Navigation – Plan du site
Entre histoire et littérature : mémoires du passé dans l’Espagne médiévale et classique
La littérature espagnole du Siècle d’Or : une autre historiographie ?

Les chapitres 1-10 de la Segunda parte del ingenioso caballero don Quijote de la Mancha, ou les bases du récit ménippéen et de sa lecture

Pierre Darnis

Résumés

La Segunda parte de Don Quijote fait souvent l’objet d’études centrées sur des séquences ou des morceaux de séquence. Afin d’éviter cet écueil épistémologique, on proposera ici une analyse (rapide) des premiers chapitres afin de montrer les sujets que Cervantès traitera tout au long du livre et l’angle sous lequel ils seront présentés aux lecteurs. El ingenioso caballero (1615) n’est pas une suite d’épisodes mais, à la manière de la ménippée néolucianesque, un enchaînement signifiant de scènes bâties pour répondre aux questions posées au début du récit.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Lucien Dällenbach, Le récit spéculaire. Essai sur la mise en abyme, Paris : Seuil, 1977, p. 115-116
  • 2 Pierre Darnis, Don Quichotte : éléments sur une satire ménippéenne, Paris : Atlande, 2015, p. 154-1 (...)

1Avant même d’apprendre l’existence de l’effraction littéraire et éditoriale du pseudo-Avellaneda, l’idée d’écrire une suite à l’Ingenioso hidalgo dut être intimidante pour Cervantès, tant la charge était lourde. Le contenu du chapitre  II-3 lève le voile sur l’inquiétude légitime qu’a dû ressentir Cervantès avant de se lancer dans l’entreprise. Sancho et Sansón expriment leurs doutes quant à la possibilité qu’une seconde partie soit du niveau de la première : « Nunca segundas partes fueron buenas » ; « [m]aravilla será que acierte ». Quand il exprime cette forme d’angoisse au début de l’Ingenioso caballero, Cervantès ruse : la critique insistante de la Première partie dans les premiers chapitres de la Seconde prépare en réalité les lecteurs à un éloge de cette dernière1. Vu toutes les erreurs de la Primera parte parfaitement perçues par les lecteurs, la Segunda ne pourra que les combler, essaie-t-il d’insinuer. Dans El ingenioso caballero – qui fera office de nouvelle « seconde partie » puisque la première en offrait déjà une (les chapitres 9-14 de DQ I) –, Cervantès va renforcer les allusions à une conviction qui irriguait déjà l’écriture de la première : faire de sa satire néo-ménippéenne une œuvre digne du Parnasse, la résidence des Muses et le paradis des « poètes » glorifiés2. Mais quels moyens se donne-t-il, notamment dans ces premiers chapitres ?  

L’enjeu littéraire et l’exemplarité du livre

  • 3 Ibid., p. 79-80.

2Parmi les différents enjeux posés au début de la Seconde partie, le souhait de faire œuvre de « poésie » – c’est-à-dire de littérature3 – n’est pas l’un des moindres, et cet aspect est sans doute l’amorce d’un changement majeur par rapport à ce que l’on pouvait lire à la fin de la Première partie, dans laquelle le plaisir du lecteur de chevaleries (celui de don Quichotte) semblait l’emporter sur les considérations plus rigoristes du chanoine. Don Quichotte et Sansón se retrouvent sur un point : celui de la responsabilité auctoriale, qui veut qu’un auteur ne peut pas écrire n’importe quoi ou, plus exactement, qu’il doit agir en littérateur, non en historien :

  • 4 Miguel de Cervantes, Don Quijote, Francisco Rico (éd.), Madrid : RAE, 2015, II, 3, p. 705. (à parti (...)

desconsolole [a don Quijote] pensar que su autor era moro, según aquel nombre de Cide ; y de los moros no se podía esperar verdad alguna, porque todos son embelecadores, falsarios y quimeristas […]. A lo que yo imagino -dijo don Quijote-, no hay historia humana en el mundo que no tenga sus altibajos, especialmente las que tratan de caballerías, las cuales nunca pueden estar llenas de prósperos sucesos4.

3Tout se passe au début en effet comme si les débats du début de la Segunda parte s’en prenaient à la facilité de langage et d’écriture de la Primera : Sansón rappelle ainsi le principe aristotélicien de la distinction de la littérature par rapport à l’histoire :

  • 5 Ibid., II, 3, p. 708.

uno es escribir como poeta y otro como historiador : el poeta puede contar, o cantar las cosas, no como fueron, sino como debían ser ; y el historiador las ha de escribir, no como debían ser, sino como fueron, sin añadir ni quitar a la verdad cosa alguna5.

4En d’autres termes, Cervantès compose El ingenioso caballero en poète, en auteur bien plus soucieux de l’art poétique qu’auparavant. En effet, à titre d’exemple, les deux héros prêtaient excessivement le flanc à la critique. À propos de son personnage, don Quichotte porte un jugement sévère :

  • 6 Ibid., II, 3, p. 708.

También pudieran callarlos [los infinitos palos] por equidad -dijo don Quijote-, pues las acciones que ni mudan ni alteran la verdad de la historia no hay para qué escribirlas, si han de redundar en menosprecio del señor de la historia. A fe que no fue tan piadoso Eneas como Virgilio le pinta, ni tan prudente Ulises como le describe Homero6.

  • 7 Ibid., II, 3, p. 709.
  • 8 Ibid., II, 3, p. 712.

5Concernant Sancho, le bachelier rapporte par ailleurs le commentaire suivant : « también hay quien diga que anduvistes demasiadamente de crédulo en creer que podía ser verdad el gobierno de aquella ínsula »7. La teneur des chapitres à venir montrera que Sancho, moins naïf, s’évertuera à obtenir de son ami le paiement de ses services. Le narrateur pourra insister sur le caractère surprenant de ce pragmatisme. En fait, Cervantès ne fait que répondre à son exigence nouvelle de modification des personnages de la Première partie. Nul besoin sans doute d’invoquer la version apocryphe pour expliquer le changement de braquet chez Cervantès. La Primera parte étant imparfaite, il lui fallait offrir une prose plus rigoureuse. Don Quichotte, qui confond histoire et littérature, insiste pour proclamer que l’écriture « es cosa sagrada ». Prenant l’exemple du « bobo » (du patron sur lequel est taillé Sancho), il rappelle que cette « figura » est « la más discreta […] porque no lo ha de ser el que quiere dar a entender que es simple »8. La Seconde partie s’évertuera à souligner l’esprit avisé du paysan tout comme il mettra en sourdine les situations qui pourraient « redundar en menosprecio del señor de la historia », à savoir le héros don Quichotte.

6Faire mieux a donc un sens très précis, parfaitement souligné à l’orée du récit : faire de la « poesía », avec ce que ce concept suppose à la fois d’ouvert et de contraignant, la contrainte étant la nouvelle exemplarité des deux protagonistes, qui pourraient enfin devenir des héros pour la postérité (qui sait).

  • 9 Richard Kagan, Los cronistas y la Corona : la política de la historia en España, Madrid : Marcial P (...)

7En outre, le choix de placer simultanément les débats littéraires sous l’angle de l’histoire a pour conséquence d’insister plus encore sur la question de la moralité des personnages, puisque pour la plupart des chroniqueurs d’alors9 l’écriture de l’histoire répond à la logique du discours démonstratif (épidictique), qui exécute des portraits pour louer ou blâmer :

  • 10 DQ, II, 3, p. 704.

imaginó que algún sabio, o ya amigo o enemigo, por arte de encantamento las habrá dado a la estampa : si amigo, para engrandecerlas y levantarlas sobre las más señaladas de caballero andante ; si enemigo, para aniquilarlas y ponerlas debajo de las más viles que de algún vil escudero se hubiesen escrito, puesto -decía entre sí- que nunca hazañas de escuderos se escribieron ; y cuando fuese verdad que la tal historia hubiese, siendo de caballero andante, por fuerza había de ser grandílocua, alta, insigne, magnífica y verdadera10.

  • 11 John Weiger, The Substance of Cervantes, Londres : PU, 2010, p. 1-40 ; David Quint, Cervantes'Novel (...)

8Pour don Quichotte, auquel appartiennent ces pensées, son « histoire » peut tendre à la louange ou à la diatribe. Si la Première partie a provoqué des réactions dévalorisantes, il pourrait être urgent de rendre plus explicite sa valeur. Mais, en retour, ses opposants pourront recevoir des critiques plus manifestes. Cervantès cherche ainsi à produire une fiction moins « naïve », dans laquelle the serious matters sont légèrement plus audibles11. Las burlas sont rééquilibrées par une dose substantielle de veras. Pour parvenir à cet amalgame, Cervantès, artisan avisé de la prose, procédera donc à une forte bipolarisation axiologique, donnant une plus grande transparence à l’éloge et au blâme, au bon et au mauvais, au panégyrique et à la satire.

9Mais il ne faudrait pas croire que le choix de l’exemplarité des deux héros confine à l’angélisme sur l’ensemble du livre. On l’aura compris, la charge satirique ne sera pas en reste dans cette suite romanesque. Cervantès nous glisse ce guide pour l’interprétation : derrière la vertu, se cache souvent son contraire, et don Quichotte ne sera plus un naïf cette fois-ci, semble-t-il nous dire. L’hidalgo, interpelé par la description élogieuse du curé sur le personnage d’Angélique dans Le Roland furieux, lui fait cette réponse, qui dit assez bien – dès le premier chapitre – qu’il se satisfera plus difficilement qu’avant des raccourcis trompeurs :

  • 12 DQ, II, 1, p. 695.

