Navigation – Plan du site
Varia

Transformations de la pensée de Baltasar Gracián dans l’Allemagne du XVIIIe siècle*

Dietrich Briesemeister

Résumés

Le XVIIIe siècle allemand est l’époque des transferts ou des adaptations d’œuvres littéraires espagnoles par l’intermédiaire de traductions françaises. Dans le domaine du comportement politico-moral, l’autorité de Gracián remplace celle d’Antonio de Guevara aux XVIe et XVIIsiècles. La transformation de l’homo politicus en galant homme se produit en bonne partie sous l’influence de Gracián. Son prestige et l’interprétation de ses idées dans la philosophie politique des Lumières se fondent sur la version française de l’Oráculo manual par Amelot de la Houssaie.

Haut de page

Texte intégral

  • * Je remercie Roland Béhar d’avoir révisé la première version française de cet article actualisé.
  • 1 Knut FORSSMANN, Baltasar Gracián und die deutsche Literatur zwischen Barock und Aufklärung, thèse d (...)
  • 2 Helmuth KIESEL, « Bei Hof, bei Hölle ». Untersuchungen zur literarischen Hofkritik von Sebastian Br (...)

1Les transformations de la pensée de Baltasar Gracián dans l’Allemagne du XVIIIe siècle se produisent dans un climat culturel particulièrement francophile1. En même temps, il n’est pas de meilleur cas que celui du jésuite Gracián pour démontrer aussi bien la continuité que les changements dans les relations hispano-allemandes, entre l’âge baroque tardif et les débuts du siècle philosophique. Au temps de la transition de la culture courtoise à la société laïque, de plus en plus sécularisée sous l’influence intellectuelle de la France, l’autorité de Gracián remplace celle qu’avait eue Antonio de Guevara au XVIe et au XVIIe siècle2. En Allemagne, le changement de l’homo politicus en galant homme se produit en partie sous l’influence de l’Oráculo manual y arte de prudencia, dont tout le prestige repose sur la version française : L’Homme de Cour, d’Abraham Nicolas Amelot de La Houssaie (Paris : Martin et Jean Boudot, 1684). Ce livre jouit longtemps d’une énorme diffusion en Europe et, en Allemagne, il s’adresse, sous un titre symptomatiquement modifié (L’homme de cour oder Der heutige politische Welt- und Staats-Weise, Francfort-sur-le-Main : Kromayer, 1687), à un public de lecteurs assez différent.

  • 3 Dietrich BRIESEMEISTER, Spanien aus deutscher Sicht. Deutsch-spanische Kulturbeziehungen gestern un (...)
  • 4 Alexandre CIORANESCU, Le masque et le visage. Du baroque espagnol au classicisme français, Genève : (...)

2Dans les lettres allemandes, le XVIIIe siècle est, plus que tout autre, l’âge des transferts, des traductions, des adaptations ou des réécritures d’ouvrages étrangers, souvent à partir d’une version intermédiaire française, italienne ou même latine3. Des traducteurs français jouent un rôle prépondérant dans la transmission d’œuvres littéraires espagnoles, malgré l’image négative voire polémique que donnent de l’Espagne les récits des voyageurs français, eux aussi fréquemment traduits. Dès le début du XVIIIe siècle, des auteurs anglais – Alexander Pope, Jonathan Swift, Samuel Richardson, Henry Fielding – sont connus en Allemagne grâce à des versions françaises. Ce qui serait aujourd’hui une faute professionnelle impardonnable, à savoir traduire de seconde, voire de troisième main, sans consulter le texte original, était alors une méthode tout à fait approuvée, pratiquée depuis longtemps dans le commerce littéraire européen. Naturellement, ce procédé faussait parfois gravement la connaisance et l’interprétation du texte original, comme c’est d’ailleurs le cas aussi chez Amelot. Dans les manuels d’histoire littéraire du siècle des Lumières, on ne trouve guère de renseignements sur ces décalages. Les influences et les modes sont cependant encore plus difficiles à retracer, car, outre la diffusion simultanée des œuvres classiques et modernes, l’interférence des multiples modèles de la littérature espagnole – Cervantès, le roman picaresque et le théâtre – en Angleterre et en France joue également4. Avec plus ou moins de retard, à travers le filtre de la traduction ou de l’arrangement, ce phénomène a connu un retentissement prolongé dans les pays de langue allemande. Il devient la forme qui oriente les tendances et les idées nouvelles.

  • 5 Ralf Georg BOGNER (éd.), Lorentz Gratians Staats-kluger Catholischer Ferdinand, Saarbrücken : Fines (...)

3Pour mieux comprendre l’histoire mouvementée de la réception de l’Oráculo manual en Allemagne, avant sa traduction par Arthur Schopenhauer, très discutée, il convient de rappeler brièvement les vicissitudes de la trajectoire de l’œuvre de Gracián en allemand. Le début en remonte à Daniel Casper von Lohenstein (1635-1683)5, qui traduit El Político D. Fernando el Catholico en 1672, dans la Silésie marquée par l’idéologie impériale et culturelle des Habsbourg de Vienne. L’ouvrage est réédité dans deux territoires protestants (Breslau/Iéna : Trescher, 1672 et 1676 ; Bautzen/Leipzig : Hübner, 1721).

  • 6 Christian THOMASIUS, Deutsche Schriften. Peter von DÜFFEL (éd.), Stuttgart : Reclam, 1970, p. 5-49. (...)
  • 7 Günter JEROUSCHEK, Arno SAMES (dir.), Aufklärung und Erneuerung. Beiträge zur Geschichte der Univer (...)
  • 8 Sur Meintel voir Herbert E. BREKLE (dir.), Bio-bibliographisches Handbuch zur Sprachwissenschaft de (...)

