Navegación – Mapa del sitio
Écriture de l’histoire et itinérance dans l’Amérique coloniale ibérique (XVIe –XIXe siècle)

Territoire et histoire : à la veille des indépendances

Marie-Laure Rieu-Millan

Resúmenes

Entre 1811 y 1813, cuatro diputados americanos en las Cortes de Cádiz publicaron una memoria para dar a conocer su provincia y obtener así la aprobación de las reformas solicitadas. Estos textos insisten en la realidad concreta del espacio americano, desconocida por la mayor parte de los peninsulares, cuyas características iban a determinar las reformas, particularmente la organización político-administrativa. El espacio considerado es aquí la « provincia », un territorio que hay que conocer y delimitar, proteger contra las agresiones externas, ocupar mejor, dominar y abrir hacia el exterior. Es una lógica territorial propia de una construcción pre-nacional. La presentación histórica de la provincia servía también objetivos parlamentarios y a pesar de dos interpretaciones contrastadas de la conquista, no parecen anunciar la escritura de una historia nacional americana.

Inicio de página

Texto completo

  • 1 José Eduardo de CÁRDENAS, Memoria a favor de la provincia de Tabasco en la Nueva España, presentada (...)
  • 2 Miguel RAMOS ARIZPE, Memoria que el Doctor D. Miguel Ramos de Arispe, cura de Borbón y diputado en (...)
  • 3 Pedro Bautista PINO, Exposición sucinta y sencilla de la provincia del Nuevo México hecha por su di (...)
  • 4 Mariano ROBLES Y DOMÍNGUEZ DE MAZARIEGOS, Memoria histórica de la provincia de Chiapa, una de las d (...)
  • 5 http://www.cervantesvirtual.com/
  • 6 Pour une édition conjointe des quatre textes : Marie-Laure RIEU-MILLAN, Memorias de América ante la (...)

1La réflexion proposée dans cet article porte sur des textes produits au début du XIXe siècle par quatre représentants des provinces américaines aux Cortès de Cadix puis de Madrid. Il s´agit de quatre mémoires présentés puis publiés entre 1811 et 1813 successivement par José Eduardo de Cárdenas, député du Tabasco1, Miguel Ramos de Arizpe, élu par Coahuila, dont le mémoire regroupe les quatre Provinces Internes orientales du Mexique (Coahuila, Nuevo León, Nuevo Santander et le Texas)2, Pedro Pino, élu du Nouveau Mexique3 et Mariano Robles du Chiapas4. Ces textes sont connus ; à l´exception de celui de Ramos Arizpe, on peut en consulter l´édition princeps en ligne5 et ils ont été plusieurs fois réédités6. Ils méritent une analyse conjointe car ils offrent des caractéristiques formelles communes et, surtout, ils ont un objectif identique très précis : la présentation de ces provinces devait contextualiser les instructions que les députés avaient reçues de leurs électeurs pour obtenir ainsi l´approbation des remèdes réclamés. Ce ne sont ni des récits de voyage ni des récits historiques mais ils contiennent un bref aperçu d´histoire locale et surtout une description géographique et topographique du territoire, les caractéristiques de l´espace américain étant un point essentiel dans l’argumentation des députés d’Outre-mer.

  • 7 Les instructions pour les élections dans la Péninsule, du 1er janvier 1810, prévoyaient un système (...)
  • 8 Session du 25 janvier 1811. V.M. (Vuestra Majestad) : les Cortès elles-mêmes qui étaient le « souve (...)

2Il convient de préciser les conditions de production de ces textes. Leurs auteurs ont été élus députés aux Cortès Extraordinaires (érigées en Constituante) en application du décret du 14 février 1810 qui stipulait que les représentants des provinces américaines seraient élus par le corps municipal, le cabildo, de la capitale provinciale. La municipalité électrice devait leur fournir des instructions et rédiger un pouvoir7. Les Cortès, par leur premier décret, le 24 septembre 1810, déclaraient qu’elles représentaient la « souveraineté nationale », ce qui établissait un système moderne de représentation : le député, aux pouvoirs illimités, devait représenter la Nation souveraine toute entière. Mais le mode électoral pour les provinces américaines invitait à exercer une représentation clairement territoriale, ce qui correspondait mieux aux besoins locaux car, comme l’a dit simplement le suppléant de Buenos Aires, Francisco López Lisperguer « América tiene necesidad de exponer muchas cosas a V.M. que le son peculiares »8. Faire comprendre à l’ensemble des députés, majoritairement des Péninsulaires, ces particularités américaines était une tâche primordiale et nécessaire ; les représentants américains s´y sont attachés pendant les sessions et ces quatre mémoires répondent à ce besoin de façon plus détaillée.

3En effet, la majorité d’élus péninsulaires connaissait très mal, sauf exception, la réalité américaine. Ils étaient bien conscients de leur ignorance car cela entravait souvent la prise de décisions. L’Asturien Agustín Argüelles, par exemple, l’un des promoteurs de la réforme constitutionnelle, avouait, le 29 septembre 1811 :

  • 9 Diario de sesiones, op. cit., Madrid, 1870-1874, vol. 3, p. 1950.

Cada día estamos palpando que los conocimientos acerca del estado actual de unas provincias de más de 4000 leguas de costa son muy escasos en la Península.9

4Antérieurement, les affaires des Indes étaient traitées par un groupe réduit de magistrats et de hauts fonctionnaires impériaux, dans le cadre d’une grande stabilité juridique. Maintenant, les Cortès transformaient profondément l’ordre politique et l’organisation d’une Nation espagnole qui s’étendait sur trois continents et les députés qui devaient prendre ces décisions, élus par les provinces, étaient pour la plupart des notables locaux.

