Navigation – Plan du site
La Fabrique du Local : climats, paysages et territoires

Quand l’Amérique fabrique l’Asie, les ambitions asiatiques des augustins de Mexico ou la quête d’une double reconnaissance d’après Juan de Grijalva, O.S.A.

Clotilde Jacquelard

Résumés

Cet article propose une réflexion sur l’enjeu de l’accès à l’Asie pour les Espagnols de la deuxième moitié du XVIe siècle à travers l’étude de la première chronique de l’ordre des augustins concernant la province de Nouvelle-Espagne par Juan de Grijalva, publiée au début du XVIIe siècle. L’auteur cherche à démontrer que cette projection espagnole vers l’Asie est un fait américain, plus précisément mexicain, et surtout créole.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article porte sur l’étude de sa chronique intitulée Crónica de la Orden de Nuestro Padre San Agustín en las provincias de la Nueva España, en cuatro edades, desde el año de 1533 hasta el de 1592 (1624), México : Porrúa, 1985. La pagination des citations correspond à cette édition.

Texte intégral

  • 1 À propos de la querelle sur la délimitation de l’antiméridien de Tordesillas en Asie et la question (...)

1Si la découverte puis la conquête d’un nouveau continent, a été l’évènement géopolitique majeur du règne de Charles Quint, fondé sur la boucle de la navigation atlantique à destination des Antilles, la maîtrise de la navigation aller-retour dans l’océan Pacifique Nord permettant d’ouvrir l’Asie à l’action impériale espagnole via le Mexique, est son pendant majeur sous le règne de Philippe II, parachevant ainsi la binarité, même disputée, d’un monde alors ibérique1.

2À première vue le schéma semble répétitif avec tout d’abord le contrôle sur un espace insulaire : les Antilles, marches des Indes Occidentales, l’archipel philippin pour l’accès à la terre ferme asiatique. Mais la grande différence dans la deuxième moitié du XVIe siècle c’est que les Philippines n’ouvrent pas comme les Antilles vers un monde totalement inconnu, mais vers les confins du Vieux monde, très anciennement structurés, civilisés et raffinés : le monde chinois. À partir de 1565, date du succès du tornaviaje des Philippines vers Acapulco, effectué par le navigateur et augustin Andrés de Urdaneta, le rêve de Colomb d’atteindre le seuil du Cathay (la Chine mongole) ou de Cipango (le Japon) se réalise. Entre 1492 et 1565, c’est tout l’hémisphère inconnu des Anciens qui émerge à la conscience occidentale, l’envers des cartes ptoléméennes, et ce à un rythme accéléré. Autre différence de taille enfin, les Espagnols qui débarquent aux Philippines avec Miguel López de Legazpi en 1565, sont porteurs de toute l’expérience américaine acquise depuis plus d’un demi-siècle de conquête et de colonisation, ce qui contribua à configurer le projet colonial en Extrême-Orient.

  • 2 Antonio Rubial GARCÍA, « Criollismo y evangelización. Fray Juan de Grijalva, un cronista agustino d (...)
  • 3 « Había subido esta Provincia a toda aquella alteza que podíamos desear; porque abundaba en número (...)

3C’est sur cet enjeu de l’accès à l’Asie et de son dévoilement dans la deuxième moitié du XVIe siècle que je voudrai revenir par le biais de l’étude de la première chronique de l’ordre des augustins concernant la province du Mexique, écrite par Juan de Grijalva, augustin créole né à Colima en 1580, mais qui écrit dans les années 1620-1623, à Mexico, sans avoir lui-même franchi le Pacifique ni avoir été directement témoin ou acteur de la conquête des Philippines2. Il s’agit donc d’un regard nostalgique posé a posteriori sur une époque doublement idéalisée3 parce qu’elle donna lieu à une double fondation : celle de la mission augustine en Nouvelle-Espagne à partir de 1533, puis son extension vers l’Asie, moins de dix ans plus tard, dès 1542. Sur un plan quantitatif, si les sujets asiatiques n’occupent que 49 chapitres sur 128 au total, ils font l’objet d’un livre entier, le troisième, autour de l’expédition réussie de Legazpi-Urdaneta aux Philippines avec ses retombées, de même que de chapitres et de commentaires épars dans les autres parties de l’œuvre.

  • 4 « […] no sólo padecíamos cuidados que nos venían de fuera, sino que dentro de la Orden se empezaron (...)
  • 5 Grijalva développe ce sujet p. 359-360 de sa chronique. Pour le cas des franciscains au Mexique voi (...)

