Navigation – Plan du site
La Fabrique du Local : climats, paysages et territoires

L’Enfer du Paraguay : la transfiguration du paysage comme métaphore des utopies politiques de l’âge moderne

Gilles Bienvenu

Résumés

La description du paysage paraguayen par les missionnaires jésuites, à partir de 1609, marque une profonde rupture par rapport aux descriptions données jusqu’alors par plusieurs générations d’Européens. Le pays de Cocagne peuplé d’agriculteurs fait place à un enfer vert dont les populations sont décrites comme essentiellement nomades et forestières : sauvages. Au delà du désir manifeste des missionnaires de magnifier leur propre entreprise de rédemption des Indiens Guaranis, cette transfiguration du paysage et cette négation de l’activité agricole des populations natives est ici interprétée comme une réponse des Jésuites à la question de la légitimité de leur appropriation des terres, en phase avec l’évolution de la philosophie du droit européen.

Haut de page

Texte intégral

1Quand Christophe Colomb, lors de son troisième voyage, en 1498, avait touché pour la première fois les côtes continentales de ce que nous connaissons aujourd’hui comme l’Amérique du Sud, la description qu’il en avait donnée dépassait, dans l’hyperbole, tout ce qu’il avait pu dire des beautés de l’Île Espagnole. La douceur du climat et des habitants de la côte des Perles, leur beauté, leur intelligence (« gente más astuta e de mayor ingenio »), l’exubérance de la végétation et des cours d’eau était telle qu’il avait cru pouvoir en tirer des conclusions sur la conformation même du globe terrestre. Si cette partie du monde est dotée de telles caractéristiques, écrivait-il c’est qu’elle est plus près du ciel : cela n’est possible que si la terre, au lieu d’être une sphère et de ressembler à une pomme, a une forme oblongue, proche de celle de la poire, dont la partie proéminente, le mamelon (« el peçon ») constitue l’entrée du paradis terrestre « adonde no puede lleger nadie salvo por voluntad divina ».

  • 1 Álvar Núñez Cabeza de Vaca, Relation et commentaires du gouverneur Álvar Núñez Cabeza de Vaca sur l (...)
  • 2 Ruy DÍaz de GuzmÁn, Anales del descubrimiento, población y conquista del Río de la Plata, Asuncion  (...)
  • 3 Pour une bibliographie exhaustive, qui inclurait les rapports du gouverneur Domingo Martínez de Ira (...)
  • 4 L’édition que nous avons utilisée est celle établie par Ernesto J.A. MAEDER, Asuncion : El Lector, (...)
  • 5 Nicolás del Techo S.J., Historia de la Provincia del Paraguay de la Compañía de Jesús. Prólogo de B (...)
  • 6 L’édition utilisée est celle de la traduction française : Ludovico Antonio Muratori, Relations des (...)

2Ce n’est qu’une quarantaine d’années plus tard (de 1536 à 1537) que les bateaux espagnols commencèrent, beaucoup plus au Sud, à remonter le cours du Río de la Plata jusqu’aux rives du fleuve Paraguay pour y fonder en août 1537 la ville d’Asunción. De ce premier contact, la seule relation (et à ce jour la seule connue) est due à un soldat allemand, Ulrich Schmidl et ne fut publiée, en Allemagne, que dans les années 1560. Entre temps, Álvar Núñez Cabeza de Vaca, éphémère gouverneur d’Asunción (1542-1544) avant d’en être chassé par les conquérants espagnols, avait publié, en 1555 à Valladolid, des Commentaires1 visant principalement à justifier son action, mais qui fournirent en Europe les premières descriptions de cette partie du nouveau monde. Le lecteur moderne dispose ensuite des Anales del descubrimiento, población y conquista del Río de la Plata2, écrites en 1612 par un Espagnol métis né à Asunción, Ruy Díaz de Guzmán, mais qui ne furent publiées qu’en 18353. De 1560 et jusque vers la fin du XVIIIe siècle, les seules nouvelles du Paraguay qui parvinrent au public européen furent élaborées par les missionnaires jésuites, qui arrivent sur le terrain en 1609. En 1639, l’un d’entre eux, Antonio Ruiz de Montoya, publie à Madrid La Conquista Espiritual hecha por los Religiosos de la Compañía de Jesús en las provincias del Paraguay, del Paraná, Uruguay y Tape4. En 1673, un autre, d’origine française, Nicolas du Toît, publie à Liège, en latin, sous le nom de Nicolás del Techo, une Histoire de la Province du Paraguay de la Société de Jésus5, qui puise largement dans les Cartas Anuas des missionnaires, mais, également, dans l’expérience personnelle de l’auteur. Tout au long du XVIIIe siècle, d’autres ouvrages, comme la monumentale Histoire du Paraguay, de Charlevoix, publiée en France en 1756, ou le Cristianesimo Felice nelle missioni dei padri della Compagnia di Gesù6 de l’Italien Ludovico Antonio Muratori (1743) puiseront largement à ces sources et viendront nourrir l’imaginaire européen sur le lointain Paraguay.

3Si l’on s’intéresse, non pas au déroulement des faits rapportés par ces écrits, mais uniquement à ce que ces documents nous apprennent sur le paysage dans lequel ils se produisent, on constate immédiatement une rupture radicale de ton entre la première série de textes, émanant de conquérants et d’historiens laïcs, et la seconde, émanant des missionnaires jésuites. Le paysage initialement décrit est littéralement effacé par les jésuites, qui lui substituent la description d’un paysage halluciné et lugubre. Le phénomène n’est pas anodin, car cette substitution est le premier épisode, généralement perdu de vue, du récit de l’extraordinaire rédemption collective des Indiens du Paraguay dans les réductions jésuitiques, qui viendra nourrir à un degré ou à un autre les grandes utopies politiques de l’époque moderne.

  • 7 Cf. B. MELIÁ S.J.,El Guaraní conquistado y reducido, ensayos de etnohistoria, Asuncion : Centre d’É (...)

4Pour faire apparaître l’ampleur de la transfiguration opérée par les jésuites, la comparaison des deux séries de textes est suffisante. En revanche, pour l’analyse des causes de cette opération, on ne peut que proposer des conjectures, reposant sur l’analyse du contexte politique, théologique et juridique dans lequel elle intervient. Cette analyse, on va le voir, montre qu’il n’y eut probablement pas d’intention délibérément mystificatrice, mais un phénomène complexe où, à l’orientation théologique propre à la Compagnie se mêle l’élaboration concertée d’un discours visant à soustraire l’œuvre paraguayenne de celle-ci aux aléas du droit colonial espagnol, pour la rendre conforme aux évolutions du droit colonial européen. La fiction échappa ensuite à ses créateurs et, après la destruction des réductions et la dissolution de la Compagnie, fonctionna comme mythe autonome sans cesse enrichi par les fantastiques inventions de ses commentateurs, en dépit des tentatives des efforts récents de jésuites éminents7 pour ramener les choses à leurs justes proportions.

Le paysage paraguayen dans les textes émanant des conquérants et de leurs descendants immédiats

5Ulrich Schmidl n’est pas un lettré. Quand il s’embarque en 1535 sur l’un des deux bateaux armés par des marchands allemands qui se joignent à la flotte espagnole de l’Adelantado Pedro de Mendoza, ce soldat allemand ne tient pas de journal de bord. Il écrira plus de vingt ans après les faits. Sa chronologie est assez floue et il ne faut pas chercher chez lui de descriptions littéraires des contrées traversées. Mais son récit de la remontée du Río de la Plata est tout entier tendu par le souvenir atroce de la faim et, par conséquent, par celui des moyens de la calmer. Il décrit la famine qui s’empare de l’expédition à Buenos Aires : les soldats qui mangent des rats, des serpents, les chaussures des morts, et le moindre cuir qu’ils peuvent trouver. Qui tuent un cheval pour s’en nourrir et qui, pendus pour l’exemple, sont dépecés, la nuit venue, par d’autres soldats qui mangent leur chair, le jour de Corpus Christi dit-il.

6Dans un tel contexte de faim extrême, tout le récit s’organise autour de la quête obsessionnelle d’aliments. Lorsque Mendoza décide de remonter le fleuve, (« le Paranaguazu ») pour trouver des vivres, Schmidl ne caractérise les divers peuples rencontrés que par les aliments qu’ils peuvent partager avec la flotte : la plupart ne mangent que du poisson et de la viande « et n’ont rien mangé d’autre de leur vie ». Ils n’ont pas de réserves. Certains sont amicaux, comme les Timbus, chez qui les Espagnols s’installent quelques temps. La plupart fuient le contact. Mais les Espagnols entendent parler d’un peuple (les Carios ou Guaranis) qui vit plus loin, sur le fleuve Paraguay, et qui a du blé turc (maïs), une racine qu’on appelle le manioc (mandioca), et « d’autres bonnes racines qu’on appelle batatas ». À ce qu’on dit, ils ont aussi du poisson et des ovins grands comme des mules, des porcs sauvages, des autruches et d’autres gibiers, mais aussi des poules et des oies en abondance. L’essentiel de ce qui reste de la flotte remonte alors le fleuve, pendant de longs mois, à la recherche de ces Indiens. Schmidl note : tels Indiens entrevus ici ou là n’ont pas seulement du poisson et de la viande, mais aussi du miel, d’autres du pain de caroubier.

