Navigation – Plan du site
Entre histoire et littérature : mémoires du passé dans l’Espagne médiévale et classique
À la croisée de l’histoire et de la littérature : l’écriture au Moyen Âge

La Pucelle, la reine, le chroniqueur. La Poncella de Francia et ses modèles

Frédéric Alchalabi

Résumés

L’auteur anonyme de La Poncella de Francia propose à la reine Isabelle la Catholique – destinataire de l’œuvre – une version corrigée de l’histoire de Jeanne d’Arc. L’auteur n’est pas intéressé par l’authenticité historique des faits qu’il rapporte – Jeanne parvient ainsi à échapper au bûcher et à la mort, à la fin de l’œuvre – mais par l’exemplarité de l’histoire de la jeune bergère. Cette étude revient, à la fois, sur les modèles historico-littéraires de La Poncella de Francia et sur la notion de modèle prise comme exemple proposé à la reine.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’édition de référence est la suivante : Victoria CAMPO, Víctor INFANTES (éd.), La Poncella de Fran (...)
  • 2 Víctor INFANTES, « La narración caballeresca breve », in : María Eugenia LACARRA (coord.), Evolució (...)

1La Poncella de Francia (dorénavant LPdeF) est un livre qui a été écrit, en Castille, dans les premières années du règne d’Isabelle la Catholique ; du moins le suppose-t-on, car l’œuvre ne comporte aucune indication précise, relative à la date de sa composition, que je situerai néanmoins, avec Michel Garcia, dans les années 1474-14801. Le premier exemplaire imprimé et conservé de LPdeF date de 1520. L’œuvre fait partie d’un ensemble – on parle de narrativa caballeresca breve ou bien d’historias caballerescas – que Víctor Infantes a déjà bien défini2.

  • 3 M. GARCIA fait de Juan de Gamboa l’auteur du livre alors que Fernando GÓMEZ REDONDO estime qu’il s’ (...)

2Le mystère qui entoure les origines de l’œuvre est d’autant plus épais que l’identité de son auteur nous est inconnue. La paternité du livre est contestée : il est anonyme mais on le suppose écrit par Juan de Gamboa ou bien Fernando de Pulgar3. Dans mon travail, je n’entrerai pas dans ce débat et, prudemment, je me contenterai des termes génériques « auteur » ou « écrivain ».

  • 4 De tous les ouvrages relatifs à l’histoire de Jeanne, j’ai gardé, pour mon travail, celui de Colett (...)
  • 5 Voir Christopher ALLMAND, La guerre de Cent Ans, Paris : Payot, 2013 et Jean FAVIER, La guerre de C (...)

3Avec une certaine liberté, l’auteur, donc, se voulant historien et chroniqueur, reprend l’histoire de Jeanne d’Arc – née en 1412 et morte en 1431 – en la modifiant parfois substantiellement4. Son livre est adressé à la reine Isabelle, laquelle doit s’inspirer de l’héroïne française. Jeanne constituait, en effet, un excellent modèle pour la souveraine castillane : selon l’écrivain, c’était bien elle qui était parvenue à garantir la paix et la stabilité du royaume de France en le libérant définitivement du joug anglais, grâce au succès de plusieurs opérations militaires qu’elle avait courageusement menées pour le compte de Charles VII, lors de la guerre de Cent Ans. La vérité historique est différente puisque Jeanne n’aura pas exactement le rôle que l’auteur castillan veut bien lui faire jouer : libérant Orléans, contribuant au sacre de Charles à Reims, elle sera capturée à Compiègne, le roi de France devant désormais poursuivre seul la tâche de Jeanne, après la mort de la jeune femme, battant définitivement les troupes anglaises et mettant fin, en 1453, à un conflit qui durait depuis 13375.

  • 6 Je renvoie à Luis SUÁREZ, Isabel I reina, Barcelone : Ariel, 2013.
  • 7 C. BEAUNE, Jeanne d’Arc, p. 6.

4Si le livre est adressé à la jeune reine de Castille, c’est notamment parce que le lien avec la situation politique troublée du royaume, dans les années suivant le décès du roi Henri IV, à la fin de l’année 1474, est certain : Isabelle a dû aussi, comme Charles VII, prendre les rênes d’un royaume que sa seule présence sur le trône divisait – les conditions de son accession au pouvoir étant contestées –, faire face à ceux qui la voyaient comme une reine illégitime et, comme Jeanne, batailler contre un ennemi étranger, portugais et non pas anglais6. Dans de telles conditions Jeanne apparaît donc bel et bien comme un modèle. Curieusement, elle n’est jamais désignée, dans l’œuvre, par son prénom mais par son état voire sa fonction : avant tout, elle est Pucelle (Poncella), parfois bergère. Il est vrai que, traditionnellement, comme l’écrit Colette Beaune, « Jeanne n’a pas à être Jeanne ; elle est Pucelle ou bergère et tous la voient à travers ces modèles »7. On peut aussi supposer que l’auteur castillan a sciemment refusé de l’appeler Juana : le souvenir de Juana la Beltraneja, rivale d’Isabelle au moment de la succession d’Henri IV, n’y était peut-être pas étranger. Sans doute était-il quelque peu paradoxal de faire d’une Juana l’héroïne exemplaire d’une œuvre écrite pour Isabelle. Pour ma part, j’ai fait le choix de désigner la jeune femme par son prénom ou bien d’adopter, à mon tour, le terme « Pucelle » ; nous rencontrerons, à la fois, le personnage historique et son double littéraire, cette convention est la plus commode, à mes yeux.

  • 8 Voir F. GÓMEZ REDONDO : Historia de la prosa medieval castellana, 4 t., Madrid : Cátedra, 1999-2007 (...)
  • 9 « E dada la carta al Rey que de la Pouçella trayan, la firma de la qual el Condestable la mostraba (...)
  • 10 Je renvoie à l’édition de référence, p. 39.

5Jeanne n’était pas une inconnue, dans la Castille du XVe siècle. Elle apparaît, par exemple, dans la Crónica de Juan II où elle demande l’aide du roi castillan pendant la guerre de Cent Ans8. Ailleurs, dans la Crónica de Álvaro de Luna, le connétable exhibe fièrement une lettre signée de la main même de Jeanne et la montre à qui veut bien la voir9. Álvaro de Luna ne nous avait pas caché, dans le Libro de las virtuosas y claras mugeres, son admiration aussi bien pour les femmes guerrières que pour celles de paix. Fernando Álvarez de Toledo, comte d’Oropesa possédait un exemplaire de l’histoire de Jeanne, dans sa bibliothèque, d’après l’inventaire fait le 20 novembre 150410. Jeanne jouissait donc d’une certaine notoriété en Castille, suffisante en tout cas pour qu’on lui consacre un livre.