4Ces dates, ces lieux sont aussi ceux de l’entrée de l’Oráculo manual dans le programme allemand du cours de philosophie que Christian Thomasius donne à l’Université de Halle, sous le titre Welcher Gestalt man denen Frantzosen in gemeinem Leben nachahmen solle (De la manière dont il faut imiter les Français dans la vie civile, 1687/1688)6. À l’aube des Lumières, Halle constitue avec Iéna le noyau académique protestant le plus important du centre de l’Allemagne7. Une première connaissance de Gracián y a peut-être été fournie par les manuels de grammaire français alors en usage dans l’enseignement de l’espagnol, comme celui de Claude Lancelot (Nouvelle Méthode pour apprendre la langue espagnole, Paris : Le Petit, 1660, plusieurs rééditions), même si celui-ci exprime certaines réserves critiques à propos de l’affectation rhétorique, l’enflure des métaphores et des figures du style de Gracián. Dès le début du XVIIIe siècle, on assiste à la multiplication des manuels scolaires, dont l’exemple le plus curieux est La Petite École de la morale et des langues (Nuremberg : P. C. Monath, 1732) de Johann Georg Meintel. Le maître présente une anthologie en six langues modernes et en latin, formée d’une cinquantaine de maximes tirées de Gracián et du Télémaque de Fénelon8. La discussion soulevée par le jésuite Dominique Bouhours, dans ses Entretiens d’Ariste et d’Eugène (Paris : Mabre-Cramoisy, 1671, suivi de nombreuses rééditions), retentit également outre-Rhin :

  • 9 FORSSMANN, op. cit., p. 141.

Gracian est parmi les Espagnols modernes un de ces génies incompréhensibles : il a beaucoup d’élévation, de subtilité, de force, et même de bon sens ; mais on ne sait le plus souvent ce qu’il veut dire, et il ne le sait peut-être pas lui-même. Quelques-uns de ses ouvrages me semblent être faits pour n’être point entendus9.

  • 10 Suzanne GUELLOUZ, « Gracián en la Francia del siglo XVII », Anthropos. Boletín de información y doc (...)
  • 11 Sur d’Ablancourt voir Roger ZUBER, Les « belles infidèles » et la formation du goût classique, Pari (...)
  • 12 Manfred BEETZ, « Konversationskultur und Gesprächsregie in den Monatsgesprächen », in : Manfred BEE (...)
  • 13 Sur Thomasius et son œuvre voir Werner SCHNEIDERS (dir.), Christian Thomasius 1655-1728, Hamburg : (...)

5Ce qui est remarquable – et nous touchons là de plus près au succès que remporte en Allemagne la version française de l’Oráculo manual –, c’est le fait que la réception de L’Homme de Cour d’Amelot de La Houssaie10 se rattache à une controverse suscitée par la traduction commentée des Annales de Tacite, en particulier dans la Morale de Tacite (Paris : Veuve E. Martin, 1686 ; traduction latine, Nuremberg : Endter, 1698), qui démontre la force du courant tacitiste de l’époque. Amelot s’oppose avec acharnement à son rival Nicolas Perrot d’Ablancourt et à sa façon de rendre en français le style concis et laconique de Tacite11. On trouve une référence au pamphlet anonyme le Perrot d’Ablancourt vengé (1686) dans les Monatsgespräche (Conversations mensuelles)12, la première revue critique et scientifique de langue allemande, fondée et dirigée par Thomasius13.

  • 14 La Oposición y conivnción de los dos grandes lvminares de la tierra. Obra apazible y curiosa en la (...)
  • 15 L’Honneste homme ou l’art de plaire à la cour, Paris : Du Bray, 1630 ; L’Honnest Homme : Das ist de (...)

6Professeur de philosophie assez novateur de l’université de Leipzig – au carrefour des routes internationales de l’Ouest à l’Est et du Nord au Sud, centre d’imprimerie ouvert à la culture française –, Thomasius annonce en 1687 que son cours se fera non en latin, selon l’habitude universitaire consacrée depuis le Moyen Âge, mais en allemand. Il fait cette annonce le 31 octobre, jour mémorable depuis 1517, quand le Réformateur Luther afficha ses Thèses à Wittenberg, tout près de Leipzig. Thomasius propose aux étudiants un Discours (c’est le terme qu’il emploie) sur la question De la manière dont il faut imiter les français dans la vie et conduite civile. Le cours (collegium) est fondé sur Gratians Grund-Reguln Vernünfftig klug und artig zu leben (Règles fondamentales de Gracián de la vie sage, prudente et civile), c’est-à-dire sur l’Arte de prudencia. En tête et à la fin de son affiche, qui suscite le scandale, Thomasius place des citations de Gracián en français, dans la version d’Amelot, tirées de l’Oráculo manual, de El Héroe et de El Discreto (il ne connaissait pas directement ces deux dernières œuvres). La mention d’un jésuite dans un tel écrit éveille l’attention. Thomasius met au premier plan le problème, très débattu en son temps, de la suprématie du modèle culturel français. La formule proverbiale « Si non vis falli, fugias consortia Galli » revèle une aversion traditionnelle pour ce qui est français, appuyée sur la théorie du mélange des humeurs qui, selon la physiologie galénique, détermine le tempérament des hommes et le caractère des nations. Publié en 1617 et en deux éditions allemandes en 1676, le traité de Carlos García sur La Oposición y conjunción de los dos grandes luminares de la tierra14 avait développé l’opposition fondamentale entre les Français et les Espagnols. Outre l’érudition exemplaire des Français, Thomasius vante leur honnêteté, leur élégance d’esprit, leur bon goût et leur galanterie. Ces concepts hautement significatifs, il les évoque toujours, dans son propre contexte historique et socio-culturel, en français, avant de les traduire en allemand par « verständiger, kluger und artiger Kopff ». Avant lui, ils ont été propagés par les traductions des traités de civilité d’un Nicolas Faret15 ou d’un Antoine de Courtin. À Iéna paraît en 1679 Der recht qualificirte und beständige Hoffmann oder Die Kunst sich bey Hoff Beliebt zu machen, traduction du livre de Faret par Jean Menudier.

  • 16 FORSSMANN, op. cit., p. 144-145.
  • 17 FORSSMANN, op. cit., p. 275.

