Navigation – Plan du site
Les ports de la monarchie espagnole (II) : variété des modèles (XVIe-XVIIIe siècle)

Buenos Aires, port entre deux océans : mobilités, réseaux, stratifications (2e moitié du XVIIIe siècle)

Zacarías Moutoukias

Résumés

Cette étude explore les espaces sociaux d’un port disséminé, celui de Buenos Aires durant la deuxième moitié du XVIIIe siècle. Il cherche à mettre en évidence les interdépendances – propres à la globalisation archaïque – entre les territoires articulés à l’échelle globale et les dynamiques locales. Pour cela il analyse les relations interpersonnelles d’acteurs impliqués dans différentes sphères de l’activité du port. Mais à la différence des approches substantialistes, l’auteur se concentre sur les liens traversant en oblique les catégories de la minuscule société locale. Il essaye ainsi de montrer comment les mécanismes de la mobilité, les dynamiques des réseaux sociaux et les dispositifs de la stratification construisent l’espace des transactions d’un port. Afin d’atteindre ces objectifs, le texte croise deux types de sources : le matériel généré par les procès de saisie de contrebande (comisos) et une correspondance commerciale.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 AGI, Audiencia de Buenos Aires, liasse 591.
  • 2 AGI, Audiencia de Buenos Aires, liasse 212.

1En 1764, Francisco Ferreira, un boutiquier (pulpero) de Buenos Aires, essayait d’introduire 29 esclaves clandestinement importés depuis le Brésil, lorsqu’il est arrêté avec son contremaître, un ancien esclave affranchi. Ce dernier, originaire de Lisbonne, avait fait le voyage à Rio de Janeiro comme domestique du capitaine d’une frégate. Il s’est par la suite rendu à Colonia del Sacramento où il fut l’interprète d’un groupe d’esclaves avant de commencer à servir chez ledit boutiquier de Buenos Aires1. C’est à peu près à la même époque de l’arrestation de Ferreira, qu’Antonio Cardoso, un charpentier du Paraguay, migre de sa région vers le Rio de la Plata. Malgré son métier, indispensable à la vie du port et à la navigation fluviale, il s’engage d’abord dans un bataillon d’infanterie, mais il déserte en 1768 pour aller à Colonia del Sacramento. Revenu ensuite à Buenos Aires dans une embarcation pratiquant la contrebande, il subsiste de petites affaires entre Buenos Aires, les fermes (chacras) et les propriétés d’élevage (estancias) des environs, lorsque dans une de celles-ci, un « noir lui dit qu’il y a une embarcation de celles qui font la contrebande ». Il s’y engage pour 12 pesos par mois, un bon salaire2.

  • 3 AGI, Audiencia de Buenos Aires, liasse 211.

2Il ne s’agit que de deux petits exemples extraits des déclarations aux procès instruits à Buenos  Aires, suite aux saisies de contrebande (comisos) entre 1760 et 1777. Ces récits contiennent un flot interminable de fragments de vies faites d’expédients et de grande mobilité. Comme celle de l’asturien Andrés Garcia Prieto. Ses effets confisqués en 1771 ne suffisent même pas à entamer des poursuites et il déclare comme métier « passer la vie à écrire et conter ». Avant de s’installer au Brésil, dans le Minas Gerais, il avait été pulpero itinérant dans la campagne située entre Colonia del Sacramento et Montevideo. Après le décès de son épouse et le mariage de ses filles, il décide de revenir « aux royaumes de l’Espagne ». Avec 700 pesos en produits brésiliens et européens, il organise son voyage en compagnie d’un autre Espagnol, résident à Rio Grande do Sul mais originaire de Salta. Arrivé près de Colonia del Sacramento, il tente de passer à Buenos Aires à l’aide d’un Portugais de Porto, après avoir vendu une partie de ses modestes avoirs à un ami du Portugais, un autre pulpero itinérant originaire de Galice. Et c’est en essayant de passer à Buenos Aires qu’il est arrêté3.

  • 4 AGI, Audiencia de Buenos Aires, liasse 213.

3Les déclarations dans ces procès racontent donc les liens interpersonnels qui organisent les mobilités – avec les biais propres à la source, évidement. Elles montrent néanmoins, non seulement les mécanismes relationnels qui structurent l’espace à l’échelle de l’empire et – localement – de vastes lignes côtières articulées à l’activité portuaire de Buenos Aires, mais elles décèlent aussi l’enchaînent des interactions et des interdépendances à travers les groupes sociaux. En 1771 Pedro Antonio Naparra est arrêté, accusé d’avoir participé à la préparation d’un important embarquement de cuirs. Il s’agissait d’un charpentier né au Guipúzcoa, qui s’était installé à proximité d’un ruisseau sur des terres de la couronne où il habitait dans une cabane. D’habitude il exploitait la forêt proche. Mais, il avait effectivement prêté une charrette et assisté deux métayers des terres voisines – et qui l’aidaient fréquemment à préparer le bois – dans des opérations d’importation non autorisées. Ces derniers agissaient sur les ordres du colonel d’une garnison proche, le correspondant et compère d’un grand négociant de Buenos Aires4.

4On reviendra sur cette source de façon plus exhaustive. Pourtant, la contrebande n’est pas l’objet de cette étude. Ce matériel sera ici exploité parce qu’il documente les dynamiques sociales qui sous-tendent la vie d’un port. Ou plus précisément, les dynamiques sociales qui articulent, en même temps, la prééminence d’un groupe sur l’espace d’un port et les territoires des échanges à grande distance qui alimentent l’activité de ce port. L’analyse de ces mécanismes est le but de ce texte. Et pour essayer de l’atteindre, le matériel des procès sera croisé avec d’autres sources comme les correspondances marchandes.

  • 5 Catia Brilli, « Mercaderes genoveses en el Cádiz del siglo XVIII. Un ajuste plurisecular », in : An (...)
  • 6 Francesca TRIVELLATO, « Juifs de Livourne, Italiens de Lisbonne, hindous de Goa. Réseaux marchands (...)

5Pour l’instant, il me semble important de souligner l’intérêt de ces fragments de parcours décrits par les témoignages. Ils convergent sur un même espace d’activité économique parce qu’ils mobilisent des grappes de solidarités hétéroclites. Ces dernières, nous le verrons, renvoient à un univers social évidement diffèrent de l’image des sociétés de l’ancien régime hispanique structurés par des communautés segmentées : corps, communautés domestiques ou villageoises, diasporas… Dans la plupart des études qui analysent les circulations et les échanges à grande distance, ces derniers s’expliquent par le rôle des liens à l’intérieur de telles configurations segmentées, qui – tout en produisant leur cohésion – assurent également les indispensables mécanismes de confiance et de circulation de l’information. Des communautés marchandes, donc, structurées par des réseaux personnels, une sociabilité religieuse et les privilèges de l’institution consulaire : Italiens, Flamands, Anglais ou Français de Lisbonne, de Cadix, ou des villes hanséatiques… Des travaux sur les diasporas arméniennes ou sur les mécanismes qui reproduiraient, de l’autre côté de l’Atlantique, la cohésion née des lignages et des communautés villageoises des vallées navarraises, mènent à la même vision : celle des articulations territoriales résultant des valeurs partagées à l’intérieur du lien communautaire5. D’autres auteurs, dans le sillage de Trivellato, s’éloignent de ces approches et dirigent leur attention vers les échanges transculturels. L’historienne adopte une approche réticulaire pour montrer que « […] dans les années 1740, le réseau constitué de Séfarades européens, d’Italiens de Lisbonne et d’hindous de Goa, engagés dans le commerce du corail et du diamant, reposait sur des relations assez stables et anciennes pour servir de support à une grande variété de transactions… »6. Pourtant, les espaces culturels restent segmentés.

  • 7 Frederik BARTH, Process and form in social life, Londres : Routledge & Keagan Paul, 1981. Mark GRAN (...)
  • 8 Christopher Alan BAYLY, « ‘Archaic’ and ‘Modern’ Globalization en the Eurasian and African arena c.(...)

