Skip to navigation – Site map
Écriture de l’histoire et itinérance dans l’Amérique coloniale ibérique (XVIe –XIXe siècle)

Sérendipité de l’itinérance dans le Viaje por el Nuevo Mundo de Diego de Ocaña

Nejma Kermele

Abstracts

Cet article analyse les rapports entre écriture de l’histoire et itinérance dans le Viaje por el Nuevo Mundo, récit écrit au début du XVIIe siècle par le moine hiéronymite Diego de Ocaña. Envoyé par ses supérieurs en Amérique pour promouvoir le culte espagnol de la Vierge de Guadalupe, Ocaña construit, au hasard des aventures que lui réserve son voyage, un discours riche et parfois ambigu qui fait découvrir au lecteur un empire fragile. S’appuyant sur des procédés de réécriture, sur les multiples dimensions de l’image et de la carte, le moine tente de baliser un espace mouvant et dangereux susceptible de provoquer sa perdition réelle et spirituelle et de l’entraîner dans les périlleux égarements de l’itinérance.

Top of page

Full text

  • 1 Fray Diego de OCAÑA, Viaje por el Nuevo Mundo : De Guadalupe a Potosí, 1599-1605, éd. de Blanca Lóp (...)
  • 2 Beatriz Carolina PEÑA (éd), Memoria viva de una tierra de olvido : Relación del viaje al Nuevo Mund (...)
  • 3 Ce manuscrit est consultable et téléchargeable sur le site de l’Université d’Oviedo (Espagne). Repo (...)

1Moine itinérant et missionnaire, fondateur de confréries, de sanctuaires mais aussi conteur, dramaturge, cartographe, dessinateur, aventurier souvent malgré lui, Diego de Ocaña est un personnage multiple et son récit – lieu d’accueil d’une grande variété de discours – lui correspond en tout point. Ce récit est certes tout d’abord celui d’un voyage, d’un parcours qui, dans sa pratique parfois hasardeuse, conduit le lecteur sur un chemin qui se veut tout d’abord spirituel sur les traces de cette Vierge de Guadalupe espagnole dont Ocaña devait rétablir le culte en Amérique. Mais il s’agit aussi d’un chemin de découverte d’un monde nouveau, souvent hostile, déjà métissé et oublieux de l’Espagne et de ses traditions. Au fil de ses pérégrinations, le moine se heurte à une altérité souvent surprenante et à une histoire qui l’entraîne parfois aux portes de la mort. Oscillant entre volonté de contrôle et perte de repères, le jeune hiéronymite construit un texte qui tient à la fois de l’itinéraire du pèlerin, de la chronique, de la relation topographique et historique. Le manuscrit, jamais édité jusqu’au XXe siècle, a fait l’objet ces dernières années de deux éditions récentes, l’une en 20101, l’autre plus complète2 en 2013. Il se trouve aujourd’hui conservé à la bibliothèque d’Oviedo. Il intègre des poèmes, une pièce de théâtre, 23 dessins (qui représentent dans leur grande majorité des Indiens ou des Indiennes, mais aussi des Espagnols, des camélidés, la montagne (le cerro) de Potosí) ; il offre également quatre cartes du Chili3.

2Parti en mission pour vendre la Vierge de Guadalupe en Amérique, Ocaña découve un monde multiple, fascinant, un empire dont il perçoit les points de fragilité et se fait l’historien. Son texte, travaillé, réécrit se distingue manifestement du rapport destiné à ses supérieurs du couvent, pour viser au contraire une mise en ordre, proposer une analyse qui l’inscrit dans la lignée des récits de voyage et des chroniques. Il est fort probable qu’il ait été rédigé dans la perspective d’une publication que le décès de son auteur et l’itinérance de son texte n’ont pas rendu possible. Le récit met en place en effet une géographie américaine balisée par des itinéraires détaillés, suivant la route de Panamá à Lima, puis au Chili. Ce périple lui fait découvrir, au hasard des rencontres et des épisodes qu’il rapporte parfois avec complaisance, un empire dont il perçoit les faiblesses. En ce sens, ce voyage destiné à propager le culte des images de la Vierge de Guadalupe et à assurer au couvent des revenus complémentaires se transforme en décryptage d’un espace sous tension que le moine cherche à comprendre et à ordonner. Sérendipité donc, d’une itinérance dont Ocaña fait l’occasion d’une découverte – même s’il s’égare parfois – et d’une écriture, qui passe d’un récit de voyage élargi à un essai ambitieux sur le Chili.

3Comment se jouent dans ce texte – qui est loin d’être homogène – les liens entre itinérance, espace et écriture de l’histoire ? On peut lire ce triptyque suivant plusieurs catégories : le déploiement de l’itinéraire depuis l’Espagne, la constitution progressive d’une méthode d’investigation qui n’est pas sans failles, une réflexion sur les espaces d’un empire dont le moine perçoit les fragilités et enfin, une construction élaborée faisant appel aux multiples ressources de l’image. Entraînant son lecteur dans un texte protéiforme, Ocaña fait de l’itinérance un moyen de compréhension du monde.

Un hiéronymite en Amérique

Le temps du voyage

  • 4 C’est ainsi qu’il se qualifie à plusieurs reprises dans le texte : voir par exemple Fray Diego de O (...)
  • 5 Beatriz Carolina Peña souligne dans son introduction qu’il y a aux Archives des Indes (Casa de la C (...)
  • 6 «[…] me partí luego para la ciudad de Lima, adonde llegué por Pascua de Navidad, año de 1604, donde (...)
  • 7 « De algunas cosas que tiene Lima en particular », ibid., p. 153-158.
  • 8 Voir à ce sujet l’introduction de Beatriz Carolina PEÑA (éd), Memoria viva…
  • 9 Par exemple, l’usage des temps et l’emploi quasi constant du prétérit avec des irruptions du présen (...)
  • 10 Il part de Piura pour Lima en passant par Piura, Olmos, Saña, Pacasmayo, Chiclayo, Etén, Trujillo, (...)

