Navigation – Plan du site
Entre histoire et littérature : mémoires du passé dans l’Espagne médiévale et classique
À la croisée de l’histoire et de la littérature : l’écriture au Moyen Âge

L’écriture de l’histoire dans le Libro de las generaciones y linajes de los reyes

Hélène Thieulin-Pardo

Résumés

Cette étude interroge les rapports entre histoire et littérature à partir de l’inscription de légendes, de fables et de sources littéraires dans le propos chronologique et généalogique des diverses versions de la chronique navarraise anonyme appelée Libro de las generaciones y linajes de los reyes (olim Liber regum), datée de la fin du XIIe siècle ou de la première décennie du XIIIe siècle. La version la plus ancienne de l’œuvre offre en effet pour la première fois le récit de la « légende des juges de Castille », rapporte la naissance quasi miraculeuse du roi de Navarre Sancho Abarca et la légende de la reine calomniée conduisant à l’intronisation du premier roi d’Aragon ; elle adapte également les Gesta Roderici Campidocti, récit latin destiné à célébrer les hauts faits du Cid Campeador. La version du texte remaniée vers 1260 – version appelée Libro de las generaciones – contient quant à elle la première expression de la légende du roi Wamba « laboureur » et adapte en navarrais la généalogie des rois de Bretagne à partir du poème anglo-normand de Robert Wace, le Roman de Brut. Il apparaît ainsi que l’auteur du Libro de las generaciones y linajes de los reyes instrumentalise les récits légendaires et les sources littéraires dont il s’inspire dans son projet historiographique, mettant à distance la « fiction » et valorisant sa parole d’historien.

Haut de page

Texte intégral

  • *  Robert WACE, Roman de Rou, éd. de Anthony J. Holden, Paris : A. et  J. Picard, 1970-1973, v. 7-10.

« Si escripture ne fust feite
E puis par clers litte et retraite,
Mult fussent choses ublïees
Ki de viez tens sunt trespassees »*

  • 1 Dominique BOUTET, Formes littéraires et conscience historique aux origines de la littérature frança (...)
  • 2 Ibid., p. 3 et 4.
  • 3 Vid. les réflexions de Paul RICŒUR, Temps et récit. III (Le temps raconté), Paris : Seuil, p. 265 e (...)
  • 4 Vid. également les réflexions de Corinne MENCÉ-CASTER, « Dire l’Histoire, raconter des histoires : (...)

1Si l’on en croit les travaux de Dominique Boutet sur l’émergence des formes littéraires en France aux XIIe et XIIIe siècles, les relations entre fiction et vérité historique dans le rapport au passé représentent, tout au long du moyen âge, « une question lancinante »1. Toute littérature, écrit-il, se réclame de la « vérité » et affiche une « référentialité historique délibérée », alors même que son contenu se fait plus invraisemblable, comme dans le cas des romans arthuriens2. Les chroniqueurs, quant à eux, pour représenter le temps et reconstruire le passé, ménager une cohérence historique et lui donner du sens, sont parfois amenés à recourir à la fiction et au détournement fabuleux, ou encore aux modèles littéraires et à leurs pratiques scripturales3. Aux XIIe et XIIIe siècles comme au cours de tout le moyen âge, faits historiques et imaginaires, Histoire et littérature semblent s’interpénétrer et construire un dialogue fait d’emprunts et d’échanges4.

  • 5 Définir le concept de « légende » n’est pas aisé. Des éléments de nature diverse – épique, magique, (...)
  • 6 Vid. Georges MARTIN, Les juges de Castille. Mentalités et discours historique dans l’Espagne médiév (...)
  • 7 Vid. Hélène THIEULIN-PARDO, « El influjo de la Historia Roderici sobre el Libro de las generaciones (...)

2Pour ma part, c’est à partir d’une petite chronique anonyme navarraise que l’on peut dater de la fin du XIIe siècle ou de la première décennie du XIIIe siècle, le Libro de las generaciones y linajes de los reyes, que je souhaite interroger la relation entre discours historique et « littérature ». Dans le cadre de cette réflexion, j’emploierai le terme « littérature » pour désigner ce qui, précisément, n’est pas du domaine strict de l’histoire, ce qui relève de l’invention, de la fiction au sens large, c’est-à-dire les récits légendaires5, épiques ou encore fabuleux qui peuvent s’insérer dans le discours historique. De ce point de vue, le Libro de las generaciones y linajes de los reyes apparaît comme un terrain favorable à l’enquête. En effet, n’est-ce pas au cœur même de ce texte qu’est apparu pour la première fois le récit de la « légende des juges de Castille », dont on connaît la fortune historiographique ?6 N’est-ce pas dans cette chronique que les historiens de la littérature ont vu l’une des premières allusions au roman Floire et Blanchefleur et à la légende de « Berthe aux grands pieds » ? Le texte n’adapte t-il pas les Gesta Roderici Campidocti, récit destiné à célébrer les hauts faits du Cid Campeador et ne décèle t-on pas, dans cette adaptation7, des « formules épiques » ? N’est-ce pas dans la version remaniée du texte vers 1260 – version appelée Libro de las generaciones – que se dessine pour la première fois la légende du roi Wamba « laboureur » et qu’est adaptée en navarrais la généalogie des rois de Bretagne à partir d’un poème anglo-normand ? Légendes, fables et textes côtoient donc le propos généalogique du Libro de las generaciones y linajes de los reyes. On peut par conséquent tenter d’y mesurer les liens qu’entretiennent le discours historique et ce qui peut relever du « littéraire ».

  • 8 Je donne à ce participe le sens premier du verbe « historier » : « écrire l’histoire, décrire, raco (...)
  • 9 Même si le manuscrit le plus ancien, actuellement conservé dans les fonds de la bibliothèque univer (...)
  • 10 On se réfèrera à la définition du terme « généalogie » proposé par Léopold GÉNICOT, Les généalogies (...)

3L’exploration relève pourtant d’une sorte de défi. Quiconque s’est un jour aventuré dans la lecture du Libro de las generaciones y linajes de los reyes sait combien la chronique est décharnée et le récit minimaliste. D’aucuns considèrent du reste que le contenu du Libro… relève davantage du genre des annales que de l’historiographie à proprement parler. Le texte se présente en effet sous la forme d’une série de généalogies « historiées »8, distribuées en trois segments. Le premier segment est le plus étendu, et il recueille les généalogies bibliques et antiques : la généalogie du Christ depuis Adam, puis les généalogies des rois d’Assyrie, de Babylone et de Perse, la succession des empereurs de Grèce, des rois d’Égypte, des empereurs de Rome et de Byzance. Le deuxième segment parcourt les généalogies royales péninsulaires, depuis l’invasion des Goths jusqu’au présent de l’énonciation, qu’il est possible de situer entre 1199 et 1207, dans l’ordre suivant : succession des rois wisigoths jusqu’à l’invasion musulmane, comtes et rois castillans, rois de Navarre, rois d’Aragon, section complétée par une généalogie de Rodrigo Díaz, le Cid9. Un dernier segment, très bref, contient une généalogie des rois de France. La version amplifiée et remaniée de la chronique, rédigée elle aussi en Navarre dans la seconde moitié du XIIIe siècle, insère dans cet ensemble la généalogie des rois de Bretagne, faisant remonter les origines du lignage aux Troyens. L’architecture du texte est donc chronologique et généalogique10 ; c’est celle des livres bibliques historiques (comme les deux Livres des rois, les deux Livres des Chroniques) et des chroniques universelles. Les diverses généalogies se succèdent, sans qu’aucune articulation méta-textuelle ne vienne réellement en expliquer la juxtaposition. Le Libro de las generaciones y linajes de los reyes présente ainsi dans sa partie centrale les généalogies royales péninsulaires et française à la suite d’un parcours de l’histoire universelle, proportionnellement plus développé. Il s’attache à décliner, comme a pu l’écrire Corinne Mencé-Caster,

  • 11 C. MENCÉ-CASTER, « Rhétorique et idéologie dans le Liber regum », e-Spania [En ligne], 9, juin 2010 (...)

une succession de règnes constitutifs de l’histoire de l’Espagne (époque romano-wisigothique) et des territoires hispaniques (Castille, Navarre, Aragon, etc.), afin de les ordonner sur l’axe du temps […]. Cette prépondérance de la chronologie a pour effet de donner la primauté à la série sur l’unité et de favoriser une forme d’homologie, voire d’indiscrimination entre les unités de la série […]11.

  • 12 Vid. G. MARTIN, Les juges de Castille..., op. cit., p. 27-110. À propos du « système généalogique » (...)

4Au sein de chacune des généalogies proposées, l’enchaînement des divers rois ayant régné sur un territoire donné met ainsi l’accent sur la succession héréditaire comme principe de la transmission du pouvoir politique. Considérée dans son ensemble, la construction de la chronique a pour ambition, comme l’a naguère brillamment démontré Georges Martin, de défendre en Navarre les intérêts des dynastes issus de la restauration, en 1134, d’une royauté destituée en 107612.

5Dans ce parcours strictement chronologique et au sein de ces énoncés purement généalogiques, il y a, on le voit bien, peu de place pour le déploiement d’érudition, comme pour le « récit » ou la « narration ». Du reste, la chronique ne présente pas de « mise en forme » littéraire apparente. Le métadiscours du scripteur ne délimite que très succinctement le champ de sa parole et en tout état de cause, ne la situe pas à la frontière de l’histoire et du littéraire. Les articulations du texte sont en effet soulignées pour déterminer, simplement pourrait-on dire, les bornes spatiales et temporelles du propos :

Tro aquí favlamos del lignage de Jesucrist de Adam en acá, e de los reyes de Jerusalem, cascuno de cuál vida fo, e cuánto visco.

Agora favlaremos de los reyes paganos qui foron señores de Persia. E de los reyes e de los emperadores qui foron señores de Roma tro al tiempo de Jesucrist. E pues favlaremos de los godos, cómo vinieron en España, e cómo la conquirieron. E del rey Bamba. E del rey Rodrigo. E del comte don Julian. […]

  • 13 Ms. 225 de la Bibliothèque universitaire de Saragosse, manuscrit ayant appartenu à Manuel Martínez (...)

