Navegación – Mapa del sitio
Écriture de l’histoire et itinérance dans l’Amérique coloniale ibérique (XVIe –XIXe siècle)

Lectures américaines du Plus Ultra ou le Plus Ultra à l’épreuve de l’Amérique

Louise Bénat Tachot

Resúmenes

Los diferentes usos de la divisa plus ultra constituyen un hilo que permite dibujar y articular las dinámicas políticas del Imperio y de la Monarquía católica. La divisa del Vellón de Oro y de su complejo iconográfico invitaba a superarse a sí mismo y vino a promover una visión hercúlea del príncipe. En cambio, tomada en un sentido geográfico en las crónicas de Indias, se ve asociada con las navegaciones y los descubrimientos de nuevos territorios y la gesta de los hombres que los recorren. El plus ultra puede considerarse como un principio rector de la crónica americana, por hacer del espacio y de la geografía un paso obligado y por relatar la dramaturgia de la expansión religiosa y económica. El ímpetu del plus ultra no es solo geográfico, es performativo, crea espacios de acción. El uso que se hará de la divisa coincide con los ritmos de la historia : el plus ultra se reactiva con las navegaciones pacíficas en el último tercio del siglo XVI. El relevo de la divisa o al menos de su potencial energético lo asumirán las potencias europeas a partir del siglo XVII.

Inicio de página

Texto completo

Une riche histoire symbolique dans l’Europe du XVIe siècle

1Le 25 octobre 1516, lors de la réunion du dix-huitième chapitre de l’ordre de la Toison d’Or, en l’église Sainte-Gudule, à Bruxelles, Luigi Marliani, humaniste milanais et médecin du jeune Charles, déclarait que ce dernier était un nouvel Hercule et un nouvel Atlas qui aurait en charge le monde1 : il devait faire l’union des princes chrétiens (disait le futur évêque de Tuy) contre l’Islam pour récupérer l’Afrique et l’Asie (pro reparanda Africa et Asia). Luigi Marliano, conseillait au futur empereur d’aller «plus oultre». La devise visible sur une stalle du chœur invitait au dépassement de soi, des vertus cardinales du chevalier, sans référence à une aventure de découverte2.

  • 3 Cependant, il est possible que Luigi Marliano ait été inspiré par Dante et le fameux discours d’Uly (...)

2Trois années plus tard, la réunion du 16e chapitre fut célébrée pour la première fois hors de Bourgogne, à Barcelone, au cours de laquelle Charles y fut proclamé grand maître de la Toison d’Or. Dès lors, les colonnes d’Hercule du détroit de Gibraltar vont former avec le plus oultre (qui est une inversion du nec terrae plus ultra originel) et l’emblème de la toison d’or un complexe symbolique programmatique, mais avec une traduction du français plus oultre en latin plus ultra pour des raisons évidentes. Le cercle des conseillers du jeune roi dont Mercurino Gattinara font de ce complexe la pièce centrale d’un discours sur la monarchie universelle. Il s’agit de glorifier l’entreprise de Charles Quint, tel un saint Jacques chevauchant les colonnes d’Hercule qui fait ainsi reculer les bornes du mérite par ses victoires sur les monstres, sur le temps et sur lui-même. Cette interprétation va faire long feu puisque en 1558 le distique qui est inscrit autour des colonnes impériales lors des obsèques de Charles Quint dans l’église de Sainte-Gudule à Bruxelles reprend cette vision herculéenne3 : « Jure tibi hercules signa columnas / Monstruorum domitor, temporis, ispe tui ».

  • 4 On ne peut oublier que métaphoriquement la légende troyenne de la toison d’or récupérée par Jason r (...)

3Pourquoi une telle persistance de la vision herculéenne de Charles Quint ? Issu de la confluence de trois branches (la bourguignonne, la castillane et l’autrichienne), il est destiné à établir un ordre nouveau dans un monde nouveau qui n’a pas grand-chose à voir avec l’Amérique mais plutôt avec le monde chrétien face à l’Islam, à l’Empire ottoman et aux Luthériens4. Il n’y a donc pas de raison d’être surpris par l’abondance des programmes iconographiques et emblématiques qui reprennent tout au long du XVIe siècle les colonnes, Hercule et la devise dès que l’ordre de la toison d’or s’internationalise. Dans cette perspective politique, les deux colonnes prennent y compris un sens biblique, elles évoquent le temple de Salomon.

  • 5 Cf. Le imprese illustri de Geronimo Ruscelli, 1566, p. 103-107, photocopié sur le site gallica de l (...)
  • 6 Cf. Inocencio V. Pérez Guillén, « El viejo y el nuevo mundo : derivaciones al dualismo moral en la (...)

4Beaucoup d’emblémistes italiens du XVIe siècle vont décliner cette devise, en lui donnant un contenu noétique ou philosophique. Mario Cavalli 1550, Paradin 1551, Aneau 1552, Girolamo Ruscelli 15665, Luca Contile 1574, Bargagli 15896.

  • 7 Les livres d’emblèmes, profanes ou religieux, connaissent un succès retentissant à travers l’Europe (...)

5On peut prendre Alciat comme paradigme de ces nombreux auteurs7 ! L’emblème XLV des emblemata offre cette lecture du dépassement de soi-même : au premier plan un sanglier à l’avant, ulterius [plus au-delà, plus loin], incarne la force vorace qui va toujours de l’avant sans jamais faire demi-tour et au deuxième plan, un homme debout, montre de sa main droite l’horizon où se découpent les deux colonnes enlacées par un phylactère (plus oltre).

6On peut lire le commentaire suivant :

Un mien voisin bien & beau
Donna un jour mes estrenes
Pour recognoistre mes peines
Une teste de pourceau.
Le pourceau ne se destourne
Ayant le museau devant,
Ains maschant marche en avant,
Et arriere ne retourne.
Les hommes doivent penser
Tousjours de bien en mieux faire,
Poursuivans un bon affaire,
Et tousjours à s’advancer.

  • 8 Dans la version des emblèmes de 1580 Alciat continue de dire des colonnes d’Hercule et du plus oult (...)

C’est donc l’apologie de la persévérance dans la vertu8.

  • 9 Xavier Tubau, « La poesía de Alfonso Álvarez Guerrero : arte mayor al servicio del Imperio », e-Spa (...)

7Ce même agencement orne également les frontispices d’ouvrages. Un des premiers livres dédiés à Charles Quint, Las Doscientas del castillo de la fama, du licencié Alfonso Álvarez Guerrero (1520 Valencia) exhibait dès 1520 les armoiries avec la banderole plus ultra, les emblèmes de Bourgogne et de la toison d’or9.

Alfonso Álvarez Guerrero, Las Doscientas del castillo de la fama, Madrid, BNE.

Alfonso Álvarez Guerrero, Las Doscientas del castillo de la fama, Madrid, BNE.

8De même sur le frontispice de la Crónica general d’Ocampo (Zamora 1543) les colonnes avec la banderole Plus ultra se dressent de part et d’autre de l’aigle bicéphale couronné mais entre les deux colonnes on peut voir la toison d’or.

Frontispice de Los cuatro libros primeros de la crónica general de España que recopila el maestro Florián de Ocampo..., Zamora, 1543

Frontispice de Los cuatro libros primeros de la crónica general de España que recopila el maestro Florián de Ocampo..., Zamora, 1543

http://www.brown.edu/​Facilities/​John_Carter_Brown_Library/​exhibitions/​perez/​pages/​navigator.html

  • 10 Les possessions du nord de l’Europe le déclinent également. On peut noter qu’au même moment en Fran (...)

On comprend que ce complexe d’images et de devise programmatique ou propagandiste ait été puissant et européen10.

Quand le plus ultra prend une dimension géographique mondiale

  • 11 Pietro Bembo dès 1550, affirme que l’homme est devenu capable de parcourir la totalité du monde que (...)

9Une lecture géographique du plus ultra, celle de la conquête victorieuse de nouveaux espaces va s’imposer progressivement faisant exploser le nec plus ultra des Anciens tout en reconfigurant l’imago mundi. On peut d’entrée de jeu l’associer d’une part à l’idée de l’habitabilité du monde que les humanistes vénitiens de la Renaissance vont gloser de façon jubilatoire, telle que Pietro Bembo11, Ramusio ou le chroniqueur espagnol López de Gómara la formuleront, et d’autre part au récit du Timée de Platon qui plaçait l’Atlantide au-delà des colonnes d’Hercule.

