Navigation – Plan du site
Entre histoire et littérature : mémoires du passé dans l’Espagne médiévale et classique

Introduction

Caroline Lyvet, Patricia ROCHWERT-ZUILI et Sarah Voinier

Texte intégral

  • 1 Cf. « L’histoire saisie par la fiction », 165, mai-août 2011.
  • 2 « Histoire et roman », 112, octobre-décembre 2011.
  • 3 Carlo GINZBURG, Le fil et les traces : vrai faux fictif, (trad. Martin Rueff), Lagrasse : Verdier, (...)

1La question de la porosité de la frontière entre histoire et littérature suscite depuis quelques années l’intérêt des chercheurs comme en témoignent, par exemple, les réflexions menées récemment sur le XXe siècle au sein des revues Le débat1 et Vingtième siècle2, mais aussi les travaux de Roger Chartier ou encore ceux de Carlo Ginzburg qui invitent à « construire la vérité sur des fables, l’histoire vraie sur l’histoire fictive »3. Cette problématique est notamment revenue avec force sur le devant de la scène avec la publication, en France comme en Espagne, d’ouvrages consacrés au nazisme ou à la guerre civile et dont le principal ressort narratif est l’enquête historique. Dans des productions, où, pour reprendre le titre de la revue Le Débat, « l’Histoire [était] saisie par la fiction », les auteurs littéraires s’emparaient alors de la matière historique. Ces textes hybrides, peu aisément qualifiables de romans, suscitèrent de nombreux débats du fait des échanges, des enjambements et des transgressions entre les deux formes d’écriture qu’ils impliquent. Mais, dans un contexte où l’importance de l’histoire culturelle ne cesse de s’accroître, ils s’accompagnèrent aussi d’un regain d’intérêt, chez les historiens, pour la source littéraire et les procédés romanesques.

  • 4 Gérard GENETTE, Fiction et diction (1ère éd., 1979), 3ème éd., Paris : Seuil, 2004, p. 166.

2Certes, il n’est plus d’actualité depuis plusieurs décennies de séparer les disciplines comme le faisait le positivisme du XIXe siècle. La perméabilité des deux régimes de discours a déjà été bien établie, tant la narrativité de l’historiographie et les emprunts de la littérature à l’histoire ont été démontrés et étudiés, en particulier depuis les travaux de Paul Ricœur et les rapprochements opérés notamment par le linguistic turn. Dans une formule célèbre, Gérard Genette notait du reste en 1979 au sein de Fiction et diction : « Si l'on considère les pratiques réelles on doit admettre qu’il n'existe ni fiction pure, ni Histoire si rigoureuse qu'elle s'abstienne de toute ‘mise en intrigue’ et de tout procédé romanesque ; que les deux régimes ne sont donc pas aussi éloignés l’un de l’autre, ni chacun de son côté, aussi homogène qu'on peut le supposer à distance »4.

3Aussi l’histoire et la littérature, bien qu’ayant chacune un rapport spécifique au réel et à la vérité, dialoguent-elles dans leur rapport au passé, partageant des pratiques scripturales, se complétant au fil du temps et œuvrant toutes deux, par leur mise en intrigue des faits accomplis, à la construction et la préservation des mémoires. La littérature s’inscrit ainsi dans les blancs, les plis, les failles de l’histoire, comblant grâce au pouvoir de l’imaginaire, les lacunes des sources historiques ou les angles morts du passé alors que l’histoire utilise certaines des méthodes d’exposition de la littérature dans un jeu de fécondation réciproque des deux genres pour dire les faits passés mais également pour servir les intérêts du présent des auteurs.

4De la reconstitution de faits véridiques ou vraisemblables à leur distorsion voire leur réinvention, les discours historiques et littéraires consacrés à la mémoire d’un passé proche ou lointain servent donc la connaissance de la condition humaine et révèlent, à travers les procédés ayant régi leur élaboration, les aspirations de ceux qui furent à l’origine de la composition des textes et leur propre conception de l’activité scripturale.

