Navegación – Mapa del sitio
Influencias, confluencias : Sanlúcar de Barrameda, ciudad mundo en la edad moderna

Introduction

Araceli Guillaume-Alonso y Béatrice Perez
Este artículo es una traducción de:
Introducción

Texto completo

Sanlúcar [détail], Anthonis van den Wijngaerde, 1567

Sanlúcar [détail], Anthonis van den Wijngaerde, 1567

1Deux raisons ont fait de Sanlúcar, durant plusieurs siècles, une ville-exception parmi toutes les villes espagnoles et européennes. La première est avant tout géographique. Perchée sur un promontoire dominant l’embouchure du Guadalquivir et regardant vers l’horizon sans fin de l’Atlantique, Sanlúcar jouit, depuis l’Antiquité, d’une importance stratégique en raison de son port naturel, fluvial et maritime. Point clé de la navigation fluviale, Sanlúcar domine les échanges sur le Guadalquivir, de Cordoue jusqu’à la mer. Elle coiffe tout un système fluvial souvent oublié, depuis le haut Guadalquivir (Cortijo Rubio, Lora) jusqu’au complexe Séville-Sanlúcar (Coria, Las Horcadas) très fréquenté, comme l’attestent les nombreux restes archéologiques exhumés, telles les amphores utilisées pour le transport des grains et de l’huile. Ouverte sur deux mers et reliant les deux rives du détroit de Gibraltar, la ville et ses eaux paisibles ont servi de refuge aux marins grecs et phéniciens en quête de vivres avant de prendre le large, océan immense et inconnu pour rallier les côtes du nord de l’Europe. Les flux des marées – si inquiétants pour les hommes de la Méditerranée – favorisèrent le développement, sur les rives du fleuve, à Sanlúcar, du port naturel de Barrameda qui gagna en importance au cours du Moyen Âge.

2Bien que le Guadalquivir suivît son lit, l’érosion, le vent et l’intervention des hommes ont permis de dégager une grande bande sablonneuse dans un méandre du fleuve pour y installer des infrastructures portuaires moins précaires, dans ce que l’on nomma par la suite le Barrio Bajo (le Bas Quartier) de la ville. Sans oblitérer son rôle dans les échanges commerciaux dynamiques entre les rives du détroit et les ports de la Méditerranée durant le Moyen Âge, le Bas Quartier connut un essor sans précédent à la fin du XVe siècle, aux premiers temps de la modernité. En effet, les découvertes de nouvelles terres, l’au-delà des mers, les horizons américains et les navigations de tout type donnèrent sa pleine résonnance à ce quartier né d’une vocation commerciale et maritime.

3La seconde raison qui fit de Sanlúcar et de son port une référence tout au long de l’histoire médiévale et moderne de la Castille fut son statut de capitale des états de la branche aînée des Guzmán (ou Pérez de Guzmán), seigneurs de Sanlúcar (1297-1645), comtes de Niebla (1369), puis ducs de Medina Sidonia (1445). Elle explique que soient conservées, aujourd’hui, dans le palais ducal construit sur les ruines de l’ancienne forteresse, les Archives Générales de la Fundación Casa Medina Sidonia. Celles-ci contiennent la mémoire de l’histoire particulière de la ville Sanlúcar ; celle, plus générale, du lignage des Guzmán et de leurs successeurs des origines à nos jours ; outre l’histoire d’autres maisons nobles, liées à la famille à compter du XVIIIe siècle.

4Dans la ville moderne, le Barrio Alto (Haut Quartier) – résidence des ducs, siège du conseil municipal et des instances paroissiales – devint le cœur politique, administratif et judiciaire du pouvoir et le poumon économique d’une activité soutenue d’agriculture et d’élevage. Pour leur part, les « nations » étrangères (Bretons, Anglais, Flamands, Allemands, etc.) s’installèrent dans le Bas Quartier, au même titre que tous ces individus qui affluaient, attirés par les perspectives marchandes et le voyage outre mer. Il fut le centre d’une industrie de pêche et de production de sel. Les douanes, les entrepôts et les chantiers navals du duc imprimaient à ce quartier son caractère marchand, administratif et fiscal, et l’empreinte juridictionnelle seigneuriale. Dans la ville basse se massaient les voyageurs de passage, les marginaux et autres travailleurs précaires, qui vendaient à bas coût, sur les plages, la force de leurs bras pour charrier les marchandises ou pour toutes autres besognes nécessaires.

5Les cinq articles qui composent ce volume jettent ainsi une lumière concrète sur cette ville-monde que fut la Sanlúcar moderne entre les années 1480 et 1645, sous le contrôle des ducs de Medina Sidonia. Des interlopes aux hétérodoxes, des artistes, des religieux ou des étrangers : les contributions retracent la mémoire de cette ville, souvent en exploitant les dépôts des Archives de la Fundación Casa Medina Sidonia, ceux des archives municipales ou les nombreux fonds de la région. Ville où se mêlent et se croisent les hommes ; ville qui vit partir Christophe Colomb pour son quatrième voyage ; ville encore qui accueillit les survivants de l’expédition de Magellan / Elcano, en 1521, pour ne citer que deux exemples emblématiques. À la veille de la commémoration de la première circumnavigation (1519-1521), ce regard sur Sanlúcar de Barrameda se veut une contribution à l’histoire de la société espagnole des XVIe et XVIIe siècles, une histoire de l’empire vue depuis le microcosme que fut la ville portuaire.

Archives de la Fondation Casa de Medina Sidonia

Archives de la Fondation Casa de Medina Sidonia

Ce dossier a été préparé avec le précieux concours d’Adeline Léandre.

Inicio de página

Índice de ilustraciones

Título Sanlúcar [détail], Anthonis van den Wijngaerde, 1567
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/26215/img-1.jpg
Ficheros image/jpeg, 272k
Título Archives de la Fondation Casa de Medina Sidonia
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/26215/img-2.jpg
Ficheros image/jpeg, 1,1M
Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Araceli Guillaume-Alonso y Béatrice Perez, « Introduction  », e-Spania [En línea], 26 | février 2017, Publicado el 01 febrero 2017, consultado el 26 mayo 2017. URL : http://e-spania.revues.org/26215

Inicio de página

Autores

Araceli Guillaume-Alonso

Université Paris-Sorbonne, CLEA

Artículos del mismo autor

Béatrice Perez

Université Paris-Sorbonne, CLEA

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Inicio de página
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org