4Dès le premier livre, celui de la fondation de l’ordre en Nouvelle-Espagne, Grijalva cherche à montrer que l’accès à l’Asie est lié à la conquête américaine du fait de l’expédition envoyée par Cortés en 1527 et commandée par son parent, Álvaro de Saavedra Cerón, depuis le port de Zihuatanejo, pour porter secours aux équipages de Magellan et de Loaisa partis pour l’Asie depuis la Péninsule ibérique en 1519 et 1525 respectivement. L’auteur souligne ensuite le rôle de Pedro de Alvarado et la détermination du vice-roi Antonio de Mendoza qui envoie la troisième expédition espagnole ou hispano-américaine, celle de Ruy López de Villalobos (1542-1548). Le livre III développe le motif d’un âge d’or du rôle des augustins dans cette expansion asiatique. Pourtant, au moment où Grijalva écrit sa chronique, l’heure est aux difficultés pour l’ordre, entre d’une part, le conflit interne entre créoles et péninsulaires4, vécu y compris sur le plan personnel puisque l’auteur ne parviendra pas au provincialat, et d’autre part, celui du repli apostolique que les autorités coloniales cherchent à imposer aux ordres mendiants plus généralement en Nouvelle-Espagne5. Ces difficultés sont toutefois rapportées avec une modération qui contribua sans doute à la publication rapide de la chronique dès 1624.

  • 6 Il emploie le mot à deux reprises dans sa chronique. Tout d’abord pour qualifier les augustins part (...)
  • 7 Voir Pascale GIRARD, Les Religieux occidentaux en Chine à l’Époque moderne. Essai d’analyse textuel (...)

5Cette étude voudrait mettre en lumière brièvement trois dimensions qui me semblent structurer l’ensemble de cette chronique missionnaire : tout d’abord, par « ambitions asiatiques des augustins » je voudrais souligner l’idée prégnante, selon Grijalva, que les augustins sont des pionniers, les « explorateurs »6, les initiateurs de l’évangélisation de l’Asie par la voie géographique espagnole de l’ouest, le plus prestigieux des terrains d’évangélisation, dont rêvaient tous les ordres mendiants de l’Occident chrétien depuis le Moyen Âge7. Phase cruciale s’il en était dans la diffusion universelle du christianisme, puisqu’il s’agissait, peut-être, de la dernière des quatre parties du monde. En effet, les augustins retrouvant aux Moluques des musulmans prennent conscience d’avoir ceinturé le monde.

  • 8 En 1582 on compte 4 provinces augustines face à 10 provinces franciscaines en Amérique et 7 dominic (...)

6Il est aussi logique de voir dans l’apologie de l’action de cet ordre en Asie, sous la plume de Grijalva, un phénomène compensatoire, un rééquilibrage par rapport à son arrivée tardive sur le terrain missionnaire américain en 1533, bien après les deux grands ordres franciscain (1523) et dominicain (1526)8. Il s’agit de se faire une place au sein de l’expansion missionnaire des grands ordres au Nouveau Monde : les franciscains, arrivés les premiers en Nouvelle-Espagne et y occupant une place de choix pour leur œuvre évangélisatrice de premier plan ; les dominicains, premiers évangélisateurs des Antilles et du Pérou, célèbres pour leur lutte en faveur de la justice. Il y a de ce fait un positionnement relatif recherché par l’auteur, de façon explicite ou implicite, dans ce discours, notamment lorsqu’il sera question de stratégie d’évangélisation des populations philippines. Pensons par exemple à l’indispensable apprentissage des langues locales ou à l’administration du baptême après un temps certain de catéchuménat, mais aussi les questions de polygamie, de restitutions ou encore la création de villages « indiens ». Cette évangélisation philippine, les augustins vont d’ailleurs la monopoliser durant une période assez brève, jusqu’en 1574. La chronique de Grijalva traduit là, je pense, la quête d’une première reconnaissance pour cet ordre missionnaire au Nouveau Monde.

7Enfin, ces acteurs de l’expansion espagnole en Asie sont des augustins de la province de Mexico comme le répète inlassablement Grijalva, qui au fil des pages affirme l’ancrage de son écriture dans « estos reinos » ou « estas anchísimas provincias » pour désigner la Nouvelle-Espagne. En outre, il mentionne toujours au sujet de ses coreligionnaires actifs en Asie qu’ils sont « hijo[s] de la casa de México », ou mieux encore « nacido[s] en aquella ciudad ». L’auteur cherche visiblement à démontrer que cette ouverture vers l’Extrême-Orient, qu’elle soit politique, économique ou religieuse est un fait américain et plus précisément mexicain. Notons d’ailleurs à ce propos qu’aucune toponymie asiatique n’est formulée dans le titre de la chronique : cette extension se voit ainsi subordonnée à l’évolution de la province augustinienne de Nouvelle-Espagne. C’est, me semble-t-il, la deuxième quête de reconnaissance, c’est-à-dire faire valoir les mérites insuffisamment reconnus par la Couronne des services rendus par ses sujets américains de naissance ou d’adoption, dans l’ouverture de ce terrain d’action crucial en Asie, qui achève de construire un empire hémisphérique au profit des Espagnols.

  • 9 Carmen de Mora Valcárcel, « Crónicas religiosas y conciencia criolla, el agustino fray Juan de Grij (...)