4Le voyage commence en janvier 1599 et se termine en décembre 1605. Diego de Ocaña est un jeune homme4 d’une trentaine d’années que rien ne distingue avant son départ pour les Indes. La date de sa mort et ses causes demeurent peu claires. On sait qu’il arriva en Nouvelle Espagne et qu’il y mourut au début du mois d’avril 16085. Le récit lui s’arrête bien avant6 : fin décembre 1604 lorsque le narrateur annonce son départ pour le Mexique. Mais le texte nous informe, dans un chapitre antérieur7, qu’en réalité Ocaña n’est pas parti avant décembre 1605. En l’absence d’archives qui permettraient de préciser la date de départ d’Ocaña pour le Mexique8, seul le texte fait ici référence. De multiples indices9 prouvent la réécriture du récit, réécriture entreprise sans doute dès les mois de maladie qui contraignirent le moine à demeurer à Lima, et poursuivie au Mexique où les suites des fièvres l’assaillent et provoquent probablement sa mort. Le récit permet de suivre le déroulé du séjour d’Ocaña en Amérique d’une manière relativement aisée. Le moine part de Sanlúcar de Barrameda début février 1599 et arrive à Puerto Rico le 24 mars 1599 en compagnie d’un frère plus âgé Martín de Posada qui meurt très vite le 11 septembre 1599 à Paita. Diego de Ocaña poursuit donc seul son voyage qui le mène à Lima puis, après un périple plein d’embuches, jusqu’à Chiloé10. Poursuivi par les Indiens et contraint de traverser les Andes, ce qu’il fait en douze jours avec cinq autres Espagnols, il arrive à Buenos Aires, traverse une partie de l’Argentine et du Paraguay pour arriver à Potosí, puis Porco, retour à Potosí, puis La Plata (Chuquisaca) et un retour au Pérou en passant par Arequipa, Cuzco, Huamanga, Lima une nouvelle fois, jusqu’au départ non décrit jusqu’à Mexico.

5Pourtant le premier critère structurant du récit est géographique et non chronologique. Lorsque le moine revient en un lieu déjà fréquenté – l’exemple le plus éclairant est Lima – il complète le récit initial en concentrant toutes les informations et les péripéties au sein d’un même chapitre. Ainsi les passages sur Lima situés au milieu du manuscrit contiennent-ils des notations sur la fin du voyage. Le critère géographique permet ainsi de développer une certaine unicité thématique et donne une profondeur au récit qui s’appuie sur une expérience renouvelée. Par ailleurs, le narrateur se trouve bien souvent placé entre deux espaces : celui du sédentaire, en des lieux où il demeure longtemps (Lima, Potosí) et d’autres qu’il traverse en basculant parfois – ce sera le cas du voyage chilien – dans une forme d’errance qui suscite une autre écriture de l’histoire.

Le but du voyage

  • 11 Tout ce passage doit beaucoup aux travaux de Françoise Crémoux. Françoise CRÉMOUX, Pèlerinages et m (...)
  • 12 Real Cédula du 15 juillet 1573, voir à ce propos Beatriz Carolina PEÑA, Imágenes contra el olvido : (...)
  • 13 Françoise Crémoux souligne que les aumônes pouvaient être modiques mais que « le revenu moyen des d (...)
  • 14 Voir B. C. PEÑA, Imágenes contra el olvido…, p. 49 et F. CrÉmoux, Pèlerinages…, p. 26-36.
  • 15 Le monastère fut légalement confié aux Hiéronymites en 1389, F. CrÉmoux, Pèlerinages…, p. 23.
  • 16 Velasco fut vice-roi du Mexique entre 1590 et 1595, il devint le neuvième vice-roi du Pérou entre 1 (...)
  • 17 Nommé évêque de Lima en 1579, ville dans laquelle il arriva en 1581. Il mourut en 1606, fut béatifi (...)

6Même s’il n’est pas exceptionnel, le périple peut étonner et avec raison, tant il est vrai que voyager en Amérique et en particulier dans un Chili en guerre n’était pas une entreprise facile. Mais le but d’Ocaña était clairement associé à une traversée aussi complète que possible des terres américaines. Sa mission était, en effet, de diffuser le culte de la Vierge de Guadalupe d’Estrémadure, de récolter les aumônes qui lui étaient dues et d’installer un réseau de demandadores chargés de faire perdurer le système. Le monastère de Guadalupe, édifié en un lieu reculé de la Sierra de las Villuercas en Estrémadure, était devenu au XVIe siècle l’un des sanctuaires les plus actifs d’Espagne, un centre marial riche et puissant (rappelons le dicton « Prior de Guadalupe, más que conde y más que duque »). Les Rois Catholiques avaient associé la Vierge – et notamment la Vierge de Guadalupe – à toutes leurs entreprises et en avaient fait le symbole d’une hispanité catholique, expansionniste et conquérante. Même si les hiéronymites ne firent pas partie des ordres autorisés à s’installer en Amérique, l’influence de la Vierge de Guadalupe – vénérée par les conquistadors – s’étendait à l’Amérique. Ainsi, c’est à Guadalupe que se recueillirent Christophe Colomb et Hernán Cortés et que furent baptisés en 1496 deux indiens ramenés par Colomb. Les privilèges du monastère étaient considérables. Sous le règne d’Alphonse XI, le monastère avait ainsi obtenu le droit de quêter sur tout le territoire du royaume11. Ce privilège avait été confirmé puis étendu à l’Amérique tout au long du XVIe siècle, non sans difficultés d’ailleurs tant étaient intenses les luttes entre les différents ordres12. Ces aumônes étaient recueillies et gérées (avec une certaine liberté qui expliquait en partie le succès du système) par l’institution des demandadores13. L’accumulation de ces faveurs avait donné au monastère une position de force tant sur le plan économique que politique mais si les rentrées d’argent étaient conséquentes, les dépenses l’étaient également et en cette fin de XVIe siècle, le monastère connaissait quelques difficultés14. Cette économie du sacré qui s’appuyait sur l’institution des demandadores fut donc appliquée à l’Amérique et avant l’envoi de Diego de Ocaña, deux autres hiéronymites15 étaient partis : le premier Fray Diego de Santa María en 1574 au Mexique où il avait rencontré quelques difficultés liées à la présence de la Vierge de Tepeyac, le second, Diego de Losar, au Pérou vers 1587, sans que son action soit particulièrement notable selon Ocaña qui ne retrouve aucune trace du passage de son frère d’ordre. C’est donc dans ce cadre que s’inscrivit la mission de Diego de Ocaña, cadre dont il précisait clairement les contours dans une lettre accompagnant ses diverses patentes et donnée aux autorités du royaume, le vice-roi don Luis de Velasco16 et l’archevêque Don Toribio Alfonso Mogrovejo17 :

  • 18 Fray Diego de OCAÑA, Viaje por el Nuevo Mundo…, éd. de B. López de Mariscal, p. 142.

Muy poderoso señor. Fray Diego de Ocaña, presbítero y profeso de la sancta casa de nuestra Señora sancta María de Guadalupe del orden del glorioso san Hierónimo, procurador general de la dicha Casa en estos reinos del Pirú, digo que por cuanto el Rey nuestro señor hizo merced a la dicha Casa de Guadalupe de que en estos reinos se guardáse el orden que se tiene en España, en pedir la limosna y asentar por cofadres de nuestra Señora de Guadalupe a todos los que quisieren serlo, como consta por su real cédula, de la cual hago presención con el poder que de mi convento traigo para el dicho efecto18.

