Navigation – Plan du site
Entre histoire et littérature : mémoires du passé dans l’Espagne médiévale et classique
À la croisée de l’histoire et de la littérature : l’écriture au Moyen Âge

Dire l’Histoire, raconter des histoires : esquisse d’une théorie des enjeux de la mise en récit dans le moyen âge hispanique

Corinne Mencé-Caster

Résumés

Il s’agit d’examiner les rapports existant au moyen âge, notamment dans la Castille du XIIIsiècle, entre « fiction » et « histoire », en se fondant sur l’imaginaire sémiotique, dominé par celui de l’auctoritas, de manière à manifester les singularités des modalités de mise en récit à cette époque. En ce sens, il s’avère important de prendre en compte la question des sources et des autorités pour comprendre que la question essentielle n’est pas de savoir si les données sont fictionnelles, mais quelle source les rapporte. Il est ainsi possible d’esquisser une théorie des enjeux de la mise en récit dans le moyen âge hispanique.

Haut de page

Texte intégral

1 Interroger les mémoires du passé dans l’Espagne médiévale suppose de s’affronter à la délicate question de la mise en mémoire, de la mise en récit de ces mémoires, et de l’identification des sources légitimes depuis lesquelles les raconter. L’espace qui s’insinue entre histoire et littérature peut, en effet, être infini ou interstitiel, parce que son extension dépend avant tout de la manière dont les rapports entre ces disciplines sont perçus, comme contradictoires ou complémentaires, comme déterminants ou anodins.

2 Une tendance quasi naturelle voudrait que l’on considère que la littérature s’oppose à l’histoire. La raison en est que le récit historique aurait vocation à dire les faits, « la chose faite » ou encore « ce qui s’est effectivement passé », tandis que le récit littéraire serait davantage tourné vers l’invention de faits ou de choses imaginaires, voire fabuleuses. En découlerait l’idée d’une forme de hiatus épistémique, entretenue fort longtemps, notamment par le positivisme qui véhicula que l’histoire dit les faits et qu’elle ne saurait donc se confondre avec la fantaisie imaginative associée de manière inhérente à la littérature.

3 Ces débats qui ont traversé les siècles continuent d’alimenter nombre de réflexions : tantôt l’histoire, cette « narratio rei gestae » se trouve prise au piège des certitudes du positivisme et de ses résurgences. Tantôt la prédominance de l’a priori linguistique tend à dénier à l’histoire, appréhendée alors comme genre éminemment littéraire, tout statut scientifique.

4 La réflexion sur la mise en récit des mémoires du passé se nourrit ainsi des débats autour de la légitimité des sources littéraires à questionner ces mémoires, à les dire, alors même que la littérature est tout entière habitée par la fiction. Inversement, pour d’autres, les sources historiques se révèlent incapables, à exprimer, à elles seules, l’entier de cette mémoire que le texte littéraire, par ses qualités intrinsèques, serait à même d’explorer tout aussi pertinemment.

5 Entre dire l’Histoire et raconter des histoires, quels enjeux se dessinent-ils ? Est-il judicieux de scinder, séparer, ce qui, de toute évidence, pourrait être rassemblé, si le curseur se trouvait placé au bon endroit ?

6 J’en viens ainsi tout naturellement à un questionnement qui me paraît central : qu’en était-il au moyen âge des rapports entre littérature et histoire dans la mise en mémoire du passé ? Et singulièrement, dans l’Espagne du XIIIe siècle ? Jusqu’à quel point les positionnements actuels visant à instaurer une forme de séparation plus ou moins marquée entre littérature et histoire, avaient-ils un sens, ou à tout le moins, le même sens ? Aborder la question de la mise en mémoire du passé sous l’angle de ces enjeux ne permet-il pas précisément, au plan heuristique, de déjouer habilement les classiques écueils de la difficile articulation entre histoire et littérature, entre la « chose faite » et la fiction ?

Les enjeux de la mise en prose en langue romane au tournant des XIIe et XIIIe siècles : la compétence fictionnelle au cœur de la mise en récit

De la possibilité d’aborder la production textuelle du XIIIe siècle dans sa globalité

7 Il n’est ni anodin ni fortuit que le mot « prosa » ait subi, vers la fin du XIIe siècle, une évolution sémantique, le rapprochant de son acception actuelle. C’est en effet dans le Libro del tesoro  qu’est enregistrée la première occurrence du terme « prosa » avec le sens que nous lui connaissons aujourd’hui :

  • 1 Fernando GÓMEZ REDONDO, Historia de la prosa medieval castellana, 4 t., Madrid : Cátedra, 1998, 1, (...)

