Navigazione – Mappa del sito
Écriture de l’histoire et itinérance dans l’Amérique coloniale ibérique (XVIe –XIXe siècle)

Le cabinet en campagne, chroniques jésuites de « pacification », Tucumán et Nouvelle Biscaye XVIIe siècle

Christophe Giudicelli

Abstract

Le présent travail s’attache à examiner les relations complexes entretenues entre deux registres d’écriture propre au récit des guerres indiennes tels qu’ils ont pu être composés par les missionnaires jésuites de deux zones de confins de l’Amérique Espagnole au XVIIe siècle : le Tucumán et la Nouvelle Biscaye. Les rapports de campagne rédigés à la chaleur des combats par les aumôniers militaires affectés par la Compagnie de Jésus aux troupes de pacification ont une teneur crue et présentent des détails qui tendent à être occultés, adoucis et réinsérés dans une logique apologétique plus globale dans les grandes synthèses postérieures, qui puisent leurs informations brutes dans ces premiers textes. Inversement, si le travail de cabinet du chroniqueur reformate en quelque sorte les rapports dont il s’inspire, on verra que ces derniers sont parfois fortement informés par le cadre référentiel historique acquis par leurs auteurs, jésuites de combat, lors de leur formation.

Torna su

Testo integrale

1L’objet du présent dossier consistait à interroger les relations entre le travail de l’historien et le récit du voyageur et à considérer les passerelles entre ces deux pôles que constitueraient d’une part l’écriture de cabinet et d’autre part les rapports et autres relations de voyage, davantage marquées par l’itinérance dictées par l’urgence de l’instant que portées sur la rédaction posée d’un ouvrage ou d’une chronique à vocation historique.

2La plupart des sources que nous utilisons pour nos propres recherches sur les guerres indiennes aux confins de l’Amérique espagnole sont trop peu élaborées, trop peu « composées » pour que l’on puisse considérer qu’elles relèvent d’une écriture de l’histoire proprement dite. Dans certains cas elles relèvent tellement de l’itinérance qu’elles exhalent presque encore l’odeur du cheval sur le dos duquel elles semblent avoir été rédigées : certains rapports de campagne ou autres missives brèves portent en effet physiquement la marque des cahots au point de ressembler parfois malgré elles à des calligrammes avant la lettre. On aura donc peine à leur trouver un quelconque principe d’écriture au-delà de leur fonction purement informative. Il en va de même pour la plupart des rapports adressés par les gouverneurs des provinces perdues que nous considérons ici au vice-roi de la Nouvelle Espagne ou du Pérou, ou au Conseil des Indes, généralement assez secs et d’une grande pauvreté rhétorique. Quant aux probanzas de méritos, leur richesse narrative est inversement proportionnelle aux bénéfices et aux récompenses auxquels aspirent leurs commanditaires. Pour tout dire, à quelques rares exceptions près, les seuls agents coloniaux impliqués dans ces histoires de guerre et de pacification en Nouvelle Biscaye et au Tucumán dans la première moitié du XVIIe siècle qui aient laissé des récits un tant soit peu élaborés sont les chroniqueurs de la Compagnie de Jésus, impliqués au premier chef dans les campagnes militaires menées contre les Indiens.

3Il faut d’emblée préciser de quel type de chronique jésuite on parle, pour éviter toute confusion. Comme on le sait, depuis sa fondation en 1540 la Compagnie de Jésus a produit des penseurs, des théologiens et des chroniqueurs de très grande qualité, qui sont intervenus sur à peu près tous les principaux sujets de débat de l’époque, et en particulier sur les domaines où la Compagnie était elle-même impliquée. Les textes jésuites concernant les affaires américaines font donc logiquement la part belle à l’histoire des missions et plus particulièrement à l’histoire de la « conquête spirituelle » parmi des Indiens longtemps abusés par Satan et maintenus dans les ténèbres de l’idolâtrie, selon la grille de lecture privilégiée dans leurs écrits. Les grandes chroniques de la Compagnie prennent souvent une forme chronologique et se présentent explicitement comme des sommes « historiques » destinées à fixer pour la postérité la progression de la bonne parole sous l’égide des soldats de Dieu en robe noire dans des contrées et parmi des populations aussi peu hospitalières que les vallées andines du Tucumán, les terres basses tropicales du Paraguay ou la Sierra Madre Occidental, au nord-ouest du Mexique.

  • 1 Pour ne citer que les plus connues : Nicolás Del Techo, Historia de la Provincia del Paraguay de la (...)
  • 2 Certains de ces documents, dont l’original a été perdu, ne sont plus connus d’ailleurs que grâce à (...)
  • 3 Le fonds Jesuitas de l’AGN de Mexico est d’une grande richesse, et les archives centrales de la Com (...)

4Ces grandes synthèses émanent de spécialistes autorisés de la parole jésuite : des Pères provinciaux comme Andrés Pérez de Ribas et Antonio Ruiz de Montoya, tous deux provinciaux puis procureurs de leur province respective du Mexique et du Paraguay voire – plus tard – des chroniqueurs officiels de la Compagnie, tels Pedro Lozano pour la province du Paraguay ou Francisco Javier Alegre pour la province du Mexique1. Il s’agit dans tous les cas évoqués d’œuvres de cabinet, mûrement réfléchies et patiemment élaborées. L’écriture y est soignée, posée, le récit y est composé avec recul et suivant un certain nombre de contraintes formelles. Enfin, ces « histoires » sont encadrées par une série de préceptes théoriques qui, en principe, doivent garantir la véracité de l’auteur, qui établit des faits à partir de sources présentées à tout moment comme dignes de foi. De fait, les auteurs en question ne manquent jamais de citer leurs sources, qui apparaissent dans la plupart des cas dûment référencées. Il peut s’agir de document émanant des autorités civiles, de textes de lois, d’édits royaux, de documents relatifs, par exemple, à la fondation des villes, à la distribution des encomiendas primitives2. Cependant, l’écrasante majorité des pièces apportées à l’appui du récit de ces chroniques provenait de la Compagnie elle-même, qui disposait d’un réseau d’informateurs extrêmement efficace et, surtout, particulièrement graphomane : c’est pour cela que quiconque s’intéresse aux relations entre Hispano-créoles et Indiens sur ces confins américains devra fatalement se plonger un jour ou l’autre dans les archives jésuites3.

5Ces « pièces » jésuites sont elles-mêmes de différentes natures. Il peut s’agir de lettres de missionnaires envoyées à leur supérieur au niveau local puis transmises au Père Provincial. Il peut s’agir également de Cartas Anuas, qui sont elles-mêmes une compilation-réélaboration de documents intermédiaires – puntos de anuas –. On y retrouve également des rapports de terrain qui peuvent être beaucoup plus longs sur la fondation de nouvelles missions, des rapports de prospection sur la possibilité ou l’opportunité de fonder de nouvelles missions sur des terres vierges d’évangélisation. Enfin, on trouve également cités des rapports de campagne, rédigés par les aumôniers jésuites qui accompagnaient les troupes de pacification, lorsque la colonisation entraînait un soulèvement des populations indiennes. C’est sur ce genre de texte que nous allons nous attarder plus particulièrement ici.

  • 4 Cf. infra

6Les grandes Histoires officielles que nous venons d’évoquer constituaient autant de fresques destinées à la défense et à l’illustration du travail spécifique mené à bien par les soldats du Christ qu’étaient – ou voulaient être – les missionnaires de la Compagnie de Jésus. Naturellement, une telle histoire est largement informée par les présupposés de la « conquête spirituelle » et orientée par une finalité également transparente : la défense des intérêts bien compris de la Compagnie. Il ne saurait donc être question d’objectivité et de vérité ici que relativement – mais on est fondé à se poser la question de savoir si cela était si différent chez Tite-Live, Salluste ou Polybe, pour reprendre les grandes figures apotropaïques citées dans le texte de présentation du présent dossier. On pourrait même se demander si Cicéron est lui aussi digne de foi : nous verrons que, dans un contexte relativement inattendu sa figure est au contraire convoquée comme maître de fausseté et grand patron du mensonge4

7Les « soldats » de la Compagnie de Jésus dont il est question dans ce type de texte, ainsi que leurs « combats » ou leurs « guerres » restent avant tout métaphoriques. Ils renvoient avant tout à la lutte menée contre l’ennemi commun, à savoir Satan, le Diable, furieux qu’on vienne lui disputer tant d’âmes sur un terrain où il régnait en maître jusque-là. Les textes sur lesquels nous voudrions nous attarder ici sont assez différents. Ils participent bien de la même offensive spirituelle, mais ils le font plus concrètement, depuis la matérialité du terrain. Il s’agit des chroniques et autres rapports écrits « à chaud » de l’intérieur des campagnes de pacification par des jésuites de combat, des jésuites embarqués.

Le Jésuite soldat

8Il convient tout d’abord de dire quelques mots sur cette figure un peu oubliée et surtout extrêmement euphémisée dans les histoires officielles de la Compagnie du jésuite de choc.

9La présentation de l’action des ouvriers ignaciens comme uniquement tendue vers une « conquête spirituelle » a largement contribué à installer dans le sens commun l’image du missionnaire usant de moyens pacifique et de la persuasion évangélique pour amener des populations barbares tout à la fois vers une soumission douce et volontaire et vers la conversion, contrairement à la brutalité de certains spadassins espagnols, avides de richesses et responsables de toute sorte d’abus. Cette image est très commune, et souvent présente d’ailleurs dans l’iconographie de la Compagnie : celle du missionnaire armé de son seul crucifix et vêtu d’une simple et austère soutane noire face aux barbares transformés en bras armé du seigneur des Enfers.

