Navigation – Plan du site
Écriture de l’histoire et itinérance dans l’Amérique coloniale ibérique (XVIe –XIXe siècle)

De Antiquitatibus Novae Hispaniae : Francisco Hernández et ses Antiquités de la Nouvelle Espagne

Patrick Lesbre

Résumés

Francisco Hernández est envoyé en Nouvelle Espagne en 1570, à la demande de Philippe II, pour une enquête scientifique sur les plantes médicinales indiennes. Son mandat initial est de cinq ans mais pour traiter de la médecine traditionnelle (plantes) indienne de toute l’Amérique (Caraïbes, Nouvelle Espagne, Pérou), voire de l’Asie (Philippines, Chine). De la médecine Hernández glisse à l’histoire naturelle en ajoutant les plantes non médicinales, les animaux et les minéraux. Et il parvient à rester plus longtemps que prévu en Nouvelle Espagne (deux ans de plus), et à faire renoncer le roi à l’obliger à étendre son enquête au Pérou. Si le Pérou et l’histoire des sciences y ont perdu une matière de première main qui aurait été précieuse en traditions indiennes, l’histoire du Mexique y a gagné un ouvrage non prévu au départ, mais que l’auteur a ajouté, en humaniste de son époque : les Antiquités de la Nouvelle Espagne.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour plus de détails sur cette mission scientifique cf. les travaux incontournables de Germán SOLOM (...)
  • 2 Cela ne l’empêche pas d’inclure quelques plantes péruviennes dans son catalogue. Cf. la chimalacaxo (...)
  • 3 cf. Richard KAGAN, Los cronistas y la Corona. La política de la Historia en España en las Edades Me (...)

1Francisco Hernández est envoyé en Nouvelle Espagne en 1570, à la demande de Philippe II, pour une enquête scientifique sur les plantes médicinales indiennes1. Son mandat initial est de cinq ans mais pour traiter de la médecine traditionnelle (plantes) indienne de toute l’Amérique (Caraïbes, Nouvelle Espagne, Pérou), voire de l’Asie (Philippines, Chine). De la médecine Hernández glisse à l’histoire naturelle en ajoutant les plantes non médicinales, les animaux et les minéraux. Et il parvient à rester plus longtemps que prévu en Nouvelle Espagne (deux ans de plus), et à faire renoncer le roi à l’obliger à étendre son enquête au Pérou. Si le Pérou et l’histoire des sciences y ont perdu une matière de première main qui aurait été précieuse en traditions indiennes2, l’histoire du Mexique y a gagné un ouvrage non prévu au départ, mais que l’auteur a ajouté, en humaniste de son époque : les Antiquitésde la Nouvelle Espagne. Le titre semble choisi pour flatter le goût de Philippe II pour le passé3.

  • 4 Francisco HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae Authore Francisco Hernando medico et histori (...)

2L'auteur se présente orgueilleusement comme médecin et historien de Philippe II mais aussi protomédecin à la fois dans le titre de l’ouvrage et dans celui de chacun des livres qui le composent : « De Antiquitatibus novae Hispaniae libri tres, authore Francisco Hernando Medico et historico Philippi secundi et indiarum, omnium Medico primario »4.

  • 5 Cf. Vincent PARELLO, « Voyages à travers la vie et l’oeuvre de Francisco Hernández : « protomédico  (...)

3C’est l’œuvre d’un voyageur atypique qui certes parcourt une partie du Mexique central mais rayonne surtout dans la Vallée centrale et ses environs immédiats. Il est pour l’instant très difficile de confirmer le passage d’Hernández dans des provinces plus lointaines. Surtout il s’y attarde pour les besoins de son enquête et ne fait pas qu’y passer, contrairement à de nombreux autres visiteurs. Peut-on le considérer comme un véritable voyageur ? Nous laissons à d’autres le soin de définir ce concept5.

Une œuvre non prévue au départ

4À partir des lettres d’Hernández on constate que le projet de rédaction d’une histoire préhispanique et de la conquête espagnole émerge au bout d’un certain temps, et qu’il parvient à le défendre et à le réaliser malgré les pressions du roi pour que son œuvre soit envoyée au plus vite ou pour qu’il passe au Pérou poursuivre son enquête médicinale. Il semble pour cela avoir bénéficié de l’appui de Juan de Ovando.

5Hernández semble jouer sur les mots pour s’éloigner de l’Histoire naturelle et passer à l’Histoire tout court. Dans sa lettre du 22 septembre 1572 au roi il écrit :

  • 6 Silvio IBARRA CABRERA, « Contribuciones a la historia de las ciencias biológicas en México. Doctor (...)

Sacra Católica Real Majestad. –- Recibí la de V. M. hecha en Madrid a 24 de Mayo de este año : yo beso los reales pies de V. M. por la que se me hace en mandar se me acuda con lo necesario para la Historia que por mandado de V. M. vine a hacer a estas partes ; [...]6.

6Ou bien dans sa lettre du 31 mars 1573 il indique :

  • 7 José Luis BENÍTEZ MIURA, « El Dr. Francisco Hernández: 1514-1758 (cartas inéditas) », Anuario de Es (...)

S. C. R. M. En la que escribi a v. m. en el navío que se partio a dos de diciembre del presente año, adverti ser necesario para el efecto de la historia q’ v. m. me tiene mandado hacer, [...]7.

7Certaines descriptions de plantes laissent transparaître ce goût pour une enquête non limitée aux seuls usages médicaux. Ainsi, à propos de l’arbuste Quauhmecaxóchitl, Hernández conclut sa description ainsi :

  • 8 F. HERNÁNDEZ, Historia Natural..., 1, L. V, chap. 80, p. 254.

Nada se dice de esta planta en lo que se refiere a usos médicos, pero la hemos descrito y dibujado para utilidad de la historia, a la que a veces también damos atención8.

8Le terme (et futur titre) d’Antiquités apparaît finalement dans une lettre à Juan de Ovando en date du 1er septembre 1574 :

  • 9 J. L. BENÍTEZ MIURA, art. cit., p. 406.

[...] lo qual todo se llevara con la flota primera que se aguarda. Con mas una historia de las antiguedades desta tierra, que a contemplacion de v s. yllma. se ha escripto con las graduaçiones fechas y mas las que para entonçes se tuvieren acabado de hazer, el plinio ansi mismo esta acabado de trasladar en lengua hespañola y por la maior parte yllustrado, vase sacando un traslado para que quede aca otro9.

  • 10 Jesús BUSTAMANTE GARCÍA, « De la naturaleza y los naturales americanos en el siglo XVI: algunas cue (...)

9Jesús Bustamante García signale que cet ouvrage suit de près les instructions de Juan de Ovando, président du Conseil des Indes, du 24 septembre 1571 (Ordenanza n°119)10. On retrouve le terme d’antiquités dans une autre lettre à Juan de Ovando du 1er décembre 1574 :

  • 11 Ibid., p. 407.

Los libros de las plantas y animales de la nueva hespaña yran con el favor de Dios con la flota que esta agora en el puerto, con algunas cosas naturales que se van pintando, yran ansimismo de las antiguedades desta gente, que se ha hecho a contemplaçion de v. s. yllma. segun lo que por relaçion destos indios viejos he podido averiguar11.

10Hernández flatte les goûts de Juan de Ovando en lui proposant de s’intéresser aussi à l’histoire indienne. Et il décrit brièvement sa méthode qui est la même que celle de beaucoup de chroniqueurs des Indes présents en Amérique au XVIe siècle : les informateurs indigènes âgés. Ce n’est sans doute pas un hasard si dans la même lettre Hernández demande un délai supplémentaire :

  • 12 Ibid., p. 408.

Al servicio de su mag. y perfection desta obra conviene se embie luego la prorrogacion de los tres años, porque los libros (como he dicho) yran sin falta ninguna con la flota q’ esta agora en el puerto v. s. yllma. de orden, como luego venga no se interrumpa negocio tan santo y provechoso, por q’ aguardando los libros no se tarde, y me dexen dar recaudo [...]12.

11On peut suivre l'avancement de ses travaux dans sa lettre du 20 mars 1575 :

  • 13 S. IBARRA CABRERA, art. cit., p. 426.

Yo tenía acabados diez volúmenes de pintura, y cinco de escritura de plantas, animales y antigüedades de esta tierra, según el Visorey D. Martín Henríquez que las vido, entiendo escribe a V. M13.

12Il reprend à peu près les mêmes termes dans une lettre à Juan de Ovando qui date sans doute de mars 1575 dans laquelle il reporte l’envoi des manuscrits d’un an :

  • 14 Ibid., p. 433.

Yo tenía acabados diez volúmenes de pintura y cinco de escriptura, de plantas, aves y antigüedades de esta tierra ; pensé enviarlos en esta flota, mas considerando que yo he ya cumplido casi todo el tiempo de mi comisión, y que lo que en la Nueva España había que hacer estará de hoy en un año, placiendo a Dios, acabado y barrido […]14.

13Mais dans une lettre au roi du 10 février 1576, Hernández présente l’ouvrage comme non achevé :

  • 15 Ibid., p. 429.

Ellos irán con la flota que al presente está en el puerto mediante Dios, y por quince que tengo prometidos serán diez y seis, y con todo esto quedará aca la historia desta tierra por no estar del todo acabada, que creo dará gusto a V. M. cuando yo vaya y la lleve, que será mediante Dios, la flota venidera, dándome V. M. licencia para ello, […]15.

14Un mois plus tard, en mars 1576, il ajoute :

  • 16 Ibid., p 432.

Voy asimismo aderezando los libros de la corografia desta tierra, antigüedades y conquista que tengo hechos, y los treinta y siete libros de Plinio que tengo acabados de traducir y comentar, los cuales, con otras cosas de fisica y medicina, con que sé recibirá V. M. gusto y servicio, llevaré acabados la flota primera que vendrá de España, dándome V. M. licencia para ello16.

15Dans cette même lettre il ajoute un passage fondamental qui permet de comprendre que les Antiquités étaient elles aussi accompagnées d’illustrations, tout comme l’Histoire Naturelle :

  • 17 Ibid., p. 431. cf. la dernière partie de cet article.

No van tan limpios, ni tan limados, o tan por órden, ni ha sido posible, que no deban esperar la última mano antes que se impriman, en especial que van mezcladas muchas figuras que se pintaban como se ofrecían, las cuales pertenecen y se han de pasar a la historia y antigüedades desta tierra, y va expresado en la pintura el tamaño del natural17.

16Hernández rédige en latin pour que la diffusion de ses travaux soit maximale, comme il le signale dans une lettre de 1572 :

  • 18 J. L. BENÍTEZ MIURA, art. cit., p. 398 (lettre du 30 avril 1572).

[…] va en latin para q' se comunique de este modo lo q' v. m. haze al mundo a todas las naciones por esta lengua que es mas comun, y tambien se escribe en Romance para otros por que todos la gozen […]18.

  • 19 S. IBARRA CABRERA, art. cit., p. 434 (à Juan de Ovando).

17Mais il prévoit aussi une version en espagnol et la traduction en nahuatl, très certainement avec l’appui des Indiens du Collège de Santa Cruz Tlatelolco formés par Sahagún. Dans une lettre du 20 mars 1575 il mentionne un traducteur (vraissemblablement indien nahua) de ses ouvrages, sans qu’on sache s’il se limite à l’Histoire naturelle et à la traduction de Pline ou s’il traduit également les Antiquités : « y ansimismo que se prosiga la traducción de mis obras en indio para el bien y remedio destos naturales »19. La traduction de ses œuvres semble donc une autre façon de gagner un temps précieux en restant sur place pour pouvoir terminer le manuscrit des Antiquités.

18Certains passages des Antiquités semblent indiquer que la partie consacrée à la minéralogie n’était pas encore conclue quand Hernández rédigeait le premier livre des Antiquités, ce qui pourra permettre une éventuelle datation du début de la rédaction de son traité historique :

  • 20 F. HERNÁNDEZ, Antigüedades de la Nueva España, Madrid : Historia 16, 1986, L. II, chap. 7, p. 119.

Lanzas y espadas de espinas de pescados venenosos o de piedra de iztli de la cual formaban gladios con arte admirable; la piedra se adhiere al palo y se pega con un pegamento tenacísimo, como tal vez lo describiremos entre las cosas naturales20.

  • 21 Jesús BUSTAMANTE GARCÍA, « De la naturaleza y los naturales americanos en el siglo XVI... », p. 316 (...)

19Nous renvoyons à l’article de Jesús Bustamante García pour la tentative de datation d’un manuscrit initial des Antiquités et son évolution21.

Contenu des Antiquités de la Nouvelle Espagne

20Même s’il déplore les sacrifices humains et l’anthropophagie préhispaniques, Hernández considère qu’il est au Mexique central face à des cultures civilisées et non des tribus sauvages. La rédaction de ses Antiquités de la Nouvelle Espagne va dans ce sens puisqu’elle rappelle l’ancienneté des Indiens du Mexique Central, leur histoire récente (dynastique), leurs lois, leurs coutumes et la somptuosité de leurs palais et jardins. Dans ce livre Hernández réutilise de nombreuses sources documentaires, dont Gómara et surtout Sahagún.

  • 22 Nous ne pouvons répéter ici l’analyse de Jesús Bustamante García qui détecte un élargissement à 28 (...)

21Le livre I semble suivre de près la vie quotidienne : il commence par s’intéresser à la famille avec un plan original puisqu’il semble suivre la vie depuis son début avec l’accouchement et le « baptême » (chap. 2 et 3), puis s’intéresse aux centres éducatifs (Telpochcalli, Calmecac chapitres 4 et 5 et monastères de femmes chapitre 6), avant d’aborder le mariage et ses lois, ainsi que les concubines de Moctezuma (chapitres 7 à 9), puis l’évocation des héritiers (chap. 10). Le livre semble passer ensuite de la famille à la société avec l’esclavage (chap. 11), l’habitat (chap. 12). Puis il s’intéresse à des coutumes spécifiques comme les ordres guerriers (chap. 13), l’intronisation des souverains (chap. 14), ou les rites funéraires (chap. 15 et 16). La rhétorique religieuse (chap. 17) est la première façon d’aborder la religion indirectement, mais ce n’est pas le sujet principal du livre. Hernández décrit le Sénat et les tribunaux (chap. 18), les lois (chap. 19), la guerre (chap. 20). Deux chapitres très modernes permettent de comparer la ville de Mexico à l’arrivée des Espagnols (chap. 21) et à l’arrivée d’Hernández cinquante ans plus tard (chap. 22). La suite du livre I est plutôt géographique, s’intéressant au climat (chap. 23), aux choses admirables (chap. 24), avant de revenir aux coutumes et vêtements mexicas (chap. 25), aux vêtements de guerre (chap. 26). C’est une façon astucieuse de décrire les produits qui se vendent aussi sur les marchés (chap. 27). Hernández conclut par un chapitre indiquant les choses que les Mexicas n’avaient pas avant l’arrivée des Espagnols, sorte de bilan favorable à la colonisation22.