6Celui-ci peut être rangé parmi les histoires fabuleuses qui plurent tant au public castillan de l’époque. L’arrière-plan historique de LPdeF est indéniable mais son auteur se refuse à en faire une chronique particulière, fidèle à la vie de Jeanne d’Arc. Mieux, la véritable histoire de Jeanne – à supposer qu’il l’ait connue – ne l’intéresse pas. Pour lui, par exemple, il est hors de question de faire périr la jeune femme dans les flammes du bûcher rouennais ; à la fin de l’œuvre, Jeanne passe son temps à refuser les avances de ses nombreux prétendants – comme Isabelle, dans les années 1460 – et à lire tranquillement.

  • 11 Sur la perception d’Isabelle par ses contemporains, voir : Miguel Ángel LADERO QUESADA, « Isabel la (...)

7L’auteur corrige donc la véritable histoire de Jeanne mais, en l’adressant à Isabelle la Catholique, il contribue à l’hispaniser notablement : il faut, en effet, que le récit exemplaire des aventures de la Pucelle coïncide en tout point avec le contexte idéologique et littéraire de la cour de la reine. Je veux donc m’interroger sur les conditions de l’hispanisation de l’histoire de Jeanne en travaillant, tout particulièrement, sur la notion de modèle, déclinée en deux volets : d’une part, les modèles d’écriture de LPdeF ; d’autre part, le modèle entendu comme figure de comportement imitable et exemplaire proposée à la jeune souveraine11.


***

8Les premières lignes de l’œuvre placent explicitement cette dernière dans le registre de l’histoire :

  • 12 LPdeF, p. 89-90.

La Poncella de Francia y de sus grandes fechos en armas, sacados en suma de la Crónica Real por un caballero discreto, embiado por Embaxador de Castilla a Francia por los Sereníssimos Reyes don Fernando y doña Isabel, a quien la presente se dirige12.

9Au-delà de l’interrogation autour de l’identité du mystérieux chevalier qui prétend être l’auteur de LPdeF, les premiers mots nous en disent beaucoup sur l’habillage historique du livre. Ainsi, l’on suppose, en même temps que l’on veut faire accroire, que l’auteur fait office d’historien : l’écrivain a préalablement lu une chronique qui constitue l’autorité principale sur laquelle s’appuie LPdeF, pour en extraire ensuite les informations jugées importantes et pertinentes, qui constituent la somme que nous lisons. L’auteur, ne pouvant pas tout dire, renvoie même ses lecteurs à une autre chronique pour retrouver les détails qui ne figurent pas dans les pages de son œuvre, ce qui permet à LPdeF de bénéficier d’une couverture historique supplémentaire :

  • 13 LPdeF, p. 105.

E porque esta destruición tan grande yo no podría encarecer tanto su desaventura como en el fecho pasó, a la corónica de aquel rey lo remito, en cuyo tiempo las mayores angustias y llantos del mundo oyeron sus orejas13.

  • 14 L’exemple le plus révélateur est sûrement la Crónica sarracina de Pedro DE CORRAL (dorénavant CS) : (...)
  • 15 Les éditions des deux chroniques françaises sont consultables en ligne : https://archive.org/detail (...)

10De nombreuses œuvres médiévales – historiographiques ou bien romanesques – ont recours à ce procédé bien connu : dans le domaine de la fiction, les romans de chevalerie qui, parfois, se font appeler chroniques et qui empruntent à l’histoire ses ressorts, sont nombreux14. Ici, il est indéniable qu’une telle convention se révèle pratique et efficace, l’auteur garantissant la vraisemblance de son livre, tout en restant peu précis sur l’origine du texte mentionné. Quelle peut bien être cette source ? S’agit-il de la Chronique de la pucelle ou Chronique de Cousinot, de la Chronique de Charles VII de Jean Chartier, ou bien d’une autre source, française ou pas15 ? Nous n’en saurons rien parce que, probablement, il n’y a rien à savoir : l’assertion de l’auteur relève certainement  de la convention, ce qui ne nuit pas, pour autant, au crédit de son livre. Au contraire, soucieux de bien relater un épisode de l’histoire contemporaine du royaume voisin, l’auteur lui confère une authenticité historique entièrement artificielle.

  • 16 À propos de toutes ces questions, je renvoie à J. FAVIER, Histoire…, p. 429-464.

11L’écrivain ne revient pas sur les causes premières de la guerre de Cent Ans : les considérations politiques, sociales, économiques et culturelles du XIVe siècle lui échappent totalement. En revanche, l’affrontement entre Armagnacs et Bourguignons l’intéresse davantage puisque c’est là qu’il va situer le début de son œuvre. Le choix est judicieux : le 23 novembre 1407 à Paris, l’assassinat de Louis d’Orléans, frère du roi fou Charles VI, par les hommes de Jean sans Peur, duc de Bourgogne – lequel devait connaître le même sort en 1419 –, favorisa le rapprochement entre la Bourgogne et l’Angleterre, plongeant la France dans une guerre civile, réglée par le traité d’Arras en 143516.

  • 17 Ibid., p. 446.

12Si la désignation du texte source pose problème, en revanche celle des modèles utilisés par l’auteur afin de narrer l’assassinat du duc d’Orléans et d’évoquer ses conséquences sur le royaume de France, est plus claire. À propos des conditions de ce crime, LPdeF nous apprend que Louis d’Orléans, ébloui par la beauté de la duchesse de Bourgogne et mû par un désir irrépressible, essaya de violer la jeune femme, ce qui provoqua l’attentat perpétré contre le duc. La vérité historique est différente : Louis sortait de l’hôtel Barbette, rue Vieille-du-Temple, après avoir rendu visite à la reine17. Ce n’est pourtant pas cette version que retient l’auteur de LPdeF ; pour lui, c’est bien à cause de la tentative de viol commise par Louis que débutent les malheurs de la France :

  • 18 LPdeF, p. 95-96.

En los más alegres años y en los de muchas fiestas y ledos tiempos cual en las cortes de los reyes de Francia pasaron, la Fortuna, embidiosa de los vicios que de su mano les dio, la muy alegre vida de aquellas gentes en muy llorosa muerte rebuelve. Y ella ordenó, en el secreto de sus desaventuras, como estando la corte del Rey de Francia en el año de Milccccxxviii años en la mayor felicidad que de ningún príncipe de los pasados en aquellos reinos se escribe, el Duque de Orliens, con osado atrevimiento, trató amores con la Duquesa de Borgoña. Y en la grandeza de aquel reino aquella señora era la que en beldad y gracias a todas las damas de su tiempo excedía18.

