Navigation – Plan du site
Mécénats et patronages féminins en péninsule Ibérique au moyen âge (XIe-XVe siècle)

L’action culturelle de la reine Teresa du Portugal

Maria do Rosário Ferreira

Résumés

Voilée par un discours historiographique centenaire que répugnait l’idée d’une femme fondatrice du royaume du Portugal, Teresa, fille d’Alfonse VI, l’empereur d’Espagne, commence à s’affirmer historiquement comme une reine qui a gouverné le territoire selon une politique bien définie et qui a su trouver les instruments culturels adéquats pour poursuivre ses projets. Malgré son adhésion au programme clunisien d’implantation de la liturgie romaine dans ses domaines, sa bienveillance envers les milieux culturels mozarabes (notamment son soutien du projet de D. Telo concernant Santa Cruz de Coimbra et son patronage du traducteur Jean de Seville et de Limia), se détache comme un trait distinctif, et jusqu’à présent ignoré, d’action politique, qui s’avère peut-être plus cohésive qu’on ne le croyait.

Haut de page

Texte intégral

1L’Histoire, à plus proprement parler, le jugement historique, n’est pas impartial. Il y a des personnages que la mémoire chérit, et d’autres dont nous avons depuis les bancs de l’école reçu des images ternies, voire assombries. La plupart des fois, et surtout lorsqu’il s’agit de figures ayant joué un rôle actif dans la construction des nations ou des institutions, ce phénomène n’a rien d’accidentel : il est le résultat d’une somme de préjugés, positifs ou négatifs, qui, au fil des siècles, ont sous-tendu le développement conjoint de la représentation historiographique de ces personnages et de la conceptualisation collective de la nation ou de l’institution dans le cadre de laquelle ils sont perçus en tant qu’adjuvants ou opposants.

2Cette variabilité de critères revêt de l’importance pour les études sur le rôle des femmes en tant que mécènes, dans la mesure où les préjugés de genre peuvent affecter négativement la représentation historiographique de personnages féminins et se refléter dans la perception de leur action culturelle. C’est le cas de Teresa du Portugal.

Teresa et l’Histoire

  • 1 L’excellente biographie de la reine Teresa par Luís Carlos AMARAL et Mário Jorge BARROCA, A Condess (...)
  • 2 Voir M. R. FERREIRA, « Urraca of León-Castile and Teresa of Portugal… », p. 231 et n. 9.
  • 3 Voir Carl ERDMANN, Das Papsttum und Portugal in ersten Jahrhundert der portugiesischen Geschichte, (...)
  • 4 Voir Antonio MAYA SÁNCHEZ (éd.), Chronica Adefonsi imperatoris, in : Emma FALQUE, Juan GIL, Antonio (...)
  • 5 Il est très intéressant de vérifier à quel point cette répugnance nationale envers la dignité royal (...)

3Teresa, née vers 1079 et morte en 1130, était la fille naturelle d’Alphonse VI de Léon et Castille, donc la demi-sœur aînée de la reine Urraque. Elle a été aussi la femme d’Henri de Bourgogne, comte du Portugal (petit-neveu d’Hugues de Cluny), qui la laisse veuve en 1111, et la mère d’Alphonse Henriques, le premier roi du même territoire, qui l’éloigne du pouvoir en 11281. La documentation, qui la mentionne maintes fois aux côtés de son mari, le « comte » Henri, la nomme « infante » ou « regina » et non pas « comitissa » ; dans ses diplômes, elle adopte définitivement le titre royal à partir de 11172. Le pape Pascal II la désigne en tant que « Regina Tarasia » dans une charte de 1116, et ce titre sera par la suite repris dans la curie papale tout au long du XIIe siècle, prolongeant l’ombre de l’autorité de cette femme bien au-delà de sa mort3. La Chronica Adephonsi Imperatoris, rédigée moins de vingt ans après la mort de Teresa, se réfère à elle en tant que « Tarasia regina Portugalensium » et met en évidence la distinction entre son statut et celui de son mari, car le rédacteur affirme qu’Alphonse Henriques était « filium Tarasie regine et Enrrici comitis »4. Quoi qu’il en soit, l’historiographie portugaise a toujours montré de la réticence à concéder à la fille d’Alphonse VI la dignité royale qui, d’un point de vue symbolique, ferait du Portugal une nation issue de l’action et de la volonté d’une femme et non pas une émanation virile de la force d’autonomie d’un peuple. Il suffit de noter que la biographie de Teresa parue il y a deux ans dans une prestigieuse collection consacrée aux reines du Portugal, et qui est d’ailleurs une œuvre de recherche de premier ordre, s’intitule ambigument A Condessa-Rainha5.

  • 6 La CAI, qui est la source la plus proche pour cet acte juridique dont le diplôme n’est pas connu, a (...)
  • 7 La CAI insiste sur ce point (voir M. R. FERREIRA, « O reino de Portugal… », § 24).
  • 8 Ses exploits de conquête semblent se restreindre à Sintra, rendue à Alphonse VI en 1099, mise sous (...)

4L’autorité indiscutable de cette femme, légitime propriétaire du territoire portugais, qui lui avait été conféré en dot par son père lors de son mariage avec Henri6, et sur lequel, après la mort de celui-ci, elle a exercé seule le gouvernement pendant plus de seize ans, pèse lourdement sur l’identité nationale du Portugal. Conscients que la transmission du territoire du Portugal par l’intermédiaire de Teresa faisait du nouveau royaume péninsulaire une concession léonaise7, les textes historiographiques portugais, dès la seconde moitié du XIIe siècle, ont essayé d’effacer la légitimité qui lui revenait par droit de sang, et de réclamer la validité supérieure du droit de conquête attribué à son mari  ̶  lequel, à vrai dire, a conquis fort peu8  ̶  et à leur fils Alphonse Henriques  ̶  lui, sans doute, un grand conquéreur de territoire musulman au sud du fleuve Mondego.

  • 9 Pour une perspective de cette stratégie qui remonte à la rédaction de l’Historia Compostelana, voir (...)
  • 10 M. R. FERREIRA, « Urraca of León-Castile and Teresa of Portugal… », considère cette question dans l (...)

5Tout comme sa sœur Urraque, Teresa a suscité une représentation historiographique assombrie par l’ambition du pouvoir, la luxure et le mauvais jugement politique auquels la faiblesse féminine la condamnaient. En effet, il y a des similarités frappantes entre les portraits moraux que la tradition historiographique médiévale a esquissés de ces deux femmes9. Après leur veuvage, elles sont toutes les deux accusées de refuser de céder les rênes du pouvoir à leurs fils, Alphonse Raimúndez et Alphonse Henriques, respectivement, de laisser leurs amants, les comtes Pedro González de Lara et Fernando Peres de Trava, interférer dans le gouvernement, et d’être ainsi conduites à agir contre le salut des royaumes dont elles avaient la tutelle. De plus, dès la fin du XIIe siècle, les chroniques ont eu tendance à rétrécir, à obscurcir et à avilir la longue période pendant laquelle chacune de ces femmes a effectivement été reine dans son territoire10.

  • 11 Voir id., ibid., p. 230-231 et n. 6.

