Navigation – Plan du site
Célébrer le pouvoir royal : la part de la musique (Espagne, XVIe-XVIIIe siècle)

Introduction

Traduction(s) :
Introducción

Texte intégral

1Ce dossier offre sous la forme d'articles les communications présentées au cours de la journée d'étude

Célébrer le pouvoir royal : la part de la musique (Espagne, XVIe-XVIIIe siècle)
La música en la celebración del poder real (España, siglos XVI-XVIII)

organisée par Araceli Guillaume-Alonso (CLEA1-Checla), le 28 novembre 2014 au Collège d'Espagne.

2Le but principal de cette journée était d'offrir un cadre de discussion qui permette une nouvelle approche de la part de la musique dans la construction de l'image de la monarchie hispanique de la Renaissance aux Lumières. Au cours des dernières décennies, l'historiographie de l'Ancien Régime européen s’est davantage tournée vers les études d'histoire culturelle, dans laquelle la dimension fonctionnelle des arts produits dans l'entourage des souverains recèle une valeur inestimable pour comprendre les ressorts du pouvoir. Les arts ont ainsi œuvré à la promotion médiatique des monarchies, tant à la cour que dans le royaume. Il en découle que l’étude de ces moyens, parfois communs aux différentes monarchies de la sphère catholique, s'avère une tâche pluridisciplinaire concernant non seulement l'histoire politique, mais aussi  l'histoire de l'art, de la musicologie et l'histoire sociale.

3Les articles présentés dans ce dossier permettent d’élucider les différents aspects fonctionnels de la musique, en cela qu’elle fut le véhicule de transmission du message politique patiemment construit par les souverains espagnols du XVIe siècle au XVIIIe siècle. Ce fut particulièrement vrai dans des espaces où la dramaturgie du pouvoir royal avait pour mission d’en imposer à la cour − au sein de la chambre du roi ou de la chapelle royale −, ou de se mettre en scène au regard du peuple, lors des fêtes publiques célébrées partout, et plus particulièrement dans la ville de Madrid. Ces fêtes seront reproduites − non sans une adaptation aux traditions locales − dans la plupart des royaumes de la monarchie, et jusqu’en Amérique, grâce à la collaboration soutenue de l'Église.

4Le processus de sacralisation de la figure du roi − dont l’autorité se voit renforcée face à ses sujets au cours du XVIe siècle − fit de la musique sacrée d'État une des clés de voûte de la représentation du pouvoir de droit divin. Celle-ci était interprétée à la chapelle, ainsi que dans les autres temples de la monarchie. En tant que personne sacrée et maître des ordres royaux – telle la Toison d'Or, pour ne citer qu’un exemple −, le roi d'Espagne devait apparaître lors des cérémonies religieuses investi de ce caractère quasi-sacerdotal que l’Église catholique lui avait octroyé. La production de musique sacrée destinée à la chapelle, composée en latin ou en langue vernaculaire − après l'introduction du villancico dans la liturgie royale entre 1630 et 1750 −, se fit autant sous le contrôle des compositeurs (maestros de la Real Capilla) que des musiciens engagés par l’institution – comme le Patriarca de las Indias ou les chapelains royaux. Le but était d'assurer la dimension dévotionnelle du rite romain que Charles Quint avait souhaitée, sans renoncer pour autant à l'idéal de somptuosité sonore qui devait accompagner la majesté royale.

5À partir du moment où Philippe II installa la cour à Madrid, les souverains de la maison de Habsbourg firent de cette ville le théâtre de leur splendeur, grâce à la pompe des cérémonies religieuses et profanes à la fois, auxquelles participaient toujours les musiciens de la Real Capilla. Cette institution allait prendre, au cours du XVIIe siècle, toute son importance au sein de la maison du roi, au moins jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, quand la Real Cámara (c’est-à-dire, l’ensemble de musiciens chargés de la musique vocale et instrumentale à la chambre du roi) finira par s’imposer au détriment de la première.

6La pratique musicale, au palais royal ou à Madrid, avait cours à l’occasion des fêtes et des célébrations religieuses promues par la monarchie, le plus souvent ; parfois, par la municipalité. Ces célébrations étaient toujours destinées à répandre, sur la cour et sur les habitants de la ville, une magnificence découlant autant de la profusion de la musique et des interprètes que de leur qualité. Ainsi, lors des spectacles à caractère profane − associés presque toujours aux festivités politiques et religieuses −, le faste se parait de théâtralité pour accompagner le cérémoniel royal et la mise en scène du pouvoir.

7Les cérémonies qui faisaient l’objet des célébrations les plus éclatantes furent celles liées au cycle vital du souverain et de la famille royale, ou alors à la proclamation solennelle d’un nouveau roi. Sous l'Ancien régime, les naissances et les mariages princiers furent célébrés, en Espagne, par des cérémonies religieuses autant que par des spectacles scéniques, dont la qualité de la musique devait s’ajuster aux prérequis de la représentation de la royauté. Ces spectacles démontrent à l’envie, d'ailleurs, à quel point les artistes de cour maîtrisaient le langage allégorique, profane et religieux, au service de l’exaltation du souverain et de la religion catholique, voûte idéologique de la monarchie. Écrivains et musiciens attachés au service du roi, que ce fût à la chambre ou à la chapelle, redoublèrent d’efforts pour rendre plus aimables et dignes, aux yeux du souverain, les spectacles mêlant la zarzuela, − tradition théâtrale espagnole à laquelle s’ajoutèrent des éléments de l’opéra italien à partir du deuxième tiers du XVIIIe siècle −, et le villancico, genre vernaculaire fort apprécié des souverains, et qui finira par supplanter la musique sacrée en latin dans certaines cérémonies de la liturgie royale.

8Bien que née à l'abri de la royauté, la zarzuela fut l’une des inventions les plus marquantes pour l’évolution postérieure de la musique scénique en Espagne, tandis que le villancico, en tant que genre paraliturgique, était voué à disparaître au cours du XIXe siècle.

9L’avènement, en 1700, de la maison des Bourbon sur le trône d’Espagne influença profondément le développement esthétique de la cour espagnole pendant le XVIIIe siècle. À partir des années 1720, l’arrivée progressive à Madrid d’artistes et de musiciens italiens, initialement sous les auspices de la reine Isabelle Farnèse, devait marquer très profondément l’activité musicale à la cour et, par un effet de réfraction, toute la monarchie hispanique. Dès ce moment, la musique qui y fut interprétée, au théâtre ou à la chapelle du roi, refléta les désirs de renouvellement esthétique des souverains, d'une part ; le respect de la tradition cérémonielle et musicale des Habsbourg, de l’autre. Ainsi, la musique offrit aux Bourbons l’occasion de réaffirmer leur filiation avec la dynastie précédente et la continuité de celle-ci ; continuité qui ne se dément guère tout au long des Lumières.

10Nous remercions Adeline Léandre (Université Paris-Sorbonne, CLEA1-Checla) pour la mise en forme des textes et la gestion du dossier ; nous remercions également Béatrice Perez pour ses suggestions toujours pertinentes et ses traductions.

11Références et crédits de l’image d’accroche : Ventura Rodríguez, Diseño del órgano de la capilla del Palacio Real de Madrid, Archivo General del Palacio Real, Planos, P44, © Patrimonio Nacional

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Introduction », e-Spania [En ligne], 23 | février 2016, mis en ligne le 01 février 2016, consulté le 26 mars 2017. URL : http://e-spania.revues.org/25363

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org