  • 19 Ibid., p. 96.

13Préalablement, l’auteur avait pris soin de comparer la beauté remarquable de la duchesse de Bourgogne à celle de deux autres dames : Era tanto entre las más acabadas singular, ésta para Francia, como Elena para Troya y la Caba para España, puso fuego y destruición entera19.

  • 20 Ibid., p. 96-97.

14La référence à la Caba – la fille du comte Julián, violée par Rodrigue, considéré, selon la tradition, comme le dernier roi wisigoth et chrétien de la péninsule Ibérique avant l’invasion musulmane de 711, rendue possible par la trahison du père de la jeune fille – est, à la fois, fondée et significative. Louis et Rodrigue préparent ainsi leur forfait dans des circonstances similaires. Tous deux aperçoivent leurs victimes alors que celles-ci sont dans un jardin. La duchesse sort de son bain : La cual estando en la corte en un baño o estufa en la ciudad de París, el duque de Orliens, de la desordenada afeción tentado, entró en una huerta donde ella del baño era salida20. D’après la CS, écrite vers 1430 par Pedro de Corral, la Caba, ne se sachant pas épiée et ne se souciant guère des règles de bienséance, montre à son agresseur, depuis le jardin, une partie de son corps :

  • 21 CS, 1, p. 448.

E un día el Rey se fue a los palacios del mirador que avía fecho, e andovo por la sala solo sobre las huertas e vio a la Caba, fija del Conde don Julián, que estaba en las huertas burlando con algunas doncellas, e ellas no sabían parte del Rey, ca bien se cuidaban que dormía; e como la Caba era la más fermosa doncella de su casa, e la más amorosa en todos sus fechos, e el Rey le avía buena voluntad, así como la vio echó ojos en ella; e como ella e otras doncellas jugaban, alçó las faldas pensando que la no veía ninguno, e mostró ya quanto de las piernas; e teníalas tan blancas como nieve, e así lisas que no es persona al mundo que dello no atalantase21.

  • 22 Voir l’article d’Antonio CORTIJO OCAÑA consacré à la CS dans Diccionario filológico de literatura m (...)

15La référence même à la Caba faisait peut-être songer les lecteurs de LPdeF à la CS, qui, bien qu’antérieure à l’histoire castillane de Jeanne d’Arc, connut un succès considérable puisqu’elle fut imprimée à de nombreuses reprises jusqu’en 158722. Or, la CS est une chronique fabuleuse, pseudo-historique, dans laquelle Pedro de Corral corrige l’histoire de la chute de l’Espagne wisigothique en imaginant des circonstances qui n’ont pas eu lieu, des personnages qui n’ont guère existé, des discours qui n’ont jamais été tenus, tout en imitant formellement le genre historique : en d’autres termes, la fiction était en charge de dire le vrai. Compte tenu de l’extraordinaire diffusion de la CS, on peut supposer que, au moment où l’auteur compare la duchesse de Bourgogne à la Caba, c’est à un événement historique profondément remanié et réélaboré par Pedro de Corral que le lecteur d’alors songe.

  • 23 Voir Juan CASAS RIGALL, La materia de Troya en las letras romances del siglo XIII hispano, Universi (...)
  • 24 « Assí he dilatado, muy bienaventurado señor, hasta aquí en los loores de Omero a dos fines: por da (...)

16L’écrivain de LPdeF accompagne également l’allusion à la Caba et à la duchesse du souvenir d’Hélène, l’épouse de Ménélas enlevée par Pâris, l’un des fils de Priam, le roi de Troie. Or, les lecteurs du XVe siècle étaient devenus peu à peu sceptiques à l’égard des histoires troyennes, ne croyant plus les récits faits par Darès et Dictys, les deux témoins oculaires de la guerre de Troie, dont les écrits jouissaient jusque-là de la confiance presque aveugle des historiens médiévaux, comme Alphonse X dans la General Estoria23. Juan de Mena, croyant traduire l’Iliade d’Homère, critiquait fermement, dans le prologue des Sumas de la Yliada de Omero, Guido delle Colonne, qui faisait confiance à Darès et Dictys, dans sa Historia destructionis Troiae24. Garci Rodríguez de Montalvo, l’auteur d’Amadís de Gaula, est, lui aussi méfiant à l’égard des histoires troyennes :

  • 25 Garci RODRÍGUEZ DE MONTALVO, Juan Manuel CACHO BLECUA (éd.), Amadís de Gaula, 2 t., Madrid : Cátedr (...)

Bien se puede y deve creer aver avido Troya, y ser cercada y destruida por los griegos, y assí mesmo ser conquistada Jherusalem con otros muchos lugares por este Duque (Gofofredo de Bullón) y sus compañeros, mas semejantes golpes que éstos atribuyámoslos más a los escriptores, como ya dixe, que aver en efecto de verdad passados25.

  • 26 LPdeF, p. 101.

17Pourtant, les différentes réserves exprimées n’empêchent pas l’écrivain de LPdeF de comparer l’histoire de France et celle de Jeanne au cycle troyen. Lorsque le futur Charles VII réunit ses conseillers pour évoquer avec eux la situation du royaume, il les écoute peu ; c’est pour cette raison que l’auteur écrit alors : Pero d’este mal deliberado consejo vino tanta destruición en Francia que aún agora en los más lugares parecen las señales como en Troya26.

18Plus loin, lorsque Jeanne est brièvement capturée par les Anglais, ceux-ci reprennent et saccagent certaines des villes qu’ils avaient perdues. On songe alors à Hécube, l’épouse du roi Priam, qui assiste, impuissante, à la perte de son royaume et, pis encore, à la mort des siens :

  • 27 Ibid., p. 147-148.

E como gente que de tan peligrosa enfermedad avía sanado, y de tan alegres como se fallavan en ser salidos de la subjeción de los ingleses, y tornar a recaer de nuevo en su triste desventura, ¡gran lástima era verlos!, porque las dueñas y donzellas sin los varones era tan gran passión de ver, como sería la noche triste que la reina Hécuba vido su ciudad de Troya arder y su rey y fijos y gentes matar y degollar en sus faldas. Por cierto, muy más crueles cosas pasaron en Francia, que no solamente una ciudad fue destruida, mas muchas, y otras villas y lugares de todo el reino fueron quemadas y puestos a espada los moradores d’ellas; aquella fue la propia guerra que dizen a fuego y a sangre27.