6En dépit des différences entre ces approches, ces auteurs partagent une vision substantialiste des frontières sociales et institutionnelles. Loin donc de la vision des anthropologues et sociologues qui les conçoivent comme une construction – une émergence – de l’interaction d’acteurs qui partagent un même espace relationnel7. Plus important pour les arguments de la présente étude, ces auteurs – retenus par leur image des configurations sociales – ne se posent pas de questions sur un aspect central dans le fonctionnement d’un port : les interdépendances entre l’articulation des territoires distants et les dispositifs de l’espace portuaire local. Et, comme on vient de le dire, ces interdépendances constituent la matière de ce texte. On essayera de montrer comment les mécanismes de la mobilité, les dynamiques des réseaux sociaux et les dispositifs de la stratification construisent l’espace des transactions d’un port. Ce sont les mécanismes micro de la globalisation archaïque8.

Le monde social d’un port disséminé

  • 9 AHN (M), Consejos 20.378, Autos Relativos al Navío “Nta Sra de la Luz”.

7Les saisies de contrebande décèlent une activité commerciale qui compose un emboîtement de trafics relativement primitifs. C’est l’articulation des courants mis en place dès la fin du XVIe siècle, et dont les circuits n’ont guère changé depuis lors : le commerce inter colonial avec les possessions portugaises en Afrique et, surtout, au Brésil ; la grande navigation atlantique ; les enchaînements plus ou moins complexes d’échanges qui relient cette activité portuaire avec les centres du Bas et du Haut Pérou et du Chili ; ces derniers ouvrant vers la navigation du Pacifique. Voici le navire portugais « Notre Dame de la Lumière », qui accoste vers la fin de la décennie de 1740, autour duquel se forment différentes compagnies où apparaissent six des principaux négociants de Buenos Aires. Dans le long procès qui suit, l’imputation des activités défendues se croise avec les réclamations pour dettes présentées par les héritiers de deux associés, trahissant ainsi l’ambiguïté de l’espace où les opérations se situent par rapport à une législation pour le moins contradictoire9.

  • 10 AGI, Audiencia de Buenos Aires, liasses 173, 193 et 201.

8À côté et avec ces grosses transactions, une multitude de trafics de toutes les dimensions se bousculent entre les deux rives du Rio de la Plata. C’est autant le produit du débarquement direct de cargaisons que des pratiques un peu plus complexes des marchands de Colonia del Sacramento. Par exemple, dans la boutique (pulpería) d’un certain Maza située en pleine ville de Buenos Aires, les autorités confisquent en 1761 quelques 200 pièces de différents tissus, chemises et d’autres vêtements, du fer et de la quincaillerie ainsi qu’un long et cetera, où le sucre et l’eau de vie ne manquent pas. Le tout vaudra 8 000 pesos aux enchères. Plus loin, vers le nord, dans une propriété longeant un ruisseau navigable en canot, c’est une prise bien plus modeste qui fait le piquet des soldats. Ils y trouvent une charrette chargée de d’eau de vie et de sucre du Brésil, dont la valeur ne dépasse pas les cent pesos. Toujours en 1761 et encore plus loin de Buenos Aires, sur la même ligne côtière mais déjà dans le delta du Paraná, un autre détachement s’empare d’une vingtaine d’esclaves retrouvés dans deux chaloupes, avec quelques tissus et les habituels sucres et eaux de vie ; le tout estimé à huit mille pesos10. Et des exemples similaires se produisent 40, 50 ou 60 fois par an, selon l’année, au moins pendant les trois décennies qui vont de 1750 à la fin des années 1770. Le tableau n°1 en donne le détail.

Tableau n°1 : Saisies de contrebande dans le Rio de la Plata 1760-1777

Années

Saisies

Par an

1760/63

159

53

1763/65

61

20

1766/68

85

28

1769/71

129

43

1772/74

63

21

1775/77

27

9

Source: AGI, liasses 167 à 173, 182, 184, 189 à 193, 197, 201 à 207, 211 à 213, 227, 392 à 409, 473 à 475.

  • 11 Pour les procès à Potosi, AHN (M), Consejos 20352, Legajo 12 de pleitos de Buenos  Aires n°11 ; le (...)
  • 12 AHN (M), Consejos 20.398.

9C’était la partie rudement prélevée par l’administration locale d’une activité qui se complétait par les mécanismes assurant l’arrivée des biens et des esclaves sur les marchés de l’intérieur. En 1757, le surintendant de l’Hôtel des Monnaies de Potosi et visiteur des Caisses royales, Ventura de Santelices – agissant en concertation avec le corregidor d’une localité proche – déclenche une série de procès pour introduction de marchandises arrivées par la voie du Rio de la Plata et donc prohibées. Parmi les inculpés à Potosi, se trouve le mandataire d’un commerçant de Séville, qui aurait reçu à Buenos Aires des lots consignés à son nom et provenant d’autres ports d’Europe. Les deux juges, corregidor et visiteur, mentionnent en particulier les activités d’un négociant de Buenos Aires nommé Carlos Valente qui entre 1748 et 1756 aurait envoyé par voie de terre de véritables « flottes » vers le Haut Pérou et le Chili et aurait dépensé 400 000 pesos (sic) en gratifications (?). En réalité, c’est tout un groupe de douze grands négociants de Buenos Aires qu’ils accusent. On y trouve aussi des officiers supérieurs de la garnison ainsi que le représentant du Consulat de Lima au Rio de la Plata, le juge de commerce et capitaine des milices Don Francisco Pérez Saravia. De Santa Fe à Lima, celui-ci a délivré des pouvoirs à des commissionnaires résidant dans les principales villes de cette route11. Ainsi, cette trame d’associés ou de complices organise des transactions à grande distance à l’intérieur de l’espace, tout en assurant l’articulation des rapports outre Atlantique. Ce double aspect apparaît encore plus clairement dans la perquisition ordonnée par le vice-roi de Buenos Aires en 1786. C’est une saisie de 170 esclaves arrivés à Montevideo, consignés au nom d’un certain Cantero, citadin (vecino) de Buenos Aires mais aussi capitaine des milices de Potosi. Ils étaient embarqués à Bahia, selon les termes d’une écriture faite à Cadix12.

  • 13 AGI, Audiencia de Buenos  Aires, liasse 182.
  • 14 AGI, Audiencia de Buenos Aires, liasse 53.

10Ces cas montrent donc Buenos Aires comme le pivot d’un vaste espace portuaire allant de Montevideo et Colonia à Santa Fe. Mais Buenos Aires n’était pas le seul point d’ancrage des réseaux marchands tendus à la fois vers l’intérieur et vers l’Atlantique. Jusqu’à la fin de la souveraineté portugaise sur Colonia del Sacramento, ses négociants contournent ceux de Buenos Aires en établissant directement des circuits concurrents. En 1762, le Trésorier des Finances de Santa Fe ordonne la détention d’un Portugais résident dans la ville, Juan Gonzalez de Setubal, dont la propriété servait d’embarcadère. Un hangar piteux et d’autres entrepôts succincts servaient à garder des embarcations, des cuirs, des esclaves et d’autres marchandises. Tandis qu’un petit monde d’une dizaine de pilotes du fleuve, contremaîtres et transporteurs de troupeaux ou de charrettes – dont une moitié d’origine portugaise et l’autre paraguayenne – assuraient les arrivées depuis Colonia et la réexpédition d’esclaves et marchandises vers Cordoba. Des hommes à tout faire – ouvriers et domestiques – les assistent : des noirs affranchis, des indiens et des esclaves13. Ailleurs, et quelques années plus tard, le patron d’une flottille de trois pataches pratiquant la course dans le « Rio » fait le récit de sa rencontre et engagement avec deux autres embarcations, chacune armée de six canons. Elle se trouvait à proximité d’une autre propriété rurale située à 200 km au sud de Santa Fe. C’était un des nombreux sites de rencontre, où des canots chargés de cuirs arrivaient pour ravitailler les embarcations de cabotage, dont on transférait, par ailleurs, le chargement vers les charrettes ou troupeaux qui repartaient en direction de l’intérieur14.

  • 15 AGI, Audiencia de Buenos Aires, liasse 188 ; AGN, Sala IX, 3-8-3 ; voir aussi « Discurso sobre el c (...)