22Le livre II aborde la royauté et l’histoire aztèques, mais sans que la religion prenne encore le dessus. Elle est abordée avec les astres et présages (chap. 1), mais ensuite Hernández préfère aborder la médecine indienne (chap. 2), les coutumes alimentaires du roi (chap. 3 à 5), les danses (chap. 6). On semble poursuivre l’enquête ethnographique ou ethnohistorique commencée au livre I. Mais cette fois, elle est centrée sur la personne royale plutôt que sur les habitudes du peuple : zoos et arsenaux de Moctezuma (chap. 7), garde et tributs (chap. 8). Hernández aborde les temples et les prêtres (chap. 9-10). Mais il revient ensuite à l’histoire ancienne des Indiens en présentant leur origine (chap. 11) avant d’aborder la ville et les rois de Tezcoco (chap. 12 à 14). Cette parenthèse tezcocane refermée, l’auteur revient à l’histoire officielle mexica (chap. 15-16), puis tlatelolca (chap. 17). Le livre se conclut sur les augures de la conquête espagnole (chap. 18), les âges mythiques de l’histoire très ancienne (chap. 19) et l’écriture et le calendrier (chap. 20).

  • 23 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 118v° et 119v°-120r°.
  • 24 Ibid., fol. 138r°.

23Le livre III est entièrement consacré aux dieux et aux rites. Hernández aborde les dieux mexica (chap. 1) et les autres (chap. 2), ainsi que les croyances sur l’origine du monde (chap. 3). Il explique ensuite le calendrier (chap. 4, 5). Puis il décrit les principales fêtes des dix-huit mois de l’année (chap. 6 à 13) ainsi que les fêtes mobiles (chap. 14). Il aborde l’origine de l’astrologie (chap. 15 qu’accompagnent une roue calendaire pour les années et un tableau numérique pour les occurences des 20 signes de jours du tonalpohualli)23 ainsi qu’un « suicide » des prêtres (chap. 16) pour terminer par des rites non mexica, qui concernent Tehuacan (chap. 17), Cholula (chap. 18), et Tlaxcala (chap. 19). Le livre se conclut sur une description de la ville de Tlaxcala (chap. 20). On peut y ajouter un dernier livre, non numéroté, qui comprend le récit de la conquête : « de Expugatione novaehispaniae liber unis »24 L’ouvrage concerne donc principalement le passé préhispanique et contient peu de descriptions de la vie coloniale ou des choses vues par Hernández.

Emprunts à Sahagún

  • 25 Joaquín García Pimentel a indiqué en marge les sources possibles dans son édition posthume de 1946. (...)

24Outre Gómara, Fray Bernardino de Sahagún est dans tous les esprits d’autant que son Codex de Florence semble dater de 1576. On peut cependant se demander s’il n’y a pas échanges et alimentation réciproque de leurs œuvres. Le livre XI de Sahagún consacré à la faune et à la flore doit sans doute beaucoup à l’enquête d’Hernández. Et les informations sur la société ou l’histoire dynastique aztèques d’Hernández semblent très proches des chapitres de Sahagún25.

25On remarque ainsi qu’il nomme Tlancueitl une femme de l’histoire préhispanique ancienne (L. II, chap. 14), que la plupart des sources nomment Ilancueitl. Il n’y a aucune ambiguïté sur le « t » initial minuscule. Ce qui indiquerait bien que Hernández copie une source écrite, plutôt qu’il ne consigne des propos ou informations de témoins indiens.

26Il en va de même pour la confusion entre Tepohoyantlac et Tepanoayantlaca (L. II, chap. 12). Hernández semble capable d’indiquer des années en calendrier indien pour certains évènements (sans toujours ajouter un équivalent chrétien). Ainsi il cite les années chichimetecpatl et matlactlocetecpatl pour un augure de la conquête (L. II, chap. 13). Non pas qu’il sache remarquablement le nahuatl, mais tout simplement parce qu’il recopie un passage de Sahagún sur la dynastie acolhua.

27Parmi les informations historiques inédites on trouve les dynasties préhispaniques. Elles empruntent beaucoup au livre VIII de Sahagún qui reproduit lui aussi les dynasties de Tenochtitlan, Tlatelolco (chap. 17 Hernández), Tezcoco et Huexotla. On remarquera que Hernández est capable de donner la dynastie de Huexotla et la durée de son empire, antérieur à celui de Tezcoco et Mexico. Cette dynastie ne figure que dans l’ouvrage de Sahagún. Soit Hernández a utilisé les enquêtes de ce franciscain, soit il a été informé lui même par des Indiens de Huexotla, étant donné qu’il a résidé à peu de distance de là pendant ses enquêtes botaniques.

  • 26 F. HERNÁNDEZ, Antigüedades, 1986, L. II, chap. 16, p. 139-141. cf. Fray Bernardino de SAHAGÚN, Hist (...)
  • 27 F. HERNÁNDEZ, Antigüedades, 1986, L. II, chap. 17, p. 142. À la différence des informateurs indigèn (...)
  • 28 F. HERNÁNDEZ, Antigüedades, 1986, L. II, chap. 12, p. 129. cf. B. de SAHAGÚN, Historia General..., (...)
  • 29 F. HERNÁNDEZ, Antigüedades, 1986, L. II, chap. 12 et 14, p. 129, 131 et 135-136. Cf. B. de SAHAGÚN, (...)

28De fait, les dynasties de Mexico Tenochtitlan26, Tlatelolco27, Huexotla28 et Tezcoco29 sont manifestement inspirées par Sahagún. Elles en divergent sur plusieurs points. Divergences souvent dues aux ajouts d’Hernández et à une traduction en latin du texte nahuatl du Codex de Florence. Le début du chapitre 12 détaille ainsi la dynastie de Huexotla :

  • 30 L’édition espagnole de 1986 met « Tochintechtli » pour Tochintecutli.
  • 31 L’édition espagnole de 1986 met « Yaotzintecutli » pour Yahotzintecutli.
  • 32 Mauvaise paléographie d’Hernández qui met « Tepohoyantlaca » pour Tepanoayantlaca.
  • 33 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 70rv°[nous avons reproduit les biffures, les (...)

La série des seigneurs de Huexutla est comme suit : le premier d’entre eux, appelé Maçatzin, règna 78 ans; le second, Tochintecutli30, 38 ans ; le troisième, Ayotzintecutli, 74 ; le quatrième, Quatlahuicetecutli, 55 ; le cinquième, Totomochtzin, 52. Par conséquent tous ceux-ci possédèrent l’empire des huexotlenses plus de 300 ans. Et pendant ce laps de temps on n’exigea aucun tribut, tous en étaient exemptés, même les hommes de basse catégorie. Le sixième, Yahotzintecutli31, règna 52 ans et à son époque les hommes appelés Tepohoyantlaca32 furent soumis au premier impôt. Le septième, Xilotzintecutli, règna 28 ans ; le huitième, Tlacaolitzin, règna également autant ; le neuvième, Tlaçolyahotzin, règna 53 ans, et à son époque fut élu Neçahoalcoyotzin pour succéder aux rois tetzcocans. Le dixième, Tzontemoc, règna 15 ans ; le onzième, Cuitlaoatzin le jeune, règna également autant. Par conséquent ces rois dominèrent à Huexotla environ 480 ans, jusqu’à ce que finalement l’Empire de Huexotla passe sous la domination tetzcocane. Pour cette raison j’ai décidé de lier la série des rois de Tetzcoco aux précédents, quand j’aurais dit quelque chose de la ville tetzcocane33.

29Malgré les erreurs de paléographie de l’édition espagnole de 1986, après vérification sur le manuscrit latin on constate que les noms sont les mêmes (Sahagún sépare le titre de tecuhtli, seigneur, du nom, et ajoute parfois un suffixe révérentiel). On repère aussi que les quatre seuls commentaires de règne sont quasiment les mêmes. Sahagún ajoute juste une précision sur une coexistence temporaire du pouvoir entre les deux gouvernants à l’époque de Nezahualcoyotl :

Estos cincos señores reinaron en Huexutla trescientos años, que nunca echaron tributo. Todos los maceguales eran libres. […]

[Yaotzintecuhtli :] Este echó tributo a los que se llaman Tepanoayan tlácah. Este fue el primero tributo. […]

[Tlazulyaotzin:] En tiempo déste fue elegido por señor en Tezcuco Nezahualcoyotzin, y reinaron ambos juntos algún tiempo, el uno en Huexutla y el otro en Tezcuco. […]

  • 34 B. de SAHAGÚN, Historia General..., 2, L. VIII, chap. 4, p. 731-732.

Todos estos señores de Huexutla reinaron cuatrocientos y ochenta años, pocos menos34.

30Hernández diverge juste du texte de Sahagún en oubliant deux souverains puisqu’il confond Cuitlaotzin avec Cuitlaotzin le jeune et omet ainsi les règnes de Cuitlaoatzin et de Tzapocuetzin. Mais il parvient au même total de 480 ans que Sahagún, ce qui prouve bien une erreur de lecture de sa part et non une enquête plus ancienne que Sahagún aurait complétée.

Tableau 1. Dynastie de Huexotla

Francisco Hernández

Antigüedades, L. II, chap. 12

Fray Bernardino de Sahagún

Historia General..., L. VIII, chap. 4

Maçatzin 78 ans

Maçatzin Tecutli 78 ans

Tochintecutli 38 ans

Tochin Tecutli 38 ans

Ayotzintecutli 74 ans

Ayotzin Tecutli 74 ans

Quatlahuicetecutli 55 ans

Cuatlauice Tecutli 55 ans

Totomochtzin 52 ans

Totomochtzin 52 ans

Hiergo omnes 300 plusminus annos, vectiga libres

5 señores, reinaron 300 años, nunca echaron tributo

Yahotzintecutli 52 ans

Yaotzin Tecutli 52 ans

Tepohoayan tlaca vexati sunt 1er tribut

Tributo Tepanoyantlaca 1r tributo

Xilotzintecutli 28 ans

Xilotzi Tecutli 28 ans

Tlacaolitzin 28 ans

Itlacauhtzin 28 ans

Tlaçolyahotzin 53 ans

Electus est Neçahoalcoyotzin ut regibus tetzcoquanis

Tlaçulyaotzin 53 ans

Fue elegido por señor en Tezcuco Nezahualcoyotzin

Tzontemoc 15 ans

Tzontemoctzin 15 ans

Cuitlaotzin 41 ans

Tzapocuetzin 13 ans

Cuitlaoatzin minor quitotidem

Cuitlaoatzin el menor 13 ans

Dominati sunt 480 plusminus annos

Reinaron 480 años poco menos

31Si Hernández semble souvent suivre Sahagún de près il parvient aussi à s’en détacher. Ainsi le chapitre 16 du livre III consacré à la mort volontaire des prêtres, se centre sur la personnification de Tezcatlipoca qui acceptait de finir sacrifiée après quatre années passées à incarner cette divinité. Hernández reconnaît cependant que sa version ne fait pas l’unanimité :

  • 35 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 122r°: « Sunt vero qui negent illorum quenqua (...)

Certains cependant nient qu’un prêtre s’offre volontairement à la mort, mais que mourraient ainsi certains esclaves pris parmis les captifs, qui, pour cette raison ou pour une autre, devaient mourir nécessairement au bout de peu de temps35.

  • 36 Cf. B. de SAHAGÚN, Historia General ..., 1, L. II, chap. 24, p. 191-194.

32C’est une allusion à la version de Sahagún de ce même rite36, mais qu’Hernández a choisi de ne pas suivre, consacrant l’essentiel de son chapitre à une interprétation personnelle de cette fête.

33Sahagún n'est pas la seule source utilisée par Hernández pour le passé préhispanique et la conquête espagnole. La fin du livre III consacrée aux rites non mexica, de Tehuacan (chap. 17), Cholula (chap. 18) et Tlaxcala (chap. 19) évoque les Memoriales de Motolinía, non publiés mais sans doute consultés par Hernández. Il s’agit d’un autre franciscain, ce qui souligne que l’auteur s’est appuyé principalement sur les enquêtes réalisées par cet ordre au Mexique. Il en va de même pour le dernier livre (non numéroté) qui est un récit de la conquête, dans lequel on trouve des passages empruntés à Sahagún, mais aussi des résumés des récits publiés par Cortés ou Gómara. Il serait trop long de les indiquer ici.

Interêt pour le passé et les cultures indiennes

34Si la plupart des informations historiques ou religieuses sont des emprunts aux manuscrits (restés inédits à l’époque) de Motolinía ou Sahagún (voire même à ceux publiés en 1552 de Francisco López de Gómara), Hernández propose des descriptions plus ou moins nouvelles : sa vision des sages femmes diverge par endroit de celle de Sahagún, il est capable de nommer des chants et danses inconnus ; enfin ses descriptions des villes de Mexico, de Tlaxcala ou la brève évocation du Michoacan présentent quelques détails inédits.

Intérêt pour les sages femmes :

  • 37 F. HERNÁNDEZ, Antigüedades, 1986, L. I, chap. 2, 3 et L. II, chap. 2, p. 52-56 et 110-111.
  • 38 Ibid., L. I, chap. 2, p. 54.

35L’auteur les aborde dans plusieurs chapitres, deux sur la naissance, et un (très péjoratif) en partie consacré à leurs fonctions37. On comprend clairement ce que ce métier a d’intéressant pour un médecin et enseignant de médecine. Le discours de la sage femme au garçon nouveau né38 diverge de la version qu’on trouve dans Sahagún.

Intérêt pour les chants traditionnels :

36Hernández est capable d’en nommer dix-huit, dont certains très précisément, ce qui va au-delà des informations contenues dans Sahagun. Il détaille longuement le Nenahuayzcuicatl, le Tlacuiloltepecayotl, résume brièvement le Cuextecayotl, le Chichimecayotl, le Xopancuicatl, le Coçocuicatl et le Tlacahualizcuicatl. Enfin il énumère onze chants supplémentaires :

  • 39 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 59v° : « preterea otoncuicatl, cuitlatecayotl (...)

En plus l’Otoncuicatl, Cuitlatecayotl, Michoacayotl, Tlaxcaltecayotl, Coyxcayotl, Tlacahoilizcuicatl, Cempoaltecayotl, Temazcalcuicatl, Anahoacayotl, Cozcatecayotl, Oztomecayotl, et d’autres où on fait mention honorifique des trophées et des arts de ces gens, comme l’indiquent leurs noms39.

37Ces détails sont absents de Motolinía ou de Sahagún et semblent bien constituer un apport propre d’Hernández d’autant plus intéressant qu’il concerne les fêtes indiennes.

Descriptions de Mexico, de Tlaxcala ou du Michoacan

38Les descriptions de villes ou provinces sont rares dans l’ouvrage. Avec Tezcoco on en compte quatre en tout et pour tout. La description de Mexico juste après la conquête et à l’époque d’Hernández (livre I, chap. 21 et 22) permet une comparaison implicite et très novatrice. Celles de Tlaxcala et du Michoacan viennent conclure respectivement les livres III et IV.

  • 40 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 41r°: « Ut haberet urbs Mexico cum primum eam (...)

39Chap. 21 « Comment était la ville de Mexico quand les Espagnols la conquirent au début. »40

  • 41 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 41v° : « Compectebatur g° Mexicana urbs, Cum (...)

