Navigation – Plan du site
Semblanzas y destinos de los conquistadores

Juan de Cuéllar, un conquistador marié à une princesse tezcocane

Patrick Lesbre

Résumés

Juan de Cuéllar dans une probanza présentée en 15311, est un conquistador qui tente d’obtenir des prébendes après avoir participé à la Conquête du Mexique et sa colonisation. Mais sa demande se distingue des nombreuses autres parce qu’elle n’insiste pas sur ses exploits éventuels (pourtant avérés) : l’auteur cherche bien à mettre en valeur son rôle dans la Conquête, mais ses demandes tournent autour du patrimoine foncier de sa femme indienne dont il souhaite récupérer au moins deux villes de la province de Tezcoco à défaut de la totalité de ses possessions.

Haut de page

Texte intégral

  • 2 Archivo General de Indias (dorénavant AGI), Mexico 203, n° 11. Le terme probanza apparaît sur la pa (...)

1Juan de Cuéllar dans une probanza présentée en 15312, est un conquistador qui tente d’obtenir des prébendes après avoir participé à la Conquête du Mexique et sa colonisation. Mais sa demande se distingue des nombreuses autres parce qu’elle n’insiste pas sur ses exploits éventuels (pourtant avérés) : l'auteur cherche bien à mettre en valeur son rôle dans la Conquête, mais ses demandes tournent autour du patrimoine foncier de sa femme indienne dont il souhaite récupérer au moins deux villes de la province de Tezcoco à défaut de la totalité de ses possessions.

Conquête et colonisation

2La probanza de 1531 permet de retracer la route de Juan de Cuéllar des Caraïbes à l’Anahuac qui deviendra la Nouvelle-Espagne, entre les expéditions de Grijalva et de Cortés. Elle permet de distinguer ce Juan de Cuéllar d’un homonyme qui a également participé à la conquête du Mexique, mais est arrivé avec Narvaez donc seulement en 1520.

Cuba

  • 3 Bernal DÍAZ DEL CASTILLO, Historia verdadera de la conquista de la Nueva España, 2 t., Madrid : His (...)

3Le nom de Cuéllar est un indicateur possible de son passé de colon dans les Caraïbes. Plusieurs chroniqueurs indiquent que Diego Velazquez était originaire de Cuéllar3. Il semblerait que Juan de Cuéllar (si l’on prend son nom propre comme un indicateur de provenance) ait accompagné ou rejoint Diego Velazquez dans la conquête de Cuba, comme de nombreux autres conquistadores ou colons de Cuba dans les premières années du XVIe siècle.

4Dans sa probanza il ajoute à la question 4 des indications sur son passé de colon à Cuba, se présentant comme résidant à Villa de San Espíritu et non à La Havane :

  • 4 Critères de transcription : les abréviations ont été développées ; les accents ont été rétablis; le (...)

Iiij. Ytem sy saben creen vieron oyeron decir que estando el dicho Juan de Cuéllar en la Villa de Sant Espiritus que es en la dicha ysla de Cuba donde el dicho Juan de Cuéllar hera vezino sabiendo que el adelantado don Diego Velázquez enviava a don Hernando Cortés marqués que agora es del Valle con ciertos navíos e gente a poblar esta tierra yo fue a la Habana e me embarqué en los navíos del dicho marqués […]4. (fol. 3r°)

5Certains compagnons d’armes comme Benito de Bejel le présentent comme ayant des Indiens, formulation ambiguë qui peut se lire comme un conquérant profitant du travail d’esclaves indiens obtenus pendant la conquête de Cuba, ou comme encomendero à qui des Indiens libres auraient été confiés : « A la quarta pregunta dixo que lo que desta pregunta sabe es que el dicho Juan de Cuéllar hera vecino en la villa de Espiritus que es en la ysla Fernandina e allí tenya ciertos yndios ». (fol. 12r°)

Nouvelle-Espagne

  • 5 AGI, Mexico, 97, R. 2.

6Juan de Cuéllar s’autoprésente comme arrivé dès 1518 en Nouvelle-Espagne avec Grijalva, ce qui permet de le distinguer d’un homonyme, conquistador, mais arrivé avec Pánfilo de Nárvaez5. Non seulement il n’est pas un conquistador tardif (de ceux arrivés en mai 1520 pour l’assaut final contre Mexico Tenochtitlan) mais il peut prétendre au titre de descubridor, ce qu’il fait, puisque l’expédition de Grijalva est la première à entrer en contact avec les émissaires aztèques sur la côte de Veracruz en 1518 : « por ser como soy de los primeros conquistadores e pobladores e descubridores de la tierra. » (fol. 3r°)

7La 3e question de l’interrogatoire des témoins qui déposent en faveur de Juan de Cuéllar consiste à prouver sa présence dans l’expédition de Grijalva en 1518 :

Iij .Ytem sy saben creen vieron oyeron decir que yo el dicho Juan Cuéllar vine a descubrir con Juan de Grijalva esta tierra e puerto de San Juan de Ulua quando lo envió el adelantado don Diego Velasquez gobernador que fue de la ysla de Cuba e con el dicho Juan de Grijalva vine al puerto de San Juan de Lua puerto desta / Nueva [España] digan e declaren los testigos lo que saben. (fol. 3v°)

8Juan de Cuéllar produit comme témoins plusieurs membres de l’expédition de 1518. Certains donnent quelques précisions intéressantes comme la durée du contact avec les premiers Aztèques :

A la segunda pregunta dixo que la sabe como en la dicha pregunta se qontiene

  • 6 (Nous grasseyons).

Fue preguntado cómo la sabe dixo que por que este testigo vino con el dicho Juan de Grijalba e vido que vino con el el dicho Juan de Cuéllar quando el dicho don Diego Velazquez envió al dicho Grijalba a descubrir esta tierra e llegó hasta el dicho puerto de San Juan de Lua e que saltaron en tierra estuvieron syete e ocho días contratando con los yndios estaba en ello el dicho Juan de Cuéllar6(fol. 14r°)

9La 4e question de l’interrogatoire signale qu’il aurait embarqué pour la Nouvelle-Espagne dans l’expédition de Cortés, dès 1519 :

Iiij. Ytem sy saben creen vieron oyeron decir que estando el dicho Juan de Cuéllar en la Villa de Sant Espiritus que es en la dicha ysla de Cuba donde el dicho Juan de Cuéllar hera vezino sabiendo que el adelantado don Diego Velazquez enviava a don Hernando Cortés marqués que agora es del Valle con ciertos navíos e gente a poblar esta tierra yo fue a la Habana e me embarqué en los navíos del dicho marqués e vine con él a esta Nueva España y estando en su companya le ayudé a conquistar e paficicar esta tierra con mis armas e caballo e pacificar la tierra digan e declaren los testigos lo que saben. (fol. 2v°-3r°)

  • 7 À moins qu’il ne s'agisse du « Juan de » à la signature incomplète (n° 51) juste après Juan de Cerv (...)

10Il peut ainsi prétendre au titre ou à l’honneur de faire partie des « primeros conquistadores » venus dès 1519 avec Cortés, ce que rappellent la plupart des témoins : « […] e por lo que dicho tiene sabe que es de los primeros conquistadores desta Nueva España e ansy es muy público. » (fol. 14v°). On relèvera au passage une caractéristique intéressante : Juan de Cuéllar produit plusieurs témoins de l’expédition de Grijalba, dont la plupart sont retournés au Mexique, non avec Cortés en 1519 mais avec Narvaez en 1520. Il semble bien que Cuéllar, par sa décision de venir de Villa de Espíritu jusqu’à La Havane pour proposer ses services à Cortés, se soit singularisé par rapport à beaucoup de ceux qui avaient navigué jusqu’au Golfe du Mexique en 1518. On signalera cependant que Juan de Cuéllar ne figure pas parmi les signataires de la Petición del cabildo de Veracruz du 20 juin 15197.

11La probanza présente un autre intérêt, peut-être parce que c’est l’une des toutes premières et que le genre n’est pas encore bien établi : elle ne mentionne pas d’exploit précis ou de bataille pour la conquête du Mexique entre 1519 et 1521, là où la plupart des autres conquistadores insistent à se présenter comme participant à la prise du Templo Mayor ou autres hauts faits. Par contre certains témoins (Juan Tirado) sont capables de détailler des batailles intervenues du côté de Nauhtlan Almería, donc sur la Côte du Golfe :

[…] espeçialmente este testigo vido al dicho Juan de Cuéllar en un recuentro y entrada que se hizo en la provincia de Nautlan que se llama Almería e le vido pelear muy bien qontra mucha cantidad de enemigos en un paso angosto juntamente con este testigo que se hallaron en la delantera e abrieron el paso a los enemigos hasta que fueron socorridos e fue causa que los yndios en el enves no desbaratasen a los españoles que allí yban porque yban más de la mytad de los españoles en huyda e le vido pelear muy bien con mucho ánimo hasta que se ganó la dicha ciudad e se asoló […] (fol. 18v°)

  • 8 Bernard GRUNBERG, Dictionnaire des Conquistadores de Mexico, Paris : L’Harmattan, 2001, p. 535. Le (...)

12Bernard Grunberg signale à propos de Juan Tirado qu’« il se distingue notamment lors de la bataille d’Almeria, où il reçoit une blessure qui le rend manchot de la main droite. »8 On signalera la modestie apparente de Juan de Cuéllar qui ne cherche pas à souligner un exploit militaire particulier mais plutôt une longue carrière au service de la découverte puis de la conquête du Mexique.

13Bernal Díaz del Castillo signale la présence d’un Juan de Cuéllar et sa bravoure au moment capital de la défaite subie par Cortés en juin 1521 :

  • 9 B. DÍAZ DEL CASTILLO, Historia verdadera…, 2, chap. 152, p. 82.

Y el capitán Andrés de Tapia y los tres de a caballo que con él venían se dieron muy buena prisa, aunque tuvieron en el camino una refriega de vara y flecha que les dieron en un paso los mexicanos que ya había puesto Guatemuz en los caminos muchos indios guerreros porque no supiésemos los unos de los otros los desmanes, y aun venía herido el Andrés de Tapia, y dos de los que traía en su compañía que se decían Guillén de la Loa, y el otro se decía Valde-Nebro, y a un Juan de Cuéllar, hombres muy esforzados;9

14Curieusement il existe un blason de Juan de Cuéllar qui inclut la représentation d’une tour donc d’une pyramide, en général employée pour faire allusion à la prise du Templo Mayor en 1521. Le cheval qui occupe l’autre moitié du blason s’explique par la suite. Reste à savoir s’il s’agit de notre Juan de Cuéllar ou d’un conquistador homonyme.

15La question 6 signale sa participation coûteuse à l’expédition de Cortés aux Hibueras :

vj. Ytem si saben que el dicho Juan de Cuéllar fue a las Higueras por mando de don Fernando Cortés marqués del Valle y en la yda se murieron tres caballos que valían mil castellanos de minas e más digan e declaren los testigos lo que saben. (fol. 3v°)

16La mention de la perte de trois chevaux et l’indication de leur prix onéreux pour l’époque sert à démontrer l’investissement et l’argent perdu dans la conquête du Mexique.

17Ce que confirment quelques témoins qui ont été compagnons d’arme du dit Juan de Cuéllar aux Hibueras, comme Francisco Daça vecino de la Veracruz âgé de plus de 35 ans qui est capable d’indiquer où et comment moururent deux des trois chevaux de Juan de Cuéllar et d’évaluer leur prix :

[…] e este testigo vido que el dicho marqués le mandó yr allá e fueron este testigo e el dicho Juan de Cuéllar en companya a las dichas Higueras e vido que se le murió un caballo en Acaltecal otro caballo se le despeñó viniendo de Cabo de Honduras e estos dos caballos vido este testigo morir e que él oyó decir que se le murió en las dichas Higueras otro caballo lo qual oyó a personas que no se acuerda e que los dos caballos que este testigo vido que se le murieron valían bien ochocientos pesos de oro que corre [illisible] antes más que no menos porque heran buenos caballos. (fol. 10v°)

18La question 8 permet de présenter Juan de Cuéllar au moment de son mariage comme possédant en encomienda officieuse (non entérinée par la Couronne) la moitié de deux villes de la zone totonaque : Quiahuiztlan et Cihuatepec.