Rendre compte de l’espace américain

  • 10 Selon le projet initial, l’ensemble de l’Amérique centrale serait une province constitutionnelle, a (...)

5Les mémoires et certains discours détaillent la géographie physique et humaine des provinces américaines, leurs conditions climatiques et naturelles présentées comme propices à l’agriculture et à la vie en général. L’exaltation de la beauté d’une nature grandiose n’est pas absente de ces textes, mais leurs auteurs insistaient surtout sur l’immensité des territoires, l’orographie, la force des fleuves etc., tout ce qui conditionnait la vie humaine à cause du temps et de la difficulté des déplacements, tant des personnes que des marchandises. Les Péninsulaires n’y étaient pas insensibles (voir supra le commentaire d’Argüelles sur les 4 000 lieues de littoral) mais ils n’avaient pas l’expérience pratique de ces réalités. Une bonne partie des demandes des Américains reposait sur l’argument de l’espace-temps : organismes administratifs de proximité (unités administratives plus petites, idéalement les unités appelées traditionnellement « provinces »), ouverture d’un port plus proche… Par exemple, le député du Costa Rica, Florencio del Castillo, le 27 avril 1812, réclamait en ces termes la création d’une Diputación Provincial dans sa propre province10 :

  • 11 Diario de sesiones, op. cit., Madrid, 1870-1874, vol. 4, p. 3111.

A estas largas distancias en que se hallan aquellas provincias es necesario agregar la fragosidad de los caminos desiertos sin posadas, y una multitud de caudalosos ríos que impiden muchas veces el tránsito y otras muchas dificultades que harían impracticables estas diputaciones11.

6Le 30 septembre 1812, le député de Lima, Francisco Salazar réclamait une protection fiscale pour les troupeaux de mules, seul moyen de transport en particulier du minerai, achetées à Salta « a la distancia formidable de seiscientas leguas de Lima » qu’ils devaient traverser :

  • 12 Ibid, vol. 5, p. 3764-3765.

la gran extensión de aquel reino, los penosos caminos de arenales de toda su costa, lo quebrado y fragoso de su interior, ocasionados de los diferentes brazos de la cordillera de los Andes, sus poblaciones mal situadas y sumamente distantes […] seiscientas leguas de caminos ásperos y escabrosos, los diversos y opuestos temperamentos, la suma escasez de pastos, las pocas aguas, algunos pasajes malsanos o inficionados, y el sello de la muerte impreso sobre todo viviente12.

7La constitution de 1812 établissait un système électoral unique, à trois niveaux, pour toutes les provinces de la grande Nation espagnole : les grands électeurs issus des juntes électorales de paroisse devaient se rendre à la capitale du canton, puis à la capitale de la province pour les juntes suivantes. Les députés américains demandaient de retarder la date de convocation des premières Cortès constitutionnelles (les Cortès « ordinaires ») car ils prévoyaient que les élus américains arriveraient à Madrid très tardivement. Le 5 mai 1812, l´Équatorien José Mexía Lequerica décrivait ainsi les « penosas peregrinaciones » des grands électeurs en Amérique :

  • 13 Ibidem, vol. 4, p. 3158.

¡Cuántas nuevas dificultades en países tan despoblados y fragosos, cuyas capitales son tan distantes, y donde es tan vario el clima que en el corto espacio de ocho o quince leguas se pasa tal vez del grado más alto de calor al más bajo del frío, o de la inmensa elevación de las cumbres de los Andes a la profundidad de valles situados casi al nivel del mar!13

8Ces mêmes arguments avaient été utilisés, le 23 janvier 1811 par le député sévillan José Pablo Valiente, un Péninsulaire qui connaissait bien l’Amérique, pour s’opposer aux Américains qui demandaient la convocation d’élections complémentaires dans leurs provinces sur le principe des trois juntes successives, comme dans la Péninsule, car le système électoral appliqué outre-mer pour les Cortès Extraordinaires en limitait beaucoup la représentation. Valiente pensait que le système péninsulaire était peu praticable en Amérique :

  • 14 Ibidem, vol. 1, p. 424.

cuya población está repartida en el inmenso espacio de dos mil o más leguas, donde, según la reciente investigación del sabio Humboldt, hay reinos y provincias en que a la legua cuadrada solo cabe una o dos personas, donde hay ríos, malos pasos y embarazos que dificultan la reunión…14

9Valiente utilisait ces arguments pour justifier des mesures différentes pour les provinces américaines, des mesures qui leur étaient défavorables. Le 30 janvier le Péruvien Ramón Feliú a répondu en réfutant successivement tous les arguments de l’Espagnol, en particulier les arguments sur la géographie américaine : « su posición topográfica en fin […] ignorada y diversísima, tanto que aun los ríos de por allá no son como los de aquí ». Feliú, indigné, précise :

  • 15 Ibidem, vol. 1, p. 463.

Los ríos en todas partes son una misma cosa y se mueven por los mismos principios; tienen es verdad algunas diferencias accidentales, que también las tienen entre sí los ríos de España sin que hayan producido diferencia en la representación de las provincias por donde corren15.

  • 16 J’ai utilisé : Marie-Laure RIEU-MILLAN, Los diputados americanos en las Cortes de Cádiz, Madrid : C (...)

10En somme, la topographie américaine est bien différente de celle de la Péninsule, mais n’a rien de merveilleux ni de fantastique ; elle obéit à des lois naturelles universelles. L’Amérique que ces députés veulent faire comprendre n’est pas cette terre « ignorada y diversísima » qui a alimenté l’imaginaire européen depuis les découvertes. C’est un espace, imposant certes, mais que l’on peut connaître et maîtriser16.

