Navigation – Plan du site
Entre histoire et littérature : mémoires du passé dans l’Espagne médiévale et classique
À la croisée de l’histoire et de la littérature : l’écriture au Moyen Âge

Histoire et fiction dans l’œuvre de Don Juan Manuel : de la Crónica abreviada à El conde Lucanor

Olivier Biaggini

Résumés

Les exemples 15 et 32 de El conde Lucanor comptent parmi leurs sources des chapitres de la Estoria de España (provenant de sa première version alphonsine dans le cas de l’exemple 32, ou d’une de ses continuations tardives, la Crónica particular de San Fernando, dans le cas de l’exemple 15) dont un résumé est également consigné dans la Crónica abreviada. L’article étudie le processus de récriture de ces récits, de la Estoria de España à El conde Lucanor, en interrogeant la place qu’occupe la version intermédiaire offerte par la Crónica abreviada. Du discours historique à l’exemplum, ces récits abrégés révèlent des transformations qui diffèrent d’un cas à l’autre : pour l’exemple 15, la Crónica abreviada prédispose la matière narrative à une réorientation radicale de sa portée éthique ; pour l’exemple 32, elle permet d’entrevoir comment un récit historique peut devenir une fiction.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur la question de la coexistence de l’histoire et de la fiction dans les œuvres de Don Juan Manuel (...)
  • 2 Voir Olivier BIAGGINI, « Stratégies du texte hétérogène dans le Conde Lucanor de Don Juan Manuel », (...)

1El conde Lucanor s’élabore autour de jeux complexes entre discours référentiel et discours fictionnel. Don Juan Manuel insère dans le dialogue entre Patronio et Lucanor, désignés dès le prologue comme des personnages de fiction, des récits dont le statut peut être nettement référentiel (anecdotes historiques), indéterminé (histoires vraisemblables) ou clairement fictionnel (fables). L’exemplum fait feu de tout bois, exploitant toutes les modalités de la typologie isidorienne de la narration, héritée elle-même de la rhétorique antique – en particulier, de Cicéron –, consistant à distinguer l’historia (qui s’applique à la res gesta, c’est-à-dire à des faits ayant réellement eu lieu), l’argumentum (qui s’applique à la res ficta quae tamen fieri potuit, soit à des faits fictifs qui auraient pu exister) et la fabula (qui s’applique à des faits qui ne peuvent avoir lieu et qui sont donc évidemment fictifs)1. Non seulement la distinction entre ces statuts n’est pas toujours tranchée dans El conde Lucanor mais, tous les exemples étant subordonnés à un cadre fictionnel, on peut imaginer que, même quand le récit fait intervenir des personnages réels pourvus d’un rôle avéré dans l’histoire, le texte se dédouane par avance de tout manquement à la référentialité historique. Inversement, même lorsqu’ils apparaissent comme des fictions vraisemblables ou comme des fables, bon nombre d’exemples, dans El conde Lucanor, présentent des indices qui les prédisposent à une lecture « à clefs », notamment en lien avec la biographie de Don Juan Manuel et l’histoire de la famille royale castillane, de Ferdinand III à Alphonse XI : même totalement étrangères à la convention de la narration historique, certaines fictions peuvent être lues comme une transposition métaphorisée de schémas qui renvoient à la vie de l’auteur de chair et d’os ou à celle des monarques qui suscitent son admiration ou sa haine. Par ailleurs, la figure de l’auteur subit dans El conde Lucanor un processus de « fictionnalisation », si bien que don Johán, à la fin de chaque exemple de la première partie de l’œuvre, se présente comme l’héritier de Patronio et, dans la dernière partie, devient même une autorité citée par ce dernier, ce qui a pour effet de brouiller la frontière entre le monde des personnages et celui du lecteur-auditeur du livre2.

2En tenant compte de cette tension entre référentialité historique et fiction dans El conde Lucanor, je me propose d’examiner deux de ses récits exemplaires, correspondant respectivement aux chapitres 15 et 32 de sa première partie, qui comptent parmi leurs sources des passages de la Estoria de España, dans une version proprement alphonsine (exemple 32) ou post-alphonsine (exemple 15). Or, les passages concernés de la Estoria de España ont la particularité d’avoir donné lieu, avant leur adaptation dans El conde Lucanor, à un bref résumé dans la Crónica abreviada du même Don Juan Manuel. On dispose donc d’au moins trois versions successives pour ces récits : celle qu’offre la Estoria de España, œuvre proprement historiographique, produite par Alphonse X et complétée dans son sillage jusqu’au début du XIVe siècle ; celle que présente la Crónica abreviada (antérieure à 1325), abréviation de la précédente, dont le statut est également historiographique, bien que les caractéristiques énonciatives du texte et l’usage auquel il est destiné soient différents ; celle, enfin, que l’on trouve dans El conde Lucanor, la convention narrative faisant passer le récit du côté de l’exemplum, ce qui relativise, sans l’abolir, la distinction entre récit référentiel et récit fictionnel.

  • 3 J’emprunte l’expression à C. BENITO-VESSEL, op. cit., chap. 3 (« La Crónica abreviada : puente narr (...)

3Quand El conde Lucanor hérite un matériau historiographique pour l’élaboration de ses exemples, la simple translation d’une œuvre à une autre implique déjà une modification des conventions de la réception du discours historique. À cela s’ajoute la récriture de Don Juan Manuel, le plus souvent très infidèle, surtout dans le cas où, comme pour les deux exemples considérés, le récit s’élabore en combinant au moins deux sources distinctes. Le but du présent article est d’examiner le rapport de ces exemples à leurs sources historiographiques premières, mais aussi le rôle qu’a pu jouer la version contenue dans la Crónica abreviada comme intermédiaire, « pont narratif » entre le récit historique et l’exemplum3.

  • 4 Diego CATALÁN, « Don Juan Manuel ante el modelo alfonsí : el testimonio de la Crónica abreviada », (...)
  • 5 On peut seulement remarquer l’opportunité, pour Don Juan Manuel, de faire dériver la Crónica abrevi (...)
  • 6 Voir Leonardo FUNES, « Don Juan Manuel y la herencia alfonsí », in : Margarita FREIXAS et Sylvia IR (...)
  • 7 J’emprunte l’expression à L. FUNES, « Un lector calificado de la Estoria de Espanna alfonsí : el te (...)
  • 8 Voir O. BIAGGINI, « Stratégies du paratexte dans les œuvres de Don Juan Manuel », Cahiers d'études (...)

4La Crónica abreviada se présente comme une abréviation, à peine plus développée qu’un sommaire, que Don Juan Manuel compose à partir d’une version de la Estoria de España que Diego Catalán a appelée *Crónica manuelina et dont il a tenté de reconstruire les caractéristiques4. Catalán montre que le manuscrit qui a servi de base à Don Juan Manuel transmettait un texte qui, loin d’être unitaire, résultait de l’assemblage de plusieurs versions de la chronique. Certaines de ses sections étaient issues de la Estoria de España proprement alphonsine et d’autres, de textes post-alphonsins, selon la répartition suivante : la première partie s’apparentait à la « version vulgaire » de la Estoria de España ; la deuxième correspondait à sa « version primitive » ; alors que la troisième formait un texte hybride mais entièrement composé à partir de versions post-alphonsines. Quoi qu’il en soit, comme la chronique qui lui sert de support, la Crónica abreviada revendique clairement une dimension référentielle : elle prétend rapporter des faits historiques. Cependant, contrairement à la Estoria de España, composée à partir de la compilation de sources diverses, elle ne dépend que d’un seul texte antérieur, cette *Crónica manuelina qui, dans son prologue, est entièrement attribuée à Alphonse X, sans doute parce que Don Juan Manuel n’avait pas conscience de son caractère hétérogène5. Ainsi, la Crónica abreviada renvoie à des faits, mais aussi à une première narration de ces faits : elle prétend désigner le réel, mais à travers le prisme d’un texte référentiel antérieur, qui, s’il est considéré comme fiable, est néanmoins un texte autre. Là se tient toute la tension fondatrice de la Crónica abreviada : le texte semble se contenter d’offrir une table des matières détaillée de sa source, sans jouir d’aucune autonomie, mais il finit par se constituer en œuvre distincte, certes dérivée de l’œuvre alphonsine, mais énoncée par une instance différente. C’est avant tout au moyen de petits glissements énonciatifs, dont on peut montrer qu’ils font système, que la Crónica abreviada apparaît comme une œuvre à part entière et une œuvre, même, qui prend ses distances face au modèle suivi6. Par ailleurs, elle est précédée d’un prologue, où Don Juan Manuel est mentionné mais ne prend pas la parole à la première personne, la part de responsabilité lui revenant dans la composition étant présentée comme minimale : il n’est pas à proprement parler désigné comme un auteur, mais comme un « lecteur qualifié »7 qui a fait résumer pour son propre usage une œuvre préexistante qui, elle, incombe à un auctor, Alphonse X. Pourtant, l’existence même de ce prologue, qui est par définition une adresse à autrui, et le déploiement, dans ce même prologue, de toute une rhétorique qui, sous couvert d’un éloge appuyé du Roi Sage, relativise son autorité politique permet de ménager un nouveau statut pour l’œuvre qui s’énonce dans son sillage : elle n’est pas seulement un aide-mémoire pour Don Juan Manuel, mais la première manifestation d’un désir d’allier l’autorité politique effective – Don Juan Manuel est alors tuteur du jeune roi Alphonse XI – à une autorité littéraire non encore constituée8.

5De la chronique attribuée à Alphonse X aux récits exemplaires de El conde Lucanor dont la paternité revient pleinement à Don Juan Manuel, la Crónica abreviada peut apparaître comme un maillon entre histoire et fiction mais aussi, pour le producteur du texte, comme un point de basculement entre un désir d’autorité et l’accomplissement textuel de ce désir. D’un point de vue pratique, dans le cas des exemples 15 et 32 de El conde Lucanor, les résumés préalables de la Crónica abreviada peuvent être considérés comme une première appropriation par Don Juan Manuel de la matière historique héritée d’Alphonse X avant sa totale refonte. Toutefois, en interrogeant le rôle de pivot qu’a pu jouer le texte de la Crónica abreviada dans le processus d’élaboration des exemples 15 et 32, il faut écarter l’idée que, dans son travail de composition littéraire, Don Juan Manuel, disposant d’une version condensée des récits, l’aurait utilisée comme seule source. En effet, dans les deux cas, il est des éléments narratifs contenus dans la Estoria de España qui disparaissent dans le résumé de la Crónica abreviada mais qui réapparaissent dans le récit exemplaire de El conde Lucanor. Les résumés de la Crónica abreviada n’agissent donc pas comme de purs filtres de la matière de la source. Ainsi, au moment où Don Juan Manuel compose chacun de ses deux exempla, soit il revient directement à la version de la Estoria de España dont il dispose, la *Crónica manuelina, soit il se remémore les passages correspondants en s’appuyant sur la Crónica abreviada, mais, en tout cas, celle-ci n’efface pas la chronique qu’elle résume. Son rôle est autre et, à vrai dire, il n’est pas uniforme puisque l’examen de la genèse de ces deux exemples permet de mettre en évidence deux cas de figure très différents. Nous verrons, dans le cas de l’exemple 15, que la version de la Crónica abreviada témoigne d’une neutralisation de la portée éthique de la source historiographique, préalable à la nouvelle orientation que l’exemplum donne au récit dans El conde Lucanor. Dans le cas de l’exemple 32, en revanche, nous montrerons qu’au-delà des enjeux éthiques du récit, c’est le statut référentiel du discours historique qui vacille dans la Crónica abreviada pour ouvrir la porte à la fiction.

L’exemple 15 ou la réorientation éthique

  • 9 DON JUAN MANUEL, El conde Lucanor, éd. Guillermo SERÉS, Barcelone : Crítica, 1994, p. 68.
  • 10 Voir Daniel DEVOTO, Introducción al estudio de don Juan Manuel y en particular de El conde Lucanor, (...)
  • 11 Le lecteur peut être lui aussi visé par cet effet de surprise, même si les manuscrits diffèrent dan (...)

6L’histoire relatée dans l’exemple 15 de El conde Lucanor, située dans le contexte du siège de Séville par Ferdinand III, met en scène trois gentilshommes, présentés par Patronio comme les trois meilleurs chevaliers de leur époque. Ce sont Lorenzo Suárez Gallinato, García Pérez de Vargas et un troisième homme dont Patronio dit ne pas se rappeler le nom (« et del otro non me acuerdo del nombre »9). Les deux premiers personnages sont bien connus10 et Lorenzo Suárez est par ailleurs le personnage principal de l’exemple 28 de El conde Lucanor (« De lo que contesció a don Llorenço Suárez Gallinato »). La critique a souvent cherché à identifier le troisième, alors que l’examen des sources montrera que cette question est sans objet. Patronio avait introduit le récit en disant qu’il se rapportait à « lo que contesçió a un buen cavallero » et, donc, Lucanor ne sait pas encore lequel des trois chevaliers va être valorisé par l’exemplum11. Ces trois personnages décident de concert de se soumettre à une épreuve pour déterminer lequel d’entre eux est le meilleur chevalier : ils s’arment et chevauchent tous les trois jusqu’aux portes de Séville, ce qu’ils parviennent à faire sans encombre car les Maures les prennent pour des messagers. Cependant, lorsqu’ils s’en retournent vers le camp chrétien, ils sont poursuivis par une énorme troupe de Maures, constituée de plus de 1500 chevaliers et 20 000 fantassins. Les trois chevaliers ont alors des réactions différentes. Ils se retournent tous les trois pour faire face à leurs poursuivants mais, alors que le chevalier dont Patronio a oublié le nom s’empresse d’aller les attaquer, Garci Pérez de Vargas attend qu’ils se soient un peu rapprochés pour faire de même. Lorenzo Suárez Gallinato, de son côté, ne bronche pas tant que les Maures ne l’ont pas attaqué et ce n’est qu’ensuite qu’il riposte, faisant merveille au combat. À ce moment, les chrétiens du camp accourent pour prêter main forte à leurs compagnons et, tous ensemble, ils repoussent l’ennemi vers la ville et sans que soit à déplorer nulle perte dans leurs rangs. Apprenant la folle action que les chevaliers ont entreprise de leur propre chef, Ferdinand III envisage un temps de les condamner à mort mais décide de réunir une assemblée de ses meilleurs hommes pour déterminer lequel des trois a le mieux agi. Les avis divergent mais, à la fin, le jugement émis est le suivant : les trois chevaliers ont eu raison de ne pas fuir, ce qui aurait été honteux, mais le premier, qui est allé attaquer un nombre de Maures qu’il ne pouvait vaincre, est celui qui a le moins bien agi car il n’a pas su dominer sa peur (« soffrir el miedo ») ; Garci Pérez de Vargas occupe la deuxième place, car il n’a su dominer sa peur que jusqu’à un certain point ; quant à Lorenzo Suárez, « que sufrió todo el miedo », il mérite d’être considéré comme le meilleur des trois.