[…] e dio al dicho Juan de Cuéllar e a la dicha doña Ana un pueblo que se dize Estapaloca e a Chimaluacan subjetos a Tezcuco en recompensa de los dichos yndios que le quitó e de otros yndios que le quitó al dicho Juan de Cuéllar que tenía en la ciudad de Medellín que es puerto desta Nueva España que se dezía la mitad de Quiauztlan e la mitad de Ciguatepeq digan e declaren los testigos qué es lo que saben. (fol. 3v°)

Carrière coloniale et train de vie

19Certains témoins semblent rappeler le rôle positif de Juan de Cuéllar, qui serait en 1531 un bon encomendero : « […] y este testigo le conosció en esta tierra le vido a caballo e con su persona e armas en las guerras que se ofrescieron en esta Nueva España e hacerlo muy bien e dar bien quenta de lo que le hera encomendado. » (fol. 10r°)

20On trouve mention dans la probanza de 1531 d’une demeure à Mexico Tenochtitlan et de mules et chevaux (plutôt pour attester de son train de vie que d’une activité économique comme arriero): « […] e vee q l dicho Juan de Cuéllar mantiene casa muger e criados de la tierra e q continuam°te en esta tierra este t° le a conoscido tener caballos e mulas […] » (fol. 16v°). Un autre témoin indique que ce train de vie honorable (apparemment l’ambition de réussite de la plupart des conquistadores) est tenu depuis 6 ou 7 ans donc depuis 1524 ou 1525, ce qui correspondrait au retour de l’expédition des Hibueras :

  • 10 (Nous grasseyons).

e les vee hazer vida maridable como marido e muger e vee que mantiene casa e a la dicha su muger e criados desta tierra e mantiene mucha onrra e que continuamente este testigo a visto que dende seys o syete años a esta parte le ha visto tener caballo e caballos e mulas tratándose como persona de bien e lo demás qontenido en la pregunta dixo que no lo sabe mas de averlo oydo decir públicamente10. (fol. 17v°)

21Pour d’autres témoins c’est depuis environ neuf ans, ce qui remonterait à 1522, donc juste avant l’expédition aux Hibueras (dans une ville rasée l’année d’avant c’est la possession de chevaux et de mules qui est attestée, plutôt que celle d’une belle demeure) :

e vee que el dicho Juan de Cuéllar mantiene su honra en esta ciudad e que este testigo a visto que l dho Juan de Cuéllar a tenido caballos e mulas dende nueve años a esta parte poco más o menos e lo demás qontenido en la pregunta dixo que dize lo que dho tiene en la primera pregunta. (fol. 11v°)

Marié à une princesse indienne de sang royal

22Un autre point important de la probanza tourne autour de l’épouse indienne de Juan de Cuéllar. Celui-ci se présente comme marié à une femme indienne.

Marié à une femme indienne de haut rang

23Le fait que Juan de Cuéllar veuille prouver qu’il est bien marié à une princesse indienne pourra surprendre, à une époque où la plupart des conquistadores ont certes des concubines ou amantes indiennes, mais réservent le mariage religieux à une épouse espagnole.

24L’intitulé de la première question de l’interrogatoire demande bien « sy conosçen a doña Ana mi legítima muger » (fol. 2v°). On insiste très régulièrement sur cette idée à travers les questions suivantes : « sy saben que está casado con doña Ana » (question 5, fol. 3r°), « sy saben etc. que la dicha doña Ana su muger era… » (question 7, fol. 3v°), « Ytem sy saben etc. que al tiempo que el marqués del Valle don Hernando Cortés casó a la dicha doña Ana con el dicho Juan de Cuéllar… » (question 8, fol. 3v°). Cette insistance à attester un mariage s’explique bien évidemment par les possessions de sa femme dues à son très haut rang.

25À cette époque les mariages entre Espagnols et Indiens sont plus que rares, même si les franciscains en font la promotion en 1526 :

  • 11 « Carta colectiva de los franciscanos de México al emperador, 1 de septiembre de 1526 », in : Fray (...)

Item, pues es un solo pastor nuestro Dios, que ansí fuese un solo corral, unum ovile et unus pastor; y que el un pueblo y el otro se juntase, cristiano y infiel, e contrajesen unos con otros matrimonio, como ya se comienza a hacer; ...y si a los que son de este parecer, que son bien pocos (tres o cuatro, segund entonces pareció)...11

26Si Juan de Cuéllar fait partie des rares Espagnols à épouser une femme indienne c’est très certainement parce que celle-ci est une princesse de haut rang. L'interrogatoire et les dépositions cherchent à démontrer que doña Ana est bien la fille du seigneur préhispanique de Tezcoco :

i. A la primera pregunta dixo que conosçe a los en la pregunta qontenidos por vista habla trato e conversaçión e que es pública voz e fama que la dicha doña Ana es hija del señor que fue de Tezcuco e por tal es abida e tenida. (fol. 18r°)

  • 12 Antonio PEÑAFIEL, Manuscritos de Texcoco, Mexico : Editorial Innovación, 1979, p. 3-4.

27On remarquera que les témoins ne disent pas roi mais seigneur. En 1531 Tezcoco n’a pas encore réussi à retrouver le titre de « ciudad » qui ne sera concédé par Charles Quint qu’en 1551, vingt ans plus tard12. L’ancienne capitale de l’empire aztèque a été broyée par la conquête espagnole et cherche encore à construire sa place dans l’ordre colonial nouveau. D’autres témoins (Gabriel Bohorquez, Benito de Bejel) ajoutent qu’elle est aussi la sœur du seigneur actuel de Tezcoco, à savoir don Hernando Cortés Ixtlilxochitl (qu’on voit représenté sur la Mappe Tlotzin de 1541) : « […] e que la dicha doña Ana muger del dicho Juan de Cuéllar es abida e tenida por hija del señor de Tescuco e hermana del señor que agora es de Tezcuco. » (fol. 11r°)

Nièce de Moctezuma

28Mais l’interrogatoire suggère une piste supplémentaire, fondamentale : la parenté entre cette fille du seigneur de Tezcoco (en réalité roi et l’un des trois membres de la Triple Alliance donc l’une des trois capitales de l’empire aztèque) et Moctezuma.

29Cette piste apparaît dans la question 5 de l’interrogatoire des témoins présentés par Juan de Cuéllar en février 1531 :

v. Ytem sy saben creen vieron e oyeron decir que el dicho Juan de Cuéllar trabajó mucho en la tierra e sy saben que está casado con doña Ana hija del sobre dicho señor de Tezcuco e sobrina del señor Monteçuma señor que fue desta gran ciudad e sy saben que el dicho Juan de Cuéllar mantiene honrra e casa e criado e tiene armas e caballo onrradamente digan e declaren los testigos lo que saben. (fol. 3r°)

  • 13 Les premières indications de l’existence d’une Triple Alliance sous la plume de chroniqueurs se tro (...)

30Certains témoins abondent dans ce sens, confirmant pour l’administration espagnole et la Couronne royale, bien avant les premiers chroniqueurs religieux13, la réalité de l’alliance politique entre Tezcoco et Mexico. Simplement elle est exprimée en termes de parenté plutôt qu’en termes politiques :

v. A la quinta pregunta dixo que sabe e vee que el dicho Juan de Cuéllar es casado con la dicha doña Ana hija del señor que fue [de] Tezcuco e que este testigo oyó decir que se trataban por pariente el dicho Monteçuma e el padre de la dicha doña Ana señor de Tezcuco e por parientes que se trataban los hijos de uno e de otro […]. (fol. 6r°)

31De cette façon, Juan de Cuéllar rappelle le très haut rang de son épouse indienne, qu’on pourrait qualifier de sang impérial puisque Tezcoco Mexico-Tenochtitlan et Tlacopan étaient les trois capitales de l’empire aztèque. En 1531 les Espagnols sont surtout sensibles à la parenté avec Moctezuma, signe incontestable de grandeur et de royauté. Ainsi parmi les près de 300 enfants de Nezahualpilli dont la moitié environ sont des filles, doña Ana fait partie de l’élite puisqu’elle est fille de la femme mexica, sœur de Moctezuma, donc l’une des épouses les plus importantes.

Fille de Nezahualpilli, mort en 1515

32La formulation de la question 5 reste floue quant à l’identité du père de doña Ana : « sy saben qsta casado con doña Ana hija del sobre dho señor de Tezcuco. » (fol. 3r°). Les seigneurs de Tezcoco sont très nombreux après 1519, mais se limitent à trois entre 1428 et 1519. Doña Ana pourrait être soit la fille de Nezahuapilli mort en 1515, soit celle de Cacamatzin ou Coanaochtzin, derniers souverains indiens légitimes de Tezcoco, le premier mort en 1520, le second en 1525.

33Cette incertitude est levée par l’intitulé de la première question de la probanza de Juan de Cuéllar en février 1531 :

i. E primeramente sy conoscen a mí Juan de Cuéllar conquistador e descubridor desta Nueva España e de los primeros della e sy conosçen a doña Ana mi legítima muger hija del señor que fue de Tescuco Çagualpiçil digan e declaren los testigos lo que saben. (fol. 2v°)

  • 14 Cf. Joseph Marius Alexis AUBIN, Mémoires sur la peinture didactique et l'écriture figurative des an (...)
  • 15 Cf. J. M. A. AUBIN, Mémoires sur la peinture didactique…, p. 67. Cf. E. de J. DOUGLAS, In the Palac (...)

34Doña Ana est donc présentée par Juan de Cuéllar comme la fille du dernier grand souverain de Tezcoco. Nezahualpilli n’est pas le dernier souverain préhispanique de Tezcoco, mais il est le dernier dont le règne n’a pas été brutalement interrompu par la conquête espagnole. Dans la mémoire indienne il est associé à l’âge d'or de Tezcoco et de l’empire aztèque, ayant régné pendant 44 ans de 1472 à 1515. Il est ainsi représenté en 1541 par la Mappe Quinatzin avec l’indication de la durée de son règne14, tandis que la Mappe Tlotzin marque bien la différence avec ses successeurs en le représentant comme le dernier souverain de Tezcoco avec les attributs traditionnels du pouvoir (arc et flèches, coiffure), que perdent Cacama ou Coanacoch15.

  • 16 Fray Toribio de Benavente MOTOLINÍA, Memoriales, 1996, p. 442: « Ambos a dos fueron muy valerosos s (...)
  • 17 Fernando de ALVA IXTLILXÓCHITL, Obras históricas, Mexico : unam, 1975-1977, 2, Historia Chichimeca, (...)
  • 18 Francisco HERNÁNDEZ, Antigüedades de Nueva España, Madrid : Historia 16, 1987, p. 135 : « Tuvo cuat (...)

35Il convient cependant de relativiser l’importance de cette paternité illustre. En effet on attribue au souverain préhispanique de Tezcoco Nezahualpilli environ cent enfants mâles16 ou bien 145 enfants17, certaines versions allant jusqu’à dépasser les 300 enfants18. Pourtant doña Ana semble sortir du lot par le fait qu’on rappelle qu’elle est sœur de don Hernando Cortés Ixtlilxochitl, cacique de Tezcoco depuis 1525 et qui mourra l’année de sa déposition en faveur de Juan de Cuéllar.

i. A la primera pregunta dixo que conosce a los en ella qontenidos por vista e habla trato e conversacion e que la dicha doña Ana es abida e tenida por hija del dicho señor que fue de Tezcuco hermana del señor que agora es e por tal la tienen los que la conosçen. (fol. 12v°)

  • 19 F. de ALVA IXTLILXÓCHITL, op. cit., 1975-1977, 1, p. 408 (RS) et p. 450 (Comp.) : « En los once hij (...)
  • 20 Alva Ixtlilxóchitl nomme quatre femmes sur les onze enfants, mais en utilisant leurs noms indiens s (...)

