Navigation – Plan du site
Écriture de l’histoire et itinérance dans l’Amérique coloniale ibérique (XVIe –XIXe siècle)

Le De Orbe Novo de Ginés de Sepúlveda : une lecture juridique de la route de Cortés

Gilles Bienvenu

Résumés

Dans le De Orbe Novo, qu’il commence à écrire six ans après la controverse de Valladolid, Sepúlveda s’attache à démontrer que, sitôt connus les résultats du premier voyage outre Atlantique de Colomb, la Couronne espagnole s’était bien fixé pour but la conquête des territoires découverts. Après avoir dressé un tableau rapide et très sombre de l’action des Espagnols dans la Caraïbe, il consacre l’essentiel du De Orbe Novo à examiner la conformité de l’action de Cortés aux diverses sources de droit existant à l’époque : Cortés, dit-il, s’est conformé aux Instructions qui lui avaient été données. Il n’a, à aucun moment, violé l’ordre institutionnel espagnol. Son action s’est constamment inscrite dans le respect du droit des gens. Et s’il est finalement entré en guerre contre les Mexicains pour s’emparer de Tenochtiltlán, c’est à la demande souveraine des Tlaxcaltèques. La Couronne n’a donc aucun motif pour désavouer cette action, comme Las Casas l’y a incitée. L’intérêt du De Orbe Novo est de rappeler que l’action de Cortés fut constamment normée par le droit.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le titre complet du livre est : De rebus hispanorum ad novum terrarum orbem Mexicumque gestis. Soit (...)

1Le De Orbe Novo de Juan Ginés de Sepúlveda n’a jusqu’à présent guère attiré l’attention des historiens de la Conquête espagnole du Nouveau Monde. Il n’a pas la fraîcheur des rapports des premiers conquérants, ou des écrits d’un Pierre Martyr d’Anghiera, qui répercuta dans toute l’Europe les premières informations parvenues de l’autre bord du monde. Il laisse de côté l’information naturaliste et proto-ethnographique qui fait la richesse de l’Histoire Générale et Naturelle des Indes d’Oviedo et se concentre sur les seuls agissements des Espagnols, comme l’indique très clairement son titre complet1. Mais, là encore, à la différence de l’Histoire des Indes de Las Casas, on ne trouve pas dans ses pages, à de rares exceptions près, les témoignages de première main et la reproduction de documents qui sans lui auraient disparu. Et l’on n’y trouve pas non plus trace de l’élan, de l’ímpetu de la conquête, ni de l’empathie pour Cortés que l’on trouve chez López de Gómara.

2Si le De Orbe Novo mérite pourtant de retenir l’attention, ce n’est pas seulement parce qu’il est l’œuvre de l’un des principaux protagonistes du débat sur la légitimité des guerres livrées par les Espagnols aux « barbares » du Nouveau Monde. Ce n’est pas seulement parce que Sepúlveda est un intellectuel de premier plan mêlé à tous les grands débats de son temps. C’est avant tout pour deux raisons. La première est que, au moment où il écrit le De Orbe Novo (entre 1557 et 1563) Sepúlveda est devenu un historien professionnel, historiographe officiel de la Couronne depuis 1536. Pour mener à bien la rédaction des trente livres de son Histoire de Charles Quint et les trois livres de son Histoire de Philippe II, (près de mille pages au total) il a dû déployer des méthodes sophistiquées, dont il s’explique (notamment) dans une lettre à son ami Diego de Neila.

3L’Empereur est un chef de guerre, en constant déplacement, des Flandres à Alger et Tunis, de Trapani en Sicile à Mühlberg dans l’est de l’Allemagne, en passant par Metz ou Vitry-le-François. Sepúlveda n’a aucun goût pour la vie des campements militaires, dont il semble avoir fait l’expérience traumatisante lors du Sac de Rome, et il ne suit pas l’Empereur dans son itinérance. Il doit donc, dès les premiers jours de son activité de coronista, imaginer les moyens de rendre compte d’évènements dont il n’est pas le témoin direct. Sur un même fait, il recueille les témoignages parfois contradictoires des principaux acteurs, les recoupe, les soumet à d’autres témoins de premier plan, et parfois à l’Empereur lui-même. Sa position à la Cour lui donne accès à tous, ainsi qu’aux archives des différents Conseils et il a une idée très claire des enjeux et des questions financières. Son information est si précise qu’à l’occasion il est en mesure de prouver à l’Empereur lui-même que sa mémoire ne coïncide pas avec la réalité des faits telle qu’il est parvenu à l’établir. Lorsqu’il aborde l’Histoire de la conquête du Nouveau Monde, les difficultés liées à son éloignement du terrain n’ont donc pour lui aucun caractère de nouveauté. S’il fallait rattacher sa façon d’écrire l’histoire à un type alors existant d’historiographie, c’est sans doute de celui d’un Guicciardini qu’elle est le plus proche, en rupture avec les traditions laudatives, providentialistes et parfois même millénaristes, de ses collègues de la péninsule ibérique.

  • 2 « En todas las islas que se descubriesen, saltareis en tierra ante vuestro escribano y muchos testi (...)

4La seconde raison qui justifie que l’on s’intéresse au De Orbe Novo est que la structure de ce texte très bref (à peine deux cents pages, réparties en sept livres, dont cinq sont consacrés à l’épopée de Cortés), présente, au sein même de la production historiographique de Sepúlveda, une singularité qui tient à l’angle d’attaque juridique adopté par l’auteur, sans doute le premier des historiens de la Conquête à avoir identifié comme centrale la place occupée par la question du droit dans l’épopée cortésienne. Sepúlveda, on va le voir, ne plaque pas une lecture juridique sur le récit des faits. Il s’intéresse à la présence du droit, de la préoccupation du droit, ou de l’accommodement avec le droit, dans le déroulement général de la Conquête du Nouveau Monde et plus particulièrement dans celui de la campagne de Cortés. À bien des égards, l’Histoire rédigée par Sepúlveda semble l’être du point de vue du personnage de l’escribano, présent dans l’épopée dès la phase de la Instrucción2 donnée par Diego Velázquez le 23 octobre 1518. Cette façon d’écrire l’histoire peut parfois donner l’impression d’une épure (un peu trop) distanciée. Mais, on va le voir, son intérêt réside dans la capacité de l’auteur à faire apparaître que la campagne de Cortés elle-même, et non pas seulement le récit qu’il en donne, ne fut pas seulement une sorte de flux d’impulsions guerrières, mais aussi un dispositif intrinsèquement normé par divers niveaux de droit. Comme un contrepoint à l’exotisme et à l’enthousiasme pour l’itinérance des conquérants, ce que Sepúlveda installe au centre de son propos, c’est le point de vue de la permanence et de la stabilité du droit : du droit espagnol pour les relations entre Cortés et la Couronne et du droit des gens pour les relations entre les Espagnols et les peuples du Mexique. Et les épisodes de l’épopée de Cortés qu’il choisit d’examiner sont ceux qui permettent, à un titre ou un autre, de mesurer l’éventuel écart existant entre les actes des Espagnols et ces différents niveaux de droit.

La genèse du De Orbe Novo

5En avril 1551, les théologiens et juristes chargés d’examiner à Valladolid les thèses formulées par Sepúlveda dans son Dialogue sur les Justes Causes de guerre et par Las Casas dans son Confesionario s’étaient dispersés sans faire connaître leur verdict.

6Chacun des deux protagonistes éprouva alors le besoin de prolonger le débat, non plus sur le terrain des arguments philosophiques, théologiques ou juridiques, mais sur celui des faits, des Res gestae, de l’Histoire. Car c’est sur la question des faits que s’était achevée la controverse, avec la douzième et dernière réplique de Las Casas.

