Navigation – Plan du site
Entre histoire et littérature : mémoires du passé dans l’Espagne médiévale et classique
À la croisée de l’histoire et de la littérature : l’écriture au Moyen Âge

L’Itinerarium… de Jérôme Münzer ou le témoignage d’un Allemand dans l’Espagne de la fin du XVe siècle : une écriture entre littérature de voyage et histoire

Marc Zuili

Résumés

Le voyage que Jérôme Münzer, médecin allemand, réalisa à la fin du XVe siècle lui permit de visiter diverses zones de l’Europe et, en particulier, la péninsule Ibérique. C’est à l’occasion de ce voyage qu’il rédigea un texte en latin qui relève à la fois de la littérature et de l’histoire. Si les pages de ce document consacrées à sa présence en France ont déjà donné lieu à plusieurs études, le séjour qu’il fit en Espagne n’a été abordé, en revanche, que de manière beaucoup plus partielle. Le présent travail a pour but d’analyser d’une façon détaillée la vision que ce voyageur nous a transmise de ce pays dans lequel venait alors de s’achever la Reconquista.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Il s’agit essentiellement des deux ouvrages suivants : Raymond FOULCHÉ-DELBOSC, Bibliographie des v (...)
  • 2 Ce récit, rédigé en allemand, figure dans un manuscrit conservé à la bibliothèque Sainte-Isabelle d (...)
  • 3 Le titre original est : Itinerarium sive peregrinatio excellentissimi viri, artium ac utriusque med (...)
  • 4 La partie de cette relation consacrée à la péninsule Ibérique a donné lieu à une traduction françai (...)
  • 5 Ou plus précisément de ces Espagnes, puisqu’il serait plus correct de parler de l’Aragon et de la C (...)

1Les relations de voyages portant sur l’Espagne constituent un corpus digne d’intérêt de par les informations précieuses qu’elles nous transmettent sur ce pays. Ces textes offrent une foule de détails de tous ordres et c’est dans ce sens qu’ils participent à une meilleure connaissance des particularités des contrées traversées. Si l’on consulte les quelques répertoires recensant ces récits ou contenant leur transcription1, on constate que ces textes sont extrêmement rares pour les toutes dernières années du XVe siècle, période qui nous intéresse ici. Ainsi, seules deux relations de ce type, de par leur contenu, méritent d’être prises en compte : il s’agit du récit du voyage réalisé en Espagne et au Portugal en 1484-1485 par Nicolaus von Popplau2 et de la relation de Jérôme Münzer portant sur son périple dans une grande partie de l’Europe et en particulier dans la péninsule Ibérique. C’est ce dernier texte, rédigé en latin et intitulé Itinéraire ou récit du voyage accompli par l’excellent citoyen Hieronymus Monetarius de Feldkirchen, docteur ès arts, docteur en médecine, bourgeois de Nuremberg3 qui fait l’objet des développements qui suivent4. Après quelques considérations indispensables sur la vie de Jérôme Münzer et sur les raisons qui l’ont conduit à réaliser ce long périple dans l’Europe de la fin du XVe siècle, l’accent sera mis sur le déroulement de son voyage et sur le contenu même du récit qu’il nous a laissé, tout particulièrement sur les passages relatifs à son séjour en Espagne au tournant des années 1494-1495. On pourra alors s’interroger sur la valeur d’un tel document : peut-on le considérer comme un texte relevant uniquement de la littérature dite de voyage et dont l’écriture se veut plaisante et de qualité, tout en constituant une sorte de « Guide touristique » avant l’heure permettant de donner conseils et indications à de futurs voyageurs ? Sa portée n’est-elle pas beaucoup plus importante dans le sens où il constituerait un témoignage inédit propre à donner un éclairage nouveau sur l’histoire de cette Espagne5 qui venait de voir l’achèvement de la Reconquête, l’expulsion des juifs et la découverte du Nouveau Monde et sur laquelle régnaient les Rois Catholiques, Isabelle de Castille et Ferdinand d’Aragon ? Entre écriture littéraire (qui se veut aussi « utilitaire ») et écriture historique, l’Itinerarium… de Münzer se trouve donc à la croisée de genres très différents et c’est bien là ce qui fait sa singularité.

Jérôme Münzer : un voyageur allemand dans l’Europe de la fin du XVe siècle

  • 6 Ludwig PFANDL, « Itinerarium hispanicum », Revue hispanique, t. 48, 113, 1920, p. 1-179.
  • 7 Julio PUYOL, « Jerónimo Münzer: Viaje por España y Portugal en los años 1494 y 1495 », Boletín de l (...)
  • 8 Ernst Philip GOLDSCHMIDT, Hieronymus Münzer und seine bibliothek, London : Studies of the Warburg I (...)
  • 9 Hieronymus MONETARIUS (Münzer), Voyage à travers la France (1494/95), Anne BERTHELOT (éd.), Greifsw (...)
  • 10 De Nuremberg à Grenade et Compostelle. Itinéraire d’un médecin allemand, août 1994-avril 1495. Trad (...)
  • 11 Michel TARAYRE, « Introduction », in : Jérôme MÜNZER, Voyage en Espagne et au Portugal (1494-1495), (...)

2Les données sur la vie de Jérôme Münzer, qui aimait latiniser son nom sous la forme « Hieronymus Monetarius » suivant la mode des cercles humanistes de son temps, sont assez rares. On les doit essentiellement à des chercheurs tels Ludwig Pfandl6, Julio Puyol7 Ernst Philip Goldschmidt8, ou encore, plus récemment, Anne Berthelot9, Denise Péricard-Méa10 et Michel Tarayre11.

  • 12 Anne BERTHELOT, « Introduction », in : H. MONETARIUS (Münzer), op. cit., p. 1, note 1.

3Nous ne connaissons pas l’année de naissance de Münzer. Les spécialistes ont avancé des dates diverses : 1437 selon Hans Rupprich, dans son histoire de la littérature allemande, 1460 selon Ludwig Pfandl. Anne Berthelot propose 1450, tout en précisant prudemment : « l’année 1450 constitue une moyenne plausible, rien de plus »12. Ce qui est certain, c’est qu’il a vu le jour dans la ville de Feldkirchen (aujourd’hui dénommée Feldkirch) dans le Vorarlberg (zone géographique qui correspond actuellement au Land le plus occidental de l’Autriche).

4Après avoir étudié les arts libéraux à Leipzig, il part pour l’Italie et obtient en 1479 un doctorat en médecine décerné par l’université de Padoue. Il s’installe ensuite à Nuremberg où il fonde une famille. Mais l’épidémie de peste qui ravage la ville en 1484 le pousse à fuir en Italie afin d’éviter les risques de contagion. Étrangement, il y abandonne les siens. C’est à cette occasion qu’il parcourt seul toute la péninsule, de Rome à Naples, d’Ancône à Venise et enfin de Vérone aux Alpes.

  • 13 H. MONETARIUS (Münzer), op. cit., p. 2.

5L’épidémie de peste étant achevée, il retourne à Nuremberg, ainsi qu’il nous le confie dans l’Itinerarium… : « Je regagnai Nuremberg le 24 janvier de l’an de grâce 1485, en parfait état de santé, et j’y trouvais mon épouse et ma famille saines et sauves ainsi que toute ma maison »13. Il reprend alors son activité de médecin. Dix ans se passent ainsi durant lesquels, tout en exerçant son art, il fréquente les milieux humanistes de l’Allemagne du Sud et y noue de solides amitiés. Parmi ses relations figurent des érudits passionnés de géographie tels que Hartmann Schedel ou Martin Behaim. C’est ainsi qu’il participe alors activement avec Schedel à la rédaction du Liber Chronicarum ou Livre des Chroniques de Nuremberg, un des incunables allemands les plus importants du fait de la grande qualité technique de sa réalisation. Nous savons aussi qu’il a réalisé le premier globe terrestre avec Martin Behaim, ce cosmographe, géographe et navigateur allemand qui aurait rencontré Christophe Colomb et Magellan.

6En 1494, une nouvelle vague de peste s’abat sur Nuremberg, ce qui le pousse encore à s’éloigner de cette ville. Une fois de plus, on constate avec un certain étonnement qu’il ne songe même pas à entraîner avec lui les membres de sa famille afin de les mettre à l’abri du danger, mais choisit plutôt de partir avec trois compagnons :

  • 14 Ibid., p. 2-3.

[…] en l’an de grâce 1494, au commencement d’une nouvelle épidémie de peste, je voulus avoir recours à mon vieux remède, la fuite ; après réflexion, cette fois, je choisis certains nobles jeunes gens, fils de riches marchands, qui parlaient italien et français : Antoine Herwat d’Augsburg, Gaspard Fischer et Nicolas Wolkenstein14.

7C’est le début d’un très long périple qui va permettre à Münzer de traverser la France jusqu’à Marseille, de prendre la route de l’Espagne, pays qu’il parcourt, tout en faisant une incursion au Portugal, avant de revenir en France, de remonter vers le nord jusqu’aux Flandres et enfin, après être passé par Cologne, Worms et Francfort, de retrouver sa ville de Nuremberg où il arrive en avril 1495. De nouveau, ainsi qu’il l’avait fait dix ans plus tôt, il se réjouit de retrouver son épouse et sa fille unique en parfaite santé !

8Le fait que Jérôme Münzer ait abandonné à deux reprises sa famille peut nous surprendre. Toutefois, Anne Berthelot a tenté d’expliquer une telle attitude :

  • 15 A. BERTHELOT, « Introduction », in : H. MONETARIUS (Münzer), op. cit., p. 6.