11Quant à la navigation dans cet ensemble constitué par – du sud-ouest au nord-est – l’énorme estuaire qu’est le Rio de la Plata, le Delta du Paraná et une partie de ce fleuve jusqu’à Santa Fe, le bateau le plus mentionné durant la seconde moitié du XVIIIe siècle était une combinaison de goélette et de péniche particulièrement adaptée à cet univers fluvial, mais aussi capable de faire le cabotage jusqu’aux ports du Brésil situés le plus au sud. Pontées, avec fond plat et à bord un équipage de 15 à 20 personnes, ces embarcations de 50 à 70 tonnes étaient capables de transporter 50 et, plus exceptionnellement, 100 esclaves15. La plupart du temps elles étaient armées pour affronter leurs persécuteurs, des embarcations corsaires organisées ou autorisées par les autorités locales. L’essentiel des saisies indiquées dans le tableau n°1 a été le travail de ces dernières ainsi que de deux compagnies d’infanterie.

  • 16 Recopilación de las Leyes de los Reynos de Indias (1681), éd. fac simile, Madrid : Cultura Hispánic (...)
  • 17 AGI, Audiencia de Buenos Aires, liasse 53, Expediente n°184, carta del gobernador Vértiz, 23-XII-17 (...)

12Une vue rapide des ressources localement consacrées à la répression de la contrebande et des mécanismes de récompense des responsables, aide à mieux comprendre la signification de ces chiffres. Elle complète surtout la description des composantes d’un même espace social, souvent traversées par les mêmes acteurs, ainsi que celle des circulations qui articulent les différentes parties de l’espace portuaire. C’est en 1754, et sur l’initiative du gouverneur de Montevideo, que se met en place un premier dispositif de bateaux affectés à la course dans le complexe fluvial. Ensuite, leur efficacité amène Cevallos, gouverneur et capitaine général de toute la province, à améliorer le système. À partir de 1756 il y a eu en service de 6 à 10 embarcations corsaires : la « flotte » de Sa Majesté. Le cadre légal de la course est une série d’ordonnances datant de 167416. Ces bateaux avaient évidemment les mêmes caractéristiques que les pataches décrites. En plus de l’équipage sous les ordres d’un patron ou d’un quartier-maître, ils embarquaient un détachement d’une dizaine de soldats de garnison ainsi que de volontaires attirés par l’éventuelle distribution des prises, tous encadrés par un lieutenant. Par ailleurs, l’autorisation de pratiquer la course dans le fleuve était demandée ou offerte à des propriétaires indépendants. Ils agissaient avec le même détachement de quartier-maître, officier et troupe. À cela s’ajoutent, dans la juridiction de Buenos Aires, deux compagnies d’infanterie qui ont la compétence quasiment exclusive d’agir contre les trafics clandestins, bien que toutes les garnisons de la région aient en théorie l’obligation de le faire. Ils interviennent de leur propre initiative avec des rondes régulières ou en réponse à des dénonciations plus ou moins secrètes. Sur l’autre rive, un fortin situé à quelque 80 km de Colonia était chargé de veiller au respect des accords concernant les restrictions commerciales imposées aux habitants de la ville sous souveraineté portugaise. C’est en 1778 que ces dispositifs connaîtront un essor important avec la création de petites unités de garde-côtes et l’installation à Montevideo du Commandement Général de Protection du Rio de la Plata ou Resguardo. Jusqu’à cette date, dans la juridiction de Buenos Aires, c’étaient les embarcations corsaires et les compagnies mentionnées qui avaient la charge de surveiller les 800 km de côtes. Ou « […] l’impossible inspection des 150 lieues de côtes, depuis le fleuve Salado jusqu’à Santa Fe […] avec ses criques et ses abris […] », selon les mots du gouverneur Vértiz, un des nombreux agents de la couronne à signaler la disproportion entre la tâche et les moyens17.

  • 18 La correspondance des Officiers des Finances contient de nombreuses références aux différentes disp (...)

13Les saisies produites par l’activité de tout ce monde étaient vendues aux enchères et considérées ensuite – marchandises et esclaves – comme légalement importés. Le produit de ces ventes publiques était distribué parmi les acteurs de la procédure, depuis les Officiers des Finances – titulaires exclusifs de la juridiction – jusqu’à l’éventuel dénonciateur, en passant pas ceux qui procédaient aux saisies – corsaires ou militaires. Peu importent ici les détails de cette distribution. Il importe en revanche de souligner que les saisies indiquées dans le tableau n°1 étaient le produit de l’action d’un appareil manifestement insuffisant par rapport à sa charge, mais dont les membres étaient en théorie fortement incités à agir contre le commerce illégal18. Les chiffres du tableau expriment ainsi leur rencontre avec une activité régulière qu’ils arrivent à peine à égratigner. Mais en réalité, si l’estimation des rapports entre les moyens mis à la disposition du contrôle d’une activité et l’ordre de grandeur de celle-ci valide les informations des tableaux 1 et 2, elle ne constitue qu’un aspect relativement secondaire des arguments de cette étude. Les moyens et les procédures décrits traduisent l’emboîtement entre, d’une part, les mécanismes sociaux du commerce et du port et, de l’autre, les dynamiques de l’ordre social et politique.

  • 19 AGI, Audiencia de Buenos Aires, liasse 52, « Testimonio de la Justificacion […] dada por Domingo An (...)
  • 20 AGI, Audiencia de Buenos Aires, liasse 190.
  • 21 AGI, Audiencia de Buenos Aires, liasse 52.
  • 22 AGI, Audiencia de Buenos Aires, liasse 211.

14Dans l’action des autorités locales on voit à l’œuvre la logique qui consiste à répondre à la contrebande en puisant dans le gisement de ressources créé par la contrebande, notamment des bateaux et des équipages. La même et vieille logique qui oblige les pouvoirs souverains à faire appel à des pirates pour combattre la piraterie. Il n’est pas étonnant que les pataches corsaires aient été aussi efficaces dans la répression que dans le transport de la contrebande, d’ailleurs ceci expliquant cela. Et l’on peut faire des commentaires analogues pour les autres responsables, troupes, officiers et magistrats. En 1767, un certain Lagos présente une abondante documentation composée de lettres et écritures, pour se défendre des accusations de contrebande portées contre lui par ses anciens « employeurs ». Ceux-ci n’étaient autres que la totalité des responsables des caisses royales locales : le facteur Altolaguirre, le trésorier Medrano et le comptable Bustinaga. Pièces à l’appui, Lagos décrit comment il agissait pour leur compte pour établir les contacts nécessaires avec les marchands de Colonia, tandis que ses commanditaires, en particulier le premier, mobilisaient les propriétaires et pilotes des embarcations corsaires afin de réaliser des opérations, dont certaines dépassaient les 40 000 pesos ou les 80 000 pesos en esclaves et marchandises19. Ce n’est qu’un exemple parmi une foule d’autres similaires. En 1765 on s’est emparé des tissus dans une pulpería, où habitaient trois matelots de l’embarcation corsaire d’un certain Juan Bruno20. L’année suivante on a capturé la patache de Francisco Pérez, et avec lui les officiers à charge, le lieutenant Juan de Andicoechea et son frère Diego. Elle était pleine d’argent, de noirs et de marchandises21. Tout comme Agustin de Yceta, patron de la corsaire « San Martín », lors de son arrestation en 177222. Multiplier les exemples serait redondant. Certains montrent mieux l’intervention des officiers de la garnison, parfois associés ou propriétaires de pulperías ou de bateaux. D’autres donnent plus de détails sur les manières d’opérer des propriétaires de bateaux.

15Dans l’ensemble, les informations du tableau n°1 et les descriptions tirées des mêmes sources montrent les interactions et les interdépendances entre acteurs économiques et politiques à l’intérieur d’un espace social très poreux, situé entre les secteurs dominants et les couches les plus basses. Loin donc de l’image de la société et de l’économie d’Ancien Régime faite de corps segmentés.

Mobilités et stratifications

16Ce matériel nous donne donc un aperçu du contexte et des hiérarchies des liens entre ses acteurs. On peut à présent s’attarder sur les mécanismes par lesquels les premiers structurent la mobilité des seconds ; ce qui nous ramènera sur les stratifications et les dynamiques qui s’emboîtent dans la vie économique du port disséminé. Dans le tableau n°2 apparaissent les déclarations sur leur statut, état, occupation et origine faites sur un échantillon d’individus arrêtés entre 1760 et 1765. Il résume le témoignage de 466 personnes, représentant environ un quart des 2 164 individus arrêtés lors des 524 saisies que l’on a enregistrées pour les années 1760 et 1777. Et il montre bien l’extrême mobilité de ces personnages – des 466, seulement 84 sont originaires de la région, soit 18% –, ainsi que la diversité de leurs occupations ou statuts. Leurs déclarations disent bien l’ampleur du périmètre social et spatial saisie par les procès.