8En d’autres termes, selon Grijalva, l’Espagne n’a pas ou n’a plus le monopole des conquêtes et des exploits géographiques, c’est l’objet de l’intégralité du Livre III consacré à la conquête des Philippines par Legazpi et par la découverte de la route maritime du retour dans le Pacifique par Urdaneta. Ces conquêtes, terrestre et maritime, sont l’œuvre de deux Basques, acclimatés peu ou prou à la réalité novo-hispanique, américanisés donc, et elles se produisent une fois la province augustinienne mexicaine autonome par rapport à la province castillane, comme il apparaît de façon patente dans le découpage des livres de la chronique. Nous avons affaire, très clairement, à l’expression d’un sentiment, ou d’une conscience, créole qui s’affirme sous la forme d’une loyauté sans doute pas encore critique mais pour le moins douloureuse vis-à-vis de la couronne espagnole9.

Les augustins mexicains et l’Asie

  • 10 Les sources de cette expédition ont été éditées par Consuelo Varela (éd.), El viaje de don Ruy Lópe (...)
  • 11 Voir sur le sujet Clotilde Jacquelard, De Séville à Manille, les Espagnols en mer de Chine 1520-161 (...)

9Le point de départ de l’entreprise augustinienne en Asie remonte, selon Grijalva, à la participation de ses compagnons à l’expédition malheureuse de Ruy López de Villalobos qui allait errer entre le sud des Philippines et les Moluques pendant cinq ans entre 1542 et 1547, sans trouver la route du retour d’ouest en est vers l’Amérique10. Dans ces conditions l’auteur ne fait pas mention des expéditions précédentes hormis celle, inaugurale, de Magellan, que les suivantes allaient s’efforcer de reproduire, que ce soit du point de vue de l’itinéraire et de ses étapes, mais encore de la prise de possession aussi bien temporelle que spirituelle qui fonde la légitimité des Espagnols à revenir dans la région, en particulier dans l’archipel philippin et à en revendiquer la souveraineté face aux Portugais11.

  • 12 La découverte de la statuette et ses implications se trouvent au chapitre VIII du livre III de la c (...)

10Grijalva fait alors intervenir différentes explications au rôle de premier plan joué par les augustins dans les deux dernières expéditions à travers le Pacifique : la dévotion personnelle du premier vice-roi de Nouvelle-Espagne, Antonio de Mendoza, pour cet ordre ; son souci diplomatique d’un partage relativement équitable de la géographie missionnaire de sa vice-royauté : c’est-à-dire avantager les derniers venus qui durent s’installer dans les espaces laissés libres par les dominicains et les franciscains, et dont le poids relatif était moindre. Enfin et surtout intervenait l’explication providentielle somme toute logique dans une chronique missionnaire : Dieu a gardé pour les augustins la mission asiatique dont le signe principal est le patronage du Très Saint Nom de Jésus. En effet, la découverte à Cebu en 1565 d’une statuette de l’enfant Jésus offerte par Magellan à la « reine » de l’île lors de son baptême en 1521, par les troupes de Legazpi, ouvre la voie de la conquête spirituelle de l’archipel puisque la province augustinienne de Mexico porte la même invocation. Legazpi quant à lui avait une dévotion toute particulière pour le Très Saint Nom de Jésus et avait fondé à Mexico une confrérie ainsi dénommée. L’expédition elle-même était placée sous cette divine protection. La légitimité spirituelle venait appuyer les arguments temporels, se nourrissant de coïncidences devenues signes construits et interprétés. La statuette, qui avait été incluse au panthéon des idoles chez les Cébuans, devenait relique et caution de la conquête spirituelle. Vénérée par les habitants de Cebu, elle démontrait en toute logique leur prédisposition à recevoir le christianisme. Cette trouvaille, d’après Grijalva, fut un véritable tournant dans la conquête de l’archipel puisque la population chercha par tous les moyens à rentrer en possession de la statuette, multipliant les tentatives de contact avec les Espagnols, tentant la voie du troc, voire la possible soumission aux étrangers… Cet épisode tendait à accréditer la thèse de l’affirmation du religieux sur la conquête armée. Par voie de conséquence, la première ville fondée aux Philippines, dans ladite île de Cebu, fut appelé « Villa del Santísimo Nombre de Jesús »12.

  • 13 « Para esto despachó [Felipe II] una cédula a esta Nueva España dando orden a su Virrey don Luis de (...)
  • 14 « Yo tengo relación por menudo de todo lo que allí pasó; pero era alargarnos demasiado, aunque no s (...)
  • 15 Pour une mise au point récente de la biographie de ce personnage fondamental, on peut consulter Jos (...)

