Navigation – Plan du site
Mécénats et patronages féminins en péninsule Ibérique au moyen âge (XIe-XVe siècle)

Avant-propos. Mécénats et patronages féminins en péninsule Ibérique au moyen âge (Xe-XVe siècle)

Hélène Thieulin-Pardo
Traduction(s) :
Mecenazgos y patronatos femeninos en la península ibérica medieval (siglos X-XV)

Texte intégral

  • 1 Ce programme de recherche, conçu et mené par le Professeur Georges Martin, directeur du SEMH-Sorbon (...)

1La réflexion sur le rôle de mécènes et de patronnes des femmes médiévales que nous proposons dans ce dossier s’inscrit dans le prolongement des travaux réalisés au sein de l’équipe SEMH-Sorbonne, composante de CLEA (EA 4083), et du GDRE AILP (Approche interdisciplinaire des logiques de pouvoir dans les sociétés ibériques médiévales, GDRE 671 du CNRS) de 2009 à 2012 sur l’histoire des femmes de pouvoir en péninsule Ibérique au Moyen Âge. Les travaux de ces équipes ont permis de cerner comment les femmes – mères, tantes, sœurs et épouses de roi – avaient été, d’une façon ou d’une autre, associées à l’exercice du pouvoir au cours de la période médiévale. Dans cette enquête, de grandes figures royales se sont détachées – Sancie, Urraque, Bérangère, Marie de Molina, Isabelle la Catholique... – aux côtés de quelques « seigneures » comme l’infante Elvire ou, dans l’ombre des reines Catherine de Lancastre et Isabelle la Catholique, les conseillères Leonor López de Córdoba et Béatrice de Bobadilla1.

  • 2 Les actes sont désormais disponibles : Murielle GAUDE-FERRAGU et Cécile VINCENT-CASSY (éd.), « La d (...)
  • 3 Ces projets de recherche ont donné lieu à une publication en 2014 coordonnée par María Dolores TEIJ (...)
  • 4 Le domaine du funéraire est le seul où le rôle des femmes semble être reconnu. Tel est le cas dans (...)

2C’est dans le prolongement de ces recherches sur les pratiques de pouvoir que nous avons souhaité aborder la question du mécénat et du patronage féminins en organisant en décembre 2014 à l’Université Paris-Sorbonne un colloque international intitulé Mécénats et patronages féminins en péninsule Ibérique au moyen âge (Xe-XVe siècle). Nous nous sommes proposé d’interroger le rôle qu’ont joué certaines reines, infantes, « seigneures » et abbesses dans le développement et la promotion de la culture et des savoirs en péninsule Ibérique, ainsi que les enjeux que celui-ci dévoile. Plusieurs projets ont du reste porté sur cette question dans les dernières années. En 2013, par exemple, se tenait à l’université Paris 13 une rencontre sur le patronage religieux, que les organisatrices, Murielle Gaude-Ferragu et Cécile Vincent-Cassy avaient intitulée : « La dame de cœur ». Patronage et mécénat religieux des femmes de pouvoir en Europe XIVe-XVIIe siècle (France, Espagne, Italie, Empire)2. Deux autres projets, pilotés par l’université de León, ont été menés en Espagne entre 2010 et 2013 : « Patronage artistique royal en territoire castillano-léonais » (El patronazgo artístico regio en el territorio castellano-leonés) et « La création de l’œuvre artistique dans le cadre des relations monarchie-Église dans la Castille des Trastamare » (La creación de la obra artística en el marco de las relaciones monarquía-iglesia en la Castilla de los Trastámara)3. Ces diverses études ont permis de démontrer que les femmes, dans les cours royales et princières, se sont affirmées comme donatrices, protectrices des artistes créateurs de livres, de peintures, de sculptures, de vitraux et de tapisseries, qu’elles ont soutenu des musiciens et des orfèvres, qu’elles ont au gré des circonstances – le veuvage par exemple – commandité personnellement des œuvres et créé des collégiales dynastiques à vocation funéraire4. En marge de l’action de leurs époux, certaines reines, princesses ou femmes de la haute noblesse ont également soutenu et financé de grands projets architecturaux, la construction de chapelles ou de couvents, une activité de « bâtisseuses » pourtant parfois considérée comme plus spécifiquement « masculine ».