7Enfin la flotte parvient en un lieu, Lambaré, où vit la nation des Carios. Comme prévu, les Carios disposent d’une alimentation variée et de réserves alimentaires. La liste qu’en fournit Schmidl est longue, plus encore que ce qui était escompté. Pour la première fois, la liste des produits permet de deviner qu’au-delà du fleuve s’étendent des espaces cultivés : des champs de maïs, d’autres de manioc, d’autres encore de batatas, des ruches, des enclos pour la volaille. La gravure qui accompagne le texte original montre un homme et une femme dans un paysage où alternent les arbres et une vie animale foisonnante, et où une double rangée de palissade circulaire entoure un groupe de maisons. La femme, nue, tend une pomme à l’homme, qui revient de la chasse, juste vêtu d’un carquois. Le carquois et les flèches, mais aussi la représentation du village, sont les seuls détails qui différencient cette représentation de gravures contemporaines figurant Ève et Adam au Paradis Terrestre avant la Chute. Mais l’indication est claire : les références au Paradis Terrestre s’associent à celles qui suggèrent une vie policée, en société. Dans les pages suivantes, Schmidl décrira longuement le système de défense que constituent les palissades mais surtout la satisfaction de pouvoir enfin manger autre chose que du poisson, de la viande ou des bouts de cuir. Evidemment, tout n’est pas parfait, et Schmidl note aussi que ces Indiens mangent parfois de la chair humaine, et qu’il a fallu se battre un peu avec eux pour s’imposer.

8Mais le texte et son illustration sont parfaitement clairs : depuis l’embouchure du Río de la Plata, les Espagnols n’avaient jamais rencontré de peuple aussi développé que les Carios-Guaranis, qui pratiquent une agriculture développée sur un territoire très étendu (que Schmidl estime à « 300 lieues à l’entour » de Lambaré). Pour la première fois du voyage, Schmidl porte le regard au-delà du fleuve et voit une étendue fertile et cultivée et des villages structurés pour défendre la population qu’ils réunissent.

9Cabeza de Vaca, pour sa part, arrive en territoire guarani par voie de terre 5 ans plus tard. Il progresse d’abord difficilement dans des forêts inhabitées. Mais, au moment où les vivres viennent à manquer, sa troupe tombe sur les premières peuplades guaranies et leurs villages. Les Indiens ont appris l’arrivée des Espagnols, ils viennent les ravitailler, « se montrant charmés de [leur] venue ». « Cette nation, écrit Cabeza de Vaca, se nomme Guarani, ce sont des laboureurs qui, deux fois par an, sèment du maïs. Ils cultivent aussi du manioc ; ils élèvent des poules et des canards à la manière de l’Espagne. Ils ont dans leurs habitations beaucoup de perroquets. Ils occupent une grande étendue de pays et tous forment une alliance. Ils parlent une même langue, note-t-il plus loin ». À mesure de l’avancée de la troupe, de village en village, Cabeza de Vaca se voit offrir du miel, des canards, des poules, de la farine de maïs. Bien sûr, comme Schmidl, Cabeza de Vaca note l’anthropophagie de ces populations et leur propension à se faire la guerre. Mais son impression générale, il la résume ainsi (§ VII, dernières lignes) :

Pendant tout le chemin, depuis que l’on était entré dans le pays habité, la contrée n’était que grandes plaines fort gaies, boisées et arrosées par de nombreux cours d’eau, des fontaines, des ruisseaux d’une eau excellente et légère ; enfin, tout le pays est très propre à mettre en culture et à coloniser.

10Ou encore (ch. X) :

Toute la contrée qu’Álvar Núñez et ses gens parcoururent en faisant ce voyage de découverte est remplie de grandes campagnes cultivées, arrosées par de très bonnes eaux, des rivières, des ruisseaux et des sources : elle est boisée et bien ombragée. Ce sol, le plus fertile du monde, est très propre au travail de la culture et à la colonisation […] Les Guaranis sont tous cultivateurs, élèvent des canards et des poules, sont généralement très doux et amis des chrétiens.

11S’il avoue avoir connu des passes difficiles, pour traverser des marais dangereux et très nombreux, et des forêts si touffues qu’on n’apercevait pas le ciel, Cabeza de Vaca met l’accent sur la diversité de la faune (les sangliers, les singes) et la richesse des arbres fruitiers « qui mûrissent deux fois l’an ». Dans les chapitres suivants (notamment au ch. 31), Cabeza de Vaca décrit de façon précise les relations d’échanges conflictuels existant entre les Guaranis, cultivateurs, et les Guaicurus, pêcheurs pillards vivant sur le fleuve, qui viennent néanmoins trois fois par mois pendant deux jours vendre leurs produits au marché d’Asunción (sanglier, poisson, couvertures de fibres végétales, peaux de tigres et de cerfs) et repartent dans leurs canoës chargés du manioc, du maïs et des arachides achetées aux Guaranis : « En commerçant, dit-il, ils font tant de bruit qu’ils ne s’entendent pas les uns les autres. Tous sont fort gais ».

12Ruy Díaz de Guzmán, lui, est né en 1560 à Asunción. Il est le fils d’Alonso Riquelme de Guzmán, (capitaine espagnol arrivé au Paraguay en 1540 avec l’expédition de l’Adelantado Cabeza de Vaca) et, par sa mère, Úrsula de Irala, (elle-même fille métisse de l’Indienne Doña Leonor et de Domingo de Irala), petit-fils du gouverneur qui succéda à Cabeza de Vaca. La description qu’il donne d’Asunción et de ses environs est parfaitement cohérente avec celles de Schmidl et de Cabeza de Vaca :

C’est une terre très fertile, dit-il, avec un bon climat. La pêche y est abondante, comme la chasse, et les oiseaux y sont de toutes sortes. Le pays est sain toute l’année, sauf les mois de mars et d’avril, où il y a quelques chaleurs et l’on y souffre des yeux. Tous les genres de produits de Castille, et les produits locaux ont un bon rendement dans ce pays, en particulier la vigne, la canne à sucre, dont ils tirent le meilleur parti.

13Ailleurs, après avoir décrit l’essor donné à la ville par le gouverneur Irala, il évoque à nouveau la profusion de la nature aux alentours :

  • 8 L’espagnol monte désigne au Paraguay non pas la montagne, mais l’espace boisé, au-delà des champs. (...)

Les campagnes sont pourvues de toutes sortes de cervidés, de sangliers […] et d’antas, qui sont presque de la taille d’une vache et qui produisent une très bonne viande […]. Les montes8 se composent d’une très grande variété d’arbres fruitiers, de fruits sucrés ou acides, embellis par toutes sortes d’oiseaux magnifiques dont les chants et le plumage ravissent la vue et l’ouïe ». « Finalmente, conclut-il, esta tierra es abundante de todo lo necesario para el sustento de los hombres….

  • 9 B. MELIÁ, dans son Mundo Guarani, II-2-1, p. 135, cite aussi cette exclamation du gouverneur Irala: (...)

14Inutile de multiplier les citations9. On le voit, ces trois « descriptions » du paysage paraguayen saisi aux tous premiers temps de la conquête soulignent à l’unisson non seulement sa générosité et sa fertilité naturelles, mais aussi sa mise en valeur par l’activité agricole des Guaranis, qui distingue ce peuple de tous les peuples alentour. Activité agricole diversifiée, couplée à un élevage de volailles et à la pêche, ainsi qu’à un système assez stable d’échanges avec les populations sans agriculture vivant sur le fleuve. Enfin, dans ces descriptions, les populations sont clairement décrites comme vivant en villages, généralement séparés par une journée de marche en forêt, selon Cabeza de Vaca. Le paysage décrit par les trois premiers témoignages n’est pas une pure nature, mais porte l’empreinte du travail organisé des hommes.

Les descriptions émanant des missionnaires jésuites

15Les premiers jésuites sont venus au Paraguay en 1588. Mais ce n’est qu’en 1607 qu’ils s’établissent formellement à Asunción pour y créer un peu plus tard la Province du Paraguay de la Compagnie de Jésus. Elle possède alors une très grande extension, incluant le Chili, l’Argentine, l’Uruguay et le Paraguay actuels. On ne s’intéressera pas ici à l’histoire de son fractionnement ultérieur, ni aux éléments d’information concernant les zones montagneuses du nord-ouest argentin ou la côte chilienne, et l’on se concentrera sur les missions développées dans l’espace guarani, qui s’étend alors des rives du fleuve Uruguay à celles du fleuve Paraguay, en passant par celles du Paraná. C’est en effet cet espace dont la description par les missionnaires jésuites peut être comparée à celle de Schmidl, Cabeza de Vaca et Díaz de Guzmán.

  • 10 La Province du Paraguay de la Compagnie de Jésus aurait tenté d’obtenir du roi des sanctions contre (...)

16Le premier témoignage d’ensemble émanant d’un missionnaire jésuite a été rédigé par Antonio Ruiz de Montoya. Comme Díaz de Guzmán, c’est un métis, né en 1585 au Pérou, et qui avait intégré la compagnie de Jésus en 1606, au moment où celle-ci procédait à la création de sa Province du Paraguay. Après une formation au collège jésuite de Córdoba (Argentine), il avait été envoyé en 1612 au Guayrá, dont le territoire correspondait à peu près à l’actuel état brésilien du Paraná (capitale Curitiba). Les missions qu’il contribue à y fonder se heurtent très vite aux incursions violentes des bandeirantes paulistas, qui viennent régulièrement capturer les Indiens guaranis dans les villages où ils sont été rassemblés par les jésuites. En 1631, Ruiz de Montoya est l’organisateur du transfert massif des (12 000) « néophytes » guaranis convertis au christianisme vers l’actuelle province argentine de Misiones, entre les fleuves Uruguay et Paraná. Cet exode biblique (4000 survivants seulement à l’arrivée) frappe les imaginations, mais ne met pas fin à la pression portugaise sur les missions, tandis que la nouvelle implantation suscite l’hostilité des colons espagnols voisins. En 1637, alors que Montoya est devenu Supérieur de l’ensemble des missions de la province de Paraguay, celle-ci, réunie à Córdoba, décide de l’envoyer à Madrid pour sensibiliser Philippe IV (qui détient alors la double couronne espagnole et portugaise) au sort des Indiens guaranis soumis aux exactions des bandeirantes paulistes et obtenir les moyens de les protéger10. Il obtiendra, notamment, le droit d’armer les Guaranis pour la défense des nouvelles réductions, ce qui permettra aux réductions jésuites réinstallées entre Paraná et Uruguay de mettre un terme définitif aux nouvelles incursions des Mamelucos, en déployant une force de 4 000 Indiens, dont 300 armés d’arquebuses, qui leur permet de remporter en 1641 la bataille décisive de Mbororé. C’est dans ce contexte que Montoya rédige sa Conquista Espiritual del Paraguay, qu’il publie en espagnol à Madrid en 1639, parallèlement à un Tesoro de la lengua guaraní principalement destiné à ceux qui allaient catéchiser. Ces deux ouvrages sont aujourd’hui considérés comme constituant la première source historique de connaissance ethnographique des peuples guaranis. Quant aux linguistes, si certains font valoir qu’un franciscain, Luis Bolaños, avait été le créateur du guarani écrit et le traducteur du premier catéchisme dans cette langue, la plupart ne sont pas loin de considérer que l’œuvre de Montoya est au guarani ce que l’œuvre de Nebrija fut à l’espagnol.