36La présentation pourrait pécher par optimisme, car doña Ana pourrait n’être que demi-sœur de don Hernando Ixtlilxochitl. Mais si celui-ci se déplace à México pour témoigner en faveur de celle-ci et de son mari espagnol, cela souligne l’importance de leurs liens de sang malgré la prolifique descendance de leur père. Alva Ixtlilxochitl signale un lignage particulier de onze enfants issus de la même mère, parmi lesquels son ancêtre homonyme Ixtlilxochitl19. Doña Ana n’y figure pas explicitement20 mais la déposition de don Hernando Ixtlilxochitl en sa faveur en février 1531 incite à penser qu’elle pourrait faire partie de ce lignage privilégié.

37La probanza rappelle qu’elle a été mariée dans un premier temps à un dénommé Pedro Gonzalez de Trujillo, que certains témoins (plus rares) nomment Pedro Gutierrez. À la mort de ce Pedro Gonzalez les Indiens cessent de servir doña Ana, ce qui pourrait indiquer qu’ils ne reconnaissent plus sa légitimité (depuis qu’elle s’est remariée à un conquistador espagnol ?) ou bien qu’ils étaient attribués en repartimiento à ce conquistador et non à sa femme (et c’est sans doute un des enjeux de la probanza de 1531).

[…] e ella llevaba los servicios e tributos de los dichos pueblos e tierras e la servían como a señora dellos porque los dichos sus padres se lo dieron e que después que esta Nueva España se ganó este testigo vido que todos los dichos pueblos servían e syrvieron bien dicha doña Ana estando casada con otro su primer marido e tenya en ellos su[s] calpisques para que hiziesen traer el servicio en los yndios de los dichos pueblos e este testigo vido que los servían a los dichos Pero Gonçales e doña Ana su muger hasta que el dicho Pedro Gonçales murió e que después de muerto vee que no la syrben los dichos pueblos a la dicha doña Ana ni al marido que agora tiene […] (fol. 24r°)

38Juan de Cuéllar essaie de démontrer que ces terres appartenaient bien au père de doña Ana, même si certains témoins rappellent discrètement la possibilité d’un repartimiento :

Viij. A la otava pregunta dixo que este testigo oyó decir que el dicho Pedro Gonçales primer marido de la dicha doña Ana poseya ciertos yndios en el tiempo que fue casado con la dicha doña Ana pero que no sabe qué yndios heran ni sabe más desta pregunta. (fol. 18r°)

  • 21 Inca GARCILASO DE LA VEGA, Comentarios reales, Sucre : Biblioteca Ayacucho, 1, 1976, prólogo de Aur (...)

39On remarquera que doña Ana n’est pas qu’une simple concubine indienne, comme la plupart des Indiennes, y compris de haut grand, dans la première moitié du XVIe siècle. Le cas le plus célèbre étant celui d’Isabelle Chimpu Ocllo, princesse inca et mère de Garcilaso el Inca, dont le haut rang et le fait qu’elle lui ait donné un fils n’ont pas suffi pour qu’elle soit épousée par le capitaine Sebastián Garcilaso de la Vega y Vargas qui préfère se marier en 1549 avec Luisa Martel de los Ríos21.

  • 22 « e que si no fuera su hija cree este testigo quel dicho Alonso de Grado no se casara con la dicha (...)

40Rien de tout cela ici, puisqu’en février 1531, à peine dix ans après la conquête du Mexique, un conquistador espagnol insiste à se présenter comme mari légitime d’une princesse tezcocane. Le cas est connu pour doña Isabel Moctezuma. Mais son dernier époux, Juan Cano, est un colon. Ni Cortés, ni Pedro de Alvarado, ni la plupart des conquistadores n’ont entériné par un mariage légitime leur liaison avec une Indienne y compris de haut rang. Pedro de Alvarado n’épouse pas doña Luisa Xicotencatl, fille d’un cacique de Tlaxcala, même après la mort de son épouse espagnole ou de doña Francisca de la Cueva à Veracruz. La plupart des Espagnols semblent considérer utile d’avoir une concubine ou compagne indienne de haut rang, mais honteux de l’épouser. La distinction sociale d’un Espagnol dépendait apparemment de sa femme blanche. Le premier mari d’Isabel Moctezuma est le conquistador Alonso de Grado, mais la condition impériale de son épouse semble avoir pesé lourdement dans ce mariage22.

  • 23 B. GRUNBERG, Dictionnaire…, p. 213.
  • 24 Juan RODRÍGUEZ FREYLE, El Carnero, Sucre : Biblioteca Ayacucho (Clásicos n° 66), 1979, chap. 6, p.  (...)

41C’est tout l’intérêt du cas de Juan de Cuéllar en février 1531, d’autant qu’il rappelle qu’elle fut mariée auparavant à un autre conquistador Pedro Gonzalez de Trujillo que Bernard Grunberg signale comme de « haute origine » d’après certains témoignages23. Juan de Cuéllar n’est cependant pas une exception. On trouve d’autres conquistadores mariés à des indiennes (le plus souvent de haut-rang), comme le capitaine Juan Fuerte en Colombie24.

Possessions

42On comprend mieux pourquoi Juan de Cuéllar insiste à se présenter comme marié légitimement avec doña Ana quand on voit la liste de ses possessions en tant que princesse de haut rang. La probanza souligne deux villes en particulier. Mais les villes ou terres appartenant à doña Ana sont bien plus nombreuses.

Possession de deux villes indiennes convoitées par Cortés

43La probanza de 1531 vise à réclamer les possessions de sa femme indienne, ou plutôt une partie de ces possessions, à commencer par les terres qu’elle possédait. La question 7 semble se limiter à deux villes Tlanalapan et Maçanacazco :

Vij. Ytem sy saben etc. que la dicha doña Ana su muger hera Señora de Tanalapâ e Maçanacasco e otros muchos pueblos comarcanos dellos los quales heran de sus padres todo lo qual le dieron a la dicha doña Ana e se servía dello por sus calpisques e mayordomos e sy saben que al tiempo que el dicho marqués la casó con Pedro Gonçales su primer marido tenya e poseya los dichos pueblos e se servía dellos digan e declaren los testigos lo que saben. (fol. 3v°)

44Cortés aurait repris ces deux villes pour les échanger, lors du second mariage de doña Ana, avec les villes acolhua d’Iztapaluca et Chimalhuacan (cf. figure 1).

Fig. 1. Échange réalisé par Cortés lors du mariage de doña Ana avec Juan de Cuéllar, prenant Tlalanapan et Mazanacazco (non située) pour leur donner Chimalhuacan et Iztapaluca

Fig. 1. Échange réalisé par Cortés lors du mariage de doña Ana avec Juan de Cuéllar, prenant Tlalanapan et Mazanacazco (non située) pour leur donner Chimalhuacan et Iztapaluca

Carte de l’auteur, basée sur celle de Charles Gibson, « Structure of the Aztec Empire », HMAI, 1971, vol. 10, fig. 3.

45Le fait que les Indiens aient cessé de servir doña Ana à la mort de son premier mari Pedro Gonzales de Trujillo pourrait inciter à penser que celui-ci disposait d’Indiens en repartimiento qui sont attribués à quelqu’un d’autre à sa mort a priori sans descendant. C’est ce qu’on pourrait déduire de l’intervention de Cortés qui ne donne que la moitié de Tlanalapan et Maçanacazco, appartenant pourtant à la dynastie de Tezcoco :

vii. A la sétima pregunta dixo que lo que sabe desta pregunta es que la dicha doña Ana fue primeramente casada con uno que se decía Pedro Gonçales de Trujillo e que estando ambos casados este testigo vido al dicho Pedro Gonçales muy diferente con el dicho marqués porque no le daba los dichos pueblos de Tanalapa e Maçanacasco que dezían que hera de la dicha doña Ana su muger e que si a (sic) este testigo vido que el dicho marqués le dio la mitad dellos demás de otros que el dicho Pedro Gutiérrez (sic) tenía e que el dicho Pedro Gutiérrez (sic) dezía que se sirvía dellos como cosa de la dicha doña Ana su muger que lo tenía por suyo […]. (fol. 15r°)

46La probanza de Juan de Cuéllar veut démontrer au contraire que si Pedro Gonzalez de Trujillo jouissait du service et des revenus de nombreux villages c’était parce qu’ils appartenaient au père de sa femme, Nezahualpilli, seigneur préhispanique de Tezcoco, et que Cortés les avait maintenus sous la tutelle de celle-ci après la conquête. C’est en tout cas ce dont témoigne Gabriel Bohorques :

Vij. A la sétima pregunta dixo que lo que sabe desta pregunta es que estando q l la dicha doña Ana casada con Pedro Gonçales Trugillo su primer marido este testigo le vido servirse de los yndios de Tanalapa e de Maçanasco e Çiguilapa e de Tape e de Tula e de Mynaca e de otro pueblezuelo que se dize Guiuiçangogela e que se syrvian de todos los dichos pueblos e les vido llevar los tributos e que se syrvió dellos el dicho Pedro Gutiérres (sic) hasta que murió estando casado con la dicha doña Ana e que hoyó dezir que los dichos pueblos heran de su padre de la dicha doña Ana lo qual oyó decir en esta ciudad muchas vezes a muchas personas de cuyos nombres no se acuerda e quien públicamente lo a oydo decir a algunos yndios desta tierra e que este testigo vido que el dicho marqués del Valle syendo gobernador destas partes mandó en presencia deste testigo a los yndios principales e calpisques de los dichos pueblos que sirviesen a la dicha doña Ana e al dicho su primero marido e ansy lo hizieron hasta que el dicho su primer marido falleçió. (fol. 9r°)

47Benito de Bejel se limite à indiquer que Tlanalapan appartenait au seigneur de Tezcoco et fut donné à doña Ana lors de son mariage :

vij. A la sétima pregunta dixo que lo que sabe desta pregunta es que muy público es en esta ciudad que el dicho pueblo de Tanalapa fue de su padre de la dicha doña Ana con su sujeto e se dixo en esta ciudad públicamente que quando la dicha doña Ana se casó con Pedro Gonçales su marido primero que su padre le había dado el dicho pueblo con su sujeto e que este testigo vido que el dicho Pedro Gonçales e la dicha doña Ana se servían del dicho pueblo con su sujeto e vido que le trayan serviçio del dicho pueblo e tributo que llevava yndios del dicho pueblo e su sujeto a la guerra el dicho Pedro Gonçales e lo demás qontenido en la pregunta dixo que no lo sabe. (fol. 12r°)

48Le seul inconvénient de cette version est que Nezahualpilli est mort en 1515, quatre ans avant la conquête espagnole et ne peut donc pas avoir donné cette dot après la chute de Mexico en 1521. Il faut sans doute voir dans cette version que Coanacochtzin, ou Ixtlilxochitl, successeurs de Nezahualpilli et frères ou demi-frères de doña Ana, auraient attribué ce lieu en dot au début de la colonisation. Nous n’avons pas plus de détails, mais la demande de Juan de Cuéllar permet de documenter un état de transition, dans lequel l’autorité est encore celle du seigneur de Tezcoco, pas tout à fait celle de Cortés puis de Nuño de Guzman, du président de la 2e Audiencia ou des vice-rois.