6Au cours des dernières décennies, nous avons assisté à un nouvel intérêt pour ces deux figures que la tradition a jumelées. Pourtant, la tentative de racheter l’opprobre et l’oubli a été bien plus visible et réussie dans le cas d’Urraque, qui a fait l’objet de plusieurs biographies et d’études excellentes11, que dans celui de Teresa, envers laquelle la critique historique, avec peu d’exceptions, tend à adopter une perspective paternaliste. En effet, la plupart des historiens ne se montrent pas enclins à lui attribuer le rôle de sujet conscient de ses propres actions, et persistent à la représenter en quelque sorte comme la marionnette de volontés successives et de projets politiques masculins.

  • 12 Voir T. MARTIN, Queen as King…, et Emmanuelle KLINKA, « L’affirmation d’une nouvelle dynastie », e- (...)
  • 13 Voir Georges MARTIN, « La Historia legionensis (llamada silensis) como memoria identitaria de un re (...)
  • 14 Miriam SHADIS, « The First Queens of Portugal and the Building of the Realm », in : T. MARTIN (éd.) (...)

7Une pareille asymétrie peut être constatée dans l’approche de l’intervention des deux sœurs sur le champ culturel péninsulaire et de leur rapport aux instances ecclésiastiques qui s’en chargeaient. L’importance du mécénat d’Urraque à Léon pour l’agrandissement et embellissement du monastère de Saint-Isidore, ainsi que son soutien aux traditions attachées au panthéon familial que Sancie de Léon, sa grand-mère, y avait institué, sont aujourd’hui reconnus12. De plus, la récente attribution de la chronique Legionense (olim Silense), au moine léonais Ordoño Sisnández, notaire d’Urraque entre 1111 et 111713, lui octroie un rôle majeur dans l’histoire de l’appropriation de la mémoire écrite par le pouvoir monarchique. Pourtant, la recherche ne s’est que marginalement penchée sur la question de l’intérêt, ou de l’indifférence, de Teresa vis-à-vis de la culture, des arts, des lettres de son temps, et des institutions où elles fleurissaient14. L’élucidation de son action politique a nettement pris le devant sur celle de son action culturelle.

Teresa et Santa Cruz de Coimbra

  • 15 Voir Aires Augusto NASCIMENTO (éd.), Hagiografia de Santa Cruz de Coimbra, Lisbonne : Colibri, 1998 (...)
  • 16 Voir L. C. AMARAL et M. J. BARROCA, A Condessa-Rainha…, p. 283-285.
  • 17 « Tello archediaconus […] querebatur precibus a clero et populo episcopus. Quod et tunc fieret Regi (...)
  • 18 Alphonse Henriques « a quibusdam […] sibi persuadetur in episcopum ordinare domnum Bernardum » (éd. (...)
  • 19 « Petiueret nempe quondam ipse presbiter a regina, et promissum non dederat, quia tunc, omnia pertu (...)

8On remarque sans surprise que l’historiographie portugaise du XIIe siècle, par norme si avare en informations sur la mère du premier roi, reste muette là-dessus. Il y a pourtant une source narrative, l’hagiographie latine de D. Telo, moine augustinien fondateur du monastère de Santa Cruz de Coimbra, intitulée Vita Tellonis15, qui rapporte un épisode très curieux concernant l’implantation dudit monastère. Selon cette source, la première pierre de l’édifice fut posée en 1131, trois ans après la prise du pouvoir par Alphonse Henriques ; pourtant, les diligences de Telo, qui entretenait ce projet depuis le retour d’un long voyage en Terre Sainte, avaient commencé bien auparavant, sous le gouvernement de la reine Teresa, à laquelle D. Telo avait demandé la concession du terrain de son choix pour l’emplacement du monastère. Le récit hagiographique rend clair que Teresa était très favorable à Telo, alors archidiacre, et qu’après la mort de D. Gonçalo, prélat de la ville (survenue fin 1127 ou, plus probablement, début 1128)16, elle aurait voulu le voir assis sur le siège épiscopal de Coimbra17. Le texte remarque aussi qu’Alphonse Henriques était contraire à D. Telo, l’ayant écarté de la succession diocésaine après sa révolte victorieuse contre sa mère et le comte de Trava en juin 112818. Toujours selon la même source, la reine avait promis à D. Telo le terrain destiné au monastère, mais n’avait pas accompli la donation car la situation politique s’étant dégradée, elle avait perdu tout pouvoir19.

  • 20 La documentation garde le registre de cet échange et permet donc d’affirmer la véracité de cette an (...)
  • 21 « Qui […] amore laudes ardenter plenus ad quoscumque aure flatus, ut arundo fragilis ferebatur proc (...)

9Bien que le rédacteur n’indique pas explicitement la raison de cet état de choses, il est logique de l’attribuer à la même circonstance qui, quelques lignes plus haut dans le texte, avait empêché la reine de parvenir à élever D. Telo comme prélat de Coimbra, c’est-à-dire, sa déposition par son fils. Ensuite, l’hagiographie rapporte que Telo a dû patienter trois ans sous le gouvernement d’Alphonse Henriques, jusqu’à ce que, par un heureux hasard, la convoitise de celui-ci fut éveillée par une belle selle de cheval ouvragée que le religieux avait apportée de Montpellier. Ceci a donné à Telo l’occasion de suggérer un échange, et d’obtenir enfin la concession du terrain souhaité20. À en croire cette version, contemporaine de la fondation de Santa Cruz, c’est Teresa qui a été la vraie promotrice du monastère. Le jeune Alphonse Henriques, que le texte juge inconstant, influençable et vaniteux21, n’avait été, au moins au début de son règne, qu’une force d’obstruction, et il était à blâmer pour avoir ajourné plusieurs années la construction du monastère de Santa Cruz que la tradition historique portugaise attribue à son initiative et place sous sa protection.

  • 22 Voir la note 19.
  • 23 Voir A. A. NASCIMENTO, Hagiografia de Santa Cruz…, p. 133 et n. 37, où l’auteur considère que cet é (...)
  • 24 Voir J. MATTOSO, D. Afonso Henriques, p. 43-44.
  • 25 Cette période de la vie de la reine Teresa est fort peu connue (voir L. C. AMARAL et M. J. BARROCA, (...)

10Il faut dire que la lecture que je propose pour ces deux passages n’est pas canonique. En effet, l’interprétation coutumière, marquée par la misogynie qui s’est emparée de la représentation de la reine Teresa, subordonne nettement les aspects historiques aux préjugées sur le caractère et le comportement de la veuve d’Henri de Bourgogne. La tradition établit implicitement un lien entre le soutien prêté conjointement par la reine et le comte de Trava aux prétentions épiscopales de Telo, d’un côté, et les propos peu conséquents de Teresa vis-à-vis de celui-ci et de Santa Cruz, de l’autre. Il s’ensuit la conclusion dépréciative que si la reine n’avait même pas de pouvoir sur elle-même, selon l’expression du texte22, c’était à cause de la violence de sa passion pour son amant, Fernando Peres de Trava23. Alors qu’une lecture attentive et objective du texte, soutenue par le contexte politique et la chronologie des événements (la succession ecclésiastique manquée se préparait lorsque la révolte d’Alphonse Henriques était déjà en marche)24, montre que la perturbation générale dont il y est question à propos de la promesse rétractée de donation du terrain pour bâtir le monastère configure une allusion à la prise violente du gouvernement par Alphonse Henriques, à la suite de laquelle la reine Teresa avait été forcée de se retirer du territoire portugais, se rendant à Limia, dans les domaines galiciens où elle semble être restée jusqu’à sa mort avec le comte de Trava25.