El gran departimiento de todos fabladores es en dos maneras, una que es en prosa, otra que es en rima. E los enseñamientos de retórica son comunales a amos dos, salvo que la carrera del fablar en prosa es larga e llana, así es la comunal manera de fablar1.

8Ce terme « prosa » va recouvrir progressivement l’ensemble de la production que nous qualifierions de nos jours de littéraire, scientifique, historique, etc. Force donc est de constater que, entre les XIIe et XIIIe siècles, s’impose dans la langue castillane, un terme générique qui est apte à désigner l’ensemble de la production textuelle. La concomitance de ces deux éléments ne saurait être fortuite : elle nous offre la possibilité d’appréhender cette production textuelle castillane dans son ensemble, comme un tout ; et d’interroger alors ce que « ce tout » est susceptible de nous dire d’une manière d’écrire et de mettre en récit au tournant des XIIe et XIIIe siècles. L’intérêt est double : tenter de rendre compte, on l’a dit, des modalités de mise en récit et échapper, pour un temps au moins, aux catégorisations déjà trop figées, trop connotées, de « littérature » et d’« histoire ».

9 L’acte d’écrire en castillan signe donc le déploiement d’une nouvelle temporalité où il s’agit  désormais pour les scripteurs de trouver les voies d’expression singulières d’une prose en gestation. Peut-on noter dans ce mouvement qui s'affirme, l’émergence de gestes permettant de repérer des marques distinctives d’une écriture qui épouserait déjà les formes que l’on prête de nos jours à l’écriture historique ? À l’écriture littéraire ?

10 Pour bien comprendre ce qui est en jeu, il faut interroger tout d’abord les motivations profondes de ce mouvement accru de mise en récit, qui se produit au creux même du contexte alphonsin. En effet, comment saisir le geste de mise en récit, qui forge une écriture, si ce n’est à la lumière des intentions qui le sous-tendent ?

11 On peut, en effet, observer une forme de correspondance entre cette intense activité de mise en récit, de production de textes, et la création d’un nouvel espace politique, articulé à des pratiques inédites de sociabilité courtoise.

12 Comme le souligne Fernando Gómez Redondo :

  • 2 Ibid., p. 51.

Sean o no conscientes de ello, lo importante es que el término ‘prosa’ aparece en el scriptorium alfonsí designando un espacio textual diferente del que nombran los poetas clericales con el mismo vocablo2.

13La mutation qui s’opère mérite donc d’être analysée, à la lumière des univers socio-culturel et politique qui prennent corps, suscitant alors des attentes nouvelles en matière de production et de réception de textes. Les travaux de Fernando Gómez Redondo l’ont bien montré : l’évolution linguistique majeure qui se joue et engendre des pratiques d’écriture inventives est en lien direct avec le développement d’une clergie de cour qui est en quête de modèles pour mieux s’approprier la nouvelle dynamique des relations sociales et politiques qui s’affirme. Parallèlement, Alphonse X, pour asseoir son nouvel imaginaire de la royauté, entend aussi s’appuyer sur un corpus de textes en castillan qu’il lui tient à cœur de proposer à ses grands sujets.

14 De fait,  prendre en compte les publics à qui s’adressent ces textes est une voie d’analyse suggestive. En s’intéressant à l’interaction des dynamiques de production et de réception, nous sommes, en effet, conduite à approcher de près les horizons d’attente, tout en questionnant les conditions d’émergence des discours en prose dans la Castille médiévale du XIIIe siècle, à savoir, notamment l’imaginaire sémiotique et les univers culturels.

15 Nous sommes donc tenue de revenir brièvement sur l’imaginaire de l’auctoritas qui fonde les pratiques de pensée et d’écriture au moyen âge et qui s’impose à tous les scripteurs. Le scripteur médiéval est d’abord un compilateur qui manipule diverses sources, dans l’intention de produire un texte autorisé, en quelque sorte à dire sa propre vérité.

16 Georges Martin écrivait naguère, à propos de la compilation :

  • 3 Georges MARTIN, « Compilation (cinq procédures fondamentales) », in : Histoires de l’Espagne médiév (...)