Qu’il laisse derrière lui sa famille, en se contentant de faire des vœux pour sa sauvegarde, alors que, au moins lors de son second périple, il se procure la compagnie de trois jeunes gens qui ne lui sont apparemment pas apparentés, ce n’est choquant que d’un point de vue moderne : il faut se rappeler en effet que les liens de la famille n’étaient pas perçus de la même façon au Moyen Âge, ou encore au xvie siècle, que maintenant15.

9Quoi qu’il en soit, Münzer ne quittera plus Nuremberg, sauf pour quelques brefs voyages à l’intérieur de l’Allemagne. C’est dans cette ville qu’il s’éteint le 27 août 1508.

10Au cours du voyage de 1494-1495, Jérôme Münzer a constamment pris des notes sur les contrées qu’il a traversées. L’Itinerarium… est le résultat de la compilation de ces notes. L’histoire de ce texte et de sa transmission mérite maintenant d’être étudiée.

L’Itinerarium… de Jérôme Münzer : rédaction et transmission

  • 16 Manuscrits latins de la Bayerische Staatsbibliothek de Munich, n° 431.

11Cette relation de voyage est conservée à la Bayerische Staatsbibliothek de Munich. Elle fait partie d’un volume manuscrit comptant 305 folios et composé de diverses pièces juxtaposées, la plupart consacrées à la ville de Nuremberg, le Codex Latinus Monacensis n° 43116. Il est établi que ces pièces sont de la main même de l’érudit Hartmann Schedel qui, ainsi qu’on l’a vu, était très lié à Münzer : Schedel avait sans doute pour projet de publier une compilation de textes ayant trait à Nuremberg.

  • 17 A. BERTHELOT, « Introduction », in : H. MONETARIUS (Münzer), op. cit., p. 2.

12Le récit de voyage qui nous intéresse, L’Itinerarium…, occupe les folios 96 à 274v° de ce codex. La partie consacrée à l’Espagne et au Portugal s’étend du folio 110v° au folio 211 : elle constitue, de par son extension, le « noyau dur » de ce récit de voyage. Divers éléments semblent toutefois indiquer qu’il y aurait eu « une copie intermédiaire entre l’original de Münzer et le manuscrit de Schedel »17. En effet,

  • 18 Denise PÉRICARD-MÉA, « Introduction », in : De Nuremberg à Grenade et Compostelle. Itinéraire d’un (...)

La lecture du manuscrit donne à penser que Schedel n’a pas seulement recopié les notes de voyage de Münzer mais qu’un travail de rédaction intermédiaire aurait été confié à un secrétaire dont le latin, aussi bien que la culture générale, présentaient un certain nombre d’imperfections18.

13Quoi qu’il en soit, cette copie demeure introuvable et l’unique texte dont nous disposons constitue tout de même un document exceptionnel car vieux de plus de cinq cents ans. En outre, l’une de ses particularités est d’être resté très longtemps méconnu.

  • 19 L. PFANDL, art. cit.
  • 20 J. PUYOL, art. cit.
  • 21 Jerónimo MÜNZER, Viaje por España y Portugal. 1494-1495, José LÓPEZ TORO (éd.) et Manuel GÓMEZ-MORE (...)
  • 22 Jerónimo MÜNZER, “Relación del viaje…”, Viajes de extranjeros por España y Portugal, t. I, José GAR (...)
  • 23 Jerónimo MÜNZER, Viaje por España y Portugal (1494-1495), Ramón ALBA (éd.), Madrid : Polifemo, 1991 (...)
  • 24 Jérôme MÜNZER, Voyage en Espagne et au Portugal (1494-1495), op. cit.

14En effet, ce n’est qu’en 1920 que Ludwig Pfandl publia, en l’annotant, le texte en latin de la principale partie de ce manuscrit jusqu’alors inédit, celle précisément consacrée à la péninsule Ibérique19. Dès 1924, l’érudit Julio Puyol en donna une première version en espagnol20 qui fut suivie en 1951 par une nouvelle traduction due à José López Toro21. José García Mercadal inclut à son tour ce récit de voyage en terres hispaniques dans sa collection de Viajes de extranjeros por España y Portugal, dont la première édition date de 195222. La dernière édition en langue espagnole du voyage de Münzer dans la péninsule Ibérique a été réalisée en 1991 (avec une réédition en 2002) par Ramón Alba23 : il s’agit d’un travail d’érudition comportant une introduction dense, de très nombreuses notes destinées à éclairer le texte, ainsi que des illustrations. Enfin, nous devons à Michel Tarayre, qui la réalisa en 2006, la seule édition en langue française de cette partie hispanique de l’Itinerarium de Münzer24.

  • 25 E. P. GOLDSCHMIDT, « Le voyage de Hieronymus Monetarius à travers la France », art. cit.
  • 26 De Nuremberg à Grenade et Compostelle. Itinéraire d’un médecin allemand, août 1994-avril 1495. Trad (...)

15La totalité du texte latin de l’Itinerarium… (à l’exception de la partie portant sur la péninsule Ibérique, déjà publiée par Pfandl) est aussi disponible depuis 1939 grâce à l’édition qui en a été donnée par Ernst Philip Goldschmidt25. En 2009, une équipe de spécialistes, sous la direction de Denise Péricart-Méa, a publié la première édition intégrale en langue française de la relation de voyage de Jéröme Münzer26.

  • 27 Eugène DÉPREZ, « Jérôme Münzer et son voyage dans le midi de la France en 1494-1495 », Annales du M (...)
  • 28 H. MONETARIUS (Münzer), op. cit.

16En ce qui concerne le passage de Münzer en France, on doit à Eugène Déprez la transcription publiée en 1936 du texte latin relatif à la partie de l’Itinerarium… consacrée à la partie méridionale de ce pays27 : cette publication couvre le trajet suivi par notre voyageur depuis Nuremberg jusqu’à Perpignan, ainsi que son retour d’Espagne, de Roncevaux jusqu’à Poitiers. Mais ce n’est qu’en 1996 qu’Anne Berthelot a enfin traduit en français la totalité des pages relatives aux pérégrinations de Münzer en France, y compris cette fois dans le nord du pays28.

  • 29 Jerónimo MÜNZER, Itinerário do Dr. Jerónimo Münzer, Basílio de VASCONCELOS (éd.), Coimbra : Imprens (...)
  • 30 MONETARIUS, Voyage au Pays-Bas (1495), Paule CISELET et Marie DELCOURT (éd.), Bruxelles : Office de (...)

17Dans un souci d’exhaustivité, on signalera d’une part que Basílio de Vasconcelos a donné au début des années 1930 une traduction en portugais des pages de Münzer consacrées à ce pays29, et d’autre part que la partie du périple que notre voyageur a réalisé dans les Flandres a donné lieu à une édition en français réalisée en 1942 par Paule Ciselet et Marie Delcourt30.

18Grâce à ces différentes publications, nous disposons donc d’un accès très aisé à la relation de voyage que nous a laissée Münzer, en particulier en ce qui concerne la partie espagnole de son périple, sur laquelle il convient maintenant de se pencher.

La partie espagnole du périple de Münzer selon l’Itinerarium…

Les principales caractéristiques de ce récit

19Jérôme Münzer parcourut la péninsule Ibérique entre le 17 septembre 1494 et le 9 février 1495. Si l’on exclut les huit semaines environ qu’il passa au Portugal, c’est bien un séjour de trois mois environ qu’il fit en terre d’Espagne. Cela lui donna le temps de sillonner le pays et de prendre un nombre considérable de notes portant sur ses aspects les plus divers, d’où l’intérêt majeur de cette partie du texte de l’Itinerarium…

20En effet, tant en raison de l’époque à laquelle ce voyage fut réalisé, juste à la fin de la Reconquête et au moment de la découverte du Nouveau Monde, que de la pertinence des thèmes retenus par Münzer dans ses notes (principales caractéristiques des lieux visités, exposé des coutumes observées, personnalités à qui il eut affaire, évocation des actions politiques des Rois Catholiques…), le texte de ce voyageur apporte au lecteur d’aujourd’hui une multitude de renseignements sur cette Espagne qui était en train de passer du Moyen Âge aux Temps modernes.

21Quel fut le trajet suivi par Münzer et ses compagnons ? Il est très facile de le reconstituer car l’auteur présente son périple d’une façon chronologique, datant avec précision chacune des étapes de son voyage en Espagne tout en indiquant leur durée. C’est ainsi que nous savons qu’il entra dans le pays le 19 septembre 1494 par la ville de La Junquera, puis se rendit successivement à Barcelone, Valence, Alicante, Murcie, Almería, Grenade, Málaga et Séville, d’où il partit pour le Portugal le 11 novembre 1494. Il revint en terre espagnole le 11 décembre de la même année et, entrant par la ville de Tui, il alla d’abord à Saint-Jacques-de-Compostelle, puis partit ensuite pour Zamora, Salamanque, Tolède, Madrid, Guadalajara, Calatayud, Saragosse, Tudela, Pampelune et enfin Roncevaux, pour ne citer que quelques étapes parmi de nombreuses autres. Ce voyage quasiment circulaire permit à Münzer de se rendre compte de l’immense diversité des terres, coutumes, mœurs et paysages de cette Espagne qu’il découvrait peu à peu.

22Malgré sa construction à première vue classique, puisque liée à l’usage d’un plan chronologique propre à la plupart des journaux de voyages, l’Itinerarium… constitue en fait un ensemble extrêmement original, ainsi que l’a démontré Michel Tarayre :

  • 31 M. TARAYRE, « Introduction », in : J. MÜNZER, Voyage en Espagne et au Portugal (1494-1495), op. cit (...)