11De toute façon, ce qu’il faut retenir est que, lorsqu’on lève l’espèce d’interdit de bien faire qui marque la représentation traditionnelle de la reine Teresa, ces épisodes révèlent son engagement actif avec la figure de D. Telo et les projets de celui-ci concernant le nouveau monastère de Santa Cruz, dont l’importance s’avèrera cruciale, car cette maison religieuse a été, pendant au moins le premier siècle d’existence d’un Portugal indépendant, le siège de la construction de la mémoire et de la légitimation du royaume.

Coimbra, ville mozarabe

  • 26 Voir M. J. BRANCO, « Portugal no reino de León… », et L. C. AMARAL et M. J. BARROCA, A Condessa-Rai (...)

12La liaison négligée entre la reine Teresa et Santa Cruz suscite un regard rétrospectif et critique sur les données, en vérité assez maigres, qui nous sont parvenues sur la politique culturelle dans le territoire qu’Alphonse VI a mis en 1095 sous la tutelle du couple formé par Henri de Bourgogne et la jeune infante. L’analyse de la documentation amène à considérer qu’avec l’obligation de défendre la frontière du Mondego des incursions almoravides, le comte Henri avait reçu de son beau-père la consigne de promouvoir la réforme grégorienne et l’acceptation de la liturgie romaine dans le territoire sous son gouvernement. On peut déduire cette double mission du fait que, tout au long de la période où le comte Henri et la reine Teresa ont été à la tête des destins du territoire portugais, les sièges épiscopaux y ont été presque exclusivement occupés par des évêques transpyrénéens liés à Cluny et très proches de Bernard de Tolède26. Plus tard, Alphonse Henriques n’a pas mis un terme à cette orientation.

  • 27 L’étude magnifique de Gérard PRADALIÉ, « Les faux de la Cathédrale et la crise à Coimbre au début d (...)
  • 28 L’ouvrage de L. C. AMARAL et. M. J. BARROCA, A Condessa-Rainha, offre une perspective actualisée et (...)

13La tentative d’éradication du rite mozarabe en territoire portugais, et surtout à Coimbra, était en cours27. À la suite de la conquête de cette ville, principal centre culturel de l’occident péninsulaire, par Ferdinand I en 1064, le gouvernement avait été confié au mozarabe Sisnando Davides. Une quinzaine d’années plus tard, sous Alphonse VI  ̶  précisément au printemps de 1080, lorsqu’à Burgos avait lieu le concile qui a délibéré la substitution du rite hispanique par la liturgie franco-romaine  ̶  Sisnando Davides prenait la décision de restaurer le diocèse, qu’il confiait personnellement à l’évêque D. Paterno, venu de Saragosse28. Le mozarabisme de la ville s’est beaucoup renforcé pendant la prélature de celui-ci ; pourtant, après sa mort, en 1088, tout a changé. L’évêque élu à Coimbra pour remplacer D. Paterno n’a jamais été consacré. Sisnando Davides, gouverneur de Tolède depuis 1085, n’était plus en mesure de manœuvrer si directement les affaires de la ville portugaise, et après sa mort, survenue en 1091, Bernard de Tolède s’est empressé de faire occuper le siège épiscopal par un prélat venu de Tui, D. Crescónio, dont la tâche principale était de rendre effective la réforme grégorienne. Pourtant, la résistance du clergé local et de la communauté mozarabe semblent l’avoir emporté sur les efforts du prélat.

  • 29 Voir G. PRADALIÉ, « Les faux de la Cathédrale… ».

14En 1099, après la mort de D. Crescónio et déjà sous le gouvernement d’Henri de Bourgogne, le moine clunisien Maurice de Limousin, dit Burdin, compagnon de route de Bernard de Tolède, a été sacré évêque de Coimbra ; cependant, il ne semble pas avoir réussi mieux que son prédécesseur. Il suffisait de l’absence temporaire de l’évêque pour que les chanoines de la cathédrale retombent dans des habitudes ancestrales. À Maurice, devenu en 1009 archevêque de Braga, a succédé D. Gonçalo, encore un homme de main de Bernard de Tolède, qui arriva enfin à faire prévaloir à Coimbra les réformes grégoriennes. Vers 1116, déjà sous le gouvernement de Teresa (Henri est mort en 1112), après une longue période d’accrochages entre les partisans des deux camps, l’adhésion au nouveau rite de la cathédrale de Coimbra, des monastères et des églises sous son autorité, peut se considérer accomplie29. Pendant tout ce temps, le pouvoir politique a cautionné la réforme grégorienne par d’importantes donations à la cathédrale, parmi lesquelles est particulièrement significative celle, en 1109, du déjà vétuste monastère de Lorvão, un important centre de culture mozarabe qui a été le dernier à renoncer à la résistance contre la nouvelle liturgie. Il faut pourtant remarquer que, à l’exception du début de la prélature de D. Gonzalo (entre 1109 et 1113, où celui-ci apparait souvent dans la documentation du comte et de la première année du gouvernement de l’infante veuve), la présence des évêques de Coimbra à la cour portugaise est rare.

La politique portugaise et la réforme romaine

  • 30 Toujours selon L. C. AMARAL et M. J. BARROCA, A Condessa-Rainha, p. 124-150, 270-287.

15Il est vrai que les décisions politiques d’Henri de Bourgogne, et ensuite de Teresa, visant le renforcement de leur autorité territoriale ne s’accordaient pas toujours avec les intérêts de Bernard de Tolède et d’autres dignitaires ecclésiastiques. Le comte avait entrepris la tâche de rendre au diocèse de Braga son ancienne dignité métropolitaine. Gerald de Moissac, évêque de Braga depuis 1097, l’avait obtenue deux années plus tard du pape Pascal II. En 1103, le même pontife avait promulgué la soumission à Braga des principaux sièges épiscopaux du territoire galicien et portugais : Astorga, Mondoñedo, Ourense, Tui, Porto, Lamego, Viseu et Coimbra, parmi lesquels Porto, Lamego et Viseu n’avaient pas encore été restaurés. Tout ceci n’était évidemment pas trop du goût ni de Bernard de Tolède et ni de Diégo Gelmírez de Compostelle30.

  • 31 Voir J. F. MEIRINHOS, « A filosofia no século XII… », p. 33-34.

16Quoi qu’il en soit, pendant les seize années où il a été comte du Portugal, Henri de Bourgogne ne s’est jamais écarté de la promotion de l’autorité religieuse romaine sur ses domaines, soit en ce qui concerne les diocèses déjà restaurés (Braga et Coimbra ; Porto sera restauré l’année après sa mort et confié encore une fois à un évêque français, Hugues, un des rédacteurs de la Historia Compostellana), soit par la dotation préférentielle de communautés religieuses qui adoptaient les nouveaux modèles de spiritualité monastique venus de France et de Rome, en rupture avec les traditions locales qui préservaient l’héritage visigothique. Après la mort du comte, la reine Teresa a continué de soutenir la réforme grégorienne dans le territoire sous son autorité (même si ses relations avec le diocèse de Braga se sont entretemps beaucoup dégradées). Par son aspect symbolique aussi bien que par ses traces matérielles, la conséquence culturelle la plus marquante de ces trois décades d’orientation politico-religieuse favorable à Cluny a été la disparition, dès le dernier quart du XIIe siècle, de l’ancienne écriture visigothique, laissant place à la nouvelle lettre caroline, véhiculée par les livres liturgiques qui servaient la réforme grégorienne favorisée par les positions officielles du pouvoir. Même à Coimbra, malgré la force de la résistance mozarabe dont je viens de parler, l’ancienne écriture n’a pas tenu longtemps31.

