Navigation – Plan du site
Écriture de l’histoire et itinérance dans l’Amérique coloniale ibérique (XVIe –XIXe siècle)

Chroniques de Floride au 16e siècle

Jean-Michel Sallmann

Résumés

Au 16e siècle, les entradas espagnoles dans le continent nord-américain – en Floride, dans la vallée du Mississippi, au Nouveau-Mexiqu – ont donné lieu à plusieurs chroniques qui nous informent sur les moyens mis en œuvre, le déroulement des expéditions, les buts visés par leurs participants, ainsi que les rapports que ces derniers ont entretenus avec les populations indigènes. Cet article permet de juger des qualités et des limites de ces documents.

Haut de page

Texte intégral

1Les chroniques sont, pour les historiens, les documents les plus agréables à lire mais parfois les plus difficiles à utiliser. Elles sont agréables parce qu’on y trouve des témoignages frais, personnels, souvent évocateurs dans les événements ou les détails les plus infimes qu’elles révèlent, mais elles sont aussi, par leur côté subjectif, susceptibles d’entraîner l’historien sur un terrain mouvant. J’ai abondamment utilisé les textes des chroniqueurs des expéditions de Floride au 16e siècle pour écrire mon dernier livre et je vais essayer de vous faire part de mon expérience en la matière. Dans les années 1520, alors qu’on ne connaît pas encore la géographie de l’Amérique du nord, les Espagnols désignent par le terme de Floride l’ensemble des territoires allant de la Floride proprement dite au Nouveau-Mexique. Avec le temps, ils feront la distinction entre la Floride, la vallée du Mississippi et la Tierra Nueva, c’est-à-dire les pays pueblos et zuni du Nouveau-Mexique. Il existe une dizaine de chroniques, mais nous verrons qu’elles n’ont pas toutes le même profil.

Quelles sont ces chroniques ?

2Je les répartirai en fonction des différentes expéditions d’exploration qu’elles relatent et des territoires qu’elles traversent.

3Pour l’expédition de Pánfilo de Narváez (1527-29) en Floride proprement dite, il n’existe que le récit d’Alvar Núñez Cabeza de Vaca, qui a été conçu puis rédigé à son retour en Nouvelle-Galice au printemps 1536. Il couvre l’équipée de l’entrada depuis le départ d’Andalousie jusqu’au retour des quatre survivants à Mexico. L’expédition proprement dite ne dure que quelques mois et tourne en déroute, le reste du temps raconte la survie des rescapés dans le milieu hostile de la côte de golfe du Mexique. Une première version en a été rédigée fin 1536-début 1537. Cabeza de Vaca la remit à Oviedo lors de son passage à Saint-Domingue au printemps 1537, mais la publication du texte définitif eut lieu en 1542, avant une seconde édition en 1555 à laquelle est joint le commentaire sur le séjour malheureux que Cabeza de Vaca réalisa au Paraguay dont il avait été nommé gouverneur. Le tout fut publié sous le titre de Naufragios. De tous les textes dont nous parlerons, c’est la chronique la plus connue, devenue avec le temps un prototype du récit d’aventures.

4Cette expédition avait pour but l’exploration et la conquête de la Floride proprement dite, mais, à la suite de circonstances contraires, elle resta très peu de temps en Floride et ne nous donne que peu d’informations sur ce territoire. Par contre, les informations sont plus riches sur les populations Karankawa du Texas et, dans une moindre mesure, sur les Pueblos de la haute vallée du Río Grande. Il faut attendre la période 1562-1568 et la rivalité hispano-française en Floride pour que de nouveaux documents soient produits. Les chroniques françaises des années 1562-65, lors des tentatives d’établissement de la Nouvelle-France, sont à cet égard particulièrement intéressantes. L’histoire notable de la Floride située ès Indes Occidentales, dont l’auteur est l’un des chefs de ces expéditions, René de Goulaine de Laudonnière, a été publiée en 1586. Elle est complétée par le récit de l’expédition de Dominique de Gourgues de 1567, dont il existe deux versions, une brève publiée en 1853 et une longue publiée en 1841 par Henri Ternaux-Compans. Il faut ajouter à ces chroniques françaises, les chroniques espagnoles des années 1566-68, lorsque Menéndez de Avilès, vainqueur des Français, met sur pied deux expéditions dans l’arrière-pays, entre Santa Elena et Coosa, sur des routes empruntées vingt-cinq ans plus tôt par De Soto.