  • 3 Juan Ginés de SEPÚLVEDA, Democrates Secundus (I, 24), éd. Ángel Losada, Madrid : CSIC, 1984, p. 29  (...)

7Dans son Democrates Secundus, dialogue sur les Justes causes de guerre, Sepúlveda avait clairement condamné les abominations de la conquête des Caraïbes. Mais, avait-il écrit, la cause en était juste et, « à en croire les relations qu’il avait lues », les choses ne s’étaient pas passées partout de la même façon, et notamment en Nouvelle-Espagne3.

  • 4 Aqui se contiene una disputa […], douzième réplique de l’évêque de Chiapas, in : Bartolomé de LAS C (...)

8À Valladolid, dans les tout derniers paragraphes de sa douzième et dernière réplique, Las Casas s’était inscrit en faux contre cette affirmation4. Il n’existait aucune différence entre la conquête du Mexique et celle des Iles Caraïbes, avait-il affirmé :

[…] todas las conquistas y guerras [que desde que se descubrieron las Indias, hasta hoy inclusive, se han hecho contra los indios], fueron siempre y han sido injustísimas, tiránicas, infernales.

9Dans la Brevísima Relación…, rédigée en 1542 mais publiée en 1552 à Séville au lendemain de la controverse, Las Casas était allé plus loin. Ce qui s’est passé dans les douze premières années de la Conquête au Mexique, disait-il,

  • 5 B. de LAS CASAS, Brevísima relacion de la destruicion de las Indias, in : Tratados, op. cit., t. 1, (...)

[…] ha rebossado y llegado a su colmo toda la iniquidad, toda la injusticia, toda la violencia e tiranía que los cristianos han hecho en las Indias […] Todas las cosas que hemos dicho [hasta ahora] son nada en comparación de las que se hicieron [en la Nueva España] […]5.

10Selon lui, dans ces douze premières années (1518-1530),

  • 6 Ibid., p. 67.

en las dichas cuatrocientas y cincuenta leguas, han muerto los españoles, a cuchillo y a lanzadas, y quemándolos vivos, más de cuatro cuentos de ánimas, […] y eso sin los que han muerto e matan cada día en la susodicha tiránica servidumbre, vejaciones y opresiones cotidianas6.

11Là où Sepúlveda avait cru pouvoir parler d’une conquête conduite avec des méthodes plus humaines, Las Casas apportait donc un démenti cinglant, appuyé sur l’« expérience de terrain » dont il s’était prévalu tout au long du débat.

  • 7 B. de LAS CASAS, Aqui se contiene…, op. cit., p. 427 et 441 : « Todos los daños y robos, matanzas y (...)
  • 8 Ibid., p. 439 : « supuestos mil engaños y falsedades, asi del derecho como del hecho, que a los rey (...)

12Dans sa douzième réplique à Valladolid, Las Casas avait porté une autre accusation : aucun des méfaits commis à l’occasion des conquêtes effectuées « aux Indes » ne l’avait été sur ordre de l’autorité royale, avait-il affirmé. Tout cela s’était fait à l’encontre des commandements exprès de la Couronne »7. Et s’il avait pu arriver que les rois couvrent de leur autorité certains de ces méfaits », avait-il ajouté, « c’est que leur accord avait été obtenu par le mensonge et la tromperie »8.

  • 9 Développée dans son Manuel des Confesseurs.

13L’accusation était lourde de conséquences, puisque, dans la doctrine de la guerre juste alors en vigueur, l’absence d’autorité légitime suffisait à établir qu’une guerre n’est pas juste, et, dès lors, à conclure à l’obligation de restitution des prises de guerre acquises dans ces conditions par les vainqueurs9.

  • 10 Selon Álvaro HUERGA, Bartolomé de Las Casas, Vies et Œuvre, Madrid : Alianza Editorial, 1998, Paris (...)

14Pour appuyer ses dires, après Valladolid, (en 1553 semble-t-il), Las Casas avait repris la rédaction de son Historia de las Indias10. Dans cette Histoire, qu’il remettra en 1559 aux autorités du Collège Dominicain San Gregorio de Valladolid, on ne trouve curieusement pas une ligne détaillant les épisodes au cours desquels quatre millions de Mexicains auraient été tués « a cuchillo, a lanzadas o quemados vivos ».

  • 11 Qui en compte 167. Au chapitre 124, Las Casas annonce qu’il reviendra plus tard à l’action de Corté (...)
  • 12 B. de LAS CASAS, Historia de las Indias, trad. Jean-Pierre Clément et Jean-Marie Saint-Lu, Paris : (...)

15Alors que son récit s’étend jusqu’à l’année 1522, Las Casas abandonne Cortés au chapitre 124 du livre III11, au moment où, en juillet 1519, il fonde la Villa Rica de la Vera Cruz. Son évocation de Cortés, dès lors, est tout entière consacrée à décrire les rapports de Cortés avec l’ordre institutionnel et juridique espagnol, depuis ce qu’il nomme l’« usurpation » des droits et prérogatives de Diego Velázquez, et la « mutinerie »12 qui lui permet de quitter Cuba, jusqu’à la « manœuvre honteuse » de l’élection d’un Conseil de la Ville de Vera Cruz.

  • 13 Ibid., ch. 117 : « que ces Indiens aient sacrifié des hommes et les aient mangés, comme dit Gómara, (...)
  • 14 Ibid., ch. 122. « Qu’il ait inventé l’existence de ces dissensions ou qu’elles aient réellement exi (...)

16Dans l’Histoire des Indes, Las Casas n’évoque donc pas la suite de l’expédition ni les « quatre millions » de morts qu’il s’agissait de documenter. Et il n’aborde la question des rapports de Cortés avec les Indiens qu’en deux occasions : la première, pour nier l’existence chez les Yucatèques du sacrifice humain13, (qui serait une invention de Cortés et Gómara pour justifier les heurts avec de paisibles populations côtières ; la seconde, pour mettre en doute l’existence de profondes dissensions entre les Mexicas et les peuples de Cempoala ou de Tlaxcala14.

  • 15 J. G. de SEPÚLVEDA, De Rebus Hispanorum ad Novum Terrarum Orbem Mexicumque Gestis, in : Obras Compl (...)

17De son côté, Sepúlveda, historiographe du Roi, ressentit lui aussi après Valladolid le besoin de documenter l’affirmation qu’il avait formulée dans le Dialogue Des Justes Causes de Guerre. C’est le résultat de ce travail qu’il livre en 1557 dans son De Orbe Novo15.

La structure du De Orbe Novo

18L’épopée cortésienne occupe cinq des sept livres du De Orbe Novo. Ces cinq livres s’organisent autour de l’examen successif de trois questions d’ordre juridique :

  • La première regarde les divers aspects relevant strictement du droit hispanique : contenu du contrat liant Cortés à Diego Velázquez et de sa rupture par Cortés ; question de la « mutinerie » de Cortés ; conditions de la création du Conseil de la ville de Vera Cruz.

  • La seconde concerne l’analyse de la mise en œuvre par Cortés des Instructions données par Diego Velázquez, en tant qu’elles définissent les relations que celui-ci doit établir avec les populations locales. Ces Instructions constituent la charnière entre le droit hispanique et le droit des gens. Elles matérialisent la conception du droit des gens qui prévaut alors en Espagne.

  • La troisième concerne également le droit des gens, les relations avec les populations locales, cette fois sous l’angle spécifique du conflit et de la guerre avec eux, mais aussi des accords éventuels, des alliances ou de l’établissement d’un lien de vassalité. L’importance accordée par Sepúlveda à ce troisième aspect dans le De Orbe Novo, est majeure.

L’examen du respect par Cortés de l’ordre juridique et institutionnel espagnol

  • 16 J. G. de SEPÚLVEDA, ibid., III-1. F. LÓPEZ de GÓMARA, dans son Historia de la Conquista de México ( (...)