Le périple et sa relation – écrit-il –, sont articulés autour de points dominants, représentatifs d’une partie de la vision de l’Espagne et du Portugal. Münzer fait ainsi émerger trois ensembles : les “lieux saints”, grands monastères et Saint-Jacques-de-Compostelle, les grandes villes maures, les grandes villes de l’Espagne et du Portugal de cette fin du XVe siècle. De plus, chaque ensemble s’articule lui-même en triptyque, ce système donnant à l’œuvre sa structure verticale, sa véritable ossature31.

23Cette structure tripartite est d’ailleurs révélatrice des aspects qui ont le plus marqué l’esprit de Jérôme Münzer lors de son passage en Espagne. On remarque très vite qu’il est très sensible à tout ce qui a trait à la religion catholique, avec un net penchant pour les monastères. Mais il semble également fasciné par les conséquences architecturales, sociales et économiques résultant des longs siècles de présence musulmane, en particulier dans les villes de Grenade, Séville et Tolède, dont l’histoire le touche beaucoup : à ses yeux,

  • 32 Ibid., p. 16.

Grenade, Séville et Tolède permettent de prendre conscience de l’ampleur du drame qui vient de s’achever, de la puissance des royaumes maures et de l’énergie que le peuple espagnol a dû déployer pour parvenir à achever la Reconquête32.

24Enfin, il sait aussi apprécier les autres villes du territoire que sont Barcelone et Madrid, dans lesquelles prédomine cette fois l’influence chrétienne :

  • 33 Ibid., p. 16-17.

Barcelone est dépeinte comme le lieu de l’entreprise, la ville dans laquelle les habitants ont su, à un moment donné, prendre leur sort en main, mais aussi comme le modèle du passé, de la ville qui voit son influence décroître […]. Madrid se présente comme la ville nouvelle, le séjour royal, siège de la puissance politique reconstruite et unifiée, pôle du rayonnement des souverains au faîte de leur gloire, lieu du savoir à travers son université33.

  • 34 Ibid., p. 17.
  • 35 Pour une analyse du voyage de Münzer en terre portugaise, on pourra consulter : Ángel Luis MOLINA M (...)

25Münzer ajoute à ces deux dernières villes celle de Lisbonne qui « offre au monde l’image de la richesse de ce roi du Portugal dont les navires se lancent à la découverte du monde »34. Mais cette cité portugaise n’entre pas dans le cadre de cette étude qui porte exclusivement sur la partie espagnole du voyage de Jérôme Münzer35.

26En utilisant comme clé de lecture la réflexion pertinente de Michel Tarayre à propos de la structure tripartite de L’Itinerarium… de Münzer, il devient facile d’aborder les moments forts de ce texte.

Un premier point fort : les « lieux saints »

27Si l’on reprend la typologie des lieux de prédilection de Münzer telle qu’elle a été établie par Michel Tarayre, les « lieux saints » qu’il retient se composent d’abord des monastères qui occupent une place de choix dans l’Itinerarium…

  • 36 J. MÜNZER, Voyage en Espagne et au Portugal (1494-1495), op. cit., p. 51.
  • 37 Ibid.
  • 38 Ibid.

28Notre voyageur consacre d’abord quelques développements à celui de Montserrat, le premier qu’il visita quelques jours après son arrivée en Espagne. Après avoir signalé la beauté du lieu (« […] c’est avec surprise que nous avons découvert le très beau monastère nommé Notre-Dame-Marie-du-Montserrat »36), il nous indique que les moines qui y vivent ne sont là que depuis peu : « Ces sont des moines de l’ordre de Saint-Benoît, de stricte obédience. Le roi Ferdinand les a fait venir cette année du royaume de Castille et a chassé les frère précédents, qui menaient une vie de débauche, sans respect pour la règle »37. L’auteur nous révèle ici implicitement l’un des aspects de la mise au pas du clergé par les Rois Catholiques, laquelle passe par sa moralisation. Outre la ferveur religieuse dans laquelle baigne le site de Montserrat – « c’est un lieu tout rempli de dévotion »38 écrit Münzer –, ce sont les richesses de ce monastère qui suscitent son admiration :

  • 39 Ibid., p. 51 et p. 53.

À côté du maître-autel brillent continuellement, nuit et jour, 23 lampadaires presque entièrement d’or et d’argent. […] Nous y avons vu [des] vases et [des] bijoux d’or et d’argent. De fabrication exquise, ils pèsent […] 800 marcs. Puis nous avons vu les habits liturgiques, très nombreux, tous en soie très précieusement entremêlée de fils d’or et d’argent. Au milieu de tout cela, nous avons vu un collier d’or de 4 marcs […]. Ensuite, combien d’ornements magnifiques, en telle quantité !39

  • 40 Ibid., p. 52.
  • 41 Ibid.
  • 42 Ibid.
  • 43 Ibid.
  • 44 Ibid., p. 54

29Münzer rapporte aussi certains détails sur l’environnement de ce monastère, en particulier sur les nombreux ermitages qui l’entourent : « On compte en effet 12 ermitages sur la totalité de la montagne, situés tout en haut ou plus bas »40. C’est donc un site propice à l’isolement et au recueillement : « C’est un endroit parfaitement adapté aux ermites. […] Un contemplateur et un solitaire auraient bien du mal à trouver meilleur endroit »41, souligne à juste titre notre auteur. Mais le confort n’y est pas absent puisque ces ermitages « sont fort agréables et construits de belle façon »42. De plus, « tous ont des citernes d’une eau très froide […] qui coule par des tuyaux de bronze, comme le vin coule d’un vase »43. C’est donc presque avec regret que Münzer reprend la route avec ses compagnons de voyage, d’autant que celle-ci n’est pas très bonne : « Le dimanche suivant, c’était le 28 septembre, nous sommes descendus à grand-peine par un autre chemin du côté nord pendant trois lieues […] »44.

30Mais très vite Münzer parvient à un second monastère qui l’enchante tout autant que celui de Montserrat : le monastère cistercien de Poblet qu’il atteint le 29 septembre 1494. Notre voyageur est, une fois de plus, ébloui par cet endroit :

  • 45 Ibid., p. 55.

Le monastère de Poblet a été si magnifiquement construit, avec de si nombreux et de si grands bâtiments, cours, celliers, cloîtres, entouré par un mur d’une très grande longueur qu’on croirait que c’est un château. Tous les bâtiments sont en pierre de taille carrée si solide, si nette, qu’on les croit sans peine construits pour résister à l’usure du temps. Je n’ai jamais vu de monastère de cet ordre plus solide et plus beau45.

  • 46 Ibid.
  • 47 Ibid., p. 56.
  • 48 Ibid.
  • 49 Ibid.
  • 50 Ibid.

31Ce qui attire d’abord son attention, c’est le nombre important de religieux qui résident en ce lieu : « À ce moment-là, 80 prêtres et frères et 40 convers y vivaient, et ils observent strictement la règle »46, précise-t-il. Après avoir rappelé que Poblet a été fondé par les rois d’Aragon, Münzer nous indique que sept d’entre eux y reposent avec leurs épouses, dont le propre grand-père de Ferdinand d’Aragon. Le monastère compte aussi une « […] très belle pharmacie, bien fournie en toutes sortes de médecines »47 et, bien entendu, une église « construite à la mode ancienne, tout comme les stalles et les sièges du chœur »48. Enfin, notre auteur s’extasie sur la taille des celliers et sur celle des vases qu’ils abritent : « Je n’ai jamais vu autant de si grands vases que dans leurs celliers ; dans l’un d’eux, j’en ai compté 17. Je crois que 30 charrettes tiendraient en un seul de ces selliers »49. Mais ce qui touche le plus Jérôme Münzer, c’est l’accueil qui lui a été réservé, ainsi qu’à ses compagnons de voyage, par les moines : « Ils nous ont prodigué beaucoup d’honneurs et nous ont montré pour nous faire honneur tout ce qu’ils avaient de précieux »50. Comme à leur habitude, ces voyageurs ne s’attardent pourtant pas en ce lieu puisqu’ils quittent Poblet dès le 30 septembre 1494

  • 51 Ibid., p. 159.
  • 52 Ibid., p. 157.
  • 53 Ibid., p 161.
  • 54 Ibid., p. 157.
  • 55 Ibid.
  • 56 Ibid., p. 159.
  • 57 Ibid., p 160.
  • 58 Ibid., p. 161.
  • 59 Ibid.
  • 60 Ibid.
  • 61 Ibid., p. 165.
  • 62 Ibid., p. 157.
  • 63 Ibid., p. 162.
  • 64 Ibid., p. 160.

