Navigation – Plan du site
Mécénats et patronages féminins en péninsule Ibérique au moyen âge (XIe-XVe siècle)

Le patronage de la reine Bérengère de Castille (1214-1246) à la lumière du mythe néo-wisigothique dans le Chronicon mundi de Luc de Tuy et l’Historia de rebus Hispaniae de Rodrigue Jiménez de Rada

Gaël Le Morvan-de Villeneuve

Résumés

Si Luc de Tuy écrit le Chronicon mundi sous le patronage explicite et officiel de la reine Bérengère de Castille, Rodrigue Jiménez de Rada compose l’Historia de rebus Hispaniae sous celui du roi Ferdinand III. Or, l’étude du mythe néo-wisigothique éclaire le sens de ces chroniques et la place qui est attribuée à Bérengère, au point de démontrer que le Tolédan est celui qui écrit véritablement sous le patronage de la reine, quoique de façon tacite. Rodrigue définit cette femme de pouvoir comme l’héritière des plus hautes vertus wisigothiques et l’un des acteurs essentiels qui œuvrent au service du pan-hispanisme que défend le De rebus. En revanche, dans le Chronicon mundi, la reine n’apparaît que comme un faire-valoir au service du royaume de León, creuset de l’héritage wisigothique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Georges MARTIN, « Régner sans régner. Bérengère de Castille (1214-1246) au miroir de l’historiograp (...)
  • 2 Emma FALQUE (éd.), Lucae Tudensis Chronicon mundi, in : Lucae Tudensis Opera omnia I, Turnhout : Br (...)

1La reine Bérengère (1180-1246) est l’une des figures féminines les plus marquantes du Moyen Âge espagnol. Éminence grise s’il en est, intime des puissants castillans et léonais de son temps, cette femme a véritablement passé sa vie à « régner sans régner »1. Fille du roi Alphonse VIII de Castille (1158-1214), régente puis héritière du trône castillan après la mort de son jeune frère Henri en 1217, épouse du roi Alphonse IX de León jusqu’en 1204 – date à laquelle le pape Innocent III (1198-1216) déclare la nullité de leur mariage – , mère diplomate et négociatrice, puis reine mère sous le règne de son fils Ferdinand III de Castille et de León (1217-1230/1252), elle fut également seigneur et mécène. Telle est en effet, décrite à grands traits, la femme au rôle politique puissant qui se tourne vers un chanoine léonais, Luc de Tuy ( ?-1249), pour lui commander officiellement de rassembler et de continuer les écrits de l’histoire de l’Espagne. Bérengère occupe une place de choix dans l’histoire du mécénat royal des chroniques officielles puisque le Chronicon mundi2 de Luc de Tuy – sans doute achevé en 1236 – est la première œuvre historiographique péninsulaire à préciser ouvertement son patron, en l’occurrence une reine : Bérengère. En effet, Luc de Tuy se pose en rupture avec la façon traditionnelle d’écrire l’histoire : il est le premier à introduire sa chronique par un prologue dans lequel il se présente ouvertement comme auteur de la chronique et annonce son projet historiographique, prétendant « assembler les écrits du bienheureux Isidore et ceux des experts de l’histoire des rois espagnols ». Ainsi, c’est une femme qui ouvre la voie au patronage royal officiel dans les royaumes de Castille et de León, lançant de la sorte le plus grand mouvement historiographique du Moyen Âge espagnol :

  • 3 Chronicon mundi, Praef., 1, l. 47-51, p. 4.

Astrictus preceptis gloriosissime ac prudentissime Yspaniarum regine domine Berengarie, que ut cronicorum libros a beato Ysidoro et a quibusdam aliis peritis de ystoria regum Yspanorum et quorundam aliorum editos sibi scriberem imperauit, hanc premisi prefacionem […]3.

  • 4 Ibid., Praef., 2, Eiusdem Lucae de excellentia Hispaniae, l. 143-149, p. 9-10. Remarquons que Luc d (...)

Nos uero ad libros cronicorum a doctore Yspaniarum Ysidoro editos manum mittimus, secundum etiam quosdam alios Yspanorum regum et aliorum quorundam seriem prosequendo preceptis gloriosissime Yspaniarum regine domine Berengarie omni desiderio desiderantes fideliter satisfacere. Ipsa enim, cuius catholicis preceptis non licet nec libet resistere, michi Luce indigno diachono ut hoc perficerem imperauit4.

2Bérengère connaît bien l’importance de l’histoire et de son écriture pour les fondements imaginaires de la royauté et sait certainement que la compilation des chroniques antérieures suppose un remploi indispensable du mythe néo-wisigothique, légitimateur de pouvoir.

  • 5 L’auteur lui-même affirme achever sa chronique le jeudi 31 mars 1243. RODERICI XIMENII DE RADA, His (...)

3Par ailleurs, le rôle politique de Bérengère auprès de son fils Ferdinand la place au plus près des hommes de pouvoir et notamment des membres du haut clergé parmi lesquels elle trouve un soutien manifeste, comme celui que lui apporte Rodrigue Jiménez de Rada (1170-1247). L’archevêque de Tolède et primat des Espagnes, conseiller d’Alphonse VIII, de Bérengère et de Ferdinand III, est aussi l’auteur d’une chronique officielle, l’Historia de rebus Hispaniae siue Historia gothica, qui, quant à elle, est composée sous le patronage de Ferdinand III entre 1243 et 12465 :

  • 6 De rebus Hispaniae, Dédicace, l. 1-5, p. 3. On pourra également consulter une traduction du De rebu (...)

Serenissimo et inuicto et semper augusto domino suo Fernando, Dei gracia regi Castelle et Toleti, Legionis et Gallecie, Cordube atque Murcie, Rodericus indignus cathedre Toletane sacerdos hoc opusculum et Regi regum perpetuo adherere6.

4Certes, Rodrigue Jiménez de Rada n’évoque pas Bérengère dans son prologue, mais le pan-hispanisme revendiqué par le Tolédan et le rôle prépondérant de la reine dans la réunion définitive des royaumes de Castille et de León structurent partie de son œuvre.

Quel patronage dans le Chronicon mundi et dans l’Historia de rebus Hispaniae ?

5Précisons davantage le patronage royal évoqué dans ces deux œuvres historiographiques ainsi que le lien que chaque auteur établit, au seuil de son œuvre, entre l’histoire contemporaine et le mythe néo-wisigothique.

  • 7 Patrick HENRIET, « Sanctissima patria. Points et thèmes communs aux trois œuvres de Lucas de Tuy »,(...)
  • 8 Dans le prologue du Chronicon mundi, Isidore de Séville est saint, primat de l’Espagne, docteur et (...)
  • 9 Chronicon mundi, Praef., 2, l. 123-129, p. 9 : « Hec patria ab “ys”, quod est unum uel solum, et “p (...)
  • 10 Sur l’utilité du prologue et la nouveauté de son emploi au Moyen Âge, vid. Bernard GUENÉE, « Histoi (...)

6Dans le Chronicon mundi, le mécénat royal féminin est l’occasion pour Luc de Tuy de se placer dans le sillage du grand chroniqueur wisigoth, saint Isidore de Séville. En effet, le chanoine léonais affirme qu’il n’est qu’un compilateur d’ouvrages historiques puisque son intention d’écriture réside dans un désir d’actualiser l’œuvre du saint sévillan7. Il précise son projet d’écriture dans un double prologue, composé d’une Praefatio et d’une louange de l’Espagne – « de excellentia Hispaniae » –, où le saint confesseur apparaît comme la référence historiographique et spirituelle8. Luc est un clerc, il partage avec celui dont il remploie les chroniques le même goût pour l’étymologie9 et, même s’il se traite humblement d’indignus diachonus – sans doute dans une perspective de captatio benevolentiae –, il se fait l’égal de saint Isidore dont il continue l’œuvre jusqu’aux années 1230. Néanmoins, s’il s’inscrit dans la continuité d’une histoire collective qui rapporte la mémoire historique de la royauté castillano-léonaise, Luc de Tuy justifie une création plus personnelle et dévoile dans ses prologues sa conscience d’historien10. Le premier prologue est également l’occasion de mettre en garde le roi contre les dangers inhérents à sa fonction en même temps que de l’engager à suivre l’exemple des bons rois qui l’ont précédé, ceux-là même qui règnent encore au moment où Luc écrit : les rois wisigoths. En effet, le chroniqueur souligne à la fin de la Praefatio que la reine Bérengère a commandé cette chronique dans le but d’enseigner aux princes « au célèbre sang wisigoth » à gouverner « sagement » et « avec clémence » :

  • 11 Chronicon mundi, Praef., 1, l. 47-54, p. 4.

Astrictus preceptis gloriosissime ac prudentissime Yspaniarum regine domine Berengarie, que ut cronicorum libros a beato Ysidoro et a quibusdam aliis peritis de ystoria regum Yspanorum et quorundam aliorum editos sibi scriberem imperauit, hanc premisi prefacionem, ut in prima fronte uoluminis discant principes preclaro gotico sanguine generosi non minus sapienter et clementer quam in manu ualida regna sibi subdita gubernare11.

  • 12 Luc de Tuy insiste sur la souveraineté totale du roi d’Espagne qui ne reconnaît pas d’autorité supé (...)

7Le néo-wisigothisme transparaît dès le prologue du Chronicon mundi comme un motif établi par la reine elle-même : en effet, la Patria Yspanorum inclut ici la Gothorum potestas qui, sous la plume de Luc de Tuy, domine toujours l’Espagne où le roi est empereur en son royaume12. Cette même idée est soulignée dans le deuxième prologue que Luc consacre à la louange de l’Espagne : le chroniqueur, après un éloge topique de la terre d’Espagne et des êtres qui la peuplent, cite les hommes les plus illustres que l’Espagne « a engendrés ». Luc souligne que ces hommes ont fait de l’Espagne une grande patrie ; il précise en outre que la terre d’Espagne a conçu de tels hommes afin que la posteritas des Wisigoths puisse les imiter et perpétuer la grandeur de la patrie hispanique :

  • 13 Ibid., Praef., 2, l. 91-93, p. 8.

Hos prescriptos uiros et innumerabiles alios laudum titulis dignos Yspania genuit, ut habeat preclara Gotorum posteritas quos merito debeat imitari13.

