Navigation – Plan du site
Entre histoire et littérature : mémoires du passé dans l’Espagne médiévale et classique
À la croisée de l’histoire et de la littérature : l’écriture au Moyen Âge

Pedro de Gracia Dei, roi d’armes et poète. Entre histoire, littérature et arts graphiques

Jean-Pierre Jardin

Résumés

Cet article se donne comme finalité l’évocation de quelques-unes des énigmes qui entourent la personne et l’œuvre d’un auteur qui, au tournant du XVe et du XVIe siècle, s’est fait connaître sous le pseudonyme de Pedro de Gracia Dei. Un intérêt particulier est porté aux poèmes historiographiques publiés sous ce nom, qui mêlent étroitement érudition et art poétique avec, peut-être, une dimension iconographique aujourd’hui perdue.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cf. notamment Bernard GUENÉE, Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval, Paris : Aubi (...)

1L’histoire peut-elle s’écrire en vers ? Cette question, toujours valable aujourd’hui (qui pourrait citer un ouvrage historique reconnu écrit sous cette forme ?), a fait couler des flots d’encre au moyen âge dans tous les États européens. Avant de pouvoir y répondre, il convient de s’entendre sur ce que l’on désigne par « histoire », terme qui peut tout aussi bien s’employer pour nommer un genre que pour définir une réalité transcendant plusieurs genres et échappant au monde de la littérature. Dans un rapide survol chronologique, inspiré par les analyses – nettement plus détaillées – de Bernard Guenée1, nous rappellerons ici que le genre intitulé « histoire », bien présent dans l’Antiquité grecque et romaine, et défini comme un genre narratif et rhétorique, a connu une éclipse au début de l’époque médiévale au profit d’un genre nouveau, la chronique, expression d’une conception très différente du discours historiographique : universalité (dans un premier temps), brièveté, sécheresse du style, obsession de la précision temporelle, telles sont les caractéristiques essentielles du nouveau genre, qui s’impose très vite. Victime, peut-être, de son trop grand succès, la chronique va cependant très vite évoluer jusqu’à donner naissance, dans les siècles centraux du moyen âge, à un genre hybride, qui a abandonné ses prétentions à l’universalité, qui est devenu clairement narratif, et dont l’exigence de brièveté – toujours affirmée – s’est accommodée de celle d’exhaustivité, qui vient parfois la contredire ; ce genre, nous pouvons le désigner par le terme le plus souvent utilisé en France comme en Castille dans les titres des œuvres qui en relèvent, celui d’estoire ou d’estoria. Au XVe siècle, sans doute sous l’influence de l’humanisme (même si celui-ci ne suffit pas à tout expliquer), l’histoire au sens ancien du terme fait un retour en force, tandis que la chronique se voit de nouveau reléguée au second plan : ainsi, l’évêque, référendaire du pape et gouverneur du château Saint-Ange, Rodrigo Sánchez de Arévalo, en contact forcé avec les humanistes italiens dont il est le geôlier, est-il l’auteur, en 1468, d’un ouvrage en latin qu’il baptise du nom de Compendiosa Historia Hispanica et qu’il reconnaît avec fierté avoir orné de « pulchrae fabulae » qui, à ses yeux, ne nuisent aucunement à la valeur historique de l’œuvre. Derrière ces querelles de mots se cache – à peine – des divergences sur la conception même de la littérature historiographique : chronique ou histoire prétendent toutes les deux rapporter la vérité des choses passées, pour paraphraser la formule isidorienne ; mais si le chroniqueur met son honneur dans le récit détaillé, précisément daté et exempt de tout commentaire, des événements qu’il rapporte, l’historien, au contraire, prétend atteindre à cette vérité des choses passées par un récit synthétique qui commente plus qu’il ne rapporte.

  • 2 « La prose offre plus de clarté au récit ; la versification risque d’embrouiller. C’est peut-être l (...)
  • 3 Prefatio de Almaria, éd. J. Gil Fernández, Turnhout : Brepols, Corpus Christianorum. Continuatio Me (...)
  • 4 Poema de Alfonso Onceno, édition de Juan Victorio, Madrid : Cátedra, 1991.
  • 5 Strophes de huit dodécasyllabes rimant en ABBAACCA. Seule la strophe 339 échappe à ce schéma et ne (...)
  • 6 Juan Carlos CONDE, La creación de un discurso historiográfico en el cuatrocientos castellano : Lass (...)
  • 7 Le texte de Fernán Pérez a connu deux éditions récentes : a) J. Labrador, C.A. Zorita, R.S. Di Fran (...)
  • 8 Nous laissons de côté le Laberinto de Fortuna de Juan de Mena, qui n’est pas globalement un poème h (...)
  • 9 Pedro CÁTEDRA, La historiografía en verso en la época de los Reyes Católicos. Juan Barba y su Conso (...)