5Pour cette expédition d’Hernando de Soto en Floride et dans les régions mississippiennes (1539-1543), nous possédons quatre textes.

6Le récit de Luis Hernández de Biedma, qui était le facteur royal de la troupe, se présente sous la forme simple d’un rapport administratif, déposé aux Archives de Indes.

7Celui de Rodrigo de Ranjel, qui fut le secrétaire particulier d’Hernando de Soto, a été publié en partie par Oviedo. On ne connaît pas la raison pour laquelle il s’arrête à la fin de l’année 1541. Le reste est définitivement perdu, ce qui nous prive de témoignage direct sur la région explorée en 1542-43 à l’est du Mississippi.

8La chronique du Fidalgo d’Elvas est un peu particulière car elle est restée anonyme et personne n’est capable aujourd’hui d’en désigner l’auteur. On sait que De Soto a emmené avec lui un contingent portugais, des cavaliers originaires d’Elvas, dans l’Estrémadure portugaise, une ville située à quelques kilomètres de Badajoz, la ville d’où venaient les cadres de son armée. Deux hypothèses ont été avancées sur la personnalité de l’auteur : soit l’éditeur Andrés de Burgos lui-même qui aurait utilisé la version complète de Ranjel augmentée de témoignages de vétérans portugais, soit un compilateur resté anonyme. Ce livre paru en portugais à Lisbonne en 1559 a l’avantage de compléter le témoignage de Ranjel et de décrire les événements survenus à partir de l’hiver 1541.

9Reste le texte le plus connu de tous sur cette expédition, La Florida del Ynca de Garcilaso de la Vega l’Inca. Bien sûr, l’auteur de Commentaires royaux n’a pas participé à cette expédition, il était trop jeune, mais il a vu passer dans la maison de son père au Cuzco beaucoup des protagonistes de l’expédition au Mississippi, des capitaines comme Cristóbal de Mosquera ou Gonzalo Silvestre. En 1560 en Espagne où il s’est installé, il retrouve ce dernier. Les deux hommes se lient d’amitié et Gonzalo lui raconte ses exploits militaires en Floride. En 1591, à la mort du vieux soldat, Garcilaso décide donc d’écrire en sa mémoire la geste de De Soto. Il s’appuie sur le texte du Fidalgo d’Elvas comme trame complétée par les souvenirs de Gonzalo Silvestre, ses propres souvenirs des histoires qu’il a entendues dans son enfance et deux autres témoignages, écrits cette fois-ci : celui d’Alonso de Carmona qui le lui envoie dans sa résidence andalouse lorsqu’il a appris que Garcilaso a entrepris d’écrire cette histoire, et celui d’un certain Juan Coles, dont le manuscrit traînait chez un éditeur de Cordoue.

10L’expédition vers la Tierra Nueva (1539-1543) est contemporaine de celle de De Soto, mais au lieu de partir de Cuba, elle est organisée par le vice-roi de Nouvelle-Espagne Antonio de Mendoza et prolonge en quelque sorte la conquête récente de la Nouvelle-Galice. Il existe quatre textes qui y font référence.