8Ainsi, le double prologue donne le ton du texte qui doit être considéré comme une suite d’exempla et de contre-exempla destinés à la formation du bon roi qui se doit de protéger la patrie isidorienne, wisigothique et chrétienne dont il est le garant. Au seuil du texte, le rôle de la reine Bérengère s’efface peu à peu et, bien que patronne de l’œuvre, cette femme ne semble pas être l’héritière des grands rois wisigoths évoqués.

  • 14 Ibid., II, 1, l. 13-14, p. 123.

9Plus en avant dans le texte, l’historien ouvre le livre II de sa chronique par un autre prologue qui souligne un mal qui pourrait conduire tout royaume vers une chute inéluctable : la discorde. Le chanoine léonais développe cette idée avec force exemples ; outre l’exemple mineur de Rome, c’est la discorde au sein de la « fortissima gens Gotorum » qui est citée, notamment celle qui marqua les règnes des derniers rois wisigoths, Witiza et Rodrigue, mais aussi, et de façon plus déconcertante, ceux de Ramire III (966-984) et Vermude II (982-999). En effet, le « peuple invaincu des Wisigoths » n’a connu la ruine qu’à cause de la « division des Wisigoths » : « Quis enim inuictissimam Gotorum gentem adeo superauit, ut ipsa Gotorum diuisio ? »14 – la structure même de la phrase et la répétition du génitif pluriel donnent un caractère de sentence à cette idée. De fait, la discorde entre le dernier roi wisigoth – Rodrigue –, Julien et les fils de Witiza, dont Luc précise qu’ils sont Wisigoths, « a soumis la gloire et la patrie des Wisigoths aux Agaréens ». Or, on sait bien que le royaume wisigothique de Tolède demeure dans l’imaginaire historique l’exemple d’une patrie chrétienne et unifiée :

  • 15 Ibid., II, 1, l. 14-16, p. 123.

Que tempore Roderici regis per Iulianum comitem et filios Victizam, qui Goti erant, Gotorum gloriam et patriam subdidit Agarenis15.

10Le chroniqueur compare immédiatement cet événement catastrophique à l’invasion musulmane que mena Almansour dans le royaume de León sous les règnes « des rois wisigoths Ramire et Vermude ». Le chef musulman comptait alors, parmi ses troupes arabes, des « soldats wisigoths » :

  • 16 Ibid., II, 1, l. 16-20, p. 123.

Factum est etiam consimile tempore Ranimiri et Veremudi regum Gotorum, cum Almazor rex Agarenus cum Gotis militibus exulatis, qui ad se confugerant, Legionense regnum inuasit et euertit munitissimas ciuitates16.

  • 17 Sur la défense du royaume de León dans le Chronicon mundi, vid. Emma FALQUE, « Una edición crítica (...)

11Luc de Tuy s’inscrit décidément dans le néo-wisigothisme puisqu’il présente des rois léonais du Xe siècle comme des rois wisigoths et évince toute possibilité de rupture ethnique entre les règnes de Rodrigue et de Pélage. Il faut souligner en outre que c’est le « Legionense regnum » qui est ici dominé par des « rois wisigoths ». Or, Luc de Tuy considérait déjà le royaume de León comme sa patrie dans la Praefatio. L’héritage wisigothique se fait donc clairement au profit de León17. L’assimilation est faite entre les rois wisigoths et les rois léonais d’une part, entre la patrie wisigothique et la patrie léonaise d’autre part. Le chroniqueur s’appesantit ensuite à nouveau sur les méfaits de la discorde interne dont les rois wisigoths et léonais devront se méfier :

  • 18 Chronicon mundi, II, 1, l. 20-22, p. 123. On note que, dans ce court prologue, onze occurrences « w (...)

Si quis percurrat ystorias diligenter, fere numquam inueniet Gotos preliis superatos, nisi contra ipsos manus quoque gotica repugnaret18.

12Après avoir mis en garde ses lecteurs et donné sa leçon politique, Luc de Tuy clôt ce dernier prologue et donne le plan de son récit : il projette de rapporter « les gestes des rois wisigoths ».

13Ainsi, la simple lecture des prologues du Chronicon mundi permet de définir la chute des rois wisigoths et de leur peuple comme un élément charnière de la chronique. Les multiples mises en garde et le portrait théorique et pratique du bon roi dont le sang wisigoth est gage de sagesse et de générosité sont une invitation à comprendre les raisons de la chute du royaume de Tolède et à en éviter la répétition. Le Chronicon mundi s’inscrit donc dans un système d’héritages variés : l’héritage historiographique de saint Isidore de Séville, l’héritage du passé dont l’exemplarité a été soulignée et l’héritage léonais d’un sang royal wisigoth preclarus. Les prologues convient le lecteur à décrypter le Chronicon mundi à travers le prisme du néo-wisigothisme.

  • 19 Vid. note 6.

14Cela étant dit, le rôle et le poids d’une reine castillane dans une œuvre si franchement léonaise ne sont pas affirmés. À l’inverse, nous allons voir que la très castillane Historia de rebus Hispaniae accorde une place de choix à Bérengère de Castille même si, comme cela a déjà été précisé, Rodrigue de Tolède compose sa chronique sous le patronage de Ferdinand III19.

  • 20 Raúl MANCHÓN GÓMEZ, « Léxico protocolario en la documentación medieval latina : los epítetos regios (...)

15Dans sa dédicace, le Tolédan fait un éloge topique de son roi et exprime la soumission de Ferdinand à l’autorité divine. L’adjectif « serenissimus » reflète d’emblée l’orientation idéologique de la chronique puisque ce terme, comme à l’époque wisigothique, symbolise la légitimité et l’hégémonie du pouvoir royal. L’auteur définit ainsi la monarchie castillano-léonaise et son roi comme les tenants de l’héritage wisigothique20.

  • 21 De rebus Hispaniae, Prol., l. 53-63, p. 6 : « Quia igitur placuit uestre excellencie maiestatis mee (...)

16Puis, dans son prologue, Rodrigue Jiménez de Rada se propose de rapporter les origines et l’histoire de l’Espagne et de ses rois espagnols et, par une humble captatio benevolentiae, affirme répondre à la demande de Ferdinand III, son commanditaire21. Point de royaume particulier ici mais une unité géographique d’ensemble : le sol hispanique acquiert d’emblée une importance certaine. En outre, à travers un syllogisme où Rodrigue Jiménez de Rada démontre que la mémoire humaine ne suffit pas à conserver la mémoire d’un peuple, l’historien prétend sauver le passé de l’oubli par l’écriture et se pose en continuateur des plus grands historiens qui l’ont précédé :

  • 22 Ibid., Prol., l. 11-19, p. 5.

Ceterum ne desidia sapiencie inimica itinera studii occultaret, illi, qui pro luce sapienciam habuerunt et eam rebus omnibus pretulerunt, figurales litteras inuenerunt, quas in sillabas congesserunt ut hiis compingerent dictiones, quibus ut ex trama et stamine quasi a texentibus oratio texeretur, et per hec futuris seculis preterita ut presencia nunciarent et uigilata studia arcium liberalium et officia mechanica utiliter adinuenta scriptura posteris conseruarent22.

  • 23 Ibid., Prol., l. 28-37, p. 5-6.

17Il construit son « discours » afin de faire connaître le passé aux générations futures qui devront suivre l’exemple des bons et s’éloigner de la voie tracée par les mauvais. Didactique, l’histoire écrite est exemplaire et source de savoir, et le lecteur doit, grâce à son entendement, comprendre le récit du passé et le garder en mémoire ; ainsi, par sa volonté, il saura agir droitement. La figure royale, premier destinataire de l’Historia de rebus Hispaniae, devra donc prendre exemple sur les bons rois vertueux qui ont construit l’Espagne, notamment l’Espagne wisigothique23.

  • 24 Ibid., Prol., l. 72-75, p. 7 : « […] a tempore Iaphet Noe filii usque ad tempus uestrum, gloriosiss (...)

18Le Tolédan se propose plus particulièrement de rapporter les origines bibliques et le destin de l’Espagne jusqu’à l’époque du « très glorieux roi Ferdinand III »24. Il prétend continuer l’histoire des Wisigoths jusqu’à celle des rois du XIIIe siècle alors que le contexte géopolitique est bien différent. Le récit sur les origines des Wisigoths comporte d’ailleurs cette idée d’un fil historique ininterrompu jusqu’aux rois « espagnols » :

  • 25 Ibid., I, 8, l. 2-5, p. 20.

Igitur quia magnorum peticio me coegit Gothorum originem et acta describere, prout ex diuersis hystoriographorum scripturis recolligere potui, usque ad mea tempora contexui et descripsi25.

19L’œuvre se place sous le signe de la continuité. Et puisque le passé est exemplaire, c’est l’empire wisigothique qui est le modèle à suivre. L’invasion de 711 ne peut pas être perçue comme une rupture politique puisque l’histoire de l’Espagne se confond avec celle de ses rois : le compilateur lie l’histoire castillano-léonaise qui lui est contemporaine à l’histoire wisigothique. Il rapporte en effet que :

  • 26 Ibid., Prol., l. 75-78, p. 7 : « Inter omnes autem principes Gothorum reges secula precipuos habuer (...)

« parmi tous les princes, les siècles eurent pour supérieurs les rois des Wisigoths […], et [que lui, Rodrigue, a] perpétué leurs grandeurs jusqu’aux temps qui [l]’ont précédé, ajoutant quelques légendes que l’on rapporte à leur sujet, ainsi que les désastres que l’Espagne subit avant leur arrivée, cette Espagne où ils s’installèrent définitivement après avoir parcouru et dévasté les provinces d’Asie et d’Europe, et où ils subirent également le jugement de Dieu par les Arabes sous le règne de Rodrigue »26.

20Dès son prologue, Rodrigue de Tolède justifie aisément le titre qu’il donne à sa chronique : cette Historia Gothica qui débute avec Japhet et s’achève avec Ferdinand suppose une vision globale de l’histoire d’Espagne. La continuité historique est revendiquée, depuis les premiers temps bibliques d’une part, et depuis les premiers rois wisigoths d’autre part ; le De rebus Hispaniae est une véritable histoire espagnole et wisigothique.

  • 27 De rebus Hispaniae, Prol., l. 65-90, p. 6-7 : « Itaque ea que ex libris beatorum Ysidori […] et ali (...)
  • 28 Georges MARTIN, Les Juges de Castille. Mentalités et discours historique dans l’Espagne médiévale, (...)