  • 19 HomÈre, Odyssée, chant I, ouverture.
  • 20 « Y en esta ocasión no puedo dejar de quejarme del descuido de la casa de Guadalupe, que tuvieron e (...)

7Cette traversée de l’Amérique a donc un sens que lui donne expressément la mission même du narrateur. Ainsi Ocaña peut-il s’apparenter à un moine gyrovague, errant de lieu en lieu, vivant d’aumônes et de la charité des uns et des autres. Son itinérance au lieu d’aller vers un centre (le monastère / le lieu de pèlerinage) en part : le centre devient le lieu de départ et le lieu d’un retour toujours plus éloigné. Tel un second Ulysse, s’inscrivant ainsi dans une mythologie de l’errance, Ocaña « voit beaucoup de villes » et découvre « beaucoup d’usages »19 . Fondant des confréries et semant des images qu’il produit lui-même à défaut d’en avoir emporté en suffisance ou d’en recevoir en dépit de ses demandes réitérées20, Ocaña crée de fait non pas un pèlerinage, mais au gré de ses déplacements, s’efforce de jalonner un chemin.

Sérendipité de l’itinérance : l’histoire au détour du chemin

  • 21 « No hay aquí carneros ni se crían. Y dan a los enfermos a comer puerco fresco, que es muy sano y m (...)
  • 22 Au chapitre II, Ocaña confond le fleuve Magdalena (Colombie actuelle) avec le Marañon. Il confond l (...)
  • 23 « Las Indias [Ocaña parle des Araucanas] son también más dobladas que las demás. Y traen, con el az (...)

8Le moine va s’attacher à rendre compte d’un espace référentiel colonial marqué dans le texte par une insistance sur la topographie, la topologie, les réseaux de circulation, les routes et les circuits notamment économiques que l’administration espagnole avait mis en place. Le texte fourmille d’indications de tout ordre, informe sur le nom des villes, leur localisation géographique, le nombre d’habitants, la production, les prix, la nourriture, l’habillement, la faune et la flore21. Certes, Ocaña commet des erreurs, confond par exemple des fleuves22, mais il fait tout ce qu’il peut pour informer au mieux un lectorat que l’on ne peut réduire aux seuls hiéronymites de Guadalupe. Ocaña écrit probablement en visant un lectorat espagnol plus large, sans doute peu au fait des réseaux et des particularités des territoires américains. Afin d’être accessible au plus grand nombre, il met en place des techniques discursives particulières qui visent à expliquer le sens des mots – notamment indigènes23 – certaines coutumes et sait se montrer drôle. Dans une veine toute picaresque, il rapporte un certain nombre d’incidents avec humour par exemple lors de la traversée d’un passage périlleux :

  • 24 Ibid, p. 89.

Está más adelante otro mal paso que se llama el paso del Credo : una cuesta arriba con muchas piedras adonde para pasar aquello no solo es menester decir el Credo sino toda la doctrina cristiana y encomendarse a Dios24.

  • 25 F. CrÉmoux, Pèlerinages…, p. 94. Notons que le second guide fut publié à Alcalá en 1576, loc. cit.
  • 26 L’exemple du récit de voyage d’Ulrich Schmidel est à cet égard significatif. Schmidel indique chaqu (...)
  • 27 « La segunda manera de personas son a quien por razón de su oficio y ministerio particular que tien (...)
  • 28 Il y a certes le texte de Juan de Velasco, Geografía y descripción universal de las Indias, Madrid  (...)
  • 29 Fray Diego de OCAÑA, Viaje por el Nuevo Mundo…, éd. B. López de Mariscal, p. 255.
  • 30 Ibid, p. 256.

9Les outils du hiéronymite sont éprouvés. Se dessinent en filigrane des ouvrages familiers aux moines de Guadalupe et aux pèlerins : ces fameux Itinerarios o reportorios de caminos qui guidaient les voyageurs en leur donnant des informations sur les meilleurs itinéraires, en leur indiquant les distances séparant les villes et les villages, en fournissant parfois même des cartes comme c’était le cas du premier de ces ouvrages : le Reportorio de todos los caminos de España, publié à Medina del Campo en 1546, dû à la plume de Pero Juan Villuga, qui fournissait à ses lecteurs une carte signalant les principales routes et auberges25. À ces référents textuels directs, il faut rajouter l’influence des chroniques, des récits de voyageurs26, des diverses cédules royales qui recommandaient à toute personne assumant une charge officielle de collecter des informations sur le territoire et ses différents constituants27. Ces cédules aboutirent à la rédaction des Relaciones geográficas basées sur ces multiples questionnaires qu’avait diffusés le Conseil des Indes28. Le texte s’inscrit donc au cœur de plusieurs genres et réutilise tous les topiques en usage. Si les chapitres sont souvent descriptifs et relèvent du genre de la chorographie, ils incluent également un certain nombre de remarques historiques parfois fortement contextualisées. Chemin faisant, alternant références précises et allusions partielles, Ocaña rend compte également d’une histoire de cette Amérique qu’il découvre et s’efforce de préciser sa méthode : « De todo trataré un poco, tocando de paso en todo, porque decir por entero lo que en cada cosa hay, sería nunca acabar »29. L’histoire dont il rend compte est basée sur sa propre expérience et une certaine disposition à laquelle fait référence le mot « apercebimiento » : « […] no escribo sino lo que he visto y experimentado con apercebimiento »30. Voir et être capable d’interpréter ce que l’on voit parce ce qu’on y est « disposé » constituent l’un des volets de la sérendipité. La curiosité du jeune moine le prépare à cela. Elle apparaît dès le début du voyage :

  • 31 Plus il descend en latitude, plus les étoiles du nord sont basses sur l’horizon. Ocaña voit cela et (...)
  • 32 Fray Diego de OCAÑA, Viaje por el Nuevo Mundo…, éd. B. López de Mariscal, p. 80.

Tenía otro gusto muy grande que era venirme parlando con el piloto mayor hasta después de medianoche, tratando el secreto de la navegación, de los grados y de las alturas, del conocimiento de los ocho vientos principales que trae el aguja de contino apuntando al norte. Y lo que mayor contento me daba era ver el movimiento de los cielos y cómo cada noche el norte se nos iba escondiendo y bajándose más hasta que vino a quedar en nuestra prospectiva, orilla de las aguas, como se parece en Portobelo31. Y con esta conversación del piloto, supe muchas cosas que no sabía del globo del mundo y pasaba las noches con mucho gusto32.