7Le récit, comme beaucoup d’autres dans El conde Lucanor, adopte un tour paradoxal. Il valorise finalement le chevalier le plus passif, à l’encontre du modèle de hardiesse qui caractérise en principe l’aventure chevaleresque. De même, la peur n’est pas ici envisagée comme le moteur de la fuite, mais comme celui de l’attaque irréfléchie. Or, les deux sources historiographiques que Don Juan Manuel a combinées pour écrire cet épisode véhiculent un système de valeurs bien différent. Les deux épisodes appartiennent à une section de la Estoria de España dont on ne conserve aucune version alphonsine. En effet, le récit du règne de Ferdinand III a été ajouté à la chronique après le règne d’Alphonse X et constitue pour l’essentiel une traduction du De rebus Hispaniae de Rodrigue Jiménez de Rada. Au sein de cette continuation, les deux épisodes appartiennent à une interpolation encore plus tardive, datant du début du XIVe siècle, correspondant à la Crónica particular de San Fernando, texte totalement étranger au projet historiographique alphonsin et qui, comme l’a montré Diego Catalán, se caractérise par une tendance à la « novelización », en lien avec une mise en avant des valeurs nobiliaires et chevaleresques. Dans la partie finale de sa Primera crónica general, Ramón Menéndez Pidal édite cette même Crónica particular de San Fernando, même s’il ne lui donne pas ce nom : on peut considérer que cette édition reflète de près le texte dont a disposé Don Juan Manuel et elle peut donc servir de point de comparaison face à la Crónica abreviada et à l’exemple 15 de El conde Lucanor. Une telle comparaison permet de voir comment l’exemple 15, tout en s’ancrant lui aussi dans un système de valeurs nobiliaires, retourne totalement le sens éthique des récits de la Crónica particular.

  • 12 Outre le livre déjà cité, voir un article qui l’a précédé : C. BENITO-VESSELS, « Res gesta y res fi (...)
  • 13 Reinaldo AYERBE-CHAUX, El Conde Lucanor. Materia tradicional y originalidad creadora, Madrid : Porr (...)
  • 14 « Las hazañas de Garcia Pérez se narran en dos capítulos discontinuos de la Estoria de España, pero (...)

8Les deux passages de la Crónica particular dont s’est inspiré Don Juan Manuel correspondent aux chapitres 1084 et 1107 de l’édition de Menéndez Pidal. Chacun d’entre eux a donné lieu à un résumé dans le Crónica abreviada, respectivement aux chapitres 303 et 327 du livre III. Carmen Benito-Vessels a consacré deux études importantes à cet exemple12. À la suite de Reinaldo Ayerbe-Chaux13, elle rappelle que l’exemple 15 dérive des deux chapitres de la chronique mais, concernant la Crónica abreviada, elle ne mentionne que l’abréviation du chapitre 1107, n’ayant pas repéré que Don Juan Manuel y consigne aussi un résumé du chapitre 108414. Son travail porte donc essentiellement sur le chapitre 1107 et sa double adaptation manuéline. Pour cette raison, tout en m’appuyant sur cette analyse, je la compléterai par une étude du chapitre 1084 de la chronique comme source de l’exemple 15, médiatisée par le résumé qu’en offre le chapitre 303 du livre III de la Crónica abreviada.

  • 15 Il me semble que Benito-Vessels considère que Garci Pérez reste la figure centrale de l’exemple 15 (...)

9Les deux récits de la Crónica particular de San Fernando que Don Juan Manuel a utilisés offrent, sur deux points, un contraste frappant avec l’exemple 15 de El conde Lucanor. En premier lieu, c’est la hardiesse du chevalier, et non sa passivité, qui est valorisée. En second lieu, Garci Pérez de Vargas et Lorenzo Suárez apparaissent bien tous les deux dans chaque récit, mais, contrairement à ce que l’on observe dans l’exemple 15, c’est le premier qui en est le véritable héros. Tout examen de la transformation de la matière narrative au cours de ses trois mises en récit (Crónica particular, Crónica abreviada, El conde Lucanor) ne peut éluder la question de ce retournement15 : pourquoi Don Juan Manuel fait-il subir une transformation aussi radicale aux faits historiques qu’il lit dans la chronique ?

Le pont de la rivière Guadaira : quand le chevalier passe outre

10Le chapitre 1107 de la chronique, étudié en détail par Benito-Vessels, s’intitule « Capítulo de las espolonadas que fizo don Llorenzo Suárez con los moros por la pontezilla que esta sobre Guadeyra et de la buena andança que y ouo » (nous en reproduisons en annexe le texte intégral). L’anecdote est la suivante. Comme les Maures de Séville sortent souvent de la ville pour harceler le camp des chrétiens et, en particulier, attaquent les positions castillanes situées près d’un petit pont qui enjambe la rivière Guadaira, Lorenzo Suárez invite des chevaliers, parmi lesquels se trouve Garci Pérez, à leur tendre une embuscade. Cependant, pour éprouver l’obéissance de Garci Pérez, il précise qu’en aucun cas ils ne devront les poursuivre au-delà du pont en direction de la ville. L’escarmouche a lieu. Les Maures sont environ 10 000 et les Castillans en tuent un très grand nombre, mais, arrivé au milieu du pont, Lorenzo Suárez se rend compte que Garci Pérez a désobéi et qu’il a poursuivi l’ennemi en direction de la ville. Lorenzo Suárez s’exclame : « Engannados nos a Garci Pérez », mais, voulant éviter qu’un si bon chevalier ne meure au combat, il accourt à sa rescousse et, ensemble, ils repoussent les Maures jusqu’aux portes de la ville. Au total 3000 Maures sont tués et, à la fin, Lorenzo Suárez déclare publiquement que Garci Pérez est le seul chevalier qui soit plus vaillant que lui.

11L’orientation principale du récit consiste à valoriser la bravoure chevaleresque, même lorsqu’elle se manifeste par un manquement à la discipline militaire. Au-delà des consignes données par Lorenzo Suárez, Garci Pérez franchit le pont, s’aventurant dans un même mouvement en territoire ennemi et sur le terrain, tout aussi dangereux, d’une glorieuse insubordination. Au début du récit, c’est apparemment Lorenzo Suárez qui occupe la place privilégiée : il est le seul personnage que mentionne le titre du chapitre et c’est à lui que la « buena andança » finale est attribuée ; c’est parce qu’il est capable de prévoir la désobéissance de Garci Pérez qu’il conçoit un subterfuge destiné à l’éprouver ; il édicte une règle prudente à l’intention de tous comme s’il était le garant de la sécurité de la troupe, alors que Garci Pérez la met en péril par son indiscipline ; il est le seul personnage dont les paroles soient rapportées au style direct et, dans le discours correspondant, il s’érige en juge de l’attitude de Garci Pérez. Pourtant, la structure narrative s’emploie à retourner cette hiérarchie : non seulement la désobéissance de Garci Pérez a permis aux chrétiens d’accomplir une action d’éclat, mais Lorenzo Suárez reconnaît a posteriori la supériorité de celui qu’il avait voulu piéger. Le récit met en scène le dépassement de la posture de Lorenzo Suárez, qui modère son courage par la prudence, au profit de celle de Garci Pérez, qui fait fi de toute retenue dès lors qu’il s’agit de briller au combat et ne fixe aucune limite à l’action chevaleresque, devenue un but en soi. Le roi, qui pourrait incarner une instance de régulation et de contrôle de l’impulsion des chevaliers, est opportunément absent de l’épisode. Dans un premier temps, Lorenzo Suárez entend jouer un rôle similaire mais, confondu par l’élan de Garci Pérez, dont l’issue du combat atteste la pertinence, il se rallie implicitement au modèle éthique de son compagnon.

12Don Juan Manuel a puisé dans ce récit plusieurs motifs structurants de son exemple 15. Il reprend notamment la disproportion numérique entre le détachement chrétien et les troupes musulmanes qui, par son invraisemblance même, permet de présenter l’incartade chevaleresque comme une dangereuse transgression ; la comparaison des mérites respectifs de Garci Pérez et Lorenzo Suárez ; et la construction éminemment paradoxale de l’intrigue. Cependant, ces traits communs ne font que mieux ressortir le retournement que nous avons signalé : ce n’est pas l’intrépidité de Garci Pérez mais la retenue de Lorenzo Suárez qui constitue le modèle prôné par l’exemplum. En outre, le nouveau récit met en scène trois chevaliers et Garci Pérez n’occupe qu’un rang intermédiaire entre le gentilhomme anonyme et Lorenzo Suárez : non seulement le récit exemplaire condamne l’élan chevaleresque irraisonné mais Garci Pérez n’incarne même plus cette attitude sans concession, assumant à présent la posture médiane, c’est-à-dire la plus fade.

13Entre deux ces récits aux orientations éthiques opposées se tient la narration lapidaire de la Crónica abreviada :

  • 16 Chap. 327 du livre III de la Crónica abreviada, in : DON JUAN MANUEL, Obras completas, éd. José Man (...)

En el CCCXXVII° capítulo dize que salien los moros por la puerta del alcaçar e pasauan la pontezilla que es sobre Guadayra e fazían muy grand danno a la hueste. E don Llorenço Suarez fablo con Garci Perez de Vargas e con los otros caualleros que y estauan commo fiziesen una espolonada en los moros, mas que non pasasen la ponteziella, ca estauan allende la puente bien X mil moros; e ellos fizieron espolonada e vençieron a los moros. E llego don Llorençio Xuarez fasta medio de la puente e, en tornandose, paro mientes e vio allende de la puente a Garci Perez, que estaua con los moros, e avie ya derribado bien quatro dellos; e luego tornose don Llorençio Suarez con los caualleros que y estauan con el e pasaron le puente e ovieron su pelea con los moros muy braua, pero al cabo vençieron a los moros e metieron los por medio de la puerta de la villa. E los que y mataron fueron bien tres mil moros16.

  • 17 C. BENITO-VESSELS a bien montré ces caractéristiques du texte, en lien avec l’opération d’abbreviat (...)

14Ce résumé est fidèle aux éléments factuels du récit initial. D’une part, chacune de ses phrases ou propositions reprend assez nettement une des cinq séquences narratives du chapitre de la Crónica particular de San Fernando : le problème récurrent des incursions des Maures par le petit pont ; la solution envisagée par Lorenzo Suárez, qui prend l’initiative de l’embuscade et ordonne aux chevaliers de ne pas dépasser le pont ; la constatation par Lorenzo Suárez de l’avancée de Garci Pérez ; le mouvement des chrétiens pour aller lui prêter main forte ; l’écrasante victoire chrétienne. D’autre part, outre ce squelette narratif, la Crónica abreviada conserve scrupuleusement les données numériques de sa source, même lorsqu’elles sont des plus invraisemblables : quelque 10 000 Maures ont passé le pont ; Garci Pérez a lui-même déjà défait quatre Maures lorsque Lorenzo Suárez l’aperçoit ; quelque 3000 Maures sont tués au final. Le résumé enregistre des faits plutôt qu’il ne raconte une histoire. Il reste narratif, mais il s’agit alors d’un récit minimal qui écarte la plupart des circonstances de l’intrigue, qui ne marque pas ses propres articulations logiques, coordonnant les propositions sans les subordonner, qui supprime les prises de parole de Lorenzo Suárez et qui, en somme, gomme les motivations et les justifications des actions qu’il relate17. Tout se passe comme si le récit tendait à effacer le système de valeurs qui le rend intelligible et qui justifie sa présence dans la trame de la narration historique.

  • 18 Id., art. cit., p. 54-55, et op. cit., p. 13-23.

15Constatant cette apparente neutralité morale du récit de la Crónica abreviada face à celui de sa source, Benito-Vessels propose de lire la filiation entre les deux textes à la lumière de l’opposition entre deux sous-genres du discours historique que sont l’histoire et la chronique : la Estoria de España, histoire à part entière, offre un récit continu où chaque pièce trouve sa place dans une logique d’ensemble, alors que la Crónica abreviada, obéissant à un esprit de chronique, consigne des segments sans le souci d’une architecture globale18. Si l’on considère l’exemple 15 de El conde Lucanor, la troisième étape du processus consisterait, quant à elle, en une mutation du discours dans son passage de l’histoire – purement référentielle – à l’exemplum – essentiellement fictionnel, même si sa thématique reste historique. Or, ce schéma peut, à mon avis, être nuancé à chacune de ses deux articulations.

  • 19 L. FUNES, « El lugar de la Crónica particular de San Fernando en el sistema de las formas cronístic (...)

16Dans le passage de la Estoria de España à la Crónica abreviada, il convient notamment de tenir compte des caractéristiques de la Crónica particular de San Fernando qui, tout en formant un même corps textuel avec la Estoria alphonsine dans les manuscrits, s’en éloigne considérablement quant à ses pratiques discursives et aux conceptions du discours historique qui les sous-tendent. La différence entre les deux textes ne tient pas seulement à un choix générique (histoire / chronique), mais aussi, plus radicalement, à une mutation du système de valeurs qui préside à l’écriture et à la transmission de l’histoire. Après Diego Catalán, Leonardo Funes a étudié la Crónica particular pour montrer à quel point elle se détache du modèle universaliste qui se manifestait dans la conception de l’histoire propre aux ateliers alphonsins19. Elle adopte un nouveau modèle de discours, à la fois recentré sur la Castille et segmenté en épisodes faiblement articulés les uns aux autres, faisant la part belle à des personnages et événements mineurs et ayant recours à des procédés typiquement romanesques. Or, l’essentiel est sans doute que ces changements thématiques et formels accompagnent un changement de point de vue : d’une part, le point de vue unifié du modèle alphonsin fait place à un perspectivisme narratif qui exploite différentes perceptions des faits historiques ; d’autre part, le discours historique perd son modèle de transmission verticale (du roi vers la noblesse et le peuple) pour devenir une parole que la noblesse s’adresse à elle-même. Se présentant, dans les manuscrits conservés et, sans aucun doute aussi, dans la *Crónica manuelina comme une section de la Estoria de España, les chapitres correspondant à la Crónica particular de San Fernando subvertissent donc de l’intérieur le projet initial d’Alphonse X en faisant du discours historique un miroir de la noblesse, réservant aux membres de cette même catégorie sociale ses enseignements et son exemplarité. La mutation du discours historique vers un discours exemplaire centré sur la noblesse était donc déjà en marche dans la Crónica particular de San Fernando et Don Juan Manuel a pu y déceler plus aisément que dans d’autres sections de la *Crónica manuelina matière à exemplum. Du point de vue générique, l’exemple 15 de El conde Lucanor est beaucoup plus proche du chapitre de la chronique initiale qu’il ne l’est du résumé qu’en offre la Crónica abreviada. Ce résumé, en effet, efface totalement la dimension exemplaire de sa source. Il rapporte le déroulement des opérations militaires mais omet toute indication relative aux motivations des personnages et, en particulier, supprime le motif structurant de la mise à l’épreuve de Garci Pérez par Lorenzo Suárez. Les faits essentiels sont toujours là, mais ils ne sont plus mis en tension par un système de valeurs. La consigne donnée par Lorenzo Suárez et la poussée de Garci Pérez au-delà du pont sont bien mentionnées, mais il manque un point de vue qui viendrait, sinon prendre parti au sujet de cette transgression, du moins en faire l’enjeu du récit. Cette absence de point de vue produit un effet de neutralité éthique : s’il fallait choisir un personnage pour ériger son comportement en modèle, rien, dans le texte, n’inciterait à choisir Garci Pérez plutôt que Lorenzo Suárez. Entre le récit historique à teneur exemplaire de la Crónica particular et l’exemplum à teneur historique de El conde Lucanor, le résumé de la Crónica abreviada évacue toute exemplarité explicite. Cependant, cette neutralisation peut aussi être conçue comme le passage nécessaire d’un texte à l’autre si l’on considère non le genre, mais l’orientation éthique de chacun d’eux. Tout se passe comme si l’abréviation de la Crónica abreviada, en débarrassant de son armature exemplaire la matière narrative du texte initial, la rendait disponible pour une nouvelle armature, susceptible de porter d’autres valeurs éthiques.

