Navigation – Plan du site
Écriture de l’histoire et itinérance dans l’Amérique coloniale ibérique (XVIe –XIXe siècle)

Du voyageur à l’écrivain / historien : le cas de fray Juan Agustín Morfi (1735-1783)

Emilie Cadez Ortola
p. 01/02/2017

Résumés

Nous nous proposons de retracer le parcours de frère Juan Agustín Morfi (OFM), Asturien évoluant en Nouvelle-Espagne, où il trouve une place prépondérante aux côtés de Théodore de Croix lors de son expédition de reconnaissance des Provinces Internes. Ainsi, à travers l’étude des principaux écrits issus de ses pérégrinations, nous nous interrogerons également sur la construction auctoriale de Morfi, voyageur ayant le goût de l’écriture qui en vient à assumer pleinement le statut d’écrivain de l’Histoire.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Libro de Bautismo de la Parroquia de San Tirso, Archivo Histórico Diocesano de Oviedo, 39.15.2, fol (...)
  • 2 Libro de Casados de la Parroquia de San Tirso, Archivo Histórico Diocesano de Oviedo, 39.15.14, fol (...)
  • 3 Libro de Bautismos de la Parroquia de San Tirso, Archivo Histórico Diocesano de Oviedo, 39.15.2, fo (...)
  • 4 Ibid., fol. 291r.
  • 5 Ibid., fol. 321v.
  • 6 Padrón de la Ciudad, 1732, Archivo del Ayuntamiento de Oviedo, B-044-5.
  • 7 Padrón de la Ciudad, 1737, Archivo del Ayuntamiento de Oviedo, B-044-6.

1Fray Juan Agustín Morfi, franciscain péninsulaire connu en Nouvelle-Espagne pour sa prolifique production écrite, a soulevé et soulève encore nombre d’interrogations, notamment en ce qui concerne sa biographie. Il est né dans la paroisse San Tirso d’Oviedo, dans les Asturies, le 17 juillet 17351, du remariage, le 28 décembre 17332, de María Antonia Cortina, d’Oviedo, et de Juan Morfi, immigrant irlandais dont le nom, Murphy, a sans nul doute été hispanisé. Nés de la précédente union de son père, Morfi a une sœur et trois frères : Vicenta, née le 8 avril 17273, Matheo Antonio, né le 13 novembre 17294, Juan Benito5, né le 26 décembre 1732, et Fernando, sans doute un frère aîné, que nous ne connaissons que très peu, ce dernier n’apparaissant pas dans les livres de baptême de la paroisse de San Tirso, mais étant seulement nommé dans les Padrones de la ville de 17326 et 17377. Il est aussi possible que Juan Agustín ait eu d’autres sœurs aînées, mais comme les femmes mariées et les filles n’apparaissent pas dans les recensements, nous ne pouvons confirmer ni infirmer cette hypothèse. Par contre, nous ne savons rien des éventuels frères et sœurs nés du précédent mariage de la mère de Juan Agustín.

  • 8 Ricardo SÁNCHEZ FLORES, Fray Juan Agustín Morfi. Historiador franciscano del siglo XVIII (Apuntamie (...)

2Morfi passe en Nouvelle-Espagne autour de 1755, mais nous en ignorons les raisons. Il prend l’habit franciscain le 10 mars 1760, à l’âge de 25 ans, selon les informations mentionnées dans son dossier d’admission et relevées par Sánchez Flores8. Entre 1763 et 1765, Morfi étudie la théologie, puis la philosophie. En 1767, il devient lecteur de philosophie, puis, en 1770, et ce pendant dix ans, lecteur de théologie sacrée au collège de Santa Cruz Tlatelolco.

  • 9 La nobleza y piedad de los Montañeses. Demostrada por el Santísimo Cristo de Burgos. Sermón que, en (...)

3Morfi est également copiste, traducteur de traités de rhétorique et de théologie, rédacteur de sermons dont certains ont été édités9. Plus tard, il est nommé Calificador del Santo Oficio, puis Gardien du Grand Couvent de San Francisco de Mexico. Il est également orateur principal dans les actes les plus importants de l’époque.

  • 10 Guadalupe CURIEL DEFOSSÉ, « La obra narrativa de fray Juan Agustín Morfi. Ensayo bibliográfico », B (...)

4Grâce à ses activités intellectuelles, il acquiert des connaissances très développées dans de nombreux domaines, spirituels et temporels. Il lit beaucoup et écrit énormément, nous renvoyons ici aux travaux de catalogage bibliographique effectués par Guadalupe Curiel10. Il possède de nombreux ouvrages aux thématiques diverses qui l’accompagnent également lors de ses voyages, ce qui démontre un grande curiosité intellectuelle et culturelle qu’il conservera jusqu’à la fin de sa vie.

5Le lundi 20 octobre 1783, Morfi s’éteint au couvent de San Francisco de Mexico, emporté par une fièvre. Dans sa cellule, il laisse d’innombrables écrits imprimés et manuscrits, certains achevés et d’autres non.

  • 11 Cartes en annexes.
  • 12 Fray Juan Agustín MORFI, Diario y derrotero (1777-1781), Monterrey : Instituto Tecnológico y de Est (...)
  • 13 Id., Viaje de indios y diario del Nuevo México, Mexico : Manuel Porrúa S. A. Librería, 1980.
  • 14 Id., Relación geográfica e histórica de la Provincia de Texas o Nuevas Filipinas (1673-1779), Mexic (...)
  • 15 Id., Memorias para la historia de la provincia de Texas, Madrid : Real Academia de la Historia, mss (...)