  • 5 Barbara STEPHENSON, The power and patronage of Marguerite de Navarre, Aldershot (Hants, England) / (...)
  • 6 Kathleen WILSON-CHEVALIER (coord.), Patronnes et mécènes en France à la Renaissance, Saint-Étienne  (...)
  • 7 On dispose de plus de renseignements sur les commandes de manuscrits, qui semblent correspondre à d (...)
  • 8 Geneviève HASENOHR, « L’essor des bibliothèques privées aux XIVe et XVe siècles », in : A. VERNET ( (...)
  • 9 Les actes de cette rencontre ont été publiées en 2007 : Anne-Marie LEGARÉ (coord.), Livres et lectu (...)
  • 10 Colette BEAUNE et Élodie LEQUAIN, « Marie de Berry et les livres », in : ibid, p. 49-65.
  • 11 Ibid., p. XII ; voir également Jeanne VERBIJ-SCHILLINGS, « Les relations entre femmes et livres : e (...)
  • 12 Marguerite DEBAE, La librairie de Marguerite d’Autriche. Essai de reconstitution d’après l’inventai (...)
  • 13 Cf. Anne-Marie LEGARÉ, « Les bibliothèques de deux princesses : Marguerite d’York et Marguerite d’A (...)
  • 14 Gennaro TOSCANO, « Livres et lectures de deux princesses de la cour d’Aragon de Naples : Isabella d (...)
  • 15 Federica TONIOLO, « Livres et images de femmes à la cour des Este à Ferrare », in : ibid., p. 311-3 (...)
  • 16 Alessandra VILLA, « Le mécénat d’Isabella d’Este entre art et littérature : le rôle du Libro de nat (...)

3On connaît bien les réalisations de certaines de ces femmes au tournant des XVe et XVIe siècles : le patronage de Catherine de Médicis (1519-1589), d’une grande variété puisqu’il concerne la peinture, la sculpture, l’architecture, les joyaux et les tissus, est sans doute le plus renommé, mais on peut également citer d’autres noms, comme Jeanne de Genouillac (1512-1567) qui évolue dans l’entourage de Marguerite de Navarre (1492-1549) – dont le rôle de protectrice des lettres et des arts est lui aussi bien connu5 –, Anne de Bretagne (1477-1514), Diane de Poitiers (1499-1566), ou les riches abbesses de l’abbaye de Fontevraud. Une belle publication de 2007, coordonnée par Kathleen Wilson-Chevalier6, réunit près de vingt-cinq études sur ces femmes patronnes et mécènes dans la France de la Renaissance, proposant un panorama étendu et assez fascinant de leurs activités. De nombreux chercheurs ont également prêté une attention particulière au soutien que les femmes ont apporté à ce que l’on peut appeler le « mécénat du livre », la production de manuscrits ou d’imprimés, et à la constitution des bibliothèques des reines ou des femmes de la haute noblesse, au cours de la période immédiatement antérieure7. Que l’on songe par exemple à l’étude de Geneviève Hasenohr sur « L’essor des bibliothèques privées aux XIVe et XVe siècles »8 ou, plus récemment, à la publication issue du colloque organisé par l’Université de Lille 3 en 2004, dans le cadre d’un programme de recherches portant sur « Les femmes, la culture et les arts en Europe à la fin du Moyen Âge », dont l’objectif était d’interroger « le rôle joué par les femmes dans l’élaboration, l’acquisition, la conservation et l’utilisation du livre entre la seconde moitié du XIIIe siècle et 1550 », que ce soit en contexte profane ou religieux9, et de comprendre quelle a pu être l’influence du mécénat des femmes sur l’économie du livre. Les sources d’archives attestent en effet que les femmes ont été propriétaires de collections et de bibliothèques entières, et qu’elles ont été des commanditaires d’ouvrages, de transcriptions et de traductions : Marie de Berry (1375-1434), fille du duc de Berry et comtesse de Montpensier, qui étend la collection d’ouvrages hérités de son père10, ou Marie de Bretagne (1457-1477), première abbesse de Fontevraud, en sont de bons exemples pour le royaume de France. L’étude de la présence des livres dans l’espace bourguignon, et notamment les colophons de certains manuscrits néerlandais du XVe siècle, permettent aussi d’apprécier la contribution des femmes – commanditaires ou destinataires – dans la production de manuscrits11. On sait également que la collection de Marguerite d’Autriche (1480-1530) – considérée du reste comme la première princesse bibliophile de son temps12 – rivalise, de par sa taille et son contenu, avec les bibliothèques des plus grands princes ; la constitution de cette collection par Marguerite d’Autriche, guidée sans doute par son rôle d’éducatrice des enfants de son frère Philippe le Beau, mais aussi en partie par des préoccupations politiques et dynastiques – car il s’agissait pour elle d’affirmer son pouvoir en tant que régente –, permet de mesurer, d’une part, son mécénat artistique en faveur des enlumineurs et, d’autre part, son intérêt pour la Renaissance italienne13. À la cour d’Aragon de Naples, on pourrait citer le mécénat artistique d’Isabella de Chiaromonte (1424-1465) et celui d’Ippolita Maria Sforza (1445-1488), duchesse de Calabre14. À la cour de Ferrare, les princesses Parisina Malatesta et Eléonore d’Aragon, contribuent elles aussi singulièrement à l’enrichissement des collections, en faisant appel à des artistes audacieux15. Quant à Isabella d’Este (1474-1539), elle développe avec soin son propre mécénat artistique et littéraire, à la fin du XVe siècle et au début du XVIe siècle, afin de façonner son image publique16.