19Dès le premier paragraphe de son récit Sepúlveda examine les termes du contrat initial, de droit privé, entre Cortés et Velázquez. Ce contrat déterminait la part relative prise par chacun des deux associés dans l’armement de l’expédition, le recrutement des équipages, l’approvisionnement et la répartition des bénéfices escomptés. Sepúlveda note que, contrairement à ce qui avait été dit initialement par les partisans de Velázquez, les coûts de l’opération avaient été répartis à égalité entre les deux hommes16.

  • 17 Cf. S. ZAVALA, Las instituciones jurídicas de la Conquista, 3e édition revue et augmentée, Mexico : (...)
  • 18 S. ZAVALA, op. cit., p. 103-105 et Adiciones, ch. XV, p. 510 à 524, fournit les principales pièces (...)

20On sait que, lorsque le différend entre Cortés et Velázquez fut porté devant le Conseil Royal agissant comme tribunal arbitral, les juges attachèrent une particulière importance au montage financier de l’expédition17. Ils jugèrent, en 1523, que Cortés avait été le principal armateur de l’expédition18 et que Velázquez avait caché cette information lorsqu’il avait formulé sa demande de Capitulaciones à la Couronne. Cortés put sur ce point, après 1523, se prévaloir de la chose jugée et Sepúlveda, en choisissant, en tant qu’historien (après d’autres, d’ailleurs, et notamment Gómara), la version validée par le juge, n’énonce pas une conviction personnelle.

21La question de la « mutinerie » évoquée par Velázquez et rapportée par Las Casas était plus délicate encore, puisque, dans la doctrine alors admise de la guerre juste, que Sepúlveda avait lui-même rappelée dans son Democrates Secundus, seule une guerre conduite par le dépositaire d’une autorité légitime pouvait prétendre être juste.

  • 19 B. de LAS CASAS, op. cit., III, ch. 115.
  • 20 J. G. de SEPÚLVEDA, op. cit., II, 9 : « Monachi ex Hieronymi familia, qui eas insulas et regiones c (...)
  • 21 Ibid., III, 1 : « inter ipsos convenit ut rebus omnibus communi sumptu comparatis classi totique ne (...)

22Las Casas, dans son Histoire des Indes, avait mis en scène Diego Velázquez venu au petit matin sur le port donner l’ordre à Cortés de ne pas quitter Cuba, et restant sans voix face à l’insolence de Cortés qui le narguait depuis son bateau19. Las Casas s’arrêtait net dans son récit, n’allant pas jusqu’à prétendre que Velázquez avait articulé une interdiction formelle que Cortés aurait bravée. Aucune trace de l’incident n’apparaît ailleurs que chez Las Casas. Sepúlveda, comme Gómara, s’en tient pour sa part, car cela est documenté, à la connaissance avérée que les moines hiéronymites20, « investis des pleins pouvoir pour administrer les îles », dit-il, ont eue de l’expédition. Il mentionne d’autre part les fonctions de commandement de l’expédition contractuellement accordées21 par Velázquez à Cortés, lieutenant du gouverneur.

23Quant à l’épisode de la fondation de Vera Cruz et à l’ensemble des décisions juridiques prises par Cortés et sa troupe lorsqu’ils prennent pied en territoire mexicain, si Sepúlveda crédite Cortés de sa créativité juridique (« ingeniosam rationem commentus est », écrit-il), il souligne à nouveau que, hormis la violation des termes de son contrat privé avec Velázquez, il n’y a là rien qui puisse être reproché à Cortés.

  • 22 J. G. de SEPÚLVEDA, op. cit., IV,  1.

Dans cette affaire, explique-t-il22, deux éléments se conjuguent : d’une part une question de juridiction, d’autre part un élément de droit privé.

  • 23 J. G. de SEPÚLVEDA, De Orbe Novo, IV, 3 (2) : « Nunc cum in novum orbem aliamque continentem terram (...)
  • 24 Cortés ne fait ici que se conformer à la lettre même des Instructions qu’il tient de Diego Velázque (...)

24S’agissant de la juridiction, les pouvoirs qui lui ont été octroyés l’ont été par les moines hiéronymites, « dépositaires du commandement suprême pour la pacification et l’administration des îles et de l’Océan ». Or l’expédition de Cortés avait atteint « un monde nouveau et un autre continent ». Cela rendait nécessaire la mise en place d’une « nouvelle organisation et d’une nouvelle juridiction »23. Pour asseoir cette nouvelle juridiction, Sepúlveda montre que Cortés effectue, dans l’ordre usuel et dans les formes usuelles (« per consuetam ceremoniam »24) la prise de possession des nouveaux territoires puis la fondation d’une ville et l’élection de son Cabildo. Les pouvoirs que Diego Velázquez lui avaient transmis par son Instruction étant limités à l’ancienne juridiction, il les résigne ensuite entre les mains du Cabildo. Le lendemain, « conformément au plan de Cortés », dit Sepúlveda qui entend montrer qu’il n’est aveuglé par aucune sympathie a priori pour Cortés dans un moment essentiel du récit au regard du droit, le Cabildo lui confie provisoirement les pouvoirs de Capitaine général et de gouverneur sur la nouvelle juridiction, jusqu’à ce que l’Empereur Charles, dûment informé, statue personnellement.

  • 25 J. G. de SEPÚLVEDA, op. cit., IV, 1 (1) : « Iacobi Velasquis societate et fide quam ei dederat cont (...)
  • 26 J. G. de SEPÚLVEDA, ibid, IV, 1 (1).
  • 27 Ibid. Sepúlveda impute cette violation de l’accord avec son associé au « désir de posséder et de co (...)
  • 28 Les « procureurs » envoyés par Cortés en Espagne seront interrogés sur la connaissance que Cortés p (...)

25En prenant ces dispositions, Cortés, selon Sepúlveda, ne prit donc aucune liberté à l’égard de la Couronne ou du droit hispanique. En revanche il foula aux pieds le contrat de droit privé avec son associé, le privant des bénéfices attendus de l’entreprise commune25. L’essentiel, toutefois, est que, dans ce contrat privé, Velázquez n’agissait pas comme dépositaire, par subdélégation, de l’autorité du pouvoir royal, mais comme simple partenaire (« socium »26) de Cortés pour une entreprise à but lucratif. Sepúlveda, dès lors, emploie des mots d’autant plus durs pour qualifier cette rupture de contrat27 qu’il s’agit de fait d’une faute vénielle28 au regard des accusations de rupture de la loyauté au Roi brandies par Velázquez et reprises par Las Casas. La rupture de loyauté n’est pas constituée. Et si faute il y eut, comme l’admit ultérieurement la Couronne, ce fut, de la part de Velázquez, pour avoir transmis des informations lacunaires sur les termes du contrat privé, et avoir ordonné l’envoi d’une expédition avant d’avoir reçu les Capitulations de la Couronne.

26L’interprétation par Sepúlveda de l’ensemble de l’épisode est d’ailleurs conforme au jugement rendu par le Conseil Royal de 1523. Celui-ci déboutait Velázquez de ses prétentions au motif qu’il n’était pas l’actionnaire principal de l’expédition. Il annulait du même coup sa nomination comme capitaine général et gouverneur de la Nouvelle-Espagne qui lui avait été accordée, après le départ de Cortés, par des Capitulations royales établies sur la base des informations lacunaires fournies par Velázquez. Le Conseil Royal transféra ces titres à Cortés, confirmant ainsi rétroactivement la décision provisoire du Cabildo de la Ville de Vera Cruz, immédiatement et directement communiquée au Roi.

  • 29 J. G. de SEPÚLVEDA, ibid., IV, 4 . en fournit pour meilleure preuve subsidiaire un dialogue dont il (...)