11Le premier est celui d’un franciscain piémontais, Fray Marcos de Niza, proche de l’évêque de Mexico, Juan de Zumárraga, qui rejoue en 1539 l’équipée de Cabeza de Vaca, mais en sens inverse. Avec l’aide d’Estebanico, l’esclave noir désormais affranchi qui faisait partie des quatre rescapés de l’expédition Narváez, il se met en route pour le pays zuñi, là où les quatre compagnons étaient passés trois ans auparavant. Les choses tournent mal car Estebanico parti en éclaireur exaspère tant les indigènes qu’ils finissent par le tuer et le découper en morceaux. On ne peut donc pas parler d’une chronique, car Marcos n’a jamais vu les pays zuni et pueblos, mais son témoignage est important, dans la mesure où il réactive le mythe médiéval des Sept Cités. Mendoza qui se méfie de cet esprit exalté envoie Melchior Díaz, le capitaine de la ville de Culiacán, pour effectuer une contre-expertise. Son rapport est formel, les propos de Fray Marcos sont douteux, mais l’expédition Coronado est déjà partie, on ne peut plus l’arrêter.

12Les trois chroniques portent sur l’expédition elle-même. Celle de Juan Jaramillo est courte. C’est un rapport bref destiné au Conseil des Indes, précis et agrémenté de quelques détails curieux. C’est ainsi qu’il nous apprend que Coronado a envoyé deux lettres à un hypothétique roi de Quivira (Kansas), persuadé que ce roi n’était autre qu’Hernando de Soto dont on n’avait plus de nouvelles depuis quatre ans.

13Plus longue et plus élaborée est la chronique de Pedro de Castañeda de Najera. Mais ce récit n’existe qu’en un seul exemplaire, sous forme de copie de la fin du 16e siècle, et son auteur qui prétend avoir participé aux faits d’armes qu’il raconte n’apparaît dans aucun document officiel. Son récit est bien informé, même s’il avoue que ses souvenirs sont parfois défaillants, compte tenu du temps écoulé. On ne peut pas l’écarter, même si des doutes subsistent sur son authenticité, car c’est le seul document qui rende compte des événements avec une grande précision.

14Fernando de Alarcón est l’auteur d’une quatrième chronique qui porte non pas sur les Pueblos et les Zuñi mais sur les Yuma du cours inférieur de la Gila et de l’estuaire du Colorado. À la tête d’une escadre de trois bateaux, il était chargé de la logistique lourde – vêtements, armes, nourriture – de l’expédition. Son rapport destiné au vice-roi de Nouvelle-Espagne est empreint d’humanité et constitue un intéressant témoignage ethnologique.

15Telles sont donc les principales chroniques concernant les expéditions de découverte espagnoles – et françaises – dans le sud du continent nord-américain. Elles ont été rédigées par certains protagonistes et ne sont pas des compilations, elles ne sont pas les seules car il en existe d’autres moins connues mais qui apportent aussi leur lot de témoignages. J’en fournirai les références en annexe.

Que disent ces chroniques ?

16À elles seules, les chroniques ne suffisent pas. Elles doivent être complétées par des archives administratives ou par ce que les historiens appellent les actes de la pratique. Cependant elles ont l’avantage du vécu, soit immédiat – la surprise de la découverte, le goût de l’aventure, l’espoir d’une vie meilleure, mais aussi les difficultés du pays, la peur de la mort, les combats contre les indigènes et les rapports avec l’encadrement – ou plus lointain quand les souvenirs s’estompent et que la vieillesse permet d’apaiser les passions. Elles n’expriment plus que l’amertume de l’échec, les vieilles blessures qui font souffrir et les compagnons qu’on a vu mourir et qu’on n’a pas su sauver.