10Pourtant l’histoire qu’écrit Ocaña est surtout l’objet d’une transmission orale, elle se cristallise autour de quelques référents évocateurs mais peu précis. Ainsi lorsque Ocaña évoque la conquête du Pérou, il ne rapporte ni le nom d’Atahualpa ni celui de Francisco Pizarro. Le seul nom qui est répété c’est el Inga. Porteur d’un sens identifiable par tous, il est opposé à un autre nom fortement référencé : El Imperador. C’est donc plutôt à une lutte entre Rois et entre Empires à laquelle fait référence Ocaña plutôt qu’à une écriture précise de l’histoire. La visite du site de Porco est une autre occasion pour évoquer, au détour du chemin, une partie de l’histoire du Pérou. Cette histoire est traversée par le mythe, celui de la richesse des Incas qui se servaient de l’or et de l’argent pour leur usage quotidien, celui de la découverte de Potosí qui aurait été réservée aux Espagnols, une histoire dont on sait qu’elle circulait et que l’on retrouve glosée dans plusieurs documents de l’époque.

11Le récit d’Ocaña est par ailleurs truffé d’erreurs, soit parce qu’il repose sur des sources orales, reprend des lieux communs, soit parce qu’il se trompe (volontairement ?) ou encore parce qu’il reproduit des récits conformes à sa propre vision de l’empire. Ocaña confond l’action de Francisco Pizarro et celle de ses frères Hernando et Gonzalo. Il mélange l’envoi de l’or et de l’argent d’Atahualpa avec l’envoi du quinto fait par Gonzalo Pizarro à partir de 1538/39. Il fait état des dires des anciens pour expliquer la manière dont était traité l’argent de Porco, expliquant également que les Indiens avaient pris les Espagnols pour des dieux en raison du feu des canons. De fait, on constate qu’Ocaña n’éprouve que peu d’intérêt pour l’histoire indigène, celle-ci est toujours mise en relation avec celle des Espagnols et seulement si elle est d’actualité pour comprendre les dangers qui menacent l’empire.

Un Empire fragile

12L’espace qu’Ocaña décrit entre Puerto Rico et le Chili était déjà, en ce début du XVIIe siècle, un espace balisé, administré, territorialisé. Pourtant il n’était pas sans présenter des points de faiblesse. Lorsque le moine traverse Cartagena, Portobelo et Panamá, c’est l’histoire des incursions des pirates anglais qui est soulignée. Ocaña comprend également que l’instabilité de la région est liée au problème des esclaves en fuite et il évoque à plusieurs reprises les accords entre les Espagnols et les noirs cimarrones :

  • 33 Fray Diego de OCAÑA, Viaje por el Nuevo Mundo…, éd. Blanca López de Mariscal, p. 85.

Está allí cerca del puerto, en un repecho de un monte, el pueblo de los negros, los cuales eran cimarrones. Y andaban por aquellos campos haciendo mucho daño. Y como les dieron libertad, recogiéronse allí y quedaron obligados a recoger los demás negros que se huyen de sus amos. Y así, en cogiendo alguno, luego le traen a la ciudad y le entregan a su amo. Y estos negros, cuando los ingleses venían huyendo, mataron muchos dellos por aquellos campos; de suerte que ellos viven allí con libertad. No se me ofrece otra cosa que poder escribir deste puerto33.

  • 34 Francis Drake est mort le 28 janvier 1596. L’expédition anglaise était partie de Plymouth le 28 aoû (...)

13Ocaña évoque ici un épisode dont l’origine est bien antérieure à son passage. Il s’agit de l’accord qui avait été signé en 1579 entre le général Pedro Ortega de Valencia et Luis de Mozambique, leader d’un groupe d’esclaves en fuite qui avait construit un village rebelle sur la côte, près de Nombre de Dios. Après de multiples rebondissements, le groupe avait obtenu la liberté et le droit de résider dans un village qui reçut le nom de Santiago del Príncipe, en échange ils devaient livrer tous les esclaves en fuite qui trouveraient refuge chez eux et qui ne feraient pas partie du groupe de départ. On remarquera que, pour le moine, la dangerosité des esclaves est liée à une forme de nomadisme, dès lors qu’ils sont installés dans un village soumis à l’ordre espagnol les choses s’arrangent. Cette remarque va de part avec l’angoisse d’une collusion entre des membres allogènes (cimarrones, mais aussi métis ou Araucanos) et les Anglais. Ocaña fait également allusion à l’incursion de Francis Drake en janvier 1596, Drake ne reçut pas l’aide des noirs cimarrones (contrairement à ce que s’était passé en 1572 et 1573). En 1596, les noirs cimarrones et les Espagnols s’unirent contre l’ennemi anglais.34

14Cette lutte se retrouve évoquée une nouvelle fois au cours du chapitre III avec l’évocation d’un personnage qui fera l’objet d’un dessin postérieur. Il s’agit d’Alonso de Sotomayor (1546-1610) qui fut nommé capitaine général et président de l’Audience de Panamá entre 1595 et 1602 après avoir été gouverneur du Chili entre 1581 et 1592. Il apparaît pour la première fois lorsque Ocaña évoque les attaques anglaises contre Panamá en 1596. Ocaña rappelle que Sotomayor avait organisé la défense du passage vers Panamá. Ocaña fait alors figure de témoin – il voit les vestiges des combats –, son récit correspond aux diverses sources espagnoles et anglaises sauf en ce qui concerne le nombre d’hommes engagés dans la bataille des deux côtés. Mais là encore, cette histoire surgit au détour du chemin, elle ne fait pas l’objet d’une analyse précise. Ocaña s’en remet à la sérendipité qu’induit tout voyage : découvrant des lieux, il accède sans véritablement le chercher, sans véritablement enquêter, à une histoire qui circule et qui fonde un substrat identitaire collectif sur lequel se construit la société coloniale.

  • 35 « Alors que quatre cent quinze voyageurs à destination du Chili sont répertoriés dans les registres (...)

15Toutefois, c’est sur sa frontière Sud que l’Empire est particulièrement menacé, par l’insurrection des indiens araucans. Ocaña part pour le Chili (du Callao) à un moment où la situation est tout à fait désastreuse35. Après la mort du gouverneur Martín García Oñez de Loyola en décembre 1598 lors de la Bataille de Curalaba (à une centaine de kilomètres de Concepción), la Capitainerie Générale du Chili était sous le coup d’une insurrection des Indiens dits Araucanos. Les villes fondées notamment par Valdivia se trouvaient constamment menacées et devaient demander sans cesse à la vice-royauté du Pérou l’envoi de renforts et de nourriture. Entre 1598 et 1604, les victoires indigènes allaient aboutir à la destruction de sept cités et au tracé d’une frontière le long du fleuve Bio-Bio. Tous les Espagnols se réfugient dans le nord et notamment autour de Santiago.