27Sepúlveda ne se réfère pas au jugement de 1523. Mais il sait, au moment où il rédige le De Orbe Novo, que son récit, conforme à la version admise par le Juge, ne peut être récusé comme étant une simple opinion. Il est fidèle à ce que la justice royale a décidé d’accepter pour vrai29.

Examen de la conformité de l’action de Cortés au droit espagnol en tant qu’il impose aux représentants de la Couronne le respect du droit des gens

  • 30 Ainsi du vingt-et-unième item qui prescrit ce que devra être le comportement des Espagnols lorsqu’i (...)

28L’Instruction de Velázquez à Cortés définissait très précisément d’une part les missions particulières de l’expédition de Cortés (venir en aide à Grijalva, localiser six Espagnols abandonnés sur les côtes) et d’autre part l’attitude à avoir envers les « naturels » des contrées explorées. Ses termes descendent assez loin dans le détail des attitudes prescrites aux équipages de l’expédition30 pour ne pas prêter le flanc à la critique des juristes. Au livre III du De Orbe Novo, Sepúlveda fait subir au récit de Cortés un double traitement de sélection et de réduction au terme duquel chaque épisode retenu apparaît comme une simple illustration de la conformité de l’action de Cortés aux items de ses Instructions.

  • 31 S. ZAVALA, op. cit., p. 123-131, analyse les points généralement couverts par ces Instructions, et (...)
  • 32 S. ZAVALA, op. cit., p. 124.

29Mises à part les missions particulières figurant au début du texte, les Instructions remises à Cortés, on le sait, ne s’écartaient guère d’un modèle stéréotypé qui servait de canevas à l’ensemble des Instructions données par les gouverneurs aux chefs d’expédition31. Comme le rappelle Silvio Zavala dans Les institutions juridiques de la Conquête32, « las instrucciones no se inspiraban en la voluntad libre del Consejo de Indias ni de las autoridades indianas, sino en una legislacion general », émanant de la Couronne. Au moment où Cortés reçoit les siennes, cette législation générale est celle des Leyes de Burgos.

30D’autre part, et pour la commodité du suivi de l’exécution de ces Instructions, le rapport envoyé par les chefs d’expédition à leurs autorités supérieures devait, autant que possible, couvrir l’ensemble des items de l’Instruction. L’abstract que fournit Sepúlveda du texte de Cortés conduit ainsi à rappeler que, loin de toute inspiration épique, il faut lire celui-ci comme un rapport au sens administratif et juridique du terme, avec toutes les contraintes qui pèsent sur l’exercice : l’auteur doit montrer qu’il a bien rempli les objectifs fixés, et qu’il a respecté, vis-à-vis des tiers, les règles fixées par les Instructions.

31Le rapport (la relación) renvoie ainsi aux Instructions, qui définissent non seulement des missions mais le cadre de droit dans lequel il devra agir. Dans sa sécheresse, le texte de Sepúlveda au livre III rappelle ainsi, discrètement, que l’action de Cortés était encadrée par le droit et que c’est au regard de ce droit qu’elle doit être appréciée.

  • 33 Francisco de VITORIA, Leçons sur les Indiens et sur le Droit de Guerre, éd. M. Barbier, Genève : Dr (...)
  • 34 Son texte est sans doute plus proche de la provisión general sobre descubrimientos promulguée à Gre (...)

32Par là-même, le récit de Sepúlveda constitue donc un rappel de l’existence des Instructions, et ipso facto, une réponse à Las Casas : oui, Cortés a bien reçu des Instructions, et non, sur aucun des points visés par ces Instructions il n’a été jugé avoir agi à l’encontre ou en dehors d’elles. Mais Las Casas avait aussi affirmé que les méthodes de Cortés, et les arguments de Sepúlveda pour les défendre, étaient contraires au droit des gens tel que les leçons de Vitoria l’énonçaient. Dans le De Orbe Novo, Sepúlveda n’évoque pas cette polémique mais on note que les règles de droit présentes dans les Instructions de Cortés, et qui servent à évaluer l’action de celui-ci, recoupent très exactement celles que Francisco de Vitoria formulera quelques années plus tard33 (1539) dans sa Leçon sur les Indiens, sous le premier et le second des titres légitimes que pourraient avoir les Espagnols pour dominer les Barbares du Nouveau Monde. On peut d’ailleurs émettre l’hypothèse qu’en les formulant, Vitoria a probablement veillé à s’écarter le moins possible du texte type des Instructions découlant des Lois de Burgos34, alors en vigueur, car son but n’était pas de heurter la monarchie. Qu’on en juge :

(1) Les Espagnols ont le droit, [écrit Vitoria], de se rendre et de demeurer dans ces territoires, à condition ne pas porter préjudice aux barbares, et ceux-ci ne peuvent les en empêcher ; (2) Il est permis aux Espagnols de faire du commerce avec les barbares, mais à condition de ne pas porter préjudice à leur pays. Ils peuvent par exemple apporter des marchandises qui leur manquent et ramener de l’or, de l’argent ou d’autres biens qu’ils ont en abondance. Les princes barbares ne peuvent empêcher leurs sujets de faire du commerce avec les Espagnols ; (3) Il n’est pas permis aux barbares d’empêcher les Espagnols de participer aux biens qui se trouvent sur leurs territoires et qui sont communs aux citoyens et aux étrangers […] ; (5) En cas d’hostilité de la part des barbares, les Espagnols peuvent se défendre par la guerre. (6) Si les Espagnols ont essayé tous les moyens et s’ils ne peuvent obtenir la sécurité de la part des barbares qu’en s’emparant de leurs villes et en les soumettant, ils peuvent le faire légitimement ; (7) Si les Espagnols ont apporté tous leurs soins à montrer aux barbares, en paroles et en actes, qu’ils ne veulent pas troubler leur paix ni porter préjudice à leurs intérêts, et si néanmoins les barbares persistent dans leur méchanceté et cherchent à perdre les Espagnols, ceux-ci pourraient alors les traiter non comme des innocents mais comme de perfides ennemis, exercer contre eux tous les droits de la guerre, les spolier, les emmener en captivité, déposer leurs anciens chefs et en instituer de nouveaux, en agissant toutefois avec mesure et selon l’importance de l’affaire et des injustices.

  • 35 J. G. de SEPÚLVEDA, De Orbe Novo, III, 11 à 16, 19 à 23.
  • 36 Ibid., III, 16 (1).

33Les chapitres du livre III du De Orbe Novo ne sont rien d’autre qu’une mise en image de ce texte de Vitoria, lui-même directement dérivé du modèle d’Instructions alors en vigueur. Sepúlveda y montre35 Cortés longeant la côte du Tabasco à la recherche d’eau douce et de vivres et contraint parfois de se défendre les armes à la main contre des groupes villageois qui attaquent, « contre la parole donnée par leurs chefs » des Espagnols descendus à terre pour acheter des provisions sans commettre aucune exaction36, dans l’exercice normal de ce que Vitoria appelle le droit naturel de société et de communication.

  • 37 Vitoria va ici plus loin que le texte des Instructions, dont le quatorzième item se borne à recomma (...)

Il peut y avoir un second titre légitime, [enseignait ensuite Vitoria] : l’expansion de la religion chrétienne : les chrétiens ont le droit de prêcher et d’annoncer l’Évangile dans les territoires des barbares […] L’évangélisation doit exclure le recours à la force. […] Mais [quatrième réponse du second titre légitime] si les barbares s’opposent à l’évangélisation, les Espagnols peuvent prêcher malgré eux et travailler à la conversion même s’il est nécessaire pour cela de supporter ou d’entreprendre une guerre, jusqu’à ce qu’il soit possible de prêcher l’Évangile en sécurité37.

