Navigation – Plan du site
Mécénats et patronages féminins en péninsule Ibérique au moyen âge (XIe-XVe siècle)

Le livre de piété : un instrument pour construire et promouvoir son image. L’exemple de Leonor de Zúñiga et du Libro de las Historias de Nuestra Señora, de Juan López de Salamanca

Cécile Codet

Résumés

La personnalité et les agissements de Leonor de Plasencia ont attiré l’attention de ses contemporains, au point que certains chroniqueurs ont retenu son nom. Impliquée dans les intrigues politiques du temps, elle a à cœur de composer et de gérer son image publique, ce qui passe, notamment, par l’écrit. Le Libro de las Historias de Nuestra Señora, l’un des textes que lui a dédiés le dominicain Juan López de Salamanca doit donc être vu non seulement comme un support de piété, mais aussi comme un instrument de promotion personnelle, comme nous allons le montrer dans cet article.

Haut de page

Texte intégral

1Le Libro de las Historias de Nuestra Señora fut vraisemblablement composé, selon Arturo Jiménez Moreno, entre 1465 et 1468, c’est à dire au moment où les luttes entre les différentes factions nobiliaires qui soutenaient, qui Henri IV, qui Isabelle, étaient intenses. N’oublions pas, en effet, que la Farsa de Ávila, par laquelle un certain nombre de nobles défièrent l’autorité d’Henri IV à travers sa destitution symbolique et l’intronisation de l’infant Alphonse eut lieu en juin 1465. La publication du Libro de las Historias se situe donc en pleine guerre civile, et il est dédié à une femme – Leonor de Pimentel, comtesse de Plasencia – dont les agissements ne laissèrent pas indifférents les chroniqueurs de l’époque.

  • 1 Alfonso DE PALENCIA, Crónica de Enrique IV, Antonio Paz y Meliá (éd.), Madrid : BAE, 1904-1908, p.  (...)

2Ainsi, Alfonso de Palencia, dans sa Crónica de Enrique IV, écrit notamment à son propos : « Comenzó a perder el de Plasencia su fama de constante y, a parecer de los prudentes, apocado e hipócrita cuando le vieron subyugado al capricho de su mujer »1. Tout semble donc indiquer que Leonor de Plasencia a pris une part active aux conflits politiques de son temps. Prise, donc, dans le jeu des factions, critiquée pour l’emprise qu’elle aurait eue sur son mari, Leonor de Pimentel apparaît comme un personnage polémique.

3Or, la lecture du Libro de las Historias de Nuestra Señora donne d’elle une toute autre image que celle que renvoie la chronique de Palencia, au point que, nous le verrons, ce livre peut être interprété comme une tentative de réhabilitation de la comtesse. Mais quelle part a-t-elle pris dans la construction de ce discours ? Bien que cela soit difficile à déterminer avec précision, nous tenterons de montrer, dans notre exposé, comment la conciliation des intérêts de la comtesse et des idées politiques de Juan López de Salamanca aboutit à la création d’un texte qui, pour être un livre de piété, n’en est pas moins un manifeste en faveur de Leonor de Plasencia.

Leonor de Pimentel, mécène de Juan López de Salamanca

4Au début du Libro, rien n’indique que Leonor en ait demandé la rédaction à Juan López, qui semble au contraire l’avoir écrit de sa propre initiative. Autrement dit, même si le texte lui est explicitement dédié, rien ne permet de penser d’emblée que l’écriture du texte a bénéficié du mécénat de Leonor de Pimentel. Pourtant, l’étude des relations qui existaient entre Juan López de Salamanca et la maison de Zúñiga, à laquelle appartenait Leonor par son mariage au début des années 1450 avec Álvaro de Zúñiga, ne laisse guère de doute quant à l’existence de ce mécénat.

5Juan López de Salamanca est, en effet, entré au service de la maison de Zúñiga au début des années 1460, quand les comtes de Plasencia avaient fait appel à lui pour prendre la tête d’un couvent dominicain qu’ils souhaitaient construire sur leurs terres, et également pour occuper la charge de confesseur de Leonor Pimentel. Ainsi, Arturo Jiménez Moreno écrit :

  • 2 Arturo Jiménez Moreno, Vida y obra de Juan López de Zamora, O. P. : un intelectual castellano del s (...)