Tro aquí avemos contado de los reyes de Castiella del tiempo del rey Rodrigo e del comte don Julian, et en acá tro al rey don Alfonso. Agora contaremos de los reyes de Navarra: del rey don Sanch Avarca e del rey Sancho el Mayor ond vos dixiemos, e de todos los otros13.

  • 14 En réalité, on peut considérer que le texte, dans sa version la plus ancienne, compte trois « rubri (...)
  • 15 Sur la question du « titre » de la chronique, cf. G. MARTIN, « Libro de las generaciones y linajes (...)
  • 16 Pour ma part, faute d’éléments tangibles, je ne souscris pas à l’hypothèse d’une rédaction du Libro (...)

6Il s’agit là de « jalons » destinés à marquer la progression du discours, et que l’on pourrait assimiler à des « rubriques », dont le texte est par ailleurs si avare14. Le « titre » donné à l’œuvre – qu’il s’agisse de l’ancien titre latin par lequel on l’a longtemps connu, Liber regum, ou du titre vernaculaire qui lui a été attribué plus récemment, et qui sied mieux à son contenu, Libro de las generaciones y linajes de los reyes – n’apporte guère d’éléments supplémentaires, puisqu’il ne correspond qu’à une désignation bien postérieure à la rédaction de la chronique et qu’il reste « générique »15. Rien, par ailleurs, ne vient dévoiler l’identité ou l’origine du scripteur, susceptibles d’indiquer quel fut son projet16.

7Le discours, cependant, est bel et bien qualifié au fil des marques textuelles précédemment citées. Les termes désignant l’activité du rédacteur désignent en effet un acte de transmission oral – ou une oralité médiatisée par le discours écrit – à travers l’emploi de verbes déclaratifs et de connecteurs :

Tro aquí favlamos del lignage de Jesucrist de Adam en acá […].

Agora favlaremos de los reyes paganos qui foron señores de Persia. […] E pues favlaremos de los godos, cómo vinieron en España […]. E pues favlaremos de los reyes e de los señores qui foron en Castiella […]. E pues diremos de los reyes d’Aragón […].

Tornaremos agora a suso por mellor venir a la razón, como demos cabo ad esto ond vos queremos dezir.

Pero antes que esto fuesse, les vino muitos males e muitas contrarias así com odredes comtar.

E pues vos diremos d’est rey don Sancho cui fillo fo.

Tro aquí avemos contado de los reyes de Castiella del tiempo del rey Rodrigo […].

Agora contaremos de los reyes de Navarra. […] Est rey García Eñequez priso muller la reina doña Urracha e ovieron un fillo qui ovo nomne Sancho Garceç. E pues ovo nomne el rey Sanch Avarca, e dirévos cómo.

  • 17 Villar., fol. 30r°, 30v°, 33r°, 33v°, 34r° y 34v°.

Tro aquí dixiemos del lignage de los reyes de Navarra. Et agora diremos si vos plaz de los reyes d’Aragón17.

  • 18 Ces mêmes articulations sont présentes dans les versions postérieures du texte, la version dite « t (...)

8Les verbes désignant l’activité même de transmission – « dire », « parler », « conter », « ouïr » – ne cherchent pas, on le voit, à confronter deux champs d’écriture, celui du « littéraire » et celui de l’histoire, et encore moins à démarquer le propos de développements fictionnels ou fabuleux. Accompagnés des connecteurs « agora », « hasta aquí », « pues », ils révèlent, par le passage du passé au futur, l’ordonnancement du contenu, établissent un cadre discursif général pourvu de cohérence interne18. Grâce aux formules d’appel (« así com odredes comtar », « Et agora diremos si vos plaz de los reyes d’Aragón ») et à l’emploi de la première personne (« avemos contado », « vos queremos dezir », « dirévos cómo »), le rédacteur semble solliciter la participation et l’adhésion de son auditoire. Ainsi sont dessinés les contours de la parole du rédacteur du Libro de las generaciones y linajes de los reyes, celle-ci se situant dans le champ de l’histoire et de la généalogie, et se présentant comme un discours objectif.

9Cette structure généalogique dépouillée laisse place pourtant, çà et là, à quelques développements « narratifs » : la légende, le récit mythique viennent se glisser dans les interstices du discours généalogique. Ces « bribes » de récit proviennent, pour autant que l’on puisse les identifier – ce qui, soit dit en passant, n’est pas tâche aisée –, de traditions et de légendes auxquelles le texte semble faire allusion ou qu’il paraît recueillir. Il n’est pas impossible que ces légendes aient circulé dans des textes antérieurs, mais dont nous conservons aujourd’hui peu de traces.

10Afin d’illustrer cette modalité de « mise en intrigue » de faits passés, je retiendrai deux exemples communs à toutes les versions du Libro de las generaciones y linajes de los reyes : le récit de la naissance quasi miraculeuse du roi de Navarre Sancho Abarca et la légende de la reine calomniée conduisant à l’intronisation du premier roi d’Aragon.

11L’origine du premier de ces récits nous est inconnue, mais tout dans son traitement discursif porte à croire qu’il s’agit d’une légende :

  • 19 Villar., fol. 34r°. Les autres versions présentent un texte sans variante significative.

El rey Eñech Ariesta ovo fillo al rey don García, al que dixieron García Eñequez. Est rey García Eñequez priso muller la reina doña Urracha e ovieron un fillo qui ovo nomne Sancho Garceç. E pues ovo nomne el rey Sanch Avarca, e dirévos cómo, Matoron moros al rey García Eñequez, e remasó so muller preñada, la reina doña Urracha. E pues a La Cumberri prueb de Pamplona firiéronla de una lança, e murié la madre e naxié el fillo bivo por la plaga de la lançada. Est fillo prísolo un ric omne de la montaña e criólo al mellor que pudo, e púsol’ nomne Sancho Garcez. E cuando est niño fo grand, fo omne muit esforçado e muit franc, e acullié a sí todos los fillos de algo que trobó en las montañas, e dávales cuanto que podía aver. E sos omnes cuando vedieron que’l era omne muit esforçado e de grant travallo, pusiéronle nomne Sanch Avarca. E plegóronse todos los ricos omnes de la tierra e por la bondat e por l’esfuerzo que vedieron en él levantóronlo rey19.

  • 20 Vid. Emma FALQUE (éd.), Lucae Tudensis Chronicon mundi, in: Lucae Tudensis Opera omnia I, Turhnout  (...)
  • 21 Ce sont des éléments qui seront en partie repris dans le récit de la naissance et de l’éducation de (...)
  • 22 Cet épisode a été analysé par Alberto DEL RÍO NOGUERAS, « Leyendas épicas en el Aragón medieval : S (...)

12Aucun marqueur textuel ne vient ici déclarer la source de la légende qui est exploitée. Des versions postérieures de ce récit, contenues dans le Chronicon mundi de Luc de Tuy (1236), et dans le De rebus Hispaniae de Rodrigue Jiménez de Rada (1243) tendent à prouver l’existence d’un texte  – une légende épique peut-être ? – antérieur20. Le motif de l’avènement du roi y est interprété sur la base d’éléments d’ordre mythique ou folklorique (accouchement post mortem par une blessure due à l’ennemi, éducation plus ou moins sauvage par un montagnard, élection spontanée du héros) construisant un cycle de « destruction (ou séparation dans ce cas) / restauration » et faisant intervenir une part de surnaturel21. Il y a dans ce court récit de la naissance et des enfances plus ou moins « merveilleuses » d’un fils de roi, démontrant de par sa bonté et son courage une disposition naturelle à régner, reconnue ensuite par la collectivité, une exaltation incontestable du roi Sancho Abarca ainsi que de la royauté navarraise dans son ensemble22.

13Le second exemple est encore plus concis, quoique que légèrement plus développé dans le Libro de las generaciones de la seconde moitié du XIIIe siècle. Une brève narration rapporte les circonstances de l’avènement du royaume d’Aragon, à la suite de l’offense faite à la reine Mayor, épouse du roi Sanche le Grand (1000-1035), injustement accusée d’adultère par son fils aîné García ; la réparation de cet outrage est attribuée au fils illégitime du roi, Ramire, lequel reçoit le royaume d’Aragon en récompense de son courage :

  • 23 Villar., fol. 34v°. La version tolédane (Tolet., p. 488) et celle du Livro de Linhagens del Conde d (...)

Est rey don Sancho ovo un fillo d’otra muller, qui ovo nomne el ifant don Remiro, e fo muit bueno e muit esforçado. E por el salvamiento que fizo a so madrastra, la reina doña Alvira, la muller del rey don Sancho padre, diol’ ella sos arras. Et el rey atorgólas e ovo el reismo d’Aragón, e fo rey23.

  • 24 Ms. BNE 1614, fol. 41r°b-v°a.

[…] E ovo otro fillo d’una dueyña d’Ayvar qui ovo nompne el ifant don Remiro, e fo rey d’Aragón. Empués so hermano del rey don Gonçalvo por las arras suas que avía dadas a él so madrastra, por lo que recudió sobre el blasmo que l’ apuso so fillo el rey don García de Navarra, e eyllas atorgoi<ll>as estas arras24.

  • 25 Vid. Ramón MENÉNDEZ PIDAL, « Relatos poéticos en las crónicas medievales », Revista de filología es (...)
  • 26 Cet élément du récit est contenu dans la version la plus ancienne de la tradition, celle qui est re (...)
  • 27 L’anecdote permet également, comme l’a montré Georges Martin, d’assimiler l’héritage de Ramire à ce (...)
  • 28 Voir notamment les remarques de René COTRAIT, Histoire et poésie. Le comte Fernán González. Genèse (...)
  • 29 La version la plus complète de la légende est contenue dans le De rebus Hispaniae de Rodrigue Jimén (...)
  • 30 « […] un pormenor impropio del estilo cronístico » écrit Ramón Menéndez Pidal, et il ajoute : « [El (...)
  • 31 Cf. Diego CATALÁN, La épica española : Nueva documentación y nueva evaluación…, p. 140. Vid. égalem (...)