[…] cette analyse des mécanismes d’une compilation manifeste cinq grandes opérations : reproduire, réunir, bâtir, agencer, réviser. J’ai voulu montrer que, dans l’ensemble de ces opérations, l’activité des compilateurs est orientée par des déterminations sémantiques et que, sous le rapport de ses fondements sémiologiques, elle ne diffère que très marginalement d’une production originale. En effet, une analogie foncière rapproche la relation qui, dans la compilation, s’instaure entre la compétence que constituent les textes-sources et la performance que constitue le texte-cible, de celle qui, dans tout langage, lie langue et discours […]3.

17 Il en ressort que, dans le processus d’invention d’une écriture qui caractérise le passage du latin au roman, processus qui ouvre déjà un premier espace de liberté créatrice, la compilation vient encore dilater cet espace, en offrant au scripteur l’expérience inouïe de la  « transposition recréatrice » qu’investit aussi la traduction.

  • 4 Id.

18 Lorsque le compilateur médiéval, en prise avec diverses sources, entreprend de les « réunir, bâtir, agencer, réviser » ou encore de les traduire, dans l’objectif de « produire un propos spécifique4 » qui s’incarne dans un texte nouveau – caché sous l’ancien – il ne fait rien d’autre que de transformer le monde décrit dans les sources en un monde possible alternatif qui correspond bien davantage à sa réalité, à son univers culturel, à ses visées idéologiques.

  • 5 Fernanda Irene FONSECA, « Quand dire c’est feindre, théorie linguistique et fiction littéraire », i (...)

19 Se dessine précisément un horizon propice à l’exercice de la compétence fictionnelle qui peut se définir comme « la capacité d’accéder, à travers le langage, à des mondes possibles alternatifs5 ».

20 Il en découle que le texte produit, à l’issue de la compilation-traduction, peut être appréhendé comme une version fictionnelle du texte-source, puisqu’il recrée un monde possible autre, alternatif de celui présenté par les textes-sources qui l’ont engendré.

21 La compilation-traduction peut, en effet, être lue comme une exploration consciente des potentialités enfouies dans les divers textes-sources, pour leur restituer leur capacité à dire d’autres mondes possibles que ceux projetés par eux, ce qui ressortit bien de la compétence fictionnelle.

22 Comme le souligne Fernanda Irene Fonseca :

  • 6 Id.

Une analyse, même liminaire, de la compétence fictionnelle met en évidence les affinités entre la fiction et la narration. Partir d’une représentation du monde réel pour construire, au moyen du langage, des mondes possibles alternatifs liés à ce monde réel par une relation mimétique, c’est utiliser une fonction du langage qu’on peut désigner fonction narrative ou évocative6.

23 Il suffit de remplacer « monde réel » par « texte source » pour comprendre à quel point, la mise en récit au moyen âge, soumise à l’imaginaire de l’auctoritas, met en œuvre inexorablement, à travers les opérations de compilation et de traduction qui sous-tendent les pratiques d’écriture, une compétence fictionnelle qui rend tout à fait pertinent le choix d’aborder sous une même étiquette, celle de « prose », l’ensemble des productions textuelles avant que de tenter de les isoler comme « littérature » ou comme « histoire » au sens où nous l’entendons actuellement.

24 La mise en mémoire du passé historique suppose donc une forme de fictionalisation heuristique, fondée sur une savante combinatoire des sources. On comprend donc que la compétence fictionnelle qui s’inscrit, précisément à travers le jeu de remaniement et de brouillage des sources, est déjà quelque part le lieu de ce que nous définissons aujourd’hui comme littérature.

De la compétence fictionnelle à la compétence idéologique : de la neutralisation des critères d’historicité

La compétence fictionnelle comme socle de la compétence idéologique

25 Les analyses que nous venons de mener nous ont donc conduite à envisager la mise en récit au moyen âge comme mise en œuvre d’une compétence fictionnelle inhérente même aux opérations de compilation et de traduction. Il s’agit maintenant de montrer que cette compétence fictionnelle est largement au service de la compétence idéologique (ou didactico-morale) de l’énonciation, laquelle oriente la configuration des mondes possibles alternatifs que projette le récit produit.

26 En maniant et manipulant la trame des mondes inscrite dans les textes-sources, les scripteurs s’attachent à inscrire dans le nouveau texte qu’ils forgent et restituent, un monde possible alternatif, qui s’efforce de correspondre aux attentes idéologiques des publics-cibles visés (aristocratie laïque, gens d’Église, royauté). L’inverse étant vrai, puisque le scripteur peut aussi contrecarrer cet horizon d’attente en imposant son propre système idéologique (que l’on pense aux problèmes auxquels Alphonse X s’est trouvé confronté dans la rédaction de L’Histoire d’Espagne à cause de problématiques liées à la réception).