17Pour autant, s’il est le premier à décrire en détail un certain nombre de pratiques des Indiens guaranis, la toile de fond, le paysage dans lequel il les inscrit, est immédiatement plongé dans une lumière très particulière. L’ouvrage est précédé d’une approbation du Prélat de Río de Janeiro (Rio Genero), Lorenzo de Mendoza, qui, en tant que « voisin », confirme la véracité des faits rapportés par Ruiz de Montoya, mais aussi apporte la première touche à l’éclairage qui va être celui de l’ensemble de l’ouvrage :

Seul celui qui sait ce que sont ces régions, et ce qui a été fait, et ce qu’il a fallu endurer de pauvreté et d’autres grandes souffrances, de la part de ces religieux, peut apprécier à sa juste valeur les œuvres héroïques qui sont contenues dans ce récit : tout cela a été accompli par eux dans des contrées si étendues, si pleines de déserts, de broussailles, de forêts très épaisses et de montagnes, où ils devaient chercher et rassembler ces bêtes sauvages humaines nourries de chair humaine (ayuntando a estas fieras humanas, cebadas en comerse unos a otros) et où, comme je l’ai dit par ailleurs, il n’y a pas les richesses et les commodités qu’on trouve dans d’autres parties des Indes.

18Dans sa propre préface, Ruiz de Montoya annonce qu’il va parler des « dernières régions de la terre »,« régions qui étaient dans l’ombre de la mort et aux portes de l’enfer » avant que ne s’y dressent les sanctuaires bâtis par les missionnaires jésuites. Ce dont il s’agit, on le voit, c’est, dès les premières lignes, d’exalter une œuvre collective de rédemption, et le rôle joué par les missionnaires dans cette œuvre, dans une région jusqu’alors plongée dans les ténèbres, dont la forêt obscure, la selva oscura, espesísima, est le marqueur constant. Aussi, Montoya ne va-t-il retenir, dans sa description de ces régions, que ce qui peut venir corroborer et renforcer son propos :

  • 11 « […] como en el desierto, en busca de fieras, de indios bárbaros, atravesando campos y trasegando (...)
  • 12 Montoya n’utilise pas ici l’expression espagnole, utilisée par de nombreux missionnaires, exprimant (...)

J’ai vécu tout ce temps dans la Province du Paraguay et, comme dans le désert, à la recherche de bêtes sauvages, d’indiens barbares11, traversant les campagnes et gravissant les montagnes à leur recherche, pour les ramener au bercail [al aprisco]12 de la Sainte Église et au Service de Sa Majesté.

  • 13 À la différence des franciscains au Mexique, ou d’un jésuite comme José de Acosta au Pérou, les jés (...)

19D’emblée le cadre est suggéré : le désert (un terme qui dans le vocabulaire religieux désigne non pas l’absence de végétation mais celle de groupement humain), et des Indiens sauvages, errant comme des ombres animales, dépourvues de toute histoire13, et qu’il faut poursuivre dans ce qui est suggéré comme un nomadisme permanent dans la pénombre des forêts. Rapportant le discours d’un Indien apostat qui appelle son peuple à se soustraire à la réduction jésuite (ch. LVII), Montoya lui fait dire :

Je vois notre ancienne liberté d’aller et venir par les vallées et les forêts en train de se perdre, du fait de ces prêtres étrangers qui nous entassent dans des villages, non pas pour notre bien, mais pour que nous recevions un enseignement religieux si opposé aux rites et coutumes de nos ancêtres.

20Cette insistance mise sur la tradition ancestrale – supposée – de nomadisme des Guaranis n’est pas anodine. Elle contribue latéralement à installer l’idée qu’avant l’entreprise de réduction, le peuple guarani ne peut connaître une véritable agriculture, puisqu’il se déplace constamment. Et, puisqu’il se déplace constamment, il n’a pas une vie véritablement policée, véritablement civile, puisque celle-ci ne peut se développer qu’au sein d’une communauté stable, d’une cité. Il s’agit donc bien d’un peuple sauvage, évoluant dans une nature fondamentalement vierge.

  • 14 « Reducir a poblaciones grandes y a vida política y humana, a beneficiar algodón con que se vistan, (...)
  • 15 B. MELIÁ,El Guarani conquistado…, p. 192.

21Les difficultés de l’entreprise évangélisatrice, qui constituent le véritable objet de l’ouvrage de Montoya, découlent toutes, fondamentalement, de ce point : elles tiennent au fait que les peuples Indiens vivent « […] dans les bois, les montagnes et les vallées, dans le lit caché des rivières, dans trois ou quatre maisons isolées, séparées d’une, deux ou trois lieues d’autres maisons ». Le travail des Pères consistera donc à les« réduire en grandes agglomérations et à une vie politique et humaine, à tirer parti du coton pour se vêtir, car jusqu’ici ils vivaient dans la nudité »14. Comme le note l’anthropologue (jésuite) Bartomeu Melia, « dans cette description du processus de formation des réductions, tout paraît se jouer autour du concept d’organisation spatiale : de la spatialité traditionnelle guaranie, définie comme dispersion jugée négativement, on passe à la création d’une nouvelle spatialité, caractérisée (positivement) comme concentration urbaine »15 c’est-à-dire policée, civile.

  • 16 André ThÉvet, Les Singularités de la France antarctique, édition de Frank Lestringant, Paris : Chan (...)
  • 17 Outre l’exemple de Muratori, analysé plus loin, celui de l’Abbé Raynal montre que ces textes ont bi (...)

22Autre indice que ces Indiens ne sont pas des agriculteurs, leur alimentation ordinaire, faite selon Montoya de « racines, de courges d’herbes et de fèves » (raices, calabazas, hierbas y habas), tous termes qui suggèrent non pas l’agriculture, mais la cueillette. Bien sûr, dans l’espagnol comme dans le français de l’époque, le mot raíces ou racines désigne les légumes poussant sous terre, qui peuvent aussi bien résulter de la culture potagère, donc d’une activité humaine. Mais, à la différence par exemple d’André Thévet qui, décrivant en 1557 le manioc au ch. 58 des Singularités de la France Antarctique, indique d’emblée que cette racine résulte d’un dur travail de jardinage16, Montoya ne mentionne jamais, pas une seule fois, l’activité agricole, le travail des Indiens comme origine de ces productions agricoles. Celles-ci sont constamment décrites comme données par la nature et ramassées, cueillies par les Indiens, et c’est bien ainsi que les lecteurs européens l’entendront17.

  • 18 Cette incidente sera reprise dans l’un des derniers chapitres (LXXX) du livre, et je reviendrai dan (...)
  • 19 « Hay muchas especies de víboras y culebras por toda aquella tierra. Las menores son las de un palm (...)

23Ainsi, plus loin, Montoya entre bien dans quelques détails, mais sans cesser de suggérer que les Indiens sont rétifs à l’agriculture et se bornent à ramasser ce que la nature vierge produit : « La terre est très fertile, écrit-il. Le blé y pousse bien, mais les autochtones (moradores) lui préfèrent la farine de manioc. On cueille beaucoup de maïs (Cógese mucho maíz), et il y a beaucoup de fèves, qu’ils appellent frisoles, dont il existe plusieurs espèces, et beaucoup de courges (calabazas) et de fruits locaux dont certains ne sont pas mauvais. De façon générale, écrira-t-il plus loin (ch. XLV), « en toutes choses, la nature s’est montrée avare pour eux ». Il ajoute en incidente que « la nature leur refuse même les métaux qui abondent dans d’autres régions »18. Cette évocation du mode de vie précaire d’Indiens non pas agriculteurs mais principalement cueilleurs errant dans l’obscurité des forêts, dessine, on le voit, un tout autre paysage que celui d’agriculteurs œuvrant dans des champs cultivés et riants décrits par les auteurs laïcs. Montoya complète sa description du Paraguay par l’évocation de certaines particularités de la faune (ch. 3 : de algunos animales). Il y a, écrit-il, dans toute cette région, de nombreuses espèces de serpents, et de toutes tailles. Certains sont si grands19 qu’ils peuvent avaler un homme »…

24Sur cinq pages consacrées à la faune, quatre le sont aux reptiles. Montoya les montre se jetant sur leur proie humaine et l’attirant dans l’eau (« y la llevan a su pantanosa habitación ») et se reproduisant à un rythme et d’une façon infernale. Quant aux oiseaux, le seul mentionné ici, le macaguá, ne l’est que parce qu’il se nourrit de serpents, et lorsqu’il est piqué par l’un d’entre eux, se soigne avec une plante connue pour cette raison par les Indiens pour ses vertus de contre-venin. Montoya conclut cette évocation de la faune par une référence aux tigres (« innumerables ») dont il note au passage que « buscan la peor carne, y si hay español y negro e indio, embiste con el negro, y si negros solos, con el más viejo o de mal olor »).

  • 20 A. RUIZ DE MONTOYA, Conquista espiritual…., ch. LX : reducción de San Carlos : « Agregóse a este pu (...)