17Ces textes expriment avant tout le point de vue du soldat, du conquérant combattant, ses espérances surtout lorsqu’elles sont déçues, sa vie de tous les jours, les difficultés de la route, le manque de vivres, les étés brûlants et les hivers rigoureux – petit âge glaciaire oblige –, puis les tensions dans l’armée qui s’accroissent avec le temps et l’irrésolution des officiers. C’est en particulier le cas dans l’expédition De Soto qui a duré quatre ans et dont le sens du projet stratégique échappe encore aux historiens. Des indigènes, il en est peu question. Les Espagnols ne sont pas des ethnologues mais des soldats avides de gain. L’Indien est l’ennemi insaisissable, cruel et fourbe. Il ne respecte pas la parole donnée, il est sauvage, fuyant et avec le temps, il n’apparaît plus dans les textes que comme simple porteur ou femme de repos. Les femmes deviennent une véritable obsession pour ces hommes qui en manquent. Les demandes en femmes de De Soto constituent la véritable pomme de discorde entre les Espagnols et les chefferies indiennes. Pour les Indiens, les femmes souillées par les Espagnols sont définitivement exclues de leur communauté, aussi se montrent-elles parfois cruelles envers ces derniers jusqu’à préférer se faire tuer sur place plutôt que de se soumettre. Mais d’autres jouent le jeu et ainsi se nouent des relations amoureuses, souvent même profondes. Les femmes de Floride étaient particulièrement appréciées par les esclaves africains, qui s’échappaient et allaient s’établir dans les chefferies pour y faire souche. Mais il arrivait aussi que des Espagnols s’éprennent de jolies indiennes et désertent à leurs risques et périls pour les rejoindre, ou bien emmènent leurs nouvelles compagnes jusqu’à Mexico.

18Sur ce point, on peut cependant remarquer des différences entre les chroniques françaises et espagnoles sur la Floride. Si les Espagnols n’ont fait que passer ou se sont établis dans des présides coupés de leur arrière-pays, les Français se sont maintenus à l’embouchure de la Saint-Johns pendant plusieurs années. Ils ont survécu en établissant des relations avec les chefferies locales et Laudonnière a pu faire un tableau assez précis du genre de vie des indigènes, à la différence des Espagnols. Mais, globalement, leur opinion est la même : les Indiens sont fourbes et peu fiables. Habiles commerçants, ils attendent que les Français n’aient plus rien à manger pour leur vendre des vivres à prix d’or. Versatiles dans leur amitié, ils sont toujours susceptibles d’attaquer sans crier gare leurs anciens alliés. Mais la guerre asymétrique qu’ils mènent déstabilise les Européens qui ne parviennent pas à s’imposer. Si les Espagnols subissent des revers parfois importants, ce n’est rien à côté des pertes qu’ils infligent aux indigènes. L’anéantissement de la colonne de Narvaez n’est dû qu’aux choix stratégiques du chef et à son incompétence. Sur le plan militaire, les chroniques se résument à quelques points : la recherche de nourriture, de porteurs et de femmes, les escarmouches et les guets-apens, les négociations avec les chefferies. À l’exception des deux expéditions espagnoles de 1566-68 au nord de la Floride, rien ou presque sur le genre de vie des indigènes, sur leur organisation sociale pour la simple raison que les Indiens et les Européens ne cohabitent jamais. Les Espagnols campent en dehors des villes indiennes en Floride ou dans la vallée du Mississippi, ils vident préalablement les villages pueblos avant de s’y installer.

19Toutes ces chroniques baignent également dans un climat idéologique particulier. La plupart d’entre elles ont été écrites entre 1536 et 1568, dans un laps de temps assez court donc, mais très important dans l’histoire coloniale de l’Amérique. C’est le moment où la colonisation est remise en cause, du moins pour la façon dans laquelle elle s’est faite, où sont discutées, publiées puis contestées les Nouvelles Lois qui ont provoqué des guerres civiles au Pérou et au Paraguay. Ces Lois sont publiées en 1542 mais dès 1526 des ordonnances contre les mauvais traitements infligés aux Indiens étaient jointes aux capitulations accordées aux conquistadores. Les premières qui en furent dotées sont les capitulations en faveur de Pánfilo de Narváez. Toutes ces dispositions sont le fruit du travail de lobbying effectué par Bartolomé de Las Casas – mais il n’est pas le seul – qui diffuse précisément en 1542 sa première version manuscrite de la Destruction des Indes. En 1543 arrive à Mexico Tello de Sandoval chargé de juger l’administration d’Antonio de Mendoza et, l’année suivante, est ouvert le procès contre les exactions infligées par l’armée de Coronado aux Indiens du Nouveau-Mexique. Il est juste de dire que Las Casas ne fut pas le seul à attirer l’attention sur les mauvais traitements subis par les Indiens. Il existe aussi un courant érasmien dans l’entourage de l’évêque de Mexico Juan de Zumárraga qui agit dans le même sens.