32Ce n’est que bien plus tard, vers le 7 janvier 1495, que Münzer arrivera dans un troisième monastère qui, à nouveau, l’éblouira : le monastère de Guadalupe. Séduit par cet endroit, il va lui consacrer des développements assez importants, comme s’il voulait se montrer exhaustif dans ses observations. C’est ainsi qu’il présente successivement l’histoire de la création de ce monastère, les agréments de son emplacement et les différents lieux qui le composent, depuis l’église jusqu’aux logements royaux, en passant par la salle du chapitre, les celliers, les différents réfectoires, la cuisine, la bibliothèque, le dortoir, l’infirmerie et surtout la sacristie avec le trésor impressionnant qu’elle abrite. Ceux qui résident ou qui sont de passage dans le monastère de Guadalupe ne sont pas oubliés : Münzer évoque les religieux qui peuplent ce lieu (« Il y a 140 pères avec des convers, parmi lesquels 70 prêtres »51, précise-t-il), ainsi que les multiples artisans, domestiques, bergers et paysans qui contribuent à sa bonne marche, sans oublier la présence des souverains qui, comme on l’a vu, y disposent d’appartements. La première chose qui frappe Münzer est l’emplacement de premier ordre du monastère : « […] ce lieu est très abrité, couvert de vignes, d’oliviers, d’orangers et abonde en autres fruits »52 écrit-il. Et d’ajouter : « Nous sommes entrés dans deux grands jardins très beaux […] ; des canaux d’eau y irriguaient des citronniers, des orangers, des myrtes, des limoniers, des oliviers et autres »53. Il semble aussi qu’un climat exceptionnel y règne, surtout si on le compare à celui de Nuremberg, comme n’hésite pas à le faire notre voyageur : « Le huit janvier, le merle et d’autres oiseaux gazouillaient comme chez nous en mai »54 précise-t-il. Münzer s’extasie devant chacun des lieux qu’il parcourt. L’église du monastère est un bâtiment « haut, magnifique, admirable, avec une très haute coupole en avant du chœur »55, la salle du chapitre est « absolument superbe »56, le réfectoire des pères, « vaste, très haut, magnifiquement construit, mesure 55 pas de long »57, la bibliothèque comporte « 36 très belles tables »58 et elle est « bien fournie en excellents livres à bonne reliure »59, l’infirmerie « est si belle, avec de nombreuses pièces et chambres, une excellente fontaine et une pharmacie de grande valeur, que c’est difficile à croire »60. Et que dire des dortoirs, des deux immenses cloîtres et des superbes logements royaux ? Mais c’est la sacristie qui capte toute son attention du fait du trésor fabuleux, contenu dans de nombreux coffres, qu’elle abrite : Münzer énumère d’ailleurs avec soin le contenu de douze de ces coffres, ce qui lui donne le loisir de décrire les multiples ornements de très grande valeur qui s’y trouvent : ce ne sont que croix, bassins pour le lavement des mains, coupes pour le vin et l’eau, statues, couronnes, calices, ostensoirs, chandeliers, burettes, le tout en or ou argent. À ces merveilles s’ajoutent des vêtements sacerdotaux en velours brodés d’or, un livre avec une couverture de perles et de pierres précieuses, des devants d’autel et autres superbes tissus… Face à une telle abondance, notre voyageur renonce même à poursuivre cette énumération de richesses : « D’autres coffres contiennent des ornements pour chaque jour, trop nombreux pour qu’on puisse le raconter »61. Mais il est d’autres aspects du monastère de Guadalupe qui retiennent aussi l’attention de Münzer. Ainsi, l’excellence du réseau d’eau donne lieu, sous sa plume, à de nombreux commentaires. Il nous signale d’abord qu’il y a une rivière non loin du monastère. Celle-ci est « petite, mais capable de fournir des eaux douces en abondance […] »62. La salle du chapitre ainsi que l’infirmerie comportent une belle fontaine. C’est aussi le cas de l’un des cloîtres au milieu duquel il y a « une fontaine avec une vasque de cuivre fondu au superbes gravures, et une autre fontaine admirable dans un angle près du réfectoire »63. La cuisine est alimentée en eau froide et même chaude : en effet, on y trouve « […] de grands récipients de cuivre […] pour l’eau chaude et froide, avec les tuyaux correspondants »64. Tout cela est rendu possible par un astucieux système de circulation de l’eau qui enchante tant Münzer qu’il nous donne de nombreuses précisions sur son fonctionnement :

  • 65 Ibid., p. 159-160.

[…] on nous a montré une très grande citerne. Elle est remplie de l’eau qui jaillit en abondance d’une source de la montagne et qui est répartie par diverses canalisations dans de très nombreuses fontaines à travers tout le monastère, à la cuisine, dans la salle capitulaire, à l’infirmerie, dans le cloître et à la sacristie. Elle fournit partout en abondance une eau très douce et potable. Ces canalisations faites avec une habileté stupéfiante, sont d’un luxe étonnant, en marbre, en cuivre, en plomb et en diverses sortes de terres65.

33Enfin, la singularité de certaines choses que Jérôme Münzer voit à l’intérieur du monastère de Guadalupe le pousse à en rédiger des descriptions précises. C’est ainsi qu’il consacre un assez long passage à divers restes d’animaux, pièces peu courantes pour les hommes de l’époque, et qui suscitent donc son vif étonnement :

  • 66 Ibid., p. 162.

Nous avons vu aussi la peau d’un très grand crocodile […]. Il y a aussi une très grande carapace de tortue […] dans laquelle on pourrait se laver comme dans un baquet. Il y a aussi deux très grands fanons, de 4 aunes de long et de deux palmes de large à leur base, qui ont été pris au Portugal à un poisson, une très grande baleine, qui en avait 1 200 dans sa barbe ; la grandeur de ce poisson était inimaginable. Il y a aussi une très grande défense d’éléphant66.

  • 67 Ibid.
  • 68 Ibid.

34D’autres animaux exotiques, vivants cette fois, attirent aussi son attention : dans les appartements royaux, Münzer signale la présence d’un certain nombre de perroquets, et il décrit en particulier l’un d’eux « à cinq couleurs, la tête grise, le cou vert, le ventre noirâtre, la queue rouge et les ailes bleues à bout vert »67. Tous ces éléments font que Münzer ne peut que s’exclamer : « Oh ! comme ce lieu est délectable, plein de recueillement ! […] On ne peut décrire totalement cette splendeur »68.

35Parmi les autres lieux « lieux saints » retenus par Michel Tarayre figure aussi Saint-Jacques-de-Compostelle. C’est le 13 décembre 1494 que Münzer et ses trois compagnons y parviennent. Ainsi qu’il a coutume de le faire, notre voyageur commence par en décrire le site :

  • 69 Ibid., p. 143.

La ville n’est pas grande, mais ancienne, et fortifiée par un vieux rempart avec beaucoup de très puissantes tours. Son territoire est bon, et les jardins de la cité sont remplis d’orangers et de citronniers, de pêchers, de pruniers et autres arbres fruitiers. […] Le climat est bon et à l’intérieur des remparts comme à l’extérieur s’élèvent de nombreux monastères69.

  • 70 Ibid., p. 143-144.

36Après avoir simplement cité les principaux d’entre eux – les monastères de Saint-Dominique, de Saint-Benoît et de Sainte-Claire – Münzer devient beaucoup plus prolixe quand il évoque la célèbre église Saint-Jacques, « une des trois principales églises, après celle de Rome et celle d’Éphèse, en Asie, maintenant disparue »70. Il rappelle qu’elle a été édifiée par Charlemagne et précise ses dimensions impressionnantes :

  • 71 Ibid., p. 144.

La longueur de la branche principale est de 100 pas, celle des bras de 120 pas, la largeur de ces bras est de 15 pas, celle de la branche principale de 32, la longueur totale, nef et chœur est de 150 pas71.

37Pour insister sur la taille de l’édifice, il ajoute :

  • 72 Ibid., p. 145.

Il y a 12 chapelles autour du chœur, et la voûte à l’extrémité de la croix est très haute. En son milieu, on balance d’un côté à l’autre un très grand encensoir qui dispense une fumée aromatique72.

  • 73 Ibid., p. 147.

38Puis Münzer consacre des lignes assez denses à l’archevêque, aux chanoines de l’église ainsi qu’aux reliques qui y sont abritées. Au passage, il évoque les grandes fêtes religieuses qui s’y déroulent, qu’elles soient propres à l’Espagne ou à l’ensemble de la chrétienté. Mais il semble bien peu apprécier l’attitude des visiteurs puisqu’il déclare : « Les gens font sans cesse un tel fracas dans l’église, qu’on se croirait à une foire. Il y a bien peu de recueillement à cet endroit »73.

Le deuxième point fort : les villes maures de Grenade, Séville et Tolède

39Les villes qui sont demeurées longtemps musulmanes éveillent beaucoup la curiosité de Jérôme Münzer. Trois d’entre elles, ont été retenues par Michel Tarayre dans son analyse de la structure tripartite de l’Itinerarium… : Grenade, Séville et Tolède.

  • 74 À propos de Grenade, voir : Catherine GAIGNARD, Maures et chrétiens à Grenade, 1492-1570, Paris : L (...)

40L’arrivée de Münzer à Grenade a lieu le 22 octobre 1494. Le témoignage qu’il nous transmet dans son récit est d’une importance capitale car il constitue l’une des toutes premières descriptions de cette ville depuis qu’elle est tombée devant les troupes espagnoles, un peu plus de deux ans auparavant, le 2 janvier 149274. Münzer consacre d’ailleurs quelques développements à l’histoire de la conquête du royaume de Grenade. Il souligne en particulier l’action libératrice des Rois Catholiques en rappelant qu’avant sa chute, la ville était

  • 75 J. MÜNZER, Voyage en Espagne et au Portugal (1494-1495), op. cit., p. 100.

[…] une horrible prison pour les chrétiens. Tous les chrétiens, dix ou vingt mille, année après année, dans une très dure servitude, des chaînes de fer aux pieds, y étaient contraints à travailler la terre comme des bêtes et à supporter les souffrances les plus affreuses75.

  • 76 Ibid., p. 98.
  • 77 Au sujet de la liberté de culte accordé aux musulmans telle qu’elle apparaît dans les Capitulations (...)