Esa Angélica – respondió don Quijote –, señor cura, fue una doncella destraída, andariega y algo antojadiza, y tan lleno dejó el mundo de sus impertinencias como de la fama de su hermosura12.

  • 13 Ibid., II, 3, p. 713.

10Par ses imperfections (certainement louables par ailleurs), la Première partie a permis à Cervantès d’être frappé d’une prise de conscience. Don Quichotte n’a-t-il pas raison lorsqu’il affirme que « muchas veces acontece que los que tenían méritamente granjeada y alcanzada gran fama por sus escritos, en dándolos a la estampa, la perdieron del todo, o la menoscabaron en algo » ; et Sansón de répondre : « [l]a causa deso es […] que, como las obras impresas se miran despacio, fácilmente se veen sus faltas, y tanto más se escudriñan cuanto es mayor la fama del que las compuso »13. Derrière ces jugements, il y a fort à parier que l’expérience de la publication de la Primera parte ne fut pas complètement « rose ». Or, le succès, la célébrité même, lui ont montré que le Parnasse était à portée de main. Grâce à cette nouvelle œuvre, fruit d’un projet renouvelé, Cervantès ambitionne de gagner l’immortalité par les Lettres (sans dévaloriser les Armes). Entre l’éthique de l’effort quichottesque et celle qui anime l’écriture de la Segunda parte, il existe une homologie latente :

  • 14 Ibid., II, 6, p. 738.

sé, como dice el gran poeta castellano nuestro, que
Por estas asperezas se camina
de la inmortalidad al alto asiento,
do nunca arriba quien de allí declina
14.

  • 15 Ibid., II, 6, p. 737.

11Glorifier les deux héros du livre devient une nécessité. Cervantès estime que sa valeur dépendra de celle de ses créatures : « siempre la alabanza fue premio de la virtud, y los virtuosos no pueden dejar de ser alabados »15. À sa charge de faire en sorte qu’on loue le couple Panza et Quijano.

L’enjeu littéraire et l’intensification ménippéenne du livre

  • 16 Sur DQ comme satire ménippéenne : P. Darnis, Don Quichotte : éléments …. et « El ingenioso hidalgo (...)
  • 17 Sur la différence entre ces deux formes de provecho (l’exemplarité actantielle et l’exégèse ménippé (...)

12Dans des travaux récents16, j’ai insisté sur le fait que le renforcement de la lisibilité passe dans la Segunda parte par un autre procédé que celui de l’exemplarité actantielle. Cervantès a choisi d’accentuer également la forme ménippéenne du livre17.

  • 18 DQ, II, 3, p. 711.

13La première partie, nous dit-on, « los mozos la leen, los hombres la entienden »18. Mais, si certains furent capables de percevoir le sens profond de la fable quichottesque, le texte était parfois assez confus pour requérir une forme d’exégèse étant donné l’état d’impréparation de la rédaction de certaines séquences. C’est du moins l’avis de don Quichotte, qui porte au chapitre 3 un jugement sévère sur le « peintre » de la Première partie :

  • 19 Ibid., II, 3, p. 711.

Ahora digo - dijo don Quijote - que no ha sido sabio el autor de mi historia, sino algún ignorante hablador, que, a tiento y sin algún discurso, se puso a escribirla, salga lo que saliere, como hacía Orbaneja, el pintor de Úbeda, al cual preguntándole qué pintaba, respondió : « Lo que saliere ». Tal vez pintaba un gallo, de tal suerte y tan mal parecido, que era menester que con letras góticas escribiese junto a él : « Éste es gallo ». Y así debe de ser de mi historia, que tendrá necesidad de comento para entenderla19.

  • 20 P. Darnis, La picaresca en su centro : Guzmán de Alfarache y los orígenes de un género, Toulouse : (...)
  • 21 DQ, II, 1, p. 696.
  • 22 Ibid., II, 1, p. 685.

14Le démarrage de l’histoire doit servir à poser plus clairement la forme de lecture attendue. Cervantès met en avant deux figures de rhétorique qui sont autant d’appels à dépasser le sens littéral : la réticence et l’indice. La première figure consiste à montrer ostensiblement l’intérêt de l’aposiopèse (ou réticence), stratagème bien connu des lecteurs d’alors mais tombé depuis dans une certaine désuétude20. Don Quichotte signale à qui veut bien l’entendre qu’à propos de l’héroïne du Roland furieux, Angélique, et de son comportement peu vertueux, l’Arioste a su employer une écriture réticente, assurant notamment : « Y cómo del Catay [Angélica] recibió el cetro / quizá otro cantará con mejor plectro »21. Le poète italien laisse à qui voudra le soin d’en faire le portrait véridique (et ouvertement critique) ; lui fait le choix de l’habile suggestion. Cervantès ne voudrait-il pas également recourir à un tel procédé pour flécher la lecture de son nouvel opus ? On s’interroge. En effet, don Quichotte lui-même semble faire sienne une stratégie semblable, comme s’il était attaqué et se protégeait par des paroles voilées. Lorsqu’il énonce son nouveau projet (« destruir toda la potestad del Turco »), sa prudence est étonnante et il conclut avec ces mots frappés du sceau de la réticence : « Dios me entiende y no digo más »22. En d’autres termes, il y aurait plus à dire. On peut se demander si le reste du livre, dès lors, n’apportera pas subrepticement de l’eau au moulin de don Quichotte.

  • 23 P. Darnis, La picaresca en su centro…, p. 230-244.
  • 24 DQ, II, 1, p. 692.

15La seconde figure précise le mode de lecture sollicité. Il s’agit de la significatio ou emphasis : « ofrece un sentido más profundo que el que las palabras por sí mismas dan a conocer » (Quintilien, VIII, 3, 82). Deux cas au moins s’offrent aux lecteurs : dans le premier, celui de l’allusion, l’auteur fait référence de manière oblique à un fait ou à une personne ; dans le second, le texte suggère une interprétation (la significatio est synonyme de suggestion23). C’est ce deuxième sens que l’on retrouve dans la réponse de don Quichotte à l’histoire du barbier : « que sepa el señor bacía que le entiendo »24. Par le truchement de l’hidalgo, placé en position d’interlocuteur, Cervantès invite à comprendre le récit incident comme un apologue (fábula apóloga), et non comme un simple conte burlesque. Bizarrement, les rôles sont inversés : la bacía (symbole quichottesque d’incompréhension du monde dans la Première Partie) est à présent l’attribut du barbier. Don Quichotte, « bon entendeur », devient aussi un guide de lecture pour nous autres. Sans doute est-ce en ce sens qu’il convient de comprendre le choix de la troisième personne pour narrer les faits et gestes de Quijano et de Sancho. Il évite une trop grande véhémence et transparence du discours. Cervantès privilégie la forme du Roland furieux plutôt que celle, trop ouvertement critique du Guzmán, texte narré à la première personne comme une pseudo-autobiographie. Comme le dit don Quichotte :

  • 25 Ibid., II, 1, p. 696.

Bien creo yo […] que si Sacripante o Roldán fueran poetas, que ya me hubieran jabonado a la doncella ; porque es propio y natural de los poetas desdeñados y no admitidos de sus damas fingidas -o fingidas, en efecto, de aquéllos a quien ellos escogieron por señoras de sus pensamientos-, vengarse con sátiras y libelos (venganza, por cierto, indigna de pechos generosos), pero hasta ahora no ha llegado a mi noticia ningún verso infamatorio contra la señora Angélica, que trujo revuelto el mundo25.

16De la même manière, on peut s’attendre à ce que Cervantès ne tombe pas dans un discours démonstratif explicitement frondeur ou diffamateur.

  • 26 P. Darnis, « El ingenioso hidalgo don Quijote (1605), satire ménippéenne… ».
  • 27 DQ, II, 4, p. 717-718.

17Ce qui ne change pas dans la Seconde partie, c’est bien le fondement même de la ménippée quichottesque : le travestissement du sérieux sous le masque du comique26. Les disparates restent le moyen le plus efficace de proposer un discours biface, pour les « bons entendeurs » et pour les autres lecteurs, captivés exclusivement par la forme humoristique, burlesque ou grotesque (« algunos – précise Sansón – que son más joviales que saturninos dicen : “Vengan más quijotadas : embista don Quijote y hable Sancho Panza, y sea lo que fuere, que con eso nos contentamos” »27). Peu de critiques se sont attardés sur le concept de vérité dans le livre. Il est pourtant extrêmement révélateur.

  • 28 Ibid., II, 3, p. 712.

18« La historia […] ha de ser verdadera […] ; pero, no obstante esto, hay algunos que así componen y arrojan libros de sí como si fuesen buñuelos »28. Il serait facile de rapporter la vérité du récit à la vraisemblance diégétique (on pense à la critique de certains lecteurs qui ont remarqué des incohérences dans la Première partie – la question de la disparition du rucio et celle des 100 écus –). Une piste complémentaire doit néanmoins être prise en compte. Pour préciser les choses, sans doute n’est-il pas inutile de rappeler cette facette de la conception humaniste de la vérité fictionnelle. À cette fin, évoquons ici deux formes de burlas : la transformation sanchesque d’une paysanne en princesse (II, 10) et le cas des métaphores filées.

La transformation d’une paysanne en princesse

  • 29 Ibid., II, 10, p. 771.
  • 30 Ibid., II, 10, p. 710.