  • 17 Miguel RAMOS ARIZPE, op. cit., chap. 3 à 6 (éd R.-M., p. 270-273). Ce mémoire est composé de 31 trè (...)
  • 18 Mariano ROBLES DOMÍNGUEZ DE MAZARIEGOS, op. cit, chap. 42, (éd. R.-M., p. 366-368). Ce mémoire est (...)

11Les quatre mémoires offrent une présentation cartographique simplifiée de la province : coordonnées géographiques, délimitation et provinces limitrophes, extension nord-sud et est-ouest. Le mémoire de Ramos Arizpe est le plus méthodique et systématique ; il précise les chaînes montagneuses et les cours d’eau de chacune des quatre provinces17. Ces précisions peuvent apparaître de façon plus dispersée dans les autres mémoires. En exposant l’organisation administrative de la province, les auteurs (sauf Cárdenas, le député de Tabasco) passent en revue les villes et villages, en précisant éventuellement s’il s´agit de villages indiens (Mariano Robles donne la liste des paroisses18) ; ils estiment la population des principales villes, donnent souvent leurs coordonnées géographiques ou les distances d’un point à l’autre, offrant ainsi une idée sommaire de la nature et de la densité du peuplement.

  • 19 Pedro Bautista PINO, op. cit., « Adicion, Razón de la caravana y disposiciones para librarla de los (...)

12L’immensité et la topographie américaines, unies au caractère nucléaire du peuplement, expliquent les penosas peregrinaciones dont parlait Mexía Lequerica. Pedro Pino, député du Nouveau Mexique, décrit la formation des caravanes pour « atravesar sin riesgo 40 jornadas por desiertos hasta llegar a la provincia más inmediata, que es Chihuahua » 19 : escorte armée de 500 hommes et grande quantité de vivres et d’eau, le risque venant des Indiens et des vastes régions inhabitées, parfois dépourvues d’eau. Mariano Robles dénonce l’utilisation d’Indiens pour transporter, à dos d’homme, d’énormes chargements de cacao depuis le Soconusco jusqu’au port de Veracruz, une :

  • 20 Mariano ROBLES, op. cit, chap. 30 (éd. R.-M., p. 362).

expedición de 300 o 400 leguas hasta Veracruz, por unos caminos agrios y fragosos, intransitables para los carros y caballerías por ser la mayor parte de la provincia de Chiapa de cerros muy elevados20

  • 21 Miguel RAMOS ARIZPE, op. cit., chap. 22 : « Defectos en la administración de justicia » (éd. R.-M., (...)
  • 22 José Eduardo de CÁRDENAS, op. cit., I, 4 (éd. R.-M., p. 224) Ce mémoire est composé de deux parties (...)

13Lorsque la mauvaise organisation administrative s’en mêle, le député se plaît à souligner l’absurdité de la situation. Ramos Arizpe explique que les habitants de Saltillo, principale ville de Coahuila, doivent partir dans les diverses directions de la rose des vents selon l’administration à laquelle ils veulent s’adresser et parcourir jusqu’à 200 lieues pour arriver à destination21. Cárdenas décrit le cheminement des affaires fiscales de Tabasco qui vont à Mérida de Yucatán, siège de l’Intendance, traversent Tabasco pour aller à Mexico, siège de la Surintendance, doivent à nouveau traverser Tabasco pour revenir à Mérida et de là retourner enfin à leur point de départ. « ¡Hasta para explicar cómo esto sucede excita la risa ! »22. Ces députés cherchaient à faire comprendre les difficultés pratiques dues à la géographie américaine.

Connaissance et maîtrise du territoire

  • 23 José Eduardo de Cárdenas, Pedro Pino et Mariano Robles sont intervenus principalement pour défendre (...)
  • 24 CÁRDENAS, op. cit., II, 1 (éd. R.-M., p. 242-243). Le Conseil de Régence était bien persuadé de l’i (...)

14L’espace de représentation de ces quatre mémoires est la province électrice dont le député veut défendre les intérêts23. Pour s’approprier cet espace et le maîtriser, il faut d’abord bien le connaître. José Eduardo de Cárdenas réclame l’élaboration de cartes topographiques précises de toutes les provinces américaines, un exemplaire devant rester auprès des autorités locales. Il ajoute : « Es preciso que quien gobierna sepa medir a palmos la extensión de su territorio »24.

  • 25 CÁRDENAS, loc. cit.
  • 26 CÁRDENAS, op. cit, II, 9-10 (éd. R.-M., p. 258-259).
  • 27 PINO, op. cit, « Fuerza militar sostenida por la provincia » (é. R.-M., p. 321-322); « Compañía vet (...)

15Ces cartes seraient aussi nécessaires en cas de campagne militaire25. En effet, la protection du territoire était un point sensible. Cárdenas voulait que les milices de sa province soient mieux armées et mieux entraînées ; il demandait en particulier l’envoi d’artilleurs pour les former dans le maniement des canons, nécessaires pour défendre les côtes26. Outre la présence habituelle de pirates dans la région, la vulnérabilité de toute la zone des Antilles était bien évidente depuis la guerre de sept ans. La protection militaire de la province est la demande principale des habitants du Nouveau Mexique, menacés par des populations indigènes non soumises (les Apaches en particulier) souvent armées par les États-Unis. Pedro Pino décrit une population toujours sur le pied de guerre, la garnison de troupes régulières n’étant que de 121 hommes, et demande la création de cinq forts pour protéger le territoire27.