  • 17 Helena CARVAJAL GONZÁLEZ, « Bibliofilia y poder : el mecenazgo librario femenino en las cortes hisp (...)
  • 18 Isabel BECEIRO PITA, « Poder regio y mecenazgo en el Occidente peninsular : las reinas e infantas d (...)
  • 19 Dominique DE COURCELLES et Carmen VAL JULIÁN (coord.), Des femmes et des livres. France et Espagnes (...)
  • 20 Le recueil contient une longue étude de Pedro M. CÁTEDRA, « Lectura femenina en el claustro (España (...)
  • 21 Par exemple : Beatriu de Pinós i Ballester (1415-1484), dame des baronnies de Milany et Vallfogona (...)
  • 22 Araceli GUILLAUME-ALONSO, « Des bibliothèques féminines en Espagne (XVIe-XVIIe siècles). Quelques e (...)
  • 23 Elisa  Ruiz GarcÍa, Los libros de Isabel la Católica : arqueología de un patrimonio escrito, Salama (...)
  • 24 Joaquín Yarza LUACES, Isabel la Católica : Promotora artística, León : Ediciones leonesas, 2006.
  • 25 Nicasio SALVADOR MIGUEL, Isabel la Católica : Educación, mecenazgo y entorno literario, Alcalá de H (...)

4Cette très intéressante publication, cependant, ne concerne que trois aires géographiques : le royaume de France, les états bourguignons et les états italiens, et n’aborde jamais les territoires hispaniques. Sur la question du mécénat littéraire, d’autres travaux se sont tournés, en partie, vers la péninsule Ibérique, comme une récente étude d’Helena Carvajal González sur certaines reines et princesses aragonaises17, et celle d’Isabel Beceiro Pita consacrée aux dynasties Trastamare et Avis18. C’est également le cas du recueil d’articles rassemblés par Dominique de Courcelles et Carmen Val Julián sous le titre Des femmes et des livres. France et Espagnes, XIVe-XVIIe siècle19, qui permet d’aborder les inventaires de bibliothèques de plusieurs ordres religieux féminins20, mais aussi les cercles littéraires constitués autour de quelques femmes qui, en Catalogne, s’emploient à réunir des collections et à commander des livres21, et, bien entendu, la bibliothèque de la reine Isabelle la Catholique22. C’est du reste à cette reine que sont consacrées plusieurs études récentes, comme celles qu’ont réalisées Elisa Ruiz García23, Joaquín Yarza Luaces24 ou Nicasio Salvador Miguel25, qui ont pu démontrer que l’intérêt d’Isabelle la Catholique pour la promotion des livres et de la lecture, et son soutien à bon nombre d’hommes de lettres, relevait surtout de la propagande politique, quand il ne s’agissait pas de préoccupations purement religieuses.

  • 26 Vid. Georges MARTIN, Mujeres y poderes en la España medieval, Alcalá de Henares : Centro de Estudio (...)
  • 27 T. MARTIN, « Mujeres, hermanas e hijas : el mecenazgo femenino en la familia de Alfonso VI », Anale (...)
  • 28 Elizabeth HALUSKA-RAUSCH, « Unwilling partners : conflict and ambition in the marriage of Peter II (...)
  • 29 Vid. G. MARTIN, « Des tombeaux et des femmes... », art. cit., notamment § 14-16.
  • 30 Mercedes GAIBROIS DE BALLESTEROS, María de Molina, Madrid : Espasa Calpe, 1936 et Rafael del Valle (...)
  • 31 Nuria SILLERAS-FERNÁNDEZ, Power, piety and patronage in late medieval queenship. María de Luna, New (...)
  • 32 Alexandra BEAUCHAMP, « La chapelle d'Eléonore de Sicile, reine d'Aragon de 1349 à 1375 », in : M. G (...)
  • 33 Voir les travaux de Claire PONSICH, « Un témoignage de la culture en Cerdagne, la correspondance de (...)
  • 34 On trouve de simples allusions au mécénat religieux et artistique de la reine dans Ana ECHAVARRIA-A (...)
  • 35 Voir la très intéressante publication collective : Blanca GARÍ (éd.), Redes femeninas de promoción (...)