  • 5 Joseph Eusebio Kino, Teatro de los trabajos apostólicos de la Compañía de Jesús en la América septe (...)

Figure 1 : Francisco Eusebio Kino, « martyre » du Padre Francisco Javier Saeta (détail)5

Figure 1 : Francisco Eusebio Kino, « martyre » du Padre Francisco Javier Saeta (détail)5
  • 6 Sur les origines de l’enquête du juge Alfaro, on consultera Gastón Doucet, « Génesis de una visit (...)
  • 7 L’offensive des jésuites contre le service personnel est même antérieure aux ordonnances d’Antonio  (...)
  • 8 L’historienne Isabel Castro Olañeta a analysé la position plus qu’ambiguë du gouverneur du Tucumán (...)

10Il s’agit en effet d’une image forgée à grand renfort d’écrits apologétiques par les historiens de la Compagnie, renforcées par la conviction que les missionnaires auraient représenté sur les frontières des Amériques ibériques un contrepoids – et un contrepoint – à la féroce cupidité des conquistadors, mûs exclusivement par l’appât du gain et peu soucieux du sort des populations indiennes. Il est vrai que les Jésuites ont pu exprimer des divergences parfois radicales avec le régime d’exploitation coloniale : c’est notamment le cas au début du XVIIe siècle dans l’ensemble du territoire de l’Audience de Charcas, qui comprenait en plus du sud du Pérou colonial, le Tucumán, le Río de la Plata et le Paraguay, lorsque les plus hauts responsables de la Compagnie prirent une position claire de soutien aux Ordonnances du juge Alfaro6 visant à supprimer le « service personnel », contre l’avis d’à peu près tout le monde7 : les cabildos de toutes les villes, les encomenderos et la majeure partie des responsables politiques locaux8. Une prise de position qui leur coûta d’ailleurs assez cher, au sens propre du terme, puisque le financement de leurs activités provenait pour une bonne partie de la générosité de ces mécontents. Il est vrai surtout que les chroniqueurs de la Compagnie n’ont eu de cesse de dénoncer la concurrence qui les opposait sur ces confins coloniaux aux encomenderos : à les en croire, la rapacité de ces derniers perturbait leur travail spirituel en instillant dans l’esprit de leurs néophytes une confusion entre leurs ministres et leurs maîtres, entre vilains exploiteurs et gentils évangélisateurs, pour pousser l’image jusqu’au bout.

11Dans la réalité, les choses étaient beaucoup plus nuancées et les interactions entre ces deux pôles axiologiques censément irréconciliables selon la rhétorique des chroniqueurs jésuites étaient monnaie courante. Il est évidemment complètement faux de considérer les missionnaires comme un élément extérieur au front pionnier colonial. Ils en ont été une des instances majeures, et leur présence s’est manifestée dans tous les aspects de la conquête, en dehors de leur action spécifique de conversion. C’est le cas dans à peu près tous les secteurs des activités coloniales :

    • 9 Une étude fine des visitas et des padrones démontre cela sans équivoque : les absents sont le plus (...)
    • 10 L’appât du gain aura été l’un des principaux arguments clé de la propagande anti-jésuite et aura ét (...)

    dans le domaine de la production. Les Indiens des missions travaillaient régulièrement dans les établissements coloniaux, pour lesquels ils constituaient souvent une réserve de main d’œuvre9. Les missions elles-mêmes étaient d’importants centres de production qui permettaient à la Compagnie de Jésus de dégager des bénéfices à faire pâlir d’envie leurs concurrents, ce qui, on le sait, constitua un des arguments qui, à terme, contribua à leur perte10.

    • 11 Ariane Boltanski, « Forger le « soldat chrétien ». L’encadrement catholique des troupes pontificale (...)
    • 12 Une expression créée originellement pour les populations rurales considérées comme particulièrement (...)
    • 13 Dès 1566 en Floride, 1569 au Pérou et 1572 en Nouvelle Espagne.
    • 14 Antonio Possevino, Il soldato cristiano con l'istruttione dei capi dello essercito catolico [...] L (...)

    dans le domaine militaire, question qui nous occupera plus spécifiquement ici. Les « soldats du Christ » ne répugnaient jamais à participer aux opérations de pacification. Il n’en était pas question d’ailleurs : dès la fondation de la Compagnie, la mission aux armées occupa une place importante de l’action des ignaciens « dans le siècle », et la figure de l’aumônier militaire était omniprésente sur les nombreux théâtres d’opération du Vieux Monde. Les bons pères accompagnaient la troupe lors des multiples épisodes des guerres d’Italie ou des guerres de religion en France11 ; ils furent présents très tôt sur des frontières de « reconquête », que ce soit en Flandres ou en Afrique du Nord ; plus important pour nous, en plus de leur tâche spécifique de civilisation des « Indes d’ici »12, ils développèrent rapidement de grandes compétences en matière de normalisation politique et religieuse notamment lors des campagnes de répression des soulèvement morisques des Alpujarras, soit pratiquement au même moment où Philippe II finit par accepter leur passage au Nouveau Monde13. Cette tâche « aux armées » a donné lieu durant ces mêmes années à de grands traités comme celui bien connu d’Antonio Possevino, qui date de 1569 et qui fit office de manuel pendant très longtemps pour les aumôniers de la Compagnie14.

  • 15 Sur ce point, on consultera, Gilles Bataillon, Gilles Bienvenu et Ambrosio Velasco Gómez (éd.), Las (...)
  • 16 Pour une analyse des dispositifs de médiation diplomatique proposés par le Père Valdivia, on consul (...)

12Au Nouveau Monde, cet intérêt pour la chose militaire a débouché sur des réflexions stratégiques visant à déterminer la meilleure façon de soumettre les Indiens à la tutelle de Dieu et de la Couronne. On rappellera que les jésuites comme d’ailleurs l’ensemble des théologiens étaient systématiquement consultés lors des conseils de guerre, en particulier afin de déterminer si les causes de la guerre étaient justes15. L’action la plus aboutie en la matière, pour ce qui est des relations de frontières, est probablement celle du jésuite du Chili Luis de Valdivia dont les menées diplomatiques entre l’Espagne, la cour vice-royale de Lima et Santiago du Chili en faveur de la « guerre défensive » contre les Indiens mapuche du sud Chili ont abouti à un infléchissement au moins provisoire de la stratégie menée à l’encontre des Indiens mapuches du sud du Bíobío16.

Capellanes del campo

  • 17 « entre quienes siempre ay reyertas y muchos vicios que enmendar », pour citer la Carta Anua de la (...)

13L’action la plus concrète était cependant la mobilisation systématique de missionnaires jésuites dans la troupe en tant que capellán del campo. L’aumônier militaire avait en principe pour fonction de veiller à ce que les soldats ne s’éloignent pas d’une conduite exemplaire17.Cependant, ce qui nous intéresse plus directement ici c’est moins son travail d’édification de la troupe hispano-créole que sa participation active aux campagnes de guerre contre les Indiens.

  • 18 Le gouverneur Ramírez de Velasco se félicitait d’ailleurs la présence au sein de sa troupe du Père  (...)
  • 19 Christophe Giudicelli, « Las tijeras de San Ignacio: misión y clasificación en los confines colonia (...)
  • 20 AGN-Mex, Historia 19, exp. 6, Carta Anua de 1597.

14L’aumônier jésuite est une figure omniprésente dans les opérations de conquête et de mise sous tutelle des sociétés indiennes sur l’ensemble des frontières de l’Amérique espagnole à partir de la fin du XVIe siècle. Pour le dire plus simplement, les missions jésuites se fondent le plus souvent dans le sillage des opérations de conquête. C’est vrai au Tucumán à dès la fin des années 1580, en Nouvelle Biscaye à peu près au même moment. Alonso de Barzana, l’un des pionniers de la Compagnie de Jésus au Pérou fut une pièce essentielle du dispositif de conquête menée pendant plusieurs mois au nord des Vallées Calchaquíes en 1588 par le gouverneur Alonso Ramírez de Velasco18, ce qui permit à la Compagnie de Jésus d’installer une base opérationnelle dans les villes du Tucumán et, à terme, de lancer des missions parmi les Indiens de ces mêmes vallées19. À l’autre extrémité des possessions américaines de la Couronne d’Espagne, à peu près au même moment, le Père Gerónimo Ramírez, arrivé lui aussi dans les wagons de la conquête militaire, commençait, depuis les établissements hispano-créoles de Nouvelle Biscaye, ses premières missions parmi les divers groupes tepehuanes des contreforts de la Sierra Madre Occidental20.

  • 21 « […] y así fueron despachados para este fin tres de los misioneros que habían estado entre los cal (...)
  • 22 Il leur incombait de surveiller les « vices » auquel, apparemment, la troupe était encline (jeu de (...)

15Cette figure de l’aumônier militaire constituait un dispositif central lors des campagnes de pacification et de mise sous surveillance des Indiens « rebelles » jusqu’à l’expulsion générale de l’Ordre en 1767. Il s’agissait là d’un fonctionnement normal, fondé explicitement sur l’imitation de l’aumônerie militaire des Flandres21. Les missionnaires étaient systématiquement mobilisés et intégrés dans la troupe. En plus de leur rôle spécifique au sein des combattants22, ces jésuites de choc jouaient un rôle opérationnel important, de deux types :

  • ils aidaient à trier en quelque sorte le bon grain de l’ivraie en livrant au bras séculier les Indiens reconnus les plus coupables d’insubordination. Ils jouissaient pour ce faire d’une position clé : ils connaissaient bien ces Indiens pour les avoir évangélisés. Ils jouaient ensuite un rôle essentiel du point de vue de la liturgie et de l’exemplarité chrétienne, en aidant à « bien mourir » ces prisonniers condamnés à la potence, au bûcher, à l’écartèlement ou à toute autre forme d’exécution.