  • 38 Ibid., III, 4.
  • 39 Ibid., III, 17 et 18
  • 40 Ibid., V, 24 et 25.

34Aux épisodes sur les contacts commerciaux des Espagnols avec les Barbares, Sepúlveda ajoute donc une sélection d’épisodes montrant les diverses façons dont Cortés use des droits du « Second Titre » : lors de ses premiers contacts avec les habitants de l’île de Cozumel38, plus tard avec les populations du Tabasco39, ou encore lors du premier séjour à Tenochtitlán, lorsque « Mutezuma » fait visiter à Cortés le Templo Mayor. Cortés pousse un peu loin le zèle religieux, et « Mutezuma », l’exhorte à agir avec plus de mesure pour ne pas susciter la haine de son peuple en profanant les dieux des ancêtres40. Chacun d’entre eux est décrit comme restant dans les limites du droit des gens.

  • 41 Le dixième item des Instructions reçues par Cortés lui donne pouvoir de parler au nom du Roi aux ch (...)

35Les violations répétées, par les Mexicains, des droits « de société et de communication » et des « droits de prédication » ne sont pas tels, d’ailleurs, qu’ils suffisent à provoquer, de la part de Cortés, un recours à la force. Lorsque des affrontements armés se produisent, avec les Tlaxcaltèques notamment, ils résultent de l’initiative de ceux-ci. Il s’agit donc d’un cas classique de légitime défense. Quant au massacre de Cholula, sur lequel il a personnellement recueilli le témoignage de Cortés, Sepúlveda retient la version de celui-ci : il s’agit bien d’un acte préventif de légitime défense, visant à empêcher un piège « avéré » contre des Espagnols qui n’avaient eu de cesse de se présenter41 comme les Ambassadeurs du Roi d’Espagne.

  • 42 Ibid., VI, 17 (1) : Conspirandi causa fuit intolerabilis iniuria in primos civitatis per summam tem (...)

36En parfaite cohérence avec cette lecture systématique des épisodes de la Conquête du point de vue du droit des gens tel qu’il figure dans les Instructions, Sepúlveda admet sans ambiguïté que, lorsque la violence éclate, lorsque Tenochtitlán se soulève contre les Espagnols en l’absence de Cortés, c’est bien « en raison d’une intolérable violation du droit commise par les Espagnols eux-mêmes, mus par une extrême témérité et cupidité »42.

  • 43 F. LÓPEZ de GÓMARA, au ch. CIV de son Histoire de la Conquête du Mexique, évoquant les causes de la (...)
  • 44 B de LAS CASAS, Brevisima Relacion de la Destruiycion de las Indias, in : Tratados, op. cit..

37Sepúlveda se distingue ici nettement de Cortés lui-même, mais aussi de Gómara43. Dans son évocation de cet épisode crucial, c’est, en fin de compte, de la Brevissima de Las Casas44, que Sepúlveda est le plus proche sur le fond, sinon dans la forme.

Un volet particulier du droit des gens : le droit d’alliance et d’amitié

38Dans le cycle de violence et de guerre qui s’engage alors (Noche Triste, repli sur Tlaxcala, retour vers Tenochtitlán et développement des opérations du siège de la ville) la logique du récit semble imposer, à Sepúlveda comme aux autres historiens, son rythme propre. Pourtant, dans cet enchaînement, Sepúlveda détache un épisode auquel il donne, en mettant dans la bouche de Cortés un long discours en style direct, une importance essentielle. C’est l’épisode de la reconduction par les Tlaxcaltèques de leur alliance avec les Espagnols aux lendemains de la bataille d’Otumba.

39À commencer par celui de Cortés, tous les récits de la Conquête du Mexique accordent une place importante à l’alliance avec les Tlaxcaltèques. Seul Las Casas avait mis en doute l’existence réelle d’inimitiés entre les Mexicains et les peuples qui leur étaient assujettis, laissant entendre que Cortés les avait peut-être lui-même suscitées.

40Mais, d’une façon ou d’une autre, la quasi totalité des chroniques de l’époque est bâtie sur une idée commune : quoi qu’il en soit de la réalité de ces dissensions, c’est le génie stratégique de Cortés qui permit de les exploiter au profit de la Conquête espagnole. Décrivant la situation des Espagnols aux lendemains de la Noche Triste, Cortés, Oviedo ou Gómara, n’avaient pas masqué son caractère critique. Mais aucun n’était allé jusqu’à souligner que les Espagnols avaient alors été totalement à la merci des Tlaxcaltèques.

41López de Gómara, par exemple, fait de la bataille d’Otumba, quelques jours avant le retour à Tlaxcala, le point de retournement de la situation. Dans sa version, les Espagnols, bien qu’épuisés et démunis d’artillerie, arrachent miraculeusement la victoire sur « deux cent mille mexicains » grâce à un exploit personnel de Cortés que Gómara commente dans le plus pur style hagiographique :

  • 45 F. LÓPEZ de GOMARA, op. cit., ch. CXI.

No ha habido más notable hazaña ni victoria en Indias después que se descubrieron ; y cuantos españoles vieron pelear este día Fernando Cortés afirman que nunca hombre peleo como él, ni los suyos asi acaudilló, y que él solo, por su persona, los libro a todos45.

42C’est la valeur personnelle de Cortés en tant que soldat et capitaine qui retourne la situation. Cortés est un super héros. La troupe arrive ensuite à Tlaxcala, où, dit Gómara, « fueron bien recibidos y tratados ». « Mucho se debe a los de Tlaxcallan por su ayuda e lealtad », ajoute-t-il pour solde de tout compte.

  • 46 J. G. de SEPÚLVEDA, op. cit., VI, 27 (4). « Il est de fait que ni l’intelligence d’un homme ni les (...)

43La lecture de Sepúlveda est tout autre : après la bataille d’Otumba46, montre-t-il, le sort des Espagnols fut entre les mains des Tlaxcaltèques. Les Espagnols ne leur doivent pas « beaucoup », ils leur doivent tout. Ils furent à leur merci.

44On n’est plus du tout dans la configuration antérieure, où les Tlaxcaltèques, quelques mois plus tôt, vaincus par les Espagnols, avaient fait acte de soumission au Roi d’Espagne. On pouvait alors penser qu’ils agissaient ainsi sous la contrainte de la défaite militaire. En reconduisant leur alliance avec les Espagnols alors que ceux-ci sont à bout de souffle, sans artillerie et presque sans chevaux, ils lui donnent une signification entièrement nouvelle : celle d’une décision souveraine, que nul ne peut interpréter comme dictée par la force.

45Les Tlaxcaltèques ont l’option de porter le coup de grâce aux Espagnols dont pas un ne tient encore debout et dont le chef est sérieusement blessé. Pourtant ils choisissent de reconduire leur alliance avec les Espagnols.

46À ce moment, l’histoire de l’expédition du Mexique change de sens, nous dit Sepúlveda.

  • 47 J. G. de SEPÚLVEDA, ibid., VI, 29.

47Les Tlaxcaltèques sont maîtres du jeu. C’est au tour des Espagnols de ne plus avoir le choix. Toute fuite est impossible, explique Cortés à ses soldats, dans le discours en style direct que Sepúlveda lui prête, le plus long du De Orbe Novo47. Il ne s’agit plus de « loyauté » des Tlaxcaltèques envers les Espagnols. Il s’agit d’une décision souveraine d’un peuple envers un autre, en un moment où il peut librement prendre une décision totalement contraire, et qui serait fatale pour son partenaire. Ce sont les Tlaxcaltèques qui imposent aux Espagnols la poursuite du combat contre les Mexicains.

48C’est alors, véritablement, que commence la guerre contre les Mexicains. Une guerre juste, car les Espagnols la font à la demande instante d’un peuple totalement souverain qui choisit de s’allier à eux.