  • 7 Georges MARTIN, « Le récit héroïque castillan (Formes, enjeux sémantiques et fonctions socioculture (...)
  • 8 Ibid., p. 151.

27 L’exemple des récits héroïques est, à cet égard, particulièrement éclairant. Ces récits, écrit Georges Martin « naquirent de et s’adressèrent à un groupe, quoique nombreux et composite, défini précisément par les hommes qu’ils représentent : la société des guerriers, ou si l’on veut l’aristocratie laïque dans toute l’extension (mais guère au-delà) des sous-groupes7 ». Parmi ces récits, il convient sans doute d’en discriminer, au moins un qui présente des traits singuliers : il s’agit de La Chanson du Cid, dont l’ambition, bien mise en évidence par Georges Martin est de « montrer la supériorité de l‘effort (esfuerço, afán) sur la nature dans la définition de l’honneur […]8 ».

  • 9 Corinne MENCÉ-CASTER, « De l’impertinence sémantique à la pertinence idéologique. Le cas de la Chan (...)

28 Une reformulation de ces propos, en termes de compétence fictionnelle, consisterait à dire que les scripteurs inscrivent dans La Chanson du Cid, un monde qui fonctionne comme monde possible alternatif de celui décrit dans les récits héroïques traditionnels et dans la société de leur temps. Pour ce faire, j’ai pu montrer dans un article antérieur9 comment les formants légendaires qu’ils introduisent, leur permettent d’exalter les vertus chevaleresques du Cid et de sa mesnie, au détriment de la haute noblesse, incarnée par les Infants de Carrion. Il en résulte la postulation d’un monde où l’effort l’emporte sur la « nature » et où les codes sociaux en vigueur à l’époque du scripteur sont mis comme entre parenthèses.

29 En prolongeant quelque peu l’analyse, il est tout aussi intéressant de noter que la compétence fictionnelle qui s’exerce, au travers de l’exemple de La Chanson du Cid, exploite pleinement les potentialités offertes par le récit héroïque traditionnel, et ce, en instaurant un jeu de brouillage des sources. Tout se passe, en effet, comme si les formants légendaires qu’ils introduisent procédaient des sources autorisées et n’étaient donc ni légendaires en soi,  ni inventés par eux.

  • 10 G. MARTIN, « Le récit héroïque castillan… », p. 143.

30 Georges Martin fait ainsi observer que les scripteurs de La Chanson ont le souci de « conférer à leur narration un statut historique en insérant celle-ci dans ce qu’avait de plus largement admis l’histoire du royaume10 ». Ils aspiraient de la sorte, à identifier autant que possible ces récits héroïques à l’historiographie.

31 Un simple constat relatif aux diverses sources qui sont utilisées pour forger des textes historiographiques ou littéraires suffit à manifester qu’aucune discrimination n’est clairement établie entre sources qui relèveraient d’un régime d’historicité et sources qui ressortiraient à un régime fictionnel, comme si cette distinction n’était pas pertinente au sein des ateliers.

De l’invalidation des critères d’historicité

32 De fait, tout se passe comme si le travail silencieux des compilateurs et traducteurs, peu connu dans son fonctionnement exact, était gouverné, non pas par une discrimination des sources sur des critères d’historicité ou de fictionnalité (au sens où nous l’entendrions aujourd’hui), mais par des considérations idéologiques et/ou didactico-morales. En un mot, ce qui guide le scripteur médiéval dans le tri qu’il opère des sources (sources qu’il peut recréer ou  inventer), c’est la capacité de celles-ci à créer l’effet-idéologie ou didactico-moral voulu par lui et/ou son public (exaltation de la chevalerie, de la royauté, etc.).

  • 11 Roland BARTHES, Le discours de l’histoire, repris dans Le bruissement de la langue, in : Essais cri (...)

33 En ce sens, la mise en mémoire du passé est corrélative d’une réinvention du passé. Mais à la différence de ce qui se passe dans l’écriture de l’histoire, telle qu’elle se conçoit à notre époque, cette réinvention ne se limite pas à une mise en discours, toujours susceptible d’emporter avec elle une forme de recréation11. En effet, une des définitions de l’histoire consiste à la présenter comme un discours sur des faits inscrits dans « l’empirie » pour reprendre l’heureuse formule de Paul Ricoeur qui souligne par ailleurs :

  • 12 Paul RICOEUR, Temps et récit, 3 t., Paris : Seuil, 1983, 1, p. 123.