    • 23 Christophe Giudicelli, « Una milicia de vencidos : los calchaquíes frente a las primeras “invasione (...)
    • 24 Christophe Giudicelli, « Falar a língua do inimigo. A solidão do missionário nas terras calchaquís» (...)

    si, en principe, ils ne participaient pas directement aux combats, ils n’en jouaient pas moins un rôle de premier plan dans la chaîne de commandement : ils étaient souvent les seuls à connaître la langue des contingents d’« Indiens amis » qui constituaient le gros des troupes de pacification. Dans la province du Tucumán, le cas du père Hernando de Torreblanca est à cet égard particulièrement éloquent : après l’échec et la destruction de sa mission auprès des Calchaquís en 1658, un fort contingent de ces vaincus fut enrôlée d’office dans les forces militaires de la province, pour la protection de la province contre les invasions des Indiens mocovíes venus du Chaco23. L’essentiel de son activité consista dès lors et pendant des années à les accompagner dans leurs opérations afin de leur transmettre les ordres des autorités coloniales, et ce pour la bonne et simple raison qu’il était le seul à maîtriser suffisamment leur langue pour pouvoir le faire24

  • 25 Cette affirmation mériterait d’être vérifiée, naturellement, mais si une telle illustration existe, (...)
  • 26 AGI, Charcas, 119, 8, F. 330fte-330 Vta. « Victoria contra los guaycurus y castigo grande », AGI, C (...)

16Cette implication directe dans les guerres indiennes dépassait sans aucun doute les prérogatives d’un aumônier, et il est probable que certains jésuites du Paraguay qui accompagnaient les milices guaranies armées à partir des années 1640 pour la défense des territoires espagnols contre les incursions des bandeirantes venus de São Paulo ont eu un rôle militaire bien plus actif que ce que la bibliographie jésuite ne veut bien l’admettre. On soulignera en effet la pudeur de violette dont fait preuve l’historiographie de la Compagnie sur ce point. Cette absence est particulièrement frappante dans un registre pourtant très développé qui est celui de l’iconographie. Si l’on trouve de très nombreuses illustrations de jésuites suppliciés, on ne dispose – sauf erreur de notre part – d’aucune représentation graphique de quelque jésuite que ce soit en campagne, ou participation à une opération de guerre indienne, ni pour la Nouvelle Biscaye, ni pour le Tucumán, ni pour le Chaco, ni pour le Chili25. Or on sait que non seulement ils participaient, mais qu’ils récupéraient en outre des bénéfices directs de ces opérations de guerre, y compris, dans certains cas, sous la forme de prisonniers placés « en dépôt » dans leurs missions. Lors d’une campagne menée dans les années 1650 contre des Indiens du Chaco de Santa Fe, par exemple, le gouverneur Juan Arias de Saavedra informait qu’il avait remis en guise de rétribution à l’un de ses caudillos guaranis venus des missions jésuites de l’Uruguay plusieurs prisonniers, « […] don Francisco, de nación calchaquí y don Fernando su hijo y otros tres yndios de la propia nación ». Le destin de ces prisonniers ne fait aucun doute, ils ont été affectés à un travail quasi-servile au sein de la mission, même si le document ne nous permet pas de savoir s’ils devaient servir ce caudillo ou s’ils devaient être affectés plus généralement au service de la mission : « […] van desterrados perpetuamente a aquellas partes para que sirvan en lo que convenga […] »26. La seule iconographie développée à l’envi par la Compagnie de Jésus pour illustrer le conflit est celle des martyrs de la foi. Comme si la figure du jésuite milicien était impossible à représenter.

Rapports de campagne

17La participation de ces soldats de Dieu aux côtés des soldats tout court donnait lieu à des rapports écrits adressés en interne aux supérieurs des missions concernées. Ce sont ces chroniques de guerre qui constituent la base des grandes synthèses évoquées au début du présent article, et c’est à partir de ces mêmes textes que devait être réécrite la participation de la Compagnie à l’effort de guerre contre les « instruments du démon » qu’étaient les Indiens rebelles. L’étude des variations, des caviardages, des changements de perspective et de ton entre ces textes-sources et leur intégration postérieure dans les Cartas Anuas et les grandes chroniques autorisées nous donne en effet des renseignements essentiels sur le traitement en cabinet des rapports issus des campagnes de pacification et, plus particulièrement de l’image que l’on entendait donner de la participation des aumôniers-chroniqueurs.

  • 27 Ces réflexions sont issues du traitement du matériau que nous avons eu à traiter, tant pour la guer (...)

18On commencera par une brève caractérisation de ce genre de chroniques de guerre27. Il s’agit de textes extrêmement précieux, en raison de leur précision, une minutie requise par les circonstances :

  • Leurs auteurs s’attachent à désigner avec la plus grande rigueur à la fois la progression de la campagne sur un terrain qu’ils connaissaient en général bien pour y avoir officié en temps de paix.

  • Ils identifiaient également avec la plus grande précision, comme nous l’avons vu, les Indiens responsables à leurs yeux du désordre présent.

  • 28 Les rapports du recteur du collège de la Compagnie de Jésus de Durango, Francisco de Arista, qui av (...)

19En d’autres termes, ces rapports de campagne procédaient à un quadrillage extrêmement précis du champ de bataille et étaient essentiels pour le travail d’intelligence, d’identification de l’ennemi28. Ces aspects stratégiques prenaient en général le pas sur les considérations spirituelles et, surtout, ils s’éloignaient parfois radicalement de la jesuitic correctness en laissant transparaître des actions, des opinions et des jugements qui s’écartaient franchement du minimum de charité chrétienne que l’on était en droit d’attendre d’un ministre de la foi. D’où l’intervention postérieure du cabinet pour corriger les errances de l’itinérant en réintroduisant la nécessaire douceur évangélique censée orienter l’action de conversion, et en gommant les saillies un peu trop exaltées ou les détails sanglants qui pouvaient émailler ces premiers rapports.

20Ces documents sont donc d’une grande richesse descriptive pour tout ce qui concerne l’organisation des combats et, plus encore, les interactions de leurs auteurs avec les Indiens – ennemis et amis – en raison des relations de familiarité qu’ils avaient établies avec eux au cours de leur présence missionnaire. En d’autres termes, ces textes présentent une grande valeur ethnographique, pour employer un évident anachronisme. Quelques exemples permettront de mieux saisir la finesse du regard de ces missionnaires aux armées.

  • 29 AGI, Charcas 122 ; Hernando de Torreblanca, Relación histórica de Calchaquí, op. cit.

21L’œil du Père Hernando de Torreblanca – déjà cité – est par exemple essentiel pour comprendre le fonctionnement des alliances qui sous-tendaient les soulèvements dans les Vallées Calchaquíes. On sait grâce à son expertise que les confédérations guerrières se tissaient dans les sociétés diaguitas-calchaquíes à partir de la circulation de village en village de flèches. L’acceptation d’une flèche était en effet un gage d’alliance, et, autant qu’on puisse le savoir, chaque flèche permettait d’identifier le groupe qui demandait l’entrée en rébellion et sollicitait cette alliance. En 1659, le rôle de Torreblanca apparaît également crucial au moment de négocier la reddition de certains groupes : il conseille en effet au gouverneur, pour des raisons d’efficacité diplomatique d’éviter certains châtiments insupportables pour les Diaguitas : la rupture du tendon d’Achille (desgarronamiento) et le fouet – ce qu’un lecteur contemporain comprendra aisément – mais également la coupe des cheveux, dont le caractère dégradant était de nature à compromettre tout autant toute négociation au même titre que les supplices précédents29.

  • 30 « Carta de Alonso de Valencia, desde Guatimapé, 9 de mayo de 1618 », in : Thomas H. Naylor et Charl (...)
  • 31 Ce dernier donna en échange un habit de l’ordre militaire de Santiago.
  • 32 Alonso de Valencia 1618, p. 289.

22On retrouve la même richesse informative aux confins septentrionaux de l’Amérique espagnole : lors d’une négociation de paix entre un cacique Hume de la Sierra Madre Occidental et le gouverneur de la Nouvelle Biscaye, en février 1618, le père Alonso de Valencia consigne le don de deux flèches par les Indiens « […] que es el juramento inviolable que ellos hacen »30, précisant que pour qu’il soit valable ils devaient recevoir en retour un présent de la part du gouverneur31. Une cérémonie qui se répète chez un autre groupe de la même région qui lui fait don de « un haz de flechas, […] en señal inviolable de paz »32.

23L’année suivante dans la Sierra Tarahumara en 1619, le même Alonso de Valencia livre également des observations très précises sur les modalités de paix fixés par les derniers groupes encore en guerre. La cérémonie passe par de longs tlatoles (discours) et par la circulation de bouche en bouche d’une sorte de cigarette de la paix qui, apparemment, ne réussit guère aux capitaines espagnols, lesquels font semblant de tirer dessus avant de le passer le plus vite possible à leur voisin :

  • 33 University of Texas Library, Benson Latin American Collection, Fondo de J. Garcia Icazbalceta, « Re (...)

[…] sacando este principal mientras el ynterprete nos acia savedores de sus tlatoles un zigarro de tavaco y chupando el primero le dio al capital Martin Ruiz de Aguirre que con todo disimulo hiço que lo chupava y dandoselo a otro cazique y este a otro soldado anduvo la rueda chupando todos, zirimonia que estos barbaros usan en la solenidad de sus contratos y confederaciones33.