2 C’est dans ce contexte que ressurgit en Castille, au XVe siècle, une polémique déjà ancienne sur la valeur des œuvres « historiques » ou se donnant pour telles rédigées en vers. Le débat n’est pas nouveau : nombre de voix se sont élevées au XIVe siècle, notamment en France, contre la pratique d’une historiographie versifiée, au nom de l’incompatibilité entre cette forme de littérature et l’exigence de clarté qui doit être celle de l’historien, incompatibilité qui se résout au détriment du respect de la vérité2. Sans doute est-il significatif que le genre de la biographie chevaleresque, qui apparaît au début du XIIIe siècle, a abandonné dès le siècle suivant la forme versifiée, marque de sa volonté d’imitation des anciennes chansons de geste, au profit de la prose, considérée comme la forme historiographique par excellence, plus digne de confiance, à tel point que nous possédons deux biographies de Du Guesclin, répondant à ces deux modèles successifs.  En Castille, peu d’ouvrages historiques antérieurs au XVe siècle ont échappé au carcan de la prose : tout au plus peut-on citer le poème sur la prise d’Almería par Alphonse VII, composition de 386 vers latins constituée, pour l’essentiel, de l’énumération des combattants ayant participé à ce siège et dont la célébrité est surtout due à la citation du Cid qui y est faite3, et cet objet historiographique mal identifié que constitue, au XIVe siècle, le Poema de Alfonso Onceno, œuvre de propagande rédigée par le pouvoir royal en direction de la noblesse et « doublant » de ce fait la chronique du souverain4. Ce n’est qu’au XVe siècle que l’on voit apparaître plusieurs poèmes historiographiques, qui n’ont pas tous la même extension, ni la même qualité, ni les mêmes motivations. Le premier d’entre eux est sans aucun doute les Siete edades del mundo de l’évêque de Burgos Pablo García de Santa María, ancien grand rabbin de la même ville, un poème de 339 coplas de arte mayor5 rédigé vers 1414, qui couvre toute l’histoire du monde depuis sa création et a été rédigé dans le but d’enseigner celle-ci au pupille de l’évêque, le petit Jean II6 ; seule la partie finale de l’œuvre (strophes 253-339) concerne l’histoire de la Castille. On peut ensuite citer, en 1452, les Loores de los claros varones de España de Fernán Pérez de Guzmán, poème dédié à son neveu Fernán Gómez, commandeur de l’ordre de Calatrava à Fuenteovejuna, où il connaîtra en 1476 la mort tragique que l’on sait : l’œuvre, cette fois, a une double visée didactique et morale, puisqu’il s’agit pour le seigneur de Batres de célébrer les gloires nationales (l’Espagne se confondant en l’occurrence avec la Castille)7. Cette fois, le poème est constitué de 409 octavillas ou, plus précisément, de coplas de arte menor (strophes de huit octosyllabes avec des rimes embrassées abbaacca). L’utilisation du vers le plus fréquemment utilisé dans la poésie populaire castillane ôte au texte de Fernán Pérez le côté savant et élitiste que pouvait posséder l’œuvre de Pablo de Santa María. À la fin du XVe siècle enfin8, deux hommes au moins s’appliquent à rédiger des poèmes historiographiques : Juan Barba, auteur de la Consolatoria de Castilla (1488)9 et Pedro de Gracia Dei.

3 Pourquoi ce regain d’intérêt pour des formes d’historiographie contestées et tombées en désuétude au siècle précédent ? La justification de l’utilisation d’une forme versifiée par le biais de l’exigence de brièveté toujours en œuvre dans l’historiographie du XVe siècle est certes mise en avant par l’auteur du prologue en prose qui introduit, dans plusieurs manuscrits, les Siete edades del mundo ; celui-ci, cependant, se montre conscient des risques d’altération qu’un texte en vers peut courir, et semble quelque peu critique devant le texte qu’il introduit, quelle qu’en soit l’efficacité didactique :

  • 10  Ms. 425 (15553) de la fondation Lázaro-Galdiano, fol. 1r°.