25Sur cette toile de fond ainsi esquissée, qui semble baigner dans le clair obscur d’une forêt où ne pénètre pas le jour, et où s’agitent des créatures effrayantes ou monstrueuses, Montoya ajoute pour finir deux éléments plus dramatiques encore : la peste, qui surgit aussitôt que des populations indiennes ont pu, au prix de combien d’efforts, être réduites en villages, et qui fait des ravages. Et, second élément, vindicatifs et haineux, certains caciques ou magos, ou hechiceros mûs par le démon, qui exhortent leurs peuples à quitter les réductions et à « retourner dans la forêt ». Montoya établit d’ailleurs parfois20 un lien direct entre ces appels du démon et la punition divine que constitue la peste.

  • 21 Nicolas du Toit est né à Lille le 28 novembre 1611. Il intègre la province gallo-belge de la Compag (...)

26Le contexte de la rédaction de l’Histoire de la Province du Paraguay de la Compagnie de Jésus de Nicolás del Techo21, explique sans doute pour une large part que l’on y retrouve, réduits à des stéréotypes, tous les éléments « descriptifs » mis au point par Montoya à Madrid. Del Techo écrit en effet peu après un violent conflit entre les jésuites et la communauté espagnole d’Asunción. Celle-ci avait porté à sa tête (1649) l’évêque Bernardino de Cárdenas, en lui remettant le pouvoir de gouverneur. Aussitôt élu, le nouveau gouverneur avait expulsé la Compagnie de Jésus d’Asunción. Il avait fallu l’intervention armée de l’Audience de Charcas, et une bataille sanglante, pour chasser le gouverneur de fait et rétablir les jésuites dans les droits qui leur étaient reconnus par la Couronne.

27Cet épisode avait mis en lumière l’ampleur de l’hostilité des Espagnols du Paraguay envers la puissance acquise par les missionnaires jésuites. En 1639, Montoya avait démenti en quelques lignes l’existence de mines d’or sur le territoire des réductions jésuites – ce qui montre que la rumeur en circulait déjà parmi les Espagnols. Dix ans plus tard le soupçon est général, et nourrit la haine des Espagnols d’Asunción contre les jésuites. De façon plus générale, la prospérité relative des réductions, leur relocalisation sur des territoires dont les Indiens étaient autrefois confiés en encomienda à des colons espagnols, et le monopole qu’elles y exercent sur l’usage de la main d’œuvre guaranie, suscitent des litiges judiciaires, voire des conflits violents. Les jésuites sont accusés d’accumuler, sans en faire bénéficier le Trésor Royal, des richesses considérables. Ces accusations rencontrent parfois, en Europe, une oreille complaisante, et suscitent parfois des redressements fiscaux contre la Compagnie.

  • 22 Cf. Bartomeu MELIÁ,El Guaraní Conquistado…, p. 95: « Posteriormente a esta fecha referencial de 163 (...)

28Dans ce contexte, le but poursuivi par Nicolás del Techo dans son Histoire est clairement de désamorcer les soupçons. Pour cela, outre les éléments de réponse catégoriques qu’il apporte, au Livre XII de son Histoire, pour démentir l’exploitation de mines d’or par les jésuites de la province du Paraguay, il entreprend de fournir aux lecteurs, principalement européens, une vaste rétrospective (plus de 700 pages) de l’activité jésuitique dans la Province du Paraguay montrant que celle-ci, extraordinairement difficile, a été conduite avec le plus total désintéressement. Del Techo puise donc largement dans les Cartas Anuas pour en tirer tous les exemples d’abnégation, de sainteté et parfois de martyre qu’ont pu fournir les jésuites du Paraguay dans leur entreprise d’évangélisation. Les matériaux ethnographiques qu’il extrait des Cartas Anuas de 1607 à 1641 (pour l’essentiel celles qu’avait déjà exploitées Montoya22) sont choisis avec soin pour donner une idée de la difficulté de la tâche des missionnaires dans les premières années de leur présence.

  • 23 N. Del Techo S.J., Historia de la Provincia del Paraguay…, Livre II, ch. II.

29Son évocation du paysage paraguayen, si elle s’inscrit globalement dans la ligne lugubre tracée par Montoya, la réduit à quelques stéréotypes indéfiniment et mécaniquement répétés. Del Techo décrit la Province du Paraguay dans son ensemble comme « un pays barbare », que l’on pénètre par des chemins « impraticables », « inconnus, parsemés d’obstacles, à travers des peuples féroces ». Ses fleuves sont « larges » et leur cours d’eau « puissant et tumultueux », ses montagnes – que l’on parle de celles du Guairá ou des environs de Salta – sont « âpres » (ásperas), ses forêts « obscures » et « très épaisses », « impénétrables », n’ont « jamais été foulées par le pied de l’homme ». Ses habitants, dont l’anthropophagie est constamment rappelée, vivent dans des « cavernes ténébreuses », des « antres obscurs », mais le plus souvent « au plus profond des forêts ». Pour aller à leur rencontre il faut « passer par des marais, des terres inondées, sous des trombes de pluie », « traverser des fleuves et des torrents à la nage » ou « des marécages avec de l’eau jusqu’à la ceinture, déchirer ses habits aux buissons, toujours exposés aux fauves et aux animaux venimeux23 ». Mieux qu’une longue et fastidieuse comparaison des textes de Montoya et de Del Techo, un détail permet de cerner l’inflexion constante donnée par ce dernier aux descriptions déjà sombres données par son prédécesseur : Montoya, au ch. VI, de sa Conquista Espiritual, mentionnait le « gran salto de Paraná » (que nous connaissons aujourd’hui sous le nom de chutes d’Iguazu) et ajoutait, dans le seul élan d’enthousiasme que comporte son texte : « que es una de las maravillas que hay en el mundo ». Del Techo supprime ce trait d’enthousiasme :

  • 24 Ibid., Livre VII, ch. XXX. Del Techo semble ici suivre la description donnée par Álvar Núñez Cabeza (...)

La navigation y est impossible, écrit-il, car quatre milles avant de confluer avec le Paraná, il se jette d’une falaise avec un tel fracas qu’on l’entend à trois lieues à la ronde ; le mouvement de l’eau est tel que des nuages de vapeur se forment, que l’on peut voir depuis le Paraná24.

  • 25 Ibid., Livre VII, ch. XVII.
  • 26 Ibid., Livre III, ch. III. Titre du chapitre : « le Père Général Claudio Acquaviva érige le Paragua (...)

30Sans aucun moment de rémission, les missionnaires souffrent donc, jour après jour, des « ardeurs du soleil, des nuées de moustiques qui les piquent jour et nuit, de l’humidité et de la mauvaise qualité des aliments. Mais, « pire encore que la compagnie des bêtes sauvages et des moustiques, écrit Del Techo, était la proximité des sorciers25 », avec leur tintamarre permanent et leur odeur pestilentielle. De telle sorte que, dit-il citant un autre missionnaire, « vivre dans ce pays sans une protection spéciale du Seigneur était une chose impossible ». Mais les missionnaires affrontent ces épreuves avec une énergie toujours renouvelée, car le but qu’ils poursuivent est « de sortir les Indiens de leurs grottes, de leurs forêts et des marais où ils croupissaient, en les initiant à la foi catholique et à la civilité26 et Dieu « délectait le cœur de ceux qui, pour sauver des âmes, vivaient au sein de la barbarie ».

31Pour relater certains épisodes, le style devient parfois épique, et les détails saisissants :

  • 27 Ibid., Livre II, ch. XIII. Le chapitre a pour titre, dans l’édition espagnole : « De los muchos tra (...)

À mesure que les deux fleuves débordaient, les forêts disparaissaient sous les eaux, de sorte que seules les cimes des arbres les plus hauts se voyaient encore, et que les Indiens fuyaient leurs cabanes inondées pour y monter27.

  • 28 Ibid., Livre III, ch. XXX, « descripción del Guaira ».

Le Père Ortega, d’un arbre élevé, voyait les Indiens, sur des arbres plus bas, avoir de l’eau jusqu’à la ceinture. Jour et nuit, les éclairs et les coups de tonnerre se succédaient sans interruption ; les fauves et les animaux venimeux surnageaient sur cette mer. Un serpent d’une longueur énorme se dirigea vers le tronc où se trouvait le Père Ortega, qui aurait péri si le serpent n’avait pas perçu une secousse et ne s’était enfui ». Le déluge dure deux jours, et le Père Ortega, « à la lumière des éclairs » observe des Indiens passant à la nage, au milieu d’épineux et de branches arrachées. « Ici, résume Del Techo, les serpents et les fauves se propagent plus facilement que les hommes28.

  • 29 Del Techo fournit, au ch. XII du Livre IX, une explication de la perversité des « mamelucos » : il (...)
  • 30 Ibid., Livre V, ch. VII : « mœurs des Guaranis ».

32La férocité des Indiens, illustrée par le déchaînement de certains caciques et hechiceros, comme l’avidité des Espagnols (ou des bandeirantes et mamelucos29 portugais, dont les incursions se multiplient jusqu’à l’affrontement de Mbororé, (au ch. 7 du 13e et avant-dernier livre) ne font que redoubler le caractère sauvage et hostile de la nature. S’agissant des peuples indiens, l’Histoire de Del Techo, qui balaie l’ensemble très vaste de la province, en évoque de très nombreux, dont le degré de développement et d’organisation était en réalité très divers. Les Guaicurus, dont les technologies relèvent du paléolithique, ne sont pas les Guaranis, qui appartiennent clairement au néolithique. Mais leur regroupement à l’intérieur de la vaste Province du Paraguay ne permet pas au lecteur européen, éloigné du terrain, de les distinguer les uns des autres, tant la sauvagerie semble leur être commune. Ainsi, pour parler des Guaranis30, Del Techo commence-t-il par évoquer leur anthropophagie et la couleur noire dont ils peignent leur corps nu pour faire la guerre. Il souligne ensuite qu’ils ne connaissent pas les édifices de pierre, ni couverts de tuile : leurs maisons dit-il sont faites « de boue et de paille », et sont d’une taille telle que certaines aldeas ne comptent qu’une seule maison. Il insiste ensuite sur leurs scandaleuses liberté et promiscuité sexuelle. Quant à leur agriculture, s’il admet qu’ils « sèment le maïs, les courges, des fèves et diverses plantes utiles pour leurs racines » – ce qui revient à admettre qu’ils pratiquent l’agriculture –, il ne les désigne pas comme tels, et ajoute aussitôt : « ils dévorent quasi crue la chair des animaux qu’ils chassent ».