17Dans ce cas précis, la Crónica abreviada permet de se représenter une étape dans le processus d’appropriation que Don Juan Manuel fait subir à la plupart des sources de El conde Lucanor alors que, dans les autres cas, nous ne disposons que du point de départ et du point d’arrivée. À la lumière de l’exemple 15 de El conde Lucanor, la neutralisation de l’exemplarité dans le résumé de la Crónica abreviada est le prélude à sa réélaboration selon une nouvelle logique exemplaire. Pourtant, les récits totalement neutres n’existent pas et, aussi dépouillée soit-elle, la narration peut laisser entrevoir un embryon de parti-pris. Grammaticalement, la victoire appartient à Lorenzo Suárez et aux chevaliers qui l’accompagnent, sans que Garci Pérez soit explicitement inclus : les verbes finaux qui marquent la victoire (« vençieron a los moros e metieron los por medio de la puerta de la villa ») ont formellement pour sujet « don Llorençio Suarez con los caualleros que y estauan con el ». Cette orientation, presque imperceptible, prépare en tout cas ce que l’on observe clairement dans l’exemplum : une inversion pure et simple de l’interprétation préconstruite que porte le récit pour valoriser Lorenzo Suárez aux dépens de Garci Pérez.

Le couvre-chef perdu et le nom qu’il fallait taire

18Le chapitre 1084 de l’édition de Menéndez Pidal s’intitule « Capitulo de commo Garçi Perez de Vargas torno por la cofia a aquel logar o se le cayera » (voir sa reproduction intégrale en annexe). Garci Pérez de Vargas et un autre chevalier dont le nom n’est pas révélé sortent tous deux du camp pour aller, sur ordre du roi, protéger les gens chargés de l’approvisionnement de l’armée. Or, ils se trouvent en face d’un détachement de sept Maures : le chevalier anonyme dit qu’il serait déraisonnable de les affronter et fait demi-tour ; Garci Pérez de Vargas, quant à lui, poursuit son chemin. Depuis une colline située dans le camp, le roi et Lorenzo Suárez observent la scène : le roi veut envoyer des renforts, mais Lorenzo Suárez lui prédit que les Maures s’écarteront en reconnaissant Garci Pérez, et c’est précisément ce qui arrive. Mieux, Garci Pérez décide d’aller vers eux une seconde fois, car, en chemin, il a laissé tomber son couvre-chef (cofia) dans le lieu où les Maures se trouvent à présent. Contre l’avis de son écuyer, qui souligne qu’il s’agit là d’un motif bien futile pour risquer sa vie, Garci Pérez va ramasser sa cofia car, comme il l’explique lui-même, il est chauve et ne veut pas exhiber sa calvitie à son retour. Une seconde fois, les Maures se retirent, le chevalier récupère sa coiffe et rentre au camp. Lorenzo Suárez souligne devant le roi que sa prédiction s’est réalisée mais, apparemment, ni l’un ni l’autre n’a perçu le motif qui a poussé Garci Pérez à braver les Maures la seconde fois. En rentrant au camp, le chevalier, qui ne veut pas briller aux dépens d’autrui, refuse de révéler le nom de son compagnon timoré, ce qui explique l’anonymat de ce dernier dans la source.

  • 20 Cette mise en avant de quelques figures nobiliaires par rapport à la figure royale est perceptible (...)

19Ce récit, comme celui du chapitre 1107, correspond, dans ses structures narratives, à un modèle plus proche de l’exemplum nobiliaire que du discours historiographique tel que le concevait Alphonse X. Il va même plus loin en ce sens. Ici, la construction narrative ménage deux plans simultanés qui, dans le développement narratif, donnent lieu à une alternance : d’une part, le plan de l’action, qui correspond au chevalier anonyme et à Garci Pérez de Vargas ; d’autre part, le plan de l’observation et du commentaire, assumé par le roi et Lorenzo Suárez. Le récit confronte donc une description prétendument objective des faits et la perception qu’en ont les deux observateurs. Dans la description des faits, le récit n’est pas complet puisqu’il ne fournit pas le nom du chevalier qui rebrousse chemin. En revanche, il détaille toutes les actions de Garci Pérez de Vargas. Quant aux personnages qui observent, Lorenzo Suárez et le roi, c’est surtout le premier qui assume le commentaire du spectacle, un signe de sa prééminence dans le récit étant que ses paroles sont rapportées au discours direct, alors que celles du roi ne le sont pas20. Les commentaires de Lorenzo Suárez permettent de souligner la bravoure de Garci Pérez avant même qu’il ait entrepris son action d’éclat : le schéma d’ensemble est donc celui d’une prouesse annoncée et confirmée par les faits. Bien qu’il n’y ait pas d’enchâssement ou de relais narratif mais bien deux plans simultanés, la structure du dispositif rappelle celui d’un exemplum inséré dans un récit-cadre. Lorenzo Suárez joue vis-à-vis du roi un rôle qui ressemble à celui de Patronio auprès de Lucanor : même s’il n’est pas à proprement parler un narrateur, il place sous les yeux de son interlocuteur des événements dont il connaît l’issue et dont il commente la teneur.

  • 21 L. FUNES, « El lugar de la Crónica particular de San Fernando… », p. 181-182, où ce chapitre précis (...)
  • 22 Voir, sur cet épisode particulier, Ignacio SOLDEVILA-DURANTE, « Un ejemplo de perspectivismo en la (...)

20En outre, la différence de structure narrative induit une différence dans l’accès à la vérité : Lorenzo Suárez a raison de souligner la bravoure de Garci Pérez mais son interprétation de la scène est seulement partiellement juste. Il interprète le second mouvement de Garci Pérez vers les Maures comme une bravade du chevalier (« agora va el cometer a ellos »), alors que celui-ci souhaite seulement récupérer son couvre-chef. Dans un sens, pour le lecteur-auditeur qui accède à cette information supplémentaire, le panache chevaleresque du personnage n’en est que plus impressionnant : ce n’est pas par souci d’accomplir un haut fait mais pour un motif des plus triviaux que le chevalier risque sa vie21. Le dialogue de Garci Pérez avec son écuyer, auquel Lorenzo Suárez n’a pas accès, souligne cette disproportion, qui est ici la marque de la noblesse du personnage. Enfin, non seulement les personnages ont un accès différencié à la vérité, mais le lecteur du texte n’y accède pas non plus complètement : à l’instar du roi et de Lorenzo Suárez, on ne connaîtra pas le nom du chevalier qui a fui. Le statut du texte est marqué par cette incomplétude structurelle : la vérité est diffractée et partielle, en lien avec une construction narrative caractérisée par le « perspectivisme »22.

  • 23 En effet, un tel « perspectivisme » peut également être détecté dans l’exemple 15 de El conde Lucan (...)

21En somme, plus encore que le récit du chapitre 1107, cette pièce narrative s’éloigne des critères généraux qui régissent l’écriture de l’histoire selon la conception alphonsine. En premier lieu, si le critère retenu est la contribution des faits rapportés à une histoire collective, à la fois nationale et universelle, cet épisode a une pertinence historique à peu près nulle : le chapitre 1107, tout en restant anecdotique, conduit à une escarmouche dont les chrétiens sortent victorieux ; rien de tel ici, où l’action chevaleresque se manifeste gratuitement. En deuxième lieu, les traits communs avec l’exemplum sont ici encore plus marqués : outre la ressemblance avec le procédé de l’enchâssement narratif, il s’agit de mettre en avant des modèles de comportement dignes d’être imités ou devant être évités, une voix intradiégétique, celle de Lorenzo Suárez, venant suggérer cette modélisation, sans pour autant passer par une « moralité ». En troisième lieu, loin de l’idéal de la reconstruction d’une vérité, le texte préfère insister sur la diversité des points de vue : la superposition de ces points de vue, bien qu’elle soit finalement subordonnée à celui du narrateur principal, ne permet pas d’embrasser tous les événements23.

22Tout cela configure un discours historiographique qui serait conçu comme fragmenté, et ce à tous les niveaux de son élaboration : dans son inventio (les personnages ciblés sont multiples, le thème principal n’est plus le siège de Séville en lui-même mais les micro-événements périphériques auxquels il a donné lieu) ; dans sa dispositio (la mosaïque de ces micro-récits qui ne forme pas un discours continu) ; et dans son elocutio (le point de vue unitaire et l’idéal d’exhaustivité sont relativisés). Tous ces traits configurent un discours historique qui tend à l’exemplum, ce déplacement, comme nous l’avons vu avec Leornado Funes, étant également idéologique et sociopolitique.

  • 24 C. Benito-Vessels, op. cit., p. 101.
  • 25 Dans l’exemple 51, Patronio laisse indéterminé le lieu dans lequel est censée s’être déroulée l’his (...)

23Ainsi, Don Juan Manuel a trouvé dans ce chapitre de la Crónica particular de San Fernando un discours historique comme prédisposé à devenir exemplum et qui, en outre, s’inscrit dans la sphère nobiliaire, aussi bien dans sa rédaction que dans sa réception. Du récit historique à l’exemple 15 de El conde Lucanor, il y a donc glissement plutôt que mutation concernant le genre du texte. Sur ce point, je ne reprends pas à mon compte, dans leur formulation, les conclusions de Carmen Benito-Vessels, qui, de la chronique à l’exemple 15, perçoit le passage d’un texte historique à un texte fictionnel, tout en reconnaissant que cette fiction ne perd pas tout lien avec l’histoire24. Je dirais plutôt que l’on passe sans rupture nette d’un récit historique travaillé par les conventions de la fiction chevaleresque à un exemplum, lui aussi historique, inséré dans un dialogue fictionnel. Les deux versions continuent à relever formellement de la res gesta (et pas de la res ficta), les différences dans leur statut étant essentiellement définies de l’extérieur, par le pacte de lecture qu’imposent les œuvres qui les accueillent. Comme chapitre de la Crónica particular, dans le prolongement de l’œuvre alphonsine, le premier n’invite pas à la même réception que le second qui, comme récit inséré dans El conde Lucanor, est exploité moins pour sa dimension historique que pour sa portée exemplaire. Toutefois, même une fois devenu exemplum, le récit ne s’affiche pas comme une fiction, ce qu’un détail vient opportunément confirmer. Outre le modèle de Garci Pérez de Vargas comme chevalier téméraire, le récit exemplaire de Don Juan Manuel hérite un trait spécifique, qui est l’anonymat de l’autre chevalier. Or, cet anonymat n’est plus attribué à la volonté de Garci Pérez de taire son nom, mais à une simple défaillance de la mémoire de Patronio (« non recuerdo »). Une lacune structurelle du récit, propre à sa logique interne, devient une lacune présentée comme accidentelle. Si le lecteur interprète ce trou de mémoire de Patronio comme la traduction d’un trou de mémoire de l’auteur, un tel procédé tend à renforcer le statut référentiel du récit, laissant entendre que Don Juan Manuel fait appel ici à une anecdote historique qu’il a lue ou entendue, une anecdote qui, peut-être, ferait partie d’une tradition colportée dans l’entourage de la famille royale de Castille. Dans un sens, l’exemplum trouve le moyen de renforcer la prétention référentielle et historique du récit, même si, en lui-même, le motif de la mémoire défaillante est un topos au sens réversible25.

24Ainsi, la transformation opérée par Don Juan Manuel n’a rien de radical si l’on s’en tient aux caractéristiques génériques et idéologiques du texte de départ. C’est sa portée éthique qui est totalement inversée : alors que le récit de la Crónica particular valorise l’action intrépide du chevalier, El conde Lucanor, dans l’exemple 15, promeut la capacité à endurer la peur, essentiellement passive, comme vertu chevaleresque supérieure.

25Entre ces deux récits, se tient celui de la Crónica abreviada, qui s’énonce ainsi :

  • 26 Chap. 304 du livre III de la Crónica abreviada, in : DON JUAN MANUEL, Obras completas, éd. cit., p. (...)

En el CCCIII° capítulo dize que mando el rey a·los caualleros de su mesnada que fuesen guardar los huertos. E Garçi Pérez de Vargas e otro cauallero que avía a yr alla tardaron e fueron sse después, e toparon con siete caualleros de moros. E el cauallero tornose, e Garci-Peres tomo sus armas e fue su camino e, enlazando la capellina, cayosele la cofia. E el non la vyo e fue su camino e desque fue pasado de los moros, non le osaron acometer; dio las armas a su escudero e fallo la cofia menos e tomo luego sus armas e tornos por [do] avia ydo; e los moros, de quel vyeron venir contra ellos, non lo osaron atender e fueronse; e el tomo su cofia e fuese su camino para do andavan los herueros. E el rey e todos los que con el estauan vyeronlo e preguntaron le depues quien fuera el cauallero que se tornara e el dixo quel non conosçie26.