49À la mort de Pedro Gonzalez, premier mari de doña Ana, Cortés aurait repris Tlanalapan pour l’échanger contre deux villes acolhua :

Viij. A la otava pregunta dixo que lo que sabe es que este testigo oyó decir públicamente en esta ciudad que el dicho don Fernando Cortés abía quitado a la dicha doña Ana el pueblo que dicho tiene en la pregunta antes desta e dando a ello e al dicho Juan de Cuéllar su segundo marido los dichos pueblos de Estapaluca e a Chimaluacan e este testigo a visto e vee que el dicho Juan de Cuéllar e su muger se syrben de los dichos pueblos llevando los tributos que suelen dar como de los dhos serviçios que los yndios hazen e lo demás qontenido en la pregunta no lo sabe. (fol. 13v°)

50Cet échange auquel procède Cortés pourrait s’expliquer différemment. D’après Juan de Salzedo les terres de Tlanalapan et Maçanacazco revenaient à doña Ana par sa mère (sœur de Moctezuma), donc étaient plutôt dans la sphère mexica. En les échangeant contre Iztapaluca et Chimalhuacan Cortés aurait replacé doña Ana dans la zone d’influence acolhua traditionnelle à proximité de Tezcoco et aurait récupéré (ou redistribué ?) celles de Tlanapan et Maçanacazco. Ce document de 1531 permet donc de documenter un usage peu attesté jusqu’à présent (et susceptible d’occidentalisation) : la femme préhispanique d’un seigneur pouvait arriver avec une dot en terre de ses parents, dont sa mère. Mais d’autres témoignages remettent un peu de flou dans l’attribution de ces terres :

vij. A la sétima pregunta dixo que lo que sabe desta pregunta es que este testigo vido que la dicha doña Ana estando casada con Pedro Gonçales de Trugillo su primer marido tenía e poseya los dichos pueblos de Tanalapa e Maçanacasco e se servían dellos marido e muger de los dichos pueblos e yndios que este testigo a oydo decir a algunos señores principales desta tierra que los dichos pueblos heran de la dicha doña Ana que abían sydo de su padre e madre e de sus antepasados e este testigo vido servirse al dicho Pedro Gonçales e doña Ana de los dichos pueblos por sus caciques e mayordomos que ellos tenían. (fol. 20r°)

Une quinzaine de villes

51La liste est en réalité plutôt impressionnante quand on commence à la détailler, car elle comporte plusieurs villes acolhua dont certaines importantes :

[…] de Tanalapa e Maçanacasco e de Tetizcaca e Çengulluca e Tepachpa e Estapalost e Tula e Guatlaçingo e Temimizco e Tapalabaya e Azapusco e Acayo°q e unas tierras [blanc] las tierras de Chipiltepeq con sus yndios e que de todos estos yndios pueblos e tierras la dicha doña Ana hera e fue señora e este t° vido que luego q l como sus padre e madre se los dieron los dichos pueblos e tierras servían e sirvieron a la dicha doña Ana en vida de los dichos sus padres/ (fol. 24r°)

  • 25 AGI, Mexico 203, n° 11, fol. 21r°.

52Don Fernando Cortés Ixtlilxochitl en énumère quatorze25.

53La difficulté est que la plupart de ces toponymes nahuas sont déformés et qu’il est donc très difficile de les identifier correctement, et donc de les situer ou localiser. En comparant les différentes listes dans le document on trouve a minima :

  • Tanalapa [Tlanallapan]

  • Maçanacasco

  • Tetizcaca ou Tetistaga [Tetliztacan]

  • Çengulluca [Zinguilucan]

  • Tepachpa [Tepechpan]

  • Estapalostoc [Tepetlaoztoc] ou Estapaluca [Iztapaluca]

  • Tula

  • Guatlaçingo [Cuauhtlantzinco]

  • Temimizco

  • Tapalabaya ou Atapapaguaya

  • Azapusco [Axapusco]

54Pour la localisation d’une partie d’entre elles nous renvoyons à la figure 2.

Fig. 2. Une partie des possessions de doña Ana

Fig. 2. Une partie des possessions de doña Ana

Carte de l’auteur, basée sur celle de Charles Gibson, « Structure of the Aztec Empire », HMAI, 1971, vol. 10, fig. 3.

  • 26 Son seigneur est représenté avec 13 autres dans la cour du palais de Tezcoco, dans la planche 2 de (...)
  • 27 Mappe Quinatzin, planche 2. C’est une façon habile pour le cacique de Tezcoco don Antonio Pimentel (...)
  • 28 « Todos los sobredichos pueblos estaban señalados e dedicados para el servicio de la casa de dicho (...)
  • 29 « V.M. me haga merçed, para que me pueda sustentar, y esta su çibdad de Tetzcuco tenga algún ser, s (...)
  • 30 Cf. M. OROZCO Y BERRA, Historia antigua…, 2, p. 201.

55On y reconnaît des villes importantes (Iztapaluca, Tzinquilocan, Tepechpan). Tepechpan était l’une des quatorze villes principales du royaume acolhua dirigé par Tezcoco26. Cuauhtlantzinco et Axapochco sont représentées vers 1541 dans la Mappe Quinatzin comme deux des huit villes tributaires dépourvues de seigneurs et assujetties à Tezcoco27. Iztapaluca et Tzinquilucan font partie de la liste des villes réservées au service du palais royal de Tezcoco à l’époque préhispanique28. Tzinquilocan fait partie des quatre villes dont le cacique de Tezcoco don Hernando Pimentel demande la restitution à Philippe II en 156229. Enfin Iztapaluca, Axapusco et Tetliztacan figurent dans la deuxième liste de villes tributaires de don Hernando Pimentel « Pueblos que solo iban a servir a Tetzcoco »30.

56Toutes ces villes ou terres sont censées appartenir à doña Ana :

ix. A la novena pregunta dixo que los hermanos de la dicha doña Ana an dicho a este testigo que la dicha doña Ana tiene las dichas tierras en términos de Tezcuco que dize que las obo de su padre segund los dichos sus hermanos an dicho a este testigo e lo demás en la pregunta e dixo que no la sabe […]. (fol. 13v°)

57De cette liste impressionnante, Juan de Cuéllar sait parfaitement qu’il ne pourra pas en récupérer la totalité. Par le biais de sa probanza, il réduit ses prétensions à deux villes acolhua présentées comme de taille réduite : Iztapaluca et Chimalhuacan.

[…] e que solamente los syrven los yndios de las dichas tierras de Chipiltepeq e vee dos pueblos que se dicen Estapaluca e Chimaluacan e que son dos pueblezuelos de poca gente los quales todos e sus estancias este testigo conoce e sabe muy bien(fol. 24r°)

  • 31 Son seigneur figure lui aussi dans la cour du palais de Tezcoco, planche 2. Cf. J. M. A. AUBIN, Mém (...)

58Mais ce ne sont pas des hameaux ou petits villages (pueblezuelos). Chimalhuacan fait partie dans la Mappe Quinatzin des 14 villes les plus importantes du royaume acolhua dont la capitale est Tezcoco31.

59Certains témoins présentent ces deux villes comme données par Cortés lors du mariage de Juan de Cuéllar avec doña Ana, en échange de deux autres villes plus lointaines :

[…] e que contratando el dicho casamiento el dicho marqués dixo al dicho Juan de Cuéllar que el dicho marqués dixo al dicho Juan de Cuéllar (sic) en presençia deste testigo que tomase para él e para la dicha doña Ana su muger los pueblos Chimaluacan y Estapaluca en recompensa de la parte que su muger tenía en los dichos pueblos de Tanalapâ e Maçanacasco e desta manera se concertaron e se hizo el dicho casamiento e los tomó e después aca los a tenido e poseydo e los tiene e posee [e] se a servido dellos e que sabe e vido que el dicho Juan de Cuéllar antes que se casase tenía e poseía el servicio de los pueblos que la pregunta dize e lo dexó quando se casó con la dicha doña Ana e agora no los tiene más de los que dicho tiene(fol. 15v°)

  • 32 Cf. Cortés, « Carta de donación en dote y arras de pueblos a doña Isabel Moctezuma, 20 juin1526 », (...)

60La pratique rappelle la distribution de villes, estancias et Indiens tributaires que Cortès fait en dot à doña Isabel Moctezuma en juin 152632. Mais ici il y a troc et non simple don.

61D’autres signalent que cet échange ne concernait pas que les possessions de doña Ana mais aussi les Indiens que Juan de Cuéllar avait en encomienda :

  • 33 (Nous grasseyons).

[…] e firmólo de su nombre e que los pueblos que el dicho Juan de Cuéllar e la dicha su muger agora poseen que el dicho marqués se los dio en recompensa de la parte de la dicha doña Ana su muger e de los yndios de dicho Juan de Cuéllar tenía que son los que en la pregunta ante[s] desta a lo que este testigo se halló presente e lo vido que ansy se concertó e que esta es la verdad so cargo de dicho juramento.33 (fol. 15v°)

62D’autres encore précisent que Cortés se serait servi un certain temps de Tlanalapan et Mazanacazco avant de les laisser à un autre colon espagnol, Diego de Ocampo :

[…] que quando el dicho marqués conçertó de casar a la dicha doña Ana con el dicho Juan de Cuéllar le quitó los dichos pueblos e vee que dende que dende (sic) en quatro o cinco años entonces en esta parte no se syrve dellos e el dicho marqués se syrvió dellos cierto tiempo e agora se syrve dellos Diego de Ocampo e que este testigo vee que el dicho Juan de Cuéllar e doña Ana su muger dende que se casaron se syrben de los dichos pueblos e Chimaluacan llevando los tributos e serviçios de los dichos pueblos […]. (fol. 17r°)

63Il reste cependant l’ombre d’un doute : il semblerait que Cortés ait attribué en repartimiento (encomienda non officielle) Iztapaluca et Chimalhuacan à Juan de Cuéllar avant février 1531 si l’on en croit certains témoins : « e que ha oydo decir a personas que no se acuerda que el dicho marqués dio al dicho Juan de Cuéllar le dio el pueblo que se dize Estapaluca e a Chimaluacan e lo demas qontenido en la pregunta dixo que no lo sabe. » (fol. 9v°).

64C’est sans doute pour parer à toute contestation possible que Juan de Cuéllar aurait incité ses témoins à insister également sur l’indianité indubitable de Chipiltepec et le service que ses indiens nobles assuraient :

ix. A la novena pregunta dixo que lo que sabe es que este testigo a visto a çiertos yndios principales de la dichas estancias e tierras de Chipitelpeq (sic) en casa de dicho Juan de Cuéllar e servirle en su casa e que el dicho Juan de Cuéllar dixo a este testigo que los dichos yndios le servían e que las dichas tierras heran de la dicha doña Ana su muger e no a visto ni oydo decir en las dichas tierras se aya servido ningund español syno la dha doña Ana que esta es la verdad e lo que deste fecho sabe vido e oyó decir […]. (fol. 19r°)

65De cette façon il pouvait, si sa demande de villes plus importantes n’aboutissait pas, réclamer Chipiltepec comme patrimoine de sa femme indienne.

Cortés et doña Ana

66On remarquera que l’interrogatoire du 16 février 1531 signale ou précise que c’est Cortés qui marie doña Ana avec Pedro Gonzalez dans un premier mariage (question 7), puis la remarie avec Juan de Cuéllar (question 8) lors d’un second mariage :

[…] e sy saben que al tiempo que el dicho marqués la casó con Pedro Gonçales su primer marido tenya e poseya los dichos pueblos […]. (fol. 3v°)

Viij. Ytem sy saben etc. que al tiempo que el marqués del Valle don Hernando Cortes casó a la dicha doña Ana con el dicho Juan de Cuéllar le quitó los dichos yndios de Tanalapa e los demás contenidos en la sétima pregunta […]. (fol. 3v°)

  • 34 Inca GARCILASO DE LA VEGA, Historia general del Perú, édition numérique, Lima : SGG, 2009, p. 543-5 (...)
  • 35 D’abord épouse de Cuauhtemoc, elle est mariée au contador Alonso de Grados, puis passe dans les bra (...)
  • 36 AGI, Mexico 203, n° 11, fol. 17r°.