  • 36 Fray Diego de OCAÑA, Viaje por el Nuevo Mundo…, éd. Blanca López de Mariscal, p. 160.

16Ocaña justifie son changement d’itinéraire pour des motifs purement financiers. Il reprend la vision déjà mythique d’un Chili où l’or se trouve en abondance, où le climat semblable à celui de l’Espagne permet l’éclosion d’une nature extraordinaire. Le Chili, nous dit Ocaña, évoquant les mines d’or, de cuivre, de plomb, la richesse des cultures est « lo mejor del perú y tierra firme »36. Mais de fait, l’image du Chili que nous donne le texte est ambiguë, elle correspond à celle que transmettait une histoire qui s’appuyait à la fois sur les échecs de Diego de Almagro, sur la réalité de la guerre d’Arauco dure et cruelle et en même temps sur une vision romanesque et épique d’une guerre menée par des Indiens assimilés à de preux chevaliers se battant pour leur patrie et leur liberté. Ocaña livre une image double des Indiens, laissant parler parfois son admiration face à leur courage mais n’hésitant pas à donner des Indiens une image dégradée en évoquant notamment la luxure des femmes et la lâcheté des indigènes de Chiloé.

  • 37 Alonso de OVALLE, Histórica Relación del Reyno de Chile, Rome : 1646, p. 10, disponible en libre ac (...)
  • 38 Guillaume BOCCARA, Guerre et Ethnogenèse mapuche dans le Chili colonial. L’invention de soi, Paris, (...)

17Conscient de se trouver dans un espace situé « en el último remate de la Austral America » pour reprendre le terme d’Alonso de Ovalle37, Ocaña adopte un discours différent, neutre, dans lequel disparaît le je narratif si prégnant tout au long du texte. Le narrateur s’efface pour mieux rendre compte d’un espace et d’une histoire encore peu connue et mettant en danger la politique de l’Espagne aux confins d’un monde, ouvrant sur le Détroit de Magellan et sur l’Asie. Ocaña endosse, dès le début de son périple chilien, le rôle d’un découvreur et décide de mettre son savoir-faire descriptif au service de plusieurs modalités de connaissance afin de donner une image globale de cette contrée insoumise. C’est à ce point que le récit s’articule avec le jeu sur les images, qui apparaissent dans les chapitres 19 et 20 consacrés au Chili, mais qui forment aussi le fonds de commerce du moine gyrovague. On notera cependant que les Indiens n’entrent dans l’histoire que par le biais de la guerre ou par celui de la littérature. Leur propre histoire importe peu et si leur organisation, notamment territoriale et socio-politique, est évoquée, c’est pour son importance dans la gestion de la guerre et parce qu’elle inquiète Ocaña qui y voit une forme de semi-nomadisme voire d’errance dangereuse pour le pouvoir espagnol. Le moine comprend fort bien que « deux caractéristiques sociologiques majeures : la guerre et la dispersion »38 animent la société indigène, et confronté à cet espace qui lui échappe, il tente de le mettre en forme, de le contrôler notamment en dressant des cartes, une activité qui ne devait pourtant pas lui être familière et qui interroge sur sa formation réelle ou l’aide qu’il a pu recevoir.

L’histoire et les images

  • 39 Fray Diego de OCAÑA, Viaje por el Nuevo Mundo…, éd. Blanca López de Mariscal, p. 169.
  • 40 Ibid., p. 174. Il est précisé, sur le dessin, qu’Anganamón vit encore « este año de 1607 ».
  • 41 Ibid., p. 175 et 181.
  • 42 Ibid., p. 181.
  • 43 Ibid., p. 182.

18Le chapitre 19 contient une carte et deux dessins disposés en diptyque qui introduisent le couple historico-littéraire de Lautaro et de la belle Guacolda. Le chapitre 20 – cœur du récit – comporte tout d’abord trois cartes, deux esquisses toujours disposées en dyptique qui montre à gauche l’indien Araucano et sur l’autre feuillet la femme Auracana39. Le chapitre offre encore cinq dessins, trois d’entre eux représentent des personnages historiques : « Anganamón, yacanona del Gobernador Martín Garcia de Loyola »40, les gouverneurs Martín García de Loyola et Don Alonso de Sotomayor41. Les deux derniers dessins représentent d’une part un indien de la sierra de Purén42 et d’autre part des lamas « Carneros del Pirú, del Collao y de Chile y de toda la tierra de arriba »43.

  • 44 Alonso de ERCILLA, La Araucana, Madrid : Cátedra, Letras hispánicas, 1998, p. 408.
  • 45 Lía Schwartz, « Tradición literaria y heroínas indias en la Araucana », Revista Iberoamericana, 81, (...)
  • 46 B. C. PEÑA, Imágenes contra el olvido…, p. 125.
  • 47 Alonso GONZÁLEZ DE NÁJERA, Desengaño y Reparo de la Guerra del Reino de Chile, Alicante : Bibliotec (...)

19De fait, l’étude du chapitre 20 montre que le centre du récit est occupé par les illustrations que le texte ne fait que gloser. La puissance des images, qu’Ocaña n’a cessé de tester durant tout son périple américain, est utilisée ici de manière plus forte encore. L’écriture de l’histoire passe par la réduction à des images extrêmement symboliques. Ainsi la mort de Loyala est-elle présentée non pas comme la résultante d’un combat entre Indiens et Espagnols (ce qui renverrait à la réalité historique) mais comme un duel entre deux chevaliers. Et même si l’on sait – et la légende l’explicite clairement – que Loyala a perdu, ce n’est pas ce que donne à voir la réprésentation d’Ocaña. La lance de Loyola envahit l’espace iconographique d’Angamanón qui, en dépit de son habileté à cheval (et ici Ocaña montre qu’il est au fait des récupérations techniques effectuées par les Araucans), semble montrer un visage apeuré et hésitant. Quant à Lautaro, le héros tant chanté par Ercilla, il est associé à sa femme, la bella Guacolda. La bella Guacolda – c’est ainsi qu’Ercilla la nomme44 – sans d’ailleurs la décrire physiquement, est un personnage à tout égard mystérieux, emblématique pour Ercilla de la femme belle et de la femme amoureuse. C’est donc un personnage poétique qui s’inscrit dans une large tradition littéraire marquée notamment par le souvenir de Garcilaso et bien sûr de Pétrarque45, contrairement à Lautaro dont l’épaisseur historique est indéniable. Mais la bella Guacolda est curieusement représentée avec un sein nu. Sur ce point les interprétations divergent. Beatriz Carolina Peña la rapproche des tableaux de la Vierge donnant le sein (Virgen de la leche)46. Au vu de l’opinion pour le moins défavorable qu’Ocaña a des femmes indigènes, cette assimiliation me paraît peu probable. Outre la référence aux Amazones, dont l’imaginaire espagnol était friand et que l’on retrouvait appliqué au Chili par Agustín de Zárate, il est possible qu’Ocaña, puisant notamment chez Ercilla et Pedro de Oña, ait tout simplement fait de la belle Guacolda un personnage érotique, sans pour autant le faire tomber dans une luxure particulièrement accusatrice dans d’autres représentations de la femme. Il ne s’agit pas là en tout cas d’un portrait habituel des femmes araucanes47.