  • 32 Pour une perspective intégrée du fondement et la portée, dans le courant du XIIe siècle, de la légi (...)

17Ce pan de fond, où se mêlent, s’alliant et se heurtant à la fois, des intérêts très divers (personnels, institutionnels, communautaires même), met en relief que le profond engagement du couple dominant sur le Portugal dans la cause franco-romaine n’est pas totalement explicable, surtout en ce qui concerne Teresa, par l’attachement familial du comte à l’ordre de Cluny. Il est important de ne pas oublier que le territoire portugais était une donation d’Alphonse VI à sa fille. Surtout après la mort du monarque, la légitimité du pouvoir réclamé par Teresa sur le Portugal ne pouvait se jouer que par le renforcement de son affiliation de sang32, mise en valeur dans toute sorte de diplômes, avec la démonstration de cette continuité dans l’application du legs idéologique reçu de celui qui était à l’origine de son autorité personnelle. La reine Urraque avait en faveur de la légitimité de son droit des raisons d’ordre dynastique et la possibilité de les rendre visibles par son patronage de San Isidore de Léon. Pour Teresa, qui s’inventait en tant que reine d’un territoire sans tradition de souveraineté propre, la persévérance dans la réforme religieuse fonctionnait comme une sorte d’emblème légitimateur qu’elle aurait tort de ne pas afficher. Hormis la force, elle n’avait d’autres arguments que cet héritage spirituel pour faire valoir ses prétentions. Si Cluny instrumentalisait les détenteurs du pouvoir politique du Portugal pour venir à bout de la culture mozarabe et concrétiser la soumission religieuse du territoire, Teresa, pour sa part, a fort probablement utilisé Cluny pour sauvegarder son charisme politique.

Teresa et Johannes Hispalensis

18Il n’y aurait plus grand-chose à dire sur l’action culturelle de la reine Teresa si ce n’était pour une petite information qui peut nous faire suspecter que, malgré ses stratégies de légitimation, la fille naturelle d’Alphonse VI avait une position beaucoup plus ouverte vis-à-vis du vieil héritage multiculturel péninsulaire que celle que son engagement visible envers la cause clunisienne conduit à croire.

  • 33 Sur ce personnage, les questions soulevées par son identification et l’établissement de l’étendue d (...)
  • 34 L’ouvrage cité de Steven J. WILLIAMS, The « Secret of Secrets » : The Scholarly Career…, offre une (...)

19En effet, la traduction partielle de l’arabe au latin du Secretum secretorum pseudo-aristotelicien, due à un Jean de Séville, Johannes Hispalensis33, affirme au tout début du texte avoir été commandée par une « domna T. […] regina Hispaniarum ». De cette œuvre, un miroir de princes rédigé sous la forme de conseils épistolaires d’Aristote à son pupille Alexandre qui a été par la suite extensivement traduit en Castillan, la version latine du XIIe siècle n’a retenu que le chapitre consacré à la santé du corps, sous le titre « Epistula Alexandro de dieta seruanda »34.

20Parmi les Johannes liés aux cercles de traduction tolédans du XIIe siècle qui ont fait suivre leur nom par des précisions géographiques ou autres, les études tendent à s’accorder maintenant sur l’existence de trois personnages différents : un Hispalensis atque Limiensis, mort au plus tard en 1157 ; un Ibn Dawud, à peu près contemporain de celui-ci, collaborateur de Gundissalinus ; et un Hispanus, plus jeune, mort en 1215. Le traducteur du Secretum Secretorum semble avoir été le premier d’entre eux. Il a laissé la traduction d’un nombre important d’ouvrages de médecine, magie et astrologie, et encore du traité philosophique De differentia spiritus et animae, de Costa ben Luca, dédiée en 1143 à Raymond de la Sauvetat, archevêque de Tolède. Contrairement à ce qui a été courant chez les traducteurs tolédans, Jean de Séville avait la particularité de traduire directement de l’arabe vers le latin.

21Pour ce qui est de la commanditaire de la traduction, il n’y a dans la première moitié du XIIe siècle hispanique d’autre reine dont le nom commence par T. que Teresa du Portugal. Un des manuscrits de la traduction dédouble même l’initiale en « Tharaesia ». D’ailleurs, l’adjonction de « Limiensis » au nom de Johannis Hispalensis dans plusieurs de ses travaux, aussi bien que la déclaration, présente dans quelques-uns, qu’ils ont été réalisés à Limia (sa version latine des Rudimenta d’Al-Farghani est encore plus précise et informe que le texte a été conclu à Limia le 11 mars 1135), ôtent tous les doutes sur l’identification de « T. regina » avec Teresa du Portugal. La présente étude vient conforter cette certitude avec de nouveaux éléments.

  • 35 Voir C. Burnett, « The Coherence of the Arabic-Latin Translation Program in Toledo in the Twelfth C (...)
  • 36 Voir plus haut, note 25.

22En effet, il y a quelques précisions qui peuvent être ajoutées aux données et conclusions acquises sur ce Johannes Hispalensis et Limiensis dont les premiers écrits ont dû devancer l’intérêt tolédan par les traductions de l’arabe au latin, entamé dans la décade de 113035. Les spécialistes s’accordent à identifier la région dont le traducteur se réclame avec la vallée du fleuve Lima au nord du Portugal, autour de la vile de Ponte de Lima. Pourtant, hormis son titre de reine du Portugal, rien ne lie spécifiquement Teresa à cette géographie portugaise. Par contre, ses prétentions à la souveraineté sur les territoires galiciens adjacents de Toroño et Limia sont bien connues, et c’est à Limia, dont Fernando Pers de Trava a été « tenente », que Teresa a passé les deux dernières années de sa vie, entre 1128 et 1130. Son autorité sur cette région, seule ou avec le comte de Trava, est clairement affirmée dans des documents des années vingt du XIIe siècle, et notamment dans sa période d’exil. On trouve à plusieurs reprises « reginae T., et comitis Ferdinandi Limiam regentis » (1122) ; « Regnante regina domna Tarasia in Portugale et Limia usque riuulum spaliosum » (1124) ; « Regnante […] regina Tarasia in Limia et dux Fernandus » (1228)36.

  • 37 Österreichische Nationalbibliothec, ms. 5311, fol. 41vb, apud C. BURNETT, « Magister Iohannes Hispa (...)
  • 38 Le parcours politique de Maurice Bourdin est détaillé par L. C. AMARAL et M. J. BARROCA, A Condessa (...)