[...] por las quales [cosas] avnque más subçita y calladamente pasase, de prosaica obra gran volumen se causaría ; por estilo metreficado, que mayor conpendio e breuedad consigo trae, lo entiendo continuar, puesto que la tal obra por viçio de muchos escriptores más ayna sea corrupta y destruyda…10

4 L’attitude de Pablo de Santa María n'est cependant pas à considérer comme l’attachement d’un homme à une tradition historiographique dépassée : quand Juan Barba, quelques dizaines d’années plus tard, rédige sa Consolatoria en vers, c’est en s’appuyant sur le concept d’histoire au sens antique (et humaniste) du terme qu’il justifie son œuvre, qui pour lui s'oppose à l'ancienne conception technicienne du discours historique que symbolise la chronique :

  • 11  P. CÁTEDRA, La historiografía en verso en la época de los Reyes Católicos, op. cit., prólogo, p. 1 (...)

 [...] la consolatoria siguiente, que no por corónica se representa, pues no es mi oficio, syno por estoria y verdad con las provocaçiones ya escritas, que son serviçio del poderoso rey, nuestro señor...11.

5C’est donc dans le contexte de rénovation et de diversification du discours historiographique à la fin du moyen âge qu’il nous faut considérer l’œuvre de Pedro de Gracia Dei.

Pedro de Gracia Dei et son œuvre

  • 12 Lorenzo Galíndez de Carvajal aurait emprunté le texte au monastère de Guadalupe en 1511 ; en 1539, (...)
  • 13 Il s’agit de la quatre-vingt unième strophe de la Genealogía y blasón de los reyes de Castilla (num (...)
  • 14 Sur ces tâches, voir par exemple Gonzalo FERNÁNDEZ DE OVIEDO, Oficios de la Casa Real de Castilla ( (...)
  • 15 Date qu’il indique sous forme cryptée (ce sera une constante chez lui, cf. infra), obligeant son le (...)