10Lorsque Charles Quint revient victorieux de l’expédition de Tunis, que sont connues les premières relations de la conquête du Pérou (1534), qu’est exhibée la rançon d’Atahualpa et que s’ouvre de façon inouïe et insoupçonnée la géographie du continent américain, le plus ultra devient porteur de la découverte de l’Amérique, dans une perspective dynamique globale. Damião de Goes depuis Padoue salue le retour de l’empereur en recueillant ces vers pour son ami Erasme :

Suas columnas non transcendit Hercules
Novumque mundum non novere Caesares.
At noster iste Caesar, alter Hercules,
Qui monstra victor edomat per Africam
Longe columnas est transgressus Herculis
Novumque mundum late subdidit sibi.
Cedant proinde Caesares et Hercules

  • 12 Éric REITH, « Bilan des recherches d’archéologie navale dans le domaine atlantique au Moyen Âge » i (...)

Hercules n’est pas allé au-delà des colonnes qui portent son nom
et les césars n’ont pas connu le nouveau Monde
Mais ce (notre) César, second Hercule
Qui victorieux dompte les monstres à travers l’Afrique
Est allé loin au-delà des colonnes d’Hercule
Et il a soumis la vaste étendue d’un nouveau monde.
Que les Césars et les Hercules lui cèdent le pas !!12

11On note un rapport étroit avec la cartographie qui donne une sorte de projection spatiale des deux colonnes avec les deux hémisphères : Paul Jove la commente en 1550 :

  • 13 Paolo Giovio, Dialogo dell’imprese militari e amorose, Rome : Antonio Barre, 1555. En 1558 Alonso d (...)

Estas columnas con el mote considerada la felicísima conquista de las Indias Occidentales que sobrepuja a toda gloria de los antiguos romanos y satisface infinito a la vista con el subjeto y con el anima contenta al entendimiento de quien la considera13.

12Dans son ouvrage Dialogo dell’imprese militari e amorose (1e édition 1555) qui constitue un sous genre icono-littéraire avec l’emblème, le blason et la devise, Jove inclut l’ensemble symbolique des deux colonnes, de l’aigle et de la devise, les deux colonnes étant sur des îlots de terre, séparés par l’eau.

Paolo Giovio, Diálogo de las empresas…, Lyon, 1561, BNF, Gallica

Paolo Giovio, Diálogo de las empresas…, Lyon, 1561, BNF, Gallica

https://fr.pinterest.com/​pin/​192247477813797456/​

13La chronique américaine va prendre avec vigueur le relais et parmi les plus fameuses sans doute la Historia de las Indias de López de Gómara. Sur le frontispice de l’édition de Zaragoza 1555, on observe la reprise du même agencement iconographique que pour la chronique de Diego de Ocampo citée plus haut mais cette fois-ci il s’agit d’ouvrir la geste du monde américain, ce qui constitue un véritable recyclage de la devise.

14Sous la plume des chroniqueurs espagnols le plus ultra construit une dynamique plus cartographique et géopolitique que néoplatonicienne. L’espace d’expansion pressenti est en vérité hémisphérique, c’est celui que découpe le traité de Tordesillas (1494), démarcation que la devise plus ultra va d’une certaine façon déjouer voire masquer. La projection du plus ultra est globale mais la géopolitique est partagée et tout se joue dans cette subtile contamination de l’un par l’autre. López de Gómara qui avance cette devise de Charles Quint dans le proemio dans l’édition de 1552 en donne une interprétation strictement outre atlantique (au sens large c’est-à-dire jusqu’aux Moluques). La devise importée de Flandres est devenue géographique, conquérante et hémisphérique.

  • 14 Francisco LÓPEZ DE GÓMARA, Historia de las Indias, Atlas, Madrid : BAE, 12, 1946, p. 156.

Justo es, pues, que Vuestra Majestad favorezca la conquista y los conquistadores, mirando mucho por los conquistados. Y también es razón que todos ayuden y ennoblezcan las Indias, unos con santa predicación, otros con buenos consejos, otros con provechosas granjerías, otros con loables costumbres y policía14.

15Le plus ultra ce n’est pas ouvrir les espaces c’est señorear ! Domination qui – dans son horizon utopique – réunit dans une même dynamique la conquête militaire (l’entreprise impériale), la gloire des conquérants eux-mêmes et le sort des conquis : c’est la devise d’un programme d’expansion outre atlantique. C’est ce que confirme la carte adjointe à la première partie dans l’édition anversoire de Gómara (1554) : Descripción exacta, breve y completa del Nuevo Mundo y Perú es el nombre de esta carta realizada en 1554 por el cosmógrafo Jean Bellére. On notera, logé en bas à gauche l’emblème et la devise, sans la toison d’or.

Descripción exacta, breve y completa del Nuevo Mundo y Perú es el nombre de esta carta realizada en 1554 por el cosmógrafo Jean Bellére in : Francisco López de Gómara, Historia de las Indias.

Descripción exacta, breve y completa del Nuevo Mundo y Perú es el nombre de esta carta realizada en 1554 por el cosmógrafo Jean Bellére in : Francisco López de Gómara, Historia de las Indias.

16Pourtant cette nouvelle lecture du plus ultra ne revient pas au seul Gómara. Fray Toribio Motolinía avant lui, dans la Epístola proemial déclarait au comte de Benavente dès 1541 dans la perspective de l’évangélisation américaine et universelle :

  • 15 Fray Toribio MOTOLINÍA Memoriales, BAE, Madrid : Atlas, 1970, p. 1.

Asimismo soy cierto se alegrará y no poco vuestra señoría en ver como aquella letra de nuestro rey e emperador, scilicet plus ultra en estas partes occidentales se cumple y ensancha a banderas desplegadas más que en otra parte del mundo. Ca ciertamente por esta tierra grande e incógnita se dijo propiamente aquel plus ultra pues en las otras partes del mundo notorio era y sabido esta su imperial [blanc dans l’original] y potencia, como está dilatado más en esta nueva España en tiempo de su reinado comenzó y cada día se descubren grandes y ricas tierras y sujetándoselas sus capitanes y gobernadores, el blasón de su majestad diciendo“plus ultra” adelante15

17La terre américaine est la terre par excellence du plus ultra (« más que en otra parte del mundo ») c’est un plus ultra – et cela ne peut laisser de surprendre – tout aussi « guerrier » que celui de Gómara, qui dessine une terre assujettie par les conquérants qui déploient les bannières du prince d’abord puis par les gouverneurs. Derrière bien sûr, se profile l’entreprise d’évangélisation, militante, fervente, rapide, dont l’audace est proportionnée à l’immensité des territoires qui lui sont offerts. Curieusement les deux auteurs ajouteront leur touche « critique » à la suspension de cet élan d’occupation territoriale qui devrait gagner le continent tout entier dans une progression impétueuse, à vue d’œil (cada día). En effet, le plus ultra se trouve contraint, limité par le manque d’injonction politique de Charles Quint. Gómara le dit dans ce même proemio :

  • 16 F. LÓPEZ DE Gómara, op. cit.

Nunca nación estendió tanto como la española sus costumbres, su lenguaje y armas, ni caminó tan lexos por mar y tierra, las armas a cuestas. Pues mucho más hubieran descubierto, sujetado y convertido si Vuestra Majestad no hubiera estado tan ocupado en otras guerras16.

  • 17 Manuel Lucena Salmoral: « Hispanoamérica en la época colonial », in : Luis Iñigo Madrigal (Coord.), (...)

18Comme il est regrettable nous dit Gómara que Charles, trop versé dans les guerres européennes, ne soutienne pas davantage le processus d’expansion territoriale : nous sommes en 1552 et celui-ci est nettement suspendu comme l’illustrent les questionnements juridiques et éthiques de la controverse de Valladolid. Dès 1549, le Conseil des Indes, sous l’influence de la campagne lascasienne proposait à l’empereur de suspendre « todos los descubrimientos y las conquistas que estuvieran pendientes » décision que ce dernier prendra l’année suivante. Jusqu’au mot « conquista » qui fut supprimé du vocabulaire (Las Casas considérait que ce mot était « mahometano e infernal »), pour lui substituer à partir de 1573 (Ordenanzas de Ovando) celui de « pacificación »17. À partir de cette date, si l’on pouvait « se défendre » des attaques indigènes, on ne pouvait monter de nouvelles expéditions de conquête, seules étaient acceptables les entreprises de pacification.

  • 18 Fray T. MotolinÍa, « carta de Fray Toribio de Motolinia al emperador Carlos V », op. cit., p. 335.

