Navigation – Plan du site
La monarchie espagnole des Habsbourg aux carrefours de l’Europe. Territoire, identités, conflits

Les Milanais, la monarchie espagnole et l’Empire (1519-1598)

Séverin Duc

Résumés

Cet article traite du Milanais et de la participation milanaise à l’œuvre impériale de Charles Quint. Il a pour objet de défaire la trame hispano-milanaise complexe mettant en jeu les objectifs également complexes de chacun des protagonistes qui parviennent, en dépit d'intérêts divergents, à coopérer. Pourquoi et comment la monarchie espagnole s'enracine-t-elle en Milanais ? Pourquoi et comment les Milanais s'intègrent-ils à la monarchie espagnole ? Ce sont là les deux points que l’article élucide en analysant, dans un premier temps, l’attitude de Charles Quint, qui respecte la tradition de consensus entre le duc et les élites milanaises. Ce faisant, il entretient une concordia discors entre le souverain, son lieutenant en Milanais et le Sénat de Milan. Dans un deuxième temps, l’auteur étudie la répartition pragmatique des charges suprêmes de l’État de Milan entre « naturels » et Espagnols. Enfin, il tente de démêler les relations conflictuelles entre l’Église ambrosienne et les pouvoirs laïques pour mieux montrer les relations de plus en plus étroites établies, grâce au patronage, entre le pouvoir souverain et la noblesse féodale milanaise.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 « Nation » au sens du XVIe siècle.

1Étudier l'influence espagnole en Milanais et la participation milanaise à l’œuvre dans l'empire de Charles Quint puis la monarchie catholique de Philippe II comporte le danger d'une dichotomie essentialiste. Deux ensembles semblent s'offrir à l'historien : les Milanais et les Espagnols. Si les nations1 signifient quelque chose pour les contemporains, si elles sont indéniablement opératoires, elles ne sont pas systématiquement centrales et nécessairement problématiques. Distinguer deux ensembles homogènes comporte le danger de réfléchir de façon réductrice entre dominants et dominés, entre centre actif et périphérie passive ou entre pouvoir souverain répressif et élites locales résistantes. Or, l'intégration du Milanais dans la monarchie espagnol est le fruit de la concordia discors. Par concordia discors, j'entends un jeu complexe entre différents pouvoirs mus par des intérêts et des attentes qui crée les conditions d'un équilibre politique constamment réactualisé. Les relations entre les institutions, les personnages qui les composent et les réseaux d'influence, de pouvoirs et de fidélités articulent solidarités, collaboration, conflits et négociations, tissant une trame, certes sous tension, mais de plus en plus étroite et intriquée.

2En devenant duc de Milan en 1535 par la mort sans descendance de Francesco II Sforza, Charles Quint hérite d'un duché de Milan ébranlé par plusieurs décennies de guerres ayant engendré instabilité du pouvoir ducal et déchirements des élites lombardes. Il hérite aussi d'un temps long, d'une tradition séculaire de consensus entre un duc protecteur et des élites autonomes. Avec habileté, l'empereur puis son fils vont faire preuve d'une grande prudence politique et d'une volonté de concorde. Cependant, leurs intentions – tenir l'empire mosaïque coûte que coûte – ne coïncident pas vraiment avec les intérêts concurrentiels du Sénat de Milan et du gouverneur de Milan. En effet, alors que les cités jouent un rôle sociopolitique cardinal dans le duché de Milan, le Sénat siégeant à Milan, la capitale, représente les intérêts des élites communales lombardes. Dans le même temps, tout en représentant le souverain en Milanais, le gouverneur de Milan entend se ménager un espace politique propre à sa charge et empiète nécessairement sur le territoire du Sénat. Sans cesse réactualisés, les conflits entre le Sénat et le gouverneur les rapprochent autant qu'ils les éloignent. Cependant, la défense acharnée des droits des uns et des autres révèle bien plus un rapport de force négocié qu'une volonté de rupture du Sénat ou du gouverneur. Pour sa part, le souverain ne peut se passer ni de l'un ni de l'autre, aussi tente-il de maîtriser leurs conflits en les arbitrant. La concordia discors naît de cette tension pondérée par le prince.

3L'objectif du souverain n'est pas de voir les Espagnols triompher mais de tenir uni son empire. La répartition équitable des charges suprêmes entre Espagnols et Milanais le révèle. Le curseur entre collaboration et opposition se déplace selon le degré de dépendance réciproque de chacun. Seul un pouvoir autonome et sûr de sa légitimité peut aller jusqu'à la rupture. En Milanais, il s'agit de l’archevêque de Milan. Défendant les libertés ecclésiastiques dans un climat de réforme catholique, il s'oppose autant au gouverneur qu'au Sénat, n'hésitant pas à les excommunier. Si Carlo Borromeo tente de s'affirmer face aux différents pouvoirs séculiers, les attitudes des élites dirigeantes du Milanais sont équivoques. Leur fragmentation est à l'origine d'un éventail d'attitudes. Fief impérial concédé au roi d'Espagne, le duché de Milan offre des possibilités variées d'accès à la noblesse et au titre nobiliaire. Les élites communales l'ont compris comme une menace. Elles y ont répondu en verrouillant en grande partie l'accès aux conseils et magistratures des cités tout en se donnant les moyens de se distinguer des homines novi en formant un patriciat à l'échelle de chacune des cités, notamment à Milan. Cependant, ce raidissement d'une partie des élites lombardes relève de la défense de leur prééminence sur la société et non de la défiance envers le pouvoir royal. En effet, les élites ont tout à gagner à se mettre au service du roi en Milanais mais aussi des ambitions impériales de l'Espagne. C'est ce qu'elles font massivement.

4Notre propos tentera de défaire cette trame hispano-milanaise complexe pour mieux comprendre la façon dont elle permet la satisfaction des objectifs de chacun des protagonistes qui parviennent, en dépit d'intérêts souvent divergents, à coopérer. Par conséquent, il s'agirait de se demander, d'une part, pourquoi et comment la monarchie espagnole s'enracine-t-elle en Milanais et, d'autre part, pourquoi et comment les Milanais s'intègrent-ils à la monarchie espagnole ?

5Tout d'abord, je montrerai que Charles Quint respecte la tradition de consensus entre le duc et les élites milanaises. Ce terrain d'entente est propice au développement d'une concordia discors entre le souverain, son lieutenant en Milanais et le Sénat de Milan. En outre, j'analyserai la répartition pragmatique des charges suprêmes de l’État de Milan entre « naturels » et Espagnols. Ensuite, j'analyserai les relations conflictuelles entre l’Église ambrosienne et les pouvoirs laïques. Enfin, je montrerai les relations de plus en plus étroites établies, grâce au patronage, entre le pouvoir souverain et la noblesse féodale milanaise, et les nécessités conséquentes de distinction de la part des élites communales contraintes de ne pas perdre la prééminence sociopolitique au profit des homines novi.

Charles Quint respecte la tradition de consensus entre le duc et les élites milanaises

  • 2 Giorgio CHITTOLINI, « Infeudazione e politica feudale nel ducato visconteo sforzesco », Quaderni St (...)
  • 3 Cesare MOZZARELLI, « Strutture sociali e formazioni statuali a Milano e a Napoli tra Cinquecento e (...)

6Au XIVe siècle, les cités lombardes perdent progressivement leur indépendance diplomatique et militaire au profit de la famille des Visconti dont le membre le plus éminent se fait appeler dominus des différentes cités, simple protecteur et tuteur de cités autonomes2. En 1450, Francesco Sforza succède aux Visconti mais la donne ne change pas. Le duc doit composer avec les élites dirigeantes de Milan et des cités provinciales. En échange du paiement de l'impôt et de la fidélité garantie au Sforza, les oligarchies civiques voient leur autonomie et leur prééminence politique dans leurs cités garanties et leur position renforcée par la vocation aristocratique du duché3. S'il n'est plus affidabile, en somme s'il outrepasse ses droits ou se révèle incapable de défendre le duché de Milan, le duc perd toute légitimité. Entre 1499 et 1521, successeur des Sforza, le roi de France tient solidement le Milanais. Il est donc légitime.

  • 4 John H. ELLIOTT, Imperial Spain (1469-1716), Londres : Penguin, 1963.