6Reconnu par ses contemporains comme l’un des intellectuels les plus importants de l’époque et connu pour ses talents de plume, Morfi est sollicité par Théodore de Croix pour participer à l’expédition de reconnaissance des Provinces Internes, zone administrative créée en 1776, dont De Croix est le Commandant Général. Après avoir opposé quelque résistance afin de pouvoir conserver son mode de vie monacal, et donc un certain confort, Morfi débute son périple le 4 août 177711, en tant que chapelain et rédacteur de rapports sur l’état des missions du Nord de la Nouvelle-Espagne. Il part de Mexico, et traverse Zacatecas, Durango, Tlaxcala la Nueva, Monclova, San Antonio de Béjar, pour s’arrêter pendant plusieurs mois à Chihuahua. Il participe à de nombreuses activités d’Arizpe, Sonora, capitale de la Comandancia General de las Provincias Internas où il séjourne également plusieurs mois. Ensuite, il se dirige vers Guanajuato, avant de revenir à Mexico le 1er juin 1781. De ce voyage naissent plusieurs écrits : le Diario y derrotero (1777-1781)12, journal de voyage, le Viaje de Indios y Diario de Nuevo México13, récit d’une partie de son voyage, depuis son départ le 4 août 1777 jusqu’au 24 février 1778, la Relación geográfica e histórica de la provincia de Texas o Nuevas Filipinas (1673-1779)14, document inachevé se basant sur les informations qu’il a collectées lors de son voyage, augmentées par des recherches et des lectures personnelles, et les Memorias para la historia de Texas15, version remaniée de la Relación. Notons au passage que Morfi n’a pas donné lui-même de titre à ses écrits et que Morfi n’a jamais eu le statut de chroniqueur de l’Ordre, malgré plusieurs ressemblances qu’il peut y avoir entre son dernier texte et les chroniques que nous connaissons.

  • 16 Vito ALESSIO ROBLES, « Introducción biobibliográfica », in : Fr. Juan Agustín MORFI, Viaje de indio (...)
  • 17 Carlos Eduardo CASTAÑEDA, « Biographical Introduction », in : Fr. Juan Agustín MORFI, History of Te (...)
  • 18 R. SÁNCHEZ FLORES, Fray Juan Agustín Morfi. Historiador franciscano del siglo XVIII (Apuntamientos (...)
  • 19 Guadalupe CURIEL DEFOSSÉ, « Fray Juan Agustín Morfi (c. 1735-1783). Noticia biobibliográfica », Bol (...)
  • 20 Julio Juan POLO SÁNCHEZ, « El sermón La nobleza y piedad de los Montañeses de Fray Juan Agustín Mor (...)
  • 21 Juan Ignacio TELLECHEA IDÍGORAS, « Vascos y Socios de la Real Sociedad Bascongada en el Diario y de (...)
  • 22 Carlos GARCÍA-ROMERAL PÉREZ, Diccionario de viajeros españoles de la Edad Media a 1970, Madrid : Ol (...)
  • 23 Juan VIDAL ABARCA, « Los socios desconocidos de la RSBAP en México (correcciones y adiciones al cat (...)
  • 24 Elías TRABULSE, « Los científicos mexicanos socios de la Real Sociedad Bascongada de Amigos del Paí (...)

7Or, si Morfi est un personnage reconnu par ses contemporains, et s’il est perçu aujourd’hui encore comme une figure centrale en ce qui concerne l’histoire et la géographie de la Nouvelle-Espagne par nombre de chercheurs outre-Atlantique, tels que Vito Alessio Robles16, Carlos Eduardo Castañeda17, Ricardo Sánchez Flores18, Guadalupe Curiel Defossé19, il n’est que peu étudié en Europe. En effet, Morfi n’est le sujet que de quelques travaux de Juan Julio Polo Sánchez20 et de Juan Ignacio Tellechea Idígoras21, et il apparaît seulement cité par Carlos García-Romeral Pérez22, Juan Vidal-Abarca23 et Elías Trabulse24. Nous nous proposons donc par notre communication d’apporter des éléments supplémentaires aux travaux européens portant sur ce franciscain qui nous semble ne pas être reconnu à sa juste valeur de ce côté-ci de l’Océan.

8Nous allons donc étudier, au travers de ces trois textes, les changements au niveau de l’écriture qu’opère Morfi dans son passage du statut de voyageur écrivant à celui de voyageur auteur, écrivain. Nous verrons donc comment se manifeste chez lui la naissance du sens de l’écriture. Nous voudrions préciser que le sujet traité ici sera plus largement développé dans notre travail de thèse.

9Dans un premier temps, nous analyserons la construction du Diario y derrotero, pour ensuite nous centrer sur le Viaje de Indios. Nous pourrons ainsi dégager quelques éléments de réflexion autour de l’évolution de l’écriture morfienne. Dans une troisième partie, nous étudierons les deux autres textes issus du voyage, la Relación de Texas et les Memorias.

Les voyages de Morfi et le Diario y derrotero

10Le Diario y derrotero est tenu par Morfi dès le début de son voyage et jusqu’à son retour, soit du 4 août 1777 au 1er juin 1781 (trois ans et dix mois). La structure est chronologique. En marge du texte apparaissent le jour et le mois correspondant à chaque entrée. Le style télégraphique et l’écriture parfois cryptique (certaines références restent obscures) font que ce texte s’apparente au genre du journal de bord. Il semble donc que cette écriture soit, au départ, strictement personnelle, et qu’elle serve de base de travail pour l’élaboration postérieure d’un récit destiné à être édité et lu.

11Les thématiques abordées au long de ce journal sont diverses. En effet, Morfi évoque les lieux qu’il traverse, les distances parcourues chaque jour, les personnes qu’il rencontre, les paysages, les reliefs, la faune et la flore qu’il observe. Il décrit également de façon plus précise certains lieux et, parfois, certains édifices qu’il visite. De temps à autres, il fait aussi référence aux agissements des personnes qu’il rencontre, à leurs manières d’interagir avec les autres populations, notamment lorsqu’il s’agit de tribus indiennes. L’Indien est, en effet, une thématique récurrente dans cet écrit. D’autres thématiques sont plus de l’ordre du quotidien, comme les messes qu’il dit, qui viennent rythmer chaque journée, et certaines références relèvent de l’anecdote : ce que Morfi ou les autres mangent ou boivent, chassent ou pêchent, les jeux auxquels tous peuvent jouer ou encore les livres qu’ils lisent. Morfi fait également allusion aux courriers qu’il reçoit et à ceux qu’il envoie, en indiquant parfois les contenus de ces lettres. Pour finir, d’autres thématiques sont plus intimes, comme l’état de santé ou de fatigue du voyageur, ou encore l’expression d’opinions personnelles, points qu’il ne mentionnerait sans doute pas si cet écrit avait initialement été destiné à être lu.