19En 1555, Motolinia se lamentera lui aussi de l’action scandaleuse et contreproductive de Las Casas et déplorait que les Floridiens échappent à l’évangélisation ; il fallait « dar orden de manera que aquellos indios infieles se les predique el santo evangelio y no por la manera que el de Las Casas ordenó » qui n’a produit que pertes et morts de religieux (il fait directement référence aux dominicains qui ont laissé leur vie en engageant une prédication pacifique en 154818). Cette année-là, Fray Luis Cancer et Gregorio de Beteta organisèrent en effet une expédition en Floride qui se solda par la mise à mort de trois religieux. Ils souhaitaient procéder à une évangélisation pacifique à la manière des apôtres, sans soldats, ni armes. Fray Vicente Palentino de Curzola, très anti-lascasien, raconte cet épisode dans son Tratado del derecho y justicia de la guerra que tienen los reyes de españa contra las naciones de la India occidental (1559).

  • 19 Ibid.

20Pour Motolinia, d’ailleurs on a tout à gagner à allier missionnaires et soldats car ces derniers inoccupés constituent un risque : « esta salida de gente [le contingent militaire] conviene mucho para esta tierra porque se le dé una puerta para la mucha gente que hay ociosa »19. Une version pragmatique du plus ultra qui ouvre une porte, celle de l’expansion régulatrice de la société turbulente née de la conquête (tout comme le sera l’expédition des marañones de Lope de Aguirre et Ursúa vers l’Amazonie). Il s’agit là d’un texte fondateur qui trace sous la plume d’un franciscain militant dès 1541 la vision du plus ultra, appliquée à l’Amérique, avec sa valeur de dépassement de l’écoumène, de l’horizon infini du monde certes mais aussi un processus de construction sociale qui a sa propre dynamique interne. Il définit cette mobilité américaine qui va être à l’œuvre dans les textes.

  • 20 F. LÓPEZ DE Gómara, ibid.

21Dans le complexe du plus ultra outre-Atlantique se concentrent les vecteurs qui vont structurer l’ensemble des chroniques des Indes : la dimension géographique, celle de l’expansion maritime de nouveaux argonautes, le thème du vellón de oro qui se convertira en un Dorado, la vision d’une entreprise d’évangélisation à vocation universelle et finalement une nouvelle conscience du monde. Gómara prend la mesure de cet aspect global (planétaire) de l’entreprise des Indes lorsqu’il écrit cette phrase si connue : « La mayor cosa después de la criación del mundo, sacando la encarnación y muerte del que lo crió, es el descubrimiento de Indias; y así las llaman Mundo Nuevo »20.

22La devise se distingue de la mappemonde (son corrélat global cartographié), car elle dit une dynamique de découverte, d’une célérité inouïe (Chaunu parlera de « hâte névrotique »), qui concerne la totalité du monde américain y compris les terres en devenir (terra nondum cognita). Autrement dit le plus ultra abolit la notion d’inconnu inaccessible et fait entrer la totalité du continent dans le champ du possible impérial (d’où son lien profond avec l’habitabilité du monde). Mais évidemment cette exaltante devise est un « concetto », qui dit autant un récit qu’un dessein et se heurte aux limites géopolitiques (traité de Tordesillas), aux priorités de la Couronne (la retro-vente des Moluques) et à la campagne fracassante de Las Casas.

23Il n’empêche : la chronique indiana met en forme et en histoire le plus ultra, comme vecteur d’une forme de domestication du globe et semble donc faire fi des démarcations de Tordesillas. Il s’agit à la fois d’arpenter le monde, de le mesurer et de le rêver, (ce qu’Anibal Abadie Aicardi appelle un pathos spatial21) et qu’auront en partage ces 5 000 Espagnols qui vont se déverser sur le Nouveau Monde et qui constituent selon Pierre Chaunu la plus grande force de désenclavement planétaire.

Mais qu’en est-il des hommes qui incarnent cette dynamique exceptionnelle ?

24Il y a loin de la empresa servie pour cette glorieuse emblématique à ceux qui en furent les acteurs et qui furent l’objet de toutes sortes accusations, y compris de la part du pouvoir. On est alors tenté de lire cette devise plus ultra comme une sorte de filet jeté sur le monde avec hâte dans une sorte d’ubris, une fuite en avant. Pedro Mártir ou Oviedo commentent à plusieurs reprises la trajectoire de certains conquérants qui semblent ne jamais pouvoir s’arrêter. Le plus ultra, au niveau de l’individu est une inquiétude née d’une continuelle insatisfaction. Ces chroniqueurs diront de Balboa qu’il était un esprit inquiet, le vieux Juan Ponce de León ne sait pas se contenter des richesses accumulées lors de son gouvernement de Puerto Rico, il brigue la Floride et les îles de Bimini qui lui vaudront la mort (gaussée par Oviedo et Gómara), Hernando de Soto, heureux conquérant du Pérou, gratifié par le coussin d’Atahualpa lors de sa capture, ne sait s’arrêter là : il organise la funeste conquête de Floride. Il en va de même pour Alvarado ou encore Orellana : ces conquérants passent d’une expédition à l’autre et y perdent le plus souvent leurs biens et la vie, la leur et celles de leurs soldats. Ils constituent un groupe mal nommé d’adelantados (être en avant) qui tous (ou presque) finissent mal pour avoir mal agi !

  • 22 Hernán Cortés, Cartas de relación, Mexico : éd. Porrúa, 1967, p. 87 et sq. Cortés demandait un déla (...)
  • 23 Les expéditions de Cortés vers la mer du sud ont contribué à l’avancée des connaissances géographiq (...)

25Hernán Cortés est sans doute celui qui illustre le plus favorablement cet élan prométhéen, mais il est lui aussi un esprit inquiet : conquérant victorieux du Mexique, il va concentrer toutes ses énergies vers l’entreprise de la Mer du Sud. Dans le sillage de Magellan, il se projette, dès la chute de Tenochtitlan, vers le Pacifique pour y construire une nouvelle perspective d’expansion, celle de l’Asie et des épices qu’il se fait fort d’offrir à son prince. Dans la 3e lettre du 15 mai 1522, il écrit avoir quelques informations sur la Mer du Sud: « […] estaba muy ufano porque me parecía que en la descubrir se hacía a vuestra majestad muy grande y señalado servicio ». Il y voyait un dépassement des toutes récentes découvertes mexicaines et demandait au roi « que lo tenga en más que a todo el resto de las Indias »22. Il pensait aux richesses des îles à venir (or, pierres précieuses et autres secrets admirables). Cortés envoya donc des émissaires avec pour mission de « poner posesión del mar del sur » à partir de la côte occidentale, termes mêmes de sa capitulation (découverte du Pacifique mexicain)23.

  • 24 Anne ROLET, « Aux sources de l’emblème : blasons et devises », Littérature, 1 (145), 2007, p. 53-78 (...)

26Les chroniqueurs vont puiser dans l’âme du plus ultra24 une vision qui vertèbre leurs œuvres, sensibles à l’immensité des territoires parcourus, aux ensembles côtiers projetés sur la carte faisant de la progression de ces cohortes de conquérants « con las armas a cuestas » l’image même du dépassement. Du coup, l’écriture américaine est d’abord celle d’hommes en marche et du dévoilement territorial, le plus ultra peut être considéré comme un des principes recteurs des chroniques et autres narrations, d’une part en faisant de l’espace et de la géographie un passage obligé (c’est parfois une véritable cartographie mise en mots, au rythme des différentes expéditions, nécessité de faire des relevés topographiques, décrire des côtes, des réalités géographiques, climatiques, fluviales, botaniques) d’autre part en mettant en mots la dramaturgie de l’expansion religieuse et économique (sans que l’un ne masque l’autre). En effet, la vigueur du plus ultra n’est pas seulement géographique, elle se veut performative, être l’espace de l’action.

27Mais les fêlures, les décrochages sont multiples : ce sont les comportements individuels, ces adelantados qui pervertissent la grandeur morale et politique de l’entreprise et que Las Casas, toujours lui, dénonce à cor et à cri. Dès les années 1540-1550, l’essoufflement de la politique impériale relevé plus haut se loge aussi sous certaines plumes : Oviedo dans la 3e partie de la Historia General y Natural de las Indias, vieux chroniqueur qui observe de plus en plus désabusé la société coloniale depuis Saint-Domingue, les guerres du Pérou et leurs cortèges de morts et de trahisons, la déréliction des vertus chevaleresques, finit par inviter les hommes d’Espagne à demeurer chez eux et à ne plus se lancer dans l’aventure américaine…

Le Pacifique, espace de relance

28Le plus ultra va reprendre du service dans les chroniques et relations qui ouvrent l’espace pacifique : Andrés de Urdaneta, Sarmiento de Gamboa, Pedro Fernandes de Quiros dans le dernier tiers du XVIe siècle réactivent cette devise pour relater l’extension de l’entreprise américaine vers l’ouest. Cette fois-ci c’est le Pacifique qui ouvre son ciel et ses flots.