23Parmi les écrits de Jean de Séville, il y a encore d’autres indications qui confirment ses connexions à l’époque, aux domaines et aux cercles de D. Teresa. Une recette hermétique contre les calculs rénaux qui lui est attribué porte l’indication : « Mirabilis cura contra malum calculi, vel lapidis, vel contra malum yliorom, Hermetis, quam misit magister Johannes Hispalensis Gregorio Pape patienti id malum »37. Or, le seul pape Grégoire contemporain de Jean de Séville est le même Maurice de Limoges, dit Bourdin, dont il a été question plus haut. Evêque de Coimbra de 1099 à 1109, archevêque de Braga entre 1109 et 1118, il a été élu pape cette même année, sous le nom de Grégoire VIII, dans le contexte des conflits entre la papauté et l’empereur Henri V, succédant à Pascal II ; mais il fut peu de mois plus tard contesté, destitué et excommunié38.

24C’est donc aux côtés d’un archevêque, Raymond de la Sauvetat, et d’un pape (plutôt un anti-pape), Maurice Bourdin/Grégoire VIII, qu’il faut placer la reine Teresa en tant que mécène des lettres, avant même que la vogue de traduction de textes arabes ne se soit affirmée dans les cercles tolédans. Et son rôle précurseur semble avoir été bien plus important que de commander la version latine d’un petit traité de médicine pratique. Jean de Séville, sans doute un mozarabe et peut-être un clerc, comme sa capacité de traduire directement de l’arabe vers le latin le laisse deviner, a abandonné le territoire maure. Il ne s’est pas fixé ni à Tolède ni à Coimbra, les villes qui étaient, où avaient été, les centres privilégiés de sa culture en territoire chrétien. Il a cherché et trouvé accueil dans les domaines limiens de la reine Teresa et du comte de Trava, où il séjournait encore en 1135 et où il a vraisemblablement produit une partie considérable de son œuvre.

L’Histoire, jeux d’ombre et de lumière

25Si l’on se rappelle que c’est sous le gouvernement de Teresa, aux environs de 1116, que l’évêque D. Gonçalo a finalement réussi à anéantir la vieille résistance mozarabe à Coimbra, la bienveillance de la reine envers Jean de Séville semble tout à fait surprenante. Pour essayer de la comprendre, il faudrait peut-être revenir sur le point de départ de cette enquête sur l’action culturelle de la reine Teresa du Portugal, et se demander si la divergence entre elle et son fils Alphonso Henriques, rapportée par la Vita Tellonis, au sujet de l’élection de D. Telo et de l’implantation du futur monastère de Santa Cruz, ne cache une dissension politique et stratégique plus fonde, concernant non pas le soutien du rite hispanique, déjà révolu, mais la tolérance envers la culture mozarabe et ceux qui continuaient de l’embrasser.

  • 39 Voir L. C. AMARAL et M. J. BARROCA, A Condessa-Rainha…, p. 284-285.
  • 40 Selon le récit rédigé par un des croisés qui ont participé à la prise de la ville (A.A. Nascimento (...)
  • 41 La Vita Theotonii (A. A. Nascimento (éd.), Hagiografia de Santa Cruz de Coimbra, p. 138-222, p. 176 (...)

26Il est peut-être important de noter que, dès la deuxième année du gouvernement de Teresa, en 1113, lorsqu’à à Coimbra l’évêque D. Gonçalo s’appliquait à imposer la liturgie romaine, la présence de ce prélat à la cour de la reine devient plus rare, et disparaît presque totalement après 112239. Si l’on met en rapport ces indices avec deux épisodes bien connus  ̶  l’un historique, l’assassinat de l’évêque mozarabe de Lisbonne lors de la conquête de la ville par Alphonse Henriques en 114740, l’autre hagiographique, la réprimande donné par le premier abbé de Santa Cruz, saint Teotónio, à ce même roi, parce qu’il revenait d’une de ces campagnes militaires dans le Sud accompagné d’une foule de prisonniers mozarabes que D. Teotónio fit immédiatement libérer41  ̶ et si l’on tient compte, enfin, du manque de bienveillance générale des textes hagiographiques de Santa Cruz envers le personnage du jeune Alphonse Henriques, on commence à avoir des instruments pour approcher selon un angle différent non seulement l’intervention de D. Teresa dans la fondation du monastère, mais aussi l’imbrication entre le destin de la culture mozarabe et les questions politiques autour de la fondation du royaume du Portugal.

27L’Histoire s’écrit parfois en noir et blanc, mais la réalité derrière les représentations historiographiques est pleine de nuances. À nous de les mettre en lumière.

Haut de page

Notes

1 L’excellente biographie de la reine Teresa par Luís Carlos AMARAL et Mário Jorge BARROCA, A Condessa-Rainha : D. Teresa, Lisbonne : Círculo de Leitores, 2012, est actuellement l’ouvrage le plus complet et le mieux documenté pour tout ce qui concerne les circonstances personnelles et politiques qui ont entouré la vie de cette femme dont la mémoire a été ternie par l’histoire. La sélection d’études plus ou moins longues qui s’occupent de cette figure historique est présentée dans Maria do Rosário FERREIRA, « Urraca of León-Castile and Teresa of Portugal : the Iberian paradigm of feminine power revisited by thirteenth and fourteenth century historiography », in : M. R. FERREIRA, A. S. LARANJINHA et J. C. MIRANDA, Seminário Medieval 2009-2011, Porto : Estratégias Criativas, 2011 (URL : http://ifilosofia.up.pt/proj/admins/smelps/docs/9%20Ferreira,%20Urracas%20(pp.%20229-253).pdf), p. 229-253, p. 230-231 et n. 6, à laquelle il faut ajouter Gregoria CAVERO DOMÍNGUEZ, « Teresa Alfonso, infanta y reina de Portugal, a través de la historiografía y las crónicas castellanoleonesas de su época », in : IX Congreso de Estudios Medievales, Fundamentos medievales de los particularismos hispánicos, León, 2005, p. 411-425, est toujours actuelle et utile. Sur la représentation négative de la mère d’Alphonse Henriques dans la tradition historiographique portugaise et chez les historiens modernes, voir M. R. FERREIRA, « Urraca of León-Castile and Teresa of Portugal… », p. 232 et n. 11, aussi bien que id., « O reino de Portugal na Chronica Adephonsi Imperatoris », e-Spania [En ligne], 15 | juin 2013 (URL : http ://e-spania.revues.org/22317 ; DOI : 10.4000/e-spania.22317), § 6 et n. 8.

2 Voir M. R. FERREIRA, « Urraca of León-Castile and Teresa of Portugal… », p. 231 et n. 9.

3 Voir Carl ERDMANN, Das Papsttum und Portugal in ersten Jahrhundert der portugiesischen Geschichte, Berlin, Weidmannsche Buchhandlung, 1927, doc. 16 (Pascal II, 1116); 18 et 24 (cardinal Boson, légat papal, 1117, 1121); 21 (Calixte II, 1121); 26 (Honoré II, 1126); 28 et 31 (Innocent II, 1135, 1139); 41 et 42 (Lucius II, les deux de 1144), 47 (Eugène III, 1148); 110 (Jean, légat de Urbain III, 1187);149, 150; et (Célestin III, 1195, 1196), respectivement p. 170, 172, 181, 175, 184, 186, 191, 204, 206, 212, 303, 369 et 372. Le dernier de ces documents se révèle particulièrement intéressant dans la mesure où il invoque la mémoire de Teresa pour lui attribuer la donation aux Templiers de Pombal, Redinha et Ega, dans le contexte de la défense du territoire autour de Coimbra contre les musulmans, ce qu’elle n’aurait pu faire car lors de ces donations, postérieures à 1131, elle était déjà morte.