11Le rôle de premier plan pris par les augustins dans ces expéditions est aussi servi, sous la plume de Grijalva, par le fait que désormais ce sont les soldats qui escortent les missionnaires et non l’inverse. En effet, dans ses instructions à Ruy López de Villalobos, le vice-roi Mendoza lui recommanda de se fier en tout point ou presque aux augustins, confiant ainsi à ces derniers la direction morale de l’expédition. Au-delà de la tentation logique dans une chronique missionnaire de faire de ses coreligionnaires les acteurs essentiels du récit, on peut voir, je pense, l’héritage de la pensée de Vitoria et de l’expérience américaine de Las Casas dans cet idéal d’une conquête non violente13, qui voudrait s’en tenir à la force de persuasion de la prédication et qui aboutira dans le récit qui nous est fait à la conquête de Legazpi où cette subordination du civil et du militaire au religieux sera présentée comme décisive14. De fait, le général de l’expédition, Miguel López de Legazpi, fut même choisi par l’autorité missionnaire et surtout scientifique de celle-ci, l’augustin Andrés de Urdaneta, vétéran de l’espace moluquois durant les années 153015 et compatriote basque à Mexico. Les augustins dans cette chronique, qui devient récit de voyage, sont dépeints comme des conseillers politiques, des protecteurs spirituels, calmant miraculeusement les tempêtes et évitant les naufrages, menant des actions charitables auprès des plus faibles.

L’apologie de l’ordre et de ses figures héroïques

  • 16 « Pero sepultóle el olvido, como se sepultan todas las cosas grandes de estos tan apartados reinos, (...)

12Si une grande mobilité semblait déjà caractériser l’ordre augustin dans sa mission en Nouvelle-Espagne, celle-ci prend une dimension mondiale avec son intervention en Asie et fait l’objet d’une valorisation de la part de Grijalva. Ainsi se plaît-il à établir des records de déplacements, à commencer par ceux du père Jerónimo de Santisteban, premier augustin contraint de faire le tour du monde en 1545, escorté de ses trois compagnons lors de l’expédition de Villalobos. Celle-ci ayant échoué à deux reprises à rentrer des Moluques vers le Mexique, les survivants durent se rendre aux Portugais et rentrer par la route de l’océan Indien. Le record de mobilité est sans doute battu par le frère Andrés de Aguirre, compagnon d’Urdaneta qui fit trois fois le trajet entre l’Espagne et les Philippines (deux ans de voyage en moyenne dans chaque sens), cette fois-ci sans sortir de l’hémisphère espagnol, soit plus de 25 000 lieues d’après notre auteur. Celui-ci s’attache à justifier cette mobilité héroïque, la « peregrinación », voyage à la fois temporel et spirituel, par le fait que, à la différence des conquérants qui servent des intérêts matériels et individuels, cette mobilité a vocation spirituelle et universelle. Et s’il s’attarde à narrer ces expéditions sur la base des relations auxquelles il avait accès au sein de son ordre, mettant l’accent sur les épreuves que traversaient les missionnaires (tempêtes, échecs nautiques, maladies dont le scorbut, faim, hostilité des insulaires qui se refusent à échanger leurs vivres, fuites, trahisons, ou encore intimidations portugaises), c’est qu’elles sont autant de « méritos » ou « merecimientos » sur la voie de leur sanctification et de l’édification du lecteur. Grijalva a pris la plume pour défendre et immortaliser le rôle, le sacrifice des augustins de la province de Mexico au service de Dieu et concrètement d’une couronne oublieuse de leurs exploits…16

  • 17 Ce dernier est né en 1533 à Pampelune au sein d’une famille connue. Il fut envoyé dès l’âge de 11 a (...)

13Grijalva poursuit l’apologie de son ordre installé à Mexico en mettant l’accent sur un apport scientifique évident offert loyalement à la couronne d’Espagne par le fameux binôme Andrés de Urdaneta-Martín de Rada17 qui allait assurer le succès durable de la conquête des Philippines en 1565 comme la prise de position des Espagnols en Asie par la découverte de la route trans-pacifique d’ouest en est, cet immense chaînon manquant aux circulations océaniques planétaires. Désormais, à partir de cette date, tous les océans du globe sont reliés par les navigations ibériques. Les grandes masses terrestres et leurs richesses sont accessibles aux appétits des Européens et en ce qui concerne notre sujet, on a alors l’espoir d’arrimer l’Asie à l’Occident sur une base maritime moderne et non plus médiévale par voie terrestre aléatoire à travers l’Asie centrale. Dans ce nouveau système, au sein de l’hémisphère espagnol, la Nouvelle-Espagne occupe bien sûr une place de choix entre l’Asie et l’Europe.

  • 18 « […] era muy práctico en la milicia, en la cosmografía y en el arte de navegar […] », J. de Grijal (...)
  • 19 Le ch. X du Livre III.
  • 20 Les ch. XXXVI et XXXVII du Livre III.