14L’épisode est bien connu et son instrumentalisation politique sous la plume des historiographes castillans, navarrais et aragonais a été amplement commentée25. Le récit est destiné à expliquer le partage des royaumes de Sanche le Grand entre ses fils et, par conséquent, la naissance des royaumes de Castille et d’Aragon. Il est bâti sur plusieurs motifs traditionnels – l’épouse injustement accusée d’adultère, la traitrise des enfants, le bâtard héros – et présente, selon les diverses versions recensées par d’autres œuvres historiographiques médiévales, des éléments plus ou moins développés : désir de vengeance de García après que sa mère lui a refusé le cheval du roi qu’il convoite, implication du deuxième fils du couple royal, Ferdinand, dans l’accusation ou au contraire effacement du rôle qu’il a pu jouer, réaction du fils illégitime conduisant à un duel judiciaire ou intervention providentielle d’un moine révélant la fausseté de l’accusation et manifestant ainsi l’innocence de la reine, rituel d’adoption (et même d’enfantement) du bâtard par la reine, celle-ci invitant Ramire à passer sous ses jupes pour en quelque sorte lui donner naissance26. L’origine même du récit est encore discutée : pour les uns, elle est castillane, l’épisode pouvant expliquer pourquoi, en raison de sa félonie, le fils aîné du roi n’a pas reçu la Castille en héritage27 ; pour les autres, l’insistance sur la bravoure de Ramire, et la récompense qu’il reçoit, c’est-à-dire le douaire dont jouissait la reine, en font une légende aragonaise28. Quoi qu’il en soit, le laconisme des versions les plus anciennes – celle du Libro de las generaciones y linajes de los reyes et celle de sa source, la Chronica naiarensis –, ou la sélection qu’elles opèrent, ainsi que les remaniements postérieurs semblent plaider en faveur de l’existence d’un texte antérieur qui aurait pu contenir les éléments disséminés – les motifs « folkloriques » évoqués plus haut – dans les diverses chroniques médiévales29. Le rituel de l’adoption, notamment, semble assez étranger au discours historique, et pourrait donc renvoyer au champ poétique30. Même si l’argument est fragile, retenons, pour ce qui nous intéresse ici, que Diego Catalán en fait l’un des pans d’une « geste des fils de Sanche le Grand », aujourd’hui perdue et composée, selon lui, de trois chants évoquant respectivement la transmission du comté castillan, l’accusation d’adultère de la reine et la défense par le fils bâtard31. Il s’agirait donc dans ce cas d’un emprunt à la littérature épique, décelable de façon ténue dans l’expression « por el salvamiento que fizo » (Villarensis) ou « por lo que recudió sobre el blasmo que l’ apuso so fillo el rey don García de Navarra » (Libro de las generaciones). L’absence de texte de référence rend cependant impossible la moindre confrontation et ne permet pas de trancher la délicate question de l’existence même d’un texte antérieur.

  • 32 Cf. Jean-Luc LECLANCHE, Contribution à l’étude de la transmission des plus anciennes œuvres romanes (...)

15Il semble évident, néanmoins, que le rédacteur du Libro de las generaciones y linajes de los reyes ne rejette pas totalement les développements légendaires, même s’il refuse d’en recueillir toutes les composantes. Dans la section consacrée aux rois de France, il fait également référence au conte Floire et Blanchefleur, composé vers 1150, sans doute dans l’entourage de la reine Aliénor d’Aquitaine, et à la légende de « Berthe aux grands pieds »32, dont il tisse les liens avec la « matière de France » :

Est rey Pepin lo Petit priso muller la reina Bertha con los grandes pedes, qui fo filla de Floris e de Blancha Flor, et ovo en ella fillo a Charle Mayne, l’emperador de França.

  • 33 Villar., fol.35r° ; ms. BNE 1614, fol. 46v°a.

Est rey Pepin priso muger a doña Alberta qui fo fija de Floris e de Blancaflor, e ovo en eylla […] Carle Mayne33.

16La formule est, il est vrai, lapidaire, mais elle témoigne d’une certaine familiarité avec la légende, et peut-être surtout du refus d’en exploiter le contenu ; un phénomène de mise à distance ou de rejet semblable à celui qui a été observé plus haut dans l’utilisation par le Libro de las generaciones y linajes de los reyes de la légende de la reine outragée.

  • 34 On sait peu de choses sur Robert Wace, l’un des tout premiers chroniqueurs en langue française. Sa (...)
  • 35 DARÈS, De Excidio Troiae, éd. et trad. de Gérard Fry, Paris : Les Belles Lettres, 1998 ; Emmanuèle (...)
  • 36 Vid.D. CATALÁN et M. S. de ANDRÉS, (éd.), Edición Crítica del Texto Español de la Crónica de 1344, (...)
  • 37 Cf. D. CATALÁN, De Alfonso X al Conde de Barcelos. Cuatro estudios sobre el nacimiento de la histor (...)

17Qu’en est-il de la version remaniée en Navarre vers 1260, le Libro de las generaciones qui, comme on le sait, intègre à son propos une adaptation du Roman de Brut, poème narratif anglo-normand de plus de quinze mille vers, composé en 1150 par Robert Wace, et que l’on situe communément au carrefour de l’historiographie et de la fiction ?34 Le rédacteur navarrais a t-il recours, comme l’ampleur de son adaptation le laisse supposer, à l’imposante composante « fictionnelle » et « merveilleuse » du Roman de Brut ? Adapte t-il, dans cette section consacrée à la généalogie des rois bretons, la « manière » littéraire de Wace, la vivacité du récit de ce dernier, ses descriptions, ses procédés stylistiques que les éditeurs successifs du texte n’ont eu de cesse de souligner ? L’adaptation du Roman de Brut est de surcroît introduite dans le texte navarrais par un résumé de l’histoire troyenne, élaboré à partir de l’histoire de la destruction de Troie (De Excidio Troiae) de Darès – ou plus sûrement à partir de ce qu’en recueillent le Roman de Troie de Benoît de Sainte-Maure (ca. 1165) et le Roman d’Énéas (ca. 1156) au XIIe siècle35 – et complété en certains endroits par des références à l’Énéide de Virgile ou à ses imitations. Des textes postérieurs, comptant à leur tour le Libro de las generaciones parmi leurs sources – le Livro das linhagens de Pedro de Barcelos et la Crónica de 1404 – se réfèrent explicitement d’ailleurs à une « Estórea » et à un « Libro de la conquista de Troya »36. De plus, comme l’a montré Diego Catalán, on décèle dans quelques passages du Libro de las generaciones consacrés au règne du roi Arthur l’influence de certains romans en prose du cycle arthurien37. Y a t-il donc, dans cette section plus que dans une autre, parmi celles que recueille le Libro de las generaciones, une « tentation du littéraire » plus grande ?

  • 38 L’adaptation de la matière troyenne par le rédacteur du Libro de las generaciones a été étudiée par (...)

18La confrontation minutieuse des textes fait apparaître que le rédacteur du Libro de las generaciones compile les sources dont il dispose, tout en suivant leur structure d’ensemble, ce qui lui permet d’évoquer les origines troyennes des héros fondateurs de la Grande-Bretagne38. L’entreprise pourrait étonner, puisque l’ambition du Libro de las generaciones y linajes de los reyes, dans sa version primitive, est de placer les royautés péninsulaires – et tout particulièrement la royauté navarraise – au centre de son propos. Le mariage d’Aliénor, fille d’Aliénor d’Aquitaine et d’Henri II Plantagenêt, à qui le Roman de Brut est dédié, avec Alphonse VIII de Castille en 1176 n’y est peut-être pas étranger, et plus encore sans doute celui de Bérangère, fille du roi Sanche VI de Navarre, avec le roi Richard Ier Cœur de Lion en 1191. Ces contacts entre les cours hispaniques, française et anglaise avaient probablement favorisé la circulation d’une œuvre telle que le Roman de Brut en péninsule Ibérique. L’ensemble acquiert, en tout cas, des dimensions conséquentes dans le texte navarrais, puisque la section consacrée à la généalogie des rois de Bretagne est la plus étendue de la chronique. Le schéma discursif adopté est semblable à celui que suivent les autres segments textuels : le parcours de l’histoire troyenne et bretonne y est chronologique et le propos généalogique :

  • 39 L. Gener. p. 240.

Agora fablemos de los rreyes de Troya, como vienen del linage de Dardanus. E fablemos de los rreyes de Roma, de Julius Çesar Augustus e de Brutus Çesar Augustus, qui poblo Bretayña. E de todos los rreyes como vienen troa el rrey Artus e troa Cadualench e Cadruales entroa Gormon39.

  • 40 «  Ki vult oïr e vult saveir / De rei en rei e d’eir en eir / Ki cil furent e dunt il vindrent / Ki (...)

19En cela, le rédacteur du Libro de las generaciones suit le texte dont il s’inspire, puisque Robert Wace dédie son livre à ceux qui voudront écouter et savoir « de roi en roi et d’héritier en héritier, qui furent les premiers à gouverner en Angleterre, d’où ils viennent et dans quel ordre les rois se succédèrent » (prologue)40. Wace souligne la succession dans l’ordre du temps et dans l’ordre du récit des rois « bretons » et « leurs luttes incessantes pour acquérir, conserver, transmettre leur pouvoir », comme le relève son éditrice, Emmanuelle Baumgartner, qui ajoute :

  • 41 E. BAUMGARTNER, éd. cit., p. 14.

[…] aux guerres acharnées contre les envahisseurs, qui forment, comme il est normal, l’essentiel de l’histoire, s’entrelacent les récits mouvementés de leurs amours, de leurs amitiés, de leurs trahisons et l’évocation patiente, roi après roi, de la mise en place d’une civilisation. Cette montée vers le progrès atteint son apogée avec la très longue histoire des règnes d’Uterpendragon et de son fils, le roi Arthur41.

20Le cadre spacio-temporel du Libro de las generaciones y linajes de los reyes est donc élargi, et ce par le biais de l’adaptation en navarro-aragonais d’œuvres antérieures – et notamment du long Roman de Brut. Le contenu, néanmoins, est considérablement réduit, le récit « des amours et des amitiés » est peu exploité, et certaines composantes de ces œuvres sont rejetées.

  • 42 L. Gener., p. 242.
  • 43 « Nam erant ei etiam alii filii ex concubinis nati, sed nemo ex regio genere dixit esse nisi eos qu (...)
  • 44 C’est ce que le texte souligne : « E hera y vna dueyña quel dezian Elena, que hera la mas gentil mu (...)
  • 45 « Quoando vieron las gentes que Paris assi auia feyto, mouieronse todas la gentes de la tierra e vi (...)
  • 46 Vid. texte cité en note 36. La similitude des formules utilisées par ces deux textes pourrait renvo (...)