7En 1519, l'élection impériale du roi d'Espagne rebat les cartes. En effet, la présence française dans le Milanais est un obstacle mortel au maintien de la monarchie composite4 du Habsbourg. Clé de voûte de cet empire, le Milanais ne peut demeurer dans les mains du rival français. Pour y parvenir, au cours des années 1520, Charles Quint dépense des millions de ducats et lève des centaines de milliers de soldats.

  • 5 Letizia ARCANGELI, « Milan during the Italian Wars (1499-1529) : Experiments in Representation and (...)
  • 6 Scipio VEGIUS, Scipionis Vegii protophisici ac senatoria mediolanensis Historia rerum in Insubribus (...)
  • 7 Giorgio CHITTOLINI, « Di alcuni aspetti della crisi dello stato sforzesco », in : Jean-Marie CAUCHI (...)
  • 8 « Loro medesimi se abandonarono, non sapendosi governar » tiré de la « Relazione di Gian Iacopo Car (...)
  • 9 Francesco GUICCIARDINI, Histoire d'Italie, t. 2, Paris : Robert Laffont, 1996, livre 16, Chapitre 1 (...)

8Dans ce contexte, les années 1520 constituent un tournant. Le contrat entre le pouvoir ducal et les élites est remis en cause. Aucun des princes en lice n'est à même de protéger les traditions, les hommes et les biens. Pour autant, les élites lombardes ne cherchent pas à étendre leurs pouvoirs mais à préserver l'existant, défendre leur autonomie civique et non l'intégrité territoriale de l’État ou la dynastie en place5. Le sénateur milanais Scipione Vegio l'exprime en ces termes : « […] si la guerre arrive, laissons ceux qui prendront les armes, nous resterons en marge, observant, et nous serons avec le vainqueur s'il ne menace pas nos antiques droits de notre cité »6. Alors que le duché de Milan devient une province périphérique d'un royaume/empire étranger, les cités se plaignent de leur douloureuse situation individuelle mais ne prennent quasiment aucune initiative politique pour se fédérer et résister. Si les élites milanaises sont les interlocutrices privilégiées des conquérants, elles n'arrivent pas à exprimer une ligne unitaire ni une stratégie de gouvernement7. Pour Gian Iacopo Caroldo, le représentant de Venise à Milan, les Milanais « s'abandonnèrent d'eux-mêmes, ne sachant pas se gouverner »8. À partir de la stupéfiante victoire hispano-impériale de Pavie en 15259 et l'impossible retour des Français au cours des années 1530, logiquement et massivement, les élites milanaises tranchent en faveur des Hispano-impériaux. Maître sur le champ de bataille et défenseur des cités, Charles Quint incarne le protecteur-tuteur que les Milanais attendent, un pouvoir ducal légitimé par ses victoires militaires. Avec la mort sans enfant de Francesco II Sforza en 1535 et la dévolution du duché à l'empire, l'empereur devient duc de Milan.

  • 10 La France (François Ier puis Henri II) et le pape (Paul III, Paul IV) associent la présence hispano (...)
  • 11 Carlo CAPRA, Domenico SELLA, Il Ducato di Milano dal 1535 al 1796, Milan : UTET, 1984, p. 21-22.
  • 12 C. MOZZARELLI, « Per la storia dello stato di Milano in età moderna. Ipotesi di lettura », in : Ant (...)
  • 13 G. CHITTOLINI, « Di alcuni aspetti della crisi dello stato sforzesco », art. cit., p. 34.

9Alors que sa présence en Milanais exaspère le roi de France et effraie le pape10, Charles Quint doit agir avec prudence et dans la continuité des ducs de Milan afin de s'attacher les élites milanaises et établir des relations consensuelles. Son premier acte est de reconduire la quasi-intégralité des officiers du défunt duc, notamment Filippo Sacco, président du Sénat de Milan, Francesco Taverna, grand chancelier, et Domenico Sauli, président du magister des entrées ordinaires. À l'occasion de sa visite milanaise en 1541, après avoir investi secrètement son fils Philippe du duché de Milan en 1540, Charles Quint promulgue les Novae Constitutiones. Avec ce code rassemblant les normes juridiques du Stato di Milano, Charles Quint duc de Milan met fin à un travail entamé par les Sforza11. Il confirme les traditions juridiques milanaises, la prééminence des cités sur les contadi et la définition du Sénat comme tribunal suprême de l’État12et organe de représentation et de gouvernement de la cité et de l’État face à un prince lointain13. De la même façon, le Collège des jurisconsultes n'est plus un collège de conseillers du Sforza mais le dépositaire et l'interprète de la tradition juridique milanaise. Son rôle clé dans le gouvernement du Milanais sera vu plus bas.

  • 14 Il faut attendre le début de l'année 1550 pour que l'investiture soit rendue publique, d'après Fede (...)
  • 15 Lié à Granvelle, Giacomo Pirovano est le premier régent de 1546 à sa mort en 1552 ; A. ALVAREZ-OSSO (...)

10Après l'émancipation de Philippe le 30 juin 1546, l'empereur l'investit une seconde fois du duché de Milan et du comté de Pavie le 5 juillet 154614. La même année, un senatore togato est invité à vivre à la cour afin de maintenir un contact permanent entre l'administration impériale et le gouvernement de Milan. L'empereur entend que les intérêts de l'aristocratie, sinon se conforment, du moins ne s'opposent pas aux priorités impériales15.

11Pour y parvenir, un ajustement permanent du rapport de force s'est avéré nécessaire entre les deux grandes forces politiques en Lombardie : le Sénat de Milan et le lieutenant de l'empereur puis du roi.

Concordia discors. Le souverain, son lieutenant en Milanais et le Sénat de Milan

12À partir de 1535, le Sénat de Milan et le gouverneur de Milan, représentants respectifs des élites dirigeantes milanaises et de l'empereur puis du roi d'Espagne, s'activent pour défendre et étendre leurs prérogatives. Afin d'éviter la prééminence de l'un ou de l'autre, le pouvoir souverain soutient alternativement le Sénat et le gouverneur. Dans la perspective d'un enracinement, le triomphe de l'un ou de l'autre est une impasse mortelle. Par ailleurs, les rapports entre le Sénat et le gouverneur ne sont pas seulement conflictuels.

Prérogatives et composition

  • 16 Antonio ALVAREZ-OSSORIO ALVARIÑO, « The State of Milan and the Spanish Monarchy », in : Thomas J. D (...)
  • 17 C. MOZZARELLI, « Strutture sociali e formazioni statuali a Milano e a Napoli tra Cinquecento e Sett (...)
  • 18 A. ALVAREZ-OSSORIO ALVARIÑO, « The State of Milan and the Spanish Monarchy », art. cit., p. 114-116
  • 19 C. MOZZARELLI, « Per la storia dello stato di Milano in età moderna. Ipotesi di lettura », art. cit (...)
  • 20 C. CAPRA, D. SELLA, Il Ducato di Milano dal 1535 al 1796, op.cit., p. 40.

13Créé par le roi de France Louis XII en 1499 à partir de la fusion du Conseil de justice et le Conseil secret du duc de Milan Ludovico Maria Sforza, confirmé par son fils Francesco II Sforza en 1522 et l'empereur Charles Quint en 154116, le Sénat de Milan est l'organe judiciaire et politico-administratif suprême du duché. Il entérine les normes souveraines, contrôle le droit par les juristes et fait figure de cour d'appel suprême17. Ses membres sont avant tout des Lombards et les Espagnols l'acceptent. À la fin du règne de Philippe II, quatre Espagnols et onze Milanais occupent les quinze sièges du Sénat18. À partir des Ordonnances de Tomar en 1581, les militaires et les ecclésiastiques n'ont plus le droit d'y siéger. Désormais, seuls des patriciens et juristes issus du Collège des jurisconsultes de Milan peuvent être sénateurs, dont quatre sont censés être des natifs de la cité de Milan19. Philippe II a toujours veillé à ne pas dépasser le nombre de quatre Espagnols au Sénat. Cependant, en 1587, il tente de placer un Espagnol à la tête du Sénat mais doit reculer face à la forte opposition milanaise20.

