le fondement de récits et de chroniques des navigations individuelles ou collectives (Nicolas de Ribas, Clotilde Jacquelard, Émilie Cadez) et de leurs corollaires terrestres (María del Carmen Martínez Martínez, Nejma Kermele, Jean-Michel Sallmann) mais aussi des slogans impériaux qui les scandent et des débats éthiques et religieux qu’elles génèrent (Pierre Ragon, Christophe Giudicelli, Louise Bénat-Tachot, Gilles Bienvenu). Dans le monde élargi de la modernité, sillonné par les Ibériques qui se déversent à la surface du globe, des Philippines à Séville et Lisbonne, naissent des récits qui constituent une véritable « fabrique de l’histoire », ceux des experts (Carmen Salazar-Soler), ceux des religieux, (Loann Berens) ceux des marins (Delphine Tempère) en même temps qu’ils tracent les nouvelles géographies locales et globale. Enfin, cette itinérance/itinéraire est aussi une trajectoire temporelle qui permet que se conçoivent et se connectent de nouvelles territorialités (Marie-Laure Rieu-Millan, Patrick Lesbre, Sébastien Rozeaux, David Gonzalez Cruz).

6Dans le filet cartographique et historiographique de l’ensemble de ces récits se tisse donc une nouvelle histoire plurielle certes mais qui oblige à connecter les temps et les espaces (le local et le global) et fait apparaître de nouveaux acteurs. Cette première forme d’histoire « globale » – comme l’a souligné Serge Gruzinski – fut sans nul doute une terre de relance de l’écriture de l’histoire européenne.

Top of page

References

Electronic reference

« Introduction », e-Spania [Online], 26 | février 2017, Online since 01 February 2017, connection on 24 July 2017. URL : http://e-spania.revues.org/26490

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org