7Thomasius transpose ces valeurs à la situation nouvelle d’une société bourgeoise en train de naître dans l’Allemagne fragmentée en territoires, confessions et cultures. Il se montre convaincu que la synthèse de ces qualités morales formera « un parfait homme Sâge [sic] », « un scavant homme » (en français dans le texte) capable de bien gouverner les affaires publiques requérant un bon jugement. Étant encore « apprenti », il se borne à traiter dans son Discours de l’érudition et de l’honnêteté. Les « lois fondamentales » du bel esprit, du bon goût et du galant homme ne sont pas formulées selon les règles de l’art, « in einer gewissen Kunstform ». Malheureusement, on ignore presque tout du contenu du cours spectaculaire tenu par Thomasius. Ignorant l’espagnol – désireux de l’apprendre, il n’a pas trouvé de professeur –, il s’attache à la traduction française et aux commentaires d’Amelot qui l’accompagnent. Dans un compte rendu publié dans les Acta Eruditorum de Leipzig, Gracián, inconnu jusqu’alors, est qualifié d’« auctor ingeniosus et acutissimus »16. Au moment d’annoncer son cours, Thomasius ne connaît pas non plus les idées du Père Bouhours. C’est seulement en novembre 1689 qu’il fait allusion à la Manière de bien penser dans les ouvrages de l’esprit (Paris : Mabre-Cramoisy, 1687). Bouhours, dit-il, est certes un homme de vastes lectures et de grande imagination, mais il est dépourvu de jugement. Thomasius ne se prononce pas sur la sévère critique que Bouhours formule à l’égard de Gracián et d’Amelot. Pour son cours, il consulte en outre la première traduction allemande de Gracián, publiée en 1686 par le juriste de Leipzig Johann Leonhard Sauter, sous un titre qui révèle déjà sa source : L’homme de Cour oder Balthasar Gracians Vollkommener Staats- und Welt-Weiser. Comme introduction, ce livre présente un abrégé à l’usage de l’homme de cour, une compilation médiocre de conseils pratiques destinés à la formation d’un « homme de cour parfait, galant, sage et prudent » (« vollkommenen Cavaliers-, Staats-, Welt- und Hoffmannes »), termes qui désignent les membres de son public assez varié en ses fonctions et en ses professions auquel s’adresse une vaste littérature didactique17.À la fin du livre se trouve – et ceci caractérise ses intentions pratiques – un manuel de correspondance avec un index des maximes commentées dans le traité. Thomasius lui-même constate déjà que cette traduction d’une traduction était très défectueuse. Il serait oiseux d’en relever les malentendus. Les deux éditions de Sauter de l’année suivante (1687) n’ont guère été meilleures.

8L’auteur de la deuxième version allemande de l’Oráculo manual, également fondée sur Amelot de la Houssaie, est un médecin, Christian Weißbach (Selintes). Le livre fut imprimé en 1711 à Augsbourg, juste un an après la publication du texte français dans cette ville libre impériale de confession protestante. Particulièrement intéressant est l’annexe intitulé Judicium vom Gracian (Jugement sur Gracián), un extrait du programme affiché par Thomasius en 1687, suivi d’un post-scriptum de 1701. La deuxième édition est presque identique et sans corrections. Les deux reproduisent, outre le prologue d’Amelot, une « Anweisung der Maximen » et un « Verzeichniß der Kapitel aus Gracians Helden und Discreten » [sic] (table des maximes et registre des chapitres de El Héroe et El Discreto). Il y a encore quatre traductions allemandes différentes et trois versions latines de l’Oráculo manual qui, malgré les nombreuses erreurs et altérations textuelles, attestent la débordante vague d’enthousiasme et de fascination que suscite l’opuscule.

9August Friedrich Müller, professeur de philosophie à l’université de Leipzig, renonce à l’expression à succès « Homme de Cour » et remplace ce titre spécifique mais erronné par une paraphrase des mots-clés de l’original : Oracul, Das man mit sich führen, und stets bey der hand haben kann. Das ist : Kunst-Regeln der Klugheit (Oracle portatif et toujours à la main ou l’Art de la prudence, paraphrase du mot grec ἐγχειρίδιον). L’auteur se distancie également d’Amelot en avisant le lecteur du fait qu’il traduit de l’espagnol avec « neuen Anmerckungen, In welchen die maximen des Autoris aus den Principiis der Sittenlehre erklähret und beurtheilet werden » (enrichi de nouvelles annotations pour expliquer et juger les maximes de l’auteur à partir des fondements de la morale). Accompagnée d’un commentaire de presque 1500 pages, le texte publié en trois « centuries » (Leipzig : Eyssel, 1715-1719) reflète les cours enseignés à l’université. Fort apprécié, il a connu, outre une réimpression non datée, une deuxième édition en 1733.

10Un collègue plus jeune de Müller à Leipzig, Karl Heinrich Heydenreich (1764-1801), prépare une traduction incomplète, publiée après sa mort (Leipzig : Gottfried Martini, 1803), qui s’appuie derechef sur Amelot (Der Mann von Welt, eingeweiht in die Geheimnisse der Lebensklugheit… nach Balthas. Gracian frey bearbeitetL’homme du monde initié aux secrets de la prudence…, libre adaptation selon Baltasar Gracián).

  • 18 Felice GAMBIN, « Las traducciones al italiano del Oráculo manual y arte de prudencia de Baltasar Gr (...)

11Pour sa part, Christoph Heinrich Freiesleben, inspecteur des mines et, comme les précédents, originaire de Saxe, se sert pour son adaptation de la traduction italienne de Francesco Tosques (Rome, Chracas, 1698, avec plusieurs rééditions18). Celle-ci repose sur Amelot et reproduit le texte italien dans un titre hybride : Balthasar Gracians Uomo di Corte, oder Kluger Hof- und Welt-Mann (Altenburg : Richter, 1723). Freiesleben défend son travail « philologique » et compilateur en alléguant qu’il a soigneusement consulté pour fabriquer la sienne les traductions française et italienne, ainsi que les trois allemandes (Sauter, Selintes et Müller). Pour le commentaire, il a recours à l’abbé Francesco Tosques et à ses propres observations.

12La dernière version allemande du XVIIIe siècle est attribuée à Christian Jakob Wagenseil. Elle porte simplement le titre Die Kunst zu leben. Vortreffliche Regeln eines alten Weltmannes fürs menschliche Leben (Marburg : s. n., 1786 ?, 2e éd. 1790) ; le texte est présenté sous forme abrégée et librement traduite suivant Selintes.

13On connaît par ailleurs trois versions latines de l’Oráculo manual au XVIIIe siècle, qui se situent à la fin d’une longue tradition européenne consistant à traduire des œuvres d’une langue vernaculaire en la langue commune de la Respublica literaria. Ni exercices scolaires, ni jeux d’esprits pédants, ces versions sont le résultat d’un effort laborieux – à la fois d’émulation de l’idiome romain et d’explication de texte. L’auteur se cache derrière le pseudonyme de Franciscus Glarianus Meldenus Constantiensis (de Constance ?). Dans son prologue, Johann Heinrich Heineccius, renommé professeur de droit de Halle et auteur d’un manuel de stylistique latine fréquemment réimprimé, l’appelle « vir patrum memoria celeberrimus, et multis in aula quadam negotiis publicis immersus », mais ne révèle pas son nom. Le livre est imprimé avec quelques gravures emblématiques en 1731 à Francfort-sur-l’Oder, siège de la première université du Brandebourg (1506-1811) – noyau de la Prusse – et centre académique de l’Allemagne orientale du XVIIIe siècle. Il a pour titre : Balthas. Graciani, Hispani, Aulicus sive de prudentia civili et maxime aulica liber singularis olim hispanice conscriptus, postea et gallice, italice, germanice editus, nunc ex Ameloti versione latine redditus, et regulis meliore et naturali ordine dispositis in forma artis redactus. Les annotations et commentaires montrent les vastes lectures et l’érudition de l’auteur qui s’en réfère, entre autres, aux illustres autorités de Baldassare Castiglione, d’Antonio de Guevara, de Justus Lipsius et de Diego Saavedra Fajardo. Le texte latin est diffusé jusqu’à l’Autriche (Vienne : Gerold, 1750) et au Royaume de Hongrie (Košice : Academia Societatis Jesu, 1752, aujourd’hui en Slovaquie).