  • 34 Alonso de Valencia 1619. « VII vta mando luego por ynterposita persona a quatro o cinco capitanes t (...)
  • 35 ibid., IV vta.

24Cette cigarette diplomatique réapparaît un peu plus tard d’ailleurs lors d’une réconciliation, sous l’égide du gouverneur espagnol entre les rebelles Tepehuanes-Tarahumaras et leurs ennemis Conchos qui servaient de troupes de choc aux Espagnols et qui, à ce titre, avaient causé de graves dégâts aux premiers cités34. Lors de cette dernière réconciliation, les deux parties procèdent également à un échange d’arcs et de flèches, solenidad inviolable con que estos barbaros establecen sus contratos35.

Des rapports « sans filtre »

25Le plus souvent – malheureusement pour nous – ces précieuses observations sont remisées au fond du cabinet du chroniqueur, qui ne juge que très rarement utile de les faire figurer dans le récit officiel des faits. La logique de sélection est facile à comprendre : si ces informations avaient une fonction immédiate de renseignement dans l’urgence de la situation de guerre, elles n’avaient plus lieu d’être dans le schéma explicatif de la chronique exemplaire.

  • 36 AGN-Mex, Hist. 311, exp. 3, « Relación de lo sucedido en la guerra de tepehuanes este mes de febrer (...)
  • 37 Notamment celle de Santiago Papasquiaro 1618. Le fait que ces deux rapports s’adressent au responsa (...)

26Pour apprécier ce travail de remise en forme, il faut traquer les transformations de ces rapports de campagne dans les grandes chroniques postérieures. Ces rapports sont en général totalement épurés et expurgés. Le plus évident est sans nul doute ce dernier aspect – la censure – qui remet les événements rapportés dans le droit chemin narratif en gommant les aspérités trop saillantes de ces écrits composés à chaud. Il faut dire que certains d’entre eux étaient véritablement dépourvus de filtre, pour le dire d’une manière ou d’une autre. C’est le cas notamment des deux rapports de campagne que nous venons d’évoquer, rédigés par un certain Alonso de Valencia, un jésuite sans doute en résidence à Durango au moment de la guerre des Tepehuanes de 1616-1619, qui avait été affecté comme aumônier par son supérieur, Francisco de Arista, auprès du gouverneur de la Nouvelle Biscaye durant ses campagnes de pacification36. On sait peu de choses sur ce personnage. Des rares données personnelles que l’on peut tirer des lettres-rapports que nous présentons ici, c’est qu’il dépendait du Collège de la Compagnie de Durango, qu’il connaissait au moins en partie les missions, puisqu’il se désole à l’occasion de l’état de destruction qu’il constate d’églises qu’il avait apparemment vues construire et équiper d’images sacrées37.

27Ce qui ressort des catalogues publics et secrets des archives romaines de la Compagnie de Jésus c’est :

  • qu’il était originaire de Guanajuato, et était donc créole, comme une bonne partie des missionnaires de ces missions à cette époque.

  • qu’il avait une trentaine d’années au moment des faits.

  • qu’il était en train de terminer sa formation : il professa son quatrième vœu en 1620, c’est-à-dire immédiatement après ces campagnes de pacification.

    • 38 ARSI, Mex. 4, « Catálogo de los padres y hermanos que en esta provincia de la Nueva españa saben le (...)

    On sait par ailleurs qu’il ne resta pas longtemps dans la mission des tepehuanes puisqu’il disparaît des catalogues de la région dès 1626, pour réapparaître en 1632 au Collège de Mérida, au Yucatán puis au Collège du Saint Esprit de Puebla en 1638. Il est mort le 30 septembre 164038.

Figure 2 : ARSI, Mex. 4, fol. 254v, Catalogue des missionnaires de la province des Tepehuanes 1620.

Figure 2 : ARSI, Mex. 4, fol. 254v, Catalogue des missionnaires de la province des Tepehuanes 1620.

28Les deux rapports qui nous sont parvenus sont :

    • 39 Alonso de Valencia 1618.
    • 40 A. Pérez de Ribas, op. cit., p. 632 et 634.
    • 41 Vicente GarcÍa Torres (éd.), Documentos para la historia de México, Mexico : Imprenta de Vicente Ga (...)
    • 42 Thomas H. Naylor et Charles. W. Polzer (éd.), The Presidio and Militia on the Northern Frontier of (...)

    Une lettre adressée à son supérieur – probablement Francisco de Arista, recteur du Collège de la Compagnie de Jésus de Durango, écrite depuis « los llanos de Guatimapé », le 9 mai 161839.
    Ce dernier document est relativement connu des spécialistes, dans la mesure où il apparait cité explicitement par le père Pérez de Ribas dès 164540 et, surtout, parce qu’il a fait l’objet de deux publications : une première (attribué à un autre auteur, Alonso del Valle, et truffée d’erreurs) en 1857 dans un volume des Documentos para la historia de México41 et un second aux États-Unis en 1986, en partie corrigée, en édition bilingue anglais-espagnol42. L’original se trouve à l’AGN de Mexico une copie manuscrite est consultable à l’Archivo Histórico Nacional de Madrid dans la collection Boturini. Autant d’éléments qui expliquent qu’il ait pu être cité relativement souvent, parfois à bon escient, par les spécialistes de la question.

  • Le second rapport est en revanche beaucoup plus confidentiel : contrairement au premier, il n’a à notre connaissance jamais été publié, il se trouve dans un fonds plus périphérique, pour le dire d’une manière ou d’une autre, et n’a pu être consultable que très tardivement : il appartient à la collection de manuscrits Joaquín García Icazbalceta de la Benson Latin American Collection, de l’Université du Texas à Austin, un fonds acheté par cette bibliothèque aux héritiers de ce même Joaquín García Icazbalceta assez tard, en 1937. Il s’agit de la « Relación de lo sucedido en la jornada que Don Gaspar de Alvear hizo a los Tarahumares », datée du 20 avril 1619, et écrite quelque part entre Guanaceví et la Vallée de San Pablo, mais le manuscrit est difficilement déchiffrable à cet endroit-là.

29Ces récits « sans filtre » sont, on l’a vu, extrêmement détaillés. Ils laissent également dépasser un positionnement et une attitude incompatibles avec l’image que la Compagnie entendait donner d’elle-même et de son travail avant tout spirituel. Les récits laissent en effet apparaître un engagement physique réel de son auteur, qui semble ne pas s’être contenté de sa soutane, si l’on en croit ce genre de note de campagne :

  • 43 Alonso de Valencia 1619, fol. 3v.

Amaneçió el día que fue catorce de março, y todos con su luz nos vimos […] tullidos ynchados los pies y piernas del gran y eccessivo frío que en aquella noche, por ser la tierra muy abajo del norte le avia crudisimo […] y como todos ybamos en cuerpo aorrados de ropa y abrigados con el açero de las cotas, vien como quienes yban a pelear43.

30Il s’agit là d’un détail, certes, mais qui devait être gommé. Le second élément, qui vertèbre ces deux chroniques et la plupart de celles qu’il nous ait été donné de consulter, c’est l’implication totale de son auteur dans les objectifs militaires et son soutien absolu aux pratiques radicales des colonnes de pacification, et ce jusqu’aux dernières conséquences.

  • 44 Alonso de Valencia 1618, p. 291. C’est nous qui soulignons.

31Le bon père Valencia se laisse aller en effet à des considérations que l’on n’a guère l’habitude de lire sous la plume paternelle d’un homme de Dieu. Lors de la première des deux campagnes, menée dans les canyons de la Sierra Madre Occidental, les Tepehuanes y sont traités à plusieurs reprises de chiens et Alonso de Valencia se désole que cette première campagne n’ait fait que dix-sept morts : « los muertos en varias partes sólo llegan a diez y siete »44. Surtout, il fait preuve d’un manque total d’empathie face aux tortures et aux exécutions pratiquées par la troupe.

32La torture est évoquée à chaque interrogatoire, parfois avec un luxe de détails, mais sans la moindre prise de distance :

  • 45 Ibid., p. 272.

[…] le dio bien riguroso tormento hasta hacerle saltar la sangre viva por la yema de los dedos, hasta aplicarle ascuas a los pies que a vista nuestra le agujerearon las piernas, levantándole muchas ampollas sin que el indio hiciesse más movimiento que se fuese de piedra45

  • 46 Michel Foucault, Surveiller et Punir : naissance de la prison, Paris : Gallimard, 1975, chap. 2, p. (...)
  • 47 Alonso de Valencia 1618, p. 291.

33Les deux chroniques dressent une liste macabre des têtes et des mains et des pieds coupées aux ennemis. Cette pratique des décapitations et des amputations ne donne lieu à aucune remarque de la part d’Alonso de Valencia, ce qui d’une certaine manière peut se comprendre, l’« éclat des supplices46 », ne se limitait pas aux terres de colonisation espagnole, même si cette litanie de détails macabres tranchait avec le ton généralement adopté dans les chroniques jésuites. Alonso de Valencia vante par ailleurs les vertus pédagogiques des mesures les plus spectaculaires de réaffirmation du pouvoir sur un territoire pacifié : le gouverneur fait pendre les prisonniers exécutés le long des chemins « […] para terror y espanto de los que los vieron »47, de même qu’il avait fait clouer les têtes des responsables présumés du soulèvement de Durango sur les murs de la ville. Si cet alignement de l’aumônier sur la pédagogie par la terreur du gouverneur qu’il accompagne peut se comprendre, d’autres détails sont plus surprenants. Nous pensons notamment à la mention qui est faite par le même père Alonso de la mise à prix des têtes de Tepehuanes pour stimuler les ardeurs belliqueuses des « Indiens amis » :

  • 48 Ibid., p. 280.