  • 21 Le gouverneur peut pourvoir aux offices annuels ou bisannuels. Dès lors qu'il s'agit de nomination (...)
  • 22 G. V. SIGNOROTTO, « Milano e la monarchia cattolica. Spagnoli e lombardi al governo dello Stato », (...)
  • 23 Ce sont Marino Caracciolo (1536-1538), Alfonso de Avalos (1538-1546) et Ferrante Gonzaga (1546-1554 (...)
  • 24 À partir de Fernando Álvarez de Toledo, duc d'Albe, sept Espagnols et trois Italiens sont gouverneu (...)

14De son côté, le gouverneur de Milan a pour principales tâches de représenter le souverain et de défendre militairement le duché de Milan. En conséquence, il doit veiller au bon fonctionnement de l'administration et contrôler le « budget ». Alter-ego de l'empereur puis du roi d'Espagne absent, il peut dire le droit et doit valider les actes des autres organes de gouvernement tandis que les nouveaux feudataires prêtent serment dans ses mains. Enfin, on attend de lui qu'il fournisse au souverain les noms des candidats aux magistratures vacantes21et lui fasse connaître les remontrances et suppliques locales. À l'égard de l'élite milanaise, il doit être capable de concéder des postes importants dans l'armée (plazas), dans les offices et les magistratures, et des rentes (mercedes) ou des titres22. Alors que sous Charles Quint, après la mort du Navarrais Antonio de Leyva en 1536, trois Italiens – un cardinal et deux condotttieri – représentent l'empereur à Milan23, sous Philippe II, la charge de gouverneur de Milan est confiée la plupart du temps à des Espagnols issus des plus hauts lignages d'Espagne24.

Le règne de Charles Quint à Milan

  • 25 En 1545, le marquis del Vasto se rend à la cour impériale afin d'obtenir plus de pouvoirs face au S (...)
  • 26 Parmi ses cinq secrétaires, Ferrante Gonzaga n'avait pas un Milanais. Sur les cinq commandants des (...)
  • 27 Ibid., p. 316.
  • 28 C. CAPRA, D. SELLA, Il Ducato di Milano dal 1535 al 1796, op. cit., p. 44-46.
  • 29 « Dans tout ce qui concerne le bien-être de l’État, il agira comme je le ferais » in : ASMi, Uffici (...)

15Les rapports entre le lieutenant de l'empereur et le Sénat sont très conflictuels. Entre 1546 et 1554, Ferrante Gonzaga, gouverneur de Milan, étend ses pouvoirs en tissant des liens de fidélités dans les tribunaux milanais et à la cour impériale et n'hésite pas à outrepasser les Ordonnances de Worms limitant le pouvoir du gouverneur de Milan. Il les considère comme s'appliquant à son seul prédécesseur25et tend à s'occuper de trop près des affaires du Sénat, à s'entourer de serviteurs non-Milanais et créer des sénateurs étrangers26. En quelques années, Ferrante Gonzaga s'aliène le soutien des élites dirigeantes lombardes, notamment celui du grand chancelier de l’État de Milan, Gian Francesco Taverna27. En 1553, Charles Quint ordonne à son lieutenant en Milanais de ne pas tenter de toucher aux prérogatives du Sénat28. Finalement, en 1554, Gonzaga est démis de sa charge et la position du Sénat est renforcée. Juan de Vega est envisagé pour lui succéder. Vega décline l'offre et le gouvernement revient au très espagnol duc d'Albe29. Plus qu'un symbole, c'est le révélateur d'un tournant important dans les relations hispano-milanaises. À partir des années 1550, l'Italie n'est plus une terre à conquérir puis défendre, confiée à un condottiero, et dans le cadre de l'empire de Charles Quint, mais la base arrière de l'effort de guerre de Philippe II, roi d'Espagne, en Europe du nord. Le temps est donc à l'enracinement des Espagnols en Milanais et au tissage d'une maille entre eux et les élites milanaises.

Le temps de Philippe II

  • 30 G. V. SIGNOROTTO, « Milano e la monarchia cattolica. Spagnoli e lombardi al governo dello Stato », (...)

16De la même façon que Gonzaga mais pour des raisons différentes, les gouverneurs espagnols successifs sont tentés d'accroître la présence espagnole dans l'administration de la justice et réduire la juridiction du Sénat de Milan – notamment le droit de grâce – en dépit de l'opposition des élites. Dans le même temps, Gianvittorio Signorotto rappelle que l'ardeur sénatoriale à défendre ses positions se double d'un service sincère de la Couronne, d'une fonction de lien entre la cour et le Milanais, dépassant la défense des seuls intérêts du patriciat et de ses membres30. Entre le gouverneur et le Sénat, les relations sont toujours difficiles mais jamais rompues. La masse d'édits du gouverneur proclamés sous Philippe II indique que la machine juridique milanaise, et en premier lieu sénatoriale, a collaboré activement à l’œuvre juridique des gouverneurs.

  • 31 « Por las costituciones de este Estado el dicho Senado se concede casi todo lo que, por derecho, es (...)
  • 32 Granvelle tend à privilégier qui privilégie les Milanais et les togati.
  • 33 Cité dans A. ALVAREZ-OSSORIO ALVARIÑO, « The State of Milan and the Spanish Monarchy », art. cit., (...)
  • 34 C. CAPRA, D. SELLA, Il Ducato di Milano dal 1535 al 1796, op. cit., p. 43.
  • 35 Ibid., p. 44-46.
  • 36 Ibid.
  • 37 A. ALVAREZ-OSSORIO ALVARIÑO, « The State of Milan and the Spanish Monarchy », art. cit., p. 114.

17Les sources évoquent plus volontiers les conflits que les points de convergence. Le duc d'Albe traite avec hauteur le Sénat et désire que des Espagnols occupent les plus hautes charges de l’État de Milan. Il se plaint au roi que « […] en raison des Constitutions de cet État [de Milan] le Sénat s'approprie presque tout ce qui, par droit, est réservé au prince »31 et propose de nommer un Espagnol à la présidence du Sénat, d'exclure les cavalieri du Sénat (les nobles les plus antiques) et de le transformer en organe technique. En octobre 1555, le sénateur Alessandro Visconti confie à Granvelle32 la crainte de voir le duc d'Albe agir en Milanais comme l'a fait son oncle en Sicile entre 1532 et 155233. Successeurs du duc d'Albe, le marquis de Pescara et Luis de Zúñiga y Requesens sont tout aussi revendicatifs34. Le roi n'hésite pas à les rappeler à l'ordre35. D'autre part, les Ordonnances de Badajoz (1580) et Tomar (1581) expriment la double volonté d'obliger le Sénat à coopérer avec le gouverneur tout en étant le garde-fou des ambitions du gouverneur. Son objectif est de maintenir les équilibres politiques inscrits dans les Novae Constitutiones (1541) en préservant les prérogatives sénatoriales et confortant la souveraineté du pouvoir royal, tout en contrôlant le gouverneur sans l'abaisser face au Sénat36. Cette attention particulière de Philippe II se retrouve dans les visites générales qu'il ordonne à Andrés de la Cueva, entre 1559 et 1562, puis en 1581 et 1595, à Luis de Castilla afin d'examiner le travail des administrateurs et la gestion financière du Milanais37.

Les charges suprêmes de l’État de Milan. Entre « Naturels » et Espagnols

18Les exigences de la stratégie impériale de l'Espagne nécessitent de répartir avec prudence l'attribution des charges suprêmes entre Espagnols et Milanais. Le bon dosage de « nationalité » est un facteur de consensus et non d'opposition.

Le Conseil d'Italie et les régents

  • 38 Giovanni Vittorio SIGNOROTTO, Milano spagnola. Guerra, istituzioni, uomini di governo (1635-1660), (...)
  • 39 G. V. SIGNOROTTO, « Milano e la monarchia cattolica. Spagnoli e lombardi al governo dello Stato », (...)
  • 40 A. ALVAREZ-OSSORIO ALVARIÑO, « The State of Milan and the Spanish Monarchy », art. cit., p. 114.