19On ne précisera pas ici le sens de la séquence, tout au plus la manière dont Cervantès braque les yeux des lecteurs sur quelques signaux à capter et à interpréter. On notera que la bourle est double ici. Sancho trompe son maître et, simultanément, il est compréhensible que la paysanne, à entendre les mots du nobliau, pense être victime d’une plaisanterie mal intentionnée (« ¡Mirad con qué se vienen los señoritos ahora a hacer burla de las aldeanas, como si aquí no supiésemos echar pullas como ellos! Vayan su camino, e déjennos hacer el nueso [‘el nuestro’], y serles ha sano »29). Mais une thématique retient notre attention : le motif de la présence de don Quichotte est explicité ; il vient sonder le « cœur » de Dulcinée (« sacaré yo lo que ella tiene escondido en lo secreto de su corazón acerca de lo que al fecho de mis amores toca » ; « ¡Oh princesa y señora universal del Toboso! ¿Cómo vuestro magnánimo corazón no se enternece viendo arrodillado ante vuestra sublimada presencia a la coluna y sustento de la andante caballería? »30). Or, le cœur est précisément l’emblème qui concentre le problème des êtres prisonniers de la grotte de Montesinos. On lira bientôt que, parmi les serviteurs enchantés de Durandal,

  • 31 Ibid., II, 23, p. 898.

la última, que traía el corazón entre el lienzo y en las manos, era la señora Belerma, la cual con sus doncellas cuatro días en la semana hacían aquella procesión y cantaban, o, por mejor decir, lloraban endechas sobre el cuerpo y sobre el lastimado corazón de su primo31.

  • 32 Sur le sens de la grotte « infernale » de Merlin : Helena Percas de Ponseti, Cervantes y su concept (...)
  • 33 Aurora Egido, Cervantes y las puertas del sueño, Barcelone : PPU, 1994, p. 162.

20La recherche de don Quichotte, sous couvert de fiction, amorce donc un parcours interprétatif que le passage dans la grotte viendra relancer32. Il n’est donc pas anodin que la séquence onirique de la cueva soit la plus ménippéenne du livre33 et qu’à nouveau, le narrateur (le « traducteur ») vienne la discréditer :

  • 34 DQ, II, 24, p. 905.

No me puedo dar a entender, ni me puedo persuadir, que al valeroso don Quijote le pasase puntualmente todo lo que en el antecedente capítulo queda escrito : la razón es que todas las aventuras hasta aquí sucedidas han sido contingibles y verisímiles, pero ésta de esta cueva no le hallo entrada alguna para tenerla por verdadera, por ir tan fuera de los términos razonables. Pues pensar yo que don Quijote mintiese, siendo el más verdadero hidalgo y el más noble caballero de sus tiempos, no es posible ; que no dijera él una mentira si le asaetearan. Por otra parte, considero que él la contó y la dijo con todas las circunstancias dichas, y que no pudo fabricar en tan breve espacio tan gran máquina de disparates ; y si esta aventura parece apócrifa, yo no tengo la culpa ; y así, sin afirmarla por falsa o verdadera, la escribo. Tú, lector, pues eres prudente, juzga lo que te pareciere, que yo no debo ni puedo más […]34.

21C’est cette même technique qu’il mobilise au début du chapitre 10, qui mettait en scène la transformation de Dulcinée (ou plus exactement le mensonge de Sancho destiné à faire croire à son ami qu’une humble paysanne est en réalité l’élue de son cœur) :

  • 35 Ibid., II, 10, p. 763.

Llegando el autor desta grande historia a contar lo que en este capítulo cuenta, dice que quisiera pasarle en silencio, temeroso de que no había de ser creído, porque las locuras de don Quijote llegaron aquí al término y raya de las mayores que pueden imaginarse, y aun pasaron dos tiros de ballesta más allá de las mayores. Finalmente, aunque con este miedo y recelo, las escribió de la misma manera que él las hizo, sin añadir ni quitar a la historia un átomo de la verdad, sin dársele nada por las objeciones que podían ponerle de mentiroso. Y tuvo razón, porque la verdad adelgaza y no quiebra, y siempre anda sobre la mentira como el aceite sobre el agua35.

  • 36 Cf. Le recul lectoral dans P. Darnis, Don Quichotte : éléments …, p. 175-180.
  • 37 DQ, II, p. 666.
  • 38 Joel C. Relihan, Ancient Menippean Satire, Londres : The Johns Hopkins University Press, 1993 ; Ant (...)

22De la Seconde partie, il ressort finalement que Cervantès s’emploie à détacher certaines séquences : celles qui sont proprement invraisemblables. Notre souci de faire de Cervantès l’apôtre de la modernité romanesque nous a fait oublier qu’il recourt à maintes reprises à des épisodes invraisemblables, et qu’il thématise précisément cet aspect. Cervantès signale très clairement à ses lecteurs que certains passages sont incroyables (les séquences des lions, de la grotte de Montesinos, de Clavileño, etc.). Pour une raison simple : pour que l’on n’y croie pas complètement et donc, grâce à la distanciation, que l’on s’intéresse à un sens plus élevé. Cervantès fait dans la bourle littéraire ostensible pour que l’on ne se laisse pas berner par elle36. Le rédacteur de l’une des Aprobaciones, Josef de Valdivielso, est de ce point de vue un excellent lecteur. Comme il le rappelle très justement, Cervantès mélange « las veras a las burlas, lo dulce a lo provechoso y lo moral a lo faceto, disimulando en el cebo del donaire el anzuelo de la reprehensión »37  : derrière la bourle se profile une vérité d’ordre allégorique et satirique pour qui sait la voir. L’idée selon laquelle la « critique dure » (celle soucieuse du sens premier) se limite à l’humour est une illusion cognitive commode ; la satire et l’idéalité, dès les premiers textes antiques – et toujours pendant la première Modernité –, ont irrigué la prose sans qu’il soit besoin de rappeler L’âne d’or d’Apulée, les Saturnales de Lucien, le Momo d’Alberti ou le Guzmán d’Alemán38.

23On sera donc attentif, tout au long de la Seconde partie aux signaux cervantins. Ils peuvent être destinés, d’une part, à fixer notre attention sur telle ou telle séquence et sur telle ou telle bourle, qu’elle soit l’œuvre de l’auteur ou de personnages, comme Sancho, Sansón ou les ducs. D’autre part, l’enchaînement des disparates, fait également sens. Il conviendra, ainsi, de repérer l’organisation que ces rapprochements dévoilent.

Les métaphores filées

24On remarquera, outre les invraisemblances et les bourles, qu’un second plan ménippéen est à l’œuvre : il s’agit de métaphores filées qui parcourent le récit. Le principal responsable en est don Quichotte, qui par sa folie comprend le monde par le prisme imagé de la chevalerie littéraire. L’humour est évidemment au rendez-vous de ces passages savoureux dans lesquels l’interprétation du hobereau confine parfois à la bêtise et à l’insanité. Faut-il s’en tenir là ? Ce serait oublier que Cervantès démarre son livre sur une contextualisation sérieuse : celle de la réflexion politique. La mise en contexte, par rapport à la Première partie, subordonne la déraison de Quijano à la raison du discours délibératif, lequel est en charge d’exprimer ce qui est opportun pour l’action. L’ancrage prospectif, pragmatique et philosophique (on parle de « philosophie morale ») crée un horizon d’interprétation qui flèche la lecture de la fiction, du texte-bourle.

25Pour comprendre le cadre culturel de la Seconde partie, on peut s’intéresser à une première métaphore quichottesque : celle des « géants », qu’avaient particulièrement appréciée les lecteurs de la Première partie. Voici la discussion entre don Quichotte et le curé :

  • 39 DQ, II, 1, p. 693-694.

- En esto de gigantes – respondió don Quijote – hay diferentes opiniones, si los ha habido o no en el mundo ; pero la Santa Escritura, que no puede faltar un átomo en la verdad, nos muestra que los hubo, contándonos la historia de aquel filisteazo de Golías, que tenía siete codos y medio de altura, que es una desmesurada grandeza […]. Pero, con todo esto, no sabré decir con certidumbre qué tamaño tuviese Morgante, aunque imagino que no debió de ser muy alto ; y muéveme a ser de este parecer hallar en la historia donde se hace mención particular de sus hazañas que muchas veces dormía debajo de techado ; y, pues hallaba casa donde cupiese, claro está que no era desmesurada su grandeza.
- Así es -dijo el cura.
El cual, gustando de oírle decir tan grandes disparates, le preguntó que qué sentía acerca de los rostros de Reinaldos de Montalbán y de don Roldán
[…]39.

  • 40 P. DARNIS, Don Quichotte : éléments …, p. 175.

26Nous nous situons au tout début du livre, dans le premier chapitre. Le curé est un lecteur qui reste focalisé sur le plaisir de l’écoute, l’un de ceux que Cervantès souhaite justement réorienter. Doit-on s’en tenir là ? Devons-nous lire de la même manière ? La référence folle à l’un des mythèmes de la littérature chevaleresque fait en réalité office dans le livre de métaphore filée symbolique et, donc, allégorique (Quintilien, IX, 2, 46) ; on se souvient que, dans la Première partie, le monstre rencontré par Micomicona représentait symboliquement don Fernando et son comportement inapproprié vis-à-vis de Dorotea40. Se pourrait-il que la Seconde partie,de la même manière, renferme des « géants », des êtres monstrueusement puissants et peu vertueux ?, qu’elle ose représenter des Grands d’Espagne « coléricos » et iniques, par exemple ?

27Le nécessaire mécanisme d’allégorèse s’étend bien à des références du récit quichottesque. La base du comique de la Première partie, l’assimilation de l’hidalgo à un chevalier errant, est désormais placée à l’intérieur d’un dispositif conceptuel qui distingue la caballería andante de la caballería nueva. Outre la distinction transparente entre les temps chevaleresques et l’époque contemporaine, don Quichotte fait l’éloge du chevalier errant pour mieux amener à percevoir un modèle nobiliaire, celui de l’âge médiéval pendant lequel la notion de « noblesse d’épée » avait un sens propre et où l’armée relevait de l’aristocratie. De manière détournée, métaphorique, Cervantès fait comprendre que don Quichotte est favorable à une noblesse militaire.