[…] en nombre de su majestad prometió dar por cada cabeza de tepehuán que le guardasen para dársela cuando nos encontrásemos, cuatro hacuelas, cuatro cuchillos, cuatro coas[?] y machetes y un vestido de sayal48.

34Cette mesure ne suscite en effet aucun commentaire de sa part. Plus étonnant encore, le fait qu’il mette lui-même la main à la pâte, ou presque, en bénissant une victoire militaire, une tête coupée à la main. Au terme d’une escarmouche victorieuse, les Indiens amis, en la circonstance des Xiximes, tuent quatre Tepehuanes rebelles, dont l’un des leaders les plus recherchés, un certain Gogojito. Ils décapitent leurs victimes et rejoignent le gros de la troupe, au sein de laquelle se trouvait Alonso de Valencia. La suite est suffisamment éloquente :

  • 49 Ibid., p. 274.

Con […] la cabeza de los muertos, subieron al campo y yo tomé en mis manos la de Gogojito que aun estaba caliente, y de rodillas, acompañándome en la propia actitud el campo, dije el Te Deum laudamus49.

  • 50 Pérez de Ribas se limite à souligner l’infernale obstination des Tepehuanes, en omettant pudiquemen (...)

35Inutile de préciser que ce genre de détail ne figure ni dans la chronique générale du provincial Pérez de Ribas ni dans les Cartas anuas qui reprennent les grandes lignes de cette campagne victorieuse du gouverneur50. L’insensibilité face à la torture et aux mutilations du missionnaire-soldat y cède le pas à une commisération toute paternelle face aux conséquences de l’aveuglement démoniaque des Indiens, qui apparaissent comme victimes de l’influence néfaste de Satan. Disparaissent également des détails encore plus difficiles à justifier, comme celui-ci : lors de la seconde campagne, dans la Sierra Tarahumara, les auxiliaires Conchos du gouverneur et de ses capitaines hispano-créoles parviennent à défaire un parti tepehuán, avec les mêmes conséquences sanglantes :

[…] lo que mas se estimó fue el contento con que nuestros amigos los conchos bolvieron por aver muerto en aquel puesto al mayor enemigo que teian un belicoso yndio capitan de tepeguanes por nombre Tepora señalado de naturaleza en un pie que tenía como gallo los dedos bueltos y enebrados a cuya causa le llamavan patillas […]

36Le plus étonnant n’est pas que l’aumônier célèbre la joie des indiens alliés, qui viennent de régler dans un cadre colonial des comptes beaucoup plus anciens avec un de leurs pires ennemis : « truxolo Dios a esta ocasion a pagadero y muerte a manos de sus enemigos ». Non, ce qui est beaucoup plus difficilement soutenable dans une optique de normalisation religieuse et politique – dans la perspective d’une réimposition de la policía cristiana – c’est la suite de cette opération, qui ne donne lieu, là non plus, à aucun commentaire de la part de notre chroniqueur :

[…] truxeron por trofeo el pie de gallo para mitotes y celebralo a su usança […]

37Autrement dit, ce qui importe finalement si l’on suit l’auteur, c’est la juste vengeance exécutée par les Conchos, et peu importe qu’ils aillent faire ensuite un mitote « à leur manière »… c’est-à-dire organiser une célébration idolâtre autour d’un morceau de cadavre…

  • 51 Il donne d’ailleurs un témoignage direct des échos inquiétants qui leur parvenaient et des attaques (...)
  • 52 AGN-Mex, Hist 311, exp. 6, « Provanza hecha en la villa de durango de la nueva vizcaya a pedimiento (...)
  • 53 Le catalogue secret de 1614 laisse apparaître des qualités franchement médiocres, qui contrastent a (...)

38Pérez de Ribas consacre une partie importante de son ouvrage à la guerre des Tepehuanes. L’angle d’attaque est évidemment assez différent. Il procède en quelque sorte à une remise en perspective des faits, conforme au traitement privilégié par la Compagnie d’un soulèvement qui lui a coûté huit missionnaires et qui par la même occasion a permis l’ouverture d’une enquête permettant d’initier un procès en canonisation de ses « martyrs » missionnaires. Le livre X de la Historia de los triunfos de Nuestra Santa Fe est ainsi largement consacré à la « révolte des apostats tepehuanes ». Il serait trop long de mener ici une étude comparée systématique entre d’une part les rapports du Père Valencia et de ses collègues également engagés dans les autres colonnes de pacification, et tout aussi soucieux que lui de comptabiliser les têtes coupées et, d’autre part, le lissage des faits effectué par Pérez de Ribas. On se contentera de souligner la réorientation générale menée depuis Madrid, où ce dernier séjournait en tant que procureur de la province jésuite du Mexique. Schématiquement, ce qui constitue le schéma explicatif du soulèvement, dans sa chronique, ce sont les manifestations démoniaques qui ont émaillé la préparation du soulèvement : des idoles qui s’expriment dans toutes les langues ainsi qu’une prédication beaucoup trop persuasive pour être honnête qui, à l’en croire, a longtemps maintenu les alliés des Tepehuanes dans une irrépressible terreur. Cette histoire « de cabinet », écrite une vingtaine d’années plus tard par un auteur qui n’ignore rien des faits – il était lui-même missionnaire au Sinaloa voisin à ce moment-là et a senti le vent du boulet51 – modifie en profondeur la substance des rapports de campagne dont il s’inspire. Comme on pouvait s’y attendre, le chroniqueur de cabinet tend à en gommer le caractère épique et à diluer leurs aspects tactiques – leur côté carte d’état-major – au profit d’une perspective beaucoup plus conforme aux orientations spécifiques et aux intérêts de la Compagnie. L’accent est donc mis d’un côté sur l’obstination des « sorciers » et autres prédicateurs, sur les manifestations surnaturelles de leur action et, de l’autre, sur les miracles réalisés par les pères martyrisés, de leur vivant ou après leur mort, condition sine qua non de l’ouverture d’une procédure en canonisation. Pérez de Ribas se fonde pour cela notamment sur une enquête ecclésiastique52 visant précisément à recueillir des témoignages sur la prédisposition au martyre de ces saints hommes. Selon des témoignages tardifs, le père Gerónimo de Moranta, dont les notations sur les catalogues secrets de la Compagnie laissent à penser qu’il n’était sans doute pas le plus doué intellectuellement53 lévitait tout seul dans son église ; le corps des pères Fonte et Juan del Valle est censé avoir exhalé une odeur agréable plusieurs semaines après leur mise à mort, contrairement à celui de leurs serviteurs indiens, qui, à leurs côtés, sentaient bien la charogne.

39De sorte que ce qui constituait le cœur de la rédaction des rapports de campagne des aumôniers tels qu’Alonso de Valencia ou même les synthèses de ces rapports rédigés par le recteur du collège de Durango Francisco de Arista, à savoir la progressive reconquête militaire de la région et le dur et juste châtiment des rebelles se retrouvait réduit au rang d’illustration de ce qui constituait une grille analytique surplombante : la défaite des forces démoniaques et la réintégration des pauvres Tepehuanes, littéralement désabusés, dans le droit chemin de l’Évangile.

Le cabinet en campagne

40Cet art de composer une chronique historique propre aux plumes autorisées de la Compagnie tranche donc avec l’écriture de l’urgence des chroniqueurs itinérants dont elle s’inspire. Il serait trop long de développer ici ce nous aurions voulu étudier plus en détail sur les deux chroniques d’Alonso de Valencia, c’est-à-dire de parcourir en quelque sorte le chemin inverse de celui que nous venons de parcourir, de la campagne au cabinet. Il serait intéressant de nous arrêter au contraire sur les effets du cabinet sur l’écriture de campagne, en prenant ce cabinet dans un sens un peu différent. Il s’agirait de voir dans quelle mesure la formation historique des chroniqueurs itinérants pouvait informer la présentation qu’ils donnaient de la situation dans leurs rapports. De voir comment la formation théorique et l’imaginaire historique de l’auteur itinérant lui permettaient de réinscrire ce qu’il décrivait dans un cadre référentiel et narratif pré-formaté et hyper-saturé. Et de voir, finalement, en quoi cela induisait par analogie un certain traitement de l’information. Cet exercice est certainement difficile à généraliser, et il supposerait de toute façon un traitement systématique et sériel d’un grand nombre de rapports de campagne pour parvenir à définir d’éventuelles constantes. Cela supposerait également que l’on s’intéresse de près à la formation dispensée dans les collèges de la Compagnie. Tout cela dépasse évidemment le cadre de ce travail et nous ne pouvons que nous limiter à ébaucher quelques lignes de fuite à partir des quelques rapports que nous avons cités, et en particulier ceux d’Alonso de Valencia.

41L’aspect le plus central de la prose de ce dernier, que l’on voit justement disparaître dans la reprise en main narrative postérieure est sans conteste le souffle épique qu’il imprime à son texte. Un goût prononcé pour l’épopée qui ancre son récit dans la matérialité des combats, comme nous l’avons vu, mais qui se pense sur un modèle gréco-romain, ce qui ne manque pas d’une certaine saveur lorsque l’on connaît le décor réel des affrontements, la Sierra Tarahumara ou les Quebradas de l’actuel ouest de Durango.

  • 54 Alonso de Valencia 1618, p. 273.