  • 25 Mariano Cuevas, Monje y marino : la vida y los tiempos de fray Andrés de Urdaneta, Mexico: Galatea, (...)

29Anibal Abadie rappelle dans l’article déjà cité que le pilote basque Urdaneta, relatant l’expédition de Loaisa, exprime cette soif d’espace renaissante « muy deseosos de ganar honra y que nunca Dios quisiese que nosotros fuésemos en rehusar la divisa de las columnas plus ultra »25.

30Avec Pedro Fernandes de Quirós, une nouvelle lecture géographique et mondialisée de la devise de Charles Quint, comme on peut le lire dans la Relación de un memorial que presento a su majestad el capitán Pedro Fernández de Quirós) en date de février 1609 :

  • 26 Pedro FERNÁNDEZ DE QUIRÓS, Relación de un memorial que presento a su majestad el capitán Pedro Fern (...)

He dicho ya a vuestra majestad que de la parte del sur esta oculta la cuarta parte del globo y que el descubrimiento que en ella hice, lo es de 23 islas [il les cite] y juntamente las tres partes de tierra llamada la Australia del espíritu santo en la cual tierra se halló la bahía de san Felipe y puerto de la Veracruz donde fuimos surtos con los tres navíos 36 días. […] Estas y otras son, señor, las grandezas y bondad de las tierras que descubrí de las cuales tomé la posesión en nombre de V.M. debajo de vuestro estandarte real y así lo dicen los autos que aquí tengo. Allí Señor, o primero se levantó una cruz y se armó iglesia de nuestra señora de Loreto, se dijeron 30 misas […] en suma el santísimo sacramento, siendo su guion el estandarte de V.M., paseó y honró aquellas ocultas tierras adonde enarbolé tres banderas de campo, mostré las dos columnas al lado de vuestras armas reales, por lo que puedo decir con razón en lo que es parte, aquí se acabó plus ultra y lo que es continente en más adelante y atrás; y todo esto y lo demás ha sido como leal vasallo que soy de V.M. y para que vuestra majestad pueda añadir luego, porque suene esta grandeza, el titulo de Australia del Espíritu santo26.

31Ailleurs, il écrit dans un autre mémoire adressé à Philippe III (1598-1621), dans lequel il raconte son exploration de l’archipel du Vanuatu en 1606 :

  • 27 « Mémoire de Pedro Fernandes de Queirós », in : Charles de Brosses, Histoire des navigations aux te (...)

J’ai donné à toute cette région le nom de Terre australe du Saint-Esprit, et j’ai imposé divers noms à une vingtaine d’îles nouvellement découvertes, j’ai pris possession de tout ce pays au nom de Votre Majesté en faisant ériger deux colonnes sur lesquelles on a gravé votre devise plus ultra, qui convenait si bien ici, on a aussi dressé une croix sur le rivage et un autel en l’honneur de Notre-Dame de Lorette, sur lequel le sacrifice de la messe a été célébré plus d’une fois27.

32Quiros semble énoncer un oxymore : ici se termine (dans ces îles) le plus ultra mais dans le même temps l’espace s’ouvre largement – en mas adelante y atrás – vers la quatrième partie cachée du globe (continent inachevé virtuel).

33Sarmiento de Gamboa va depuis le Pérou reprendre à son compte la devise pour la façonner en trois usages différents. Dans l’introduction à la Historia indica, rédigée sous le mandat de Toledo et adressée à Philipe II, il pose d’entrée de jeu la conquête de la zone andine par les Espagnols comme le fruit d’une navigation que Dieu, pilote tout puissant a rendu possible à travers l’océan ténébreux, donnant ainsi au plus ultra un sens politico-religieux.

  • 28 Pedro Sarmiento de Gamboa, Historia de los Incas, Madrid : Ediciones Polifemo/ Miraguano, Bibliotec (...)

Siendo el mismo dios el verdadero piloto que les hizo fácil y claro el oscuro y espantable mar atlántico, horrible portento a los antiquísimos argivos, atenienses, egipcios y penos y lo que es más al soberbio Hércules, el cual habiendo venido de levante a Cádiz y visto el espacioso mar atlántico, temió y creyendo acabarse allí el mundo y que o había más tierra, puso sus columnas con esta letra: “ultra gades nil” esto es, delante de Cádiz nada hay28.

  • 29 Il est intéressant également de relever que Gamboa annonce son plan : la Historia n’est que la seco (...)

34Ces limites païennes, les Espagnols chrétiens ont su les vaincre, guidés par le divin pilote, ils ont su dissoudre les brumes et les obstacles et ils ont donc transformé la devise : plus ultra maintenant veut dire « mas adelante hay muchas tierras ». Sur la base d’un plus ultra refondé par le projet d’un dieu pilote, Gamboa va asseoir la démonstration des justes titres de possessions du roi d’Espagne, contre la campagne lascasienne29.

35Mais il se prévaut aussi d’un sens géographique, celui de l’ouverture pacifique à laquelle lui-même participa. Il fut de l’expédition de Mendaña qui découvrit les îles Salomon. Il rappelle :

  • 30 Ibid., p. 24. On retrouve le fil tenu de la Toison d’or et des îles Salomon, soit l’idée de la rich (...)

También puede vuestra majestad sin escrúpulo mandar conquistar les islas del archipiélago del nombre de Jesús vulgarmente llamadas de Salomón, aunque no lo son de que yo di noticia y por mi persona las descubrí el año de 1567 aunque fue por general Álvaro de Mendaña, y otras muchas que están en el mismo mar del sur y que yo me ofrezco a vuestra majestad de le descubrir y poblar facilitando todas las navegaciones de las contrataciones de toda la demarcación, con el favor de dios, con breves caminos30.

36Il renoue ainsi avec le dessein expansionniste de Cortés face à l’immensité pacifique, pensé depuis l’Amérique. Enfin il fut aussi celui qui traversa la passe magellanique d’ouest en est : il donne ainsi un nouveau sens à la notion d’expansion maritime. Le journal de la navigation de Gamboa (Viage al estrecho de Magallanes por el capitán Pedro Sarmiento de Gamboa en los años 1579-1580) dans les eaux antarctiques offre une vision des confins du monde américain, nouvelle lecture du plus ultra presque irréelle. Prenant des relevés à la hauteur des quarantièmes rugissants, dans un monde de vents assourdissants, de températures polaires, au cœur d’un labyrinthe d’îles et de canaux dont il semble impossible de tracer les contours, le voilà qui, l’épée à la main, prend possession de ces immensités glaciales, faisant des processions, plantant des croix, et élevant des monticules de pierres pour marquer ce territoire improbable. C’est une mise en acte juridique du plus ultra hors sol, comme une sorte de magie juridique et chrétienne (puisqu’on célèbrera la messe) tout comme Balboa arpentait au milieu des vagues les plages du Pacifique l’épée à la main et déclarait prendre possession de l’océan tout entier au nom du roi d’Espagne !

37On voit donc que le plus ultra est une sorte de matrice où s’enracinent les dynamiques, les mirages et les spéculations spatiales (autant chez Gamboa que chez Quirós), une matrice à laquelle on revient pour renouer le fil d’une légitimité ancienne dès qu’une terre entre dans l’horizon du désir.

Rimes et raisons du plus ultra

38Le traitement symbolique et politique du plus ultra connait au XVIIe siècle une configuration de plus en plus polymorphe. Pour le mesurer, on peut mettre en rapport trois textes du début du siècle qui illustrent les différents points de vue qui construisent les nouvelles dynamiques de cette devise.

  • 31 Antonio de Herrera Historia general de los hechos de los Castellanos en las islas i tierra firme de (...)

39Entre 1601-1615, le chroniqueur royal Antonio de Herrera inaugure la rédaction de sa monumentale Historia general de los hechos de los Castellanos par une description géographique, largement inspirée de son prédécesseur López de Velasco. Il y trace les lignes cosmographiques du monde, avant d’engager l’histoire de la geste des Espagnols : ce geste planétaire obligeait à un regard en surplomb, qui intégrait le continent américain non seulement comme celui de l’aventure maritime des Espagnols (d’Hispanie devrait-on dire puisque Portugais et Castillans sont les sujets du même monarque) mais comme une forme continente d’exceptionnelle immensité, « el descubrimiento de la cuarta parte que hoy se cuenta del mundo, y la mayor de todas ». L’Amérique au centre de la carte, constitue certes un continent inachevé dans ses parties extrêmes mais qui occupe bel et bien un arc inter polaire de gigantesque et d’inouïes dimensions : « la grandeza de esta cuarta parte ha puesto en grandísima admiración a las gentes », il s’agit bien de la moitié du monde (« es un hemispherio y mitad del mundo »)31.