26Les deux premières phrases et le début de la troisième résument assez fidèlement la première séquence narrative de la source, à ceci près que, comme dans le résumé du chapitre 1107 examiné plus haut, elles omettent les discours rapportés. Non seulement sont escamotés les énoncés rapportés au style direct, mais aussi l’énonciation elle-même, puisqu’aucun acte de langage n’est plus attribué aux personnages entre le « mandó » initial du roi et son « preguntó » final. Or, c’est essentiellement à travers ces discours que le récit historique explicitait les intentions et les motivations que les personnages assumaient pour eux-mêmes ou attribuaient aux autres. En supprimant les échanges verbaux, le résumé de la Crónica abreviada supprime aussi le système de points de vue qui structurait la matière narrative de sa source : la tension entre ce que font les deux chevaliers, d’une part, et ce que voient et disent le roi et Lorenzo Suárez, d’autre part, est éliminée, même si l’on trouve, après la description des allers et venues de Garci Pérez, une expression qui précise que le roi a tout vu (« E el rey e todos los que con el estauan vyeronlo »), expression qui, au passage, fait disparaître le personnage de Lorenzo Suárez, fondu à présent dans une collectivité anonyme. En somme, le résumé aplanit la construction narrative complexe du texte source, si bien que la valorisation du comportement de Garci Pérez n’est plus du tout énoncée et que son énonciateur, Lorenzo Suárez, a disparu avec elle. Par ailleurs, la nouvelle construction syntaxique, conçue comme une série de phrases brèves qui contiennent très peu de subordonnées et qui sont juxtaposées sans liens logiques explicites, prive le récit de tout enchaînement de cause à effet. La motivation de l’action du personnage central – pourquoi il va chercher sa cofia, pourquoi il décide de taire à la fin le nom de l’autre chevalier – est totalement gommée, si bien qu’est gommée aussi la motivation de la narration elle-même, son interprétation d’ensemble devenant problématique, voire indécidable. Ce chevalier qui a décidé d’aller au-devant de sept chevaliers maures pour récupérer sa coiffe est-il courageux ou inconscient ? Les Maures ont-ils fui par hasard ou parce qu’ils le redoutaient ? Si Garci Pérez ne dévoile pas le nom du chevalier qui a reculé, est-ce là un beau geste de sa part ou un manquement à l’autorité royale ? Sur ce dernier point, ne peut-on pas comprendre aussi, très prosaïquement, que Garci Pérez dit la vérité et qu’il ne connaît tout simplement pas l’identité de ce chevalier ? Le récit de la Crónica particular de San Fernando, charpenté par des polarités exemplaires et un jeu complexe sur le non-dit, s’est mué en une juxtaposition très lâche d’ingrédients narratifs dénuée de toute exemplarité explicite, le personnage de Garci Pérez n’incarnant même plus un modèle de conduite clairement défini.

Le contrôle de soi plutôt que la hardiesse : une éthique taillée sur mesure

27De la Crónica particular de San Fernando à la Crónica abreviada, la neutralisation des valeurs portées par les récits les prédispose à une récriture qui les doterait d’une nouvelle orientation exemplaire, y compris pour promouvoir une éthique contraire. C’est ce que l’on observe dans l’exemple 15. L’exemplum de Don Juan Manuel modifie le détail des faits, qu’il recompose librement à partir de motifs piochés dans les deux chapitres de la Crónica particular, mais, comme nous l’avons souligné, il leur attribue surtout un sens incompatible avec les versions précédentes du texte. Ainsi, le motif central valorisé n’est plus la témérité de celui qui s’avance seul contre le groupe des ennemis, mais la retenue et la mesure de celui qui se tient en retrait, sans pour autant s’enfuir. En outre, le personnage le plus valorisé n’est plus Garci Pérez de Vargas, relégué à une position moyenne et sans relief, mais Lorenzo Suárez Gallinato. Enfin, notons que la hiérarchie de ces valeurs est à présent clairement affirmée : une différence entre le discours historique qui tend vers l’exemplarité et l’exemplum proprement dit est que celui-ci explicite nécessairement ses choix en faveur de tel ou tel modèle de comportement. Cette explicitation est à la fois interne et externe à l’histoire relatée. Avant même que Patronio n’expose son interprétation, Ferdinand III, par l’intermédiaire des experts qu’il convoque, fait émerger une hiérarchie entre différents modèles de comportement, plus ou moins dignes d’imitation. Absent de l’épisode du pont de la rivière Guadaira et pur spectateur dans l’épisode de la cofia, le roi devient, dans l’exemple 15, l’organisateur d’un jugement collectif qui fixe l’échelle des valeurs. De façon plus globale, si l’on compare la répartition des rôles dans ce récit et dans l’épisode de la cofia, on observe un déplacement des trois fonctions qu’assument les personnages, à savoir celles de juge, de héros et de faire-valoir. La fonction du juge qui, dans le chapitre 1084, incombait à Lorenzo Suárez, revient à présent au roi (même si celui-ci la délègue à la communauté des chevaliers de son armée) ; celle du héros, qui était propre à Garci Pérez, est attribuée à Lorenzo Suárez ; celle de faire-valoir, précédemment réservée au chevalier anonyme, est maintenant assumée conjointement par celui-ci et Garci Pérez.

  • 27 Voir Ramón RIÚ Y CABANAS, « El monasterio de Santa Fe de Toledo. Indulgencias otorgadas en 1266 par (...)
  • 28 Ibid., p. 202, n. 225. Josserand indique que selon la règle de transmission du nomen patrum, Fernán (...)

28La valorisation de Ferdinand III comme juge et roi chevalier n’a rien d’étonnant de la part de Don Juan Manuel, qui fonde en son grand-père le prestige de son lignage et qui l’érige en modèle du parfait bellator à diverses reprises dans ses œuvres. Plus énigmatique peut paraître, dans la version du récit que donne El conde Lucanor, la promotion de Lorenzo Suárez aux dépens de Garci Pérez. Une explication est sans doute à rechercher dans la relation personnelle de Don Juan Manuel avec un descendant de Lorenzo Suárez. À Tolède, dans le mur d’une chapelle du couvent de Santa Fe, fut placé un tombeau portant l’inscription suivante : « Aqui iace frey Ramir Lorenço fijo de Ferran Lorenço Gallinato e clavero que fue de Calatrava e criado de don Juan fijo del infante don Manuel »27. Comme l’a suggéré Philippe Josserand, ce Ramiro Lorenzo (Gallinato), clavaire de l’ordre de Calatrava qui dut mourir entre 1340 et 1348, était probablement le petit-fils de Lorenzo Suárez28. Si l’épitaphe affirme que le personnage faisait partie de la maison de Don Juan Manuel, une autre mention, contenue dans le Libro de la caza, atteste également une relation étroite entre les deux hommes, tous deux férus de chasse. Au chapitre 2, dans une liste d’experts qui auraient partagé leur savoir cynégétique avec Don Juan Manuel, le nom de Ramiro Lorenzo apparaît en bonne place :

  • 29 DON JUAN MANUEL, Libro de la caza, éd. José Manuel FRADEJAS RUEDA, dans J. M. FRADEJAS RUEDA, Don J (...)

 […] señaladamente a Remir Llorençio, que es agora clavero de Calatrava, et a Pero  Ximenes, fijo de Johan García de Alcabdote, que son los mejores caçadores que él nunca vio, et que más saben d’esta caça, non que mejores açores fagan. Et dize don Johan que lo que estos dos omnes fazen en caça de açores, que más lo tiene él por maravilla que por sabiduría de caça29.

  • 30 Voir ibid., p. 139, n. 61.

29Chasseur talentueux, mentionné également deux fois par Pero López de Ayala dans son Libro de la caça de las aves30, Ramiro Lorenzo est néanmoins présenté par Don Juan Manuel comme un spécialiste de la chasse à l’autour, dont il signale, dans le même chapitre, qu’elle est moins noble que la chasse au faucon, matière quasi exclusive du Libro de la caza. Ainsi, il est possible que, par métonymie, la hiérarchie entre les deux oiseaux et les deux types de chasse correspondants vienne souligner la hiérarchie sociale entre les deux hommes. Dans l’exemple 15 de El conde Lucanor, cette hiérarchie apparaît également si l’on considère que Don Juan Manuel et Ramiro Suárez sont représentés par leurs grands-pères respectifs, le roi de Castille et son vassal Lorenzo Suárez. La mise en avant de Lorenzo Suárez au profit de Garci Pérez est donc à double détente : elle valorise le lignage d’un homme proche de Don Juan Manuel, mais elle valorise surtout Don Juan Manuel lui-même, naturellement placé au-dessus de ce lignage en vertu de son ascendance royale.

  • 31 C’est l’opinion de Leonardo Funes : « No responde a la escala de valores de la heroicidad épica, cu (...)
  • 32 Sur cet exemple, voir O. BIAGGINI, « Le miracle dans le Conde Lucanor de Don Juan Manuel », in : O. (...)

30Enfin, il convient d’expliquer pourquoi, au-delà de l’identité de Lorenzo, c’est son comportement passif que Don Juan Manuel choisit d’ériger en modèle, à l’encontre de l’impétuosité des deux autres chevaliers. L’exemple 15 valorise un pragmatisme mesuré face à une témérité inconsidérée et semble disqualifier le principe de l’aventure par laquelle le chevalier recherche le danger. Il peut paraître surprenant que le récit exemplaire, inséré dans une œuvre de fiction, apparaisse moins idéaliste que le récit historiographique, qui valorise le risque et le panache, selon un modèle qui rappelle les valeurs habituellement véhiculées par les fictions chevaleresques31. Toutefois, il ne faudrait pas généraliser cette posture pour en faire une caractéristique systématique du chevalier dans El conde Lucanor. En effet, d’autres figures s’écartent de ce modèle, tels le roi Richard d’Angleterre, caractérisé par son intrépidité dans l’exemple 3, ou le même Lorenzo Suárez qui, dans l’exemple 28, n’hésite pas à mettre sa vie en danger pour défendre une hostie humiliée par les Maures. Dans ce dernier cas, le récit exemplaire tend à valoriser la figure d’un vassal rebelle : Lorenzo Suárez a certes prêté allégeance à un roi musulman après s’être brouillé avec Ferdinand III, mais il est toujours resté fidèle à Dieu, seigneur des seigneurs. En cela, il peut apparaître comme un alter ego providentiel de Don Juan Manuel qui, lui aussi, a eu l’occasion de s’allier ponctuellement aux Maures pour combattre Alphonse XI32. Dans l’exemple 15, l’explication tient sans doute aussi aux circonstances de la vie personnelle de l’auteur, si on prend soin de rappeler dans quel contexte Patronio raconte à Lucanor l’histoire des trois chevaliers. Le problème initial exposé par Lucanor s’énonce en ces termes :

  • 33 DON JUAN MANUEL, El conde Lucanor, éd. cit., p. 66-67.

—Patronio, a mí acaesció que ove un rey muy poderoso por enemigo, et desque mucho duró la contienda entre nós, fallamos entramos por nuestra pro de nos avenir. Et commo quiera que agora estamos por avenidos et non ayamos guerra, siempre estamos a sospecha el uno del otro. Et algunos, tan bien de los suyos commo de los míos, métenme muchos miedos et dízenme que quiere buscar achaque para ser contra mí. Et por el buen entendimiento que avedes, ruégovos que me consejedes lo que faga en esta razón33.

  • 34 Les années 1334-1335 correspondent à une pause dans le conflit ouvert qui oppose Don Juan Manuel au (...)
  • 35 Dans le Libro infinido, Don Juan Manuel adresse à son fils un discours comparable, lorsqu’il lui ex (...)

31On le voit, le problème de Lucanor n’est pas à proprement parler militaire, mais plutôt politique et diplomatique : il s’agit pour lui de savoir comment se comporter face à un roi très puissant qu’il a longtemps combattu mais avec lequel il a conclu une paix fragile, dont chaque partie soupçonne qu’elle n’est pas motivée chez l’autre par une volonté sincère. Lucanor ne saurait exposer plus exactement la relation que Don Juan Manuel entretient avec Alphonse XI dans les années 1334-1335, qui sont celles de la rédaction de l’œuvre34. Pour un lecteur qui connaît un tant soit peu la vie de l’auteur, l’analogie est transparente : le seul détail volontairement flou est que Lucanor s’est opposé à « un roi », et non à « son roi ». Cette projection autobiographique de Don Juan Manuel sur le personnage de Lorenzo Suárez est donc inscrite dans le fonctionnement même de l’exemplum 15, grâce au jeu de l’enchâssement narratif. Si, selon une première grille de lecture, une analogie rapproche Don Juan Manuel, Patronio et Ferdinand III, en ce qu’ils sont tous trois producteurs de la leçon exemplaire, selon cette deuxième grille, la relation analogique s’applique à Don Juan Manuel, Lucanor et Lorenzo Suárez, tous trois confrontés à un danger face auquel le contrôle de soi doit prévaloir sur l’impulsion belliqueuse. La pointe ironique de ce parallélisme est que, par le jeu – toujours abusif – de l’analogie, l’ennemi de Don Juan Manuel, Alphonse XI, se trouve implicitement assimilé à celui de Lorenzo Suárez, à savoir les musulmans que son trisaïeul, Ferdinand III, a combattus lors du siège de Séville. Le tour de force de l’exemplum, ce faisant, consiste à prôner un attentisme face aux agressions du roi afin de fonder le bon droit du vassal menacé. Selon Patronio, Lucanor, en résistant aux mauvais conseillers qui le poussent à frapper le roi le premier, restera exempt de toute faute : « en soffrir que se mueva del otro la culpa, venirvos ha ende mucho bien: lo uno, que aviedes a Dios por vós, que es una ayuda que cunple mucho para tales cosas ; et lo ál, que todas las gentes ternán que fazedes derecho en lo que fizierdes35 ». Rester en règle avec les lois divines, mais aussi avec les lois humaines, voilà l’avantage d’une politique de non-agression. Le retournement est remarquable : Don Juan Manuel, le vassal rebelle à son roi, toujours prêt à guerroyer contre lui, donne de lui-même, par le biais de cet exemple à clefs, l’image d’un homme pacifique, soucieux de ne pas transgresser le droit de Dieu et le droit des hommes. La singularité de cet exemplum est, par conséquent, qu’il invite à ne pas agir, alors que le propre de la littérature exemplaire est de fournir des modèles d’action. Les vers de don Johán formulent assez brillamment ce paradoxe qui frise l’oxymore : « Por quexa non vos fagan ferir / ca siempre vence quien sabe sofrir ». Ne cédant pas à l’impulsion (quexa) de qui prend les armes de façon inconsidérée pour s’exposer au danger, celui qui reste passif fait preuve de courage et, surtout, in fine, remportera à coup sûr la victoire. Rapporté à la biographie de Don Juan Manuel, l’exemple n’a pas seulement une visée justificative, mais aussi une visée prospective : dans le prolongement de l’anecdote, il prétend annoncer la victoire du vassal contre son roi, ce qui serait la preuve du bien-fondé de sa cause. Dans aucune de ses moralités versifiées de El conde Lucanor « Don Johán » ne donne plus nettement l’impression de s’adresser avant tout à lui-même.

L’exemple 32, ou la mise en fiction

  • 36 Je ne résumerai pas l’intrigue de cet exemple, tant est célèbre le conte du monarque nu, même si la (...)
  • 37 LE STRICKER, Amis le Prêtre (Der Pfaffe Amis). Roman du XIIIe siècle, trad. et éd. Marianne Derron (...)
  • 38 Sheykh-ZᾹda, The History of the Forty Vezirs, trad. et éd. E. Gibb, Londres : George Redway, 1886, (...)

