Navigation – Plan du site
Écriture de l’histoire et itinérance dans l’Amérique coloniale ibérique (XVIe –XIXe siècle)

Itinérances américaines et histoire(s) coloniale(s) dans l’oeuvre du navigateur Alessandro Malaspina

Nicolas De Ribas

Résumés

Après avoir rappelé le contexte de l’expédition Malaspina (1789-1794), nous étudierons, à travers l’écriture du témoignage, l’appréhension historique de l’empire espagnol et sa modélisation historico-littéraire dans le Viaje alrededor del mundo du navigateur italien Alejandro Malaspina. À côté de la mention des aspects biographiques et géographiques de cette œuvre qui réunit cartographie, hydrographie, botanique et physique, nous nous attacherons surtout ici à l’étude de l’écriture de l’Histoire qui nous informe alors du rapport contemporain au présent colonial de cette Amérique espagnole fin-de-siècle ainsi que de l’empire lui-même. Si Alejandro Malaspina trace une vision quasi complète de la situation coloniale, nous verrons que tout compte-rendu de la réalité ou tout essai de représentation est une version personnelle et ne peut prétendre à une exacte reproduction. Dans cette œuvre d’itinérances personnelles, scientifiques et historiques, qui met explicitement en avant la volonté de lier une expérience intime à une expérience collective, il s’agira également de mettre en valeur l’originalité du projet.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Alessandro SODDU, « Struttura familiare e potere territoriale nella signoria dei Malaspina », in Gi (...)
  • 2 Boletín Oficial del Estado, La expedición de Alejandro Malaspina (1754-1810) : una empresa de la Il (...)
  • 3 Ricardo CEREZO MARTÍNEZ, La expedición Malaspina, 1789-1794, Madrid : Museo Naval : Ministerio de D (...)
  • 4 Armando ALBEROLA ROMÁ, Cayetano MAS GALVAÑ, y Rosario DIE MACULET (éd.), Jorge Juan Santacilia en l (...)
  • 5 Alejandro MALASPINA, Viaje político-científico alrededor del mundo por las corbetas Descubierta y A (...)

1Membre éminent de la famille Malaspina dont le parcours démontre un engagement constant auprès de la Couronne espagnole, Alejandro Malaspina, originaire de Mulazzo en Toscane, qui avait été depuis le XIIIe siècle le fief de ses aïeux1, incarne le prototype du marin-scientifique du XVIIIe siècle2. À la fin du siècle des Lumières, ce navigateur italien accomplit en effet un des voyages les plus importants de l’histoire maritime espagnole car l’expédition qui porte son nom3 fut sans nul doute aussi importante que celles des capitaines Cook, Bougainville, La Pérouse ou Ulloa et Juan4, pour suivre « sus trazas »5 écrit d’ailleurs Malaspina.

  • 6 Enrique GIMÉNEZ LÓPEZ, « La militarización de las ciencias útiles », Canelobre, 51, 2006, Alicante  (...)
  • 7 Rafael SAGREDO BAEZA, La expedición Malaspina en la frontera austral del imperio español, Santiago (...)
  • 8 Emili BALAGUER PERIGUELL, « La ciencia en la España ilustrada », Canelobre, op. cit., p. 15-36.

2S’inscrivant dans une tradition maritime hispanique de haut rang6, Alejandro Malaspina se rend ainsi dans le Pacifique à la connaissance de ce monde encore lointain du fait de sa situation au bout du monde et de son relatif isolement dans les immensités maritimes7. En ce siècle éminemment scientifique, Malaspina fait donc partie de ces marins qui vont petit à petit permettre à la navigation de découvrir la Terre par les sciences : la botanique, la géographie, la géodésie ou la cartographie8.

3Il est à souligner que d’éminents savants, espagnols et européens, et les Rois d’Espagne, promeuvent et participent à ce projet avec la mise au point d’instructions claires visant un double objectif : scientifique et politico-économique. C’est sur cette base que se prépare alors ce voyage avec le souhait de répertorier des milliers d’animaux et des plantes méconnues mais aussi de calculer précisément les latitudes de même que les longitudes avec l’utilisation des horloges marines et de nombreux instruments comme des chronomètres. Et les navires ne sont-ils pas désormais plus monumentaux et mieux conçus ? Bien sûr, à un moment où la pensée scientifique, une pensée dont les articulations sont confrontées à l’expérience et sont authentifiées par la preuve empirique, se déploie dans les processus de prises de décision politiques.

  • 9 Catherine POUPENEY HART, Relations de l’expédition Malaspina aux confins de 1’empire espagnol, Québ (...)
  • 10 Manuel SELLÉS, Antonio LAFUENTE, y José-Luis PESET (coord.), « Las actividades e instituciones cien (...)
  • 11 Felix DRIVER, Geography Militant. Cultures of Exploration and Empire, Oxford : Blackwell Publisher, (...)

4Avant d’évoquer le parcours personnel, marin et scientifique d’Alejandro Malaspina9, rappelons qu’il intègre en 1774 l’Académie Royale de la Marine espagnole de Cadix10, et qu’il participe, de 1777 à 1779, à bord de la frégate Astrea, à un premier voyage aux Philippines, en passant par le Cap de Bonne Espérance. Au cours de ce périple, il reçoit de Charles III le grade de lieutenant de frégate avant de participer à plusieurs batailles contre les Britanniques en 1780, au terme desquelles il est finalement nommé lieutenant de bord. Pourquoi évoquer ce premier voyage ? Car il s’agit d’un prélude à son tour du monde et surtout, parce que c’est durant son périple aux Philippines qu’il se crée une culture de l’exploration11 et qu’il conçoit le projet d’un grand voyage d’investigation scientifique plus long et plus loin.

  • 12 Ángeles ALVARINO, España y la primera expedición científica oceánica, 1789-1794 : Malaspina y Busta (...)
  • 13 « Estado general de los aprestos para la expedición que de orden de S.M. ha de trabajar las costas (...)

5Ensuite, en septembre 1788, Alejandro Malaspina, avec l’officier de marine José Bustamante y Guerra12, décide de faire connaître au Roi ce projet d’exploration des possessions espagnoles en Amérique et en Asie, intitulé Plan de un viaje científico y político alrededor del mundo, projet conservé dans les Archives du Musée Naval de Madrid13. Grâce à la médiation d’Antonio Valdés, capitaine général de l’armée et ministre de la Marine, le dessein est approuvé par le Roi, et autorisé par le Comte de Floridablanca.

  • 14 Dario MANFREDI, Alejandro Malaspina, la América imposible, Madrid : Compañía literaria, 1994.

6Le voyage, à bord des corvettes aux noms signifiants, La Descubierta, conduite par Malaspina, et La Atrevida, commandée par le second chef de l’expédition Bustamante y Guerra, quitte alors Cadix en juillet 1789, avec un important personnel maritime et scientifique à bord dont les objectifs étaient multiples. Il s’agissait d’une part d’expérimenter les routes commerciales, de contrôler les principaux ports pacifiques et de compléter et de perfectionner la cartographie des côtes14. Il s’agissait également de réaliser de nombreux exercices de géographie, d’astronomie, de botanique, de zoologie, pour ne citer que les principales disciplines. Mais la finalité première, dans l’élan réformiste bourbonien, restait assurément l’analyse de la situation sociale, politique, économique et militaire des colonies.