67Cela donne l’impression que Cortés distribue les partis intéressants du Mexique Central, voire de la Nouvelle-Espagne. Pratique qui est attestée pour doña Isabel Moctezuma, dont on voit qu’elle n’est pas la seule femme indienne de haut rang à être mariée par Cortés. Pour le Pérou on connaît l’anecdote célèbre de la coya Beatriz, fille de l’Inca Huayna Capac, remariée contre son gré à un simple soldat lors de la reconquête du Pérou par le vice-roi La Gasca en 154834. On retrouve pour la Nouvelle-Espagne un équivalent avec les maris successifs de doña Isabel Moctezuma35. La probanza de Juan de Cuéllar vient confirmer une pratique que les historiens préfèrent souvent passer sous silence, car peu recommendable. Elle évoque la conscription des héritières sous Napoléon (qui avait fait lister les femmes nobles riches pour les marier à ses généraux). Non seulement Cortés redistribue les partis féminins, mais il redistribue aussi les encomiendas (qui ne portent pas leur nom). L’échange de Tlanalapan et Mazanacazco contre Iztapaluca et Chimalhuacan l’atteste36.

68Il reste cependant une pratique encore moins recommandable que la conscription des héritières indiennes : celle où Cortés semble repasser ses différentes conquêtes féminines à ses accolytes, sans que l’on sache très bien qui est gagnant dans l’affaire. Il existe en effet des rumeurs persistantes pour dire que Cortés aurait couché avec doña Ana de Tezcoco. Dans sa déposition dans le juicio de residencia contre Cortés, Francisco de Vargas indique :

  • 37 Ignacio LÓPEZ RAYÓN, Sumario de la residencia tomada a don Fernando Cortés, gobernador y capitán ge (...)

[…] e que después de ganada esta cibdad vido este testigo que Ystisuchil señor de Tezcuco dio al dicho D. Fernando a Doña Ana ques agora muger de Juan de Cuéllar, la qual a oydo dezir este testigo públicamente a muchas personas que la dicha Doña Ana e la dicha Doña Francisca son hermanas e fijas del dicho señor de Tezcuco e que lo a oydor dezir en especial al dicho Ystisuchil fijo del dicho señor de Tezcuco que las suso dichas son sus hermanas e a otros hermanos suyos e que oyó dezir a Maria la Lengua como el dicho D. Fernando se avia echado carnalmente con la dicha Doña Ana e que la avia avido doncella e questa es la verdad para el juramento que fizo37.

69Doña Marina, interprète et amante de Cortés, confirmerait donc que celui-ci aurait couché avec doña Ana encore jeune.

70Le mariage de Juan de Cuéllar n’est pas daté, mais un témoin tente une datation, manifestement jugée insuffisante puisque raturée :

[…] que quando el dicho marqués conçertó de casar a la dicha doña Ana con el dicho Juan de Cuéllar le quitó los dichos pueblos e vee que dende que dende (sic) en quatro o cinco años entonces restante no se syrve dellos e el dicho marqués se syrvió dellos cierto tiempo e agora se syrve dellos Diego de Ocampo […] (fol. 17r°)

  • 38 B. GRUNBERG, Dictionnaire…, p. 213. On signalera que l’auteur n’indique pas le mariage avec doña An (...)

71Quatre à cinq ans auparavant renverrait à 1526 ou 1527. Or Bernard Grunberg indique que Pedro Gonzalez de Trujillo serait mort pendu par Nuño de Guzmán en 152938. Nous laissons les spécialistes de Cortés trancher sur la date de cette possible aventure féminine.

Le réseau de Juan de Cuéllar

72En 1531 Juan de Cuéllar mobilise deux catégories de population encore peu mélangée et plutôt juxtaposées : les témoins espagnols pour attester de son engagement dans la conquête du Mexique, et les témoins indiens, venus corroborer son mariage avec doña Ana et les possessions qu’il est censé impliquer.

Réseau espagnol

73Sur quinze témoins de sa probanza Juan de Cuéllar fait intervenir onze Espagnols. La plupart d’entre eux sont des conquistadores, ce qui permet de mieux cerner leur âge et leur culture.

74On trouve des témoins ayant participé à l’expédition de Grijalva en 1518, d’autres à celle de Cortés en 1519 ou encore à celle de Narvaez en 1520. Certains ont parfois fait deux expéditions, tout comme Juan de Cuéllar.

  • 39 AGI, Mexico 203, n° 11, respectivement fol. 8r°-9v°, 10v°-12v°, 12v°-13v°, 14r°-15v°. On remarquera (...)
  • 40 AGI, Mexico 203, n° 11, fol. 11v° : « todo esto sabe est t° porque vino con el dicho marqués ». Il (...)
  • 41 D’après leurs propres déclarations.
  • 42 AGI, Mexico 203, n° 11, respectivement fol. 10v°-12v° ; 5v°-7r° ; 17r°-18r° ; 18r°-19r°.
  • 43 AGI, Mexico 203, n° 11, fol. 9v°-10v°. Il indique ni avoir participé à l’expédition de Cortés ni à (...)
  • 44 AGI, Mexico 203, n° 11, fol. 18v°.

75Juan de Cuéllar fait témoigner quatre membres de l’expédition de Grijalva : Gabriel Bohorques, Benito Bejel, Alonso Ortiz de Zúñiga et Juan de Salzedo39. Benito Bejel a également participé à l’expédition de Cortés et à celle des Hibueras40. Gabriel Bohorques, Alonso Ortiz de Zúñiga et Juan de Salzedo ont aussi participé à celle de Narváez41. L’expédition de Cortés rassemble quatre ou cinq témoins : Benito Bejel et Francisco de Vargas, Francisco Rodríguez et Juan Tirado42. Francisco Daza est beaucoup plus ambigu dans ses déclarations43. Juan Tirado est le seul à décrire une bataille rangée (celle de Nautlan)44. Seuls deux de ces témoins ont ensuite participé à l’expédition des Hibueras.

  • 45 AGI, Mexico 203, n° 11, respectivement fol. 8v°, 13r° et 14v°.
  • 46 AGI, Mexico 203, n° 11, respectivement fol. 15v°-17r° et 19v°-20v°.

76Pour l’expédition de Narváez on retrouve trois témoins de celle de Grijalva : Gabriel Bohorques, Alonso Ortiz de Zúñiga et Juan de Salzedo45. Seuls deux témoins sont arrivés au Mexique pour la première fois en 1520 avec Narváez : Pedro de Meneses et Tomás de Risoles46. Ce dernier présente la particularité d’être ensuite devenu nahuatlato c'est à dire interprète.

  • 47 AGI, Mexico 203, n° 11, respectivement fol. 12r°, 10v° (« fueron esste t° y el dicho Juan de Cuélla (...)
  • 48 AGI, Mexico 203, n° 11, fol. 11r°: « este t° vino con el dicho Juan de Grijalba »;  11v° « todo est (...)

77La dernière expédition de conquête, celle des Hibueras, rassemble seulement trois témoins sur les onze espagnols. Chacun présente une trajectoire différente : Benito Bejel est arrivé avec Grijalva, Francisco Daça avec Cortés et Tomás de Risoles avec Narváez47. On remarquera que sur les onze conquistadores témoins Benito Bejel est donc le seul témoin à avoir fait la même trajectoire que Juan de Cuéllar au moment de la conquête en participant aux expéditions de Grijalva, de Cortés et des Hibueras48.

  • 49 AGI, Mexico 203, n° 11, fol. 7r° : « no se acuerda sy vino con el el dicho Juan de Cuéllar. »
  • 50 AGI, Mexico 203, n° 11, fol. 7v°: « no se acuerda sy el dicho Juan de Cuéllar vino con el dicho mar (...)
  • 51 B. GRUNBERG, Dictionnaire…, p. 311.

78Il reste un dernier témoin espagnol, Cristóbal Martín de Gamboa. Sa déposition est plutôt étrange puisqu’il affirme avoir vu l'expédition de Grijalva mais ne se souvient pas si Juan de Cuéllar y était présent49. Il ne se souvient pas non plus si Juan de Cuéllar a participé à l’expédition de Cortés en 151950. Par contre il l’a bien vu batailler en Nouvelle-Espagne. On sait, grâce aux historiens, qu’il a bien pris part à l’expédition de 1518 et à celle de 1519, étant blessé contre les Tlaxcaltèques ou prenant part à l’arrestation de Moctezuma51. Il est curieux qu’il n'en dise pas plus, contrairement aux autres témoins.

79Il serait trop long de présenter les apports de la probanza pour chacun d’entre eux. Nous renvoyons aux travaux de Bernard Grunberg pour en juger.

Réseau indien noble

80En février 1531 Juan de Cuéllar est capable, de par son mariage avec une descendante directe de Nezahualpilli, de mobiliser comme témoins quatre Indiens nobles de Tezcoco ou des environs :

E después de lo suso dicho en la dicha ciudad este dicho día mes e año suso dho [21 février 1531] en presencia de mi el dicho Grabiel Ruyz scrivano el dicho Juan de Cuéllar presentó por testigos a don Hernando que por otro nombre se dize Ystesuche señor del pueblo de Tezcuco e a don Juan que por otro nombre se dize Ahuacucal principal del dicho pueblo de Tezcuco e a don Jusepe que por otro nombre se dize eScachicablalot / Señor de Quiautepeq e a don Diego que por otro nombre se dize Tuscaqueschal principal de dho pueblo de Tezcuco […]. (fol. 5)

  • 52 Peter GERHARD, Geografía histórica de la Nueva España 1519-1821, Mexico : UNAM, 1986, p. 317 et 318

81Parmi ces Indiens de haut rang on reconnaît don Fernando Cortés Ixtlilxochitl, allié de Cortés et cacique de Tezcoco récemment élu. Les autres noms sont plus difficiles à identifier, mais figure le seigneur indien de Quiautepec. Il existe un Santiago Quiotepec, dans les environs de Teotitlan del Camino52, mais c’est sans doute la zone acolhua proche qui est concernée par la présence de ce cacique.

82Don Fernando Cortés Ixtlilxochitl peut ainsi témoigner avoir vu et entendu son père appeler doña Ana « fille » et elle l’appeler « père », témoignage direct d’un fait remontant au moins à 1515 et sans doute bien avant :

i. A la primera pregunta dixo que conosce a los en la pregunta qontenidos por vista e habla e que sabe que la dicha doña Ana es hija del señor que fue de Tezcuco Çagualpilçintle e por su hija es abida e tenida e vido que el dicho señor de Tezcuco llamaba hija e ella a el padre e por tal la tiene este testigo […]. (fol. 20v°)

83On épargne à ces témoins indiens les questions relatives à la conquête (questions 2 à 6), pour passer directement aux points concernant les terres.

84Don Fernando surtout apporte un éclairage enfin plus net sur le statut des terres mentionnées depuis le début de la probanza : il distingue celles données à sa sœur de celles utilisées actuellement (sauf Chipiltepec), signalant qu’Iztapaluca et Chimalhuacan ne lui appartenaient pas, ce qu’on pouvait supposer au vu de leur importance dans la hiérarchie du royaume acolhua :

[…] e agora vee que no se syrve dellos e que se syrve de las dichas tierras de Chipiltepeq las quales obo e le dieron sus padres juntamte con los dichos pueblos e vee que la dicha doña Ana e Juan de Cuéllar su marido se syrven de los pueblos de Estapaluca e Chimaluacan que no heran de la dicha doña Ana. (fol. 21r°)

Coutume préhispanique

85Don Fernando Cortés Ixtlilxochitl précise aussi une coutume préhispanique attestée par le Codex Xolotl :

  • 53 (Nous grasseyons).