32L’exemple 32 de El conde Lucanor, « De lo que contesció a un rey con los burladores que fizieron el paño », constitue l’une des pièces les plus élaborées de l’œuvre36 et sa comparaison aux autres versions connues du récit montre que cette élaboration incombe en grande partie à Don Juan Manuel. La plus ancienne version conservée du conte, datant de la première moitié du XIIIe siècle, est allemande, composée par le poète surnommé Der Stricker, qui en fait un épisode de son Amis le Prêtre (Der Pfaffe Amis)37. Le personnage éponyme y joue un tour au roi de France en lui faisant croire à l’existence de fresques que seuls peuvent voir les individus de naissance légitime. Cependant, qu’une version liée de près ou de loin à ce conte allemand ait pu parvenir ou non jusqu’à Don Juan Manuel, l’objet inexistant n’est plus le même dans l’exemple 32 : c’est ici une étoffe, et non une représentation picturale, même si cette étoffe comporte elle-même des images (historias) que les escrocs, puis leurs victimes, font semblant de voir. Par ailleurs, le fait que, dans El conde Lucanor, le roi trompé par les faux tisserands soit présenté comme un Maure a incité la critique à rechercher une source orientale et, de fait, un conte arabe comportant le motif de l’étoffe invisible a certainement existé. On peut le supposer par l’œuvre turque intitulée Les quarante vizirs38, datant du XVe siècle, qui dérive d’une version arabe perdue du Sendebar dont elle reprend le récit cadre et le procédé d’enchâssement des contes. Dans un de ces contes, raconté au roi par son épouse, il est question d’un autre roi qui se fait berner par un faux tisserand : celui-ci prétend confectionner un turban que les bâtards seraient incapables de voir. Le roi lui accorde une rente substantielle le temps de la confection de l’objet. Après avoir terminé son travail, l’imposteur apporte une feuille de papier pliée en deux qui est censée contenir l’étoffe. Le roi feint de voir le turban et en fait même l’éloge pour ne pas passer pour un bâtard. Le faux tisserand fait mine de l’ajuster sur la tête du roi et toute la cour s’extasie devant ce beau spectacle. Cependant, le sultan s’isole avec deux de ses vizirs pour leur avouer qu’il ne voit rien. Les deux conseillers reconnaissent à leur tour qu’ils sont dans la même situation et la ruse est alors dévoilée.

  • 39 Ce détail milite en faveur d’une autre source, apparentée en quelque façon à la version du Stricker (...)
  • 40 Alfonso D’AGOSTINO, « El personaje del cuento : el caso Lucanor », in : Pilar LORENZO GRADÍN (dir.) (...)

33De cette version orientale du conte, dont il est impossible de préciser sous quelle forme exacte Don Juan Manuel a pu la recevoir, l’exemple 32 reprend trois motifs essentiels : la tromperie fondée sur la croyance en l’existence d’une étoffe invisible pour les bâtards ; le fait que le roi porte une pièce de vêtement taillée dans cette étoffe (même si le turban de la version orientale devient un habit complet dans El conde Lucanor) ; le mécanisme de la tromperie, qui repose sur l’impossibilité sociale, de la part de chacun des spectateurs, d’avouer publiquement sa bâtardise, avec une insistance particulière sur la veulerie des courtisans (mais c’est ici le roi qui exprime le premier ses doutes, alors que dans El conde Lucanor, le premier à énoncer la vérité est un palefrenier noir, soit un homme qui se situe tout en bas de l’échelle sociale et qui n’a pas d’honneur à défendre39). Cependant, le conte de l’exemple 32 comporte aussi d’importants éléments, principalement structurels, qui ne proviennent pas de cette source et qui, pour certains, sont présents dans un récit inclus dans la Estoria de España. L’identification de cette autre source incombe à Alfonso d’Agostino qui, par une comparaison rigoureuse entre les deux textes, montre leur filiation indubitable40. Or, on peut confirmer ces conclusions par un fait externe : il est certain que Don Juan Manuel connaissait ce récit, puisqu’il en a consigné ou fait consigner un résumé dans la Crónica abreviada (II, 163).

34L’épisode contenu dans la Estoria de España, intitulé « De la cruz que fizieron los angeles al rey don Alffonsso » appartient à la version primitive, proprement alphonsine, de la chronique et Menéndez Pidal l’a édité au chapitre 616 de sa Primera crónica general (voir le texte reproduit en annexe). Dans la seizième année du règne d’Alphonse II des Asturies – date qui est également précisée selon trois autres computs (le calendrier de l’ère hispanique, le calendrier de l’ère chrétienne et le décompte fondé sur le règne de l’empereur Charlemagne) –, ce roi, qui possédait des pierres précieuses, eut l’intention de faire faire une croix d’or où elles seraient incrustées. En revenant de la messe, il rencontra deux anges qui avaient pris l’apparence de pèlerins et qui se disaient orfèvres. Le roi leur commanda la confection de la croix et leur attribua une demeure à part (« casa apartada ») où accomplir leur travail. Alors qu’il était à table, le roi envoya plusieurs messagers les uns après les autres auprès des orfèvres pour savoir qui ils étaient. Quand les messagers entrèrent dans la maison, ils trouvèrent la croix achevée mais elle émettait une telle lumière qu’il était impossible de la regarder. Le roi se rendit sur place au plus vite et, devant cet objet prodigieux et achevé en si peu de temps, il comprit qu’il s’agissait là d’une œuvre de Dieu. Accompagné par l’évêque, les clercs et tout le peuple, il fit porter la croix, en grande procession, jusqu’à l’autel de San Salvador d’Oviedo, sur lequel il la déposa. Il envoya ensuite la mise par écrit du miracle au pape Léon, qui décida d’élever Oviedo à la dignité d’archevêché.

  • 41 Historia silense, éd. Francisco SANTOS COCO, Madrid : Sucesores de Rivadeneyra, 1921, p. 25-26. Pou (...)

35La source utilisée par la Estoria de España pour ce récit de miracle est le Chronicon mundi de Luc de Tuy, achevé vers 1238 (voir l’extrait correspondant en annexe), mais il en existe une version antérieure, contenue dans la Historia legionensis, dite « silensis », rédigée dans le premier tiers du XIIe siècle41. La traduction alphonsine est fidèle à la version de Luc, à quelques détails près. D’une part, chez Luc (comme, d’ailleurs, dans la Historia legionensis), le roi possède dès le départ une grande quantité d’or et des pierres précieuses, alors que seules celles-ci sont mentionnées au début du récit alphonsin. D’autre part, dans la version de Luc, le roi des Asturies joue un rôle plus actif dans l’obtention de la dignité archiépiscopale : c’est au terme d’un processus de négociation (« impetrauit ») qu’il obtient du pape cette dignité pour Oviedo, alors que dans la Estoria de España, la simple mise du miracle par écrit suffit à la décision pontificale. Par ailleurs, comme le montre la toute dernière phrase du chapitre dans la Estoria de España, les rédacteurs alphonsins sont gênés par une contradiction dans leurs sources : « pero que dize adelante en la estoria que el rey don Alffonsso el Magno gano este priuilegio. » La « estoria », comme c’est le cas le plus souvent dans le texte, désigne sans doute le De rebus Hispaniae de Rodrigue Jiménez de Rada, qui, en l’occurrence, situe effectivement pendant le règne d’Alphonse III – et non d’Alphonse II – la promotion d’Oviedo au statut d’archevêché. Malgré cette contradiction, les rédacteurs de la Estoria de España retiennent l’épisode dans son intégralité : parce qu’il rapporte un miracle qui met en scène sa propre transmission, le récit a pu leur apparaître doté d’un haut degré de véracité.

36En quoi ce récit apparaît-il comme une source de l’exemple 32, que Don Juan Manuel aurait donc combinée avec le conte oriental du turban invisible ? Les deux narrations sont très proches non dans leur thématique, mais dans leur construction. Le miracle et la ruse ne sont pas incompatibles car les anges, comme les escrocs de l’exemple 32, se font passer pour des artisans qu’ils ne sont pas – des orfèvres dans un cas, des tisserands, dans l’autre. D’ailleurs, quoique de façon moins prononcée chez Alphonse que chez Luc, le roi des Asturies, après avoir confié aux orfèvres la confection de la croix, semble avoir un doute sur leur identité et leur probité : c’est motivé par la méfiance qu’il envoie des émissaires jusqu’à eux. Ce soupçon, même s’il est finalement désavoué, laisse la porte ouverte à l’idée de tromperie, qui devient centrale dans l’exemple 32. Toutefois, la position du roi face aux artisans est alors inversée : si le roi du récit historiographique nourrit un soupçon finalement infondé, celui de l’exemplum accorde trop facilement sa confiance à des inconnus qui l’abusent bel et bien. Un autre point commun est que l’objet d’art confectionné partage avec le drap de l’exemple 32 son caractère prodigieux et, surtout, sa visibilité problématique : de même que le drap est invisible pour les bâtards, de même la croix, à cause de la lumière qu’elle émet, éblouit le regard. Toutefois, alors que l’étoffe n’existe pas, la croix a une existence matérielle indéniable qui fait d’elle la preuve du miracle.

37S’il est évident que, sur ces différents points, malgré des ressemblances frappantes, Don Juan Manuel a plutôt suivi le conte du turban invisible, dont les motifs ont presque été repris tels quels, il en est trois autres, absents de la version orientale, dont on peut penser qu’ils proviennent exclusivement de la source alphonsine. Premièrement, ce n’est pas un seul artisan mais plusieurs qui travaillent pour le roi (deux chez Luc et Alphonse ; trois chez Don Juan Manuel). Deuxièmement, leur est assigné un lieu spécifique (cette « casa apartada » mentionnée dans la Estoria de España, qui devient un « palacio » dans El conde Lucanor), où le roi envoie des émissaires pour connaître l’avancement du travail en cours : dotée d’une faible fonctionnalité narrative dans le récit historiographique, la délégation de la découverte aux émissaires devient fondamentale dans l’exemple 32, puisque chacun d’entre eux joue le rôle d’un faux témoin qui, involontairement, donne toujours plus de poids à l’existence de l’étoffe. Troisièmement, enfin, les deux textes ont en commun l’épisode final du défilé au cours duquel, publiquement, le roi porte l’objet invisible d’un point à l’autre de la ville : alors que, dans la Estoria de España, cette cérémonie assoit le pouvoir du roi et la dignité de la capitale de son royaume, elle ridiculise le monarque de l’exemple 32 et offre une parodie de ce qui était, à l’origine, la célébration d’un miracle.

  • 42 Diego Catalán a montré que le livre II de la Crónica abreviada dérive d’une section de la *Crónica (...)

38Pour apprécier comment Don Juan Manuel s’est approprié la source alphonsine nous disposons d’un maillon intermédiaire, qui est celui de la Crónica abreviada42, au chapitre 163 du livre II :

  • 43 DON JUAN MANUEL, Crónica abreviada (II, 163), éd. cit., p. 705.

En el CLXIII capitulo, que fue en el XVI anno deste rey don Alfonso, en·vyniendo de oyr misa, penso en su coraçon de fazer vna cruz de oro e de poner en·ella muchas piedras preciosas. E topo con dos angeles en forma de pelegrinos e dixeron le que heran orebçes, e el mandolos fazer aquella cruz que avia pensado e dioles vna casa apartada do·la fiziesen. E el rey, estando a·la misa, enbio alla a saber que fazian los maestros, e los mandaderos fallaron la cruz fecha e non fallaron los maestros. E vino luego el rey e el obispo con muy grant procesión e lleuaronla e posieron la en el altar de sant Saluador43.

39Ce résumé est fidèle, autant que peut l’être un texte aussi concis, à la source alphonsine. Même s’il abrège énormément, il n’altère pas, pour l’essentiel, les faits relatés. Cette fidélité factuelle n’est mise en défaut que sur un petit détail : dans la Estoria de España, tout comme dans les deux versions latines qui la précèdent, le roi rencontre les orfèvres alors qu’il revient de la messe, mais c’est lorsqu’il prend son repas qu’il décide d’envoyer des émissaires ; le récit de la Crónica abreviada, en revanche, situe cette décision du roi en précisant « estando a la misa », comme si le roi était retourné à la messe. En fait, il est très probable qu’il s’agisse là d’une erreur de copiste au cours de la transmission (celle de la Estoria de España ou celle de la Crónica abreviada), « mesa » pouvant facilement devenir « misa » par contamination de la première occurrence de ce mot : je ne me risquerai donc pas à y voir un écart significatif assumé par la Crónica abreviada. Par ailleurs, il est inévitable que le résumé, en suivant sa démarche d’abréviation, supprime des éléments contenus dans sa source. Cependant, d’une part, une logique est perceptible dans cette opération de sélection et, d’autre part, on constate aussi, paradoxalement, de très petits ajouts dont la présence est décisive car elle tend à modifier le statut du texte.

  • 44 Id., El conde Lucanor, éd. cit., p. 138.

40Concernant les suppressions, tout d’abord, on remarque en premier lieu que le résumé ne dit pas que le roi possède des pierres précieuses dont il voudrait faire usage. De la chronique de Luc de Tuy à la Crónica abreviada, on assiste à une mise entre parenthèses progressive des matières premières de la croix : chez Luc, le roi possède une grande quantité d’or et de pierres précieuses ; chez Alphonse, seulement des pierres ; chez Don Juan Manuel, le roi imagine la croix faite de ces matières, mais il n’est pas dit qu’il les possède, même si on peut supposer que les orfèvres ne vont pas travailler à partir de rien. Or, c’est précisément ce que feront les faux tisserands de l’exemple 32 de El conde Lucanor : même s’ils reçoivent « mucho oro et plata et seda et muy grand aver44 », ils ne les utilisent pas et le matériau qu’ils travaillent, c’est littéralement le vide. Par sa concision, qui le rend allusif, le récit de la Crónica abreviada favorise l’idée que la matière pourrait ne pas préexister à l’objet produit : on passe abruptement de la croix telle que le roi se la représente à sa réalisation concrète. En deuxième lieu, le caractère surnaturel de la croix – en particulier, la lumière surnaturelle qu’elle émet – est totalement gommé dans le nouveau récit : « fallaron la cruz fecha » ne dit pas que l’objet est hors du commun et qu’il est le produit d’un miracle. On peut seulement le supposer dès lors que les deux personnages ont d’emblée été identifiés comme des anges, mais la causalité divine, propre au miracle, est laissée entre parenthèses. En troisième lieu, enfin, la découverte de la croix n’a plus une aussi grande répercussion politique – et, finalement, elle perd toute répercussion historique : si elle est bien portée en procession, conjointement par le roi et l’évêque, jusqu’à l’autel de San Salvador, les événements ne donnent plus lieu à une mise par écrit ni à l’obtention auprès du pape de la dignité archiépiscopale pour Oviedo. En somme, la Crónica abreviada ne souligne ni l’origine divine ni la portée historique de l’événement pour se concentrer sur l’anecdote, au point que c’est à peine si on y reconnaît un récit de miracle : la force légitimante de la croix miraculeuse et du récit qui rapporte sa production a totalement disparu.