  • 15 Andrés GALERA, Las corbetas del rey [Texto impreso] : el viaje alrededor del mundo de Alejandro Mal (...)

7Pendant cinq ans, l’expédition, « como una respuesta obligada, necesaria y demandada por los territorios de ultramar »15, parcourt alors le Río de la Plata, la côte patagonienne, les Malouines, la Terre de Feu, puis se rend au Chili, au Pérou, en Amérique centrale pour atteindre finalement le Mexique, la Californie, l’Alaska, le Canada, les îles Mariannes et les Philippines, l’Australie et les îles Tonga. Mais comment les représentations de cette itinérance, et les constats de Malaspina, qui s’inscrivent dans l’immensité et la variété déconcertantes des espaces américains, sont-ils retracés dans son œuvre, le Viaje político-científico alrededor del mundo ?

  • 16 Alejandro MALASPINA, op. cit., p. V.
  • 17 Andrés GALERA, En busca del paso del Pacífico, Madrid : Historia 16, 1990.

8En nous focalisant sur la construction de ce récit d’itinérance, de ce récit d’étapes, nous découvrirons a posteriori les lieux sublimes et stratégiques du Pacifique et nous ressentirons les difficultés et autres stupéfactions rencontrées par Malaspina dans les traversées, dans les avancées, sans oublier le nerf du voyage ou plutôt son rendu, c’est-à-dire les moyens d’écriture mis en œuvre. En effet, l’Italien va très justement rendre compte des études scientifiques demandées, et restituer, avec une focale quelque peu libérale, voire libertaire pour le gouvernement de Manuel Godoy, les caractéristiques de la société coloniale, ses coutumes, ses ressources dans ces multiples lieux d’arrêt choisis ou non. Ainsi l’œuvre étudiée va-t-elle s’affranchir de la simple chronique navale, pour reprendre l’expression employée par Pedro de Novo y Colsón16, et devenir une aventure politico-scientifique itinérante aux quatre coins des Amériques méridionale et pacifique17.

De la formation au projet

9Alejandro Malaspina appartient donc à une famille qui a longtemps été au service des Bourbons d’Espagne dans l’Italie du XVIIIe, et dont l’origine était illustre et ancienne comme le démontrent les titres et la seigneurie foncière. Pour faire un point biographique, Malaspina intègre le Collège Clémentino de Rome en 1765, qui appartenait aux clercs réguliers de Somasques, où se développent les heureuses qualités de son esprit, et où il unit ses connaissances scientifiques à ses pratiques du monde et à d’innombrables lectures dans le domaine scientifique et politique.

  • 18 Alejandro MALASPINA, op. cit., p. 153.

10Ce bagage du voyageur italien, sans mauvais jeu de mot, contribue ainsi à mûrir une pensée éclectique qui devait finir par se concrétiser dans différents projets d’écriture de veine politico-scientifique, rationnels et structurés. Pour Malaspina, observer devient assurément une condition nécessaire de la connaissance et donc un outil utile pour un navigateur. Selon lui, voir, sentir, toucher, sont les premières actions obligatoires afin de s’informer sur le monde qui l’entoure, afin de connaître l’univers concret, abstrait, voire halluciné, et de guider ou d’orienter chaque action à partir de ce qu’il appelle dans son œuvre la « natural curiosidad »18.

11Malgré son prestigieux ancrage toscan, Malaspina décide ensuite de rejoindre la Real Armada d’Espagne qu’il sert en tant que cadet dans l’Ordre de Malte, avant de poursuivre son apprentissage d’aspirant de marine à Cadix, qu’il rejoint en 1774. Très vite, il gravit les échelons et devient capitaine de frégate en 1782, grade avec lequel il voyage l’année suivante à Manille sur ordre du monarque avant d’être invité à commander la fameuse frégate Astrea précédemment citée pour la compagnie philippine en 1786. Une donnée importante : lorsqu’il débarque à Lima pour la première fois, il a déjà façonné ses idées sur le libre-échange mais surtout, il se rend compte de la situation coloniale, de ses excès, de ses inégalités et des velléités de changement de la population.

  • 19 Ibidem, p. 27.

12Après son retour à Cadix en 1788, il sert ensuite à terre pour la Compañía de Guardias Marinas et soumet une proposition pour une expédition qui ferait le tour du monde et qui compléterait les travaux hydrographiques des explorateurs précédents. Ce projet va ainsi le mener en Amérique du Sud en 1789 après des préparatifs qui vont demeurer secrets pour légitimer à la fois une sorte de raison d’État et pour couvrir certaines pratiques relatives à la sécurité. Les instructions seront d’ailleurs extrêmement complètes comme en témoignent le contenu des 29 instructions « notables »19 rédigées avec une précision absolue par Malaspina à l’endroit de Bustamante, son second, et intégrées en préambule à l’œuvre finale qui sera alimentée par de nombreux ouvrages de référence.

  • 20 Andrés GALERA, « El proyecto botánico de la expedición Malaspina », Asclepio, 47 (2), 1995, p. 159- (...)

13Outre un nombre impressionnant de cartes, la bibliothèque embarquée à bord des deux navires est conséquente mais finalement moins importante que prévue car l’envoi de l’Académie des Sciences de Paris n’arrivera jamais. Préparée dans l’urgence, elle est toutefois constituée de livres parfaitement adaptés aux besoins des navigateurs et des explorateurs qui vont se confronter à l’opposition traditionnelle entre connaissances théoriques et sciences du terrain. Ainsi le départ a-t-il lieu le 30 juillet 1789 et l’expédition arrive-t-elle alors à Montevideo le 13 septembre. Hydrographie, astronomie, zoologie et botanique20 sont tout de suite au rendez-vous grâce à la présence à bord d’une équipe scientifique complète chargée des disciplines souvent délaissées par les marins.

  • 21 Alejandro MALASPINA, op. cit., p. 55.

14Notons que ceci est un fait relativement récent en 1789, ou plutôt un choix innovant et assumé qui, après Juan et Ulloa qui s’étaient vus imposer leur équipe de scientifiques par la même Académie des Sciences de Paris durant leur voyage de 1745, va permettre d’étoffer considérablement le nombre de savants embarqués et surtout de les choisir : « la tripulación de los buques que han de hacer el viaje confiado a usted. deberá componerse de marineros de entera satisfacción, asi por su conducta como por su robustez, habilidad, etc. »21 lit-on dans la documentation royale.

  • 22 Josef OPARTRNY, La expedición de Alejandro Malaspina y Tadeo Haenke, Prague : Karolinum, 2005.
  • 23 María Pilar DE SAN PÍO ALADRÉN (coord.), La armonía natural. La naturaleza en la expedición marítim (...)

15Malaspina va donc disposer d’un état-major scientifique jamais égalé jusqu’alors avec les officiers de renom de l’époque tels que Dionisio Alcalá, José Espinosa, Antonio Tova, ou les savants Tadeo Haencke22, Louis Née ou Antonio Pineda qui va répertorier, en tant que chef de l’équipe des naturalistes23, plus de 500 espèces animales, mais aussi analyser les eaux minérales, la salubrité atmosphérique, ou la vitesse du son.

  • 24 Alejandro MALASPINA, op. cit., p. 185.