Même si le passé n’est plus et si, selon l’expression d’Augustin, il ne peut être atteint que dans le présent du passé, c’est-à-dire à travers les traces du passé, devenues document pour l’historien, il reste que le passé a eu lieu. L’événement passé, aussi absent qu’il soit à la perception présente, n’en gouverne pas moins l’intentionnalité historique, lui conférant une note réaliste que n’égalera jamais aucune littérature, fût-elle à prétention « réaliste »12.

34 Or, il semblerait que le scripteur médiéval n’interroge pas à proprement parler cette dimension « historique » des sources, visant à identifier et ne retenir que les documents attestant que les faits ont eu lieu au sens où nous l’entendons aujourd’hui. Aux yeux de ce scripteur, la question fondamentale n’est pas : « l’événement a-t-il  effectivement eu  lieu ? », ce qui nous ramènerait du côté du débat traditionnel sur les rapports entre fiction et histoire, mais bien plutôt « quelles sources rapportent l’événement ? » et « comment le rapportent-elles ? » :

  • 13 Michel ZINK, La subjectivité littéraire, Paris : PUF, p. 28.

Ni le zèle de l’imitation ni le respect de l’autorité ne sont jamais poussés jusqu’à leur conséquence logique extrême qui serait de transformer l’auteur en copiste et de confondre modestement le texte avec son modèle ou, si celui-ci est imaginaire […]. L’auteur peut bien s’inventer une source fictive, mais non pas prétendre qu’il est cette source même13.

  • 14 Corinne MENCÉ-CASTER, Un roi en quête d’auteurité. Alphonse X et l’Histoire d’Espagne (Castille, XI (...)

35 Le cas de L’Histoire d’Espagne est, à cet égard, tout à fait significatif. Nous en voulons pour preuve l’analyse qui pourrait être livrée de l’examen des sources, telles par exemple celles du chapitre cinquante-sept, relatif à l’histoire de Didon et d’Enée. S’il est vrai qu’Alphonse X s’inspire fortement pour la trame narrative globale du chapitre II « De adventu Enne in Ytaliam et de regno eius et de Didone » de l’Historia romanorum de Rodrigue de Tolède, il l’enrichit grandement en exploitant d’autres sources, telles que le Roman de Troie de Benoît de Sainte-Maure, l’Historia troyana et les textes d’Ovide (Les Métamorphoses et  Les Héroïdes en particulier). Il y aurait beaucoup à dire sur la manière dont l’écriture de ce chapitre14 s’inspire aussi de la littérature courtoise et lyrique péninsulaire, puisque les amours de Didon et d’Enée faisaient partie du répertoire commun des trouvères du XIIIe siècle.

36 On a vu comment La Chanson du Cid réussissait à projeter un monde organisé autour de l’effort, alors même que les sources valorisaient un monde régi par la « nature ». On a pu noter également que le scripteur s’efforçait de ne pas exhiber la nature légendaire de ces formants, mais de créer, au contraire, un effet-historiographie.

37 La volonté manifeste, dans le cas de La Chanson du Cid, de brouiller, au sein du texte, formants factuels et formants fictionnels, renvoie, de manière plus globale, et ce, s’agissant aussi des chroniques et histoires, à un traitement indifférencié des sources, que nous qualifierions aujourd’hui de « littéraires » ou « d’historiques ». Ce qui compte au final, c’est la restitution qui est faite de ces sources au travers du produit fini qu’est le texte élaboré. Ce qui importe également est que le travail de brouillage et de recomposition des sources reste masqué, invisible, enfoui.

38 Si les sources que nous dirions « littéraires » sont convoquées, parfois au même titre que les sources « historiques » dans la fabrication du récit historiographique, c’est donc bien parce que, la visée du scripteur est de disposer d’abord d’une « matière » qu’il pourra modeler, au gré de ses impératifs idéologiques ou didactico-moraux, quitte à intégrer à cette « matière », déjà « fictionnelle » parfois, des formants légendaires qu’il ne discriminera aucunement. Auquel cas la source imaginaire qui se trouve alors fondue dans la matière globale, continuera d’être revendiquée comme ayant bel et bien existé.