Antonio de Herrera, Historia general de los hechos de los Castellanos, BNF, Gallica

Antonio de Herrera, Historia general de los hechos de los Castellanos, BNF, Gallica

http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b2300020b/​f4.item

40Il n’est pas sans intérêt de noter qu’après cette vision globale, les deux chapitres suivants qui inaugurent la chronique ne racontent pas les navigations qui ont permis l’exploration et la conquête de ces territoires mais les navigations officielles, l’ensemble des routiers réguliers dont les fils tissent le réseau de connexions maitrisés par la monarchie catholique : ce continent est la moitié du monde, Herrera reprend la carte de Velasco qui lui-même l’enserrait dans la trame des routiers qui le lient indissolublement à l’Espagne. Ce monde que l’on a ouvert et découvert est donc maintenant un monde possédé, arpenté, pesé, décliné, la valeur géographique du plus ultra comme ímpetu, élan fougueux au-delà des espaces connus, s’est résorbée dans le plus intra de la construction politique, une Amérique toujours mieux gouvernée et mise en comptes. Comme le fait observer Fernández Duro à propos de Velasco : « Trataba y trata sumariamente la obra de Juan López de Velasco de los límites y términos de las Indias32 » : il s’agit en vérité de la problématique inverse à celle qu’avançait le chroniqueur Gómara ou Motilinía lorsqu’ils invitaient le prince à aller plus loin. Que l’expansion ait cessé d’être le nerf du projet monarchique sous la plume de Herrera apparaît nettement dans sa façon de décrire le finis terrae au-delà de Chiloe, (« Las provincias del estrecho »33) : la navigation y est difficile, la cartographie incertaine, beaucoup de canaux et d’îles restent inconnus et pas même les corsaires – Hawkins ou Drake cités par Herrera comme autant de témoins – ne les maîtrisent mais surtout aucune terra australis à l’horizon. Il applique une politique du plus ultra hacia dentro. Les colonnes d’Hercule ne sont pas abolies, elles sont fortifiées car elles ont changé de sens ! Elles doivent protéger des intrus, des « autres ».

Comment dès lors penser les confins ?

41En 1609 était publiée à Alcalá de Henares, la Historia de Nuevo México, poème épico-historique de Gaspar Pérez de Villagra. Cet Espagnol qui passa au Mexique autour de 1580 s’était engagé avec Oñate dans le processus de colonisation du Nouveau Mexique en 1598 ; il exerça différentes charges : capitaine, conseiller, chargé de mission de confiance. Revenu en Espagne il tenta pendant plusieurs années de faire valoir ses services et finit par obtenir le poste d’alcalde mayor de Zapotitlán en 1620, charge qu’il ne va pas exercer car il meurt pendant le voyage qui le ramenait en Amérique. Ce soldat poète ouvre son épopée lyrique par les vers suivants (1er chant) :

  • 34 Gaspar Pérez de VillagrÁ, Historia de Nuevo México, éd. de Mercedes Junquera, Madrid : Dastin, Crón (...)

Las armas y el varón heroico canto.
el ser, valor, prudencia y alto esfuerzo
de aquel cuya paciencia no rendida
por un mar de disgustos arrojada
a pesar de la invidia ponzoñosa
los hechos y probanzas va encumbrando
de aquellos españoles valerosos
Que en la india occidental remontados

Descubriendo del mundo lo que esconde
plus ultra con braveza va diciendo
a fuerza de valor y brazos fuertes
en armas y quebrantos tan sufridos
cuanto de tosca pluma celebrados
34.

42Au cœur de cette strophe introductive le plus ultra est mis au service non pas du prince, mais de l’individu, de son courage et surtout de ses souffrances et de son héroïsme blessé dans ce « mar de disgustos » qu’il a tant de mal à faire valoir. Mais il ne s’agit pas de la simple reprise d’une thématique chevaleresque européenne où la devise servait à distinguer l’individu. Dans les vers suivant de ce premier chant, on voit que cet espace de conquête est lié à un autre marquage géographique, celui des antipodes c’est-à-dire à la vision de la sphère du monde.

Debajo el polo ártico en altura
De los treinta y tres grados que a la santa
Ierusalem sabemos que responden
No sin grande misterio y maravilla
Se esparcen, tienden, siembran y derraman,
Unas naciones bárbaras remotas…

  • 35 Alonso de Ercilla, La Araucana, « Pero yo por cumplir el apetito / Que en poner el pie más adelante(...)

43Le plus ultra n’est plus une avancée infinie territoriale, il n’est pas non plus un bornage de territoires patrimonialisés (Herrera) il est le point antipodique de Jérusalem, dont il capte la sacralité par une sorte de croisade inversée. La geste de Villagrá entre ainsi dans la projection sacrée du globe, par la dynamique d’un plus ultra connecté ! Penser une région du monde – ici le septentrion de la Nouvelle Espagne – c’est aussi penser ses antipodes. Par cette gymnastique spéculative, les espaces américains périphériques sont liés (« responden ») grâce au fil terrestre d’une géographie positive à la matrice sacrée. Le service du soldat dans la conquête des « naciones barbaras remotas » se trouve ainsi connecté à la figure (le globe) au concept (plus ultra). C’est une puissante variante de la notion de dépassement de soi dans les souffrances, du mérite et de l’endurance individuelle. Le plus ultra chevaleresque d’origine est maintenant subsumé par celui de la geste individuelle de simples soldats, celui de la conquête comme épreuve, façon d’anoblir une entreprise qui en manquait sérieusement. On pourrait dire que c’est cet usage du plus ultra qui sous-tend la logique discursive des probanzas de méritos y servicios. Le contenu noétique des devises des blasons (de nature philosophique, morale ou religieuse) a disparu au profit de l’endurance et du courage dans l’épreuve physique dont le corps porte les stigmates. On pourrait commenter de la même façon dans La Araucana de Ercilla (dans son cheminement35 jusqu’au finis terrae où il laissera l’empreinte scripturale de son passage) ce recyclage du plus ultra comme mise en œuvre de la géographie des confins capturée dans le filet de la sensibilité épique du chrétien en marche.

44C’est une sorte d’image de synthèse que nous propose le capitaine Bernardo de Vargas Machuca. Tous – ces soldats frustrés – au fond se reconnaissent dans la devise exaltée et conquérante que Bernardo de Vargas Machuca inscrit au pied d’une très belle gravure insérée dans son ouvrage Milicia y descripción de las Indias, 1599, œuvre de science militaire publiée un siècle après les premiers voyages de Colomb : « A la espada y el compás, Mas y mas y mas y mas » Vargas Machuca en avant-propos glorifie Cortés primer caudillo de Indias et inclut un compendio de la esfera (indispensable nous dit-il dès qu’on parle du Nouveau Monde !).

Bernardo de Vargas Machuca, Milicia y descripción de las Indias, 1599

Bernardo de Vargas Machuca, Milicia y descripción de las Indias, 1599

http://biblioteca.ucm.es/​blogs/​Foliocomplutense/​10020.php#.WHzJQmfFCUk

45Dans ces mêmes années ; c’est encore une autre voie pour configurer les confins qui nous est offerte sous la plume de l’lnca Garcilaso. L’Inca commence à rédiger la Florida autour de 1590 mais elle ne sera publiée qu’en 1605 à Lisbonne Historia de la Florida y jornada que a ella hizo el gobernador Hernando de Soto, titre qui va se réduire à La Florida del Inca.

  • 36 Inca garcilaso, La Florida, Madrid : Alianza, 1988, introduction et notes de Carmen de Mora, « [L]o (...)
  • 37 D’une façon générale, l’Inca ne cesse de souligner l’insuffisance des données cosmographiques dont (...)
  • 38 Ibid., p 107.

46La Floride fait-elle partie de l’empire espagnol ? Sans doute, dans cet espace aussi vaste que mal défini, fut le théâtre d’échecs et drames répétés ; pour l’Inca, la Floride s’ouvre vers les larges plaines occidentales, elle est, nous dit-il, « tan ancha y larga […] no se sabe qué confines tenga », la seule chose que l’on sait – affirme-t-il – « c’est qu’elle est bordée par l’océan à l’est et que Cuba se trouve au sud36 » ! Elle apparaît comme un espace dilaté, qui s’étend au nord jusqu’au Bacallaos (Terre-Neuve), et qui s’ouvre à l’ouest vers cette fabuleuse région des sept villes de Cibola, peuplée par les Chichimèques37. Au fur et à mesure de l’exploration de la côte, le toponyme Florida en était venu effectivement à désigner de façon générique toutes les terres comprises entre la Nouvelle-Espagne et Terre-Neuve. C’est un espace d’appel, en attente d’être découvert, « ni aun descubierta del todo »38. La géographie de la Floride se colore du coup d’une poétique de l’immensité, de l’extension, de la fertilité dont la dynamique est inverse à celle de Ercilla : plus on s’éloigne de la côte est et plus la terre est fertile, peuplée et d’heureux augure.