  • 19 Un compte-rendu sévère apparut déjà dans le Journal littéraire (La Haye), 18, 1731, 2e partie, p. 3 (...)
  • 20 Voir Dietrich BRIESEMEISTER, « Traducciones neolatinas de obras en lengua española (siglos XVI-XVII (...)

14La seconde version latine de 1734 (Wurzbourg : Engmann, rééd. 1741) provient également de cercles académiques, catholiques cette fois. Le traducteur, Philipp Adam Ulrich, est professeur de droit à l’université de Wurzbourg et conseiller aulique du prince-évêque de la ville. Il connaît l’œuvre de Glarianus Meldenus, qu’il critique non seulement comme « male latina », mais aussi comme « male Christiana »19. Malgré la référence explicite au titre français (L’Homme de Cour), Ulrich recourt uniquement au texte espagnol : Sub tit. L’Homme de Cour notum Graciani Oraculum Prudentiae, depromptum in sententiarum politicarum centuriae III. A breviloquii Hispani ambiguitate et obscuritate explicatum, et universali Latinorum lingua loquens. De l’imprimerie du prince-évêque sort également la traduction latine du Comulgatorio, faite par Ulrich (Meditationes ad usum communicantium, cum sacerdotum tum laicorum dominicis et festis totius anni. A Balthasaro Graciano, Soc. Iesu sacerdote pridem conscriptae, idiomate hispano nunc primum latine redditae, Wurzbourg : Engmann, 1744). De nombreux traités spirituels d’auteurs espagnols sont ainsi traduits en latin du XVe au XVIIIe siècle, parfois à partir de versions intermédiaires italiennes ou françaises20.

  • 21 Dietrich BRIESEMEISTER, « Neulateinische Gracián-Übersetzungen aus dem 18. Jahrhundert in Deutschla (...)

15Le cas du professeur de droit à Francfort-sur-l’Oder Adam Ebert (1653-1735) est singulier. En vingt-cinq ans, il traduit en latin une série d’œuvres historiques : l’Historia de la vida y hechos del Emperador Carlos V de l’évêque de Pamplune Prudencio de Sandoval (1614-1618), le Felipe Segundo rey de España (1619) de Luis Cabrera de Córdoba, Historie della vita dell’ammiraglio Christoforo Colombo de Fernando Colón (1571), les Mémoires de Brantôme ou encore des extraits du Dictionnaire critique de Pierre Bayle. En outre, il traduit aussi, entre 1712 et 1718, les œuvres de Gracián, à l’exception de l’Agudeza y arte de ingenio. Ce travail énorme est d’autant plus étonnant, si l’on considère que le milieu prussien protestant où il est réalisé est généralement peu favorable à l’Espagne. Nikolaus Hieronymus Gundling, professeur à l’université de Halle, résume dans les Otia (Francfort/Leipzig : Renger, 1706-1707) l’image défavorable de l’Espagne typique de l’époque. Les traductions de Gracián sont dédiées, chose surprenante à première vue, au jeune prince héritier Frédéric, « Salomon de Prusse et du Brandebourg », plus tard roi de Prusse Frédéric II, dit le Grand. Il s’entoure à Berlin d’hommes de lettres français et rédige ses écrits en français. Son éducation a été confiée aux soins d’un huguenot, Jacques Duhan de Jandun, qui lui a enseigné le français, l’usage du latin ayant été formellement interdit par son père Frédéric-Guillaume Ier21.

  • 22 Dans son livre Fernando el Católico en Baltasar Gracián (Madrid : Espasa-Calpe, 1945), Ángel Ferrar (...)

16Les traductions d’Ebert sont demeurées inédites et se trouvent à la Staatsbibliothek de Berlin, l’ancienne Bibliothèque royale, dans une série de manuscrits, en particulier dans le ms. theol. lat. fol. 199, qui contient El Criticón, El Discreto, El Político Don Fernando el Catholico, El Héroe, l’Oráculo manual y arte de prudencia et El Comulgatorio. L’ordre des œuvres est le même que dans l’édition des Obras d’Anvers (Henri et Corneille Verdussen, 1702), que l’érudit pourrait avoir utilisée pour son travail. Il affirme avoir achevé la version latine de l’Oraculum manuale politicum sive l’homme de Cour en à peine six semaines (f. 538r-611r). L’allusion à la formule déjà connue d’Amelot suggère qu’il a consulté ou le texte français ou une des deux traductions allemandes qui s’y rapportent dans le titre. Ebert altère cependant le texte en paraphrasant et en résumant des passages entiers. De nombreux malentendus et des erreurs défigurent la lecture22.

  • 23 Pierre BAYLE, Nouvelles de la République des Lettres, juillet 1684, art. VII, p. 524-527, chez FORS (...)