12La conscientisation du passage du statut de voyageur écrivant à celui de voyageur auteur apparaît déjà dans cet écrit, même si ce n’est que par quelques traces. Par exemple, à partir de septembre 1779, Morfi fait parfois référence à des dates ultérieures, afin de préciser ou de compléter ses dires. En effet, à l’entrée correspondant au 24 septembre 1779, Morfi renvoie au 6 octobre de la même année, le 15 février 1780 au 27 mars, le 16 mai 1780 au 19 mai et le 25 décembre au 29 du même mois. Nous pouvons interpréter ces renvois comme étant des signes de remaniements a posteriori. Ces remaniements, ces appels nouveaux à un lectorat potentiel, ce travail sur un texte qui supposément n’est pas destiné à être édité et lu, sont pour nous le signe clair de la naissance d’une conscience de la part de Morfi, d’être plus qu’un voyageur qui annote les impressions que lui laisse ce qu’il découvre pendant son voyage. Il s’agit là d’une prise de recul par rapport à ce qu’il consigne, et par rapport à l’objet écrit en lui-même, ce qui le place déjà dans une posture d’écrivain, ou tout du moins de quelqu’un qui réfléchit autour de la notion d’écriture et de techniques narratives. Pour poursuivre cette réflexion autour du Diario y derrotero, il aurait été intéressant de pouvoir étudier directement le manuscrit. Cependant, celui-ci n’est à ce jour plus consultable.

13Dans cette première partie, nous avons déjà pu observer quelques éléments signalant l’évolution des rapports que Morfi entretient avec l’écriture. Nous allons dans un second temps ébaucher une étude de la mise en écriture du journal, grâce à l’analyse du fonctionnement du Viaje de Indios y Diario de Nuevo México. Nous pourrons ainsi mettre en regard les deux récits dans une visée comparative.

La mise en écriture du journal : création du Viaje de Indios y Diario de Nuevo México

14Le Viaje de Indios y Diario de Nuevo México est une version revue, corrigée et augmentée d’une partie du Diario y derrotero. Au départ, ce récit était destiné à être une pièce jointe au rapport de Théodore de Croix sur l’état des Provinces Internes.

  • 25 Village situé au nord-est de Chihuahua.

15Ce récit couvre la période qui va du début du voyage (4 août 1777) au 24 février 1778, soit à peine six mois et demi, lorsque Morfi se trouve à Las Cruces25. Même si la période couverte par le récit de voyage est beaucoup plus courte que celle du journal, le Viaje de Indios n’en est pas pour autant quantitativement moins conséquent, preuve des nombreux remaniements et augmentations qu’a opérés Morfi pour donner naissance au récit. Cependant, ce dernier est organisé différemment. En effet, ici, la progression géographique prend le pas sur la progression chronologique et le récit s’articule autour de quinze chapitres. Chaque fin de chapitre représente une grande étape dans le voyage de Morfi : Querétaro, Zacatecas, Durango, Avinito, Mapimí, Álamo de Parras, Parras, Saltillo, Monclova, San Francisco Vizarrón, Paso de Francia, Béjar, Paso de Francia, Santa Rosa, Las Cruces. Par ailleurs, la concordance chronologique entre le journal et le récit de voyage n’est pas toujours respectée. Certains passages du journal, quelques jours ou des semaines entières, disparaissent complètement. Parfois, alors que dans le journal certains éléments sont consignés à des jours différents, ceux-ci peuvent être regroupés sous une même date dans la version remaniée.

  • 26 Fr. J. A. MORFI, Viaje de Indios…, p. 274-283.

16Les thématiques abordées dans ce texte sont similaires à celles présentes dans le Diario. Cependant, certaines sont ici plus ténues et d’autres plus développées. Ainsi, les expressions du moi sont moins présentes. De même, les références anecdotiques et certaines indications liées directement au voyage, telles que les distances parcourues, sont évoquées moins régulièrement. À l’inverse, les descriptions de certains lieux, de l’état des cultures et des populations sont plus précises et plus élaborées, et la présence de l’Indien est plus grande. Par ailleurs d’autres éléments se font jour, ou apparaissent de façon plus prégnante. De ce fait, en comparaison avec le journal, le récit reflète davantage la situation sociale des populations observées et fait davantage mention de l’histoire des lieux et offre d’autres références historiques. Pareillement, certaines scènes de vie sont évoquées ici mais n’apparaissent pas dans le journal, tout comme certains détails sur l’organisation spatiale et politique de certaines villes, comme Monclova (province de Coahuila)26.

17Toutes ces modifications, ainsi qu’un style beaucoup plus rédigé et beaucoup moins télégraphique font que, comme nous l’évoquions, même si le récit couvre une période bien plus courte que le journal (six mois et demi contre presque quatre ans), les deux écrits sont quantitativement équivalents. Une étude numérique montre d’ailleurs quelles sont les sections qui ont été le plus augmentées, étude dont nous pouvons voir les résultats dans le tableau suivant :

  • 27 L’abscisse de ce graphique représente les chapitres et l’ordonnée, le nombre de pages.

Figure 1. Comparaison quantitative27

Figure 1. Comparaison quantitative27

18Les augmentations, les changements de style, le passage à des phrases bien plus complexes, ainsi que les considérations de Morfi à propos de ce qu’il observe confirment un changement de posture, cette conscientisation de l’écriture que nous pouvions déjà parfois observer dans le Diario.

19Prenons l’exemple de l’entrée du 8 août 1777 du Diario :

  • 28 Fr. J. A. MORFI, Diario…, p. 4.

Agosto 8. Me levanté el primero, recé. Fue el Jefe al desagüe con Caderecha a pie, llovió a las doce y a las cuatro un grande aguacero. Confrontamos el duplicado. Salió a cazar el médico, vino mojado hasta mudar camisa. Se despachó el duplicado de España. Estuve malo. Fue correo a México28.