41Puis il évoque le départ d’une grande partie des habitants musulmans de la ville après la reddition de Boabdil, dernier maître de Grenade : « Quand Grenade eut été vaincue et ramenée sous domination chrétienne, plusieurs milliers d’êtres humains, plus de quarante mille hommes […] partirent en Afrique »76 rappelle-t-il. Malgré ces départs massifs, de nombreux musulmans résident encore à Grenade où ils peuvent pratiquer librement leur culte77 :

  • 78 J. MÜNZER, Voyage en Espagne et au Portugal (1494-1495), op. cit., p. 92.

[…] nous nous sommes rendus à la grande mosquée et, comme c’était vendredi, jour de fête pour eux, nous avons vu beaucoup de leurs prêtres hululer dans la tour. Une telle foule de Sarrasins se rassembla que beaucoup durent rester dehors. Je crois qu’il y avait là plus de deux ou trois mille hommes78.

42Toujours à propos des musulmans grenadins, notre auteur ajoute de précieux passages consacrés à leur mode de vie. Pour ce qui est des demeures que la plupart d’entre eux occupent, Münzer précise :

  • 79 Ibid., p. 96.

Les maisons des Sarrasins sont pour la plupart si petites avec de si petites pièces, crasseuses à l’extérieur, mais belles à l’intérieur, qu’on a peine à le croire. Elles ont pour la plupart une adduction d’eau ou des citernes. […] Et elles sont si imbriquées les unes dans les autres qu’on dirait des nids d’hirondelles79.

  • 80 Ibid., p. 97.

43Mais il tient tout de même à nuancer ces affirmations en soulignant que « […] les Sarrasins nobles et riches possèdent à Grenade de belles, voire de magnifiques maisons, avec des cours, des petits jardins, de l’eau courante […] »80.

44Les vêtements des musulmans sont aussi décrits avec soin :

  • 81 Ibid., p. 106-107.

Je n’ai vu aucun homme porter de chausses […]. Par contre, toutes les femmes portent des chausses de lin ou de laine, larges et enroulées, qu’elles attachent comme les moines à leur caleçon à hauteur du nombril. Puis, par dessus ces chausses, elles revêtent une étoffe très blanche de lin, de coton ou de soie. Et elles cachent leur visage et leur tête, de sorte qu’on ne voie que les yeux81.

45Enfin, Münzer insiste sur les rites religieux qu’il a pu observer :

  • 82 Ibid., p. 104-105.

Seuls les hommes rentrent dans les moquées. […] Les Sarrasins sont surtout fidèles à faire les aumônes et à jeûner au temps convenu, du lever de l’astre du matin jusqu’à l’apparition de celui de la nuit. […] Chaque matin, […] à midi et le soir, leurs prêtres montent dans leurs tours et crient […] : “Dieu est grand et tout puissant et Mahomet est son messager et son prophète”. Ils crient aussi de nombreuses autres prières dans lesquelles ils célèbrent à leur façon la gloire de Dieu82.

  • 83 Ibid., p. 93.
  • 84 Ibid.
  • 85 Ibid., p. 95.

46Pour en revenir à la ville de Grenade, on remarque que Münzer, passionné de géographie, semble prendre plaisir à nous présenter avec force détails le site sur lequel s’élève cette cité nouvellement reconquise. Désireux de mettre en avant tous les avantages de ce lieu, il souligne, par exemple, combien la plaine de Grenade est fertile : « Cette très grande plaine peut être irriguée en tout endroit par de l’eau et elle a une terre si riche et si fertile que le même champ donne du blé deux fois dans l’année »83. La liste des arbres fruitiers que l’on y trouve est impressionnante : « […] elle est très riche en espèces d’arbres variées, principalement en oliviers, cognassiers, figuiers, amandiers, grenadiers, orangers, citronniers, etc. »84. Enfin, la présence de deux fleuves permet de subvenir aux besoins en eau de la ville : « C’est par toutes leurs eaux que Grenade est irriguée au moyen de canaux construits avec une ingéniosité extraordinaire »85. Jérôme Münzer se montre aussi un témoin particulièrement attentif aux transformations que la ville connaît depuis peu. Grâce à son récit, nous apprenons que

  • 86 Ibid., p. 97.

Le roi Ferdinand a fait agrandir un bon nombre de rues et, après destruction de quelques maisons, a fait édifier des marchés. Il a aussi fait raser le quartier juif, dans lequel habitaient vingt mille Juifs et, aux frais du royaume, il a fait construire un grand hôpital et une très grande église en l’honneur de la Sainte Vierge86.

  • 87 Ibid., p. 110.

47Ces changements rapides conduisent notre témoin à souligner que « […] beaucoup de choses ont été faites en peu de temps par l’administration royale »87 et ce d’autant plus que

  • 88 Ibid.

[…] le roi a donné le dixième des tous les revenus de tout Grenade pour construire des églises, secourir les pauvres en un hôpital […]. Il a accru le revenu de la léproserie et de la maison des innocents et des fous qui ont été fondées par les Maures et ne leur a rien enlevé88.

  • 89 Ibid., p. 88.
  • 90 Ibid., p. 92.
  • 91 Ibid.

48Plusieurs édifices importants bâtis par les musulmans sont donc toujours présents : c’est le cas du plus prestigieux d’entre eux, l’Alhambra, que Münzer visite dès le 23 octobre 1494. Cette visite donne lieu à une rencontre avec Íñigo López de Mendoza, comte de Tendilla et châtelain de Grenade avec qui Münzer converse en latin. Le lieu, avec ses jardins ornés de citronniers et de myrte, ses bassins d’eau, ses salles pavées de marbre et ses bains, enchante notre voyageur au point qu’il n’hésite pas à écrire : « Tout a été agencé de façon si magnifique, si superbe, si exquise, qu’on se serait cru au paradis »89. Désireux de tout voir, Münzer se rend même aussi hors les murs de la ville à l’Albaicín « qui comporte plus de quatorze mille habitants »90 selon ses dires : « Dans cette cité – écrit-il –, ou plutôt ce quartier de Grenade, se trouve une belle mosquée à 86 colonnes détachées »91. Mais bientôt le temps vient pour Münzer et ses compagnons de reprendre la route : ils quittent Grenade le 27 octobre 1494 et, après être passés par Malaga, parviennent à Séville au début du mois de novembre.

49Séville est la seconde cité marquée par une très forte présence musulmane à laquelle Jérôme Münzer s’intéresse beaucoup. Il y parvient le 4 novembre 1494. D’emblée, en bon géographe, il propose une description du site sur lequel s’élève la cité. Il insiste particulièrement sur l’abondance de l’eau, en partie tirée du Guadalquivir :

  • 92 Ibid., p. 118.

Près de son rempart ouest coule le Guadalquivir […]. Chaque jour, au moment de la marée montante, il gonfle d’une hauteur de trois ou 4 aunes. Il offre alors de l’eau un peu salée. Mais il baisse quand la mer se retire, et il est alors d’une eau excellente, très douce. Séville a beaucoup d’autre eau potable. Entre autres, elle a un aqueduc […]. Cette eau […] est d’une grande utilité pour irriguer des petits jardins, pour nettoyer les rues, les maisons et autres92.

  • 93 Ibid., p. 117.
  • 94 Ibid., p. 119.
  • 95 Ibid.
  • 96 Ibid., p. 118.

50L’aspect monumental de Séville plaît beaucoup à Münzer. Il s’extasie tout d’abord devant l’église cathédrale où il s’est rendu dès son arrivée : « Nous sommes montés dans le très haut clocher de l’église de la Sainte-Vierge, qui était autrefois une très grande mosquée »93. Le bâtiment était encore en cours de construction : « L’église est achevée, le chœur pas encore »94, écrit-il. Il précise même : « Je crois qu’elle sera totalement terminée dans 6 ans »95. Il s’étend ensuite sur les dimensions de l’édifice, les sept nefs qu’il comporte, les magnifiques sièges de stalles… Münzer souligne aussi que « la ville possède aussi beaucoup de superbes monastères, de Saint François, de Saint Augustin, de moniales et autres »96. Un passage, à propos de l’un de ces monastères, retient particulièrement notre attention car il montre, une fois de plus, à quel point la monarchie a su mettre au pas le clergé :

  • 97 Ibid., p. 120.

Le roi fit réformer de nombreux monastères à Séville, parmi lesquels un monastère de frères mineurs, qui se révoltèrent et, usant de leurs privilèges, firent publiquement excommunier le roi. Le roi autorisa la proclamation de l’excommunication chaque dimanche mais tint ferme sur ses positions et, libéré du lien de l’excommunication à force de patience, il les contraignit à rester dans l’observance de leur règle97.

  • 98 Ibid., p. 122.
  • 99 Ibid.

51L’autre lieu que Münzer nous décrit est celui où sont bâtis plusieurs palais, et en particulier celui que fit construire Alphonse X le Sage. Ce bâtiment lui rappelle beaucoup l’Alhambra de Grenade : « Il est construit sur le même style, avec des patios, des grandes salles, des allées, des adductions d’eau, il est décoré avec du marbre, de l’or, de l’ivoire […] »98. De plus, il comporte aussi des « […] jardins, grands et petits, avec des limoniers, des citronniers, des orangers, du myrte, de l’eau courante […] »99. Münzer est même, une fois de plus, le témoin direct des aménagements qui sont en cours dans ce palais :

  • 100 Ibid.

Aujourd’hui, le roi fait construire beaucoup de nouveaux logements. Il fait réparer les vieux bâtiments écroulés et préparer trois logements, pour lui, son fils et la reine, des logements au goût exquis, construits avec art, de sorte que nul n’y rien trouve à redire100.

  • 101 Ibid., p. 125.