21Pour la section troyenne, on décèle, dans le rapport aux sources utilisées, des confusions (dans la chronologie, notamment dans les temps les plus reculés) et des simplifications dans le propos du Libro de las generaciones (les actions d’Hercule, par exemple, sont attribuées à Jason) ; certains épisodes sont fidèlement transposés (comme la reconstruction de Troie par Priam) alors que d’autres reçoivent un traitement particulièrement concis (c’est le cas des combats de la guerre de Troie). Dans le détail, la sélection des éléments narratifs opérée par le rédacteur du Libro de las generaciones est révélatrice. En voici trois exemples. Au moment d’évoquer la descendance du roi Priam, le rédacteur navarrais ne retient de son modèle que la liste des fils légitimes, prenant bien soin de préciser : « El rrey Prianus auia iiii fijos de su muger, qui heran bonos caualleros […] »42, alors que Darès et Benoît de Sainte-Maure établissent une liste plus conséquente d’enfants nés hors mariage et donc illégitimes43. On peut considèrer qu’il y a là une claire volonté d’insister sur la filiation directe en ne relevant que l’existence des fils légitimes et amenés, par conséquent, à succéder à leur père. Cette préoccupation pour la continuité dynastique rejoint pleinement l’ensemble du propos du Libro de las generaciones. Le deuxième exemple, le rapt d’Hélène, illustre aussi l’insistance sur la filiation. En effet, les nombreuses péripéties qui façonnent ce récit dans les textes-source – le songe prémonitoire de Pâris, l’ambassade d’Anténor, l’opposition d’Hélénos – sont tout simplement passées sous silence par le résumé navarrais. Il en résulte une narration centrée sur l’expédition de Pâris elle-même, hautement valorisée, et le rapt d’Hélène, appelée à devenir l’épouse de Pâris et donc à s’inscrire dans la chaîne de la succession royale44. Le récit de la guerre de Troie constitue le troisième exemple et démontre quant à lui une « mise à distance » des développements littéraires ; la réduction des composantes du récit aboutit dans le Libro de las generaciones à une narration extrêmement schématique, faisant fi de presque tous les éléments mythiques et narratifs : le rédacteur navarrais ne conserve que l’évocation de la réaction du roi de Sparte et des Grecs au rapt d’Hélène, du siège, de l’attaque et de la destruction de Troie ; la ruse de l’introduction du cheval dans l’enceinte de la ville n’est même pas mentionnée, et la défaite est attribuée à la trahison au sein même des rangs troyens45. L’on peut sans doute considérer qu’il y a là, non plus « tentation », mais au contraire « refus du littéraire ». C’est, du reste, précisément à cet endroit du récit que les textes postérieurs – comme pour combler une sorte de « déficit narratif » – renvoient à une « histoire » de la conquête de Troie46.

  • 47 D. CATALÁN, De Alfonso X al conde de Barcelos..., p. 373-375.
  • 48 Vid. par exemple les analyses de Margaret PELAN, L’influence du Brut de Wace sur les romanciers fra (...)
  • 49 D. BOUTET, Formes littéraires et conscience historique..., p. 201.
  • 50 Ibid., p. 38-39. Vid. également l’étude de Fabienne POMEL, « Le déni de la fable chez Wace. La paro (...)

22Pour ce qui concerne l’adaptation du Roman de Brut, des mécanismes similaires de réduction et de simplification du propos peuvent également être observés. Il est cependant possible de retrouver dans le Libro de las generaciones, comme l’a montré Diego Catalán, des tournures et des expressions directement transposées du français en navarrais47. L’appropriation du Roman par le Libro est donc totale, tant au niveau de la thématique – le résumé navarrais recueille l’entier du contenu du poème anglo-normand en l’abrégeant – qu’au niveau de la forme – toutes proportions gardées bien entendu, puisque les octosyllabes sont transposés en prose navarro-aragonaise. Le Roman de Brut établit une continuité de Troie à l’île de Bretagne et pose la question des origines et de la légitimité du pouvoir ; l’œuvre exalte le passé breton, et le règne du roi Arthur, qui occupe dans cet ensemble une place de choix, y apparaît comme une sorte d’apogée où sont magnifiées les valeurs qui sont en réalité celles du monde féodal du XIIe siècle, celles du présent de l’écriture (noblesse de sang, prouesse, largesse, courtoisie). Si le poème narratif de Robert Wace fait preuve d’un art consommé de la description – sièges, invasions, fondations de villes, fêtes courtoises, nature, orages donnent lieu à nombre de scènes colorées48 –, le propos de l’auteur est cependant bien historique. C’est celui d’un chroniqueur relatant une succession de faits considérés comme véridiques, et il combine, comme l’a justement fait remarquer Dominique Boutet, célébration et propagande49 ; il dessine ainsi un modèle idéologique au service des Plantagenêts. Le rédacteur du Libro de las generaciones partage avec Robert Wace l’exigence de vérité historique50 ainsi que la représentation de la légitimité, qui est l’enjeu défendu par son œuvre. Il recueille ce qui dans sa source lui permet, dans cette section bretonne comme dans les autres sections, d’établir la succession héréditaire comme principe de transmission du pouvoir politique. Là est son objectif, et peu lui importent, en revanche, l’exaltation des valeurs courtoises ou d’autres enjeux qui se dégagent du texte de Wace, et qui renvoient, à l’évidence, au présent de l’écriture du Roman de Brut.

  • 51 Le rédacteur navarrais inverse les réponses des deux premières filles, mais leur contenu est repris (...)
  • 52 « Et a la vielleza fallieron li al rrey Leyr sos dos yernos e fo mal andant. E fo a tornar a la mer (...)
  • 53 « Entre les douz oz vint tremblant, / Vieille ert si alout oitant. / Tant ad quis Brenne e demandé (...)

23Il serait fastidieux de multiplier ici les exemples. Seuls quelques-uns, illustrant les rapports entre « histoire » et « littérature », seront donc retenus. Le premier concerne un épisode longuement relaté dans le Roman de Brut à propos des filles du roi Leir, mobilisant force procédés stylisques : le roi Leir ne pouvant assurer sa succession par voie masculine, décide de marier ses trois filles et de leur transmettre son royaume ; pour cela, il les soumet auparavant à un interrogatoire destiné à évaluer leur amour et leur respect envers lui. Les trois filles sont nommées et présentées (v. 1669-1684), puis chacun des échanges entre le roi et ses filles est rapporté en style direct (v. 1685-1776). L’épisode est destiné à expliquer pourquoi la cadette, celle que précisément le roi chérit le plus, est écartée de la succession, et pourquoi le roi est ensuite contraint de solliciter son appui et celui de son époux, le roi de France, contre les prétentions de ses gendres. Ce passage est repris par le rédacteur navarrais dans une structure très simplifée visant à souligner la légitimité du pouvoir : le texte retranche bon nombre de détails et ne reprend que très brièvement les causes du ressentiment du père envers la dernière de ses filles – l’interrogatoire et les réponses des filles ne sont rapportées qu’en une courte phrase au style indirect51 – et souligne que le roi et la reine de France accordent leur appui au roi Leir, puis à sa mort, prennent le pouvoir en Bretagne52. L’ascendant de la France sur la Bretagne trouve là une continuité lignagère. Le deuxième exemple d’adaptation du poème anglo-normand concerne la lutte acharnée que mènent les fils du roi Dunvallo, Brenne et Belin, et qui occupe environ mille vers dans le Roman de Brut (v. 2313-3240). Wace en expose les raisons et tout le déroulement ; une place particulière est accordée au long – et très dramatique – discours de la mère de Brenne et de Belin, se précipitant éplorée et le torse nu sur le champ de bataille pour séparer ses deux fils, et plaider pour leur réconciliation (v. 2707-2830)53. Le Libro de las generaciones retient l’épisode et évoque les lamentations de la mère, sans toutefois leur accorder autant d’espace et sans imiter les procédés stylistiques convoqués par Wace – notamment le style direct :

  • 54 L. Gener, p. 258.

Et ellos, que estauan lures azes paradas pora lidiar, vino la madre d’anbos plorando e rrascaynando se e faziendo grant duelo. E tanto les progo e lis pidio merçed, que los acordo ensenble, e vsaron se e fueron amigos, e fo la batalla partida54.

24La péripétie est réduite à de très succinctes considérations pour relever, semble t-il, que les deux frères, une fois réconciliés, s’emploient à accroître leur royaume :

  • 55 Ibid., p. 258-259.

E pasaron amos mar e lidiaron con los rreyes de Françia, que dos rreyes auia. E rrancaron los e ouieron la tierra et creçieron el lur rreysmo. Et despues conquerieron toda la tierra de Lonbardia e de Toscana. Desent fueron fueron a Rroma et çercaron lo. E ysieron a ellos los de Rroma e deuenieron lures vasallos ; e metieron en paria xx iiii en ostagos de rromanos que lis touiesen lealtad55.

  • 56 Ivor ARNOLD (éd.), Le Roman de Brut de Wace, p. 475 et suivantes.

25Le dernier exemple est tiré de la partie arthurienne du poème. Les nombreux développements du Roman de Brut ayant trait à l’avènement du roi Arthur – énumération des qualités du jeune Arthur, premières attaques contre les Saxons avec toutes leurs péripéties56 – sont considérablement condensés en une formule englobante qui, si elle ne nie pas le contenu fabuleux de la source, se retranche derrière l’ellipse et une forme de prétérition :

  • 57 L Gener., p. 281.

Morio Uterpradagon e rregno su fijo Artus. Este rrey Artus fo muy buen rrey e leal e vençio a todos sus enemigos, e paso por muytas auenturas e mato muchos gigantes, e fezo tantas de bondades que sienpre fablaran del57.

26La « tentation » d’inclure dans le discours généalogique des développements d’ordre « littéraire » est donc bien réelle. Le rédacteur navarrais s’empare des éléments fictionnels et fabuleux présents dans la source qu’il utilise et se les approprie, mais n’en exploite que partiellement le contenu et exclut la forme que celui-ci adopte : le style direct, les harangues, les lamentations, mais aussi les descriptions ponctuées d’anaphores et autres fards rhétoriques. On observe, dans cette appropriation, un véritable travail de réécriture, révélateur du dessein que poursuit le chroniqueur. Le format généalogique et dépouillé adopté par le rédacteur, et dont Léopold Génicot disait qu’il pouvait tendre vers la chronique, semble s’interdire presque tout développement fabuleux et « littéraire ».