5Il nous est apparu que ces interrogations portant sur les relations mouvantes entre histoire et littérature, même si elles sont loin d’être neuves, méritaient d’être à nouveau posées pour un temps plus lointain, celui des époques médiévales et modernes, premiers moments des échanges et emprunts entre diverses formes d’écriture du passé, et pour une aire géographique particulière, celle de la péninsule Ibérique.

  • 5 Ramón MENÉNDEZ PIDAL, Primera crónica general, 2.t., Madrid : Gredos/Seminario Menéndez Pidal, 1, 1 (...)
  • 6 Michel ZINK, La subjectivité littéraire. Autour du siècle de saint Louis, Paris : PUF, 1985, p. 8.

6En effet, la citation du prologue de l’Histoire d’Espagne, composée vers 1270 dans les ateliers du roi Alphonse X le Sage – « mandamos ayuntar quantos libros pudimos auer de istorias en que alguna cosa contassen de los fechos d’Espanna »5 – n’est-elle pas un exemple significatif, à travers l’emploi du pluriel « istorias », de l’insertion, au sein du récit historiographique castillan médiéval, de sources de natures diverses, dont certaines pourraient être qualifiées de littéraires ou de fictionnelles ? Il semble donc se jouer quelque chose de bien plus complexe qu’il n’y paraît derrière la simplicité de la formule cicéronienne, reprise si souvent à la suite de saint Isidore durant l’époque médiévale, qui présentait l’histoire comme « mémoire des temps, des hommes, des lieux et des choses faites ». En outre, si toute matière narrative susceptible de reconstituer la mémoire des faits de l’Espagne trouve sa place au sein du récit historiographique, c’est parce qu’elle y est intégrée moyennant de savants procédés d’insertion, d’imbrication, voire de dissimulation. De même, les variations que l’historiographe imprime au texte-source en le détournant de son sens initial ou en l’amplifiant peuvent donner lieu à des procédés qui ne sont pas étrangers à l’ornementation rhétorique et à la dramatisation littéraire. Quant aux textes littéraires, ils prétendent eux aussi, notamment par leur caractère exemplaire, contribuer à restituer une vérité historique, certains auteurs ayant ainsi recours à des procédés d’utilisation des historiae qui s’apparentent à ceux dont usaient les historiographes. Aussi convient-il sans doute de considérer l’écriture sous un autre angle et de s’intéresser en particulier à la question de la subjectivité. En effet, Michel Zink n’écrit-il pas au sujet de la littérature : « Celle-ci n’existe vraiment qu’à partir du moment où le texte ne se donne ni pour une information sur le monde prétendant à une vérité générale et objective, ni pour l’expression d’une vérité métaphysique ou sacrée, mais quand il se désigne comme le produit d’une conscience particulière, partagé entre l’arbitraire de la subjectivité individuelle et la nécessité contraignante des formes du langage »6.

  • 7 Voz y Letra, Revista de Literatura, 22 (2), 2011.
  • 8 TIRSO DE MOLINA, Los cigarrales de Toledo, Victor S. Armesto (éd.), Madrid : Renacimiento, 1913, p. (...)

7Pour ce qui est du Siècle d’Or, l’époque est bien évidemment marquée par les essais théoriques sur l’historiographie qui commencent à apparaître dès le XVIe siècle, et qui semblent inscrire, au nom de la recherche de la vérité, une rupture nette avec l’activité littéraire. Cette division, reprise dans les premières théorisations sur la fiction en prose par les préceptistes néo-aristotéliciens, pourrait témoigner, de façon paradoxale et implicite, de la difficulté à saisir les limites entre les genres. Il semble que, sous la plume de leurs auteurs, l’énoncé se brouille sur ces questions de repérage comme s’il s’agissait d’une aporie épistémologique, perceptible également dans les différentes réalités que recouvre l’usage du mot historia. En outre, et c’est aussi l’un des points d’intérêt de cette période, la question de la réécriture et de la liberté prise par la fiction avec les faits passés se pose avec force et témoigne également des réflexions autour de la vraisemblance et des différences de « vérités » mises en jeu dans les deux formes d’écriture, une problématique que la revue Voz y Letra saisit avec acuité dans son 22ème numéro7. Du reste, Tirso de Molina n’a-t-il pas répondu dans Los Cigarrales de Toledo (1621) à un critique imaginaire de sa pièce El Vergonzoso en Palacio qui lui reprochait d’avoir été à l’encontre de la vérité des annales portugaises en faisant du duc de Coimbra un berger :  « ¡Como si la licencia de Apolo se estrechase a la recolección histórica y no pudiese fabricar sobre cimientos de personas verdaderas arquitecturas de ingenios fingidos! »8.