52Une semaine après leur arrivée, le 11 novembre 1494, Münzer et ses compagnons reprennent la route : « […] nous sommes sortis du territoire de Castille et avons pénétré dans le royaume de Portugal »101. Ils y restèrent un mois et, après être passés par la Galice, cheminèrent jusqu’à Tolède, troisième ville dont le passé a conduit Michel Tarayre à la classer parmi les « grandes villes maures ».

  • 102 Ibid., p. 166.
  • 103 Ibid., p. 166-167.
  • 104 Ibid., p. 167.
  • 105 Ibid.
  • 106 Ibid.
  • 107 Ibid., p. 168.
  • 108 Ibid., p. 170.
  • 109 Ibid.
  • 110 Ibid.
  • 111 Ibid., p. 171.
  • 112 Ibid.

53Tolède est atteinte le 14 janvier 1495. Münzer, comme à l’accoutumée, décrit le site de cette ville en précisant qu’elle est « très puissamment établie sur une montagne »102, puis ajoute que « le Tage en entoure les trois quart dans une profonde vallée »103. Pour être encore plus explicite, il compare alors la ville à d’autres qu’il connaît bien : « Sa situation, pour ainsi dire, est semblable à celle de Berne en Helvétie, sauf que la montagne et la pente de tous côtés sont plus abruptes. […] La cité est […] beaucoup plus grande et beaucoup plus peuplée que Nuremberg »104. La description qu’il donne de la cathédrale tolédane, lui permet, au passage, de rappeler le passé mouvementé que cette cité a connu lors de la Reconquête : « Cette église a été construite avec l’argent et les biens pris aux Sarrasins après la reconquête de la cité de Tolède, à plusieurs reprises perdue et récupérée par les Maures »105. Münzer s’extasie devant cet édifice : « Nous n’avons pas vu en Espagne d’église qui fût terminée comparable à celle-ci, extrêmement belle et élégante »106. Mais ce qui retient encore plus son attention, ce sont les richesses qu’elle contient et qui sont conservées dans des coffres : superbes peintures, statues précieuses, splendides objets liturgiques en or ou argent, extraordinaire Bible en parchemin comportant trois volumes, riches chasubles dont l’une, brodée de perles et de pierres précieuses avait coûté 25 mille ducats, somme prodigieuse si l’on considère que « pour son entretien, l’église dispose chaque année de huit mille ducats, grâce auxquels on la conserve en état, on répare les dégâts et on construit de nouveaux bâtiments »107. Différents monastères donnent ensuite lieu à quelques commentaires : il s’agit des monastères de Saint-Jean, de la Sainte-Trinité et de Saint-Augustin. Le premier, destiné à des franciscains, est alors encore en cours de construction puisque « l’église est terminée, sauf le chœur […] »108. Münzer annonce d’ailleurs qu’il « y aura aussi un très beau cloître »109 et il ajoute : « L’architecte du monastère m’a dit qu’il aura bien coûté deux cent mille ducats lorsqu’il sera terminé »110. En revanche, les deux autres monastères évoqués sont beaucoup plus anciens puisqu’ils ont encore conservé la trace de la présence musulmane : ainsi, l’église du monastère de la Sainte-Trinité « est une très ancienne mosquée des Maures »111, tandis que le monastère de Saint-Augustin « fut autrefois la forteresse du roi des Sarrasins »112. Notre voyageur relate l’histoire récente de ce dernier monastère afin de montrer, une fois de plus, combien les Rois Catholiques ont contribué à moraliser le clergé du pays : selon Münzer,

  • 113 Ibid., p. 171-172.

Les frères furent de mœurs dissolues, se livrèrent à la débauche, et ils laissèrent le monastère aller à la ruine. Le roi a chassé ces premiers occupants et installé des frères de stricte observance113.

54L’action des monarques dans le domaine de la religion est sans cesse louée par Münzer. C’est ainsi qu’il rappelle que

  • 114 Ibid., p. 170.

Le roi, de fait, et avec lui la reine, depuis la prise de Grenade et le retour de toute l’Espagne au meilleur des états, se soucient surtout de la religion, restaurent les vieilles églises, en fondent de nouvelles, construisent et dotent un grand nombre de monastères114.

55Ces réalisations ont été rendues possibles par la saisie des biens des juifs récemment expulsés et des hérétiques morts sur les bûchers de l’Inquisition :

  • 115 Ibid., p. 171.

Je crois – note Münzer – qu’on fait édifier de tels bâtiments essentiellement avec les biens des marranes, qui étaient les plus riches de toute l’Espagne, et avec ceux des convaincus d’hérésie, condamnés au bûcher, dont les biens échoient au trésor royal115.

  • 116 Ibid., p. 172.
  • 117 Ibid.
  • 118 Ibid., p. 172-173.

56Les remarques sur Tolède s’achèvent par quelques lignes étonnantes de brièveté consacrées à sa population qui est qualifiée de « très civile »116 et aux membres du clergé de la ville qui « sont si nombreux […] que c’en est étonnant »117. Münzer et ses compagnons de voyage reprennent alors la route : « Le 17 janvier, nous sommes sortis de Tolède […] et nous sommes arrivés au bout de 12 lieues, en pleine nuit, à Madrid, où se reposaient alors Leurs Majestés Royales »118.

Le troisième point fort : les villes de Madrid, Barcelone et Lisbonne

  • 119 Ibid., p. 175.
  • 120 Ibid.

57Madrid est, avec Barcelone et Lisbonne (qui ne sera pas abordée ici), l’une des trois villes retenues par Michel Tarayre dans son explication de la structure tripartite de l’Itinerarium… de Münzer. Cette ville ne donne lieu à aucun développement quant à sa population ou à son architecture. Certes, cela peut s’expliquer car Madrid n’est pas encore l’endroit où, bien des années plus tard, la cour s’établira définitivement. Münzer se contente d’ailleurs d’une description lapidaire : « Madrid est grand comme Biberach, mais possède un très vaste territoire. Celui-ci abonde en sources d’eaux vives, et la nourriture se trouve à bas prix […] ». En fait, ce qui confère un statut d’exception à cette ville aux yeux de Münzer c’est le fait que les Rois Catholiques y séjournent et qu’il va pouvoir les rencontrer au cours d’une audience. Avant d’évoquer cette entrevue, il se lance dans une longue digression au cours de laquelle il retrace d’une façon extrêmement détaillée comment Isabelle avait pu monter sur le trône de Castille du fait de l’impuissance présumée de son frère Henri : en effet, la fille de ce dernier aurait été le fruit d’un adultère de la reine Jeanne et, par conséquent, ne pouvait donc pas accéder à la couronne de Castille, laissant ainsi le champ libre à Isabelle. Pour Ferdinand, roi d’Aragon, Münzer rappelle simplement quels furent les souverains qui le précédèrent sur le trône de ce royaume. C’est le 24 janvier 1495 que notre voyageur est reçu par ces monarques. « J’ai prononcé ce petit discours improvisé »119 nous indique-t-il. Et Münzer de transcrire les paroles qu’il aurait prononcées en cette occasion. Il entame ce discours en rappelant que l’action des Rois Catholiques « est connue sur toute la surface de la terre »120 et que, grâce à eux,

  • 121 Ibid.

[…] les royaumes d’Espagne qui, au temps passé, semblaient presque écroulés, en ruines, déchirés par des querelles intestines, des haines secrètes et l’intérêt privé, ont été ramenés […] de la plus grande discorde à la plus grande paix, au plus grand calme et à la prospérité121.

  • 122 Ibid., p. 175-176.

58Il ajoute aussitôt : « […] je me suis rendu en Espagne afin de pouvoir voir de mes propres yeux ce que j’avais appris par mes oreilles »122. Puis il relate les différentes étapes de son périple en terre d’Espagne et conclut :

  • 123 Ibid., p. 177.

Comme nous désirions voir les auteurs de si grandes choses, nous sommes venus voir Vos Majestés à Madrid. Je le déclare, nous sommes venus, nous avons triomphé des montagnes et nous voyons maintenant les auteurs de tant de hauts faits123.

  • 124 Ibid., p. 181.
  • 125 Ibid.
  • 126 Ibid.
  • 127 Ibid., p. 181-182.
  • 128 Ibid., p. 177.

59Cette rencontre donne l’occasion à Jérôme Münzer de dresser un portrait physique et moral extrêmement minutieux des deux souverains qu’il complète par quelques remarques sur leurs cinq enfants. En outre, ces pages sont émaillées de réflexions sur les actions menées par les Roi Catholiques. Ainsi, lorsqu’il rappelle que « le peuple espagnol aime se pavaner dans des vêtements de brocard, de soie et d’autres matière précieuses »124, il ajoute aussitôt : « À ce propos, [la reine] a promulgué des lois afin que ses sujets ne se livrent pas à ces excès et que les richesses ne sortent pas d’Espagne pour être dissipées de la sorte »125. Quant à Ferdinand, Münzer nous signale qu’il « se prépare surtout avec ses navires, ses chevaux et autres approvisionnements pour une expédition en Afrique »126. Et de conclure : « Une fois maître de l’Afrique, il reconquerra facilement Jérusalem »127. Cela répond d’ailleurs à l’un des passages de son discours dans lequel il disait : « Je ne vois rien qui reste à faire à Vos Majestés, sauf d’ajouter à vos triomphes la récupération du tombeau du Seigneur à Jérusalem »128. Nous sommes bien là dans une époque charnière entre le Moyen Âge avec ses rêves de croisades et les Temps modernes qui s’ouvrent à de nouvelles préoccupations…

  • 129 Ibid., p. 43.
  • 130 Ibid.
  • 131 Ibid.
  • 132 Ibid., p. 44.