14Arrêtons-nous d’abord sur la figure d’Andrés de Urdaneta, caution scientifique, nautique, du succès de la traversée du Pacifique nord dans les deux sens. Sous la plume de Grijalva, il est l’homme providentiel, indispensable pour toute expédition vers l’Asie et réunissant toutes les qualités temporelles requises, militaires, cosmographiques et nautiques18. À ces compétences laïques exceptionnelles il joignait le fait d’être un missionnaire augustin exemplaire, capable d’évangéliser les insulaires puisqu’il dominait la langue véhiculaire de l’Insulinde, le malais, appris lors de son séjour forcé de 8 ans aux Moluques entre 1529 et 1537. Il devenait donc aussi un intermédiaire indispensable, en tant qu’interprète, pour nouer les premiers contacts avec les populations. C’était l’agent parfait de l’Espagne, ou plutôt, de la Nouvelle-Espagne : cosmographe, conquérant, missionnaire. Il est qualifié d’« argonauta » par Grijalva à la suite de son retour, placé ainsi sur le même plan que l’expédition de Magellan-Elcano. Le chroniqueur triomphant consacre alors un chapitre entier19 à livrer les secrets et les difficultés d’une route maritime jusque-là occultée au savoir humain et dont les retombées honoraient, là aussi, l’ordre des augustins. Ce chapitre est sans aucun doute le point culminant de sa chronique, avec le récit de la première ambassade espagnole en Chine, menée par Martín de Rada, qui occupe deux chapitres20.

  • 21 Clotilde JACQUELARD, « Un homme, une voie : Andrés de Urdaneta et l’émergence du Pacifique espagnol (...)
  • 22 « […] una descripción de aquellos reinos, de su grandeza, de las provincias y términos, de su relig (...)

15L’autorité scientifique de cette expédition était double. Si Urdaneta disposait d’une grande expérience pratique de la navigation dans le Pacifique nord-ouest, acquise en autodidacte lors de la deuxième expédition envoyée en Asie sous le commandement de García Jofre de Loaisa, pour avoir été au service de Sebastián de Elcano21, son coreligionnaire navarrais, Martín de Rada, disposait lui d’un savoir scientifique plus théorique et universitaire acquis à Paris et à Salamanque, en matière de mathématiques et d’astronomie. Il était chargé à bord de calculer, même approximativement, la longitude lors de la traversée est-ouest du Pacifique. En tant que cosmographe, il construisit à Cebu la carte de la zone de démarcation espagnole où il inclut l’archipel philippin, argument susceptible de servir de motif de guerre juste contre les Portugais venus les chasser de la zone. Il développa son don des langues par l’apprentissage du chinois (il serait l’auteur du premier Arte y vocabulario de la lengua china), du visaya pour évangéliser les îles centrales des Philippines, après avoir appris la langue otomi en Nouvelle-Espagne avant son départ. Il fut le premier Espagnol à produire une relation sur l’empire du Milieu22 en tant que premier ambassadeur, avec son compagnon Jerónimo Marín, du gouverneur des Philippines, Guido de Lavezaris, près l’empereur de Chine en 1575.

  • 23 Entre 1585 et 1600 furent publiées 38 éditions de cette œuvre en castillan, anglais, italien, franç (...)

16Cette relation et cet intérêt qui font de lui en quelque sorte le premier sinologue espagnol, allait être reprise par deux autres célèbres augustins, le frère Jerónimo de San Román, auteur de Repúblicas del mundo (1595) et par Juan González de Mendoza, auteur de la première histoire espagnole de la Chine, Historia de las cosas más notables, ritos y costumbres del gran reino de la China, publiée à Rome en 1585, un des best-sellers des XVIe et XVIIe siècles23. Grâce à la double expertise d’Urdaneta et de Rada, Juan de Grijalva nous rappelle que les augustins sont le premier ordre à pénétrer en Chine par la voie occidentale, c’est-à-dire américaine, en 1575, puisqu’il reconnaît que les Philippines, malgré leur importance missionnaire ne sont qu’une escale vers le continent asiatique. De ces informations on peut déduire que les deux « explorateurs » augustins produisirent un savoir inédit et fondamental, défini hors d’Europe, à Mexico d’abord où ils étaient amis et vivaient dans le même monastère, puis en Asie. Cela confirme tout d’abord l’importance du savoir et des études au sein de l’ordre, à l’époque ou le frère Alonso de la Veracruz après avoir contribué à fonder l’université de Mexico (1553) fondait le collège de San Pablo (1575). Ensuite ces éléments attestent que les habitants de Mexico, depuis la périphérie de l’empire, pouvaient contribuer de façon définitive à accroître le savoir occidental et se hisser au niveau de l’Europe.

  • 24 Sur le sujet voir Manel OLLÉ, La empresa de China. De la Armada Invencible al Galeón de Manila, Bar (...)
  • 25 « […] entre las órdenes que su Majestad les daba fue uno, que en esta tierra su Virrey y Audiencia, (...)
  • 26 « […] al Padre fray Jerónimo Marín de quien pudiéramos decir mucho, porque en religión, letras y bu (...)