  • 58 Ibid., p. 305.
  • 59 Cf. Jocelyn Nigel HILLGARTH, Bernhard BISCHOFF y Wilhelm LEVISON, (éd.), Sancti Iuliani Toletanae s (...)
  • 60 « Est rey Bamba fo clamado en Roma rey de grant auctoridat e de grant justicia, cuar fo esleyto por (...)
  • 61 Sur les origines et la signification du motif du vol de l’abeille, vid. Juan Antonio ESTÉVEZ SOLA, (...)
  • 62 « Est rey Bamba fo de Navarra e fo d’Araquil de I aldea que l’ dizen Berema, e era yssido de so tie (...)
  • 63 La « légende de Wamba » a été récemment étudiée par F. BAUTISTA PÉREZ, « Historiografía e invención (...)

27Le Libro de las generaciones présente également un récit très développé de l’élection du roi Wamba, trop long pour être cité ici dans son intégralité. Son contenu est le suivant : l’absence d’héritier à la mort du roi des Goths Resceswinthe pousse les hommes d’Hispania à recourir aux conseils du Pape pour désigner un nouveau roi. Pour répondre à cette sollicitation, le Pape fait part aux messagers venus d’Hispania de ce qui lui est apparu en songe : la couronne doit revenir à un paysan qui sera trouvé dans son champ. De retour en Espagne, les messagers découvrent effectivement un homme nommé Wamba, labourant son champ et l’interpellent ; le paysan se montre dans un premier temps réticent, puis déclare n’accepter de devenir roi que lorsque le bâton qu’il tient dans sa main aura fleuri, prodige qui se produit à peine a t-il fini de prononcer ces paroles. Il est donc acclamé roi, et fait preuve tout au long de son règne et dans toutes ses actions de bonté et de justice58. On ignore l’origine de ce développement, mais on y reconnaît cependant des éléments contenus dans l’Historia Wambae regis de Julien de Tolède59, à laquelle le texte renvoie explicitement60, et d’autres motifs traditionnels, bibliques et légendaires : humilité de Wamba refusant d’être désigné comme roi, prodige divin – même si la source latine évoque le vol d’une abeille au-dessus de la tête de l’élu61, alors que dans le texte navarrais, c’est de la floraison d’un bâton qu’il s’agit –, élection et onction. Ce qui fait l’originalité de ce récit – la précision de la situation de « laboureur » du futur roi, et la pauvreté qui lui a fait fuir la Navarre62 – permet selon toute vraisemblance d’insister sur le caractère sacré de l’élection de Wamba – sacralisation soutenue par divers éléments à contenu religieux ou divin, comme l’ambassade auprès du Pape à Rome, l’apparition en songe de saint Pierre et de saint Paul et le prodige. L’insistance sur ces éléments traditionnels est destinée, comme l’a souligné récemment Francisco Bautista, à appuyer un modèle de couronnement sacré voulu par Théobald II, alors roi de Navarre63.

  • 64  « El rey Eñech Ariesta ovo fillo al rey don García, al que dixieron García Eñequez. Est rey García (...)
  • 65 « Agora contaremos de los reyes de Navarra: del rey don Sanch Avarca e del rey Sancho el Mayor », ((...)
  • 66 Bernard GUENÉE, Politique et histoire au moyen âge, Paris : Publications de la Sorbonne, 1981, p. 2 (...)

28Au vrai, les divers récits qui manifestent dans le Libro de las generaciones y linajes de los reyes ou sa refonte, le Libro de las generaciones, ce que l’on peut nommer une « tentation du littéraire » sont situés à des moments bien particuliers de la chronique. Dans le déroulement du discours généalogique, le recours aux légendes, à la fiction, et peut-être aux textes épiques, permet une remontée vers les origines des divers lignages mentionnés, ou du moins vers les premiers temps de ces royautés : c’est le cas du récit de la naissance de Sancho Abarca, qui semble désigné par le rédacteur du texte, grâce à une subtile manipulation textuelle64, comme le véritable fondateur de la lignée navarraise65, comme c’est le cas de l’interpolation de la légende de la reine outragée qui permet de faire de Ramire le premier roi d’Aragon et du traitement accordé à l’élection de Wamba dans la version amplifiée de la seconde moitié du XIIIe siècle. L’invention de la « légende des Juges de Castille », dont le Libro de las generaciones y linajes de los reyes est la première expression, remplit une fonction analogue pour le territoire castillan. Le rédacteur de la chronique s’arrête donc sur les moments fondateurs de l’histoire péninsulaire – origines du comté castillan, des royaumes de Navarre et d’Aragon – et, au passage, parvient à occulter jusqu’à l’existence même du royaume de León. Dans cette entreprise de retour aux origines, le rédacteur rompt, grâce au recours à la « fiction » et à l’invention, la stricte succession des règnes – ou, pour reprendre une expression de Bernard Guenée, « la tyrannie du règne »66 –, et l’enchaînement des séquences et des énoncés purement généalogiques qui structurent le discours. Même la succincte allusion aux origines fabuleuses de Charlemagne est de ce point de vue révélatrice. Le résumé du Roman de Brut joue, quant à lui, un rôle bien plus ambitieux, puisqu’il intègre à l’ensemble une généalogie nouvelle et complète, destinée à exposer les origines des rois bretons.

  • 67 Vid. sur ce thème Gaël LE MORVAN, « Le concept de ‘tierra’ espagnole et le néo-wisigothisme dans le (...)
  • 68 C’est le cas notamment par exemple des rois Yvallo, Constantin, Aurelius et Uterpandragon, « élus » (...)

29Le contenu de ces interpolations « littéraires » avance de surcroît une alternative au principe héréditaire de la transmission du pouvoir politique et permet de répondre à des situations de rupture dynastique : c’est la fonction de l’élection, ou de toute forme de décision personnelle ou collective permettant de désigner un roi accompagnée, dans la plupart des cas, de l’idée d’une continuité territoriale et de la légitimité que celle-ci procure ; ce sont les hommes qui occupent un territoire – « los omnes de la tierra » – qui défendent ce territoire et portent sur le trône celui qu’ils ont choisi. Les royautés mentionnées surgissent donc de l’acclamation collective. Cet élément opère dans les interpolations concernant Wamba, Sancho Abarca, et d’une certaine façon le bâtard Ramire choisi par la reine, comme il opère à d’autres moments de l’histoire hispanique – pour les juges, Pelayo, Alphonse I et Hugues Capet, eux aussi « élus », bien que l’origine de leur pouvoir ne produise pas de développements conséquents67. Le principe de territorialité intervient également dans l’adaptation du Roman de Brut, puisqu’à de nombreuses reprises, c’est à la défense des « gens de la terre » que la lignée des rois de Bretagne doit sa perpétuation. On relève du reste dans l’adaptation navarraise des formulations identiques à celles que présentent les autres sections du texte68.

  • 69 Le rédacteur mentionne écrivains, philosophes, mathématiciens, médecins et prophètes, comme sa sour (...)
  • 70 « En esta sazón que regnava Eraclius en Roma era sant Ysidre arcebispe en Sevilla, qui escrivié est (...)

30Malgré l’introduction de ces séquences « littéraires » et l’intérêt qu’elles présentent pour le sens même du Libro de las generaciones y linajes de los reyes, c’est plus encore le refus de les développer que je voudrais ici souligner. En effet, le rédacteur de la chronique déclare, de par l’inscription dans son discours de ces éléments d’ordre « littéraire » et les limites qu’il leur impose, qu’il s’en tient strictement à « l’histoire ». S’il recueille la légende, c’est pour la contenir, la soumettre à son propos et en quelque sorte la présenter comme « vraie » en l’enfermant dans le cadre du discours généalogique. En d’autres termes, il s’efforce de s’en démarquer et d’en faire, hors de tout développement fabuleux d’importance, une composante du discours historique ; ce qui relève du « littéraire » est de ce fait instrumentalisé dans le projet historiographique. Le rédacteur du Libro de las generaciones y linajes de los reyes attribue ainsi une grande valeur à sa parole personnelle, qui apparaît comme une parole savante ; il octroie qualité, portée, hauteur à sa fonction d’historien, une dignité qu’il ne peut acquérir qu’en mettant à distance la « fiction ». C’est du reste ce que semblent dévoiler les allusions au « savoir » dont il parsème l’ensemble de son propos69. Son discours, qui aurait pu se prévaloir d’auctoritates prestigieuses, de renvois aux sources identifiables et reconnues, ne retient, de façon délibérée à mon sens, qu’un seul nom, celui d’un historien : Isidore de Séville « qui escrivié estas estorias e otras muitas »70. Le contenu du Libro de las generaciones y linajes de los reyes se trouve ainsi hautement valorisé et acquiert la légitimité à laquelle il aspire.

Haut de page

Notes

*  Robert WACE, Roman de Rou, éd. de Anthony J. Holden, Paris : A. et  J. Picard, 1970-1973, v. 7-10.

1 Dominique BOUTET, Formes littéraires et conscience historique aux origines de la littérature française (1100-1250), Paris : PUF, 1999, p. 3.

2 Ibid., p. 3 et 4.

3 Vid. les réflexions de Paul RICŒUR, Temps et récit. III (Le temps raconté), Paris : Seuil, p. 265 et suivantes.

4 Vid. également les réflexions de Corinne MENCÉ-CASTER, « Dire l’Histoire, raconter des histoires : esquisse d’une théorie des enjeux de la mise en récit dans le moyen âge hispanique », e-Spania [En ligne], 23, février 2016, URL : http://e-spania.revues.org/25214 ; DOI : 10.4000/e-spania.25214.

5 Définir le concept de « légende » n’est pas aisé. Des éléments de nature diverse – épique, magique, religieuse, folklorique – s’y entrecroisent. Je l’emploierai ici dans son sens général et courant de « récit à caractère merveilleux, ayant parfois pour thème des faits et des événements plus ou moins historiques mais dont la réalité a été déformée et amplifiée par l'imagination populaire ou littéraire » (définition extraite du Trésor de la langue française informatisé).