17Après cet examen de la diffusion et de l’intense activité de traduction et d’adaptation de l’Oráculo manual en langues allemande et latine, il convient d’en suivre quelques traces doctrinales. Au cours du XVIIe et du XVIIIe siècle, seize éditions en allemand, en français et en latin prouvent l’intérêt et l’influence que l’œuvre du jésuite ne cesse de susciter. Le livre s’inscrit dans le cadre d’innombrables publications en latin et allemand sur la science politique naissante (nommée alors « statistique », de status = État) enseignée dans les universités protestantes à la tête de la réforme des études : Halle, Iéna ou Helmstedt, centres de formation des hauts-fonctionnaires et des magistrats des nombreuses principautés allemandes ou de l’administration de l’Empire. Ces fonctions expliquent aussi pourquoi l’étude de l’Oráculo manual est confiée de préférence aux professeurs de droit, à cette époque de genèse d’une société civile et bourgeoise. Chose curieuse, le jésuite espagnol ne fait pas l’objet de la même suspicion générale que ses autres compatriotes, les scolastiques et les casuistes, les théologiens et les curés, les apologistes et les défenseurs de l’Inquisition. L’Espagne n’est plus une menace politique pour l’Europe du XVIIIe siècle. Amelot a rendu la pensée de Gracián intelligible, il l’a adaptée aux affaires publiques et politiques. Sa traduction est assez correcte au regard des connaissances et des instruments de travail disponibles, même si les modifications introduites par souci de clarté impliquent forcément des pertes de substance et de nuances. Le succès international de cette version est dû au fait que l’Oráculo manual se présente, selon le jugement de Pierre Bayle, « comme la Quint-Essence de tout ce qu’un long usage du monde et une réflexion continuelle sur l’esprit et le cœur humain peuvent apprendre pour se conduire dans une grande Fortune »23.

18S’il est vrai que le cours de Thomasius a rendu le recueil de maximes de Gracián célèbre en Allemagne, il n’a pas pour but son exégèse à proprement parler, mais plutôt son intégration dans un ambitieux programme de réforme intellectuelle et de renouvellement de la culture. Son cours et son discours portent sur l’imitation des Français, sans que pour autant il approuve la « gallomanie » en vogue. Thomasius critique le titre inventé par Amelot (L’Homme de Cour) parce qu’il veut faire parvenir le message du livre – « arte de prudencia » – à tout un chacun, quel que soit son état, sa condition sociale. Les règles du comportement civil sont universelles. Thomasius développe un programme pédagogique et philosophique ne s’adressant pas, de manière exclusive, à la cour, aux aristocrates ou aux érudits. C’est le grand public qu’il veut toucher, comme il le fait dans sa revue mensuelle d’information et d’instruction, les Monatsgespräche, sous les formes du dialogue et de l’essai. Il instrumentalise les aphorismes de Gracián pour les intégrer dans sa doctrine de comportement civique. Gracián n’est pas sa seule source. Thomasius traduit aussi en allemand la Vie de Socrate de François Charpentier (Das Ebendild eines wahren und ohnpedantischen Philosophi, oder : Das Leben Socratis, Halle : Salfeld, 1693) accompagnée de textes de Xénophon sur Socrate. Xénophon était un auteur classique encore très estimé au XVIIIe siècle comme exemple d’atticisme. À partir de ces modèles, Thomasius tente de développer le programme d’une sagesse laïque (Weltweisheit, sagesse du monde, ou prudence) qui renonce à se fonder sur la théologie, sans pour autant s’y opposer. À l’époque, Halle prend son essor comme centre spirituel du piétisme protestant et August Hermann Francke, son représentant principal, traduit alors en allemand et en latin (1687) la Guía espiritual que desembaraza al alma, y la conduce por el interior camino, para alcanzar la perfecta contemplación y el rico tesoro de la interior paz (Rome : M. Ercole, 1675) de Miguel de Molinos, qui a suscité de nombreux conflits.

19Thomasius n’a jamais réalisé son intention d’étudier le Criticón, dont la première partie a été publiée en allemand en 1698 – encore une fois suivant une traduction française, ici celle du professeur d’espagnol Guillaume de Maunory, L’Homme détrompé ou Le Criticon, Paris : Jacques Colombat, 1696. L’édition allemande est complétée en 1710 (nouveau tirage Halle : Zeitler 1721), mais son titre, L’Homme détrompé, inspiré par le succès de la formule similaire forgée par Amelot, n’est plus repris dans la traduction dédiée au grand philosophe Leibniz à l’aube des Lumières et dont le lieu d’impression n’est pas Halle par hasard : Der entdeckte Selbst-Betrug.

  • 24 Christian THOMASIUS, Introductio ad philosophiam aulicam, Leipzig : Auteur, 1688 (réimpression Hild (...)

20Exprimée dans un vaste ensemble d’ouvrages sur le droit, la raison d’État et la politique, sur l’éducation des magistrats et des conseillers, de traités de philosophie morale et de manuels de civilité, la pensée de Thomasius ne révèle qu’imparfaitement l’influence de Gracián et les subtiles transformations de ses idées. Lorsqu’on examine, ainsi, le premier livre publié par Thomasius après son cours mémorable, l’Introductio ad philosophiam aulicam seu lineae primae libri de prudentia cogitandi et ratiocinandi (Leipzig, 1688 ; Halle : Renger, 1702), ou sa version allemande, Einleitung zur Hoff-Philosophie (Berlin : Rüdiger, 1712), on ne découvre aucune allusion directe à Gracián24. L’œuvre semble suivre davantage le modèle de La philosophie des gens de cour de l’abbé Armand de Gérard (Paris : E. Loyson, 1680).

  • 25 En allemand : Kurtzer Entwurff der Politischen Klugheit sich selbst und andern in allen Menschliche (...)
  • 26 Manfred BEETZ, « Ein neuentdeckter Lehrer der conduite. Thomasius in der Geschichte der Gesellschaf (...)
  • 27 Cité par Knut FORSSMANN, op. cit., note 1, p. 275.

21Quelques années plus tard, dans ses Primae lineae de jureconsultorum prudentia consultatoria (Halle, Leipzig : Gross, 1705)25, on trouve disséminées dans le texte plus d’une douzaine de maximes du jésuite et de nombreuses mentions de son autorité en la matière26. Le prologue répète les critiques de Thomasius à l’égard de l’Oráculo manual, qu’il juge un recueil peu systématique de sentences parfois contradictoires entre elles et en désaccord avec les préceptes d’autres auteurs. C’est pourquoi il essaye de raccommoder ces maximes qui, dans la forme subtile, ambiguë et obscure que Gracián leur avait conférée, sans leur adjoindre d’exemples concluants, ne servent guère à un manuel de prudence. Son propre précis aspire donc à éliminer ce défaut. Il voulut même, à un moment, composer un Anti-Gracian pour répliquer à ses adversaires, un projet peut-être suggéré par une lettre de Samuel von Pufendorf (du 24 mars 1688)27 :

En lisant le Programme allemand sur Gracián, je me suis demandé s’il ne serait pas possible de formuler, sous une forme systématique (in formam artis), tous ces préceptes moraux qui servent à passer dans le monde pour un homme sage, prudent et courtois. Je me suis aussi demandé si on ne pourrait trouver certains principes dont ils découlent tous, ainsi que des catégories selon lesquelles on pourrait les classer, ce qui nous permettrait de saisir l’ensemble comme d’un seul coup d’œil (sub uno intuitu). En effet, ce Gracián nous offre bien de splendides pensées (herrliche pensées), mais qui sont à peine compréhensibles, si l’on ne fréquente pas le monde et la cour. Quelques-unes d’entre elles sont aussi trop espagnoles, trop éthérées (idealistisch), inexprimables. Elles ne sont accessibles qu’à de rares individus et, considérées en leur ensemble, elles sont dénuées de cohérence… Il nous manque le συμματοποιεῖν. Il faudrait extraire les matériaux des auteurs anciens et modernes et surtout des Français.