20Cette entrée correspond au passage suivant dans le Viaje de Indios y Diario de Nuevo México :

Paramos en la casa del rey, donde se hospedan sus virreyes cuando van a visitar el desagüe ; es grande, de buen alojamiento, competente adorno y un portal que ocupa todo el frente, comodísimo para los carruajes. Hay un mesón, no de los peores, que con algunas casillas, distribuidas sin orden forman el pueblo. La parroquia es un cañón de bóveda, cuarteada por mil partes que franquea a las aguas fácil de paso. El actual cura construyó al lado de la epístola una capilla que sirve de sagrario y en cuyo altar se venera una imagen de María Santísima de los Dolores, de mala hechura : el todo no tiene otro mérito que estar nuevo. El agua que aquí se bebe es de pozo y no de mal gusto. Dista este pueblo legua y media del gran desagüe, que por su inmediación se llama Huehuetoca.

  • 29 Id., Viaje de Indios…, p. 42.

Esta noche dio estampida la mulada, pero a la mañana se recogieron todas las bestias. El día ocho se continuó el trabajo del duplicado que quedó concluido y cerrado a las diez de la noche29.

  • 30 Fr. J. A. MORFI, Diario…, p. 4.

21En observant ces deux versions, les points communs et les divergences apparaissent très clairement. Tout d’abord, dans le passage à la version remaniée, la progression chronologique semble bousculée dans la mesure où même si tous ces éléments ont lieu le même jour, l’indication de la date n’apparaît qu’en fin de passage, comme en guise de conclusion, ce qui peut entraver la compréhension du lecteur. Ensuite, disparaissent toutes les allusions au quotidien et à l’anecdotique : la prière, le temps, l’état de santé de Morfi. Ces références sont remplacées par des informations sur l’architecture et sur l’organisation spatiale. Il mentionne aussi « el desagüe », mais au lieu de dire que « el Jefe », Théodore de Croix, va le visiter, il lui donne une dimension plus générale avec « sus virreyes cuando van a visitar el desagüe ». Morfi nomme également dans la version retravaillée le nom du lieu, Huehuetoca, alors que celui-ci, dans le journal, n’apparaît qu’à l’entrée suivante (« Agosto 9. Salimos de Huehuetoca »30). Il apparaît donc que Morfi, en remaniant son texte, semble avoir voulu lui donner une portée plus générale, plus pratique et moins personnelle, moins intime. Rappelons ici qu’initialement, le récit devait accompagner le rapport de Théodore de Croix sur l’état des Provinces Internes. Il est donc tout à fait compréhensible que le but de cet écrit soit de pouvoir connaître les régions traversées sans avoir à s’y rendre directement, en en donnant des images précises, presque photographiques. Cependant, nous pouvons nous interroger sur la place de l’anecdotique dans ce récit, avec pour cet exemple la référence à « la mulada » qui s’échappe – les difficultés rencontrées pendant le périple représentent l’un des topiques des récits de voyages –. Ce texte est-il donc strictement destiné à être lu par des membres de l’administration coloniale ou Morfi avait-il d’autres projets ? Il semblerait donc que ce soit un autre signe du changement de statut de Morfi, lequel ne se limiterait déjà plus à être un simple voyageur rédigeant des rapports strictement destinés à la Couronne.

22Au long de cette deuxième partie, nous avons donc pu voir comment naît et se développe la conscience de Morfi de ne pas être un simple voyageur écrivant. Nous allons voir à présent que ceci se vérifie dans la Relación de Texas, dans laquelle Morfi accède selon nous à un autre statut, celui d’écrivain-historien.

L’écrivain-historien : la Relación de Texas et les Memorias

  • 31 Id., History of Texas…

23La Relación geográfica e histórica de la provincia de Texas o Nuevas Filipinas (1673-1779) est un document inachevé qui se trouvait parmi les manuscrits retrouvés dans la cellule de Morfi à sa mort en 1783. Il a par la suite été placé dans l’Archivo Franciscano de la Bibliothèque Nationale du Mexique (document référencé 10/156.1, fol. 1-128). En 1931, Carlos Eduardo Castañeda le trouve dans le Fondo Reservado de cette même bibliothèque et le publie en anglais en 193531. Le titre que l’on connaît de ce texte ne lui a pas été donné par Morfi lui-même, mais par Lino Gómez Caneda et Ignacio del Río. L’édition de 2010 sur laquelle nous travaillons, de Guadalupe Curiel, est la première édition du texte dans sa langue originale. Il s’agit d’un texte dont le manuscrit compte 128 folios. Il est organisé en plus de 600 paragraphes numérotés par l’auteur et répartis, dans l’édition, en deux volets, géographique et historique. La section géographie regroupe la description du territoire et celle des groupes humains qui ont habité et qui habitent encore la province. Dans le volet histoire, Morfi retrace l’histoire du Texas depuis la première occupation française et les premières incursions espagnoles, jusqu’aux essais de réorganisation territoriale menés par Athanase de Mézières en 1779.

24Les Memorias para la historia de la provincia de Texas n’ont quant à elles jamais été éditées dans leur intégralité et dans leur langue originale. Le manuscrit original ayant disparu, nous nous basons sur la copie présente dans les fonds de la bibliothèque de la Real Academia de la Historia, à Madrid. Il s’agit d’un manuscrit en deux volumes, représentant un total de 367 folios. L’ensemble est articulé autour de 12 livres, à l’intérieur desquels chaque paragraphe est numéroté par l’auteur. Les deux premiers livres concernent la géographie et la démographie de la province du Texas. Dans les livres 3 à 11, Morfi se centre sur l’histoire de la province sur la période qui va de 1673 à 1777. Le dernier livre est consacré à l’étude de la figure d’Athanase de Mézières, ainsi qu’à ses entreprises d’exploration et de pacification.

25Pour écrire ces deux textes, Morfi se base sur différents types de sources. Tout d’abord, il se sert de notes qu’il a prises lors de son voyage à partir de ses observations. Ensuite, il a accès à de nombreux documents, dans les archives de lieux qu’il visite ainsi que dans les archives franciscaines qu’il consulte en rentrant à Mexico. Pour finir, il dispose également de sources orales, provenant des témoignages des personnes qu’il rencontre durant son périple et des autres membres de son Ordre. Précisons ici que, contrairement à certains autres auteurs de l’époque, Morfi cite très clairement ses sources, ce qui nous permet une identification très précise de celles-ci. Par ce fait, nous pouvons penser que la volonté de Morfi a bien été de réaliser un écrit historico-scientifique précis.