20Ce nouvel état d’esprit est manifeste dans plusieurs chroniques. La plus célèbre est celle de Cabeza de Vaca qui fut rédigée au début 1537 à Saint-Domingue sans doute avec l’aide des trois autres rescapés. Ce texte, réaménagé par Cabeza de Vaca en 1542, est resté célèbre pour son humanité, au point qu’un procès en béatification ait pu être ouvert en Cour de Rome au 18e siècle. Il convient cependant de restituer le contexte dans lequel ce texte fut produit. Les idées « lascasiennes » commencent à relever de la pensée unique dans ces années-là à la cour d’Espagne et au Conseil des Indes, et Cabeza de Vaca est candidat à un poste de gouverneur au Paraguay. Il est probable qu’il ait décrit son expérience nord-américaine dans cet objectif. Les Commentaires qu’il dicta de son expérience en Amérique du sud quelques années plus tard sont empreints de la même philosophie, mais Ülrich Schmiedl, un lansquenet allemand qui tenta l’aventure du Paraguay sous ses ordres, a dressé, dans ses mémoires, un portrait bien moins flatteur du personnage. La deuxième chronique inspirée de cet état d’esprit favorable aux Indiens est celle de Francisco de Alarcón qui explora les villages yuma du cours inférieur de la Gila et du Colorado en 1540. D’abord mal accueilli, Alarcón sut retourner l’opinion des Indiens à son égard et nous offre un bel exemple d’ethnologie et d’humanité.

21Mais quels sont les résultats de cette politique que tente d’imprimer le Conseil des Indes ? Assez faibles. Hernando de Soto ne semble pas avoir été touché le moins du monde par cette nouvelle mentalité à l’égard des Indiens. Formé par Pedrarias Dávila, connu pour sa cruauté, il fait preuve d’une grande brutalité à l’égard des Indiens, n’hésitant pas à faire dévorer par ses chiens ou à brûler vifs des captifs qui ne se résignaient pas à lui servir d’informateurs. Vingt ans plus tard, Menéndez de Avilés ne se montre guère plus compatissant. Bien sûr c’est à l’égard des huguenots français qu’il fait preuve d’un manque total de pitié, les massacrant systématiquement malgré la parole donnée de les épargner. Il ne parvient pas non plus à amadouer les Indiens et, malgré l’appui de Jésuites dont il est proche, il fait assassiner le roi des Calusa, rétif à l’idée de se convertir et de se placer sous protectorat espagnol, et tous les points d’appui qu’il fait construire sur les côtes de Floride ou le long de la route qu’il ouvre entre Santa Elena et Coosa sont détruits par les Indiens et les soldats espagnols capturés sont systématiquement massacrés.

22Le seul résultat positif rencontré par cette campagne d’opinion initiée sous le patronage de Las Casas a lieu au Nouveau-Mexique avec l’expédition Coronado. Les chefs ont reçu, avant de partir, des consignes précises pour respecter les Indiens, des consignes intimées par Antonio de Mendoza et son mentor érasmien Juan de Zumárraga. Mais la plupart des cadres de l’expédition sont des capitaines de Nuño de Guzmán, le conquérant de la Nouvelle-Galice, dont la cruauté et le manque de scrupules étaient de notoriété publique. Des crimes de guerre sont commis contre les populations pueblos et sont jugés en 1544. Coronado parvient à faire retomber la faute sur deux de ses subordonnés, dont l’un est mort et l’autre ne reçoit qu’une peine symbolique.