17Cette expertise augustinienne en matière de connaissance de la Chine est confirmée lorsque Philippe II tentera de mettre sur pied une ambassade royale près l’Empereur de Chine en 1580, en nommant trois augustins, membres une fois de plus de la province de Mexico comme le souligne Grijalva. Il s’agissait d’une ambassade destinée à nouer des liens d’amitié entre les deux empires en échange de l’établissement de relations commerciales bilatérales ainsi que l’autorisation d’entrée en Chine pour les missionnaires catholiques24. Grijalva présente les augustins comme des acteurs essentiels dans ces premiers contacts diplomatiques de haut vol entre puissantes monarchies situées à une distance hémisphérique l’une de l’autre. Il montre la mise en place d’une diplomatie impériale à cheval sur deux continents, l’Europe et la Nouvelle-Espagne pour décider d’une action vers un troisième continent, l’empire du Milieu. La Nouvelle-Espagne est consultée pour l’organisation de ladite ambassade et conseiller sur la pertinence de celle-ci25. Contre toute attente, l’avis négatif de l’augustin Jerónimo Marín présent alors à Mexico et compagnon de Rada en Chine en 1575, prévalut. Pour ce père dont Grijalva nous aura informé au préalable qu’il était fils de conquérant, membre d’une des plus illustres familles de Mexico et doté de remarquables qualités intellectuelles26, tout présent, même royal, serait toujours jugé infime par l’Empereur de Chine qui ne tolérait que des relations tributaires vis-à-vis de ses voisins. L’ambassade était à ses yeux parfaitement inutile et sans aucun impact quant au maintien des Philippines dans l’empire espagnol. Cet avis défavorable, partagé par le docteur Francisco de Sande gouverneur des Philippines entre 1575 et 1580 et alors présent à Mexico, déboucha sur l’annulation de l’ambassade par le vice-roi, le comte de la Coruña.

  • 27 « Pero viviré siempre con deseo de ver en estampa las grandes hazañas que los nuestros hicieron con (...)

18En conclusion, Juan de Grijalva cherche à transmettre le message suivant : la conquête des marches de l’Asie depuis la Nouvelle-Espagne fut le terrain d’action épique réservé aux Mexicains, qu’ils fussent créoles ou Péninsulaires acclimatés. Ces acteurs se sont hissés par leur bravoure au niveau des conquérants européens du premier XVIe siècle, et leurs mérites, oubliés par la Couronne, fournit le motif essentiel de l’écriture de cette chronique missionnaire, afin de leur assurer, par compensation, la récompense de l’immortalité27.

Haut de page

Notes

1 À propos de la querelle sur la délimitation de l’antiméridien de Tordesillas en Asie et la question des Moluques voir Mariano CUESTA DOMINGO, La cuestión de las islas Molucas : geografía, descubrimientos y negociaciones castellano-portuguesas, Madrid : Universidad Complutense, 1974 ou encore El Tratado de Tordesillas y su proyección, Primer Coloquio Luso-Español de Historia de Ultramar, Valladolid : Universidad de Valladolid, Seminario de Historia de América, 1973, 2 vols.

2 Antonio Rubial GARCÍA, « Criollismo y evangelización. Fray Juan de Grijalva, un cronista agustino del siglo XVII », AnáMnesis 3, Enero-Junio 1992, p. 63-78.

3 « Había subido esta Provincia a toda aquella alteza que podíamos desear; porque abundaba en número de conventos en riquezas y edificios, grandes sujetos, en gobierno y letras, estimación de todos, aclamaciones públicas, favores de príncipes y devotos en todos estados.  », J. de GRIJALVA, Crónica de la Orden…, p. 359.

4 « […] no sólo padecíamos cuidados que nos venían de fuera, sino que dentro de la Orden se empezaron a mover pláticas de nación, las cuales aunque no llegaban a turbar la paz causaban empero algunos disgustos que hacen desabrida la vida religiosa. Las personas que de España habían pasado a esta tierra eran de todas maneras grandes. Habían fundado y gobernaban la Provincia con gran satisfacción de todos. Pero habían tomado en esta tierra el hábito muchos que en nada les eran inferiores, querían entrar a la parte del gobierno por el natural apetito que los hombres tienen y reforzábanlo con que querían acreditar por este camino la nación, el talento, la religión y grandes partes de los que acá nacían y tomaban acá el hábito », J. de GRIJALVA, Crónica de la Orden…, p. 360. Voir sur le sujet les deux ouvrages de Antonio RUBIAL GARCÍA, El convento agustino y la sociedad novohispana (1533-1630), Mexico : UNAM, 1989 et Una monarquía criolla (la provincia agustina en el siglo XVII), Mexico : CONACULTA, 1990.

5 Grijalva développe ce sujet p. 359-360 de sa chronique. Pour le cas des franciscains au Mexique voir Robert RICARD, La conquista espiritual de México. Ensayo sobre el apostolado y los métodos misioneros de las órdenes mendicantes en la Nueva España de 1523 a 1572, Mexico : Fondo de Cultura Económica, 1947 et John Leddy Phelan, El reino milenario de los franciscanos en el Nuevo Mundo, Mexico : UNAM, 1972.