26Cependant, dans la Relación, Morfi fait montre d’une réflexion autour de la conception et de l’organisation du récit. Il laisse aussi des indices quant à des réécritures de son texte. Il fait également de nombreux renvois à des passages ultérieurs de son récit et il émet quelques réflexions autour de la littérature et du travail de l’écrivain. Tout ceci nous permet d’avancer que Morfi, rédigeant cet écrit dans les dernières années de sa vie, a une conscience très claire de son statut d’écrivain de l’Histoire.

27Arrêtons-nous un instant sur ces indices de la conscientisation de l’écriture que Morfi laisse dans sa Relación de Texas.

  • 32 Id., Relación de Texas…, p. 229.
  • 33 Ibid., p. 183.
  • 34 Ibid., p. 191.
  • 35 Ibid., p. 172.

28Comme nous le disions, Morfi fait dans son texte plusieurs renvois à des passages ultérieurs du type « Véase el número 404 y siguientes hasta 406 »32, ainsi que des annonces telles que « como adelante veremos »33 ou « y veremos breve »34. Si les effets d’annonce apparaissent directement dans le corps du texte, les renvois sont le plus souvent présents dans les annotations en marge. L’un de ces renvois donne également des indications quant au travail sur le texte. Ainsi, « Véase el libro 2, número 10 del limpio »35 tend à prouver que la Relación est bien une sorte de brouillon des Memorias. Ce travail sur l’écriture transparaît également dans certains extraits qui apparaissent deux fois dans la Relación, mais sous différentes formes. Ainsi, par exemple, Morfi écrit à propos du travail d’Antonio Bonilla :

  • 36 Ibid., p. 193-194.

La seguridad con que asienta [Bonilla] ésta y otras iguales expresiones, el énfasis con que habla siempre de estas misiones, y especialmente de sus ministros, pide algún examen. Aunque mi profesión induzca sospecha en cuanto pudiera decir para rebatirla, como la razón no tiene partido, basta ella sola para disipar ésta y hacer la voluntariedad de aquéllas. Ni Bonilla ni yo debemos ser jueces en el asunto, mas no quedará sin decisión la duda, la resolverán el señor fiscal Andreu y el señor auditor general marqués de Altamira, los dictámenes de hombres tan imparciales e inteligentes volverán de un modo irrefragable por el honor de los religiosos, y después se le harán algunas reflexiones en su comprobación36.

29Quelques pages plus loin, Morfi réécrit ce passage, lui donnant la forme suivante :

  • 37 Ibid., p. 199.

Ni Bonilla ni yo debemos ser jueces en el asunto ; nuestras profesiones nos excusan de resolverle ; mas para que se vea la fuerza de esta demostración y el espíritu de aquel énfasis con que habla Bonilla siempre que toca este establecimiento y con especialidad de los misioneros, copiaré a la letra los dictámenes de los señores fiscal y auditor que son los únicos capaces de resolver en la materia y disipar las dudas.37

30Nous ne pouvons que constater que la version retravaillée de ce passage connaît un style plus léger. Nous pouvons interpréter ces allégements comme une volonté de la part de Morfi d’améliorer la clarté du récit, d’éliminer des éléments qui lui paraissent superflus, ou encore d’améliorer l’esthétique de son récit. Nous n’apporterons pas de réponse à cette question, mais il est clair grâce à cet élément que l’écriture de Morfi est travaillée, réfléchie, ce qui indique bien sa conscientisation du passage à un statut d’écrivain.

31Nous pouvons constater d’autres réécritures dans les dernières pages de la Relación. Ainsi, les trente dernières pages de l’édition de la Relación reprennent en partie les années pendant lesquelles Morfi réalise le début de son voyage dans les Provinces Internes (jusqu’au 2 novembre 1779). Ainsi, les récits faits des journées des 2 et 3 décembre 1777 apparaissent dans les trois écrits, sous des formes et développements tout à fait variables. En effet, Morfi ne consacre que quelques lignes à ces entrées dans la Relación :

  • 38 Ibid, p. 282.

Al día siguiente en medio del camino se encontró un soldado remitido por don Francisco Martínez que andaba en campaña con los capitanes Serrano y Borica, en que les escribía suplicándole tuviese a bien diferir la junta pocos días, mientras daba en una ranchería de mezcaleros que el célebre lipán Xavierillo había prometido enseñarle. En efecto, el día 3 de diciembre entró en la hacienda de Castaños a 3 leguas de la Monclova, y a breve rato recibió un segundo parte del capitán Martínez en que le decía haber logrado el golpe que esperaba en que cogió 24 piezas, rescató 3 cautivos y mató algunos gandules38.

  • 39 Fr. J. A. MORFI, Diario…, p. 78-80.

32Cependant, dans le Diario, ces informations ne sont pas exactement traitées avec la même « rapidité ». En effet, Morfi consacre à ces deux journées beaucoup plus d’encre, ce qui représente trois pages dans l’édition du journal39. Les informations présentes dans la Relación côtoient alors d’autres éléments, tels que l’heure de départ, la durée du voyage, les distances parcourues, la description des lieux traversés, ainsi que l’évocation des personnes du groupe ou rencontrées en chemin, ou encore les références à certaines attaques mortelles opérées par des groupes d’Indiens. Précisons également que le nom d’Indien auquel Morfi fait référence a été modifié, « el célebre lipán Xavierillo » dans la Relación est « el capitán lipán Cabello Largo » dans le Diario. De même, lorsque dans le Diario le capitaine Martínez doit aller à la rencontre d’Apaches, dans la Relación il s’agit de « mezcaleros », appellation ethnique bien plus précise. Selon les textes, l’issue de cette rencontre n’est pas non plus la même. En outre, la description de l’attitude adoptée par Martínez est également nuancée d’une version à l’autre :

Diciembre 2. Salimos a las siete y tres cuartos, rumbo Norte. Como a una legua encontramos un soldado enviado del capitán Serrano, con carta de Martínez, ganando horas, avisando a su Señoría no podía estar el día primero en la Monclova, como se le había mandado, porque el capitán lipán, Cabello Largo, le había ofrecido conducirle a una ranchería de apaches e iba a ver si lograba el intento. […]

  • 40 Ibid.