6 Vid. Georges MARTIN, Les juges de Castille. Mentalités et discours historique dans l’Espagne médiévale, Annexes des Cahiers de linguistique hispanique médiévale, 6, 1992 (également disponible sur Persée : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/issue/cehm_0180-9997_1992_sup_6_1).

7 Vid. Hélène THIEULIN-PARDO, « El influjo de la Historia Roderici sobre el Libro de las generaciones y linajes de los reyes (olim Liber regum) », e-Spania [En ligne], 15, juin 2013, URL : http://e-spania.revues.org/22376 ; DOI : 10.4000/e-spania.22376.

8 Je donne à ce participe le sens premier du verbe « historier » : « écrire l’histoire, décrire, raconter » et non celui d’ « illustrer [un manuscrit], [le] décorer de scènes animées », sans doute plus courant (Trésor de la langue française informatisé).

9 Même si le manuscrit le plus ancien, actuellement conservé dans les fonds de la bibliothèque universitaire de Saragosse, ne contient pas ladite généalogie, des indices matériels et textuels permettent d’affirmer qu’elle faisait bien partie du texte original. Voir à ce sujet les arguments développés par Georges MARTIN, Les juges de Castille.., op. cit., p. 30-33 et p. 70-73 et par Diego CATALÁN, La épica española: nueva documentación y nueva evaluación, p. 123-124, note 1. Voir également H. THIEULIN-PARDO (éd.), Libro de las generaciones y linajes de los reyes, Paris : SEMH-Sorbonne (Les Livres d’e-Spania, coll. « Travaux en cours ») [à paraître].

10 On se réfèrera à la définition du terme « généalogie » proposé par Léopold GÉNICOT, Les généalogies, Turnhout : Brepols (Typologie des sources du Moyen Âge occidental, 15), 1975, p. 12-13 : « Les listes ou catalogues de rois […] s’intéressent au pouvoir et à sa transmission ; ils énumèrent ses détenteurs successifs, en ajoutant assez fréquemment la durée de leur règne. Les généalogies, au contraire, mettent l’accent sur la filiation ; elles mentionnent quelquefois les épouses et le plus souvent les cadets et même leur postérité, au moins immédiate. Chemin faisant, il leur arrive de rapporter tel ou tel événement qui généralement touchait leur rédacteur, comme la fondation du monastère auquel celui-ci appartenait ou un ensevelissement dans cette maison. En allant plus avant dans la voie ouverte de la sorte, elles glisseraient à la chronique. Et elles y glissent parfois ».

11 C. MENCÉ-CASTER, « Rhétorique et idéologie dans le Liber regum », e-Spania [En ligne], 9, juin 2010, URL : http://e-spania.revues.org/19472, DOI : 10.4000/e-spania.19472, § 5.

12 Vid. G. MARTIN, Les juges de Castille..., op. cit., p. 27-110. À propos du « système généalogique », Georges Martin écrit : « Les rigueurs du système poussaient à la manipulation généalogique. Celle-ci affectait d’abord les sources – l’espace le plus reculé, le moins vérifiable ; surtout, le plus déterminant : le jaillissement initial influait l’ensemble du cours. Au-delà de ce qui était connu de tous, au-delà du seuil fixé par la mémoire, les chartes ou les livres, on ne se contentait pas d’ignorer : on exploitait la distance et l’oubli pour inventer au gré d’enjeux variables. Mais, entre les sources et l’embouchure, on veillait aussi sur les eaux médianes. Tout n’était pas conservé dans la mémoire qu’on offrait du lignage : seules étaient notées, seules étaient remontées, certaines affluences. Les généalogies se chargeaient ainsi de sens. A engendra B : sur le dépouillement de cette structure narrative élémentaire s’édifiait en réalité l’histoire transitive du sujet : comme tel, l’enchaînement généalogique tenait beaucoup [...] du ‘roman familial’. Vraies ou fausses – et en fait, dans le subtil alliage qu’elles offraient du vrai et du faux – les généalogies constituaient donc une superstructure ‘littéraire’ des pratiques du partage et de la transmission des biens et du pouvoir », p. 136-137.

13 Ms. 225 de la Bibliothèque universitaire de Saragosse, manuscrit ayant appartenu à Manuel Martínez del Villar (1560-1625) et pour cela nommé « villarensis » (dorénavant : Villar.). Cf. Villar., fol. 33v°, 34v° et 35r°.

14 En réalité, on peut considérer que le texte, dans sa version la plus ancienne, compte trois « rubriques » : « Hec est generatio Ade uel ab Adam usque ad Christum. Esta es la generación de Adam tro a Jesu Crist […] », « Est es el linage de Rodric Diaz el Cambiador que dizían mo<n> Zid el Campeador […] », « Est es el lignage de los reyes de França […] ». La version remaniée vers 1260 en Navarre en compte un peu plus, puisqu’elle complète le propos initial par l’ajout de trois sections : la généalogie des rois de Bretagne, des rois du royaume de León et du Portugal.

15 Sur la question du « titre » de la chronique, cf. G. MARTIN, « Libro de las generaciones y linajes de los reyes. ¿Un título vernáculo para el Liber regum? », e-Spania [En ligne], 9, juin 2010, URL : http://e-spania.revues.org/19852, DOI : 10.4000/e-spania.19852.

16 Pour ma part, faute d’éléments tangibles, je ne souscris pas à l’hypothèse d’une rédaction du Libro de las generaciones y linajes de los reyes au monastère de Fitero, hypothèse proposée par Manuel SERRANO Y SANZ, « Cronicón villarense (Liber regum), primeros años del siglo XIII : la obra histórica más antigua en idioma español », B.R.A.E., 6, 1919, p. 192-220 et 8, 1921, p. 367-392, notamment p. 370). Je développe ailleurs l’hypothèse que le rédacteur du Libro de las generaciones y linajes de los reyes ait pu être proche de la cour navarraise de Tudela, vid. H. THIEULIN-PARDO (éd.), Libro de las generaciones y linajes de los reyes..., op. cit.

17 Villar., fol. 30r°, 30v°, 33r°, 33v°, 34r° y 34v°.

18 Ces mêmes articulations sont présentes dans les versions postérieures du texte, la version dite « tolédane » – version rédigée en Castille vers 1220 et qui ne nous est parvenue que de façon incomplète – et la version navarraise appelée Libro de las generaciones, y compris dans les sections que ces remaniements du texte initial contiennent (comme le segment consacré aux rois de Troie, aux rois léonais et portugais) : « Agora fablemos de los reyes de Troya, cómo vienen del linage de Dardanus. E fablemos de los reyes de Roma […] » ; « Agora vos contaremos de los reyes de León » ; « Agora vos diremos de los reyes de Portogal », (ms. BNE 1614, fol. 9v°a, 45r°a et 45v°a). La version dite « tolédane » nous est parvenue dans deux manuscrits du XVIe siècle (Bibliothèque royale du monastère de l’Escurial, ms. L-I-12, fol. 239r°-243v°, et Bibliothèque nationale d’Espagne, ms. 1376, fol. 386r°-390r°) et une édition du XVIIIe siècle (Henrique FLÓREZ, Memorias de las reynas catholicas, 2 vol., Madrid : Antonio Marín, 1761, 1, p. 481-494337 ; désormais : Tolet.). Récemment, Francisco Bautista Pérez a indiqué avoir découvert un nouveau témoignage manuscrit (assez tardif) de cette version, mais sans dévoiler le lieu de conservation du codex ; cf. Francisco BAUTISTA PÉREZ, « Genealogías de la materia de Bretaña : del Liber regum navarro a Pedro de Barcelos (c. 1200-1350) », e-Spania [En ligne], 16 | décembre 2013, URL : http://e-spania.revues.org/22632 ; DOI : 10.4000/e-spania.22632, § 15-17. On dispose aujourd’hui de deux éditions du Libro de las generaciones : celle de Josefa FERRÁNDIZ MARTÍNEZ, (éd.), Libro de las generaciones, Valencia : Anubar (Textos medievales, 23), 1968 et celle de Diego CATALÁN et María Soledad de ANDRÉS, (éd.), Libro de las generaciones, in : Edición Crítica del Texto Español de la Crónica de 1344 que ordenó el Conde de Barcelos don Pedro Alfonso, Madrid : Gredos, 1971 (le texte occupe les pages 213-337 ; désormais : L. Gener.). J’utilise également le manuscrit 1614 de la Bibliothèque nationale d’Espagne.

19 Villar., fol. 34r°. Les autres versions présentent un texte sans variante significative.

20 Vid. Emma FALQUE (éd.), Lucae Tudensis Chronicon mundi, in: Lucae Tudensis Opera omnia I, Turhnout : Brepols (Corpus Christianorum Continuatio Mediaeualis, LXXIV), 2003, IV, 44, p. 278-279 ; Juan FERNÁNDEZ VALVERDE (éd.), RODERICI XIMENII DE RADA,Historia de rebus Hispanie siue Historia gothica, Turnhout : Brepols (Corpus Christianorum Continuatio Mediaeualis, LXXII), 1987, p. 171.

21 Ce sont des éléments qui seront en partie repris dans le récit de la naissance et de l’éducation de Pelayo dans la Crónica sarracina, par exemple ; Pedro DE CORRAL, James Donald FOGELQUIST (éd.), Crónica del rey don Rodrigo (Crónica sarracina), 2 t., Madrid : Clásicos Castalia, 2001, 2, p. 92-95.

22 Cet épisode a été analysé par Alberto DEL RÍO NOGUERAS, « Leyendas épicas en el Aragón medieval : Sancho Abarca en los orígenes del reino », in : Curso sobre Lengua y Literatura en Aragón (Edad Media), Saragosse : Institución Fernando el Católico, 1991, p. 133-157 et par Emmanuelle KLINKA, « Sancho Abarca o la elaboración mítica de un reinado », e-Spania [En ligne], 9, juin 2010, URL : http://e-spania.revues.org/20012 ; DOI : 10.4000/e-spania.20012. Voir également, pour l’exploitation de cet épisode dans l’historiographie aragonaise : Sophie HIREL-WOUTS, « La naissance de Sancho Abarca dans l’historiographie de la couronne d’Aragon », in : Solange HIBBS et Monique MARTINEZ (éd.), Traduction, Adaptation, Réécriture dans le monde hispanique contemporain, Toulouse : Presses universitaires du Mirail, (Coll. Hespérides), 2006, p. 381-403.