  • 28 Mario SCATTOLA, « Prudentia se ipsum et statum suum conservandi. Die Klugheit in der praktischen Ph (...)
  • 29 Georg BRAUNGART, « Sprache und Verhalten. Zur Affektenlehre von Christian Thomasius », in : Friedri (...)

22Chez Thomasius, la sapientia s’insère dans le système de l’éthique, tandis que la prudentia correspond à la politique28. Le sage réunit et réalise en sa vie les principes du justum, de l’honestum et du decorum indissociables de la sagesse et de la « prudence ». Il acquiert les vertus par sa vie en société, où il affronte les fous et les trompeurs. C’est dans la vieille tradition de ce combat contre la folie que Thomasius édite en 1693 son Historia sapientiae et stultitiae, dont il donne également une version allemande (Historie der Weißheit und Thorheit, Halle : Salfeld, 1693). Une expression de la maxime 26 qu’Amelot traduit par « trouver le foible de chacun » et où Gracián parle de la « passion dominante » (especial afición) de chacun est probablement à l’origine de la théorie des passions et des émotions que Thomasius développe plus tard. Il élabore une sorte de psychologie morale, une anthropologie des passions qui permet la connaissance de l’homme par lui-même. S’y rattachent les importantes maximes 89 (Comprehensión de sí / Connoître parfaitement son génie, son esprit, son cœur et ses passions) et 225 (Conocer su defecto rey / Connoître son défaut dominant). L’Affektenlehre, l’anthropologie des passions, jouit d’une grande faveur en Allemagne jusqu’à la fin du XVIIIe siècle29.

  • 30 Sebastian NEUMEISTER, « Schopenhauer als Leser Graciáns », in : El mundo de Gracián, op. cit., note (...)

23Lorsque Samuel von Pufendorf écrit à Thomasius que « ce Gratien nous offre bien de splendides pensées », le jeune philosophe ne dispose pas encore d’une connaissance directe plus approfondie de l’œuvre de Gracián, même s’il emprunte à l’Oráculo manual des réflexions importantes pour sa philosophie morale pratique pré-kantienne. Il réduit la philosophie à l’éthique, à la doctrine de la civilité et du comportement politique, au sens large du terme, pour la mettre au service d’une réforme générale de la vie intellectuelle de son temps. Thomasius se trouve à mi-chemin entre la simple lecture de l’Oráculo manual, encore nécessairement incomplète, et la constitution d’une science politique proprement dite, séparée du Droit naturel. Comme le constate Sebastian Neumeister, « l’histoire de Gracián en Allemagne est, avant tout, celle de ses traductions. Elle demeure fragmentaire, malgré quelques réussites brillantes au XVIIIe siècle »30. Thomasius semble demeurer avant tout un philosophe « populaire », désireux de vulgariser le savoir afin de le mettre au service d’une philosophie laïque. Dans ce contexte, l’Oráculo manual vient à propos pour formuler les principes de sa philosophie pratique. Il faudra attendre la gestation, dans les années vingt du XIXe siècle, de la version d’Arthur Schopenhauer encore aujourd’hui inégalée, pour voir commencer une nouvelle étape de l’influence de Gracián en Allemagne.

Haut de page

Notes

* Je remercie Roland Béhar d’avoir révisé la première version française de cet article actualisé.

1 Knut FORSSMANN, Baltasar Gracián und die deutsche Literatur zwischen Barock und Aufklärung, thèse doctorale, Université de Mayence, 1977.

2 Helmuth KIESEL, « Bei Hof, bei Hölle ». Untersuchungen zur literarischen Hofkritik von Sebastian Brant bis Friedrich Schiller, Tübingen : Niemeyer, (Studien zur deutschen Literatur, 60), 1979, p. 176-197. Herbert WALZ, Der Moralist im Dienst des Hofes, Frankfurt : P. Lang (Europäische Hochschulschriften, série XVIII, 33), 1984. Christoph E. SCHWEITZER, « Antonio de Guevara in Deutschland. Eine kritische Bibliographie », Romanistisches Jahrbuch, 11, 1960, p. 328-375 ; 28, 1977, p. 322-325.

3 Dietrich BRIESEMEISTER, Spanien aus deutscher Sicht. Deutsch-spanische Kulturbeziehungen gestern und heute, Berlin : De Gruyter (Beihefte zur Iberoromania, 20), 2015, p. 228-255 ; version française partielle : « Traductions allemandes d’œuvres littéraires espagnoles à partir de versions françaises au XVIIIe siècle », Chroniques allemandes (CERAAC), 6, 1997, p. 11-21.

4 Alexandre CIORANESCU, Le masque et le visage. Du baroque espagnol au classicisme français, Genève : Droz (Histoire des idées et critique littéraire, 210), 1983.

5 Ralf Georg BOGNER (éd.), Lorentz Gratians Staats-kluger Catholischer Ferdinand, Saarbrücken : Fines Mundi, 2012. FORSSMANN, op. cit., p. 117-138. Karl-Heinz MULAGK, Phänomene des politischen Menschen im 17. Jahrhundert. Propädeutische Studien zum Werk Lohensteins unter besonderer Berücksichtigung Diego Saavedra Fajardos und Baltasar Graciáns, Berlin : E. Schmidt, 1973. Christoph STROSETZKI, « La recepción de El Político en Alemania », in : Sebastian NEUMEISTER, Dietrich BRIESEMEISTER (dir.), El mundo de Gracián, Berlin : Colloquium (Bibliotheca Ibero-Americana, 36), 1991, p. 233-248.