4 Voir Antonio MAYA SÁNCHEZ (éd.), Chronica Adefonsi imperatoris, in : Emma FALQUE, Juan GIL, Antonio MAYA SÁNCHEZ (éd.), Chronica Hispana saeculi XII (Corpus Christianorum Continuatio Mediaevalis, 71), Turnholt : Brepols, 1990, p. 109-248 (I, 46). Dorénavant, cet ouvrage sera désigné par CAI.

5 Il est très intéressant de vérifier à quel point cette répugnance nationale envers la dignité royale de Teresa transparaît dans l’História de Portugal de Alexandre HERCULANO, parue entre 1846 et 1853, et qui est sans conteste l’ouvrage fondateur de l’historiographie portugaise contemporaine. En fait, l’historien s’évertue à lui trouver des désignations (« infanta dos portugueses », « infanta-rainha », « viúva do conde D. Henrique » ou simplement « D. Teresa ») qui permettent de marquer le contraste entre le statut de Teresa et celui de sa sœur Urraque, qu’il appelle volontiers « rainha de Leão e Castela » (voir A. HERCULANO, História de Portugal. Desde o Começo da Monarquia até ao fim do Reinado de Afonso III, Prefácio e notas críticas de José MATTOSO (4 vol.), Lisbonne : Livraria Bertrand, 1980-1983, vol. 1, p. 307-383). Il ne l’appelle « rainha » qu’une fois, peut-être par distraction (ibid., p. 374).

6 La CAI, qui est la source la plus proche pour cet acte juridique dont le diplôme n’est pas connu, affirme qu’Alphonse VI « dotauit eam magnifice dans Portugalensem terram iure hereditario » (I, 73). La donation de ce territoire à Teresa et la modalité de la concession de son gouvernement au comte Henri de Bourgogne est une question controversée qui a suscité une bibliographie très abondante, parmi laquelle il faut retenir les diverses études publiées entre les années vingt et les années soixante du XXe siècle par Paulo MERÊA, récemment rééditées ensemble dans ses Estudos de Historia de Portugal, Lisbonne : Imprensa Nacional/Casa da Moeda, 2006, p. 235-307 ; les réflexions de Hilda GRASSOTTI, Las instituciones feudo-vassallaticas en Leon y Castilla, 2 vol., Spoleto : Centro Italiano di Studi sull’Alto Medioevo, 1969 (1, p. 171-172, 197 ; et 2, p. 624, 648-649, 656), et de Torquato de Sousa SOARES, Formação do Estado Portugues (1096-1179), Trofa : Solivros, 1989, p. 55-64. Voir aussi la synthèse de Damião PERES, Como nasceu Portugal, Porto : Vertente, 1992, p 77-84 ; et également les considérations de Maria João BRANCO, « Portugal no reino de León : Etapas de uma relação (866-1179) », in : El Reino de Leon en la Alta Edad Media, León : Centro de Estudios y Investigación San Isidoro, 1993, p. 537-625, p. 580-583.

7 La CAI insiste sur ce point (voir M. R. FERREIRA, « O reino de Portugal… », § 24).

8 Ses exploits de conquête semblent se restreindre à Sintra, rendue à Alphonse VI en 1099, mise sous la domination de Raymond de Bourgogne et bientôt reprise par les musulmans. Le comte Henri s’en empare à nouveau en 1099, mais n’arrive pas à la défendre longtemps. Sintra ne sera définitivement intégrée dans l’espace chrétien péninsulaire qu’en 1147, après la conquête de Lisbonne par son fils Alphonse Henriques. L’importance historique du comte Henri de Bourgogne est plus administrative que militaire, et réside surtout dans la restauration de l’archevêché de Braga, cruciale pour la viabilité de son projet d’unification politique et ecclésiastique du territoire occidental sous son commandement (voir. D. PERES, Como nasceu…, p. 82-94 ; et M. J. BRANCO, « Portugal no reino de León... ».

9 Pour une perspective de cette stratégie qui remonte à la rédaction de l’Historia Compostelana, voir M. R. FERREIRA, « Urraca of León-Castile and Teresa of Portugal… », p. 233 et n. 13. La caractérisation misogyne de ces deux reines dans les chroniques est mise en évidence par Isabel Barros DIAS, « “Senhoras endiabradas” (Reines endiablées) dans quelques chroniques ibériques des XIIIe et XIVe siècles », in : Les Cahiers du CRISIMA (Reines et princesses au Moyen Âge), 5 (2), 2001, p. 809-819 ; Therese MARTIN, Queen as King : Politics and Architectural Propaganda in Twelfth-Century Spain, Leiden : Brill., 2006, p. 1-30 ; M. J. BBRANCO et I. B. DIAS, « Metamorfoses de Urraca de Castela-Leão e de Teresa de Portugal : construções e desconstruções das imagens de duas rainhas », in : A. LÓPEZ CASTRO et L. CUESTA TORRE (éd.), Actas del XI Congreso Internacional de la Asociación Hispánica de Literatura Medieval, León : Universidad de León, 2007, p. 335-347.

10 M. R. FERREIRA, « Urraca of León-Castile and Teresa of Portugal… », considère cette question dans le détail.

11 Voir id., ibid., p. 230-231 et n. 6.

12 Voir T. MARTIN, Queen as King…, et Emmanuelle KLINKA, « L’affirmation d’une nouvelle dynastie », e-Spania [En ligne], 3 | juin 2007 (URL : http://e-spania.revues.org/19260  ; DOI : 10.4000/e-spania.19260).

13 Voir Georges MARTIN, « La Historia legionensis (llamada silensis) como memoria identitaria de un reino y como autobiografía », e-Spania [En ligne], 14 | décembre 2012 (URL : http://e-spania.revues.org/21740  ; DOI : 10.4000/e-spania.21740), § 20, et id., « Ordoño Sisnández, autor de la Historia legionensis (llamada silensis). Notas histórico-filológicas sobre un ego fundador », e-Spania [En ligne], 14 | décembre 2012 (URL : http://e-spania.revues.org/21711  ; DOI : 10.4000/e-spania.21711), § 19.

14 Miriam SHADIS, « The First Queens of Portugal and the Building of the Realm », in : T. MARTIN (éd.), Reassessing the Rôles of Women as Makers of Art and Architecture , Leiden : Brill, 2012, p. 671-702, p. 679-683, revisite la documentation connue de la reine Teresa sous la perspective novatrice de la possible utilisation des larges et fréquentes donations qu’elle a faites à diverses entités ecclésiastiques pour la production architecturale et artistique dans le territoire sous son domaine

15 Voir Aires Augusto NASCIMENTO (éd.), Hagiografia de Santa Cruz de Coimbra, Lisbonne : Colibri, 1998, p. 54-121.

16 Voir L. C. AMARAL et M. J. BARROCA, A Condessa-Rainha…, p. 283-285.

17 « Tello archediaconus […] querebatur precibus a clero et populo episcopus. Quod et tunc fieret Regina Tharasia et comite Fernando in hoc nitentibus, nisi […] regina una cum suo comite a regno expulsis, eius filius […] uno die bellando […] susciperet principatum » (éd. NASCIMENTO, p. 58).