39 Dans ces conditions de fabrication et de production des textes, quelle pertinence revêt donc la distinction si pertinente de nos jours entre le factuel et le fictionnel pour la mise en mémoire du passé historique ? Est-il possible d’isoler un « dire l’Histoire » qui s’opposerait à un « raconter des histoires », comme pourrait le suggérer l’histoire des relations entre « littérature » et « historiographie » ?

40 Si nous avons insisté dès le départ sur le surgissement du terme « prose » dans son acception nouvelle, sur le fait que la mise en mémoire du passé historique en langue vernaculaire s’opère en même temps que l’émergence d’une prose narrative issue des traductions de répertoires orientaux ou latins, c’est bien pour souligner que « mettre en romance », c’est d’abord traduire. Le prosateur est avant tout un traducteur, un passeur de langues et d’histoires. En ce sens, quelle que soit la matière à partir de laquelle il travaille, il reste pris dans les contraintes de la vérité historique et de la fidélité aux sources.

41 C’est ce qu’explicite Michel Zink quand il écrit :

  • 15 Michel ZINK, La subjectivité littéraire, p. 34.

Le roman est moins un genre littéraire qu’une méthode de travail, une forme d’analyse du passé et de ses sources, un exercice intellectuel, la mise en roman, dont la forme romanesque est, non pas le but, mais la conséquence. C’est ainsi que Benoît de Sainte-Maure, dans le long prologue du Roman de Troie, expose pourquoi Darès est une source plus sûre qu’Homère touchant la guerre de Troie, comment son ouvrage, longtemps perdu, a été retrouvé et traduit en latin, comment lui-même, Benoït, l’a à son tour traduit en français. Le mérite du romancier est donc d’adapter fidèlement la source elle-même la plus fidèle à la vérité historique. Il n’est pas seulement un traducteur mais un romancier. Les premiers romans français se veulent les premiers monuments de l’histoire écrite en français […]15.

42 Il en ressort que le travail de l’historien ne se distingue pas fondamentalement de celui du romancier, puisque tous deux sont guidés par les mêmes contraintes, rencontrent les difficultés liées à l’invention d’une écriture en langue vernaculaire et ont les mêmes possibilités d’investir l’espace de liberté qu’offrent la compilation et la traduction. Cet espace, on l’a dit, est le lieu même de la littérature qui est moins à comprendre comme « machine à fabriquer de la fiction » que comme « outil de construction d’une certaine vérité historique », à partir de sources réelles ou fictives. C’est pourquoi, pour élaborer son Histoire d’Espagne, Alphonse X peut tout aussi bien puiser dans la matière du Roman de Troie de Benoît de Sainte-Maure que dans l’Historia romanorum de Rodrigue de Tolède. Ce qui lui importe, est de trouver une matière qui lui permette d’inscrire, comme relevant de l’histoire de l’Espagne, des épisodes illustres de l’Antiquité qui célèbrent ainsi des origines prestigieuses.

43 De fait, dans cette perspective, le factuel se définit moins comme « ce qui a effectivement eu lieu » que « ce qui a été effectivement écrit quelque part » (sources, modèles) ou ce qui peut être présenté ou revendiqué comme « ayant été écrit effectivement quelque part ». En effet, les chroniques peuvent emprunter leur matière à des sources diverses, dont le mode de référence au réel est très varié : légendes, faits historiques, mythes, etc.

44 Du même coup, le fictionnel ne désigne pas spécifiquement un mode de référence au réel qui serait fondé sur une rupture avec le référent historique, c’est-à-dire sur ce que notre époque désignerait comme « imaginaire », mais sur ce qui ne permet pas d’établir la vérité historique, soit parce que la source qui le rapporte n’est ni sûre ni autorisée, étant reconnue alors comme douteuse, soit parce que ce qui y est consigné serait trop en rupture avec le savoir historique constitué.

45 Ainsi, lorsque le compilateur feint de suivre une source fictive, ou lorsqu’il remanie le dire d’une source ou encore quand il introduit des formants légendaires, ne fait-il pas œuvre de fiction, puisqu’il s’abrite au creux du statut d’historicité du texte, dès lors que ce dernier est désigné et revendiqué comme « chronique » ou « histoire ». Introduite dans un texte qui se présente comme tel, la matière devient en quelque sorte historique.

46 Est-ce à dire donc que le moyen âge ignora tout de la fiction ?

  • 16 Ibid., p. 38.