23 Villar., fol. 34v°. La version tolédane (Tolet., p. 488) et celle du Livro de Linhagens del Conde de Barcelos (D. CATALÁN y de ANDRÉS, éd., p. 322) offrent un texte semblable à celui du codex villarensis, et recueillent le motif de la réparation de l’offense ainsi que celui de la récompense accordée par la reine.

24 Ms. BNE 1614, fol. 41r°b-v°a.

25 Vid. Ramón MENÉNDEZ PIDAL, « Relatos poéticos en las crónicas medievales », Revista de filología española, 10 (4), 1923, p. 329-372 ; José María RAMOS Y LOSCERTALES, « Relatos poéticos en las crónicas medievales. Los hijos de Sancho III», Archivo de filología aragonesa, 28-29, 1981, p. 313-334. Voir également : Antonio UBIETO ARTETA, « Estudios acerca de la división del Reino por Sancho el Mayor de Navarra », Príncipe de Viana, 78-79, 1960, p. 5-56 ; David G. PATTISON, « The legend of the sons of Sancho el Mayor », Medium Ævum, LI, 1982, p. 35-54 ; Aengus WARD, « Sancho el Mayor, la reina calumniada y los orígenes del reino de Castilla » in : José Antonio JARA FUENTE, Georges MARTIN, Isabel ALFONSO ANTÓN (éd.), Construir la identidad en la Edad Media. Poder y memoria en la Castilla de los siglos VII al XV, Cuenca : Universidad de Castilla–La Mancha (Humanidades, 112), 2010, p. 209-224 ; Sophie HIREL-WOUTS et Mathilde BARON, « Ramire et ses frères ou les origines du royaume d’Aragon. Stratégies discursives et altérations significatives dans les chroniques de Fabricio de Vagad et de Gonzalo García de Santa María », in : Teresa RODRÍGUEZ et Florence RAYNIÉ (éd.), Dire, taire, masquer les origines dans la péninsule Ibérique du moyen âge au Siècle d’or, Toulouse : CNRS-Université de Toulouse Le Mirail/Méridiennes, 2013, p. 85-96.

26 Cet élément du récit est contenu dans la version la plus ancienne de la tradition, celle qui est recueillie par la Chronica naiarensis, au milieu du XIIsiècle: « Set Ranimirus super ipsa respondens eam constanter et ueraciter defensauit et mendatium esse probans de infamia et periculo liberauit. Itaque regina in tantam exarsit iram quod Garsiam meledixit et Ranimirum intra uestes coram regali curia recipens et, quasi parturiet illum, de sub uestibus eiciens in filium adoptauit et in regno habere fecit portionem » (Juan A. ESTÉVEZ SOLA, Chronica naierensis, Turnhout : Brepols (Corpus Christianorum, Continuatio Mediaeualis), LXXI A, Chronica hispana saeculi XII, pars II), 1995, III, 2, p. 15.

27 L’anecdote permet également, comme l’a montré Georges Martin, d’assimiler l’héritage de Ramire à celui de Ferdinand, tous deux « féminins », même si la dignité du premier semble moindre (il s’agit d’une « adoption » et non pas d’une filiation directe) ; cf. G. MARTIN, « Mujeres de la Najerense », e-Spania [En ligne], 7, juin 2009, URL : http://e-spania.revues.org/17990 ; DOI : 10.4000/e-spania.17990, § 15.

28 Voir notamment les remarques de René COTRAIT, Histoire et poésie. Le comte Fernán González. Genèse d’une légende, Grenoble: Allier, 1977, p. 441.

29 La version la plus complète de la légende est contenue dans le De rebus Hispaniae de Rodrigue Jiménez de Rada. Le chapitre consacré à cet épisode s’intitule « De infamatione regine et divisione regni » ; on y trouve les circonstances de l’accusation d’adultère par le fils aîné, l’implication du cadet, l’emprisonnement de la reine, la défense de Ramire, l’intervention du moine (éd. cit., V, 26, p. 175-177). Le De rebus Hispaniae ne mentionne pas, toutefois, le rituel d’adoption.

30 « […] un pormenor impropio del estilo cronístico » écrit Ramón Menéndez Pidal, et il ajoute : « [El] reaparecer, en notable variante, la fórmula de adopción, después de olvidada en las crónicas durante dos siglos viene a indicarnos que la leyenda de la Reina calumniada estaba aún viva en el canto de los juglares del siglo XIV », cf. R. MENÉNDEZ PIDAL, Reliquias de la poesía épica española, Madrid : Espasa Calpe, 1951, p. XL-XLI. Cet argument ne me semble pas décisif.

31 Cf. Diego CATALÁN, La épica española : Nueva documentación y nueva evaluación…, p. 140. Vid. également Alan DEYERMOND, La literatura perdida de la Edad Media castellana. Catálogo y estudios (I. Épica y romances), Salamanque : Universidad de Salamanca, 1995, p. 130-132.

32 Cf. Jean-Luc LECLANCHE, Contribution à l’étude de la transmission des plus anciennes œuvres romanesques françaises : un cas privilégié : « Floire et Blanchefleur », Lille : Université de Lille III, 1980 ; id., Le conte de Floire et Blanchefleur, Paris : Honoré Champion, 1983. Voir également : F. BAUTISTA PÉREZ, La materia de Francia en la literatura medieval española. La « Crónica carolingia ». Flores y Blancaflor. Berta y Carlomagno, San Millán de la Cogolla : Cilengua, 2008, et Nieves BARANDA LETURIO, « Los problemas de la historia medieval de Flores y Blancaflor », Dicenda, 10 (1991-1992), p. 21-39.

33 Villar., fol.35r° ; ms. BNE 1614, fol. 46v°a.

34 On sait peu de choses sur Robert Wace, l’un des tout premiers chroniqueurs en langue française. Sa production compte trois poèmes hagiographiques et deux romans, le Roman de Brut et le Roman de Rou. Le Roman de Brut, translation en langue vulgaire de l’Historia regum Britanniae de Geoffroy de Monmouth, et le Roman de Rou sont dédiés à Henri II Plantagenêt, roi d’Angleterre, et à Aliénor d’Aquitaine, sa femme. L’édition utilisée ici est celle d’Ivor ARNOLD (éd.), Le Roman de Brut de Wace, Paris : Société des Anciens Textes Français, 1938 (1), 1940 (2) ; voir également Emmanuèle BAUMGARTNER y Ian SHORT (éd. y trad.), La geste du roi Arthur selon le Roman de Brut de Wace et l’Historia Regum Britanniae de Geoffroy de Monmouth, Paris : UGE, 1993.

35 DARÈS, De Excidio Troiae, éd. et trad. de Gérard Fry, Paris : Les Belles Lettres, 1998 ; Emmanuèle BAUMGARTNER et François VIELLARD (éd. et trad.), Benoît de Sainte-Maure. Le Roman de Troie. Extraits du manuscrit Milan, Bibliothèque ambrosienne, D55, Paris : Librairie Générale Française, 1998 ; Aimé PETIT (éd. et trad.), Le roman d’Eneas, Paris : Librairie Générale Française, 1997.

36 Vid.D. CATALÁN et M. S. de ANDRÉS, (éd.), Edición Crítica del Texto Español de la Crónica de 1344, op. cit. : « E ouve  grandes fazemdas e mortas grãndes cavallarías, assí como falla na sa Estórea » ; « Allí fueron fechas tantas buenas cavallerías cuantas puede fallar quien leyer el Libro de la conquista de Troya », p. 243.

37 Cf. D. CATALÁN, De Alfonso X al Conde de Barcelos. Cuatro estudios sobre el nacimiento de la historiografía romance en Castilla y Portugal, Madrid : Gredos, 1962, p. 382-401. La Crónica de 1404, qui a pour source le Libro de las generaciones, se réfère a la estoria del Sancto Grayal e de rrey Artur : « […] Este fue el buen rrey Artur de que todos fablan que fue tan buen rrey, commo podedes ver por su libro se lo leyerdes », D. CATALÁN et M. S. de ANDRÉS, (éd.), Edición Crítica del Texto Español de la Crónica de 1344, éd. cit., p. 280.

38 L’adaptation de la matière troyenne par le rédacteur du Libro de las generaciones a été étudiée par Juan CASAS RIGALL, La materia de Troya en las letras romances del siglo XIII hispano, Saint-Jacques de Compostelle : Universidad de Santiago de Compostela, 1999, p. 95-112. La « tentation du littéraire » peut en effet être perçue dans cette amplification troyenne : « Es obvio que, hasta la llegada de Eneas a Italia, el modelo de estos episodios en el LG [=Libro de la generaciones] no puede ser la obra de Wace […] aunque la idea de evocar más cumplidamente los casos troyanos sí podía estar inducida por el poema francés, pues éste, en la senda de Geoffroy de Monmouth, alude a vuelapluma a los antepasados de Bruto y, con ello, a la guerra de Troya. Probablemente, a partir del tenue recordatorio de Wace, el redactor del LG decidió ampliar las cicateras referencias del Brut » (p. 97). Au terme de son analyse très précise des textes, Juan Casas Rigall présente du reste l’hypothèse selon laquelle le rédacteur de la chronique navarraise ait pu avoir accès à un codex contenant le Roman de Troie, le Roman d’Eneas et le Roman de Brut (p. 112). En ce qui concerne l’adaptation du Roman de Brut, vid. D. CATALÁN, De Alfonso X al Conde de Barcelos, op. cit., p. 360-401, et F. BAUTISTA PÉREZ, « Genealogías de la materia de Bretaña : del Liber regum navarro a Pedro de Barcelos (c. 1200-1350) », art. cit.

39 L. Gener. p. 240.

40 «  Ki vult oïr e vult saveir / De rei en rei e d’eir en eir / Ki cil furent e dunt il vindrent / Ki Engleterre primes tindrent, / Quels reis i ad en ordre eü, / Ki anceis e ki puis i fu, / Maistre Wace l’ad translaté / Ki en conte la vérité » (v. 1-8), Ivor ARNOLD (éd.), Le Roman de Brut de Wace, p. 5.

41 E. BAUMGARTNER, éd. cit., p. 14.

42 L. Gener., p. 242.

43 « Nam erant ei etiam alii filii ex concubinis nati, sed nemo ex regio genere dixit esse nisi eos qui essent ex legitimis uxoribus », De Exidio Troiae, cité par Juan CASAS RIGALL, La materia de Troya..., p. 103; Benoît de Sainte-Maure évoque trente enfants (éd. cit., v. 2959).