Lo más seguro es que [Juan López] fuera buscado como intelectual de prestigio para hacerse cargo de la educación de una jovencita Leonor. […] En definitiva, Juan López fue el confesor, consejero y director espiritual de Leonor Pimentel, a quien dirigió y dedicó la mayor parte de sus obras2.

6Juan López était donc au service de la maison de Plasencia, et cette relation se manifesta, d’une part, à travers le fait qu’une grande partie des œuvres du dominicain furent dédiées à Leonor, et d’autre part, à travers l’érection, sur les terres des comtes, d’un couvent dominicain destiné à héberger, notamment, Juan López et ses compagnons.

  • 3 A. DE PALENCIA, op. cit., p. 213.

7Il existait donc une relation de nature économique entre la maison de Zúñiga et Juan López de Salamanca, mais pas seulement. En effet, plusieurs éléments indiquent toute l’emprise intellectuelle qu’exerçait ce dernier sur les comtes. D’une part, Palencia évoque, dans sa chronique, « al maestro fray Juan López, del Orden de Predicadores, a quien respectaba mucho el conde de Plasencia »3. D’autre part, l’inventaire de la bibliothèque de Leonor de Plasencia, réalisé en 1468, indique qu’elle possédait la plupart des oeuvres du dominicain. Enfin, trois d’entre elles lui sont dédiées, dont le Libro, une Vida de Vicente Ferrer aujourd’hui perdue et son œuvre la plus célèbre, les Evangelios moralizados.

8Cependant, plutôt que de parler d’une influence unilatérale de Juan López sur les comtes, et, plus particulièrement, sur la comtesse, il me semble qu’il faut davantage parler d’une entente, d’une association dictée par des intérêts communs, notamment idéologiques. En effet, Arturo Jiménez Moreno écrit notamment, à propos de la Farsa de Ávila :

  • 4 A. JIMÉNEZ MORENO, op. cit., p. 34.

En 1465, Álvaro de Zúñiga y otros grandes del reino, convencidos de la incapacidad del rey Enrique IV, decidieron destronarlo simbólicamente en la llamada « Farsa de Ávila » y proponer a su hermano Alonso. El rey Enrique IV buscó intelectuales que probasen la ilegalidad del hecho […]. Por su parte, los nobles contrarios al rey también buscaron quienes defendiesen su decisión4

9Et parmi les intellectuels qui apportèrent leur caution à la rébellion, on trouve, notamment, fray Juan López, qui mit ses talents d’intellectuel au service de la maison qui l’employait. De même, il est intéressant de constater comment, étant au service d’une jeune femme, Juan López de Salamanca n’adopte pas la position misogyne que l’on pourrait attendre d’un homme d’Église, mais tend au contraire à promouvoir une image positive de la femme et de la piété féminine, comme nous le verrons par la suite.

  • 5 Pedro Cátedra, « Prologue », in : Arturo Jiménez Moreno, op. cit., p. 12-13.

10Il faut dire que Leonor de Pimentel n’était nullement une épouse et une mère effacée, et Pedro Cátedra va jusqu’à la compter parmi les « mujeres fuertes » du XVe siècle, du fait de son action politique et intellectuelle5. Nous avons déjà vu comment le chroniqueur Palencia insistait, bien qu’en la critiquant, sur l’influence qu’elle avait pu avoir sur son mari. De même, l’Historia de la casa de Zúñiga réserve une place toute particulière au rôle joué par la comtesse, mais pour en faire, cette fois-ci, l’éloge. Cela est d’autant moins étonnant que la comtesse elle-même avait à cœur de promouvoir son lignage, y compris en utilisant l’écrit comme moyen de propagande, du moins si l’on en croit ce commentaire de Pedro Cátedra :

  • 6 Pedro Cátedra, cité par Fernando Gómez Redondo, Historia de la prosa de los Reyes Católicos. El umb (...)

Leonor de Pimentel, a juzgar por lo que sabemos de ella, si tuvo sus momentos brillantes, careció, sin embargo, de historia. Y no porque dejara de intentarlo, no porque le disgustara ser objeto de escritura6.