[…] que todos estos pueblos heran de la dicha doña Ana e las tierras de Chipiltepeq que al presente se sirbe dellas son de la dicha doña Ana e se syrve de las dichas tierras e que los dichos pueblos que el dicho tiene heran de la dicha doña Ana e syendo niña se los dieron sus padres de la dicha doña Ana e la servían los dichos pueblos siendo niña dándole los tributos e serviçios que solían dar e que siendo casada con Pedro Gonçales de Trugillo su primer marido la sirvieron todos los dichos pueblos como casa de la dicha doña Ana e este testigo vido que los dichos sus padres se los dieron syendo niña para que los tuviese por suyos e agora vee que no se syrve dellos e que se syrve de las dichas tierras de Chipiltepeq las quales obo e le dieron sus padres juntamente con los dichos pueblos e vee que la dicha doña Ana e Juan de Cuéllar su marido se syrven de los pueblos de Estapaluca e Chimaluacan que no heran de la dicha doña Ana.53 (fol. 21r°)

  • 54 On ignore l’âge exact de doña Ana, mais le fait qu’elle ait été épousée par un conquistador signale (...)
  • 55 Charle E. DIBBLE, Códice Xólotl, Mexico : unam, 1980, p. 78. Cf. F. de ALVA IXTLILXÓCHITL, op. cit.(...)

86Son témoignage confirme, pour une date proche de la conquête espagnole54 une coutume attestée au début du XVe siècle pour Ixtlilxochitl, futur souverain de Tezcoco. Il apparaît représenté sur la planche 5 du Codex Xolotl comme un enfant en bas âge (en train de téter sa nourrice) avec une accolade qui indique les différents lieux qui lui sont attribués en « dauphiné ». Les seigneurs de ces villes sont représentés sans trône, avec un bâton à fouir qui indique leur sujétion et le paiement d'un tribut55. Ils sont au moins six ou sept ainsi représentés. Juan de Cuéllar fait témoigner le demi-frère ou frère de sa femme, pour attester que d’autres lieux (moins importants) lui étaient attribués depuis son enfance, donc qu’ils lui reviennent de par la coutume préhispanique, malgré le chaos de la conquête et les changements imposés par Cortés « libérateur » des Indiens opprimés par l’empire aztèque. C’est tout l'intérêt, et toute l’ambiguité, de la probanza de Juan de Cuéllar de 1531.

Après 1531

87Il est difficile de déterminer la suite de la carrière coloniale de ce Juan de Cuéllar à cause de l’existence d’au moins un homonyme, si ce n’est deux, tous deux pères d’au moins cinq enfants.

88Il semblerait cependant que la probanza ait porté quelques fruits puisque Juan de Cuéllar aurait obtenu l’encomienda d’Iztapaluca, l’une des deux villes qu’il réclame en 1531. On trouve mention d’un Juan de Cuéllar encomendero d’Iztapaluca dans deux procès d’Indiens idolâtres en mars et mai 1537. En mars 1537 il figure dans le procès de Martin Ocelotl :

  • 56 Procesos de indios idólatras y hechiceros, Mexico : AGN, 2002 [1912], p. 41.

En México, veinte días del mes de Marzo de mill e quinientos e treinta e siete años, en audiencia de Inquisición, ante el Reverendísimo Señor Don Fray Joan de Zumárraga, Obispo de México, e Inquisidor, y en presencia de mí, Antonio de Zárate, Comisario de secuestro del dicho Santo Oficio, Don Pedro, cacique de Estapaluca, que está encomendado a Cuéllar, declaró que […].56

89En mai 1537 il apparaît comme encomendero d’Iztapaluca dans le témoignage d’un Indien noble :

  • 57 AGI, Justicia 128, fol. 59r°. « Don Pedro cacique de Tezcoco contra don Juan de Tequecistlan, 1537  (...)

El dho don Hernd° y en nonbre de yndio Tlacaltel natural del pueblo de Estapaluca q tiene [en] encomyenda Juan de Quellar testigo presentado sobre la dha razon aviendo jurado segun derecho dixo e depuso lo siguiente.57

  • 58 La fille d’un autre Juan de Cuéllar conquistador, par l’intermédiaire de son mari Cristóbal Pérez, (...)
  • 59 AGI, Mexico 203, n° 11, fol. 24r°.

90On pourrait se demander s’il ne s’agit pas d’un Juan de Cuéllar homonyme, mais la probanza de 1560 certifie (peut-être de façon intéressée) que cet autre Juan de Cuéllar n’a jamais eu d’encomienda58. Surtout, dans la probanza de 1531 Juan de Cuéllar demande officiellement deux villes acolhuas, dont Iztapaluca59.

  • 60 AGN, Mercedes, vol. 1, exp. 166, 71 colonial, fol. 78v°.
  • 61 Peter GERHARD, Síntesis e Índice de los Mandamientos Virreinales 1548-1553, Mexico : UNAM, 1992, n° (...)

91En juin 1542 le vice-roi Antonio de Mendoza envoie un Juan de Cuéllar Verdugo enquêter à la demande des Indiens de Xiquipilco sur les ravages que les troupeaux du trésorier Alonso de Mérida causent à leurs champs60. Il est beaucoup plus difficile de savoir s’il s’agit toujours de l’auteur de la probanza de 1531. De même le Juan de Cuéllar Verdugo corregidor avant mars 155061 n’est pas forcément celui de 1531.

  • 62 AGI, Mexico, 207, n° 7 et AGN, Tierras, vol. 2680, exp. 17, fol. 1r°. Elle ne fait état dans sa dem (...)
  • 63 AGN, Tierras, vol. 2934, exp. 75, fol. 189.
  • 64 Bartolomé de Cuéllar présent à Ixtlahuaca en 1543 revendique posséder son estancia depuis seize ans (...)
  • 65 Le militaire don Juan de Cuéllar y Aranda indique être passé en Nouvelle-Espagne en 1609. AGI, Mexi (...)
  • 66 AGN, Indiferente Virreinal, caja 5403, exp. 21, fol. 1r°: « En la ciudad de Tezcuco el dho día siet (...)
  • 67 AGN, Mercedes, vol. 8, fol. 83v°: « Martín de Cuéllar hijo de Juan de Cuéllar quien nos hizo relaci (...)

92Du fait de l’existence de deux homonymes conquistadores, dont un faisant lui aussi partie des premiers conquistadores, il est impossible pour l’instant de savoir si les Cuéllar coloniaux présents au Mexique central (doña Isabel de Cuéllar en 1562 et 158062, doña Juana de Cuéllar en 164763, etc.) sont des descendants lointains du Juan de Cuéllar marié à doña Ana. En éliminant ceux qui ne peuvent être fils du Juan de Cuéllar de 153164 ou qui sont passés en Amérique après 153165, ceux qui sont présents en zone acolhua (don Alonso de Torres Cuéllar teniente de Alcalde Mayor d’Acolman en 1657)66, en particulier à Iztapaluca (Martín de Cuéllar en 1565)67, ont des chances de l’être puisque Juan de Cuéllar demandait Iztapaluca dès 1531.

  • 68 Selon qu’on parle de tous ses enfants en 1571, ou des cinq principaux survivants en 1574. « Juan de (...)
  • 69 AGI, Patronato, 79, N. 2, R. 3, fol. 1r° (1587) : « […] y a causa de que por muerte del dho su padr (...)

93Mais il y a un glissement curieux dans les archives, puisque le Martín de Cuéllar qui revendique Iztapaluca, se réclame d’un Juan de Cuéllar Verdugo, appartenant aux premiers conquistadores, marié à une Espagnole (Ana Ruiz de Berrio), père de cinq enfants ou plus68. Il est présenté comme ayant bénéficié jusqu’à sa mort de l’encomienda d’Iztapaluca, passée ensuite sous l’autorité de la Couronne69.

  • 70 AGI, Mexico, 203, n° 11, fol. 9v.
  • 71 AGI, Mexico, 97, R. 2, fol. 4r°.

94Les hasards de l’onomastique féminine de la première moitié du XVIe siècle font que les trois Juan de Cuéllar connus au Mexique central sont mariés à une Ana ou doña Ana : l’une est princesse de Tezcoco et doña70, l’autre simple fille de conquistador (Ana de Amaya)71, la troisième espagnole et doña (Ana Ruiz de Berrio).

  • 72 La question 2 de l’interrogatoire des témoins déposant en faveur de María de Cuéllar porte sur l’ar (...)

95On peut s’interroger sur ces étranges contradictions entre trois Juan de Cuéllar, deux pères de famille nombreuse mariés à une Espagnole, l’autre marié à une princesse indienne sans descendance déclarée en 1531. Celui marié à Ana de Amaya et père de María de Cuéllar peut-être écarté comme homonyme car on le présente comme arrivé avec Narvaez en 1520 et n’ayant jamais bénéficié d’une encomienda72; de plus sa femme est la seule Ana à ne pas bénéficier du titre de doña. Mais celui marié à Ana Ruiz de Berrio et père de Martín de Cuéllar, doña Isabel, doña Ana, doña Leonor et Cristóbal de Cuéllar pourrait être notre conquistador de 1531, remarié ensuite. Ce qui expliquerait l’étrange coïncidence entre deux Juan de Cuéllar, l’un réclamant Iztapaluca en encomienda en 1531, l’autre l’ayant obtenue. Il nous manque des données plus précises pour vérifier cette hypothèse.

Manuscrits

AGI, Justicia 128. Don Pedro cacique de Tezcoco contra don Juan de Tequecistlan, 1537.

AGI, Mexico 97, Ramo 2. Probanza de Cristóbal Pérez casado con María de Cuéllar hija de Juan de Cuéllar, 1563.

AGI, Mexico 203, n° 11. Informaciones de Juan de Cuéllar, 1531.

AGI, Mexico, 207, n° 7. Informaciones de Isabel de Cuéllar, 1562.

AGI, Mexico, 234, n° 21. Informaciones de Juan de Cuéllar y Aranda, 1619.

AGI, Patronato, 71, R. 16. Relación de méritos y servicios de Juan de Cuéllar, Nueva España, 1571.

AGI, Patronato, 79, N. 2, R. 3. Relación de méritos y servicios de Juan de Cuéllar Verdugo, Nueva España, 1587.

AGN, Indiferente Virreinal, caja 5403, exp. 21. Lo que cobró el alcalde mayor de la ciudad de Tezcoco el año de 1657.

AGN, Mercedes, vol. 1, exp. 166, fol. 78v°. A pedimiento de los yndios de Xiquipilco sobre la estancia del tesorero Mérica para que Juan de Cuéllar lo vea e haga relación, 20 juin 1542.

AGN Mercedes vol. 2, exp. 398, fol. 166r°. Merced a Francisco de Valdenebro y Bartolmé Cuéllar de una estancia sin perjuicio, 24 septembre 1543.

AGN, Mercedes, vol. 8, fol. 83v°. Para que se midan las tierras de Martín de Cuéllar y Amador de Angulo conforme a sus títulos, 6 août 1565.

AGN, Tierras, vol. 2680, exp. 17. Pedro Martínez pide se le haga merced de un sitio de estancia para ganado mayor en términos del pueblo de Amatepec, 1580.

AGN, Tierras, vol. 2934, exp. 75. Real provisión de ruego y encargo de pedimento de doña Juana de Cuellar, 2 octobre 1647.

Ouvrages publiés

ALVA IXTLILXOCHITL, Fernando de, Obras históricas, Mexico : UNAM, 1975-1977.

Codex Xolotl cf. Dibble.

AUBIN, Joseph Marius Alexis, Mémoires sur la peinture didactique et l’écriture figurative des anciens Mexicains, Paris : Imprimerie nationale, 1885.

DE JONGHE, Edouard, « Histoyre du Méchique, manuscrit français inédit du XVIe siècle » Journal de la Société des Américanistes, 2 (1), 1905, p. 1-41.

DELAMARRE, Catherine et Sallard, Bertrand, La femme au temps des conquistadores, Paris : Stock/Pernoud, 1992.

DÍAZ DEL CASTILLO, Bernal, Historia verdadera de la conquista de la Nueva España (1632), Madrid : Historia 16, 1984.