6 Il emploie le mot à deux reprises dans sa chronique. Tout d’abord pour qualifier les augustins participant à l’expédition de Villalobos : «  […] pues no sólo predicaron allí la fe [aquellos santos Padres], sino que fueron primeros exploradores de la tierra y pilotos de la mar, descubriendo nuevos rumbos, sondando puertos, y demarcando las islas, haciendo en esto grande servicio a Nuestro Señor, para quien ganaban almas. Al rey, para quien descubría tierras; y a este Reino para cuyo comercio procuraron rumbos », Crónica de la Orden…, p. 134. Puis pour évoquer le frère Jerónimo Marín : « […] pasó a la gran China por explorador de aquella tierra, y volviendo a esta Provincia con negocios de las islas el año de 79, fue a España en prosecución de ellos, y habiendo negociado muy bien, volvió a esta tierra, donde pasó lo restante de su vida y murió con opinión de muy siervo de Dios », Crónica de la Orden…, p. 297-298. Au sens traditionnel de celui qui cherche, enquête et examine, l’acception géographique plus moderne de celui qui arpente des mondes inconnus et qui est à la source de cette information est en train d’émerger.

7 Voir Pascale GIRARD, Les Religieux occidentaux en Chine à l’Époque moderne. Essai d’analyse textuelle comparée, Lisbonne-Paris : Centre Culturel Calouste Gulbenkian, 2000. Elle rappelle à la page 77 le contexte de compétition entre ordres pour « s’affirmer comme les premiers missionnaires en Asie ».

8 En 1582 on compte 4 provinces augustines face à 10 provinces franciscaines en Amérique et 7 dominicaines.

9 Carmen de Mora Valcárcel, « Crónicas religiosas y conciencia criolla, el agustino fray Juan de Grijalva », in : Guillermo Serés, Mercedes Serna ARnáiz (coord.), Los límites del océano, estudios filológicos de crónicas y épica en el Nuevo mundo, Madrid : Centro para la edición de los clásicos españoles, 2009, p. 175-190.

10 Les sources de cette expédition ont été éditées par Consuelo Varela (éd.), El viaje de don Ruy López de Villalobos a las islas del Poniente, 1542-1548, Milán : Cisalpino-Goliárdica, 1983, dont le récit du prieur augustin de l’expédition Fray Gerónimo de Santiesteban.

11 Voir sur le sujet Clotilde Jacquelard, De Séville à Manille, les Espagnols en mer de Chine 1520-1610, Paris : Les Indes Savantes, 2015.

12 La découverte de la statuette et ses implications se trouvent au chapitre VIII du livre III de la chronique, en particulier p. 258.

13 « Para esto despachó [Felipe II] una cédula a esta Nueva España dando orden a su Virrey don Luis de Velasco, para que por el mar del sur se hiciesen algunos descubrimientos, donde se predicase el Evangelio, o que se enviasen ministros a las islas que pareciesen más convenientes de las que ya estaban descubiertas: dando a los ministros evangélicos suficiente escolta de soldados, para que amparasen y defendiesen, así a los ministros, como a los que voluntariamente los quisiesen oír y recibir la fe, tomándolos en su protección y amparo y defendiéndolos de la tiranía de cualquiera, que los quisiese oprimir contra el derecho natural. », J. de GRIJALVA, Crónica de la Orden…, p. 237.

14 « Yo tengo relación por menudo de todo lo que allí pasó; pero era alargarnos demasiado, aunque no sin fruto, porque serviría de probar la templanza y cristiandad con que procedieron los nuestros. Que aunque es verdad que era muy propia del General, también se debe atribuir, como entonces lo atribuían todos, a la buena dirección de los religiosos a que iba toda la armada muy sujeta », J. de Grijalva, Crónica de la Orden…, p. 247.

15 Pour une mise au point récente de la biographie de ce personnage fondamental, on peut consulter José Ramón DE MIGUEL, Urdaneta y su tiempo, Ordizia : Ayuntamiento de Ordizia, 2008 et Susana Truchuelo García (éd.), Andrés de Urdaneta: un hombre moderno, Ordizia : Ayuntamiento de Ordizia, 2009.

16 « Pero sepultóle el olvido, como se sepultan todas las cosas grandes de estos tan apartados reinos, donde ni la fama tañe trompa, ni parece que tiene ojos el sol. », J. de Grijalva, Crónica de la Orden…, p. 274. Dans l’économie de l’œuvre il faut comprendre le soleil comme métaphore du pouvoir royal.