21Ainsi, Rodrigue utilise les origines mythiques de la royauté pour servir son propos idéologique. Prélat mais aussi conseiller de la couronne, grand chancelier royal de Castille et de León et noble seigneur terrien, il se trouve au cœur des problématiques politiques, administratives et religieuses qui dominent la première moitié du XIIIe siècle. Il utilise l’écriture de l’histoire pour diffuser sa pensée politique, à la fois castillane et espagnole : quoiqu’il prétende « rassembler » et « compiler » les écrits du passé27, il n’en est pas moins un fin manipulateur des sources et des faits historiques qu’il rapporte28. En effet, si le Tolédan recopie en grande part le Chronicon mundi de Luc de Tuy, il ne fait nulle mention de la reine Bérengère dans son prologue. Paradoxe puisque Rodrigue, animé par son idéologie, n’aura de cesse de valoriser cette femme dans son Historia de rebus Hispaniae.

22Les fondements idéologiques du Chronicon mund  et de l’Historia de rebus Hispaniae ayant été brossés, il convient désormais d’étudier la personnalité de Bérengère, dessinée par Luc et Rodrigue, ainsi que l’empreinte politique qu’elle laisse dans ces œuvres afin de comprendre la portée de son patronage.

Bérengère et le néo-wisigothisme dans le Chronicon mundi

  • 29 Chronicon mundi, IV, 83, l. 9-11, p. 321 : « Filiam suam primogenitam Berengariam dedit Adefonso re (...)
  • 30 Ibid., IV, 85, l. 26-27, p. 326 : « Fuit prefata Berengaria filia regis Castelle adeo sapientissima(...)

23D’après Luc de Tuy, le modèle royal vertueux est celui qui, empreint de modestie, se laisse guider par la sagesse, ainsi que le suggèrent le prologue de l’œuvre et la formule isidorienne « rex a recte regendo ». À l’image des rois wisigoths vertueux, Bérengère est décrite essentiellement, et à de multiples reprises, comme une femme « très prudente » – prudentissima29 – et « très sage » – sapientissima, sapienter30.

24Au niveau politique, en tant qu’infante castillane, elle est mise au service de la paix par son mariage qui permet de mettre fin à la « discorde » entre les royaumes de Castille et de León :

  • 31 Ibid., IV, 84, l. 35-39, p. 324.

Pacificatum est inter reges predictos post multas strages et dampna, sed iterum inter eos mota discordia cum uenirent ad pacem, dedit rex Adefonsus Legionensis uxori sue regine domine Berengarie, que tunc degebat cum patre suo in Castella, Villarpando, Ardon, Roda, Arbolium, Gordonem et Lunam31.

  • 32 Dans son récit de la chute du royaume wisigothique, Luc de Tuy interpole ses sources afin d’insiste (...)

25En effet, ce mariage de l’infante avec Alphonse IX de León en 1197 assure une paix durable entre les deux royaumes chrétiens. Or, on l’a évoqué, pour l’auteur, la discorde – la division – est le seul mal qui pourrait ternir la gloire des Wisigoths et qui entraîna d’ailleurs la chute du royaume de Tolède en 71132. Quoiqu’elle n’en soit pas l’instigatrice, Bérengère devient, par son union, garante de la paix.

26Par ailleurs, alors qu’elle est reine de León, la mandatrice du Chronicon mundi participe activement à l’œuvre de restauration néo-wisigothique, intervenant dans l’entreprise de restauration temporelle et spirituelle de la ville de León, capitale du royaume :

  • 33 Ibid., IV, 85, l. 30-33, p. 326.

Hedificauit regina Berengaria palacium regale in Legione ex lapidibus et calce iuxta monasterium sancti Ysidori et turres Legionis, quas rex barbarus quondam destruxerat Almazor, ex calce et lapidibus similiter restaurauit33.

27En Castille, lorsque son frère Henri meurt, la légitimité politique de Bérengère n’est pas discutée et elle est même la reine élue par les Castillans en 1217, à la manière des Wisigoths. Malgré tout, même si c’est elle qui éduque son fils, Luc de Tuy relate de façon assez laconique le moment où Bérengère cède à son fils la couronne de Castille :

  • 34 Ibid., IV, 93, l. 1-5, p. 332.

Era Ma.CCa.La.Va Fernandus filius Adefonsi regis Legionensis in Castella, ei matre Berengaria tradente regnum, felicissime regnare cepit. Siquidem Castelle nobiles regnum Berengarie regine tradiderunt, eo quod erat primogenita Adefonsi regis Castelle et ipsa, ut dictum est, tradidit regnum filio suo Fernando34.

28En Castille toujours, c’est Bérengère qui entoure son fils de bons conseillers, administre et apaise le royaume avec sagesse et noblesse. Elle règne véritablement aux côtés de son fils et lui envoie même des chevaliers, des richesses et des victuailles pour subvenir à ses besoins lors des campagnes militaires :

  • 35 Ibid., IV, 93, l. 9-11, p. 332.

Etenim ita obediebat prudentissime Berengarie regine matri sue, quamuis esset regni culmine sublimatus, ac si esset puer humillimus sub ferula magistrali35.

  • 36 Ibid., IV, 94, l. 1-5, p. 333.

Sed cum regnare cepisset, comes Albarus de Castella et fratres eius comes Fernandus et comes Gundissaluus contra eum rebellare ceperunt, et cum rex Fernandus una cum matre sua Berengaria cum manu militum iuxta castrum, quod dicitur Ferreyrola, transitum faceret, comes Aluarus ei bellum indixit36.

  • 37 Ibid., IV, 100, l. 16-23, p. 339-340.

Regina uero Berengaria mater eius in tanto sapiencie culmine ferebatur, ut in regni administratione cuncta sapienter et nobiliter ordinaret. Quapropter secure rex Fernandus faciebat moram in expeditione contra Sarracenos, eo quod regina Berengaria uices eius sapienter in regno Legionis et Castelle supplebat et in tanta securitate et pace utrumque regnum gaudebat, ut paruus uel magnus aliquis non auderet uiolenter res alterius occupare37.

  • 38 Ibid., IV, 100, l. 24-27, p. 340.

Mittebat regina Berengaria habundanter filio suo regi Fredenando, dum esset in expeditione, milites, equos, aurum, argentum, cibaria et quecumque erant necessaria exercitibus suis38.

29Dans le royaume de León en revanche, Bérengère – et la femme en général – apparaît davantage reléguée à un second rôle. En effet, si le patronage royal octroie toute légitimité au Chronicon mundi, il demeure celui d’une femme qui, quoique reine et puissante, n’a pas le poids d’un homme. Pour Luc de Tuy, Bérengère est avant tout génitrice et épouse et participe à ce titre à consolider l’héritage néo-wisigothique. C’est d’ailleurs en tant que mère qu’elle négocie habilement avec la reine Thérèse en 1230 et obtient pour son fils le trône de León. La reine castillane apparaît donc comme la médiatrice qui permet à Ferdinand III d’obtenir le « royaume de ses pères » :

  • 39 Ibid., IV, 93, l. 8 et 31-35, p. 338-339.

Omnipotens Deus illum mirabiliter adiuuabat. […] Venit itaque rex Fernandus, qui uere creditur rex uirtutis, eo quod sit uirtuosus, una cum prudentissima domina Berengaria matre sua et Legionensem ciuitatem ingressus cum gloria magna obtinuit regnum patrum suorum39.

30Bérengère n’est pas la seule reine à pouvoir légitimement monter sur le trône mais à occuper, comme femme, un rang inférieur dans la succession lignagère. Très concrètement, la dynastie issue de Pélage se déroule jusqu’au règne de Vermude III (1028-1037), moment où le royaume de León passe aux mains du lignage castillano-navarrais initié par Sanche III le Grand. En effet, Sancie, sœur de Vermude III, épouse le futur Ferdinand Ier (1035-1065). Or, dans le Chronicon mundi, cette femme, bien que Léonaise, n’est pas celle qui transmet l’héritage wisigothique. Effectivement, s’éloignant de ses sources, Luc de Tuy détaille l’ascendance de Sanche III et lui octroie toute légitimité par un ancrage wisigothique : ce roi navarrais est le gendre de Sanche García de Castille, mais il est surtout le petit-fils du roi de Pampelune Sanche Garcés II. Et d’après Luc de Tuy, ce dernier roi est « issu de la noble postérité royale des Wisigoths » :

  • 40 Ibid., IV, 45, l. 1-6, p. 277-278.

Sancius autem rex Cantabriensium, quia gener erat Sancii ducis Castellani, successit Garsie in comitatu Burgensium et cepit regnare in Nauarra et in Castella. Rex iste Sancius filius fuit Garseani regis Nauarrorum, qui et ipse Garseanus genitus fuit de Sancio rege Cantabrie, qui de nobili Gotorum regali semine extitit procreatus40.

31Il y a donc un changement dynastique, mais le sang des Wisigoths demeure et c’est ce sang qui justifie l’occupation du trône. Puisque le lignage patrilinéaire pélagien est rompu, le chroniqueur choisit d’enraciner la royauté castillano-navarraise dans le néo-wisigothisme plutôt que de légitimer la transmission du royaume léonais par la voie féminine ; la reine Sancie de León, fille d’Alphonse V, sœur de Vermude III et épouse de Ferdinand Ier, n’a plus le rôle légitimateur qu’elle détenait dans la source du Chronicon mundi, l’Historia legionensis (dite silensis). Une fois la continuité wisigothique établie, le chroniqueur peut rapporter l’arrivée sur le trône de Sanche le Grand puis de Ferdinand Ier, qui règnent sur l’ensemble des royaumes chrétiens du Nord de la Péninsule.

32La dynastie issue de Ferdinand Ier s’enchaîne alors jusqu’à une nouvelle rupture dans le système dynastique patrilinéaire au moment où une autre femme doit transmettre le pouvoir et même régner : Urraque Ière (1109-1126), fille d’Alphonse VI. À nouveau, la femme n’est pas suffisamment légitimatrice de pouvoir et Luc de Tuy explicite les racines wisigothiques du comte Raymond de Bourgogne, époux d’Urraque et père d’Alphonse VII :

  • 41 Ibid., IV, 70, l. 48-50, p. 305. Raymond de Bourgogne est bien le seul Franc à passer outre la cond (...)

Videns etiam rex se non habere filium qui regnaret post ipsum, tradidit filiam suam primogenitam Vrracam, nobilissimo uiro comiti Raymundo, qui erat de regali genere Gotorum, ut de tali coniugio regum semen suscitaretur41.