19Enfin, lorsque Jeanne – libérée des geôles anglaises – se trouve aux portes de Paris pour rendre à Charles la ville encore occupée par ses ennemis, c’est une nouvelle fois à Troie qu’il est fait référence :

  • 28 Ibid., p. 180.

Y como el Duque no pudo juntar assí presto las gentes como la necessidad de París lo demandava ante que su socorro llegasse, como avía cerca de un año estado cercada, en el cual cerco mayores hazañas pasaron que en Troya, si la verdad de la una y de la otra conquista se escriviera28.

20Paris sera finalement libérée par Jeanne et par les vingt-cinq mille étudiants de son Université qui, affamés, faciliteront l’entrée de la Pucelle et de ses soldats par l’une des portes de la ville.

21L’auteur fait donc de l’histoire du royaume de France, avant la venue de Jeanne, une nouvelle chute, comparable à celle de l’Espagne wisigothique et à celle de Troie. Il rend accessible à ses lecteurs une histoire qui leur est étrangère, par le biais de références culturelles parfois élaborées loin de la péninsule Ibérique, tout en n’étant pas moins hispaniques : en faisant allusion aux circonstances de la chute de l’Espagne wisigothique et au cycle troyen, l’écrivain s’empare de modèles historico-romanesques qui ont déjà fait leur preuve, appréciés des lecteurs péninsulaires, qui lui permettent d’approcher du sens qu’il attribue à son œuvre et que doit s’approprier la reine Isabelle.


***

22LPdeF, chronique fabuleuse, n’est pas pour autant une fiction vaine. Bien au contraire, l’auteur façonne le modèle d’une femme, d’une « autre » Jeanne ou plus exactement d’une Jeanne hispanisée, capable d’être appréhendée non pas pour ce qu’elle était mais plutôt pour ce qu’elle pouvait apporter dans le contexte politique castillan du début du règne d’Isabelle. Les deux femmes n’étant pas de rang égal, l’écrivain décide de faire fi de leur différence de statut :

  • 29 Ibid., p. 90.

Muchas vezes se ha puesto mi pensamiento en cuidado, buscando entre las mayores que más al triunfo de la fama son cercanas, por ver si fallaría alguna con quien a Vuestra Alteza comparasse. La cual por no aver fallado me dexé de las señoras grandes y entre las gentes menores fallé a la Poncella de Francia, que de sus notables fechos mejor enxemplo se puede dar a Vuestra Alteza que de ninguna de las otras señoras por grandes que ayan sido comparar29.

23L’auteur, qui s’excuse de la liberté qu’il s’accorde, s’attache tout d’abord à décrire Jeanne physiquement :

  • 30 Ibid., p. 144-145.

E aunque salga del propósito en que escrivo, bien es que sepáis las verdaderas figuras de su persona. Ella era muy alta de cuerpo, más que otra muger, y todos los miembros muy rezios y doblados; el rostro más varonil que de dama; los ojos tenía amarillos y bellos y de muy alegre vista, nariz y boca en su rostro bien puestas. Toda ella junta parescía muy bien, y los cabellos muy largos y ruvios, con los cuales ella fazía diversos tocados; e en las batallas los traía fuera de las armas, aunque le era assaz peligro. E por aquella seña de los suyos era conoscida, porque muchas vezes los traía sembrados sobre el armadura de cabeça como borla de sombrero. El aire del pasear tenía de gran señor, mas como la mirava con pensamiento del esfuerço suyo, más con ojos de ver a Héctor que a dama era de todos mirada y, aunque no más de sola la figura pintada vi, como a amazona y no como a muger d’este tiempo la miré. E más que cuantas nascieron famosa me quedó y siempre queda en la memoria30.

  • 31 Voir C. BEAUNE, Jeanne d’Arc…, p. 179-186.
  • 32 Dans le Cancionero de Baena, on lit : « Señores amigos, sabet que Archiles/ fue buen caballero de a (...)

24À ce propos, je ferai un commentaire. Lors du procès de Jeanne, on reprochera à la jeune femme de s’habiller et de se comporter comme un homme31. En rapprochant, comme ici, Jeanne du Troyen Hector, l’auteur n’est pas éloigné de ce débat, même si, dans le cas présent, il ne s’agit pas d’une accusation mais bien d’un hommage chaleureux rendu à Jeanne, qui rappelle que, tout au long du Moyen Âge, des auteurs débattront des qualités du Troyen Hector et du Grec Achille pour désigner le plus méritant des deux32.

  • 33 LPdeF, p. 123. Sur le thème de la virgo bellatrix, on consultera María Carmen MARÍN PINA, « Aproxim (...)

25L’image de Jeanne que l’on donne à contempler à Isabelle est celle d’une virgo bellatrix, d’une jeune guerrière dont l’extraordinaire vaillance rappelle celle des amazones : … era la tercera vez que a caballo se avía fallado, cosas muy famosas y de amazona fizo33. La Pucelle avait d’ailleurs appris très rapidement à manier les armes avec habileté et efficacité :

  • 34 LPdeF, p. 120-121.

… aunque no muy diestra a caballo, en pocos días lo era, uno de los mejores cavalleros de la brida que en ambas cortes de los reyes avía; y en el ardimiento y esfuerço tanto la querían sola como sin ella muy acompañados34.

26Le comportement au combat de Jeanne, digne de celui d’Hector, n’est pas éloigné de celui que l’on attendait d’Isabelle. Il correspond même au discours que l’on tenait, dans l’entourage de la reine, à ce propos, et qui ressort tout particulièrement, dans l’échange de lettres que nous conservons entre Isabelle et une jeune vénitienne, Cassandra Fedele. De façon significative, dans un passage de cette correspondance, Cassandra Fedele ne retient que la fonction militaire du pouvoir royal, considérant explicitement Isabelle comme une femme guerrière :

  • 35 Isabel SEGARRA AÑÓN, « Epístolas de una humanista a una reina : Cassandra Fedele e Isabel la Católi (...)

Sin embargo, prefiero, Reina, emblema de todas las virtudes, garante de la fe cristiana, protectora del mundo entero, someterme a ti. Lo tuyo es mandar, lo mío, en cambio, cumplir las órdenes. Una vez las haya recibido, volaré hacia ti35.