47 Michel Zink nous fournit des éléments de réponse intéressants quand il explique que le moment où la littérature se reconnaît comme fiction correspond au moment où « l’Histoire considérée comme avérée est reconnue [et revendiquée] comme douteuse16 » par ceux-là même qui fabriquent le roman.

  • 17 Ibid., p. 35.

48 Pour douteuse que puisse sembler la matière antique à un historien contemporain, « personne ne paraît [au XIIIe siècle] mettre en doute la vérité historique des sources antiques17 », pas plus nécessairement que celle de la matière bretonne, même si alors un infléchissement s’est déjà produit.

De l’esquisse d’une théorie des enjeux de la mise en récit

  • 18 G. MARTIN,  « Le récit héroïque castillan… », p. 144.

49 En conclusion et pour esquisser comme promis une théorie des enjeux de la mise en récit des mémoires du passé, au tournant du milieu du XIIIe siècle, en Espagne, nous retiendrons que :
– il serait périlleux d’aborder les rapports entre littérature et histoire dans la mise en mémoire du passé, sans tenir compte des régimes de véridiction en vigueur dans la société médiévale. La vérité historique est donc celle qui est assurée par des garants qui détiennent l’auctoritas, à travers des sources qui sont des modèles de cette auctoritas. Elle est ce qui est « véridique » (authentifiée, autorisée) et non pas ce qui est « vrai » (en opposition avec « fictif » ou « imaginaire », etc.). De fait, on comprend bien que ce qui ressortit à la compétence fictionnelle que nous avons mise en exergue, tout autant qu’à la compétence idéologique, n’infléchit en rien cette dimension de « véridicité », dès lors qu’un garant qui revendique lui-même l’ombre tutélaire d’autres garants (« auctores ») organise ces sources en une matière unifiée  désignée comme « chronique » ou « histoire » ;
– rapportée au moyen âge, la distinction que nous opérons aujourd’hui entre « histoire » et « littérature » ne prend sens que par rapport à l’intentionnalité – historique ou non – qui commande l’insertion de la matière dans tel ou tel autre type de texte. Elle n’est pas directement liée au contenu de cette matière elle-même18 qui peut entretenir des modes de référence au réel très variés ;
– la question centrale n’est donc pas de savoir ce qui est « vrai » ou « faux », mais d’organiser la mise en mémoire du passé historique, de telle sorte qu’elle réponde aux conditions de « véridicité », tout en donnant une assise aux modèles politiques et socio-culturels – souvent innovants – que l’on veut promouvoir, et ce, dans des perspectives de prestige, de légitimation, d’autorité et de pouvoir.

50 Il en découle que la compétence fictionnelle qui s’exerce, et qui est au service de la compétence idéologique, n’est jamais inscrite en tant que « performance fictionnelle » (au sens où nous l’entendrions aujourd’hui), mais bien en tant que « performance historique » ou « didactico-morale », conforme au savoir dominant de l’époque et aux attentes en matière d’éducation.

51 Il faudra donc attendre que sautent les verrous de l’auctoritas pour que le texte qui ne prétendra plus, dès lors, tirer sa vérité de sa source, mais de lui-même, puisse s’afficher dans la vérité de sa fiction. L’écart se creusera alors entre vérité reconnue comme historique et fiction, entre histoire et littérature.

52 Dans l’intervalle, il ressort que la mise en mémoire du passé historique ne se distingue guère de la « mise en roman », c’est-à-dire du processus d’invention d’une écriture, à travers les méandres de la compilation et de la traduction, processus d’invention qui doit se lire aussi comme création de mondes possibles alternatifs, de propositions d’« advenir » sur le mode de l’ayant été, de re-description de la réalité par le biais de la fiction heuristique, fondée sur la manipulation des sources et des modèles.

Haut de page

Bibliographie

BARTHES, Roland, Le discours de l’histoire, repris dans Le bruissement de la langue, in : Essais critiques IV, Paris : Seuil, 1993, p. 163-177.

FONSECA, Fernanda Irene, « Quand dire c’est feindre, théorie linguistique et fiction littéraire », in : FARIA, Proceedings of the XIXth Triennial Congress of the International Federation for Modern Languages and Literatures, Brasilia : Université de Brasilia, 1996, p. 880-885.

GÓMEZ REDONDO, Fernando, Historia de la prosa  medieval  castellana, 4 t., Madrid : Cátedra, 1998, 1.