  • 42 Juan de ROBLES, Libro de los milagros de San Isidro arzobispo de Sevilla, Salamanque, 1525, p. 52 ( (...)
  • 43 Je rejoins ici les propos d’Irene RUIZ ALBI, La reina doña Urraca (1109-1126). Cancillería y colecc (...)

33La conception dynastique patrilinéaire et wisigothique est donc favorisée dans le Chronicon mundi, de même que dans l’ensemble des œuvres de Luc de Tuy puisque le Liber miraculorum sancti Isidori précise, dans un trait néo-wisigothique, qu’en l’absence d’héritier mâle Alphonse VI réunit les princes et les grands de son royaume et leur ordonne d’obéir à sa fille « fasta que Dios le diese hijo que de padre y madre descendiese del linaje real de los godos e ansi fuese rey de las Españas según las leyes e ordenanzas de sus antepasados »42. Le Chronicon mundi ne précise pas la décision d’Alphonse VI mais développe immédiatement le règne du jeune Alphonse VII dans tout le royaume, c’est-à-dire en Espagne43.

  • 44 Chronicon mundi, IV, 79, l. 6-7, p. 316 : « Tunc regnauit Fernandus rex in toto imperio patris sui, (...)

34De plus, l’histoire contemporaine du chroniqueur défend cette conception patrilinéaire et wisigothique. En effet, Ferdinand II de León (1157-1188) obtient, contre toute vérité historique, le gouvernement d’une partie de la Castille et règne « sur l’ensemble de l’empire de son père »44. Et même si la reine Bérengère est largement célébrée par Luc de Tuy, même si c’est elle qui place son fils Ferdinand sur le trône castillano-léonais, c’est bien son époux Alphonse IX de León, descendant de la lignée wisigothique et léonaise toujours précisée, qui légitime Ferdinand III. D’ailleurs, dans le cas de Bérengère, il n’y a pas de pouvoir proprement féminin à León et le chroniqueur n’a pas besoin de suggérer la rupture dynastique par la présence d’une femme en précisant l’ascendance wisigothique d’Alphonse IX, puisqu’elle est évidente, au même titre que celle des rois qui le précèdent.

35Dans le Chronicon mundi, les sources de légitimité sont claires : la succession patrilinéaire et masculine l’emporte sur la médiation féminine et, en dernier recours, c’est l’ascendance wisigothique qui fait foi. Enfin, si Ferdinand III est légitime, c’est par son père, un Léonais issu de l’ethnie wisigothique. Ainsi, alors que Luc de Tuy projetait de raconter l’« Ystoria regum Yspanorum », c’était bien dans le but d’instruire les princes léonais « au noble sang wisigoth ». Le néo-wisigothisme est décidément léonais dans le Chronicon mundi et Bérengère, reine plus castillane que léonaise, n’est pas l’héritière des Wisigoths ; elle n’est que la médiation féminine qui permet à Ferdinand III de placer sous son pouvoir les deux plus grands royaumes de l’Espagne chrétienne.

Bérengère et le néo-wisigothisme dans l’Historia de rebus Hispaniae

36Quelques années après Luc de Tuy et toujours sous le règne de Ferdinand III, Rodrigue Jiménez de Rada brosse un portrait de Bérengère qui donne à la reine castillane un autre rôle dans la restauration wisigothique.

  • 45 Ibid., VII, 31, p. 253.
  • 46 De rebus Hispaniae, VII, 24, l. 7-15, p. 246 : « et in eadem curia rex Castelle nobilis Aldefonsus (...)

37Dans l’Historia de rebus Hispaniae, l’éloge de la reine Bérengère est très vif. Certains thèmes évoqués lors de l’étude du Chronicon mundi réapparaissent avec quelques modifications ténues mais significatives. Tout d’abord, le mariage de Bérengère avec Alphonse IX de León garantit toujours la paix entre les royaumes de Castille et de León45, mais l’infante le refusa tout d’abord, affirmant ainsi sa personnalité46. Puis, à la mort de l’infant de Castille, Henri, les droits de Bérengère au trône de Castille sont largement justifiés :

Sepultus est autem in monasterio sancte Marie Regalis prope Burgis a Roderico Toletano pontifice et multis coepiscopis et magnatibus secularibus et religiosis, excellentissima sorore sua Berengaria regina, ad quam postea regnum Castelle successione prouenit, impendente liberaliter et decenter officia funeris et honoris, gemitus et doloris ; ubi uirtutum eius sic claruit plenitudo, ut eius prudencia deuoti sexus excederet pietatem et helemosinarum largitio principum largitatem.

  • 47 Ibid., VII, 36, l. 23-30, p. 258 et IX, 5, l. 9-13, p. 285-286.

Ipsi enim decedentibus filiis, cum esset inter filias primogenita, regni successio debebatur et hoc ipsum patris priuilegio probabatur, quod in armario Burgensis ecclesie seruabatur ; et etiam totum regnum, antequam rex haberet filium, bis iuramento et hominio hoc firmarat47.

  • 48 La prééminence du royaume de Castille est soulignée, d’autant plus que Ferdinand devra suivre l’exe (...)

38Cependant, se cachant derrière les vertus de pudeur et de modestie, Bérengère lègue le trône de Castille à son fils et, quelques années plus tard, sait habilement négocier l’héritage léonais. Ainsi, c’est grâce à l’intercession de Bérengère que Ferdinand hérite les royaumes de Castille et de León ; néanmoins, dans le De rebus, le rapport de force entre l’un et l’autre royaume est inversé et Rodrigue donne à la Castille une prééminence politique sur le royaume de León48. Certes, le Tolédan défend l’unité politique des royaumes chrétiens mais il modifie le néo-wisigothisme en un néo-hispanisme dont le moteur est désormais la Castille. La reine Bérengère est un acteur essentiel dans cette unité retrouvée.

  • 49 La première apparition significative de Bérengère est l’occasion pour le Tolédan d’annoncer que l’i (...)

39Au-delà de ce rôle politique, Bérengère arbore les plus grandes des vertus féminines49, telles la prudence (IX, 6) ou la piété – elle joue par exemple un rôle spirituel important lors des funérailles de son frère et de ses parents. À ce propos, outre le castillano-centrisme de la chronique, le Tolédan défend un héritage de valeurs, notamment de valeurs royales.

40Dans le prologue du De rebus, Rodrigue présente les rois Wisigoths comme « supérieurs à tous » – « Inter omnes autem principes Gothorum reges secula precipuos habuerunt » – et définit également les vertus du bon roi, qu’arborent ces « princes supérieurs ». En effet, il établit une claire distinction entre les princes vicieux que l’ignauia, c’est-à-dire « l’indolence », « a rendus méprisables » et ceux qui passèrent à la postérité grâce aux quatre vertus essentielles que sont la sapiencia, la strenuitas, la largitas et la iusticia :

  • 50 Ibid., Prol., l. 32-37, p. 5-6.

Gesta etiam principum, quorum aliquos ignauia fecit uiles, alios sapiencia, strenuitas, largitas et iusticia futuris seculis comendauit, ut quanta sit differencia utrorumque exitu comprobetur, et discant posteri bonorum exemplis inniti et a malorum semitis declinare50.

  • 51 Vid. Peter LINEHAN, « On further thought : Lucas of Tuy, Rodrigo de Toledo and the Alfonsine Histor (...)
  • 52 Au moment de décrire les vices de Witiza et la perte du royaume de Tolède, Rodrigue Jiménez de Rada (...)

41Or, Rodrigue prétend continuer l’histoire des Wisigoths jusqu’à l’époque qui lui est contemporaine. Puisque la Castille hérite le royaume wisigothique, les comtes et rois castillans devraient hériter les qualités des reges precipui wisigoths, représenter le « monarque imaginaire » construit par le Tolédan51, et racheter le vice d’ignauia, considéré comme l’un des motifs de la chute du royaume de Tolède52.

  • 53 Ibid., IX, 10, l. 7, p. 290.
  • 54 Ibid., IX, 14, l. 19, p. 295.
  • 55 Vid. ibid, IX, 7, 8, 12, 14 et 15, p. 287-297.
  • 56 Vid. Francisco Javier HERNÁNDEZ, « La hora de don Rodrigo », Cahiers de linguistique hispanique méd (...)

42Pour Rodrigue Jiménez de Rada, le règne idéal est celui d’Alphonse VIII, digne successeur des Wisigoths par ses vertus de sapiencia, strenuitas, largitas et iusticia. Cette accumulation de qualités souligne combien le Tolédan défend l’instance royale. Cependant, cette défense souffre quelques discrètes exceptions. En effet, il est bien surprenant que l’archevêque omette totalement de décrire Ferdinand III, ce roi auquel il consacre son œuvre et qu’il prétend éduquer à travers son récit. Même le chapitre 10 du livre IX, intitulé « De laude regis Fernandi et eius uxore Beatrice », est d’une froideur et d’une sobriété surprenantes. Le roi de l’unité castillano-léonaise ne possède aucune des vertus évoquées dans le prologue et n’incarne pas le modèle royal, alors que son patronage et la dédicace de l’œuvre auraient pu le laisser entendre. De fait, prologue mis à part, très peu d’adjectifs caractérisent le mandataire de la chronique – magnus53 et inclitus54 –, et toutes ses actions ne se font que sur injonction de sa mère qui, sur le plan politique, importe davantage que son fils et inspire toutes ses actions55. La disgrâce que Rodrigue connut à la fin de sa vie auprès de ce roi56 est sans doute la raison de cette éviction presque totale.

  • 57 De rebus Hispaniae, IX, 7, p. 287-288. La largitas de Bérengère avait été évoquée dès la première é (...)
  • 58 Ibid., VIII, 4, p. 262-264.

43En revanche, le chroniqueur ne tarit pas d’éloges à l’égard de la reine Bérengère, dont le lien direct avec le modèle royal par excellence – Alphonse VIII – est immédiatement établi. Le chroniqueur attribue à ces deux personnages le même qualificatif – nobilis – et, surtout, le chapitre 7 du livre IX ne porte rien moins que le titre « De largitate regine Berengarie »57 qui permet de faire un parallèle immédiat avec le chapitre consacré à développer les vertus et la générosité du père de la reine, intitulé « De prerogatiua uirtutum et largitatis nobilis Aldefonsi »58. Bérengère rassemble donc elle aussi les vertus du bon gouvernant, et Rodrigue justifie de la sorte, bien que de façon implicite, l’influence politique qu’elle exerce auprès de son fils Ferdinand :

  • 59 Ibid., IX, 17, l. 35-43, p. 300.