Cerca de la casa nos salió a recibir el capitán retirado Castilla con recado de Loyola, y Ugalde, un criado de éste y algunos soldados: uno traía carta de Martínez avisando haber dado en la ranchería, muerto a cinco y preso diez y seis; cinco hombres y cinco mujeres se huyeron40

  • 41 Fr. J. A. MORFI, Viaje de Indios…, p. 262-271.

33Comme cela arrive très régulièrement, la version du Diario est revue et largement augmentée dans le Viaje de Indios, pour arriver à être quantitativement multipliée par deux41. Certaines informations mentionnées dans le journal sont présentes et développées dans le récit remanié. Cependant, certaines anecdotes, telle la chute de cheval d’Augier, ont été éliminées, pour être remplacées par des explications approfondies quant à l’abandon de l’ancien village de la Hoya. De même, apparaissent des projets d’aménagements des territoires ainsi que des suggestions d’ordre politique qui ne figurent pas dans les versions précédemment évoquées. Dans cette version de l’épisode, l’Indien qui guide Martínez se nomme Xavierillo, et il doit le conduire à un groupe de « mezcaleros ». Les modifications introduites dans la Relación apparaissent déjà ici, ce qui laisse supposer que, pour rédiger le dernier texte, Morfi s’est basé davantage sur ce qu’il avait posé par écrit dans son récit de voyage que sur son journal :

Día 2, a las tres y tres cuartos salimos de Anhelo, rumbo norte ; pasamos el arroyo que divide las provincias y entramos en el cañón que forma el Espinazo de Ambrosio, a la derecha, y la sierra de Anhelo a la izquierda, que principiando al N. va inclinando hasta el oriente: andaríamos una pequeña legua, cuando hallamos un soldado del presidio de Agua Verde, que traía cartas del capitán don Francisco Martínez, en que suplicaba al señor comandante le dispensase no estar en Coahuila el día prefijo, a causa de que el lipán Xavierillo había prometido conducirle a una ranchería de mezcaleros: lo que iba a ejecutar en la esperanza de darles un golpe. […]

  • 42 Fr. J. A. MORFI, Viaje de Indios…, p. 262-271.

Recibió el señor comandante un expreso del capitán Martínez en que refería el suceso de la ranchería de apaches que sorprendió en las cabeceras del rio de San Diego, y avisaba que dentro de pocos días llegaría a la villa de la Monclova con todos los cautivos42.

  • 43 Id., Memorias…, 2, fol. 138r.

34À partir de cette observation des réécritures, nous pouvons également penser que, dans la Relación, Morfi ne conserve que les grandes lignes des remarques qu’il a faites dans ses précédents écrits, notamment en ce qui concerne les relations entre Espagnols et Indiens, ces derniers représentant une figure de plus en plus présente dans la production morfienne. Il ne s’agit donc pas de simples « copier-coller », mais nous sommes bien face, ici, à une réflexion autour des contenus et de la forme à donner à l’écriture en fonction de la nature que Morfi souhaite donner à ses textes. Soulignons également que cet événement n’apparaît pas dans les Memorias, Morfi renvoyant le Lecteur directement au Viaje de Indios : « como los ulteriores. sucesos los tengo Escritos en el Diario de mi Viage, remito a el curioso Lector q quisiese saberlos »43. Cette volonté d’éviter les redites entre les deux documents laisse apparaître un autre type de réflexion autour de l’écriture, concernant cette fois-ci la complémentarité entre les textes destinés à être publiés. Fray Juan Agustín Morfi ne semble donc pas penser ses écrits seulement dans leur individualité, mais aussi dans leurs relations d’intertextualité, dans un projet auctorial et éditorial global.

  • 44 Id., Relación de Texas…, p. 172.
  • 45 Ibid., p. 181.
  • 46 Ibid., p. 213.

35Par ailleurs, Morfi exprime de temps à autre sa volonté d’exposer une narration claire, prenant donc en considération un lecteur potentiel, ce qui semble indiquer que la Relación est effectivement un récit destiné à être publié et lu. Ainsi, après avoir exposé son avis personnel sur un point de l’histoire du Texas, Morfi signale « Volvamos a nuestra historia »44, revendiquant de cette manière un retour à son statut de narrateur. Un peu plus loin, il justifie la présence et l’ordre des éléments qu’il apporte à son récit : « Anticipé estos sucesos por no confundir la narración »45 et il rajoute « Se refieren estos hechos que parecen menudos por la integridad de la historia y para que se vea como podía progresar la reducción de los apaches con estos auxilios »46.

De cette manière, Morfi exprime donc la conscience qu’il a de son écriture et de la nécessité d’une énonciation et d’une narration claires.

36En outre, Morfi exprime également sa conception du rôle de l’écrivain et du besoin d’impartialité et d’objectivité de celui-ci, lorsqu’il évoque le texte rédigé par Antonio Bonilla en 1772, Breve Compendio de la historia de Texas :

  • 47 Ibid., p. 223.

Esto le era fácil con unos hombres temerosos de Dios y llenos de caridad al prójimo, aquello imposible sin darlos a conocer por impostores. [¿] Por qué no pidió información que calificase falsos los portentos ? Bien se ve que se desearía en Bonilla la indiferencia e imparcialidad que pide escribir historias47.

37Grâce à cet extrait, nous pouvons clairement observer le refus de fictionnalisation de la part de Morfi et sa volonté de se rapprocher le plus possible de la réalité et de la vérité. C’est pourquoi, à plusieurs reprises, Morfi met en regard les différentes sources écrites dont il dispose, afin de les comparer avec ses propres connaissances, pour mettre en relief les éventuelles erreurs apparaissant dans les différents textes, notamment celui de Bonilla. Ce type de réflexions sur le statut et le rôle de l’écrivain et de l’historien apparaît très explicitement dans les Memorias. Dans le Livre 8, Morfi affirme la nécessité qu’a l’historien de se rapprocher de la vérité, ce qui passe par un retour au travail sur des documents authentiques :

  • 48 Id., Memorias…, 2, fol. 33r.