  • 45 Laurence DE LOOZE, Manuscript Diversity, Meaning and Variance in Juan Manuel’s Conde Lucanor, Toron (...)
  • 46 Voir O. BIAGGINI, « L’évidence et le secret… ».
  • 47 D. CATALÁN, art. cit., p. 36.

41Le récit qu’offre la Crónica abreviada ne saurait rendre compte de tout le processus de composition et de création par lequel passe Don Juan Manuel pour tirer d’un récit de miracle un conte burlesque, d’autant que, nous l’avons vu, au moins une autre source, déjà fictionnelle, a été combinée au récit historique alphonsin. Il permet seulement d’entrevoir une ligne directrice de ce processus avant qu’il n’ait abouti. Il peut être considéré comme une étape intermédiaire, qui estompe les conventions du récit référentiel pour ouvrir la porte à la fiction. Hormis le fameux exemple 11, qui a pour ambition de faire tomber le lecteur dans le même piège que le personnage du doyen de Saint-Jacques, l’exemple 32 offre sans doute, dans El conde Lucanor, le récit le plus ouvertement conscient de sa propre fiction. L’étoffe invisible est métaphore de la textualité sans cesse réinventée par le consensus social, comme l’a montré Laurence de Looze45, et elle est aussi métaphore de la fiction qui, tout comme la croyance en l’existence d’un objet inaccessible aux sens, est une affaire de foi46. Pour que la foi suscitée par un miracle soit remplacée par celle qui sous-tend la fiction, un changement de statut du texte est nécessaire. Le résumé de la Crónica abreviada, en évacuant la question du prodige et, donc, celle de la croyance problématique qui lui est attachée, manifeste cette possible mutation dans les fondements conventionnels du récit. De fait, si l’étoffe de l’exemple 32 est métaphore de la convention fictionnelle, on pourra se demander rétrospectivement si la croix de la Estoria de España n’est pas métaphore de la convention référentielle qui préside au récit historique. Dans la Estoria de España, la croix est un objet non fait de mains d’homme : sa facture n’est pas imputable à un artifice humain, mais à une création surnaturelle. Elle est certes composée de diverses matières – or et pierres précieuses –, mais pour mieux les transcender, puisque l’objet matériel est rendu invisible par la lumière immatérielle qui émane de lui. Or, le récit historique, comme la croix dont il parle, tend à gommer le processus de sa production : il fait allusion à la diversité de ses sources – comme la croix est produite à partir de matières composites –, mais pas à sa façon de les combiner ou de les réélaborer. L’incrustation des pierres précieuses dans un nouveau support pourrait figurer la nouvelle version de l’histoire, qui, dans le cadre textuel qu’elle crée, accueille l’héritage de différentes versions précédentes : ainsi, le récit issu de Luc de Tuy peut ouvertement coexister, pour les rédacteurs de la Estoria, avec l’information contradictoire apportée par Rodrigue Jiménez de Rada. À la lumière de ce réseau métaphorique, un détail du récit alphonsin, qui modifie la version de Luc, pourrait trouver son sens : de même que le roi des Asturies, dans la Estoria de España, possède seulement des pierres précieuses (et non le métal précieux où elles pourraient être serties) avant de commander la confection de la croix, les rédacteurs alphonsins de l’histoire affichent les sources qu’ils ont à leur disposition, mais c’est l’opération d’écriture, soustraite au regard du récepteur du texte, qui fournit le nouveau support capable de les faire tenir ensemble. Diego Catalán, à propos du livre II de la *Crónica manuelina tel qu’il a tenté de le reconstituer, souligne « el cuidadoso “ayuntamiento” o coordinación de toda la información reunida y la creación de un relato fluido que embebe, de forma exhaustiva, todo lo dicho por las fuentes »47. La lumière émise par la croix peut figurer l’évidence aveuglante d’un discours historique puissamment intégrateur des sources qu’il affiche et qui, au-delà de ces sources, donnerait l’illusion de dériver en droite ligne des faits eux-mêmes. Cette interprétation pourrait paraître forcée si un élément dans le texte ne venait la corroborer : en rapportant comment le roi, les représentants de l’Église et le peuple ont recueilli la croix, qui est la preuve matérielle du miracle, et en expliquant comment s’est faite la première mise en récit des événements, dans un écrit qui a su convaincre le pape de leur authenticité, le récit retrace sa propre genèse et souligne sa propre véracité. Le miracle comme événement et le miracle comme texte y sont indissolublement liés par un fil généalogique : le second découle du premier, si bien que, dans l’expression finale, « este miraglo escrito » (qui n’a pas d’antécédent dans la version de Luc), le mot « miraglo » peut renvoyer aussi bien au récit qu’à l’événement qui en est l’origine.

  • 48 DON JUAN MANUEL, El conde Lucanor, éd. cit., p. 138-141. C’est moi qui souligne.
  • 49 Ibid., p. 141. C’est moi qui souligne.

42Entre le modèle d’un récit émanant directement des faits qui, comme la croix, se ferait tout seul et celui d’un récit de fiction, entièrement forgé et qui prend son indépendance par rapport à ses sources – de même que le drap est un pur artifice indépendant de toute matière – se tient le modèle de la Crónica abreviada, qui joue à présent comme un pont entre histoire et fiction. Dans ce récit, la mention de la date est maintenue, même si elle n’est plus rapportée à un calendrier universel, et les faits relatés sont donc situables dans le temps, comme faits historiques. Cependant, la pertinence de ces faits dans l’histoire reste en souffrance : en rendant le miracle à peine perceptible, c’est à la fois le sens transcendant des événements et leur véracité qui sont mis à distance. Or, à ce processus d’évidement du récit historique, se combinent, comme je l’ai annoncé plus haut, quelques ajouts mineurs du résumé par rapport à son modèle. Dans un résumé aussi lapidaire, ces ajouts, même mineurs, prennent un relief singulier, car ils vont à contrecourant de l’abbreviatio drastique à laquelle est soumis le récit. Le premier ajout n’est pas probant à lui tout seul, mais il apparaît comme l’indice d’un changement de perspective narrative : le projet du roi est introduit par le verbe « asmar » dans la source alphonsine, mais par « pensar en su coraçón » dans la Crónica abreviada. L’expression, plus longue dans le résumé, témoigne d’un effort de focalisation interne du récit sur le personnage du roi, le narrateur accédant plus nettement à son intériorité. Un second ajout est beaucoup plus parlant. Il s’agit de l’utilisation, totalement imputable à la Crónica abreviada, du terme « maestros », par deux fois, pour désigner les anges qui se font passer pour des orfèvres. Par un procédé qui relève du style indirect libre, le narrateur utilise un terme dont on sait qu’il est impropre (les deux personnages sont des anges et non des maîtres artisans) et qui, en toute rigueur, ne peut incomber qu’au roi, son véritable énonciateur. Or, c’est exactement ce terme de « maestros » que Patronio, dans son récit de l’exemple 32, emploie à de multiples reprises pour désigner les trois aigrefins : « […] tres omnes burladores vinieron al rey et dixiéronle que eran muy buenos maestros de fazer paños […] » ; « Et desque el camarero vio los maestros et lo que dizían […] » ; « Et cuando [el rey] entró en el palacio et vio los maestros que estavan texiendo et dizían […] » ; « […] et aprendió muy bien la manera commo dizían aquellos maestros que el paño era fecho […] » ; « Et desque entró et vio los maestros que texían […] » ; « […] los maestros que tal cosa sabían fazer. » ; « Et los maestros traxiéronlos envueltos en muy buenas sábanas […] » ; « […] entendieron el engaño que los burladores avían fecho […] »48. Comme on peut le constater, les deux seules exceptions correspondent à la toute première et à la toute dernière dénomination : le narrateur désigne d’emblée les trois escrocs pour ce qu’ils sont (« omnes burladores ») mais, dès qu’ils se sont présentés eux-mêmes comme des « maestros », cette dénomination, acceptée par le roi et les autres personnages, est également adoptée par le narrateur, qui fait mine de les considérer comme tels, par un effet de style indirect libre. Ce n’est qu’une fois la ruse dévoilée, à la fin du récit, que le narrateur revient à la désignation de « burladores », l’emploi du terme propre accompagnant la lucidité retrouvée des personnages. La focalisation interne qui se manifeste, entre autres procédés, par l’utilisation du terme « maestros » de la part d’un narrateur qui feint de placer le récepteur de son récit au même niveau que les personnages abusés, est le principal vecteur narratif qui conduit logiquement ce récepteur à envisager la feinte des faux tisserands comme une métaphore de la fiction du texte. Cette torsion infligée à la perspective narrative n’était pas totalement absente de la version alphonsine, où les anges, à deux occasions, étaient directement désignés comme des « orebzes » par le narrateur, mais de ce terme neutre, qui pointe leur fonction supposée, à celui de « maestros », qui dit la reconnaissance de leur excellence et, donc, prend en compte l’appréciation du roi, un pas décisif est franchi. Il est solidaire d’un troisième ajout de la Crónica abreviada par rapport à son modèle alphonsin, qui constitue un pont littéral vers le récit de l’exemple 32 : « e los mandaderos fallaron la cruz fecha e non fallaron los maestros » (là où la Estoria de España disait bien « fallaron la cruz fecha » mais constatait l’absence des orfèvres par un simple « non estando y los orebzes », placé beaucoup plus loin dans le récit, sans opposer cette absence à la présence de la croix). Dans El conde Lucanor, en effet, le récit se termine par une formule qui semble provenir de la version de la Crónica abreviada : « Et cuando los fueron buscar, non los fallaron, ca se fueran con lo que avían levado del rey por el engaño que avedes oýdo49 ». Ainsi, le récit alphonsin met l’accent sur la présence de la croix, mais celui de la Crónica abreviada met cette présence en relation avec l’absence des artisans, comme si la confection de l’objet n’était assignable à personne, sans que l’on sache bien si cette disparition s’inscrit dans la convention traditionnelle du miracle, dont l’auteur divin est invisible, ou si elle tend à la troubler (cette croix est-elle bien le produit du travail des anges ?). Quant au conte de l’exemple 32, tout, à la fin, n’est qu’absence, les fabricants de l’objet inexistant finissant comiquement par le rejoindre dans son invisibilité, non sans avoir soustrait aussi à la vue du roi les matières précieuses qu’il leur avait confiées. On passe d’un miracle, qui perdure par les preuves matérielles et immatérielles qu’il laisse dans le monde, à une supercherie qui, non seulement exploite le néant, mais ne laisse ensuite aucune trace. Au miracle correspond un texte qui le prolonge, comme une preuve dans le sillage d’autres preuves ; à la supercherie, un texte qui en fait le miroir de sa fiction.

43Les récits historiques neutres et objectifs n’existent pas. Entre les récits historiques la Estoria de España et les récits exemplaires, référentiels ou fictionnels, de El conde Lucanor, les résumés de la Crónica abreviada que j’ai examinés ne se contentent pas de consigner passivement des faits. Dans le cas des résumés des deux chapitres de la Crónica particular de San Fernando, réélaborés ensuite dans l’exemple 15 de El conde Lucanor, la neutralisation des valeurs promues par le modèle ne rend pas le récit objectif, mais en fait une matière disponible pour de nouvelles orientations éthiques et idéologiques : jouant un rôle de pivot entre deux récits dotés d’une exemplarité implicite (Crónica particular de San Fernando) ou explicite (El conde Lucanor), il s’agit de textes dépourvus de toute dimension exemplaire mais qui, précisément pour cette raison, sont susceptibles de fournir leur matière à plusieurs types possibles d’exemples. Dans ce cas, les résumés de la Crónica abreviada manifestent la capacité singulière de Don Juan Manuel à tordre, voire à inverser le sens de ses textes sources. Toutefois, dans ce cas, la translation d’un texte à l’autre n’altère pas fondamentalement la convention propre à la source historiographique, l’exemplum se voulant lui-même référentiel. En revanche, dans le cas de l’épisode de la croix d’Oviedo, source alphonsine de l’exemple 32 de El conde Lucanor, le récit minimal de la Crónica abreviada est bien le lieu où s’ébauche une mutation de statut du texte et où est amorcé le passage du discours historiographique au discours de fiction, du miraculeux au fabuleux. Ce passage est formalisé par des inflexions textuelles minuscules, qui resteraient imperceptibles si elles n’étaient pas examinées dans la série de toute la généalogie textuelle, de la version de Luc de Tuy à celle de Don Juan Manuel dans El conde Lucanor. Dans un récit aussi condensé et en même temps aussi désarticulé que celui de la Crónica abreviada, l’introduction du moindre élément structurant suffit à rendre possible une nouvelle convention de lecture. Versez une goutte de fiction dans un récit historique et le voilà disposé à devenir un conte.

Haut de page

Annexe

Crónica particular de San Fernando (Primera crónica general, chap. 1084, éd. Ramón MENÉNDEZ PIDAL, Madrid : Gredos, 1955, 2, p. 751-752).