42Si dans la réélaboration de Pérez de Ribas, le maître trompeur est naturellement le Diable, qui se manifeste par l’entremise des sorciers et de leur redoutable capacité de sidération, le récit d’Alonso de Valencia fait pour sa part des Tepehuanes soulevés les spécialistes de l’embrouille et du mensonge, au point de les voir assimilés aux prototypes classiques du genre. Dans la première des deux chroniques, c’est Zénon d’Élée, le maître des paradoxes, qui cherche à abuser le gouverneur Alvear y Salazar à huit lieues du village de Guarisamey, sous la forme d’un vieil Indien qui s’attache à détourner la troupe du chemin menant au repaire du rebelle Gogojito54 ; dans la seconde, c’est Cicéron qui est convoqué à plusieurs reprises pour incarner la fourberie et la ruse des Tepehuanes. Alonso de Valencia va jusqu’à prêter cette assimilation des Tepehuanes à l’avocat romain aux Indiens tarahumaras :

  • 55 Alonso de Valencia 1619, F2f.

[…] los tepeguanes a quien ellos [los Tarahumaras] llaman ciçeros, y con rraçon porque en astuçia y eloquencia en horden a su negoçio son ottros cicerones con sus perbersos tlatoles55

  • 56 Christophe Giudicelli, « Un cierre de frontera…taxonómico. Tepehuanes y Tarahumara después de la gu (...)

43À propos de Tucumudagui, le grand cacique à la fois tepehuán et tarahumara56 que les Espagnols et leurs alliés conchos peinent à vaincre, la résolution de négocier avec lui plutôt que d’essayer la manière forte est également adossée à cette référence :

  • 57 Ibid., F3f.

[…] conosido el sujeto su nonbre su valor y autoridad con tepeguanes los tlatoles tan persuasibos que en mal o bien sabe darles que los tienen por oraculos, se determino aserle amigo y ganarle como dizen la boca como ya en otro tiempo hizo el gran Julio Seçar con çiceron, temiendose mas de la eloquencia de su lengua que de las armas de Pompeyo y Antonio57.

44C’est donc avec Cicéron et ses alliés que les caudillos espagnols qui obéissent au César de Nouvelle Biscaye fument la cigarette de l’amitié et de la réconciliation… Plus tôt, c’est avec Publius Horatius Coclès qu’ils s’étaient entendus et avaient rallié une faction tarahumara. Ce Coclès Tarahumara est inspiré à Alonso de Valencia par le nom d’un cacique tarahumara, un certain Juan Cocle :

  • 58 Ibid., F7f.

[…] el capitan Cocle como padre y benémerito de su patria al modo quel otro de su nombre el gran oracio Cocles lo fue de Roma58.

45Il est vrai que le Coclès original, héros romain, avait, selon la légende, sauvé Rome d’une invasion étrusque en 507 avant Jésus-Christ, en défendant seul le Pont Sublicius, seul accès à la ville contre toute l’armée étrusque. Ici, Cocle évite juste que son village ne soit dévasté en se soumettant au pouvoir espagnol.

46Le cadre référentiel de l’histoire romaine sert enfin à sublimer la figure de Tucumudagui. Il était jusque-là vilipendé à longueur de rapports et on cherchait à ajouter sa tête à la longue collection de chefs déjà prélevés. Faute de pouvoir le faire, et puisqu’il avait fallu en passer par une paix négociée, on souligne désormais l’étendue de l’autorité de celui qui apparaît comme le « barbare magnanime » et à qui Alonso de Valencia prête un discours totalement invraisemblable mais d’une éloquence incomparable devant le grand tatuani, c’est-à-dire le gouverneur :

  • 59 Ibid., F7f.

[…] No tengas señor governador rezelo que te falte en la palabra don Francisco Tucumudagui ni que dexe de ovedezer mi mandato yndio alguno no solo de mi nacion sino todas las de la Vizcaya y porque yo señor dixo el barbaro berdaderamente magnanimo aunque biexo de zien años ni la fuerza me falta ni el ánimo me a dexado ni desamparado el valor un solo punto ni tampoco se a menoscavado el terror que quando mozo causé a la tierra toda sugetando a fuerça de mis armas las naciones todas que ay del que bosotros agora llamais Tunal en Guadiana hasta los terminos del mar del sur59

47Une autre tâche qu’il est impossible de mener à bien ici, mais qu’il faudrait mener dans le détail serait de confronter les références « de cabinet », gréco-latines et bibliques et le cadre mexicain dans lequel notre jésuite créole enchâsse son récit : sous la plume de Valencia, outre les tlatoles qu’il prononce lui-même, le gouverneur serait donc un grand tlatoani – ou tecuari –, il poursuivrait de sa juste colère les tlamatini (sorciers) coupables eux aussi de tlatolear en rond et d’organiser d’abominables mitotes ; quant à l’ex-Cicéron Tucumudagui mué en barbare magnanime, il commanderait à ses maceguales et dicterait ses instructions à ses pilguanes

***

48Les grandes envolées épiques qui émaillent les rapports de campagne des aumôniers disparaissent donc dès lors qu’ils sont inclus dans les grandes chroniques. Le passage de la campagne au cabinet induit donc un changement profond à la fois de contenu et d’orientation du récit.

49Le cadre analytique de la chronique historique, contraint à la fois par les règles de bienséance et une logique beaucoup plus globale et désincarnée d’affrontement eschatologique, fait disparaître tout ce qui, dans le rapport de terrain, relevait de l’urgence et de la nécessité informative. En réinsérant chaque rapport dans un ensemble plus vaste, régi par une finalité générale, la chronique supprime le souffle guerrier propre à chaque journal de campagne. Les détails pratiques et les tentatives de décryptage immédiat de la réalité auxquels se livraient les jésuites-soldats perdent en pertinence à leur entrée au cabinet. L’identification des personnes et des lieux au fil de la plume n’a plus guère de place dans une explication générale qui se contentera de figures plus ou moins génériques : le sorcier obstiné, le chef rebelle enragé.

50Du coup les éléments paroxystiques qui pouvaient apparaître dans un genre sans règle tel que le rapport de campagne disparaissent au profit d’une présentation beaucoup plus policée des faits. Les appels tonitruants à la vengeance, la revendication d’une répression sans faille et d’une justice expéditive s’effacent, laissant place dans la chronique, les Lettres Édifiantes et autres textes à vocation apologétiques, à une rhétorique presque irénique dans laquelle les Indiens rebelles ne sont plus que l’objet involontaire de la jalousie et de la fureur du Malin.

Torna su

Bibliografia

Alegre, Francisco Javier (S.J.), Historia de la Compañía de Jesús en Nueva España (1743), éd. de Ernest J. Burrus et Félix Zubillaga, Rome : Biblioteca Apostolico Romana, 1956-60, 4 vol.

Bataillon, Gilles, Bienvenu, Gilles et Velasco Gómez, Ambrosio (éd.), Las teorías de la guerra justa en el siglo XVI y sus expresiones contemporáneas, Mexico : CEMCA, 2008.

Boltanski, Ariane, « Forger le « soldat chrétien ». L’encadrement catholique des troupes pontificales et royales en France en 1568-1569 », Revue Historique, 669, janvier 2014, p. 51-85.

Burrus, Ernest J., La obra cartográfica de la provincia mexicana de la Compañía de Jesús, 1567-1967, Madrid : Purrúa, 1967.

Castro Olañeta, Isabel, « Servicio personal, tributo y conciertos en Córdoba a principios del siglo XVII. La visita del gobernador Luis de Quiñones Osorio y la aplicación de las ordenanzas de Francisco de Alfaro », Memoria americana, 18-2, 2010.

Concolorcorvo [Alonso Carrió de la Vandera], El lazarillo de ciegos caminantes desde Buenos Aires, hasta Lima (Lima 1776), Buenos Aires : Ediciones Argentinas Solar, 1942.

Del Techo, Nicolás, Historia de la Provincia del Paraguay de la Compañía de Jesús (Liège, 1671), Madrid, Asunción del Paraguay : A. de Uribe y Cía, 1897, 5 vol.

Doucet, Gastón, « Génesis de una visita de la tierra. Los orígenes de la visita de las gobernaciones de Tucumán y Paraguay por el licenciado Don Francisco de Alfaro », Revista del Instituto de Investigaciones de Historia del Derecho, 14, 1986, p. 123-220.

Foucault, Michel, Surveiller et Punir : naissance de la prison, Paris : Gallimard, 1975, chap. 2, p. 41-83.

GarcÍa Torres, Vicente (éd.), Documentos para la historia de México, Mexico: Imprenta de Vicente García Torres, 1857, 3, p. 90-129.

Giudicelli, Christophe, « Falar a língua do inimigo. A solidão do missionário nas terras calchaquís»/“Speaking the enemy language. The solitude of the missionary in Calchaquí lands”, Tempo (Rio de Janeiro), 19 (35), déc. 2013, p. 43-64.

Giudicelli, Christophe, « Las tijeras de San Ignacio: misión y clasificación en los confines coloniales », in : Wilde, Guillermo (éd.), Saberes de la conversión: jesuitas, indígenas e imperios coloniales en las fronteras de la cristiandad. Buenos Aires : Editorial SB, 2012, p. 347-371.

Giudicelli, Christophe, « Un cierre de frontera… taxonómico. Tepehuanes y Tarahumara después de la guerra de los tepehuanes. (1616-1631) », Anuario IEHS, 21, 2006, p. 59-78.

Giudicelli, Christophe, « Una milicia de vencidos : los calchaquíes frente a las primeras “invasiones mocovíes”. (final del S. XVII-principios del XVIII). Los pródromos de la guerra en la frontera chaqueña del Tucumán », in : Lavallé, Bernard, El primer siglo XVIII en Hispanoamérica, Toulouse : Méridiennes, 2012 [2013], p. 221-245.

Hausberger, Bernd, Miradas a la misión jesuita en la Nueva España, Mexico : El Colegio de México, 2015.