Tableau n° 2 : Occupation et origine declarées par les accusés de contrebande 1760-1775

ORIGINE

Total

Rio de la Plata

Intérieur

Espagne Sud

Espagne Nord

Portugal

Autres Europe

Total

466

84

89

84

115

73

21

Propriétaire

30

11

7

2

2

8

 

Commerçant

37

6

5

8

3

13

2

Patron d'Embarcation

35

6

6

2

4

16

1

Propriétaire d'Embarcation

23

15

4

 

 

2

2

Débitant/Boutiquier

20

7

 

2

9

2

 

Transporteur

8

 

5

3

 

 

 

Boulanger

9

2

 

3

4

 

 

Contremaître

2

 

2

 

 

 

 

Dompteur

6

 

6

 

 

 

 

Tanneur/corroyeur

5

 

 

5

 

 

 

Matelot

139

3

9

36

64

12

15

Charpentier

21

7

2

 

11

 

1

Cuisinier

3

 

 

 

3

 

 

Officier Garnison

7

 

1

5

1

 

 

Sold/sous off. Garnison

10

 

4

 

6

 

 

Déserteur

14

4

 

6

4

 

 

Chirurgiens

2

 

 

2

 

 

 

Barbier

3

 

3

 

 

 

 

Tailleur

7

 

 

 

 

7

 

Cordonnier

3

 

3

 

 

 

 

Masson

12

 

4

4

4

 

 

Ouvrier

33

11

16

6

 

 

 

Indien

12

3

9

 

 

 

 

Esclave

10

3

 

 

 

7

 

Noir affranchi

15

6

3

 

 

6

 

* C’est bien évidement un contre-sens que d’indiquer le statut d’indien ou la condition de noir affranchi comme des catégories distinctes du métier de cordonnier ou le fait d'être employé comme ouvrier

  • 23 AGI, Audiencia de Buenos Aires, liasse 190.

17Mais pour décrypter l’image esquissée par le tableau, il nous faut revenir sur la description rapide de la manière dont les parcours de ces individus se croisent en construisant des liens et des espaces sociaux. En 1764, Manuel de Castro, un commerçant moyen, subit les conséquences d’une dénonciation secrète et anonyme concernant l’introduction clandestine d’une esclave résidant dans sa maison. Il déclare ne pas avoir aperçu sa présence à cause du mouvement incessant de noirs dans sa cour, qui communique facilement avec celles des maisons voisines. Mais deux de ses locataires, un certain Rojas et son ami Lima, apparaîtront dans différents procès accusés de contrebande et seront protégés par des personnages puissants de la ville, dont le chapitre de la cathédrale. Castro lui-même bénéficie d’appuis également importants, dont les chefs de deux de principales familles de Buenos Aires, ainsi que deux grands négociants. Tous les quatre déclarent en faveur de Castro qui est finalement innocenté et relaxé23.

  • 24 AGI, Audiencia de Buenos Aires, liasses 211 et 213.

18Par ailleurs, la déclaration de « commerçant » recouvre des réalités assez différentes de la précédente, comme celle de Juan de Argüello, un trafiquant de vins originaire de la province de San Juan. Il faisait partie de l’équipage de trois chaloupes chargées de cuirs, confisquées en 1772, après avoir été ravitaillées sur ordre du contremaître de la propriété (estancia) de Carlos Wright. Ainsi, en dépit de la diversité des statuts, des occupations et des origines déclarées, le tableau n°2 est insuffisant pour traduire l’hétérogénéité, l’extrême mobilité et la porosité de ce monde, si peu marginal. Toujours dans le cas des chaloupes, avec Argüello il y avait dix autres détenus. Un seul, un journalier, venait de la région. Deux dompteurs de chevaux et un cordonnier se déclaraient originaires de différentes villes de l’intérieur (Córdoba, Asunción et Mendoza). Cinq étaient des Espagnols, dont trois matelots galiciens, un originaire de la province de Séville sans métier et un cordonnier de Mallorca. Et il y avait enfin un Maltais. L’équipage d’une patache appartenant à un marchand de Colonia présente un aspect similaire. On y trouve « dix hommes et un noir », selon l’expression du procureur. Les six qui se déclarent matelots étaient originaires d’Andalousie, de Galice, du Portugal, de Rio de Janeiro et du Tucumán. De l’intérieur venaient deux conducteurs de mulets. Un Catalan boulanger à Buenos Aires, un Gaditan sans métier et le cuisinier, noir affranchi complétaient l’ensemble. Ils ont été surpris en 1771 par un corsaire lorsqu’ils naviguaient entre deux estancias pour charger des cuirs et du suif24. L’énumération est fastidieuse, mais évoque bien la surprenante complexité des parcours qui se retrouvent dans cet univers. Où des hommes qui font de la navigation dans le fleuve, des petits trafics et du grand commerce leur mode de vie, côtoient ceux dont cette expérience n’est qu’une des circonstances de leur mobilité.

  • 25 AGN, Hacienda, liasse 17, expediente 389.
  • 26 Carlos Mayo, Angela Fernández, Diana Duart et alii, Pulperos y pulperías de Buenos Aires. 1740-1830(...)

19Parmi les espaces nés du croisement de ces parcours, il y a le tissu de liens que l’on retrouve souvent derrière les déclarations de propriétaire, commerçant, patron (pilote) d’embarcation, propriétaire d’embarcation et débitant/boutiquier (pulpero), faites par 145 des 466 arrêtés. Un milieu articulé de très près au fonctionnement du commerce extérieur. Ce sont des liens intenses, des va-et-vient constants entre la navigation fluviale, le monde rural et le commerce urbain. Au centre de ce mouvement se trouvait le pulpero, propriétaire ou tenancier d’une pulpería, à la fois épicerie, débit de boissons et bazar où l’on trouve également des vêtements. À la ville aussi bien qu’à la campagne, elles faisaient office de taverne et constituaient naturellement les lieux d’une sociabilité qui ne se limitait pas aux milieux subalternes. Une inspection de 1779 en compte 309 ainsi que 211 boutiques, légalement enregistrées, le tout pour une population légèrement au-dessus des 26 000 âmes25 ; en 1793 on estime à 392 les pulperías et à 34 000 les habitants. Cela dans l’enceinte de la ville, c’est-à-dire entre le périmètre où campagne et ville s’emboîtaient et le centre de celle-ci. Un tiers de ces propriétaires de boutiques possédait des esclaves, dont la moitié un seul et 20% plus de quatre. Enfin, certains des pulperos, les plus riches, possédaient des terres destinées à l’élevage ou à l’agriculture. On connaît moins ou assez peu les pulperías à la campagne. Certains témoignages soulignent leur rôle, que l’on peut aisément imaginer, dans l’avance de biens de consommation et d’outils et donc, souvent, aussi dans l’endettement des producteurs. L’évident retour en était la collecte de blé et des cuirs. Pour la région comprise dans l’actuel Uruguay, une étude montre le fonctionnement de 63 pulperías en 1793, la plupart à proximité de Colonia. Dix de ces propriétaires l’étaient aussi de grands établissements pratiquant l’élevage (estancias), dont six avaient leur boutique à l’intérieur même de leur exploitation à l’usage des ouvriers. À l’autre extrémité, il y avait au moins cinq « pulperías » itinérantes26.