6 Pedro de Gracia Dei, galicien d’origine, diplômé de Salamanque, roi d’armes et chroniqueur au service des Rois Catholiques puis de Philippe le Beau et Jeanne la Folle. Voilà, en une brève phrase nominale, ce que nous croyons savoir de l’homme dont nous allons à présent traiter. Une phrase qui ne contient pas moins de quatre informations purement hypothétiques et une affirmation erronée, ce qui n’est pas loin de constituer un record en la matière. Commençons donc par écarter l’affirmation erronée : Pedro de Gracia Dei n’a jamais été chroniqueur : il ne doit ce qualificatif qu’au fait qu’un texte relevant – plus ou moins – du genre chronistique a circulé sous son nom pendant plusieurs siècles. Ce texte est la compilation connue sous le titre de Relación de la vida del rey don Pedro. Il s’agit d’une compilation de textes du XVe siècle dont l’accumulation est destinée à donner du roi Cruel une image positive qui aurait été celle que proposait, avant sa perte ou sa destruction, la mythique chronique de Juan de Castro ou Castromocho, supposée favorable à ce souverain. C’est du moins ce qu’affirme le chapelain de Charles Quint Sancho de Castilla, lui-même descendant du monarque12. L’existence même de la chronique est hypothétique et nombreux sont les historiens qui considèrent que l’affirmation selon laquelle, au XVe siècle, circulait en Castille une chronique différente de celle d’Ayala est due à une confusion entre les deux versions de celle-ci (la version dite abrégée, moins connue que la version postérieure, dite vulgar précisément en raison de sa diffusion abondante, est effectivement plus favorable à Pierre). Quant à mettre sous l’autorité de Pedro de Gracia Dei un texte pétriste, Dieu seul sait qui en a eu l’idée : la strophe qui est consacrée au souverain dans l’un des poèmes dont nous allons parler maintenant démontre clairement, en effet, que Gracia Dei avait du roi l’opinion défavorable de tous ses contemporains13. Pourtant, c’est ce texte abondamment diffusé (une recherche rapide et certainement pas exhaustive nous a permis de recenser vingt-quatre manuscrits conservés dans diverses bibliothèques espagnoles et françaises) qui a valu à notre auteur sa réputation – usurpée – de chroniqueur. Roi d’armes, alors ? Rien n’est moins sûr : cette fonction ne lui est attribuée que par des auteurs tardifs, et nul Pedro Gracia n’apparaît dans les documents d’époque parmi les rois d’armes de la cour de Castille. Rappelons que ces officiers étaient au sommet de la pyramide constituée par les spécialistes du monde chevaleresque, dont la base était formée par les « poursuivants » et l’étage intermédiaire par les hérauts d’armes. Parmi les nombreuses tâches incombant à ces officiers apparaît, au XVIe siècle, l’expertise des armoiries et de la généalogie des familles nobles14. Les connaissances indéniables de notre auteur en la matière – même si elles aussi sont controversées – justifient peut-être qu’on l’ait supposé roi d’armes a posteriori. Mais au moins, est-il bien Galicien et diplômé de Salamanque ? En vérité, ces hypothèses reposent pour l’essentiel sur les affirmations qui apparaissent en tête de l’une des premières œuvres qui lui soient attribuées, le Blasón general de todas las insignias del universo (publié à Coria en 1489) dédié au roi Jean II de Portugal : « Hecho en-la vniversidad de Salamanca, por vn gallego hijo del dicho estudio, renombre Gracia Dey ». Bien entendu, on ne sera pas surpris d’apprendre que les documents salmantins de l’époque ne gardent aucun souvenir de son passage. Cela dit, les rares documents qui permettent de supposer que le personnage a réellement existé le qualifient de bachelier (en droit), ce qui lui permet d’obtenir le bénéfice du doute. Les mêmes documents (qui concernent des dons que lui a faits à deux reprises le roi Ferdinand II) l’établissent comme criado des Rois Catholiques, et plus précisément comme contino de la reine. Mais s’appelle-t-il vraiment Pedro de Gracia Dei ? Non, certainement pas. Il s’agit là d’un pseudonyme (dont l’usage devient parfaitement justifié si on veut bien lui reconnaître la charge de roi d’armes), et nul ne sait qui se cache derrière. En 1993, on a cru l’avoir identifié à un certain Antonio de Villamayor, mais il a depuis été démontré que cette identification reposait sur une confusion entre notre auteur et l’un des copistes de ses œuvres, Antonio de Sotomayor, qui vivait sous Philippe II. Décidément, cet homme-là, c’est Fantômas ! La seule donnée peut-être fiable de sa biographie reste la date de sa mort : il serait décédé en 1530 à Zafra, alors qu’il se trouvait au service du comte de Feria : c’est du moins ce qu’affirme dès 1555 Rodrigo Álvarez de Osorio. De cette date, et de la date de rédaction de ses premières œuvres (la Crianza y virtuosa doctrina en 148815, le Blasón general en 1489), on a déduit que notre mystérieux auteur avait dû naître vers 1469.

7 Du moins peut-on affirmer avec certitude que, outre l’histoire de Pierre Ier en prose déjà citée, divers textes en vers circulent sous son nom. Mais, là encore, force est de constater qu’aucun manuscrit ancien ne garde son souvenir : même les copies du XVIe siècle sont rares ou tardives. Ce n’est qu’à partir du XVIIe siècle que divers érudits espagnols semblent se prendre de passion pour lui, et quelques-uns des manuscrits qui nous intéressent sont même datables du XVIIIe, voire du XIXe siècle ! Pourtant, parmi les propriétaires de ses manuscrits, on trouve quelques grands noms : Pascual de Gayangos au XIXe siècle, dont l’érudition n’est plus à démontrer, mais aussi Pero Mejía au XVIe siècle, qui fut le propriétaire du manuscrit (perdu) à partir duquel on réalisa une copie datée de 1668. Que peut donc posséder l’œuvre du pseudo-Pedro de Gracia Dei, qui puisse tant les fasciner ?

8 De l’avis de la grande majorité de ceux qui se sont intéressés dernièrement à ses œuvres, ce n’est certes pas la qualité intrinsèque de sa poésie qui est en cause : à l’exception du copiste d’un manuscrit qui ose parler de l’excellence de sa production, l’avis général tend à le considérer comme un poète fort médiocre, dont le talent est très en-deçà de ses prétentions littéraires. Mais est-ce si sûr ? Jugeons-en sur pièces.

  • 16 J. LABRADOR, C.A. ZORITA, R.S. DI FRANCO, Cancionero de poesías varias, op. cit., poème n° 95, p. 1 (...)