40Cette tentative de description se limite en fait à des données historiques chiffrées (nombre de demeures, taille des chaussées, dimension des deux lagunes, taille des villes des environs etc.). Les quelques données urbanistiques restent très générales. Aucun monument n’est décrit en particulier contrairement à Tezcoco. Hernández reprend le nombre de 60 000 demeures mais se garde d’estimer la population indienne totale. « La ville de Mexico avait, quand Cortés la conquit, soixante mille maisons ou plus »41. Il énumère les différents types d’habitat ou de constructions, sans évoquer plus précisément ni palais ni temples préhispaniques, contrairement à Tezcoco :

  • 42 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 41rv° : « regia, procerumque aedes, saxis t t (...)

On voyait fabriqués très habilement avec des pierres et des poutres, des temples, des palais royaux et des demeures de gens de haut rang, les autres étaient basses, étroites et toutes étaient dépourvues de portes et fenêtres42.

41Cette différence avec Tezcoco, dont il décrit en détail deux palais préhispaniques et évoque au moins les ruines d’un temple, est sans doute due au fait que la Mexico préhispanique ayant été rasée et reconstruite, Hernández n’a plus grand chose à voir en 1574. On remarquera son souci scientifique à ne décrire que ce qu’il voit et éviter les descriptions déjà courantes de la ville préhispanique basées sur des redites d’ouvrages déjà publiés (Cortés, Gómara) ou manuscrits.

42La comparaison avec Venise ou Anvers se limite à l’aspect aquatique, comme pour dire implicitement que la beauté des monuments n’est pas comparable :

  • 43 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 41v° : « patebat ad domos singulas aditus bin (...)

Il y avait une entrée pour chacune des maisons par deux portes, l’une qui donnait sur la voie publique par terre et l’autre que baignaient les eaux ; par celle-ci passaient les piétons et par celle-là ils étaient transportés en chaloupes, et en cela elle ressemblait à Venise ou à Anvers43.

43Le reste de la description indique que la moitié de la lagune est salée, l’autre d’eau douce, mais impropre à la consommation, ce qui conduit l’auteur à évoquer l’aqueduc préhispanique de Chapultepec. Hernández signale ensuite que la ville était également coupée en deux villes, Tlatelolco et Tenochtitlan :

  • 44 L’édition espagnole de 1986, p. 94 indique « Temehtitlan » mais c’est une mauvaise paléographie pou (...)
  • 45 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 41v° : « Quae urbs etiam erat in duas partes (...)

La ville était également divisée en deux parties et obéissait autrefois à deux rois. L’une d’elles s’appelait Tlatelulcum, c’est-à-dire monticule de terre. Aujourd'hui elle est consacrée à Saint Jacques de nom et de fait. L’autre, Tenuchtitlan44, c'est-à-dire lieu de la figue de barbarie née sur la pierre, qu’ensuite eux mêmes appellèrent Mexico, c'est-à-dire nombril de l’agave, et jusqu’à aujourd’hui elle est plaisante aux Espagnols avec ce nom45.

44L’auteur énumère ensuite les trois chaussées qui conduisent à la ville, en indiquant leur orientation et leur longueur. L’évocation des pirogues indiennes semble renvoyer à l’impact visuel qu’il a eu en arrivant, puisqu’il emploie un présent :

  • 46 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 42r°: « Tot vero ferunt monoxilis palus hinc (...)

La lagune semble bouillonner avec les chaloupes volant d’ici à là vers la ville y emportant le nécessaire pour la vie des populations voisines et limitrophes, dont les seuls mexicains excèdent le nombre de cinquante mille46.

  • 47 Fray Toribio de Benavente MOTOLINÍA, Memoriales, México : UNAM, 1971, p. 211, § 321 « y para guarda (...)

45L’image de la lagune bouillonnant de canoës est empruntée à Motolinía et sans doute aussi le chiffre de 50 000 pirogues mexica47. Enfin Hernández donne la dimension de la lagune, signale que sur ses rives on trouve près de 50 poblados, la plupart de 5 000 maisons, certains plus importants de 10 000.

  • 48 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 42r° : « Ut haberet urbs quinquagesimo plusmi (...)

46Chap. 22 « Comment était la ville de Mexico la cinquantième année environ qu’elle fut conquise »48

47Il s’agit d’un autre chapitre bref qui donne les mesures géographiques pour localiser correctement la ville (distance du méridien de Tolède, élévation boréale, équivalents des longitudes et latitudes actuelles). Il contient des informations précieuses sur l’urbanisme : quantité de maisons, largeur des avenues.

  • 49 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 42v° : « magna ex parte urbendis fortibus atq (...)

[...] en grande partie elle s’annoblit avec les demeures fortes et spacieuses des Espagnols, en plus des autres médiocres habitées par les Indiens, qu’on estime atteindre le nombre de vingt mille. Les voies publiques ont mille cinq cents pas de long et cinquante de large49.

48À nouveau l’auteur énumère, sans les décrire, les principaux types d’édifices qu’on peut y trouver :

  • 50 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 42v° : « Fori latissimi, amplae regiae, templ (...)

De très grands marchés, des palais royaux étendus, de nombreux temples et monastères réputés pour leur sainteté, doctrine et pour le grand nombre d’hommes ou de femmes. Elle abonde en hopitaux, écoles et collègues. Contribuent également à sa réputation le vice-roi, l’Audience Royale, les magistrats, l’archevêque, d’excellents artistes pour faire toute sorte de choses et des amoureux des beaux-arts et des sciences. Et, pour comprendre beaucoup en peu de mots, tout ce qu’il y a d’illustre qu’on peut trouver dans les villes les plus prospères d’Espagne50.

  • 51 Francisco CERVANTES DE SALAZAR, Francisci Cervantes Salazar, toletani, Ludovici Vivis, Valentini, e (...)

49S’il ne décrit pas plus en détail les principaux monuments coloniaux (qui auraient pu permettre de montrer combien la colonisation a été bénéfique), c’est sans doute parce que l’exercice a déjà été publié en latin par Cervantes de Salazar en 1554, dans sa description sous forme de dialogue de la capitale coloniale de la Nouvelle Espagne51. Mais il ne renvoie pas à cette œuvre.

50Hernández, au lieu de décrire les monuments coloniaux (églises, couvents, palais) préfère évoquer les ressources de la ville, et son aspect encore vert (vergers, champs, troupeaux) :

  • 52 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 42v° : « Quid memorem ditionem latissimam, am (...)

Que dirai-je de la juridiction très étendue; des jardins très agréables ; des sources cristallines et très douces ; des champs irrigués fertiles semés de blé; de l’abondance des troupeaux de laine ou de chevaux et de poissons de toutes sortes ; des métaux, or, argent, bronze et également de l’incroyable quantité de sel gemme et de tous les autres minéraux ; de la gaité du climat doux en perpétuel printemps ; de la quantité des différents fruits et légumes à n’importe quelle époque de l’année ; [...] ?52

51En quelques mots il évoque ainsi les ressources économiques coloniales.

52L’auteur conclut sur deux observations plutôt curieuses et sur son choix de ne faire qu’une description rapide :

  • 53 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 42v°-43r°: « foeminarum indigenarum pulcritud (...)

[...] de la propreté des femmes indigènes ; de la prestance, rapidité et force des chevaux et des autres très nombreuses choses que j’ai jugé devoir passer sous silence, aussi bien parce que les taire est plus sûr que de dire un peu d’une ville très célèbre ; mais aussi pour qu’on ne considère pas que je parle d’elle comme un ami, pour plutôt la décrire comme un censeur ou juge équitable avec ses propres couleurs méritées ?53

Description de Tlaxcala (L. III, chap. 20, De urbe Texcalla) :

  • 54 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 129v°, cf. F. HERNÁNDEZ, Antigüedades, 1986, (...)

53La description de Tlaxcala commence par des informations d’ordre géographique (hauteur, rivière, montagnes proches)54 et politique (quatre quartiers, quatre seigneurs dont un suprême) pour basculer rapidement dans l’organisation politique préhispanique. Hernández mentionne l’existence de deux flèches sacrées dont les Indiens tiraient augure en les lançant au début des batailles pour savoir s’ils seraient vaincus ou défaits, et qu’ils récupèraient quel qu’en soit le prix à payer.

54La description oscille entre passé et présent, mais ne consacre que peu de lignes au présent colonial :

  • 55 L’édition espagnole de 1986 dit « Matlacuaye ». Hernández écrit « Matlalcuayae ». Le nom exact est (...)
  • 56 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fols. 129v°-130r° : « coloni constant optima corpo (...)

[...] les habitants sont d’une parfaite disposition de corps et insignes pour leur courage martial, sinon les compare à leurs voisins. Ils ont une vie pauvre, parce que cette région n’est fertile que pour le maïs, dont le troc leur permettait d’acheter les autres choses nécessaires à la vie. Il y avait dans cette ville de nombreux endroits dédiés aux marchés, notables pour la multitude d’hommes et l’abondance des marchandises. Il y avait de très nombreux artistes de très grande dextérité. Elle abonde en champs d’herbe très appropriés pour les patûres des troupeaux de gros et petit bétail, pour semer divers fruits secs et pour cultiver des arbres fruitiers. A huit milles de la ville se trouve le mont de la déesse de la pluie Matlalcuaye55, aujourd’hui de Saint Barthélémy56.

  • 57 Diego MUÑOZ CAMARGO, Descripción de la ciudad y provincia de Tlaxcala, in : Relaciones geográficas (...)

55Aucun édifice n’est décrit ce qui constraste singulièrement avec la Relation de Tlaxcala de Diego Muñoz Camargo en 1581 qui inclut la représentation du palais de Xicotencatl à Tizatlan (fol. 244r), de la place centrale de la ville (fol. 245r) et du monastère franciscain (fol. 245v)57.

Evocation du Michoacan :

  • 58 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fols. 168v°-169r°. Cf. F. HERNÁNDEZ, Antigüedades, (...)

56Insérée en conclusion du récit sur la conquête (dernier livre de l’ouvrage), c’est une manifeste parenthèse. Ce sont les ressources naturelles qui intéressent Hernández : lagunes, poissons, sources d’eau chaude médicinales, climat, produits agricoles, mines, salines. L’auteur consacre une ligne à la supériorité physique des Tarasques sur les autres Indiens, en particulier dans la guerre. Il rappelle brièvement, et c’est la seule information sur le passé préhispanique de la région, qu’ils ont combattu constamment l’empire aztèque et n’ont été que rarement vaincus58.

57Il ne fait aucune mention sur les pyramiques circulaires de Tzintzuntzan, ni sur l’art plumassier dont le Michoacan est pourtant devenu le principal centre de production à l’époque coloniale. Ce qui laisse pointer un doute sur son expérience propre de la région : Hernández pourrait n’avoir fait que compiler des données précises rapportées par des informateurs.

Parcs royaux :

58Hernández ne consacre pas des chapitres spécifiques aux parcs préhispaniques. Mais il en a visité au moins trois (sans compter le Tetzcutzinco)

  • 59 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fols. 61v°-62r° : « Ex lvis extat hodie Chapultepe (...)

De ceux-ci [parcs préhispaniques] demeurent aujourd’hui Chapultepec, El Peñol et celui de Huastepec, forêts artificielles ornées d’arbres de régions lointaines, apportés non sans grand travail et dépense des Indiens ; ils sont réjouis par des sources très douces et des rivières très limpides qui arrosaient le bosquet de toutes parts ; des défilés et des ruines opaques et ombragées par les très hauts arbres59.

  • 60 De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 46r°, cf. F. Hernández, Antigüedades, 1986, L. I, chap. 24, (...)

59Il peut inclure ainsi des détails très précis comme la fontaine du parc de Huaxtepec60.

60Au total, l’auteur consacre plusieurs chapitres sur des zones indiennes (villes ou provinces) mais sans véritables informations inédites. C’est là où les chapitres consacrés à la ville indienne de Tezcoco, ancienne capitale de royaume mais aussi de l’empire aztèque de la Triple Alliance, prennent tout leur relief.

Spécificités : Descriptions de Tezcoco (livre II, chapitres 12, 13, 14)

61Il pourra sembler surprenant qu'un médecin spécialiste en botanique soit un des chroniqueurs les plus intéressants pour l’étude de Tezcoco. Dans ses Antiquitités de la Nouvelle Espagne il inclut aussi ses observations personnelles. Celles-ci sont souvent très précieuses, notamment pour Tezcoco.

62Hernández consacre deux chapitres entiers à la description des palais et monuments de Tezcoco. C’est une façon d’introduire le chapitre consacré à l’histoire de ses rois, qu’il différencie de ceux de Mexico, pratique qui tombera dans l’oubli avec la simplification opérée par l’Historia natural y moral d’Acosta (malgré la publication de Torquemada en 1615).

  • 61 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 70r °: « De tetzcoq[ue]nsi urbe ac regibus. C (...)
  • 62 Ibid., fol. 73r° : « De coeteris regibus tetzcoqui de que alijs pertinentibus ad tetzcoquendem urbe (...)
  • 63 Ibid., fol. 74r° : « De alijs spectantibus ad ornamentum urbis tetzcocanae, Cap. 14 », cf. F. HERNÁ (...)

63Dans les Antiquités il a consacré trois chapitres du livre II à Tezcoco : les chapitres XII (« De la ville et des rois de Tetzcoco »)61, XIII (« Des autres rois de Tetzcoco et d’autres choses appartenant à la ville tetzcocane »)62 et XIV (« d’autres choses qui rehaussent l’ornement de la ville tetzcocane »)63. Il souligne ainsi l’importance de la capitale acolhua et de son passé dans l’histoire de la Vallée de Mexico.

  • 64 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 70v°: « urbs quemadmodum longe ut dictum est) (...)

[...] et comme on dit, elle est plus ancienne que la mexicaine, elle aurait été fondée il y a plus de huit cents ans. Habitaient les palais et sièges des rois de Tetzcoco, confédérés de l’empire mexicain pendant sa floraison, cent mille hommes, si tu comptes les hameaux et les villages ; elle avait environ trois cents très grands palais de nobles et maintenant elle n’en a plus que treize64.

64À titre de comparaison il ne consacre que deux chapitres aux rois de Mexico et à leur origine, un seul à Tlatelolco ou Tlaxcala. Ce qui produit un déséquilibre dans ce livre II totalement en faveur de Tezcoco. D’autant plus que les chapitres sur la description de la ville de Mexico sont courts, tandis que ceux consacrés à Tezcoco sont conséquents, ce qui introduit un autre déséquilibre. Le chapitre 12 comporte six pages et demie (folios 70r-73v) du manuscrit, contre deux pages pour la description de Mexico préhispanique (fol. 41r-42v) ou cinq pages un quart pour les rois de Mexico Tenochtitlan (fol. 79r-81v). Le chapitre 14 qui poursuit la description de la ville de Tezcoco comprend sept pages (folios 74r-78r) contre deux pages pour la description de Mexico préhispanique (fol. 41r-42v) ou 2 pages et demie pour la description de la ville et province de Tlaxcalla, pourtant alliée privilégiée des Espagnols (fol. 129r-130r).

65Les trois chapitres consacrés à Tezcoco couvrent en tout 14 pages (folios 70r-77v) et constituent une parenthèse heureuse qui s’éloigne totalement des emprunts aux chroniques déjà existantes (Sahagún, Motolinía, Gómara).

