Navigation – Plan du site
Les ports de la monarchie espagnole (II) : variété des modèles (XVIe-XVIIIe siècle)

Introduction. Les ports de la monarchie espagnole (II) : variété des modèles (XVIe-XVIIIe siècle)

Circulation des hommes, des marchandises et des savoirs
Clotilde Jacquelard et Béatrice Perez

Texte intégral

1Ce dossier monographique est le deuxième volet d’un travail de longue haleine entamé sur les ports. Au cours de ce projet, nous avons cherché à comprendre leur différente nature ; leurs fonctions au sein de la monarchie ; les dynamiques politiques qui les conditionnent ; les contraintes économiques et sociales qui expliquent, pour bonne part, leur rayonnement ou leur déclin ; enfin, les particularités culturelles de ces lieux-creusets cosmopolites, ouverts aux influences diverses.

2Il fait suite à un premier dossier publié dans cette même revue (e-spania 22, octobre 2015), « Les ports de la monarchie espagnole : variété des modèles péninsulaires (xve-xviie siècle) » en même temps qu’il ouvre la réflexion aux ports américains et asiatiques d’une monarchie désormais « planétaire », étendant ses influences jusqu’aux confins des mondes nouveaux, sur les trois continents.

3Ce dossier entend analyser l’essor des ports atlantiques dans le fameux « système atlantique espagnol », celui des connexions et des réseaux de part et d’autre des rives maritimes, de l’évolution intrinsèque de ceux-ci au gré de la constitution d’espaces géographiques particuliers et de politiques économiques et commerciales déterminés à certains moments historiques. Par-delà, il s’agit d’établir des comparaisons entre ces expériences premières et celles observées dans l’océan Indien d’abord, puis dans le Pacifique ensuite. Peut-on, à la lumière des ces analyses croisées, esquisser des schèmes de fonctionnement spécifiques aux ports américains ? D’ailleurs, peut-on parler des ports asiatiques ou américains comme on parle des « ports de commerce » modernes espagnols ou portugais ou faut-il comprendre, parfois, le terme comme celui de « carrefour de lignes de navigation » doublé d’une activité marchande ?

4Quoi qu’il en soit, les ports furent essentiels dans la construction pérenne d’un empire si éclaté qu’il ne pouvait fonder sa viabilité que sur la maîtrise des mers et l’aptitude à mettre en synergie, ensemble, tous les continents dominés. Ainsi, c’est par la voie maritime et fluviale (un thème qu’il conviendra de sonder dans les prochains travaux), accostant sur des rivages lointains ou inconnus, que les sujets de la monarchie catholique ont commencé à maîtriser des arrière-pays d’une ampleur continentale. Depuis ces promontoires sur le vaste monde, ils articulent hinterland et avant-pays, tout en déjouant sans cesse les contraintes que ces arrière-pays font peser sur la croissance portuaire.

5Les ports, qu’ils fussent crées ex nihilo ou remodelés, réadaptés, reconfigurés au gré de la colonisation, ont toujours été des lieux vrillés, où se mêlent des traditions nautiques diverses, des circuits commerciaux à la ductilité variable, de multiples carreras maritimes et des stratégies de contrôle territorial différentes. Jalons de ces mondes connectés, ils sont l’expression de cette première mondialisation moderne, marquée par les flux, les transferts de marchandises, de personnes et de savoirs.

6Dans ces « aires de contact » se croisent et s’entremêlent des populations natives et des acteurs du désenclavement mondial (navigateurs, soldats, marchands, missionnaires, fonctionnaires, esclaves, laissés-pour-compte et autres paria de toute sorte de la société). S’y côtoient, par la force des choses, des cultures matérielles et intellectuelles qui se métissent (ou pas, d’ailleurs), exacerbant souvent l’exotisme et le cosmopolitisme, propices aux décentrements et à la recomposition d’identités instables. Les effets de miroir de ces expériences lointaines sur les métropoles péninsulaires, ainsi que la diffusion d’une culture hispanique commune, retiennent pareillement l’attention. L’étude des ports s’offre alors comme un horizon prospère pour repenser la place des sujets de Sa Majesté Catholique dans le monde à l’époque moderne.

7Nous remercions Hélène Thieulin-Pardo (Université Paris-Sorbonne, CLEA) pour ses conseils et son aide dans la mise en ligne de ce travail et Adeline Léandre (Université Paris-Sorbonne, CLEA) pour son aide précieuse dans la mise en forme des textes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clotilde Jacquelard et Béatrice Perez, « Introduction. Les ports de la monarchie espagnole (II) : variété des modèles (XVIe-XVIIIe siècle) », e-Spania [En ligne], 25 | octobre 2016, mis en ligne le 01 octobre 2016, consulté le 23 juin 2017. URL : http://e-spania.revues.org/25935

Haut de page

Auteurs

Clotilde Jacquelard

Articles du même auteur

Béatrice Perez

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org