18 Alphonse Henriques « a quibusdam […] sibi persuadetur in episcopum ordinare domnum Bernardum » (éd. NASCIMENTO, p. 60).

19 « Petiueret nempe quondam ipse presbiter a regina, et promissum non dederat, quia tunc, omnia perturbata, nec sui ipsius potestatem habuerat » (éd. NASCIMENTO, p. 60).

20 La documentation garde le registre de cet échange et permet donc d’affirmer la véracité de cette anecdote qu’à première vue on croirait légendaire. Le monastère de Santa Cruz ayant été fondé le 28 juin 1131, D. Telo rédige le lendemain même un testament où il cède à la nouvelle maison monastique les bains royaux qui lui avaient été donnés par Alphonse Henriques. Il est intéressant de mettre en rapport la rédaction de la donation de l’infant portugais, datée de décembre 1130, environ un mois après la mort de D. Teresa, (« Do et concedo vobis illas balneas cum suis locis et terminis antiquis cum suo fonte et aqueductu sicuti fuit in diebus alvazil domni Sisnandi. Habeatis vos illas predictas balneas jure hereditario et faciatis de illis quicquidvobis placuerit. Et hoc facio pro bono servitio quod michi fecistis et amore cordis mei quem erga vos habeo », doc. 122, Leontina VENTURA et Ana FARIA (éd.), Livro Santo de Santa Cruz, Coimbra : INIC, 1990, p. 264), et celle du testament de l’archidiacre (« illius videlicet balnei, quod domnus infans JIdefonsus magni imperatoris nepos dedit michi dono, prius accepta a me quedam que vulgo dicitur sella, […] ad construendum ibi Sancte Crucis templum », doc. 6, id., ibid., p. 117). Je remercie Filipe Alves Moreira pour m’avoir signalé ces documents, qui sont sans doute la source de l’épisode hagiographique en cause. Ce qui ressort de leur lecture est que les bains ont été accordés à Telo en paiement de la selle, et qu’Alphonse Henriques ne montre aucun intérêt pour leur devenir, et donc que le jeune prince ne se souciait pas du tout de la fondation du monastère. Il s’agit là d’une situation qui n’autorise nullement la tradition historiographique qui fait de Santa Cruz de Coimbra une sorte de projet personnel pieux du premier roi du Portugal.

21 « Qui […] amore laudes ardenter plenus ad quoscumque aure flatus, ut arundo fragilis ferebatur procliuis » (éd. NASCIMENTO, p. 58-60).

22 Voir la note 19.

23 Voir A. A. NASCIMENTO, Hagiografia de Santa Cruz…, p. 133 et n. 37, où l’auteur considère que cet épisode véhicule une critique voilée aux mœurs de la reine. La légitimité de l’union de celle-ci avec le comte galicien Fernando Peres de Trava est une des questions les plus controversées de la problématique historique autour de la fondation du royaume du Portugal. Les études les plus récentes tendent à dévaloriser les arguments formels d’ordre ecclésiastique qui nient à cette liaison le statut de mariage et à accepter sa validité fondée sur des critères fonctionnels (c’est le cas de José MATTOSO, História de Portugal, 2 (A Monarquia Feudal), Lisbonne : Estampa, 1994, p. 48, 52-53, qui considère que le fait que Fernando Peres ait « hérité » les prérogatives et les fonctions du comte Henri de Bourgogne, premier mari de Teresa, rend évident son statut public de consort de la reine ; voir aussi id., D. Afonso Henriques, Lisbonne : Círculo de Leitores, 2006, p. 30-32 ; et L. C. AMARAL et M. J. BARROCA, A Condessa-Rainha, p. 222-223). Il est donc fort probable que la liaison entre Teresa e Fernando Peres  ̶  et, par homologie, celle entre la reine Urraca et le comte castillan Pedro Gonçálvez de Lara  ̶  a été considérée comme un vrai mariage selon la coutume d’une époque au cours de laquelle la bénédiction liturgique du lien matrimonial n’était pas encore tout à fait instituée (voir au sujet de l’évolution du concept de mariage aux XIe et XIIe siècles, J. MATTOSO, História de Portugal, 2, p. 52-53, et Gabriel LE BRAS, « Le mariage dans la théologie et le droit de l'Église du XIe au XIIIe siècle », Cahiers de civilisation médiévale, 42, 1968, p. 191-202). Cette interprétation est confortée par le fait que, dans des sources des XIIIe et XIVe siècles dérivées d’une tradition textuelle plus ancienne, les deux comtes sont appelés « padrastos » des fils de leurs reines respectives (voir Filipe Alves MOREIRA, « Um novo fragmento da Crónica Portuguesa de Espanha e Portugal e suas relações com a historiografia alfonsina », in : Seminário Medieval 2009-2011, p. 289-321, et M. R. FERREIRA, « Urraca of León-Castile and Teresa of Portugal... », p. 233-234 et n. 14-15, p. 242-244 et n. 43, 49-50.

24 Voir J. MATTOSO, D. Afonso Henriques, p. 43-44.

25 Cette période de la vie de la reine Teresa est fort peu connue (voir L. C. AMARAL et M. J. BARROCA, A Condessa-Rainha, p. 73, 231-233 et 288-289). L’attribution de la « tenencia » de Limia à Fernando Peres de Trava est documentée en 1231, par concession d’Alphonse VII (voir Simon BARTON, The Aristocracy in Twelfth-century León and Castile, Cambridge : University Press, 1997, p. 241-242). Pourtant, des documents où le comte figure à côté de la reine Teresa illustrent son autorité sur cette région galicienne bien auparavant. C’est le cas de la charte de privilèges donnée à la vile d’Orense en 1122, qui, en plus de la confirmation de la reine Urraca, porte celles de « reginae T., et comitis Ferdinandi Limiam regentis » (voir les trois documents autour de ces privilèges édités par María Beatriz VAQUERO DÍAZ et Francisco Javier PÉREZ RODRÍGUEZ, Colección documental del Archivo de la Catedral de Ourense, León : Centro de Estudios y Investigación San Isidoro, 2010, 1, doc. 9, 10 et 53). Un autre document, daté du 23 novembre 1128, dont la clause Regnante mentionne « Regnante rege Adefonso [VII] in Legio civitas et regina Tarasia in Limia et dux Fernandus tenente Limia conde domno Monio » (José Miguel ANDRADE CERNADAS, O Tombo de Celanova. Estudio introductorio, edición e índices (séculos IX-XII), Saint-Jacques de Compostelle : Conselho da Cultura Galega, 1995, 2, doc. 134), permet de situer très précisément le couple à la période de l’exil. Le comte Monio référé est fort probablement Muño Peláez de Monterroso, beau-frère de Fernando, marié avec sa sœur Lupa Peres de Trava (voir S. BARTON, The Aristocracy..., p. 268.