11Leonor de Pimentel avait donc à coeur d’utiliser l’écrit pour promouvoir son image, et, de même que les opposants à Henri IV ressentirent le besoin, pour fonder la légitimité de leur action, d’obtenir une caution intellectuelle, de même Leonor, face aux ennemis de son lignage, va trouver dans Juan López un intellectuel qui accepte d’autant plus volontiers de mettre son autorité au service de sa cause que cela sert également ses propres idées politiques.

Le Libro de las Historias de Nuestra Señora : un manifeste en faveur de Leonor

12On le sait : Henri IV était notamment critiqué pour son manque de religiosité et ses moeurs dépravées, de même, du reste, que la reine Jeanne de Portugal, son épouse. Dès lors, il n’est guère surprenant de voir apparaître, dans le camp des opposants au roi, toute une série de textes qui défendent la vertu féminine, au premier rang desquels le Jardín de nobles doncellas, composé pour l’infante Isabelle par fray Martín de Córdoba. Ainsi, être la dédicataire d’un texte comme le Libro de las Historias de Nuestra Señora, c’est déjà se placer du côté de la religiosité, de la vertu et de l’exemplarité. Ainsi, le simple fait que le nom de Leonor apparaisse dans la dédicace de l’ouvrage sert son image. En outre, dans le contexte des années 1465-1468, cela peut avoir un sens politique beaucoup plus fort, dans la mesure où cela participe de l’élaboration d’un contre-modèle, en opposition à un couple royal que l’on accuse de tous les vices.

13Mais il convient, pour compléter notre réflexion, d’être attentif à la façon dont est construit le Libro. Celui-ci est moins un récit de la vie de la Vierge selon l’ordre chronologique qu’une sorte de livre de dévotion mariale qui se propose, au fil des fêtes dédiées à la Vierge, d’égrener certaines de ses caractéristiques afin de permettre au fidèle d’approfondir sa connaissance. Plus précisément, ce livre se présente sous la forme d’un dialogue, qui met en scène deux personnages :

  • 7 Juan López de Salamanca, Libro de las Historias de Nuestra Señora, Arturo Jiménez Moreno (éd.), San (...)

Será la escripta lectura por manera de fabla entre dos personas de sexu femenino, de las quales la una pregunta como discípula afectuosa de aprender ; la otra, como maestra ganosa de enseñar e responder7.

14Autrement dit, dans le Libro, le personnage de la comtesse dialogue directement avec la Vierge… Peut-on espérer une position plus éminente ? En outre, tout indique, dans le texte, que Leonor de Pimentel est, pour la Vierge, une confidente privilégiée. En effet, elle reçoit des secrets qu’elle peut choisir de divulguer ou, au contraire, de garder pour elle, devenant ainsi la médiatrice entre la Vierge et les hommes, ou, plutôt, les femmes :

  • 8 Ibid., p. 93.

Las altas mercedes que yo resçibo en las dulçíssimas fablas vuestras, las quales de mí, fija vuestra, Altíssima Señoría, a las que son de mi estrado, dueñas honestas e mis donzellas las relataré, si a vos pluguiere, a reçitaré si las escribiere. A orejas viriles las asconderé8.

15Confidente de la Vierge, la comtesse est également parée de toutes les vertus. Alors même qu’on l’accusait de trop se mêler de politique et d’envahir l’espace public, Leonor de Pimentel est, sous la plume de Juan López, marquée par la religiosité et le retrait du monde. En effet, dès le second chapitre, le personnage de Leonor se propose, comme point de départ de sa méditation, de chasser loin d’elle toutes ses parentes et toutes les femmes de sa compagnie, dans la mesure où celles-ci peuvent nuire à son recueillement. De même, la religiosité de la comtesse est manifeste dans les demandes qu’elle adresse à la Vierge, dont certaines s’apparentent aux transports de la contemplation :

  • 9 Ibid., p. 158.

¡ Fazedme que llore convusco, vuestras penas partid conmigo, mientras gozo d’esta luz, por que con vós llorando, merezca vivir gozando en los frutos de la Cruz !9.