9 De la production de Pedro de Gracia Dei (continuons donc à lui donner le nom que la tradition lui a attribué), nous retiendrons ici deux poèmes, les seuls qui puissent être effectivement qualifiés d’historiographiques, et quelques strophes isolées, qualifiées (comme celles de Manrique) d’esparsas suyas. Nous ne signalerons ici que pour information l’existence d’autres poèmes, souvent plus longs (ainsi, le « loor de algunos linajes y ciudades de Castilla » de 58 décimas, que l’on trouve dans le Cancionero de poesías varias n° 617 de la bibliothèque du palais royal de Madrid16) et bénéficiant d’une large diffusion, sur des sujets relevant de la généalogie des maisons nobles de Castille, des maisons royales ou de l’héraldique des villes. Les deux poèmes qui nous intéressent sont de longueur très différentes, mais leur métrique est pratiquement identique : dans les deux cas, le poète use de la copla real (strophe de dix octosyllabes constituée en fait de l’union de deux quintillas). Dans le premier des deux poèmes – le plus court – les vers riment selon le schéma abaabccddc ; dans le second, ce schéma se modifie et devient abaabcdccd. Le premier poème, intitulé Suma ou Tratado de todos los reyes que ha habido en España desde el tiempo de los godos, qui dans de nombreux manuscrits apparaît comme une espèce d’introduction au second, est composé de dix-huit strophes (auxquelles vient parfois s’ajouter une strophe additionnelle [la même dans tous les cas sauf un] dont l’attribution à Gracia Dei n’est pas certaine et se trouve même, en une occasion, niée par le copiste du manuscrit) qui lui suffisent à évoquer la totalité des rois de Castille et du royaume de León depuis l’époque wisigothique comprise. Autant dire que, dans ce poème, les détails n’abondent pas, comme le prouvera la strophe qui évoque – en dix vers ! – un siècle et demi d’histoire et huit règnes :

  • 17 BNE Ms. 1804, fol. 107v°.

Vi Alonso sublimado,
y a Pedro con grand rigor,
y a Enrrique en su reynado.
Don Juan fue desdichado,
Enrrique buen regidor,
Juan con los gouernados.
Dio Enrrique a sus criados
muy más que quedó con él.
Son Fernando y Ysabel
los dos bien auenturados17.

10 Il est impossible dans ces conditions de déterminer quelles furent les sources de notre poète, qui ne les cite évidemment pas. Il se contente dans une strophe préliminaire de dédier son poème à une reine de Castille qu’il ne nomme pas mais qui est, aux yeux de l’un des copistes du poème et aussi à ceux de la majorité des lecteurs actuels, Isabelle la Catholique :

  • 18 BNE Ms. 3449, fol. 2r°.

Muy Alta, muy poderosa,
del mundo mayor señora,
muy justa, muy piadosa,
muy honesta, muy hermosa,
y muy recta regidora,
mill años sobre quarenta
y dozientos que se inuenta
el suelo de vuestros suelos
de los Scyticos abuelos
vos cuentan los reyes ochenta
18.

11Soulignons tout de même au passage que la date donnée dans cette strophe par le poète – selon un système très personnel – ne semble pas compatible avec cette identification : la reine serait-elle alors Jeanne la Folle ? La question reste posée. Tout dépend évidemment de la façon dont on « déchiffre » (faudrait-il dire « décode » ?) la date en question : mille sur quarante et deux cents, à partir de l’an 350, début du règne d’Athanaric selon l’auteur : cela peut-il donner une autre date raisonnable que 1510 (350+1000-40+200) ?

12 Le goût prononcé de l’auteur pour les énigmes se retrouve dans son deuxième poème, intitulé Genealogía y blasón de los reyes de Castilla, nettement plus développé puisqu’il compte quatre-vingt-huit strophes (un « proemio », trente-sept strophes consacrées aux rois wisigoths à raison d’un roi par strophe (n° 2 à 38), puis trois strophes – non numérotées – consacrées à trois comtes de Castille et quarante-six strophes (n° 1 à 46) consacrées aux rois de León et Castille, au milieu desquelles vient se glisser une autre strophe non numérotée consacrée au Cid. Sa strophe d’introduction, à la vérité, pose plus de problèmes qu’elle n’en résout, en prétendant expliciter la composition et la métrique du poème :

  • 19 Ibid., fol. 3r°.

Quien los blasones leyere
De la real genealogía,
Mire bien que se refiere
Cada copla si quisiere
A muy alta analogía.
De cinco en cinco pies pausa
Y en cinco medio ay acaba
La media de media es causa
Y mediando cubre clausa
Lo que en junta no se alaba
19.