26 Voir M. J. BRANCO, « Portugal no reino de León… », et L. C. AMARAL et M. J. BARROCA, A Condessa-Rainha, p. 124-150. Pour une vision d’ensemble des contours sociaux et politiques de l’implantation de Cluny en péninsule Ibérique, voir Carlos Manuel REGLERO DE LA FUENTE, Cluny en España. Los prioratos de la provincia y sus redes sociales (1073-ca 1270), León : Centro de estudios e investigación « San Isidoro », 2008.

27 L’étude magnifique de Gérard PRADALIÉ, « Les faux de la Cathédrale et la crise à Coimbre au début du XIIe siècle », in : Mélanges de la Casa de Velásquez, 10, 1974, p. 77-97, est toujours une référence fondamentale sur ce sujet. Pour le complexe processus d’assimilation de la culture romane dans l’espace monastique de Coimbra, voir José Francisco MEIRINHOS, « A filosofia no século XII em Portugal : os mosteiros e a cultura que vem da Europa », in : id., Estudos de filosofia medieval. Autores e temas portugueses, Porto Alegre : EST Edições, 2007, p. 29-41.

28 L’ouvrage de L. C. AMARAL et. M. J. BARROCA, A Condessa-Rainha, offre une perspective actualisée et critique du rôle de l’histoire ecclésiastique dans la formation du Portugal qui constitue la base des informations et raisonnements à propos des relations entre l’église et les gouverneurs du territoire présentés dans cette étude. Sur le diocèse de Coimbra depuis sa restauration par Sisnando Davides, voir ibid., p. 113-115, 152-154, 206-208, 281-285.

29 Voir G. PRADALIÉ, « Les faux de la Cathédrale… ».

30 Toujours selon L. C. AMARAL et M. J. BARROCA, A Condessa-Rainha, p. 124-150, 270-287.

31 Voir J. F. MEIRINHOS, « A filosofia no século XII… », p. 33-34.

32 Pour une perspective intégrée du fondement et la portée, dans le courant du XIIe siècle, de la légitimité du droit de Teresa au territoire du Portugal, voir M. R. FERREIRA, « O reino de Portugal na Chronica Adephonsi Imperatoris », § 15-29, et id., « La reine est morte : la succession politique des filles de roi aux XIe et XIIe siècles », e-Spania [En ligne], 17 | février 2014 (URL : http://e-spania.revues.org/23433 ; DOI : 10.4000/e-spania.23433), § 1-21 et 36-37.

33 Sur ce personnage, les questions soulevées par son identification et l’établissement de l’étendue de son œuvre, voir Charles BURNETT, « Magister Iohannes Hispanus : towards the Identity of a Toledan Translator », in : Comprendre et maîtriser la nature au moyen âge, mélanges d’histoire des sciences offerts à Guy Beaujouan, Genève : Librairie Droz, 1994, p. 425-436 ; id., « Magister Iohannes Hispalensis et Limiensis and Qusta ibn Luqa’s De differentia spiritus et animae : A Portuguese Contribution to the Arts Curriculum? », Quodlibetaria Mediaevalia Textos e Estudios, 7-8, 1995, p. 221-267 ; id., « John of Seville and John of Spain : a mise au point », Bulletin de philosophie médiévale, 44, 2002, p. 59–78 ; Steven J. WILLIAMS, « John of Seville and the introduction of the Secret of Secrets to the West », in : id., The « Secret of Secrets » : The Scholarly Career of a Pseudo-Aristotelian Text in the Latin Middle Ages, Ann Arbor : University of Michigan Press, 2003, p. 32-59; Maureen ROBINSON, « The History and Myths Surrounding Johannes Hispalensis », Bulletin of Hispanic Studies, 80 (4), 2003, p. 443- 470, et id., « The Heritage of Medieval Errors in the Latin Manuscripts of Johannes Hispalensis (John of Seville) », Al-Qantara, 28 (1), 2007, p. 41-71. Voir aussi J. F. MEIRINHOS, « A ciência e filosofia árabes em Portugal. João de Sevilha e Lima e outros tradutores », in : id., Estudos de filosofia Medieval…, p. 43-62. Les informations et considérations présentées ici-bas sur Johannes Hispalensis et Limiensis et son œuvre correspondent à une synthèse critique des donnés et des conclusions apportées par ces études specialsées.

34 L’ouvrage cité de Steven J. WILLIAMS, The « Secret of Secrets » : The Scholarly Career…, offre une perspective très complète de la transmission textuelle des deux branches de ce texte arabe et de sa diffusion médiévale et moderne en Europe ; pour l’histoire de ce texte en péninsule Ibérique, voir l’introduction de Hugo Oscar BIZZARRI (éd.), Secreto de los secretos, Poritat de las poridades : versiones castellanas del Pseudo-Aristóteles « Secretum secretorum » (estudio y edición), Valence : Universitat de València, 2010, p. 11-62.

35 Voir C. Burnett, « The Coherence of the Arabic-Latin Translation Program in Toledo in the Twelfth Century », Science in Context, 14 (1-2), 2001, p. 249-288, p. 250-251.

36 Voir plus haut, note 25.

37 Österreichische Nationalbibliothec, ms. 5311, fol. 41vb, apud C. BURNETT, « Magister Iohannes Hispalensis et Limiensis and Qusta ibn Luqa’s… », p. 233 et n. 33.

38 Le parcours politique de Maurice Bourdin est détaillé par L. C. AMARAL et M. J. BARROCA, A Condessa-Rainha, p. 195-210, 274-279, 282-284.

39 Voir L. C. AMARAL et M. J. BARROCA, A Condessa-Rainha…, p. 284-285.

40 Selon le récit rédigé par un des croisés qui ont participé à la prise de la ville (A.A. Nascimento (éd.), A Conquista de Lisboa aos Mouros : Relato de um Cruzado, Lisbonne : Vega, 2001), peu de jours (moins d’une semaine) après cet évènement a eu lieu l’élection et la consécration d’un nouveau évêque, Gilbert de Hastings, choisi parmi les ecclésiastiques qui intégraient le groupe de croisés : « Episcopo uero ciuitates antiquissimum, preciso iugulo, contra ius et fas occidunt » (p. 138) et « Electus est subinde ad sedem pontificatus ex nostris Gislebertus Hastigensis, rege, archyepiscopo, […] electioni eius assensum prebentibus » (p. 142).

41 La Vita Theotonii (A. A. Nascimento (éd.), Hagiografia de Santa Cruz de Coimbra, p. 138-222, p. 176) rapporte cet épisode : « cum […] uiri bellatores eius [Alphonse Henriques] inter infinitam predam quandam christianorum gentem, quos uulgo mozarabes uocitant […] captiuarunt atque iure bellantium seruituti subiugarunt […] uir deo plenus [Teotónio] ualde condoluit […] egressus obviam rex et cuncto exercitui, dixit: « O rex et cuncti barones […] cur fratres uestros uobis in seruos et ancilas subiugatis? Peccatis enim super hoc domino de uero ». L’abbé a ensuite menacé le roi avec les peines infernales, l’exhortant à libérer au plus tôt les prisonniers mozarabes, et il s’est courbé à la volonté du saint homme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria do Rosário Ferreira, « L’action culturelle de la reine Teresa du Portugal », e-Spania [En ligne], 24 | juin 2016, mis en ligne le 15 juin 2016, consulté le 29 mars 2017. URL : http://e-spania.revues.org/25777 ; DOI : 10.4000/e-spania.25777

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org