  • 9  Le colloque international « Entre histoire et littérature : mémoires du passé dans l’Espagne médié (...)

8Les articles présentés dans ce dossier sont issus du colloque international et interdisciplinaire qui s’est tenu à l’université d’Artois les 13 et 14 novembre 20149. Ils nous conduisent de la production historiographique en langue romane du XIIIe siècle, qui naît de l’impulsion fondatrice du roi Alphonse X le Sage, à la fiction en prose du XVIIe siècle. Le détour par l’histoire de l’art espagnol aux prises avec l’historiographie française contemporaine que nous propose la dernière contribution est l’occasion d’élargir les perspectives de la réflexion en l’orientant vers les enjeux de conservation et de perpétuation de la mémoire du passé par l’engagement individuel et collectif autour d’une écriture patrimoniale.

9Ce dossier permet de revenir sur ce qui se joue à l’intersection de l’histoire et de la littérature et nous engage à réfléchir à nouveau sur la possibilité même – et la pertinence – de discriminer les deux registres, surtout au Moyen Âge et au Siècle d’Or. Les travaux proposés sont l’occasion d’approfondir la question des sources et de leur remaniement, ainsi que de caractériser les formes nouvelles qui naissent de ces réélaborations et manipulations, dans les interstices. Ils abordent le problème des distorsions des cadres d’écriture contraintes par la nécessité de s’adapter aux récepteurs des textes ou celui des modifications obligées par les conventions du genre dans les textes littéraires. Une série d’interrogations est au coeur des contributions : quelles stratégies auctoriales sont à l’œuvre au moment d’utiliser et d’instrumentaliser les matériaux « littéraires » ou « historiques » pour écrire au présent l’histoire du temps passé ou pour écrire une histoire ? À quelles intentions ces stratégies répondent-elles ? En quoi sont-elles révélatrices d’une certaine façon d’exercer et de penser l’activité historiographique ou littéraire ?


***

10La réflexion s’ouvre ainsi sur l’article de Corinne Mencé-Caster qui s’interroge sur les enjeux de la mise en récit des mémoires du passé dans l’Espagne des XIIe et XIIIe siècles. Elle pose que le texte-source, soumis aux opérations de compilation et de traduction, donne lieu à un nouveau texte qui n’est finalement qu’une version fictionnelle de ce texte-source destinée à servir le propos du scripteur et/ou à répondre aux attentes du public auquel il s’adresse. Corinne Mencé-Caster montre donc que la distinction entre sources historiques et sources fictionnelles n’est pas pertinente et qu’au moment de la composition du texte, la discrimination est plutôt régie par des considérations idéologiques et/ou didactico-morales. Aussi la distinction entre « histoire » et « littérature » telle que nous l’entendons aujourd’hui ne prend-elle sens que par rapport à l’intentionnalité qui a présidé à la composition du texte.

11C’est en effet ce que montrent les premières contributions du dossier qui sont consacrées à l’historiographie médiévale.

12Dédiée à l’histoire des villes, l’étude de Charles Garcia est une parfaite illustration de la conception de l’écriture qu’avaient les chroniqueurs médiévaux, qui n’hésitaient pas à tirer parti de tous les types de récits du moment que ceux-ci pouvaient servir leur propos. Charles Garcia évoque ainsi quelques grandes figures historiques retravaillées par la littérature qui servirent à façonner l’identité des villes. De même revient-il sur le recours au « merveilleux », commun à l’histoire et à la littérature. Il examine en outre le cas de la ville d’Ávila dans la Chronique de la population d’Avila qui fait office d’exception, car ici la fondation de la ville n’est pas liée à une légende mais est le fruit d’une aventure humaine commune. Il met aussi en évidence le recours à l’analogie propre aux auteurs médiévaux. Or ce sont là autant d’éléments qui prouvent la perméabilité de la frontière entre histoire et littérature au Moyen Âge.