13Que faut-il en effet comprendre? Quelle est cette « très haute analogie » à laquelle se réfère chaque strophe du poème, si l’on se fie à la première partie de la strophe, qui constitue une espèce d’avertissement au lecteur ? Et l’expression volontairement embrouillée de la deuxième partie, qui est supposée définir un système métrique au demeurant assez simple, que cache-t-elle ? Quels jeux de mots se cachent-ils derrière l’utilisation répétée de « media », « medio » et « mediar » ? « Clausa » est-il à mettre en relation avec le verbe clausular, mettre un terme à un discours ou à une phrase ? Et que peut bien signifier le dernier vers ? Face à cette strophe, le lecteur actuel a le sentiment de faire face à un « trobar clos » relevant du genre, tant apprécié à l’époque de Pedro de Gracia Dei parmi les jeux de cour, de l’énigme. Serait-ce là le secret du succès durable de l’auteur à l’époque moderne, l’impression de se trouver face à quelque chose qui, malgré sa simplicité apparente, garde un secret qui nous échappe ? Nous devons reconnaître que nous n’avons pas su, en ce qui nous concerne, « décoder » cette strophe.

14 Aucune indication ne nous est donnée par l’auteur sur les sources qui lui ont servi à composer ce poème, si ce n’est une mystérieuse allusion à des « annales » rejetées dans un passé indéterminé lors de l’évocation du roi Ferdinand IV, dont la malédiction par les frères Carvajal est ici rappelée, avant une deuxième partie consacrée à ses relations avec sa mère María de Molina et, une fois de plus, énigmatique :

  • 20 Ibid., fol. 7v°.

El rostro tiene turbado
Segun cuentan los annales
Hernando quarto llamado
Pues que muriera emplazado
Por los dos Carauajales.
No miró a doña María
Su madre, reyna y tutora,
Que a Sant Francisco hazía
En Valladolid, que quería
Que fuesse, mas no donde agora
20.

15 Tout au long du poème, l’intelligence du lecteur est sollicitée par des strophes dont le sens réel n’est jamais immédiatement compréhensible, qu’il s’agisse du bilan du règne d’Alphonse X, où Lucifer est convoqué sans que l’on sache clairement si c’est le roi Savant que l’on compare avec celui-ci (n’oublions pas la figure d’Alphonse X le Blasphémateur, puni dans sa propre chair et dans sa descendance pour son orgueil excessif) ou si c’est son fils rebelle Sanche, ou de l’allusion à Avignon (et à l’histoire de la papauté qui lui est liée) qui vient se glisser dans la strophe consacrée à Henri de Trastamare :

  • 21 Ibid.
  • 22 Ibid., fol. 8r°.

Con su sphera y libro en mano

Del cruel Pedro fratricida

Y del hijo perseguido

Enrique segundo viene

Pródigo, franco y humano

cuya fama no escondida

Décimo Alfonso en romano

la bastardía tendida

Emperador elegido.

El reyno por fuerça tiene.

Niebla tienen sus hazañas

La vergüença no es hermosa

Que de moros alcançó

sino dígalo Auiñón

Pues que culpas tan estrañas

pues mostrar el rostro no osa

Dignas de penas tamañas

ni se tiene por graçiosa

Lucifer no imaginó21

corona de tal quiñón22.

16Bien d’autres exemples pourraient être ainsi cités, mais il nous semble inutile de multiplier les questions si nous n’avons pas de réponse à leur apporter. Nous voudrions en revanche terminer en soulignant, ce qu’annonce déjà le titre de ce travail, l’aspect visuel très présent dans ces poèmes, surtout dans le Blasón y genealogía. Dans la Suma, en effet, cet aspect n’est présent qu’à travers l’utilisation – limitée – du verbe ver dans quelques strophes (notamment celle que nous avons citée plus haut). Dans le Blasón, en revanche, nombreuses sont les décimas où quelques vers, qui peuvent être situés à n’importe quelle hauteur dans la strophe, renvoient clairement à une représentation graphique du souverain ou d’une scène particulièrement représentative de son règne :

Theodorico fratricida
De Turismundo su hermano
La cara tiene torcida
Por mirar su gran herida
Del golpe nada loano