MARTIN, Georges, « Compilation (cinq procédures fondamentales) », in : Histoires de l’Espagne médiévale, Annexes des Cahiers de linguistique hispanique, Paris : Klincksieck, 11, 1997, p. 107- 121.

— « Le récit héroïque castillan (Formes, enjeux sémantiques et fonctions socioculturelles) », in : Histoires de l’Espagne médiévale, Annexes des Cahiers de linguistique hispanique médiévale (Historiographie, geste, romancero), Paris : Klincksieck, 11 (1), 1997, p. 139-152.

MENCÉ-CASTER, Corinne, « De l’impertinence sémantique à la pertinence idéologique. Le cas de la Chanson du Cid », Cahiers de linguistique et de civilisation hispaniques médiévales, Lyon : E.N.S Éditions, 2002, 25,  p. 39-49.

— Un roi en quête d’auteurité. Alphonse X et l’Histoire d’Espagne (Castille, XIIIe siècle), Les livres d’e-Spania, « Études », 2, Paris : SEMH-Sorbonne-CLEA (EA 4083), 2011 ; URL : http://e-spanialivres.revues.org/260.

RICOEUR, Paul, Temps et récit, 3 t., Paris : Seuil, 1983, 1.

ZINK, Michel,  La subjectivité littéraire, Paris : PUF, 1985.

Haut de page

Notes

1 Fernando GÓMEZ REDONDO, Historia de la prosa medieval castellana, 4 t., Madrid : Cátedra, 1998, 1, p. 54.

2 Ibid., p. 51.

3 Georges MARTIN, « Compilation (cinq procédures fondamentales) », in : Histoires de l’Espagne médiévale, Annexes des Cahiers de linguistique hispanique, Paris : Klincksieck, 11, 1997, p. 121.

4 Id.

5 Fernanda Irene FONSECA, « Quand dire c’est feindre, théorie linguistique et fiction littéraire », in : FARIA, Proceedings of the XIXth Triennial Congress of the International Federation for Modern Languages and Literatures,  Brasilia : Université de Brasilia, 1996,  p. 880-885, p. 883.

6 Id.

7 Georges MARTIN, « Le récit héroïque castillan (Formes, enjeux sémantiques et fonctions socioculturelles) », in : Histoires de l’Espagne médiévale, Annexes des Cahiers de linguistique hispanique médiévale (Historiographie, geste, romancero), Paris : Klincksieck, 11 (1), 1997,  p. 139-152, p. 144.

8 Ibid., p. 151.

9 Corinne MENCÉ-CASTER, « De l’impertinence sémantique à la pertinence idéologique. Le cas de la Chanson du Cid », Cahiers de linguistique et de civilisation hispaniques médiévales, Lyon : E.N.S Éditions, 2002, 25, p. 39-49.

10 G. MARTIN, « Le récit héroïque castillan… », p. 143.

11 Roland BARTHES, Le discours de l’histoire, repris dans Le bruissement de la langue, in : Essais critiques IV, Paris : Seuil, 1993, p. 163-177 : « [du] paradoxe qui règle toute la pertinence du discours historique […] le fait n’a jamais qu’une existence linguistique (comme terme d’un discours), et cependant tout se passe comme si cette existence n’était que la ‘copie’ pure et simple d’une autre existence, située dans un champ extra-structural, le ‘réel’ ».

12 Paul RICOEUR, Temps et récit, 3 t., Paris : Seuil, 1983, 1, p. 123.

13 Michel ZINK, La subjectivité littéraire, Paris : PUF, p. 28.

14 Corinne MENCÉ-CASTER, Un roi en quête d’auteurité. Alphonse X et l’Histoire d’Espagne (Castille, XIIIe siècle), Les livres d’e-Spania, « Études », 2, Paris : SEMH-Sorbonne-CLEA (EA 4083), 2011, https://e-spanialivres.revues.org/260.

15 Michel ZINK, La subjectivité littéraire, p. 34.

16 Ibid., p. 38.

17 Ibid., p. 35.

18 G. MARTIN,  « Le récit héroïque castillan… », p. 144.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corinne Mencé-Caster, « Dire l’Histoire, raconter des histoires : esquisse d’une théorie des enjeux de la mise en récit dans le moyen âge hispanique », e-Spania [En ligne], 23 | février 2016, mis en ligne le 01 février 2016, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://e-spania.revues.org/25214 ; DOI : 10.4000/e-spania.25214

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org