20Dans la liste de nos vingt boutiquiers/débitants du tableau, quatorze possédaient des esclaves. Ils se trouvaient donc en haut de l’échelle par rapport à l’ensemble des pulperos de la ville et étaient souvent impliqués dans le trafic négrier. Et les liens entre maîtres et esclaves ou serviteurs, tissés dans ces espaces, peuvent inclure des configurations et des parcours complexes, comme c’était le cas, mentionné au début, du pulpero Francisco Ferreira et son domestique et contremaître, l’affranchi originaire de Lisbonne. Ces serviteurs de confiance, particulièrement qualifiés pour certaines fonctions, constituent évidement une minorité parmi la population d’origine africaine, mais ils jouent un rôle fondamental. Tantôt esclaves, tantôt affranchis, ils apparaissent, au fil d’innombrables mentions, entre les affaires domestiques et la fonction de contremaître, encadrant non seulement d’autres esclaves mais aussi toute sorte d’employés plus ou moins temporaires. Comme dans l’exemple de Ferreira, la cohésion et la solidarité de ce lien asymétrique n’était pas le plus souvent le résultat d’un long service à l’intérieur d’une maisonnée, comme le veut l’image canonique de la communauté domestique dans les sociétés d’Ancien Régime.

  • 27 AGI, Audiencia de Buenos Aires, liasse 190.
  • 28 AGI, Audiencia de Buenos Aires, liasse 190 et 212.
  • 29 AGI, Audiencia de Buenos Aires, liasse 598.

21D’autre part, une foule de détails indiquent les liens habituels entre propriétaires de terres et boutiquiers : commerce, dettes, protection, amitié et parenté ; de temps en temps, tout à la fois. Il est certain que huit de ces pulperos possédaient des estancias. Dans l’autre sens, la quasi-totalité des 32 propriétaires des terres arrêtés possédaient leurs fermes (chacras) dans un rayon de 30 à 70 km de la ville. Comme un certain Martin Baez, citadin de Buenos Aires et fermier (labrador), arrêté en 1761 lorsqu’il se trouvait à proximité de l’Hôtel de Ville en compagnie de son ouvrier, avec un chargement d’eau-de-vie brésilien (cachaça) transporté depuis sa propriété27. Il recevait régulièrement des avances de son compère, un pulpero de la ville. Les mêmes considérations s’appliquent aux relations entre pulperos et propriétaires ou patrons de bateaux. Parmi les premiers on trouve certains qui conduisaient des embarcations appartenant à des commerçants de Colonia ou Buenos Aires, comme José Vazquez et Antonio Cordeira, arrêtés en 1765 et 177228. Parfois, boutiquiers et propriétaires de pataches étaient liés par les affaires et l’amitié asymétrique au même négociant de Buenos Aires. Ce qui constitue une des formes de coopération stable entre différentes catégories de commerçants les plus fréquemment rencontrées. Ainsi, José Rivero et Cosme Rodriguez – un Portugais et un Galicien, possédant une patache et une chaloupe le premier, une boutique à Buenos Aires le second – fréquentaient la maisonnée du négociant Don Pedro Diaz de Vivar. Par ailleurs, Rivero était marié à la fille d’un fermier qui protégeait un petit pulpero arrêté en 176429. Enfin, sept des vingt boutiquiers arrêtés – dont deux qui étaient aussi des propriétaires de terres –, possédaient des bateaux.

  • 30 Lyman Johnson et Susan Socolow, « Población y espacio en el Buenos  Aires del siglo XVIII », Desarr (...)

22Une fois encore, le matériel des procès met en évidence des tissus de relations interpersonnelles traversant les catégories sociales. Ces liens se construisent très souvent le long de parcours de forte mobilité, dont on vient de souligner l’importance dans cet univers. Mais les chiffres sur les origines des 466 individus du tableau n°2 ne s’éloignent pas trop de la composition de la population de la région, même si les migrants s’y trouvent évidemment surreprésentés. En 1744, un peu plus de la moitié des artisans de Buenos Aires était des Européens (avec 28% de non espagnols), tandis que les natifs ne représentaient que 15,4%. En 1780, les proportions s’inversent et les natifs constituent la moitie et les Européens plus du tiers des artisans. Cela dans un contexte d’augmentation de l’immigration. Entre 1744 et 1810, dans la population masculine blanche, la proportion de natifs de Buenos Aires passe de 57% à 30% et celle des originaires d’Espagne de 18% à 32%30.

23Parmi le petit monde des 466 personnes arrêtées, les Espagnols péninsulaires représentent 43% et les Portugais 15% de l’ensemble. Les liens entre Espagnols du Nord et Portugais étaient naturellement fréquents et, comme chacun sait, il était difficile de distinguer un Portugais d’un Galicien. Ensemble ils faisaient 40%, tandis que les autres Européens ne représentaient que 5% du même ensemble. Tandis que si l’on additionne ces derniers aux Portugais, 20% venaient de pays non castillans. Donc, des proportions cohérentes avec celles de l’ensemble de la population de Buenos Aires à la même époque, même si les migrants étaient ici surreprésentés. Et on a abondamment illustré la complexité des trajectoires qui engendrent ces chiffres.

24Voici donc un univers où les familles sont apparemment rares, mais où abondent les réseaux de relations toujours en train de se refaire au cours des mobilités. L’évocation de ces tissus par des accusées ou des témoins dépassent le simple constat d’un lien. Car, au cours de ces procès, la mention des uns par les autres suppose déjà une mobilisation des personnes concernées dans une suite de circonstances qui s’enchaînent. Pour ce qui est des réseaux eux-mêmes, la description a touché le monde des grands négociants, à la fois localement enracinés et fortement liés à l’Europe, le Brésil et le Haut Pérou. Les noms qui se répètent ici sans cesse sont ceux des principaux négociants de Buenos Aires. Les mêmes que l’on trouve à la tête du corps municipal (cabildo), un des principaux tribunaux pour leurs affaires. Quelques-uns des inculpés dans les procès instruits vers le milieu des années 1770 conduiront la création du Consulat de commerce local dans la décennie de 1790. Par ailleurs, les liens esquissés entre ce milieu du grand commerce et la haute administration se répètent également avec une assiduité similaire. La longue description laisse aussi entrevoir la disposition d’un équipement plutôt sommaire – guère plus que l’essentiel, des bateaux, des mulets, des charrettes – ainsi que des routines et des manières d’opérer. En on a vu enfin que les acteurs composent des espaces et des liens traversant en oblique les catégories de cette minuscule société. Ils correspondent à peine aux classements habituels. D’ailleurs, la disposition hiérarchique de l’ensemble est assez loin de celle qui présente l’image d’un complexe de segments corporatifs, car ces ensembles hiérarchisés ne se limitent pas à une distinction entre grand commerce à distance et trafics locaux. Grands et petits s’intègrent dans des entreprises (au double sens du terme) qui changent de configuration et de périmètre à chaque opération. Elles présentent, pourtant, des formes stables de coopération et d’organisation.

Formes d’affaires : des lettres interlopes

  • 31 AGI, Audiencia de Buenos Aires, liasses 197, 203, 239.

25Afin d’apprécier ce que l’organisation peut représenter dans les affaires décrites, des lettres marchandes séquestrées et incorporées aux dossiers des procès permettent de s’en approcher encore davantage. Le matériel étonne par l’atmosphère qu’il laisse apercevoir : une normalité quotidienne dans les transactions, qui traverse les agitations de la répression et de l’affrontement entre factions. Entre 1771 et 1772, un certain Haedo, négociant de Colonia jouissant des habituelles protections du gouverneur de la ville, subit une série d’actions contre son tissu d’affaires. 22 bateaux de toutes sortes sont confisqués et une trentaine de personnes arrêtés au cours de ces opérations menées à différents points du complexe fluvial : à Rosario, près de Buenos Aires, Montevideo, etc. L’ensemble constitue un résumé de tout l’univers précédemment décrit31. Dans les lettres séquestrées on ne retrouve rien d’autre que l’enchevêtrement ordinaire des opérations, hormis – parfois – l’utilisation de signes cryptés à la place du nom pour identifier le destinataire. Ce qui révèle tout un code de confiance dans la mesure où une partie de la correspondance est composée d’états de comptes qui servent à l’éventuelle réclamation des soldes. C’est le cas d’une liasse de 17 comptes avec un marchand de Buenos Aires pour un total de 3 200 pesos. On y consigne les choses habituelles : des marchandises avancées par Haedo à ce correspondant ou à des tiers au titre d’opérations conjointes ; des marchandises reçues aux même titres ; des frais de transports ; de l’argent reçu ou avancé à des tiers pour des opérations avec son associé ; etc. Les lettres sont également sans surprise : dispositions de la charrette au point d’embarquement des bateaux ; instructions pour le ramassage des cuirs ; primes des monnaies de différentes qualités, etc. Et puis il y a les différends : les responsabilités sur les marchandises avariées ; des réclamations sur la qualité de la monnaie ; savoir à qui correspond la rémunération des services de tel transporteur ou d’un certain ouvrier.