16En n’utilisant que très rarement dans son œuvre la première personne qu’il aurait pu davantage utiliser (il l’use pour asseoir son autorité lorsqu’il écrit au Vice-roi de la Nouvelle Espagne pour annoncer son arrivée à Acapulco par exemple, ou pour montrer sa bravoure durant les tempêtes24), Malaspina attire l’attention sur la notion de groupe avec ces savants choisis. Ces derniers vont ainsi former une communauté importante à bord de chacun des deux navires, et aussi suffisante pour que les exigences de leurs travaux soient prises en considération par le commandant en chef.

  • 25 Ibidem, p. 80.

17Les équipages des expéditions de cette nature, au sein desquels se trouvaient donc des astronomes, des physiciens, des naturalistes, des peintres et des dessinateurs, formaient des groupes humains, aux intérêts du reste souvent contradictoires, comme Malaspina l’indique. Il n’est pas rare que lorsque certains expéditionnaires préféraient multiplier les observations sur la terre ferme, d’autres souhaitaient que l’expédition avance pour éviter les situations périlleuses. Sont alors évoquées à maintes reprises les causes des difficultés rencontrées avec un certain pragmatisme et souvent une lourde angoisse : les éléments naturels, les dégâts matériels, les maladies, les difficultés d’avoir du secours, la nourriture, pour quelqu’un qui recherchait constamment « su indispensable buena calidad »25, et donc les tensions pour ne pas dire les rixes au sein de l’équipe…

  • 26 Ibidem, p. 118.
  • 27 Ibidem, p. 123.

18Mais revenons au voyage à partir du texte qui apparaît dès les premières lignes comme l’histoire d’une traversée géographique et expérientielle. En effet, le 12 novembre 1789, les voyageurs repartent de Montevideo, après avoir participé aux fêtes « para la jura de S.M. felizmente reinante »26, Charles IV donc, pour se diriger vers le Pacifique ibérique, et font escale au Puerto Deseado où ils rencontrent les Indiens patagons dont Malaspina étudie la quotidienneté d’un point de vue ethnographique et linguistique : l’Italien relate d’ailleurs avec enthousiasme une scène « naturalmente compuesta más bien de gestos que de palabras »27.

  • 28 Manuel BUSTOS RODRÍGUEZ, Los comerciantes de la carrera de Indias en el Cádiz del siglo XVIII (171 (...)
  • 29 Aurora CAPILLAS DE CASTELLANOS, Montevideo en el siglo XVIII, Montevideo : Nuestra Tierra, 1971.
  • 30 Isaac SAENZ MORI, Urbe y Fortificación. Las murallas ribereñas de la ciudad de Lima 1687-1824, Lima (...)

19D’un point de vue maritime et économique, il fallait trouver la meilleure route au niveau du Cône sud qui permettrait de commercer le plus facilement et de contenir les avancées britanniques. Puerto Edmond, Chiloe, Valparaiso, Coquimbo, où est entreprise une étude des ressources minières, le Callao, afin de réparer les bateaux, furent les étapes suivantes qui mêlèrent à nouveau l’ensemble des activités pour lesquelles l’expédition avait été financée. Trois ports principaux jalonnent donc la première étape de cet itinérance qu’il trace à sa guise à travers le très objectif champ événementiel : Cadix28, en tant que site de communication le plus important avec l’Amérique espagnole, Montevideo29, qui, grâce à son dynamisme commercial, devient en cette fin de XVIIIe siècle une véritable forêt de mâts, et l’incontournable Callao30, le premier port de toute l’Amérique ibérique, devenu le nœud des échanges maritimes.

  • 31 Alejandro Malaspina, op. cit., p. 128.
  • 32 Ibidem, p. 169.

20Après un séjour non moins inéluctable à Lima, le 20 septembre de l’année suivante, donc en 1790, l’expédition se dirige ensuite vers Guayaquil où est entreprise une étude hydrographique du río Guayas ainsi que l’exploration des volcans Chimborazo et Tungurahua. Les navires se rendent après à Panamá en novembre de la même année afin d’étudier la problématique de circulation transisthmique entre façade atlantique et façade pacifique. L’idée d’établir un passage par voie fluviale remonte à Balboa, on le sait : dès 1513, à une époque où les connaissances topographiques, géologiques et climatiques étaient sommaires, le conquistador espagnol pensa à utiliser les fleuves du Darién pour passer d’une côte à l’autre. L’étude du territoire isthmique était donc obligatoire même si naviguer n’était pas facile à ce moment-là de l’année, à cause de la brume qui enveloppait constamment les côtes. Faire des relevés, était alors impossible, et la tempête (ce que le texte appelle « el imperio de los vientos »31) inquiétait Malaspina qui y voyait l’approche de la mauvaise saison. Le navigateur avait beaucoup à faire dans ce secteur, et peu de temps devant lui : « muchas lluvias mezcladas a veces con ráfagas violentas y con algunos rayos »32.

  • 33 Carlos ALONSO MENDIZÁBAL, Lorenzo Ferrer Maldonado : el misterio del paso del noroeste, Barcelone : (...)

21L’expédition se rend plus tard au Mexique, la voilà donc longeant Acapulco, qui était la destination finale des galions de Manille, puis elle atteint le territoire de Nootka afin de vérifier la supposée existence d’un canal entre l’Europe et l’Amérique qui serait situé au Nord-est du Cap du Bon temps au niveau d’un glacier qui s’appelle aujourd’hui le glacier Malaspina. Cette reconnaissance, ordonnée par la Couronne, devait confronter les résultats avec ceux de l’Académie française des Sciences qui venait de réétudier a posteriori le voyage de Lorenzo Ferrer Maldonado33 de 1588, qui affirmait l’existence de ce canal, et dont l’épisode prend ici les allures d’un feuilleton colonial qui se reconstitue devant nos yeux de lecteurs curieux.

  • 34 Eric BEERMAN, Malaspina at Monterey in 1791, Monterey : The Monterey History and Art Association, 1 (...)

22Finalement, après un retour au Mexique, à Monterey34 (Californie), à Cuernavaca, à Guanajato et à Mexico notamment, où les expéditionnaires profitent des charmes de la ville, les deux corvettes se dirigent vers les Philippines en février 1792, épisode cocasse d’ailleurs car les autochtones les prennent pour des pirates à leur arrivée, puis vers la Nouvelle Zélande, et enfin vers la Nouvelle Hollande avant de repasser, lors du tornaviaje, par l’Amérique méridionale et d’effectuer quelques études hydrographiques et autres expériences sur la gravité. En juin 1794, l’expédition rentre enfin à Cadix et Malaspina présente son rapport écrit à la Cour en septembre 1794.

L’écriture de l’itinérance

  • 35 Alejandro Malaspina, op. cit., p. 28.
  • 36 Ibidem.