19En 1555, détachés du Conseil d'Aragon, le royaume de Naples et la Sicile sont rejoints par le Milanais pour former le Real y Supremo Consejo de Italia afin de diriger de façon plus unitaire l'Italie espagnole. Le résident d'origine milanaise à la cour impériale en devient membre sous le nom de régent. Relais milanais à la cour38, le résident devenu régent représente bien souvent les intérêts de la cité de Milan, la plus puissante des neufs cités lombardes, et non les intérêts de tout le duché39. Afin de contrebalancer son influence, un régent espagnol pour le duché de Milan rejoint le Conseil d'Italie. En 1563, à la suite de la vacance du régent espagnol Varahona, Philippe II insiste pour que le gouverneur présente des candidats espagnols afin d'éviter qu'il y ait deux régents milanais. S'il n'est pas milanais, le régent espagnol est généralement un juriste issu du Collège espagnol de Bologne40. Cette haute formation juridique en fait un alter ego socioculturel du régent milanais membre du Collège des jurisconsultes de Milan. L'un comme l'autre doivent éviter que les hautes charges milanaises passent exclusivement soit dans des mains espagnoles soit milanaises.

Les principales charges suprêmes de l’État de Milan

  • 41 Ce sont Juan de Varahona, Andrés Ponce de León, Vicente López de Montenegro, Danese Figliodoni et D (...)
  • 42 Hors de Milan, la justice est rendue par le podestat de chacune des huit autres cités.
  • 43 F. ARESE, « Le supreme cariche del ducato di Milano », art. cit., p. 110.
  • 44 Dans les années 1640-1650, dans un contexte d'importante pression fiscale, Bartolomeo Arese est l'h (...)
  • 45 Le magistrat ordinaire s'occupe donc de l'évaluation des ponctions fiscales des cités, les causes e (...)
  • 46 G. V. SIGNOROTTO, « Milano e la monarchia cattolica. Spagnoli e lombardi al governo dello Stato », (...)

20Les nominations du grand chancelier de l’État de Milan, du capitaine de justice de la cité de Milan et du magistrat des Entrées ordinaires sont l'occasion d'un arbitrage entre les intérêts du roi et ceux des élites milanaises. Chargé de valider et signer les ordres du gouverneur, de superviser le travail des magistrats des entrées ordinaires et extraordinaires, de conseiller le gouverneur, d'examiner les lettres royales et de s'enquérir des ressources nécessaires à leur exécution, le grand chancelier de l’État de Milan est un Espagnol après la mort de Gian Francesco Taverna en 156141. Détenteur d'une charge bisannuelle et devant être un senatore togato, le capitaine de justice de la cité de Milan doit rendre la justice à Milan mais il peut aussi traiter certaines affaires « provinciales » comme les crimes passibles de la peine de mort et les causes civiles impliquant les grands magistrats42. À partir de 1561, le gouverneur n'a plus aucun droit de regard sur la sélection des candidats au capitanat de justice. Il est donc systématiquement lombard43. Au croisement de toutes les questions fisco-financières de l’État de Milan, dirigé par un jurisconsulte, le Magistrato ordinario dispose d'un très grand pouvoir44. Il contrôle les monnaies, la préparation du budget de l’État de Milan, administre la majeure partie des droits de douane et des impôts, et les dépenses en fournitures de l'armée45. La répartition entre Espagnols et Milanais est réglée comme suit : parmi les six questeurs (trois togati et trois cavalieri), deux doivent être espagnols46. En définitive, sans trop de difficulté, les charges suprêmes sont confiées à des personnages en fonction de leur origine géographique. Cette répartition « nationale » est facteur de consensus et non de conflits. À l'inverse, l’Église ambrosienne de Charles Quint à Philippe II n'est pas un interlocuteur consensuel. Souvent opposée aux Espagnols, elle est tout aussi virulente à l'égard du Sénat de Milan, le clivage n'étant pas naturels/Espagnols mais la hiérarchisation des pouvoirs spirituel et temporel.

L’Église ambrosienne et les pouvoirs laïques

  • 47 Entre 1535 et 1796, 33 des 62 cardinaux nés à Milan sont issus du Collège des jurisconsultes, pépin (...)
  • 48 G. V. SIGNOROTTO, « Milano e la Lombardia sotto gli Spagnoli », art. cit., p. 209.
  • 49 Ibid., p. 208.

21Face aux pouvoirs séculiers, qu'ils soient milanais ou espagnols, et en fonction de ses intérêts particuliers, l’Église milanaise adopte une attitude souvent rigide. Confrontée aux empiétements notamment juridiques du puissant Sénat et du dérangeant gouverneur, alors qu'elle se considère autonome vis-à-vis du pouvoir séculier, l’Église milanaise tente de maintenir ses prérogatives et son influence sur la société. Ne tirant pas sa légitimité du pouvoir séculier, l’Église milanaise est auto-référente. Dans le contexte de la réforme catholique, l’Église milanaise se veut « ambrosienne », c'est-à-dire plus attachée à sa longue tradition qu'à l'exécution des ordres du Saint-Siège. Concurremment, elle bénéficie de la traditionnelle intégration aristocratique dans le haut clergé. Les familles les plus influentes fournissent autant de cardinaux, d'archevêques, d'évêques, d'abbés, de moines et de chanoines tandis que les cardinaux milanais et archevêques de Milan sont généralement issus de familles patriciennes fidèles au roi d'Espagne47. Au XVIIe siècle, trois des cinq archevêques ont été précédemment nonces à Madrid48. Toutefois, les exigences de la charge tempèrent l'appartenance familiale. Ainsi, un Borromée archevêque se comporte-il en Borromée ou en archevêque ? Probablement, les deux identités cohabitent en permanence. Les rapports entre l’Église et les pouvoirs laïques doivent se comprendre à l'aune de ces liens complexes49. En déduire que l’Église a des rapports bipolaires aux pouvoirs laïques, entre conflits et intégrations, réduit la complexité des rapports que l'on entend étudier. Du reste, la mise sous tension du tissu relationnel au gré des identités multiples de chacun forme le socle même des rapports de pouvoirs en Milanais.

  • 50 Ibid., p. 210.
  • 51 G. V. SIGNOROTTO, « Milano e la monarchia cattolica. Spagnoli e lombardi al governo dello Stato », (...)
  • 52 G. V. SIGNOROTTO, « Milano e la Lombardia sotto gli Spagnoli », art. cit., p. 212.

22En 1563, dans le climat de répression des hérésies, Philippe II tente d'introduire l'Inquisition à l'espagnole en Milanais. À Milan et à Rome, l'opposition est totale dans la mesure où le roi d'Espagne disposerait d'un démultiplicateur de son influence. Finalement, le projet est abandonné50. De toute façon, les Milanais n'estiment pas avoir besoin des Espagnols pour réprimer l'hérésie. En effet, sous les épiscopats de Carlo et Federico Borromeo, Milan devient un modèle de la cité-sacré51dont l'approche borroméenne de la peste de 1576 donne l'image d'une société pécheresse sur la voie de la rédemption par l'expiation collective52.

  • 53 C. MOZZARELLI, « Per la storia dello stato di Milano in età moderna. Ipotesi di lettura », art. cit (...)
  • 54 « Tal Tribunale fé sudare san Carlo, accelerò la morte dell'arcivescovo Visconte, e mise alle volte (...)

23Outre la réforme du clergé et du peuple chrétien, Carlo Borromeo entend élever l’Église au-dessus de tous les pouvoirs séculiers et lui ménager des espaces d'autonomie. Il s'attache ardemment à défendre les prérogatives juridiques de l’Église face au Sénat de Milan et au gouverneur espagnol. Par des gouverneurs exaspérés, Carlo Borromeo a pu être considéré comme un des pires rebelles présents dans les terres de la monarchie53. Les relations entre l’Église ambrosienne et le Sénat au XVIe siècle ont fait dire à Alfonso Litta, archevêque de Milan entre 1652 et 1679, que « un tel Tribunal [le Sénat] fit suer saint Carlo [Borromeo], hâta la mort de l'archevêque [Gaspare] Visconti, et, pendant 36 ans, mit souvent le cardinal [Federico] Borromeo en quasi désespoir »54.

  • 55 Ibid.