Capitulo de commo Garçi Perez de Vargas torno por la cofia a aquel logar o se le cayera

Otro dia depues que el rey don Fernando fue a posar a Tablada, mando a les caualleros de su mesnada que fuesen guardar les erueros. Garçi Perez de Vargas, et otro cauallero que auie a yr con ellos, detouieronse en el real et non salieron tan ayna commo los otros; et en yendo en pos ellos, vieron ante sy por o auien a pasar en el camino ssiete caualleros de moros. Et dixo el cauallero a Garçi Perez: «tornemosnos; non somos mas de dos». Et Garçi Perez dixo: «non lo fagamos, mas vayamos por nuestro camino derecho, ca nos non atendran». Et el cauallero dixo que lo non querie fazer: ca lo tenia por locura sy dos caualleros, que ellos eran, fuesen cometer de pasar por do estauan siete; et fuese aderredor del real por non ser conosçido, fasta que fue en su posada. El real do estaua la tienda del rey era vn poco en altura, et por o ellos yuan era llano, et el rey don Fernando ouolo a oio, et los que con el estauan, et vio de commo se tornaua el vn cauallero et que fuera el otro en su cabo; otrosi vio aquellos siete caualleros de moros commo le estauan delante, teniendol el camino por do el auie a pasar; et mando quel fuesen a acorrer. Don Llorenço Ssuarez que estaua y con el rey, que avie visto a Garçi Perez quando saliera del real et conosçiol en las armas et sabie que el era, dixo al rey: «sennor, dexenle; que aquel cauallero, que finco en su cabo con aquellos moros, es Garçi Perez de Bargas, et para tantos commo ellos son non a mester ayuda; et sy los moros lo conosçieren en las armas, non lo osaran cometer, et sil cometieren, vos veredes oy las marauillas que el fara». Garçi Perez tomo las armas quel traye su escudero, et mandol que se parase en pos el et que se non mouiese a ninguna parte, synon asy commo el fuesse que asy fuese el en pos el; et en alazando la capellina, cayosele la cofia en tierra et non la uio; et endereço por su camino derecho et su escudero en pos el. Los moros conosçieronle en las armas commo era Garçi Perez, ca muchas vezes gelas vieran traer et bien las conosçien, et nol osaron cometer; mas fueron a par del, de la vna parte et de la otra, faziendol cadamannas et sus abrochamientos vna grant pieça; et quando vieron que se non boluie a ninguna parte nin se querie desuiar por cosa que ellos feziesen, synon que todauia yua por su camino derecho, tornaronsse et fueronse a parar en aquel logar o se le cayo la cofia. Quando Garçi Perez se uio desenbargado de aquellos moros, dio las armas a su escudero; et quando desenlazo la capellina et non fallo su cofia, pregunto al escudero por ella; et el escudero le dixo que non gela diera. Et desque fue çierto que se le auie caydo, tomo sus armas quel auie ya dadas, el dixol que pasase en pos el et que touiese oio por la cofia alli o se le cayera. Et el escudero, quando uio que se querie tornar por ella, dixol: «¡commo, don Garcia, por vna cofia uos queredes tornar a tan grant peligro? et non tenedes que estades bien, quando tan sin danno uos partiestes de aquellos moros, sseyendo ellos siete caualleros et vos vno solo, et queredes tornar a ellos por vna cofia?» Et Garçi Perez le dixo: «non me fables en ello, ca bien veyes que non he cabeça para andar sin cofia»: et este dezie el porque era muy caluo, que non tenie cabellos de la meytad de la cabeça adelante; et tornose para aquel logar do ante tomara las armas. Don Llorenço Suarez quando lo vio tornar, dixo al rey: «uedes commo torna a los moros Garçi Perez, quando vio que los moros nol querien cometer? agora ua el cometer a ellos; agora ueredes las marauillas que el fara, que uos yo dezia, sil osaren atender». Los moros quando vieron tornar a Garçi Perez contra ellos, touieron que se querie conbater con ellos, et fueronse ende acogiendo que non se detouieron y mas. Quando Llorenço Suarez vio a los moros commo se acogien ante Garçi Perez, que nol osaron atender, dixo al rey: «Ssennor, uedes lo que uos yo dezia que nol osarien atender aquellos siete caualleros de moros a Garçi Perez en su cabo? Sabet, sennor, quel connosçieron; catadlos commo se uan acogiendo antel que nol osan atender. Yo so Llorenço Suarez, que conosco bien los buenos caualleros desta hueste quales son». Garçi Perez llego a aquel logar do se le cayera la cofia et fallola y, et mando a su escudero desçender por ella; et tomola et sacodiola et diogela; et pusosela en la cabeça, et fuese ende para do andauan les erueros. Quando los que fueron guardar los erueros se tornaron para el real, preguntó don Llorenço Suarez a Garçi Perez, ante el rey, quien fuera aquel cauallero que con el saliera del real. Et Garçi Perez ouo ende grant enbargo, et pesol mucho porque don Llorenço Suarez gelo preguntara ante el rey, ca luego sopo que viera el rey et don Llorenço Suarez lo que a el aquel dia ouiera contesçido; et el era tal omme et auie tal manera que nol plazie cuando le retrayen algun buen fecho que el feziese; pero con grant verguença ouo a dezir que nol conosçie nin sabie quien fuera. Et don Llorenço Suarez ge lo pregunto depues muchas vezes quien fuera aquel cauallero, et sienpre le dixo que nol conoscie et nunca del lo podieron saber, pero que lo conoscia el muy bien et lo veye cada dia en casa del rey; mas non querie que el cauallero perdiese por el su buena fama que ante auie, ante defendio al su escudero que por los oios de la cabeça non dixiese que lo conosçia; et el escudero asi lo fizo, que nunca lo quiso dezir, pero que gelo preguntaron despues muchas vezes.

Crónica particular de San Fernando (Primera crónica general, chap. 1107, éd. Ramón MENÉNDEZ PIDAL, Madrid : Gredos, 1955, 2, p. 760).

Capitulo de las espolonadas que fizo don Llorenço Ssuarez con los moros por la pontezilla que esta sobre Guadeyra, et de la buena andança que y ouo

Muchas vezes salien los moros de rebato por la puerta del alcaçar do es agora la Iuderia, et pasauan vna ponteçilla que era y sobre Guadayra, et fazien sus espolonadas en la hueste, et matauan y muchos cristianos, et fazien y mucho danno. Quando don Llorenzo Suarez sopo el danno que fazien los moros, en la hueste que por aquella pontezilla pasauan, penso de commo feziesen vn espolonada en ellos porque los podiessen escarmentar. Dixo a Garçi Perez de Vargas et a otros caualleros que y estauan con el: «fagamos vna espolonada en aquellos moros que vienen por aquella pontezilla aqui a la hueste tantas vezes, et reçibimos dellos tan grant danno commo vedes; mas catad commo ninguno de nos non entre en la puente nin llegue a ella, que ser nos ye grant peligro, ca son los moros tantos que non los podriemos sofrir»; et esto dizie don Lorenço Suarez por prouar a Garçi Perez de Vargas que serie lo que y farie; et del otra parte, entre la uilla et la pontezilla, estaua muy grant gentío de moros: bien fasta diez mill podrian ser. Et fezieronlo asi, et encobrieronse de los moros. Et los moros salieron a fazer su espolonada commo solien contra la hueste del rey don Fernando. Et quando don Lorenço Suarez, et los que con el eran, vieron tiempo, aguyjaron con ellos fasta entrada de la puente. Et allí se detouieron los moros. Don Lorenço Suarez fue ferir en los moros, mas los moros fueronse arrancando, et cayeron muchos dellos en ese rio de Guadayra; et don Llorenço fue feriendo et derribando en ellos fasta en la meytad de la puente, et tornose deziendo: «yo so don Lorenço!». Et veniendose, paro mientes por Garçi Perez de Vargas, et nol vio; et torno la cabeça, et vio que auie pasado la puente et estaua del otra parte entre los moros en grant priesa, et auie ya derribado quatro caualleros dellos. «Caualleros –dixo don Llorenço Suarez– engannados nos a Garçi Perez. Vedes commo a pasada la pontezilla el; mas faranos oy entrar en tal logar en que auremos todos mester el ayudorio de Dios. Et porque me reçelaua yo del, oue yo dicho que ninguno non entrase en la pontezilla. Pues asy es, et nol podemos ende tornar, vayamosle acorrer, que esto a fazer es; ca en otra guisa, mal nos estaria sy atan buen cauallero, commo es Garçi Perez, se oy perdiese por la nuestra mengua». Et desque esto fue fablado, tornaron et fueron ferir en los moros que fallaron en la puente, et mataron muchos dellos. Et boluieron los moros las espaldas contra la villa; et tamanna fue la priesa et el miedo que ouieron, que muchos dellos se dexaron caer en el rio de Guadaira. Et pasaron la pontezilla, et fueron asi con ellos, derribando et matando en ellos, fata la puerta del alcaçar; et muchos dellos que se metieron por el rio, et alli morieron muchos, et alli los entraron a matar. Et tamanna fue la mortandat que en ellos fezieron et tantos mataron, que mas fueron de tres mill moros los muertos. Et don Llorenço Suarez se torno con esta buen andança para la hueste, deziendo ante todos por plaça que nunca auie fallado cauallero que de ardideza le vençiese, sinon Garçi Perez de Uargas, et que el los feziera ser buenos aquel dia. Et deuedes saber que, de aquel dia en adelante, nunca mas los moros que estauan en Sseuilla osaron fazer espolonada en la hueste del rey don Ferdando; asi fincaron escarmentados de la grant mortandat que fezieron en ellos.

Lucas de Tuy, Chronicon mundi (IV, 14), éd. Emma FALQUE, Turnhout : Brepols, 2003, p. 233-234.

Decoratur etiam dicta Ouetensis ecclesia angelici miraculi nouitate. Dum enim quadam die rex Adefonsus haberet casu coram se pondus auri spendidissimi et quosdam lapides preciosos, cogitare cepit intra se quomodo ad opus Domini altaris inde crux fieri posset. In eadem sancta deuotione rege existente cum post auditam missam a templo nostri Saluatoris regale palatium peteret, obuios habuit duos angelos in figura peregrinorum, qui se aurifices esse dixerunt. Rex autem Adefonsus ilico tradidit eis aurum et lapides et iussit illis dari domum, in qua possent sine impedimento hominum operari. Sed rex dum pranderet ad se reuersus, quibus personis dederit aurum inquirit, et statim unum post alium legatum misit, ut uiderent quid ignoti aurifices agerent. Iam ministri domui fabrice accedebant, cum subito tanta lux intra domum resplenduit, ut non possent eam occuli humani aspicere pre nimia claritate. Quod cum nunciatum regi fuisset, cito cucurrit ad domum sicut sol irradiabat. Rex autem accipiens benedictam crucem conuocato omni clero cum laudibus et hymnis Deo gratias agens eandem super altare sancti Saluatoris reuerenter posuit, ad augmentum etiam sue felicitatis a reuerendo patre Leone III Romano antistite impetrauit ut Ouetensis ecclesia archiepiscopali dignitate dictaretur.

Alphonse X, Estoria de España (Primera crónica general, chap. 1084, éd. Ramón MENÉNDEZ PIDAL, Madrid : Gredos, 1955, 1, p. 349).

De la cruz que fizieron los angeles al rey don Alffonsso

Andados diziseys annos del regnado del rey don Alffonsso, que fue en la era de ochocientos et treynta et tres, quando andaua ell anno de la Encarnacion en sietecientos et nouaenta et cinco, e el dell imperio de Carlos en uno, el rey don Alffonsso, teniendo muchas buenas piedras preciosas, asmo de fazer una cruz doro, et de castonar en ella aquellas piedras. E el uiniendo pora su palacio de la eglesia o fuera a oyr missa, fallosse con dos angeles que uinien en guisa de peregrino quel dixieron que eran orebzes. El rey quando lo oyo plogol mucho con ellos, et dixoles quel fiziessen una cruz la mas fremosa que ellos pudiessen, et dioles oro et piedras preciosas et casa appartada en que labrassen. Desi, pues que el rey se assento a yantar, enuio sus mandaderos unos empos otros a los orebzes, que sopiessen quien eran. Los mandaderos, quando entraron en la casa, fallaron la cruz fecha et acabada de marauillossa obra; e tan grand era la claridad que della salie, que toda la casa alumbraua, de guisa que los mandaderos del rey non la podien ueer nin catar. El rey, luego que lo sopo, fue pora alla corriendo, e quando uio aquella claridad tan grand et la cruz fecha et acabada tan ayna et de tan alta obra et tan marauillosa, et non estando y los orebzes, rendio gracias a Dios por ende, ca entendio que fecho de Dios era. E llamo all obispo con toda la clerizia et con tod ell otro pueblo, et leuaron aquella cruz con loores et ymnos al altar de sant Saluador, et pusola y el rey con su mano. Desi enuio este miraglo escripto al papa Leo, que era a aquella sazon, et gano del que fuesse Ouiedo arçobispado; pero que dize adelante en la estoria que el rey don Alffonsso el Magno gano este priuilegio.

Haut de page

Notes

1 Sur la question de la coexistence de l’histoire et de la fiction dans les œuvres de Don Juan Manuel voir Carmen Benito-Vessels, Juan Manuel : Escritura y recreación de la historia, Madison : Hispanic Seminary of Medieval Studies, 1994. Cette étude peut être complétée par deux articles récents centrés sur El conde Lucanor : Carlos HEUSCH, « Fable, fabulation et mensonge dans El conde Lucanor », in : César García de Lucas et Alexandra ODDO, Lectures de El Conde Lucanor de Don Juan Manuel, Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2014, p. 109-124, et María Jesús LACARRA, « Los ejemplos históricos en El conde Lucanor : de los “casos notables” a las “hablillas y cuentos” », dans le même volume, p. 179-191. Les deux premiers travaux reprennent la typologie isidorienne, alors que le troisième examine les récits de Don Juan Manuel à la lumière du modèle des exempla virtutis, dans le sillage de Valère Maxime.

2 Voir Olivier BIAGGINI, « Stratégies du texte hétérogène dans le Conde Lucanor de Don Juan Manuel », Atalaya [En ligne], 11, 2009, mis en ligne le 20 avril 2009, consulté le 27 septembre 2015. URL : http ://atalaya.revues.org/377

3 J’emprunte l’expression à C. BENITO-VESSEL, op. cit., chap. 3 (« La Crónica abreviada : puente narrativo entre la prosa historiográfica y de ficción »), p. 87.

4 Diego CATALÁN, « Don Juan Manuel ante el modelo alfonsí : el testimonio de la Crónica abreviada », in : Ian MACPHERSON (dir.), Juan Manuel Studies, Londres : Tamesis, 1977, p. 17-51.

5 On peut seulement remarquer l’opportunité, pour Don Juan Manuel, de faire dériver la Crónica abreviada d’une version de la Estoria de España déjà « travaillée » par une idéologie nobiliaire dans ses refontes post-alphonsines, si bien qu’il existe des liens étroits entre ce texte et la Crónica de Castilla. Sur ce point, on pourra compléter les travaux de Diego Catalán par ceux de David PATTISON, « Juan Manuel’s Crónica abreviada and Alphonsine historiography », Medium Aevum, 61 (2), 1992, p. 242-249 et Manuel HIJANO, « La Crónica de Castilla : tradición e innovación », in : Natalia FERNÁNDEZ RODRÍGUEZ et María FERNÁNDEZ FERREIRO (dir.), Literatura medieval y renacentista en España : líneas y pautas, Salamanque : SEMYR, 2012, p. 645-654. Sur la Crónica de Castilla, voir l’introduction de Patricia ROCHWERT-ZUILI à son édition, publiée en ligne, Paris : SEMH-Sorbonne – CLEA (EA 4083), Les livres d’e-Spania, « Sources », 1, 2010, https ://e-spanialivres.revues.org/63.

6 Voir Leonardo FUNES, « Don Juan Manuel y la herencia alfonsí », in : Margarita FREIXAS et Sylvia IRISO (dir.), Actas del VIII congreso de la asociación hispánica de literatura medieval, Santander : Consejería de cultura del gobierno de Cantabria – Asociación hispánica de literatura medieval, 2000, 1, p. 781-788, Pablo Enrique SARACINO, « La Crónica abreviada, una lectura desviada de la crónica alfonsí », Medievalia, 38, 2006, p. 1-10, et O. BIAGGINI, « Énonciation et figure de l’auteur dans les premières œuvres de Don Juan Manuel », Voz y letra, 25 (1-2), 2014, p. 17-39.