Hec enim regina nobilis Berengaria sic filium in bonis operibus enutriuit, quod bona studia, que regina nobilis nullius uirtutis oblita, nullius charismatis expers, ut lac mellifluum graciis circumfusum, cordi eius influere non cessauit nec umquam ab ubere pleno uirtutibus ablactauit, et licet uir factus et in etate roboris confirmatus, mater eius numquam cessauit nec cessat que Deo et hominibus sunt accepta studio uigili suadere, quia nec umquam feminea, set semper magnificencie opera persuasit59.

  • 60 À partir de l’année 580, la source principale du De rebus Hispaniae est Jordanès et non saint Isido (...)
  • 61 Le texte de Jordanès, Origen y gestas de los godos ou Getica, est cité à partir de l’édition propos (...)
  • 62 De rebus Hispaniae, I, 10, l. 20-22, p. 25 : « Nec defuerunt eis qui eos in sapiencia erudirent, un (...)

44Bérengère est aussi définie comme sapiens ou agissant sapienter. Notons que Rodrigue de Tolède hérite des Getica de Jordanès et non de saint Isidore de Séville la vertu royale wisigothique de la sapiencia60. Jordanès élève même cette vertu au rang de qualité intrinsèque aux Wisigoths. Elle est un instrument de souveraineté et d’indépendance, une vertu politique et non pas seulement un attribut intellectuel61 ; elle renvoie au savoir mais aussi à la sagesse et à la capacité du roi à agir justement. Dans le De rebus Hispaniae, comme dans les Getica, les Wisigoths sont considérés comme « les plus sages parmi les nations barbares »62. L’utilisation de Jordanès et non d’Isidore de Séville permet ici à Rodrigue de Tolède de s’éloigner de l’idéologie pro-léonaise de Luc de Tuy et de son idéal royal de sainteté et d’humilité.

45Si le grand et sage peuple des Wisigoths connaît la ruine dans le De rebus Hispaniae, c’est en partie parce qu’il s’est enorgueilli de cette sagesse, ainsi que l’explique le Tolédan en s’inspirant de la deuxième Épître de saint Paul aux Corinthiens :

  • 63 Ibid., III, 21, l. 13-19, p. 104. Vid. Epistula II ad Corinthios, X, 17.

Machometi nuper orta rebellio uno bello inaudito excidio consumauit, ut discant omnes ne diues in diuiciis, ne potens in potentiis, ne fortis in fortitudine, ne sapiis in sapiencia, ne sublimis in gloria glorietur. Qui gloriatur autem, in Domino glorietur, quoniam ipse uulnerat et medetur, ipse percutit, ipse sanat63.

  • 64 De rebus Hispaniae, IX, 4, l. 14-16, p. 285 : « Antequam rumorem loquacitas diuulgasset, regina sap (...)

46Et par la suite, les seuls souverains à faire preuve de sagesse ne sont autres qu’Alphonse VIII et la reine Bérengère, les rois « nobles ». Ils retrouvent cette qualité wisigothique et rachètent ainsi la superbe précédemment évoquée. La reine Bérengère agit prudemment, ainsi que le requiert son statut de femme ; elle agit en outre avec la plus grande sagesse lorsqu’à la mort de son frère Henri, elle envoie chercher son fils Ferdinand III afin qu’il monte à ses côtés sur le trône castillan64. Bérengère perpétue la sapiencia wisigothique.

  • 65 Ibid., IX, 7 et 8, p. 287-289.

47À titre d’illustration, sous la plume du Tolédan, c’est la reine, et non son fils, qui administre et gère le royaume65 ; c’est elle qui reçoit les lauriers de la gloire et tire les leçons de la grande victoire de la prise de Cordoue en 1236 ; c’est elle qui souligne l’entreprise de restauration que suppose cette bataille. En effet, par cette conquête, la « dignité de l’Espagne » est restaurée, et c’est la reine qui en est l’artisan, même si elle a agi « de loin ». Les propos de Bérengère, rapportés au style indirect, démontrent combien cette conquête suppose le retour de la « dignité de l’Espagne », cette dignité que l’ignauia des princes avait détruite :

  • 66 Ibid., IX, 17, l. 30-35, p. 300. Nous rejoignons ici les propos de Patricia ROCHWERT-ZUILI, « Les e (...)

Stabilita igitur incolis et bellatoribus ciuitate rex Fernandus Toletum ad reginam nobilem est reuersus, que pari uictoria iocundata utpote que consilio et subsidio, licet absens, omnia procurarat, gracias cum lacrimis egit Deo, quod antiqua dignitas, ignauia principum liturata, sui sollercia et studio filii fuit Hispanie restituta66.

48Le vice des mauvais princes, et surtout de ceux qui causèrent la chute de l’Espagne wisigothique, est à nouveau critiqué dans la bouche même de Bérengère, qui devient ainsi une reine restauratrice de la grandeur de l’Espagne. L’étude de deux des vertus royales évoquées dans le prologue – la largitas et la sapiencia – démontre qu’Alphonse VIII et Bérengère sont les récepteurs, les tenants principaux du néo-wisigothisme.

  • 67 Sur le rôle de Bérengère, désormais bien connu, vid. Georges MARTIN, « Régner sans régner… », et id (...)
  • 68 Pour plus de détails sur le mythe néo-wisigothique au féminin, vid. Estelle MAINTIER-VERMOREL, « ‘D (...)
  • 69 De rebus Hispaniae, IX, 2, l. 2-8 et l. 14-21, p. 282 : « Verum cum apud Vallem Oleti curiam celebr (...)
  • 70 De rebus Hispaniae, VII, 1, l. 36-41, p. 221 : « Cum que sui ad eam ex omnibus regni partibus conue (...)

49Dans le De rebus Hispaniae, le rôle de cette femme de pouvoir67 est donc soutenu par le mythe néo-wisigothique. En effet, si les rois wisigoths sont un exemple pour les rois chrétiens de Castille, si le mythe néo-wisigothique est au service de la légitimation du pouvoir de ces monarques, Rodrigue Jiménez de Rada étend la légitimation néo-wisigothique au pouvoir féminin. Il consacre d’ailleurs non moins de cinq chapitres de son livre I aux femmes des Wisigoths, les Amazones : il y défend le pouvoir des femmes et leur capacité à gouverner un royaume, tout en affirmant la légitimité d’un gouvernement matriarcal68. Bérengère bénéficie indéniablement des retombées idéologiques de ce récit, elle, cette femme diplomate qui a su réunir sous une seule couronne les royaumes castillan et léonais, elle qui a su défendre ses intérêts et ceux de son fils à la mort d’Alphonse VIII, lors de la minorité de son frère et de celle de son fils, à la mort de son époux, et lors du départ de Ferdinand III à la guerre. Rodrigue Jiménez de Rada, qui a toujours été largement soutenu au niveau politique par Bérengère, alors même que Ferdinand l’avait écarté de la cour, a tout intérêt à exalter le rôle politique de la reine et à la définir comme un monarque vertueux. Bérengère est donc, avec son père, l’image du gouvernant vertueux, le paradigme royal du restaurateur néo-wisigothique et c’est à juste titre que Rodrigue lui accorde le statut de « seigneur naturel »69. Que Bérengère soit une femme n’importe que peu pour le Tolédan ; en effet, cette reine n’est pas la première à bénéficier de ce titre puisque Rodrigue Jiménez de Rada présentait déjà Urraque Ière (1109-1126) comme « seigneur naturel »70.

50Ainsi, Bérengère occupe une place de choix dans le cœur du Tolédan et dépasse le patronage officiel de Ferdinand III. Rodrigue Jiménez de Rada achève d’ailleurs son œuvre en décrivant les quelques années de présence de Bérengère dans les plus hautes sphères du pouvoir comme la meilleure de toutes les époques, faisant de la reine sa patronne idéologique, politique et spirituelle :

  • 71 Ibid., IX, 17, l. 44-52, p. 300.

Hec enim regina nobilis tanto studio conseruauit et adeo dilatauit recepta carismata graciarum, ut omnis etas, omnis sexus, omnis conditio, omnis professio, omnis natio, omnis lingua affectum senciat cum effectu, et uirtutum fasciculo non partito omnibus misericordie opera compartitur, et paternorum operum prouida exequtrix, plus inuenitur regni et rerum prodiga quam uirtutum ; quam merito nostra tempora admirantur, cui numquam similem nec moderna nec patrum nostrorum tempora habuerunt71.

Leçon sur le patronage royal et féminin

51Bien qu’elle ait choisi de se mettre en retrait de la scène politique, Bérengère n’en est pas moins demeurée un acteur influent. Reine de l’ombre, elle est également la conseillère intime et influente dont le patronage ouvertement déclaré ou simplement tacite est un argument significatif pour les plus grands historiographes du XIIIe siècle espagnol, au même titre que peut l’être le mythe néo-wisigothique. En effet, la reine et le mythe sont pour Luc de Tuy et Rodrigue Jiménez de Rada des instruments au service de leur discours historiographique et de l’idéologie que leurs œuvres véhiculent.

52En définitive, le patronage officiel de la reine n’est pas nécessairement le garant d’une profonde dévotion politique ou d’un attachement sans faille à cette dernière. On aurait pu imaginer que le patronage de Bérengère dans le Chronicon mundi allait servir à glorifier le pouvoir de cette reine castillano-léonaise et à soutenir son autorité et son rôle politique. Pour autant, la dédicace à la reine ne s’analyse finalement que comme un faire-valoir qui donne au chanoine léonais toute autorité pour relater l’histoire et diffuser de la sorte ses idées politiques. Plus enclin à défendre les intérêts du royaume de León qu’à plaider la cause de la reine Bérengère, Luc utilise surtout ce patronage royal pour justifier son point de vue idéologique, quand bien même celui-ci n’est pas en accord avec la pensée politique de son commanditaire. Et même si Bérengère légitime l’accession de Ferdinand au trône de Castille et de León, c’est Alphonse IX de León et le lignage wisigothique patrilinéaire qui ont un poids prépondérant. En effet, Luc de Tuy, fervent défenseur d’un néo-wisigothisme léonais, n’aurait pu louer la grandeur d’une reine castillane dont l’union avec le roi de León a été déclarée nulle. Le genre féminin de Bérengère de Castille est donc un argument majeur pour amoindrir son rôle politique au profit des rois de León. Si Bérengère est l’autorité qui commande la chronique et permet de diffuser le savoir et de conserver la mémoire du passé, les visées politiques qui apparaissent dans le Chronicon mundi ne sont pas à son service.