  • 41 DQ, II, 7, p. 739.

28Enfin, il faudrait dire un mot du terme encantamiento et de ses dérivés. Le chapitre II-7 se charge de rappeler son sens « burlesque », en cohérence avec le flot de burlas qui s’annonce dans la Seconde partie : lors de sa deuxième sortie, don Quichotte est revenu dans son village « en un carro de bueyes, metido y encerrado en una jaula, adonde él se daba a entender que estaba encantado »41. Ce discours de la gouvernante est particulièrement intéressant. Il montre bien ce que recouvre le concept d’« enchantement » :

  • 42 Ibid., II, 7, p. 739-740.

él se daba a entender que estaba encantado ; y venía tal el triste, que no le conociera la madre que le parió : flaco, amarillo, los ojos hundidos en los últimos camaranchones del celebro, que, para haberle de volver algún tanto en sí, gasté más de seiscientos huevos, como lo sabe Dios y todo el mundo, y mis gallinas, que no me dejaran mentir42.

29Au début de ce nouveau livre, l’expression « être enchanté » recèle un sens dramatique. Cet état rime en effet avec enfermement. De surcroît, il engage non seulement la victime, mais aussi son entourage, qui doit vendre son bien pour libérer l’âme du prisonnier. L’allégorie de l’enchantement, tout autant que celle de la chevalerie, déploie un système conceptuel, axé autour de l’opposition enfermement/libération et du contraste entre le dénuement de l’un et l’effort économique des autres. On imagine facilement qu’une personne frappée par un tel sort aurait un « cœur » bien mal en point…

L’enjeu politique du livre

30Sur le fond, on peut s’interroger sur l’incidence de l’accentuation de la dimension ménippéenne du récit. Il est manifeste, dès le début du livre, qu’elle a à voir avec une plus haute portée satirique et philosophique. Aussi est-il surprenant que peu de commentateurs se soient attardés sur les premiers chapitres comme Cascardi ou Moner, comme si cette entrée en matière était dérisoire, pur prétexte avant la troisième sortie de don Quichotte. On ne saurait trop s’arrêter sur ce début et, en particulier, sur le premier chapitre. Nous le ferons ici brièvement, laissant au lecteur le soin d’affiner son interprétation du livre.

  • 43 Ibid., II, 3, p. 707.
  • 44 Keit David Howard, « Cervantes’s Don Quijote, Part 2, and the Spanish Reason-of-State Tradition », (...)

31L’élément peut-être le plus saillant en ce début de livre est la collision extrême de la fiction avec les paramètres du réel et du contemporain. L’une des fonctions du nouveau personnage de Sansón est de faire du rapport à l’Histoire (à ses détails) un leitmotiv : « No se le quedó nada – respondió Sansón –al sabio en el tintero : todo lo dice y todo lo apunta, hasta lo de las cabriolas que el buen Sancho hizo en la manta »43. De ce fait, les questions d’actualité sont bizarrement mises au premier plan des discours. De quoi parlent les trois amis au tout début du récit si ce n’est de l’un des sujets les plus polémiques du moment, celui de la « razón de Estado »44 ? C’est en fin de compte les prolongements de cette réflexion amicale qui feront sortir don Quichotte de sa sérénité. Mais qu’en est-il exactement ?

32Le paradoxe des lignes introductives réside dans le sentiment que, désormais, le camp des fous n’est pas celui que l’on croyait. Il y a d’abord le curé, Pero Pérez, dont l’attitude fait de lui un curieux fort « impertinent » (on notera la ressemblance du curé avec le chapelain du conte narré par le barbier). Tout fonctionne comme si la responsabilité du départ n’incombait pas tant au héros qu’à son entourage. Pero Pérez, non content de voir Quijana (ou Quijada) s’exprimer avec la plus grande raison (con tanta discreción), agit bien imprudemment :

  • 45 DQ, II, 1, p. 683.

no se hartaban de dar gracias a Dios de ver a su señor con tan buen entendimiento ; pero el cura, mudando el propósito primero, que era de no tocarle en cosa de caballerías, quiso hacer de todo en todo experiencia si la sanidad de don Quijote era falsa o verdadera, y así, de lance en lance, vino a contar algunas nuevas que habían venido de la corte45.

33De même, plus loin dans ce même premier chapitre, le curé s’ingénie encore à tester la santé intellectuelle de l’hidalgo :

- […] no quisiera quedar con un escrúpulo que me roe y escarba la conciencia, nacido de lo que aquí el señor don Quijote ha dicho.

  -Para otras cosas más -respondió don Quijote- tiene licencia el señor cura ; y así, puede decir su escrúpulo, porque no es de gusto andar con la conciencia escrupulosa.

  • 46 Ibid., II, 1, p. 692.

- Pues con ese beneplácito -respondió el cura-, digo que mi escrúpulo es que no me puedo persuadir en ninguna manera a que toda la caterva de caballeros andantes que vuestra merced, señor don Quijote, ha referido, hayan sido real y verdaderamente personas de carne y hueso en el mundo ; antes, imagino que todo es ficción, fábula y mentira, y sueños contados por hombres despiertos, o, por mejor decir, medio dormidos46.

34Assurément, on trouve médecin plus mesuré pour éviter tout réveil de lubie chevaleresque quand on sait le caractère chatouilleux de notre Manchègue convalescent. Et que dire du barbier, qui n’est pas en reste non plus et compare obliquement son ami Quijada (ou Quijana…) à un homme assez perturbé pour finir à l’asile (obliquité que saisit parfaitement l’hidalgo) ?

35Si les tenants de la raison dans la Primera parte sont ici devenus bien imprudents, qu’en est-il de nos deux héros, connus -selon la leyenda (la réception de la Primera parte)-pour leur profonde déraison ?

  • 47 Ibid., II, 5, p. 729.
  • 48 Ibid, II, 5 p. 731.
  • 49 Ibid., II, 2, p. 701.
  • 50 Ibid., II, 5, p. 726.
  • 51 Cf. La question de l’ascension sociale dans P. DARNIS, Don Quichotte : éléments…,p. 276-281.

36Il y a Sancho, d’abord, dont on peut se demander s’il continue d’être le bobo de la Première partie ? De toute évidence, le paysan est atteint par la « folie des grandeurs » : il veut non seulement devenir gouverneur, mais également marier sa fille à la Cour (« en dos paletas, y en menos de un abrir y cerrar de ojos, te la chanto un don y una señoría a cuestas »47). Il semble bien ambitieux et, à vrai dire, on ne peut plus candide ; à telle enseigne qu’à présent, le verbe propre à désigner les excès quichottesques, porfiar, lui est associé (« porfiando »48). En somme, c’est à lui, dans la Seconde partie,que l’on peut adresser la critique faite à don Quichotte dans la Première partie à propos d’un excès d’ambition sociale (« Dicen los caballeros que no querrían que los hidalgos se opusiesen a ellos, especialmente aquellos hidalgos escuderiles que dan humo a los zapatos y toman los puntos de las medias negras con seda verde »49). Teresa, son épouse, ne se prive d’ailleurs pas de faire ce parallèle (« y yo no sé, por cierto, quién le puso a él don, que no tuvieron sus padres ni sus agüelos […]. Medíos, Sancho, con vuestro estado […] ; no os queráis alzar a mayores »50). Sancho permet ainsi à Cervantès de s’inscrire dans le courant philosophique du menosprecio de corte et de préparer la satire de ceux qui veulent intrigar y privar51.

  • 52 DQ, II, 1, p. 682.
  • 53 Pablo Fernández Albaladejo, La crisis de la monarquía, Barcelone : Crítica / Marcial Pons, 2009, p. (...)
  • 54 DQ, II, 5, p. 731.

37La folle question sanchesque du gouvernement politique ne fait que recouper la discussion qui intéressait non seulement Quijano, mais aussi le barbier et le curé. On parle politique chez notre hidalgo. Et par la grande porte : on cite des figures qui servent habituellement de modèles dans les Arts de gouverner. Les trois amis sont comparés à rien moins qu’à « un nuevo legislador, un Licurgo moderno o un Solón flamante »52. Ils sont donc présentés comme des images exemplaires à l’adresse du roi. Si la Première partie offrait le mythe rétrospectif de l’Âge d’or et s’inquiétait de la manière dont était rendue la justice, la Seconde est résolument tournée vers l’avenir, celui, global, de la república, du pays. La situation économique de l’Espagne et la crise de régime due au système du valimiento du duc de Lerme créaient un vaste débat sur les erreurs de gouvernement et sur la restauración nécessaire53. Ce que l’on peut dire tout du moins, au seuil de l’aventure quichottesque sur les routes du pays, c’est qu’il semble se produire des détournements d’argent préjudiciables pour les caisses du royaume : Sancho a bon espoir qu’une fois en position dominante, « dineros, que no [le] faltarán, pues nunca falta quien se los preste a los gobernadores cuando no los tienen »54….

  • 55 Ibid., II, 1, p. 682.

38Dans ce contexte politique et polémique, on aurait presque l’impression que le désir sanchesque de diriger une ínsula devient légitime. En tout cas, la ligne narrative qu’il lance (avec sa quête, ses opposants et ses auxiliaires) permettra de concrétiser le projet imprécis qui s’exprime au tout début de livre dans les discussions entre l’hidalgo, le curé et le barbier. Qu’on se souvienne des mots du narrateur sur ces trois compères. Ils réalisent ni plus ni moins qu’un renouvellement (utopique ?...) de la politique espagnole : « de tal manera renovaron la república, que no pareció sino que la habían puesto en una fragua, y sacado otra de la que pusieron »55. Ces paroles, au regard du parcours à venir de Sancho, vont s’avérer tout à fait « prophétiques ».