5On dispose néanmoins de quelques études sur les activités de mécénat et de patronage d’autres actrices de la vie politique médiévale péninsulaire26. Ces travaux concernent les infantes Urraque et Elvire, sœurs du roi Alphonse VI, Sancie, sa mère, ou Constance de Bourgogne (1046-1093), l’une de ses épouses27, Marie (1182/83-1213), « seigneure » de Montpellier puis épouse du roi Pierre II d’Aragon28, Bérengère de Castille (1180-1226), mère du roi Ferdinand III29, Marie de Molina (1265-1321), reine consort puis régente de Castille30, Marie de Luna (1396-1406), épouse du roi Martin Ier d’Aragon31, Éléonore de Sicile (1349-1375)32, Yolande de Bar (1365-1431), épouse du roi Jean Ier d’Aragon33, ou encore Catherine de Lancastre (1372-1418)34. À quelques exceptions près toutefois, ces études sont ponctuelles et nos connaissances sur la femme mécène médiévale sont encore partielles. Il y a bien, cependant, en péninsule Ibérique, une longue tradition de mécénat au féminin. Les « seigneures » de l’infantat, dans la seconde moitié du XIe siècle et au XIIe siècle, le démontrent par la promotion des centres religieux de leurs domaines, une promotion qui témoigne non seulement de leurs obligations spirituelles personnelles, mais aussi de motivations d’ordre profane et politique. Le soutien aux arts et aux lettres des reines castillanes et aragonaises des siècles suivants semble guidé par la célébration de la royauté ou la consécration des liens de parenté, et peut-être par certaines affinités personnelles. On a pu insister, également, de façon récente sur les réseaux féminins de promotion spirituelle à partir du XIIIe siècle35. C’est pourquoi nous avons souhaité apporter de nouveaux éléments à l’enquête et proposer une approche pluridisciplinaire de cette thématique en réunissant autour d’elle des historiens de l’art, des historiens et des spécialistes des textes. La pratique du mécénat est-elle infléchie par l’appartenance sexuelle ? Quelles motivations sous-tendent et fondent cette pratique ? Le mécénat féminin doit-il être lu comme une activité de représentation et d’affirmation de soi, comme une exhibition symbolique du pouvoir et une modalité de propagande politique ? Les motivations sont-elles d’ordre artistique, dynastique, territorial ? Quelles trajectoires emprunte le mécénat féminin ? A t-il une valeur propitiatoire ? Peut-on observer des modalités différentes de mécénat et de patronage au féminin dans les divers royaumes de la Péninsule ? Qu’en est-il, par ailleurs, du patronage conjugal ?

6C’est à ces questions que nous avons souhaité répondre par l’approche croisée que nous proposons dans ce dossier. Celle-ci aborde un large Moyen Âge – du IXe au XVe siècle –, et diverses aires politiques – royaumes de León, de Castille, ainsi que le royaume du Portugal–, dans le but d’élargir les connaissances actuelles, essentiellement concentrées autour de quelques grandes figures telles que l’infante Sancie, sœur du roi Alphonse VII, ou Isabelle la Catholique, et s’intéresse non seulement le patronage royal, mais aussi les activités de mécénat de certaines femmes nobles. Il s’agit également d’aller au-delà de l’archétype littéraire du mécénat féminin auquel on s’est attaché dans bon nombre d’études. Nous proposons ainsi des points de comparaison ou de contrepoint aux recherches menées récemment par d’autres universitaires sur l’intervention des femmes dans le développement de la culture et ses implications politiques, notamment dans le royaume de France, d’Angleterre ou d’Italie au Moyen Âge.