Haut de page

Bibliographie

Où peut-on trouver ces textes ?

Expédition Pánfilo de Narváez

CABEZA de VACA, Alvar Núñez, Naufragios (1555), éd. Trinidad Barrera, Madrid : Alianza Editorial, 1985.

–, Relation et commentaires sur les deux expéditions qu’il fit aux Indes, trad. Henri Ternaux-Compans, éd. Jean-Marie Saint-Lu, Paris : Mercure de France, 1980.

FERNÁNDEZ de OVIEDO y VALDÉS, Gonzalo, Historia general de las Indias, ed. José Amado de Los Ríos, Madrid : Imprenta de la Real Academia de Historia, 1853, 2e partie, t. 2, Livre 35 : Pánfilo de Narváez, p. 582-618; Livre 36 : Juan Ponce de León, p. 619-623; Livre 37 : Lucas Vázquez de Ayllón, p. 624.

Expédition Hernando de Soto

FERNÁNDEZ de OVIEDO y VALDÉS, Gonzalo, op. cit., 1e partie, Livre 21, Rodrigo de Ranjel, p. 544-577.

FIDALGO D’ELVAS, Relaçao verdadeira dos trabalhos que o gobernador D. Fernando de Souto e certos fidalgos portugueses passaran no descubrimento da provincia da Florida (1557), ed. Maria de Graça A. Mateus Ventura, Lisbonne : Comissao National para as Comemorações dos Descubrimentos, 1998.

HERNANDEZ de BIEDMA, Luis, Relación de la expedición de Hernando de Soto a la Florida (1538-1543) hecha por Luis Hernández de Biedma y presentada en 1544 al Consejo de Indias Hernández de Biedma, después de haber llegado a Pánuco, in : CODOIN, t. 3, p. 414-441.

–, « Relation de Luis Hernandez de Biedma », in : Henri Ternaux-Compans (éd), Voyages, relations et mémoires originaux pour servir à l’histoire de l’Amérique. Recueil des pièces sur la Floride, Paris : Arthus-Bertrand, 1841, p. 51-106.

LA VEGA, Ynca Garcilaso de, La Florida del Ynca. Historia del Adelantado Hernando de Soto, gobernador y capitán del Reyno de la Florida y otros cavalleros españoles e indios, Lisbonne, 1605.

Expédition Francisco de Coronado

MORA, Carmen de (éd.), Las Siete Ciudades de Cíbola. Textos y testimonios sobre la expedición de Vázquez de Coronado, Séville : ALFAR, 1993.

FLINT, Richard, and CUSHING FLINT, Shirley (ed.), Documents of the Coronado Expedition, 1539-1542, Albuquerque : University of New Mexico Press, 2012 (textes en espagnol avec traduction anglaise).

FLINT, Richard, Great Cruelties Have Been Reported. The 1544 Investigation of the Coronado Expedition, Albuquerque : University of New Mexico Press, 2013 (transcription du texte espagnol et traduction anglaise).

Henri TERNAUX-COMPANS (éd.), Voyages, relations et mémoires originaux pour servir à l’histoire de la découverte de l’Amérique. Relation du voyage de Cibola, Paris : Arthus-Bertrand, 1838.

–, « Relation du voyage de Cibola entrepris en 1540, où l’on traite de toutes les peuplades qui habitent cette contrée, de leurs mœurs et coutumes (Pedro de Castaneda de Najera) », p. 1-226.

–, « Instruction donnée par Don Antonio de Mendoza, vice-roi de la Nouvelle-Espagne, au père Marcos de Niza », p. 249-253.

–, « Relation de frère Marcos de Niza », p. 256-282.

–, « Relation de la navigation et de la découverte… par ordre de l’illustrissime seigneur don Antonio de Mendoza, donné à Colima, port de la Nouvelle-Espagne (Francisco de Alarcón) », p. 298-347.