23En suivant ses illustres prédécesseurs, Malaspina va expliquer précisément sa démarche et son projet : « En un viaje de esta especie ha de prevalecer precisamente un método opuesto al de los buques ordinarios de la Armada »35. Ainsi revendique-t-il tout d’abord l’importance de la raison et une grande curiosité pour les voyages et mentionne-t-il son attachement à l’union sacrée : « Así es mi ánimo en esta parte que la razón y la uniformidad sean las armas siempre preferidas al rigor militar »36. Les intentions intellectuelles sont même rapidement évoquées : il s’agit de proposer une écriture qui décrit et explique en même temps, qui parle à la fois des réalités vécues et des constats scientifiques. Nous sommes d’ailleurs clairement face à un moment où la science et la littérature ne sont pas encore imperméables, où l’auteur peut encore mêler considérations pittoresques et hypothèses scientifiques. On a donc une sorte d’hybridation qui va structurer le projet d’écriture individuel souhaité et orienté par la Couronne espagnole qui va réclamer objectivité et simplicité.

24La Real orden précisait d’ailleurs :

  • 37 Ibidem, p. XVI.

Deja S. M. al arbitrio de V. R. la ordenación de este trabajo en los términos que le dicten sus conocimientos; pero sin apartarse de los hechos, como debe suponerse, y empleando en su narración la sencillez conveniente para la instrucción de todos y principalmente del Cuerpo de la Armada37.

  • 38 Paul RICŒUR, Temps et récit. Tome III : Le temps raconté, Paris : Le Seuil, p. 733.

25On voit ici que le discours de la Cour, qui insiste sur le mot « instruction » comme étant utile à l’ordre public, fait donc référence à Malaspina en tant qu’autorité scientifique en lui demandant de laisser place à la fidélité de la mémoire et au vœu de vérité, pour utiliser les expressions de Ricœur38, afin d’assurer la légitimité des positions et des décisions. Rappelons que les pratiques de gouvernement se fondent ici sur un savoir issu des sciences, et des différents champs de la connaissance qui tentent d’explorer, d’exposer, d’éclaircir les faits et peut-être même de prévoir les événements du monde, en l’occurrence ceux du Nouveau Monde.

  • 39 Real Jardín Botánico, La botánica en la expedición Malaspina, 1789-1794, Madrid : Turner, D.L. 1989

26Le rôle actif de la Couronne et de son Real Gabinete botanique39 est ici à noter, puisqu’ils semblent fonctionner comme un référent chez des voyageurs partis à la découverte de ces mondes lointains, et qui souhaitent, d’une manière ou d’une autre, faire savoir qu’ils peuvent servir la science. Malaspina, qui enverra 70 rapports à cette institution scientifique, contacte même personnellement Antonio de Ulloa qui va lui fournir ainsi des indications cartographiques précieuses, et donc effectuer une sorte de passage de témoins. Nous citerons ici un extrait d’une lettre que Malaspina rédige au lieutenant-général Ulloa, avant de quitter l’Espagne :

  • 40 Alejandro Malaspina, op. cit., p. 57.

Sus vastos conocimientos, su verdadero amor al progreso sólido de las ciencias, y finalmente su bondad constante y casi paternal hacia mí, son otros tantos títulos que afianzan aquel proyecto [concepto]40.

  • 41 Ibidem, p. 37.

27Le récit de voyage de Malaspina, comme ceux des grands voyageurs du XVIIIe siècle, structure avec discipline les étapes et les résultats de l’itinérance. L’organisation est même clairement méticuleuse avec un « discurso preliminar »41 de 14 pages, qui donne l’impulsion de sa démarche scientifique, et avec une articulation en trois tomes. Et le texte s’offre volontairement des paternités prestigieuses pour expliquer l’importance du voyage : de Bougainville à La Pérouse en passant par Cook, Hunter ou Ulloa, on vient de le voir.

28Même si l’écriture de l’Histoire sédentarise et fige, le récit est volontairement rythmé par des étapes qui sont retranscrites à partir du vécu et des interprétations de Malaspina. Un voyage avec un parcours précis, et donc de nombreuses stations d’arrêt, des haltes plus ou moins longues durant lesquelles, répétons-le, le voyageur est confronté à de rudes épreuves : vents, froid, chaleur extrême mais aussi la destruction d’une partie des navires ou la désertion de nombreux membres d’équipage qui essaieront pour certains d’entre eux de s’enrichir… ou de chercher l’eldorado… tout ceci rendant bien souvent difficile les conditions de production du texte de Malaspina.

  • 42 Carmen SOTOS SERRANO, Los pintores de la expedición de Alejandro Malaspina, Madrid : Real Academia (...)

29Venons-en donc maintenant précisément à l’écriture du voyageur italien, à la retranscription de son histoire maritime qui était, disons-le ainsi, régulière et simple, comme l’avait réclamé la Couronne. Pour évoquer l’analyse narratologique, le texte s’articule autour des items suivants : construction référentielle, enchaînement des événements, entrelacement de narrations et de calculs scientifiques, chiffres, descriptions, esquisses, iconographie42.

30Rappelons que l’œuvre s’intitule directement le Viaje político-científico alrededor del mundo, sans catégorisation précise tels que relación, relato, discurso ou informe, ce qui lui offre une plus grande latitude d’approche et de construction littéraires. Ainsi les itinérances, souvent choisies, telles les jalons de la démarche scientifique, donnent-elles alors l’occasion à Malaspina d’exercer son talent avec une acuité qui peut aller au-delà de la simple illustration scientifique pour se rapprocher de l’étude anthropologique, on l’a vu avec les Patagons et nous pourrions le voir avec les indigènes de Californie ou d’Acapulco, et surtout de l’instruction politique, nous le verrons.

  • 43 Alejandro MALASPINA, op. cit., p. 79.
  • 44 Ibidem, p. 100.
  • 45 Hayden WHITE, The Content of the Form : Narrative Discourse and Historical Representation, Baltimor (...)

31C’est maintenant la pluridisciplinarité de l’explorateur qui doit aussi être saluée ici tout comme la quantité des informations rapportées avec un lien causal considéré comme évident à l’utilité du voyage et comme indispensable pour la science, pour la société, pour la « utilidad pública »43 souligne-t-il. Un travail de précision, assurément, mais surtout d’innovation, où la nouveauté des informations rapportées sert la dynamique du « faire-croire historique »44, cet entrecroisement du convaincre et du plaire cher à Hayden White, car pour Malaspina : « La descripción del viaje, o sea el diario, es por su naturaleza mas bien cansado »45.

  • 46 Alejandro MALASPINA, op. cit., p. 148.

32Malgré le fait qu’il s’agisse d’un texte commandé par la Couronne espagnole, Malaspina fait fi des ennuyeux et techniques rapports de navigation en nous livrant ses impressions et en laissant une certaine place à des observations personnelles, ce qui lui permet en outre de faire entrevoir parfois une profonde émotion éprouvée au milieu d’une nature exceptionnelle : « La situación fue tan placentera como la que acabamos de describir », écrit-il à propos de l’île Chiloe »46.

33La nature avec les feuilles, les roches, les arbres, les fleurs, le sable, la terre, l’eau, les nuages, le soleil et le ciel créent un si beau tableau dont la somptuosité ou la dangerosité sont accentués par le recours au présent de narration, aux épithètes de nature, aux contrastes, à l’accentuation des couleurs des panoramas, aux répétitions et à l’évocation du plaisir ou de la menace. Une analyse précise des innombrables descriptions montre qu’il y a donc une littérarité de l’histoire et du récit des événements vrais. Même si Malaspina a la charge de la preuve, dramatisation et héroïcisation sont au rendez-vous pour désigner des territoires qu’il arpente de façon peu aisée et évoquer des mers peu hospitalières. Citons :

  • 47 Ibidem, p. 239.

son importantes las precauciones que nos habían indicado en Manila para este caso, y estribaban particularmente, en la necesidad de conservar una grande inmediación a la costa para no ser arrastrados por la marea a un fondo crecido y de mala calidad, como también en la atención de no apartarnos a más de dos cables de la playa cuando diésemos fondo, para no encontrar las muchas piedras sueltas que a mayor distancia lo hacen bien molesto y peligroso47.