  • 31 Charles Louis de Secondat, baron de La BrÈde et de Montesquieu, Voyages en Europe, 1728-1732, in : (...)

33Je passerai plus rapidement sur le livre de Muratori. C’est le livre tardif (1743) d’un ecclésiastique, grand intellectuel, contemporain des Lumières. Montesquieu, lors de son voyage en Italie, ira le saluer à Modène31. Mais c’est le livre de quelqu’un qui n’a jamais mis les pieds au Paraguay. C’est là que réside précisément son intérêt. Muratori écrit pour prendre la défense des jésuites du Paraguay contre tous ceux qui les accusent d’avoir construit en Amérique un Royaume dont ils s’approprieraient les fabuleuses richesses, et de favoriser à présent, l’arme au point, la sécession de ce Royaume à l’égard de la Couronne Espagnole. On sait que ces accusations ne restèrent pas sans effet, et qu’en 1754 une action militaire concertée fut engagée contre « la République Guaranie ». La « guerre guaranitique » dura deux ans et, après des succès militaires initiaux pour l’armée des réductions jésuitiques s’acheva en 1756 par leur écrasement dans le sang. En 1758 les jésuites du Paraguay furent recherchés, arrêtés et déportés en Espagne. Onze ans plus tard, la Compagnie de Jésus fut expulsée d’Espagne et de l’ensemble de ses terres américaines, avant d’être entièrement supprimée par une bulle papale en 1773.

34Loin du théâtre des opérations, la vision que Muratori livre du paysage paraguayen s’est formée au contact exclusif des nombreuses sources, principalement jésuitiques, qu’il énumère dans sa préface. Il exprime à cet égard dans sa préface un léger regret ; ces sources ne sont pas très précises dans leurs descriptions du pays, dit-il :

J’aurais désiré d’avoir une relation plus détaillée de la nature du pays, des animaux, des arbres et des oiseaux qui s’y trouvent, des propriétés du terrain, de la chasse et de la pêche des Indiens, avec d’autres connaissances de cette espèce qui auraient eu tout l’agrément de la nouveauté. Mes recherches sur ces points n’ont pu me procurer que des notions très superficielles.

35Au ch. 2, il exprime à nouveau le même regret de ne pas pouvoir décrire autant qu’il le voudrait « Les différentes productions du Paraguay, car les missionnaires ne nous ont point donnés sur ce point toutes les connaissances que nous pourrions désirer ».

36Les informations recueillies par Muratori sur la description du Paraguay sont rassemblées aux ch. 2, 3, et 6 de son livre. La première chose qu’il mentionne c’est la richesse des terres et leur absence de mise en valeur :

La plupart des pays situés le long des fleuves Paraguay, Paraná et Uruguay offrent à la vue de belles plaines arrosées, d’agréables coteaux, d’épaisses forêts ». « Il ne manque à ces pays pour être comparables aux meilleures contrées de l’Europe que d’être cultivées par des peuples moins ennemis du travail.

37Cette idée est répétée deux pages plus loin, puis à de nombreuses reprises :

  • 32 L. A. Muratori, Relations des Missions…,ch. 2. Au ch. 3 : « Ils vivent de leur chasse et de leur pê (...)

Si les Indiens savaient mettre leurs terres en valeur il n’y aurait peut-être point au monde de plus beau pays que celui qu’ils occupent, mais la plupart sont si paresseux qu’ils ne pensent pas même à les cultiver. Ils vivent de leur chasse et de leur pêche, des fruits et des racines que la terre produit d’elle-même32.

  • 33 Sans faire davantage mention d’une possible activité d’élevage, Muratori note égalementl’abondance (...)

38Quant au peu d’activité agricole qu’on leur connaît, elle est pratiquée avec des outils sommaires : « à défaut de charrues, ils se servent pour remuer la terre, de pieux faits d’un bois si dur qu’il leur tient lieu de fer, dont ces contrées sont absolument dépourvues »33.

39Vivant de chasse et de cueillette,

les Indiens changent souvent de demeure, afin de trouver toujours une plus grande abondance de (ces choses dont ils vivent) » et « leurs demeures ne sont que de misérables cabanes bâties au milieu des bois avec des branches d’arbres ou des bambous mis les uns auprès des autres sans ordre et sans dessein.

  • 34 Ibid., ch. VI.
  • 35 Ibid. Muratori ajoute avec attendrissement : « les missionnaires non seulement leur fournirent ce q (...)

40Car, de fait, les Indiens du Paraguay « sont des hommes dispersés ça et là comme des bêtes féroces, enfoncés dans les bois ou cachés dans les cavernes, toujours désunis, toujours errants, continuellement armés les uns contre les autres et poussant la barbarie jusqu’à faire leurs repas les plus délicieux de la chair de leurs semblables »34. Le premier soin des missionnaires fut donc de les regrouper et de leur faire comprendre « quoique avec bien de la peine, la nécessité de cultiver la terre »35. Au moment où Muratori écrit, un siècle s’est écoulé et, dit-il,

  • 36 Ibid., ch. XIX.

tout Indien qui raisonne tant soi peu n’ignore pas le triste état où se trouvaient autrefois ses pères, où peut-être il s’est trouvé lui-même, lorsqu’il menait dans les bois une vie qui ne différait en rien de celle des bêtes36.

La transfiguration du paysage comme métaphore des théories politiques de l’âge moderne

41Il est assez singulier de se trouver, s’agissant d’un même paysage, en présence de deux séries de description aussi radicalement différentes. Les uns peignent un pays de cocagne. Les autres l’antichambre de la mort. Les uns voient des champs cultivés où les autres n’aperçoivent que des forêts obscures.

42Plusieurs éléments qui atténuent l’ampleur de l’opposition doivent être pris en compte.

  • 37 Cf. Bartomeu MELIÁ,Mundo Guarani, II, 2. 1, p. 136.

43Le premier concerne la définition de l’agriculture guaranie. Elle était fragile. Le seul procédé de fertilisation des sols connu pas les Guaranis était le brûlis. Compte tenu de leur nature ces sols s’épuisaient rapidement, probablement en quatre ou cinq ans. Les Guaranis devaient donc régulièrement rechercher et mettre en exploitation de nouvelles terres, au point que leur sédentarisation n’était que partielle. Leur quête d’une « terre sans mal » (« yvy marane’ÿ ») visait d’abord et essentiellement à localiser et identifier les terres non encore exploitées permettant un meilleur rendement37. Les terres abandonnées retournaient à la friche pour de longues années.

44Ensuite, les premiers chroniqueurs, civils et militaires, écrivent d’Asunción, tandis que les missionnaires jésuites s’enfoncent vers le nord et vers l’est. Mais Cabeza de Vaca est arrivé par l’est, et sa description ne corrobore en rien celle des jésuites. Schmidl, au départ d’Asunción, a lui aussi emprunté la voie terrestre vers l’est. Et Díaz de Guzmán, né sur place d’un capitaine espagnol, témoigne d’une connaissance du pays qui excède les abords immédiats de la ville.

  • 38 François CHASSEBŒUF, comte de Volney, Observations générales sur les Indiens ou sauvages de l’Améri (...)

45Un troisième élément, historique, peut aussi être invoqué. L’idylle initiale entre Guaranis et Espagnols avait rapidement fait place à un affrontement larvé, puis ouvert. Asunción avait été fondée en 1537. En 1556, les Espagnols d’Asunción avaient imposé le système de l’encomienda aux Indiens Guaranis, provoquant une modification radicale des relations entre les deux communautés. Aussitôt se produisirent des soulèvements, les Guaranis cherchant à se soustraire au régime de l’encomienda. L’échec et la répression de ces mouvements conduisit les populations guaranies déjà « réduites » (par des colons civils ou par les missions franciscaines) à opposer une résistance passive aux Espagnols, et les populations environnantes à se soustraire à l’emprise coloniale, par la fuite, la recherche de territoires non encore soumis aux Espagnols, mais aussi parfois par la lutte armée contre les colons. Comme Volney l’observera en 1795 dans le Michigan en Amérique du Nord, « la civilisation de ces peuples était plus avancée avant le contact avec les Européens. Leurs guerres avec les Européens, en détruisant leurs gouvernements, les ont plongés dans l’anarchie […] Des peuples qui commençaient à cultiver le maïs ressemblent aujourd’hui à une bande de daims poursuivie par des chasseurs ; [ils] n’ont plus ni feu ni lieu et sont contraints de se disperser »38.

46Dans le cas du Paraguay, la disproportion des forces et la résistance furent telles que la colonisation effective du territoire cessa de progresser et se maintint, jusqu’à l’arrivée des jésuites, dans une bande d’environ 200 km à l’est-sud-est d’Asunción, délimitée par le rio Tabicuary. Quant au Chaco, la partie du territoire qui se trouvait de l’autre côté du fleuve Paraguay (tenu par les Guaicurus) il devait rester incontrôlable jusqu’à la fin du XIXe siècle. En proposant à la Couronne espagnole la conquête pacifique (« spirituelle ») des territoires à l’est du Tabicuary, les jésuites entraient donc véritablement en terre sinon inconnue, du moins incontrôlée. Et ils y pénétraient non plus dans l’ambiance cordiale des débuts de la colonisation, mais dans celle d’une résistance à la colonisation.

  • 39 Cf. Branislava Susnik,El Rol de los Indígenas en la Formación y en la Vivencia del Paraguay, Asunci (...)
  • 40 B. MELIÁ S.J.,Mundo Guaraní, II, 1. Pour Meliá, la « découverte » a été suivie non seulement d’une (...)
  • 41 Sur la diminution tendancielle de la main d’œuvre guaranie dans les encomiendas paraguayennes au XV (...)