  • 56 Cf. : « mi arbitrio », Ibid., II, 1, p. 692.

39En ce qui concerne don Quichotte, on se demande au seuil de l’aventure s’il s’agit bien du fou de la Première partie ? Le soldat de la Manche se présente moins comme un chevalier errant que comme un « donneur d’avis », un arbitrista56. Plus encore, il semble avoir nuancé son égotisme. Il ne s’improvise plus sauveur national. S’il estime que Belianis ou Amadis auraient pu, individuellement, mettre les Turcs en déroute, en revanche, il prône désormais une alliance de tous les chevaliers errants des royaumes contrôlés par le roi pour défaire l’armée ottomane. Ainsi, corrélativement à la thématique nationale, Cervantès met en exergue le problème extérieur qui est posé à l’Espagne (le concept de « raison d’État » servait notamment à évoquer les périls internationaux).

40À la différence du cas intérieur, celui de la politique internationale est plus clairement défini, puisque l’auteur pose en premier lieu le diagnostic, puis propose la solution du fou de la Manche. En ce qui concerne le tableau de la situation, on notera que Cervantès choisit de le faire brosser par le curé (et transcrire par le narrateur), sans doute pour lui conférer plus d’autorité et de neutralité idéologique :

  • 57 Ibid., II, 1, p. 683.

dijo que se tenía por cierto que el Turco bajaba con una poderosa armada, y que no se sabía su designio, ni adónde había de descargar tan gran nublado ; y, con este temor, con que casi cada año nos toca arma, estaba puesta en ella toda la cristiandad, y Su Majestad había hecho proveer las costas de Nápoles y Sicilia y la isla de Malta57.

41Sans marquer de réelle différence entre la Première et la Seconde partie, Cervantès glisse subrepticement sur un nouveau terrain que l’on ne souligne pas assez. La question est moins celle de la défense des faibles contre les puissants que celle de la défense du royaume.

42Lorsque l’on examine de plus près les deux problèmes soulevés au début du livre, tant sur le plan intérieur qu’extérieur, on s’aperçoit qu’ils sont liés en réalité. C’est un même phénomène qui pèse sur l’Espagne : le possible déclin de l’Empire espagnol, provoqué par l’inaction au sommet du royaume. Un jalon important de l’entrée en matière du livre est le discours sur les lignages, qui poursuit en cette Seconde partie la pratique des homélies éloquentes de la Première. Le cœur du discours est le suivant :

  • 58 Ibid., II, 6, p. 736-737.

De los primeros, que tuvieron principio humilde y subieron a la grandeza que ahora conservan, te sirva de ejemplo la Casa Otomana, que, de un humilde y bajo pastor que le dio principio, está en la cumbre que le vemos. Del segundo linaje, que tuvo principio en grandeza y la conserva sin aumentarla, serán ejemplo muchos príncipes que por herencia lo son, y se conservan en ella, sin aumentarla ni disminuirla, conteniéndose en los límites de sus estados pacíficamente. De los que comenzaron grandes y acabaron en punta hay millares de ejemplos, porque todos los Faraones y Tolomeos de Egipto, los Césares de Roma, con toda la caterva, si es que se le puede dar este nombre, de infinitos príncipes, monarcas, señores, medos, asirios, persas, griegos y bárbaros, todos estos linajes y señoríos han acabado en punta y en nonada, así ellos como los que les dieron principio, pues no será posible hallar ahora ninguno de sus descendientes, y si le hallásemos, sería en bajo y humilde estado. Del linaje plebeyo no tengo qué decir, sino que sirve sólo de acrecentar el número de los que viven, sin que merezcan otra fama ni otro elogio sus grandezas58.

43Se pourrait-il que se soit glissée dans les mots de l’hidalgo une comparaison indirecte entre le royaume turc et celui de Philippe III ? On n’ose l’imaginer, bien sûr, puisqu’il s’agit d’un simple libro de entretenimiento. En tout cas, la Sublime Porte est explicitement décrite comme un État dont la force est croissante et placée en position dominante et conquérante. Dans quelle catégorie situer alors la maison des Habsbourg ? La deuxième, qui regroupe ceux qui maintiennent la puissance d’antan, ou dans la troisième, qui, à l’image des empires antiques, rassemble ceux dont la « razón de estado » est défaillante et qui finissent par péricliter ? La situation de l’Espagne oblige les lecteurs à s’interroger et il n’est pas impossible que Cervantès ait imaginé son pays dans la troisième catégorie comme l’auraient fait de nombreux arbitristas préoccupés par la declinación économique et militaire. Comment remédier à la declinación, pourrait-on s’interroger ? Cervantès introduit de manière voilée quelques réponses, autour de trois formes de pouvoir : le roi, l’aristocratie et les letrados.

44La figure du roi est assez présente dans ces premières pages. Elle constitue même le noyau de la réponse de don Quichotte au curé au début de la discussion sur la menace du Turco :

  • 59 Ibid., II, 1, p. 683.

Su Majestad ha hecho como prudentísimo guerrero en proveer sus estados con tiempo, porque no le halle desapercibido el enemigo ; pero si se tomara mi consejo, aconsejárale yo que usara de una prevención, de la cual Su Majestad la hora de ahora debe estar muy ajeno de pensar en ella59.

  • 60 Sur l’art du discours oblique chez Alemán : P. DARNIS, La picaresca en su centro…, p. 175-244.
  • 61 DQ, II, 1, p. 689.
  • 62 Ibid., II, 1, p. 689.
  • 63 Ibid., II, 1, p. 689.
  • 64 Ibid., II, 1, p. 689.
  • 65 Ibid., II, 1, p. 692.
  • 66 Ibid., II, 1, p. 683.
  • 67 Voir à ce propos le portrait de Philippe III par Simon Contarini (Relación que hizo a su República (...)

45En somme, le roi agit sagement, mais pas totalement. Certes, le lecteur s’attend à quelque idée saugrenue de l’hidalgo, mais il reste qu’une fois passé l’éloge attendu (convenu ?), transparaît l’imperfection qui règne au sommet du pouvoir espagnol. Qui plus est, l’image royale continue d’irriguer le discours de nos arbitristas. En effet, l’anecdote du barbier, sous couvert d’une discussion de fous, confronte deux représentations du pouvoir : Jupiter et Neptune. À cet égard, Quijano perçoit clairement le sens oblique du récit du barbier : don Quichotte ne doit pas sortir de chez lui, comme il serait dangereux que le licencié en droit canon quitte la « casa de locos de Sevilla ». Mais, de la rhétorique alémanienne et du Guzmán, Cervantès semble avoir bien retenu l’art du double ou triple sens des fables, notamment lorsqu’elles ont la force ménippéenne des mythes païens60. « ¡[…] Cuán ciego es aquel que no ve por la tela de cedazo! »61. Quijano a raison, la morale de l’histoire est transparente. Le chapelain enferme à nouveau le licencié au seul motif qu’il tient un discours qui a toutes les allures d’une plaisanterie (une burla : « yo, que soy Neptuno, el padre y el dios de las aguas, lloveré todas las veces que se me antojare y fuere menester »62). Dans ce conte riche en sous-entendus, Cervantès n’utilise pas la métaphore du theatrum mundi ; le monde espagnol est comparé à un asile de fous et le personnage principal de la fable, « el loco », est entouré de bien d’autres congénères, dont l’un – Júpiter – dispose du pouvoir suprême et de terribles moyens d’intimidation (« soy Júpiter Tonante, que tengo en mis manos los rayos abrasadores con que puedo y suelo amenazar y destruir el mundo »63). Si le barbier s’adresse à don Quichotte, Cervantès, lui, parle à son lecteur : à travers Neptune, c’est presque un rival du roi, c’est-à-dire don Quichotte, qui s’affiche ici, prêt à agir et à faire montre d’une autre forme de pouvoir (« lloveré todas las veces que se me antojare »64). C’est ainsi d’ailleurs que Quijano el bueno reprend à son compte le discours mythologique et allégorique. Comme ce fou d’apologue, il est disposé à lutter pour le roi : « si su Júpiter, como ha dicho el barbero, no lloviere, aquí estoy yo, que lloveré cuando se me antojare »65. On le comprend volontiers : le monarque, on s’en souvient, ne peut pas penser à tout (« Su Majestad la hora de ahora debe estar muy ajeno de pensar en [una prevención66), sans doute trop occupé (espérons que ce ne soit pas à la chasse, version dégénérée de la guerre et occupation d’oisifs…)67.

46La seconde cible de la narration est l’aristocratie. Le passage important intervient au début du chapitre 6 :

  • 68 DQ, II, 6, p. 735.

Ni todos los que se llaman caballeros lo son de todo en todo : que unos son de oro, otros de alquimia, y todos parecen caballeros, pero no todos pueden estar al toque de la piedra de la verdad. Hombres bajos hay que revientan por parecer caballeros, y caballeros altos hay que parece que aposta mueren por parecer hombres bajos ; aquéllos se levantan o con la ambición o con la virtud, éstos se abajan o con la flojedad o con el vicio ; y es menester aprovecharnos del conocimiento discreto para distinguir estas dos maneras de caballeros, tan parecidos en los nombres y tan distantes en las acciones68.

  • 69 Lazarillo, prologue : « parescióme no tomallo por el medio, sino del principio, porque se tenga ent (...)