16Femme à la piété exemplaire, confidente de la Vierge… Voilà une Leonor de Plasencia bien éloignée de celle que nous décrivait Palencia.

  • 10 Ibid., p. 385.
  • 11 Ibid., p. 39.

17Pourtant, le Libro n’est pas étranger au monde, et moins encore aux critiques dont Leonor est victime. En effet, elle est décrite comme « hembra seglar en grand señoría establecida, en muchos negocios ocupada »10. En tant que telle, Leonor a également besoin de conseils éthiques, d’autant que le personnage de la comtesse est, d’emblée, intégré dans un univers hostile. Le 5e chapitre du Libro, tout particulièrement, donne une description dantesque de la vie de cour, où Leonor semble être victime de la vindicte générale : alors qu’elle ne fait de mal à personne, chacun la regarde d’un mauvais œil, épie la moindre de ses fautes et critique chacune de ses actions11. Ainsi, en la plaçant dans une position de victime face aux médisants, Juan López construit un texte visant à promouvoir l’image d’une pénitente qui, persécutée par les hommes, n’a d’autre choix que de se réfugier auprès de la Vierge. Ce faisant, il reprend, du reste, le motif de la demoiselle en détresse cher à la littérature, mais aussi le schéma de la dame persécutée par les médisants, typique de la littérature pro-féminine publiée, notamment, sous le règne de Jean II.

  • 12 Ibid., p. 97.
  • 13 Ibid., p. 124.
  • 14 Pedro Cátedra, « Prologue », in : Arturo Jiménez Moreno, op. cit., p. 12.

18Les questions politiques n’apparaissent jamais explicitement dans le texte. Toutefois, quand la comtesse demande à la Vierge pourquoi elle doit prier, son interlocutrice lui répond que Dieu peut la défendre contre ses ennemis12. De même, la patience apparaît comme une vertu à cultiver, dans la mesure où elle permet à l’homme de trouver le salut, puisqu’il s’abstient de toute vengeance13. En d’autres termes, le Libro contribue certes à donner de Leonor une image de « mujer política », pour reprendre une expression de Pedro Cátedra14, mais qui cadre mieux, cette fois, avec ce que l’on attendait d’une femme à l’époque : exemplaire et féminine, elle n’est que la victime des intrigues que l’on trame contre elle et choisit la patience. Le texte tend donc à souligner sa passivité sur ce terrain traditionnellement interdit aux femmes.

  • 15 Juan LÓPEZ DE SALAMANCA, op. cit., p. 392.
  • 16 Ibid., p. 110.

19De même, quels arguments le Libro oppose-t-il à ceux qui accusaient Leonor de renverser les rôles traditionnellement établis dans le couple ? Eh bien à travers les paroles de la Vierge, c’est un exemple de parfaite épouse qui naît peu à peu sous la plume de López de Salamanca. Le passage où sont décrites les pensées de Joseph voyant revenir sa femme enceinte sans qu’il ait eu avec elle de relations charnelles est en effet l’occasion de rappeler ce qu’est une « mala hembra », et, par contraste, ce qu’est une épouse vertueuse. Ainsi, la Vierge « es muy diligente, fazendosa virilmente, ocupada en lavores, fructuosas e mejores, a las vezes en lección, otras en su oración, etc. »15. Autre qualité de l’épouse : sa loyauté envers son mari, dont l’importance est longuement soulignée, et qui doit être indépendante des attraits potentiels de l’époux, puisque la bonne épouse doit « cerrar sus ojos e orejas e perseverar en su virtud e lealtad a exemplo mío, que, siendo niña e moça de catorze años, tuve marido viejo e cansado que nunca me conosçió »16. Signalons que ces paroles, prononcées par la Vierge, rendent possible une certaine identification avec Leonor qui elle-même, avait une grande différence d’âge avec son mari. Reflet du personnage de la Vierge, Leonor de Pimentel n’en est, encore une fois, que plus vertueuse.