DIBBLE, Charles E., Códice Xolotl, Mexico : UNAM, 1980.

DOUGLAS, Eduardo de J., In the Palace of Nezahualcoyotl. Painting Manuscripts, Writing the Pre-hispanic Past in Early Colonial Period Tetzcoco, Mexico, Austin : University of Texas Press, 2010.

GERHARD, Peter, Geografía histórica de la Nueva España 1519-1821, Mexico : UNAM, 1986.

, Síntesis e Índice de los Mandamientos Virreinales 1548-1553, Mexico : UNAM, 1992.

GRUNBERG, Bernard, Dictionnaire des Conquistadores de Mexico, Paris : L’Harmattan, 2001.

HERNÁNDEZ, Francisco, Antigüedades de Nueva España, Madrid, Historia 16, 1987.

Hystoyre du Mechique. cf. De Jonghe.

LÓPEZ RAYÓN, Ignacio, Sumario de la residencia tomada a don Fernando Cortés, gobernador y capitán general de la Nueva España, Mexico : García Torres, 1852-1853, 2 vols, 457+509 p.

Mappe Quinatzin cf. Aubin

Mappe Tlotzin cf. Aubin

MARTÍNEZ, José Luis, Documentos cortesianos, Mexico : UNAM, Fondo de Cultura Económica, 1991.

MARTÍNEZ BARACS, Rodrigo, « Imágenes de doña Isabel Moctezuma, Tecuichpo », in : Constanza VEGA SOSA (coord.), Códices y Documentos sobre México. Tercer Simposio Internacional, Mexico : INAH, 2000, p. 197-225.

MARTÍNEZ MARTÍNEZ, María del Carmen, Veracruz 1519. Los hombres de Cortés, León : Universidad de León, Conaculta, INAH, 2013.

MOTOLINIA, fray Toribio de Benavente, Memoriales o libro de las cosas de la Nueva España y de los naturales de ella, Edmundo O’GORMAN (ed.), Mexico : UNAM, 1971.

, Memoriales, Nancy Joe DYER (ed.), Mexico : El Colegio de México, 1996.

OROZCO Y BERRA, Manuel, Historia antigua y de la conquista de México, Mexico : Tipografía de Gonzalo A. Esteva, 1880.

PEÑAFIEL, Antonio, Manuscritos de Texcoco, Mexico : Editorial Innovación, 1979.

PÉREZ-ROCHA, Emma et TENA, Rafael, La nobleza indígena del centro de México después de la conquista, Mexico : INAH, 2000.

Procesos de indios idólatras y hechiceros (1912), Mexico : AGN, 2002.

RODRÍGUEZ FREYLE, Juan, El Carnero, Sucre : Biblioteca Ayacucho (colección Clásicos n° 66), 1979.

TORQUEMADA, fray Juan de, Monarquía Indiana, Mexico : UNAM, 1975-1983. 7 vol.

Haut de page

Notes

1 Archivo General de Indias (dorénavant AGI), Mexico 203, n° 11. Le terme probanza apparaît sur la page de titre avec une paléographie de 1531 (contrairement au résumé qui date manifestement du XIXe siècle). Faute de terme équivalent dans la langue française et pour éviter de longues approximations nous utiliserons le terme espagnol, bien plus court. Notre article étant centré sur cette probanza, la plupart des citations correspondent à ce document. Seuls les manuscrits autres seront référencés en note.

2 Archivo General de Indias (dorénavant AGI), Mexico 203, n° 11. Le terme probanza apparaît sur la page de titre avec une paléographie de 1531 (contrairement au résumé qui date manifestement du XIXe siècle). Faute de terme équivalent dans la langue française et pour éviter de longues approximations nous utiliserons le terme espagnol, bien plus court. Notre article étant centré sur cette probanza, la plupart des citations correspondent à ce document. Seuls les manuscrits autres seront référencés en note.

3 Bernal DÍAZ DEL CASTILLO, Historia verdadera de la conquista de la Nueva España, 2 t., Madrid : Historia 16, 1984, 1, chap. 1, p. 66 : « […] nuevamente ganada la isla de Cuba, y que estaba en ella por gobernador un hidalgo que se decía Diego Velázquez, natural de Cuéllar. »

4 Critères de transcription : les abréviations ont été développées ; les accents ont été rétablis; les majuscules ont été ajoutées pour la plupart des noms propres et noms de lieux. Le changement de page est indiqué par un slash (/).

5 AGI, Mexico, 97, R. 2.

6 (Nous grasseyons).

7 À moins qu’il ne s'agisse du « Juan de » à la signature incomplète (n° 51) juste après Juan de Cervantés. Cf. María del Carmen MARTÍNEZ MARTÍNEZ, Veracruz 1519. Los hombres de Cortés, León : Universidad de León, Conaculta, INAH, 2013.

8 Bernard GRUNBERG, Dictionnaire des Conquistadores de Mexico, Paris : L’Harmattan, 2001, p. 535. Le récit qu’il produit en 1531 permet de compléter celui concernant ses propres exploits.

9 B. DÍAZ DEL CASTILLO, Historia verdadera…, 2, chap. 152, p. 82.

10 (Nous grasseyons).

11 « Carta colectiva de los franciscanos de México al emperador, 1 de septiembre de 1526 », in : Fray Toribio de Benavente MOTOLINIA, Memoriales, Mexico : UNAM, 1971, documento VII, p. 429.

12 Antonio PEÑAFIEL, Manuscritos de Texcoco, Mexico : Editorial Innovación, 1979, p. 3-4.

13 Les premières indications de l’existence d’une Triple Alliance sous la plume de chroniqueurs se trouvent dans fray Andrés de Olmos à qui on est en droit d’attribuer l’original espagnol de l’Histoyre du Mechique, et fray Toribio de Benavente Motolinía vers 1541. Olmos mentionne l’alliance privilégiée entre Tezcocans et Tenochcas. C’est même le titre de son chapitre 4 : « Du pacte que firent les Otomis avec ceux de Mechique… » Il signale l’existence d’une alliance politique « Et ainsi que quelcungs du pais prochain adulteroynt avec elles, les Mechiquiens faicte la Alliance avecques ceux de Tezcuq, leur feirent la guerre », Édouard DE JONGHE, « Histoyre du Mechique », Journal de la Société des Américanistes, 2 (1), p. 17-18. Ce n’est pas encore la Triple Alliance mais c’est déjà la reconnaissance politique de deux de ses principaux fondateurs. C’est Motolinía qui officialisera dans ses enquêtes vers 1541 l’importance de Tlacopan et parlera de trois capitales alliées : « El tributo de esos treynta y tres pueblos se recogía por los mayordomos de los tres señores principales desta tierra, que aquí están pintados por horden. México y Tezcuco partían ygualmente; él de Tlacopan llevaua la metad… » in : Fray Toribio de Benavente MOTOLINÍA, Memoriales, Nancy Joe DYER (ed.), Mexico : El Colegio de México, 1996, p. 559. On retrouve cette idée dans ses lettres, dont celle du 27 août 1554 où il parle de « tres señores universales », « Carta parecer de fray Toribio Motolinia y de fray Diego de Olarte a don Luis de Velasco el primero, Cholula 27 août 1554 », in : Fray Toribio de Benavente MOTOLINÍA, Memoriales, Edmundo O’GORMAN (ed.), 1971, documento XXXI, p. 468.

14 Cf. Joseph Marius Alexis AUBIN, Mémoires sur la peinture didactique et l'écriture figurative des anciens Mexicains, Paris : Imprimerie nationale, 1885, p. 86. Cf. Eduardo de J. DOUGLAS, In the Palace of Nezahualcoyotl, Austin : University of Texas Press, 2010, p. 82 et 147.

15 Cf. J. M. A. AUBIN, Mémoires sur la peinture didactique…, p. 67. Cf. E. de J. DOUGLAS, In the Palace of Nezahualcoyotl, p. 117.

16 Fray Toribio de Benavente MOTOLINÍA, Memoriales, 1996, p. 442: « Ambos a dos fueron muy valerosos señores y tuvieron cada uno de ellos muchas mugeres de la quales se afirma que cada uno tuvo cada çien hijos e otras tantas hijas, o muy pocas menos; e oy día son bibos muchos hijos del uno y nietos del otro ». Cette version rédigée vers 1541 est sans doute la plus crédible.

17 Fernando de ALVA IXTLILXÓCHITL, Obras históricas, Mexico : unam, 1975-1977, 2, Historia Chichimeca, chap. 75p. 188.

18 Francisco HERNÁNDEZ, Antigüedades de Nueva España, Madrid : Historia 16, 1987, p. 135 : « Tuvo cuatrocientas concubinas, de las cuales, según he oido, recibió trescientos cincuenta y cinco hijos ».

19 F. de ALVA IXTLILXÓCHITL, op. cit., 1975-1977, 1, p. 408 (RS) et p. 450 (Comp.) : « En los once hijos legítimos referidos atrás se acaba el tronco verdadero y por línea recta de los señores naturales de esta tierra »; cf. Fray Juan de TORQUEMADA, Monarquía Indiana, Mexico : UNAM, 1975-1983, 1, Livre 2, chap. 62, p. 255.

20 Alva Ixtlilxóchitl nomme quatre femmes sur les onze enfants, mais en utilisant leurs noms indiens sans donner leur nom chrétien : Tiyacapantzin, Tlacoyehuatzin, Toyecuitzin, Xocotzin. On regrettera que la Probanza de Juan de Cuéllar ne donne jamais le nom traditionnel de l’épouse de Juan de Cuéllar. Cf. F. de ALVA IXTLILXÓCHITL, op. cit., 1975-1977, 1, (Comp.), p. 449-450 : « En los once hijos legítimos referidos atrás se acaba el tronco verdadero y por línea recta de los señores naturales de esta tierra »; cf. Fray Juan de TORQUEMADA, op. cit., 1, Livre. 2, chap. 62, p. 255.

21 Inca GARCILASO DE LA VEGA, Comentarios reales, Sucre : Biblioteca Ayacucho, 1, 1976, prólogo de Aurelio MIRO QUESADA, p. XII.

22 « e que si no fuera su hija cree este testigo quel dicho Alonso de Grado no se casara con la dicha doña Isabel », Bernardino Vázquez de Tapia, 15 avril 1529, in : José Luis Martínez, Documentos cortesianos, Mexico : UNAM, Fondo de Cultura Económica, 1991, 2, p. 44 (n°93).

23 B. GRUNBERG, Dictionnaire…, p. 213.

24 Juan RODRÍGUEZ FREYLE, El Carnero, Sucre : Biblioteca Ayacucho (Clásicos n° 66), 1979, chap. 6, p. 56 : « Fue casado con la Palla, india del Perú, tuvo hijos; murió en el año de mil quinientos ochenta y cinco ».

25 AGI, Mexico 203, n° 11, fol. 21r°.

26 Son seigneur est représenté avec 13 autres dans la cour du palais de Tezcoco, dans la planche 2 de la Mappe Quinatzin. Cf. J. M. A. AUBIN, Mémoires sur la peinture didactique…, p. 90. Cf. E. de J. DOUGLAS, In the Palace of Nezahualcoyotl, p. 75.

27 Mappe Quinatzin, planche 2. C’est une façon habile pour le cacique de Tezcoco don Antonio Pimentel de rappeler la grandeur passée de sa ville. Cf. J. M. A. AUBIN, Mémoires sur la peinture didactique…, p. 91. Cf. E. de J. DOUGLAS, In the Palace of Nezahualcoyotl, p. 70-73.

28 « Todos los sobredichos pueblos estaban señalados e dedicados para el servicio de la casa de dicho señor. » don Hernando Pimentel en liste 9. Cf. Manuel OROZCO Y BERRA, Historia antigua y de la conquista de México, Mexico : tipografía de Gonzalo A. Esteva, 1880, 2, p. 202.