No le dexaron sin pago
Según señala el puñal

De negro y triste cubierto
Sin reales insignias ni abrigo…

Del hermano matador
Aurelio mira al revés…

17Faut-il considérer que Pedro de Gracia Dei avait sous les yeux une source qui faisait une large place aux représentations graphiques des souverains évoqués ? Cette hypothèse n’est pas absurde, loin de là : en 1456, en effet, l’évêque de Burgos Alfonso de Cartagena a rédigé en latin une « généalogie des rois » que nous continuons à désigner depuis le XVIe siècle par le titre pédant d’Anacephaleosis à cause de l’influence néfaste de son premier éditeur, fils de Nebrija, reprise en castillan dès 1463, où le texte s’accompagne d’un programme de représentations graphiques très précisément défini par l’auteur à la fin de chaque chapitre. Nous avons conservé quatre manuscrits dans lesquels ce programme a été réalisé, l’un du texte latin et les autres de la traduction castillane, et force nous est de constater que le même programme graphique a donné lieu à des réalisations très différentes – ce qui s’explique aisément, l’auteur ayant mis l’accent sur les seuls éléments symboliques qui lui paraissaient significatifs (une épée dégainée pour les rois ayant mené des combats, un « vêtement pacifique » pour ceux qui ont connu un règne de paix…). Le manuscrit de la version latine, aujourd’hui conservé à la BNE, a été réalisé pour l’impératrice Isabelle de Portugal : il n’est donc pas absurde d’imaginer que d’autres manuscrits de l’œuvre de Cartagena aient circulé à l’époque de Gracia Dei.

18 La comparaison des consignes laissées par l’évêque de Burgos avec les vers que nous avons cités plus haut n’est cependant pas totalement convaincante : si l’on peut trouver des convergences (Fávila représenté dans son ultime combat contre un ours brun, Rodrigue vêtu d’habits de deuil…), celles-ci peuvent être dues à l’éventail limité de représentations possibles. D’autres strophes de Gracia Dei semblent au contraire s’écarter des « portraits » imaginés par Cartagena. Un travail plus systématique que celui que nous avons mené jusqu’à présent sera seul capable de déboucher sur des résultats indiscutables. Il est aussi possible que Gracia Dei, spécialiste d’héraldique, ait établi son propre programme de représentations graphiques, tourné vers le futur et non vers le passé. Cette dimension du texte, quoi qu’il en soit, ne saurait être négligée dans des études futures.

19 Étonnant personnage que Pedro de Gracia Dei, dont on croit tout savoir et qui, au final, nous échappe en grande partie. Son apparente simplicité, pour ne pas dire sa médiocrité, ne doit pas nous décourager : une étude approfondie de son œuvre pourrait bien nous apporter quelques surprises. Ces quelques lignes ne sont donc que l’amorce de cette étude, qui doit s’inscrire dans le contexte plus vaste des relations complexes de l’histoire avec les différentes formes qui ont pu être utilisées pour en faire le récit, selon la finalité recherchée. Contrairement au droit ou à d’autres disciplines tôt entrées dans le moule universitaire, l’histoire, grâce précisément à son statut de matière secondaire, ancillaire, a préservé une grande liberté d’expression, tout particulièrement au XVe siècle. Ne l’oublions pas à l’heure où nous nous penchons sur des textes depuis trop longtemps méprisés, qui peuvent encore nous surprendre.

Haut de page

Notes

1 Cf. notamment Bernard GUENÉE, Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval, Paris : Aubier-Montaigne, 1980.

2 « La prose offre plus de clarté au récit ; la versification risque d’embrouiller. C’est peut-être la raison pour laquelle plusieurs chroniqueurs français du XIVe siècle protesteront contre l’abus de la versification dans les récits d’histoire, qu’ils accuseront en plus de fausser la vérité » (Benoît Lacroix, o. p., L'historien au Moyen Age, Paris-Montréal : Vrin / Institut d’Études Médiévales, 1971 [conférence Albert-le-Grand 1966], p. 130).

3 Prefatio de Almaria, éd. J. Gil Fernández, Turnhout : Brepols, Corpus Christianorum. Continuatio Mediaevalis, 71, 1990, p. 249-267. « Rodericus, Meo Cidi saepe vocatus », dit le texte.

4 Poema de Alfonso Onceno, édition de Juan Victorio, Madrid : Cátedra, 1991.

5 Strophes de huit dodécasyllabes rimant en ABBAACCA. Seule la strophe 339 échappe à ce schéma et ne compte que quatre vers ABBA (c’est donc un quatrain ou cuarteto).