13Les réflexions d’Hélène Thieulin-Pardo sont centrées sur le Libro de las generaciones y linajes de los reyes, une chronique anonyme navarraise composée au tournant des XIIe et XIIIe siècles et anciennement connue sous le nom de Liber regum ainsi que sur sa version remaniée rédigée vers 1260. Là encore, on ne trouve point de distinction marquée entre ce qui relèverait des champs littéraires et historiques mais on repère néanmoins, au sein de la structure principalement généalogique de ce texte, quelques développements narratifs de nature légendaire ou mythique. On voit alors comment le chroniqueur intègre une matière que l’on considérerait aujourd’hui comme « littéraire » tout en ayant recours à des procédés de réduction et de simplification afin de ne retenir que l’essentiel et, surtout, de préserver ce qui constitue le fondement de son récit : l’image d’une parfaite continuité dynastique basée sur la succession héréditaire de la transmission du pouvoir. De fait, ces développements, peu nombreux dans le texte, n’y figurent que parce qu’ils permettent d’exalter les moments fondateurs de l’histoire de la péninsule.

14À partir de La Poncella de Francia se situant à la croisée de l’histoire et de la fiction chevaleresque, Frédéric Alchalabi démonte les mécanismes d’appropriation de l’écriture qui font de Jeanne d’Arc une héroïne édifiante pour Isabelle la Catholique, la destinataire explicite du récit. Profitant de la connaissance partielle de la vie du personnage historique chez ses contemporains, l’auteur anonyme utilise la biographie de Jeanne pour façonner un portrait exemplaire. Ainsi, dans une démarche légitimatrice de la nouvelle reine espagnole, il propose le modèle d’une conduite providentielle. Le parallèle entre les contextes politique et culturel français et espagnol de la fin du XVe siècle favorise en outre la réception du texte en Espagne tout en justifiant les adaptations littéraires à l’origine de certaines modifications historiques.

15Jean-Pierre Jardin analyse, quant à lui, deux poèmes historiographiques (Genealogía y blasón de los reyes de Castilla et Suma ou Tratado de todos los reyes que ha habido en España desde el tiempo de los godos) composés au tournant des XVe et XVIe siècles par un auteur dont on connaît peu de choses et dont même le nom serait un pseudonyme, Pedro Gracia Dei. Ces poèmes prennent place dans un contexte de rénovation du discours historiographique. En effet, la brièveté y est de mise, et les énigmes émaillent le texte comme s’il s’agissait d’un discours codé. En outre, plusieurs vers évoquent des représentations graphiques de scènes renvoyant aux règnes des différents monarques. L’ensemble ne manque donc pas d’attrait et révèle une autre façon d’écrire l’histoire à l’aube du Siècle d’Or.

16Par ailleurs, les procédés d’imbrication des éléments historiques et fictionnels sont également perceptibles dans la littérature exemplaire, comme le montrent Hugo Bizzarri et Olivier Biaggini.

17Le premier examine la façon dont l’histoire fut utilisée dans les « miroirs de princes » aux XIIIe et XIVe siècles. Il apporte ainsi des preuves supplémentaires des liens qu’entretinrent, au Moyen Âge, l’historiographie et l’exemplum en revenant notamment sur la question de l’indétermination générique. Son analyse porte en particulier sur l’exemplum historique dans les miroirs de princes orientaux, comme Poridat de las poridades, et les miroirs de princes occidentaux, comme le Libro de los doze sabios, où l’auteur utilise toutes les formes d’histoire – biblique, antique, contemporaine – allant jusqu’à introduire des éléments liés au présent immédiat. De même Hugo Bizzarri évoque-t-il certains passages des Castigos de Sancho IV où il est fait référence à l’histoire hispanique et à celle des ancêtres de Sanche IV pour mieux affirmer la légitimité du pouvoir du roi. Enfin, il analyse le Rimado de Palacio de Pedro López de Ayala en portant son attention sur certains passages renvoyant aux principaux maux que traversait la société espagnole de l’époque.