  • 48 F de VITORIA, op. cit., IIIe partie, septième titre légitime.

Il pourrait y avoir un septième titre [de domination légitime des Espagnols sur les barbares »], avait écrit Vitoria48 : en effet les peuples barbares eux-mêmes font parfois des guerres légitimes entre eux, et ceux d’entre eux qui ont subi une injustice ont le droit de faire la guerre ; ils peuvent donc appeler les Espagnols à leur secours […] On dit que les Tlaxcaltèques agirent ainsi vis-à-vis des Mexicains : ils se sont entendus avec les Espagnols pour qu’ils les aident à combattre les Mexicains. Il n’est pas douteux en effet que les alliés et amis constituent une juste cause de guerre […] Car un État peut légitimement faire appel à des étrangers pour punir ses ennemis. On peut le confirmer, ajoutait-il, car c’est certainement et principalement cette raison qui a permis aux Romains d’étendre leur Empire, en portant ainsi secours à leurs alliés et amis. Comme cette occasion leur permettait de faire de justes guerres, ils prenaient possession de nouveaux territoires en vertu du droit de guerre. L’Empire romain est considéré comme légitime par saint Augustin et saint Thomas […] Or on ne voit pas à quel autre titre juridique les Romains prirent possession du monde, si ce n’est en vertu du droit de guerre fourni la plupart du temps par la défense et protection des alliés.

***

49En plaçant la question du droit au centre de son histoire du Nouveau Monde, Sepúlveda ne rompt pas seulement avec la tradition de l’histoire laudative ou hagiographique, ou de son envers symétrique, l’histoire apocalyptique des destructions du monde par les suppôts de Satan. Il renoue avec l’origine même de l’Histoire qui, on le sait, apparaît en Grèce avec la naissance des premiers tribunaux et l’instauration d’une procédure d’enquête judiciaire. L’histoire, c’est d’abord l’enquête en vue d’établir le droit. L’historiographie romaine avait prétendu déduire, de l’examen de l’histoire, des principes, des règles universelles ou des exempla. La démarche est ici inverse : les principes du droit naturel ou du droit des gens étant posés, Sepúlveda passe chacun des épisodes de l’épopée cortésienne au crible du droit afin d’en établir la justice ou l’injustice.

50Pourquoi ne pas le dire ? En cherchant à faire apparaître, derrière le récit minimaliste des évènements connus, l’ossature des Instructions et de l’ordre juridique auquel Cortés savait devoir se conformer, Sepúlveda avait d’abord donné au lecteur du De Orbe Novo, qui s’attendait à lire une nouvelle mouture de l’épopée, l’impression d’être en présence d’une histoire dévitalisée, d’un ersatz en latin des Rapports de Cortés. On en venait même à se demander si, à force de mettre ainsi à nu les ressorts juridiques de l’action de Cortés, l’objectif de Sepúlveda n’était pas de faire apparaître celui-ci comme plus convenu qu’authentique.

51On serait resté sans doute avec ce sentiment s’il n’y avait eu Tlaxcala. Ici l’ossature cousue de fil blanc du droit disparaît. À Tlaxcala se dissipe toute possibilité de doute sur le droit des Espagnols. La litanie des preuves recueillies par l’escribano peut s’interrompre. Le véritable titre légitime apparaît dans sa splendeur inattendue : le partenaire tlaxcaltèque, jusqu’alors cantonné dans un rôle de vassal, de supplétif, de chair à canon, devient souverain et maître du jeu. Sa demande formelle d’alliance et d’assistance adressée en toute souveraineté aux Espagnols ne peut plus être mise en doute.

52En lui donnant, seul parmi les historiens écrivant au XVIe siècle, une place centrale, Sepúlveda affirme que la guerre contre les Mexicains résulta bien d’un accord de volontés souveraines entre un peuple (au moins) de Nouvelle Espagne et les Espagnols. Ce faisant, Sepúlveda rompt en profondeur avec ce que l’on pourrait appeler la commisération du récit lascasien qui contribua pour longtemps à structurer la vision de la Conquête du Nouveau Monde. Les barbares, montre-t-il, n’avaient pas tous le même intérêt à la perpétuation de l’ordre imposé par les Mexicas. On ne saurait les considérer indistinctement et avec condescendance comme des victimes, des objets passifs de l’arrogance espagnole. Ils ont eux aussi été des acteurs de leur destin, capables quoiqu’en dise Las Casas d’imposer à Cortés leur propre agenda.

53Par-là, et dans sa brièveté même, Le De Orbe Novo constitue une contribution majeure à l’historiographie de la Conquête espagnole. Il fournit à celle-ci les éléments permettant de procéder à une réévaluation de la signification de l’affrontement qui suivit la découverte du Mexique. La soumission de certains peuples à la Couronne espagnole ne résulta pas de la contrainte. Certains peuples conçurent que leur intérêt coïncidait avec celui des Espagnols.

  • 49 Cette interrogation a été formulée par Serge Gruzinski lors de la présentation orale de ce travail (...)
  • 50 Cf. Ignacio GARCÍA PINILLA, et Juan SOLANA PUJALTE, note 629 in : J. G. de SEPÚLVEDA, Epistolario, (...)

54Reste, bien sûr, une interrogation49 : cette présentation des choses étant au fond conforme non seulement à la réalité mais aussi à l’intérêt bien compris de la Couronne espagnole, comment expliquer que cette dernière ait opté pour ensevelir le De Orbe Novo de Sepúlveda dans l’obscurité de ses archives pendant plus de deux siècles50 ? On ne peut en la matière émettre que des hypothèses. On sait que les Tlaxcaltèques, pendant plusieurs décennies, tentèrent de faire valoir qu’ils étaient non seulement des vassaux mais des alliés. La Couronne leur reconnut d’abord certains privilèges, qu’elle n’eut de cesse d’atténuer par la suite. Il est dès lors possible qu’elle n’ait pas jugé opportun le rappel par Sepúlveda du rôle essentiel joué par les Tlaxcaltèques dans la conquête de la Nouvelle-Espagne.

55Une autre hypothèse, toutefois, nous semble plus vraisemblable. Au delà de l’épisode tlaxcaltèque, nous l’avons vu, l’ensemble du De Orbe Novo vise à répondre à l’affirmation de Las Casas selon qui les guerres dans le Nouveau Monde n’avaient pas été faites sur ordre du roi, mais contre ses commandements exprès. Il n’était donc pas responsable des destructions immenses qui y avaient été opérées. En établissant, page après page, que toutes ces conquêtes s’étaient déroulées dans le cadre d’Instructions de la Couronne, Sepúlveda rendait impossible un tel discours. Or c’est ce discours que Charles V avait fait sien dans le Préambule des Leyes Nuevas de 1542 dont une part essentielle visait à supprimer l’encomienda, qui avait jusqu’alors constitué la seule rémunération des services des conquérants. Dès 1545, l’Empereur était revenu sur cette suppression. Mais les Leyes Nuevas étaient pour le reste toujours en vigueur au moment où Sepúlveda écrit. La démonstration donnée dans le De Orbe Novo étant contradictoire avec la version donnée par le Roi lui-même dans le Préambule de ces Lois, il est possible que pour cette raison la publication de l’écrit ait été jugée inopportune par Philippe II lorsque, en 1573, il se fit remettre les manuscrits de l’œuvre historiographique du coronista real.

Haut de page

Notes

1 Le titre complet du livre est : De rebus hispanorum ad novum terrarum orbem Mexicumque gestis. Soit, littéralement : Des actions accomplies par les Espagnols dans le Nouveau Monde et au Mexique. Nous renvoyons ici à l’édition critique établie par Luis Rivero GarcÍa pour les Obras Completas, de Juan Ginés de Sepúlveda, Pozoblanco, Ayuntamiento de Pozoblanco, t. 9, 2005.