  • 48 Fray Diego de OCAÑA, Viaje por el Nuevo Mundo…, éd. Blanca López de Mariscal, Carte « Desde Coquimb (...)
  • 49 Ibid, Carte « Desde la ciudad de La Imperial a la Concepción que es lo que está en este mapa con 33 (...)
  • 50 Loc.cit.

20La géographie d’Ocaña est marquée par une histoire géopolitique récente. Ce sont donc des critères historiques qui informent la division entre territoires de paix48 et territoires de guerre49, division que l’on retrouve dans la conception cartographique du moine. Ces cartes réalisées à l’encre et aquarellées représentent les terres de la Gobernación du Chili au début du XVIIe entre Copiapo et Chiloé. Elles s’articulent particulièrement autour des villes, ce qui n’étonne guère dans la mesure où elles marquent l’avancée de la colonisation et demeurent les premières cibles des Indiens ; la victoire indigène sera d’ailleurs marquée par la destruction de sept villes, destruction que le moine raconte en partie, alors qu’il a déjà quitté le Chili, ce qui prouve une nouvelle fois, si besoin était, la construction postérieure du récit. Autour de ces villes symboles, s’agrègent un très grand nombre d’informations : le climat, la latitude, la distance en lieues entre la ville et la côte, le nombre d’habitants, le nombre de couvents, les mines. La carte 3 est particulièrement intéressante car elle rend compte du territoire de l’Araucanie50 et c’est dans ce document qu’Ocaña a concentré le plus de détails. C’est une véritable carte militaire qui indique les zones de danger mais aussi une carte historique qui met particulièrement en relief la nouvelle frontière politique incarnée par le fleuve Bio-Bio (qui est aussi une frontière naturelle) au tracé appuyé et parfaitement visible.

  • 51 Sur les manipulations de Diego de Ocaña, voir l’introduction et les notes de Beatriz Carolina Peña, (...)
  • 52 Nous reprenons ici les concepts d’espace lisse et d’espace strié développés par Gilles Deleuze et F (...)

21Comment comprendre cette volonté de mettre en cartes le monde de la guerre qu’incarne le Chili ? Tout d’abord notons qu’il est possible que le moine n’ait pas réellement parcouru l’ensemble des espaces qu’il tente de décrire51, et qu’outre sa propre méconnaissance, il ait eu conscience du fait que l’espace chilien était l’un des derniers espaces de conquête et qu’il demeurait peu connu. S’ajoutait à cela le danger politique de cette guerre et la possible intrusion des Anglais ou des Hollandais. Les cartes s’inscrivent en rupture avec la vision linéaire du voyageur itinérant pour proposer une vue synoptique de l’espace dans une perspective d’inventaire et de contrôle face aux menaces internes et externes. Mais le texte rend compte également d’un rapport à l’espace particulier qui conditionne une certaine écriture de l’histoire. L’espace lisse52 et l’errance qui s’y rattache effraie le moine qui tente de la ramener à un itinéraire espagnol connu et identifiable. C’est dans un rapport entre espace, pouvoir et écriture que l’histoire pour Ocaña peut se concevoir.

***

22Le récit d’Ocaña est de fait un récit sur la frontière entre plusieurs mondes. Diego de Ocaña affronte tout au long de son périple américain des espaces différents et se livre à chaque fois à une écriture de l’histoire qui s’appuie bien souvent sur la légende et le mythe, qui n’exclut pas une forme de manipulation, certains épisodes étant véritablement sujets à caution. Le moine s’efforce de superposer à l’ordre colonial qu’il sent fragilisé par la créolisation et l’oubli un ordre purement ibérique. Mais en même temps, l’espace américain demeure insaisissable dans la mesure où bien des endroits sont encore inexplorés ou impossibles à dominer dans leur totalité. Des lieux restent emblématiques de cet espace de l’errance : le désert, la montagne, les étendues marécageuses dans lesquels le voyageur raconte qu’il se dissimule pour échapper aux indiens araucans qui veulent le tuer. Le voyageur y redevient nomade, errant selon un parcours sans doute plus conjoncturel que réellement pensé et prévu. C’est là, dans cet espace ouvert et discontinu qu’une écriture des lieux, des histoires et de soi devient possible, c’est là que le discours se singularise, se particularise. Le Chili à cet égard est une zone frontière, poreuse, lieu de coexistence entre deux espaces, « l’espace lisse » des Araucans et « l’espace strié » des Espagnols. Ocaña par ses multiples écritures d’une histoire qu’il sait vitale pour l’empire tente de contrer le vide et l’inconnu et de baliser « l’espace lisse », de le ramener à des schémas connus, sans pour autant perdre la richesse d’une expérience surprenante et, à bien des égards, extraordinaire. Grâce à plusieurs procédés d’écriture et de réécriture, grâce aux multiples dimensions de l’image, de la carte dont l’un des buts est d’inscrire dans le réel la fin de l’errance, Ocaña lutte contre les multiples égarements de l’itinérance : perdition sans doute réelle dans les montagnes glacées, au cœur des marais, aux mains des Indiens rebelles qui veulent le tuer mais aussi perdition spirituelle au sein d’une Amérique qui se métisse et qu’il faut relier à ses racines espagnoles. Cette vision qui se dégage du texte s’est peu à peu construite au fil des rencontres et des aventures de son auteur qui trouve dans le riche matériau de son expérience américaine des clés d’interprétation de cette réalité et de nouvelles ressources qui construisent son propre personnage. Celui que dessine le propre texte d’Ocaña à l’image d’Ulysse, polytropos, dont le propre récit édifie son propre rôle comme ses auditeurs et qui se montre capable d’user de différentes ruses pour construire son récit, se tirer d’un mauvais pas, capable de dessiner comme d’écrire, qui a plus d’un tour – et d’une image – dans son sac !