47Don Quichotte conduit ici une attaque en règle contre une forme institutionnalisée de noblesse, qui rappelle très fortement le prologue du premier Lazarillo69. Le reproche est assez simple en réalité et se voit exposé dès le premier chapitre : la noblesse actuelle s’apparente à une forme dégénérée de l’aristocratie d’antan, dont la légitimité était fondée sur la pratique des Armes :

  • 70 DQ, II, 1, p. 690.

[l]os más de los caballeros que ahora se usan, antes les crujen los damascos, los brocados y otras ricas telas de que se visten, que la malla con que se arman ; ya no hay caballero que duerma en los campos, sujeto al rigor del cielo, armado de todas armas desde los pies a la cabeza ; y ya no hay quien, sin sacar los pies de los estribos, arrimado a su lanza, sólo procure descabezar, como dicen, el sueño, como lo hacían los caballeros andantes […]. Mas ahora, ya triunfa la pereza de la diligencia, la ociosidad del trabajo, el vicio de la virtud, la arrogancia de la valentía y la teórica de la práctica de las armas, que sólo vivieron y resplandecieron en las edades del oro y en los andantes caballeros70.

  • 71 Ibid., II, 6, p. 737.

48Le souci de Cervantès semble résulter d’un brouillage conceptuel (on parle d’alquimia et de confusión). En effet, le problème de fond est brouillé par une approximation lexicale (savamment utilisée) : le terme caballero est polysémique au Siècle d’or et désigne aussi bien le chevalier que le courtisan (le « gentilhomme »). Qui plus est, les hommes de Cour continuent d’hériter du prestige et de la rhétorique médiévale des temps et des combats passés. À travers le personnage extravagant de don Quichotte, Cervantès met le doigt sur cet abus de langage, comme si, finalement, le discours était animé par le souci de séparer les vrais caballeros de leur version frelatée : « De todo lo dicho quiero que infiráis, bobas mías – explique don Quichotte –, que es grande la confusión que hay entre los linajes, y que solos aquéllos parecen grandes y ilustres que lo muestran en la virtud, y en la riqueza y liberalidad de sus dueños »71. Cervantès tente une éducation du regard des lecteurs pour provoquer chez eux un devoir de distinction. En ce début de récit, notre auteur organise une épreuve lectorale : saura-t-on, dans le reste du livre, distinguer les différentes formes de caballerosidad et séparer le bon grain de l’ivraie ?

  • 72 Ibid., II, 7, p. 742 : « que si al palomar no le falta cebo, no le faltarán palomas ».
  • 73 Ibid., II, 3, p. 710. Cf. Michel MONER, Cervantès : deux thèmes majeurs (l’amour – les armes et les (...)

49L’irruption de Sansón sur la scène quichottesque s’inscrit sur ce même arrière-plan idéologique et permet d’interroger les lecteurs sur la pertinence des letrados (juristes) dans le règlement du problème espagnol. L’objet du débat a été introduit au chapitre 3 et à la fin du chapitre 6, puis clairement harnaché au discours principal au début du suivant, lorsque la gouvernante (el ama) décide de parasiter le couple du chevalier et du paysan en lui associant le personnage du « bachelier ». Quand Sancho se fait plus exigeant et que don Quichotte assure à Sancho qu’il trouvera sans problème un écuyer moins intéressé72, l’hypothèse d’un lettré aux côtés du soldat de la Manche se concrétise quelque peu (rappelons-nous le débat entre Sancho et Sansón : « Gobernador he visto por ahí – dijo Sancho – que, a mi parecer, no llegan a la suela de mi zapato, y, con todo eso, los llaman señoría, y se sirven con plata. Ésos no son gobernadores de ínsulas –replicó Sansón–, sino de otros gobiernos más manuales ; que los que gobiernan ínsulas, por lo menos han de saber gramática  »)73. Sansón ne ferait-il pas un parfait associé ? Les Armes épaulées par les Lettres, voilà un alliage séduisant, à une époque où l’influence de ces dernières semble s’affaiblir.

50Mais Cervantès a biaisé les termes du débat dès le départ. Il a concocté un scénario totalement vicié. Car Sansón est, d’un point de vue onomastique, un non-sens. Le bachelier est un Samson frauduleux. Celui qui pourrait être un nouveau prophète par la résonance de son nom biblique (Ancien Testament, Livre des Juges, XIII-XVI), est en fin de compte un symbole de déliquescence : le héros de la force antique a dégénéré en étudiant sournois. Précédé par l’aura prestigieuse de son prénom, le personnage de Sansón résonne à l’oreille du lecteur avisé comme une antiphrase. On comprend dès lors pourquoi les Lettres sont écartées du projet quichottesque de réforme et de combat : l’hidalgo lui signifie fort à propos qu’il ne voudrait pas être responsable d’une rupture de son ascension professionnelle :

  • 74 Ibid., II, 7, p. 745.

no permita el cielo que, por seguir mi gusto, desjarrete y quiebre la coluna de las letras y el vaso de las ciencias, y tronque la palma eminente de las buenas y liberales artes […]. Quédese el nuevo Sansón en su patria, y, honrándola, honre juntamente las canas de sus ancianos padres74.

  • 75 Ibid., II, 1, p. 690.

51Voilà, en quelques phrases bienveillantes, écarté le monde des juristes du règlement de la « depravada edad nuestra »75.

  • 76 Ibid., II, 6, p. 732 : « tanta infinidad de memoriales impertinentes como cada día le dan ».

52Au demeurant et malgré les ressemblances observées, Cervantès prend soin de distinguer son héros des arbitristas, formés dans les universités, et d’expliquer que le roi ne devrait pas répondre à tous les rapports76. Mais, quelle est donc la singularité de don Quichotte en regard de Sansón ? Quelle solution exprime notre chevalier improvisé sur la question du pouvoir ?

  • 77 Ibid., II, 1, p. 685.

¿Hay más, sino mandar Su Majestad por público pregón que se junten en la corte para un día señalado todos los caballeros andantes que vagan por España ; que, aunque no viniesen sino media docena, tal podría venir entre ellos, que solo bastase a destruir toda la potestad del Turco? Estenme vuestras mercedes atentos, y vayan conmigo77.

  • 78 Sur le lien probable entre don Quichotte et le Tasse : Arturo Marasso, Cervantes : la invención del (...)

53La solution de l’hidalgo a tout l’air de relever de la parodie littéraire tant elle semble farfelue. À travers elle confluent bien des décisions névralgiques de récits chevaleresques, de celle d’Esplandian, le fils d’Amadis, qui face à l’attaque perse de Constantinople réunit les chevaliers chrétiens, à celle d’Astolphe dans le Roland furieux. Plus nettement, il me semble que Cervantès reprend ici le début du grand récit en vers de l’époque, La Jérusalem libérée de Torquato Tasso (1579), dans lequel Godefroy de Bouillon recevait la mission de livrer bataille contre les Turcs et de réunir tous les chevaliers de la Chrétienté. Si le modèle de don Quichotte n’est plus tout à fait Roland ou Amadis, on comprendra que, dans le cadre comique du récit, la Seconde partie parte visiblement sur les rails burlesques de la Première78.

  • 79 Fernand Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l'époque de Philippe II, Paris : Arman (...)

54Mais n’est-ce pas un leurre ? Car il semble que don Quichotte n’ait pas demandé à son auditoire de l’écouter attentivement sans raison. Cervantès, qui maîtrise les règles de la rhétorique, souhaite que ses lecteurs ne prennent pas la solution quichottesque pour pure fantaisie. La solution farfelue et burlesque de don Quichotte contribue à ce que certains lecteurs mettent en veille l’analyse de ce premier chapitre, comme s’il s’agissait d’une nouvelle plaisanterie de Cervantès. Ce serait mal connaître la situation de l’Espagne dans les années qui ont précédé l’écriture du livre. Même en France, note Guillaume du Vair, le Turc est « toujours pendu dans l’air » pour fondre sur l’ennemi européen79. Par ailleurs, si le problème international soulevé par le curé pose une question d’ordre militaire, alors le statut de don Quichotte (représentant des Armes) devient signifiant et suggère quelques perspectives. Par essence, le chevalier n’est pas un arbitrista, un « donneur d’avis », mais un soldat ; il n’est pas un commentateur, mais un acteur, qui plus est doté d’un courage indéniable et placé à contre-courant de l’indolence commune :

  • 80 DQ, II, 1, p. 690-691.

Ya no hay ninguno que, saliendo deste bosque, entre en aquella montaña, y de allí pise una estéril y desierta playa del mar, las más veces proceloso y alterado, y, hallando en ella y en su orilla un pequeño batel sin remos, vela, mástil ni jarcia alguna, con intrépido corazón se arroje en él, entregándose a las implacables olas del mar profundo, que ya le suben al cielo y ya le bajan al abismo ; y él, puesto el pecho a la incontrastable borrasca, cuando menos se cata, se halla tres mil y más leguas distante del lugar donde se embarcó, y, saltando en tierra remota y no conocida, le suceden cosas dignas de estar escritas, no en pergaminos, sino en bronces. Mas ahora, ya triunfa la pereza de la diligencia, la ociosidad del trabajo, el vicio de la virtud, la arrogancia de la valentía y la teórica de la práctica de las armas, que sólo vivieron y resplandecieron en las edades del oro y en los andantes caballeros80.