18Olivier Biaggini, pour sa part, se livre à une comparaison de deux exempla du Conde Lucanor de Don Juan Manuel et de leurs sources historiographiques. L’analyse révèle comment, dans l’exemple 15, la portée éthique des épisodes tels qu’ils sont rapportés dans la Chronique particulière de saint Ferdinand se trouve totalement inversée de sorte que face au danger, ce n’est plus l’excellence chevaleresque qui est valorisée mais la capacité du noble à endurer la peur et à faire preuve de retenue. À travers la variation et le cadre imposé au récit, on entrevoit en outre les motivations de l’auteur qui expose de façon à peine voilée certains aspects de sa vie. De même Olivier Biaggini montre-t-il comment, dans l’exemple 32, l’auteur a savamment combiné deux types de sources, un conte oriental et un épisode historiographique, transformant ainsi un récit célébrant un miracle en une parodie de miracle, une transformation qui révèle, dans ce cas, le glissement de l’histoire à la fiction. Ainsi, entre la Chronique particulière de saint Ferdinand et Le livre du comte Lucanor, la Chronique abrégée présente-t-elle, par sa concision, une étape intermédiaire qui permet à l’auteur de s’approprier la source et d’en détourner le sens initial. Elle apparaît comme un pont entre histoire et fiction.

19C’est à la période transitoire entre le Moyen Âge et le Siècle d’Or que s’intéresse Marc Zuili en se penchant sur L’Itinerarium…, l’un des rares récits de voyage remontant à la fin du XVe siècle. Écrit en latin par Jérôme Münzer, le texte retrace le périple de ce médecin allemand à travers l’Europe. Marc Zuili fonde son analyse sur la partie la moins étudiée, dédiée à la péninsule Ibérique dont Münzer apprécie les variétés culturelles. L’étude, menée à partir d’une traduction en français, vise à mettre en perspective les différentes assertions critiques sur ce texte hybride qui mêle tout à la fois, dans une tonalité tantôt réaliste tantôt lyrique, l’observation et la description des villes, des peuples, de leurs coutumes et de certains événements historiques. À partir d’une description minutieuse du contenu et du style, Marc Zuili s’efforce de dégager les caractéristiques de ce texte et de déterminer, in fine, à quel registre, littéraire ou historique, il appartient.


***

20On voit donc qu’au-delà du XVe siècle, l’indétermination entre histoire et littérature demeure, et ce, d’autant plus que certains auteurs s’emploient à brouiller les pistes à des fins bien précises, comme le montre la contribution de Francisco Escobar Borrego.

21Francisco Escobar Borrego examine l’environnement spirituel du VIIe duc de Medina Sidonia et de son fils le XIe comte de Niebla, à partir duquel fleurissent plusieurs ouvrages à teneur littéraire dont ceux de Pedro Espinosa. Il se concentre en détail sur des textes qui rapportent l’expérience érémitique du duc et fictionnalisent des espaces naturels réels – grottes et jardins  en particulier – recréés symboliquement dans un jeu de croisement entre topographie et topothésie au service de l’éloge de la maison ducale. L’article s’accompagne de l’édition de deux documents inédits.

22Viennent ensuite plusieurs contributions portant sur des écrits d’auteurs relevant du domaine de la littérature du Siècle d’Or où l’on entrevoit des procédés s’apparentant à ceux des textes historiographiques.