24En 1568, tout d'abord, Carlo Borromeo excommunie le capitaine de justice et le Sénat de Milan. Puis, en 1573, entendant limiter la suite armée de l'archevêque, le gouverneur espagnol Luis de Zúñiga y Requesens subit le même traitement. Il faut l'intervention de Grégoire XIII pour voir levée l'excommunication de Requesens. Enfin, en 1579, Borromeo entre en conflit avec son successeur, Antonio de Guzmán, marquis d'Ayamonte au sujet du climat pénitentiel et non carnavalesque qui devrait régner au début de Carême55. Successeur de Carlo Borromeo, Gaspare Visconti ne jouit pas des mêmes soutiens à la Curie et n'obtient pas le capello cardinalice. Son autorité est faible. Entre 1595 et 1631, l'archiépiscopat de Federico Borromeo, cousin de Carlo, clôt la parenthèse Visconti et rouvre un chapitre militant, au point que Philippe III conseille au gouverneur de Milan, Pedro Enríquez d'Azevedo y Toledo, comte de Fuentes, de ne pas trop faire preuve d'intransigeance face à l'archevêque de Milan. La voie du compromis rejoint les efforts d'intégration de la noblesse féodale milanaise dans la monarchie catholique et le renforcement de l'autonomie des élites urbaines.

Patronage, noblesse féodale et élites urbaines

  • 56 Cinzia CREMONINI, Le vie della distinzione. Società, potere e cultura a Milano tra XV e XVIII secol (...)

25La pérennisation de la présence espagnole et la permanence de fiefs impériaux en Milanais est l'origine d'une nouvelle noblesse, titrée ou non, directement liée au patronage royal et impériale. Face à cette nouvelle concurrence, les élites communales préexistantes ressentent la nécessité de verrouiller l'accès aux institutions de gouvernement et d'élaborer des critères de distinction afin de mettre à distance les antiques casate communales des homines novi issus du patronage royal espagnol. Ainsi, selon Cinzia Cremonini, le patriciat milanais se constitue-t-il dans le dernier quart du XVIe siècle pour se stabiliser seulement dans la seconde moitié du XVIIe siècle en intégrant les élites communales et une partie seulement de l'aristocratie féodale (du type Borromée ou Trivulzio)56.

L'accroissement des nobles titrés

  • 57 A. ALVAREZ-OSSORIO ALVARIÑO, « The State of Milan and the Spanish Monarchy », art. cit., p. 114-116

26Déjà très importante avant l'arrivée des Espagnols, la noblesse féodale est renforcée par le patronage royal et le patronage impérial et les réseaux de clientèle qu'il génère à l'échelle de l'Europe. Aux XVIe et surtout XVIIe siècles, l'accès à la noblesse titrée prend un essor particulier sous souveraineté espagnole au gré des besoins financiers de la Monarchie catholique et du rapprochement entre la noblesse milanaise et la Couronne d'Espagne. Avant 1535, en Milanais, il n'y a que 24 marquis, comtes et barons. Avec respectivement 11 et 15 titres conférés, Philippe II et Philippe III créent 26 nobles titrés tandis que les règnes de Philippe IV et de Charles II voient le titrage de 71 et 82 nobles milanais moyennant une certaine somme57.

La féodalité impériale

  • 58 Cinzia CREMONINI, « Considerazioni sulla feudalità imperiale italiana nell'età di Carlo V », in : F (...)
  • 59 « Nulla si innovasse », cité dans C. CAPRA, D. SELLA, Il Ducato di Milano dal 1535 al 1796, op. cit(...)
  • 60 Cependant, en 1598, sous la contrainte, l'empereur abandonne le fief impérial stratégique de Finale (...)
  • 61 C. CREMONINI, Le vie della distinzione. Società, potere e cultura a Milano tra XV e XVIII secolo, o (...)

27Source de légitimation du pouvoir espagnol dans le duché de Milan, le pouvoir impérial est présent en Milanais par le biais des fiefs impériaux58. L'accès à ces terres des magistrats, précepteurs et soldats espagnols est interdit. Si des contributions doivent être payées, elles le sont à l'empereur. Les Espagnols ne modifient pas le statu quo malgré la volonté du Sénat de Milan de réduire ces foyers d'autonomie juridique. Toutefois, le roi d'Espagne Philippe III lui ordonne que « rien ne soit innové »59 afin de s'inscrire dans la continuité ducale et, d'autre part, pour éviter d'inciter l'empereur et le pape de violer ses propres droits en Italie. Pour sa part, l'empereur Maximilien II lutte pied à pied pour ne pas voir ses droits bafoués en Italie. Pour ce faire, il crée un plénipotentiaire impérial pour la défense de ses droits en Italie60. Malgré l'ascendant certain du roi d'Espagne, des liens forts peuvent exister entre la cour de l'empereur et certains nobles milanais. Par exemple, les cadets des rameaux secondaires de grandes familles titrées, comme les Borromeo ou non, comme les Crivelli étaient envoyés à la cour impériale en qualité de pages au service des archiducs ou de l'impératrice, activant des liens de patronages institutionnels et politiques avec le Saint-Empire et le monde germanique61.

La féodalité « camerale »

  • 62 C. MOZZARELLI, « Per la storia dello stato di Milano in età moderna. Ipotesi di lettura », art. cit (...)
  • 63 Ce sont les Borromeo, les Trivulzio et certains rameaux des Visconti.
  • 64 C. MOZZARELLI, « Per la storia dello stato di Milano in età moderna. Ipotesi di lettura », art. cit (...)

28Avant de se voir concéder un titre, il est nécessaire de détenir un fief. En Milanais, le fief est presque toujours d'origine camerale, c'est-à-dire inféodé au duc de Milan, donc aux Sforza, puis, au roi de France et, enfin, au roi d'Espagne, et non à l'empereur62. Généralement, des droits honorifiques, juridiques et fiscaux sur une terre et ses sujets sont concédés et non la terre elle-même. Dans les années 1550, c'est le cas de 1 200 localités lombardes. Sous le règne de Philippe II et de ses successeurs, 400 nouvelles terres tombent en inféodation. Bien que cela ne soit pas la coutume en Milanais, le roi d'Espagne met en place le principe espagnol de l'hérédité par primogéniture masculine. Les femmes et les cadets sont désormais excluent de la succession. Cela permet au roi d'Espagne de récupérer un certain nombre de fiefs, de les redistribuer à des nobles loyaux qui achètent le fief aux enchères. En retour, la Couronne obtient loyauté et revenus. Dans ce cadre favorable aux homines novi, seules les plus riches et puissantes familles féodales63 parviennent à conserver un status autonome et particulier tout en évitant de se fondre complètement dans les puissantes oligarchies urbaines64.

La naissance du patriciat milanais

  • 65 « Ovvero l’Assemblea generale degli abitanti della città di Milano, composta dal 1518 di 60 membri, (...)
  • 66 Ancien membre du Collège des jurisconsultes, Pie V concède en 1560 aux membres du Collège une médai (...)
  • 67 Cinzia CREMONINI, « Il mondo aristocratico e feudale nella Milano spagnola », in : Grandezza e Sple (...)
  • 68 Entre 1561 et 1706, sur 204 sénateurs togati, 150 étaient lombards (80 Milanais et 70 d'autres cité (...)
  • 69 Les arts de la laine, de l'or et de la soie ne sont pas considérés comme vils. Les banchieri – et n (...)
  • 70 En 1549, la fermeture du patriciat pavesan est approuvée par le Sénat de Milan et le souverain. Dan (...)
  • 71 C. MOZZARELLI, « Patrizi e governatori nello stato di Milano a mezzo il Cinquecento. Il caso di Fer (...)