29 « V.M. me haga merçed, para que me pueda sustentar, y esta su çibdad de Tetzcuco tenga algún ser, son quatro pobleçuelos que eran sus subgetos: el uno se dize Tziuinquillucan, el otro Couatepec, el otro Quauhtlalli Temomozco y el otro es Apan; y no es esto de treynta partes la una de lo que se me a quitado, y pretendo se me haga justicia destos pueblos » cf. Emma PÉREZ-ROCHA et Rafael TENA, La nobleza indígena del centro de México después de la conquista, Mexico : INAH, 2000, p. 257. Lui aussi les présente comme « pobleçuelos ».

30 Cf. M. OROZCO Y BERRA, Historia antigua…, 2, p. 201.

31 Son seigneur figure lui aussi dans la cour du palais de Tezcoco, planche 2. Cf. J. M. A. AUBIN, Mémoires sur la peinture didactique…, p. 90. Cf. E. de J. DOUGLAS, In the Palace of Nezahualcoyotl, p. 75. Ainsi on semble échanger une ville importante (Tepechpan) pour une autre (Chimalhuacan), toutes deux faisant partie des quatorze villes principales du royaume de Tezcoco. Mais Chimalhuacan est à proximité immédiate d’Iztapaluca, contrairement à Tepechpan.

32 Cf. Cortés, « Carta de donación en dote y arras de pueblos a doña Isabel Moctezuma, 20 juin1526 », in : Codex Chimalpahin, libro 1, [BSMS 374(1), ex bibliothèque de Cambridge], fol. [397]r: Cortés y donne en dot les villes ou estancias de Atacuba (120 casas), Yetebeque (40 casas), Yzquiluca (120 casas), estancia non nommée (20 casas), Chunalpan et estancia (40 casas). Chapulmaloyan (40 casas), Ascapulçatongo (20 casas), Xiloçingo (40 casas), Cocoyaque, Tacala pour un total de 1 240 maisonnées.

33 (Nous grasseyons).

34 Inca GARCILASO DE LA VEGA, Historia general del Perú, édition numérique, Lima : SGG, 2009, p. 543-544. Cf. Catherine DELAMARRE et Bertrand SALLARD, La femme au temps des conquistadores, Paris : Stock/Pernoud, 1992, p. 277.

35 D’abord épouse de Cuauhtemoc, elle est mariée au contador Alonso de Grados, puis passe dans les bras de Cortés, qui la marie en 1528 à Pedro Gallego de Andrada. À sa mort elle se remarie avec Juan Cano en 1531. Cf. Rodrigo MARTÍNEZ BARACS, « Imágenes de doña Isabel Moctezuma, Tecuichpo », in : Constanza Vega Sosa (coord.), Códices y Documentos sobre México. Tercer Simposio Internacional, Mexico : INAH, 2000, p. 219.

36 AGI, Mexico 203, n° 11, fol. 17r°.

37 Ignacio LÓPEZ RAYÓN, Sumario de la residencia tomada a don Fernando Cortés, gobernador y capitán general de la Nueva España, Mexico : García Torres, 1852-1853, 2, p. 307 (nous remercions Bernard Grunberg pour cette information).

38 B. GRUNBERG, Dictionnaire…, p. 213. On signalera que l’auteur n’indique pas le mariage avec doña Ana ni la possession de Tanalapan et Mazanacazco.

39 AGI, Mexico 203, n° 11, respectivement fol. 8r°-9v°, 10v°-12v°, 12v°-13v°, 14r°-15v°. On remarquera que ces déclarations se suivent et forment un bloc logique.

40 AGI, Mexico 203, n° 11, fol. 11v° : « todo esto sabe est t° porque vino con el dicho marqués ». Il est présent dès avril 1519 à Veracruz. Cf. M. del Carmen MARTÍNEZ MARTÍNEZ, Veracruz 1519…, p. 165.

41 D’après leurs propres déclarations.

42 AGI, Mexico 203, n° 11, respectivement fol. 10v°-12v° ; 5v°-7r° ; 17r°-18r° ; 18r°-19r°.

43 AGI, Mexico 203, n° 11, fol. 9v°-10v°. Il indique ni avoir participé à l’expédition de Cortés ni à celle de Narváez. Il est sans doute arrivé ensuite en 1521. Par contre il est l’un des rares à avoir participé à l’expédition aux Hibueras. On trouve peu de données le concernant. Cf. B. GRUNBERG, Dictionnaire…, p. 143.

44 AGI, Mexico 203, n° 11, fol. 18v°.

45 AGI, Mexico 203, n° 11, respectivement fol. 8v°, 13r° et 14v°.

46 AGI, Mexico 203, n° 11, respectivement fol. 15v°-17r° et 19v°-20v°.

47 AGI, Mexico 203, n° 11, respectivement fol. 12r°, 10v° (« fueron esste t° y el dicho Juan de Cuéllar en companya a las Higueras ») et 20r°.

48 AGI, Mexico 203, n° 11, fol. 11r°: « este t° vino con el dicho Juan de Grijalba »;  11v° « todo esto sabe est t° porque vino con el dicho marqués »; 12r° « este t° vido q se le murieron en las dichas Higueras al dicho Juan de Cuéllar dos caballos. »

49 AGI, Mexico 203, n° 11, fol. 7r° : « no se acuerda sy vino con el el dicho Juan de Cuéllar. »

50 AGI, Mexico 203, n° 11, fol. 7v°: « no se acuerda sy el dicho Juan de Cuéllar vino con el dicho marqs don Herd° Cortes… »

51 B. GRUNBERG, Dictionnaire…, p. 311.

52 Peter GERHARD, Geografía histórica de la Nueva España 1519-1821, Mexico : UNAM, 1986, p. 317 et 318.

53 (Nous grasseyons).

54 On ignore l’âge exact de doña Ana, mais le fait qu’elle ait été épousée par un conquistador signale qu’elle était au moins nubile et pas encore stérile ce qui réduit le champ des possibilités.

55 Charle E. DIBBLE, Códice Xólotl, Mexico : unam, 1980, p. 78. Cf. F. de ALVA IXTLILXÓCHITL, op. cit., 1975-1977, 2, HC, chap. 13, p. 35.

56 Procesos de indios idólatras y hechiceros, Mexico : AGN, 2002 [1912], p. 41.

57 AGI, Justicia 128, fol. 59r°. « Don Pedro cacique de Tezcoco contra don Juan de Tequecistlan, 1537 ».

58 La fille d’un autre Juan de Cuéllar conquistador, par l’intermédiaire de son mari Cristóbal Pérez, prétend en octobre 1560 que son père n’a jamais eu d’encomienda : « 4. No se le encomendaron indios algunos e murió pobre e ansi lo quedaron cuatro hijas e un hijo que dexo sin que les quedsen haziendas ningunas. », AGI, Mexico 97, R. 2, fol. 4v°.

59 AGI, Mexico 203, n° 11, fol. 24r°.

60 AGN, Mercedes, vol. 1, exp. 166, 71 colonial, fol. 78v°.

61 Peter GERHARD, Síntesis e Índice de los Mandamientos Virreinales 1548-1553, Mexico : UNAM, 1992, n° 262 (26 mars 1550), p. 69 : « [Orden a los oficiales reales de que paguen a Juan de Cuéllar Verdugo su entretenimiento de $300 al año por ser uno de los primeros conquistadores, sólo descontándole el salario que recibía ($140 al año) como corregidor que fue de Tiçayuca.] ». On retrouve la même date et le même montant pour la même fonction, un peu plus loin, n° 2718, p. 653.

62 AGI, Mexico, 207, n° 7 et AGN, Tierras, vol. 2680, exp. 17, fol. 1r°. Elle ne fait état dans sa demande de février 1562 d’aucune filiation précise, par contre son fils aîné s’appelle Juan de Cuéllar et a récupéré l’encomienda de Chiautla.

63 AGN, Tierras, vol. 2934, exp. 75, fol. 189.

64 Bartolomé de Cuéllar présent à Ixtlahuaca en 1543 revendique posséder son estancia depuis seize ans, soit 1527 environ. Il ne peut donc être un descendant de Juan de Cuéllar. Cf. AGN Mercedes vol. 2, exp. 398, fol. 166r°.

65 Le militaire don Juan de Cuéllar y Aranda indique être passé en Nouvelle-Espagne en 1609. AGI, Mexico, 234, n. 21, fol. 1v°.

66 AGN, Indiferente Virreinal, caja 5403, exp. 21, fol. 1r°: « En la ciudad de Tezcuco el dho día siete de mayo del dho año el dho señor alcalde mayor cobró de don Alonso de Torres Cuéllar de Ynmuera teniente de alcalde mayor del pueblo de Oculma de esta jurisdiccion quatro pesos. »

67 AGN, Mercedes, vol. 8, fol. 83v°: « Martín de Cuéllar hijo de Juan de Cuéllar quien nos hizo relacion que en terminos de Yztapaluca se le hizo merced de cavalleria y media de tierra de tres que pidió… ».

68 Selon qu’on parle de tous ses enfants en 1571, ou des cinq principaux survivants en 1574. « Juan de Cuéllar su padre y de como fue casado y velado segun orden de la santa madre yglesia de Roma con Ana Ruiz de Berrio su madre y durante el matrim° entre ellos ovieron y procrearon por sus hijos legitimos al dho Min de Cuéllar y doña Ana doña Ysabel e doña Leonor de Berrio y Xpoval de Cuéllar y Catalina de Berrio y Maria de Santa Ana monja en el monasterio de Nra señora de la Concepcion desta ciudad y como el dho Juan de Cuéllar su padre fue uno de los primeros descubridores y conquistadores desta ciudad de Mexico y Nueva España. », AGI, Patronato, 71, R. 16, fol. 1r° (16 juillet 1571). Catalina et la religieuse Maria de Santa Ana disparaissent dans les autos et provisiones reales de décembre 1574 et janvier 1575 accordant une pension annuelle de 150 pesos par enfant.

69 AGI, Patronato, 79, N. 2, R. 3, fol. 1r° (1587) : « […] y a causa de que por muerte del dho su padre quedo vaco el pueblo y encomienda destapaluca y sus sujetos y se yncorpro en Vra corona Real mis partes quedaron y estan muy pobres y padezen necesidad segun mas largo consta y parece por estos recaudos […] » On retrouve la même donnée dans la demande de 1587, résumée : « Juan de Cuéllar fue uno de los conquistadores de Nueva España. Diéronsele por su vida los yndios de Estapaluca. Murió y dejo 5 hijos. Los yndios q tenía pusiéronse en la corona real. », AGI, Patronato, 79, R. 3, fol. 2r°.

70 AGI, Mexico, 203, n° 11, fol. 9v.

71 AGI, Mexico, 97, R. 2, fol. 4r°.

72 La question 2 de l’interrogatoire des témoins déposant en faveur de María de Cuéllar porte sur l’arrivée de Juan de Cuéllar en Nouvelle-Espagne avec Pánfilo de Narváez. AGI, Mexico, 97, R. 2, fol. 4r°.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Échange réalisé par Cortés lors du mariage de doña Ana avec Juan de Cuéllar, prenant Tlalanapan et Mazanacazco (non située) pour leur donner Chimalhuacan et Iztapaluca
Légende Carte de l’auteur, basée sur celle de Charles Gibson, « Structure of the Aztec Empire », HMAI, 1971, vol. 10, fig. 3.
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/26041/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Fig. 2. Une partie des possessions de doña Ana
Légende Carte de l’auteur, basée sur celle de Charles Gibson, « Structure of the Aztec Empire », HMAI, 1971, vol. 10, fig. 3.
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/26041/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 665k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Lesbre, « Juan de Cuéllar, un conquistador marié à une princesse tezcocane », e-Spania [En ligne], 25 | octobre 2016, mis en ligne le 01 octobre 2016, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://e-spania.revues.org/26041 ; DOI : 10.4000/e-spania.26041

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org