2 « En todas las islas que se descubriesen, saltareis en tierra ante vuestro escribano y muchos testigos, y en nombre de sus Altezas tomaréis y aprenderéis la posesion dellas con toda la más solemnidad que ser pueda, faciendo todos los autos y diligencias que en tal caso se requieren e se suelen facer ». Instrucción que dio el Capitán Diego Velázquez en la isla Fernandina, en 23 de octubre de 1518, al Capitán Hernando Cortés, in : Silvio ZAVALA, Las instituciones jurídicas en la Conquista de América, 3e éd. revue et augmentée, Mexico : 1988, Apendice documental, p. 228-235.

3 Juan Ginés de SEPÚLVEDA, Democrates Secundus (I, 24), éd. Ángel Losada, Madrid : CSIC, 1984, p. 29 : « Sed nec ab omnibus sic bellum administratum, si vera sunt quae de rebus gestis in recipienda Nova Hispania commentariis quibusdam nuper a me perlectis memorantur ». « Tous n’ont pas fait la guerre de cette façon, si toutefois les relations que j’ai lues récemment sur la conquête de la Nouvelle-Espagne sont vraies ».

4 Aqui se contiene una disputa […], douzième réplique de l’évêque de Chiapas, in : Bartolomé de LAS CASAS, Tratados, México : Fondo de Cultura Económica, 1997, 2 t, 1 p. 439.

5 B. de LAS CASAS, Brevísima relacion de la destruicion de las Indias, in : Tratados, op. cit., t. 1, p. 65.

6 Ibid., p. 67.

7 B. de LAS CASAS, Aqui se contiene…, op. cit., p. 427 et 441 : « Todos los daños y robos, matanzas y despoblaciones, siempre las hicieron los tiranos en aquellas Indias sin auctoridad de los reyes de Castilla, antes todo ha sido hecho contra sus expresos mandados y prohibiciones […] Nunca los reyes de Castilla, ni Su Majestad presente, mandaron dar instrucion ni cédula, ni provision por la cual se hiciese guerra ni conquista per se contra los Indios, e nunca tal pensaron ».

8 Ibid., p. 439 : « supuestos mil engaños y falsedades, asi del derecho como del hecho, que a los reyes se hacian por los mismos tiranos ».

9 Développée dans son Manuel des Confesseurs.

10 Selon Álvaro HUERGA, Bartolomé de Las Casas, Vies et Œuvre, Madrid : Alianza Editorial, 1998, Paris : 2005 pour la trad. française, Las Casas aurait achevé d’écrire son Historia de las Indias en 1552. Et ce n’est qu’en 1559 qu’il en confie le manuscrit au Collège San Gregorio des Dominicains de Valladolid, avec la condition de ne pas en autoriser la lecture avant l’année 1600. Si l’essentiel du texte fut peut-être rédigé avant 1552, de nombreux chapitres ont de toute évidence été repris après 1553, puisqu’ils se réfèrent à la seconde partie de l’Historia general de las Indias, de Francisco López de Gómara, imprimée en août 1553 à Medina del Campo. Voir en particulier Livre III, chapitres 114, 117, 119, 120, 122, 123. Certains de ces chapitres (117, 119), entièrement construits en réponse aux affirmations de Gómara, n’ont pu être écrits, au plus tôt, que dans les derniers mois de 1553.

11 Qui en compte 167. Au chapitre 124, Las Casas annonce qu’il reviendra plus tard à l’action de Cortés et de ses hommes, « s’il plaît à Dieu ».

12 B. de LAS CASAS, Historia de las Indias, trad. Jean-Pierre Clément et Jean-Marie Saint-Lu, Paris : Seuil, 2002, ch. 123. « Voyez quelle légitimité il avait » s’écrie Las Casas, « alors qu’il s’était mutiné avec la flotte […] et quelle valeur et quel poids ont pu avoir tous les actes qu’il a dressés là, sinon ceux qu’ont les actes et les œuvres des vrais tyrans ».

13 Ibid., ch. 117 : « que ces Indiens aient sacrifié des hommes et les aient mangés, comme dit Gómara, je ne crois pas pour ma part que ce soit vrai, car j’ai toujours entendu dire que dans ce royaume du Yucatan, jamais il n’y eut de sacrifices d’hommes ». L’existence de telles pratiques au Yucatan n’est aujourd’hui plus contestée. Cf. Claude-François BAUDEZ, « Sang et souffrance du sacrifice maya », in : Salvatore d’Onofrio et Anne-Christine Taylor, La guerre en tête, Cahiers d’Anthropologie sociale, 2, Paris : l’Herne, 2006.

14 Ibid., ch. 122. « Qu’il ait inventé l’existence de ces dissensions ou qu’elles aient réellement existé » écrit-il, « c’étaient des idées, des souhaits et un but propres d’un tyran » que de chercher à en tirer parti.

15 J. G. de SEPÚLVEDA, De Rebus Hispanorum ad Novum Terrarum Orbem Mexicumque Gestis, in : Obras Completas, Pozoblanco, 2005, t. 11.

16 J. G. de SEPÚLVEDA, ibid., III-1. F. LÓPEZ de GÓMARA, dans son Historia de la Conquista de México (ch. 7) avait déjà établi ce point.

17 Cf. S. ZAVALA, Las instituciones jurídicas de la Conquista, 3e édition revue et augmentée, Mexico : Porrúa, 1988, p. 514 et 515. C’est le Docteur Lorenzo Falíndez de Carvajal, du Conseil royal, qui entendit les « procureurs » envoyés par Cortés pour exposer sa cause. Ces procureurs, Montejo et Hernández de Puerto Carrero, étaient munis d’une Instrucción par laquelle le Cabildo de Vera Cruz fixait la conduite à tenir.

18 S. ZAVALA, op. cit., p. 103-105 et Adiciones, ch. XV, p. 510 à 524, fournit les principales pièces du procès.

19 B. de LAS CASAS, op. cit., III, ch. 115.

20 J. G. de SEPÚLVEDA, op. cit., II, 9 : « Monachi ex Hieronymi familia, qui eas insulas et regiones cum summa potestate administrarent ».

21 Ibid., III, 1 : « inter ipsos convenit ut rebus omnibus communi sumptu comparatis classi totique negotio Cortesio cum summa imperii praeficeretur »

22 J. G. de SEPÚLVEDA, op. cit., IV,  1.

23 J. G. de SEPÚLVEDA, De Orbe Novo, IV, 3 (2) : « Nunc cum in novum orbem aliamque continentem terram ventum est, novam rationem ineundam esse censere novoque iure utendum ».

24 Cortés ne fait ici que se conformer à la lettre même des Instructions qu’il tient de Diego Velázquez (cf. S. ZAVALA, op. cit., p. 235).

25 J. G. de SEPÚLVEDA, op. cit., IV, 1 (1) : « Iacobi Velasquis societate et fide quam ei dederat contempta ».

26 J. G. de SEPÚLVEDA, ibid, IV, 1 (1).

27 Ibid. Sepúlveda impute cette violation de l’accord avec son associé au « désir de posséder et de commander » qui a pour effet ordinaire de conduire les hommes à rompre les liens avec leurs associés et à violer les lois divines et humaines ».

28 Les « procureurs » envoyés par Cortés en Espagne seront interrogés sur la connaissance que Cortés pouvait avoir de l’existence des Capitulaciones par lesquelles la Couronne octroyait à Diego Velázquez la charge de gouverneur sur les territoires découverts par l’expédition de Cortés. Mais ces Capitulaciones visées par le Conseil n’étaient parvenues à Cuba qu’après le départ de Cortés. Elles ne pouvaient donc lier Cortés, à qui Velázquez n’en avait pas donné connaissance.