  • 32 Ronald COASE, La firme, le marché et le Droit, 1997, Paris : Diderot éditeur, p. 64-67 et note 47.

26Pour traiter ces ensembles il y avait évidemment des habitudes, des codes, des références au droit, les unes contradictoires avec les autres. Mais il y avait surtout les hommes de confiance pour s’en occuper, un, deux ou trois collaborateurs du marchand expéditeur. Leurs noms se répètent dans la correspondance dont ils sont souvent les conducteurs. Haedo demande à un de ses correspondants de discuter directement avec son envoyé, un certain Roque, d’une affaire non spécifiée et de s’en tenir à son appréciation. Et il le supplie de lui faciliter ce dont il a besoin pour conclure au plus tôt les arrangements nécessaires au débarquement des esclaves, car il a besoin de Roque à Colonia afin de terminer d’apprêter le bateau pour Rio… On voit bien l’évident contraste entre les rapports entretenus à l’intérieur de deux cadres contractuels différents. D’une part, une suite ou un enchevêtrement de transactions distinctes réglées par les prix et les contrats. De l’autre, des personnes en position plus ou moins subordonnée dont on peut disposer de manière souple pour des tâches non spécifiées d’avance. C’est la distinction qui sert de base aux conceptualisations de Coase sur l’émergence et la nature des firmes32.

  • 33 David BRADING, Miners and Merchants in Bourbon Mexico, 1763-1810, Cambridge : Cambridge University (...)
  • 34 Zacarias MOUTOUKIAS, « Réseaux personnels et autorité coloniale : les négociants de Buenos Aires au (...)

27L’application de la notion de firme dans ce contexte est plus que problématique. Mais on peut garder la distinction entre ces formes de coordination, même si elle n’est pas non plus très aisée dans la mesure où ces collaborateurs exercent aussi le commerce en consignation. Le thème de ces collaborateurs a été traité, dans l’histoire sociale sur l’Amérique espagnole, sous l’angle un peu étroit du commis de commerce, présenté comme étant souvent parent ou originaire de la même région du négociant, dont ils seraient destinés à devenir, en cas de succès, le gendre héritier33. Mais la question est beaucoup plus complexe. Les sources montrent des configurations d’entrepreneurs qui entretenaient un éventail bigarré de relations entre pairs et subalternes. On peut en distinguer trois niveaux : a) les relations si abondamment mentionnées ici des négociants avec des entrepreneurs subalternes – commerçants, pulperos, patrons de barques, transporteurs, contremaîtres, etc. –, où apparaît un ensemble bigarré de liens verticaux – protégés et amis, « pays » (paisanos), clients, domestiques, etc. ; b) les relations entre pairs – d’autres négociants, hauts magistrats et militaires, etc., parmi lesquels se détache le spectre plus stable de liens – alliés ou consanguins, amis et proches, parents-rituels ; c) le cercle le plus intime des liens issus de la famille et du mariage – père/fils, beau-père/gendre, frères et autres collatéraux, etc.34. Le schéma n’est pas exempt d’objections. On peut cependant le garder pour l’instant à côté de deux notions adaptées de Coase.

28Le schéma et ces notions nous aideront à nous approcher d’une idée de l’organisation des affaires fondée sur les réseaux sociaux. L’un et les autres résument les alternatives institutionnelles, dont le fonctionnement suppose des ressources différentes : d’une part le marché, les prix et les contrats, de l’autre les liens patronaux et les relations interpersonnelles.

La correspondance d’un grand négociant : l’interdépendance des espaces locaux et les échanges à grande distance

29On le sait très bien, les sources taisent leurs angles morts. Les dynamiques restituées à partir des procès montrent les liens qui structurent les mobilités. Et ils renvoient à des formes de stratification qui génèrent une certaine configuration des affaires. Le matériel mène ainsi à la lisière de l’oligarchie indiana, produisant comme effet que, en dépit des migrations, ces mécanismes tournent autour de logiques locales. La source estompe donc leur interdépendance avec les échanges à grand distance. On peut les aborder avec des cas extraits de la correspondance de Domingo Belgrano, un des principaux négociants de la ville, lui-même originaire de Gênes.

30Voici une opération d’importation d’environ 250 esclaves achetés à Rio de Janeiro, organisée entre 1782 et 1783. Transportés au Rio de la Plata, ces hommes sont débarqués à proximité de Colonia afin de les restaurer avant leur transfert à Buenos Aires. Les commentaires au tableau n°2 illustrent abondamment le type de ressources assurant cette opération. Dans la correspondance conservée de Belgrano avec la Banda Oriental entre 1764 et 1792, apparaissent une soixantaine d’agents en contact d’affaires avec Belgrano et connectés entre eux par une multitude de transactions. On y voit un monde analogue de métiers, d’occupations et de conditions, entre la production et les trafics ruraux et le commerce urbain, permettant de stocker, de transporter et de distribuer des marchandises ou de garder, de nourrir et de soigner des esclaves. Et Belgrano lui-même traite avec des correspondants du même profil : certains sont ses préposés, des commerçants de moindre envergure dont le capital en moyens de transports ou en terres leur permettent d’agir à leur tour comme commettants d’autres pairs ou agents subalternes. Par ailleurs, il possédait dans la Banda Oriental une estancia où abriter les esclaves – et organiser d’autres opérations, évidemment. Belgrano pouvait également compter sur l’aide de son témoin de mariage, le colonel Joseph Molina – chef d’une garnison proche de Colonia do Sacramento, dont les soldats étaient parfois journaliers dans l’estancia de son compère et participaient à différents trafics.

31Il serait redondant de répéter des descriptions analogues pour les étapes du chemin qu’empruntent ensuite les esclaves. Des ressources et des agents qui, avec des configurations différentes, se relayent le long de l’itinéraire qui les conduit de Buenos Aires à Mendoza, pour traverser la cordillère et aller de Santiago à Valparaiso. Un nouvel embarquement les transporte à Lima, d’où les esclaves sont vendus à l’intérieur des terres. Pour assurer la coordination et l’exécution de cette entreprise, un ensemble de contrats forment une entreprise au sens strict. Au centre se trouvent, outre Belgrano lui-même, son compère, le colonel Molina, et les frères Peña – Francisco, un commerçant qui est aussi l’administrateur de l’estancia du premier, et José, un transporteur et petit commerçant. Comme agents subalternes, on trouve aussi une autre fratrie de cousins éloignés. Et, avec Belgrano, l’autre principal investisseur est un oncle des Peña, négociant à Cadix.

32La figure n°1 représente les liens entre ces individus, tels qu’ils apparaissent dans la correspondance. Elle contient aussi les relations d’autres personnes directement impliquées dans l’opération. Ainsi, au centre se trouvent Belgrano (Ego), Molina et les frères Peña (dans la figure PENA430 et PENA528) et Francisco Peña est relié à un nuage d’agents allant des fils mêmes de Belgrano – dont l’un agit depuis Potosi pour introduire les esclaves à l’intérieur des terres – et d’autres notables de la ville, jusqu’aux petits entrepreneurs assurant – encore une fois – la marche quotidienne des affaires, tel les patrons de chaloupe Barquin et Pereyra ou les transporteurs Rodriguez et Garate.

Figure n° 1 : Réseau des principaux agents associés à l’importation d’esclaves du Brésil, 1782-1783

Figure n° 1 : Réseau des principaux agents associés à l’importation d’esclaves du Brésil, 1782-1783

Source : voir note n°35

  • 35 Ceci dans le strict cadre de cette entreprise et tels que ces relations apparaissent dans la corres (...)