  • 81 Ibid., II, 6, p. 733.
  • 82 Cf. P. DARNIS, Don Quijote (Segunda parte)….
  • 83 On rappelle : « con este temor, con que casi cada año nos toca arma, estaba puesta en ella toda la (...)
  • 84 Miguel Ángel de Bunes Ibarra, La imagen de los musulmanes y del Norte de África en la España de los (...)
  • 85 DQ, II, 1, p. 692.
  • 86 Voir P. Darnis La picaresca en su centro …sur le lien au sujet morisque.
  • 87 DQ, II, 6, p. 734 : « sería razón que no hubiese príncipe que no estimase en más esta segunda, o, p (...)

55La légitimité de Quijano s’explique par sa condition de militaire, qui lui procure, de plus, une connaissance du problème fondée sur l’expérience et le contact avec l’ennemi : « no solamente conocemos los enemigos pintados, sino en su mismo ser, y en todo trance y en toda ocasión los acometemos »81. Serait-il, lui, un nouveau Samson82 ? On peut affirmer en tout cas que la singularité quichottesque réside dans le choix de l’attaque plutôt que dans celui de l’attentisme. En effet, le roi semble se contenter d’une solution défensive83. Cervantès fait tout simplement référence à la política de contención du roi en Méditerranée, qui suppose un accroissement du nombre de tours de guet sur le littoral italien (atalayas) et un renforcement de la flotte royale, notamment autour des grandes villes comme Dénia et Barcelone84. Cervantès, qui fut fait prisonnier en mer juste avant que son navire touche les côtes de Barcelone (1575), n’était pas le seul auteur à s’impliquer dans le débat politique. Alemán n’évoquait pas un horizon différent lorsqu’à la toute fin de la Seconde partie de Guzmán de Alfarache,le héros se retrouve sur une galère royale en position de vigie des côtes européennes. Mais l’arbitrio de Quijano se distingue de la propagande royale : « sólo me fatigo por dar a entender al mundo en el error en que está en no renovar en sí el felicísimo tiempo donde campeaba la orden de la andante caballería […] ; y con esto no quiero quedar en mi casa »85. Aussi le désir de Quijano n’est-il pas si extravagant lorsqu’on le rapproche des discours du temps86. Le chevalier fait le choix du combat et de la militarisation de cette catégorie sociale (la noblesse) qui, dans les siècles qui précédaient, avait la responsabilité de la défense du royaume87. L’idée n’est pas neuve. On la retrouve sous la plume du tacitiste Baltasar Álamos de Barrientos lorsque la mort de Philippe II plaçait des espoirs de rénovation sociale dans tout le pays :

  • 88 Baltasar Álamos de Barrientos, Discurso político al rey Felipe III al comienzo de su reinado, Modes (...)

De los nobles hay poco que decir, pues con ellos bastarán dos cosas : la una, que Vuestra Majestad los honre y que se conozca que vive inclinado a su acrecentamiento, y los ocupe en los oficios de su reino, conforme a su calidad. Pues en fin en ellos hay dos respetos para obedecer y servir a Vuestra Majestad de vasallos y de nobles. Y así también por dos caminos se les debe la merced y favor ; y sobre todo lo segundo, que los incline Vuestra Majestad a la milicia, que es su propio oficio y con el que se han conservado y aumentado las grandes monarquías, y repartiendo entre los que sirvieren en ésta y no entre otros las haciendas que se instituyeron para eso. Que esto es un gran secreto de la conservación de los imperios, que haya premios conocidos para la gente de guerra, y que no se den y no se empleen sino en ellos. Que esto los consuela en sus grandes trabajos, y los animará a servir y morir por Vuestra Majestad. Y nada los ofende tanto como ver éstos en poder, honra y acrecentamiento de otro género de gentes que no sean de su profesión ; porque de ordinario ofenden más los beneficios ajenos que agradan los acrecentamientos propios88.

  • 89 P. DARNIS, Don Quijote (Segunda parte)….

56Que penser alors de don Quichotte dans le livre de 1615 ? Réussira-t-il à rencontrer dans sa quête de vrais chevaliers ? Pourra-t-il en outre les fédérer comme avant lui Godefroy de Bouillon (Jérusalem libérée, I) ? Quant à Cervantès, son propos est-il superposable à celui de son héros fantasque ? Ce sera tout l’enjeu du voyage (strictement) ibérique de don Quichotte, de sa destination aragonaise et, plus encore, de sa réorientation vers Barcelone…89

57Arrivés au terme de ces chapitres introductifs, il convient de répondre à la question que nous pose cette entrée en matière sur la folie de nos deux héros. On peut dire qu’autant les représentants de la raison sont bien imprudents, autant don Quichotte et Sancho symbolisent un chemin politique en accord avec certaines options politiques de l’époque. Par le biais ménippéen du délire, tous deux formulent des ambitions de restauración, que celles-ci concernent l’espace intérieur ou extérieur. Sancho pourra proposer un modèle d’exercice du pouvoir et don Quichotte un exemple de politique militaire contre la menace du Turc. Naturellement, il s’agit de modèles paradoxaux, qui sont, par définition, non exempts d’ambiguïtés et de contradictions. La nature ménippéenne du livre sert à éviter tout discours unilatéral, à mettre à distance les projets héroïques des deux protagonistes. Cervantès expose un projet double sans s’y associer fermement. Après tout, le rire reste l’essentiel. Libre aux lecteurs de savoir s’il vaut mieux que Sancho reste au village pour « gouverner sa maison » (II, 2) et s’il convient d’enfermer Quijano comme « Neptune »…

Haut de page

Bibliographie

Álamos de Barrientos, Baltasar, Discurso político al rey Felipe III al comienzo de su reinado, Modesto Santos López (éd.), Barcelone : Anthropos, 1990.

Braudel, Fernand, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l'époque de Philippe II, Paris : Armand Colin, 1966.

Bunes Ibarra, Miguel Ángel de, La imagen de los musulmanes y del Norte de África en la España de los siglos XVI y XVII : los caracteres de una hostilidad, Madrid : CSIC, 1989.

Cascardi, Anthony J., Cervantes, literature and the discourse of politics, Toronto : PU, 2012.

Contarini, Simon, Estado de la monarquía española a principios del siglo XVII (manuscrito del siglo XVII), Málaga  Algazara, 2001.

Conte, Gian Biagio, L’autore nascosto : un’interpretazione del Satyricon, Pise : Edizioni della Normale, 2007, p. 129-153 (« In cerca di un genere (o a caccia di fantasmi ?) : considerazioni scettiche sulla satira menippea »).

Dällenbach, Lucien, Le récit spéculaire. Essai sur la mise en abyme, Paris : Seuil, 1977.

Darnis, Pierre, Don Quichotte : éléments sur une satire ménippéenne. Paris : Atlande, 2015

—, “El ingenioso hidalgo don Quijote ( 1605), satire ménippéenne (Prosas nuevas -V- : cartas, relaciones, Lazarillos, Guzmanes y Quijotes)”,  « Nuevas perspectivas sobre la práctica del relato en el primer Siglo de Oro », Pierre DARNIS et Fabrice QUERO (coord.), Studia Aurea, 9, 2015, p. 319-351.

—, La picaresca en su centro : Guzmán de Alfarache y los orígenes de un género, Toulouse : PUM, 2015.

—, Don Quijote (Segunda parte) – Ficciones, Pierre Darnis et Graciela Villanueva (éd.) Paris  Atlande, 2016.

Egido, Aurora, Cervantes y las puertas del sueño, Barcelone : PPU, 1994.

Fernández Albaladejo, Pablo, La crisis de la monarquía, Barcelone : Crítica, Marcial Pons, 2009.

Howard, Keit David, « Cervantes’s Don Quijote, Part 2, and the Spanish Reason-of-State Tradition », eHumanista, 2015, p. 378-389.

Kagan, Richard, Los cronistas y la Corona : la política de la historia en España, Madrid : Marcial Pons, 2010.

Marasso, Arturo, Cervantes : la invención del Quijote, Buenos Aires : Hachette, 1954.

Moner, Michel, Cervantès  : deux thèmes majeurs (l’amour – les armes et les lettres), Toulouse : France-Ibérie Recherche, 1986.

Percas de Ponseti, Helena, Cervantes y su concepto del arte : estudio crítico de algunos aspectos y episodios del Quijote, Madrid : Gredos, 1975.

Pérez-Romero, Antonio, The Subversive Tradition in Spanish Renaissance Writing, Lewinburg : Bucknell University Press, 2005.

Quint, David, Cervantes'Novel of Modern Times : a new reading of Don Quixote, Princeton : PU, 2003.

Relihan, Joel C., Ancient Menippean Satire, Londres : The Johns Hopkins University Press, 1993.

Weiger, John, The Substance of Cervantes, Londres : PU, 2010.

Haut de page

Notes

1 Lucien Dällenbach, Le récit spéculaire. Essai sur la mise en abyme, Paris : Seuil, 1977, p. 115-116.

2 Pierre Darnis, Don Quichotte : éléments sur une satire ménippéenne, Paris : Atlande, 2015, p. 154-158.

3 Ibid., p. 79-80.

4 Miguel de Cervantes, Don Quijote, Francisco Rico (éd.), Madrid : RAE, 2015, II, 3, p. 705. (à partir de maintenant DQ suivi de l’indication de la partie, du chapitre et de la page).

5 Ibid., II, 3, p. 708.

6 Ibid., II, 3, p. 708.

7 Ibid., II, 3, p. 709.

8 Ibid., II, 3, p. 712.

9 Richard Kagan, Los cronistas y la Corona : la política de la historia en España, Madrid : Marcial Pons, 2010.

10 DQ, II, 3, p. 704.

11 John Weiger, The Substance of Cervantes, Londres : PU, 2010, p. 1-40 ; David Quint, Cervantes'Novel of Modern Times : a new reading of Don Quixote, Princeton : PU, 2003, p. xi.