  • 48 Ibidem, p. 458.
  • 49 Alejandro MALASPINA, op. cit., p. 78.

34Avant de passer à notre dernière partie, on voit que l’Italien récrit donc le voyage à sa manière, « la narración individual de lo que experimentamos »48, et recrée son voyage avec la mise en intrigue du réel. Ajoutons que l’emphase ne perd évidemment pas de vue le réel justement avec l’évocation des habitants, de leurs maisons et de certaines coutumes qui constituent un terrain d’analyse. Aspects culturels et géographiques se mêlent alors dans la précision topographique qui est aussi constamment présente : « resultó agregados a los promedios de 63 series de distancias a Antares y Ala del Águila, que la longitud de la medianía de la isla era de 23° 7' 35" »49, lit-on dès son arrivée sur l’île de Trinidad.

  • 50 Bartolomé MAURA MONTANER, Baile de hombres en las islas de Vavao, Madrid : Imprenta de la viuda e h (...)
  • 51 Alejandro MALASPINA, op. cit., p. 273.

35La liberté narrative est donc de mise avec une exigence de transmission des histoires personnelles qui sont aussi le véritable aiguillon du récit. L’étude de la halte dans la baie de Maurelle, de la grande île pacifique de Vavao50, durant laquelle l’expédition se mêle durant plusieurs jours et plusieurs nuits aux « naturales »51, est signifiante. Nous avons alors le passage du prétérit à l’imparfait dont l’usage est continu, des variations dans les constructions verbales avec des phrases complexes, plus longues, plus lourdes qui relèvent le ton de l’épisode avec un certain relâchement et une écriture moins mécanique.

36Cet épisode sur ce territoire des antipodes, qui couvre huit pages, constitue une halte dans le récit, un moment de recul, une prise de hauteur face à ces expériences vécues au loin, qui dévoilent la diversité du monde pacifique. Vivante, dans ses variations d’écriture et d’intensité, l’œuvre est aussi descriptive, autant des mœurs des territoires explorés, que de la manière dont ces mœurs étaient considérées par des yeux occidentaux. Derrière les aléas du voyage et certains vols commis au début par des femmes aguicheuses, se dresse alors une puissance extérieure, une réalité nouvelle qui dépasse ce que Malaspina, ici, pouvait peut-être avoir imaginé au préalable. C’est d’ailleurs pour cela que l’Italien va célébrer la tolérance et l’accueil des autochtones, et de leur chef Vuna.

La société coloniale : l’œil de Malaspina

  • 52 Juan PIMENTEL, Malaspina y la Ilustración : pensamiento político, utopía y realidad colonial en Ale (...)

37La vision coloniale de Malaspina, enfin, dont il ne livre qu’un point de vue partiel sur des événements qui n’apparaissent d’ailleurs jamais sous toutes leurs faces, tel le cube de Paul Veyne, est une suite de réflexions sur la géographie, la société, le commerce, autant de sujets prétextes à la polémique. Malaspina va alors entreprendre un effort de synthèse qui a pour but de rassembler en un tout cohérent les éléments éparpillés qu’il a rassemblés au préalable et qui vont alimenter les débats innovants à l’époque, mais de plus en plus habituels dans des récits de voyage où l’on réfléchit sur le « sauvage », sur la loi naturelle, sur les mœurs et où l’on évoque indirectement les excès du despotisme52. Citons :

  • 53 Alejandro MALASPINA, op. cit., p. 596.

Puede establecerse en primer lugar como axioma, que la administración de tributos, derechos y diezmos, es tanto más nociva al contribuyente y tanto menos útil al Erario, cuanto mayor es la distancia del centro y buen orden de la Monarquía, y más inasequibles los esfuerzos para el remedio de cualesquiera abusos53.

38Et c’est bien cela qui fait la particularité du livre : à travers la dénonciation indirecte du colonialisme de son temps, tel qu’il le voit, les lecteurs y trouvent matière à la critique du gouvernement, de l’intolérance, du manque de liberté. On peut donc envisager l’œuvre comme une ambition affichée de peindre l’histoire coloniale comme un tout à partir d’une itinérance qui permet à Malaspina de collecter des renseignements économiques, urbanistiques, administratifs, religieux, etc., sans éluder les ressources humaines et les richesses naturelles particulières de chaque territoire parcouru.

  • 54 Ibidem, p. 90.
  • 55 François DOSSE, « Michel de Certeau et l’écriture de l’histoire », Vingtième siècle. Revue d’Histoi (...)

39De nombreuses propositions de réformes sont alors exposées dans le Viaje en portant sur les libertés comme sur les impôts avec un focus inattendu. Ce qui est présent dès les premières lignes du discours préliminaire qui crée une nouvelle pratique du sens : « Es, por consiguiente, necesario en el examen propuesto de la América, abandonar el hilo de los razonamientos adoptados hasta ahora »54. Notons qu’au-delà de la volonté de Malaspina de restituer l’histoire dans un rapport d’urgence à son temps, comme l’écrit Michel de Certeau55, et de proposer une reconstitution historique de la situation coloniale, il y a là encore le souci de faciliter la lecture avec des mots simples, des enchaînements significatifs et une construction causale du discours. Nous nous trouvons alors devant une écriture qui dévoile un monde lointain et en invente quasiment un autre, plus pratique, plus logique. Pour le dire différemment, le voyage malaspinien constitue ainsi un concept opératoire à partir duquel s’élabore un certain discours du monde américain perçu et souhaité.

  • 56 Paul VEYNE, Comment on écrit l’histoire, Paris : Seuil, 1971, p. 81.

40Malaspina a parallèlement sur son travail une attitude réflexive. Il observe, met en question et étudie les finalités presque autant qu’il observe « une grisaille d’événements singuliers »56, pour paraphraser à nouveau Paul Veyne. L’effort du travail historique consiste justement, ajoutons-le, à retrouver l’organisation naturelle des faits pour les appréhender car les événements n’existent pas séparément.

  • 57 Marisa GONZÁLEZ MONTERO DE ESPINOSA, La antropología en la expedición de Alejandro Malaspina, Madri (...)

41Notons maintenant que la pensée scientifique de Malaspina s’insinue dans l’art du diagnostic avec comme fondement celui fourni par les examens, par des études qualitatives et quantitatives. Traitant de problèmes à la fois variés et complexes, s’appuyant sur une objectivation des phénomènes que l’on pourrait qualifier de politiques, ses études, qui s’intéressent donc au corps social en tant qu’objet de l’histoire, puisent aux multiples sciences du monde physique et du monde social : géologie, géodésie, économie, politique, anthropologie57, sans la nommer ainsi bien sûr, etc.