6 Christian THOMASIUS, Deutsche Schriften. Peter von DÜFFEL (éd.), Stuttgart : Reclam, 1970, p. 5-49. Rolf LIEBERWIRTH, « Die französischen Kultureinflüsse auf den deutschen Frühaufklärer Christian Thomasius », Wissenschaftliche Zeitschrift der Martin-Luther-Universität Halle-Wittenberg, (Gesellschaftswissenschaftliche Reihe, 1), 33, 1984, p. 63-73. Jean MONDOT, « Thomasius und das Geheimnis der Franzosen », in : Frank GRUNERT, Friedrich VOLLHARDT (dir.), Aufklärung als praktische Philosophie. Werner Schneiders zum 65. Geburtstag, Tübingen : Niemeyer, 1998, p. 211-221. Kurt SCHNELLE, « Zur Wirkungsgeschichte der Literatur des Siglo de Oro in der deutschen Frühaufklärung », in : Beiträge zur romanischen Philologie, 6, 1967, p. 137-147. Stéphan VAQUERO, Baltasar Gracián, la civilité ou l’art de vivre en société, Paris : PUF, 2009.

7 Günter JEROUSCHEK, Arno SAMES (dir.), Aufklärung und Erneuerung. Beiträge zur Geschichte der Universität Halle im ersten Jahrhundert ihres Bestehens (1694-1806), Halle : Dausien, 1994.

8 Sur Meintel voir Herbert E. BREKLE (dir.), Bio-bibliographisches Handbuch zur Sprachwissenschaft des 18. Jahrhunderts, 6, Tübingen : Niemeyer, 1998, col. 67-70.

9 FORSSMANN, op. cit., p. 141.

10 Suzanne GUELLOUZ, « Gracián en la Francia del siglo XVII », Anthropos. Boletín de información y documentación, n° extra 37, 1993, p. 93-104. Andrée MANSAU, « Recepción/traducción de Gracián en Francia », ibid., p. 87-93. Gilles BANDERIER, « La préface d’Amelot de la Houssaie à L’Homme de cour », Investigación franco-española, n° 9, 1993, p. 23-40. Jürgen von STACKELBERG, Übersetzungen aus zweiter Hand, Berlin, New York : De Gruyter, 1984, chapitre IV. Jürgen von STACKELBERG, Tacitus in der Romania. Studien zur literarischen Rezeption des Tacitus in Italien und Frankreich, Tübingen : Niemeyer, 1960, p. 189-208. Saúl MARTÍNEZ BERMEJO, Translating Tacitus. The reception of Tacitus’s works in the vernacular languages of Europe, 16th-17th centuries, Pise : UP, 2010. Jacob SOLL, « Amelot de La Houssaie and the Tacitean tradition in France », Translation and Literature, 6, 1997, p. 186-202, et « Amelot de La Houssaie (1634-1706) annotates Tacitus », Journal of the History of Ideas, 61, 2000, p. 167-187.

11 Sur d’Ablancourt voir Roger ZUBER, Les « belles infidèles » et la formation du goût classique, Paris : A. Colin 1968, p. 165-277. Jacob SOLL, « Amelot de La Houssaie and the Tacitean tradition in France », Translation and Literature, 6, 1997, p. 186-202, et « Amelot de La Houssaie (1634-1706) annotates Tacitus », Journal of the History of Ideas, 61, 2000, p. 167-187.

12 Manfred BEETZ, « Konversationskultur und Gesprächsregie in den Monatsgesprächen », in : Manfred BEETZ, Herbert JAUMANN (dir.), Thomasius im literarischen Feld. Neue Beiträge zur Erforschung seines Werkes im historischen Kontext. Tübingen : Niemeyer, 2003, p. 35-60. Wolfgang MARTENS, Die Botschaft der Tugend. Die Aufklärung im Spiegel der deutschen Moralischen Wochenschriften, Stuttgart : Metzler, 1971.

13 Sur Thomasius et son œuvre voir Werner SCHNEIDERS (dir.), Christian Thomasius 1655-1728, Hamburg : Meiners, 1989. Rolf LIEBERWIRTH, « Christian Thomasius », in : Aufklärung und Erneuerung, op. cit., note 7, p. 29-45. Michael MAURER, « Christian Thomasius oder Vom Wandel des Gelehrtentypus im 18. Jahrhundert », in : Friedrich VOLLHARDT (dir.), Christian Thomasius (1655-1728). Neue Forschungen im Kontext der Frühaufklärung, Tübingen : Niemeyer, 1977. Helmut HOLZHEY (dir.), Grundriß der Geschichte der Philosophie, 4, Die Philosophie des 17. Jahrhunderts, Basel : Schwabe, 2001, p. 1163-1220. Monique CANTO-SPERBER (dir.), Dictionnaire d’éthique et de philosophie morale, Paris : PUF, 1997, p. 1523-1526. Olav KRÄMER, « “Welcher Gestalt man denen Frantzosen […] nachahmen solle”. Stationen einer Jahrhundertdebatte (Thomasius, Prémontel, Herder, Friedrich II., Moser », in : Jens HÄSELER (dir.), Gallophobie im 18. Jahrhundert, Berlin : BWV, 2005, p. 61-87. Catherine JULLIARD, « Christian Thomasius (1655-1728) et son Discours de l’imitation des Français (1687) : un plaidoyer gallophile dans un contexte gallophobe », in : Raymond HEITZ (dir.), Gallophilie und Gallophobie in der Literatur und den Medien in Deutschland und in Italien im 18. Jahrhundert, Heidelberg : Winter, 2011, p. 1-24.

14 La Oposición y conivnción de los dos grandes lvminares de la tierra. Obra apazible y curiosa en la qual se trata de la dichosa Aliança de Francia y España : con la Antipatia de Españoles y Franceses, Paris : François Huby, 1617 ; version française L’Opposition et conionction des deux grands lvminaires de la terre. Œuvre curieuse et aggreable [sic], en laquelle il est traicté de l’heureuse Alliance de France et d’Espagne et de l’antipathie des François et des Espagnols, Paris : La Rivière, 1622.

15 L’Honneste homme ou l’art de plaire à la cour, Paris : Du Bray, 1630 ; L’Honnest Homme : Das ist der ehrliebende Welt-Mann, oder die von vielen Leuten gesuchte schöne Kunst wie einer an grosser Herren Höfen sich beliebet machen kann, Leipzig : Nerlich, 1647.

16 FORSSMANN, op. cit., p. 144-145.

17 FORSSMANN, op. cit., p. 275.

18 Felice GAMBIN, « Las traducciones al italiano del Oráculo manual y arte de prudencia de Baltasar Gracián », in : Exilios filosóficos de España. Actas del VII Seminario de Historia de la Filosofía Española e Iberoamericana, Salamanca : Universidad de Salamanca, 1992, p. 287-303.