7Après le rappel de l'état de la question posé par Georges Martin et l'exposition d'un exemple de l'implication des femmes dans la production culturelle royale, un premier ensemble d'études concerne divers cas de patronage artistique. Etelvina Fernández González aborde le mécénat artistique des reines du royaume astur-léonais du IXe au XIe siècle et montre ses implications religieuses, politiques et culturelles. Matilde Miquel Juan et Olga Pérez Monzón étudient en détail la chapelle funéraire d’Álvaro de Luna de la cathédrale de Tolède et proposent une réflexion sur les enjeux du rôle que prit dans sa réalisation la fille du Connétable, Marie de Luna. On s’intéresse également ici au mécénat de plusieurs reines : Maria do Rosário Ferreira étudie l’action culturelle de Thérèse de Portugal ; Gaël le Morvan-de Villeneuve révèle les enjeux du patronage de cette reine de l’ombre qu’est Bérengère de Castille dans les œuvres historiographiques du XIIIe siècle promues par la royauté ; quant à Patricia Rochwert-Zuili, elle aborde le cas de Marie de Molina et montre que la promotion de fondations pieuses par la reine est destinée à affirmer la légitimité de la royauté castillane et à préserver sa mémoire.

8Par ailleurs, Carlos Reglero de la Fuente sonde le patronage exercé par les « seigneures » du monastère de Las Huelgas de Burgos et ses conséquences jusqu’au milieu du XIVe siècle. Amancio Isla Frez s’intéresse pour sa part aux modèles politiques du règne de Sancie de León, et Irene Salvo García révèle les enjeux de la représentation de la reine Sémiramis dans la General Estoria du roi Alphonse X.

9L’enquête que nous avons menée interroge également deux exemples de mécénat littéraire au XVe siècle. Cécile Codet démontre que le Libro de las Historias de Nuestra Señora, dédié à Leonor de Zúñiga par le dominicain Juan López de Salamanca entre 1465 et 1468, doit être considéré non seulement comme un support de piété, mais aussi comme un instrument de promotion personnelle de la comtesse de Plasencia. Dans son étude du « Chant des neuf sœurs » de Gómez Manrique, composée à l’occasion de l’anniversaire d’Alphonse de Castille, à la demande de sa sœur, l’infante Isabelle, Frédéric Alchalabi soulève la question du rôle de la poésie dans la construction de la légitimité politique ainsi que celle de l’image de l’exercice du pouvoir.

10La rencontre organisée en décembre 2014 à l’université Paris-Sorbonne par Emmanuelle Klinka de l’Université de Nice Sophia Antipolis et Hélène Thieulin-Pardo de l’Université Paris-Sorbonne dont nous offrons ici les actes, a été soutenue par l’équipe d’accueil CLEA (EA 4083), le Conseil scientifique et l’École doctorale IV de l’Université Paris-Sorbonne, ainsi que par l’Institut « Émilie du Châtelet » (GID, Région Île-de-France).

Haut de page

Notes

1 Ce programme de recherche, conçu et mené par le Professeur Georges Martin, directeur du SEMH-Sorbonne jusqu’en 2014 et coordinateur du GDRE AILP, a donné lieu à plusieurs rencontres scientifiques dont l’objectif a été de sonder le rôle et la place des femmes dans l’exercice du pouvoir séculier : pratiques de gouvernement dans l’entourage des monarques ou exercice direct du pouvoir royal en l’absence d’héritier mâle, pouvoir et rôle effectif des infantes, modalités du conseil féminin, résolution des conflits et négociations de paix. Ces rencontres ont fait l’objet de publications ; voir : Georges MARTIN (dir.), Femmes et gouvernement. Gouverner en Castille au Moyen Âge : la part des femmes, e-Spania [En ligne] 1| juin 2006, URL : http://e-spania.revues.org/30 ; Georges MARTIN (dir.), Infantes–Péninsule ibérique, XIe-XVe siècle, e-Spania [En ligne] 5| juin 2008, URL : http://e-spania.revues.org/8613 ; Patricia ROCHWERT-ZUILI et Hélène THIEULIN-PARDO (dir.), Conseil, conseillers et conseillères en péninsule Ibérique au Moyen Âge, e-Spania [En ligne] 12| décembre 2011, URL : http://e-spania.revues.org/20555 ; Monica GÜELL et Georges MARTIN (dir.), La Paix des dames. Femmes, paix et pacification en péninsule Ibérique au moyen âge (Xe-XVe siècle), e-Spania [En ligne] 20| février 2015, URL : http://e-spania.revues.org/24072.

2 Les actes sont désormais disponibles : Murielle GAUDE-FERRAGU et Cécile VINCENT-CASSY (éd.), « La dame de cœur ». Patronage et mécénat religieux des femmes de pouvoir en Europe (XIVe-XVIIe siècle), Rennes : PUR, 2016.