Kino, Joseph Eusebio, Teatro de los trabajos apostólicos de la Compañía de Jesús en la América septentrional, 1696-1697.

Levillier, Roberto, Papeles de los gobernadores del Tucumán en el siglo XVI, Madrid : ed. Juan Pueyo, 1920, 1, p. 238.

Lozano, Pedro, Historia de la conquista de las provincias del Paraguay, Río de la Plata y Tucumán (1745), Buenos Aires : AHN, 2010, 2 vol.

Naylor, Thomas H. et Polzer, Charles.W. (éd.), The Presidio and Militia on the Northern Frontier of New Spain, a Documentary History, Tucson : Univ. of Arizona Press, 1986.

Payàs, Gertrudis, Samaniego, Mario et Zavala, José Manuel, « Al filo del malentendido y la incomprensión: el padre Luis de Valdivia y la mediación lingüística », Historia, 45 (1), enero-junio 2012, p. 69-90.

Pérez De Ribas, Andrés, Historia de los Triumphos de nuestra Santa Fee entre gentes las más bárbaras y fieras del nuevo orbe (Madrid, 1645), Mexico : Siglo XXI, 1992.

Possevino, Antonio, Il soldato cristiano con l'istruttione dei capi dello essercito catolico […] Libro necessario a chi desidera sapere i mezzi per acquistar vittoria contra heretici, turchi, ed altri infedeli, Rome : Eredi dui V. e L. Dorico, 1569.

Ruiz De Montoya, Antonio, Conquista espiritual hecha por los religiosos de la Compañía de Jesús en las Provincias del Paraguay, Paraná, Uruguay y Tape, Madrid : en la Impr. del reyno, 1639.

Torreblanca, Hernando de, Crónica histórica de Calchaquí, Buenos Aires : AGN, 1999.

Vincent, Bernard et Copete, Marie-Lucie, « Les Indes d’ici. Les missions intérieures jésuites en Espagne », in : Renoux-Caron, Pauline et Vincent-Cassy, Cécile (éd.), Les Jésuites et la Monarchie Catholique (1565-1615), Paris : Éditions Le Manuscrit, 2012, p. 237-28.

Wilde, Guillermo, Religión y poder en las misiones de guaraníes, Buenos Aires, SB, 2009.

Torna su

Allegato

Fonds d’archive cités

AGI : Archivo General de Indias (Séville)

AHN : Archivo Histórico Nacional (Madrid)

AGN-A : Archivo General de la Nación, Argentine (Buenos Aires)

AGN-Mex : Archivo General de la Nación, Mexique (Mexico)

ARSI : Archivum Romanum Societatis Iesu (Rome)

University of Texas Library, Benson Latin American Collection

Torna su

Note

1 Pour ne citer que les plus connues : Nicolás Del Techo, Historia de la Provincia del Paraguay de la Compañía de Jesús (Liège, 1671), Madrid, Asunción del Paraguay : A. de Uribe y Cía, 1897, 5 vol. ; Pedro Lozano, Historia de la conquista de las provincias del Paraguay, Río de la Plata y Tucumán (1745), Buenos Aires, AHN, 2010, 2 vol. ; Antonio Ruiz De Montoya, Conquista espiritual hecha por los religiosos de la Compañía de Jesús en las Provincias del Paraguay, Paraná, Uruguay y Tape, Madrid : en la Impr. del reyno, 1639 ; Andrés Pérez De Ribas, Historia de los Triumphos de nuestra Santa Fee entre gentes las más bárbaras y fieras del nuevo orbe (Madrid 1645), Mexico : Siglo XXI, 1992 ; Francisco Javier Alegre (S.J.), Historia de la Compañía de Jesús en Nueva España (1743), éd.  de Ernest J. Burrus, et Félix Zubillaga, Rome : Biblioteca Apostolico Romana, 1956-60, 4 vol.

2 Certains de ces documents, dont l’original a été perdu, ne sont plus connus d’ailleurs que grâce à leur inclusion dans ces chroniques. C’est le cas par exemple de la liste des fondateurs des villes éteintes de Londres, Córdoba de Calchaquí, Cañete, rasées en 1562, et de bon nombre d’encomiendas originales, qui sont consignées par Pedro Lozano.

3 Le fonds Jesuitas de l’AGN de Mexico est d’une grande richesse, et les archives centrales de la Compagnie à Rome, l’Achivum Romanum Societatis Iesu (ARSI) reste une source inépuisable d’information.

4 Cf. infra

5 Joseph Eusebio Kino, Teatro de los trabajos apostólicos de la Compañía de Jesús en la América septentrional, 1696. Une copie de la carte se trouve dans Ernest J. Burrus, La obra cartográfica de la provincia mexicana de la Compañía de Jesús, 1567-1967, Madrid : Porrúa, 1967.

6 Sur les origines de l’enquête du juge Alfaro, on consultera Gastón Doucet, « Génesis de una visita de la tierra. Los orígenes de la visita de las gobernaciones de Tucumán y Paraguay por el licenciado Don Francisco de Alfaro », Revista del Instituto de Investigaciones de Historia del Derecho, 14, 1986, p. 123-220.

7 L’offensive des jésuites contre le service personnel est même antérieure aux ordonnances d’Antonio de Alfaro, comme en témoigne ces « Pareceres sobre las principales ordenanzas del gobernador del Tucumán Gonzalo de Abreu, relativas al servicio personal de los indios de aquella gobernación », dont une copie manuscrite est consultable à l’AGN de Buenos Aires : AGN-A, Fondo Biblioteca Nacional n°5621 (Leg. 840).

8 L’historienne Isabel Castro Olañeta a analysé la position plus qu’ambiguë du gouverneur du Tucumán Luis de Quiñones Osorio, Isabel Castro Olañeta, « Servicio personal, tributo y conciertos en Córdoba a principios del siglo XVII. La visita del gobernador Luis de Quiñones Osorio y la aplicación de las ordenanzas de Francisco de Alfaro », Memoria americana, 18-2, 2010.

9 Une étude fine des visitas et des padrones démontre cela sans équivoque : les absents sont le plus souvent mentionnés comme étant dans l’hacienda de tel ou tel colon, ou rendant tel ou tel service. Pour la Nouvelle Biscaye, la fondation de la mission de San Jerónimo Huejotitán en 1639 a été explicitement présentée par ses initiateurs jésuites comme point d’appui au développement des mines de Parral, les productions agricoles de la mission devant alimenter le centre minier, à tous les sens du terme. AGN-Mex, Jesuitas, I-11, exp. 9 : « Traslado de una provisión escrita por el virrey en que se nombran como misioneros de la nación Tarahumara a los padres de la Compañía de Jesús sin que se entrometan en ella los padres franciscanos ».

10 L’appât du gain aura été l’un des principaux arguments clé de la propagande anti-jésuite et aura été pour beaucoup dans leur expulsion. Il suffit par exemple de se remémorer certains passages savoureux du Lazarillo de Ciegos caminantes de Concolorcorvo pour finir de s’en convaincre. Chargé d’organiser l’expulsion des missionnaires, Concolorcorvo – Alonso Carrió de la Vandera de son vrai nom – était d’ailleurs bien placé pour en parler : il avait été chargé d’organiser l’expulsion des jésuites en 1767-1768. El lazarillo de ciegos caminantes desde Buenos Aires, hasta Lima (Lima 1776), Buenos Aires : Ediciones Argentinas Solar, 1942, notamment, chap. XIX, Les excédents financiers dégagés par les missions du Paraguay ou du nord-ouest mexicain notamment irritaient et suscitaient la convoitise, ce qui a concouru à la perte de la Compagnie de Jésus. Pour les missions du Paraguay, Guillermo Wilde, Religión y poder en las misiones de guaraníes, Buenos Aires : SB, 2009 et, pour le nord du Mexique, Bernd Hausberger, Miradas a la misión jesuita en la Nueva España, Mexico : El Colegio de México, 2015.

11 Ariane Boltanski, « Forger le « soldat chrétien ». L’encadrement catholique des troupes pontificales et royales en France en 1568-1569 », Revue Historique, 669, janvier 2014, p. 51-85.

12 Une expression créée originellement pour les populations rurales considérées comme particulièrement rudes et nécessitant un travail de mission : la Corse, la Sicile, la Galice, l’Andalousie, Bernard Vincent et Marie-Lucie Copete, « Les Indes d’ici. Les missions intérieures jésuites en Espagne », in : Pauline Renoux-Caron et Cécile Vincent-Cassy (éd.), Les Jésuites et la Monarchie Catholique (1565-1615), Paris : Éditions Le Manuscrit, 2012, p. 237-28.

13 Dès 1566 en Floride, 1569 au Pérou et 1572 en Nouvelle Espagne.

14 Antonio Possevino, Il soldato cristiano con l'istruttione dei capi dello essercito catolico [...] Libro necessario a chi desidera sapere i mezzi per acquistar vittoria contra heretici, turchi, ed altri infedeli, Rome : Eredi dui V. e L. Dorico, 1569. L’ouvrage connut un grand nombre de publications, en italien mais également en espagnol et en français.

15 Sur ce point, on consultera, Gilles Bataillon, Gilles Bienvenu et Ambrosio Velasco Gómez (éd.), Las teorías de la guerra justa en el siglo XVI y sus expresiones contemporáneas, Mexico : CEMCA, 2008.

16 Pour une analyse des dispositifs de médiation diplomatique proposés par le Père Valdivia, on consultera, Gertrudis Payàs, Mario Samaniego et José Manuel Zavala, « Al filo del malentendido y la incomprensión: el padre Luis de Valdivia y la mediación lingüística », Historia, 45 (I), enero-junio 2012, p. 69-90.