16La consolidation du territoire est aussi un point important du mémoire de Ramos Arizpe. Ce mémoire regroupe les quatre provinces orientales des Provincias Internas, qu’il propose de regrouper en une unité politico-administrative. La division des immenses territoires du nord mexicain en deux commandements militaires (est et ouest) avait été décidée en 1804 mais non appliquée : l’objectif était alors d’assurer une meilleure protection du territoire face aux Etats-Unis. C’est aussi l’objectif de Ramos Arizpe :

  • 28 RAMOS ARIZPE, op. cit., chap. 23 (éd. R.-M., p. 295).

Las circunstancias que, con respecto a los Estados Unidos, obligaron a tomar esa medida subsisten hoy, y tan agravadas como V. M. sabe muy bien28.

  • 29 Ibidem, chap. 26 (éd. R.-M., p. 300).

Il propose donc de créer une grande province administrativement cohérente ; la capitale, Saltillo, serait le centre de l’autorité politique, économique, fiscale, ecclésiastique, judiciaire, mais le commandement militaire résiderait dans la capitale du Texas, directement menacée29.

  • 30 Diario de sesiones, op. cit., Madrid, 1870-1874, vol. 4, p. 2601.
  • 31 Ibidem, vol. 8, p. 5400-5402.

17Les débats autour de la Constitution et des décrets d’application ont opposé les Péninsulaires qui défendaient un état centralisé à Madrid et les Américains qui souhaitaient une autonomie locale accentuée. Ramos Arizpe a demandé à deux reprises que les instances locales soient autorisées à répartir des terres et fonder des villages. Le 11 janvier 1812 il demandait d’ajouter à l’article 321 de la Constitution qui définissait les compétences municipales, la faculté de répartir les terres baldías et realengas de sa circonscription30. Le 2 juin 1813, dans un long discours, il demandait que cette faculté soit accordée aux Diputaciones Provinciales récemment créées et qu’elles puissent aussi fonder des villages31. Cela n’a pas été accordé (seules les Cortès pouvaient disposer des terres du domaine public) mais on voit bien que ces compétences locales auraient facilité une colonisation de peuplement des Provinces Internes mexicaines, peu habitées et vulnérables.

  • 32 ROBLES, op. cit. Ces demandes, reproduites à la dernière page du mémoire, font partie des instructi (...)
  • 33 Il aurait aussi été maladroit de présenter un monde que les députés péninsulaires auraient jugé tro (...)

18Mais cette prévalence du local ne signifie en rien enfermement ou repli sur soi, bien au contraire. Mariano Robles demande et obtient des Cortès l’ouverture d’un canal interocéanique dans l’isthme de Tehuantepec. Il réclame des avantages fiscaux pour le particulier qui faciliterait la navigation du Grijalva et de l’Usumacinta qui se jettent dans l’Atlantique ; il demande l’ouverture de nouveaux ports sur le Pacifique32. Ramos Arizpe et Pedro Pino réclament aussi l’ouverture de nouveaux ports. Il s’agissait de faciliter les communications commerciales avec l’extérieur, l’objectif étant bien plutôt le désenclavement de la province. De même, à l’exception de Pedro Pino, ces députés ne cherchent pas à décrire les populations indigènes de leur province, et l’existence de noirs, mulâtres ou métis apparaît très incidemment : pas de « typisme » donc ni de couleur locale. Il ne faut pas voir là un manque d’intérêt pour ces populations, en particulier pour les Indiens, mais plutôt l’affirmation qu’elles ne sont pas « différentes »33.

  • 34 Le cas du Chiapas est moins évident et l’orientation indigéniste du mémoire laisse cette question d (...)

19Ces quatre mémoires concernent des provinces excentrées et/ou liminaires aux situations diverses mais on y trouve quelques exigences communes. D’une part la nécessité de faciliter les communications, en particulier les relations commerciales avec l’extérieur, mais aussi les communications internes. Même s’il n’y a pas de demandes précises sur ce dernier point, les témoignages constants sur les difficultés des déplacements et la revendication d’administrations de proximité mettent en évidence d’une part le problème des distances et d’autre part, l’exigence d’une meilleure cohérence territoriale, d’une sorte de recentrage politico-administratif. Les quatre provinces regroupées dans le mémoire de Ramos Arizpe avaient fait l’objet de plusieurs remaniements administratifs depuis la création de la Comandancia general de l’ensemble des Provinces Internes en 1776, entrainant le « chaos » décrit par le député. En regroupant l’ensemble des administrations des quatre provinces orientales à Saltillo, on réduisait considérablement les distances. Le Nouveau Mexique n’était pas assez peuplé pour devenir une province constitutionnelle (avec un Chef politique et une Diputación) ; la question était alors de déterminer où se situerait la capitale des immenses Provinces Internes de l’ouest : à Chihuahua, à plus de 900 km de Santa Fe, où le député avait obtenu l’installation du tribunal de seconde instance, ou plus probablement à Durango, siège de l’Intendance, capitale de la Nueva Vizcaya, à 1600 km ? La province de Tabasco finirait-elle par être absorbée par Mérida de Yucatán, capitale d’Intendance de toute la péninsule ?34 Toutes ces questions concernent déjà une construction pré-nationale, centrée sur la rationalisation d’un territoire qu’il faut maîtriser.

Une écriture de l’histoire ?

  • 35 CÁRDENAS, op. cit., II, 8 (éd. R.-M., p. 258).