27Il y a donc une véritable adéquation entre la représentation littéraire de Jeanne, dans LPdeF, et celle plus pragmatique d’Isabelle, telle qu’on peut la lire dans cet échange épistolaire. L’image de la Pucelle proposée à la reine est donc, tout d’abord, celle – visible – de la guerrière. Il en est une autre, cachée celle-là, dotée d’une portée politique et idéologique bien plus intéressante qui me permettra de proposer une réponse à une interrogation sous-jacente : pourquoi avoir choisi Jeanne comme modèle pour Isabelle ?

  • 36 « ¡O corazón de varón vestido de hembra, ejemplo de todas las reinas, de todas las mujeres dechado (...)

28Tout d’abord, Jeanne certes un peu masculine – comme on a pu l’écrire d’Isabelle36 – n’en demeure pas moins femme exemplaire, choisie par Dieu pour mettre un terme au conflit qui nuit à l’intégrité du royaume :

  • 37 LPdeF, p. 105.

…Dios, que en las mayores tribulaciones y afrentas repara, del Rey y reino apiadándose, por más mostrar sus maravillas, de la flaqueza de las mugeres y de la rústica inocencia del campo puso el mayor saber y esfuerço que en el mundo ante ni después fue fallado37.

29Ailleurs, on lit que Jeanne est littéralement tombée du ciel pour sauver la France :

  • 38 Ibid., p. 165.

(El Rey de Francia) estava atónito en pensar en las cosas y esfuerço d’esta donzella, y como oyó lo que en el passar del vado fizo, no la mirava como a muger humana, sino como a cosa del cielo venida38.

30Dans le même registre, c’est en ces termes que la jeune femme s’adresse à Charles pour lui parler des voix qu’elle a mystérieusement entendues :

  • 39 Ibid., p. 108.

Nueve noches arreo soñé como por mí, una tan pequeña muger, se remediava el reino perdido de Francia, e vuestra real persona, con gran vengança de vuestros enemigos, en más alta silla que nunca antes de mi muerte dexava. Con esto la fuerça sentí crecer en extremo grado y perder el natural temor de las mugeres, assí todas las otras cosas que mías no solían ser las fallava39.

31La désignation divine de Jeanne fait écho, d’après moi, au discours messianique et au providentialisme qui entourait les Rois Catholiques, en particulier Isabelle. Les exemples à ce sujet sont nombreux. On rappellera ce qu’Íñigo de Mendoza écrivait, pour la reine, dans le Dechado a la muy escelente reyna doña Ysabel, nuestra soberana señora, poème dans lequel nous lisons :

  • 40 Je cite le poème en me servant de l’article de María Victoria CAMPO, « Modelos para una mujer “mode (...)

A remediar nuestros males/ desiguales/ por gracia de Dios venida,/ como quando fue perdida/ nuestra vida/ por culpa de una muger,/ vos quiere Dios guarnecer/ e rehacer/ por aquel modo y medida/ que llevó nuestra caída40.

32On se souviendra également des vers que Diego de San Pedro rédigeait, dans Arnalte y Lucenda :

  • 41 Diego DE SAN PEDRO, Keith WHINNOM (éd.), Obras completas, 3 t., 1 : Tractado de amores de Arnalte y (...)

La más alta maravilla/ de cuantas pensar podáis,/ después de la sin manzilla,/ es la Reina de Castilla,/ de quien, señor, preguntáis:/ […] Es reina que nunca yerra,/ es freno del desigual,/ es gloria para la tierra,/ es la paz de nuestra guerra,/ es el bien de nuestro mal;/ es igual a todas suertes/ de gentes para sus quiebras,/ es yugo para los fuertes,/ es vida de nuestras muertes,/ es luz de nuestras tiniebras41.

  • 42 C. BEAUNE, Jeanne d’Arc…, p. 29.

33En définitive, on retrouve, dans ces exemples, la même trame que celle développée dans LPdeF : l’arrivée au pouvoir d’Isabelle comme la venue providentielle de Jeanne font suite à une chute provoquée – à l’instar de celle de Rodrigue ou bien de celle de Troie – par une série de péchés. Dieu imposera alors deux jeunes femmes pour rétablir la paix et maintenir l’ordre, en Castille et en France : Isabelle, qui a vingt-trois ans lorsqu’elle monte sur le trône en 1474 et Jeanne, qui en a dix-sept lorsqu’elle rencontre Charles VII en 1429 pour lui parler des voix qu’elle a entendues vers 1423-1425. Chez Jeanne – qui faisait partie des puellae, les jeunes filles ou pucelles – se rejoignaient, selon les encyclopédistes médiévaux, comme l’écrit Colette Beaune, « tous les risques de désordre mais aussi tous les espoirs de renouveau »42. Par analogie, dans LPdeF, Isabelle en est venue à incarner l’espoir de jours meilleurs pour la Castille.

  • 43 Sur la défense de la femme et le courant misogyne, je renvoie aux pages très complètes de F. GÓMEZ (...)
  • 44 Voir Nicasio SALVADOR MIGUEL, Isabel la Católica. Educación, mecenazgo y entorno literario, Alcalá (...)
  • 45 Cristina SEGURA GRAÍÑO, “Las mujeres escritoras en la época de Isabel I de Castilla”, in : Nicasio (...)

34Au-delà de la question de l’âge des deux femmes, le choix de figures féminines exemplaires n’est ni anodin, ni incongru. Au XVe siècle, se développe toute une littérature destinée à louer les qualités de femmes illustres, ou bien des fictions – comme le roman sentimental – qui condamnèrent les œuvres misogynes – comme le Corbacho d’Alfonso Martínez de Toledo, arcipreste de Talavera, par exemple – qui avaient été écrites auparavant43. On peut supposer qu’Isabelle – qui a hérité de l’exemplaire que son père Jean II possédait du Libro… d’Álvaro de Luna et l’a peut-être lu – n’était pas insensible au débat44. L’ambition que l’on prête à Isabelle de promouvoir le développement intellectuel des femmes n’est peut-être pas non plus étranger à ce choix45.

  • 46 C. BEAUNE, Jeanne d’Arc…, p. 135.

35Enfin, l’auteur de LPdeF voit en Jeanne une bergère. Pourtant, la jeune Française refusait d’être enfermée dans ce rôle, comme en témoignent les pièces conservées de son procès46 :

  • 47 LPdeF, p. 94.

E por que males tan grandes a Vuestra Alteza no parezcan graves de remediar, pues que a ninguna de las passadas no fallé tan grande que con vuestra grandeza iguale, quiero dar enxemplo de aquella pobre pastora a quien llamaron la Poncella de Francia47.