23Christine Marguet se penche sur le roman Soledad entretenida publié à la fin de la première moitié du XVIIe siècle. Dans ce texte se mêlent différents sous-genres romanesques (la pastorale, le roman de chevalerie et le roman néo-byzantin) et un modèle historiographique précis, celui des histoires locales. Christine Marguet souligne que le roman est l’une des rares œuvres de fiction en prose de cette période à situer son intrigue dans un passé éloigné, mythique, et sur un territoire particulier, celui de la Frontera, entre terre chrétienne et terre musulmane. La démonstration révèle combien les histoires locales permettent de mettre en valeur le passé glorieux des chrétiens de la Frontière grâce à des références à l’héritage romain et goth, notamment. L’étude porte également sur les procédés de réutilisation et d’adaptation de ce matériau historique dans la fiction qui conduisent à l’émergence d’une figure originale et héroïque, celle du berger défenseur de ses terres. Ainsi Christine Marguet met-elle au jour le renouvellement des catégories romanesques traditionnelles.

24Or, si les traces du passé lointain peuvent être mises en intrigue dans les œuvres littéraires auriséculaires, il en va de même de l’histoire récente, comme c’est le cas dans la nouvelle La desdicha por la honra (1624) de Lope de Vega qu’étudie Fernando Copello. L’analyse, centrée sur une lettre envoyée par un personnage fictif, Felisardo, au vice-roi de Sicile, montre que, loin d’être un simple élément accessoire au service de la variété, cet extrait de correspondance est au contraire un recours fictionnel assimilable à un « morceau d’Histoire », un quasi document qui permet de doter le texte d’une impression de réalité et de faire retour sur un événement majeur de l’histoire politique de l’époque : l’expulsion des morisques en 1609. Felisardo est en effet un noble morisque qui expose, dans sa missive, sa tristesse et son incompréhension face au décret d’expulsion. Fernando Copello identifie ainsi les recours qui, autour de cette lettre, peuvent faire naître la compassion des lecteurs et contribuent à faire entrer la gravité, le sort de l’Autre et l’Histoire dans la fiction.

25Pierre Darnis étudie les trois premiers chapitres de la Seconde Partie du Quichotte afin de mettre en évidence les enjeux littéraires et politiques posés dès le début de l’ouvrage caractérisé par une accentuation de sa forme ménippéenne. Il montre comment le texte – prenant en compte la réception de la première partie – est marqué par l’ambition cervantine de produire une véritable œuvre respectueuse des principes poétiques et de l’exigence de vraisemblance en particulier, tout en étant davantage tournée vers l’exemplarité morale. La contribution met en lumière la façon dont, dès ces chapitres introductifs, Cervantès invite à suivre ses indices, ses suggestions et met le doigt sur les problèmes de vraisemblance posés par certains passages afin que le lecteur s’interroge sur la vérité fictionnelle ou découvre, derrière les burlas ou certaines métaphores filées, une vérité d’ordre allégorique et satirique. Pierre Darnis s’emploie aussi à montrer comment les personnages fictionnels s’emparent de sujets de politique intérieure et extérieure et proposent des solutions aux défis d’une Espagne en déclin, solutions dont le caractère burlesque, ambigu ou paradoxal ne devrait pas occulter la portée satirique d’épisodes qui fictionnalisent de grandes questions d’actualité.

26L’étude de Pablo Jauralde confronte, quant à elle, deux étapes de l’écriture et de la pensée de Francisco de Quevedo à travers l’examen de deux textes : España defendida (vers 1609) et Política de Dios (vers 1635). La contribution examine d’abord la première œuvre et son contexte de production. Elle montre comment Quevedo, dans ses années de formation humaniste, rédige non pas un simple pamphlet nationaliste ni une simple reprise des topiques de la Laus Hispania mais une défense sans nuance de l’Espagne face aux attaques venues de l’extérieur, en accord avec les efforts de l’époque pour doter le royaume d’une histoire prestigieuse. Pablo Jauralde distingue ensuite les spécificités de la seconde œuvre : il s’agit d’un ouvrage qui utilise davantage les textes et arguments bibliques et évangéliques, au fort ton sermonnaire, et qui semble porter un regard amer et non plus belliqueux sur la royauté et sur la situation inquiétante que traverse la monarchie hispanique. Ce travail montre ainsi comment la réalité historique influe sur la tonalité et la rhétorique de l’écriture.