Top of page

Notes

1 Fray Diego de OCAÑA, Viaje por el Nuevo Mundo : De Guadalupe a Potosí, 1599-1605, éd. de Blanca López de Mariscal, Abraham Madroñal, Madrid : Iberoamericana, Francfort : Vervuert, Mexico : Bonillla Artigas Editores, 2010.

2 Beatriz Carolina PEÑA (éd), Memoria viva de una tierra de olvido : Relación del viaje al Nuevo Mundo, de 1599 à 1607, Barcelone : Cecal / Paso de Barca, 2013 (j’utilise une édition en format e-book).

3 Ce manuscrit est consultable et téléchargeable sur le site de l’Université d’Oviedo (Espagne). Repositorio Institucional Universidad de Oviedo, Fondo Antiguo, http://hdl.handle.net/10651/27859
Voir la description détaillée du manuscrit dans B. C. PEÑA (éd), Memoria viva…, introduction.

4 C’est ainsi qu’il se qualifie à plusieurs reprises dans le texte : voir par exemple Fray Diego de OCAÑA, Viaje por el Nuevo Mundo…, éd. de Blanca López de Mariscal, p. 76.

5 Beatriz Carolina Peña souligne dans son introduction qu’il y a aux Archives des Indes (Casa de la Contratación, legajo 282B, n° 2 et 3, ramo 12) des documents relatifs à une procédure intentée par le monastère pour récupérer les affaires d’Ocaña. Un des documents explique que le moine est mort vers le 5 avril 1608 au Palais épiscopal occupé en ce temps par García de Santa María Mendoza y Zúñiga, cf. B. C. PEÑA (éd), Memoria viva…, introduction.

6 «[…] me partí luego para la ciudad de Lima, adonde llegué por Pascua de Navidad, año de 1604, donde di fin al viaje para el Pirú. Y voy embarcando mi ropa para caminar a Méjico. ¡ Dios me lleve con bien. », Fray Diego de OCAÑA, Viaje por el Nuevo Mundo, éd. de Blanca López de Mariscal, p. 503-504.

7 « De algunas cosas que tiene Lima en particular », ibid., p. 153-158.

8 Voir à ce sujet l’introduction de Beatriz Carolina PEÑA (éd), Memoria viva…

9 Par exemple, l’usage des temps et l’emploi quasi constant du prétérit avec des irruptions du présent qui introduisent un décalage dans la narration et qui fonctionnent comme des notes rajoutées à ce qui est / avait été déjà écrit, les épisodes postérieurs intercalés dans la narration, l’actualisation de certains faits, les considérations postérieures au fait raconté etc. Par ailleurs, le manuscrit est selon toute vraisemblance une copie réalisée en vue d’une diffusion.

10 Il part de Piura pour Lima en passant par Piura, Olmos, Saña, Pacasmayo, Chiclayo, Etén, Trujillo, Santa, Lima puis traverse le territoire chilien : Coquimbo, Santiago de Chile, Chillán, Concepción, La Imperial, Valdivia, Osorno, Chiloé.

11 Tout ce passage doit beaucoup aux travaux de Françoise Crémoux. Françoise CRÉMOUX, Pèlerinages et miracles à Guadalupe au XVIe siècle, Madrid : Casa de Velázquez, 2001, p. 26-27.

12 Real Cédula du 15 juillet 1573, voir à ce propos Beatriz Carolina PEÑA, Imágenes contra el olvido : el Perú colonial en las ilustraciones de Fray Diego de Ocaña, Lima : Fondo editorial de la Pontificia Universidad Católica del Perú, 2011, p. 48.

13 Françoise Crémoux souligne que les aumônes pouvaient être modiques mais que « le revenu moyen des demandas entre 1524 et 1527 » représenta environ un « tiers des revenus du monastère », F. CrÉmoux, Pèlerinages…, p. 35.

14 Voir B. C. PEÑA, Imágenes contra el olvido…, p. 49 et F. CrÉmoux, Pèlerinages…, p. 26-36.

15 Le monastère fut légalement confié aux Hiéronymites en 1389, F. CrÉmoux, Pèlerinages…, p. 23.

16 Velasco fut vice-roi du Mexique entre 1590 et 1595, il devint le neuvième vice-roi du Pérou entre 1596 et 1604, puis fut une nouvelle fois vice-roi du Mexique entre 1607 et 1611.

17 Nommé évêque de Lima en 1579, ville dans laquelle il arriva en 1581. Il mourut en 1606, fut béatifié en 1697 et canonisé en 1726.

18 Fray Diego de OCAÑA, Viaje por el Nuevo Mundo…, éd. de B. López de Mariscal, p. 142.

19 HomÈre, Odyssée, chant I, ouverture.

20 « Y en esta ocasión no puedo dejar de quejarme del descuido de la casa de Guadalupe, que tuvieron en enviarme algunas cosas que yo envié a pedir, en particular las estampas; que si a esta sazón tuviera yo en Potosí, sobre la mesa donde estaba, veinte mil a treinta mil estampas todas las gastara, porque cada uno la llevara para tenerla en su aposento. Y por cada una, lo menos que podían dar era un peso de plata, que son ocho reales. Ya lo envié a pedir muchas veces y no me lo enviaron. », Fray Diego de OCAÑA, Viaje por el Nuevo Mundo…, éd. de B. López de Mariscal, p. 242.

21 « No hay aquí carneros ni se crían. Y dan a los enfermos a comer puerco fresco, que es muy sano y muy bueno y tierno. Aquí la gente, por el grandísimo calor que hace, usa de unas camas de viento y hamacas, colgadas en el aire con dos clavos, de una pared a otra en las cuales se mecen. Y como están desnudos y cogen viento, vive la gente muy enferma. Y andan ansí aquí como en Portobelo y Panamá muy descoloridas las personas. Aquí en Cartagena es el trato de las perlas de la Margarita y de las esmeraldas que bajan del reino. Y todo vale barato. », ibid, p. 82.

22 Au chapitre II, Ocaña confond le fleuve Magdalena (Colombie actuelle) avec le Marañon. Il confond le río Grande (Guapay) avec le Río de la Plata, ibid, p. 79-82.

23 « Las Indias [Ocaña parle des Araucanas] son también más dobladas que las demás. Y traen, con el azu ceñido, lliquida, que es una manta sobre los hombres cuadrada, cogida en el pecho con un topo de oro o de plata.Usan las cacicas que son las mujeres de los capitanes, de ñañaca sobre la cabeza, que es otra manta pequeñita cuadrada, muy labrada, con muchos colores. », ibid, p. 169.