20Y-a-t-il, dans ces mémoires l’amorce d’une écriture d’histoire pré-nationale ? Il est bien difficile de l’affirmer. Les interventions parlementaires des députés américains montrent qu’ils utilisent le passé espagnol et ses figures emblématiques de la même façon que les Péninsulaires : la Reconquête et Pelayo, les comuneros de Castilla et Padilla... Pour José Eduardo de Cárdenas la guerre contre les Français est une sorte de guerre de religion et il rappelle, dans son mémoire, la victoire espagnole à Las Navas de Tolosa : « nuestro antiguo triunfo en las Navas de Tolosa » écrit-il35. C´est un fond historique commun dans lequel tous vont puiser les antécédents de la liberté qu’ils veulent établir : la liberté politique dont l’antécédent serait la lutte des Comuneros, la liberté du territoire occupé aujourd’hui par les Français comme autrefois par l’Infidèle. À l’inverse, l’histoire ou les histoires américaines sont des histoires particulières, largement méconnues.

21Dans les mémoires, le récit de l’histoire locale est surtout celui de la conquête et de l’installation des Espagnols. Cette histoire de la fondation de la province, qui équivaut à celle de la ville capitale, n’est qu’un aspect de sa présentation générale. Ramos Arizpe décide de faire l’impasse sur cette partie, qui l’aurait obligé à synthétiser l’histoire de quatre provinces, et préfère s’en tenir à quelques références sur la fondation des principales villes. Si les trois siècles depuis la conquête sont toujours présentés, en session parlementaire ou dans ces mémoires, comme une longue période de despotisme, d’obscurantisme et de mal gobierno, la conquête elle-même a fait l’objet de deux interprétations différentes, l’une plutôt en accord avec l’esprit des Cortès, l’autre non.

Mariano Robles : « la ominosa inhumanidad de los españoles »

  • 36 Antonio de REMESAL, Historia general de las Indias occidentalesy particular de la gobernación de Ch (...)
  • 37 ROBLES, op. cit., chap. 3 (éd. R.-M., p. 352).

22Le député du Chiapas est plus explicite sur la présentation historique de sa province, qu’il expose en deux temps. L’histoire de la fondation est relativement détaillée ; elle se base en bonne part sur Antonio de Remesal, qui est cité36, et invoque Bartolomé de Las Casas « prelado dignísimo de inmortal memoria »37. Cette histoire dénonce l’inhumanité des conquérants et les horreurs de la conquête armée, et revendique en même temps la première liberté des Espagnols pour s’installer et s’organiser avant la mainmise administrative de la Couronne. Équilibre délicat, sans doute, incarné par Diego de Mazariegos, le premier organisateur de la province qui n’était pas un conquérant mais un pacificador, dit Robles, envoyé par Hernán Cortés pour remettre de l’ordre après les exactions des conquérants. Mazariegos lui-même n’hésitera pas à « pacifier » par les armes les Indiens révoltés mais, selon cette interprétation, c’est la conquête armée qui est à l’origine de toute violence. Quant à Hernán Cortés, c’est un homme politique avisé qui sait par expérience que les méthodes violentes peuvent avoir des conséquences indésirables. Ce récit des fondations permettait de rester dans la tradition lascasienne tout en reprenant le discours créole sur les libertés initiales brimées par la Couronne.

  • 38 Décret du 24 mars 1813. Colección de los decretos y órdenes que han expedido las Cortes generales y (...)

23Après le récit de la conquête et de la pacification, le député passe à la description géographique de la province puis à l’exploitation coloniale de la population, particulièrement des Indiens surexploités et humiliés malgré les lois qui devaient les protéger. Depuis les encomenderos jusqu’aux intendentes le récit est globalement chronologique. Le député dénonce en particulier la collusion des « mandantes », écrit-il, pour s’enrichir aux dépens des Indiens réquisitionnés pour transporter le cacao depuis Soconusco jusqu’à Veracruz. Pourquoi tout ce développement en 1813 ? À cette date-là, les Cortès avaient aboli le tribut indigène (et par conséquent la encomienda), la mita et d’une façon générale, les services personnels, les corvées et les châtiments corporels ; toutes ces pratiques qui signifiaient aux Indiens leur statut de colonisés, ont été abolies pratiquement sans débat. D’autre part, en tant que naturales du territoire espagnol, les Indiens étaient, selon la Constitution, des citoyens espagnols à part entière. Ce que Mariano Robles nous dit dans son texte c’est que les meilleures lois ne servent à rien si elles ne sont pas appliquées. Ce mémoire est publié deux mois après l’approbation d’un important décret sur la responsabilité des fonctionnaires publics38, nouvelle norme qui devait remplacer le juicio de residencia. Sans le dire explicitement ce mémoire appelait à une application rigoureuse de ce décret pour lutter contre l’impunité des fonctionnaires royaux en Amérique.

  • 39 Cet accord sur les principes ne signifie pas que tous les députés péninsulaires partageaient l’inte (...)

24Cette dénonciation de l’exploitation coloniale et de l’impunité était conforme à l’esprit et aux principes établis par les Cortès : égalité de tous les Espagnols originaires du territoire espagnol, empire des lois39.

José Eduardo de Cárdenas : « Tabasco, madre del principal móvil de la conquista »

  • 40 CÁRDENAS, op. cit., II, 4 (éd. R-M., p. 247).