66On est avec ces deux chapitres plus face au voyageur qu’à l’historien improvisé. On peut certes argumenter que la description des palais encore visibles à Tezcoco permet à Hernández de compenser celle, impossible autrement que par copie, de sources déjà publiées ou manuscrites, des palais d’une Mexico Tenochtitlan préhispanique dont il ne reste rien de visible. Mais le but semble tout autre : Hernández ne cache pas son admiration pour l’ancienne capitale acolhua, malgré les critiques inévitables concernant l’idolâtrie et l’anthropophagie. Il cherche à transmettre au lecteur péninsulaire ou plutôt européen (puisqu’il rédige son livre en latin) la grandeur passée de Tezcoco dont il décrit deux palais royaux et un parc.

  • 65 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fols. 73r°-77v°, cf. F. HERNÁNDEZ, Antigüedades, 1 (...)
  • 66 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 74rv° : « Est n hoc ómnium nobilior atque rec (...)

67Ses deux chapitres consacrés à la description détaillée des palais royaux de Tezcoco (ceux de Nezahualcoyotl et Nezahualpilli) et des parcs royaux (le Tetzcutzinco)65 sont une véritable mine d’informations, difficilement égalée. Les propos d’Hernández semblent indiquer que ces palais royaux jouissaient encore d’une certaine célébrité à l’époque : « le plus noble et le plus récent et le plus célèbre pour sa structure artistique »66. Il en fait une description détaillée. C’est à lui que l’on doit ainsi des informations précieuses, car uniques, sur l’emplacement et la disposition de ces palais royaux. Elles attestent de l’intérêt porté par Hernández au passé préhispanique. Enfin Tezcoco semble avoir préservé deux copies de planches illustrant les Antiquités, ce qui constitue une autre spécificité.

Palais de Nezahualcoyotl, du Tetzcutzinco et de Huexotzincatzin

68Le passé ancien de la ville antérieur à la mort de Nezahualcoyotl en 1472 (soit un siècle plus tôt au moment de l’enquête d’Hernández) est évoqué à travers trois ouvrages associés à son règne : le palais royal, le parc et palais du Tetzcutzinco et le palais d’un de ses fils. Ils sont décrits au chapitre 13.

69Hernández décrit les ruines du palais royal de Nezahualcoyotl, à proximité de la place du marché :

  • 67 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 73r°: « Erexit ídem rex tetzcoqui regias duas (...)

Ce même roi de Tetzcoco érigea deux palais royaux dont il reste des vestiges de nos jours. L’un d’eux à l’intérieur de la ville et à côté de la place où ont lieu les marchés dont les Indiens ont l’habitude chaque semaine. Celui-ci était admirable par l’amplitude des salles, par le nombre (comme l’indiquent les ruines et vestiges des édifices anciens) des cours et des architraves ; par la solidité de l’œuvre, par la grandeur des colonnes et des poutres, par la consistance, splendeur et durée des pavements de chaux et de pierre tezontli et aussi par les terre-pleins et fossés revêtus de part et d’autre de pierre et pour plus de solidité construits en talus67.

  • 68 cf. P. LESBRE, « Mapa Quinatzin : las vigas del Tecpan de Tezcoco ¿Escritura o figuración? », Thule(...)
  • 69 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 73r°: « centum atriis balneisque centû », cf.(...)
  • 70 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 73v° : « ad fabricam arbustorum, sylvarumque (...)

70Ces quelques indications, pour sommaires qu’elles puissent sembler, sont très précieuses. Hernández a visité les ruines de ce palais royal et repéré ce qui était encore digne d’intérêt : les poutres gigantesques (attestées par d’autres sources historiques)68, les pavements de pierre volcanique et de stuc, la forme des soubassements en pierre etc. On remarquera qu’il semble éviter soigneusement toute comparaison possible avec le palais de Moctezuma qu’il n’a pas pu voir, mais dont les sources mentionnent, pour ce dernier, la présence de vingt portes, trois grands patios, « cent cours et cent bains »69. Par contre il évoque la coutume typiquement tezcocane d’ériger de grands enclos d’arbres commémoratifs : « et très bien fortifié avec des arbres et des bois le long du mur »70.

71Hernández a vu les ruines du parc préhispanique du Tetzcutzinco et de son palais, à quelques kilomètres de Tezcoco, puisqu’il mentionne des détails rigoureusement exacts, peu diffusés à l’époque et dont il est l’un des premiers à parler : c’est le cas des deux mille marches d’accès, dont quarante taillées d’une seule volée (encore visibles de nos jours).

  • 71 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 73v°: « Alteram vero edificandam curaverat ac (...)

L’autre palais il voulut le construire sur la pente du mont Tetzcotonci, endroit à quatre milles de Tetzcoco, semblable en beaucoup de points au précédent, mais digne d’être vu pour les deux milles marches de pierre ou plus (par lesquelles on monte à chaque étage), sans compter la hauteur de la colline, desquelles souvent on en voit jusqu’à quarante taillées dans une seule roche vive (tant fut abondante la main d’oeuvre des indigènes) et notable pour la très heureuse variété des salles, des plantes qui naissaient spontanément, des cascades d’eau amenée par des acqueducs71.

72Les acqueducs mentionnés par Hernández ont été fouillés au début des années 2000 et sont à nouveaux visibles (notamment leur canalisation et les terrasses de soubassement) après plusieurs siècles d’oubli.

73La visite du jardin du Tetzcucinco mêle à la fois enquête botanique et passé historique, puisqu’il incluait des arbres et des plantes rares qu’Hernández est très certainement allé voir, malgré l’abandon de ce parc depuis la conquête espagnole. C'est sans doute la curiosité scientifique qui l’a poussé à l’ascension de cette colline des environs de Tezcoco, à la recherche de plantes nouvelles. Et c’est l’attrait historique du lieu qui l’aura fasciné.

74Il évoque aussi les ruines d’un autre palais encore visibles au moment de son séjour, malheureusement sans indiquer où elles se trouvaient dans la ville coloniale. Il s’agit du palais de Huexotzincatzin. Il semble y mêler deux traditions historiques : l’exécution d’un fils du souverain de Tezcoco pour avoir osé construire un palais sans autorisation, et celle de Huexotzincatzin pour homosexualité.

  • 72 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 73v°-74r° : « Quim et alterius nato in rebus (...)

Et également restent les vestiges aujourd’hui d’un autre (palais) construit pour un de ses fils, très habile (d’après ce qu’ils disent) dans les choses de la guerre et très fort chef d’armées et, par conséquent, plus qu'on ne pourrait le dire, cher à son père. Lequel, néanmoins (pour dire les choses rapidement) à cause d’une suspicion du crime indicible dont il était suspecté d’être entaché, ordonna que fût brûlé en justice celui qui, exception faite de ce seul péché, était le plus haut et recommandable72.

Palais de Nezahualpilli

75La description du palais royal de Nezahualpilli ouvre le chapitre 14. Elle est bien plus détaillée, sans doute parce qu’il rédige son ouvrage depuis cet endroit et peut donc le visiter à loisir. Il semble qu’il s’agisse là du palais d’Ahuehuetitlan, puisque la description débute par la mention d’un ahuehuete de plus de 700 ans d’âge :

  • 73 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 74rv° : « Est n hoc ómnium nobilior atque rec (...)

Il est en vérité le plus noble et le plus récent et le plus célèbre pour sa structure artistique ; dans lequel, en plus d’un arbre ancien au milieu d’une des cours, encore vert après sept cents ans, et que parviennent à peine à entourer sept hommes avec les bras étendus ; [...]73.

76Cet ahuehuete a disparu depuis. Ce palais appartenait à plusieurs héritiers de la dynastie royale au moment où Hernández y loge, parmi lesquels on peut citer don Francisco Pimentel, cacique, et don Juan Bautista Pomar, métis de sang royal, petit-fils de Nezahualpilli. Hernández évoque pour ce palais tout une série d’éléments précis :

  • L’ahuehuete de 700 ans au milieu d’un des patios.

  • L’existence de ‘rues supérieures’ donc d’au moins un étage et de souterrains inextricables.

    • 74 Détail qui pose problème quand on connaît la disposition du paysage, plat et sous forme de plaine, (...)

    La possibilité pour le roi de rejoindre en cachette la lagune par un canal souterrain74.

  • La présence de jardins ou vergers.

  • Les volières (qui renvoient au totolcalli attesté par d’autres documents coloniaux).

  • Les cages pour félins (qui renvoient à un zoo préhispanique attesté également par d’autres sources).

  • Les bassins.

  • Les voûtes de pierre (détail incongru puisque les Indiens ignoraient la voûte, et donc anachronisme ou confusion avec une partie coloniale de ce même palais).

  • Les sculptures de pierre.

  • La présence d’une vingtaine de monolithes gigantesques.

  • Une technique de construction qu’il détaille.

77La plupart de ces détails sont présents dans le début de sa description, plutôt rapide :

  • 75 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 74v° : « praeter labyrinteos, atque vireme ab (...)

[...] en plus des labyrinthes inextricables, des rues supérieures et des carrefours souterrains dans lesquels le roi quand il lui en prenait l’envie ou qu’il le jugeait nécessaire, se cachait ou disparaissait ou ramait dans des chaloupes par certaines galeries et tunnels cachés, sans que personne ne puisse le voir jusqu’au lac mexicain, distant de presque une mille de sa ville ; en plus du nombre incroyable de jardins et vergers et de la variété des cages d'oiseaux de différentes sortes, de cages de fauves, de piscines, de voûtes de pierre ; en plus de canaux multiformes dont les sculptures en pierre pouvaient être jalousées par l’or et l’argent et même les pierres précieuses ; en plus des constructions et décors de pierre et de galets [...]75.

78Il évoque en particulier, des blocs de pierre gigantesques :

  • 76 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 75v° : « praeter haec niquam omnia et alia, q (...)

En plus dis-je, de toutes ces choses et d’autres dont on peut à peine faire les éloges dignement, on voit une chose admirable : vingt pierres ou plus de très grande taille, desquelles plusieurs sont de l’épaisseur de quatre bœufs, plantées dans le sol [?] et je suis suffisamment persuadé que pour dresser l’une d’entre elles, cinquante mille hommes seraient à peine suffisants avec une telle pénurie de machinerie76.

79En contraste voulu, la suite de la description passe à leur usage, délibérément limité à attirer les petits oiseaux pour qu’ils virevoltent dans les jardins royaux et réjouissent de leurs chants les usagers de ce palais royal.

  • 77 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 75r° : « haud alio usu, quam ut avicula, quae (...)

Et elles ne servaient à rien d’autre que pour que les petits oiseaux qui avaient l’habitude spontanément de virevolter dans les palais et jardins royaux, y trouvent une liqueur préparée pour étancher librement leur soif, en buvant les pluies recueillies, ou pour s’installer dans certaines des petites fosses creusées par la propre nature des pierres et ainsi réjouissent de leurs très agréables chants les oreilles des gens présents77.

  • 78 Hernández n’a pas perçu la fonction religieuse symbolique, bien qu’il ait étudié les oiseaux et app (...)

80La débauche d’énergie et de travail pour installer ces vingt mégalithes contraste ainsi avec leur fonction, purement réservée au plaisir des rois de Tezcoco78. De ces pierres gigantesques une partie de l’une d’entre elle semble avoir survécu dans le jardin du couvent franciscain de Tezcoco, même si elle est loin d’atteindre les dimensions évoquées par Hernández.

81Il s’intéresse même à une technique de construction employée, qu’il détaille avec précision :

  • 79 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 74v° : « prester lapiscorum lapidumque rudium (...)

[...] en plus des constructions et décors de pierre et de galets rudes et différents, disposés avec un artifice admirable, divisés et séparés, mais rassemblés de telle façon avec du sable et de la chaux, avec de légères dépressions, endroits plats et crevasses du mélange très agréables à la vue, qui présentaient un spectacle solide et en même temps beau aux yeux des passants ; [...]79.

82Hernández semble avoir vu les ruines d’au moins deux temples, qu’il fusionne en une fin de phrase maladroite :

  • 80 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 76v°-77r° : « sed unum erat amplissimum [au-d (...)

Un [des temples] était le plus grand de tous ; construit à une hauteur de sixcents coudées et d’une extraordinaire ampleur, depuis son dernier étage (tellement il était haut), il semblait aux spectateurs que la Ville de México se trouvait très près à ses pieds. Là on rendait les plus grands honneurs à Huitzilopuchtli. Il reste encore de nos jours des vestiges, et une grande quantité de briques crues disposées en murailles des plus grandes aux plus petites, où on faisait des sacrifices à Ecatl, dieu des vents [...]80.

83Sachant que la pyramide du Grand Temple était encore intacte en 1591, puisque les Indiens de Tezcoco demandent l’autorisation d’y récupérer les poutres de la demeure construite par Cortés, il est possible qu’Hernández, même si sa rédaction est trop brève, ait vu le panorama qu’il mentionne au passé.

84Hernández s’intéresse aussi à l’urbanisme de la ville, pas seulement à ses principaux monuments préhispaniques. C’est ce qu’il décrit en premier, au chapitre 12. Il explicite ainsi l’absence de densité urbaine et le résultat agréable de la présence de jardins autour de chaque maison :

  • 81 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 71r° : « Domus longelateqz velut et caeteraru (...)

Les maisons dans toutes les directions, comme celles de toutes les autres villes de la Nouvelle Espagne, étaient séparées les unes des autres, et en grande partie situées comme celles des villages ; autour et près de chacune d’entre elles, ils font des champs de tout ce qui est nécessaire en premier lieu à la vie, comme du maïs, du blé, xenopodios [?], de la chía, du piment, des calebasses, des haricots rouges et d’autres choses semblables, de sorte que tu ne croirais pas voir des villes, mais les jardins des Hespérides et des champs très agréables qui s’étendent au loin, surtout si tu ajoutes les faubourgs, avec lesquels une grande partie [des villes] est entourée et ceinturée81.

85La Mappe d’Uppsala rend assez bien cette impression d’urbanisme peu dense pour Tezcoco, comme pour la plupart des villes de la Vallée Centrale de Mexico.

Passé préhispanique de Tezcoco

  • 82 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 72v°-73r°. Cf. F. HERNÁNDEZ, Antigüedades, 19 (...)
  • 83 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 75r°. La traduction en espagnol de Joaquín Ga (...)

86Hernández s’intéresse au passé préhispanique de cette ville et de ses gouvernants. Il y consacre une large partie des chapitres 12 et 14 du livre II. Il y inclut des détails sur le règne de Nezahualcoyotl (confondant durée de vie et règne), parlant de l’assassinat de son père, et de la reconquête fulgurante de son royaume (il omet cependant les dix ans d’occupation tépanèque)82. Il signale comment les habitants de Huexotzinco ont été aidés par Tezcoco et Mexico dans leur lutte contre Tlaxcala83.

87Il évoque une enquête (très certainement franciscaine) dans laquelle les Tezcocans sacrifiaient 300 personnes par an, contre 1 500 pour Mexico Tenochtitlan :

  • 84 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 77r° : « Sacrificia quoque, et hominum inmola (...)