27Luc Torres se propose de revenir sur la distinction aristotélicienne entre Poésie et Histoire à partir d’une étude comparative minutieuse entre la célèbre épopée Austriada (1584) du poète cordouan Juan Rufo mettant en scène le héros de Lépante, don Juan de Austria, demi-frère de Philippe II, et les chroniques historiques, espagnoles et étrangères, non seulement du Siècle d’Or, mais aussi de l’époque contemporaine. En abordant d’abord la vision poétique puis la version historique de la vie de don Juan, la comparaison des récits fait apparaître les contrastes, voire les différences – assumés par les auteurs – dans le traitement de la matière biographique et historique : autant de dissonances et de variations autour de la vérité historique qui permettent de nuancer la catégorisation classique et exclusive des registres de la littérature et de l’histoire.

28Enfin, le travail de Concha Herrero Carretero, où l’œuvre d’art est considérée comme un document permettant d’approcher à la fois l’histoire écrite et l’histoire en train de se faire, vient clôturer ce dossier en proposant une ouverture vers l’histoire de l’art. Au moyen d’un panorama ambitieux, allant du XVIe siècle, avec les écrits des théoriciens espagnols de l’art qui commencent à définir la spécificité de la peinture tissée, jusqu’au XXe siècle qui marque la reconnaissance définitive, y compris sur le plan international, de la qualité exceptionnelle de la collection royale des tapisseries médiévales et pré-renaissantes, l’étude nous donne à voir la multiplicité des échanges « tissés » entre les historiens français et les institutions espagnoles au cours de ce long processus de valorisation des œuvres, tant du point de vue de leur connaissance que de leur conservation.

29À travers l’éclairage qu’ils portent sur quelques œuvres de la péninsule Ibérique médiévale et moderne et l’étude des procédés d’imbrication d’éléments fictionnels et historiques, les auteurs des articles présentés ici offrent donc une nouvelle réflexion sur cet entre-deux difficile à appréhender que l’on trouve dans l’écriture littéraire et l’écriture historiographique. Nous les remercions chaleureusement pour leur participation à cette réflexion et pour la richesse de leurs analyses.

Haut de page

Notes

1 Cf. « L’histoire saisie par la fiction », 165, mai-août 2011.

2 « Histoire et roman », 112, octobre-décembre 2011.

3 Carlo GINZBURG, Le fil et les traces : vrai faux fictif, (trad. Martin Rueff), Lagrasse : Verdier, 2010, p. 140. Parmi les manifestations qui se sont tenues sur cette problématique, on citera notamment le colloque « Littérature et histoire en débats » dont les actes sont publiés en ligne sur Fabula : http://www.fabula.org/colloques/sommaire2076.php.

4 Gérard GENETTE, Fiction et diction (1ère éd., 1979), 3ème éd., Paris : Seuil, 2004, p. 166.

5 Ramón MENÉNDEZ PIDAL, Primera crónica general, 2.t., Madrid : Gredos/Seminario Menéndez Pidal, 1, 1977, p. 4a, l. 26-29.

6 Michel ZINK, La subjectivité littéraire. Autour du siècle de saint Louis, Paris : PUF, 1985, p. 8.

7 Voz y Letra, Revista de Literatura, 22 (2), 2011.

8 TIRSO DE MOLINA, Los cigarrales de Toledo, Victor S. Armesto (éd.), Madrid : Renacimiento, 1913, p. 123.

9  Le colloque international « Entre histoire et littérature : mémoires du passé dans l’Espagne médiévale et classique » a été organisé par Textes et Cultures (EA 4028, Université d’Artois) et le LECEMO (EA 3979, Université Sorbonne Nouvelle–Paris 3) avec le soutien du Conseil Régional du Nord-Pas de Calais, du Conseil scientifique de l’Université d’Artois et d’Arras Université.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Lyvet, Patricia ROCHWERT-ZUILI et Sarah Voinier, « Introduction », e-Spania [En ligne], 23 | février 2016, mis en ligne le 01 février 2016, consulté le 26 mars 2017. URL : http://e-spania.revues.org/25210

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org