42Dès lors, elles proposent non seulement une grille de lecture jugée objective et neutre des problèmes politiques à lui-même et aux gouvernants, mais elles leur procurent un riche argumentaire aux accents scientifiques afin de justifier et de légitimer la prise de décision pour une Amérique qui est alors divisée en trois blocs :

  • 58 Alejandro Malaspina, op. cit., p. 91.

Atento a la división necesaria para tratar las materias políticas, hemos considerado los dominios ultramarinos de la España divididos en tres grandes trozos; la América meridional desde el Cabo de Hornos hasta el Istmo de Panamá; la septentrional (comprensiva de las Antillas), desde el Istmo hasta sus limites inconcusos al Norte; y las Islas Marianas y Filipinas en los mares del Asia58.

  • 59 Manuel LUCENA GIRALDO, Los Axiomas políticos sobre la América de Alejandro Malaspina, Aranjuez : Do (...)

43Précisons aussi que ce mariage entre le scientifique et le politique apparaît dans un autre écrit majeur de Malaspina aux forts accents newtoniens intitulé Axiomas políticos sobre la América59, et rédigé juste avant son départ en 1789. On y trouve alors une analyse perspicace de l’Amérique pré-indépendantiste, avec une focalisation économique qui reconnaît à son grand dam la primauté des métaux précieux au détriment des activités de ses productions, tout comme une analyse de son administration inopérante du fait la corruption et des excès. L’armée et la marine constituaient quant à elles un géant au train de vie ruineux. Et il s’agit bien là du problème : la démesure de la machine de guerre par rapport aux capacités financières. Citons :

  • 60 Alejandro Malaspina, op. cit., p. 591.

 Examinemos un momento nuestras colonias de la costa Patagónica y Malvinas, y para no renovar a la memoria la cadena fatal de mil gastos enormes que han dado lugar en tiempos pasados60.

  • 61 Manuel LUCENA GIRALDO, op. cit., p. 101.

44De surcroît, l’administration espagnole développa un coûteux programme naval de construction pour maintenir sa flotte à un niveau suffisant. Il en résulta un travail parfois mauvais, et un important gaspillage de ressources. Cet argent mal géré entraîna la déconfiture de l’arsenal à la fin du XVIIIe siècle. « Verdades evidentes, concedidas por todos y que no necesitan pruebas »61, écrivit Celestino Mutis à propos du contenu de l’œuvre malaspienne.

  • 62 John KENDRICK, Alejandro Malaspina : portrait of visionary, Montréal : McGill-Queen’s University Pr (...)

45Pour Malaspina, la politique monétaire offre aussi un bon terrain d’observation des limites techniques du groupe dirigeant. L’Italien est effectivement capable, sans doute éclairé par les spécialistes, de tenir un raisonnement solide sur les mécanismes économiques à changer62. Ces questions imposeraient d’ailleurs au futur pouvoir indépendant une prise en compte des réalités métalliques quand bien même l’argent, dans une société chrétienne traditionnelle, pose dès le départ des problèmes de morale. Le rôle de Malaspina consiste alors à imposer un nouveau discours éthico-politique, et à effacer la maxime selon laquelle la monnaie, c’est le roi dans toutes les mains. L’Espagne mercantiliste confondait la possession de métaux précieux avec la richesse, et ne voyait pas la monnaie pour ce qu’elle était : un simple moyen d’échanges. Pour Malaspina, seuls le commerce et les capacités de production d’un pays font sa prospérité, et non le montant de ses réserves en or et en argent.

  • 63 Alejandro Malaspina, op. cit., p. 590.

46Mais en sciences dures comme dans les sciences de gouvernement, l’établissement d’un diagnostic n’est qu’une première étape. La vigilance est ensuite de mise : « aún en el día amenazan nuevas discordias y exige en el Gobierno una atención seria y constante »63 écrit-il à propos de la Patagonie.

47Les processus de prise de décision politique qui suivent, et qui dans notre cas présent étaient demandés par le Roi, nécessitent l’inscription dans une temporalité, le passé et le présent du diagnostic, mais aussi la projection vers un futur pensable, en adhérant à l’exigence de prévoyance et de prévision des risques éventuels. « Gouverner, c’est prévoir » affirme l’adage. Mais c’est aussi connaître la terre administrée et ses habitants :

  • 64 Ibidem, p. 592.

¡ Oh, cuándo llegará la época feliz de la Monarquía en la cual los proyectos para la conservación ventajosa de la América no envuelvan ni sacrificios graves del Erario, ni multiplicidad de empleados, ni un semblante de religión y riquezas que ya no admiten, ni el conocimiento del suelo, ni el del hombre en el cual no sea el Monarca el único móvil de los ensayos harto equívocos, costosos !64

48Aussi, scientifiques comme décideurs politiques doivent-ils prévoir l’évolution de la situation problématique, une évolution qui, puisqu’elle est fondée sur l’énonciation d’hypothèses au moment du diagnostic, ne peut être que potentielle ou fondée avant d’être absolue :

  • 65 Ibidem, p. 96.

La narración del viaje y la descripción fisica y política de los países visitados, [que] comprenden a cualquiera clase de los hombres estudiosos, deben darle una idea justa, si no completa, de los establecimientos nuestros de Ultramar65.

  • 66 Juan PIMENTEL, La física de la monarquía : ciencia y política en el pensamiento colonial de Alejand (...)
  • 67 Alejandro Malaspina, op. cit., p. 695.

49Grâce aux sciences, le témoin et critique Malaspina va donc investir le monde social sous toutes ses formes avec des pratiques thérapeutiques66 qui peuvent être circonscrites en favorisant par exemple le développement économique, la suppression des impôts, l’égalité et la liberté individuelle. Pour Chiloe, par exemple, il évoque encore les tributs et parle de : « la necesidad de abolir todas sus contribuciones y casi todos los impuestos con que está en el día sobrecargada »67.

  • 68 Ibidem, p. 164.

50Ajoutons qu’en raison de la répétition du même, les réformes peuvent même se faire plus globalisantes eu égard aux projets de planification d’ensemble, de transformation globale du territoire américain qui se tissent dans le texte. De même, les dissensions semblent être tout d’abord internes, la singularité des « Américains » à partir de leur différenciation et de leur projection étant mise en exergue68, tout comme les particularités des groupes indigènes exploités. Malaspina adresse même une mise en garde à l’Espagne :

  • 69 Ibidem, p. 590.

La España, en sus combinaciones, está siempre ligada con tres objetos difíciles de reunirse sin que choquen y se ofendan mutuamente, y son: 1.° sus fuerzas y ventajas; 2. sus relaciones en la balanza de Europa; 3.° sus relaciones con los indios moradores; y aunque en los países más fértiles, poblados y ricos de nuestras conquistas no pasen de los ya citados los puntos políticos de vista bajo los cuales ha de considerarse la Monarquía, ya las costas Patagónicas, a pesar de no tener circunstancia alguna favorable, bien llegado a abrazar todos estos objetos, en un grado tanto más interesante, cuanto más capaz es de un remedio temprano y oportuno69

  • 70 Ibidem, p. 595.
  • 71 Ibidem, p. 390

51L’amour de Malaspina pour la Nature semble en harmonie avec ses idées philosophiques. Après avoir remarqué que la violence, la cupidité et la corruption régnaient en maître sur ces terres, il rejette l’atmosphère corrompue des villes coloniales et insiste sur les « muchos errores políticos »70. Il est vrai que le vice était trop souvent toléré : c’était un fait alors généralisé en Amérique espagnole. Citons : « Por este medio adquieren algunos riquezas bastante considerables, sin que éstas se hagan visibles por la opulencia en su trato público o privado »71 écrit-il à propos de Veracruz. La cupidité faisait commettre à certains des crimes odieux. Face à cet espace corrompu qu’il faut transformer, Malaspina oppose indirectement l’espace rural, contrepoint de la ville. Quand bien même elle ne fut pas épargnée par la brutalité des Espagnols, la campagne, lieu de vérité, de liberté et de potentialités, se voit célébrée, idéalisée.