Les sacrifices aussi et les immolations d’hommes étaient presque les mêmes, bien que l’on sacrifiait un nombre beaucoup moindre d’ennemis, d’esclaves ou de gens achetés pour cette fin, qu’à Mexico. Parce que entre ceux-ci chaque année périssaient avec les cœurs arrachés en l’honneur des dieux, plus de mille cinq cents hommes et entre les tetzcocans on avait l’habitude d’immoler à peine trois cents84.

  • 85 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 77v° : « triumviratus ve Consilus (ita .n. li (...)
  • 86 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 80r°: « Itzcoatzin quatuor deciz et cum tetzc (...)

88Il est encore l’un des rares chroniqueurs (avec Torquemada en 1615) à évoquer la Triple Alliance : « [...] ou au triumvirat ou conseil (il semble bien d’appeler ainsi le conseil des trois rois amis et confédérés entre eux), [...] »85. Et cette Triple Alliance est évoquée correctement lors de sa description du règne d’Izcoatl, pour la fondation puis l’expansion de l’empire aztèque : « Itzcoatzin le quatrième et avec les habitants de Tezcoco et de Tlacopan il vainquit lors d’une guerre les habitants d’Azcapotzalco et de Xochimilco »86.

89Il dresse un portrait curieux de Nezahualpilli, sans doute celui que ses descendants lui ont fourni et qui va dans le sens d’une collaboration immédiate avec les Espagnols :

  • 87 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 75v° : « quadrenigentis usus concubinis, equi (...)

Il eut quatre cents concubines, desquelles, d’après ce que j’ai entendu, il eut trois cents cinquante cinq fils. Quand il était déjà près de la mort, il exhorta ses sujets pour qu’ils n’opposassent pas de résistance à ceux qui venaient de régions lointaines, même s’ils venaient vite, et qu’ils ne s’efforçassent pas inutilement contre le destin, mais qu’ils lui cèdassent87.

  • 88 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 17v°, cf. F. HERNÁNDEZ, Antigüedades, 1986, L (...)

90On pourra comparer cette version (confirmée par de nombreuses sources dont les Memoriales de Motolinía) avec la mention de 150 concubines de Moctezuma enceintes en même temps, ou la présence de mille femmes (trois mille en incluant les esclaves et les domestiques) dans le palais de Moctezuma88.

  • 89 cf. Codex en Croix, année 6 Tochtli (manuscrit mexicain 015-017, BNF, planche 2). Charles DIBBLE, C (...)

91Il reprend, sans indiquer le nom de Nezahualpilli, la tradition historique de l’adultère de son épouse royale et le châtiment qui s’en suivit (qu’on peut dater de 1498 avec d’autres documents)89 :

  • 90 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 77v°: « capital penam punirentur, i adulteros (...)

[...] étaient châtiés avec la peine capitale et les adultères également, principalement quand ils souillaient la majesté royale, à tel point qu’un roi tetzcocan, peu avant que les armes espagnoles pénètrent dans ces régions, non seulement ordonna de tuer sa femme, mais également quatre cents autres hommes et femmes qui se trouvaient compromis, même de façon minime, dans ce crime ; ce qui occasiona une telle terreur que [...]90.

  • 91 Fernando de ALVA IXTLILXOCHITL, Obras históricas, Mexico : UNAM, 1977, 2, p. 164-165 (Historia Chic (...)

92Le chiffre de 400 est sans doute à prendre dans son sens symbolique indien d’ « innombrables ». Mais Hernández est l’une des deux seules sources à détailler ce châtiment sévère, corroboré par une source anonyme du XVIe siècle et par Alva Ixtlilxochitl (qui en donnera une version très romancée)91.

93Il évoque l’assassinat de Tecocoltzin par Coanacochtzin, et propose un portrait intéressant du cacique don Fernando Cortés Ixtlilxochitl, gardant jusqu’à sa mort en 1531 son vêtement indien :

  • 92 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 76v° : « sequutus est nonus Hernandus, hunc v (...)

[...] suivit le neuvième, Hernando, et à celui-ci Ixtlilxochitl, lequel même quand il règna huit années complètes, suivit toujours les armes victorieuses de Cortés, et qui au milieu des vainqueurs, ne méprisa pas son vêtement rude, que déjà presque plus personne n’utilisait, et il parvint à la fin de sa vie sans le changer pour l’espagnol. Celui-ci, à mon avis, ne doit pas être passé sous silence, bien que j’omette les autres, lesquels quand brillait déjà l’astre césaréen sur ces plages, on nomme plus correctement gouverneurs que rois92.

94On pourra cependant s’étonner du choix d’Hernández de ne parler que des édifices indiens. L’un des seuls édifices coloniaux auquel il fait allusion n’est pas très glorieux : c’est la prison dans l’édifice du Cuicacalli.

  • 93 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 77r° : « Quid memorem Motecçuma domum aut voc (...)

Que dirai-je de la maison de Moctezuma, ou du dénommé Cuicacalli où les enfants des tetzcocans s’exerçaient aux danses et aux chants composés en l’honneur des dieux, des rois et des héros, dans lesquels on racontait leurs exploits, et que maintenant on utilise comme prison et d’autres nombreuses choses dont peuvent à peine faire l’éloge les hommes très savants93?

95Peut-on y voir une critique implicite du système colonial ? C’est sans doute une surlecture, mais on ne peut qu’être frappé par ce choix narratif : l’édifice qui servait à éduquer les jeunes gens et jeunes filles à l’époque préhispanique est remplacé par une prison et c'est l’un des rares changements que mentionne Hernández.

96Hernández compense ce silence sur l’architecture coloniale, par des indications concernant la ville coloniale (au chapitre 12) : cent colons espagnols, organisation de la république indienne (un gouverneur indien, deux ‘prêteurs’ et huit ‘tribuns’ pour deux alcaldes et huit regidores), présence d’un ‘prêteur’ espagnol (alcalde mayor) etc.

  • 94 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 71rv° : « Mediocri Civisutunt fortuna, / nam (...)

Les fortunes des citoyens sont médiocres, parce que comme ils sont dépourvus d’or et d’argent, ils consacrent tout leur temps au commerce, à l’agriculture, à l’élevage lainier et à d’autres choses semblables ; surtout les colons espagnols, lesquels sont environ au nombre de cent94.

97Il mentionne le couvent franciscain mais sans le décrire, se centrant uniquement sur ses fonctions, parmi lesquelles celle d’éduquer. Il évoque la coutume coloniale du Llamamiento, sans entrer dans le détail exact des villes concernées par cet impôt en main d’œuvre, mais qui signale bien l’ancien rang de capitale de Texcoco :

  • 95 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 71v°: « tetzcoqui vocas, atque oppida, quae n (...)

[...] on dit que les gens que l’on convoque de Tetzcoco par le Vice-roi pour les travaux publics, sont aussi nombreux que quand ils obéissaient au roi tetzcocan. Lui obéissaient en vérité tous ceux qui habitent depuis la mer septentrionale jusqu’à l’autrale, comprises entre le Levant et le Ponant dans des limites beaucoup plus étroites95.

98Manifestement Hernández semble avoir été sensible à la grandeur passée de cette ancienne capitale. On peut également se demander s’il n’a pas été sensible à l’hospitalité des élites indiennes de Tezcoco. Il indique rédiger le chapitre 13 du livre II (et sans doute une bonne partie des Antiquités novohispaniques) dans l’un des palais de Nezahualpilli :

  • 96 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 74r°: « ídem faciendum curavimus de Neçaualpi (...)

Nous chercherons à faire de même dans le cas de Neçaoalpitzintli qui après celui-ci, règna cinquante trois ans et dont il reste encore deux palais royaux, l’un où se trouve aujourd’hui le couvent et l’autre où nous dictons ceci, et j’espère que le lecteur ne trouvera pas pesant que je le lui décrive un peu plus en détail96.

99On retrouve trace de son passage dans l’œuvre de Juan Bautista Pomar, métis de sang royal, qui, dans sa Relation de Tezcoco de 1582, renvoie au travail d’Hernández pour tout ce qui concerne les herbes médicinales locales :

  • 97 Juan Bautista POMAR, Relación de Tezcoco, in : Relaciones geográficas del siglo XVI: México, 3, éd. (...)

Tienen otras muchas plantas, raíces [y] yerbas, buenas y malas, de que no se trata, por no hacer largo proceso en esta relación; especialmente, porq[ue], dellas y de sus propiedades, escribió muy largo el protomédico de su Majestad97.

100Le fait que Pomar mentionne l’existence de peintures indique que les élites indiennes et métisses tezcocanes étaient bien au courant des travaux d’Hernández qui a dû faire réaliser plusieurs planches à Tezcoco (sans compter celles de contenu historique) :

  • 98 J. B. POMAR, Relación de Tezcoco, p. 109 (fol. 82rv).

Las yerbas con que se curan los indios, raíces y plantas, granos y semillas, son muchas, así de las que se dan en esta ciudad y su comarca, como de las que de fuera della se traen, de las cuales el doctor Francisco Hernández, protomédico de su Majestad, tomó muy larga y entera razón, que escribió y pintó en unos libros que de sus calidades y naturalezas hizo, en donde se verán sus propiedades y efectos muy en particular de cada cosa98.

  • 99 Cf. P. LESBRE, « Illustrations acolhua de facture européenne (Codex Ixtlilxochitl fol. 105-112 », J (...)

101Ce n’est sans doute pas un hasard si on retrouve au moins deux planches vraisemblablement issues de l’enquête historique d’Hernández dans le Codex Ixtlilxochitl à côté de deux folios d’une copie de la Relation de Tezcoco de 158299.

Planches illustratives des Antiquités

102Les élites indiennes et métisses de Tezcoco ont préservé au début du XVIIe siècle deux copies de planches qui pourraient correspondre aux illustrations des Antiquités. Il s'agit des portraits des souverains de Tezcoco (fol. 106r° Nezahualcoyotl en costume de guerre, fol. 108r° Nezahualpilli en habits d’apparat) qui semblent faire écho à deux mentions explicites d’Hernández.

103La première concerne Nezahualcoyotl

  • 100 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 40r°, « [...] tetzcoqnsis uero dominus timpan (...)

Et le Seigneur de Tezcoco avec un petit tambour qu’il portait accroché aux épaules, tel que nous l’avons vu à Texcoco, préservé avec un très grand respect avec les vêtements et autres ornements de guerre de Neçahoalcoyotzin et Neçahoalpilcintli, rois de Texcoco, et que nous avons pris soin de reproduire, comme d'autres choses, avec un dessin exact100.

104Ce tambour de guerre est parfaitement visible sur le folio 106r° du Codex Ixtlilxochitl. Il est accompagné de plusieurs vêtements de guerre : un xiuhichcahuipil (armure en coton matelassé couleur turquoise), un heaume, un chimalli (bouclier) et un maquahuitl (épée à lames d’obsidienne). La concordance entre le texte d’Hernández et le portrait de Nezahualcoyotl est troublante. On remarquera l’insistance sur l’exactitude des dessins, que confirme la remarquable qualité des folios 106r° et 108r° du Codex Ixtlilxochitl, véritables encyclopédies pour les vêtements et atours royaux préhispaniques tezcocans.

105L'autre occurrence concerne Nezahualpilli, en conclusion d’une énumération sur les objets royaux ayant appartenu à Nezahualcoyotl qu’Hernández avait fait peindre :

  • 101 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 74r° : « [...] praecepit huius forn imaginem, (...)

Sa statue, son bouclier, drapeaux, trompettes, flûtes, armes et autres ornements [...] j’ai pris soin qu’ils soient peints afin de montrer dans la mesure de mon possible à nos hommes, les choses passées et pour que ceux qui n’ont pas eu l’occasion de voir des gens si lointains, les connaissent dans la mesure du possible. Nous nous préoccuperons de faire la même chose dans le cas de Neçaoalpitzintli101.

106Ces représentations des objets personnels de Nezahualcoyotl ont disparu (hormis le bouclier et les armes) : on regrette que les planches concernant la « statue » (sans doute vue au Tetzcutzinco), les « drapeaux » (très certainement les bannières de guerre, absente du portrait du folio 106r°) et les instruments de musique du roi de Tezcoco aient péri dans l’incendie de l’Escorial. Mais la conclusion de la citation, indiquant que l’auteur fera de même avec Nezahualpilli, semble tisser un lien fragile, mais vraisemblable, avec le folio 108r° du Codex Ixtlilxochitl, représentant ce même souverain en costume d’apparat. On pourrait qualifier ces planches de scientifiques tant le souci d’y reproduire avec exactitude les moindres détails semble correspondre au regard scientifique et humaniste porté par Hernández sur le passé préhispanique.

  • 102 Porreño, in : J. L. BENÍTEZ MIURA, art. cit., p. 385.

107D’autres planches illustraient les chapitres de ces Antiquités si l’on en croit l’évocation qu’en fait le licenciado Poreño qui eut la chance de les voir à l’Escorial avant qu’elles ne disparaissent : « y vestidos de los hombres y los ornatos de sus galas y de sus fiestas ; y la manera de sus coros y bayles y sacrificios (cosa que tiene singular deleyte y variedad de mirarse) »102. Si la mention des ornements de fêtes peut renvoyer au portrait de Nezahualpilli, l’évocation de danses et de sacrifices signale bien l’existence de planches pour ces coutumes préhispaniques. On ne peut que regretter leur disparition.

***

  • 103 F. HERNÁNDEZ, Historia natural..., 1, p. 363.

108Hernández pose sur Tezcoco un regard extrêmement intéressant. Il offre en quelques trop courtes pages une série de descriptions pleines de détails de grande valeur des ruines et édifices préhispaniques encore existants : palais de Nezahualcoyotl, de Tetzcutzinco, palais de Nezahualpilli(à peine égalée en précision par Alva Ixtlilxochitl), ruines de temples et notamment du Grand Temple, mais aussi des jardins et de la province acolhua comparés en toute modestie à ceux des Hespérides. Grâce à lui nous connaissons l’existence du temple de Quetzalcoatl ou de la Cuicacalli (maison des chants transformée en prison coloniale) à peine cités dans les textes de Pomar ou Alva Ixtlilxochitl. Grâce à son Histoire Naturelle nous savons que les palais royaux étaient peints et que les rois de Tezcoco, comme ceux de Mexico, cherchaient à recenser et posséder la faune du Mexique (vivante, peinte ou sculptée)103.

109Ce regard d'un homme de science et humaniste éminemment cultivé, nous procure ainsi les descriptions les plus fiables de la ville de Tezcoco, de ses palais ou édifices préhispaniques, car elles ne sont pas suspectes d’esprit partisan ni d’exagération. On y observe néanmoins un ton dithyrambique peu fréquent dans le reste de son œuvre, qui dénote combien il fut conquis par cette cité. C’est le cas de la description du palais de Nezahualpilli :

  • 104 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 74v°, cf. F. HERNÁNDEZ, Antigüedades, 1986, L (...)

en plus du nombre incroyable de jardins et vergers […] ; en plus de canaux multiformes dont les sculptures en pierre pouvaient être jalousées par l’or et l’argent et même les pierres précieuses ; […] disposés avec un artifice admirable, en plus, dis-je, de toutes ces choses et d’autres, dont on peut à peine faire l’éloge dignement, on voit une chose admirable […]104.

110C’est aussi le cas de l’évocation de Nezahualcoyotl :

  • 105 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 75v° : « sed cur huius viri heroica, atque hu (...)