12 DQ, II, 1, p. 695.

13 Ibid., II, 3, p. 713.

14 Ibid., II, 6, p. 738.

15 Ibid., II, 6, p. 737.

16 Sur DQ comme satire ménippéenne : P. Darnis, Don Quichotte : éléments …. et « El ingenioso hidalgo don Quijote (1605), satire ménippéenne (Prosas nuevas -V- : cartas, relaciones, Lazarillos, Guzmanes y Quijotes) », in : P. DARNIS et Fabrice QUERO (coord.), « Nuevas perspectivas sobre la práctica del relato en el primer Siglo de Oro », Studia Aurea, 9, 2015, p. 319-351.

17 Sur la différence entre ces deux formes de provecho (l’exemplarité actantielle et l’exégèse ménippéenne) : P. DARNIS, Don Quichotte : éléments…, p. 159-175.

18 DQ, II, 3, p. 711.

19 Ibid., II, 3, p. 711.

20 P. Darnis, La picaresca en su centro : Guzmán de Alfarache y los orígenes de un género, Toulouse : PUM, 2015, p. 186-191.

21 DQ, II, 1, p. 696.

22 Ibid., II, 1, p. 685.

23 P. Darnis, La picaresca en su centro…, p. 230-244.

24 DQ, II, 1, p. 692.

25 Ibid., II, 1, p. 696.

26 P. Darnis, « El ingenioso hidalgo don Quijote (1605), satire ménippéenne… ».

27 DQ, II, 4, p. 717-718.

28 Ibid., II, 3, p. 712.

29 Ibid., II, 10, p. 771.

30 Ibid., II, 10, p. 710.

31 Ibid., II, 23, p. 898.

32 Sur le sens de la grotte « infernale » de Merlin : Helena Percas de Ponseti, Cervantes y su concepto del arte : estudio crítico de algunos aspectos y episodios del Quijote, Madrid : Gredos, 1975, p. 517-549 ; P. Darnis, Don Quijote (Segunda parte) – Ficciones, P. Darnis et Graciela Villanueva (éds.) Paris : Atlande, 2016.

33 Aurora Egido, Cervantes y las puertas del sueño, Barcelone : PPU, 1994, p. 162.

34 DQ, II, 24, p. 905.

35 Ibid., II, 10, p. 763.

36 Cf. Le recul lectoral dans P. Darnis, Don Quichotte : éléments …, p. 175-180.

37 DQ, II, p. 666.

38 Joel C. Relihan, Ancient Menippean Satire, Londres : The Johns Hopkins University Press, 1993 ; Antonio Pérez-Romero, The Subversive Tradition in Spanish Renaissance Writing, Lewinburg : Bucknell University Press, 2005 ; Gian Biagio Conte, L’autore nascosto : un’interpretazione del Satyricon, Pise : Edizioni della Normale, 2007, p. 129-153 (« In cerca di un genere (o a caccia di fantasmi ?) : considerazioni scettiche sulla satira menippea »). ; P. DARNIS, Don Quichotte : éléments … ;  « El ingenioso hidalgo don Quijote ( 1605), satire ménippéenne… » ; La picaresca en su centro….

39 DQ, II, 1, p. 693-694.

40 P. DARNIS, Don Quichotte : éléments …, p. 175.

41 DQ, II, 7, p. 739.

42 Ibid., II, 7, p. 739-740.

43 Ibid., II, 3, p. 707.

44 Keit David Howard, « Cervantes’s Don Quijote, Part 2, and the Spanish Reason-of-State Tradition », eHumanista, 2015, p. 378-389 ; P. Darnis, Don Quijote (Segunda parte)….

45 DQ, II, 1, p. 683.

46 Ibid., II, 1, p. 692.

47 Ibid., II, 5, p. 729.

48 Ibid, II, 5 p. 731.

49 Ibid., II, 2, p. 701.

50 Ibid., II, 5, p. 726.

51 Cf. La question de l’ascension sociale dans P. DARNIS, Don Quichotte : éléments…,p. 276-281.

52 DQ, II, 1, p. 682.

53 Pablo Fernández Albaladejo, La crisis de la monarquía, Barcelone : Crítica / Marcial Pons, 2009, p. 1-275 ; P. DARNIS, Don Quichotte : éléments…., p. 51-53.

54 DQ, II, 5, p. 731.

55 Ibid., II, 1, p. 682.

56 Cf. : « mi arbitrio », Ibid., II, 1, p. 692.

57 Ibid., II, 1, p. 683.

58 Ibid., II, 6, p. 736-737.

59 Ibid., II, 1, p. 683.

60 Sur l’art du discours oblique chez Alemán : P. DARNIS, La picaresca en su centro…, p. 175-244.

61 DQ, II, 1, p. 689.

62 Ibid., II, 1, p. 689.

63 Ibid., II, 1, p. 689.

64 Ibid., II, 1, p. 689.

65 Ibid., II, 1, p. 692.

66 Ibid., II, 1, p. 683.

67 Voir à ce propos le portrait de Philippe III par Simon Contarini (Relación que hizo a su República el embajador de Venecia en Madrid) : « Es un príncipe pequeño de cuerpo, de 29 a 30 años, de agradable vista, moderadamente fornido, de barba y cabello muy rubio ; es un soberano catolicísimo, y en esta parte no se puede decir tanto como es, ama la justicia y la paz, es desviado de placeres y gustos, y solo le tiene en la caza, que es su ejercicio ordinario, es amigo de la soledad, y pasa ocho meses del año en casas de campo, particularmente en el Escorial, fábrica de su padre. Sobre los conocimientos y prudencia de este príncipe hay varias opiniones ; lo cierto es que no es soldado, ni amigo de armas, pero hablando verdad, es capaz de los negocios, los entiende, y discurre con oportunidad sobre las cuestiones de que se trata ; mas nada se le da por ninguna cosa, ni es inclinado a los negocios, ni siempre se adhiere a la razón, de que resulta el hacerse muchos discursos en daño suyo, ayudando a ello el conocerse su natural cada día más ; tiene una parte de condición tudesca, que lo que una vez aprende con dificultad lo deja, y de esto nace el poder que con él tiene su privado, como diré en su lugar, contentándome con manifestar en este, que es trabajo inútil el que se emplee hoy en granjear su voluntad , lo cual solo pudo conseguirse en sus primeros años, cuando el deseo de saber y el encerramiento en que su padre le criaba, le inclinaba a la libertad, porque gustos dados en aquella sazón y edad ganaron gracia, y no los medios ordinarios que suelen valer con los príncipes » in : DARNIS, Don Quichotte : éléments…., p. 330.

68 DQ, II, 6, p. 735.

69 Lazarillo, prologue : « parescióme no tomallo por el medio, sino del principio, porque se tenga entera noticia de mi persona, y también porque consideren los que heredaron nobles estados quán poco se les deve, pues fortuna fue con ellos parcial, y quánto más hizieron los que, siéndoles contraria, con fuerça y maña remando salieron a buen puerto ».

70 DQ, II, 1, p. 690.

71 Ibid., II, 6, p. 737.

72 Ibid., II, 7, p. 742 : « que si al palomar no le falta cebo, no le faltarán palomas ».

73 Ibid., II, 3, p. 710. Cf. Michel MONER, Cervantès : deux thèmes majeurs (l’amour – les armes et les lettres), Toulouse : France-Ibérie Recherche, 1986, p. 85-86.

74 Ibid., II, 7, p. 745.

75 Ibid., II, 1, p. 690.

76 Ibid., II, 6, p. 732 : « tanta infinidad de memoriales impertinentes como cada día le dan ».

77 Ibid., II, 1, p. 685.

78 Sur le lien probable entre don Quichotte et le Tasse : Arturo Marasso, Cervantes : la invención del Quijote, Buenos Aires : Hachette, 1954, p. 243-245.

79 Fernand Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l'époque de Philippe II, Paris : Armand Colin, 1966, II, p. 189 ; P.  DARNIS, Don Quijote (Segunda parte)

80 DQ, II, 1, p. 690-691.

81 Ibid., II, 6, p. 733.

82 Cf. P. DARNIS, Don Quijote (Segunda parte)….

83 On rappelle : « con este temor, con que casi cada año nos toca arma, estaba puesta en ella toda la cristiandad, y Su Majestad había hecho proveer las costas de Nápoles y Sicilia y la isla de Malta » (DQ, II, 1, p. 683).

84 Miguel Ángel de Bunes Ibarra, La imagen de los musulmanes y del Norte de África en la España de los siglos XVI y XVII : los caracteres de una hostilidad, Madrid  : CSIC, 1989, p. 923.

85 DQ, II, 1, p. 692.

86 Voir P. Darnis La picaresca en su centro …sur le lien au sujet morisque.

87 DQ, II, 6, p. 734 : « sería razón que no hubiese príncipe que no estimase en más esta segunda, o, por mejor decir, primera especie de caballeros andantes ».

88 Baltasar Álamos de Barrientos, Discurso político al rey Felipe III al comienzo de su reinado, Modesto Santos López (éd.), Barcelone : Anthropos, 1990, p. 112-113.

89 P. DARNIS, Don Quijote (Segunda parte)….

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Darnis, « Les chapitres 1-10 de la Segunda parte del ingenioso caballero don Quijote de la Mancha, ou les bases du récit ménippéen et de sa lecture », e-Spania [En ligne], 23 | février 2016, mis en ligne le 01 février 2016, consulté le 26 mai 2017. URL : http://e-spania.revues.org/25300 ; DOI : 10.4000/e-spania.25300

Haut de page

Auteur

Pierre Darnis

Université Bordeaux Montaigne, AMERIBER

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org