25Dans son mémoire, Cárdenas dénonce une sorte d’esclavage fiscal dont Tabasco était selon lui victime. La province était un gobierno subordonné à Mexico mais dépendait fiscalement de l’Intendance de Mérida de Yucatán, dont les caisses étaient déficitaires. L’Évêché était lui aussi situé à Mérida où allait la dîme de la province. De plus, les ports du Yucatán bénéficiaient du statut de puerto menor, avec allègement de certaines taxes commerciales, alors que Villahermosa, capitale de Tabasco, n’en bénéficiait pas, ce qui, selon le député, était une sorte de concurrence déloyale. Ainsi, tout le souci de José Eduardo de Cárdenas était de libérer sa province de l’emprise fiscale de la province voisine ; il demandait que Villahermosa soit le siège d’un évêché, avec création d’un collège, et si possible d’une Intendance pour qu’elle récupère la maîtrise de son territoire ; il voulait éviter l’absorption de sa province dans l’ensemble de la péninsule du Yucatán. L’histoire qu’il raconte sert cet objectif : elle veut montrer la primauté de Tabasco, première fondation de l’Espagne sur le continent, « madre o nutriz del principal móvil de la conquista »40, fille aînée qui se voyait injustement subordonnée à des provinces plus jeunes.

  • 41 Ibidem, I, 4 (éd. R.-M., p. 223-224).
  • 42 Ibidem, II, 4 (éd. R.-M., p. 246-248).

26Le député raconte donc la fondation, par Hernán Cortés, en 1519, de la capitale provinciale qu’il nomma Santa María de la Victoria, car sa victoire sur les Indiens avait eu lieu le 25 mars, jour de l’Annonciation ; la ville fut déplacée en 1596 sur le Grijalva avec le nom de Villahermosa. Cárdenas précise que la ville a rétabli la commémoration solennelle de cette victoire avec le traditionnel paseo del real pendón le 25 mars41. Pour lui la conquête est un événement heureux et glorieux, nullement atroce comme prétendent les détracteurs de l’Espagne. Il fait l’éloge de Cortés et de doña Marina, son épouse légitime dit-il, ainsi que des rois d’Espagne et de Juan Ginés de Sepúlveda. Il demande que Villahermosa reçoive enfin le titre de ciudad muy noble y muy leal, reprenne son nom initial de Santa María de la Victoria et retrouve ses anciennes armoiries qu’il décrit longuement42. Il s’agit d’un blason écartelé qui représente : 1- les armes du royaume de Castille ; 2- un bras armé d’une épée ; 3- une indienne couronnée aux seins nus avec des fleurs dans les mains ; 4- les armes du royaume de León. Le député demande de faire ajouter au cœur une représentation de la Vierge entourée par les colonnes d’Hercule « sin el non », donc avec la devise plus ultra. Le blason résume l’histoire que le député veut transmettre : la conquête par la Couronne de Castille (et León) d’une province américaine noble et fertile, ainsi évangélisée, point de départ et moteur de toute l’expansion continentale, politique et spirituelle.

  • 43 Décret du 7 janvier 1812. Ce décret n’abolit pas la messe célébrée à cette occasion qui commémorait (...)

27Non seulement le député n’a pas obtenu les distinctions honorifiques qu’il réclamait mais, de plus, les Cortès ont aboli, à la demande du député de Montevideo, Rafael Zufriátegui, le paseo del real estandarte et les festivités qui commémoraient la victoire sur les indigènes dans chaque province43. Le préambule du décret dit :

Los actos positivos de inferioridad peculiar a los pueblos de Ultramar, monumentos del antiguo sistema de conquista y de colonización, deben desaparecer.

28Le rapport de la commission chargée d’examiner la proposition affirmait que « en la Monarquía española es muy justo que se destierren los ritos que se refieran a la conquista » car ces actes

  • 44 Diario de sesiones, op. cit., Madrid, 1870-1874, vol. 4, p. 2554.

a pesar de ser hijos de la lealtad se sostienen siempre sobre el concepto relativo de inferioridad o distinciones odiosas que ha suprimido la Constitución44.

  • 45 Le mémoire a été publié avant la lecture en session publique du projet de constitution, ce qui peut (...)

29Les Cortès ont accordé des distinctions honorifiques à beaucoup de villes : dans la Péninsule quand elles avaient lutté héroïquement contre les Français, en Amérique quand elles avaient lutté héroïquement contre les insurgés. Mais la conquête ne pouvait pas justifier les distinctions honorifiques. L’argumentation historique développée par José Eduardo de Cárdenas n’était pas compatible avec les principes constitutionnels45.

***

30Ces mémoires défendaient les intérêts de provinces américaines dont le sort dépendait encore de la capitale européenne. Si pendant les débats sur l’organisation générale de l’État espagnol, les représentants américains ont remis en cause son excessive centralisation à Madrid, on observe que dans ces textes aux objectifs locaux, le recentrage politico-administratif demandé se jouait par rapport à d’autres capitales locales. Les longues distances et les difficultés des déplacements n’étaient certes pas des problèmes nouveaux, mais ils prenaient maintenant une ampleur particulière car il s’agissait de mettre en place un État moderne qui garantissait des droits et dont le bon fonctionnement exigeait une meilleure mobilité : déplacement des représentants provinciaux et des députés devant aller jusqu’à Madrid ; multiplication des administrations et des fonctionnaires, conséquence de la séparation des pouvoirs et du droit reconnu des citoyens à se défendre devant des organismes proches, en particulier des tribunaux ; circulation plus rapide des lois et des décrets dont l’application était impérative ; libéralisation des échanges commerciaux… Le point de départ de cette nouvelle construction était la « province », un espace qu’il fallait investir et, en Amérique, mieux définir et délimiter. Les Cortès espagnoles ont commencé à aborder des questions qui se poseront bientôt aux nouvelles nations américaines. Comme on l’a vu, les élus d’Outre-mer ont beaucoup parlé de leur terre et, pendant les sessions parlementaires, également de ses hommes qu’ils ont défendus fermement. Même si les débats ou les mémoires, qui défendaient l’ensemble des « habitants » de la province, indiquent une forme d’identification collective, le récit que ces députés faisaient de leur histoire était largement fonctionnel, relatif à un objectif parlementaire concernant les droits de leurs compatriotes ou une meilleure organisation de leur territoire qu’ils défendaient dans le cadre de la grande Nation espagnole à laquelle ils appartenaient encore.