  • 72 Catherine POUPENEY HART, op. cit., p. 20.

Plus que la solution elle-même, exposée en termes finalement imprécis, ce qui est nouveau dans l’apport de Malaspina est le changement de perspective : ni hispanocentrique, ni américanocentrique, le point de vue se veut neutre, il est utopique72.

52Il est vrai que l’exploration menée ne se limite pas aux seules frontières de la géographie, mais concerne tout autant les possibilités d’une nouvelle action politique encore hypothétique. Rappelons enfin que, si l’utopie est un lieu de nulle part, qui concerne ici une contrée lointaine, elle s’ancre toujours dans un espace-temps, celui de l’écriture du récit qui tend à créer une nouvelle société bénéfique pour l’Espagne et ses territoires d’Amérique et d’Asie.

53Avant de conclure, nous pouvons synthétiser la visée politique des manuscrits de Malaspina comme suit : nécessité de transformer les territoires coloniaux en suivant le modèle libéral qui doit supprimer le monopole commercial ; création d’une entraide entre les États grâce au négoce ; actions nouvelles d’un gouvernement réformé et réformateur qui ne pourrait administrer que quelques villes stratégiques ; majorité des territoires administrés par les Indiens. Citons d’ailleurs ce qui constitue une charte des valeurs à fort contenu idéologique :

  • 73 Ibidem, p. 693.

La rectitud, la buena fe, el desinterés, la suposición de una verdadera igualdad de derechos, y la misma compasión hacia unos hombres entregados á sus pasiones, deben ser la guía de los que intervengan y los que dirijan particularmente en los primeros años estas concurrencias o mercados, y dejamos al político el investigar de antemano hasta que punto esta idea nuestra es compatible con las verdaderas utilidades de la prosperidad nacional, único objeto que jamás debe perderse de vista73.

54Pour Malaspina, c’est seulement dans les situations concurrentielles que chacun pourra exploiter au mieux ses qualités, en obtenir la juste rémunération, et apporter sa pleine contribution au bien-être collectif. La concurrence apparaît comme la règle de bon fonctionnement car elle est compatible avec la liberté et le laisser-faire. Ainsi, il veut que les nouveaux rapports commerciaux de l’Amérique indépendante soient réglés par les lois libérales. Il affirme d’ailleurs que l’histoire de l’humanité se dirige vers une société commerciale, basée sur l’entraide et sur la liberté et que les entraves sont préjudiciables :

  • 74 Ibidem.

No ocultaré a la rectitud del gobierno, que a pesar de deber las colonias en cuanto al comercio, ser útiles y tributarias a la matriz, no deben no obstante, perder el derecho de emplear sus fondos en los productos de su territorio, siendo éste el único derecho que les queda, cuando en la importación y en los cambios ya se les hace tributarios: sin este derecho, se hallarían sentenciados a una pobreza tanto más duradera , cuanto más se le estrechase el modo de explayar su industria y de emplear o formar sus propios fondos74.

55À son retour en Espagne, Malaspina écrit alors une lettre au Roi le 24 décembre 1794 dans laquelle il insiste sur la validité de ses idées à la recherche des clefs de la prospérité nationale et sur la marche à suivre afin de permettre à la monarchie espagnole de recouvrer sa splendeur passée :

  • 75 Ibidem, p.  XVIII.

He escrito cuanto mis ideas me sugerían para poder ser útil á este país en momentos tan tempestuosos: un solo día me hubiera bastado para explicar mi sistema: todo lo he visto, todo lo he visitado; con un pequeño paso quizá se hubiera podido entrar en buen camino y en la sana filosofía75.

  • 76 Emilio SOLER PASCUAL, Antagonismo político en la España de Godoy : la conspiración Malaspina (1795- (...)
  • 77 Eric BEERMAN, El diario del proceso y encarcelamiento de Alejandro Malaspina (1794-1803), Madrid : (...)

56Quelques mois plus tard, en septembre 1795, Malaspina envoie finalement son œuvre au gouvernement espagnol de Manuel Godoy76 qui va l’accuser d’être un révolutionnaire et un séditieux, et ordonner son arrestation77. Certes, en creux, le navigateur italien critiquait également dans ses propositions la gestion néfaste du favori mais ce que l’on doit retenir c’est donc une vision lucide sur des territoires qui de tous temps ont sollicité l’expression écrite. Et c’est donc par une écriture maîtrisée et sincère que le trop de sensations, le gigantisme du continent, l’attrait des îles, le débordement émotionnel face à la nature, se sont alors déversés avec brio dans des centaines de pages qui sont autant des chocs sensoriels et des innovations scientifiques que des pans d’une histoire coloniale qui s’enracinent avec la plume de Malaspina afin de faire progresser et de libérer l’humanité des jougs omniprésents.

Haut de page

Notes

1 Alessandro SODDU, « Struttura familiare e potere territoriale nella signoria dei Malaspina », in Giornale Storico della Lunigiana e del territorio Lucense, 2007, p. 135-152.

2 Boletín Oficial del Estado, La expedición de Alejandro Malaspina (1754-1810) : una empresa de la Ilustración española, Madrid : Boletín Oficial del Estado, 2009.

3 Ricardo CEREZO MARTÍNEZ, La expedición Malaspina, 1789-1794, Madrid : Museo Naval : Ministerio de Defensa, 1987.

4 Armando ALBEROLA ROMÁ, Cayetano MAS GALVAÑ, y Rosario DIE MACULET (éd.), Jorge Juan Santacilia en la España de la Ilustración, Alicante : Publicacions de la Universitat d’Alacant, 2015.

5 Alejandro MALASPINA, Viaje político-científico alrededor del mundo por las corbetas Descubierta y Atrevida, Introducción de Pedro de Novo y Colsón, Madrid : Imprenta de la viuda e hijos de Abienzo, 1885, p. 52.

6 Enrique GIMÉNEZ LÓPEZ, « La militarización de las ciencias útiles », Canelobre, 51, 2006, Alicante : Diputación, Instituto de Cultura Juan Gil-Albert, p. 37-43.

7 Rafael SAGREDO BAEZA, La expedición Malaspina en la frontera austral del imperio español, Santiago de Chile : Editorial Universitaria, Centro de Investigaciones Diego Barros Arana, 2004.

8 Emili BALAGUER PERIGUELL, « La ciencia en la España ilustrada », Canelobre, op. cit., p. 15-36.

9 Catherine POUPENEY HART, Relations de l’expédition Malaspina aux confins de 1’empire espagnol, Québec : Le Préambule, 1987.