Mais pourquoi je passe sous silence les faits héroïques et humains de cet homme ? Pendant les années stériles, profitant de n'importe quelle occasion, pour que ses sujets ne soient pas amers, il répartissait l’annone cachée et conservée depuis bien avant son règne105.

  • 106 Histoyre du Mechique, fol. 81v (chap. 4) : « Ce dict seigneur de Tezcuq du costé des Otomis a esté (...)

111On observera que c’est un portrait de souverain humaniste, juste et charitable qui est ainsi proposé, bien loin de la version des premières enquêtes où il est présenté comme idolâtre et anthropophage106.

  • 107 Cf. Georges BAUDOT, Utopie et histoire au Mexique, Toulouse : Privat, 1976, p. 483-487 et 489-491.

112L'interdiction par Philippe II de l’oeuvre de Sahagún en 1577 semble justifier la non édition des Antiquités d’Hernández à son retour en Espagne107. Paradoxalement, Hernández récupère une grande partie de l’enquête historique et sociologique menée par Sahagún (y compris dans le domaine de l’histoire naturelle), et souhaite la donner à connaître en Europe alors que l’œuvre de Sahagún reste bloquée et interdite d’impression à partir de 1577.

113Ses Antiquités resteront inédites jusqu’au XXe siècle, jusqu’à ce que Francisco del Paso y Troncoso publie en 1926, pour le compte du gouvernement mexicain, le manuscrit conservé à la Bibliothèque de l’Académie d’Histoire de Madrid. Depuis, des traductions en espagnol ont circulé (1946, 1987), mais on attend encore une édition bilingue complète avec la paléographie du texte latin.

Haut de page

Bibliographie

Sources primaires

ALVA IXTLILXOCHIL, Fernando de, Obras históricas, Mexico : UNAM, 1975-1977, 2 vol.

CERVANTES DE SALAZAR, Francisco, México en 1554. Tres diálogos latinos de Francisco Cervantes de Salazar, Mexico : UNAM, 2001.

Codex en Croix. cf. DIBBLE.

Codex Ixtlilxochitl, commentaire de Jacqueline de DURAND-FOREST, Graz : Akademische. Druck u. Verlagsanstalt (Fontes Rerum Mexicanarum vol. 9), 1976.

HERNÁNDEZ, Francisco, De antiquitatibus Novae Hispaniae Authore Francisco Hernando medico et historico Philippi II et indiarum omnium medico primario. Codice de la Real Academia de la Historia en Madrid, edición facsimilar, Mexico : Talleres gráficos del Museo Nacional de Arqueología Historia y Etnografía, 1926.

, Antigüedades de la Nueva España, traducción del latín y notas por don Joaquín García Pimentel, Mexico : Editorial Pedro Robredo, 1946.

, Antigüedades de la Nueva España, Madrid : Historia 16, 1986.

, Obras completas, Historia Natural de Nueva España, Mexico : UNAM, 1959.

, Obras completas, Escritos varios, Mexico : UNAM, 1984.

MOTOLINÍA, Fray Toribio de Benavente, Memoriales, Mexico : Fondo de Cultura Económica, 1971.

MUÑOZ CAMARGO, Diego, Descripción de la ciudad y provincia de Tlaxcala, in : Relaciones geográficas del siglo XVI : Tlaxcala, éd. René Acuña, Mexico : UNAM, 1984, vol. 1.

POMAR, Juan Bautista, Relación de Tezcoco, in : Relaciones geográficas del siglo XVI: México, 3, éd. René Acuña, Mexico : UNAM, 1986.

SAHAGÚN, Fray Bernardino de, Historia general de las cosas de Nueva España, Mexico : CONACULTA, 2000.

Études critiques

ÁLVAREZ PELÁEZ, Raquel, « Felipe II, la ciencia y el Nuevo Mundo », Revista de Indias, 59 (215), 1999, p. 9-30.

BAUDOT, Georges, Utopie et histoire au Mexique. Les premiers chroniqueurs de la civilisation mexicaine (1520-1569), Toulouse : Privat, 1976.

BENÍTEZ MIURA, José Luis, « El Dr. Francisco Hernández : 1514-1578 (cartas inéditas) », Anuario de Estudios Americanos, 7, 1950, p. 367-409.

BUSTAMANTE GARCÍA, Jesús, « De la naturaleza y los naturales americanos en el siglo XVI : algunas cuestiones críticas sobre la obra de Francisco Hernández », Revista de Indias, 52 (195/196), 1992, p. 297-328.

, « Francisco Hernández, Plinio del Nuevo Mundo : tradición clásica, teoría nominal y sistema terminológico indígena en una obra renacentista », in : Berta Ares Queija et Serge Gruzinski (dir.), Entre dos mundos. Fronteras culturales y agentes mediadores, Séville : Escuela de Estudios Hispanoamericanos, 1997, p. 243-268.

, « The Natural History of New Spain », in : Simon Varey (éd.), The Mexican Treasury. The Writings of Dr. Francisco Hernández, Stanford : Stanford University Press, 2000, p. 26-39.

, « Plinio y Dioscórides frente al Nuevo Mundo : Problemas de método y sus consecuencias en los resultados de la primera expedición científica a suelo americano (siglo XVI), in : Charlotte de Castelnau et François Regourd, Connaissances et Pouvoirs. Les espaces impériaux (XVIe-XVIIIe siècles) France, Espagne, Portugal, Bordeaux : Presses Universitaires, 2005, p. 169-186.

CAMPILLO ÁLVAREZ, José Enrique, Francisco Hernández : El descubrimiento científico del Nuevo Mundo, Tolède : Diputación Provincial de Toledo, 2000.

DIBBLE, Charles E., Codex en Cruz, Salt Lake City : University of Utah Press, 1981.

DURAND-FOREST, Jacqueline de, « Hernández y la botánica mexicana », Caravelle, 55, Toulouse : PUM, 1990, p. 53-64.

DÍEZ TORRE, Alejandro R. (dir.), La ciencia española en ultramar. Actas de las I Jornadas sobre « España y las expediciones científicas en América y Filipinas », Madrid : Doce Calles, 1991.

IBARRA CABRERA, Silvio, « Contribuciones a la historia de las ciencias biológicas en México. Doctor Francisco Hernández », Anales del Instituto de Biología, 8, Mexico : UNAM, 1937, p. 419-435.

JONGHE, Edouard de, « Histoyre du Mechique, manuscrit français inédit du XVIe siècle », Journal de la Société des Américanistes, Nouvelle Série, 2, 1905, p. 1-41.

KAGAN, Richard, Los cronistas y la Corona. La política de la Historia en España en las Edades Media y Moderna, Madrid : CSIC, Marcial Pons, 2010.

LESBRE, Patrick, « Illustrations acolhua de facture européenne (Codex Ixtlilxochitl ff. 105-112) », Journal de la Société des Américanistes, n°84 (2), 1998, p. 97-124.

, « Mapa Quinatzin : las vigas del Tecpan de Tezcoco ¿Escritura o figuración? », Thule, 6-7, aprile-ottobre, 1999, p. 119-137.

, « Recuerdo colonial de la realeza prehispánica : el uso de cerbatanas por los señores de Tezcoco », in : Guilhem Olivier (coord.), Símbolos de poder en Mesoamérica, Mexico : UNAM, 2008, p. 293-313.

—, « La mission de Francisco Hernández en Nouvelle-Espagne 1571-1577 », Le Verger – Bouquet, 5, janvier 2014, 19 pages, [En ligne], mis en ligne janvier 2014, consulté le 22 janvier 2014.

LÓPEZ PIÑERO, José María et PARDO TOMÁS, José, Nuevos materiales y noticias sobre la « Historia de las plantas de Nueva España », de Francisco Hernández, Valence : Instituto de Estudios Documentales e Históricos sobre la Ciencia, 1994.

, La influencia de Francisco Hernández (1515-1587) en la constitución de la botánica y la materia médica modernas, Valence : Instituto de Estudios Documentales e Históricos sobre la Ciencia, 1996.

PARELLO, Vincent, « Voyages à travers la vie et l’œuvre de Francisco Hernández : « protomédico » des Indes sous Philippe II », in : Philippe MEUNIER, Jacques SOUBEYROUX (coord.), Le Voyage dans le monde ibérique et ibéro-américain, Actes du XXIXe Congrès de la Société des Hispanistes Français, Saint-Étienne : Publications de l’Université de Saint-Étienne, 1999, p. 168-174.

SOMOLINOS D’ARDOIS, Germán, « Los impresos médicos mexicanos (1553-1628) », in : Juan Comas et al., El mestizaje cultural y la medicina novohispana del siglo XVI, p. 145-296, Valence : Instituto de Estudios Documentales e Históricos sobre la Ciencia, 1995 [1981].

, « Biografía iconográfica de Francisco Hernández », Revista de la Socidad Mexicana de Historia Natural, 18 (1-4), diciembre de 1957, p. 259-277.

, « El Dr Francisco Hernández y la primera expedición científica en América », Revista de la Socidad Mexicana de Historia Natural, 17 (1-4), diciembre de 1956, p. 169-179.

, « Sobre la iconografía botánica original de las obras de Hernández y su sustitución en las ediciones europeas », Revista de la Socidad Mexicana de Historia Natural, 15 (1-4), diciembre de 1954, p. 73-86.

VAREY, Simon (dir.), The Mexican Treasury. The writings of Dr. Francisco Hernández, Stanford : Stanford University Press, 2000.

VAREY, Simon, Rafael Chabrán, Dora Bierer Weiner, Searching for the Secrets of Nature : The Life and Works of Dr. Francisco Hernández, Stanford : Stanford University Press, 2000.

Haut de page

Notes

1 Pour plus de détails sur cette mission scientifique cf. les travaux incontournables de Germán SOLOMINOS D’ARDOIS, les articles de Jesús BUSTAMANTE GARCÍA ou la bibliographie de Patrick LESBRE, « La mission de Francisco Hernández en Nouvelle-Espagne 1571-1577 », Le Verge – Bouquet, 5, Janvier 2014, 19 pages. [En ligne], mis en ligne janvier 2014, consulté le 22 janvier 2014.

2 Cela ne l’empêche pas d’inclure quelques plantes péruviennes dans son catalogue. Cf. la chimalacaxochitl, Francisco HERNÁNDEZ, Historia Natural de Nueva España, Mexico : UNAM, 1959, 1, L. I, chap. 113, p. 32 : « Del Chimalácatl peruano o grande, que otros suelen llamar flor del sol ». Il mentionne également plusieurs fois les îles Philippines cf. árbol de la nuez índica o coco, Historia Natural..., 1, L. IV, chap. 16, p. 167.

3 cf. Richard KAGAN, Los cronistas y la Corona. La política de la Historia en España en las Edades Media y Moderna, Madrid : CSIC, Marcial Pons, 2010, p. 193.

4 Francisco HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae Authore Francisco Hernando medico et historico Philippi II et indiarum omnium medico primario. Codice de la Real Academia de la Historia en Madrid, edición facsimilar, México, Talleres gráficos del Museo Nacional de Arqueología Historia y Etnografía, 1926, fol. 1r. Ce titre est répété à chaque début de livre (il y en a quatre en tout) avec parfois comme variante « protomédecin de tout le Nouveau Monde » : cf. fol. 89r : « De Antiquitatibus novae hispaniae liber tertis Francisco Hernando medico et historico Philippi 2, regis hispaniarum et indiarum, ac totius novi orbis medico primario authore ».

5 Cf. Vincent PARELLO, « Voyages à travers la vie et l’oeuvre de Francisco Hernández : « protomédico » des Indes sous Philippe II », in : Philippe MEUNIER, Jacques SOUBEYROUX (coord.), Le Voyage dans le monde ibérique et ibéro-américain, Actes du XXIXe Congrès de la Société des Hispanistes Français, Saint-Étienne : Publications de l’Université de Saint-Étienne, 1999, p. 168-174.

6 Silvio IBARRA CABRERA, « Contribuciones a la historia de las ciencias biológicas en México. Doctor Francisco Hernández », Anales del Instituto de Biología, UNAM, 8, 1937, p. 423. La plupart des lettres étant adressées au roi, nous ne l’indiquerons plus, nous contentant de donner le nom des autres destinataires (Juan de Ovando).

7 José Luis BENÍTEZ MIURA, « El Dr. Francisco Hernández: 1514-1758 (cartas inéditas) », Anuario de Estudios Americanos, 7, 1950, p. 400.

8 F. HERNÁNDEZ, Historia Natural..., 1, L. V, chap. 80, p. 254.

9 J. L. BENÍTEZ MIURA, art. cit., p. 406.

10 Jesús BUSTAMANTE GARCÍA, « De la naturaleza y los naturales americanos en el siglo XVI: algunas cuestiones críticas sobre la obra de Francisco Hernández », Revista de Indias, 1992, 52 (195-196), p. 304 et 302 : « con la mayor precisión y verdad que ser pueda, de las costumbres, ritos, antigüedades, hechos y acontecimientos, que se entendieren por las descripciones, historias y otras relaciones y averiguaciones [...]. ». Remitimos a su análisis muy fino del proceso de reacomodación del trabajo de Hernández.

11 Ibid., p. 407.

12 Ibid., p. 408.

13 S. IBARRA CABRERA, art. cit., p. 426.

14 Ibid., p. 433.

15 Ibid., p. 429.

16 Ibid., p 432.

17 Ibid., p. 431. cf. la dernière partie de cet article.

18 J. L. BENÍTEZ MIURA, art. cit., p. 398 (lettre du 30 avril 1572).

19 S. IBARRA CABRERA, art. cit., p. 434 (à Juan de Ovando).

20 F. HERNÁNDEZ, Antigüedades de la Nueva España, Madrid : Historia 16, 1986, L. II, chap. 7, p. 119.

21 Jesús BUSTAMANTE GARCÍA, « De la naturaleza y los naturales americanos en el siglo XVI... », p. 316-322.

22 Nous ne pouvons répéter ici l’analyse de Jesús Bustamante García qui détecte un élargissement à 28 chapitres d’un Livre I initialement limité à 20 et basé sur Gómara. cf. Jesús BUSTAMANTE GARCÍA, « De la naturaleza y los naturales americanos en el siglo XVI... », p. 317-319.

23 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 118v° et 119v°-120r°.

24 Ibid., fol. 138r°.

25 Joaquín García Pimentel a indiqué en marge les sources possibles dans son édition posthume de 1946. cf. F. HERNÁNDEZ, Antigüedades, Mexico : Editorial Pedro Robredo, 1946. Cf. Germán SOLOMINOS D’ARDOIS, « Bibliografía del Dr. Francisco Hernández », Revista Interamericana de Bibliografía, 7 (1), enero-marzo 1957, p. 1-76. cf. Jesús BUSTAMANTE GARCÍA, « De la naturaleza y los naturales americanos en el siglo XVI... », p. 326-328. Il a clairement établi l’utilisation privilégiée du Sumario de 1570 de Sahagún dans la rédaction du Livre III des Antiquités. cf. Jesús BUSTAMANTE GARCÍA, art. cit., p. 321-322.