  • 39 Ibid., « este gran reino de la Florida », p. 313.
  • 40 Op. cit, p. 583.
  • 41 Enfin l’Inca en liant dans ses œuvres les deux terres, celle de la promesse avortée et celle de la (...)

47Ainsi l’Inca parlera de ce « este gran reino de la Florida39 », dont il dit qu’elle est « grande y fértil », « tierra ancha y larga », véritable horizon d’attente, à la fois religieux et géopolitique, nouveau royaume américain comparable au Pérou. Dans le proemio, l’Inca énonce comme enseignement de son histoire que l’Espagne doit s’efforcer de gagner et de peupler la Floride pour y faire entendre la parole du Christ, mais il affirme également – non sans raison – qu’avec le temps, des mines d’or seront découvertes (« minas de oro y plata pudiera ser, y no lo dudo, que buscándolas de espacio, se huvieran hallado »40). Dans l’ombre portée du conquérant du Pérou Hernando de Soto, l’Inca imagine un plus ultra mimétique, un autre Pérou puisque c’est bien du Pérou que venaient bon nombre des soldats d’Hernando de Soto et où bon nombre des survivants retournera, le Pérou, grand royaume qui permet de penser l’immensité floridienne et sa richesse future, le Pérou qui scande le discours comme une mémoire obsédante, fondatrice. La Floride permet d’opérer ce façonnage de la grandeur américaine. Dans ce cas le plus ultra est projeté à partir d’une matrice qui n’est plus du tout la péninsule mais le Pérou41. Le plus ultra dans ce cas est américanisé : l’Amérique découvre l’Amérique.

Du côté de l’Espagne, de la péninsule ?

  • 42 Juan de Horozco y Covarrubias, Emblemas morales, Ségovie : Iuan de la Cuesta, 1589, http://alfama.s (...)

48Dans le droit fil de la Contre-réforme et dans l’Espagne baroque du XVIIe siècle, un ensemble d’usages du plus ultra et des colonnes d’Hercule offre différentes lectures. Plus que les frontières géographiques déplacées par Hercule du vieux monde vers le nouveau, la devise est associée au passage du monde terrestre vers le monde céleste ou encore, loin d’exprimer une quelconque extension territoriale, elle illustre le gouvernement de la mesure, solidement installé sur deux colonnes qui sont les bases du royaume, glosée par la sentence his firmatur imperium. Le phylactère relie le juste système des récompenses et des punitions, le juste équilibre entre les lauriers et les faisceaux, et le monarque est à l’image de ces colonnes que Dieu éclaire et que les sujets doivent suivre fidèlement (valebo = verbe valeo au futur qui signifie être fort être vigoureux). Hernando de Soto ou Juan de Horozco42, promeuvent ainsi la figure du roi conciliateur, qui sait pacifier les cœurs et protéger son peuple contre les médisances. Dans ce cas la devise plus ultra signifie une persévérance que rien ne peut détourner tandis que la firmeza est symbolisée parfois par une seule colonne, robuste, sobre, colonne « virile » qui rappelle et le temple de Salomon et la flagellation du Christ. (Villava 1613).

  • 43 Cf. Serge GRUZINSKI, L’aigle et le dragon. Démesure européenne et mondialisation au XVIe siècle, Pa (...)

49Ce parcours tracé de façon rapide permet de souligner le façonnage du plus ultra à l’épreuve du monde, tel que vont le construire les Ibériques. C’est un concept que reprennent inlassablement les chroniqueurs (en prose et en vers), et qui est aussi constamment utilisé en Espagne et en Amérique. En Espagne, il est façonné par le cours de la géopolitique européenne, par la légende noire, par les menaces qui pèsent sur le royaume : ce sont des questions de gouvernement qui sont à l’ordre du jour chez les emblémistes moralisateurs. Tandis qu’en Amérique la projection asiatique continue d’être à l’œuvre, mais il est clair qu’il y a un réel décalage entre les projets d’invasion de la Chine qui sera le dernier avatar géographique du plus ultra et les choix politiques de la Couronne43.

  • 44 Cf. Diego Saavedra Fajardo, Idea de un príncipe político cristiano, Munich : 1640, colophon.

50Si le plus ultra a en Espagne basculé dans le clair-obscur baroque et ses vanités44 et plonge volontiers dans les arcanes des empresas espirituales, au XVIIIe siècle, il court en Amérique sur les pièces de monnaie, depuis celles de Potosí jusqu’à celles de Timor. Il semblerait même qu’on le retrouvera aux États-Unis pour signifier le dollar ; c’est un autre plus ultra, non pas géographique mais monétaire… la filiation est loin d’être infondée.

Diego de Saavedra Fajardo, Idea de un príncipe político christiano representada en cien empresas, Milan [s.n.], 1642

Diego de Saavedra Fajardo, Idea de un príncipe político christiano representada en cien empresas, Milan [s.n.], 1642

Bibliothèque de l’Université Complutense de Madrid, http://biblioteca.ucm.es/​foa/​doc18301.jpg

51C’est sur le terrain de la chronique américaine que se génère une véritable opérativité du plus ultra : en lui se fondent la empresa de las Indias, l’apologie de la geste collective des homines novi, la puissance d’une catéchèse jamais assouvie (voulue par Dieu), et le destin de l’homme singulier face à l’épreuve américaine, enfin le plus ultra chez l’Inca semble se refonder en terre américaine, la Floride étant le miroir mimétique du Pérou et préfigurant la ruée vers l’or du XIXe siècle.

52Tous en Europe ne vont pas opter pour la même politique de suspension de cette interprétation territoriale que l’Espagne, et pour le tarissement du pathos spatial. Les mers du monde sont maintenant chantées par d’autres puissances en Europe. Richard Hakluyt ou La Popelinière, reprenant la cartographie de Mercator, vont s’emparer de la devise ou du moins de l’énergie qui l’a nourrie pendant des décennies. La meilleure preuve en est le troisième monde chanté par La Popelinière, immense terra australis où toutes sortes de richesses attendent ceux qui sauront s’en saisir (résumée en 4 feuillets !).

  • 45 Lancelot VOISIN de La PopeliniÈre, Les Trois Mondes, Paris : P. L’Huillier, 1582, nouvelle édition, (...)

Il y a autant ou plus de terres à descouvrir, que de nouveau descouvertes […] Comme la terre est estrangement grande […] Voilà un Monde qui ne peut estre remply que de biens & choses tres excellentes. Il ne faut que le descouvrir […] Je ne m’employerai donc qu’à diviser ce que les hommes jugent habitable, en monde vieil, neuf et incognu […] Reste la représentation du troisième monde, duquel vous ne sauriez avoir autre cognoissance que de n’en rien cognoistre45.

  • 46 L’auteur du Mare liberum, texte anonyme était en réalité un jeune juriste hollandais, Hugo de Groot (...)
  • 47 Francis Bacon, De dignitate et augmentis scientiarum in Novum organum, 1623, Lib. VII, chap. 2.

53Le monde n’est pas clos, la mer est libre (Mare liberum, Grotius 160946), Tordesillas fait sourire ces intrus, et le principe du premier occupant retend la compétition internationale… Bacon, le philosophe anglais, reprend dès 1620 l’image emblématique des deux colonnes d’Hercule sur le frontispice du Novum organum scientiarum. Une caravelle laisse derrière elle les colonnes d’Hercule et cingle, toutes voiles gonflées, vers le large, horizon de la connaissance dans un dynamisme créateur. La sentence « multi persansibunt et augebitur sciencia » (« beaucoup passeront et la science en sera accrue ») est une reprise très libre de la prophétie de Daniel qui vise à prôner l’innovation scientifique et technique pour améliorer les conditions de vie de l’humanité. Beaucoup de chroniqueurs des Indes auraient pu partager avec Bacon « cette affection inhérente à la nature humaine et comme sa compagne inséparable, je veux dire l’amour de la nouveauté ou de la variété »47.

Francis Bacon, Instauratio magna, Londres, J. Bill, 1620. Frontispice. Paris, bibliothèque Victor-Cousin.