La verdad es necesaria à la Historia y para enervar las acerciones de un Ministro, no falta el simple dicho de un particular, se necesitan razones solidas expuestas con sencilles, y documentos autenticos presentados con sinceridad48.

  • 49 Ibid., fol. 53r.

38Un peu plus loin, dans le Livre 9, le franciscain met en exergue l’attitude que doit adopter l’écrivain de l’Histoire, qui ne doit pas travailler dans la hâte, en référence, encore une fois, à la manière de travailler de Bonilla : « Para q. [sic] el historiador conviene y reflexione, no basta registrar papeles, ni llevar con rapidez la pluma »49.

39En somme, ici Morfi ne se considère plus comme simple voyageur chargé de rédiger des rapports pour la Couronne. Il se détache de ce statut pour assumer pleinement celui d’écrivain historique, sans pour autant s’éloigner de son but premier : être au service de la Couronne, mais aussi et surtout de l’Ordre franciscain.

***

40Disons simplement, pour conclure, que nous pensons avoir pu amener au long de cette communication des éléments démontrant qu’il y a bien une évolution de la conscientisation de l’écriture de la part de Morfi, se traduisant par une évolution stylistique et thématique de ses écrits. Ainsi, d’un simple journal de voyage, montrant déjà quelques signes de réélaboration, nous arrivons à un document bien plus élaboré, convoquant de nombreuses sources de natures diverses, où les signes de l’accession de Morfi au statut d’écrivain de l’Histoire sont flagrants.

41Par l’écriture et les réécritures, Morfi passe donc du statut de voyageur écrivant à celui de voyageur écrivain, pour finir par occuper la place d’écrivain historien que certains lui connaissaient déjà à la fin du XVIIIe siècle. En outre, si son style change, sa prise en compte d’un lectorat potentiel semble être également en mutation. Très peu présente dans le Diario, elle apparaît plus régulièrement dans le Viaje de Indios pour acquérir une place non négligeable dans la Relación de Texas.

42Il semblerait donc que le cas de Morfi soit celui de l’itinéraire d’un écrivain cherchant à se perfectionner sans cesse et à asseoir toujours davantage sa position d’autorité parmi les intellectuels novohispaniques de l’époque. C’est ainsi que ses écrits, auxquels il donne parfois un caractère politico-administratif, acquièrent aujourd’hui une dimension historique supplémentaire. À nous maintenant de lui redonner la place qui lui correspond aujourd’hui encore dans le champ des études américaines de la fin de la période coloniale de notre côté de l’Atlantique.

Haut de page

Annexe

Cartes sur le parcours de fray Juan Agustín Morfi50

Carte 1. Comandancia General de las Provincias Internas

Carte 1. Comandancia General de las Provincias Internas

Carte 2 : Le parcours de Morfi (1777-1781)

Carte 2 : Le parcours de Morfi (1777-1781)
Haut de page

Notes

1 Libro de Bautismo de la Parroquia de San Tirso, Archivo Histórico Diocesano de Oviedo, 39.15.2, fol. 350r.

2 Libro de Casados de la Parroquia de San Tirso, Archivo Histórico Diocesano de Oviedo, 39.15.14, fol. 130v.

3 Libro de Bautismos de la Parroquia de San Tirso, Archivo Histórico Diocesano de Oviedo, 39.15.2, fol. 242v.

4 Ibid., fol. 291r.

5 Ibid., fol. 321v.

6 Padrón de la Ciudad, 1732, Archivo del Ayuntamiento de Oviedo, B-044-5.

7 Padrón de la Ciudad, 1737, Archivo del Ayuntamiento de Oviedo, B-044-6.

8 Ricardo SÁNCHEZ FLORES, Fray Juan Agustín Morfi. Historiador franciscano del siglo XVIII (Apuntamientos a su obra historiográfica), Mexico, 1981, Thèse de licenciatura d’Histoire inédite de la Faculté de Philosophie et de Lettres de la UNAM.

9 La nobleza y piedad de los Montañeses. Demostrada por el Santísimo Cristo de Burgos. Sermón que, en su primera fiesta, celebrada en el Convento Grande de N.P.S. Francisco de México el día 3 de mayo de 1775 años. Predicó el P. Fr. Juan Agustín Morfi. Dedicado por los caballeros que componen la muy Ilustre Mesa a todos los Nobles naturales, y originarios de la Montaña, Mexico : en la Imprenta del Lic. D. Joseph de Jáuregui, 1775.

La seguridad del patrocinio de María Santísima en Guadalupe. Sermón Panegírico, que en la fiesta, que anualmente hacen los señores labradores, implorando su protección dixo el día 17 de mayo que este presente año en la iglesia de su santuario el R.P. fray Juan Agustín Morfi, lector de Sagrada Theología en el Convento principal de N.S.P.S. Francisco de esta Corte. Dedicado a la misma Soberana Señora por los Caballeros de la Congregación, Mexico : Imprenta de la Bibliotheca Mexicana del Lic. D. Joseph de Jáuregui, 1772.

10 Guadalupe CURIEL DEFOSSÉ, « La obra narrativa de fray Juan Agustín Morfi. Ensayo bibliográfico », Boletín del Instituto de Investigaciones Bibliográficas, 6 (1-2), 2001, p. 165-221.

11 Cartes en annexes.

12 Fray Juan Agustín MORFI, Diario y derrotero (1777-1781), Monterrey : Instituto Tecnológico y de Estudios Superiores, 1967.

13 Id., Viaje de indios y diario del Nuevo México, Mexico : Manuel Porrúa S. A. Librería, 1980.

14 Id., Relación geográfica e histórica de la Provincia de Texas o Nuevas Filipinas (1673-1779), Mexico : UNAM, Instituto de Investigaciones Bibliográficas, 2010.

15 Id., Memorias para la historia de la provincia de Texas, Madrid : Real Academia de la Historia, mss. 9-1930 et 9-1931.