6 Juan Carlos CONDE, La creación de un discurso historiográfico en el cuatrocientos castellano : Lassiete edades del mundo de Pablo de Santa María (estudio y edición crítica), Salamanque : Universidad, 1999. Sur la conception de l’histoire du monde de l’auteur, voir aussi Jean-Pierre JARDIN, « Pablo García de Santa María et les âges du monde », Les langues néo-latines, 364, mars 2013, p. 25-36.

7 Le texte de Fernán Pérez a connu deux éditions récentes : a) J. Labrador, C.A. Zorita, R.S. Di Franco, Cancionero de poesías varias. Manuscrito N° 617 de la Biblioteca real de Madrid, Madrid : Visor Libros, 1994 (1ère édition en 1986), n° 32 p. 59-99; b) El Cancionero de Oñate-Castañeda, éd. de Dorothy Sherman Severin, introducción de Michel Garcia, asistente editorial Fiona Macguire, Madison: HSMS, 1990, p. 58-91.

8 Nous laissons de côté le Laberinto de Fortuna de Juan de Mena, qui n’est pas globalement un poème historiographique, même si dans une partie de ses strophes est développée une vision originale de l’histoire castillane.

9 Pedro CÁTEDRA, La historiografía en verso en la época de los Reyes Católicos. Juan Barba y su Consolatoria de Castilla, Salamanque : Universidad (Textos Medievales, 13), 1989.

10  Ms. 425 (15553) de la fondation Lázaro-Galdiano, fol. 1r°.

11  P. CÁTEDRA, La historiografía en verso en la época de los Reyes Católicos, op. cit., prólogo, p. 172. Sur ce sujet, voir aussi le commentaire de Pedro Cátedra, p. 127 et 129-130.

12 Lorenzo Galíndez de Carvajal aurait emprunté le texte au monastère de Guadalupe en 1511 ; en 1539, ses héritiers ne l’auraient pas restitué mais lui auraient en fait substitué un manuscrit de López de Ayala. C’est du moins ce qu’affirme Sancho de Castilla dans un commentaire à la Práctica de las virtudes, un poème dû à son père Francisco, concluant : « Y de esta manera que digo faltó de España aquella historia verdadera, de la cual sacó mi padre todo lo que aquí dice del rey D. Pedro, porque la leyó antes que el Dr. Carabajal la sacase de Guadalupe » (cité par Joaquín GUICHOT, Don Pedro Primero de Castilla. Ensayo de vindicación crítico-histórica de su reinado, Séville : Impr. Gironés y Orduña, 1878, p. 23).

13 Il s’agit de la quatre-vingt unième strophe de la Genealogía y blasón de los reyes de Castilla (numérotée XXXIX), qui dresse ce tableau du règne du roi Cruel : « En vituperables modos / el rey don Pedro mayor / escoria de reyes godos / crudelíssimo entre todos / pierde el ditado de honor. / Consumidor de señores / y de la sangre de Lara / fatricida en primores / por do lo cercan dolores / en Montiel a la clara » (BNE, Ms. 3449, fol. 8r°).

14 Sur ces tâches, voir par exemple Gonzalo FERNÁNDEZ DE OVIEDO, Oficios de la Casa Real de Castilla (1548), BNE, Ms. 1027, fol. 24r°-v°, cité par María Estela GONZÁLEZ DE FAUVE, Isabel DE LAS HERAS et Patricia DE FORTEZA, « Apología y censura: posibles autores de las crónicas favorables a Pedro I de Castilla », Anuario de Estudios Medievales, 36 (1), 2006, p. 132-133.

15 Date qu’il indique sous forme cryptée (ce sera une constante chez lui, cf. infra), obligeant son lecteur à effectuer un peu de calcul mental ([40+700+4] x2) pour la déterminer.

16 J. LABRADOR, C.A. ZORITA, R.S. DI FRANCO, Cancionero de poesías varias, op. cit., poème n° 95, p. 184-192.

17 BNE Ms. 1804, fol. 107v°.

18 BNE Ms. 3449, fol. 2r°.

19 Ibid., fol. 3r°.

20 Ibid., fol. 7v°.

21 Ibid.

22 Ibid., fol. 8r°.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Jardin, « Pedro de Gracia Dei, roi d’armes et poète. Entre histoire, littérature et arts graphiques », e-Spania [En ligne], 23 | février 2016, mis en ligne le 01 février 2016, consulté le 23 avril 2017. URL : http://e-spania.revues.org/25239 ; DOI : 10.4000/e-spania.25239

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org