36L’ambition politique cachée derrière une telle affirmation est plus que jamais palpable. Bergère, Isabelle l’est aussi, selon Fernando de Pulgar, dans sa Glosa a las coplas de Mingo Revulgo :

  • 48 Fernando de PULGAR, Juan DOMÍNGUEZ BORDONA (éd), Letras. –Glosa a las coplas de Mingo Revulgo, Madr (...)

Y es de saber que por causa de la división que en el reino había en aquella sazón, la tierra padecía robos y latrocinios, tantos y tan grandes y tan comunes, que no había parte dél que careciese de fuerzas y delitos. Y estando arraigados los males de tal manera, que era remedio de ellos fuera de todo pensamiento humano, Dios, remediador en los estremos infortunios, movido más por su misericordia que por la enmienda del pueblo, le dió por su reina y pastora la reina Doña Isabel, hija del rey Don Juan el Segundo, que casó con el rey Don Fernando de Aragón, por cuya diligencia y gobernación en muy poco tiempo se convirtió toda la injusticia en justicia, toda la soberbia en mansedumbre, y todas las guerras y disensiones, que había muchas y de diversas calidades, se convirtieron en paz y sosiego, de tal manera que todo el reino gozó de seguridad, y la justicia cobró tales fuerzas, que aquellos que más estaban habituados a hacer soberbios y delictos vivían tan humildes y iguales que aun no osaban decir palabra deshonesta48.

  • 49 C. BEAUNE, Jeanne d’Arc… p. 141.

37Traditionnellement, au Moyen Âge, le roi idéal était considéré comme un pasteur qui devait garder et soigner le troupeau que Dieu lui avait confié49. Fernando de Pulgar s’adressait à Isabelle dans les mêmes termes. Par conséquent, en tant que bergère, Isabelle, tout comme Jeanne, avait la particularité d’exercer une fonction de médiatrice entre Dieu et les hommes, selon Fernando de Pulgar. Jeanne constituait donc le meilleur modèle à présenter à la reine, laquelle devait impérativement l’imiter :

  • 50 LPdeF, p. 214.

A Vuestra Alteza pertenesce, a quien remito y suplico, que en el loor d’esta notable doncella vuestras reales palabras suplan la mengua de las mías; porque vuestra grandeza autorize lo que por falta de saber mi lengua ha faltado, y tome enxemplo de una tan pequeña mujer, y como se estimó y valió esforçándose. Plega a aquél que le dio el esfuerço, que sin Él no es echo nada, que a Vuestra Alteza en la cantidad de su grandeza esfuerce y convalezca, remedando a aquella donzella50.


***

38L’histoire – revue et corrigée – de Jeanne d’Arc permettait à l’auteur de LPdeF de s’adresser directement à la reine Isabelle la Catholique, en proposant à cette dernière l’image romanesque d’une femme qui, presqu’à elle seule et par son courage, avait permis à Charles VII de prendre le dessus sur les Anglais puis de les vaincre définitivement. Les faits historiques ne donnent pas raison à l’écrivain puisque, contrairement à ce qu’il affirme, Jeanne n’était plus là pour assister à la fin de la guerre de Cent Ans, même si la jeune femme  avait eu le mérite de contribuer à la victoire française finale.

39Le choix de Jeanne par l’écrivain était pertinent. L’authenticité historique n’était pas la priorité de l’auteur mais son choix constitue un reflet assez fidèle des contextes politique et culturel de la Castille de la fin du XVe siècle. L’on y retrouve ainsi les inquiétudes d’alors face à un royaume divisé mais aussi le goût des lecteurs pour les discours pseudo-historiques ainsi que la fiction chevaleresque : la portée idéologique de l’œuvre est remarquablement servie par les modèles historico-romanesques qu’elle utilise.

40Jeanne symbolisait aussi la pureté virginale, la vaillance, le retour à la paix. Pour ses contemporains, elle était juste, comparable en ceci à Esther, Judith ou bien Déborah. Christine de Pizan écrivait à ce propos :

  • 51 « Esther, Judith et Déborah furent des femmes méritantes, grâce auxquelles Dieu soulagea son peuple (...)

Hester, Judith et Delbora,/ Qui furent dames de grant pris,/ Par lesqueles Dieu restora/ Son pueple, qui fort estoit pris,/ Et d’autres plusers ay apris/ Qui furent preuses, n’y ot celle,/ Mains miracles en a pourpris./ Plus a fait par ceste Pucelle51 .

41Pour l’auteur, Jeanne présentait surtout l’avantage d’être non pas l’exacte contemporaine de la reine, mais une figure historique et exemplaire récente. Il ne lui aurait sans doute pas été facile d’évoquer les cas des femmes exemplaires bibliques ou bien de l’Antiquité, comme a pu le faire Álvaro de Luna, dans son Libro… : toutes ces histoires étaient déjà bien connues et il aurait été ardu de les modifier profondément. En revanche, il était bien plus aisé de s’emparer de l’histoire d’une jeune Française plus ou moins bien connue, qui rappelait vaguement quelque chose aux Castillans de l’époque – une lettre que l’on montre, une entreprise militaire réussie – afin de réécrire son histoire en fonction de modèles historiques et romanesques éprouvés.

