Navigation – Plan du site
Semblanzas y destinos de los conquistadores

Semblanzas y destinos de los conquistadores

Introduction
Louise Bénat-Tachot

Texte intégral

1L’idée de cette enquête est née de la conjonction de deux expositions majeures à Madrid et à Paris. En décembre 2014, une exposition internationale tout à fait imposante (dont les commissaires étaient Martín Almagro Gorbea (RAH) y Dª. Cristina Esteras Martín (INAH), en collaboration avec l’Institut National d’Anthropologie et Histoire de México) s’est ouverte à Madrid sur le conquérant Hernán Cortés : Itinerario de HernÁn CORTÉS. À Paris quelques mois plus tard, était présentée au Musée du quai Branly (un des conseillers scientifiques était notre collègue Bernard Lavallé) une exposition L’inca et le conquistador qui se centrait elle sur ces deux personnalités majeures de la conquête des Andes.

2Dans les deux cas ces expositions furent un succès, le catalogue fut vite épuisé, les médias ont beaucoup communiqué. La simultanéité et le succès étaient troublants.

3Les chercheurs qui ont répondu à notre invitation et qui se sont réunis à Paris sont tous des spécialistes reconnus sur le plan international de la conquête et ses acteurs. L’objectif de cette rencontre était d’observer la façon dont les conquérants lato sensu ont non seulement porté les armes mais ont dû ensuite trouver ou créer leur place dans des sociétés à la fois brisées et encore très vivantes. Pierre Chaunu dans la préface à une relation anonyme du Pérou en français écrivait : « quant aux 5 000 conquistadores, ces agents du grand désenclavement planétaire, ils sont presque tous morts ruinés, pour la satisfaction de ceux qui vinrent après, longtemps après ». C’est cette affirmation qui mérite qu’on s’y attarde : est-ce si sûr ?

4Les soldats conquérants ont connu des destins et des généalogies très différentes, Juan Cano épouse Isabel Moctezuma, fille du tlatoani, et il va œuvrer à récupérer le patrimoine de cette dernière, alors que Baltasar Dorantes de Carranza, fils de Andrés le capitaine compagnon de Cabeza de Vaca, dans sa pérégrination à travers les actuels États-Unis, semble plongé dans la mélancolie lorsqu’il déplore dans la Sumaria relación de las cosas de Nueva España

Las casas y familias que he podido descubrir, que en este año de 1604 hay de gente capaz para oficios y provisiones de Su Magestad, son 196 de conquistadores, en que hay 109 hijos, y yernos 65, y nietos 479, y de biznietos 85, que todos son 934 personas. Y a mí me maravilla mucho, que de 1326 conquistadores, poco más o menos, que fueron el tronco y principio destas generaciones y familias, no haya más número; y debiéronse de deshacer, como ya he dicho, desamparando lo ganado y yéndose a España y a otras provincias, sin los que murieron en la guerra, y otros se desaparecieron por agravios que algunos de los que por aquellos tiempos gobernaron les hacían, porque todo andaba suelto; y como a río vuelto ganancia de pescadores, quitando de los unos que merecían más gracia por los nuevos y mayores servicios, y dando a los otros que de nuevo venían con sus manos lavadas a comer de los sudores y frutos agenos…

5Il affirme que sur les 1 326 conquérants « tronco y principio » de la société coloniale, il ne reste que 196 conquérants, 174 de la deuxième génération, 479 de la troisième génération (bisnietos) soit un total de 934 personnes : en deux générations 600 conquérants à peu près ont « disparu »… Peu importe les chiffres, c’est le raisonnement qui compte et la description qu’il fait des mécanismes de disparition de cette force de frappe méritante. Ceux qui sont rentrés en Espagne, ceux qui sont morts à la guerre, ceux qui ont été victimes des luttes de factions, et qui se sont appauvris, victimes d’une injuste redistribution des mercedes au profit des nouveaux venus…

6Loann Berens (Université de Paris-Sorbonne), par ses travaux universitaires sur Juan de Betanzos, un chroniqueur difficile et toujours assez peu étudié sur le plan historiographique, a démontré ses qualités de jeune chercheur. C’est la région andine qui sera évoquée à travers deux figures mises en tension et qui profilent des itinéraires singuliers mais peut-être aussi paradigmatiques : « Juan de Betanzos et Francisco de Villacastín : deux conquérants dans la tourmente des guerres du Pérou (années 1530-1550) ».