–, « Relation du voyage fait à la Nouvelle Terre sous les ordres du général Francisco Vásquez de Coronado (Juan de Jaramillo) », p. 364-382.

Relación de Fr. Marcos de Niza, OFM, al Virrey de Nueva España, D. Antonio de Mendoza, sobre su viaje desde S. Miguel de Culiacán a las “siete ciudades” de Cibola, y la vuelta a Compostela y Méjico, Madrid : CODOIN, t. 3, p. 329-351.

Expédition Pedro de Menéndez de Avilés

TERNAUX-COMPANS, Henri (éd.), Voyages, relations et mémoires originaux pour servir à l’histoire de l’Amérique. Recueil de pièces sur la Floride, Paris : Arthus-Bertrand, 1841.

, « Mémoire sur la Floride, ses côtes et ses habitants par Hernando d’Escalante Fontaneda », p. 9-37.

–, « Compte-rendu par Guido de Bazares du voyage qu’il fit pour découvrir les ports et les baies qui sont sur la côte de la Floride, 1er février 1559 », p. 143-155.

–, « Lettre du vice-roi de la Nouvelle-Espagne Don Luis de Velasco à Sa Sacrée Majesté Catholique et Royale sur les affaires de la Floride, 24 septembre 1559 », p. 157-164.

–, « Mémoire de l’heureux résultat et du bon voyage… dont était général l’illustre seigneur Pero Menéndez de Abilés… par Francisco López de Mendoza Grajales, chapelain de l’expédition », p. 165-232.

HUDSON, Charles (éd.), The Juan Pardo Expeditions. Explorations of the Carolinas and Tennessee, 1566-1568, Tuscaloosa : University of Alabama Press, 2005 (transcription du texte espagnol et traduction en anglais).

INGRAM PRIESTLEY, Herbert, The Luna Papers. Documents relating to the expedition of don Tristán de Luna y Arellano for the conquest of la Florida in 1559-61, Delan : Florida State Historical Society, 2 vol., 1928. 2e éd. : Tascaloosa : The University of Alabama Press, 2010.

Expédition française Ribault-Laudonnière

GOULAINE de LAUDONNIÈRE, René de, L’histoire notable de la Floride située ès Indes Occidentales (1e éd., Paris : Guillaume Auvray, 1586, in-8°), 2e éd., Paris : Pierre Jannet, 1853.

LE MOYNE de MORGUES, Jacques, Brevis narratio eorum quae in Florida Amiricae provincia Gallis acciderunt, secunda in illam navigatione, duce Renato de Laudonniere classis praefecto anno MDLXIIII, éd. Theodore de Bry, Francfort : Johannes Wechsel, 1591, in-fol.

NAYRAND, Jocelyn (éd.), Chroniques de la guerre de Floride. Une Saint-Barthélémy au Nouveau Monde, 1562-1568, Congé-sur-Orne : Le Passager clandestin, 2012.

TERNAUX-COMPANS, Henri (éd.), Voyages, relations et mémoires originaux pour servir à l’histoire de l’Amérique. Recueil de pièces sur la Floride, Paris : Arthus-Bertrand, 1841.

–, « Coppie d’une lettre venant de la Floride envoyée à Rouen et depuis au seigneur d’Encron. A Paris, pour Vincent Norment et Jeanne Bruneau, 1565 », p. 234-247.

–, « Histoire mémorable du dernier voyage aux Indes, lieu appelé La Floride, fait par le capitaine Jean Ribaut en l’an 1565. Nicolas Le Challeux, auteur », p. 249-300.

–, « La reprinse de la Floride par le cappitaine Gourgues », p. 301-366.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Michel Sallmann, « Chroniques de Floride au 16e siècle », e-Spania [En ligne], 26 | février 2017, mis en ligne le 01 février 2017, consulté le 26 mars 2017. URL : http://e-spania.revues.org/26403 ; DOI : 10.4000/e-spania.26403

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Sallmann

Université Paris Ouest, ESNA

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org