Haut de page

Notes

1 L’édition de référence est la suivante : Victoria CAMPO, Víctor INFANTES (éd.), La Poncella de Francia. La historia castellana de Juana de Arco, Madrid-Frankfurt am Main : Iberoamericana-Vervuert, 2006. On pourra également lire le texte dans Nieves BARANDA (éd.), Historias caballerescas del siglo XVI, 2 t., Madrid : Biblioteca Castro-Turner, 1995, 2, p. 337-430. Michel GARCIA a traduit l’œuvre : Juan de GAMBOA, Michel GARCIA (trad. et éd.), La Pucelle de France. Récit chevaleresque, Paris : Mazarine, 2007. Je reprends à mon compte la datation proposée par M. GARCIA, à la page 213. Plusieurs travaux ont été consacrés à l’œuvre ou, plus généralement, à la représentation littéraire de Jeanne d’Arc en Espagne. Je renvoie à Adeline RUCQUOI, « De Jeanne d’Arc à Isabelle la Catholique : l’image de la France en Castille au XVe siècle », Journal des savants, janvier-juin 1990, p. 155-174. M. GARCIA est l’auteur de plusieurs articles sur LPdeF : « Jeanne d’Arc d’après les Chroniques castillanes du XVe siècle », Bulletin de la Société des Amis du Vieux Chinon, VIII, 8, 1984, p. 1031-1038 ; « La Guerre de Cent Ans vue par un Castillan », Bulletin de la Société des Amis du Vieux Chinon, X, 3, 1999, p. 305-319 ; “La Poncela entre historia y ficción”, in : Antonio CHAS AGUIÓN, Cleofé TATO GARCÍA (éd.), Siempre soy quien ser solía : estudios de literatura española medieval en homenaje a Carmen Parrilla, La Corogne : Universidade da Coruña, Servizo de Publicacións, 2009, p. 149-162. On lira aussi Alan DEYERMOND, « Dos retratos de Juana de Arco : el Ditié de Jehanne d’Arc (1429) de Christine de Pizan, y La Poncella de Francia y sus grandes fechos en armas (¿c. 1474-1480?, in : Francisco BAUTISTA PÉREZ (éd.), Estudios sobre la Edad Media, el Renacimiento y la temprana Modernidad, San Millán de la Cogolla : Cilengua, 2010, p. 129-139 ; Emiliano FERNÁNDEZ VALLINA, « Ecos de un símbolo y una realidad : Juana de Arco y su pervivencia », in : José María MAESTRE MAESTRE, Luis CHARLO BREA, Joaquín PASCUAL BAREA (éd.), Humanismo y pervivencia del mundo clásico: homenaje al profesor Antonio Fontán, 5 t. Madrid : Ediciones del Laberinto, 2002, 3, p. 2217-2227 ; Lucila LOBATO OSORIO, « La Poncella de Francia: la doncella-caballero y su relación con Isabel I de Castilla », Signos literarios, 9, janvier-juin 2009, p. 55-74 ; Vanessa SÁNCHEZ VALAT, « El triple duelo en La Poncella de Francia », Tirant, 15, 2012, p. 155-170. Plus généralement, sur la réception de l’histoire de France dans la littérature espagnole, on lira les articles contenus dans : Mercè BOIXAREU, Robin LEFERE (éd), Historia de Francia en la literatura española. Amenaza o modelo, Madrid : Castalia, 2009.

2 Víctor INFANTES, « La narración caballeresca breve », in : María Eugenia LACARRA (coord.), Evolución narrativa e ideológica de la literatura caballeresca, Bilbao : Universidad del País Vasco, 1991, p. 165-181.

3 M. GARCIA fait de Juan de Gamboa l’auteur du livre alors que Fernando GÓMEZ REDONDO estime qu’il s’agit de Fernando del Pulgar. Je renvoie à l’ensemble de l’étude que F. GÓMEZ REDONDO consacre à LPdeF dans Historia de la prosa de los Reyes Católicos: el umbral del Renacimiento, 2 t., Madrid : Cátedra, 2012, 2, p. 1690-1706. Sur les différents exemplaires de l’œuvre, voir V. INFANTES, « Historia de la Poncella de Francia », in : Carlos ALVAR, José Manuel LUCÍA MEGÍAS (coord.), Diccionario filológico de literatura medieval española. Textos y transmisión, Madrid : Nueva biblioteca de erudición y crítica, Editorial Castalia, 2002, p. 632-635.

4 De tous les ouvrages relatifs à l’histoire de Jeanne, j’ai gardé, pour mon travail, celui de Colette BEAUNE, Jeanne d’Arc, Paris : Perrin, 2004.

5 Voir Christopher ALLMAND, La guerre de Cent Ans, Paris : Payot, 2013 et Jean FAVIER, La guerre de Cent Ans, Paris : Fayard, 1980.

6 Je renvoie à Luis SUÁREZ, Isabel I reina, Barcelone : Ariel, 2013.

7 C. BEAUNE, Jeanne d’Arc, p. 6.

8 Voir F. GÓMEZ REDONDO : Historia de la prosa medieval castellana, 4 t., Madrid : Cátedra, 1999-2007, 3, p. 2240.

9 « E dada la carta al Rey que de la Pouçella trayan, la firma de la qual el Condestable la mostraba por la corte a los grandes, como si fuera una reliquia muy reverençiada; ca como era animoso, e esforçado en grand manera, amaua a los que así lo eran, y por esto era mucho aficionado a los fechos de la Pouçella », Juan de Mata CARRIAZO (éd.), Crónica de don Álvaro de Luna, condestable de Castilla, maestro de Santiago, Madrid: Espasa Calpe, 1940, chap. XLVI, p. 150.

10 Je renvoie à l’édition de référence, p. 39.

11 Sur la perception d’Isabelle par ses contemporains, voir : Miguel Ángel LADERO QUESADA, « Isabel la Católica vista por sus contemporáneos », En la España medieval, 29, 2006, p. 225-286.

12 LPdeF, p. 89-90.

13 LPdeF, p. 105.

14 L’exemple le plus révélateur est sûrement la Crónica sarracina de Pedro DE CORRAL (dorénavant CS) : Pedro DE CORRAL, James Donald FOGELQUIST (éd.) : Crónica del rey don Rodrigo (Crónica sarracina), 2 t., Madrid : Clásicos Castalia, 2001.

15 Les éditions des deux chroniques françaises sont consultables en ligne : https://archive.org/details/chroniquedelapuc00cous et http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k277120/f1.image (pages consultées le 4 septembre 2014).

16 À propos de toutes ces questions, je renvoie à J. FAVIER, Histoire…, p. 429-464.

17 Ibid., p. 446.

18 LPdeF, p. 95-96.

19 Ibid., p. 96.

20 Ibid., p. 96-97.

21 CS, 1, p. 448.

22 Voir l’article d’Antonio CORTIJO OCAÑA consacré à la CS dans Diccionario filológico de literatura medieval española…, p. 869-874.

23 Voir Juan CASAS RIGALL, La materia de Troya en las letras romances del siglo XIII hispano, Universidade de Santiago de Compostela : Servicio de Publicacións da Universidade de Santiago de Compostela Campus Universitario Sur, 1999, p. 113-207.

24 « Assí he dilatado, muy bienaventurado señor, hasta aquí en los loores de Omero a dos fines: por dañar y destruir, si pudiese, los dichos que Guido escrivió en ofensa de Omero, y aún lo más prinçipal, por causar a los lectores nuevo amor y devoçión con las altas obras d’este actor », in : Tomás GONZALEZ ROLÁN, María Felisa Del BARRIO VEGA, Antonio LÓPEZ FONSECA (éd.), Juan de Mena, La « Ilíada » de Homero (Edición crítica de las « Sumas de la Yliada de Omero y del original latino reconstruido, acompañada de un glosario latino-romance) », Madrid: Ediciones Clásicas, 1996, p. 108. Les efforts de Mena resteront vains et la Crónica troyana de 1490 fera à nouveau confiance aux témoignages des deux hommes. Voir Frédéric ALCHALABI, « Adaptation et réélaboration des sources dans la Crónica Troyana anonyme de 1490 », e-Spania, 10, 2010, http://e-spania.revues.org/20116, (page consultée le 4 septembre 2014).