7 J’emprunte l’expression à L. FUNES, « Un lector calificado de la Estoria de Espanna alfonsí : el testimonio de la Crónica abreviada de don Juan Manuel », in : Studia hispanica medievalia II. Actas de las III Jornadas de literatura española medieval, Buenos Aires : Universidad católica argentina, 1990, p. 42-48.

8 Voir O. BIAGGINI, « Stratégies du paratexte dans les œuvres de Don Juan Manuel », Cahiers d'études hispaniques médiévales, 35, 2012, p. 195-232, en particulier p. 199-203.

9 DON JUAN MANUEL, El conde Lucanor, éd. Guillermo SERÉS, Barcelone : Crítica, 1994, p. 68.

10 Voir Daniel DEVOTO, Introducción al estudio de don Juan Manuel y en particular de El conde Lucanor, Paris : Ediciones hispano-americanas, 1972, p. 397-398, et C. BENITO-VESSELS, op. cit., p. 92-94.

11 Le lecteur peut être lui aussi visé par cet effet de surprise, même si les manuscrits diffèrent dans leur présentation formelle. Dans le manuscrit S, le titre (« De lo que contesçió a don Lorenço Suárez sobre la cerca de Sevilla ») gâche à l’évidence le suspense en annonçant d’emblée quel personnage sera distingué par le récit exemplaire.

12 Outre le livre déjà cité, voir un article qui l’a précédé : C. BENITO-VESSELS, « Res gesta y res ficta en el retrato de Garci Pérez de Vargas », Revista de literatura medieval, 3, 1991, p. 53-64.

13 Reinaldo AYERBE-CHAUX, El Conde Lucanor. Materia tradicional y originalidad creadora, Madrid : Porrúa Turanzas, 1975, p. 91-95.

14 « Las hazañas de Garcia Pérez se narran en dos capítulos discontinuos de la Estoria de España, pero la Crónica abreviada sólo resume uno de ellos en detalle » (C. BENITO-VESSELS, op. cit., p. 94).

15 Il me semble que Benito-Vessels considère que Garci Pérez reste la figure centrale de l’exemple 15 de El conde Lucanor, alors même que le jugement final valorise au-dessus de la sienne celle de Lorenzo Suárez : ainsi, affirme-t-elle, « […] son tres las intervenciones prodigiosas que salvan a Garci Pérez de Vargas de una muerte casi seguras » (ibid., p. 96), mais pourquoi, en l’occurrence distinguer le sort de ce chevalier de celui des deux autres ? Selon Benito-Vessels, quelles que soient les versions de l’anecdote, le caractère héroïque de ce personnage historique ne saurait être remis en cause : « Pérez de Vargas es, en todos los casos y de forma sustantiva, un personaje histórico, paradigma heroico y modelo caballeresco a imitar ; la óptica adoptada en su recepción y los elementos circunstanciales o adjetivos a su “persona” son los que condicionan su estatus dentro de cada género particular. En otras palabras : no es el ser literario, son sus circunstancias las que cambian » (ibid., p. 100). Je crois que l’exemple 15 montre la limite de cette conception : Garci Pérez n’y occupe pas la première place et son statut de héros y apparaît discutable.

16 Chap. 327 du livre III de la Crónica abreviada, in : DON JUAN MANUEL, Obras completas, éd. José Manuel BLECUA, Madrid : Gredos, 1983, t. 1, p. 811.

17 C. BENITO-VESSELS a bien montré ces caractéristiques du texte, en lien avec l’opération d’abbreviatio (op. cit., p. 95-96), mais je n’irai pas comme elle jusqu’à affirmer que « […] en la Crónica abreviada la representación de la realidad y el signo lingüístico son neutros », la possibilité même d’une telle neutralité dans un récit me paraissant constituer un problème en soi.

18 Id., art. cit., p. 54-55, et op. cit., p. 13-23.

19 L. FUNES, « El lugar de la Crónica particular de San Fernando en el sistema de las formas cronísticas castellanas de principios del siglo XIV », in : Aengus WARD (dir.), Actas del XII Congreso de la Asociación Internacional de Hispanistas, 21-26 de agosto de 1995, Birmingham : University of Birmingham, 1998, 1, p. 176-182.

20 Cette mise en avant de quelques figures nobiliaires par rapport à la figure royale est perceptible dans l’ensemble de la chronique à partir de ses caractéristiques énonciatives : voir Luis FERNÁNDEZ GALLARDO, « La Crónica particular de San Fernando : sobre los orígenes de la crónica real castellana, I. Aspectos formales », Cahiers d’études hispaniques médiévales, 32, 2009, p. 245-265.

21 L. FUNES, « El lugar de la Crónica particular de San Fernando… », p. 181-182, où ce chapitre précis est abordé.

22 Voir, sur cet épisode particulier, Ignacio SOLDEVILA-DURANTE, « Un ejemplo de perspectivismo en la prosa historiográfica alfonsí », Revista canadiense de estudios hispánicos, 9 (3), 1985, p. 477-484.

23 En effet, un tel « perspectivisme » peut également être détecté dans l’exemple 15 de El conde Lucanor, qui fait partie des exemples abordés par Mariano Baquero Goyanes, « Perspectivismo en El Conde Lucanor », in : Don Juan Manuel. VII Centenario, Murcie : Universidad de Murcia – Academia Alfonso X el Sabio, 1982, p. 27-50.

24 C. Benito-Vessels, op. cit., p. 101.

25 Dans l’exemple 51, Patronio laisse indéterminé le lieu dans lequel est censée s’être déroulée l’histoire qu’il raconte, employant une formule cervantine avant la lettre : « en una tierra de la que non me acuerdo el nombre » (DON JUAN MANUEL, El conde Lucanor, éd. cit., p. 216). Cette formule semble souligner la fiction du récit plutôt que son historicité, même s’il est vrai qu’elle peut aussi constituer l’indice d’une lecture à clefs de cette fiction : dans ce cas, le personnage du roi orgueilleux et sacrilège pourrait renvoyer à Alphonse X et à la légende de son blasphème. Voir O. BIAGGINI, «El ejemplo 51 de El conde Lucanor y la escritura manuelina : discurso ejemplar y concepción del texto», in : Carlos ALVAR (dir.), Formas narrativas breves. Lecturas e interpretaciones, San Millán de la Cogolla : Cilengua, 2014, p. 27-59.

26 Chap. 304 du livre III de la Crónica abreviada, in : DON JUAN MANUEL, Obras completas, éd. cit., p. 806-807.

27 Voir Ramón RIÚ Y CABANAS, « El monasterio de Santa Fe de Toledo. Indulgencias otorgadas en 1266 para la construcción de su iglesia, por el papa Clemente IV y por un obispo de Ceuta », Boletín de la Real Academia de la Historia, 16, 1890, p. 51-57, qui, p. 55, reproduit l’inscription, devenue presque illisible, d’après un relevé antérieur. Voir aussi Philippe JOSSERAND, Église et pouvoir dans la Péninsule ibérique. Les ordres militaires dans le royaume de Castille (1252-1369), Madrid : Casa de Velázquez, 2004, p. 202, n. 226, qui transcrit l’épitaphe d’après un document de la collection Salazar y Castro de la Real Academia de la Historia (RAH, Col. Salazar, D-56, fol. 37r°), transcription que je reprends ici.

28 Ibid., p. 202, n. 225. Josserand indique que selon la règle de transmission du nomen patrum, Fernán Lorenzo peut très logiquement être le fils de Lorenzo Suárez, alors que l’abandon de cette règle au profit du modèle du nom de famille pour Ramiro (qui se nomme Ramiro Lorenzo, et non Ramiro Fernández) mettrait en évidence une volonté de maintenir au fil des générations le nom du glorieux ancêtre.

29 DON JUAN MANUEL, Libro de la caza, éd. José Manuel FRADEJAS RUEDA, dans J. M. FRADEJAS RUEDA, Don Juan Manuel y el Libro de la caza, Tordesillas : Instituto de Estudios de Iberoamérica y Portugal, 2001, p. 139.

30 Voir ibid., p. 139, n. 61.

31 C’est l’opinion de Leonardo Funes : « No responde a la escala de valores de la heroicidad épica, cuyo fin es la búsqueda del honor a través del riesgo. No responde, tampoco, a la escala de valores del modelo alfonsí en la que el héroe es figura ejemplar dentro del código del “regimiento de príncipes”, cuyo fin es el logro y el mantenimiento del señorío. Responde en cambio, a la reducida escala del ideal caballeresco, que manifiesta la virtud guerrera en su grado máximo a través del derroche. » (L. FUNES, « El lugar de la Crónica particular de San Fernando… », p. 181).

32 Sur cet exemple, voir O. BIAGGINI, « Le miracle dans le Conde Lucanor de Don Juan Manuel », in : O. Biaggini et Bénédicte Milland-Bove (dir.), Miracles d'un autre genre. Récritures médiévales en dehors de l’hagiographie, Madrid : Casa de Velázquez, 2012, p. 257-280.

33 DON JUAN MANUEL, El conde Lucanor, éd. cit., p. 66-67.

34 Les années 1334-1335 correspondent à une pause dans le conflit ouvert qui oppose Don Juan Manuel au roi : voir Andrés Giménez Soler, Don Juan Manuel. Biografía y estudio crítico, Saragosse : La Académica, 1932, p. 106. La situation que Lucanor expose au début de l’exemple 15 est bien différente de celle de « Don Johán » qu’expose Julio dans le Libro de los estados et qui renvoie à la réalité politique des années 1327-1330 : « Et agora, quando de allá partí, estava en muy grant guerra con el rey de Castiella que solía ser su señor » (DON JUAN MANUEL, Libro de los estados, éd. Ian R. MACPHERSON et Robert Brian TATE, Madrid : Castalia, 1991, p. 100).

35 Dans le Libro infinido, Don Juan Manuel adresse à son fils un discours comparable, lorsqu’il lui explique quelle attitude doit adopter le vassal face à son roi si celui-ci se comporte en tyran : « Et dévese guardar quanto pudiere del fazer enojo, et guisar de non darle  razón derecha por que deva ser contra él, et non se meta en sospecha que aya recelo del rey, nin que al rey plazería de la su muerte. » (DON JUAN MANUEL, Libro infinido, éd. Carlos MOTA, Madrid : Cátedra, 2003, p. 141).

36 Je ne résumerai pas l’intrigue de cet exemple, tant est célèbre le conte du monarque nu, même si la version d’Andersen, universellement connue, a quelque peu occulté celle de Don Juan Manuel. Pour une étude de ses enjeux politiques et littéraires, voir O. BIAGGINI, « L’évidence et le secret : sur l’exemple 32 du Conde Lucanor», in : Bernard DARBORD et Agnès DELAGE (dir.), Le partage du secret. Cultures du dévoilement et de l'occultation en Europe, du Moyen Âge à l'époque moderne, Paris : Armand Colin, 2013, p. 97-122.

37 LE STRICKER, Amis le Prêtre (Der Pfaffe Amis). Roman du XIIIe siècle, trad. et éd. Marianne Derron Corbellari et Alain Corbellari, Amiens : Université de Picardie – Jules Verne, 2005, p. 65-69.

38 Sheykh-ZᾹda, The History of the Forty Vezirs, trad. et éd. E. Gibb, Londres : George Redway, 1886, p. 148-149.

39 Ce détail milite en faveur d’une autre source, apparentée en quelque façon à la version du Stricker : dans cette version aussi le consensus des courtisans est rompu par le personnage appartenant à la catégorie la plus humble, en l’occurrence un écuyer naïf. Cependant, plus nettement que chez Don Juan Manuel, la révélation de la supercherie se diffuse par la voie hiérarchique : d’abord les écuyers, après avoir débattu, avouent qu’ils n’ont rien vu, puis les chevaliers font de même, suivis, en dernier lieu, par le roi.

40 Alfonso D’AGOSTINO, « El personaje del cuento : el caso Lucanor », in : Pilar LORENZO GRADÍN (dir.), Los caminos del personaje en la narrativa medieval, Actas del coloquio internacional, Santiago de Compostela, 1-4 diciembre 2004, Florence : Edizioni del Galluzo per la Fondazione Ezio Franceschini, 2006, p. 251-273.

41 Historia silense, éd. Francisco SANTOS COCO, Madrid : Sucesores de Rivadeneyra, 1921, p. 25-26. Pour une étude de la portée politique du miracle de la croix dans la version transmise par cette chronique, voir Jean-Pierre JARDIN, « De Covadonga a las Navas de Tolosa. Miracles et batailles dans l’espace astur-léonais et castillan entre le VIIIe et le XIIIe siècle », in : O. BIAGGINI et B. MILLAND-BOVE, op. cit., p. 55-69. La Historia legionensis, contrairement aux versions postérieures, n’établit pas de lien entre le miracle et la promotion d’Oviedo à la dignité archiépiscopale, qui n’est pas mentionnée.

42 Diego Catalán a montré que le livre II de la Crónica abreviada dérive d’une section de la *Crónica manuelina qui correspondait à la version primitive de la Estoria de España, qui est aussi la version transmise par le manuscrit E1 et les 17 premiers folios du manuscrit E2, arrachés à E1, que Menéndez Pidal a utilisés pour l’édition de la Primera Crónica General. Il se trouve que le chapitre 616 qui nous intéresse est justement celui où, dans l’ensemble formé par E1 et E2, la version primitive est interrompue pour laisser place à la version « rhétoriquement amplifiée », mais le récit du miracle des orfèvres est transmis dans la version primitive, presque immédiatement avant que ne se produise ce basculement. On peut donc considérer pertinente la comparaison du texte de la Crónica abreviada à celui de la Primera Crónica General : celui-ci peut être considéré très proche de la version que Don Juan Manuel a trouvée dans la *Crónica manuelina.

43 DON JUAN MANUEL, Crónica abreviada (II, 163), éd. cit., p. 705.

44 Id., El conde Lucanor, éd. cit., p. 138.

45 Laurence DE LOOZE, Manuscript Diversity, Meaning and Variance in Juan Manuel’s Conde Lucanor, Toronto : University of Toronto Press, 2006, p. 129.

46 Voir O. BIAGGINI, « L’évidence et le secret… ».

47 D. CATALÁN, art. cit., p. 36.

48 DON JUAN MANUEL, El conde Lucanor, éd. cit., p. 138-141. C’est moi qui souligne.

49 Ibid., p. 141. C’est moi qui souligne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Biaggini, « Histoire et fiction dans l’œuvre de Don Juan Manuel : de la Crónica abreviada à El conde Lucanor », e-Spania [En ligne], 23 | février 2016, mis en ligne le 01 février 2016, consulté le 26 mars 2017. URL : http://e-spania.revues.org/25253 ; DOI : 10.4000/e-spania.25253

Haut de page

Auteur

Olivier Biaggini

Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, LECEMO / CREM

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org