60Si Madrid n’a pas suscité de longs commentaires de la part de Jérôme Münzer, ce n’est pas le cas de Barcelone, ville qu’il visite à l’occasion de l’une de ses premières étapes en terre hispanique. Il y parvient avec ses compagnons de route le 21 septembre 1494. D’emblée, il la qualifie de « belle cité de Barcelone »129 et même de « superbe cité de Barcelone »130, puis, selon son habitude, relate les caractéristiques du site où elle s’élève : « Elle se dresse dans une très belle plaine, bordée au sud par la mer et ceinte à l’orient, à l’occident et au nord par une sorte d’hémicycle de montagnes fertiles ».131 On y trouve des jardins et des champs « offrant les fruits les plus agréables, grenades, citrons, nèfles, oranges, dattes, artichauts, pommes de pin, et aussi raisins, pêches et autres »132. La modernité de cette cité semble le fasciner, ainsi que l’attestent les quelques lignes qu’il consacre au système d’évacuation des eaux usées :

  • 133 Ibid., p. 50.

Barcelone possède aussi dans sa plus grande partie et dans les rues les plus fréquentées des conduites et des canaux souterrains pour l’eau, de telle sorte que tous les rejets qui proviennent des cuisines et des égouts vont de là se purifier dans la mer133.

  • 134 Ibid., p. 44.
  • 135 Ibid.
  • 136 Ibid., p. 46.
  • 137 Ibid.

61Quatre lieux retiennent particulièrement son attention au point qu’il consacre à chacun d’eux quelques lignes : l’église cathédrale, la maison des marchands, le palais de l’infant Henri et l’hôtel de ville. Dès son arrivée à Barcelone, Münzer s’est rendu à la cathédrale à laquelle il accorde les qualificatifs de « magnifique, vraiment superbe »134. Les trésors qui y sont conservés l’enchantent et il apprécie la vue que l’on a depuis son clocher : « Je suis monté dans son clocher très élevé, d’où j’ai contemplé avec beaucoup d’attention comme d’un observatoire la disposition du lieu et de la ville »135. La maison des marchands attire aussi son attention : c’est « un bâtiment voûté de toute beauté, tel qu’on croirait une église et un grand palais »136. Il n’omet pas d’évoquer la fonction capitale que ce lieu, avec ses marchands et ses changeurs, joue dans le commerce maritime de la ville. Le palais de l’infant Henri – ce dernier étant le cousin de Ferdinand d’Aragon – lui semble « si beau, si admirable, comme on n’en trouve nul autre pareil »137 Il ajoute d’ailleurs :

  • 138 Ibid.

Toutes les salles du château ont leur sol couvert de terre cuite aux dessins et couleurs variés. Les plafonds sont tous revêtus d’or très pur, ornés de diverses fleurs d’or. Quel superbe palais !138

  • 139 Ibid., p. 49.

62Il y voit des animaux alors peu connus : une espèce de civette ainsi qu’un perroquet et des étourneaux. Enfin, l’hôtel de ville lui apparaît comme « tout à fait superbe, avec un agréable jardin et de grands bâtiments »139. Il retient surtout qu’en vue de la bonne gestion des affaires de la ville, un système d’archives a été mis au point :

  • 140 Ibid., p. 49-50.

On nous a montré une pièce remplie de très grands livres, telle qu’on aurait cru une grande bibliothèque. On y retranscrit les événements de l’année, un livre différent pour chaque année, et pas seulement ce qui concerne les impôts et l’administration, mais aussi tout le reste. Si quelqu’un a un doute sur quelque chose qui a été fait de nombreuses années auparavant, pour peu qu’il ait noté le jour ou l’année, il peut effectuer une recherche dans chacune de ces annales140.

63Après cinq jours d’un séjour qui paraît avoir beaucoup plu à Münzer, ce dernier reprend la route avec ses trois compagnons…

Conclusion

  • 141 « El “Itinerario” de Münzer ofrece interés general por su valor literario » (R. de LLORENS, « Monet (...)
  • 142 « En lo que concierne la forma, preciso es reconocer que el Itinerario está muy lejos de poder ser (...)
  • 143 Élodie LECUPPRE-DESJARDINS, « L’autre et la ville : l’apport des témoignages étrangers dans la conn (...)
  • 144 Ibid.
  • 145 J. MÜNZER, Voyage en Espagne et au Portugal (1494-1495), op. cit., p. 175.
  • 146 Ibid., p. 66.
  • 147 Ibid., p. 55.

64En se penchant sur l’Itinerarium… de Jérôme Münzer, et plus précisément sur la partie de ce texte consacrée par l’auteur à son périple en terre d’Espagne, on peut se demander si ces pages relèvent de la stricte littérature de voyage, à l’écriture plaisante et recherchée, ou si, au contraire, elles constituent un document n’ayant pas une visée littéraire, mais relevant plutôt de l’écriture de l’histoire dans laquelle les fioritures et les effets de style ne sont pas de mise. Si certains auteurs trouvent que « l’Itinerarium… de Münzer offre un intérêt général de par sa valeur littéraire »141, d’autres spécialistes relèvent, en revanche, une écriture beaucoup plus chaotique, sans la moindre dimension littéraire du fait de l’usage d’une langue latine macaronique rendant certaines phrases vraiment obscures. Ainsi, l’académicien Julio Puyol, auteur de la première version en espagnol de la partie de ce texte portant sur l’Espagne, affirme que « pour ce qui est de sa forme, il faut reconnaître que l’Itinerarium… est loin de pouvoir être présenté comme un modèle de littérature »142. De même des remarques telles que « […] cet auteur ne poursuit aucune ambition littéraire »143 sont courantes sous la plume des érudits qui ont étudié l’Itinerarium…, et l’on a aussi affirmé que Münzer, en bon catholique, n’était motivé que par « le seul désir d’enregistrer toutes les manifestations de la Grâce divine sur terre »144. En effet, à la lecture de ce texte, force est de constater que des mots sont répétés jusqu’à trois fois au sein d’une même phrase, qu’il existe un certain désordre narratif au sein de ce récit et que des passages très soignés sont soudain suivis de lignes qui ne sont que des notes de voyages à peine mises en forme. On remarque aussi de curieuses ellipses sous forme de phrases du type « Il y aurait beaucoup à écrire sur le sujet, mais je m’abstiens, pour faire bref »145 ou « On pourrait écrire beaucoup à ce sujet »146, sans parler d’annonce telles que « On raconte à son sujet une histoire étonnante »147, laquelle est totalement passée sous silence par Münzer ! Pour l’Itinerarium…, tout ceci ne plaide pas en faveur d’un texte purement littéraire et, même si certains de ses passages sont particulièrement réussis du point de vue de l’écriture, il faut se résoudre à accepter que la valeur première de ce document est, malgré les silences qu’il contient parfois et que l’on vient d’évoquer, son indéniable dimension historique. Cela est dû au fait que Münzer s’est trouvé dans un pays en pleine transition, passant du Moyen Âge aux Temps modernes et qui a vu récemment l’expulsion des juifs, la découverte du Nouveau Monde ainsi que l’achèvement de la Reconquête, le tout sous la houlette réformatrice des Rois Catholiques. C’est donc essentiellement en tant que témoignage historique qu’il faut d’abord considérer la « voix » de Jérôme Münzer qui parvient jusqu’à nous car la vision qu’il porte sur ce pays permet de faire revivre une Espagne à tout jamais disparue grâce à la foule de données que contient l’Itinerarium…

Haut de page

Notes

1 Il s’agit essentiellement des deux ouvrages suivants : Raymond FOULCHÉ-DELBOSC, Bibliographie des voyages en Espagne et en Portugal, Madrid : Julio Ollero, 1991 (fac-similé de l’ouvrage original publié en 1896) et José GARCÍA MERCADAL (éd.), Viajes de extranjeros por España y Portugal: desde los tiempos más remotos hasta comienzos del siglo XX, Valladolid : Junta de Castilla y León, Consejería de Educación y Cultura, t. 1, 1999.

2 Ce récit, rédigé en allemand, figure dans un manuscrit conservé à la bibliothèque Sainte-Isabelle de Breslau. Son texte a été publié pour la première fois en 1806 dans le journal Schlesien ehedem und jetz. Il en existe une traduction espagnole : « Viaje de Nicolas de Popielovo por España y Portugal », in : Viajes de extranjeros por España y Portugal en los siglos XV, XVI y XVII, Madrid : Casa editorial de Medina, 1878.

3 Le titre original est : Itinerarium sive peregrinatio excellentissimi viri, artium ac utriusque medicine doctoris, Hieronymi Monetarii de Feldtkirchen, civis Nurembergensis. Il sera utilisé ici sous sa forme abrégée : Itinerarium…

4 La partie de cette relation consacrée à la péninsule Ibérique a donné lieu à une traduction française à partir de laquelle sont tirées les citations qui figurent dans la présente étude : Jérôme MÜNZER, Voyage en Espagne et au Portugal (1494-1495), Michel TARAYRE (éd.), Paris : Les Belles Lettres, 2006.

5 Ou plus précisément de ces Espagnes, puisqu’il serait plus correct de parler de l’Aragon et de la Castille, États alors indépendants dont les seuls liens reposaient sur l’union personnelle d’Isabelle de Castille et de Ferdinand d’Aragon. C’est uniquement par commodité de langage que le terme « Espagne » sera utilisé ici.

6 Ludwig PFANDL, « Itinerarium hispanicum », Revue hispanique, t. 48, 113, 1920, p. 1-179.

7 Julio PUYOL, « Jerónimo Münzer: Viaje por España y Portugal en los años 1494 y 1495 », Boletín de la Real Academia de la Historia, 84, 1924, p. 32-119, p. 197-279.