17 « entre quienes siempre ay reyertas y muchos vicios que enmendar », pour citer la Carta Anua de la province jésuite du Mexique de 1618, AGN-Mex Jesuitas III-29, exp. 22.

18 Le gouverneur Ramírez de Velasco se félicitait d’ailleurs la présence au sein de sa troupe du Père Barzana : « […]llevo en mi campo al maestro Barzana de la compañía del nombre de Jesús ombre muy docto y de buena vida y lengua general […]. » « Carta del gobernador del Tucumán J. Ramírez de Velasco, 13-03-1588 » in : Roberto Levillier, Papeles de los gobernadores del Tucumán en el siglo XVI, Madrid : ed. Juan Pueyo, 1920, 1, p. 238.

19 Christophe Giudicelli, « Las tijeras de San Ignacio: misión y clasificación en los confines coloniales », in : Guillermo Wilde (éd.), Saberes de la conversión : jesuitas, indígenas e imperios coloniales en las fronteras de la cristiandad, Buenos Aires : Editorial SB, 2012, p. 347-71.

20 AGN-Mex, Historia 19, exp. 6, Carta Anua de 1597.

21 « […] y así fueron despachados para este fin tres de los misioneros que habían estado entre los calchaquíes, imitándose la organización de la capellanía castrense de Flandes », Carta del P. Simón de Ojeda/Cartas anuas de la provincia de Paraguay, Chile y Tucumán años 1658-1680 in : Hernando de Torreblanca, Crónica histórica de Calchaquí, Buenos Aires, AGN, 1999, p. 129-135, p.  32 pour la présente citation.

22 Il leur incombait de surveiller les « vices » auquel, apparemment, la troupe était encline (jeu de cartes, débauche sexuelle, excès de boisson), de surveiller les écarts de langage et en particulier d’éviter que les soldats ne jurent, tâche ardue, visiblement. Enfin ils étaient chargés d’administrer les sacrements et de confesser, le cas échéant.

23 Christophe Giudicelli, « Una milicia de vencidos : los calchaquíes frente a las primeras “invasiones mocovíes” (final del S. XVII-principios del XVIII). Los pródromos de la guerra en la frontera chaqueña del Tucumán », in :, Bernard Lavallé, El primer siglo XVIII en Hispanoamérica, Toulouse : Méridiennes, 2012 [2013], p. 221-245.

24 Christophe Giudicelli, « Falar a língua do inimigo. A solidão do missionário nas terras calchaquís»/“Speaking the enemy language. The solitude of the missionary in Calchaquí lands”, Tempo (Rio de Janeiro), 19 (35), déc. 2013, p. 43-64.

25 Cette affirmation mériterait d’être vérifiée, naturellement, mais si une telle illustration existe, elle a échappé à tous les spécialistes des régions citées que nous avons interrogés sur ce point.

26 AGI, Charcas, 119, 8, F. 330fte-330 Vta. « Victoria contra los guaycurus y castigo grande », AGI, Charcas, 119, 8, F. 340 fte « Castigo y victoria contra los calchaquíes », 342 Fte : « Castigo y victoria del Valle de Calchaquí », 20-04-1656.

27 Ces réflexions sont issues du traitement du matériau que nous avons eu à traiter, tant pour la guerre des Tepehuanes en Nouvelle Biscaye (1616-1619) que pour l’ensemble des campagnes menées au Tucumán contre les Indiens diaguita-calchaquí entre 1630-1640 et 1659-1665.

28 Les rapports du recteur du collège de la Compagnie de Jésus de Durango, Francisco de Arista, qui avait lui-même été missionnaire parmi les Tepehuanes du Río de Nazas, sont ainsi plus précis que ceux du gouverneur de la province lui-même. AGN-Mex, Historia 311, exp. 1, « Relación de la guerra de los tepehuanes este mes de diciembre de 1617 ; AGI, Hist. 311, exp. 3, « Relación de lo sucedido en la guerra de tepehuanes este mes de febrero de 1618 ».

29 AGI, Charcas 122 ; Hernando de Torreblanca, Relación histórica de Calchaquí, op. cit.

30 « Carta de Alonso de Valencia, desde Guatimapé, 9 de mayo de 1618 », in : Thomas H. Naylor et Charles. W. Polzer (éd.), The Presidio and Militia on the Northern Frontier of New Spain, a Documentary History, Tucson : Univ. of Arizona Press, 1986, p. 272-293 [dorénavant « Alonso de Valencia 1618 »), p. 277 pour b.

31 Ce dernier donna en échange un habit de l’ordre militaire de Santiago.

32 Alonso de Valencia 1618, p. 289.

33 University of Texas Library, Benson Latin American Collection, Fondo de J. Garcia Icazbalceta, « Relación de lo sucedido en la jornada que don Gaspar de Alvear y Salazar, cavallero del horden de Santiago hizo a los tarahumares desde los 26 de febrero deste año de 1619 hasta los 20 de abril del dicho año por el padre Alonso de Valencia, de la Compañía de Jesús, que acompañó el dicho campo » (dorénavant « Alonso de Valencia 1619 »), fol. 4v.

34 Alonso de Valencia 1619. « VII vta mando luego por ynterposita persona a quatro o cinco capitanes tarahumares que alli estavan que el aun no se dignó de hablarles por ssi que en señal de amistad trocassen y cambiassen arcos y flechas chupassen [ ?] en rrueda zelebrassen sus contratos prometiendoles amistad de veras pues era gusto del governador que hicieron luego al punto levantando unos y otros su alarido ».

35 ibid., IV vta.

36 AGN-Mex, Hist. 311, exp. 3, « Relación de lo sucedido en la guerra de tepehuanes este mes de febrero de 1618 ».

37 Notamment celle de Santiago Papasquiaro 1618. Le fait que ces deux rapports s’adressent au responsable de la Compagnie de Jésus de Durango, Nicolás de Arnaya confirme en effet qu’il dépendait bien de cette juridiction

38 ARSI, Mex. 4, « Catálogo de los padres y hermanos que en esta provincia de la Nueva españa saben lenguas y las exercitan y de los que la van aprendiendo », fol. 254 v : catalogue de 1620.

39 Alonso de Valencia 1618.

40 A. Pérez de Ribas, op. cit., p. 632 et 634.

41 Vicente GarcÍa Torres (éd.), Documentos para la historia de México, Mexico : Imprenta de Vicente García Torres, 1857, 3, p. 90-129.

42 Thomas H. Naylor et Charles. W. Polzer (éd.), The Presidio and Militia on the Northern Frontier of New Spain, a Documentary History, Tucson : Univ. of Arizona Press, 1986, p. 272-293.

43 Alonso de Valencia 1619, fol. 3v.

44 Alonso de Valencia 1618, p. 291. C’est nous qui soulignons.

45 Ibid., p. 272.

46 Michel Foucault, Surveiller et Punir : naissance de la prison, Paris : Gallimard, 1975, chap. 2, p. 41-83.

47 Alonso de Valencia 1618, p. 291.

48 Ibid., p. 280.

49 Ibid., p. 274.

50 Pérez de Ribas se limite à souligner l’infernale obstination des Tepehuanes, en omettant pudiquement la participation de l’aumônier : « […] mandándoles dar tormentos para que declarassen los puestos de su gente se dejaban descoyunturar y hacer pedazos antes que declararlo o responder palabra. Tal gente como esta era la Tepeguana, y más endiablada y pervertida por su ídolo », op. cit., p. 633.

51 Il donne d’ailleurs un témoignage direct des échos inquiétants qui leur parvenaient et des attaques qui les menaçaient directement, op. cit. p. 632.

52 AGN-Mex, Hist 311, exp. 6, « Provanza hecha en la villa de durango de la nueva vizcaya a pedimiento del rdo pe Francisco de Arista de la Compañía de Jesus rector de la casa que la compañía de jesus tiene en en la dicha villa, visitador de las missiones de Parras y Tepehanes en razon del alçamiento que los yndios tepehuanes desta provincia hizieron y muertes que dieron a los padres de la compañia que los doctrinaban y a otros religiosos y gente ».

53 Le catalogue secret de 1614 laisse apparaître des qualités franchement médiocres, qui contrastent avec celles de ses compagnons.

54 Alonso de Valencia 1618, p. 273.

55 Alonso de Valencia 1619, F2f.

56 Christophe Giudicelli, « Un cierre de frontera…taxonómico. Tepehuanes y Tarahumara después de la guerra de los tepehuanes (1616-1631) », Anuario IEHS, 21, 2006, p. 59-78.

57 Ibid., F3f.

58 Ibid., F7f.

59 Ibid., F7f.

Torna su

Indice delle illustrazioni

Titolo Figure 1 : Francisco Eusebio Kino, « martyre » du Padre Francisco Javier Saeta (détail)5
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/26320/img-1.jpg
File image/jpeg, 308k
Titolo Figure 2 : ARSI, Mex. 4, fol. 254v, Catalogue des missionnaires de la province des Tepehuanes 1620.
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/26320/img-2.jpg
File image/jpeg, 1,0M
Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliogafica digitale

Christophe Giudicelli, « Le cabinet en campagne, chroniques jésuites de « pacification », Tucumán et Nouvelle Biscaye XVIIe siècle », e-Spania [Online], 26 | février 2017, online dal 01 febbraio 2017, consultato il 30 marzo 2017. URL : http://e-spania.revues.org/26320 ; DOI : 10.4000/e-spania.26320

Torna su

Autore

Christophe Giudicelli

Université Rennes 2, CNRS-CREDA, UMR 7227

Articoli dello stesso autore

Torna su

Diritti d'autore

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Torna su
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org