29Renforçant une tendance apparue dès la fin du XVe siècle, les élites ont en effet verrouillé l'accès aux institutions milanaises sous le règne de Philippe II. Avant l'arrivée des Espagnols, quelques familles milanaises ont la main sur le Sénat de Milan et le conseil municipal de la cité de Milan dit des Soixante décurions. Entre 1516 et 1518, François Ier réduit sa composition de 900 à 60 membres. La concentration oligarchique se double du pré-requis d'une résidence centenaire à Milan65. Alors que participer au gouvernement de la cité de Milan dans le Conseil des Soixante décurions offre une grande visibilité et facilite l'accès aux charges conférés par le roi, le Collège des jurisconsultes est le vivier des sénateurs, des questeurs togati de l'Ordinario et des podestats des cités. Réunissant une centaine de docteurs en droit chargés de préserver et interpréter la tradition juridique milanaise, notamment les critères d'admission aux conseils et d'accession aux charges66, le Collège des jurisconsultes est à la croisée des chemins qui mènent au pouvoir puisque toutes les hautes charges ont des pré-requis que seul un togato peut remplir67. Par conséquent, qui maîtrise le Collège a la main sur la justice et le pouvoir politique et donc peut être certain de sa prééminence sociale68. À la fois expression et vivier du patriciat, le Collège des jurisconsultes auto-légitime sa prééminence en exigeant de ses membres une noblesse antique et le non-exercice d'un art vil dans les statuts de 157569. Le patriciat garnit le Conseil des Soixante décurions et du Collège des jurisconsultes qui l'auto-entretiennent en retour en formant de nouveaux patriciens. Dans les différentes cités lombardes, on retrouve l'auto-organisation du patriciat, la fusion entre organismes de gouvernement urbain et oligarchies urbaines, la rigidification des requis et la progressive restriction d'accès au patriciat voire sa quasi fermeture comme dans le cas de Pavie en 154970. Toutefois, le verrouillage n'est jamais complet, même à l'égard de familles espagnoles. En effet, à la fin du XVIe siècle, les Ordogno Rosales et les Salazar intègrent le patriciat milanais71. La détention du pouvoir dans les cités s'est accompagnée d'une volonté manifeste de se distinguer de la noblesse nouvelle.

La distinction patricienne

  • 72 C. CREMONINI, Le vie della distinzione. Società, potere e cultura a Milano tra XV e XVIII secolo, o (...)
  • 73 Notamment le palazzo Borromeo Arese de l'Isola Bella sur le lac Majeur.
  • 74 Notamment le palazzo Arese, aujourd'hui palazzo Litta sur le corso Magenta.
  • 75 « Il vero honore non consiste in vani titoli », citation tirée de l'Archivio di Stato di Milano, Ar (...)

30Selon Cinzia Cremonini, l’appartenance au patriciat, « élite dans l'élite », repose sur une culture raffinée et une capacité à « élaborer un système toujours plus articulé d'auto-représentation cérémonielle de sa propre position sociale qui pouvait signaler le rang de prestige rejoint par une famille »72. La seconde moitié du XVIe siècle voit l'adhésion des patriciens milanais à une culture classique conjuguée à la construction de ville di delizia hors des villes73 et d'imposants hôtels particuliers74 dans les cités marquant visuellement leur parité à l'égard des autres patriciens et leur distinction vis-à-vis des nobles récemment créés. Démonstrations architecturales, jardins intérieurs, représentations théâtrales, spectacles musicaux et pyrotechniques signalent que « le véritable honneur ne consiste pas en de vains titres » comme l'affirme une proclamation de 158675. L'insertion des nobles milanais dans la vaste monarchie espagnole stimule la recherche de distinction par la dignité, le decorum et la culture afin de maintenir leur prééminence sur la société milanaise. À travers ce système raffiné de symboles culturels et matériels, les familles patriciennes se renforcent en rendant visible leur monopole sur les charges communales et en obtenant des charges conférées par le roi d'Espagne.

***

31Pour mieux appréhender l'influence hispano-impériale en Milanais et l'intégration milanaise dans les empires de Charles Quint puis de Philippe II, mon propos était de défaire la trame tissée entre, d'une part, les Hispano-impériaux puis les Espagnols et, d'autre part, les Milanais. Tout d'abord, il s'agissait de briser les catégories « nationales » d'analyse pour éviter les écueils de l'essentialisme. La « nation » n'est qu'un élément de l'identité d'un Milanais tout comme d'un Espagnol. Le rang social, la profession, la cité d'origine ou la sensibilité religieuse composent une identité mosaïque irréductible au seul critère dit national. En outre, il me semblait intéressant d'envisager les attitudes multiples d'élites composites comme autant de réponses à leur remise en question par les troubles politiques nés des guerres d'Italie (1499-1535) puis par la nouvelle donne hispano-impériale (1535-1598). Dans leur variété, les élites milanaises se distinguent par leurs aptitudes à la reformulation et au renforcement. En effet, leur défense jalouse de leur autonomie communale se double d'un service royal avantageux. Avec Charles Quint puis Philippe II, les Milanais rencontrent deux souverains soucieux de gouverner avec eux dans le consensus et de leur accorder une place dans leurs empires, en somme de mettre en harmonie les intérêts discordants des souverains et des élites lombardes.

32Instruments de gouvernement, le Conseil d'Italie, le gouverneur de Milan, le Sénat milanais et les charges suprêmes sont les lieux d'expression privilégiés de la concordia discors, de l'harmonie des contraires. En raison de rapports de force constamment réactualisés, des liens de plus en plus forts se tissent entre le pouvoir souverain, ses représentants en Milanais et les élites dirigeantes locales. En outre, l’Église ambrosienne apparaît comme l'institution la plus jalouse de ses prérogatives. Cependant, sa défense active se relie moins à la question de la souveraineté espagnole qu'aux velléités d'archevêques épris de libertés ecclésiastiques dans le cadre de la réforme catholique. Du reste, l'affrontement n'est pas religieux mais institutionnel. Le patronage de la noblesse féodale lombarde par les souverains successifs établit des réseaux de fidélité qui concourent à l'intégration milanaise dans l'empire espagnol. Dans le même temps, cette dynamique propice à la noblesse féodale fait craindre aux élites communales la perte de leur prééminence sociopolitique. Leur resserrement en oligarchies urbaines et la naissance au patriciat seraient une réponse, en creux, au défi imposé par les homines novi nés du service du souverain.

33En définitive, le règne de Philippe II est le temps de la conquête des cœurs milanais, de l'enracinement espagnol en Lombardie et du déploiement des ambitions des Milanais au sein de l'empire espagnol. Le XVIIe siècle confirme et approfondit les tendances du second XVIe siècle. L'objectif de Charles Quint de tenir et de se maintenir à Milan en composant avec les élites lombardes est rejoint voire même dépassé.

Haut de page

Notes

1 « Nation » au sens du XVIe siècle.

2 Giorgio CHITTOLINI, « Infeudazione e politica feudale nel ducato visconteo sforzesco », Quaderni Storici, n° 19, 1972, p. 80.

3 Cesare MOZZARELLI, « Strutture sociali e formazioni statuali a Milano e a Napoli tra Cinquecento e Settecento », in : Idem, Antico regime e modernità, Rome : Bulzoni, 2008, p. 24-25.

4 John H. ELLIOTT, Imperial Spain (1469-1716), Londres : Penguin, 1963.

5 Letizia ARCANGELI, « Milan during the Italian Wars (1499-1529) : Experiments in Representation and Definitions of Citizenship », in : Christine SHAW (éd.), Italy and the European Powers. The Impact of War (1500-1530), Leyde & Boston : Brill, p. 185.

6 Scipio VEGIUS, Scipionis Vegii protophisici ac senatoria mediolanensis Historia rerum in Insubribus sub Gallorum Dominio ab domini 1515 ad annum 1522, Biblioteca Historica Italica, Milan : Brigola, 1876, vol. 1, p. 4. Cité dans Letizia ARCANGELI, « Milan during the Italian Wars (1499-1529) : Experiments in Representation and Definitions of Citizenship », in : Christine SHAW (éd.), Italy and the European Powers. The Impact of War (1500-1530), Leyde & Boston : Brill, p. 185.

7 Giorgio CHITTOLINI, « Di alcuni aspetti della crisi dello stato sforzesco », in : Jean-Marie CAUCHIES, Giorgio CHITTOLINI (dir.), Milano e Borgogna. Due stati principeschi tra Medioevo e Rinascimento, Rome : Bulzoni, 1990, p. 31-34.

8 « Loro medesimi se abandonarono, non sapendosi governar » tiré de la « Relazione di Gian Iacopo Caroldo (1515-1520) », in : Arnaldo SEGARIZZI (éd.), Relazioni degli ambasciadori veneti al Senato, Bari : Laterza, 1913, vol. 2, p. 22.