8 Ernst Philip GOLDSCHMIDT, Hieronymus Münzer und seine bibliothek, London : Studies of the Warburg Institut, vol. 4, 1938 ; id., « Le voyage de Hieronymus Monetarius à travers la France », Humanisme et Renaissance, 6, 1939, p. 55-78, p. 198-220, p. 324-348, p. 529-539.

9 Hieronymus MONETARIUS (Münzer), Voyage à travers la France (1494/95), Anne BERTHELOT (éd.), Greifswald : Reineke-Verlag, 1996.

10 De Nuremberg à Grenade et Compostelle. Itinéraire d’un médecin allemand, août 1994-avril 1495. Traduction du récit de voyage de Jérôme Münzer, Denise PÉRICARD-MÉA (éd.), Paris-Biarritz : Atlantica, coll. « Autour de Compostelle », 2009.

11 Michel TARAYRE, « Introduction », in : Jérôme MÜNZER, Voyage en Espagne et au Portugal (1494-1495), op. cit., p. 11-14.

12 Anne BERTHELOT, « Introduction », in : H. MONETARIUS (Münzer), op. cit., p. 1, note 1.

13 H. MONETARIUS (Münzer), op. cit., p. 2.

14 Ibid., p. 2-3.

15 A. BERTHELOT, « Introduction », in : H. MONETARIUS (Münzer), op. cit., p. 6.

16 Manuscrits latins de la Bayerische Staatsbibliothek de Munich, n° 431.

17 A. BERTHELOT, « Introduction », in : H. MONETARIUS (Münzer), op. cit., p. 2.

18 Denise PÉRICARD-MÉA, « Introduction », in : De Nuremberg à Grenade et Compostelle. Itinéraire d’un médecin allemand, août 1494-avril 1495. Traduction du récit de voyage de Jérôme Münzer, op. cit., p. 14.

19 L. PFANDL, art. cit.

20 J. PUYOL, art. cit.

21 Jerónimo MÜNZER, Viaje por España y Portugal. 1494-1495, José LÓPEZ TORO (éd.) et Manuel GÓMEZ-MORENO (prologue), Madrid : Aldus, coll. “Almenara”, n° 2, 1951.

22 Jerónimo MÜNZER, “Relación del viaje…”, Viajes de extranjeros por España y Portugal, t. I, José GARCÍA MERCADAL (éd.), Madrid : Aguilar, 1952, p. 347-368.

23 Jerónimo MÜNZER, Viaje por España y Portugal (1494-1495), Ramón ALBA (éd.), Madrid : Polifemo, 1991 et 2002.

24 Jérôme MÜNZER, Voyage en Espagne et au Portugal (1494-1495), op. cit.

25 E. P. GOLDSCHMIDT, « Le voyage de Hieronymus Monetarius à travers la France », art. cit.

26 De Nuremberg à Grenade et Compostelle. Itinéraire d’un médecin allemand, août 1994-avril 1495. Traduction du récit de voyage de Jérôme Münzer, op. cit.

27 Eugène DÉPREZ, « Jérôme Münzer et son voyage dans le midi de la France en 1494-1495 », Annales du Midi, 48, 1936, p. 52-79.

28 H. MONETARIUS (Münzer), op. cit.

29 Jerónimo MÜNZER, Itinerário do Dr. Jerónimo Münzer, Basílio de VASCONCELOS (éd.), Coimbra : Imprensa da Universidade, 1932,

30 MONETARIUS, Voyage au Pays-Bas (1495), Paule CISELET et Marie DELCOURT (éd.), Bruxelles : Office de publicité, coll. « Nationale », 1942.

31 M. TARAYRE, « Introduction », in : J. MÜNZER, Voyage en Espagne et au Portugal (1494-1495), op. cit., p. 15-16.

32 Ibid., p. 16.

33 Ibid., p. 16-17.

34 Ibid., p. 17.

35 Pour une analyse du voyage de Münzer en terre portugaise, on pourra consulter : Ángel Luis MOLINA MOLINA, “Viaje de Jerónimo Münzer por Portugal”, Revista EPCCM, 15, 2013, p. 319-336.

36 J. MÜNZER, Voyage en Espagne et au Portugal (1494-1495), op. cit., p. 51.

37 Ibid.

38 Ibid.

39 Ibid., p. 51 et p. 53.

40 Ibid., p. 52.

41 Ibid.

42 Ibid.

43 Ibid.

44 Ibid., p. 54

45 Ibid., p. 55.

46 Ibid.

47 Ibid., p. 56.

48 Ibid.

49 Ibid.

50 Ibid.

51 Ibid., p. 159.

52 Ibid., p. 157.

53 Ibid., p 161.

54 Ibid., p. 157.

55 Ibid.

56 Ibid., p. 159.

57 Ibid., p 160.

58 Ibid., p. 161.

59 Ibid.

60 Ibid.

61 Ibid., p. 165.

62 Ibid., p. 157.

63 Ibid., p. 162.

64 Ibid., p. 160.

65 Ibid., p. 159-160.

66 Ibid., p. 162.

67 Ibid.

68 Ibid.

69 Ibid., p. 143.

70 Ibid., p. 143-144.

71 Ibid., p. 144.

72 Ibid., p. 145.

73 Ibid., p. 147.

74 À propos de Grenade, voir : Catherine GAIGNARD, Maures et chrétiens à Grenade, 1492-1570, Paris : L’Harmattan, coll. « Histoire et perspectives méditerranéennes », 1997.

75 J. MÜNZER, Voyage en Espagne et au Portugal (1494-1495), op. cit., p. 100.

76 Ibid., p. 98.

77 Au sujet de la liberté de culte accordé aux musulmans telle qu’elle apparaît dans les Capitulations de Grenade (25 novembre 1491) ainsi que sous la plume de Münzer puis des tentatives ultérieures plus ou moins brutales de conversion, on pourra se reporter à : Isabelle POUTRIN, Convertir les musulmans. Espagne, 1491-1609, Paris : PUF, coll. « Le nœud gordien », 2012.

78 J. MÜNZER, Voyage en Espagne et au Portugal (1494-1495), op. cit., p. 92.

79 Ibid., p. 96.

80 Ibid., p. 97.

81 Ibid., p. 106-107.

82 Ibid., p. 104-105.

83 Ibid., p. 93.

84 Ibid.

85 Ibid., p. 95.

86 Ibid., p. 97.

87 Ibid., p. 110.

88 Ibid.

89 Ibid., p. 88.

90 Ibid., p. 92.

91 Ibid.

92 Ibid., p. 118.

93 Ibid., p. 117.

94 Ibid., p. 119.

95 Ibid.

96 Ibid., p. 118.

97 Ibid., p. 120.

98 Ibid., p. 122.

99 Ibid.

100 Ibid.

101 Ibid., p. 125.

102 Ibid., p. 166.

103 Ibid., p. 166-167.

104 Ibid., p. 167.

105 Ibid.

106 Ibid.

107 Ibid., p. 168.

108 Ibid., p. 170.

109 Ibid.

110 Ibid.

111 Ibid., p. 171.

112 Ibid.

113 Ibid., p. 171-172.

114 Ibid., p. 170.

115 Ibid., p. 171.

116 Ibid., p. 172.

117 Ibid.

118 Ibid., p. 172-173.

119 Ibid., p. 175.

120 Ibid.

121 Ibid.

122 Ibid., p. 175-176.

123 Ibid., p. 177.

124 Ibid., p. 181.

125 Ibid.

126 Ibid.

127 Ibid., p. 181-182.

128 Ibid., p. 177.

129 Ibid., p. 43.

130 Ibid.

131 Ibid.

132 Ibid., p. 44.

133 Ibid., p. 50.

134 Ibid., p. 44.

135 Ibid.

136 Ibid., p. 46.

137 Ibid.

138 Ibid.

139 Ibid., p. 49.

140 Ibid., p. 49-50.

141 « El “Itinerario” de Münzer ofrece interés general por su valor literario » (R. de LLORENS, « Monetario en Madrid (17 a 25 de enero de 1495) », Revista de la biblioteca, archivo y museo, 1, Madrid : Ayuntamiento de Madrid, 1924, p. 105).

142 « En lo que concierne la forma, preciso es reconocer que el Itinerario está muy lejos de poder ser presentado como un modelo de literatura » (J. PUYOL, art. cit., p. 40).

143 Élodie LECUPPRE-DESJARDINS, « L’autre et la ville : l’apport des témoignages étrangers dans la connaissance des villes des anciens Pays-Bas bourguignons à la fin du Moyen Âge », in : Marc BOONE, Élodie LECUPPRE-DESJARDINS et Jean-Pierre SOISSONS (éd.), Le verbe, l’image et les représentations de la société urbaine au Moyen Âge, Anvers-Apeldoorn : Garant, 2002, p. 57.

144 Ibid.

145 J. MÜNZER, Voyage en Espagne et au Portugal (1494-1495), op. cit., p. 175.

146 Ibid., p. 66.

147 Ibid., p. 55.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Zuili, « L’Itinerarium… de Jérôme Münzer ou le témoignage d’un Allemand dans l’Espagne de la fin du XVe siècle : une écriture entre littérature de voyage et histoire », e-Spania [En ligne], 23 | février 2016, mis en ligne le 01 février 2016, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://e-spania.revues.org/25260 ; DOI : 10.4000/e-spania.25260

Haut de page

Auteur

Marc Zuili

Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
Laboratoire DYPAC et École polytechnique (Palaiseau)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org