26 F. HERNÁNDEZ, Antigüedades, 1986, L. II, chap. 16, p. 139-141. cf. Fray Bernardino de SAHAGÚN, Historia General de las cosas de Nueva España, Mexico : Conaculta (Cién de México), 1989, 2, L. VIII, chap. 1, p. 723-726.

27 F. HERNÁNDEZ, Antigüedades, 1986, L. II, chap. 17, p. 142. À la différence des informateurs indigènes de Sahagún, Hernández considère qu’après 1473 il n’y a plus rien à indiquer et il omet délibérément les caciques coloniaux qui font la fierté de Tlatelolco après la conquête. cf. B. de SAHAGÚN, Historia General..., 2, L. VIII, chap. 2, p. 727-728.

28 F. HERNÁNDEZ, Antigüedades, 1986, L. II, chap. 12, p. 129. cf. B. de SAHAGÚN, Historia General..., 2, L. VIII, chap. 4, p. 731-732. On remarquera qu’Hernández suit le texte de Sahagún mais change la présentation puisqu’il choisit de présenter la dynastie de Huexotla dans le chapitre consacré à la ville de Tezcoco, se basant sur le fait que leurs gouvernants passèrent ensuite sous la coupe de Tezcoco. Sahagún avait opté pour une présentation séparée.

29 F. HERNÁNDEZ, Antigüedades, 1986, L. II, chap. 12 et 14, p. 129, 131 et 135-136. Cf. B. de SAHAGÚN, Historia General..., 2, L. VIII, chap. 3, p. 729-730.

30 L’édition espagnole de 1986 met « Tochintechtli » pour Tochintecutli.

31 L’édition espagnole de 1986 met « Yaotzintecutli » pour Yahotzintecutli.

32 Mauvaise paléographie d’Hernández qui met « Tepohoyantlaca » pour Tepanoayantlaca.

33 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 70rv°[nous avons reproduit les biffures, les mots soulignés et ceux écrits au-dessus] : « Series autem dominorum Huexutla ad hunc modum se habet. Primus eorum vocatus Maçatzin octo et septuaginta regnavit annos, secundus Tochintecutli, octo et triginta, tertius Ayotzintecutli, quatuor et septuaginta, quartus Quatlahuicetecutli, quinquaginta quinque. Quintus Totomochtzin quinquaginta duos. Hiergo omnes tercentum plusminus annos in Huexotlenses imperium exercuere. Millis interea exactis vectiga libres, sed imunibus cunctis, etiam infimae sortis hominibus, sextus Yahotzintecutli regnavit annos tres et quiquaginta, cuius tempore prima exactive ab homines [réécrit sur hominibus dont la fin a été biffée] vocatis Tepohoyantlaca vexati sunt, septimus Xilotzintecutli, qui regnavit viginti et octo annos, / octavus Tlacaolitzin, quitotidem, nomus Tlacolyahotzin, qui quinquaginta tres, quo tempore electus est Neçahoalcoyotzin, ut regibus tetzcoquanis quoque succederet. Decimus Tzontemoc qui annos quindecim, undecimus Cuitlaoatzin, minor, quitotidem. Hiergo reges Huexotlae dominati sunt hoc huexutla quadraigentis atque octuaginta plusminus annos ».

34 B. de SAHAGÚN, Historia General..., 2, L. VIII, chap. 4, p. 731-732.

35 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 122r°: « Sunt vero qui negent illorum quenquam ultro se obtulisse morti, sed praedicta obijsse, servos quosdam ex captivis, qui ea ratione aut alia necessario essent non multo post tempore morituri. », cf. F. HERNÁNDEZ, Antigüedades, 1986, L. III, chap. 16, p. 185.

36 Cf. B. de SAHAGÚN, Historia General ..., 1, L. II, chap. 24, p. 191-194.

37 F. HERNÁNDEZ, Antigüedades, 1986, L. I, chap. 2, 3 et L. II, chap. 2, p. 52-56 et 110-111.

38 Ibid., L. I, chap. 2, p. 54.

39 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 59v° : « preterea otoncuicatl, cuitlatecayotl, michoacayotl, tlaxcaltecayotl, coyxcayotl, tlacahoilizcuicatl, cempoaltecayotl, temazcalcuicatl, anahoacayotl, cozcatecayotl, oztomecayotl, aliaque, ubi gentium trophaeorum, et artium honorifica fierete mentio, velut ipsis met nominibus indicatur » cf. F. HERNÁNDEZ, Antigüedades, 1986, L. II, chap. 6, p. 117.

40 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 41r°: « Ut haberet urbs Mexico cum primum eam expugnaverunt hispani Cap. 21 », cf. F. HERNÁNDEZ, Antigüedades, 1986, p. 94 : « Cómo era la ciudad de México cuando al principio la ganaron los españoles ».

41 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 41v° : « Compectebatur g° Mexicana urbs, Cum primum illam expugnavit Cortesius sexaginta autam amplius domorum millia [au-dessus : -ria] », cf. F. HERNÁNDEZ, Antigüedades, 1986, L. II, chap. 21, p. 94.

42 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 41rv° : « regia, procerumque aedes, saxis t trabitus dexterrime fabricatae videbantur eminare caeterae humiles erant , et angustae, ac et universi omnes vero / valuis fenestrisque carentes », cf. F. HERNÁNDEZ, Antigüedades, 1986, L. I, chap. 21, p. 94.

43 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 41v° : « patebat ad domos singulas aditus binj ostijs altero utaz [nous avons laissé en italiques les passages dont la paléographie nous pose problème] publicam rescipiente, quae terrena erat, altero eam q^ aquis perluebatur, illa pedestres in cedebant, hac monoxilis deferebantur, qua ni re urbi venetaen antverpiae ve erat similima[ii] ». Cette description, mis à part la comparaison finale, est très proche de celle de Motolinía dans ses Memoriales : « Estaba México bien ordenada y muy fuerte, ca tenía unas calles de agua anchas y otras calles de casas ; una calle de casas y otra de agua. En la acera de casas pasaba o iba por medio un callejón o calle angosta, a la cual salían las puertas de las casas, por las calles de agua iban muchas puentes que atravesaban de una parte a otra », Fray Toribio de BENAVENTE MOTOLINÍA, Memoriales, Mexico : FCE, 1971, p. 211, § 331. Le terme monoxyle semble emprunté à Pedro Mártir de Anghiera (nous remercions Louise Bénat-Tachot pour cette indication).

44 L’édition espagnole de 1986, p. 94 indique « Temehtitlan » mais c’est une mauvaise paléographie pour Tenuchtitlan.

45 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 41v° : « Quae urbs etiam erat in duas partes divisa, binisque parebat quondam regibus altera dicebatur tlatelulcum, seu terra cumulo hodie divo Iacobo et nomine et re consecrata, altera Tenuchtitlan, seu locus tunae petri affis innate quae post ea Mexico seu umilicus maguei ab eisdem dicta est, et eodê hodiermi usque diem gaudet ndie. / apud hispanos », cf. F. HERNÁNDEZ, Antigüedades, 1986, L. II, chap. 21, p. 94.

46 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 42r°: « Tot vero ferunt monoxilis palus hinc in de pervolantibus in urbem et portantibus vitae necessaria, a cricrem vicinijs, finitimisque oppidis, ut sol ailla quae mexicanorum sunt, vel quinquagenta milium numerum excedant. », cf. F. HERNÁNDEZ, Antigüedades, 1986, p. 94-95.

47 Fray Toribio de Benavente MOTOLINÍA, Memoriales, México : UNAM, 1971, p. 211, § 321 « y para guardarse de la parte del agua eran los acales que digo, que eran sin cuento, ca hervían por el agua y por las calles ».

48 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 42r° : « Ut haberet urbs quinquagesimo plusminus ab expugnation anno. Caput. 22 », cf. F. HERNÁNDEZ, Antigüedades, 1986, p. 95 : « Cómo era la ciudad de México en el año quincuagésimo más o menos que fue ganada ».

49 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 42v° : « magna ex parte urbendis fortibus atque âplis nobilitatur aedibus hispanorum praeter alia mediocria habitata indis, quae ad vingiti millium numerû videt accedere. Viae publicae sunt mille et quingentus passus longae ac latae quinquaginta », cf. F. HERNÁNDEZ, Antigüedades, 1986, L. II, chap. 22, p. 95.

50 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 42v° : « Fori latissimi, amplae regiae, templa numerosa, ac coenobia sancti monia, doctrina, et freq^tia virorum mulierumqz praeclara. Scatet xenodochijs, scholis, atque collegijs amplificat eandem inter rexi, senatus regius, pretores, archipraesul, praestantissimi rerum quarum vis faciendarum artifices, ac bonarum artium scientarumque cultores. Et, ut paulis multa complectar, quidquis apud hispaniae florentissimas urbes eggregium potest offendi », cf. F. HERNÁNDEZ, Antigüedades, 1986, p. 95.

51 Francisco CERVANTES DE SALAZAR, Francisci Cervantes Salazar, toletani, Ludovici Vivis, Valentini, exercitationem, aliquot dialogi 1554, in México en 1554. Tres diálogos latinos de Francisco Cervantes de Salazar, Mexico : UNAM, 2001.

52 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 42v° : « Quid memorem ditionem latissimam, amoenissimos agros hortos, fontes nitidissimos atque dulcissimos, fertiles et irriguos agros frumenti, pecorum dimentorumque, et piscium multorum generum abundantiam, Metallorum auri, argenti, oerisque, iten salis gemmarum caeterorumque mineralium omnium incredibilem copiam, iucunditatem blandae ac perpetuo vernantis temperiei, variorum fructum olerumque quovis anni tempore ubertatem », cf. F. HERNÁNDEZ, Antigüedades, 1986, p. 95-96.

53 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 42v°-43r°: « foeminarum indigenarum pulcritudinem, praestantiam, celeritatem, et fortitudinem equorum, et aliis multa, / quae silentio praeter eunda duxi, cum quod tacere tutuus sit, quam pauca de urbe praeclarissima mot rayé pfari tul ne videar illam potuis amice laudare, quam propriis meritisque, velut aequus censor ac vider de pigere coloribus », cf. F. HERNÁNDEZ, Antigüedades, 1986, L. II, chap. 21, p. 96.

54 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 129v°, cf. F. HERNÁNDEZ, Antigüedades, 1986, L. III, chap. 20, p. 192.

55 L’édition espagnole de 1986 dit « Matlacuaye ». Hernández écrit « Matlalcuayae ». Le nom exact est Matlalcueye (de cueitl, juppe et matlalin, vert).

56 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fols. 129v°-130r° : « coloni constant optima corporis habitudine, d° sunt belli- [cauvitute insignes,] / -simitimis comparentur, in opem vitam transigunt, nâ praeter maizium millius praeterea rei ea tellus est ferax, cuius commutationes caetera quae vitae necessaria sunt abillis comparabantur. Eran in ea urbe nô pauca loca emporijs celebrandis dicator magna hominum frenquêtia et multiplici rerum copia insignibus. Aderat dexterrimorum artificum copia. Abundat agris herbiferis et qui pascendis gregibus et armentis, serendis frugibus et fructiferis arboribus ferendis aptissimusi sît. Distat octo milliba passuum ab urbe mons Matlalcuayae imbrium deae, qui hodie vocatur divi Bartholomei », cf. F. HERNÁNDEZ, Antigüedades, 1986, L. III, chap. 20, p. 193.

57 Diego MUÑOZ CAMARGO, Descripción de la ciudad y provincia de Tlaxcala, in : Relaciones geográficas del siglo XVI: Tlaxcala, éd. René Acuña, México : UNAM, 1984, 1, images 16 à 18.

58 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fols. 168v°-169r°. Cf. F. HERNÁNDEZ, Antigüedades, 1986, Libro de la conquista, p. 225-226.

59 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fols. 61v°-62r° : « Ex lvis extat hodie Chapultepec, peñol, et Hoaxtepecensis arte côstructa sylva, arboribus e regionibus longinquis non sive maximis indorum laboribus, et in sumptibus aduectis, odoratissimisque, et multigenis, adornata, dulcissimis iucunda fontibus, et limpidissimus aquarum rivis, nemus huic et inde abluentibus, montium faucibus, atque fragminibus et excelsis arboribus opaca et umbrosa », cf. F. HERNÁNDEZ, Antigüedades, 1986, L. II, chap. 7, p. 120. Curieusement Hernández ne mentionne pas le Tetzcutzinco dans ces parcs préhispaniques, pourtant il le décrit au livre II, chapitre 12 (cf. partie III du présent article).

60 De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 46r°, cf. F. Hernández, Antigüedades, 1986, L. I, chap. 24, p. 99.

61 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 70r °: « De tetzcoq[ue]nsi urbe ac regibus. Cap. 12 ».

62 Ibid., fol. 73r° : « De coeteris regibus tetzcoqui de que alijs pertinentibus ad tetzcoquendem urbem. Cap. 13 »

63 Ibid., fol. 74r° : « De alijs spectantibus ad ornamentum urbis tetzcocanae, Cap. 14 », cf. F. HERNÁNDEZ, Antigüedades de la Nueva España, Madrid, L. II, chap. 14, p. 129-137.

64 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 70v°: « urbs quemadmodum longe ut dictum est) antiquior Mexicana, utque ante hos octingentos annos sit condita, ac regum Tetzcoquesium imperio mexicano, dum florvit, [au-dessus: cô] foederatorum regia atque sedes, centium millibus habitataviis, si pagos, vi cosque muneres ac tercentum plusminus amplissimis aedibus nobilis, nunc tantum tredecim », cf. F. HERNÁNDEZ, Antigüedades, 1986, L. II, chap. 12, p. 130.

65 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fols. 73r°-77v°, cf. F. HERNÁNDEZ, Antigüedades, 1986, L. II, chap. 13 et 14, p. 132-137.

66 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 74rv° : « Est n hoc ómnium nobilior atque recentior, et artifici proeclarior structura ».

67 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 73r°: « Erexit ídem rex tetzcoqui regias duas, quarum extat hodie vestigia alteram intra urbem, ac iuxta fors ubi emporia indisconsueta singulis hedomadis, medicam dicbus celebrantur. Amplitudine, /// aula ruz numero C ut indicant ruina yc veterum ac veterû edificiorû vestigia compluviorum qz et eprestiliorum, operis firmitate, vastitate columnarum, atque signorum, pruimentoruz excalce et teçontli lapide, fortitudine, splendore et perpetuitate mirabilem, aggeribus iten, vallisque lapidibus utimque munitis, ac ob fortitudinem maiore macelivibus ».

68 cf. P. LESBRE, « Mapa Quinatzin : las vigas del Tecpan de Tezcoco ¿Escritura o figuración? », Thule; 6-7, aprile-ottobre 1999, p. 119-137.

69 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 73r°: « centum atriis balneisque centû », cf. F. HERNÁNDEZ, Antigüedades, 1986, L. I, chap. 9, p. 66.

70 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 73v° : « ad fabricam arbustorum, sylvarumque enictarum muro amplam et munitissimam ». Enictarum pose problème. Joaquín García Pimentel a eu des doutes sur le sens de la phrase. cf. F. HERNÁNDEZ, Antigüedades, 1946, L. II, chap. 13, p. 114 : « y muy bien fortificada con árboles y selvas ceñidas al muro (?) ». L’édition de 1986 copie le même texte.