10 Manuel SELLÉS, Antonio LAFUENTE, y José-Luis PESET (coord.), « Las actividades e instituciones científicas en la España ilustrada », in : Carlos III y la ciencia de la Ilustración, Madrid : Alianza Editorial, Madrid, 1988, p. 39.

11 Felix DRIVER, Geography Militant. Cultures of Exploration and Empire, Oxford : Blackwell Publisher, 2001.

12 Ángeles ALVARINO, España y la primera expedición científica oceánica, 1789-1794 : Malaspina y Bustamante con las corbetas Descubierta y Atrevida, Saint-Jacques-de-Compostelle : Xunta de Galicia, 2002.

13 « Estado general de los aprestos para la expedición que de orden de S.M. ha de trabajar las costas de la América Meridional, islas Marianas, y Filipinas », 27 de febrero de 1789, Archivo del Museo Naval, doc. Exp. Malaspina, ms. 583, fol. 36v.

14 Dario MANFREDI, Alejandro Malaspina, la América imposible, Madrid : Compañía literaria, 1994.

15 Andrés GALERA, Las corbetas del rey [Texto impreso] : el viaje alrededor del mundo de Alejandro Malaspina (1789-1794), Bilbao : Fundación BBVA, 2010, p. 52.

16 Alejandro MALASPINA, op. cit., p. V.

17 Andrés GALERA, En busca del paso del Pacífico, Madrid : Historia 16, 1990.

18 Alejandro MALASPINA, op. cit., p. 153.

19 Ibidem, p. 27.

20 Andrés GALERA, « El proyecto botánico de la expedición Malaspina », Asclepio, 47 (2), 1995, p. 159-168.

21 Alejandro MALASPINA, op. cit., p. 55.

22 Josef OPARTRNY, La expedición de Alejandro Malaspina y Tadeo Haenke, Prague : Karolinum, 2005.

23 María Pilar DE SAN PÍO ALADRÉN (coord.), La armonía natural. La naturaleza en la expedición marítima de Malaspina y Bustamante (1789-1794), Madrid : Lunwerg, 2001.

24 Alejandro MALASPINA, op. cit., p. 185.

25 Ibidem, p. 80.

26 Ibidem, p. 118.

27 Ibidem, p. 123.

28 Manuel BUSTOS RODRÍGUEZ, Los comerciantes de la carrera de Indias en el Cádiz del siglo XVIII (1713-1775), Cadix : S.P. de la Universidad, 1995, p. 151.

29 Aurora CAPILLAS DE CASTELLANOS, Montevideo en el siglo XVIII, Montevideo : Nuestra Tierra, 1971.

30 Isaac SAENZ MORI, Urbe y Fortificación. Las murallas ribereñas de la ciudad de Lima 1687-1824, Lima : Municipalidad de Lima Metropolitana, 2004.

31 Alejandro Malaspina, op. cit., p. 128.

32 Ibidem, p. 169.

33 Carlos ALONSO MENDIZÁBAL, Lorenzo Ferrer Maldonado : el misterio del paso del noroeste, Barcelone : Noray, 2004, p. 77.

34 Eric BEERMAN, Malaspina at Monterey in 1791, Monterey : The Monterey History and Art Association, 1978.

35 Alejandro Malaspina, op. cit., p. 28.

36 Ibidem.

37 Ibidem, p. XVI.

38 Paul RICŒUR, Temps et récit. Tome III : Le temps raconté, Paris : Le Seuil, p. 733.

39 Real Jardín Botánico, La botánica en la expedición Malaspina, 1789-1794, Madrid : Turner, D.L. 1989.

40 Alejandro Malaspina, op. cit., p. 57.

41 Ibidem, p. 37.

42 Carmen SOTOS SERRANO, Los pintores de la expedición de Alejandro Malaspina, Madrid : Real Academia de la Historia, 1982.

43 Alejandro MALASPINA, op. cit., p. 79.

44 Ibidem, p. 100.

45 Hayden WHITE, The Content of the Form : Narrative Discourse and Historical Representation, Baltimore : The Johns Hopkins University Press, 1987, p. 154.

46 Alejandro MALASPINA, op. cit., p. 148.

47 Ibidem, p. 239.

48 Ibidem, p. 458.

49 Alejandro MALASPINA, op. cit., p. 78.

50 Bartolomé MAURA MONTANER, Baile de hombres en las islas de Vavao, Madrid : Imprenta de la viuda e hijos de Abienzo, 1885.

51 Alejandro MALASPINA, op. cit., p. 273.

52 Juan PIMENTEL, Malaspina y la Ilustración : pensamiento político, utopía y realidad colonial en Alejandro Malaspina, Madrid : Ministerio de Defensa, Centro de Publicaciones, 1989, p. 87.

53 Alejandro MALASPINA, op. cit., p. 596.

54 Ibidem, p. 90.

55 François DOSSE, « Michel de Certeau et l’écriture de l’histoire », Vingtième siècle. Revue d’Histoire, 78, 2003, Paris : Presses de Sciences Po, p. 147.

56 Paul VEYNE, Comment on écrit l’histoire, Paris : Seuil, 1971, p. 81.

57 Marisa GONZÁLEZ MONTERO DE ESPINOSA, La antropología en la expedición de Alejandro Malaspina, Madrid : Editorial de la Universidad Complutense, 1990.

58 Alejandro Malaspina, op. cit., p. 91.

59 Manuel LUCENA GIRALDO, Los Axiomas políticos sobre la América de Alejandro Malaspina, Aranjuez : Doce Calles ; [Madrid] : Sociedad Estatal Quinto Centenario, 1991.

60 Alejandro Malaspina, op. cit., p. 591.

61 Manuel LUCENA GIRALDO, op. cit., p. 101.

62 John KENDRICK, Alejandro Malaspina : portrait of visionary, Montréal : McGill-Queen’s University Press, 1999.

63 Alejandro Malaspina, op. cit., p. 590.

64 Ibidem, p. 592.

65 Ibidem, p. 96.

66 Juan PIMENTEL, La física de la monarquía : ciencia y política en el pensamiento colonial de Alejandro Malaspina (1754-1810), Aranjuez : Doce Calles, 1998, p. 324.

67 Alejandro Malaspina, op. cit., p. 695.

68 Ibidem, p. 164.

69 Ibidem, p. 590.

70 Ibidem, p. 595.

71 Ibidem, p. 390

72 Catherine POUPENEY HART, op. cit., p. 20.

73 Ibidem, p. 693.

74 Ibidem.

75 Ibidem, p.  XVIII.

76 Emilio SOLER PASCUAL, Antagonismo político en la España de Godoy : la conspiración Malaspina (1795-1796), Alicante : Instituto de Cultura "Juan Gil-Albert", Diputación de Alicante, 1990.

77 Eric BEERMAN, El diario del proceso y encarcelamiento de Alejandro Malaspina (1794-1803), Madrid : Naval, 1992.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas De Ribas, « Itinérances américaines et histoire(s) coloniale(s) dans l’oeuvre du navigateur Alessandro Malaspina », e-Spania [En ligne], 26 | février 2017, mis en ligne le 01 février 2017, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://e-spania.revues.org/26364 ; DOI : 10.4000/e-spania.26364

Haut de page

Auteur

Nicolas De Ribas

Université d’Artois, Textes et Cultures

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org