3 Ces projets de recherche ont donné lieu à une publication en 2014 coordonnée par María Dolores TEIJEIRA, María Victoria HERRÁEZ et María Concepción COSMEN, intitulée Reyes y Prelados. La creación artística en los reinos de León y Castilla (1050-1500), Madrid : Sílex, 2014. Une maigre place y est accordée au patronage féminin de Catherine de Lancastre dans la fondation du monastère Santa María la Real de Nieva (Ségovie) et à celui de sa bru Marie d’Aragon. Un panorama plus large du mécénat féminin a été présenté lors de la rencontre coordonnée par Miguel García Fernández et Silvia Cernadas Martínez, organisée en mai 2014 à Saint-Jacques de Compostelle sous le titre Reinas e infantas en los reinos medievales ibéricos ; les actes de cette rencontre sont désormais disponibles : Miguel GARCÍA FERNÁNDEZ et Silvia CERNADAS MARTÍNEZ (coord.), Reginae Iberiae : el poder regio femenino en los reinos medievales peninsulares, Saint-Jacques de Compostelle : Universidad de Santiago de Compostela, 2015.

4 Le domaine du funéraire est le seul où le rôle des femmes semble être reconnu. Tel est le cas dans certaines publications récentes comme : Fabienne JOUBERT (coord.), L’artiste et le commanditaire aux derniers siècles du Moyen Âge (XIIIe-XVIe siècles), Paris : PUPS, 2001, ouvrage où l’absence des femmes est par ailleurs criante. Concernant le rôle dévolu aux femmes dans la fondation et dans l’administration des nécropoles princières dans les royaumes de León et de Castille du Xe au XIIIe siècle, vid. G. MARTIN, « Des tombeaux et des femmes. Aperçu d’une politique féminine des nécropoles princières à León et en Castille aux Xe-XIIIe siècles », e-Spania [En ligne], 17 | février 2014, mis en ligne le 01 février 2014 ; URL : http://e-spania.revues.org/23259 ; DOI : 10.4000/e-spania.23259.

5 Barbara STEPHENSON, The power and patronage of Marguerite de Navarre, Aldershot (Hants, England) / Burlington (Vt.) : Ashgate, 2004.

6 Kathleen WILSON-CHEVALIER (coord.), Patronnes et mécènes en France à la Renaissance, Saint-Étienne : Université de Saint-Étienne, 2007.

7 On dispose de plus de renseignements sur les commandes de manuscrits, qui semblent correspondre à des achats d’œuvres d’art privées, dont les illustrations sont souvent auto-référentielles, que sur celles des livres imprimés, comme le montre Susan BROOMHALL, « Au-delà de la cour : patronnes et mécènes du manuscrit à l’imprimé », ibid., p. 45-58 (p. 50).

8 Geneviève HASENOHR, « L’essor des bibliothèques privées aux XIVe et XVe siècles », in : A. VERNET (dir.), Histoire des bibliothèques françaises, I : Les bibliothèques médiévales. Du VIe siècle à 1530, Paris : Promodis-Éd. du Cercle de la Librairie, 1989, p. 215-263.

9 Les actes de cette rencontre ont été publiées en 2007 : Anne-Marie LEGARÉ (coord.), Livres et lectures de femmes en Europe entre Moyen Âge et Renaissance, Turnhout : Brepols, 2007. Nous reprenons ici les objectifs déclarés dans l’introduction au volume, p. XI-XIII.

10 Colette BEAUNE et Élodie LEQUAIN, « Marie de Berry et les livres », in : ibid, p. 49-65.

11 Ibid., p. XII ; voir également Jeanne VERBIJ-SCHILLINGS, « Les relations entre femmes et livres : essai d’une typologie à partir de la Bibliotheca Neerlandica Manuscripta », ibid., p. 163-174.

12 Marguerite DEBAE, La librairie de Marguerite d’Autriche. Essai de reconstitution d’après l’inventaire de 1523-1524, Louvain-Paris : Editions Peeters, 1995, p. XV.

13 Cf. Anne-Marie LEGARÉ, « Les bibliothèques de deux princesses : Marguerite d’York et Marguerite d’Autriche », in : A. M. LEGARÉ (coord.), Livres et lectures de femmes…, p. 253-264. Marguerite d’Autriche possédait des romans de chevalerie, des compilations historiques, des chroniques et des généalogies de la maison de Bourgogne, des livres édifiants et de dévotion.

14 Gennaro TOSCANO, « Livres et lectures de deux princesses de la cour d’Aragon de Naples : Isabella de Chiaromonte et Ippolita Maria Sforza », in : ibid., p. 295-310.