71 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 73v°: « Alteram vero edificandam curaverat acclius montis tetzcotutonci loco a tetzcoco quatuor millibus distâte plus minus passibusn per multis in rebus haud ad similem praecedenti, sed bis mille aut amplius lapideris gradibus (per eos .n. in singulaerus membra conscenditur) praeter reliquam collis excelsitatem, quórum saepe numero vel quadraginta ex único vivo saxo (tanta ad fuit nativorum saxorum comoditas) fabricati visuntur, spectandam. et aularum, plantarum spontenas centium lympharumque praecipiti de cursu, qua alinde aqua ductibus in ve huntur, blandissima varietate conspicuam », cf. F. HERNÁNDEZ, Antigüedades, 1986, L. II, chap. 13, p. 133.

72 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 73v°-74r° : « Quim et alterius nato in rebus bellicis gerendis (ut narrant) dexterrimo, atque fortissimo exercitus duci in atque et a deo patri, supra quâ dicipt charo, / constructae vestigia hodie extant, quem tamen (ut et hoc obiter accuigat’) ob suspicionem nefâdi criminis, quo conspurcatum esse rumor erat comburo iustitia velob hanc unicam rem eximius atque commendabilis, [...] », cf. F. HERNÁNDEZ, Antigüedades, 1986, L. II, chap. 13, p. 133.

73 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 74rv° : « Est n hoc ómnium nobilior atque recentior, et artifici proeclarior structura / in qua praeter añosani abretem, quae compluvij alterius in medio septimgentis ab huic annis virens perseverat, et quam vix septemtiores complecti extentis ulmis possuit, [...] », cf. F. HERNÁNDEZ, Antigüedades, 1986, L. II, chap. 14, p. 134.

74 Détail qui pose problème quand on connaît la disposition du paysage, plat et sous forme de plaine, mais qui pourrait s’expliquer par les terre-plein ou soubassements sur lesquels les palais étaient construits. Ils sont décrits par Pomar en 1582 et sont encore visibles au Cerro de los melones.

75 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 74v° : « praeter labyrinteos, atque vireme abiles viarum supernos, subterraneos que amphoractus, qbus rex, quoties in mentem veniebat, aut oportere videbat, sese ab debat, atque occultabat, monoxilisve nullo conspiciente in lacum mexicanum mille feri passibus, ab urbe distantem occultis quibus dom mertibus, et cuniculis procedebat, praeter numerosas atque incredibilem hortorum, urcidariorum qz amplitudinem, atque varietatem, multoruz generum aviaria, stabula ferrarum, et piscinas, saxeas concamerationes, praeter multiformes canales, quorum, et si saxeorum sculptura quoque posset aurum et argentuz adeoque ipsae gemmae in videre, prester lapiscorum lapidumque rudium, […]. », cf. F. HERNÁNDEZ, Antigüedades, 1986, L. II, chap. 14, p. 134.

76 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 75v° : « praeter haec niquam omnia et alia, que vix valeat ullus prodignitate laudare, vel illud mirabile videri possit, quod viginti plurave saxea horrendae magnitudinis, quorum multa quaternum boum aequant crassitudinem, in tabulata sunt subducta [remplacé au dessus par :] adducta. quorum unicuique levando vixqum quaginta millia hominum in tanta machinars penuria suffecisse, satis habeo persuasum », cf. F. HERNÁNDEZ, Antigüedades, 1986, L. II, chap. 14, p. 134.

77 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 75r° : « haud alio usu, quam ut avicula, quae sponte sua regijs in aedibus hortisque versari solitae sunt paratum habterent potum, aut sitim ubiliz possent explere, haustis imbribus, aut limpidassimis aquis, quae modreas quibus dam foveas, suapte ex cavatis natura, reciperentur, suavissimisque concentibus ad stantium aures multerent », cf. F. HERNÁNDEZ, Antigüedades, 1986, L. II, chap. 14, p. 134.

78 Hernández n’a pas perçu la fonction religieuse symbolique, bien qu’il ait étudié les oiseaux et appris leur association avec les âmes des guerriers morts au combat. cf. P. LESBRE, « Recuerdo colonial de la realeza prehispánica : el uso de cerbatanas por los señores de Tezcoco », in : Guilhem OLIVIER (coord.), Símbolos de poder en Mesoamérica, Mexico : UNAM, 2008, p. 293-313.

79 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 74v° : « prester lapiscorum lapidumque rudium, ac disparivis aequatas mirabili artis ope compages, et nuncturas, aut divisas atque serunctas, sed ua sabulo ac calce mixti [ : ajouté au-dessus] connexas, massae que modica depresione atque complanatione, et hiatu, conpectu gratas, ut viva frimum simil et visu puletrui praetereutin oculis prebeat spectaculus », cf. F. HERNÁNDEZ, Antigüedades, 1986, L. II, chap. 14, p. 134.

80 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 76v°-77r° : « sed unum erat amplissimum [au-dessus :] maximim inter omnia sexcentos sublime cubitos, mi et amplitudinis mirada a ciuis culmine prospectantibus mexicana urbs (tanta erat illuis excelsitas) proxime videretur jubiacere. ubi Huitzilopuchtli sumi deferebantur honores. Extant hodie eius vestigia laterumqz crudorus / in gens etiam nunc aggerata et elevata in fastigiu copia ubi Ecatl ventorum deo, [parenthèse sur stupidité idolâtrie] faciebant sacra », cf. F. HERNÁNDEZ, Antigüedades, 1986, L. II, chap. 14, p. 136.

81 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 71r° : « Domus longelateqz velut et caeterarum cricater urbium novae hispanae intersedistant, magnaque ex parte vicatim construnctur [construcuntur?], quae vitae in primis necess°n sunt, velut Marzij, blitorum, xenopodis, chian, chilli, cucurbitarum, phaseolorum ac similium faciunt sementes. Ita sit ut non urbezte videre putes, sed hesperidum hortos, et a maenissimos quosdam, ac late patentes campos praesertim sircicos adiungas, quórum numerosa copia undique circumvallatur accingituor », cf. F. HERNÁNDEZ, Antigüedades, 1986, L. II, chap. 12, p. 130.

82 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 72v°-73r°. Cf. F. HERNÁNDEZ, Antigüedades, 1986, L. II, chap. 12, p. 131-132.

83 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 75r°. La traduction en espagnol de Joaquín García Pimentel de 1946 (et la réédition de 1986) se trompe sur l’identité des réfugiés : ce ne sont pas les mexica mais les huexotzinca qui se réfugient à Tezcoco et Mexico. Cf. F. HERNÁNDEZ, Antigüedades, 1946, L. II, chap. 14, p. 117 et 1986, p. 135.

84 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 77r° : « Sacrificia quoque, et hominum inmolationes fere eadem, et si longe minor numerus hostium, servorum, aut emptorum precio, trucidarentur quas [quah?] Mexici. Nam cum apud hosperannos singulos plus quam mille et quingenti extractis in deorum cuctum et honorem cordibus perirent, apud tetzcoqnses vix tercentum homines inmolari quotanis consuetum erat », cf. F. HERNÁNDEZ, Antigüedades, 1986, L. II, chap. 14 p. 137.

85 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 77v° : « triumviratus ve Consilus (ita .n. libet appelare trium regum amicorum, atque intersese confoederatorum concilium) », cf. F. HERNÁNDEZ, Antigüedades, 1986, L. II, chap. 14, p. 137.

86 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 80r°: « Itzcoatzin quatuor deciz et cum tetzcoquensibus, et tlacopanensibus bello domuit Atzcapoltzancenses, et Xochimilcenses ».

87 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 75v° : « quadrenigentis usus concubinis, equibus, ut audio tercentum quinquagintaqumque filios sus cepesit, ad hortatusqz cum iam propinques esset morti subditos, ne obsisterent genti e longiquis regionibus quam vitissime ed accessurae , aut frustra contta interêt’ fato, sed cederent ».

88 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 17v°, cf. F. HERNÁNDEZ, Antigüedades, 1986, L. I, chap. 9, p. 66.

89 cf. Codex en Croix, année 6 Tochtli (manuscrit mexicain 015-017, BNF, planche 2). Charles DIBBLE, Codex en Cruz, Salt Lake City : University of Utah Press, 1981, p. 34.

90 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 77v°: « capital penam punirentur, i adulteros terium vero, acpiae cipue regiam maiestatem cum maculantes adeo, ut rex quídam tetzcoquensis paulo ante quam ad has regiones hispana arma penetrassent, non solum uxorem suam interimitus serit, sed quadruigentos alios uios ac faeminas qui repertir sunt, vel minima eris facinoris musti culpa. Quod tanto fui erat cunctus terrori, ut [...] », cf. F. HERNÁNDEZ, Antigüedades, 1986, L. II, chap. 14, p. 137.

91 Fernando de ALVA IXTLILXOCHITL, Obras históricas, Mexico : UNAM, 1977, 2, p. 164-165 (Historia Chichimeca, cap. 64).

92 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 76v° : « sequutus est nonus Hernandus, hunc vero Ys[au-dessus : x]tlilxochitl qui cum octo integros an^os id moderaretior regnus victricia Cortesij perpetuo arma est sequutus, quê vestem illam rudem ae pene millam genti consuetas suae ad vitae usque exitum in tanta hispanorum frequentia nunquam sprevisse, aut cum hispaniem si cômitasse, non est sententia quidem mea silentio praet’ eundum [rayé : virgule] : ut alios taceam, quos caesareo iam in his oris astro fulgente Gubernatores quis piam potius vocet, quam reges », cf. F. HERNÁNDEZ, Antigüedades, 1986, L. II, chap. 14, p. 136.

93 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 77r° : « Quid memorem Motecçuma domum aut vocatam Cuicacalli ubi pueri tetzcoquensium trepudiis cantibusqz in honorem deorum, regum, heroumque compositis, quibus illorum res gestas enarrabant, exercebantur. Quimodo carceris preestast usum. Et alias plures, quae vixqueant velaviris dissertissimus prodignitate laudari », cf. F. HERNÁNDEZ, Antigüedades, 1986, L. II, chap. 14, p. 136.

94 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 71rv° : « Mediocri Civisutunt fortuna, / nam cum auri argentique fodinis careant, comercijs agricultura, lanificio, huius modique alijs artibus, hispanenses praecipue coloni, qui centuz plusminus sunt, [...] », cf. F. HERNÁNDEZ, Antigüedades, 1986, L. II, chap. 12, p. 130.

95 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 71v°: « tetzcoqui vocas, atque oppida, quae numerosa sunt, non expedit particulatim recensere, verus gentes quae e Tetzcoquo convocantur ab interrege ad publica ministeria tot es dilunt, quo taliz tetzcocane regi parvere tetzcocano parvere autem quotquot amari Septentrionali, usque australes abitant aparte ortus et occasus longe angustioribus finibus comprehensae », cf. F. HERNÁNDEZ, Antigüedades, 1986, L. II, chap. 12, p. 131.

96 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 74r°: « ídem faciendum curavimus de Neçaualpiltzintli, qui illum sequutus tres et qnquaginta regnavit annos, cuius regiae quoqz binae extant, altera ubi hodie est xenodoctius altera ubi haec dictamus, quam ne gravere lector sequenti capite [au-dessus en partie rayé également:] latius in seqûtibus illâ tam descripsero », cf. F. HERNÁNDEZ, Antigüedades, 1986, L. II, chap. 13, p. 133.

97 Juan Bautista POMAR, Relación de Tezcoco, in : Relaciones geográficas del siglo XVI: México, 3, éd. René Acuña, Mexico : UNAM, 1986, p. 111 (fol. 87r°). Muñoz Camargo évoque lui aussi le travail d’Hernández pour la même question : « Tratar de la diversidad de animales desta tierra y de sus p[ro]piedades, han escrito tantos autores [a]cerca desto, que sería superfluidad tratar dellas ; porque el Protomédico que su Maj[esta]d envió a esta tierra llevó gran copia de relaciones escritas tan copiosamente que no tengo que referirlas », D. Diego MUÑOZ CAMARGO, Descripción de la ciudad y provincia de Tlaxcala..., p. 269 (fol. 217v).

98 J. B. POMAR, Relación de Tezcoco, p. 109 (fol. 82rv).

99 Cf. P. LESBRE, « Illustrations acolhua de facture européenne (Codex Ixtlilxochitl fol. 105-112 », Journal de la Société des Américanistes, 84(2), 1998, p. 101-102.

100 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 40r°, « [...] tetzcoqnsis uero dominus timpano quodam parvo, quod appensum gerebat dorso [rectifié au-dessus encre plus claire en : humeris] quales nos apud tetzcoqnses magna religione servatum cum vestibus caeteroque ornatu bellico neçahoalcoyotzin, et necahoalpilçintli regum tetzcoqui vidimus accu-ravimus it alia certa imitatio nec primêdus », cf. F. HERNÁNDEZ, Antigüedades, 1986, L. I, chap. 20, p. 92.

101 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 74r° : « [...] praecepit huius forn imaginem, parmam, insignia, tubas, tibias, ac tela caeteraque ornamenta, quibus tum bello, tû etias publicis tripudijs exercendis uti consueverat, quae magna reperimus religione servata, cum timpano, quo signum belli dabat, quoties esset rerumpendum in hostes, aut receptui Canendum, de puigi curavimus, ut provinile partemea sub oculos nostrorum hominem ponerem occiduas res, et ij quibus videre tam se positas gentes nondatur, quo quomodo fieri posset, easdem anim conciperent, ídem faciendum curavimus de Neçaualpiltzintli [...] », cf. F. HERNÁNDEZ, Antigüedades, 1986, p. 133.

102 Porreño, in : J. L. BENÍTEZ MIURA, art. cit., p. 385.

103 F. HERNÁNDEZ, Historia natural..., 1, p. 363.

104 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 74v°, cf. F. HERNÁNDEZ, Antigüedades, 1986, L. II, chap. 14, p. 134.

105 F. HERNÁNDEZ, De antiquitatibus Novae Hispaniae, fol. 75v° : « sed cur huius viri heroica, atque humana facta prestereo? idem per sterilitates sumpta undevis occasione ne psenti se eretur annonam multo ante eius reagiare conditam atque servatam impertiebatur [...] », cf. F. HERNÁNDEZ, Antigüedades, 1986, L. II, chap. 14, p. 135.

106 Histoyre du Mechique, fol. 81v (chap. 4) : « Ce dict seigneur de Tezcuq du costé des Otomis a esté le premier qui fit sacrifice de hommes et qui mangoyt de la chayr humaine », cf. Edouard de JONGHE, « Histoyre du Mechique, manuscrit français inédit du XVIe siècle », Journal de la Société des Américanistes, Nouvelle Série, 2, 1905, p. 18.

107 Cf. Georges BAUDOT, Utopie et histoire au Mexique, Toulouse : Privat, 1976, p. 483-487 et 489-491.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Lesbre, « De Antiquitatibus Novae Hispaniae : Francisco Hernández et ses Antiquités de la Nouvelle Espagne », e-Spania [En ligne], 26 | février 2017, mis en ligne le 01 février 2017, consulté le 17 août 2017. URL : http://e-spania.revues.org/26472 ; DOI : 10.4000/e-spania.26472

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org