47Il reste que, si les Guaranis cherchaient à se soustraire à l’emprise espagnole, c’était pour conserver leur propre mode de vie. Or l’un des éléments centraux de celui-ci était clairement la pratique ancestrale de l’agriculture, comme en témoignent aussi bien les premiers découvreurs que les anthropologues modernes39. La contradiction entre cette réalité et les descriptions de paysage fournies par les jésuites du Paraguay ne saurait donc être considérée comme ayant disparu en quelques décennies. Il faut donc admettre, comme d’ailleurs l’a déjà fait le plus reconnu des spécialistes de la culture guarani, Bartomeu Meliá, (lui même jésuite et Espagnol) que la Compagnie de Jésus a « recouvert »40 la réalité, et donné une description partiellement inexacte des peuples guaranis, et en chercher les raisons. On ne peut ici que construire des hypothèses. Si l’on écarte toutes celles qui reposent, à un degré ou un autre, sur les soupçons formulés à l’époque contre les jésuites, généralement motivés par le désir qu’avaient les créoles de s’emparer des territoires et des ressources en main d’œuvre41 qu’ils contrôlaient, c’est sans doute vers une double explication, théologique et juridique qu’il faut se tourner.

Les éléments d’explication d’origine théologique

  • 42 Cf. Marc Fumaroli, « Apologética de las Imágenes Sagradas », in : Arte y spiritualidad jesuitas, Ar (...)

48Le développement de la Compagnie de Jésus est contemporain de la Contre-Réforme catholique. Face à l’intellectualisme abstrait de la foi réformée42, qui exclut les images de la dévotion chrétienne, la Contre-Réforme recentre le message de l’Église, dans la voie tracée dans l’Europe du Nord au XVe siècle par la Devotio moderna, sur l’incarnation du Christ, sa passion et sa résurrection. En peinture, en sculpture, l’accent va être mis sur le naturalisme des représentations, la recherche du pathétique, suggérant la présence charnelle et la souffrance humaine, de nature à conduire à une « ardente réception sensorielle et émotive ». L’image est mnémotechnie de cette passion christique. Et la vie des saints et des martyres, « imitateurs » de la Passion du Christ est en elle-même répétition et peinture de celle-ci.

  • 43 Cf. Michel deCerteau, « L’Espace du Désir », Christus, n°77, janvier 1973, p. 118-128.
  • 44 M. Fumaroli, op.cit., p. 37.

49De la même façon, les Exercices Spirituels de Saint Ignace ont « pour objet de rendre intérieurement présent, sensible au cœur, persuasif pour l’âme personnelle, le Christ de la Passion, image de Dieu offerte comme miroir à l’homme défiguré par le péché ». Cela passe par un mouvement décrit par Michel de Certeau comme « de détachement, de dégagement, de séparation d’avec tout ce qui peut susciter adhésion ou adhérence »43. Dans leur pédagogie, les jésuites mêlent cette rhétorique que Marc Fumaroli désigne comme « divine » à une autre rhétorique, qu’il nomme païenne parce qu’elle est empruntée aux traditions antiques de la rhétorique (Aristote, Cicéron, Quintilien) et qui fait toute sa place au « théâtre du corps en mouvement, à la scène mobile du visage, qui par eux-mêmes peuvent tacitement signifier, émouvoir, bouleverser ou réjouir. À sa manière païenne, cette rhétorique totalement externe préfigure l’incarnation du Verbe qui n’a jamais été si éloquente que dans le corps silencieux et souffrant du Christ et de ses imitateurs44 ».

50Dans cette perspective, l’invention d’un paysage infernal, et sa substitution au paysage réel, ne relève pas d’une intention falsificatrice, mais d’une transfiguration. Le paysage du Paraguay devient un paysage allégorique, où se donne à voir la Passion des missionnaires de la Compagnie de Jésus, répétition ou Imitation de la Vie de Jésus. Les stéréotypes employés pour le décrire ne relèvent pas de la pauvreté des moyens littéraires des auteurs, mais de leur volonté d’établir un lien direct avec la Passion du Christ dont toute leur action est et veut être une évocation. Les déceptions successives, et même les défaites qui sont les leurs dans leur traversée de ce paysage allégorique sont les étapes du mouvement de détachement qui les rapproche, eux et leur lecteur, de Dieu.

Les éléments d’explication d’origine juridique

  • 45 Cf. Silvio Arturo Zavala, La encomienda Indiana (1935), Mexico : Porrúa, 2e éd., 1973, p. 973.

51Du point de vue du droit, et de quelque côté qu’on prenne la question, les réductions jésuites du Paraguay se définissaient comme des encomiendas. La Compagnie avait certes obtenu de la Couronne, lors de son installation, un statut dérogatoire permettant que le produit du tribut payé par les Indiens encomendados ne soit pas reversé par eux aux autorités d’Asunción, mais directement à la Couronne Royale. Mais ce statut, dérogatoire du point de vue fiscal, s’inscrivait bien dans le cadre général du régime juridique espagnol de l’encomienda45 qui s’analyse comme une concession, assortie de droits d’utilisation du travail d’une certaine quantité d’Indiens.

52Or, lorsque les jésuites s’installent au Paraguay, ce régime est déjà vieillissant. Il a déjà fait l’objet de nombreuses critiques, tant dans le monde hispanique qu’au dehors. En Espagne, la campagne (des dominicains notamment) contre l’encomienda avait été telle qu’en 1542 la Couronne avait même tenté d’en organiser l’extinction en promulguant les Leyes Nuevas. En Europe du Nord, aux Pays-Bas notamment, où tout ce qui est espagnol devient suspect, ce régime est considéré après 1583 comme ayant abouti à l’élimination en quelques décennies des populations autochtones des grandes îles de la Caraïbe. Mais surtout, le régime de l’encomienda était lié à un discours de justification de la Conquête (par les bulles de donation d’Alexandre VI) propre à l’Espagne, dont les juristes espagnols les plus éminents, depuis Francisco de Vitoria, avaient souligné la faiblesse, et qui n’était pas admis au delà des frontières d’Espagne. Si les juristes espagnols se cramponnaient à cet ancien titre, tous en connaissaient la fragilité.

  • 46 Anthony Pagden, Lords of all the World. Ideologies of Empire in Spain, Britain and France c. 1500-c (...)

53Au-delà des frontières de l’Espagne, d’autres puissances colonisatrices avaient développé une tout autre approche. Comme l’a montré Anthony Pagden46, « ne pouvant fonder leur droit d’occupation de territoires du nouveau monde sur aucun argument solide dérivé de la nature supposée des habitants indigènes, les Britanniques […] recourent à l’argument tiré du droit romain connu sous l’expression « res nullius ». Après 1620, écrit-il, à peu près tous les colons anglais et leurs défenseurs se saisirent de cet argument ». Celui-ci est simple : les territoires vides sont propriété de toute l’humanité. Et peuvent être considérées comme vides les terres dont il n’est fait aucun usage, « normalement agricole ». Ce principe avait été exhumé par Thomas More dans son Utopie. Les habitants d’Utopie, écrivait-il,

considèrent comme une cause très juste de guerre qu’un peuple qui ne met pas en valeur son sol et le maintient improductif et en friche, interdise son usage et sa possession par d’autres qui par droit naturel voudraient en extraire leurs ressources.

54Dans tout le courant du XVIIe siècle, les Britanniques, inspirés par les populations qu’ils rencontrent en Amérique du Nord, développent la vision d’une mise en valeur des terres par l’agriculteur européen en opposition à des « sauvages » décrits comme « chasseur vaguant d’un lieu à l’autre, et dépourvu de toute notion de propriété du sol ». John Locke théorisera cette vision dans son second Traité du gouvernement civil, dans les années 1680, en écrivant qu’« un homme n’acquiert un droit de propriété que lorsqu’il a mêlé son travail à la terre ».

55La Compagnie de Jésus, même si elle bénéficie de l’appui et de la bienveillance particulière des couronnes espagnole et portugaise (d’ailleurs confondues de 1580 à 1640), ne réduit pas son action aux seuls empires coloniaux de ces deux pays. Elle se pense comme une congrégation développant son action à l’échelle du monde. Elle ouvre des collèges aussi bien aux Pays-Bas qu’en France, et envoie des missionnaires aussi bien au Japon et en Chine ou au Tonkin que chez les Hurons ou au Brésil ou encore au Paraguay. Si elle se conforme partout aux formes institutionnelles existantes, elle est rapidement tenue de tenir un discours homogène. Les écrits de ses missionnaires à Tokyo ne peuvent véhiculer d’autres conceptions que ceux des missionnaires au Pérou.

  • 47 Cf. Jean-Claude Laborie, Mangeurs d’homme et mangeurs d’âme, Une correspondance missionnaire au XVI(...)
  • 48 Ibid., p. 76.

56Le système de Lettres mis au point au sein de la Compagnie est d’ailleurs parfaitement normé et contrôlé. « L’épanchement personnel est banni de la totalité de la correspondance47 » dont le contenu « fait l’objet d’une codification extrême », depuis l’élaboration en 1547 par Juan Afonso Polanco, le secrétaire d’Ignace de Loyola, « d’un inventaire des points que la correspondance des missionnaires doit aborder48 ». Je n’entre pas dans le détail, mais il est clair que l’absence de référence à l’agriculture des Guaranis ne saurait être comprise comme témoignant d’une absence stupéfiante et collective de sens de l’observation de la part de générations successives de missionnaires, mais bien comme résultant d’une stratégie concertée. L’ouvrage de Montoya, produit à Madrid, comme celui, de Del Techo, publié à Liège en latin à l’intention des publics européens cultivés, doivent en ce sens tous deux être lus comme des récits visant à légitimer le contrôle (dominium) d’un territoire. Le récit de Montoya, comme l’Histoire de Del Techo sont conçus pour valoir titre juridique d’occupation, par delà la forme circonstancielle que peuvent prendre les régimes juridiques.