25 Garci RODRÍGUEZ DE MONTALVO, Juan Manuel CACHO BLECUA (éd.), Amadís de Gaula, 2 t., Madrid : Cátedra, 2004, 1, p. 222-223.

26 LPdeF, p. 101.

27 Ibid., p. 147-148.

28 Ibid., p. 180.

29 Ibid., p. 90.

30 Ibid., p. 144-145.

31 Voir C. BEAUNE, Jeanne d’Arc…, p. 179-186.

32 Dans le Cancionero de Baena, on lit : « Señores amigos, sabet que Archiles/ fue buen caballero de alto valor,/ sotil, avisado entre los gentiles,/ franco, fermoso, ardit, sabidor;/ mas quanto don Éctor, león bramador,/ por éste concuerdan todas escripturas:/ dizen e afirman en todas figuras/ que entre los buenos le llaman mejor », Brian DUTTON (éd.), Cancionero de Juan Alfonso de Baena, Madrid : Visor Libros, 1993, p. 125.

33 LPdeF, p. 123. Sur le thème de la virgo bellatrix, on consultera María Carmen MARÍN PINA, « Aproximación al tema de la virgo bellatrix en los libros de caballerías españoles », Criticón, 45, 1989, p. 81-94. Voir aussi : Ángela MUÑOZ FERNÁNDEZ, « La doncella guerrera encarnada en Juana de Arco (La subjetivación femenina de un tópico ¿androcéntrico?) », in : Mary NASH et Susanna TAVERA (éd.), Las mujeres y las guerras. El papel de las mujeres en las guerras de la edad antigua a la contemporánea, Barcelone : Icaria, 2003, p. 110-131.

34 LPdeF, p. 120-121.

35 Isabel SEGARRA AÑÓN, « Epístolas de una humanista a una reina : Cassandra Fedele e Isabel la Católica », Humanismo y pervivencia…, 3, p. 1197-1203.

36 « ¡O corazón de varón vestido de hembra, ejemplo de todas las reinas, de todas las mujeres dechado y de todos los hombres materia de letras! », écrira Juan de Lucena dans Epístola exhortatoria a las letras, in : Juan de LUCENA, Jerónimo MIGUEL (éd.), Diálogo sobre la vida feliz. Epístola exhortatoria a las letras, Madrid : Real Academia Española-Centro para la edición de los clásicos españoles, 2014, p. 119. Je souligne. On lira aussi Bethany ARAM, « El cuerpo real como texto: de Isabel I a Juana I », in : Manuel GARCÍA FERNÁNDEZ, Carlos Alberto GONZÁLEZ SÁNCHEZ (éd.), Andalucía y Granada en tiempos de los Reyes Católicos, Séville-Grenade : Secretariado de publicaciones de la Universidad de Sevilla-Editorial Universidad de Granada, 2006, p. 173-184.

37 LPdeF, p. 105.

38 Ibid., p. 165.

39 Ibid., p. 108.

40 Je cite le poème en me servant de l’article de María Victoria CAMPO, « Modelos para una mujer “modelo” : los libros de Isabel la Católica », in : Túa BLESA (coord.), Actas del IX Simposio de la Sociedad española de literatura general y comparada. Zaragoza, 18 al 21 de noviembre de 1992, 2 t., 1 : La mujer: elogio y vituperio, Saragosse : Universidad de Zaragoza, 1994, p. 85-94, p. 90. Je renvoie aussi à José Manuel NIETO SORIA, « Apología y propaganda de la realeza en los cancioneros castellanos del siglo XV. Diseño literario de un modelo político », En la España medieval, 11, 1988, p. 185-221.

41 Diego DE SAN PEDRO, Keith WHINNOM (éd.), Obras completas, 3 t., 1 : Tractado de amores de Arnalte y Lucenda y Sermón, Madrid : Clásicos Castalia, 1985, p. 93-94.

42 C. BEAUNE, Jeanne d’Arc…, p. 29.

43 Sur la défense de la femme et le courant misogyne, je renvoie aux pages très complètes de F. GÓMEZ REDONDO : Historia de la prosa…, 3, p. 3220-3340.

44 Voir Nicasio SALVADOR MIGUEL, Isabel la Católica. Educación, mecenazgo y entorno literario, Alcalá de Henares : Centro de Estudios Cervantinos, 2008, p. 173.

45 Cristina SEGURA GRAÍÑO, “Las mujeres escritoras en la época de Isabel I de Castilla”, in : Nicasio SALVADOR MIGUEL, Cristina MOYA GARCÍA (coord.), La literatura en la época de los Reyes Católicos, Madrid : Universidad de Navarra–Iberoamericana–Vervuert, 2008, p. 275-291, p. 283.

46 C. BEAUNE, Jeanne d’Arc…, p. 135.

47 LPdeF, p. 94.

48 Fernando de PULGAR, Juan DOMÍNGUEZ BORDONA (éd), Letras. –Glosa a las coplas de Mingo Revulgo, Madrid : Espasa Calpe, 1958, p. 10. Je souligne.

49 C. BEAUNE, Jeanne d’Arc… p. 141.

50 LPdeF, p. 214.

51 « Esther, Judith et Déborah furent des femmes méritantes, grâce auxquelles Dieu soulagea son peuple prisonnier. J’en connais d’autres qui furent très courageuses et à qui Dieu permit d’accomplir de nombreux miracles. Il a fait davantage encore grâce à cette jeune fille », in : Christine de PIZAN, Nathalie DESGRUGILLERS-BILLARD (éd.), Le Dit de Jeanne d’Arc, Ditié Jehane Darc, Clermont-Ferrand : Éditions Paleo, 2010, p. 45 (pour la transcription en français moderne) et p. 78 (pour la citation).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Alchalabi, « La Pucelle, la reine, le chroniqueur. La Poncella de Francia et ses modèles », e-Spania [En ligne], 23 | février 2016, mis en ligne le 01 février 2016, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://e-spania.revues.org/25232 ; DOI : 10.4000/e-spania.25232

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org