15 Federica TONIOLO, « Livres et images de femmes à la cour des Este à Ferrare », in : ibid., p. 311-324.

16 Alessandra VILLA, « Le mécénat d’Isabella d’Este entre art et littérature : le rôle du Libro de natura de amore de Mario Equicola », in : ibid., p. 325-331.

17 Helena CARVAJAL GONZÁLEZ, « Bibliofilia y poder : el mecenazgo librario femenino en las cortes hispanas medievales », in : M. GARCÍA FERNÁNDEZ et S. CERNADAS MARTÍNEZ (coord.), Reginae Iberiae, op. cit, p. 301-323.

18 Isabel BECEIRO PITA, « Poder regio y mecenazgo en el Occidente peninsular : las reinas e infantas de las dinastías Trastamara y Avís », Anuario de estudios medievales, 46 (1), 2016, p. 329-360.

19 Dominique DE COURCELLES et Carmen VAL JULIÁN (coord.), Des femmes et des livres. France et Espagnes, XIVe-XVIIe siècle, Paris : École des Chartes, 1999.

20 Le recueil contient une longue étude de Pedro M. CÁTEDRA, « Lectura femenina en el claustro (España, siglos XIV-XVI) », p. 7-53, qui procède à une analyse des inventaires des bibliothèques de quatre couvents féminins des XIVe–XVIsiècles.

21 Par exemple : Beatriu de Pinós i Ballester (1415-1484), dame des baronnies de Milany et Vallfogona qui, réunissant une collection de manuscrits lulliens, s’attache à diffuser les œuvres et la pensée de Ramón Llull, ou encore Isabelle de Villena (1430-1490), abbesse du convent de la trinité de Valence ; cf. Dominique de COURCELLES, « Recherches sur les livres et les femmes en Catalogne aux XVe et XVIe siècles. Figures de lectrices », in : D. DE COURCELLES et C. VAL JULIÁN (coord.), Des femmes et des livres…, p. 95-114.

22 Araceli GUILLAUME-ALONSO, « Des bibliothèques féminines en Espagne (XVIe-XVIIe siècles). Quelques exemples », p. 61-75 ; l’enquête est cependant plus large puisqu’elle concerne quatre bibliothèques de femmes nobles : Isabelle la Catholique et sa fille Jeanne, la marquise de Tarifa, Ana de Sandoval y Mendoza, et enfin la mère du poète Garcilaso de la Vega, Sancha de Guzmán.

23 Elisa  Ruiz GarcÍa, Los libros de Isabel la Católica : arqueología de un patrimonio escrito, Salamanque : Instituto de Historia del Libro y de la Lectura, 2004. La reine ne disposait pas d’un atelier d’artisans à son service, et il est par conséquent difficile de parler d’un style artistique ou d’une « école » liée à la Couronne (ibid., p. 197-203).

24 Joaquín Yarza LUACES, Isabel la Católica : Promotora artística, León : Ediciones leonesas, 2006.

25 Nicasio SALVADOR MIGUEL, Isabel la Católica : Educación, mecenazgo y entorno literario, Alcalá de Henares : Centro de Estudios Cervantinos, 2008. L’auteur souligne cependant l’importance du mécénat au long de tout le XVe siècle et son extension aux plus grandes familles, comme les Mendoza, Estúñiga, Velasco, Pimentel, Ribera, ainsi que le rôle joué par certains dignitaires ecclésiastiques (Alonso Carrillo, Alonso de Fonseca ou Pedro González de Mendoza par exemple) ; cf. p. 217-220. Voir également : Barbara F. WEISSBERGER (éd.) Queen Isabel I of Castile. Power, patronage, persona, Woodbridge : Tamesis, 2008.

26 Vid. Georges MARTIN, Mujeres y poderes en la España medieval, Alcalá de Henares : Centro de Estudios Cervantinos (Historia y Literatura, 3), 2011 ; voir également María Jesús FUENTE, Reinas medievales en los reinos hispánicos, Madrid : La esfera de los libros, 2003 ; Theresa EARENFIGHT, Queenship and political power in medieval and early modern Spain, Aldershot (GB) / Burlington (Vt.) : Ashgate, 2005 ; June Hall McCASH (éd.), The Cultural Patronage of Medieval Women, Athens : The university of Georgia press, 1996, p. 105-153 ; Therese MARTIN, Queen as King : Politics and Architectural Propaganda in Twelfth-Century Spain, Leiden : Brill, 2006 ; Emmanuelle KLINKA, « Sancha, infanta y reina de León », e-Spania [En ligne], 5 | juin 2008, mis en ligne le 01 février 2008, URL : http://e-spania.revues.org/11033; DOI : 10.4000/e-spania.11033 ; id., « “Ego misera et peccatrix…” : El Liber mozarabicus canticorum et horarum (Salamanca, ms. 2668) », e-Spania [En ligne], 13 | juin 2012, mis en ligne le 25 juin 2012, URL : http://e-spania.revues.org/21044 ; DOI : 10.4000/e-spania.21044. Pour le royaume de Navarre, vid., Julia PAVÓN (dir.), Reinas de Navarra, Madrid : Sílex, 2014.