Inicio de página

Notas

1 José Eduardo de CÁRDENAS, Memoria a favor de la provincia de Tabasco en la Nueva España, presentada a S.M. las Cortes Generales y Extraordinarias por el Dr D. Josef Eduardo de Cárdenas diputado en ella por dicha provincia, Cadix : Imprenta del Estado Mayor General, 1811.

2 Miguel RAMOS ARIZPE, Memoria que el Doctor D. Miguel Ramos de Arispe, cura de Borbón y diputado en las presentes Cortes Generales y Extraordinarias de España por la Provincia de Coahuila una de las cuatro Internas de Oriente en el Reyno de México presenta a el Augusto Congreso, sobre el estado natural, político y civil de su dicha Provincia y las del Nuevo Reyno de León, Nuevo Santander y los Texas, con exposición de los defectos del sistema general y particular de sus gobiernos, y de las reformas y nuevos establecimientos que necesitan para su prosperidad, Cadix : Imprenta de D. José María Guerrero, 1812.

3 Pedro Bautista PINO, Exposición sucinta y sencilla de la provincia del Nuevo México hecha por su diputado en Cortes Don Pedro Baptista Pino, con arreglo a sus instrucciones, Cadix : Imprenta del Estado Mayor General, 1812.

4 Mariano ROBLES Y DOMÍNGUEZ DE MAZARIEGOS, Memoria histórica de la provincia de Chiapa, una de las de Guatemala, presentada al augusto Congreso por el Br D. Mariano Robles Domínguez de Mazariegos, canónigo de la Santa Iglesia Catedral de Ciudad-Real de Chiapa, Diputado en Cortes por su provincia, Cadix : Imprenta de Tormentaria, 1813.

5 http://www.cervantesvirtual.com/

6 Pour une édition conjointe des quatre textes : Marie-Laure RIEU-MILLAN, Memorias de América ante las Cortes de Cádiz y Madrid, Madrid : CSIC, Doce Calles, 2012. Dans les notes suivantes, j´indiquerai entre parenthèses la page de référence selon cette édition (éd R.-M., p…). Ces mémoires sont composés de sections courtes ou très courtes, portant un numéro et/ou un titre que j’indiquerai, ce qui permettra de retrouver assez facilement la référence selon les autres éditions.

7 Les instructions pour les élections dans la Péninsule, du 1er janvier 1810, prévoyaient un système différent, hybride, mais globalement populaire sur la base de juntes électorales à plusieurs niveaux (paroisse, partido et province).

8 Session du 25 janvier 1811. V.M. (Vuestra Majestad) : les Cortès elles-mêmes qui étaient le « souverain » défini par Jean-Jacques Rousseau. Diario de las discusiones y actas de las Cortes, Cadix : Imprenta real, 1811-1813, 23 vols. Cette première édition des actes des Cortès Extraordinaires (la Constituante) sont accessibles en ligne sur www.cervantesvirtual.com avec le titre Diario de sesiones de las Cortes Generales y Extraordinarias. Sur www.consitucion1812.org on peut consulter ces mêmes sessions selon leur seconde édition (Diario de sesiones de las Cortes Generales y Extraordinarias : dieron principio el 24 de septiembre de 1810 y terminaron el 20 de septiembre de 1813, Madrid : Imprenta de J.A.García, 1870-1874, 9 vols.) ainsi que les actes des Cortès Ordinaires de 1813 (Actas de las sesiones de las Cortes ordinarias de 1813, Madrid : Imprenta y fundición de la viuda e hijos de J. Antonio García, 1876), de la législature ordinaire de 1814 (Actas de las sesiones de la legislatura ordinaria de 1814, Madrid, 1876) et celles des sessions secrètes pendant toute la période (Actas de las sesiones secretas, Madrid, 1874). Session du 25 janvier 1811 : Diario de sesiones de las Cortes Generales y Extraordinarias, op. cit., Madrid, 1870-1874, vol. 1, p. 431.

9 Diario de sesiones, op. cit., Madrid, 1870-1874, vol. 3, p. 1950.

10 Selon le projet initial, l’ensemble de l’Amérique centrale serait une province constitutionnelle, avec un Chef politique et une Diputación composée de sept membres élus par la grande province et qui siègeraient dans la capitale, Guatemala.

11 Diario de sesiones, op. cit., Madrid, 1870-1874, vol. 4, p. 3111.

12 Ibid, vol. 5, p. 3764-3765.

13 Ibidem, vol. 4, p. 3158.

14 Ibidem, vol. 1, p. 424.

15 Ibidem, vol. 1, p. 463.

16 J’ai utilisé : Marie-Laure RIEU-MILLAN, Los diputados americanos en las Cortes de Cádiz, Madrid : CSIC, 1990, p. 83-87.

17 Miguel RAMOS ARIZPE, op. cit., chap. 3 à 6 (éd R.-M., p. 270-273). Ce mémoire est composé de 31 très courts chapitres qui portent un numéro et un titre.

18 Mariano ROBLES DOMÍNGUEZ DE MAZARIEGOS, op. cit, chap. 42, (éd. R.-M., p. 366-368). Ce mémoire est composé de 59 chapitres numérotés, courts (certains de quelques lignes).