29 J. G. de SEPÚLVEDA, ibid., IV, 4 . en fournit pour meilleure preuve subsidiaire un dialogue dont il a été témoin entre Charles V et Cortés, lors duquel celui-ci s’en était remis à l’Empereur lui-même, pour établir son bon droit, dans une formule grandiloquente d’ailleurs empruntée à Saint Paul : À Charles V qui lui reprochait un jour de s’être emparé de « la province d’un autre », Cortés avait recommandé de mieux s’informer de (son) affaire (suam causam) : paraphrasant Saint Paul (Actes des Apôtres, 25, 11), il ajouta que « si l’empereur découvrait quelque chose qui méritât la peine capitale, il se tenait prêt à subir le supplice ». Si Cortés s’était en effet rendu coupable d’une usurpation d’autorité, il encourait à l’évidence, dans une affaire de cette importance, les plus lourdes peines. Or la justice avait jugé autrement cette « causam ».

30 Ainsi du vingt-et-unième item qui prescrit ce que devra être le comportement des Espagnols lorsqu’ils accosteront pour faire de l’eau douce ou s’approvisionner en bois de chauffe : « Porque se ofrecerá necesidad de saltar en tierra algunas veces, asi a tomar agua y leña, como a otras cosas que podrian ser menester ; cuando la tal necesidad se ofreciere, para que sin peligro de los españoles mejor se pueda hacer, enviaréis con la gente que a tomar la dicha agua e leña fueren, una persona que sea de quien tengáis mucha confianza y buen concepto al cual mandaréis que todos obedezcan, y mirareis que la gente que asi con él enviáredes, sea la más pacífica e quieta, e de más confianza e cordura que vos pudiéredes, e la mejor armada, e mandarles heis que en su salida e entrada no haya escándalo ni alboroto con los naturales de la dicha isla, e miraréis que sea y vaya muy sin peligro, e que en ninguna manera duerma en tierra ninguna noche, ni se alejen tanto de la costa de la mar, que en breve no puedan volver a ella, porque si algo les acaesciere con los indios puedan de la gente de los navios ser socorridos ». Cf. S. ZAVALA, op. cit., p. 233.

31 S. ZAVALA, op. cit., p. 123-131, analyse les points généralement couverts par ces Instructions, et fournit le texte du modèle modifié par les Ordenanzas de nuevos descubrimientos y poblaciones, promulguées par Philippe II en 1573.

32 S. ZAVALA, op. cit., p. 124.

33 Francisco de VITORIA, Leçons sur les Indiens et sur le Droit de Guerre, éd. M. Barbier, Genève : Droz, 1966, Troisième partie de la Leçon sur les Indiens, Premier titre légitime.

34 Son texte est sans doute plus proche de la provisión general sobre descubrimientos promulguée à Grenade le 17 novembre 1526 (décrite par S. Zavala, op. cit., p. 125) que de celui des Ordenanzas sobre nuevos descubrimientos, promulguées par l’Empereur le 26 juin 1523. Mais les deux textes s’inscrivaient dans le cadre légal des Lois de Burgos. « Las Ordenanzas [de 1523], no son otras que las Instrucciones a Hernán Cortés […] y en ellas se sigue suponiendo que los indios deben obligatoriamente la obediencia al rey de Castilla », S. Zavala, op. cit., p. 95, n. 38.

35 J. G. de SEPÚLVEDA, De Orbe Novo, III, 11 à 16, 19 à 23.

36 Ibid., III, 16 (1).

37 Vitoria va ici plus loin que le texte des Instructions, dont le quatorzième item se borne à recommander une information des « naturels » sur la Santa Fe, tout en laissant, il est vrai, une certaine latitude dans l’appréciation des moyens à employer : « […] Trabajaréis por todas las maneras del mundo […] para les poder informar de [nuestra Sante Fe] […] a lo menos faciéndodoselo entender por la mejor orden e via que pudiéredes […] », S. ZAVALA, op. cit., p. 232.

38 Ibid., III, 4.

39 Ibid., III, 17 et 18

40 Ibid., V, 24 et 25.

41 Le dixième item des Instructions reçues par Cortés lui donne pouvoir de parler au nom du Roi aux chefs des peuples rencontrés pour « darles a entender como es un rey muy poderoso » […] y para que les habléis e requeráis se sometan debajo de su yugo e servidumbre e amparo real […] e que si de aqui adelante ellos pacificamente quisieren darse a su servicio, que los españoles no tendrán con ellos batallas ni guerras, antes mucha conformidad e paz, e serán en ayudarles contra sus enemigos e todas las otras cosas que a vos parecieren que se les deben decir para los atraer a vuestro propósito ». Sepúlveda rappelle (De Orbe Novo, V, 9 (4)) que les Espagnols furent invités par les autorités de Cholula à se rendre dans leur ville pour y prendre acte de la sujétion que les Cholultèques se disaient prêts à accepter.

42 Ibid., VI, 17 (1) : Conspirandi causa fuit intolerabilis iniuria in primos civitatis per summam temeriatem et avaritiam ab Hispanis ipsis illata ».

43 F. LÓPEZ de GÓMARA, au ch. CIV de son Histoire de la Conquête du Mexique, évoquant les causes de la rébellion, commence par énumérer l’ensemble des causes qui avaient pu concourir à l’explosion de violence (depuis les incitations de Pánfilo de Narváez jusqu’à l’assignation à domicile de Moctezuma ou l’attitude générale des Espagnols à l’égard des pratiques religieuses locales). Gómara, certainement, n’a pas tort d’évoquer cette pluralité de causes. Mais, cela conduit à faire apparaître l’attitude d’Alvarado comme une cause secondaire du soulèvement. Et, lorsque Gómara en vient à qualifier avec sévérité, en fin de chapitre, l’action d’Alvarado et des siens (« los acuchilló y mató sin duelo ni piedad cristiana »), il ne le fait pas dans le langage clair qu’exige l’établissement juridique des responsabilités. Quant à Bernal Díaz Del Castillo, il montre que Cortés, sans ignorer le poids respectif des autres facteurs, adressa de vifs reproches à Alvarado.

44 B de LAS CASAS, Brevisima Relacion de la Destruiycion de las Indias, in : Tratados, op. cit..

45 F. LÓPEZ de GOMARA, op. cit., ch. CXI.

46 J. G. de SEPÚLVEDA, op. cit., VI, 27 (4). « Il est de fait que ni l’intelligence d’un homme ni les forces de ses hommes n’auraient permis à une troupe aussi réduite et en si mauvais état de sortir d’aussi grands dangers », ajoute-t-il, prenant ses distances avec toute exaltation de la figure héroïque de Cortés.

47 J. G. de SEPÚLVEDA, ibid., VI, 29.

48 F de VITORIA, op. cit., IIIe partie, septième titre légitime.

49 Cette interrogation a été formulée par Serge Gruzinski lors de la présentation orale de ce travail au colloque de Pau. Les lignes qui suivent développent les éléments de réponse qu’il nous semble possible d’y apporter.

50 Cf. Ignacio GARCÍA PINILLA, et Juan SOLANA PUJALTE, note 629 in : J. G. de SEPÚLVEDA, Epistolario, Obras Completas, Pozoblanco, 2007, t. IX-2, p. 383. Avant de céder à l’injonction royale, Sepúlveda informa Philippe II (par lettre du 1er juillet 1573) de sa renonciation à la charge de coronista real.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Bienvenu, « Le De Orbe Novo de Ginés de Sepúlveda : une lecture juridique de la route de Cortés », e-Spania [En ligne], 26 | février 2017, mis en ligne le 01 février 2017, consulté le 27 mai 2017. URL : http://e-spania.revues.org/26294 ; DOI : 10.4000/e-spania.26294

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org