53En revanche, dans le De rebus Hispaniae, Bérengère, qui n’apparaît nullement dans le prologue et semble en principe en-deçà de son fils Ferdinand, patron officiel de la chronique, n’est autre que le paradigme royal que présente Rodrigue Jiménez de Rada. Ce dernier, s’il recopie en grande part le Chronicon mundi, en modifie point par point le sens historique. Dans le De rebus, Bérengère hérite les qualités de son père Alphonse VIII de Castille, lesquelles sont celles des plus grands rois wisigoths ; elle forme en outre avec son fils, tout en le dominant, un couple royal puissant au pouvoir hégémonique et pan-hispanique, vaillant restaurateur du royaume des Wisigoths. Aussi, dans le De rebus, le patronage de Bérengère, complètement tacite et plus idéologique qu’ouvertement admis, témoigne-t-il du soutien politique que la reine accorda toujours au primat des Espagnes : il montre également que Rodrigue de Tolède et sa pensée politique profonde sont davantage au service d’une instance et d’une idéal politiques que de la personne royale.

54Un glissement s’est donc opéré entre le Chronicon mundi et l’Historia de rebus Hispaniae : dans la première œuvre, le mythe et la reine servent une idéologie toute léonaise tandis que le De Rebus remploie le néo-wisigothisme et Bérengère au service de la Castille, creuset de l’Espagne wisigothique.

Haut de page

Notes

1 Georges MARTIN, « Régner sans régner. Bérengère de Castille (1214-1246) au miroir de l’historiographie de son temps », e-Spania, 1, juin 2006, URL : http://e-spania.revues.org/326 ; DOI : 10.4000/e-spania.326.

2 Emma FALQUE (éd.), Lucae Tudensis Chronicon mundi, in : Lucae Tudensis Opera omnia I, Turnhout : Brepols (Corpus Christianorum Continuatio Mediaeualis, LXXIV), 2003. Désormais Chronicon mundi. Emma Falque résume succinctement la vie de l’auteur, p. VII-XII ; elle compte et décrit dix-neuf manuscrits du Chronicon mundi, p. CVI-CXXXI ; elle en explique la transmission manuscrite, p. CXXXII-CL ; elle recense également les quelques éditions existantes de l’œuvre, p. CLI-CLVI. On pourra également voir la traduction qui date de la deuxième moitié du XIVsiècle ou de la première moitié du XVsiècle, éditée par Julio PUYOL, Crónica de España por Lucas, obispo de Tuy. Primera edición del texto romanceado, conforme a un códice de la Academia, Madrid : Real Academia de la Historia, 1926. On notera qu’il convient d’ajouter cinq autres manuscrits aux dix-neuf présentés par Emma Falque, vid. Enrique JÉREZ CABRERO, El Chronicon mundi de Lucas de Tuy (c. 1238) : técnicas compositivas y motivaciones ideológicas, Thèse doctorale, Université Autonome de Madrid, 2006, p. 319-323.

3 Chronicon mundi, Praef., 1, l. 47-51, p. 4.

4 Ibid., Praef., 2, Eiusdem Lucae de excellentia Hispaniae, l. 143-149, p. 9-10. Remarquons que Luc de Tuy, quelques années avant d’être nommé évêque de Galice (1239), attribue à la reine Bérengère le titre de « reine des Espagnes », rassemblant sous son autorité les différents royaumes péninsulaires. Or, Bérengère ne régna jamais véritablement sur ces différents royaumes. Quoi qu’il en soit, bien que son mariage avec Alphonse IX de León ait été déclaré nul, l’accession au trône léonais de son fils Ferdinand lui permet de porter ce titre glorieux.

5 L’auteur lui-même affirme achever sa chronique le jeudi 31 mars 1243. RODERICI XIMENII DE RADA, Historia de rebus Hispanie siue Historia gothica, Juan FERNÁNDEZ VALVERDE (éd.), Turnhout : Brepols (Corpus Christianorum Continuatio Mediaeualis, LXXII), 1987. Désormais De rebus Hispaniae. Vid. IX, 18, l. 23-28, p. 301 : « Hoc opusculum, ut sciui et potui, consumaui anno Incarnationis Domini MCCXL tercio, era MCCLXXX prima, anno XXVI° regni regis Fernandi, Vferia, pridie kalendas Aprilis, anno pontificatus mei XXXIIIo, sede apostolica adhuc uacante anno uno, mensibus VIII, diebus X, Gregorio Papa nono uiam uniuerse carnis ingresso ». Or, il a été démontré que le De rebus Hispaniae fut rédigé en deux étapes successives, vid. Diego CATALÁN et María Soledad de ANDRÉS (éd.), Edición Crítica del Texto Español de la Crónica de 1344 que Ordenó el Conde de Barcelos don Pedro Alfonso, Madrid : Gredos, 1971, note 6, p. XXXIII. Enrique JÉREZ CABRERO a démontré que la première rédaction fut achevée le 30 avril 1243, et la deuxième entre mars / avril 1246 et juin 1247, « La Historia gothica del Toledano y la historiografía romance », Cahiers de linguistique hispanique médiévale, 26, 2003, p. 223-239, p. 227-228, URL : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/cehm_0396-9045_2003_num_26_1_2020.

6 De rebus Hispaniae, Dédicace, l. 1-5, p. 3. On pourra également consulter une traduction du De rebus : Juan FERNÁNDEZ VALVERDE (éd.), Rodrigo Jiménez de Rada. Historia de los hechos de España, Madrid : Alianza Editorial, 1989.

7 Patrick HENRIET, « Sanctissima patria. Points et thèmes communs aux trois œuvres de Lucas de Tuy », Cahiers de linguistique hispanique médiévale, 24, 2001, p. 249-278, URL : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/cehm_0396-9045_2001_num_24_1_1179, p. 255 : « L’activité intellectuelle de Lucas peut […] être qualifiée […] d’isidorienne ».

8 Dans le prologue du Chronicon mundi, Isidore de Séville est saint, primat de l’Espagne, docteur et chroniqueur. Vid. Chronicon mundi, Praef., 1, l. 22-24, p. 3 : « De tercio dicit beatus Ysidorus, quod luxuria corpus debilitat, debilitatum autem cicius ducit ad senectutem, de senectute ducit ad mortem, de morte ad eternam dampnationem » ; ibid., Praef., 1, l. 48-51, p. 4 : « […] ut cronicorum libros a beato Ysidoro et a quibusdam aliis peritis de ystoria regum Yspanorum et quorundam aliorum editos sibi scriberem imperauit, hanc premisi prefacionem […] » ; ibid., Praef., 2, l. 35-41, p. 6 : « Vt autem ad presens omittam infinitam aliorum sanctorum multitudinem, quorum martirio et doctrina Yspania fulget, ueniam ad Seuerianum Cartaginensem ducem, qui de uxore Theodora illos tres doctores inclitos, Leandrum scilicet archiepiscopum Yspalensem et Isidorum archipresulem, ambos primates Yspanie, atque Fulgencium episcopum, omnes Christi confessores, filios meruit obtinere » ; ibid., Praef., 2, l. 83-85, p. 7 : « Inter quos Ysidorus preminet gloriosus, cui mortalium nullus in uarietate cienciarum potest recto iudicio adequari » ; ibid., Praef., 2, l. 143-144, p. 9 : « Nos uero ad libros cronicorum a doctore Yspaniarum Ysidoro editos manum mittimus […] » ; ibid., Praef., 2, l. 162-164, p. 10 : « Ysidorus autem plus est in hoc opere in annorum seriem ordinandam secutus LXXinterpretes et quosdam alios, qui magis annorum numerum sunt secuti ». L’autorité d’Isidore apparaît dans l’ensemble de l’œuvre de Luc de Tuy, vid. Jacques FONTAINE, « À propos de la Vita sancti Isidori (CPL 1214) ou comment on récrit l’histoire », Cahiers de linguistique hispanique médiévale, 24, 2001, p. 235-248, URL : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/cehm_0396-9045_2001_num_24_1_1178. Sur les deux prologues qui ouvrent le Chronicon mundi, vid. également Jocelyn Nigel HILLGARTH, The Visigoths in History and Legend, Toronto : Pontifical institute of medieval studies (Studies and texts, 166), 2009, p. 106.

9 Chronicon mundi, Praef., 2, l. 123-129, p. 9 : « Hec patria ab “ys”, quod est unum uel solum, et “pan”, quod est totum, et “ya”, quod est stella, quasi “sola tota stella” dicitur Yspania, quia specialius pre ceteris prouinciis propriis bonis habundat. Dicitur et ab Ybero flumine Yberia et ab Espero, occidentis stella, Esperia, quia sicut hec stella in occiduo climate fulget inter sidera, sic Yspania situ in successum transumto non est in ultimis regionibus ultima, sed in primis prima ».

10 Sur l’utilité du prologue et la nouveauté de son emploi au Moyen Âge, vid. Bernard GUENÉE, « Histoire et chronique. Nouvelles réflexions sur les genres historiques au Moyen Âge », in : Daniel POIRION (éd.), La Chronique et l’histoire au Moyen Âge, Paris : PUPS, 1984, p. 3-12, notamment p. 5-6. Et id., Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval, Paris : Aubier-Montaigne, 1980, p. 200-201. Vid. également Carlos HEUSCH, « Présentation », Cahiers d’études hispaniques médiévales, 35, 2012, p. 11-26, URL : http://www.persee.fr/doc/cehm_1779-4684_2012_num_35_1_2271, p. 16-17 : « Il y a aussi [dans le prologue] une stratégie auctoriale que j’appellerais ‘par délégation’. Le prologue sert à donner le pouvoir non pas à l’auteur de l’œuvre mais à un destinataire privilégié, censé être lui-même dépositaire d’un pouvoir reconnu par les autres lecteurs, qui, dès lors, conférera à l’œuvre une sorte de caution protectrice. […] C’est dans le prologue qu’il faut dire ce qu’est l’œuvre et quelle est sa finalité. En d’autres termes, le prologue est là pour déterminer, plus que l’œuvre elle-même, la lecture qui doit en être faite ». Ces quelques pages introduisent la publication des actes d’un colloque consacré à « Paratextes et stratégies de pouvoir dans la péninsule Ibérique au Moyen Âge ». Vid., dans ce recueil d’articles, les travaux d’érudition théorique et littéraire sur le paratexte médiéval de Juan Carlos Conde et Aengus Ward : Juan Carlos CONDE, « Prácticas paratextuales y conferencia de capital simbólico : los prólogos a las traducciones del siglo XV en la península Ibérica », p. 141-163, URL : http://www.persee.fr/doc/cehm_1779-4684_2012_num_35_1_2278, et Aengus WARD, « El prólogo historiográfico medieval », p. 61-77, notamment les pages 67-69 qui évoquent les prologues du Chronicon mundi, URL : http://www.persee.fr/doc/cehm_1779-4684_2012_num_35_1_2274.