57Ainsi, dans la Conquête Spirituelle de Montoya, destinée aux Espagnols, ou dans l’Histoire de Del Techo, destinée aux Européens, pas une ligne n’est consacrée aux détails mesquins sur le statut juridique des réductions. Tout cela est remplacé d’une part par le récit des mille et une difficultés de l’entreprise collective de rédemption morale des peuples guaranis et, d’autre part, par l’évocation constante de la sauvagerie des Indiens nomades.

58L’installation d’une forêt obscure et pleine de serpents comme toile de fond vient fournir l’élément de liaison de ces deux éléments. Les jésuites vont ouvrir des clairières dans la forêt, permettant aux Indiens de voir enfin le ciel, mais aussi d’y découvrir l’agriculture. À y bien regarder, le premier élément (permettre aux Indiens de voir le ciel) satisfait une obligation contractuelle envers les autorités espagnoles : en fournissant à satiété le récit de leur entreprise d’évangélisation, les jésuites montrent qu’ils ont bien rempli leurs obligations d’encomenderos; le second élément, lui, (leur faire découvrir l’agriculture) satisfait la possible interrogation d’un public européen peu au fait des particularités des institutions mises en place par l’Espagne dans son Empire du Nouveau Monde : pour ce public, c’est la mise en valeur de terres du Paraguay jusqu’alors laissées improductives par leurs premiers occupants, qui vaut titre de propriété légitime. Les jésuites sont donc parés de tous les côtés.

  • 49 Ibid., p. 85.

59La contradiction flagrante entre deux séries de représentations écrites du même paysage paraguayen fait ainsi apparaître en pleine lumière l’une des fonctions essentielles de la description de paysage dans les mondes nouveaux que l’Europe découvre à partir de la fin du XVe siècle : la description vaut titre juridique. Elle n’a pas qu’une valeur informative ou « de curiosité », ou encore « édifiante » (selon la terminologie jésuitique). Elle a, avant tout, une valeur performative. Elle crée du droit. Pour cela, elle doit « chercher en permanence la conciliation entre les pouvoirs dont son auteur dépend », comme l’écrit Jean-Claude Laborie à propos de la correspondance jésuitique49. Elle doit être attentive à se conformer aux exigences, aux réquisits, du droit de la puissance impériale, à sa précarité, mais aussi à ses évolutions. S’adresser à la Couronne espagnole sans ignorer l’évolution des conceptions du droit en Europe du Nord.

60La description de paysage n’est donc pas ici une œuvre à finalité littéraire ou journalistique avant l’heure, mais une fiction, une construction dont les ressorts sont pour partie théologiques, mais dont les effets sont juridiques. Les forêts obscures initiales deviendront des campagnes cultivées baignées de lumière et de musique où les ombres errantes d’hier se montreront aptes à l’écriture, à l’agriculture, à toutes sortes d’artisanats nouveaux et même à l’administration. La fiction paysagère initiale fournit la toile de fond immobile d’un processus politique, religieux et militaire que l’on a dès lors l’illusion de pouvoir suivre dans son ensemble, comme au cinéma lorsqu’on regarde le film depuis la première image. Les philosophes européens croiront apercevoir dans ces forêts obscures le moment où l’homme à l’état de nature vit ses derniers instants de sauvagerie et où il entre en société. Simultanément ils croiront voir dans les réductions la preuve en acte qu’il est possible de modeler l’homme en lui offrant de nouvelles institutions.

  • 50 G. Imbruglia, op. cit., p. 31.

61Comme l’écrit le présentateur50 de l’édition française de Muratori, l’exemple des missions jésuites du Paraguay donna à penser qu’un passage était possible de l’utopie à l’histoire. De mythe, l’utopie pouvait devenir projet. Chacun, des Lumières aux Républicains, des Romantiques comme Chateaubriand aux Communistes comme Louis Baudin, auteur en 1975 d’une représentation des réductions comme Théocraties Socialistes, projettera dans la forêt obscure ses propres images d’avenir radieux. Malheureusement, ces avenirs rêvés reposaient sur un paysage falsifié, celui d’une nature vierge peuplée d’hommes sans vie sociale et sans histoire.

Haut de page

Notes

1 Álvar Núñez Cabeza de Vaca, Relation et commentaires du gouverneur Álvar Núñez Cabeza de Vaca sur les deux expéditions qu’il fit aux Indes, traduction de Henri Ternaux-Compans(1837), introduction de Jean-Marie Saint-Lu, Paris : Mercure de France, 1980.

2 Ruy DÍaz de GuzmÁn, Anales del descubrimiento, población y conquista del Río de la Plata, Asuncion : Comuneros, 1980.

3 Pour une bibliographie exhaustive, qui inclurait les rapports du gouverneur Domingo Martínez de Irala à la Couronne espagnole (1541) et les indications du père jésuite Alonso de Barzana, cf. Bartomeu MELIÁ, Mundo Guarani, Asuncion : Banque Interaméricaine de Développement, 2011, 2e édition.

4 L’édition que nous avons utilisée est celle établie par Ernesto J.A. MAEDER, Asuncion : El Lector, 1996.

5 Nicolás del Techo S.J., Historia de la Provincia del Paraguay de la Compañía de Jesús. Prólogo de Bartomeu Meliá S.J., traduction espagnole de Manuel Serrano y Sanz, Asuncion : Centro de Estudios Paraguayos Antonio Guasch, 2005.

6 L’édition utilisée est celle de la traduction française : Ludovico Antonio Muratori, Relations des Missions du Paraguay, introduction de Girolamo Imbruglia, Paris : La Découverte, 2002.

7 Cf. B. MELIÁ S.J.,El Guaraní conquistado y reducido, ensayos de etnohistoria, Asuncion : Centre d’Études Anthropologiques de l’Université Catholique, 1986. B. MELIÁ a reçu en 2011, des mains du Prince des Asturies, le Prix Las Casas pour l’ensemble de son œuvre, entièrement consacrée à la connaissance de la culture des Indiens guaranis.

8 L’espagnol monte désigne au Paraguay non pas la montagne, mais l’espace boisé, au-delà des champs. Il est une transposition du guarani « Ka’a », qui est généralement assorti d’un adjectif précisant l’état de l’étendue concernée : « ka’a été », c’est le monte véritable, avec des arbres puissants ; « ka’a ana », c’est le monte épais ; « ka’a marane », c’est le monte vierge, dont on n’a pas coupé les arbres, etc.

9 B. MELIÁ, dans son Mundo Guarani, II-2-1, p. 135, cite aussi cette exclamation du gouverneur Irala: « Y porque Dios ha sido servido […] se tiene tanta abundancia de mantenimientos, que no solo hay para la gente que allí reside más para más de otros tres mil hombres encima ».

10 La Province du Paraguay de la Compagnie de Jésus aurait tenté d’obtenir du roi des sanctions contre les bandeirantes paulistes, alors sujets de l’Empire hispano-portugais de Philippe IV, ainsi que la libération et la réinstallation dans leur région d’origine des Indiens guaranis capturés par eux. Les milieux paulistes, qui avaient sans doute eu vent de cette démarche auprès de la Couronne, expulsèrent en 1640 les Jésuites de São Paolo. Mais le soulèvement portugais contre la Couronne espagnole, le 1er décembre 1640, modifia profondément le contexte. Les jésuites portugais optèrent pour le soutien au nouveau roi du Portugal, Jean IV. Mais le roi d’Espagne, Philippe IV, perçut le parti qu’il pouvait tirer de la présence espagnole dans les réductions guaranies des rives du Paraná pour résister à la poussée portugaise, et leur accorda le droit de s’armer pour se défendre. En 1541 elles réussirent à repousser une nouvelle expédition de bandeirantes, obtenant ainsi pour plus d’un siècle une stabilisation des positions dans la région. Sur cet épisode cf., Henriette et Pierre Chaunu, « Autour de 1640, Politiques et économies atlantiques », Annales. Économies. Sociétés. Civilisations., 9e année, 1, 1954, p. 44-54.

11 « […] como en el desierto, en busca de fieras, de indios bárbaros, atravesando campos y trasegando montes en busca suya, para agregarlos al aprisco de la Iglesia Santa y al Servicio de Su Majestad ».

12 Montoya n’utilise pas ici l’expression espagnole, utilisée par de nombreux missionnaires, exprimant l’idée de pousser les Indiens à « rejoindre le troupeau » (rebaño). Le mot aprisco, qu’il utilise ici, désigne l’enclos, le bercail, la bergerie, où l’on rassemble les moutons.

13 À la différence des franciscains au Mexique, ou d’un jésuite comme José de Acosta au Pérou, les jésuites du Paraguay ne prêtent aucune attention au recueil des traditions orales guaranies. Ce n’est qu’au XXe siècle que des ethnologues, d’origine allemande (Carl Unkel dit Nimuendaju) ou australienne (León Cadogan) recueilleront et publieront les premiers mythes guaranis.

14 « Reducir a poblaciones grandes y a vida política y humana, a beneficiar algodón con que se vistan, porque comunmente vivían en desnudez ».

15 B. MELIÁ,El Guarani conquistado…, p. 192.

16 André ThÉvet, Les Singularités de la France antarctique, édition de Frank Lestringant, Paris : Chandeigne, 1997, ch. 58 : « Comment les sauvages exercent l’agriculture et font jardins d’une racine nommée Manihot », p. 220. Thévet écrit : « Nos Amériques en temps de paix n’ont guère autre métier ou occupation qu’à faire leurs jardins […] La nécessité les contraint tous de labourer la terre pour vivre, comme nous autres de par deçà. […] Et ainsi ont appris nos sauvages à labourer la terre, non avec bœufs ou autres bêtes domestiques, car ils n’en ont point, mais avec la sueur et labeur de leur corps […] ». Thévet détaille ensuite assez longuement la dimension du lopin de terre moyen planté de manioc, le processus de fertilisation par brûlis, le rôle des femmes dans cette production, et enfin le processus de transformation du manioc en farine.