44 C’est ce que le texte souligne : « E hera y vna dueyña quel dezian Elena, que hera la mas gentil muger de la tierra et hera muller del rrey Manalaus, del hermano de Gamelon. Quebranto Paris el tenple e destroyo toda la gent que hera y, catiuo los que quiso, e priso esta rreyna Elena e leuola a Troya e ouo la por la muller », L. Gener., p. 242-243.

45 « Quoando vieron las gentes que Paris assi auia feyto, mouieronse todas la gentes de la tierra e vinieron sobre Troya, e touieron la çercada x ayños, e ouo y grandes faziendas fieras e muchas cauerias. A cauo de x ayños, fo tomada la çiuda por grant gent e por alezas de traytion que y fo feyta », L. Gener., p. 243.

46 Vid. texte cité en note 36. La similitude des formules utilisées par ces deux textes pourrait renvoyer, comme l’a aussi souligné Juan Casas Rigall (op. cit., p. 107-108) à une source antérieure commune. Dans ce cas, l’écart du rédacteur du Libro de las generaciones serait d’autant plus éloquent.

47 D. CATALÁN, De Alfonso X al conde de Barcelos..., p. 373-375.

48 Vid. par exemple les analyses de Margaret PELAN, L’influence du Brut de Wace sur les romanciers français de son temps, Paris : Droz, 1931 (réed. Genève : Slatkine Reprints, 1974).

49 D. BOUTET, Formes littéraires et conscience historique..., p. 201.

50 Ibid., p. 38-39. Vid. également l’étude de Fabienne POMEL, « Le déni de la fable chez Wace. La parole de l’historiographe, du conteur et du prophète dans le Roman de Brut », in : Claude LETELLIER et Denis HÜE (coord.), Le Roman de Brut entre mythe et histoire, Orléans : Paradigme, 2003, p. 143-162.

51 Le rédacteur navarrais inverse les réponses des deux premières filles, mais leur contenu est repris : « Este Leyr no ouo fijo, mas ouo tres fijas. E metio las vn dia en rrazon quoal dellas lo amaua mas. Dixo la mayor que rres del seglo no amaua tanto como a el. Dix la mediana quel amaua tanto como a ssi misma. Dixol la terçera, que era menor, que lo amaua tanto como filla deuia amar a padre ; e quoanto valia atatanto e ella tanto lo amaua. Lo que’esta dixo peso al padre e quiso le mal »,  L. Gener, p. 252-253.

52 « Et a la vielleza fallieron li al rrey Leyr sos dos yernos e fo mal andant. E fo a tornar a la merçed del rrey de Françia e de la fija menor a qui non quiso dar part en el rreysmo. E ellos rresçeuieron lo gent, e dieron lo que ouo menester, e morio en lur poder. Conuatio el rrey de Françia con los otros ii sus cuyñados, e tollio lis los rreysmos », L. Gener, p. 253.

53 « Entre les douz oz vint tremblant, / Vieille ert si alout oitant. / Tant ad quis Brenne e demandé / Que li baron li unt mustré. / Al col li ad sun braz jeté, / Mult l’a baisé et acolé ; / N’aveit pieç’a lui a parlé, / Si l’aveit lunges desirré. / Ses vestemenz ad tuz deroz / jesqu’a la ceinture desus ; / Ses mameles li mustra nues, / Flaistres de vieillesce e pelues. / A sun fiz parla en plorant, / Ses paroles entrerumpant, / Kar ele sangluteit sovent / E suspirout parfundement », (v. 2713-2728), éd. cit., p. 147-148.

54 L. Gener, p. 258.

55 Ibid., p. 258-259.

56 Ivor ARNOLD (éd.), Le Roman de Brut de Wace, p. 475 et suivantes.

57 L Gener., p. 281.

58 Ibid., p. 305.

59 Cf. Jocelyn Nigel HILLGARTH, Bernhard BISCHOFF y Wilhelm LEVISON, (éd.), Sancti Iuliani Toletanae sedis episcopi opera, Pars I, Turnhout : Brepols (Corpus Christianorum Series Latina, CXV), 1976 (pour l’Historia Wambae regis, voir p. 213-255).

60 « Est rey Bamba fo clamado en Roma rey de grant auctoridat e de grant justicia, cuar fo esleyto por Dios e no por linage. E dize en so libro que por al non fo esleyto si no por cobrar la tierra mayormientre, e por fer aqueylla división de los arcebispados e de los bispados », Cf. ms. BNE 1614, fol. 32v°ab et L Gener., p. 305.

61 Sur les origines et la signification du motif du vol de l’abeille, vid. Juan Antonio ESTÉVEZ SOLA, « Una nota sobre la Crónica de Alfonso III », Habis, 22, 1991, p. 399-401 (disponible en ligne, URL : http://dialnet.unirioja.es/servlet/ejemplar?codigo=6309).

62 « Est rey Bamba fo de Navarra e fo d’Araquil de I aldea que l’ dizen Berema, e era yssido de so tierra por pobreza, e era ydo a Castieylla e avidaba en I aldea de Campos que l’ dizían Bamba », Ms. BNE 1614, fol. 32v°b et L Gener., p. 305.

63 La « légende de Wamba » a été récemment étudiée par F. BAUTISTA PÉREZ, « Historiografía e invención : Wamba en el Libro de las generaciones », Edad Media. Revista Histórica, 12, 2011, p. 67-97 ; voir aussi Aengus WARD, History and Chronicles in Late Medieval Iberia. Representations of Wamba in Late Medieval Narrative Histories, Leiden : Brill, 2011, p. 94-96 et p. 135-139 ; et id., « ’Yo uno solo non ualo mas que otro omne’ : el rey Wamba en la historiografía de la Baja Edad Media », e-Spania [En ligne], 5, juin 2008, URL : http://e-spania.revues.org/11963, DOI : 10.4000/e-spania.11963, § 19-21. Voir également les remarques de Jean-Pierre JARDIN, « La descendencia del Liber regum en la Castilla de los siglos XIV-XV », e-Spania [En ligne], 9, juin 2010, URL : http://e-spania.revues.org/19473, DOI : 10.4000/e-spania.19473, § 18-21.

64  « El rey Eñech Ariesta ovo fillo al rey don García, al que dixieron García Eñequez. Est rey García Eñequez priso muller la reina doña Urracha e ovieron un fillo qui ovo nomne Sancho Garceç. E pues ovo nomne el rey Sanch Avarca » (Villar., fol. 33v°-34r°) ; cette présentation des origines de la royauté navarraise – héritée de la seconde rédaction des Genealogías de Roda – passe sous silence l’existence de deux rois, Sancho Garcés II et García Sánchez II ; Sancho Abarca est alors présenté comme le petit-fils du fondateur mythique de la monarchie navarraise.

65 « Agora contaremos de los reyes de Navarra: del rey don Sanch Avarca e del rey Sancho el Mayor », (Villar., fol. 33v°-34r°).

66 Bernard GUENÉE, Politique et histoire au moyen âge, Paris : Publications de la Sorbonne, 1981, p. 289.

67 Vid. sur ce thème Gaël LE MORVAN, « Le concept de ‘tierra’ espagnole et le néo-wisigothisme dans le Liber regum », e-Spania [En ligne], 9, juin 2010, URL : http://e-spania.revues.org/19830 ; DOI : 10.4000/e-spania.19830. Voir également les commentaires de C. MENCÉ-CASTER, « Rhétorique et idéologie dans le Liber regum », art. cit., § 23, 26 et 27, montrant l’émergence d’un « modèle mixte qui relève tout à la fois de l’hérédité et de la territorialité » (§ 27).

68 C’est le cas notamment par exemple des rois Yvallo, Constantin, Aurelius et Uterpandragon, « élus » par acclamation populaire : « Morió Margan, e regnó su hermano Comanus, e fo mal omne e no fo rey dreyturero, ni non sopo retener nuyll amigo, e era omne muyt felón, e los omnes de la tierra acordóronse sobre eyll e ytáronlo del regno e fizieron rey a Yvayllo, e fo bon rey e leal » (ms. BNE 1614, fol. 17r°a et L. Gener. p. 263) ; « Cuando lo sopieron los de la tierra que estavan escondidos por las montañas, aplegáronse todos e fezieron rey e seyñor a este Costantin. E aquest Costantin e l’arcebispo con los omnes de la tierra combatiéronse con estos II reyes paganos, con Ganiz e Malca, e venciéronlos e itáronlos de toda la tierra […] e coronaron hi por rey ad est Costantin » (ms. BNE 1614, fol. 18r°b et L. Gener. p. 274-275) ; « Fo primero Aurelius rey, el hermano mayor de Uterpayndeogon e passó mar e acostáronse a eyll todos los cristianos qui eran en la tierra e levantáronlo rey » (ms. BNE 1614, fol. 19v°a et L. Gener. p. 278) ; « Cuando fo Aurelius muerto aplegáronse los omnes de la tierra e levantáronse los omnes de la tierra, e levantaron por rey a <U>terpamdrogon, e fo buen rey e dreyturero e guerrero a sos enemigos » (ms. BNE 1614, fol. 19v°b et L. Gener. p. 279).

69 Le rédacteur mentionne écrivains, philosophes, mathématiciens, médecins et prophètes, comme sa source directe, la Chronica naiarensis, et opère une sélection qui dénonce une volonté d’élever et de donner une « autorité » à l’entreprise d’écriture du Libro de las generaciones y linajes de los reyes.

70 « En esta sazón que regnava Eraclius en Roma era sant Ysidre arcebispe en Sevilla, qui escrivié estas estorias e otras muitas »,  Villar., fol. 32r°. La version remaniée qu’est le Libro de las generaciones fait également allusion à l’œuvre d’un historien, Julien de Tolède (voir texte cité en note 60).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Thieulin-Pardo, « L’écriture de l’histoire dans le Libro de las generaciones y linajes de los reyes », e-Spania [En ligne], 23 | février 2016, mis en ligne le 01 février 2016, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://e-spania.revues.org/25227 ; DOI : 10.4000/e-spania.25227

Haut de page

Auteur

Hélène Thieulin-Pardo

Université Paris-Sorbonne, CLEA (EA 4083)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org