19 Un compte-rendu sévère apparut déjà dans le Journal littéraire (La Haye), 18, 1731, 2e partie, p. 309-313. Olivier BRACHFELD, « Note sur la fortune de Gracián en Hongrie », Bulletin hispanique, 33, 1931, p. 331-335. Sandór BAUMGARTEN, « Balthasar Gracián en Hongrie », Revue de littérature comparée, 16, 1936, p. 40-44.

20 Voir Dietrich BRIESEMEISTER, « Traducciones neolatinas de obras en lengua española (siglos XVI-XVIII) », Studi Ispanici, 35, 2010, p. 11-43.

21 Dietrich BRIESEMEISTER, « Neulateinische Gracián-Übersetzungen aus dem 18. Jahrhundert in Deutschland », in : El mundo de Gracián, op. cit., p. 221-231.

22 Dans son livre Fernando el Católico en Baltasar Gracián (Madrid : Espasa-Calpe, 1945), Ángel Ferrari affirme que L’Anti-Machiavel (1759) du roi de Prusse utilise, outre des aphorismes d’Antonio Pérez, le texte de Gracián à travers la traduction d’Amelot. Je n’ai pas pu vérifier cette observation. Pour l’éducation des princes, voir aussi Monika SCHLECHTE, « Gracián-Rezeption in Julius Bernhard von Rohrs Einleitung der Ceremonial-Wissenschaft », in : El mundo de Gracián, op. cit., p. 249-260. Martin DISSELKAMP, Barockheroismus. Konzeptionen « politischer » Größe in Literatur und Traktatistik des 17. Jahrhunderts, Tübingen : Niemeyer, 2002.

23 Pierre BAYLE, Nouvelles de la République des Lettres, juillet 1684, art. VII, p. 524-527, chez FORSSMANN, op. cit., p. 138-139.

24 Christian THOMASIUS, Introductio ad philosophiam aulicam, Leipzig : Auteur, 1688 (réimpression Hildesheim : Olms, 1993) ; id., Einleitung zur Hoff-Philosophie, Werner SCHNEIDER (éd.), Hildesheim : Olms, 1994 ; id., Primae lineae de jureconsultorum prudentia consultatoria, in quibus docetur, quid sit prudentia, quid consultatoria, Halle, Leipzig : Salfeld, 1705 ; version allemande : Kurtzer Entwurff der Politischen Klugheit sich selbst und andern in allen Menschlichen Gesellschaften wohl zu rathen und zu einer gescheiten Conduite zu gelangen, Francfort, Leipzig : Gross, 1710 (réimpression 1971). Voir, outre FORSSMANN, op. cit., note 1, p. 153ss., Eric ACKERMANN, « Substanz und Nichts. Überlegungen zu Baltasar Gracián und Christian Thomasius », in : Thomasius im literarischen Feld, op. cit., p. 7-34. Sebastian NEUMEISTER, « Bildungsideal barock : Christian Thomasius liest Gracián », Germanisch-Romanische Monatsschrift, NF, 52, 2002, p. 39-47. Emilio HIDALGO SERNA, « Thomasius, König y la raiz del gusto en la Ilustración alemana », in : Reyes MATE, Friedrich NIEWÖHNER (eds.), La Ilustración en España y Alemania, Barcelona : Anthropos, 1989, p. 255-270. Burkhard MEYER-SICKENDIEK, « Vorformen moderner Ratgeberliteratur. Die neuzeitlichen Klugheitslehren von Machiavelli bis Thomasius », in : Michael NIEHAUS, Wim PEETERS (dir.), Rat geben. Zu Theorie und Praxis des Beratungshandelns, Bielefeld : transcript, 2014, p. 159-178.

25 En allemand : Kurtzer Entwurff der Politischen Klugheit sich selbst und andern in allen Menschlichen Gesellschaften wohl zu rathen und zu einer gescheiden Conduite zu gelangen, Francfort-sur-le-Main/Leipzig : Gross, 1710.

26 Manfred BEETZ, « Ein neuentdeckter Lehrer der conduite. Thomasius in der Geschichte der Gesellschaftsethik », in : Werner SCHNEIDERS (dir.), Christian Thomasius 1655-1728, Hamburg : Meiners, 1989, p. 199-222. Friedrich VOLLHARDT, Selbstliebe und Geselligkeit. Untersuchungen zum Verhältnis von naturrechtlichem Denken und moraldidaktischer Literatur im 17. und 18. Jahrhundert, Tübingen : Niemeyer (Communicatio, 26), 2001. Jörn STEIGERWALD, Galanterie: die Fabrikation einer natürlichen Ethik der höfischen Gesellschaft (1650-1710), Heidelberg : Winter, 2011.

27 Cité par Knut FORSSMANN, op. cit., note 1, p. 275.

28 Mario SCATTOLA, « Prudentia se ipsum et statum suum conservandi. Die Klugheit in der praktischen Philosophie der frühen Neuzeit », in : Friedrich VOLLHARDT (dir.), Christian Thomasius, op. cit., note 13, p. 333-363. Leander SCHOLZ, Das Archiv der Klugheit. Strategien des Wissens um 1700, Tübingen : Niemeyer, 2002.

29 Georg BRAUNGART, « Sprache und Verhalten. Zur Affektenlehre von Christian Thomasius », in : Friedrich VOLLHARDT (dir.), op. cit., note 13, p. 365-375. Ursula GEITNER, Die Sprache der Verstellung. Studien zum rhetorischen und anthropologischen Wissen im 17. und 18. Jahrhundert, Tübingen : Niemeyer, 1992, p. 51-139.

30 Sebastian NEUMEISTER, « Schopenhauer als Leser Graciáns », in : El mundo de Gracián, op. cit., note 5, p. 261-277. Sebastian NEUMEISTER (éd.), Handorakel und Kunst der Weltklugheit, Stuttgart : Kröner, 2013, 14e éd., p. XV-XXX. José Lluis LOSADA PALENZUELA, Schopenhauer traductor de Gracián, Valladolid : Universidad, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dietrich Briesemeister, « Transformations de la pensée de Baltasar Gracián dans l’Allemagne du XVIIIe siècle », e-Spania [En ligne], 24 | juin 2016, mis en ligne le 15 juin 2016, consulté le 29 mars 2017. URL : http://e-spania.revues.org/25595 ; DOI : 10.4000/e-spania.25595

Haut de page

Auteur

Dietrich Briesemeister

Université d’Iéna

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org