17 Outre l’exemple de Muratori, analysé plus loin, celui de l’Abbé Raynal montre que ces textes ont bien été compris comme déniant toute activité agricole aux Guaranis : L’AbbéRaynal, Histoire Philosophique et Politique des Établissements et du Commerce des Européens dans les Deux Indes, Amsterdam, 1773, t. 3, Livre 8 parle « de peuples errants dans les forêts ». « Il n’y a pas de voyageurs, écrit-il, qui n’ait peint ces nations de couleurs odieuses. Tous […] assurent qu’elles sont stupides, inconstantes, […] sans aucune prévoyance, d’une indolence excessive […] La chasse, la pêche, les fruits sauvages, le miel qui est commun dans les forêts, les racines qui croissent sans culture forment leur nourriture ordinaire. Peu y ajoutent le maïs et le manioc. Pour trouver une plus grande abondance de ces productions, les Indiens changent souvent de demeure. » Plus loin il rend hommage aux jésuites : « Les déserts qu’ils parcouraient ne produisaient ni or ni denrées. Ils n’y trouvèrent que des forêts, des serpents, des marais, quelquefois la mort ou des tourments horribles, et toujours des fatigues excessives […] »

18 Cette incidente sera reprise dans l’un des derniers chapitres (LXXX) du livre, et je reviendrai dans un instant sur sa signification.

19 « Hay muchas especies de víboras y culebras por toda aquella tierra. Las menores son las de un palmo, de media vara otras, y van creciendo conforme a sus especies hasta seis varas […] Hay otras culebras cuyo grandor es tal que se tragan un hombre. Vimos tragar a un indio cuya estatura era de dos varas y muy membrudo. No salen del agua, y en los mayores remolinos que hace el Paraná las vi: tienen cuerpo de culebra y boca disforme […] Hay otras culebras de tres o cuatro varas que habitan en malezas pantanosas, salen a la orilla a esperar etc. ».

20 A. RUIZ DE MONTOYA, Conquista espiritual…., ch. LX : reducción de San Carlos : « Agregóse a este pueblo gran copia de gentiles, que con el tiempo se fueron bautizando. A vista de él estaba una alta sierra habitada de racionales bestias de gentiles, cuyo porquerizo era un grande mago, que con obstinación cerraba las orejas a la voz del Evangelio. Y aunque la común gente deseaba oírla, con amenazas que con los tigres y serpientes les hacía (ficción común de aquestos hechiceros), borraba sus deseos ». Le père Pablo Palermoparvient un temps à l’attirer dans la réduction. Mais il finit par s’enfuir, et Montoya conclut : « […] la justicia divina castigó su rebeldía con la peste de que murieron todos, cogiendo el cielo de estas espinas las flores de muchos infantes, que hermoseados con la primera gracia del bautismo volaron al descanso ».

21 Nicolas du Toit est né à Lille le 28 novembre 1611. Il intègre la province gallo-belge de la Compagnie de Jésus à 19 ans. Envoyé aux Indes Occidentales en 1640, après une période de formation à Córdoba, il passe 27 années dans les missions guaranies. C’est entre 1657 et 1654 qu’il aurait rédigé son Histoire. Entre 1672 et 1676, il exercera les fonctions de Supérieur des Missions, puis de 1678 à 1681 de Recteur du Collège d’Asunción. Cf. Bartomeu MELIÁ, prologue à Nicolás del Techo S.J., Historia de la Provincia del Paraguay….

22 Cf. Bartomeu MELIÁ,El Guaraní Conquistado…, p. 95: « Posteriormente a esta fecha referencial de 1639, la misma documentación jesuítica pierde relevancia en términos etnográficos… ».

23 N. Del Techo S.J., Historia de la Provincia del Paraguay…, Livre II, ch. II.

24 Ibid., Livre VII, ch. XXX. Del Techo semble ici suivre la description donnée par Álvar Núñez Cabeza de Vaca au ch. XI de ses Commentaires.

25 Ibid., Livre VII, ch. XVII.

26 Ibid., Livre III, ch. III. Titre du chapitre : « le Père Général Claudio Acquaviva érige le Paraguay en Province de la Compagnie »

27 Ibid., Livre II, ch. XIII. Le chapitre a pour titre, dans l’édition espagnole : « De los muchos trabajos que sufrieron los padres Ortega y Fields en el Guaira ».

28 Ibid., Livre III, ch. XXX, « descripción del Guaira ».

29 Del Techo fournit, au ch. XII du Livre IX, une explication de la perversité des « mamelucos » : il s’agit, dit-il « d’enfants que les Portugais ont eu avec des indiennes. La noblesse du sang lusitanien fut noyée dans le sang indien ».

30 Ibid., Livre V, ch. VII : « mœurs des Guaranis ».

31 Charles Louis de Secondat, baron de La BrÈde et de Montesquieu, Voyages en Europe, 1728-1732, in : Œuvres Complètes, Paris : Seuil, 1964, p. 298-300. Montesquieu le classe parmi « les principaux savants d’Italie de son temps »et le considère comme« un homme du premier mérite ».

32 L. A. Muratori, Relations des Missions…,ch. 2. Au ch. 3 : « Ils vivent de leur chasse et de leur pêche, de fruits sauvages, de miel qu’ils trouvent dans les bois ou de racines qui naissent sans culture ». Pourtant, quelques lignes plus loin, Muratori écrit aussi que « la plupart sèment et cultivent le maïs et le manioc dont ils font une espèce de bouillie », mais il s’agit manifestement pour lui d’une activité mineure : « c’est là leur unique occupation le matin. Ils passent le reste de la journée en jeux et en divertissements […]. Plus loin : « Accoutumés à la chasse et à la pêche, ils négligent le soin de cultiver les campagnes ».

33 Sans faire davantage mention d’une possible activité d’élevage, Muratori note égalementl’abondance prodigieuse des chevaux et des bœufs, introduits par les Espagnols et qui se sont multipliés en liberté dans les bois. « On a peine à concevoir, dit-il, comment ces animaux se sont si fort multipliés, vu la quantité de tigres, de lions etc. qui leur font une guerre continuelle ». Je passe sous silence, écrit-il plus loin, les serpents, le lions, les tigres […] Il suffit pour le présent d’observer que ces différentes bêtes ne nuisent guère qu’à ceux qui les attaquent ».

34 Ibid., ch. VI.

35 Ibid. Muratori ajoute avec attendrissement : « les missionnaires non seulement leur fournirent ce qu’il fallait de grains pour ensemencer leurs champs, mais leur donnèrent de quoi se nourrir jusqu’aux temps de la récolte ». La première réduction était née.

36 Ibid., ch. XIX.

37 Cf. Bartomeu MELIÁ,Mundo Guarani, II, 2. 1, p. 136.

38 François CHASSEBŒUF, comte de Volney, Observations générales sur les Indiens ou sauvages de l’Amérique du Nord (1803), Paris : Coda, 2009, p. 21. Volney cite ici une analyse faite devant lui par le chef indien « Petite Tortue ».

39 Cf. Branislava Susnik,El Rol de los Indígenas en la Formación y en la Vivencia del Paraguay, Asuncion : Instituto Paraguayo de Estudios Nacionales, 1983, 2 vols.

40 B. MELIÁ S.J.,Mundo Guaraní, II, 1. Pour Meliá, la « découverte » a été suivie non seulement d’une destruction du mode de vie guarani, mais aussi de son recouvrement (encubrimiento) par le discours des colonisateurs, au moment même où ceux-ci lui substituaient leur propre mode de vie.

41 Sur la diminution tendancielle de la main d’œuvre guaranie dans les encomiendas paraguayennes au XVIIe siècle, cf. Ignacio Tellesca, La Colonia desde 1680 a 1780, in : Historia del Paraguay, Asuncion : Taurus, 2010. Cette diminution fut, dès 1640, à l’origine des tensions entre colons et missionnaires jésuites qui devaient déboucher sur les mouvements connus sous le nom de revoluciones comuneras du Paraguay. Sur le statut complexe des réductions jésuites au regard de l’encomienda, cf. I. Tellesca, Tras los Expulsos, Cambios demográficos y territoriales en el Paraguay después de la expulsión de los Jesuitas, Asuncion : CEADUC, 2009.

42 Cf. Marc Fumaroli, « Apologética de las Imágenes Sagradas », in : Arte y spiritualidad jesuitas, Artes de Mexico, n°70, 2004, p. 17- 37.

43 Cf. Michel deCerteau, « L’Espace du Désir », Christus, n°77, janvier 1973, p. 118-128.

44 M. Fumaroli, op.cit., p. 37.

45 Cf. Silvio Arturo Zavala, La encomienda Indiana (1935), Mexico : Porrúa, 2e éd., 1973, p. 973.

46 Anthony Pagden, Lords of all the World. Ideologies of Empire in Spain, Britain and France c. 1500-c. 1800, New Haven/Londres :Yale University Press, 1995, ch. 3.

47 Cf. Jean-Claude Laborie, Mangeurs d’homme et mangeurs d’âme, Une correspondance missionnaire au XVIe siècle, la lettre jésuite du Brésil, 1549-1568, Paris : Honoré Champion, 2003, 1e partie, « Le laboratoire épistolaire jésuite ».

48 Ibid., p. 76.

49 Ibid., p. 85.

50 G. Imbruglia, op. cit., p. 31.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Bienvenu, « L’Enfer du Paraguay : la transfiguration du paysage comme métaphore des utopies politiques de l’âge moderne », e-Spania [En ligne], 22 | octobre 2015, mis en ligne le 31 octobre 2015, consulté le 17 août 2017. URL : http://e-spania.revues.org/25111 ; DOI : 10.4000/e-spania.25111

Haut de page

Auteur

Gilles Bienvenu

Université Paris-Sorbonne, CLEA (EA 4083)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org