20Certes, nous avons insisté là sur quelques points, et il ne faut pas oublier que le Libro s’étire en de longs dialogues dont l’objet premier est l’approfondissement des connaissances de la comtesse – et de ses dames – en matière mariale. Mais, s’il s’agit là de l’objectif affiché par l’auteur, il n’en demeure pas moins, selon nous, que le texte vise également à promouvoir l’image de la comtesse. Nous avons en effet montré, dans notre exposé, comment divers éléments du Libro permettaient de répondre aux critiques dont elle était l’objet. De même, son rôle de confidente et d’élève de la Vierge, tout au long du texte, lui confère une place éminente parmi ses semblables. En outre, la comtesse est d’emblée invitée à aller transmettre les savoirs acquis à un autre public, en l’occurrence, les dames de son entourage. D’emblée, donc, le contenu du texte n’est pas conçu comme d’ordre exclusivement intime et privé, mais est destiné à être divulgué à autrui.

21Ainsi, nous avons montré que, malgré l’absence de déclarations explicites de l’auteur à ce propos, les comtes de Zúñiga avaient bien financé le travail intellectuel de fray Juan López de Salamanca à leur service, et également comment la relation qui l’unissait à Leonor de Pimentel était étroite et combien son magistère avait dû être important. Néanmoins, nous avons montré que, compte tenu de la forte personnalité de la comtesse, soulignée tant par les chroniqueurs de l’époque que par les spécialistes actuels de l’histoire de la famille de Zúñiga, il serait tout à fait impropre de parler d’une influence unilatérale du confesseur sur sa pénitente, mais qu’il fallait plutôt évoquer, au contraire, une collaboration et une entente autours d’intérêts communs.

22Dès lors, pour répondre à l’une des questions qui guide la composition de ce dossier, il me semble que le cas du Libro illustre la collusion de divers objectifs. D’une part, il renforce le corps social en encourageant la piété et la vertu féminine, à un moment où ces qualités semblaient absentes de l’entourage de la reine. D’autre part, il témoigne de la pensée développée par l’un des grands intellectuels de l’époque, le dominicain Juan López de Salamanca. Mais, surtout, il révèle les manifestations d’une personnalité féminine dont la volonté d’exister à travers l’écriture s’exprime ici à travers l’élaboration d’un portrait alternatif à celui que proposaient d’elle certains chroniqueurs de l’époque.

Haut de page

Notes

1 Alfonso DE PALENCIA, Crónica de Enrique IV, Antonio Paz y Meliá (éd.), Madrid : BAE, 1904-1908, p. 213.

2 Arturo Jiménez Moreno, Vida y obra de Juan López de Zamora, O. P. : un intelectual castellano del siglo XV. Antología de textos, Zamora: Centro de la UNED de Zamora, 2002, p. 33.

3 A. DE PALENCIA, op. cit., p. 213.

4 A. JIMÉNEZ MORENO, op. cit., p. 34.

5 Pedro Cátedra, « Prologue », in : Arturo Jiménez Moreno, op. cit., p. 12-13.

6 Pedro Cátedra, cité par Fernando Gómez Redondo, Historia de la prosa de los Reyes Católicos. El umbral del Renacimiento, Madrid: Cátedra, 2012, p. 423.

7 Juan López de Salamanca, Libro de las Historias de Nuestra Señora, Arturo Jiménez Moreno (éd.), San Millán de la Cogolla: CiLengua, 2009, p. 36.

8 Ibid., p. 93.

9 Ibid., p. 158.

10 Ibid., p. 385.

11 Ibid., p. 39.

12 Ibid., p. 97.

13 Ibid., p. 124.

14 Pedro Cátedra, « Prologue », in : Arturo Jiménez Moreno, op. cit., p. 12.

15 Juan LÓPEZ DE SALAMANCA, op. cit., p. 392.

16 Ibid., p. 110.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Codet, « Le livre de piété : un instrument pour construire et promouvoir son image. L’exemple de Leonor de Zúñiga et du Libro de las Historias de Nuestra Señora, de Juan López de Salamanca », e-Spania [En ligne], 24 | juin 2016, mis en ligne le 15 juin 2016, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://e-spania.revues.org/25492 ; DOI : 10.4000/e-spania.25492

Haut de page

Auteur

Cécile Codet

UMR 5648 CIHAM

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org