9 Francesco GUICCIARDINI, Histoire d'Italie, t. 2, Paris : Robert Laffont, 1996, livre 16, Chapitre 1, p. 315.

10 La France (François Ier puis Henri II) et le pape (Paul III, Paul IV) associent la présence hispano-impériale à Milan à une menace de leurs intérêts italiens. Cependant, l'empereur ne peut renoncer au Milanais, pierre de touche de son empire, d'après Giovanni Vittorio SIGNOROTTO, « Milano e la monarchia cattolica. Spagnoli e lombardi al governo dello Stato », in : Grandezza e Splendori della Lombardia Spagnola (1535-1701), Catalogue de l'exposition aux Musées de Porta Romana de Milan (10 avril-16 juin 2002), Milan : Skira, 2002, p. 37-38.

11 Carlo CAPRA, Domenico SELLA, Il Ducato di Milano dal 1535 al 1796, Milan : UTET, 1984, p. 21-22.

12 C. MOZZARELLI, « Per la storia dello stato di Milano in età moderna. Ipotesi di lettura », in : Antico regime e modernità, op .cit., p. 358-359.

13 G. CHITTOLINI, « Di alcuni aspetti della crisi dello stato sforzesco », art. cit., p. 34.

14 Il faut attendre le début de l'année 1550 pour que l'investiture soit rendue publique, d'après Federico CHABOD, Lo stato e la vita religiosa a Milano nell’epoca di Carlo V (Opere di Federico Chabod, vol. 3, t. 1), Turin : Einaudi, 1971, p. 62 ; Antonio ALVAREZ-OSSORIO ALVARIÑO, « The State of Milan and the Spanish Monarchy », in : Thomas J. DANDELET, John A. MARINO (dir.), Spain in Italy. Politics, Society, and Religion, 1500-1700, Leyde & Boston : Brill, 2007, p. 107-108.

15 Lié à Granvelle, Giacomo Pirovano est le premier régent de 1546 à sa mort en 1552 ; A. ALVAREZ-OSSORIO ALVARIÑO, « The State of Milan and the Spanish Monarchy », art. cit., p. 107-108.

16 Antonio ALVAREZ-OSSORIO ALVARIÑO, « The State of Milan and the Spanish Monarchy », in : Thomas J. DANDELET, John A. MARINO (dir.), Spain in Italy. Politics, Society, and Religion, 1500-1700, Leiden-Boston : Brill, 2007, p. 99-100.

17 C. MOZZARELLI, « Strutture sociali e formazioni statuali a Milano e a Napoli tra Cinquecento e Settecento », art. cit., p. 38-39.

18 A. ALVAREZ-OSSORIO ALVARIÑO, « The State of Milan and the Spanish Monarchy », art. cit., p. 114-116.

19 C. MOZZARELLI, « Per la storia dello stato di Milano in età moderna. Ipotesi di lettura », art. cit., p. 360.

20 C. CAPRA, D. SELLA, Il Ducato di Milano dal 1535 al 1796, op.cit., p. 40.

21 Le gouverneur peut pourvoir aux offices annuels ou bisannuels. Dès lors qu'il s'agit de nomination à vie, il s'agit d'une prérogative royale. Le gouverneur doit seulement proposer une liste de noms au roi, d'après G. V. SIGNOROTTO, « Milano e la monarchia cattolica. Spagnoli e lombardi al governo dello Stato », art. cit., p. 42.

22 G. V. SIGNOROTTO, « Milano e la monarchia cattolica. Spagnoli e lombardi al governo dello Stato », art. cit., p. 42.

23 Ce sont Marino Caracciolo (1536-1538), Alfonso de Avalos (1538-1546) et Ferrante Gonzaga (1546-1554).

24 À partir de Fernando Álvarez de Toledo, duc d'Albe, sept Espagnols et trois Italiens sont gouverneurs de Milan sous Philippe II. Se succèdent Cristoforo Madruzzo, cardinal de Trente, Fernando Gonsalvo de Córdoba, duc de Sessa, Francesco Ferdinando de Ávalos de Aquino, marquis de Pescara, Gabriel de la Cueva, duc d'Albuquerque, Luis de Requesens y Zuñiga, Antonio de Guzmán, marquis d'Ayamonte, Sancho de Guevara y Padiglia, Carlo d'Aragona, prince di Castelvetrano, duc de Terranova et Fernández de Velasco, duc de Frias, d'après Franco ARESE, « Le supreme cariche del ducato di Milano », Archivio Storico Lombardo, 1970, 9, p. 59-156.

25 En 1545, le marquis del Vasto se rend à la cour impériale afin d'obtenir plus de pouvoirs face au Sénat de Milan. Il est débouté. Le 6 août 1545, les Ordonnances impériales de Worms limitent ses pouvoirs mais aussi ceux du grand chancelier de Milan au profit de ceux du Sénat, d'après A. ALVAREZ-OSSORIO ALVARIÑO, « The State of Milan and the Spanish Monarchy », art. cit., p. 107-108.

26 Parmi ses cinq secrétaires, Ferrante Gonzaga n'avait pas un Milanais. Sur les cinq commandants des compagnies de la Lombardie, seul Gio. Francesco della Somaglia est milanais. En 1554, au sommet des magistratures de la cité de Milan, le comte mantouan Camillo Castiglione est vicario di provvisione et le Brescian Niccolò Secco est capitaine de justice. Sur onze nouveaux Sénateurs, Ferrante Gonzaga a inséré cinq non-Milanais dont l'Espagnol Giovanni Varahona et Tomaso Marino, d'après C. MOZZARELLI, « Patrizi e governatori nello stato di Milano a mezzo il Cinquecento. Il caso di Ferrante Gonzaga », in : Antico regime e modernità, op. cit., p. 309-310.

27 Ibid., p. 316.

28 C. CAPRA, D. SELLA, Il Ducato di Milano dal 1535 al 1796, op. cit., p. 44-46.

29 « Dans tout ce qui concerne le bien-être de l’État, il agira comme je le ferais » in : ASMi, Uffici Regi, p.a., 60, Hamptoncourt, le 15 avril 1555, Philippe et Gonzalo Pérez au Sénat de Milan, cité dans A. ALVAREZ-OSSORIO ALVARIÑO, « The State of Milan and the Spanish Monarchy », art. cit., p. 106-107.

30 G. V. SIGNOROTTO, « Milano e la monarchia cattolica. Spagnoli e lombardi al governo dello Stato », art. cit., p. 43-44.

31 « Por las costituciones de este Estado el dicho Senado se concede casi todo lo que, por derecho, es reservado al principe », cité dans C. CAPRA, D. SELLA, Il Ducato di Milano dal 1535 al 1796, op. cit., p. 43.

32 Granvelle tend à privilégier qui privilégie les Milanais et les togati.

33 Cité dans A. ALVAREZ-OSSORIO ALVARIÑO, « The State of Milan and the Spanish Monarchy », art. cit., p. 110-111.

34 C. CAPRA, D. SELLA, Il Ducato di Milano dal 1535 al 1796, op. cit., p. 43.

35 Ibid., p. 44-46.

36 Ibid.

37 A. ALVAREZ-OSSORIO ALVARIÑO, « The State of Milan and the Spanish Monarchy », art. cit., p. 114.

38 Giovanni Vittorio SIGNOROTTO, Milano spagnola. Guerra, istituzioni, uomini di governo (1635-1660), Milan : RCS-Sansoni, 2001, p. 10.

39 G. V. SIGNOROTTO, « Milano e la monarchia cattolica. Spagnoli e lombardi al governo dello Stato », art. cit., p. 42.

40 A. ALVAREZ-OSSORIO ALVARIÑO, « The State of Milan and the Spanish Monarchy », art. cit., p. 114.

41 Ce sont Juan de Varahona, Andrés Ponce de León, Vicente López de Montenegro, Danese Figliodoni et Diego Salazar, d'après F. ARESE, « Le supreme cariche del ducato di Milano », art. cit., p. 80.

42 Hors de Milan, la justice est rendue par le podestat de chacune des huit autres cités.

43 F. ARESE, « Le supreme cariche del ducato di Milano », art. cit., p. 110.

44 Dans les années 1640-1650, dans un contexte d'importante pression fiscale, Bartolomeo Arese est l'homme le plus puissant de Milan.

45 Le magistrat ordinaire s'occupe donc de l'évaluation des ponctions fiscales des cités, les causes entre le fisc et les privés, et de l'affermage des impôts.

46 G. V. SIGNOROTTO, « Milano e la monarchia cattolica. Spagnoli e lombardi al governo dello Stato », art. cit., p. 44-45.