33Dans la figure, un trait plus foncé distingue les échanges limités à l’affaire elle-même, des relations personnelles où les rapports contractuels s’emboîtent avec des liens issus de la communauté domestique – et ici notamment la parenté consanguine et la parenté rituelle35. Cela renvoie aux liens privilégiés par les études historiques de l’économie et la politique de l’ancien régime hispanique. Ils composent des dynamiques relationnelles où s’enchaînent des liens de personne à personne qui définissent des contextes normatifs : les liens de la fratrie, ceux reliant les neveux à l’oncle qui agit en distant patron protecteur, les solidarités du compérage entre pairs… Tout ceci est bien connu. Mais l’entreprise ne se structure pas grâce aux liens tissés ou hérités à l’intérieur de ces espaces normatifs, comme une longue et ancienne (et non renouvelée) littérature sur la famille et l’entreprise familiale en Amérique coloniale a l’habitude de le penser. L’entreprise se structure par les relations qui traversent ces espaces normatifs. Et plus précisément, l’opération s’organise à l’intérieur d’une trame plus large de relations interpersonnelles reliant les deux côtés de l’Atlantique. C’est cette idée qu’essaye de montrer la figure n°2. Elle représente un extrait de liens présents dans les presque 500 lettres adressées à Belgrano entre 1764 et 1793 – et il s’agit des liens entre les individus présents dans la correspondance et non pas les contacts de ces contacts avec Belgrano, car tous sont par définition en contact avec ce dernier. Dans cet extrait, qui ne comprend que les années proches de 1782-83, les lignes plus foncées distinguent les personnes qui sont intervenus dans l’opération d’importation d’esclaves ; et les contacts de ces derniers avec d’autres personnes et dans d’autres circonstances, ainsi que les liens entre ces personnes – toujours tels qu’ils apparaissent dans les lettres reçues par Domingo Belgrano, qui n’est pas inclus dans la figure. Et les nuances dans les lignes foncées distinguent les rapports strictement contractuels entre agents, de ceux où contrats et liens domestiques s’emboîtent dans l’entreprise.

Figure 2 : Liens entre les participants à l’importation d’esclaves et autres membres du réseau de Domingo Belgrano, 1780–1784

Figure 2 : Liens entre les participants à l’importation d’esclaves et autres membres du réseau de Domingo Belgrano, 1780–1784

Sources : voir note n°35

  • 36 Pour tout ce qui concerne cette affaire et la correspondance de Domingo Belgrano Peri, voir AGN, Sa (...)

34Que peut nous dire cette figure qui ne soit pas déjà présent dans un récit correctement documenté ? Elle formalise la représentation de l’opération comme une trame relationnelle émergeant à l’intérieur d’un ensemble plus large de liens interpersonnels des deux côtés de l’Atlantique – les expéditeurs des lettres à Belgrano se trouvaient dans différentes ports et villes d’Espagne et d’Europe, du Brésil et de l’Amérique du Sud36. Et à strictement parler, il n’y a pas de réseaux marchands, mais des réseaux sociaux à l’intérieur desquels cristallisent les liens mobilisés – et toujours en train de se reconfigurer – dans l’action des commerçants. Autrement dit, la figure présente les liens entre un port et d’autres régions comme un réseau social.

35Et dans cet enchaînement s’insèrent, cela va de soi, les liens qui font la cohésion des unités segmentées des sociétés hispaniques d’ancien régime, comme la communauté domestique. Leurs contextes normatifs font évidemment partie des enjeux et des ressources avec lesquels les acteurs interviennent dans les entreprises qu’ils forment, chacun avec ses propres priorités : dans notre cas les langages de la fratrie, de la protection clientélaire à l’intérieur de la parenté élargie de l’oncle de Cadix ou celui des réciprocités entre compères du même statut. Mais entre les Peña et Domingo Belgrano, les rapports de pouvoir qui articulent l’action se jouent en fonction des positions relatives à l’intérieur. Et ce sont ces dynamiques qui articulent les territoires d’un port comme espace relationnel. C’est ce qu’on essaye de représenter dans la figure n°3, où les échanges lors de l’importation des esclaves, entre les acteurs situés dans différentes villes sont représentés comme des connexions entre les villes.

Figure n° 3 : Les liens entre agents, représentés comme connexions entre ports et villes concernés par l’entreprise d’importation d’esclaves

Figure n° 3 : Les liens entre agents, représentés comme connexions entre ports et villes concernés par l’entreprise d’importation d’esclaves

Source : voir note n°35

36Si les descriptions de la première section ont illustré les mécanismes sociaux du port disséminé pivotant sur Buenos Aires, la figure n°3 restitue la représentation des espaces du port dans le cas d’une opération. La position des ports et des villes dans le graphe résulte de la configuration globale et de l’intensité des connexions entre les points – étant elles-mêmes, comme on vient de le voir, un proxy des échanges épistolaires réels entre les agents. La forme des connexions dessine un triangle sans surprise Buenos Aires – Santiago – Lima – avec ses extensions vers Madrid et Potosi et Montevideo-Soriano. Également prévisibles sont les deux triangles qui entourent le premier : Mendoza – Santiago – Lima et Rio de Janeiro – Buenos Aires – Lima. La présence de Cadix – effet de la présence de l’oncle investisseur – au centre de cet ensemble était en revanche un peu moins prévisible. La forme des connexions montre donc les proximités entre les différents territoires du port qui émergent d’une action concrète et restitue une configuration qui défie la perception cartographique. Ce n’est qu’un cas, mais il serait illusoire de multiplier l’exercice à la recherche d’une représentativité ou d’une spécificité de ce genre de connexions. Tout comme projeter les liens sur une carte pour tenter une représentation spatiale normalisée. La multiplication d’exemples de ces dispositions serait un objet à la Joyce : une succession finie de configurations plus ou moins apparentées, car limitées par un univers de possibles, mais interminables dans leurs variations. Cela traduit ce qui a été dit sur les relations construisant chacune des dispositions : si les solidarités nées de la cohésion des communautés segmentées d’ancien régime – corps, communauté domestique, diaspora, etc. – sont évidemment présentes dans l’organisation des affaires à grande distance, ils ne constituent que des ressources alternatives parmi d’autres, à l’intérieur des réseaux qui structurent les entreprises. Et c’est l’ensemble de ces ressources qui confèrent les moyens – ni infinis, ni déterminés – des choix et stratégies alternatives ou l’agency des acteurs, ou leur marge de liberté comme on disait à l’époque de la micro-histoire.

Conclusion

37Cette étude a essayé de passer des mobilités au fonctionnement d’un port et des dispositifs d’un port disséminé à l’articulation de ses territoires lointains. Et elle a essayé d’organiser ce passage par la description – et dans un cas la reconstruction effective, autant que la source le permet – des relations de personne à personne, au lieu de partir des cadres habituellement utilisés pour expliquer la capacité des acteurs à entretenir le commerce à grande distance. L’idée selon laquelle les explications à cette échelle doivent appréhender les mécanismes locaux car ils sont interdépendants, a été largement répétée pour y revenir. On peut résumer la démarche de cette étude par le plus évident : se déplacer d’un port à l’autre suppose des moyens pour se transporter, se loger et communiquer, que l’on se procure grâce à des liens de personne à personne et à des services mis à la disposition du premier venu. Cela implique des configurations d’hommes, d’équipements et d’institutions. Circuler ou communiquer d’un port à l’autre signifie avoir ses « entrées », ses crédits, ses réseaux au sens le plus banal du terme. Cela implique également la possibilité d’avoir des correspondants et de se trouver des agents assez fiables pour établir à leurs noms des pouvoirs suffisamment larges pour répondre à des impondérables. Si ces faits ne constituent que l’évidence trop visible des ressources alternatives, le texte a tenté d’en tirer la conséquence qui organise son approche : la dynamique des relations interpersonnelles structure la globalisation archaïque.