7Bernard Grunberg est un chercheur très reconnu (Université de Champagne-Ardennes) dont l’ouvrage Dictionnaire des conquistadores de Mexico (2001) est un passage obligé et figure dans toutes les bibliographies sérieuses, tout comme ses autres ouvrages sur l’histoire de la conquête du Mexique, L’univers des conquistadors (1993), L’inquisition apostolique au Mexique (1998) : autant d’ouvrages qu’il faut recommander. Bernard Grunberg va s’attacher à une autre facette du destin des conquérants en étudiant le cas de Rodrigo Rengel qui est au carrefour de l’univers de la conquête et de l’inquisition apostolique… dimension assez méconnue pour cette toute première période de l’histoire coloniale, « Rodrigo Rengel ou le vieil homme indigne ».

8Patrick Lesbre (de l’Université de Toulouse le Mirail), est un des rares chercheurs nahuatlato français d’une indiscutable envergure. Outre son ouvrage d’hommage à Jacqueline de Durand-Forest qu’il a coordonné avec Marie-José Vabre (Le Mexique préhispanique et colonial, L’Harmattan, 2004), il est un expert de la culture texcocane, spécialiste des manuscrits pictographiques et des images coloniales comme le Codex Ixtlilxochitl, les cartes indigènes (la Mappe Quinatzin) et les chroniques coloniales de Nouvelle Espagne pour leurs liens avec les traditions orales. Les questions de la rencontre des cultures et des hommes sont au cœur de ses travaux, et c’est bien cette dimension qui sera mise en exergue à propos de Juan de Cuéllar : « Juan de Cuéllar, un conquistador marié à une princesse tezcocane ».

  • 1 María del Carmen Martínez Martínez, Cartas y memoriales Hernán Cortés, León : Université de León 20 (...)

9María del Carmen Martínez Martínez est une chercheuse réputée, spécialiste de Cortés1. Elle est aussi l’auteur de nombreux articles qui mettent à jour des découvertes faites en archives qui reconfigurent tout ce que nous pensions ou pensions savoir sur la famille Cortés et sur un chroniqueur comme López de Gómara (proche du cercle cortésien). Elle analyse ici les méandres juridiques complexes qu’affrontent les conquistadores : « Conquistadores en los tribunales : Francisco de Vargas vs. Hernán Cortés ».

10José Luis de Rojas, chercheur de l’Université Complutense de Madrid, est l’auteur de travaux sur les élites indigènes de Nouvelle Espagne (Cambiar para que nada cambie. La nobleza indígena en la Nueva España, Buenos Aires, Editorial SB, 2010) qui sont une référence incontournable. Il nous démontre ici de quelle façon les trajectoires de ces familles aristocratiques indigènes ont croisé les vies des conquérants par un jeu souvent complexe d’alliances (« Relaciones efímeras y redes permanentes: conquistadores e indígenas »). Grâce à cette étude riche et approfondie, on peut apprécier les stratégies de collaborations et leurs limites dans ce monde colonial en construction.

11L’ensemble de ces communications manifeste que les destins économiques et généalogiques de l’ensemble de cette horde de conquérants furent beaucoup plus complexes qu’une simple dilution ; leurs histoires et surtout leurs mémoires furent en tout état de cause au fondement de la construction coloniale, avec toutes ses contradictions, ses paradoxes et ses nostalgies. Nous vous souhaitons une bonne lecture.

Haut de page

Notes

1 María del Carmen Martínez Martínez, Cartas y memoriales Hernán Cortés, León : Université de León 2003; En nombre del hijo, Mexico : UNAM, 2006 et dernièrement, Veracruz 1519, los hombres de Cortés, León : Université de León/Conculta-INAH, 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louise Bénat-Tachot, « Semblanzas y destinos de los conquistadores », e-Spania [En ligne], 25 | octobre 2016, mis en ligne le 01 octobre 2016, consulté le 26 mars 2017. URL : http://e-spania.revues.org/26024

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org