11 Chronicon mundi, Praef., 1, l. 47-54, p. 4.

12 Luc de Tuy insiste sur la souveraineté totale du roi d’Espagne qui ne reconnaît pas d’autorité supérieure, ibid., Praef., 2, l. 129-131, p. 9 : « Prefulget etiam omnimoda libertate Yspania, cum in agendis causis ciuilibus propriis utitur legibus et Yspanorum rex nulli subditur imperio temporali ».

13 Ibid., Praef., 2, l. 91-93, p. 8.

14 Ibid., II, 1, l. 13-14, p. 123.

15 Ibid., II, 1, l. 14-16, p. 123.

16 Ibid., II, 1, l. 16-20, p. 123.

17 Sur la défense du royaume de León dans le Chronicon mundi, vid. Emma FALQUE, « Una edición crítica del Chronicon mundi », Cahiers de linguistique hispanique médiévale, 24, 2001, p. 219-233, URL : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/cehm_0396-9045_2001_num_24_1_1177. Vid. également Patrick HENRIET, art. cit. Pour plus de précisions sur le remploi du mythe néo-wisigothique dans le Chronicon mundi et le léonisme de la chronique, on pourra consulter Gaël LE MORVAN, Le mythe néo-wisigothique dans la culture historique de l’Espagne médiévale (XIIe-XIIIe siècles), thèse de doctorat soutenue le 29 juin 2013, disponible en ligne, URL : http://www.e-sorbonne.fr/sites/www.e-sorbonne.fr/files/theses/LE_MORVAN_Gael_2013_these_e-sorbonne.pdf, notamment la partie intitulée « Luc de Tuy, fervent défenseur d’un néo-wisigothisme léonais », p. 237-258.

18 Chronicon mundi, II, 1, l. 20-22, p. 123. On note que, dans ce court prologue, onze occurrences « wisigothiques » apparaissent.

19 Vid. note 6.

20 Raúl MANCHÓN GÓMEZ, « Léxico protocolario en la documentación medieval latina : los epítetos regios de la monarquía leonesa », in : Maurilio PÉREZ GONZÁLEZ (éd.), Actas del III Congreso Nacional de latín medieval (León, 26-29 de septiembre de 2002), vol. 2, León : Secretariado de Publicaciones de la Universidad de León, 2002, p. 637-644, p. 643.

21 De rebus Hispaniae, Prol., l. 53-63, p. 6 : « Quia igitur placuit uestre excellencie maiestatis mee requirere ignoranciam paruitatis ut si, qua de antiquitatibus Hispanie et de hiis etiam que ab antiquis uel modernis temporibus acciderunt mee memorie occurrissent, peticioni uestre describere laborarem, et ut a quibus gentibus calamitates Hispania sit perpessa, et Hispanorum regum originem et eorum magnalia qui patrum glorias immitatione secuti sunt gloriosa, per scripture mee indaginem ad diligencie uestre noticiam peruenirent, ego uero tanti domini, tam excelsi, non possum precibus contraire et uix possibile cogor ob reuerenciam atemptare ». La fausse modestie de l’auteur apparaît également dans la dernière phrase du prologue, l. 88-89, p. 7 : « Ego Rodericus indignus cathedre Toletane sacerdos… ».

22 Ibid., Prol., l. 11-19, p. 5.

23 Ibid., Prol., l. 28-37, p. 5-6.

24 Ibid., Prol., l. 72-75, p. 7 : « […] a tempore Iaphet Noe filii usque ad tempus uestrum, gloriosissime rex Fernande, ad historiam Hispanie contexendam, quam sollicite postulastis, prout potui fideliter laboraui ».

25 Ibid., I, 8, l. 2-5, p. 20.

26 Ibid., Prol., l. 75-78, p. 7 : « Inter omnes autem principes Gothorum reges secula precipuos habuerunt […], quorum insignia usque ad tempora que me pretereunt deriuaui, addens aliqua que eorum historie famulantur necnon et clades quas Hispania pertulit ante eos, in qua Hispania, peragratis Asie et Europe prouinciis et uastatis, ultimo dominio resederunt, ubi etiam ab Arabibus sub Roderico rege Dei iudicium pertulerunt ».

27 De rebus Hispaniae, Prol., l. 65-90, p. 6-7 : « Itaque ea que ex libris beatorum Ysidori […] et aliis scripturis, quas de membranis et pitaciis laboriose inuestigatas laboriosius compilaui […], ad historiam Hispanie contexendam, quam sollicite postulastis […]. Prout ex antiquis libris et relatione fideli recolligere potui, ego Rodericus indignus cathedre Toletane sacerdos stilo rudi et sapiencia tenui ad preconium nostre gentis et uestre gloriam maiestatis sollicitus compilaui […] ».

28 Georges MARTIN, Les Juges de Castille. Mentalités et discours historique dans l’Espagne médiévale, Paris : Klincksieck (Annexes des Cahiers de linguistique hispanique médiévale, 6), 1992, p. 259 : « Bien que l’exploitation des textes majeurs de l’historiographie astur-léonaise, castillane et navarraise ancre l’œuvre dans la tradition, celle-ci se caractérise d’abord par une extrême liberté de traitement et d’écriture. Rodrigue respecte l’essentiel des contenus anciens, mais il les reprend le plus souvent de très haut, abrégeant, ajoutant, déplaçant, et surtout : imposant résolument sa lettre aux textes qu’il prétend transcrire ». Vid. également l’allocution introductive du même auteur lors du colloque « Rodrigue Jiménez de Rada (Castille, première moitié du XIIIe siècle) : histoire, historiographie », Cahiers de linguistique hispanique médiévale, 26, 2003, p. 11-13, URL : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/cehm_0396-9045_2003_num_26_1_2010.

29 Chronicon mundi, IV, 83, l. 9-11, p. 321 : « Filiam suam primogenitam Berengariam dedit Adefonso regi Legionensi in uxorem, que fuit mulier prudentissima » ; ibid., IV, 85, l. 13-17, p. 325 : « Hic ex sentencia domini Pape Innocencii dimissa uxore sua regina Tharasia, duxit Berengariam, prudentissimam filiam Adefonsi regis Castelle, uxorem et tam nobiliter eam desponsauit sibi, quod dedit ei pro dote turres Legionis, Astoricam, Valenciam et alia triginta castella » ; ibid., IV, 95, l. 21-24, p. 334 : « Adiuuant hiis sanctis operibus largissima manu rex magnus Fredenandus et prudentissima mater eius regina Berengaria multo auro, argento, preciosis lapidibus et sericis ornamentis Christi ecclesias decorantes ».

30 Ibid., IV, 85, l. 26-27, p. 326 : « Fuit prefata Berengaria filia regis Castelle adeo sapientissima, quod patris sapiencia ad eam defluxisse uideretur ».

31 Ibid., IV, 84, l. 35-39, p. 324.

32 Dans son récit de la chute du royaume wisigothique, Luc de Tuy interpole ses sources afin d’insister sur le rôle néfaste de la noblesse séditieuse, responsable de la perte de Tolède ; il évoque en particulier les agissements du comte Julien, symbole de la division parmi les Wisigoths, Chronicon mundi, III, 63, l. 8-10, p. 221 : « Terribiliter Goti qui erant ex parte comitis Iuliani irruebant super Yspanos, et ad preliandum barbaros animabant ». Les révoltes nobiliaires avaient déjà mis en péril la royauté wisigothique sous le règne de Wamba : le duc Paul était alors le « patrie proditor » (III, 29, l. 15, p. 190), le « perfidus » (III, 51, l. 18, p. 210), c’est-à-dire celui qui agissait contre la patrie isidorienne : ibid., III, 51, l. 5-14, p. 210 : « Denotentur inter cuneos perfidorum, qui genti sue excidium parauerunt, ut reportent in progenies seculorum titulos infamie sue, qui euersores facti sunt patrie ; quibus ex clementia princeps dederit uiuere ; effosionem luminum non euadant, qui patrie gloriam minuentes proditionis notam temerarie incurrerunt. Ecce prodidit sese in apertum campum infausta perfidia, que nefandorum societatem cruentis sibimet amplexibus socians ad scandalum impulit ciues, ad suorum perniciem plebem, ad euersionem patrie gentes, ad interitum principis non solum proprias, sed esternarum commouit plebium nationes ».

33 Ibid., IV, 85, l. 30-33, p. 326.

34 Ibid., IV, 93, l. 1-5, p. 332.

35 Ibid., IV, 93, l. 9-11, p. 332.

36 Ibid., IV, 94, l. 1-5, p. 333.

37 Ibid., IV, 100, l. 16-23, p. 339-340.

38 Ibid., IV, 100, l. 24-27, p. 340.

39 Ibid., IV, 93, l. 8 et 31-35, p. 338-339.

40 Ibid., IV, 45, l. 1-6, p. 277-278.

41 Ibid., IV, 70, l. 48-50, p. 305. Raymond de Bourgogne est bien le seul Franc à passer outre la condamnation de ce peuple par Luc de Tuy. C’est sans nul doute cette ascendance wisigothique qui le sauve et permet de l’intégrer à la communauté léonaise.

42 Juan de ROBLES, Libro de los milagros de San Isidro arzobispo de Sevilla, Salamanque, 1525, p. 52 (édition reprise et modernisée par Julio PÉREZ LLAMAZARES, Historia de la Real Colegiata de San Isidoro de León, León : Imp. Moderna, 1927 (réédition León : Nebrija, 1982).

43 Je rejoins ici les propos d’Irene RUIZ ALBI, La reina doña Urraca (1109-1126). Cancillería y colección diplomática, León : Centro de estudios e investigación « San Isidoro », 2003, p. 99 : « El reino, es decir, la capacidad última de mando que es ejercida por la gracia de Dios, es el reino sobre España, de acuerdo con la tradición neogótica asociada desde antiguo al trono de León. Lucas de Tuy, buen conocedor y defensor de esa tradición, se refería expresamente a la herencia de los godos. Y es todo el reino lo que Alfonso VI entrega a su hija y lo que prevé que, después de la muerte de ésta, reciba su nieto ».