Haut de page

Notes

1 AGI, Audiencia de Buenos Aires, liasse 591.

2 AGI, Audiencia de Buenos Aires, liasse 212.

3 AGI, Audiencia de Buenos Aires, liasse 211.

4 AGI, Audiencia de Buenos Aires, liasse 213.

5 Catia Brilli, « Mercaderes genoveses en el Cádiz del siglo XVIII. Un ajuste plurisecular », in : Ana Crespo Solana (dir.), Comunidades transnacionales. Colonias de mercaderes extranjeros en el mundo atlantico (1580–1830), Madrid : Doce calles, 2010, p. 83-102 ; Idem, « De Cadix à Buenos Aires : commerce et émigration génoise dans l’Atlantique ibérique (1750–1830) », Revue d’histoire maritime, 13, 2011, p. 233-250 ; dans un registre très différent, Avner Greif, « Reputation and Coalition in Medieval Trade: Evidence on the Maghribi Traders », Journal of Economic History, 49 (4), 1989, p. 857-882. Sebouh David Aslanian, From the Indian Ocean to the Mediterranean: The Global Trade Networks of Armenian Merchants from New Julfa, Berkeley : University of California Press, 2014 applique cette approche aux diasporas arméniennes de la Nouvelle Jaffa; tandis que José María Imizcoz étudie les liens nés de la hiérarchie des lignages et de la communauté villageoise pour expliquer la circulations des Baztanais entre le service à la cour et le commerce atlantique ; une présentation globale de ses approches dans, José Maria Imízcoz Beunza y Lara Arroyo Ruiz, « Redes sociales y correspondencia epistolar. Del análisis cualitativo de relaciones personales a la reconstrucción de redes egocentradas », Redes. Revista hispana para el análisis de redes sociales, 21 (4) 2011, http://revista-redes.rediris.es/

6 Francesca TRIVELLATO, « Juifs de Livourne, Italiens de Lisbonne, hindous de Goa. Réseaux marchands et échanges interculturels à l’époque moderne », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 58 (3), 2003, p. 581-603, p. 601 et Corail contre diamants. De la Méditerranée à l’Océan Indien, XVIIIème siècle, Paris : Seuil, 2016 ; Alberto BAENA ZAPATERO et Xabier LAMIKIZ, « Presencia de una diáspora global : comerciantes armenios y comercio intercultural en Manila, c. 1680-1800 », Revista de Indias, 74 (2), 2014, p. 693-722.

7 Frederik BARTH, Process and form in social life, Londres : Routledge & Keagan Paul, 1981. Mark GRANOVETTER, « The Strength of Weak Ties: A Network Theory Revisited », Sociological Theory, 1, p. 201-233 et « Economic Action and Social Structure: The Problem of Embeddedness », American Journal of Sociology, 91 (3), p. 481-510, 1985 (Cf. en français, Le marché Autrement, Paris, Desclée de Brouwer, 2000).

8 Christopher Alan BAYLY, « ‘Archaic’ and ‘Modern’ Globalization en the Eurasian and African arena c. 1750–1850 », in : A. G. HOPKINS, Globalization in World History, Londres, Pimlico, 2002, p. 47–73.

9 AHN (M), Consejos 20.378, Autos Relativos al Navío “Nta Sra de la Luz”.

10 AGI, Audiencia de Buenos Aires, liasses 173, 193 et 201.

11 Pour les procès à Potosi, AHN (M), Consejos 20352, Legajo 12 de pleitos de Buenos  Aires n°11 ; le réseau de Pérez Saravia dans AGN, Sala IX, 40-8-7, Registro de Escribanía n°1.

12 AHN (M), Consejos 20.398.

13 AGI, Audiencia de Buenos  Aires, liasse 182.

14 AGI, Audiencia de Buenos Aires, liasse 53.

15 AGI, Audiencia de Buenos Aires, liasse 188 ; AGN, Sala IX, 3-8-3 ; voir aussi « Discurso sobre el comercio […] de Buenos  Aires […] », Biblioteca Nacional Madrid, mss Ayala 2825 (63).

16 Recopilación de las Leyes de los Reynos de Indias (1681), éd. fac simile, Madrid : Cultura Hispánica, 1973, vol. IV, libro 9, título 27, fol. 16.

17 AGI, Audiencia de Buenos Aires, liasse 53, Expediente n°184, carta del gobernador Vértiz, 23-XII-1772.

18 La correspondance des Officiers des Finances contient de nombreuses références aux différentes dispositions : AGN, Sala XIII, 42-2-23 ; AGI, Audiencia de Buenos Aires, liasses 173, 184 et 189.

19 AGI, Audiencia de Buenos Aires, liasse 52, « Testimonio de la Justificacion […] dada por Domingo Antonio Lagos ». L’affaire fait partie d’une série assez complexe de procès, voir AGN, Sala IX, 21-1-9 et 30-8-9 ; AHN (M), Consejos, liasse 20.386 ; AGI, Audiencia de Buenos Aires, liasses 12-B, 178, et 211.

20 AGI, Audiencia de Buenos Aires, liasse 190.

21 AGI, Audiencia de Buenos Aires, liasse 52.

22 AGI, Audiencia de Buenos Aires, liasse 211.

23 AGI, Audiencia de Buenos Aires, liasse 190.

24 AGI, Audiencia de Buenos Aires, liasses 211 et 213.

25 AGN, Hacienda, liasse 17, expediente 389.

26 Carlos Mayo, Angela Fernández, Diana Duart et alii, Pulperos y pulperías de Buenos Aires. 1740-1830, Universidad Nacional de Mar del Plata, Facultad de Humanidades, 1996, en particulier les chaps I et III ; Jorge Gelman, « Los caminos del mercado : campesinos, estancieros y pulperos en una región del Río de la Plata colonial », LARR, 28 (2), 1993, p. 89-118 et 110-111.

27 AGI, Audiencia de Buenos Aires, liasse 190.

28 AGI, Audiencia de Buenos Aires, liasse 190 et 212.

29 AGI, Audiencia de Buenos Aires, liasse 598.

30 Lyman Johnson et Susan Socolow, « Población y espacio en el Buenos  Aires del siglo XVIII », Desarrollo Económico, 20 (79), Buenos  Aires, oct-déc., 1980, p. 329-349 et 335-37 ; Marisa DÍaz, « Las migraciones internas a la ciudad de Buenos Aires, 1744-1810 », BIHAAER, 3e série, n°16-17, Buenos  Aires, 1997-1998, p. 7-31 et p. 9.

31 AGI, Audiencia de Buenos Aires, liasses 197, 203, 239.

32 Ronald COASE, La firme, le marché et le Droit, 1997, Paris : Diderot éditeur, p. 64-67 et note 47.

33 David BRADING, Miners and Merchants in Bourbon Mexico, 1763-1810, Cambridge : Cambridge University Press, 1971 ; Susan SOCOLOW, The merchant of Buenos  Aires. 1778-1810. Family and Commerce, Cambridge : Cambridge University Press, 1978 ; John KICSA, Colonial entrepreneurs. Families and business in Bourbon Mexico City, Albuquerque : University of New Mexico Press, 1983.

34 Zacarias MOUTOUKIAS, « Réseaux personnels et autorité coloniale : les négociants de Buenos Aires au XVIIIe siècle », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 47 (4-5), 1992, p. 889-915, p. 896.

35 Ceci dans le strict cadre de cette entreprise et tels que ces relations apparaissent dans la correspondance de Belgrano. Autrement dit, la figure n°1 montre – par exemple – les rapports contractuels entre les fils de Belgrano et Francisco Peña, mais point les liens de filiation ou de consanguinité collatérale entre les Belgrano.

36 Pour tout ce qui concerne cette affaire et la correspondance de Domingo Belgrano Peri, voir AGN, Sala VII, Collection Casavalle, liasses 16, 17 et 18.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure n° 1 : Réseau des principaux agents associés à l’importation d’esclaves du Brésil, 1782-1783
Crédits Source : voir note n°35
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/25959/img-1.png
Fichier image/png, 47k
Titre Figure 2 : Liens entre les participants à l’importation d’esclaves et autres membres du réseau de Domingo Belgrano, 1780–1784
Crédits Sources : voir note n°35
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/25959/img-2.png
Fichier image/png, 85k
Titre Figure n° 3 : Les liens entre agents, représentés comme connexions entre ports et villes concernés par l’entreprise d’importation d’esclaves
Crédits Source : voir note n°35
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/25959/img-3.png
Fichier image/png, 5,5k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Zacarías Moutoukias, « Buenos Aires, port entre deux océans : mobilités, réseaux, stratifications (2e moitié du XVIIIe siècle) », e-Spania [En ligne], 25 | octobre 2016, mis en ligne le 01 octobre 2016, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://e-spania.revues.org/25959 ; DOI : 10.4000/e-spania.25959

Haut de page

Auteur

Zacarías Moutoukias

Université de Paris Diderot, laboratoire CESSMA, UMR 245

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org