Francis Bacon, Instauratio magna, Londres, J. Bill, 1620. Frontispice. Paris, bibliothèque Victor-Cousin.

http://expositions.bnf.fr/​lamer/​bornes/​feuilletoirs/​conquete/​14.htm

Inicio de página

Notas

1 Elle apparaît décrite par le poète flamand Jan Smeken.

2 http://www.blasoneshispanos.com/ROrdenesCiviles/01-El_Toison_de_Oro/ToisondeOro1/DivisaColumnasHercules.htm.

3 Cependant, il est possible que Luigi Marliano ait été inspiré par Dante et le fameux discours d’Ulysse : più oltre non. Du moins est-ce l’hypothèse d’Earl E. Rosenthal [1971, 1793]. Mais d’autres éléments ont pu jouer. Rosenthal fait le lien avec la formule inscrite au dos du chariot portant la dépouille de Ferdinand II d’Aragon lors des funérailles organisées à Bruxelles en mars 1516 : Ulterius nisi morte, « Plus loin, sinon la mort ». Située au-dessous d’une pomme d’or représentant le globe, elle faisait référence à l’ampleur des conquêtes du Roi Catholique. Par cette devise « Plus oultre », Charles de Habsbourg inscrivait donc ses pas dans ceux de son grand-père. Elle incarnait bien à la fois l’audace d’aller plus loin et la prétention à l’empire universel. Cette interprétation perdure jusqu’aux obsèques de l’empereur http://www.dbnl.org/tekst/voet004gold01_01/voet004gold01_01_0003.php.

4 On ne peut oublier que métaphoriquement la légende troyenne de la toison d’or récupérée par Jason représentait les intentions du duc de Bourgogne de prendre la tête d’une expédition militaire pour reprendre Jérusalem. Víctor MÍnguez, « El Toisón de Oro : insignia heráldica y emblemática de la monarquía hispánica » in : Rafael Zafra Molina et José Javier Azanza López (coord.), Emblemática trascendente : hermenéutica de la imagen, iconología del texto, Universidad de Navarra, 2011, p. 16. Postérieurement sous la pression de l’Église, on introduisit dans la lecture de la toison, celle de l’agneau que Gédéon offrit à Yahvé dans l’ancien testament.

5 Cf. Le imprese illustri de Geronimo Ruscelli, 1566, p. 103-107, photocopié sur le site gallica de la BNF.

6 Cf. Inocencio V. Pérez Guillén, « El viejo y el nuevo mundo : derivaciones al dualismo moral en la emblemática hispana », Boletín del Museo e Instituto de humanidades Camón Aznar, 1980, 47-49, p. 244-285.

7 Les livres d’emblèmes, profanes ou religieux, connaissent un succès retentissant à travers l’Europe. André Alciat est l’auteur des épigrammes du premier livre d’emblèmes et le plus populaire aussi : Emblemata, publié par Heinrich Steyner en 1531 à Augsbourg. Cette collection est disponible sur Gallica, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8626769c/f9.image.

8 Dans la version des emblèmes de 1580 Alciat continue de dire des colonnes d’Hercule et du plus oultre « symbolum peculiare sibi vindicavit » symbole moral de la grandeur extrême dans le dépassement de soi.

9 Xavier Tubau, « La poesía de Alfonso Álvarez Guerrero : arte mayor al servicio del Imperio », e-Spania [En ligne], 13 | juin 2012, mis en ligne le 24 juin 2012, consulté le 16 janvier 2017. URL : http://e-spania.revues.org/21405 ; DOI : 10.4000/e-spania.21405

10 Les possessions du nord de l’Europe le déclinent également. On peut noter qu’au même moment en France c’est le globe qui sert de support symbolique pour exprimer le pouvoir et la grandeur royale et cela dès François 1er avec la devise unus non sufficit orbis (une sphère ne suffit pas). Il y aurait tout un travail similaire à celui que j’engage ici sur le symbolique du globe terrestre ou céleste comme image du pouvoir depuis l’antiquité et le Moyen Âge. Cf. Monique Pelletier, Catherine Hofman, Danielle Lecoq, Ève Natchine, Le Globe et son image, Paris : BNF, 1995. Le globe prit à partir des conquêtes coloniales une importance nouvelle comme attribut de la monarchie, y compris dans la dimension religieuse : « dans un avenir que l’on croyait proche, la sphère terrestre serait conquise par la croix du Christ », Monique PELLETIER, « La symbolique royale française des globes et des rois », Le Globe et son image…, p. 32.

11 Pietro Bembo dès 1550, affirme que l’homme est devenu capable de parcourir la totalité du monde que Dieu lui a donné à cet effet : « globum esse terrae hunc ejusmodi ut commeandi omnes ejus partes facultas hominibus ne desit » (pour que la faculté pour les hommes d’aller et venir sur toutes ses parties ne cesse pas) Pietro Bembo, Historia veneta, Venise, 1551. Cf. John M. Headley, « Sixteen Century Venitian Celebration of the Earth Total Habitability, The Issue of the Fully Habitable World for Renaissance », Journal of World History, 8 (1), 1997, p. 1-27. Cela participait de la conscience globale du monde de la part des Européens.

12 Éric REITH, « Bilan des recherches d’archéologie navale dans le domaine atlantique au Moyen Âge » in : Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public, L’Europe et l’océan au Moyen Âge : contribution à l’histoire de la navigation, Paris : C.I.D. édition, 1988, p. 215.

13 Paolo Giovio, Dialogo dell’imprese militari e amorose, Rome : Antonio Barre, 1555. En 1558 Alonso de Ulloa imprima une version castillane avec pour titre Diálogo de las empresas militares y amorosas.

14 Francisco LÓPEZ DE GÓMARA, Historia de las Indias, Atlas, Madrid : BAE, 12, 1946, p. 156.

15 Fray Toribio MOTOLINÍA Memoriales, BAE, Madrid : Atlas, 1970, p. 1.

16 F. LÓPEZ DE Gómara, op. cit.

17 Manuel Lucena Salmoral: « Hispanoamérica en la época colonial », in : Luis Iñigo Madrigal (Coord.), Historia de la literatura hispanoamericana, Madrid : Cátedra, 1998, 1, p. 13-14.

18 Fray T. MotolinÍa, « carta de Fray Toribio de Motolinia al emperador Carlos V », op. cit., p. 335.

19 Ibid.

20 F. LÓPEZ DE Gómara, ibid.

21 Aníbal Abadie-Aicardi, « Expansión imperial y Pathos espacial : un aspecto de la mentalidad imperial ibérica », Madrid : Mélanges de la Casa de Velázquez, 23 (987), p. 253-280.

22 Hernán Cortés, Cartas de relación, Mexico : éd. Porrúa, 1967, p. 87 et sq. Cortés demandait un délai de six ans. Il est intéressant de noter que sur la couverture du dossier du Conseil des Indes concernant cette demande, on lit « que lo vea todo esto el señor dotor Beltran ». El señor Beltrán fut un membre éminent du Conseil, ami de Cortés et source sans doute de López de Gómara. Il fut sanctionné durement pour corruption lors de la réforme du Conseil des Indes de 1542. La demande sans doute en date de 1524.

23 Les expéditions de Cortés vers la mer du sud ont contribué à l’avancée des connaissances géographiques, ce qui a perpétué le nom de mar de Cortés sur cette partie du Pacifique. Dans les représentations cartographiques comme le planisphère de Sébastien Cabot de 1544, on lit un cartouche à la hauteur de la côte pacifique du Mexique : « esta tierra fue descubierta por el marqués de Guaxaca don Hernando Cortés ».

24 Anne ROLET, « Aux sources de l’emblème : blasons et devises », Littérature, 1 (145), 2007, p. 53-78. Il y a dans la devise le corps et l’âme, le mot et la pensée.

25 Mariano Cuevas, Monje y marino : la vida y los tiempos de fray Andrés de Urdaneta, Mexico: Galatea, 1943.

26 Pedro FERNÁNDEZ DE QUIRÓS, Relación de un memorial que presento a su majestad el capitán Pedro Fernández de Quirós, éd. de Oscar Pinochet de la Barra, Madrid : Historia 16, Crónicas de América 64, Memorial 23, p. 200-201.

27 « Mémoire de Pedro Fernandes de Queirós », in : Charles de Brosses, Histoire des navigations aux terres australes, Paris : Griffon, 1756, 1, p. 338.

28 Pedro Sarmiento de Gamboa, Historia de los Incas, Madrid : Ediciones Polifemo/ Miraguano, Biblioteca de viajeros hispánicos, 1988, p. 19.