44 Chronicon mundi, IV, 79, l. 6-7, p. 316 : « Tunc regnauit Fernandus rex in toto imperio patris sui, unde rex Yspaniarum fuit uocatus ».

45 Ibid., VII, 31, p. 253.

46 De rebus Hispaniae, VII, 24, l. 7-15, p. 246 : « et in eadem curia rex Castelle nobilis Aldefonsus Conradum filium Frederici imperatoris Romani accinxit similiter cingulo militari et ei filiam suam primogenitam Berengariam desponsauit. Set ipso Conrado in Theutoniam reuertente predicta domicella desponsationi continuo contradixit et per Gundisaluum Toletanum primatem et Gregorium Sancti Angeli diachonem cardinalem, apostolice sedis legatum, diuorcio celebrato puella Berengaria remansit innupta ».

47 Ibid., VII, 36, l. 23-30, p. 258 et IX, 5, l. 9-13, p. 285-286.

48 La prééminence du royaume de Castille est soulignée, d’autant plus que Ferdinand devra suivre l’exemple de son grand-père castillan, Alphonse VIII, ibid., IX, 10, l. 2-6, p. 290 : « Aduersariis itaque sic a Domino iudicatis rex Fernandus regnum optinuit pacifice et quiete, regina nobili omnia disponente, que adeo filium sollicite educauit, ut regnum et patriam iuxta morem aui sui nobilis Aldefonsi in pace et modestia gubernaret usque ad regni sui uicesimum quintum annum ».

49 La première apparition significative de Bérengère est l’occasion pour le Tolédan d’annoncer que l’infante castillane est parée des plus hautes vertus, ibid., VII, 24, l. 24-28, p. 246 : « Demum inter ipsum et regem Castelle guerris et uastationibus perpetratis, duxit uxorem dominam Berengariam regis Castelle filiam, de cuius uirtutibus post dicemus, et suscepit ex ea filios Fernandum, cui Castelle et Legionis prouenit postea principatus… ».

50 Ibid., Prol., l. 32-37, p. 5-6.

51 Vid. Peter LINEHAN, « On further thought : Lucas of Tuy, Rodrigo de Toledo and the Alfonsine Historie », Anuario de estudios medievales, 27 (1), 1997, p. 415-436, p. 427 ; id., Historia e historiadores de la España medieval, Salamanque : Universidad de Salamanca, 2011 (traduction d’Ana SÁEZ HIDALGO, révisée par Francisco Javier HERNÁNDEZ, de History and the Historians of Medieval Spain, Oxford : Clarendon Press, 1993), p. 322.

52 Au moment de décrire les vices de Witiza et la perte du royaume de Tolède, Rodrigue Jiménez de Rada insère une brève Laus Hispaniae qui s’achève sur un planctus et une condamnation de l’ignauia, ibid., III, 16, l. 21-25, p. 97 : « Set quoniam humani generis inimicus humano generi non desinit inuidere, seminauit in potestate superbiam, in religione accidiam, in pace discordiam, in habundancia luxuriam, in sollercia ignauiam adeo ut sicut populus, sic et sacerdos, sicut impii, sic et princeps ».

53 Ibid., IX, 10, l. 7, p. 290.

54 Ibid., IX, 14, l. 19, p. 295.

55 Vid. ibid, IX, 7, 8, 12, 14 et 15, p. 287-297.

56 Vid. Francisco Javier HERNÁNDEZ, « La hora de don Rodrigo », Cahiers de linguistique hispanique médiévale, 26, 2003, p. 15-71, URL : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/cehm_0396-9045_2003_num_26_1_2011 ; id., « La corte de Fernando III y la casa real de Francia : documentos, crónicas, monumentos », in : Fernando III y su tiempo (1201-1252). VIII Congreso de Estudios Medievales, Ávila : Fundación Sánchez-Albornoz, 2003, p. 103-156 ; Peter LINEHAN, « Don Rodrigo and the government of the kingdom », Cahiers de linguistique hispanique médiévale, 26, 2003, p. 87-99, URL : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/cehm_0396-9045_2003_num_26_1_2013 ; id., « Don Juan de Soria : unas apostillas », in : Fernando III y su tiempo (1201-1252). VIII Congreso de Estudios Medievales, Ávila : Fundación Sánchez-Albornoz, 2003, p. 375-394.

57 De rebus Hispaniae, IX, 7, p. 287-288. La largitas de Bérengère avait été évoquée dès la première ébauche de louange de la future reine, VII, 36, p. 258.

58 Ibid., VIII, 4, p. 262-264.

59 Ibid., IX, 17, l. 35-43, p. 300.

60 À partir de l’année 580, la source principale du De rebus Hispaniae est Jordanès et non saint Isidore, contrairement au procédé employé par Luc de Tuy.

61 Le texte de Jordanès, Origen y gestas de los godos ou Getica, est cité à partir de l’édition proposée par Andrei V. KITASHOV, reproduite en ligne sur : http://www.thelatinlibrary.com/iordanes1.html. IORDANIS, De origine actibusque Getarum, V, § 39-40 : « Nec defuerunt, qui eos sapientiam erudirent. Vnde et pene omnibus barbaris Gothi sapientiores semper extiterunt Grecisque pene consimiles, ut refert Dio, qui historias eorum annalesque Greco stilo composuit ». Vid. à ce sujet Marc REYDELLET, La royauté dans la littérature latine de Sidoine Apollinaire à Isidore de Séville, Rome : École Française de Rome, Palais Farnèse, 1981, p. 274.

62 De rebus Hispaniae, I, 10, l. 20-22, p. 25 : « Nec defuerunt eis qui eos in sapiencia erudirent, unde et Gothi sapienciores pene omnibus barbaris extiterunt Grecis pene consimiles, ut refert Dio, qui eorum historias composuit Greco stilo ».

63 Ibid., III, 21, l. 13-19, p. 104. Vid. Epistula II ad Corinthios, X, 17.

64 De rebus Hispaniae, IX, 4, l. 14-16, p. 285 : « Antequam rumorem loquacitas diuulgasset, regina sapiens misit Lupum Didaci et Gundissaluum Roderici magnates pro filio suo Fernando ».

65 Ibid., IX, 7 et 8, p. 287-289.

66 Ibid., IX, 17, l. 30-35, p. 300. Nous rejoignons ici les propos de Patricia ROCHWERT-ZUILI, « Les enjeux du portrait dans l'historiographie alphonsine et néo-alphonsine », Les langues néo-latines, 364, janvier-mars 2013, p. 3-24, p. 11 : « Le nom qui résonne dans le texte ne semble donc pas être celui de Ferdinand III, sous le règne duquel la chronique est écrite, mais celui d'Alphonse. Du reste, si Rodrigue de Tolède emploie systématiquement le terme “nobilis” pour qualifier le roi Alphonse VIII, il l'attribue aussi à sa fille Bérengère, mère de Ferdinand III […]. C'est sans doute la raison pour laquelle, après le récit de la victoire de Ferdinand III à Cordoue, l'archevêque ne loue pas directement les vertus du roi mais l'excellente éducation qu'il a reçue de sa mère, dont il vante les qualités et affirme qu'elle a prolongé l'œuvre d'Alphonse VIII, son père ».

67 Sur le rôle de Bérengère, désormais bien connu, vid. Georges MARTIN, « Régner sans régner… », et id., « Négociation et diplomatie dans la vie de Bérengère de Castille (1214-1246). La part du facteur générique », e-Spania, 4, décembre 2007, URL : http://e-spania.revues.org/562 ; DOI : 10.4000/e-spania.562.

68 Pour plus de détails sur le mythe néo-wisigothique au féminin, vid. Estelle MAINTIER-VERMOREL, « ‘De feminis decimus mentionem’. Les Amazones de Rodrigue de Tolède : le mythe au service du pouvoir des femmes », e-Spania, 11, juin 2011, URL : http://e-spania.revues.org/20392 ; DOI : 10.4000/e-spania.20392.

69 De rebus Hispaniae, IX, 2, l. 2-8 et l. 14-21, p. 282 : « Verum cum apud Vallem Oleti curiam celebrassent magnates alii, Lupus Didaci de Faro, Gunsaluus Roderici et fratres eius, Rodericus Roderici et Aluarus Didaci de Camberis, Aldefonsus Tellii de Menesis, et alii nobiles regni exterminio condolentes, curauerunt tantis cladibus obuiare, et regine Berengarie prudenciam adeuntes humiliter supplicarunt ut regni miseriis condoleret. […] Set predicti magnates tanquam naturali domine fideliter adherentes, regi puero fidelitatis debitum in omnibus seruauerunt. Ceterum predicte regine sollers industria omnia sic prouide ordinauit, ut magnates sibi fauentes et comitis Aluari insolencias refrenarent et iura sua regi puero conseruarent. Verum cum rex tenellus intentionem comitis sagaci indole iam sentiret, libenter uolebat ad sororis custodiam se transferre ». Ibid., IX, 6, l. 20-23, p. 287 : « Inde ad urbem Burgensem redeuntes, a pontifice, clero et populo honorifice et processionaliter sunt recepti, gaudentibus omnibus quod liberati ab hostibus in domine naturalis dominio remanserunt ».

70 De rebus Hispaniae, VII, 1, l. 36-41, p. 221 : « Cum que sui ad eam ex omnibus regni partibus conuenirent indignatione maxima prouocati, eo quod rex Aragonum eam repudiauerat et in dominio patrie Aragones preponebat, eiusdem regis dominium abiecerunt et munitiones et castra omnia que tenebant regine [Urrace] naturali domine reddiderunt ».

71 Ibid., IX, 17, l. 44-52, p. 300.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gaël Le Morvan-de Villeneuve, « Le patronage de la reine Bérengère de Castille (1214-1246) à la lumière du mythe néo-wisigothique dans le Chronicon mundi de Luc de Tuy et l’Historia de rebus Hispaniae de Rodrigue Jiménez de Rada », e-Spania [En ligne], 24 | juin 2016, mis en ligne le 15 juin 2016, consulté le 29 mars 2017. URL : http://e-spania.revues.org/25521 ; DOI : 10.4000/e-spania.25521

Haut de page

Auteur

Gaël Le Morvan-de Villeneuve

Professeur d’espagnol en CPGE, CLEA (EA 4083)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org