27 T. MARTIN, « Mujeres, hermanas e hijas : el mecenazgo femenino en la familia de Alfonso VI », Anales de Historia del Arte, 2011, Volumen Extraordinario (2), p. 147-179.

28 Elizabeth HALUSKA-RAUSCH, « Unwilling partners : conflict and ambition in the marriage of Peter II of Aragon and Marie de Montpellier », in : T. EARENFIGHT, Queenship and political power..., p. 3-20.

29 Vid. G. MARTIN, « Des tombeaux et des femmes... », art. cit., notamment § 14-16.

30 Mercedes GAIBROIS DE BALLESTEROS, María de Molina, Madrid : Espasa Calpe, 1936 et Rafael del Valle Curieses, María de Molina, Madrid : Alderabán, 2000 ; voir également Patricia ROCHWERT-ZUILI, « De Sancie à Bérengère. Les femmes et le pouvoir dans l’historiographie alphonsine et néo-alphonsine (xiiie-xive siècles) », e-Spania [En ligne], 1 | juin 2006, mis en ligne le 14 juin 2006 ; URL : http://e-spania.revues.org/335 ; DOI : 10.4000/e-spania.335.

31 Nuria SILLERAS-FERNÁNDEZ, Power, piety and patronage in late medieval queenship. María de Luna, New York / Basingstoke, Hampshire (GB) : Palgrave Macmillan, 2008. 

32 Alexandra BEAUCHAMP, « La chapelle d'Eléonore de Sicile, reine d'Aragon de 1349 à 1375 », in : M. GAUDE FERRAGU et C. VINCENT-CASSY (dir.), « La dame de cœur », op. cit., p. 23-36.

33 Voir les travaux de Claire PONSICH, « Un témoignage de la culture en Cerdagne, la correspondance de Violant de Bar (1380-1431) », in : Michel ZIMMERMANN (dir.) Le Moyen Âge dans les Pyrénées catalanes, Art, Culture et société. Etudes Roussillonnaises, Revue d’Histoire et d’Archéologie Méditerranéennes, 3e série, tome XXI, 2005, p. 147-193 ; id., « Des lettres, le livre et les arts dans les relations vers 1388-1389 de Violant de Bar et de Gaston Fébus », in : Valérie FASSEUR (dir.), Froissart à la cour de Béarn, l‘écrivain, les arts et le pouvoir (dir.), Turnhout : Brepols, 2009, p. 277-304.

34 On trouve de simples allusions au mécénat religieux et artistique de la reine dans Ana ECHAVARRIA-ARSUAGA, « The king and the master : Catalina of Lancaster and the military orders », in : T. EARENFIGHT, Queenship and political power..., p. 91-105. Concernant la fondation du monastère Santa María la Real de Nieva, vid. Diana Lucía GÓMEZ-CHACÓN, « Reinas y predicadores : el monasterio de Santa María la Real de Nieva en tiempos de Catalina de Lancaster y María de Aragón (1390-1445) », in : M. D. TEIJEIRA, M. V. HERRÁEZ et M. C. COSMEN, Reyes y Prelados…, p. 325-340.

35 Voir la très intéressante publication collective : Blanca GARÍ (éd.), Redes femeninas de promoción espiritual en los reinos peninsulares (s. XIII-XVI), Barcelone : Universidad de Barcelona–IRCVM, 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Thieulin-Pardo, « Avant-propos. Mécénats et patronages féminins en péninsule Ibérique au moyen âge (Xe-XVe siècle)  », e-Spania [En ligne], 24 | juin 2016, mis en ligne le 15 juin 2016, consulté le 26 mai 2017. URL : http://e-spania.revues.org/25481 ; DOI : 10.4000/e-spania.25481

Haut de page

Auteur

Hélène Thieulin-Pardo

Université Paris-Sorbonne, CLEA (EA 4083)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org