47 Entre 1535 et 1796, 33 des 62 cardinaux nés à Milan sont issus du Collège des jurisconsultes, pépinière du patriciat milanais, d'après C. MOZZARELLI, « Per la storia dello stato di Milano in età moderna. Ipotesi di lettura », art. cit., p. 368, n° 33.

48 G. V. SIGNOROTTO, « Milano e la Lombardia sotto gli Spagnoli », art. cit., p. 209.

49 Ibid., p. 208.

50 Ibid., p. 210.

51 G. V. SIGNOROTTO, « Milano e la monarchia cattolica. Spagnoli e lombardi al governo dello Stato », art. cit, p. 37-38.

52 G. V. SIGNOROTTO, « Milano e la Lombardia sotto gli Spagnoli », art. cit., p. 212.

53 C. MOZZARELLI, « Per la storia dello stato di Milano in età moderna. Ipotesi di lettura », art. cit., p. 372.

54 « Tal Tribunale fé sudare san Carlo, accelerò la morte dell'arcivescovo Visconte, e mise alle volte quasi in disperatione nel corso di 36 anni il cardinale Federico Borromeo », in : Archivio segreto vaticano, Lettere di vescovi e prelati, vol. 38, fol. 173, cité dans G. V. SIGNOROTTO, « Milano e la Lombardia sotto gli Spagnoli », art. cit., p. 212.

55 Ibid.

56 Cinzia CREMONINI, Le vie della distinzione. Società, potere e cultura a Milano tra XV e XVIII secolo, Milan : EDUCatt, 2012.

57 A. ALVAREZ-OSSORIO ALVARIÑO, « The State of Milan and the Spanish Monarchy », art. cit., p. 114-116.

58 Cinzia CREMONINI, « Considerazioni sulla feudalità imperiale italiana nell'età di Carlo V », in : Francesca CANTU, Maria Antonietta VISCEGLIA, (dir.), L'Italia di Carlo V. Guerra, religione e politica nell'età di Carlo V, Atti del Convegno internazionale di studi, Roma (5-7 aprile 2001), Rome : Viella, 2003, p. 259-276 ; Cinzia CREMONINI, « I feudi imperiali tra Sacro Romano Impero e monarchia cattolica (seconda metà XVI-inizio XVII secolo », in : Matthias SCHNETTGER, Marcello VERGA (dir.), L'Impero e l'Italia nella prima età moderna. Das Reich und Italien in der Frühen Neuzeit, Bologne-Berlin : Il Mulino-Duncker&Humblot, 2006, p. 41-64.

59 « Nulla si innovasse », cité dans C. CAPRA, D. SELLA, Il Ducato di Milano dal 1535 al 1796, op. cit., p. 28.

60 Cependant, en 1598, sous la contrainte, l'empereur abandonne le fief impérial stratégique de Finale en Ligurie dont les Carretto étaient les marquis. Dès 1558, les Génois tentent de s'en emparer afin de réduire la concurrence portuaire de Finale. Puis, en 1570, les Espagnols décident de le conquérir afin d'avoir un port en propre et en prennent possession par la force. Le Conseil aulique de Vienne proteste et les Espagnols reculent. Finalement, en 1598, le marquis de Finale abandonne ses droits sur Finale au roi d'Espagne. À ce sujet, se reporter à Cinzia CREMONINI, « Il caso di Finale tra interessi locali ed equilibri internazionali. Alcune considerazioni », in : Paolo CALCAGNO (dir.), Finale fra le potenze di antico regime. Il ruolo del Marchesato sulla scena internazionale (secoli XVI-XVIII), Savona : Società savonese di storia patria, 2009, p. 69-76.

61 C. CREMONINI, Le vie della distinzione. Società, potere e cultura a Milano tra XV e XVIII secolo, op. cit., p. 27.

62 C. MOZZARELLI, « Per la storia dello stato di Milano in età moderna. Ipotesi di lettura », art. cit., p. 368, n° 35.

63 Ce sont les Borromeo, les Trivulzio et certains rameaux des Visconti.

64 C. MOZZARELLI, « Per la storia dello stato di Milano in età moderna. Ipotesi di lettura », art. cit., p. 363.

65 « Ovvero l’Assemblea generale degli abitanti della città di Milano, composta dal 1518 di 60 membri, rappresentanti delle sei porte della città: Porta Orientale, Porta Romana, Porta Ticinese, Porta Vercellina, Porta Comacina, Porta Nuova. Ogni Porta quindi esprimeva 10 decurioni e tra i Sessanta erano scelti gli amministratori della città, guidati ogni anno da un vicario di Provvisione coadiuvato da un luogotenente regio il quale l’anno successivo diventava il nuovo vicario », in : C. CREMONINI, Le vie della distinzione. Società, potere e cultura a Milano tra XV e XVIII secolo, op. cit., p. 29.

66 Ancien membre du Collège des jurisconsultes, Pie V concède en 1560 aux membres du Collège une médaille d'or et les titres de cavalier et comte-palatin. Cela s'inscrit dans la dynamique longue et complexe de la constitution du patriciat, d'après C. MOZZARELLI, « Strutture sociali e formazioni statuali a Milano e a Napoli tra Cinquecento e Settecento », art. cit., p. 50, n° 72.

67 Cinzia CREMONINI, « Il mondo aristocratico e feudale nella Milano spagnola », in : Grandezza e Splendori della Lombardia Spagnola (1535-1701), Catalogue de l'exposition aux Musées de Porta Romana de Milan (10 avril-16 juin 2002), Milan : Skira, 2002, p. 51.

68 Entre 1561 et 1706, sur 204 sénateurs togati, 150 étaient lombards (80 Milanais et 70 d'autres cités) et 54 espagnols, G. VIGO cité dans C. CAPRA, D. SELLA, Il Ducato di Milano dal 1535 al 1796, op. cit., p. 37, n° 2.

69 Les arts de la laine, de l'or et de la soie ne sont pas considérés comme vils. Les banchieri – et non les banchetti – n'exerçant pas en boutique peuvent accéder aussi au Conseil. Le critère fondamental entre vil et non vil est donc la richesse, d'après C. MOZZARELLI, « Strutture sociali e formazioni statuali a Milano e a Napoli tra Cinquecento e Settecento », art. cit., p. 40-50.

70 En 1549, la fermeture du patriciat pavesan est approuvée par le Sénat de Milan et le souverain. Dans le Libro d'Oro sont inscrits les noms des seules familles autorisées à gouverner la cité formant une oligarchie urbaine inaltérable. Jusqu'à la Révolution française, seules douze familles y sont admises successivement mais la plupart n'exerce jamais le gouvernement de la cité, d'après Anna G. CAVAGNA, « Famiglie nobili e città conveniente : il caso di Pavia », in : Cesare MOZZARELLI (dir.), “Familia” del principe e famiglia aristocratica, Rome : Bulzoni, 1988, vol. 2, p. 511-512.

71 C. MOZZARELLI, « Patrizi e governatori nello stato di Milano a mezzo il Cinquecento. Il caso di Ferrante Gonzaga », art. cit., p. 315.

72 C. CREMONINI, Le vie della distinzione. Società, potere e cultura a Milano tra XV e XVIII secolo, op.cit., p. 29.

73 Notamment le palazzo Borromeo Arese de l'Isola Bella sur le lac Majeur.

74 Notamment le palazzo Arese, aujourd'hui palazzo Litta sur le corso Magenta.

75 « Il vero honore non consiste in vani titoli », citation tirée de l'Archivio di Stato di Milano, Araldica, parte antica, cart. 1, grida a stampa : 1586 « Prematica nella qual si da forma et ordine che si ha da usar e osservar nelli titoli & cortesie, tanto a bocca, come in scritto », cité par C. CREMONINI, Le vie della distinzione. Società, potere e cultura a Milano tra XV e XVIII secolo, op. cit., p. 31.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Séverin Duc, « Les Milanais, la monarchie espagnole et l’Empire (1519-1598) », e-Spania [En ligne], 24 | juin 2016, mis en ligne le 15 juin 2016, consulté le 29 mars 2017. URL : http://e-spania.revues.org/25659 ; DOI : 10.4000/e-spania.25659

Haut de page

Auteur

Séverin Duc

Université Paris-Sorbonne, Centre Roland Mousnier

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org