29 Il est intéressant également de relever que Gamboa annonce son plan : la Historia n’est que la seconde partie, la première devait être géographique : « la geográfica descripción de todas estas tierras de que resultará gran claridad para la inteligencia de proveer gobernaciones, establecer obispados dar nuevas poblaciones y descubrimientos », op. cit. p. 25.

30 Ibid., p. 24. On retrouve le fil tenu de la Toison d’or et des îles Salomon, soit l’idée de la richesse à venir sous sa forme américaine puis asiatique.

31 Antonio de Herrera Historia general de los hechos de los Castellanos en las islas i tierra firme del mar océano, edición y estudio de M. Cuesta Domingo, Madrid : Universidad Complutense de Madrid, 1991, 1, p. 131.

32 http://www.cervantesvirtual.com/obra/geografa-y-descripcin-universal-de-las-indias-recopilada-por-el-cosmgrafocronista-juan-lpez-de-velasco-desde-el-ao-de-1571-al-de-1574-publicada-por-d-justo-zaragoza-0/

33 A. de Herrera, op. cit., chap. 23, p. 210-212.

34 Gaspar Pérez de VillagrÁ, Historia de Nuevo México, éd. de Mercedes Junquera, Madrid : Dastin, Crónicas de América, 2000, p. 69.

35 Alonso de Ercilla, La Araucana, « Pero yo por cumplir el apetito / Que en poner el pie más adelante » éd. de Isaías Lerner, Madrid : Cátedra, Letras hispánicas, 1993, Canto XXXVI, p. 942.

36 Inca garcilaso, La Florida, Madrid : Alianza, 1988, introduction et notes de Carmen de Mora, « [L]o más cierto y lo que no se ignora, es que al medio día tiene el mar océano y la gran isla de Cuba », cap. II, p. 107.

37 D’une façon générale, l’Inca ne cesse de souligner l’insuffisance des données cosmographiques dont il dispose ; il déplore que les « rumbos » soient imprécis, et souligne le peu de culture géographique et maritime de ses sources. La pérégrination d’une armée qui n’a ni instruments, ni experts crée un effet de confusion, car il s’avère impossible de donner les degrés, les directions, les distances. Tout cela fut occulté au profit d’une quête de l’or obsessionnelle et aveuglée (op. cit., p. 467 et p. 178). La géographie de la Floride gagne en espérances ce qu’elle perd en précision : « cuanto la tierra más adentro y alexada de la mar, tanto más poblada y habitada era de gente, y ella en sí más fértil y frutífera », op. cit., p. 192.

38 Ibid., p 107.

39 Ibid., « este gran reino de la Florida », p. 313.

40 Op. cit, p. 583.

41 Enfin l’Inca en liant dans ses œuvres les deux terres, celle de la promesse avortée et celle de la promesse tenue, creuse le sillon de sa propre écriture et il opère des va-et-vient linguistiques ; au-delà des emprunts, il propose de péruaniser y compris la façon même de traiter le récit, glissant en touches légères, des expressions sans doute traduites de la langue générale, qui emportent la complicité du lecteur ; ainsi à la question posée par les conquérants « où se trouve la mère de la señora de Cofachiqui » les Floridiens répondent « il se pourrait qu’elle soit loin, il se pourrait qu’elle soit près, comme on dit dans la langue générale du Pérou ». Un peu plus loin, l’Inca reprend cette même technique pour souligner combien sa description du temple des seigneurs de Cofachiqui est maladroite au regard de la grandeur inouïe du lieu, « ainsi par dix fois et dix fois encore, comme on dit au Pérou, à maintes reprises, je supplie qu’on mesure combien je suis en deçà de ce qu’il convenait de dire plutôt que prolixe dans ce qu’il aurait été convenu d’exposer » ; rhétorique imputée à la langue générale du Pérou.

42 Juan de Horozco y Covarrubias, Emblemas morales, Ségovie : Iuan de la Cuesta, 1589, http://alfama.sim.ucm.es/dioscorides/consulta_libro.asp?ref=B18726586&idioma=0

43 Cf. Serge GRUZINSKI, L’aigle et le dragon. Démesure européenne et mondialisation au XVIe siècle, Paris : Fayard, 2012.

44 Cf. Diego Saavedra Fajardo, Idea de un príncipe político cristiano, Munich : 1640, colophon.

45 Lancelot VOISIN de La PopeliniÈre, Les Trois Mondes, Paris : P. L’Huillier, 1582, nouvelle édition, introduite et annotée par Anne-Marie Beaulieu, Genève : Droz, 1997, p. 69. Les références renvoient à cette dernière édition.

46 L’auteur du Mare liberum, texte anonyme était en réalité un jeune juriste hollandais, Hugo de Groot, qui passera à la postérité sous le nom de Grotius (1583-1645). Le Mare Liberum a pour objectif de défendre le droit de naviguer et de commercer pour tout navire à travers le monde. Grotius se faisait ainsi le défenseur des intérêts de son pays et plus particulièrement des intérêts de la Compagnie hollandaise des Indes Orientales qui se heurtait aux prétentions des Portugais qui considéraient qu’ils avaient le monopole de la navigation et du commerce dans cette partie du monde.

47 Francis Bacon, De dignitate et augmentis scientiarum in Novum organum, 1623, Lib. VII, chap. 2.

Inicio de página

Índice de ilustraciones

Título Fig. 1. Emblème XLV  des Emblemata
Créditos http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k54642j
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/26274/img-1.jpg
Ficheros image/jpeg, 124k
Título Alfonso Álvarez Guerrero, Las Doscientas del castillo de la fama, Madrid, BNE.
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/26274/img-2.jpg
Ficheros image/jpeg, 200k
Título Frontispice de Los cuatro libros primeros de la crónica general de España que recopila el maestro Florián de Ocampo..., Zamora, 1543
Créditos http://www.brown.edu/​Facilities/​John_Carter_Brown_Library/​exhibitions/​perez/​pages/​navigator.html
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/26274/img-3.jpg
Ficheros image/jpeg, 220k
Título Paolo Giovio, Diálogo de las empresas…, Lyon, 1561, BNF, Gallica
Créditos https://fr.pinterest.com/​pin/​192247477813797456/​
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/26274/img-4.jpg
Ficheros image/jpeg, 204k
Título Francisco López de Gómara, Historia de las Indias, 1555.
Créditos http://www.cervantesvirtual.com/​obra/​la-historia-general-de-las-indias-y-nuevo-mundo-
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/26274/img-5.jpg
Ficheros image/jpeg, 188k
Título Descripción exacta, breve y completa del Nuevo Mundo y Perú es el nombre de esta carta realizada en 1554 por el cosmógrafo Jean Bellére in : Francisco López de Gómara, Historia de las Indias.
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/26274/img-6.jpg
Ficheros image/jpeg, 228k
Título Antonio de Herrera, Historia general de los hechos de los Castellanos, BNF, Gallica
Créditos http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b2300020b/​f4.item
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/26274/img-7.jpg
Ficheros image/jpeg, 88k
Título Bernardo de Vargas Machuca, Milicia y descripción de las Indias, 1599
Créditos http://biblioteca.ucm.es/​blogs/​Foliocomplutense/​10020.php#.WHzJQmfFCUk
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/26274/img-8.jpg
Ficheros image/jpeg, 120k
Título Francisco Villava, Empresas espirituales, Baeza, 1613
Créditos http://baezafotografiaehistoria.blogspot.fr/​2016/​04/​juan-francisco-de-villava.html
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/26274/img-9.jpg
Ficheros image/jpeg, 224k
Título Diego de Saavedra Fajardo, Idea de un príncipe político christiano representada en cien empresas, Milan [s.n.], 1642
Créditos Bibliothèque de l’Université Complutense de Madrid, http://biblioteca.ucm.es/​foa/​doc18301.jpg
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/26274/img-10.jpg
Ficheros image/jpeg, 140k
Título Francis Bacon, Instauratio magna, Londres, J. Bill, 1620. Frontispice. Paris, bibliothèque Victor-Cousin.
Créditos http://expositions.bnf.fr/​lamer/​bornes/​feuilletoirs/​conquete/​14.htm
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/26274/img-11.jpg
Ficheros image/jpeg, 278k
Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Louise Bénat Tachot, « Lectures américaines du Plus Ultra ou le Plus Ultra à l’épreuve de l’Amérique », e-Spania [En línea], 26 | février 2017, Publicado el 01 febrero 2017, consultado el 22 octubre 2017. URL : http://e-spania.revues.org/26274 ; DOI : 10.4000/e-spania.26274

Inicio de página

Autor

Louise Bénat Tachot

Université Paris-Sorbonne, CLEA

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Inicio de página
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org