17 Ce dernier est né en 1533 à Pampelune au sein d’une famille connue. Il fut envoyé dès l’âge de 11 ans à Paris où il étudia à la Sorbonne le latin, les mathématiques, la géographie, la cartographie, l’astronomie mais aussi la physique et les sciences naturelles. Il poursuivit ses études à Salamanque où il devint augustin (1553) et missionnaire. En Nouvelle-Espagne à partir de 1561, il fut envoyé en mission auprès des Otomis. Aux Philippines, il apprit la langue visaya pour évangéliser les populations de Cebu et écrivit la première grammaire du cebuano : Arte y Vocabulario de la lengua cebuana. Il a 42 ans en 1575 quand il mène une ambassade vers la Chine au nom de Philippe II. Même s’il ne put se rendre auprès de l’Empereur de Chine, il écrivit un récit de son voyage, Relación verdadera del reyno de Taibin, por otro nombre China…, retranscrit dans la fameuse Historia del Gran Reino de la China de son confrère Juan González de Mendoza et dans les Repúblicas del mundo de Jerónimo de San Román (1595). Prieur puis provincial de l’ordre augustin des Philippines, il mourut en 1578 de maladie tropicale pendant la navigation maritime de retour de Bornéo. Voir Teófilo Aparicio LÓpez, Misioneros y Colonizadores Agustinos en Filipinas, Valladolid, IV Centenario de la Evangelización de Filipinas, 1965. Une biographie de ce pionnier des relations hispano-chinoises se trouve aussi dans Charles Ralph Boxer, South China in the Sixteenth Century, p. LXVII-LXXVIII et surtout dans Gaspar de San Agustín, O.S.A., Conquistas de las islas Filipinas: la Temporal por las armas del señor Don Felipe Segundo el Prudente ; y la Espiritual, por los religiosos del Orden de nuestro padre San Augustin : Fundación, y Progressos de su Provincia del Santísimo Nombre de Jesus, Parte primera (1565-1615)(1698), Madrid, CSIC, 1975, p. 362-372.

18 « […] era muy práctico en la milicia, en la cosmografía y en el arte de navegar […] », J. de Grijalva, Crónica de la Orden…,p. 117.

19 Le ch. X du Livre III.

20 Les ch. XXXVI et XXXVII du Livre III.

21 Clotilde JACQUELARD, « Un homme, une voie : Andrés de Urdaneta et l’émergence du Pacifique espagnol (1520-1565) », in : Marie-Madeleine MARTINET, Francis CONTE, Annie MOLINIÉ, Jean-Marie VALENTIN (dir.), Le Chemin, la Route, la Voie. Figures de l’imaginaire occidental à l’époque moderne, Paris : PUPS, 2005, p. 287-305.

22 « […] una descripción de aquellos reinos, de su grandeza, de las provincias y términos, de su religión y pulicía, de sus riquezas y entretenimientos. Y de todo aquello que deseaba la curiosidad y la historia y que hasta entonces no había noticia ». Elle est publiée dans Juan GONZÁLEZ DE MENDOZA, O.S.A., Historia del Gran Reino de la China, Rome : 1585, deuxième partie.

23 Entre 1585 et 1600 furent publiées 38 éditions de cette œuvre en castillan, anglais, italien, français, latin, allemand et hollandais alors que le grand œuvre de Sahagún sur le Mexique aztèque, Historia de las cosas de la Nueva España, attendrait longtemps un éditeur…

24 Sur le sujet voir Manel OLLÉ, La empresa de China. De la Armada Invencible al Galeón de Manila, Barcelone : El Acantilado, 2002, p. 84-88.

25 « […] entre las órdenes que su Majestad les daba fue uno, que en esta tierra su Virrey y Audiencia, como personas que tenían la cosa más de cerca y que tendrían más personas de quien informarse, juzgasen de la conveniencia de la embajada y que pareciendo conveniente se hiciese luego y se costease : y no siéndolo se detuviese hasta dar aviso a su Majestad de los pareceres y discursos que en la materia se hiciesen », J. de GRIJALVA, Crónica de la Orden…, p. 350.

26 « […] al Padre fray Jerónimo Marín de quien pudiéramos decir mucho, porque en religión, letras y buenas partes naturales fue de los hombres más lúcidos que han nacido en estas partes. Sus padres fueron muy nobles y Capitán de la conquista, su familia de las más esclarecidas de la ciudad de México; tomó el hábito de pocos años y vivió muchos en la religión con grande ejemplo y reputación », J. de GRIJALVA, Crónica de la Orden…, p. 341-342.

27 « Pero viviré siempre con deseo de ver en estampa las grandes hazañas que los nuestros hicieron contra tan valerosa gente, para que ya que no han tenido otro premio, tengan el de la inmortalidad, que es el que derechamente responde a grandes hechos. Y crece este deseo, porque como las armadas se hacían y despachaban de esta tierra, ya parece que corrían por reputación suya, y que se han de poner a su cuenta las hazañas que allí hicieron. Además de que fue allí donde se trasplantaron los primeros pimpollos de esta tierra, y donde se hizo experiencia del valor de los nacidos en ella; », J. de GRIJALVA, Crónica de la Orden…, p. 274.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clotilde Jacquelard, « Quand l’Amérique fabrique l’Asie, les ambitions asiatiques des augustins de Mexico ou la quête d’une double reconnaissance d’après Juan de Grijalva, O.S.A. », e-Spania [En ligne], 22 | octobre 2015, mis en ligne le 31 octobre 2015, consulté le 17 août 2017. URL : http://e-spania.revues.org/25137 ; DOI : 10.4000/e-spania.25137

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org