16 Vito ALESSIO ROBLES, « Introducción biobibliográfica », in : Fr. Juan Agustín MORFI, Viaje de indios y diario del Nuevo México, México : Manuel Porrúa S. A. Librería, 1980, p. 9-36.

17 Carlos Eduardo CASTAÑEDA, « Biographical Introduction », in : Fr. Juan Agustín MORFI, History of Texas, 1673-1779, two parts, Albuquerque : The Quivira Society, 1935, p. 15-42.

18 R. SÁNCHEZ FLORES, Fray Juan Agustín Morfi. Historiador franciscano del siglo XVIII (Apuntamientos a su obra historiográfica), op. cit., 1981.

19 Guadalupe CURIEL DEFOSSÉ, « Fray Juan Agustín Morfi (c. 1735-1783). Noticia biobibliográfica », Boletín del Instituto de Investigaciones Bibliográficas, 1 (1), 1996, p. 207-242.

Id., « La obra narrativa de fray Juan Agustín Morfi. Ensayo bibliográfico », art. cit.

Id., « La Relación geográfica e histórica de la provincia de Texas o Nuevas Filipinas : 1673-1779. Un manuscrito del Archivo Franciscano de la Biblioteca Nacional », Boletín del Instituto de Investigaciones Bibliográficas, 12 (1-2), 2007, p. 33-112.

Id., Relación geográfica e histórica de la Provincia de Texas o Nuevas Filipinas (1673-1779), de fray Juan Agustín Morfi. Ensayo de Análisis Historiográfico, Mexico, 2007, Thèse de doctorat d’Histoire inédite de la Faculté de Philosophie et de Lettres de la UNAM.

Id., « Una obra desconocida del franciscano Juan Agustín Morfi », Estudios de Historia Novohispana, 35, 2006, p. 169-180.

Guadalupe CURIEL DEFOSSÉ et Rosario PÁEZ, « Diálogo entre un comerciante y un político […] Plan de una compañía para el comercio de América, un texto ‘morfiano’ en duda », XIV Jornadas Académicas 2012. Compendio, Mexico : UNAM, Instituto de Investigaciones Bibliográficas, 2015, p. 7-18.

20 Julio Juan POLO SÁNCHEZ, « El sermón La nobleza y piedad de los Montañeses de Fray Juan Agustín Morfi : arte, poder y sociedad en el México colonial », in : Graciela BALESTRINO et Marcela Beatriz SOSA (éd.), Letras del Siglo de Oro Español : Actas del VII Congreso LESOE, Salta, 16, 17 y 18 de Septiembre de 2009, Salta : Universidad Nacional de Salta, 2012, p. 425-432.

Id., « Montañeses en la Nueva España (II) : Fray Juan Agustín Morfi y el sermón inaugural de la capilla de la congregación del Santísimo Cristo de Burgos de la ciudad de México », Altamira. Revista del Centro de Estudios Montañeses, 79, 2010, p. 129-169.

21 Juan Ignacio TELLECHEA IDÍGORAS, « Vascos y Socios de la Real Sociedad Bascongada en el Diario y derrotero de fray Agustín Morfi », in : Real Sociedad Bascongada de Amigos del País, La RSBAP y Méjico. IV Seminario de Historia de la Real Sociedad Bascongada de Amigos del País, Donostia – Saint-Sébastien : Real Sociedad Bascongada de Amigos del País, 1993, 1, p. 135-151.

22 Carlos GARCÍA-ROMERAL PÉREZ, Diccionario de viajeros españoles de la Edad Media a 1970, Madrid : Ollero & Ramos, 2004, p. 322.

23 Juan VIDAL ABARCA, « Los socios desconocidos de la RSBAP en México (correcciones y adiciones al catálogo de socios) », in : Real Sociedad Bascongada de Amigos del País, op. cit., 1, p. 117-134.

24 Elías TRABULSE, « Los científicos mexicanos socios de la Real Sociedad Bascongada de Amigos del País », in : Real Sociedad Bascongada de Amigos del País, op. cit., 2, p. 527-536.

25 Village situé au nord-est de Chihuahua.

26 Fr. J. A. MORFI, Viaje de Indios…, p. 274-283.

27 L’abscisse de ce graphique représente les chapitres et l’ordonnée, le nombre de pages.

28 Fr. J. A. MORFI, Diario…, p. 4.

29 Id., Viaje de Indios…, p. 42.

30 Fr. J. A. MORFI, Diario…, p. 4.

31 Id., History of Texas…

32 Id., Relación de Texas…, p. 229.

33 Ibid., p. 183.

34 Ibid., p. 191.

35 Ibid., p. 172.

36 Ibid., p. 193-194.

37 Ibid., p. 199.

38 Ibid, p. 282.

39 Fr. J. A. MORFI, Diario…, p. 78-80.

40 Ibid.

41 Fr. J. A. MORFI, Viaje de Indios…, p. 262-271.

42 Fr. J. A. MORFI, Viaje de Indios…, p. 262-271.

43 Id., Memorias…, 2, fol. 138r.

44 Id., Relación de Texas…, p. 172.

45 Ibid., p. 181.

46 Ibid., p. 213.

47 Ibid., p. 223.

48 Id., Memorias…, 2, fol. 33r.

49 Ibid., fol. 53r.

50 Parcours élaboré à partir des données collectées dans le Diario y derrotero (1777-1781).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Comparaison quantitative27
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/26313/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Carte 1. Comandancia General de las Provincias Internas
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/26313/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre Carte 2 : Le parcours de Morfi (1777-1781)
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/26313/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emilie Cadez Ortola, « Du voyageur à l’écrivain / historien : le cas de fray Juan Agustín Morfi (1735-1783) », e-Spania, 26 | -1, 01/02/2017.

Référence électronique

Emilie Cadez Ortola, « Du voyageur à l’écrivain / historien : le cas de fray Juan Agustín Morfi (1735-1783) », e-Spania [En ligne], 26 | février 2017, mis en ligne le 30 janvier 2017, consulté le 25 mars 2017. URL : http://e-spania.revues.org/26313 ; DOI : 10.4000/e-spania.26313

Haut de page

Auteur

Emilie Cadez Ortola

Université de Toulouse II – Jean Jaurès, CEIIBA

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org