19 Pedro Bautista PINO, op. cit., « Adicion, Razón de la caravana y disposiciones para librarla de los gentiles » (éd. R.-M., p. 345). Ce mémoire comporte deux parties, l’Exposición sucinta à proprement parler et une Adición. Ces deux parties sont composées de chapitres courts portant un titre.

20 Mariano ROBLES, op. cit, chap. 30 (éd. R.-M., p. 362).

21 Miguel RAMOS ARIZPE, op. cit., chap. 22 : « Defectos en la administración de justicia » (éd. R.-M., p. 294).

22 José Eduardo de CÁRDENAS, op. cit., I, 4 (éd. R.-M., p. 224) Ce mémoire est composé de deux parties, chacune divisée en chapitres numérotés, courts ou très courts (23 chap. dans la 1e partie et 21 dans la 2e).

23 José Eduardo de Cárdenas, Pedro Pino et Mariano Robles sont intervenus principalement pour défendre leur province. Ramos Arizpe, en revanche, s’est exprimé sur beaucoup d’autres sujets, a participé activement aux débats constitutionnels puis, de retour dans son pays, a eu un rôle éminent dans la fondation de l’État fédéral mexicain.

24 CÁRDENAS, op. cit., II, 1 (éd. R.-M., p. 242-243). Le Conseil de Régence était bien persuadé de l’intérêt de ces cartes. Voir : Juan Manuel SUÁREZ JAPÓN, « En torno a un proyecto de levantamiento cartográfico de Nueva España y Perú (1812) », GADES, 9, 1982, p. 331-346.

25 CÁRDENAS, loc. cit.

26 CÁRDENAS, op. cit, II, 9-10 (éd. R.-M., p. 258-259).

27 PINO, op. cit, « Fuerza militar sostenida por la provincia » (é. R.-M., p. 321-322); « Compañía veterana » (éd. R.-M., p. 322-323); « Gravosa creación de milicias en 1808 » (éd. R.-M., p. 325); « Necesidad del establecimiento de nuevos presidios » (éd. R.-M., p. 325-326).

28 RAMOS ARIZPE, op. cit., chap. 23 (éd. R.-M., p. 295).

29 Ibidem, chap. 26 (éd. R.-M., p. 300).

30 Diario de sesiones, op. cit., Madrid, 1870-1874, vol. 4, p. 2601.

31 Ibidem, vol. 8, p. 5400-5402.

32 ROBLES, op. cit. Ces demandes, reproduites à la dernière page du mémoire, font partie des instructions reçues par le député (éd. R.-M., p. 375).

33 Il aurait aussi été maladroit de présenter un monde que les députés péninsulaires auraient jugé trop exotique. Cependant, pour illustrer les difficultés propres à sa province, Pedro Pino consacre une partie de la Adición à son mémoire (éd. R.-M., p. 338-344) à décrire des nations indigènes encore mal soumises, non évangélisées, objectivement très différentes (Comanches, Navajos, Utes).

34 Le cas du Chiapas est moins évident et l’orientation indigéniste du mémoire laisse cette question de côté. Intendance et Évêché, cette province était administrativement cohérente, mais la réforme constitutionnelle limitait son autonomie antérieure car l’Intendant n’était plus qu’un agent du fisc. Toutes les autres compétences des anciens intendants revenaient au Chef politique, en poste au Guatemala.

35 CÁRDENAS, op. cit., II, 8 (éd. R.-M., p. 258).

36 Antonio de REMESAL, Historia general de las Indias occidentalesy particular de la gobernación de Chiapa y Guatemala, Madrid : Francisco de Angulo, 1619.

37 ROBLES, op. cit., chap. 3 (éd. R.-M., p. 352).

38 Décret du 24 mars 1813. Colección de los decretos y órdenes que han expedido las Cortes generales y Extraordinarias, Cadix : Imprenta Nacional, 1813, t. 4, p. 20-29.

39 Cet accord sur les principes ne signifie pas que tous les députés péninsulaires partageaient l’interprétation lascasienne de la conquête. De même, la riche législation indigéniste des Cortès est compatible avec la vision traditionnelle défavorable à l’Indien. Par exemple, le Conseil de Régence a appuyé une demande des députés d’Amérique centrale en faveur de la scolarisation des Indiens par les ordres religieux pour remédier à « la falta de adesión de los indios al trabajo, su apatía […] », Archivo Histórico Nacional, Madrid, Consejos, libro 3766, fol. 11.

40 CÁRDENAS, op. cit., II, 4 (éd. R-M., p. 247).

41 Ibidem, I, 4 (éd. R.-M., p. 223-224).

42 Ibidem, II, 4 (éd. R.-M., p. 246-248).

43 Décret du 7 janvier 1812. Ce décret n’abolit pas la messe célébrée à cette occasion qui commémorait la conquête spirituelle. Colección de los decretos, op. cit., t. 2, p. 47-48.

44 Diario de sesiones, op. cit., Madrid, 1870-1874, vol. 4, p. 2554.

45 Le mémoire a été publié avant la lecture en session publique du projet de constitution, ce qui peut expliquer cette erreur d’argumentation.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Marie-Laure Rieu-Millan, « Territoire et histoire : à la veille des indépendances », e-Spania [En línea], 26 | février 2017, Publicado el 01 febrero 2017, consultado el 27 marzo 2017. URL : http://e-spania.revues.org/26373 ; DOI : 10.4000/e-spania.26373

Inicio de página

Autor

Marie-Laure Rieu-Millan

Université de Toulouse-le-Mirail

Inicio de página

Derechos de autor

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Inicio de página
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org