24 Ibid, p. 89.

25 F. CrÉmoux, Pèlerinages…, p. 94. Notons que le second guide fut publié à Alcalá en 1576, loc. cit.

26 L’exemple du récit de voyage d’Ulrich Schmidel est à cet égard significatif. Schmidel indique chaque fois que cela lui est possible, les distances (en lieues et/ou en temps de marche) ce qui était pour lui nettement plus difficile puisqu’il s’agit d’un voyage de découverte de lieux peu ou pas reférencés, cf. Ulrich SCHMIDEL, voyage curieux au Rio de la Plata (1534-1554), Paris : Utz, 1998.

27 « La segunda manera de personas son a quien por razón de su oficio y ministerio particular que tienen, incumbe la ejecucion de hacer las dichas averiguaciones y descripciones y enviar las relaciones y retener en sí los originales para, por ellos yen ellos, irlas añadiendo, supliendo y enmendando ellos y los sucesores en sus oficios… », voir « Ordenanzas para la formacion del libro de las descripciones de Indias, San Lorenzo del Escorial, 3 julio 1573 », in : Francisco de Solano, Cuestionarios para la formación de las relaciones geográficas de Indias, siglos XVI-XIX, Madrid : CSIC, 1988.

28 Il y a certes le texte de Juan de Velasco, Geografía y descripción universal de las Indias, Madrid : B.A.E, 1971, mais ce texte sensible terminé en 1574 ne fut pas diffusé de manière large.

29 Fray Diego de OCAÑA, Viaje por el Nuevo Mundo…, éd. B. López de Mariscal, p. 255.

30 Ibid, p. 256.

31 Plus il descend en latitude, plus les étoiles du nord sont basses sur l’horizon. Ocaña voit cela et grâce à sa « disposition », comprend mieux son déplacement sur le globe terrestre. En voyant cela, il a tout d’un coup la perception d’être sur une sphère : la terre.

32 Fray Diego de OCAÑA, Viaje por el Nuevo Mundo…, éd. B. López de Mariscal, p. 80.

33 Fray Diego de OCAÑA, Viaje por el Nuevo Mundo…, éd. Blanca López de Mariscal, p. 85.

34 Francis Drake est mort le 28 janvier 1596. L’expédition anglaise était partie de Plymouth le 28 août 1595 commandée par Drake et Sir John Hawkins qui mourut également pendant le voyage (en novembre 1595). L’expédition comprenait 27 embarcations et 2 500 hommes et le but était la prise de Panamá et l’interception de la flotte des Indes.

35 « Alors que quatre cent quinze voyageurs à destination du Chili sont répertoriés dans les registres de Séville pour la période comprise entre 1554 et 1559, seulement soixante-dix-huit partent entre 1560 et 1566. À la fin du siècle, entre 1586 et 1599, trente-huit voyageurs – en dehors de trente-huit missionnaires franciscains et dominicains – annoncent cette destination », Jean-Paul ZUNIGA, Espagnols d’Outre-mer. Émigration, métissage, et reproduction sociale à Santiago de Chili au 17e siècle, Paris : Edition de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, 2002, p. 109.

36 Fray Diego de OCAÑA, Viaje por el Nuevo Mundo…, éd. Blanca López de Mariscal, p. 160.

37 Alonso de OVALLE, Histórica Relación del Reyno de Chile, Rome : 1646, p. 10, disponible en libre accès sur http://www.memoriachilena.cl/602/w3-article-8380.html.

38 Guillaume BOCCARA, Guerre et Ethnogenèse mapuche dans le Chili colonial. L’invention de soi, Paris, Montréal : l’Harmattan, 1998, p. 28

39 Fray Diego de OCAÑA, Viaje por el Nuevo Mundo…, éd. Blanca López de Mariscal, p. 169.

40 Ibid., p. 174. Il est précisé, sur le dessin, qu’Anganamón vit encore « este año de 1607 ».

41 Ibid., p. 175 et 181.

42 Ibid., p. 181.

43 Ibid., p. 182.

44 Alonso de ERCILLA, La Araucana, Madrid : Cátedra, Letras hispánicas, 1998, p. 408.

45 Lía Schwartz, « Tradición literaria y heroínas indias en la Araucana », Revista Iberoamericana, 81, 1972, p. 615-625. Voir notamment la note 7.

46 B. C. PEÑA, Imágenes contra el olvido…, p. 125.

47 Alonso GONZÁLEZ DE NÁJERA, Desengaño y Reparo de la Guerra del Reino de Chile, Alicante : Biblioteca Virtual Miguel de Cervantes, 2008 (publicación originale : Santiago du Chili : Imprenta de Ercilla, 1889), p. 56, décrit ainsi la femme mapuche : « Aunque en general tienen las mujeres el color más castaño que moreno, tiénenlo muchas veces verdinegro y quebrado, y unas más blanco que otras, según los temples de las tierras donde nacen y se crían... Son comúnmente de mediana estatura, y en general tienen grandes y negros ojos, cejas bien señaladas, pestañas largas y cabello muy cumplido... Su vestir es honesto para bárbaras, pues usan de faldas largas, mostrando sólo los pies descalzos y los brazos desnudos. Sus ejercicios son hilar y tejer lana de que se visten […]. Tienen a cargo las mujeres la labranza de las tierras, y el hacer los vinos […] ». Le texte complet est disponible sur :

http://www.cervantesvirtual.com/obra/desengano-y-reparo-de-la-guerra-del-reino-de-chile-donde-se-manifiestan-las-principales-ventajas-q-0/

48 Fray Diego de OCAÑA, Viaje por el Nuevo Mundo…, éd. Blanca López de Mariscal, Carte « Desde Coquimbo hasta Santiago », chap. XIX, p. 160.

49 Ibid, Carte « Desde la ciudad de La Imperial a la Concepción que es lo que está en este mapa con 33 leguas de costado », chap. XX, p. 168. Sur cette carte, apparaît clairement le Bío-bío.

50 Loc.cit.

51 Sur les manipulations de Diego de Ocaña, voir l’introduction et les notes de Beatriz Carolina Peña, cf. B. C. PEÑA (éd), Memoria viva…, introduction et notes notamment 1265.

52 Nous reprenons ici les concepts d’espace lisse et d’espace strié développés par Gilles Deleuze et Félix Guattari. Cf.  Gilles DELEUZE et Félix GUATTARI, Capitalisme et schizophrénie, 2, Mille Plateaux, Paris : Les Editions de Minuit, 1980, e-book,  chap. 14. « 1440 – Le lisse et le strié. »

Top of page

References

Electronic reference

Nejma Kermele, « Sérendipité de l’itinérance dans le Viaje por el Nuevo Mundo de Diego de Ocaña », e-Spania [Online], 26 | février 2017, Online since 01 February 2017, connection on 22 September 2017. URL : http://e-spania.revues.org/26339 ; DOI : 10.4000/e-spania.26339

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org